Professeur Bernard Gay Faculté de Médecine de Bordeaux

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Professeur Bernard Gay Faculté de Médecine de Bordeaux"

Transcription

1 Prévention cardiovasculaire Certificat complémentaire Rôle du médecin généraliste en matière de prévention individuelle et collective Professeur Bernard Gay Faculté de Médecine de Bordeaux

2 Les maladies et facteurs de risque cardiovasculaires Les patients non dépistés (pour l HTA, 25 % de la population adulte*) Les patients qui ne consultent pas (20 % d hypertendus ne consultent jamais**) Les patients qui consultent En prévention primaire : pas de maladie cardiovasculaire (MCV) mais présence de facteurs de risque (FdR) En prévention secondaire : ATCD personnel de MCV Les patients qui sont aux objectifs (50,4 % d hypertendus traités et contrôlés*) Les patients non contrôlés * Comité français de lutte contre l HTA ** Observatoire de la prescription. AFSSAPS 1998

3 Facteurs de risque pour le calcul du score de risque cardiovasculaire Age > 50 ans chez l homme > 60 ans chez la femme Tabagisme actuel ou arrêté depuis moins de 3 ans Antécédents familiaux d accidents cardiovasculaires précoces - Infarctus du myocarde ou mort subite avant 55 ans chez le père et 65 ans chez la mère - AVC avant 45 ans Hypertension artérielle traitée ou non Diabète traité ou non Dyslipidémie - LDL-cholestérol 1,60 g/l - HDL-cholestérol 0,40 g/l Facteur protecteur : HDL-cholestérol 0,60 g/l

4 RECONNAITRE LES PATIENTS À HAUT RISQUE CARDIOVASCULAIRE Facteurs de risque Age 50 ans chez l homme ou 60 ans chez la femme + 1 Tabagisme actuel ou arrêté depuis moins de 3 ans + 1 Antécédents familiaux d accident cardiovasculaire précoce : infarctus du myocarde ou mort subite avant 55 ans (homme) ou 65 ans (femme) ou AVC avant 45 ans Diabète traité ou non + 1 HTA traitée ou non + 1 Dyslipidémie : LDL cholestérol > 1,60 g/l + 1 Facteur protecteur t : HDL cholestérol l 0, g/l 1 Score 3 = Patient à Haut risque cardiovasculaire Total + 1

5 Autres paramètres à prendre en compte Obésité abdominale (périmètre abdominal > 102 cm chez l homme et 88 cm chez la femme) ou IMC 30 kg/m 2 Sédentarité (absence d activité physique régulière, soit 30 mn de marche 3 fois par semaine) Consommation d alcool (> 3 verres/j chez l homme et 2 verres/j chez la femme) Plus le risque est élevé, plus il faut contrôler les FdR modifiables car le bénéfice éfi des traitements t est plus important

6 Syndrome métabolique Le surpoids et l obésité sont associés au syndrome métabolique qui est défini par : Une obésité abdominale : périmètre abdominal 94 cm chez l homme 80 cm chez la femme et au moins 2 facteurs parmi les 4 suivants : Triglycérides 1,5 g/l ou traitement spécifique HDL Cholestérol - < 0,4 g/l chez l homme - < 0,5 g/l chez la femme Pression artérielle 130/85 mmhg ou traitement antihypertenseur Glycémie 1 g/l ou diagnostic de diabète de type 2 International Diabetes Federation 2005

7 IMC ou tour de taille? IMC : obésité globale Périmètre abdominal : obésité centrale Meilleur indicateur de risque (Yusuf. Lancet 2005) Marqueur de risque indépendant Rapport Taille/Hanche BG 2007

8 Maladies et facteurs de risque cardiovasculaires en soins primaires % ,6 12, ,6 87 8, , ,8 1,6 2,4 21 2,1 2,5 1,2 0,8 0,7 0,6 0,2 0,15 0 HTA Cholestérol Diabète Tabac Angor AM I AV C IDM Source : OMG-SFMG

9 Prise en charge en soins primaires Les maladies cardiovasculaires représentent 31 % de l activité en médecine générale et concernent 29 % des patients. t Les FdR cardiovasculaires i représentent t 27 % de l activité en médecine générale et concernent 26 % des patients. Société Française de Médecine Générale 2006 Au moins deux parmi les quatre comportements à risque (tabagisme, consommation d'alcool à risque, sédentarité et excès alimentaire) sont présents chez plus de la moitié des patients consultant un médecin de famille. Curry SJ. Am J Prev Med 2004

10 Les mesures non médicamenteuses Les Recommandations de l HAS lhas et de l Ansm lansm sur la prise en charge des patients hypertendus, diabétiques ou dyslipidémiques, préconisent dans tous les cas des stratégies non médicamenteuses : arrêt du tabac associé si besoin, à un accompagnement du sevrage tabagique réduction du poids : IMC en dessous de 25 kg/m 2, ou à défaut baisse de 10 % du poids initial limitation de la consommation d alcool à moins de 3 verres par jour chez l homme et 2 verres chez la femme, limitation de la consommation de lipides saturés (graisses d origine animale) et de sel augmentation de l activité physique 30 mn de marche, 3 fois par semaine augmentation de de la consommation de fruits et légumes Ces mesures sont recommandées chez tous les patients à risque, avec ou sans traitement pharmacologique associé. Une minorité i de patients adopte les mesures nécessitées par leur état.

11 PRENDRE EN CHARGE LES PATIENTS À HAUT RISQUE CARDIOVASCULAIRE Mesures non médicamenteuses Réduction du poids : IMC < 25 kg/m2 ou baisse de 10% du poids initial. Arrêt du tabac Pratique d une activité physique régulière (30 mn de marche, 3 fois par semaine) Limitation de la consommation d alcool : < 3 verres/jour chez l homme et 2 verres/jour chez la femme. Limitation consommation de sel :< 6 g/j Alimentaire riche en légumes verts et fruits frais, pauvre en graisses saturées et en sucres raffinés Ces mesures sont recommandées chez tous les patients à haut risque, avec ou sans traitement pharmacologique associé.

12 PRENDRE EN CHARGE LES PATIENTS À HAUT RISQUE CARDIOVASCULAIRE Objectifs thérapeutiques Pression artérielle < 140/90 mmhg. Patient diabétique ou insuffisant rénal < 130/80 mmhg Glycémie < 1,26 126g/L. Patients diabétiques, HbA1c < 7% Cholestérol : Prévention primaire Sujet sans autre facteur de risque LDL C < 2,20 g/l Sujet ayant un autre facteur de risque LDL C < 1,90 g/l Sujet ayant deux autres facteurs de risque LDL C < 1,60 g/l Sujet ayant plus de deux autres facteurs de risque LDL C < 1,30 g/l Prévention secondaire ou équivalent Sujet à haut risque cardiovasculaire LDL C < 1 g/l Pour atteindre ces objectifs, débuter par les mesures non j, p médicamenteuses, puis associer si besoin les médicaments

13 Le risque cardiovasculaire global Définition Probabilité individuelle de survenue d un dun événement cardiovasculaire (IdM, AVC, Angor, décès CV) pour un patient, dans un délai donné (en général 10 ans) Cette probabilité est calculée à l aide d équations de risque établies à partir des résultats d études de cohortes : [Framingham (Laurier), Procam, Paris Prospective Study, Decode Study] Prevention of coronary Heart Disease in clinical Practice. European Heart Journal 1994

14 Paramètres pour le calcul du RCVG* Sexe Age Pression artérielle systolique Cholestérol total HDL cholestérol Tabagisme Diabète Hypertrophie Ventriculaire Gauche ATCD familiaux dans le modèle de Laurier * Framingham

15 Estimation du risque cardiovasculaire Faible Modéré Moyen Elevé Très élevé RCV < 5%à 10 ans RCV entre 5 et 10 % à 10 ans RCV entre 10 et 20 % à 10 ans RCV entre 20 et 40 % à 10 ans RCV > 40 % à 10 ans

16 Stratification des niveaux de risque cardiovasculaire PA Grade 1 : /90-99 Aucun autre FdR Risque faible 1 à 2 FdR Risque 3 FdR et/ou AOC et/ou diabète Maladie cardiovasculaire i et rénale moyen Risque élevé Grade 2 : / Risque moyen Risque élevé Grade 3 : 180/110 Risque élevé BG 2011

17 Calcul RCV html Logiciel sur disquette ou CD : Predirisk Tables de Sheffield Tables de la Société Européenne de Cardiologie cardiorisk.fr

18

19

20 Le risque cardiovasculaire Il peut et devrait être évalué pour chaque patient t «à risque» Il tient compte de tous les facteurs de risque Il n en privilégie ilé i aucun Il permet une appréciation du risque rigoureuse, scientifique et globale Il se base sur les équations de risque

21 Évaluer le RCVG Une approche préventive Adopter une attitude préventive rationnelle et cohérente tenant t compte - du risque du patient - des bénéfices attendus des interventions - des moyens disponibles pour agir sur les facteurs de risque modifiables Proposer une approche centrée sur le patient et non pas sur la maladie

22 Évaluer le RCVG Une approche éducative Expliquer au patient que la prise en charge des facteurs de risque est fonction du RCVG, en tenant compte de ses capacités de compréhension et de ses représentations de la maladie Lui montrer éventuellement les graphiques pour passer d une abstraction scientifique à une réalité concrète Tenir compte des émotions que cette démarche est susceptible de provoquer Concevoir un projet de soins sur la base d objectifs clairs partagés avec le patient

23 RCV : «le patient idéal» Tabagisme Caractéristiques du risque global "idéal" Non PA systolique (mm Hg) 120 mm Hg Cholestérol total 5.17 mmol/l (2 g/l) HDL cholestérol l mmol/l (0.46 g/l) Diabète HVG Non Non

24 Exemple 1 Âge 62 Sexe M F Tabagisme PA Systolique Cholestérol total HDL-Cholestérol Diabète HVG A Non 140 mm 3.25 g 0.60 g Non Non RCV (coronarien) 19% 12% B

25 Exemple n 2 A Âge 65 Sexe Tabagisme Oui Non PA Systolique Cholestérol total HDL-Cholestérol Diabète HVG M 160 mm 2.80 g 0.52 g Non Non RCV (coronarien) 22 % 15 % B

26 Exemple 3 Un homme de 55 ans, 90 kg pour 1,73 m (IMC = 30,1), fumeur (20 cigarettes par jour), pulsations s 80 par mn, PA : 160/ mm Hg Biologie : glycémie = 1,40 g/l, HbA1c = 6,5 %, cholestérol = 2,63 g/l, LDL C = 1,81 g/l, HDL C = 0,47 g/l,

27 Calcul du risque cardiovasculaire Patient idéal : 11 % Patient t : 49,7 % (soit 4,51 fois plus de risque que le patient t idéal) Arrêt du tabac seul : diminution i du risque de 14,5 %, RCV = 35,2 % Baisse isolée de deux points de la PA Systolique (140) : diminution du risque de 7 %, RCV = 42,7 % Baisse cholestérol total à 2 g sans modifier le HDL : diminution du risque de 5,5 %, RCV = 44,2 % Les 3 en même temps : RCV = 23,9 %

28 Intérêt du calcul du RCV Indispensable en prévention primaire - Les facteurs de risque ne sont pas tous équivalents et interchangeables - Il est souhaitable de hiérarchiser les niveaux d intervention et de rationaliser les prescriptions en fonction de la situation particulière du patient. Inutile en prévention secondaire - Tous les facteurs de risque doivent être pris en compte quel que soit leur niveau - Le risque est par définition déjà élevé ( > 20 % à 10 ans) - Les Facteurs de risque modifiables non maîtrisés se surajoutent à ce risque élevé.

29 Limites du calcul du risque cardiovasculaire L évaluation du RCV est une moyenne plus adapté au risque d une population spécifique qu à un individu Ce n est pas une vérité absolue, mais elle est plus rigoureuse et objective qu une évaluation intuitive Les équations de risque sont établies à partir de cohortes qui ne correspondent pas forcément aux populations soignées en France Le calcul du risque surestime le RCV pour les patients français en raison d un risque standard nettement moins important, mais l équation de Laurier permet de corriger cette surestimation

30 Démarche en p prévention primaire Estimer et/ou calculer le RCV Prendre en compte les facteurs de risque dans le contexte du RCV Prendre en compte les souhaits, la personnalité et les représentations du patient dans une démarche d éducation du patient Dépister cliniquement la maladie artérielle

31 Démarche thérapeutique en prévention primaire Education thérapeutique du patient Sevrage du Tabac Exercice physique Diététique et Équilibre pondéral Objectif de prise en charge des FdR PA : < 140/90 (130/80 si diabète)* LDL selon nb FDR* HbA1c < 6.5%* *RPC HAS 2005

32 Plus le nombre de facteurs de risque est élevé, plus le LDL-C doit être abaissé Nombre de facteurs de risque (FR) Patients avec 0 FR Patients avec 1 FR Patients avec 2 FR Patients > 2 FR Patients haut RCV 2,2 1,9 1,6 1,3 1 Valeur d instauration médicamenteuse LDL-C (g/l)

33 Démarche en prévention secondaire RCV toujours > 20% La probabilité de faire un second accident coronarien est x 4 Plus le risque est élevé, plus l intervention médicale est efficace EUROASPIRE Study Group. EurHeart J 1997;18:

34 Prévention secondaire Euroaspire BG 2009

35 Démarche thérapeutique en prévention secondaire Education du patient Arrêt du Tabac Régime méditerranéen et équilibre pondéral Exercice physique Objectifs de prise en charge PA < 140/90 (130/80 si diabète)* LDL < 1,00* HbA1c < 6,5%* *RPC HAS 2005

36 Les niveaux de prévention La prévention primaire concerne les patient atteints d un ou plusieurs facteurs de risque mais indemnes de maladie cardiovasculaire identifiée La prévention secondaire concerne les patients atteints t d une ou plusieurs lésions d au moins un organe cible (AVC, AIT, Angor, IDM, claudication) Les objectifs thérapeutiques pour les différents facteurs de risque sont différents selon le nombre de facteurs de risque en prévention primaire et en prévention secondaire

37 Surcharge pondérale et obésité Définition : Indice de masse corporelle (IMC) : Poids/Taille² Critères Surcharge pondérale : IMC entre 25 et 30 Obésité : IMC > 30 Ne sont pas intrinsèquement des facteurs de risque validés Favorisent l HTA, le diabète, les dyslipidémies et l hypertrophie ventriculaire gauche

38 Alimentation Document INPES «La santé vient en mangeant» PNNS : 9 repères

39 Alimentation 1. Les fruits et légumes : au moins 5 par jour 2. Les produits laitiers : 3 par jour (3 ou 4 pour les enfants ou les adolescents) 3. Les féculents à chaque repas et selon l appétit 4. Viande, poisson, œuf : 1 à 2 fois par jour 5. Matières grasses : à limiter 6. Produits sucrés à limiter 7. Sel : à limiter 8. Eau : à volonté pendant et entre les repas 9. Activité physique : au moins l équivalent de 30 min. de marche rapide par jour pour les adultes (au moins 1 heure pour les enfants et les adolescents)

40 Alimentation Le petit déjeuner : 1 produit céréalier + 1 produit laitier + 1 fruit + 1 boisson. Le déjeuner et le dîner - 1 portion de légumes (80 à 100g) - viande, poisson ou œufs (environ 100 g) - féculents : pain complet, riz, pomme de terre au four, pâtes, lentilles - 1 portion de produit laitier : fromage (30 g), un yaourt, un fromage blanc - 1 fruit en dessert : en quartier, en compote - eau à volonté

41 Activité ité physique 30 mn marche rapide, 3 fois par semaine ou équivalent Document INPES «La santé vient en bougeant»

42

43 BG 2007

44 Tabac Intervention brève : 2à5% d arrêts Intervention brève : 2 à 5 % d arrêts Conseil minimal Démarche éducative

45 Alcool l Repérage consommation dangereuse ou problématique : questionnaire AUDIT-C Intervention brève Conseil minimal i Stratégies de maintien

46

CAS N 1. données ci-dessus. Quelle stratégie thérapeutique en découle? préconisez-vous pour réduire ce risque?

CAS N 1. données ci-dessus. Quelle stratégie thérapeutique en découle? préconisez-vous pour réduire ce risque? CAS N 1 Monsieur Henri T, 57 ans, vient pour contrôler sa TA. En effet, celle-ci a déjà été mesurée à 3 reprises à la médecine du travail et par vous-même à 155/90 dans les 3 mois précédents. Il fume 5

Plus en détail

CAS N 1. données ci-dessus. Quelle stratégie thérapeutique en découle? préconisez-vous pour réduire ce risque?

CAS N 1. données ci-dessus. Quelle stratégie thérapeutique en découle? préconisez-vous pour réduire ce risque? CAS N 1 Monsieur Henri T, 57 ans, vient pour contrôler sa TA. En effet, celle-ci a déjà été mesurée à 3 reprises à la médecine du travail et par vous-même à 155/90 dans les 3 mois précédents. Il fume 5

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ADULTES ATTEINTS D HTA ESSENTIELLE HAS

PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ADULTES ATTEINTS D HTA ESSENTIELLE HAS PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ADULTES ATTEINTS D HTA ESSENTIELLE HAS 2005 La prise en charge du patient hypertendu repose à la fois sur les valeurs de la pression artérielle et sur le niveau de risque cardiovasculaire

Plus en détail

Les différents traitements et interventions sur le RCV. Service de Réadaptation Cardiaque Hôpital Corentin Celton

Les différents traitements et interventions sur le RCV. Service de Réadaptation Cardiaque Hôpital Corentin Celton Les différents traitements et interventions sur le RCV Dr Marie Christine Iliou Service de Réadaptation Cardiaque Hôpital Corentin Celton Traitements médicamenteux De l HTA Pour qui? C t? Du Diabète Comment?

Plus en détail

Cas pratique Session 1 Cardiologie et métabolisme

Cas pratique Session 1 Cardiologie et métabolisme Cas pratique Session 1 Cardiologie et métabolisme Une femme qui veut améliorer son hygiène de vie... Alain Wajman Things we knew, things we did Things we have learnt, things we should do 2 Vidéo Françoise

Plus en détail

Programme régional de prévention des risques cardio-vasculaires. Je t aime mon cœur 13 janvier 2010

Programme régional de prévention des risques cardio-vasculaires. Je t aime mon cœur 13 janvier 2010 Programme régional de prévention des risques cardio-vasculaires Je t aime mon cœur 13 janvier 2010 POURQUOI Prévalence élevée des MCV en Lorraine et notamment en Moselle est Surmortalité en Lorraine de

Plus en détail

Épidémiologie cardiovasculaire

Épidémiologie cardiovasculaire Épidémiologie cardiovasculaire Epidémiologie Variation géographique: Taux de mortalité par accidents coronariens: Grande disparité Gradient nord sud: En Europe Dans le pays Prédominance dans les pays industrialisés

Plus en détail

Quel pourcentage de malchance de toucher les verres?

Quel pourcentage de malchance de toucher les verres? Vous Votre patient Quel pourcentage de malchance de toucher les verres? Vide Enfermement Feu Gravité Vulnérabilité Incertitudes Craintes Comment passer d une conception scientifique à une appropriation

Plus en détail

ÉvAluAtion du risque de décès

ÉvAluAtion du risque de décès ÉvAluAtion du risque de décès par maladie vasculaire «Systematic Cerebrovascular and coronary Risk Evaluation» penser risque vasculaire global Établir le risque Connaître les cibles Agir pour les atteindre

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L HYPERTENSION ARTERIELLE

PRISE EN CHARGE DE L HYPERTENSION ARTERIELLE PRISE EN CHARGE DE L HYPERTENSION ARTERIELLE QUELLES NOUVEAUTES EN 2013? Dr Olivier DUBREUIL Hôpital st Luc St Joseph LYON Premières recommandations ESC en 2003 Secondes recommandations ESC en 2007 Mise

Plus en détail

DÉPISTAGE DES HYPERCHOLESTÉROLÉMIES CHEZ LES ADULTES EN

DÉPISTAGE DES HYPERCHOLESTÉROLÉMIES CHEZ LES ADULTES EN DÉPISTAGE DES HYPERCHOLESTÉROLÉMIES CHEZ LES ADULTES EN PRÉVENTION PRIMAIRE I. PROMOTEUR Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé. II. III. SOURCE Recommandations ANAES : «Modalités de

Plus en détail

POUR EN AVOIR LE CŒUR NET

POUR EN AVOIR LE CŒUR NET LES RISQUES CARDIO-VASCULAIRES : Hypertension, Tabagisme, Cholestérol, Diabète POUR EN AVOIR LE CŒUR NET Testez-vous En partenariat avec En novembre, autour de la journée mondiale du diabète, votre pharmacien

Plus en détail

Maladies cardiovasculaires. mercredi 17 avril 2013

Maladies cardiovasculaires. mercredi 17 avril 2013 Maladies cardiovasculaires? Maladies cardiovasculaires et équilibre alimentaire Plan : Facteurs de risque Objectifs nutritionnels du PNNS en lien avec les MCV Contenu de la prévention nutritionnelle Hypertension

Plus en détail

Rôle du médecin du travail dans la prévention cardiovasculaire

Rôle du médecin du travail dans la prévention cardiovasculaire Journées nationales du GERS 4 octobre 2012 Strasbourg Rôle du médecin du travail dans la prévention cardiovasculaire Dr B. PAVY, Machecoul - FR Conflits d intérêts Pas de conflits d intérêt concernant

Plus en détail

Prise en charge du risque cardio-vasculaire chez le patient VIH. Evaluation du risque individuel

Prise en charge du risque cardio-vasculaire chez le patient VIH. Evaluation du risque individuel Evaluation du risque individuel 1) Evaluation du risque cardio-vasculaire global selon le modèle de risque Framingham. 2) Calcul du nombre de facteurs de risque cardio-vasculaires (selon AFSSAPS 2005)

Plus en détail

Parmi les dosages biologiques qui avaient été réalisés, on a retenu :

Parmi les dosages biologiques qui avaient été réalisés, on a retenu : Cas clinique relatif au module 9. Une femme de 56 ans est suivie pour Une hypertension artérielle évoluant depuis 10 ans, Un diabète de type II depuis sept ans. Son traitement médicamenteux habituel associe

Plus en détail

Pr. Philippe ZERR Médecin généraliste Levallois-Perret Professeur associé au Département de medecine générale Paris-Diderot

Pr. Philippe ZERR Médecin généraliste Levallois-Perret Professeur associé au Département de medecine générale Paris-Diderot Pr. Philippe ZERR docteurzerr@gmail.com Médecin généraliste Levallois-Perret Professeur associé au Département de medecine générale Paris-Diderot Tous droits réservés D.Rozenbaum, P.Zerr Dr David ROSENBAUM

Plus en détail

MODIFICATIONS DES HABITUDES DE VIE

MODIFICATIONS DES HABITUDES DE VIE MODIFICATIONS DES HABITUDES DE VIE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 61 MODIFICATIONS DES HABITUDES DE VIE Certaines

Plus en détail

HYPERTENSION ARTERIELLE : PRISE EN CHARGE INITIALE DU

HYPERTENSION ARTERIELLE : PRISE EN CHARGE INITIALE DU HYPERTENSION ARTERIELLE : PRISE EN CHARGE INITIALE DU PATIENT HYPERTENDU ÂGÉ DE MOINS DE 65 ANS ET NON DIABÉTIQUE I. PROMOTEUR Agence Nationale d Accréditation et d Évaluation en Santé. II. SOURCE Recommandations

Plus en détail

HTA >= 140 >= >= 130/80). HTA

HTA >= 140 >= >= 130/80). HTA HTA (1) PAS >= 140 mmhg et/ou PAD >= 90 mmhg, au cabinet et confirmée, 2 mesures par consultation, au cours de 3 consultations en 3 à 6 mois (hors diabète ou insuffisance rénale, HTA si >= 130/80). HTA

Plus en détail

POUR MON CŒUR, LE TEMPS EST COMPTÉ PRÉVENTION CARDIOVASCULAIRE JE M Y METS, JE M Y TIENS.

POUR MON CŒUR, LE TEMPS EST COMPTÉ PRÉVENTION CARDIOVASCULAIRE JE M Y METS, JE M Y TIENS. POUR MON CŒUR, LE TEMPS EST COMPTÉ PRÉVENTION CARDIOVASCULAIRE JE M Y METS, JE M Y TIENS. MALADIES CARDIOVASCULAIRES EN BELGIQUE : LE CONSTAT 1 ÈRE CAUSE DE MORTALITÉ EN EUROPE ET EN BELGIQUE 11.200.000

Plus en détail

Cœur et diabète Recommandations HAS SFC ALFEDIAM

Cœur et diabète Recommandations HAS SFC ALFEDIAM Recommandations HAS SFC ALFEDIAM Dr Eric Marsaudon Causes de mortalité des diabétiques 50 % Décès 40 65% à 75% de causes cardiovasculaires 30 20 10 0 Cardiopathie Ischémique Autre Cardiopathie Diabète

Plus en détail

Le risque cardio-vasculaire, pour qui, comment, pourquoi,

Le risque cardio-vasculaire, pour qui, comment, pourquoi, Cœur et travail 2013 Le risque cardio-vasculaire, pour qui, comment, pourquoi, R. Brion «Centre Bayard», 69 100 Villeurbanne «Dieulefit-Santé», 26 260 Dieulefit? Quantifier le risque Risque cardio-vasculaire

Plus en détail

Grands problèmes de santé en France: Les maladies cardio-vasculaires

Grands problèmes de santé en France: Les maladies cardio-vasculaires Grands problèmes de santé en France: Les maladies cardio-vasculaires Marion ALBOUY-LLATY SF 1ère année 3 novembre 2009 1 Définitions Athérosclérose perte d'élasticité des artères due à la sclérose provoquée

Plus en détail

Risque cardiovasculaire: comment l évaluer?

Risque cardiovasculaire: comment l évaluer? Médecins de Famille Genève 3 avril 2014 Risque cardiovasculaire: comment l évaluer? Dr Cédric Vuille Nyon et Service de Cardiologie, HUG Cas clinique Patient asymptomatique de 65 ans. HTA à 140/90 sous

Plus en détail

BLOOD PRESSURE CANADA PRESSION ARTÉRIELLE CANADA

BLOOD PRESSURE CANADA PRESSION ARTÉRIELLE CANADA 2009 BLOOD PRESSURE CANADA PRESSION ARTÉRIELLE CANADA 1 Programme éducatif canadien sur l hypertension Recommandations 2008 2 Qu est-ce que la pression artérielle? La pression artérielle est la force exercée

Plus en détail

Activités physiques et HTA «du niveau de preuves aux recommandations» Dr JM GUY CRCRL St Priest en Jarez

Activités physiques et HTA «du niveau de preuves aux recommandations» Dr JM GUY CRCRL St Priest en Jarez Activités physiques et HTA «du niveau de preuves aux recommandations» Dr JM GUY CRCRL St Priest en Jarez recommandations «fraîches» Effets bénéfiques des mesures hygiénodiététiques sur la PA Modifications

Plus en détail

Athérosclérose et risque cardiovasculaire

Athérosclérose et risque cardiovasculaire Athérosclérose et risque cardiovasculaire Dr Adel Rhouati 1Epidémiologie : Athérosclérose :Principale étiologie des maladies cardio-vasculaires (MCV) - ~ 90% des SCA - ~ 50% des AVC Maladies cardiovasculaires

Plus en détail

Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves?

Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves? Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves? Rémy Boussageon Département de Médecine Générale de Poitiers Conseil scientifique du CNGE Un Exemple Un homme de 50

Plus en détail

Stratégie thérapeutique dans l hypertension artérielle. Dr. Ioana ZGAIA

Stratégie thérapeutique dans l hypertension artérielle. Dr. Ioana ZGAIA Stratégie thérapeutique dans l hypertension artérielle Dr. Ioana ZGAIA 22 Mars 2012 Définition de l HTA Objectif TA: inferieure à 140/90mmhg au cabinet ou 130/80 pour les diabétiques et les insuffisants

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique du patient dylipidémique

Prise en charge thérapeutique du patient dylipidémique Prise en charge thérapeutique du patient dylipidémique Une recommandation de l'afssaps de mars 2005 qui actualise celles de l'anaes (janvier 2000) : dépistage et diagnostic l' AFSSAPS (sept 2000) : traitement

Plus en détail

PASSEPORT SANTÉ RISQUES CARDIO-VASCULAIRES

PASSEPORT SANTÉ RISQUES CARDIO-VASCULAIRES PASSEPORT SANTÉ RISQUES CARDIO-VASCULAIRES NOM :.................................................................................... Prénom :.................................................................................

Plus en détail

RÉFÉRENTIELS. Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique : les trois points-clés de la recommandation de l'afssaps (2005) 1

RÉFÉRENTIELS. Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique : les trois points-clés de la recommandation de l'afssaps (2005) 1 Cette recommandation, diffusée par l'afssaps en mars 2005, est une actualisation des recommandations Prise en charge des dyslipidémies (Afssaps, septembre 2000) et Modalités de dépistage et de diagnostic

Plus en détail

Les principaux facteurs de risque cardio-vasculaire

Les principaux facteurs de risque cardio-vasculaire Livret d informations Etre soigné, c est aussi être informé Code : 403952 Les principaux facteurs de risque cardio-vasculaire Pôle Cardio-Vasculaire et Métabolique CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE TOULOUSE

Plus en détail

Recommandations 2013 de la Société Européenne de Cardiologie et de la Société Européenne d HTA

Recommandations 2013 de la Société Européenne de Cardiologie et de la Société Européenne d HTA Recommandations 2013 de la Société Européenne de Cardiologie et de la Société Européenne d HTA Dr C.-A. Reynard, Cardiologue FMH, Sion Mesure de la pression artérielle Position assise. au cabinet Après

Plus en détail

Prise en charge du risque CardioVasculaire dans une approche globale centrée sur le patient. MOP prévention cardiovasculaire F Delahaye, A Moreau

Prise en charge du risque CardioVasculaire dans une approche globale centrée sur le patient. MOP prévention cardiovasculaire F Delahaye, A Moreau Prise en charge du risque CardioVasculaire dans une approche globale centrée sur le patient MOP prévention cardiovasculaire F Delahaye, A Moreau L approche centrée sur le patient 1. Données actuelles de

Plus en détail

Profil lipidique et facteurs de risque cardiovasculaires chez le diabétique type 2

Profil lipidique et facteurs de risque cardiovasculaires chez le diabétique type 2 Profil lipidique et facteurs de risque cardiovasculaires chez le diabétique type 2 M.Sakouhi (1), L.Bendaoud (2), A.Nadji (3), F.Z.Bengoreine (3). B.Boumesjed (4) (1) Service endocrinologie-diabétologie,

Plus en détail

Nouvelles recommandations HAS 2017 dyslipidémies : la place des statines réaffirmée

Nouvelles recommandations HAS 2017 dyslipidémies : la place des statines réaffirmée Nouvelles recommandations HAS 2017 dyslipidémies : la place des statines réaffirmée La Haute Autorité de Santé (HAS) propose, à la demande de la CNAMTS, une nouvelle mouture de ses recommandations sur

Plus en détail

11 mars Sensibiliser au dépistage précoce pour prévenir les maladies rénales chroniques et réduire la mortalité cardiovasculaire

11 mars Sensibiliser au dépistage précoce pour prévenir les maladies rénales chroniques et réduire la mortalité cardiovasculaire 11 mars 2010 Sensibiliser au dépistage précoce pour prévenir les maladies rénales chroniques et réduire la mortalité cardiovasculaire Pourquoi une Journée du Rein? Les maladies rénales touchent 500 millions

Plus en détail

Évaluation des objectifs lipidiques chez les patients atteints de diabète de type 2. Dr R Bouzid, Dr A Khiat, Dr M Kherroubi HMRU Oran

Évaluation des objectifs lipidiques chez les patients atteints de diabète de type 2. Dr R Bouzid, Dr A Khiat, Dr M Kherroubi HMRU Oran Évaluation des objectifs lipidiques chez les patients atteints de diabète de type 2 Dr R Bouzid, Dr A Khiat, Dr M Kherroubi HMRU Oran Introduction - La dyslipidémie est un prédicteur important du risque

Plus en détail

Stratégie thérapeutique chez le patient hypercholestérolémique. Professeur Bernard GAY

Stratégie thérapeutique chez le patient hypercholestérolémique. Professeur Bernard GAY Stratégie thérapeutique chez le patient hypercholestérolémique Professeur Bernard GAY Déclara'on de liens d intérêt Médecin généraliste Maison de santé rurale de La Réole MSR Maison de Santé Rurale du

Plus en détail

Connaitre ses chiffres. lyondellbasell.com

Connaitre ses chiffres. lyondellbasell.com Connaitre ses chiffres 1 Gérer Sa Santé? Connaitre Ses Chiffres! Des numéros et chiffres importants font partie de notre vie au quotidien... Mais connaissez-vous les chiffres liés à votre SANTE? Tension

Plus en détail

Un outil essentiel d analyse

Un outil essentiel d analyse L étude nationale nutrition santé, ENNS 2006-2007 Un outil essentiel d analyse Katia Castetbon, Usen Colloque «De l assiette au champ : le retour de la qualité», 22 octobre 2009, Montpellier Contexte Programme

Plus en détail

Enjeux de la prise en charge du tabagisme chez les patients infectés par le VIH Aspects cardiovasculaires

Enjeux de la prise en charge du tabagisme chez les patients infectés par le VIH Aspects cardiovasculaires Enjeux de la prise en charge du tabagisme chez les patients infectés par le VIH Aspects cardiovasculaires Dr Caroline Dourmap Prévention CV CHU Rennes Journée Régionale de Tabacologie 28 janvier 2016 Epidémiologie

Plus en détail

Traitement hypolipémiant en Algérie : quelles recommandations suivre? D. Nibouche, MD, PHD,FESC

Traitement hypolipémiant en Algérie : quelles recommandations suivre? D. Nibouche, MD, PHD,FESC Traitement hypolipémiant en Algérie : quelles recommandations suivre? D. Nibouche, MD, PHD,FESC Recommandations Problématique - Pratique courante: référence, couverture nécessité de pratique. - Recommandations

Plus en détail

Les facteurs de risque coronariens

Les facteurs de risque coronariens Les facteurs de risque coronariens Les Grands Prés Ph Meurin Vascularisation du muscle cardiaque De quelle maladie parle-t-on? L Athérosclérose : Epaississement progressif des parois des artères : Coronaires

Plus en détail

I Définition des maladies cardiovasculaires

I Définition des maladies cardiovasculaires Cours n 4 : LES GRANDS PROBLEMES DE SANTE PUBLIQUE : LES MALADIES CARDIOVASCULAIRES ET L OBESITE I Définition des maladies cardiovasculaires Elles sont de 2 types suivant leur localisation : - les maladies

Plus en détail

ECN INTERREGIONAL 2009 DOSSIER N 9

ECN INTERREGIONAL 2009 DOSSIER N 9 ECN INTERREGIONAL 2009 DOSSIER N 9 Mr X... âgé de 42 ans, présente à son domicile à 7h45 un malaise avec perte de connaissance brève, associée à une oppression thoracique avec douleur atypique, médio-thoracique,

Plus en détail

BILAN JOURNEE MONDIALE DU CŒUR 2011

BILAN JOURNEE MONDIALE DU CŒUR 2011 BILAN JOURNEE MONDIALE DU CŒUR 2011 Journées Mondiale du Cœur 2011 Fondation ICA Page 1 REMERCIEMENTS MINISTERE DE LA SANTE ET DE LA LUTTE CONTRE LE SIDA PROGRAMME NATIONAL DE PREVENTION DES MALADIES NON

Plus en détail

Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique. Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé

Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique. Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé Déclaration de conflits d intérêt L orateur déclare avoir effectué des interventions ponctuelles à la demande de

Plus en détail

Mesure de la Pression Artérielle

Mesure de la Pression Artérielle Mesure de la Pression Artérielle rielle Daniel Herpin (Poitiers) 24 Janvier 2009 1 Tracé de pression artérielle rielle mesurée e de manière continue au doigt à l aide de Finapres chez un adulte en position

Plus en détail

coeur Quiz aux vrai pourquoi? comment? TOUT SAVOIR POUR PRENDRE SOIN DE SON COEUR

coeur Quiz aux vrai pourquoi? comment? TOUT SAVOIR POUR PRENDRE SOIN DE SON COEUR ? TOUT SAVOIR POUR PRENDRE SOIN DE SON COEUR coeur Quiz aux vrai? pourquoi? comment? Avec 180 000 décès par an, les maladies cardiovasculaires sont la première cause de mortalité en France. Les différentes

Plus en détail

Les hypercholestérolémies. Prise en charge et prescription raisonnée

Les hypercholestérolémies. Prise en charge et prescription raisonnée Les hypercholestérolémies Prise en charge et prescription raisonnée Etat des lieux Pratique courante en médecine générale Polémique : Publication du Pr Even et Debré (La vérité sur le Cholestérol Broché)

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

L HYPERTENSION ARTERIELLE. Connaissances actuelles

L HYPERTENSION ARTERIELLE. Connaissances actuelles L HYPERTENSION ARTERIELLE. Connaissances actuelles PROFESSEUR Daniel Herpin Poitiers, 13 Octobre 2014 DEFINITION L HTA est définie par la mise la mise en évidence à plusieurs reprises: d une pression artérielle

Plus en détail

I. Définitions importantes (vu en cours le 5 mars)

I. Définitions importantes (vu en cours le 5 mars) I. Définitions importantes (vu en cours le 5 mars) II. Facteurs de risque biologiques des pathologies cardiométaboliques A) Sédentarité (début vu en cours le 5 mars jusqu à la Fig 11 - p 7) Fig 12 p 7

Plus en détail

LE TABAC, UN RISQUE QUE VOUS POUVEZ EVITER A VOTRE CŒUR DR JY THISSE 26/09/2007

LE TABAC, UN RISQUE QUE VOUS POUVEZ EVITER A VOTRE CŒUR DR JY THISSE 26/09/2007 LE TABAC, UN RISQUE QUE VOUS POUVEZ EVITER A VOTRE CŒUR DR JY THISSE 26/09/2007 Des chiffres qui parlent Le tabac : première cause de mortalité évitable 510 000 décès / an en France 60 000 liés au tabac

Plus en détail

Hypertension artérielle essentielle chez l adulte

Hypertension artérielle essentielle chez l adulte Hypertension artérielle essentielle chez l adulte Recommandations pour la pratique clinique HAS - Actualisation 2005 1 Hypertension artérielle 13,5 % actes médicaux 11 millions de personnes en France Prévalence

Plus en détail

Qu est-ce qu un facteur de risque?

Qu est-ce qu un facteur de risque? Edito Cette enquête est le fruit d une collaboration exemplaire de l Union Régionale des Médecins Libéraux et de l Union Régionale des Caisses d Assurance Maladie de Corse. Elle témoigne de la volonté

Plus en détail

Sensibilisation des médecins généralistes au Syndrome métabolique, en France, Royaume-Uni, Pologne, Canada et Singapour.

Sensibilisation des médecins généralistes au Syndrome métabolique, en France, Royaume-Uni, Pologne, Canada et Singapour. Sensibilisation des médecins généralistes au Syndrome métabolique, en, Royaume-Uni,, et February 2004-1 Fréquence de l évaluation des risques cardiovasculaires Q1 : dans votre pratique quotidienne, sur

Plus en détail

Repérage d une anomalie lipidique dans le cadre de l évaluation du risque cardio-vasculaire global

Repérage d une anomalie lipidique dans le cadre de l évaluation du risque cardio-vasculaire global Synthèse fiche mémo Principales dyslipidémies : stratégies de prise en charge Février 2017 Cte synthèse présente les points essentiels de la fiche mémo : «Principales dyslipidémies : stratégies de prise

Plus en détail

PREVENTION CARDIOVASCULAIRE DCEM 3

PREVENTION CARDIOVASCULAIRE DCEM 3 PREVENTION CARDIOVASCULAIRE DCEM 3 Madame Rose V, 62 ans, comptable, vient vous consulter dans le cadre du suivi d un diabète de type 2 traité depuis 11 ans, ainsi qu une HTA traitée depuis 8 ans. C est

Plus en détail

LE SYNDROME METABOLIQUE.

LE SYNDROME METABOLIQUE. LE SYNDROME METABOLIQUE. (D après Mme le Dr. Tostivint. FMC \ AFU \ CFC \ 1-2/12/2011) PLAN Définition Risques cardio-vasculaires Implications dans la survenue et la récidive lithiasique Chez qui le chercher?

Plus en détail

Contrôle de la pression artérielle. Définitions

Contrôle de la pression artérielle. Définitions L hypertension artérielle correspond à une hyperpression du sang sur la paroi des artères. Elle constitue un risque majeur d accident cardiovasculaire. Selon les données de l Organisation Mondiale de la

Plus en détail

-> Point de repère : Le programme national nutrition santé (PNNS) recommande de consommer 5 fruits et légumes par jour.

-> Point de repère : Le programme national nutrition santé (PNNS) recommande de consommer 5 fruits et légumes par jour. I OUI! Riz, pâtes, pommes de terre, pain, légumes secs, les féculents sont la base de notre alimentation et sont nécessaires à chaque repas, en quantités adaptées à l âge et de l appétit de chacun des

Plus en détail

Recommandations pour la pratique clinique Modalités de dépistage et diagnostic biologique des dyslipidémies en prévention primaire

Recommandations pour la pratique clinique Modalités de dépistage et diagnostic biologique des dyslipidémies en prévention primaire Recommandations pour la pratique clinique Modalités de dépistage et diagnostic biologique des dyslipidémies en prévention primaire Texte des recommandations INTRODUCTION 1. Thème des recommandations La

Plus en détail

HTA Maladie Vasculaire Athéromateuse. Couple infernal! Claire Mounier-Vehier. C.H.R.U. de Lille

HTA Maladie Vasculaire Athéromateuse. Couple infernal! Claire Mounier-Vehier. C.H.R.U. de Lille HTA Maladie Vasculaire Athéromateuse Couple infernal! Claire Mounier-Vehier C.H.R.U. de Lille Patient à Risque Vasculaire Les recommandations de la Société Européenne de Cardiologie publiées en août 2003

Plus en détail

Hypertension artérielle sévère ou à risque cardio-vasculaire élevé

Hypertension artérielle sévère ou à risque cardio-vasculaire élevé Hypertension artérielle sévère ou à risque cardio-vasculaire élevé 1. PROMOTEUR : UFCV 2. SOURCES Référentiel hypertension artérielle sévère ou à risque cardio-vasculaire élevé : UFCV 2003 Référentiel

Plus en détail

Quelle(s) prévention(s) pour un vieillissement en santé. Professeur A. GENTRIC CHU Brest JE 2535 Octobre 2011

Quelle(s) prévention(s) pour un vieillissement en santé. Professeur A. GENTRIC CHU Brest JE 2535 Octobre 2011 Quelle(s) prévention(s) pour un vieillissement en santé Professeur A. GENTRIC CHU Brest JE 2535 Octobre 2011 Vieillissement Définition : Tous les changements» Physiologiques» Cellulaires» Sociaux» Culturels»

Plus en détail

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RAPPEL DEFINITIONS Hyperlipidémie g/l mmol/l Triglycérides < 2 < 2.2 Cholestérol Total

Plus en détail

HTA du sujet jeune Actualités

HTA du sujet jeune Actualités HTA du sujet jeune Actualités Pr Alain FURBER UPRES EA 3860 et Service de Cardiologie CHU et Université d Angers Déclaration des Conflits d Intérêts de 2010 à 2014 Pr Alain FURBER Recherche/Etudes : Astra-Zeneca,

Plus en détail

Chapitre 2 Item 219 UE 8 Facteurs de risque cardiovasculaire et prévention I. Introduction

Chapitre 2 Item 219 UE 8 Facteurs de risque cardiovasculaire et prévention I. Introduction Chapitre 2 Item 219 UE 8 Facteurs de risque cardiovasculaire et prévention I. Introduction II. Facteurs de risque cardiovasculaire III. Évaluation du risque cardiovasculaire IV. Prévention cardiovasculaire

Plus en détail

Vignette 1 : Du risque au diagnostic, quelles suites à donner?

Vignette 1 : Du risque au diagnostic, quelles suites à donner? Vignette 1 : Du risque au diagnostic, quelles suites à donner? Patiente de 42 ans avec ATCD récent de syndrome coronarien aigu H.T.A traitée par inhibiteur de canaux calciques et -bloquant Hyperlipidémie

Plus en détail

«Première rencontre régionale pour la structuration de la prise en charge de l obésité»

«Première rencontre régionale pour la structuration de la prise en charge de l obésité» «Première rencontre régionale pour la structuration de la prise en charge de l obésité» Union Régionale des Médecins Libéraux (URML) Pôle technologique La Pardieu 24 Allée Evariste Gallois 63170 Aubière

Plus en détail

Alimentation : des besoins qui évoluent au fil des ans

Alimentation : des besoins qui évoluent au fil des ans Alimentation : des besoins qui évoluent au fil des ans Bien vieillir Le corps se transforme De quoi s'agit-il? Au fil des ans, la composition corporelle change ; la masse musculaire se réduit au profit

Plus en détail

Vivre sans. hypertension. Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle

Vivre sans. hypertension. Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle Vivre sans hypertension Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle Vivre sans hypertension LE SAVIEZ-VOUS? hypertension artérielle, ou HTA, est la cause L la

Plus en détail

Facteurs de risque cardiovasculaire

Facteurs de risque cardiovasculaire Facteurs de risque cardiovasculaire 20/11/2008 Dr STIN Caroline Définition Un facteur de risque cardio-vasculaire se définit comme un facteur pour lequel l exposition d une personne à ce facteur augmente

Plus en détail

Traitement des dyslipidémies : état des lieux des recommandations. Vincent Durlach CFPV 2015

Traitement des dyslipidémies : état des lieux des recommandations. Vincent Durlach CFPV 2015 Traitement des dyslipidémies : état des lieux des recommandations. Vincent Durlach CFPV 2015 Liens d intérêt Astra-Zeneca,Pfizer, Amgen, Shire, Lilly, Servier, MSD : consultance scientifique, groups d

Plus en détail

Au Luxembourg, plus d une personne sur deux ignore qu elle souffre d hypertension artérielle!

Au Luxembourg, plus d une personne sur deux ignore qu elle souffre d hypertension artérielle! Au Luxembourg, plus d une personne sur deux ignore qu elle souffre d hypertension artérielle! FR stress >50 ans Non diagnostiquée, l hypertension artérielle peut être mortelle. Faites-vous dépister! L

Plus en détail

Toute personne dépistée à risque lors du dépistage RCV sera orientée vers son médecin traitant pour une prise en charge médicale.

Toute personne dépistée à risque lors du dépistage RCV sera orientée vers son médecin traitant pour une prise en charge médicale. Dépistage des risques cardiovasculaires (Dépistage RCV) chez des personnes a priori en bonne santé www.depistage-officine.com 1. Objectif PROTOCOLE Le CNGPO propose la pratique du dépistage des risques

Plus en détail

Cas clinique n 2. Cas clinique N 2. Que rechercher de particulier à l examen clinique? Comment orienter l interrogatoire?

Cas clinique n 2. Cas clinique N 2. Que rechercher de particulier à l examen clinique? Comment orienter l interrogatoire? Cas clinique n 2 Cas clinique N 2 Anne Wojtusciszyn CCA Maladies Endocriniennes CHU Lapeyronie Monsieur P. 72 ans, artisan à la retraite, vous consulte. Il vient d être dêtre grand père et voudrait se

Plus en détail

Diabète de type 2 Nouveaux médicaments Nouvelles stratégies. Dr Michel Varroud-Vial Mai 2005

Diabète de type 2 Nouveaux médicaments Nouvelles stratégies. Dr Michel Varroud-Vial Mai 2005 Diabète de type 2 Nouveaux médicaments Nouvelles stratégies Dr Michel Varroud-Vial Mai 2005 Les glitazones - rosiglitazone - pioglitazone Mécanismes d action Les glitazones Améliorent la Sensibilité du

Plus en détail

Dyslipidémies en 2014 Recommendations Pr Jean Ferrières

Dyslipidémies en 2014 Recommendations Pr Jean Ferrières Dyslipidémies en 2014 Recommendations Pr Jean Ferrières Secrétaire Général de la Société Française de Cardiologie Service de Cardiologie B, CHU de Toulouse 2 cet intervenant : a déclaré n avoir aucun lien

Plus en détail

Etude Nationale Nutrition Santé (ENNS, 2006)

Etude Nationale Nutrition Santé (ENNS, 2006) Etude Nationale Nutrition Santé (ENNS, 2006) Situation nutritionnelle en France selon les indicateurs d objectif et les repères du Programme National Nutrition Santé (PNNS) Résumé des résultats présentés

Plus en détail

AVC et diabète de type 2 au Service de Médecine Interne / Diabétologie HCA. D. Lounis; N. Deméne-Debih; S. Khalfa; D.E.

AVC et diabète de type 2 au Service de Médecine Interne / Diabétologie HCA. D. Lounis; N. Deméne-Debih; S. Khalfa; D.E. AVC et diabète de type 2 au Service de Médecine Interne / Diabétologie HCA D. Lounis; N. Deméne-Debih; S. Khalfa; D.E. Talbi ( HCA ) Introduction (1) Tous les ans, ~ 15 M de personnes dans le monde subissent

Plus en détail

L Innovation à l IUCPQ Université Laval. Denis Bouchard Président-Directeur Général IUCPQ-Université Laval

L Innovation à l IUCPQ Université Laval. Denis Bouchard Président-Directeur Général IUCPQ-Université Laval L Innovation à l IUCPQ Université Laval Denis Bouchard Président-Directeur Général IUCPQ-Université Laval Ce qui nous distingue Notre mission Trois grands axes cliniques etde recherche Cardiologie Pneumologie

Plus en détail

Messages nutrition santé

Messages nutrition santé Fiche A1 Des éléments de connaissance Les avancées de la recherche précisent le rôle que joue tant l inadéquation des apports alimentaires que l insuffisance d activité physique et la sédentarité dans

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 juillet Date de l'amm initiale : 29/07/1998 dernière modification le 31 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 juillet Date de l'amm initiale : 29/07/1998 dernière modification le 31 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 juillet 2006 XENICAL 120 mg, gélule plaquettes thermoformées de 84 gélules Code CIP : 347 809-6 ROCHE orlistat liste I Date de l'amm initiale : 29/07/1998 dernière

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NÉPHROLOGIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NÉPHROLOGIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NÉPHROLOGIE Repérage et prise en charge du patient adulte atteint de maladie rénale chronique Novembre 2005 I. PROMOTEURS Société de Néphrologie ; Haute Autorité

Plus en détail

Les Maladies Non Transmissibles (Île Maurice) Dr M. R. Aumeerally Medecine d Urgence Santé Publique et Épidémiologie ( Bordeaux) NCD Coordinator

Les Maladies Non Transmissibles (Île Maurice) Dr M. R. Aumeerally Medecine d Urgence Santé Publique et Épidémiologie ( Bordeaux) NCD Coordinator Les Maladies Non Transmissibles (Île Maurice) Dr M. R. Aumeerally Medecine d Urgence Santé Publique et Épidémiologie ( Bordeaux) NCD Coordinator Vers une mode de vie plus saine Adopting A Healthy Lifestyle

Plus en détail

lyondellbasell.com Gestion de l'hypertension Artérielle

lyondellbasell.com Gestion de l'hypertension Artérielle Gestion de l'hypertension Artérielle Gestion de l Hypertension Artérielle C une évidence qu etre en bonne santé sur le plan cardiaque et circulatoire vous aidera à mieux vieillir. Un homme n est plus aussi

Plus en détail

Les révélations d Hyvet A 80ans: Cela A 80ans: Cela vaut encore le vaut encore le coup!!!! coup!!!

Les révélations d Hyvet A 80ans: Cela A 80ans: Cela vaut encore le vaut encore le coup!!!! coup!!! Les révélations r d Hyvet A A 80ans: 80ans: Cela Cela vaut vaut encore encore le le coup!!!! coup!!!! HYVET Méthodologie 3 845 hypertendus 80 ans Etude internationale, multicentrique, randomisée en double

Plus en détail

Cyclotourisme et santé

Cyclotourisme et santé Cyclotourisme et santé Cyclotourisme et santé Pratiquer le cyclotourisme En dehors de tout esprit de compétition est bénéfique pour la santé Les études de l INSERM confirment ce qui était seulement pressenti

Plus en détail

Epidémiologie des Accidents Vasculaires Cérébraux CHU TLEMCEN

Epidémiologie des Accidents Vasculaires Cérébraux CHU TLEMCEN Epidémiologie des Accidents Vasculaires Cérébraux CHU TLEMCEN 2011-2012 Dr S. BENBEKHTI Epidémiologiste Service de Prévention Générale Direction de Santé et Population Wilaya de TLEMCEN E-mail: samira_med2010@hotmail.fr

Plus en détail

Que dois-je faire après

Que dois-je faire après Je suis hypertendu : Que dois-je faire après ma consultation? Ce fascicule a pour but de vous aider à mieux suivre les recommandations et les prescriptions de votre médecin suite à la découverte de votre

Plus en détail

Observatoire du risque cardiovasculaire chez les femmes Février 2006

Observatoire du risque cardiovasculaire chez les femmes Février 2006 Observatoire du risque cardiovasculaire chez les femmes Février 2006 Yves MORVAN Directeur de clientèle 01 55 33 20 50 yves.morvan@tns-global.com Méthodologie Cette étude a été réalisée par Omnibus auprès

Plus en détail

STATINE OR NOT STATINE? JUMGA 3 DÉCEMBRE 2016 DR SYLVAINE BŒUF-GIBOT

STATINE OR NOT STATINE? JUMGA 3 DÉCEMBRE 2016 DR SYLVAINE BŒUF-GIBOT STATINE OR NOT STATINE? JUMGA 3 DÉCEMBRE 2016 DR SYLVAINE BŒUF-GIBOT CALCUL DU RISQUE CV FRCV ASSOCIEŚ A UNE DYSLIPIDEḾIE : Âge : homme 50 ans ou plus, femme 60 ans Ante ce dents familiaux de maladie coronaire

Plus en détail

Nutrition et pression artérielle. Pr Thierry Pepersack Hôpital Erasme, Bruxelles La gérontologie au quotidien 24 janvier 2003

Nutrition et pression artérielle. Pr Thierry Pepersack Hôpital Erasme, Bruxelles La gérontologie au quotidien 24 janvier 2003 Nutrition et pression artérielle Pr Thierry Pepersack Hôpital Erasme, Bruxelles La gérontologie au quotidien 24 janvier 2003 Framingham Study Blood pressure and age BP (mmhg) 160 150 Systolic BP 140 130

Plus en détail