Le conseil en management

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le conseil en management"

Transcription

1 Le conseil en management Avril 2014 / OLE / ACE 3SAE06 NAF rév.2, 2008 : 70.22Z NACE rév.2, 2008 : Prévisions 2014 PIB en France (vol.) +0,8% CA Xerfi du secteur du conseil en management (val.) Données ,0% PIB en France (vol.) +0,3% CA Xerfi du secteur du conseil en management (val.) Marché français du conseil en management (val.) Prix des prestations en matière d affaires et de conseil Chiffres clés ,0% 0,0% +1,3% Le conseil en management comprend divers types de prestations : conseil en stratégie, développement corporate, efficacité opérationnelle, accompagnement du changement, etc. Le marché peut toutefois être découpé en trois principaux segments : conseil en stratégie, conseil en organisation et conseil en système d information. Aux côtés des cabinets de conseil en management «purs» se positionnent des acteurs issus d horizons divers qui offrent des prestations de conseil en management. S appuyant sur cette segmentation, 6 grandes catégories d opérateurs sont identifiées : les cabinets à dominante stratégie (McKinsey, BCG, etc.), les cabinets de conseil pluridisciplinaires (Kurt Salmon, Eurogroup, etc.), les filiales d entreprises de service numérique (Capgemini, Groupe CGI, Atos Consulting, etc.), les acteurs mêlant conseil et IT (Accenture, CSC, etc.), les pôles conseil des cabinets d audit (KPMG, PwC Advisory, Deloitte Conseil, etc.) et les cabinets spécialisés (Alma CG, Altedia, etc.). CA du conseil en management en France (*) CA du business consulting en France (*) Y compris outsourcing, intégration, etc. Accenture Leaders (*) Capgemini Consulting CSC Computer Sciences Groupe CGI KPMG (*) classement alphabétique 7,4 Md 6,8 Md CA Xerfi du secteur du conseil en management Unité : % des variations annuelles en valeur 16% 12% 8% 4% 0% -4% 11,9% 7,3% -1,3% 7,5% 3,0% 0,5% 1,0% 3,0% e 2014p Estimation et prévision Xerfi / Source : INSEE

2 le médiateur du monde économique Le groupe Xerfi, leader français des études sur les secteurs et les entreprises, apporte aux décideurs les analyses indispensables pour surveiller l évolution des marchés et de la concurrence, décrypter les stratégies et les performances des entreprises, en France comme à l international. Le site Xerfi.com met ainsi en ligne le plus vaste catalogue d études sur les secteurs et les entreprises. Au sein du premier bureau d études spécialisé en France, les experts sectoriels du groupe Xerfi sont animés d une passion commune : traiter l information avec une très grande rigueur intellectuelle, réaliser des analyses professionnelles au plus près des réalités de la vie économique, s engager sur des conclusions rédigées avec l ambition de la probité et de la qualité. Pour atteindre ces objectifs, le groupe Xerfi, s est donné tous les moyens de l indépendance : son capital est détenu par ses dirigeants, son développement repose pour l essentiel sur l édition des études réalisées à sa propre initiative, des méthodes de travail éprouvées, des règles déontologiques strictes. Des milliers d entreprises, comme tous les réseaux bancaires, les investisseurs et financiers, les leaders du conseil et de l audit ont fait des études du groupe Xerfi l outil indispensable pour appuyer leur réflexion. Depuis sa création en 1993, Xerfi a été animé par une volonté de rigueur, de qualité, et de stricte indépendance, garantie par son autonomie financière, son statut de maison d édition, et des règles déontologiques rigoureuses. Le groupe Xerfi est contrôlé par son équipe de dirigeants, et Présidé par son fondateur, Laurent Faibis. Le conseil en management Avril

3 Nos collections d études Les études Xerfi France Xerfi France présente une collection complète de plus de 300 études sur la conjoncture et les acteurs de l ensemble des secteurs de l économie française. Chacun des titres apporte une information rigoureuse et objective en présentant de manière structurée et opérationnelle les prévisions sectorielles de nos experts, l analyse de la demande, les faits marquants de la vie des entreprises et les données financières des opérateurs. Les études Xerfi Research La collection Xerfi Research vous propose des études approfondies sur une sélection de secteurs et marchés clés de l économie française. Chaque titre décrypte les évolutions de l activité et du jeu concurrentiel à travers une analyse détaillée des déterminants du marché, des facteurs de mutation de l offre et de la demande ainsi que des axes de développement des opérateurs. Une attention toute particulière est accordée aux prévisions d activité à court et moyen terme. Les études Xerfi Precepta Les experts sectoriels de Precepta ont pour mission d apporter aux dirigeants d entreprises des analyses stimulantes pour élaborer leurs décisions. Les études sont réalisées avec la plus grande rigueur professionnelle, une indépendance d esprit totale, la volonté de clarifier et d aiguillonner la réflexion stratégique. Des centaines d entretiens ont été réalisés chaque année auprès des décideurs pour mieux appréhender leur problématique stratégique. Les études Xerfi Groupes Chacune des 60 études de la collection dresse le portrait complet d un groupe français, tous secteurs d activité confondus. Notre analyse met l accent sur les forces et faiblesses de l opérateur, son positionnement par rapport aux marchés, ses orientations stratégiques, sa politique d investissement et sur les grands enseignements de l analyse de ses comptes. The Global Business report Global Business, the international department of Xerfi Group, provides decision makers with the information, analysis and forecasts they need to understand the key issues of all the 60 sectors of the global economy. Les études sur mesure Xerfi Analysis est le département d études sur mesure ou ad hoc du groupe Xerfi. Présente sur l'ensemble des secteurs, l offre de services de Xerfi Analysis se veut avant tout opérationnelle et adaptée aux besoins de ses clients. Elle porte sur des domaines divers, tels que les lettres de conjonctures, les études de marché, les rapports d entreprises ou la définition de plans stratégiques. Le conseil en management Avril

4 Votre abonnement L intelligence des secteurs et des entreprises Xerfi 700 est la seule source complète d études et de prévisions sur les secteurs et leur tissu d entreprises. Couplé avec Xerfi entreprises, c est l outil de référence indispensable adopté par les établissements financiers, les entreprises, les cabinets de conseil et d audit, les grands établissements publics et para-publics pour appuyer leurs analyses et étayer leurs décisions. Une source exceptionnelle d analyses, d informations et de prévisions Complète et mise à jour Véritable encyclopédie sur l activité économique, les secteurs et les entreprises, Xerfi 700 présente chaque année plusieurs centaines d études sur tous les marchés en France et dans le Monde, plusieurs dizaines de milliers d analyses sur les sociétés, des centaines de notes de conjoncture, des prévisions sur les secteurs en France et dans le Monde Exclusive et indépendante Xerfi 700 contient un nombre exceptionnel d analyses originales et de prévisions exclusives pour surveiller l évolution des activités économiques. Les synthèses sont rédigées en toute indépendance, garantie par une volonté de comprendre la vérité économique. Rigoureuse et cohérente Puisées aux meilleures sources, les données sont vérifiées, traitées par une équipe pluridisciplinaire de professionnels spécialisés par pôles d expertise au sein du premier bureau d études français. Les analyses et prévisions sont mises en cohérence pour prendre en compte toutes les inter-relations de la vie économique. Claire et conviviale Tout a été pensé pour faciliter vos recherches, vous faire gagner du temps dans vos missions et mettre à votre disposition des études immédiatement opérationnelles. Une attention toute particulière est apportée à la facilité d utilisation : simplicité de la recherche, des présentations claires et homogènes, des textes concis éclairés par des graphiques et tableaux pour aller vite à l essentiel. Le groupe Xerfi, leader français des études sur les secteurs et les entreprises, apporte aux décideurs les analyses indispensables pour surveiller l évolution des marchés et de la concurrence, décrypter les stratégies et les performances des entreprises, en France comme à l international. Le site Xerfi.com met ainsi en ligne le plus vaste catalogue d études sur les secteurs et les entreprises. Depuis sa création en 1993, Xerfi a été animé par une volonté de rigueur, de qualité, et de stricte indépendance, garantie par son autonomie financière, son statut de maison d édition, et des règles déontologiques rigoureuses. Le groupe Xerfi est contrôlé par son équipe de dirigeants, et présidé par son fondateur, Laurent Faibis. Le conseil en management Avril

5 Table des matières 0. SYNTHESE 8 1. ELEMENTS DE CADRAGE Champ de l étude 12 Périmètre retenu Fondamentaux de l activité 13 Principales catégories de prestations de conseil 13 Grandes étapes d une mission de conseil 14 Débouchés du secteur 15 Analyse rétrospective de long terme ANALYSE & PERSPECTIVES DU MARCHE Vue d ensemble 18 Déterminants de l activité du secteur Analyse de l environnement 19 A retenir 19 Conjoncture mondiale 20 Conjoncture française 21 Investissements et situation financière des entreprises 22 Créations d entreprises 23 Défaillances d entreprises 24 Evolution des marchés financiers Analyse conjoncturelle du secteur 26 A retenir 26 Marché français du conseil en management 27 Chiffre d affaires du secteur 28 Chiffre d affaires par taille d entreprises 29 Prix des prestations de conseil Prévisions pour A retenir 31 Environnement macro-économique 32 Chiffre d affaires du secteur PERFORMANCES FINANCIERES DES ENTREPRISES DU SECTEUR Points de repère 35 Méthodologie Xerfi Compte de résultat du secteur 36 Principaux postes de charges 36 Le conseil en management Avril

6 Soldes intermédiaires de gestion Récapitulatif des états financiers du secteur 38 Compte de résultat en % du chiffre d affaires STRUCTURE ECONOMIQUE DU SECTEUR Structure économique 40 A retenir Caractéristiques structurelles 41 Concentration du secteur 41 Structure des entreprises par taille 42 Structure de l activité par taille 43 Poids de l actionnariat étranger 44 Localisation de l activité 45 Panorama européen FORCES EN PRESENCE Forces en présence 48 Panorama des groupes et entreprises leaders 48 Cartographie des principaux acteurs 49 Positionnement des principaux acteurs Cabinets de conseil et IT 53 Accenture 53 CSC Filiales d ESN 57 Groupe CGI 57 Capgemini Pôles conseil de cabinets d audit 61 KPMG Cabinets à dominante stratégie 63 Boston Consulting Group 63 McKinsey Cabinets généralistes 67 Management Consulting Group Ephémérides 69 Faits marquants en France 69 Montée en gamme et élargissement du champ d expertise 71 Développement international Principales sociétés du secteur 74 Classement par chiffre d affaires 74 Classement par taux de valeur ajoutée 76 Classement par taux de résultat net ANNEXES 80 Le conseil en management Avril

7 6.1. Champ statistique du secteur 81 Nomenclature NAF SOURCES D INFORMATION NOTE METHODOLOGIQUE 87 Le conseil en management Avril

8 0. Synthèse Le conseil en management Avril

9 Une activité bien orientée en 2014 Après deux années difficiles, les cabinets de conseil en management en France anticipent une accélération de leur activité en Dans le sillage de l amélioration de la conjoncture dans l Hexagone (hausse de 0,8% du PIB de la France), le chiffre d affaires des entreprises du secteur analysées par Xerfi progressera en effet de 3% sur un an. Après avoir restreint leurs dépenses, les entreprises clientes n auront pas d autre choix que de recommencer à se projeter vers l avenir et auront besoin d être accompagnées par les professionnels du conseil pour réussir leur mutation. En particulier, les opérateurs profiteront d une reprise de l investissement dans l industrie (notamment automobile, aéronautique, pharmacie et équipements électroniques et informatiques), principal secteur client des cabinets de conseil avec 29% du marché français en D importants facteurs structurels porteurs Par ailleurs, le secteur bénéficiera de leviers structurels porteurs liés à des problématiques de changement rencontrés par leurs clients face à des marchés en constante évolution : - conseil en temps de crise : du fait d un redémarrage économique encore poussif, les entreprises font appel aux cabinets de consulting pour trouver de nouveaux relais de croissance, optimiser leur organisation ou améliorer leur productivité ; - rupture technologique : l arrivée de nouvelles technologies (cloud computing notamment) transforme les métiers et fait émerger notamment d importants besoins en conseil en systèmes d information (IT) ; - globalisation de l économie : les entreprises ont de plus en plus recours à l expertise des cabinets de conseil pour les orienter dans leur développement à l international ; - évolutions réglementaires : les prestataires de conseil sont sollicités dans le cadre de libéralisation de certains secteurs (télécoms, énergie, transport, etc.) ou au contraire d un encadrement renforcé comme dans la finance (Bâle 3) et l assurance (Solvabilité 2), deux débouchés majeurs de la profession. Intensification des pressions concurrentielles Toutefois, les clients resteront attentifs à leurs dépenses en Les cabinets de conseil devront notamment faire face à la baisse de la demande du secteur public du fait des restrictions budgétaires. Les donneurs d ordres chercheront par ailleurs à renégocier leurs contrats et multiplieront les appels d offres pour obtenir des tarifs plus avantageux. Mais davantage que le prix, l expertise, la rigueur méthodologique et la réactivité seront les critères déterminants dans le choix du prestataire. Les cabinets de conseil devront proposer des prestations à plus forte valeur ajoutée, notamment pour répondre aux besoins spécifiques de leurs clients. Dans ce contexte, la concurrence est amenée à se renforcer au sein du secteur, étant donné les faibles barrières à l entrée et la diversité des débouchés. Le conseil en management Avril

10 Les professionnels du conseil doivent en effet faire face à l arrivée croissante d acteurs issus d horizons divers. De plus en plus de professions libérales (expert-comptable, audit, cabinet d avocats), d organismes de formation professionnelle ou de filiales d entreprises de services numériques (ESN), aspirant à élargir leur champ d activité, se positionnent sur le marché du conseil en management. Les grandes entreprises (notamment du CAC 40) disposent également de structures de conseil interne (Renault, Orange, Vinci, etc.) et tendent de plus en plus à répondre aux appels d offres s imposant comme des concurrents directs aux cabinets traditionnels. Gonflement des frais de personnel Face à l intensification des pressions concurrentielles, les performances d exploitation dans le secteur se dégradent. Les opérateurs n ont d autres choix que de limiter les augmentations tarifaires, quitte à rogner sur leurs marges. Le taux d EBE des sociétés analysées par Xerfi a ainsi reculé de 3,6 points entre 2005 et 2013 pour atteindre un plus bas historique à 4,6% du chiffre d affaires. Les cabinets de conseil en management sont confrontés à un gonflement de leurs frais de personnel lié notamment aux revalorisations mécaniques des salaires en fonction de l expérience mais aussi à l accroissement des effectifs. De nombreux opérateurs ont d ores et déjà annoncé leur intention de recruter de nouveaux consultants en France en 2014, à l instar de Kurt Salmon, Chappuis Halder, Bain & Cie ou encore Groupe CGI. En moyenne, la profession recrute chaque année environ jeunes diplômés hautement qualifiés afin d améliorer le niveau de compétences et garantir des prestations de qualité. Différentes stratégies de croissance Pour continuer à se développer, les professionnels du conseil chercheront également de nouveaux relais de croissance. À ce titre, quatre axes stratégiques majeurs peuvent être identifiés : - développement à l international : de plus en plus de cabinets français s implantent à l étranger soit en ouvrant de nouveaux bureaux, soit en rachetant des entreprises. SIA Partners a ainsi repris en 2013 les activités de conseil en management d Investance, implanté à Londres, Hong Kong et Singapour ; - montée en gamme : les opérateurs tentent de se différencier en proposant des prestations à plus forte valeur ajoutée ou en signant des partenariats pour développer de nouvelles pratiques, à l image de Julhiet qui s est rapproché de Zyncro, un éditeur de réseau social d entreprises ; - diversification des débouchés : les opérateurs étendent leur activité vers de nouveaux marchés plus porteurs comme l économie du digital, la santé ou l énergie ; - croissance externe : les leaders multiplient les acquisitions d entreprises pour renforcer leur présence et leurs compétences en France, à l image de Solucom qui a repris Lumens et Trends Consultants. Olivier Lemesle, avril 2014 Le conseil en management Avril

11 1. Eléments de cadrage Le conseil en management Avril

12 1.1. Champ de l étude Périmètre retenu Typologie du secteur étudié Production Négoce Distribution Services Construction (Fabricants, extracteurs, etc.) (Centrales d achat négociants, etc.) (Détaillants, commerçants, etc.) (Prestataires divers, transporteurs, etc.) (BTP, travaux publics, etc.) Périmètre retenu L étude réalisée par Xerfi porte sur le conseil en management en France. Il est toutefois important de souligner que ce secteur est extrêmement difficile à délimiter avec précision. Il fait en effet intervenir une multitude d acteurs très hétérogènes, de par la diversité de leurs prestations mais également de par leur taille. En outre, les frontières entre les métiers des prestations intellectuelles sont de plus en plus floues. Enfin, bon nombre de cabinets de conseil ayant élargi le champ de leurs interventions, il est difficile de connaître avec précision la part de leur activité effectivement réalisée dans le conseil en management. Activités Le marché peut être découpé en trois principales activités : - conseil en stratégie ; - conseil en organisation, efficacité opérationnelle et accompagnement du changement ; - conseil en technologies et systèmes d information. Toutefois, il reste délicat de répertorier de manière satisfaisante l ensemble des activités de la profession (certains intègrent par exemple le conseil en marketing). Chaque cabinet ou presque a par ailleurs sa propre définition du conseil en management. Débouchés De par la nature de leur activité, les cabinets de conseil en management s adressent à des clients de tailles et d horizons très divers. Citons parmi eux les administrations, les assurances, la banque, l énergie, le luxe, l industrie, la logistique, les télécoms et les médias, le transport ou encore le secteur public. Codes NAF concernés Les services de conseil en management sont principalement référencés sous le code NAF 70.22Z intitulé «Conseil pour les affaires et autres conseils de gestion». Ce dernier couvre toutefois un champ plus large que les seules activités de conseil en management. En outre, certains acteurs significatifs du conseil en management ne sont pas suivis par la NAF 70.22Z, soit parce qu ils sont référencés dans une autre nomenclature (Accenture notamment), soit parce qu ils ne déposent pas de comptes spécifiques pour leurs activités de conseil (IBM GBS, CSC Consulting, etc.), soit parce qu ils ne déposent pas de comptes dans l Hexagone (McKinsey, Bain & Cie, etc.). Le conseil en management Avril

13 1.2. Fondamentaux de l activité Principales catégories de prestations de conseil Les entreprises doivent faire face à un environnement de plus en plus complexe : une aubaine pour les cabinets de conseil Clients Fournisseurs Concurrents Actionnaires Législateur Entreprises Mondialisation Faire des économies Nécessité d adaptation Demandes de prestations de conseil Stratégie Organisation Management Systèmes d information Ressources humaines, etc. Source : Xerfi Structuration du secteur par segment d activités Unité : part en % du chiffre d affaires Le conseil en management organisationnel et opérationnel représentait l essentiel de l activité en France (52,7% du chiffre d affaires), devant le management de projets (31,3%) en Stratégie 11,5% Management RH 4,5% Management de projets 31,3% Organisation et opérations (*) 52,7% (*) Efficacité opérationnelle, management organisationnel, accompagnement du changement / Traitement Xerfi / Source : FEACO, données 2011 Le conseil en management Avril

14 1.2. Fondamentaux de l activité Grandes étapes d une mission de conseil Déroulement classique d une mission de conseil : 5 étapes clés Phase préliminaire Prise de contact avec l entreprise Premier diagnostic rapide du (des) problème(s) Elaboration d un planning des travaux Proposition au client Signature du contrat Diagnostic Collecte des informations Analyse et synthèse des informations recueillies Examen approfondi du (des) problème(s) Programme d action Elaboration des différentes solutions possibles Evaluation et choix des solutions appropriées Présentation de ces solutions au client Elaboration d un planning de mise en œuvre Mise en œuvre Assistance Ajustements des propositions à l environnement Formation des équipes du client Phase finale Evaluation de l intervention du cabinet Rapport final de mission Règlement du solde Examen d éventuelles collaborations ultérieures Source : Milan Kubr, Le conseil en management, BIT, (via Michel Vilette, Sociologie des cabinets de conseil en management, Éditions La Découverte, 2003) Le conseil en management Avril

15 1.2. Fondamentaux de l activité Débouchés du secteur Répartition du secteur du conseil en management par marché client Unité : part en % du chiffre d affaires total Marchés clients Sous-secteurs Part du chiffre d affaires du secteur en 2012 Tendance Industrie Automobile, aéronautique, chimie, pharmacie, etc. 29% +6 points Services financiers Banque, assurance, hedge funds, etc. 24% -6 points Energie-environnement Compagnies pétrolières, de gaz, d électricité, etc. 15% +4 points Secteur public Administrations centrales et territoriales, organismes publics, etc. 9% -6 points Autres Distribution, télécoms, médias, transport, logistique, santé, tourisme, etc. 23% +2 points Source : Syntec Conseil en Management Le conseil en management Avril

16 1.2. Fondamentaux de l activité Analyse rétrospective de long terme Evolution du marché français des cabinets de conseil en management Unité : % des variations annuelles en valeur 40% 30% 20% 10% 0% -10% -20% Traitement Xerfi / Source : Syntec Conseil en Management Années 90 Fortement lié à la conjoncture, le conseil en management a connu une très forte expansion dans les années 90, marquées par de grandes mutations économiques et technologiques. Ainsi, la France avait quasiment rattrapé son retard sur ce marché, par rapport aux pays anglo saxons Le retournement conjoncturel a mis un frein à la forte croissance de l activité des cabinets de conseil. Le secteur a connu une véritable crise ce qui a conduit à une profonde restructuration de la profession. Les scandales financiers des cabinets d audit aux Etats-Unis ont incité le législateur à imposer une scission des activités d audit et de conseil. Les cabinets ont mis en place un management plus rigoureux pour mieux maîtriser les coûts, améliorer la compétitivité et la rentabilité Le secteur connaît une nouvelle phase d expansion marquée par la relance des investissements au sein des grandes entreprises, s accompagnant de nombreux projets d accompagnement des transformations (fusions, restructurations, etc.) et l ouverture vers l international. Les opérateurs se positionnent sur des segments à plus forte valeur ajoutée et élargissent leur champ de compétences dans différents secteurs d activité (finance, industrie, tourisme, santé, distribution, etc.) pour devenir des multispécialistes du conseil en management La crise économique et financière a, de nouveau, mis un sérieux coup de frein à l activité des cabinets de conseil en management. S en est suivie la crise de la dette en 2011 et une période marquée par un important resserrement des politiques budgétaires. Depuis, les cabinets de conseil alternent des périodes de hausse et de baisse. Ils ne peuvent pratiquer de franches revalorisations tarifaires en raison de fortes pressions sur les prix de la part de leurs donneurs d ordres et d une vive concurrence (montée en puissance des cabinets d audit, de filiales d entreprises de services numériques, etc.) Le conseil en management Avril

17 2. Analyse & perspectives du marché Le conseil en management Avril

18 2.1. Vue d ensemble Déterminants de l activité du secteur Moteurs et freins à la croissance du secteur du conseil en management en 2013 Freins Moteurs Bouleversements permanents des modèles économiques qui entrainent d importants besoins en accompagnement du changement Innovations technologiques (cloud computing en tête), alimentant la demande de prestations de conseil IT Poursuite des évolutions réglementaires, notamment dans la banque (Bâle 3) ou encore dans l assurance (Solvabilité 2) Libéralisation de certains secteurs (énergie, transport, etc.) qui engendre de nouveaux besoins en conseil Ouverture croissante à l international pour suivre les clients grands comptes dans leurs activités à l étranger Conjoncture dégradée dans la zone euro et en France Trésoreries des entreprises au plus bas Diminution des investissements des sociétés financières ou non Fortes contraintes budgétaires dans le secteur public Hausse des défaillances d entreprises et baisse des créations (clients potentiels en moins) Fortes pressions sur les prix des prestations de la part des donneurs d ordres, dans un contexte marqué par une vive concurrence entre les cabinets de conseil Chiffre d affaires des cabinets de conseil en management : +1% en 2013 en valeur Source : Xerfi Le conseil en management Avril

19 2.2. Analyse de l environnement A retenir Un contexte conjoncturel morose Pour la deuxième année consécutive, les cabinets de conseil en management ont évolué dans un environnement conjoncturel difficile en Le produit intérieur brut au sein de la zone euro s est notamment replié de 0,4% sur an. En France, il a progressé de seulement 0,3% sur fond de hausse du chômage et de baisse du pouvoir d achat. En raison de carnets de commandes dégarnis, les entreprises clientes se sont montrées par ailleurs prudentes dans leurs investissements. Leur niveau de trésorerie s est en effet maintenu à bas niveau que ce soit dans l industrie, les services ou le commerce. Dans un contexte de pressions sur les marges, les entreprises ont alors cherché à maîtriser leurs dépenses et ont opéré des arbitrages auxquels les prestations de conseil n ont pas échappé. Un nombre toujours important de défaillances Par ailleurs, la baisse du nombre de créations d entreprises, conjuguée au niveau élevé de défaillances en France, a pesé sur l activité des cabinets de conseil. Avec des trésoreries exsangues, le nombre de redressements ou de liquidations judiciaires s est en effet maintenu au-delà de la barre des unités. Si dans certains secteurs comme la distribution ou les technologies de l information, la situation s est améliorée, les défaillances ont en revanche progressé dans les services aux particuliers ou dans l automobile touchant notamment les PME. Des facteurs structurels favorables soutiennent l activité des cabinets Néanmoins, le secteur du conseil en management bénéficie de leviers structurels porteurs qui ont permis d éviter un décrochage brutal de la demande : - conseil en temps de crise : face à une conjoncture morose, les donneurs d ordres font appel aux cabinets de consulting pour trouver de nouveaux relais de croissance, optimiser leur organisation ou encore reconfigurer leur activité en cas de fusions-acquisitions ou de cessions ; - rupture technologique : les innovations technologiques (cloud computing notamment) bouleversent les métiers et font émerger de nouveaux besoins en conseil en management, notamment en systèmes d information (IT) ; - globalisation de l économie : les entreprises ont de plus en plus recours à l expertise des cabinets de conseil pour les orienter dans leur développement à l international ; - évolutions réglementaires : la libéralisation de certains secteurs (télécoms, énergie, transport, etc.) ou au contraire un encadrement renforcé comme dans la finance (Bâle 3) et l assurance (Solvabilité 2), deux débouchés majeurs de la profession, alimentent les besoins en prestations de conseil. Indicateurs analysés Unités Produit intérieur brut mondial Produit intérieur brut de la France % des variations annuelles en volume % des variations annuelles en volume Tendance sur moyenne période ( ) +2,7% +2,7% +23,7% 0,0% +0,3% +5,5% Investissement des entreprises financières % des variations +1,3% -2,2% +19,9% non financières annuelles en valeur -0,7% -1,3% +21,7% Traitement Xerfi Méthodologie : cette partie analyse l environnement du secteur, à travers les indicateurs les plus appropriés. Elle étudie notamment l évolution des principaux marchés clients (débouchés), et des différents facteurs de soutien de la demande. Le conseil en management Avril

20 2.2. Analyse de l environnement Conjoncture mondiale Croissance du PIB mondial Unité : % des variations annuelles en volume 6% Le PIB mondial a progressé de seulement 2,7% en 2013, confirmant le ralentissement observé depuis Aux Etats-Unis et en Europe, l activité économique a été de nouveau pénalisée par une demande intérieure affaiblie. A noter que la situation s est néanmoins améliorée en fin d année. 3% 0% -3% 3,9% 4,4% 4,3% 3,6% 3,4% 2,7% 2,7% 2,1% -1,5% Traitement Xerfi / Source : Xerfi d après Feri Croissance du PIB dans les grandes zones géographiques mondiales Etats-Unis 2,5% 1,8% 2,8% 1,9% Zone euro 1,9% 1,6% -0,6% -0,4% Asie (hors Japon) 8,2% 7,8% 6,1% 6,7% Japon 4,7% -0,4% 1,4% 1,7% Amérique Latine 6,4% 4,7% 2,3% 3,5% Europe centrale et orientale 3,0% 3,9% 2,1% 2,3% Monde 3,6% 3,4% 2,7% 2,7% Traitement Xerfi / Source : Xerfi d après Feri Le conseil en management Avril

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

06 juin 2012. Réunion SFAF. Présentation des résultats annuels 2011/12. clos le 31 mars 2012

06 juin 2012. Réunion SFAF. Présentation des résultats annuels 2011/12. clos le 31 mars 2012 Réunion SFAF Présentation des résultats annuels 2011/12 clos le 31 mars 2012 Agenda 1. Fiche d'identité de Solucom 2. Marché et activité de l'exercice 2011/12 3. Résultats financiers 2011/12 4. Alturia

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino Septembre 2012 / TBI&LMO / BPE 2ENT18 Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino 40 000 34 361 NAF rév.2, 2008 : Chiffres clés 2011 47.11CDEF 47.91B 30 000 20 000 20 390 22

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

EXPERT-COMPTABLE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

EXPERT-COMPTABLE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 EXPERT-COMPTABLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'EXPERT-COMPTABLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'EXPERT-COMPTABLE... 5 L'ACTIVITÉ DE L'EXPERT-COMPTABLE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE L'EXPERT-COMPTABLE... 10 EN

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

Le marché informatique en France 2011 et tendances 2012

Le marché informatique en France 2011 et tendances 2012 Le marché informatique en France 2011 et tendances 2012 Juin 2012 Sextant Expertise 27, Boulevard des Italiens 75002 Paris Tél. : 01 40 26 47 38 www.sextant-expertise.fr Société inscrite à l ordre des

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

24 novembre 2010. Présentation des résultats semestriels au 30/09/10

24 novembre 2010. Présentation des résultats semestriels au 30/09/10 Présentation des résultats semestriels au 30/09/10 Agenda 1. Fiche d'identité de Solucom 2. Marché et activité du 1 er semestre 2010/11 3. Résultats semestriels 2010/11 4. Les ressources humaines, un enjeu

Plus en détail

4 CHIFFRES À RETENIR

4 CHIFFRES À RETENIR Une baisse continue mais atténuée 4 CHIFFRES À RETENIR Recettes publicitaires totales (médias historiques + Internet + mobile + courrier publicitaire et ISA) 1 ER SEMESTRE 2014-2,6% S1 2014 vs S1 2013

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 oc SYNTHÈSE 1 ACTIVITÉ 4-7 8-17 2 3 4 5 6 7 EMPLOI SITUATION FINANCIÈRE CROISSANCE INTERNE CROISSANCE EXTERNE FINANCEMENTS

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Préfecture de Vaucluse 6 février 2015 L ordre du jour Eléments de la conjoncture PACA Analyse de la situation économique en Vaucluse Présentation

Plus en détail

L adoption des nouvelles technologies dans les grandes entreprises françaises. Novembre 2007

L adoption des nouvelles technologies dans les grandes entreprises françaises. Novembre 2007 L adoption des nouvelles technologies dans les grandes entreprises françaises Novembre 2007 Sommaire Analyse des taux d adoption des différents outils Présentation des spécificités par outil Les nouvelles

Plus en détail

NOTE CONJONCTURELLE BANQUE

NOTE CONJONCTURELLE BANQUE NOTE CONJONCTURELLE BANQUE Quel avenir pour les réseaux d agences des banques de détail? Quelles menaces pour l emploi? Première partie: Un contexte économique, technologique et réglementaire en mouvance,

Plus en détail

Retour à la croissance

Retour à la croissance Après une forte amélioration de ses résultats au T4 2010 et la finalisation de ses programmes d investissement et de réorganisation, Eurofins réaffirme ses objectifs à moyen terme 28 janvier 2011 A l occasion

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales kpmg.fr 1 Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales 2 La gestion de la trésorerie,

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE

UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE 2015 UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE Activité : reprise modérée Emploi : contraction des effectifs Contrairement à leurs prévisions de novembre dernier, les PME de la région anticipent un développement

Plus en détail

CROISSANCE ET SANTÉ DES ENTREPRISES ACCOMPAGNÉES EN CAPITAL-TRANSMISSION EN 2012

CROISSANCE ET SANTÉ DES ENTREPRISES ACCOMPAGNÉES EN CAPITAL-TRANSMISSION EN 2012 CROISSANCE ET SANTÉ DES ENTREPRISES ACCOMPAGNÉES EN CAPITAL-TRANSMISSION EN 2012 Le AFIC Etudes 2014 www.afic.asso.fr MÉTHODOLOGIE Étude d impact économique et social (2013) Les statistiques sont établies

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

Performance 2010. Eléments clés de l étude

Performance 2010. Eléments clés de l étude Advisory, le conseil durable Consulting / Operations Performance 2010 Eléments clés de l étude Ces entreprises qui réalisent deux fois plus de croissance. Une enquête sur les fonctions ventes et marketing.

Plus en détail

Les conséquences de la crise financière et économique sur l implantation internationale des PME et ETI

Les conséquences de la crise financière et économique sur l implantation internationale des PME et ETI Les conséquences de la crise financière et économique sur l implantation internationale des PME et ETI Jiawei Ye Pramex International Université Paris-Dauphine - 1 - - 2 - Pramex International (cabinet

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

Réunion Ambassadeurs Résultats semestriels 2014/15

Réunion Ambassadeurs Résultats semestriels 2014/15 Réunion Ambassadeurs Résultats semestriels 2014/15 A la découverte de Solucom Réunion SFAF - 26 novembre 2014 Intervenants Pascal IMBERT Président du Directoire Patrick HIRIGOYEN DGA - Membre du Directoire

Plus en détail

Présentation. Philippe Bouaziz, Président Stéphane Conrard, Directeur Général Délégué - Finance

Présentation. Philippe Bouaziz, Président Stéphane Conrard, Directeur Général Délégué - Finance Présentation Philippe Bouaziz, Président Stéphane Conrard, Directeur Général Délégué - Finance 1 Prodware en bref Editeur de briques logicielles sectorielles et métiers Intégrateur hébergeur des grands

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008. Avril 2009

RÉSULTATS ANNUELS 2008. Avril 2009 RÉSULTATS ANNUELS 2008 Avril 2009 2. Un marché immense et porteur La formation continue en Europe Une priorité collective La formation sur le lieu et pendant le temps de travail constitue une dimension

Plus en détail

Pratiques et besoins de financement des entreprises artisanales

Pratiques et besoins de financement des entreprises artisanales ÉTUDES et Recherches de l Institut Supérieur des Métiers Pratiques et besoins de financement des entreprises artisanales FÉVRIER 2014 Présentation des résultats Pratiques et besoins de financement des

Plus en détail

Le solde commercial de la France, qui était

Le solde commercial de la France, qui était 3.1 Échanges extérieurs Le solde commercial de la France, qui était positif au début des années 2, redevient négatif à partir de 25. Le solde des produits manufacturés devient alors déficitaire et va ensuite

Plus en détail

Au second semestre 2010 : Sur l année 2010 : Perspectives 2011 :

Au second semestre 2010 : Sur l année 2010 : Perspectives 2011 : 11.05 Valeo : résultat net de 365 millions d euros en 2010, soit 3,8 % du chiffre d affaires ; performance opérationnelle en avance sur le plan stratégique présenté en mars 2010 Au second semestre 2010

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» A l'initiative de Réalisée par Pour le compte de Une étude basée sur un nombre significatif

Plus en détail

Cegedim : Un chiffre d affaires 2013 en léger recul en organique*

Cegedim : Un chiffre d affaires 2013 en léger recul en organique* SA au capital de 13 336 506,43 euros R. C. S. Nanterre B 350 422 622 www.cegedim.com COMMUNIQUE DE PRESSE Page 1 Information Financière Trimestrielle au 31 décembre 2013 IFRS - Information Réglementée

Plus en détail

DIRECTION COMMERCIALE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE DE l HERAULT IMPLANTÉE A MONTPELLIER DEPUIS 1869 39 AGENCES 300 COLLABORATEURS 136 000 CLIENTS PARTICULIERS

DIRECTION COMMERCIALE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE DE l HERAULT IMPLANTÉE A MONTPELLIER DEPUIS 1869 39 AGENCES 300 COLLABORATEURS 136 000 CLIENTS PARTICULIERS GARDER LE RYTHME DIRECTION COMMERCIALE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE DE l HERAULT IMPLANTÉE A MONTPELLIER DEPUIS 1869 39 AGENCES 300 COLLABORATEURS 136 000 CLIENTS PARTICULIERS 5 500 CLIENTS PROFESSIONNELS 1 400 ENTREPRISES

Plus en détail

Quand l investissement va, tout va Et quand il ne va pas?

Quand l investissement va, tout va Et quand il ne va pas? Quand l investissement va, tout va Et quand il ne va pas? Ludovic Subran Chef Economiste du Groupe Euler Hermes Nicolas Delzant Président du Directoire d Euler Hermes France Paris - 1er octobre 2013 Sommaire

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Janvier 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2014 DE SNCF

RÉSULTATS ANNUELS 2014 DE SNCF COMMUNIQUÉ PARIS, LE 12 FEVRIER 2015 RÉSULTATS ANNUELS 2014 DE SNCF Préambule : le présent communiqué s inscrit dans le contexte de la mise en œuvre de la Loi du 4 août 2014 portant réforme ferroviaire

Plus en détail

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises?

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? En marge du salon «Outsourcing & IT Solutions 2009», le cabinet Ernst & Young a présenté les résultats de l étude intitulée

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

En quelques années dans les. Les Due dilligences. le magazine de L investisseur. Capital-Investissement

En quelques années dans les. Les Due dilligences. le magazine de L investisseur. Capital-Investissement Les due diligences sont un passage obligé pour tout entrepreneur désireux de lever des fonds, d ouvrir son capital ou de vendre sa société. Il s agit surtout d une étape cruciale car elle se situe, juste

Plus en détail

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

ENTREPRISE DE NETTOYAGE

ENTREPRISE DE NETTOYAGE ENTREPRISE DE NETTOYAGE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 5 L'ACTIVITÉ DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE

Plus en détail

U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers. Corrigé SOCONA

U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers. Corrigé SOCONA Session 2012 Brevet de Technicien Supérieur COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers Corrigé SOCONA Première partie Élaboration d un diagnostic

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. 1 er TRIMESTRE 2015 : LA DYNAMIQUE DE CROISSANCE DES ACTIVITES COMMUNICATION & SHIPPING SOLUTIONS SE POURSUIT

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. 1 er TRIMESTRE 2015 : LA DYNAMIQUE DE CROISSANCE DES ACTIVITES COMMUNICATION & SHIPPING SOLUTIONS SE POURSUIT CHIFFRE D AFFAIRES PREMIER TRIMESTRE 2015 1 er TRIMESTRE 2015 : LA DYNAMIQUE DE CROISSANCE DES ACTIVITES COMMUNICATION & SHIPPING SOLUTIONS SE POURSUIT Forte croissance du chiffre d affaires Communication

Plus en détail

Royaume du Maroc. Direction des Etudes et des Prévisions Financières

Royaume du Maroc. Direction des Etudes et des Prévisions Financières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions Financières Le crédit à la consommation en pleine mutat i o n Mars 2008 http://www.finances.gov.ma/depf/depf.htm Boulevard Mohamed V. Quartier Administratif,

Plus en détail

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN 7 OCTOBRE 2013 RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN CHAPITRE 1 UN MODÈLE DE BANQUE UNIVERSELLE ORIENTÉ CLIENT RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY UN ACTEUR BANCAIRE DE PREMIER PLAN 32 millions

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance CONJONCT URE estre NOTE DE conjoncture TRIMESTRIELLE de L APEC N Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance Les recruteurs font toujours preuve de prudence dans leurs

Plus en détail

AXA Réunion d information

AXA Réunion d information AXA Réunion d information Toulouse 8 décembre 2009 Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris 1 1 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent

Plus en détail

2.1.1. Le constat : un nombre élevé de programmes de rachat, mais plus limité en ce qui concerne les établissements de crédit

2.1.1. Le constat : un nombre élevé de programmes de rachat, mais plus limité en ce qui concerne les établissements de crédit 2. LES RACHATS PAR LES ENTREPRISES DE LEURS PROPRES ACTIONS : QUELLES LEÇONS PEUT-ON TIRER UN AN APRES LA REFORME? QUEL IMPACT POUR LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT COTES? Patrick Branthomme et Dominique Marchal

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

4. Quels sont les investissements réalisés par les fonds de private equity?

4. Quels sont les investissements réalisés par les fonds de private equity? 1. Qu est ce que le private equity? Le private equity ou capital investissement désigne une forme spécifique d investissement institutionnel dans des entreprises privées avec comme objectif de financer

Plus en détail

Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance

Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance Communiqué de Presse 20 février 2013 Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance Résultats solides en 2012 Progression

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

TRAVAIL TEMPORAIRE SOMMAIRE

TRAVAIL TEMPORAIRE SOMMAIRE TRAVAIL TEMPORAIRE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU TRAVAIL TEMPORAIRE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU TRAVAIL TEMPORAIRE... 5 L'ACTIVITÉ DU TRAVAIL TEMPORAIRE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DU TRAVAIL TEMPORAIRE... 9 EN

Plus en détail

RESULTATS DU PREMIER SEMESTRE 2013

RESULTATS DU PREMIER SEMESTRE 2013 RESULTATS DU PREMIER SEMESTRE 2013 Paris le 31 Octobre 2013 - LeadMedia Group (FR0011053636, ALLMG) - groupe de marketing digital spécialisé dans le data marketing - annonce aujourd hui ses résultats consolidés

Plus en détail

A l heure du redressement productif, ne pas tarir le financement de l économie numérique

A l heure du redressement productif, ne pas tarir le financement de l économie numérique Le capital investissement, principal soutien de l économie numérique Position de l Association Française des Editeurs de Logiciels et Solutions Internet Octobre 2012 Avant propos A l heure du redressement

Plus en détail

Donnez une impulsion à votre carrière

Donnez une impulsion à votre carrière Donnez une impulsion à votre carrière Devenir le 1 er cabinet de conseil indépendant en France Un métier de conseil en management & IT Solucom, un cabinet coté sur NYSE Euronext environ 1 200 collaborateurs

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs?

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? En ces temps de crise économique et de crise des dettes souveraines (ou publiques), tous les hommes politiques de gauche comme de droite

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation

COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation Luxembourg, le 30 août 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation Progression des revenus commerciaux La Banque

Plus en détail

G G E N E S T A. Linedata Services FLASH VALEUR

G G E N E S T A. Linedata Services FLASH VALEUR FLASH VALEUR 17 février Edition 2012 de Logiciels Benjamin TERDJMAN Analyste Financier bterdjman@genesta-finance.com 01.45.63.68.86 Opinion 1. Cours (clôture au 16 février 12) 10,50 Objectif de cours 15,00

Plus en détail

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Communiqué de presse Chiffre d affaires pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Paris, le 19 mars 2015 Le Conseil d administration du Groupe Sopra Steria, réuni le 17 mars

Plus en détail

Chiffre d affaires 2014/15

Chiffre d affaires 2014/15 Chiffre d affaires 2014/15 Conférence téléphonique 29 avril 2015 Croissance 2014/15 dynamique : +15% Chiffre d affaires Données non auditées (M ) 2014/15 2013/14 Variation à périmètre comparable (1) Variation

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Chiffre d affaires du 3 ème trimestre et des 9 premiers mois 2013 16 octobre 2013 Croissance organique des 9 premiers mois : +5,5% Tendances solides dans l ensemble du Groupe Impact

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et des intercommunalités Bilan 2 14 et projections 215-217 214 : une forte baisse de l épargne brute et des investissements qui cristallisent

Plus en détail

Dispositif d'accompagnement

Dispositif d'accompagnement PRÉFET DE LA RÉGION POITOU-CHARENTES Direction régionale des s, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l Emploi de Poitou-Charentes Pôle 3E Service développement économique-innovationentreprises

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1)

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1) Société anonyme au capital de 2 362 883 330 Siège social : 36-38, avenue Kléber 75116 Paris 403 210 032 RCS PARIS INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS (1) (NON AUDITE) A - MARCHE DES AFFAIRES

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr

observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr Edito Marc Basset, Associé, Responsable du secteur Transport sanitaire C est avec un grand plaisir que nous vous présentons l Observatoire du Transport

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1)

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) 16 mars 2011 Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) Résultat net total 3 026 M (+61 %) Résultat

Plus en détail

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH»

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» 193-202.qxp 09/11/2004 17:19 Page 193 L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» Département analyse et prévision de l OFCE La rentabilité des entreprises s'est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux

Plus en détail

Le Futur de la Banque de Détail

Le Futur de la Banque de Détail Forum d'été du Club des Dirigeants de Banques Africaines Le Futur de la Banque de Détail Présentation Roland Berger Ho Chi Minh ville, le 26 juin 2014 Roland Berger est le grand cabinet d'origine européenne

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

TIC. Panorama. L'industrie de l'information et de la communication la première industrie japonaise

TIC. Panorama. L'industrie de l'information et de la communication la première industrie japonaise TIC (Technologies de l'information et de la communication) Panorama L'industrie de l'information et de la communication la première industrie japonaise La taille du marché (en PIB réel) des technologies

Plus en détail

Crise économique, prélèvements fiscaux et sociaux, quels arbitrages pour la pérennité des PME et ETI? Janvier 2014

Crise économique, prélèvements fiscaux et sociaux, quels arbitrages pour la pérennité des PME et ETI? Janvier 2014 Crise économique, prélèvements fiscaux et sociaux, quels arbitrages pour la pérennité des PME et ETI? Janvier 2014 Introduction Comprendre le tissu des entreprises pour mieux les accompagner est un objectif

Plus en détail

Gestion du capital humain : savoir exploiter les big data

Gestion du capital humain : savoir exploiter les big data Gestion du capital humain : savoir exploiter les big data Enquête ADP 2015 auprès des responsables de la gestion du capital humain d entreprises internationales TABLE DES MATIÈRES Synthèse... 3 Introduction

Plus en détail