[1] ETUDE DE L EFFICACITE ENERGETIQUE D UN BATIMENT MULTIZONE A DEUX NIVEAUX DANS LA REGION DE TUNIS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "[1] ETUDE DE L EFFICACITE ENERGETIQUE D UN BATIMENT MULTIZONE A DEUX NIVEAUX DANS LA REGION DE TUNIS"

Transcription

1 [1] ETUDE DE L EFFICACITE ENERGETIQUE D UN BATIMENT MULTIZONE A DEUX NIVEAUX DANS LA REGION DE TUNIS ABBASSI FAKHREDDINE 1, DEHMANI LEILA 2 1,2. Laboratoire des Procédés Thermiques, Centre de Recherche et des Technologies de l Energie, BP 95 Hammam-Lif 2050, Tunisie * Résumé : En Tunisie le secteur du bâtiment est un grand consommateur d énergie. Vu l augmentation des prix du pétrole, du gaz et de l électricité, la crainte d'un épuisement des combustibles fossiles, et le problème du réchauffement climatique dû à l émission des gaz à effet de serre, plusieurs stratégies nationales d économie d énergie ont été mises en place. Parmi ces stratégies on trouve l arrêté du 1er juin 2009, concernant la réglementation thermique des bâtiments en Tunisie, qui fixe les spécifications techniques minimales de maîtrise de l énergie dans les projets de construction et d extension des bâtiments à usage résidentiel. L objectif visé dans le cadre de ce travail est le diagnostic de l efficacité énergétique d un bâtiment multizone à deux niveaux, dans la région de Tunis, tout en se basant sur les propriétés thermo-physiques de l enveloppe du bâtiment, du taux des baies vitrées des espaces chauffés et/ou refroidis, ainsi que leur répartition sur les différentes orientations. Cette étude a été réalisée à l aide du logiciel de simulation TRNSYS, et a permis de situer dans chaque cas, la consommation énergétique du bâtiment par rapport à la règlementation thermique tunisienne. Les résultats obtenus ont tout d abord pu mettre en évidence la grande consommation énergétique, en termes de climatisation et de chauffage du premier étage par rapport à celle du rez-de-chaussée. Par la suite, quelques idées d'améliorations à apporter au premier étage ont été examinées, concernant notamment l augmentation de l épaisseur des isolants thermiques des différentes parois, la ventilation nocturne pendant l été ainsi que l application des protections solaires. Mots clés : efficacité énergétique, habitat bioclimatique, règlementation thermique, TRNSYS. 1. INTRODUCTION Le diagnostic des performances énergétiques d un bâtiment est une étude concernant la quantité d'énergie effectivement consommée ou estimée en termes de chauffage et de climatisation liés au confort thermique. Ceci se fait initialement à travers le calcul des besoins calorifiques et frigorifiques annuels par (m²) du bâtiment considéré en fonction des propriétés thermo-physique de son enveloppe, de la zone climatique, du taux des baies vitrées des espaces chauffés et/ou refroidis ainsi que de leur répartition sur les différentes orientations. En Tunisie l arrêté du 1er juin 2009 de la réglementation thermique des bâtiments fixe les spécifications techniques minimales de maitrise de l énergie dans les projets de construction et d extension des bâtiments à usage résidentiel [journal officiel Tunisie (2009)]. La zone du confort thermique ainsi recommandée se situe été entre 20 C et 26 C et la consommation énergétique ne doit pas dépasser les 51 kwh/m².an. On se propose ici d étudier les performances énergétiques d un bâtiment multizone à deux niveaux situé dans la région de Tunis et d examiner l effet des améliorations que l on peut réaliser à ce bâtiment afin de minimiser ses besoins énergétiques. 1

2 2. DESCRIPTION DU CAS ETUDIE 2.1 Description générale du bâtiment La maison étudiée est à structure multizone à deux niveaux dont la face principale est orientée nord-est. La modélisation à l aide du logiciel TRNSYS a conduit à définir 6 zones thermiques pour le rez-de-chaussée représentées sur la figure 1, comprenant une chambre, un salon, une cuisine, une salle de bain, une chambre de séjour et une autre pièce contenant l escalier du bureau. Le tout ayant une surface habitable d environ 84 m². Le premier étage, possédant pratiquement la même surface habitable que le rez-de-chaussée, est également partagé en 6 zones thermiques (figure 2). Figure 1. Plan du rez-de-chaussée Figure 2. Plan du premier étage 2.2 Caractéristiques thermo-physique de l enveloppe du bâtiment La description de la composition des différentes parois du bâtiment est effectuée de l intérieur vers l extérieur. On se propose également d identifier le coefficient de transmission thermique, le coefficient de transfert convectif interne et externe, ainsi que les conditions aux limites de chaque paroi. Le plancher bas sur sol Il s agit d un plancher bas en contact direct avec le sol, et pour la condition à la limite on choisit 20 C comme température moyenne du sol durant toute l année [Abbassi (2010)]. Pour le coefficient de transfert convectif interne on prend la valeur 9.09 W/m 2 K [ANME (2004)] et pour la face externe on choisit une très faible valeur égale à 10-5 W/m 2 K pour indiquer un contact direct [TRNSYS 16]. 2

3 Le plancher intermédiaire Le plancher intermédiaire qui sépare le rez-de-chaussée du premier étage est constitué d une dalle pleine qui a un coefficient de transmission thermique du même ordre de grandeur qu une dalle en hourdis, sauf qu elle est favorisée par sa grande capacité thermique. Le coefficient de transfert convectif interne et externe est pris égal à 9.09 W/m 2 K étant donné que les deux faces du ce plancher ne sont pas en contact avec le milieu extérieur [ANME (2004)]. Le coefficient de transmission thermique ainsi obtenu est de W/m 2 K, et le coefficient d absorption solaire est pris égal à 0.3 caractérisant un carrelage clair. La toiture extérieure Ayant la même surface que le plancher intermédiaire, la toiture extérieure est une paroi horizontale qui a un coefficient de transfert convectif interne de 5.88 W/m 2 K et externe de W/m 2 K. Les murs extérieurs Les murs extérieurs de ce bâtiment sont constitués de parois doubles en parpaing (figure 3) et en briques plâtrières séparées par une couche de laine de roche (4cm) avec du mortier bâtard sur la surface interne et du mortier ciment sur la surface externe (tableau 1). Figure 3. Le bloc parpaing Tableau 1. Composition des murs extérieurs Couche Epaisseur (m) Conductivité thermique (W/mK) Mortier bâtard Plâtrière Laine de roche Parpaing Mortier ciment Le coefficient de transmission thermique de ces murs est égal à 0.67 W/m 2 K avec un coefficient de transfert convectif de 9.09 W/m 2 K pour la face interne et de W/m 2 K pour la face externe. Les murs de séparation Les murs de séparation sont des murs simples qui séparent les différentes zones thermiques ; ils sont constitués de briques plâtrières couvertes de part et d autre par du mortier bâtard. Leur coefficient de transmission thermique est égal à 2.94 W/m 2 K sachant que leurs coefficient de transfert convectif est de 9.09 W/m 2 K pour les deux faces. Les fenêtres Les fenêtres utilisées sont des fenêtres à double vitrage avec un cadre en aluminium. Les vitres ont chacune une épaisseur de 2.5 mm et sont séparées par une lame d air d épaisseur 12.7 mm. Cette configuration permet d obtenir un coefficient de transmission thermique égal à 2.95 W/m².K, un coefficient de transmission solaire égale à 0.72 et un coefficient de réflexion égal à 0.12 [TRNSYS 16]. Pour les taux d infiltration, on admet un taux moyen de 0.2 changement d air par heure pour toutes les zones. 3

4 3. RESULTATS ET INTERPRETATIONS 3.1 Etude énergétique du bâtiment Les figures 4 et 5 indiquent respectivement la consommation énergétique mensuelle et annuelle du rez de chaussée et du premier étage. On remarque bien que pendant la période allant du mois de décembre jusqu au mois de mars, caractérisée par une baisse importante de la température ambiante, les deux niveaux du bâtiment nécessitent un appoint de chauffage alors que pendant la période allant du mois de juin jusqu au mois de septembre ces deux niveaux nécessitent un appoint de climatisation. En calculant les besoins énergétiques annuels par m² pour chaque niveau on obtient ainsi les résultats mentionnés dans le tableau 2 où l on constate une grande différence concernant la consommation énergétique. Le rez de chaussée est caractérisé par une faible consommation énergétique annuelle que ce soit pour le chauffage (1041 kwh/an) ou pour la climatisation (773 kwh/an). Alors que pour le cas du premier niveau on a obtenu une consommation énergétique de chauffage annuelle de 2758 kwh/an et de 1964 kwh/an pour la climatisation Le rez de chaussée Besoins annuel de chauffage (kwh/an) Tableau 2. Besoins énergétiques du bâtiment Besoins annuel de Besoins énergétiques climatisation (kwh/an) annuels par m² Classe énergétique (kwh/m².an) Classe 1 36 (kwh/m².an) Le premier étage < Classe 5 60 (kwh/m².an) Figure 4. Les besoins énergétiques du rez de chaussée 4

5 Figure 5. Les besoins énergétiques du premier étage En effet la différence de consommation énergétique entre les deux niveaux du bâtiment est due à cause de plusieurs raisons : - La toiture du premier étage est une paroi horizontale extérieure et qui va provoquer de grandes déperditions de chaleur vers l extérieur durant l hiver et va recevoir un taux élevé d irradiation solaire indésirable pendant l été. - La toiture du rez-de-chaussée est adjacente au premier étage ce qui ne va pas lui entrainer de grandes déperditions thermiques ou d apports thermiques indésirables. - La grande inertie du sol auquel on a attribué une température moyenne constante de 20 C durant toute l année va intervenir dans la modération de l ambiance thermique du rez-de-chaussée aussi bien pendant l hiver que pendant l été Améliorations proposées Sur la base des résultats de l étude précédente on a montré que le rez de chaussée est caractérisé par une bonne classe énergétique (classe 1) avec un taux de consommation énergétique de 21.6 kwh/m².an par rapport au premier étage qui occupe la 5 ème classe énergétique avec un taux de kwh/m².an. On se propose ici d étudier l effet de quelques modifications essentiellement bioclimatiques que l on peut réaliser à ce niveau et qui servent à améliorer l ambiance thermique du premier étage et par conséquent à réduire les consommations énergétiques. - Tout d bord on sait bien que l épaisseur de la couche de l isolant thermique est un paramètre important qui permet l augmentation de la résistance thermique de la paroi avec un minimum d espace possible [Cabeza et al (2009)][Daouas et al (2010)]. Pour cela on a augmenté l épaisseur de la couche de laine de roche passant de 4 cm à 6 cm dans les murs extérieurs et pour la toiture extérieure on a augmenté l épaisseur de la couche du polystyrène passant de 5 cm à 7.5 cm. - La ventilation nocturne pendant l été [Kubota et al (2009)] abaisse la température intérieure d'une pièce ; alors on admettra ici un taux de renouvellement d air de 1 changement d air par heure que l on applique de 22 heures à 06 heures du matin. - Pendant les périodes chaudes de l année, l application des protections solaires sur les surfaces vitrées non protégées sert à augmenter le coefficient d ombrage de ces parois se qui entraine une diminution du taux de rayonnement solaire indésirable pénétrant dans le bâtiment [Incropera and Witt (1985)]. Pour cela on utilise des stores de telle sorte que l on obtienne un coefficient d ombrage égal à 0.6 pour les fenêtres du premier étage. 5

6 Le tableau 3 résume l effet de chaque amélioration proposée sur la consommation énergétique du premier étage. Tableau 3. Besoins énergétique du premier étage selon les améliorations proposées Cas initial Isolation Isolation supp + Isolation supp + Ventilation Protection nocturne solaire Isol supp + vent nocturne + protection solaire supplémentaire Chauffage (kwh/an) Climatisation (kwh/an) Total annuel (kwh/an) Taux de réduction total (%) En effet l augmentation de l épaisseur de la couche d isolant thermique nous a permis de diminuer principalement les besoins de chauffage de 13% par rapport au cas initial. D autre part, la ventilation nocturne et l application des protections solaires visent initialement à diminuer les besoins de climatisation ; on remarque bien que la ventilation nocturne permet de diminuer les besoins de climatisation passant de 1938 kwh/an à 1725 kwh/an alors que les protections solaires ont permis de diminuer ses besoins jusqu à 1204 kwh/an. Et si, durant la période estivale, on applique des protections solaires pendant le jour et de la ventilation nocturne pendant le soir on arrive à avoir une consommation énergétique ne dépassant pas 960 kwh/an pour la climatisation. 4. CONCLUSION Ce travail a été consacré à l étude de la conformité des performances énergétiques, d un bâtiment multizone à deux niveaux, aux spécifications techniques minimales de maitrise de l énergie des bâtiments résidentiels en Tunisie, fixées par l arrêté du 1 er juin Les besoins énergétiques de chauffage et de climatisation de ce bâtiment ont été calculés en se basant sur l emplacement et la composition des différentes parois et en utilisant le logiciel de simulation TRNSYS. Ces résultats ont montrés que le premier étage consomme 2.5 fois la quantité d énergie utilisée par le rez de chaussée. Pour cela quelques améliorations ont été proposées afin de limiter les besoins énergétiques du premier étage et qui se traduisent par l augmentation de l épaisseur de la couche de l isolant thermique des parois verticales et de la toiture extérieure ainsi que l application de protections solaires et d un taux de ventilation nocturne de 1 changement d air par heure. Tout cela à permis de réduire la consommation énergétique annuelle du premier étage passant de 4722 kwh /an à 3109 kwh/an, soit une diminution de 34% par rapport au cas initial. 5. REFERENCES 1. Abbassi.F (2010)., Etude de l impact des matériaux de construction sur le confort thermique dans les bâtiments, Diplôme de mastère. 2. ANME (2004), agence nationale pour la maîtrise de l énergie, guide pratique de conception de logements économes en énergie. 3. Cabeza L.F., Castell A., Medrano M., Martorell I., Perez. G., Fernandez. I(2009), Experimental study on the performance of insulation materials in Mediterranean construction, Energy and Buildings. 4. Daouas.N, Hassen.Z, Aissia.H (2010), Analytical periodic solution for the study of thermal performance and optimum insulation thickness of building walls in Tunisia, Applied Thermal Engineering Incropera.F, Witt. D (1985), Introduction to heat transfer, Ed John Wiley. 6. Journal Officiel de la République Tunisienne (2009), Arrêté du 1er juin 2009 concernant la réglementation thermique des bâtiments en Tunisie. 7. Kubota.T, Hooi Chyee. D.T, Supian.A (2009), The effects of night ventilation technique on indoor thermal environment for residential buildings in hot-humid climate of Malaysia, Energy and Buildings TRNSYS 16 help manual. 6

Paramètres influent le transfert de chaleur et le besoin en. énergie

Paramètres influent le transfert de chaleur et le besoin en. énergie Paramètres ayant une influence sur le transfert de chaleur et/ou le besoin en énergie Le thème traité : quels sont les paramètres ayant une influence sur le transfert de chaleur et/ou le besoin en énergie

Plus en détail

Paramètres influent le transfert de chaleur et le besoin en. énergie

Paramètres influent le transfert de chaleur et le besoin en. énergie Paramètres ayant une influence sur le transfert de chaleur et/ou le besoin en énergie Le thème traité : quels sont les paramètres ayant une influence sur le transfert de chaleur et/ou le besoin en énergie

Plus en détail

Quelle est la différence entre la méthode TH-C-E et TH-C-E ex?

Quelle est la différence entre la méthode TH-C-E et TH-C-E ex? Glossaire BBC-Effinergie Qu est-ce que la méthode TH-C-E? La méthode de calcul utilisée par les certificateurs du label BBC-Effinergie, est la méthode réglementaire française TH-C-E établie par le CSTB.

Plus en détail

Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E.

Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E. Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E. Applications sur un pavillon F. Exemples de mises en évidence 1 Ne

Plus en détail

Première 1er 2ème 3ème COMPORTEMENT THERMIQUE DES EXERCICES NIVEAU 1 1 / 7. Enseignement transversal LES TRANSFERTS THERMIQUES EXERCICES.

Première 1er 2ème 3ème COMPORTEMENT THERMIQUE DES EXERCICES NIVEAU 1 1 / 7. Enseignement transversal LES TRANSFERTS THERMIQUES EXERCICES. 1 / 7 NIVEAU 1 Exercice 1 Soit un vitrage simple d épaisseur 5 mm, de coefficient de conductibilité λ = 1,15 W/m C. La température de surface du vitrage intérieure est 22 C, la température de surface du

Plus en détail

Tableaux récapitulatifs des données

Tableaux récapitulatifs des données Tableaux récapitulatifs des données Ce rapport récapitule les données techniques saisies dans le cadre d un projet existant et de projets simulés avec le logiciel Bati-Cube. Vous retrouverez l ensemble

Plus en détail

CI 4 : DIMENSIONNEMENT DES STRUCTURES ET CHOIX DES MATÉRIAUX Comportement des matériaux

CI 4 : DIMENSIONNEMENT DES STRUCTURES ET CHOIX DES MATÉRIAUX Comportement des matériaux INTRODUCTION Ce premier exercice constitue sensibilisation à un Diagnostic de Performance énergétique. Il s agira donc ici de relever les éléments entrant en compte dans un DPE ; nous utiliserons un logiciel

Plus en détail

Les matériaux de l habitat. PECCHIOLI Mathieu

Les matériaux de l habitat. PECCHIOLI Mathieu Les matériaux de l habitat PECCHIOLI Mathieu Sommaire 1. Les matériaux 2. Certaines caractéristique 3. Deux critères de sélection 4. La RT2000 5. Qu est ce que l énergie grise d un matériel? 6. Calcul

Plus en détail

1. QUE DIT LA RÈGLEMENTATION EN MATIÈRE DE RÉNOVATION? 2. DIAGNOSTIQUER LE NIVEAU DE PERFORMANCE INITIAL 3. QUELS SONT MES OBJECTIFS DE RÉNOVATION?

1. QUE DIT LA RÈGLEMENTATION EN MATIÈRE DE RÉNOVATION? 2. DIAGNOSTIQUER LE NIVEAU DE PERFORMANCE INITIAL 3. QUELS SONT MES OBJECTIFS DE RÉNOVATION? 1 SOMMAIRE 1. QUE DIT LA RÈGLEMENTATION EN MATIÈRE DE RÉNOVATION? 2. DIAGNOSTIQUER LE NIVEAU DE PERFORMANCE INITIAL 3. QUELS SONT MES OBJECTIFS DE RÉNOVATION? 4. QUELQUES SOLUTIONS POUR ATTEINDRE LES OBJECTIFS

Plus en détail

Plateforme Formation et Evaluation. Besoins de chauffage

Plateforme Formation et Evaluation. Besoins de chauffage Plateforme Formation et Evaluation Besoins de chauffage 1 Besoins de chauffage Déperditions Apports solaires Apports internes Contenu Méthode simplifiée de calcul des besoins de chauffage 2 1. Les déperditions

Plus en détail

La maison bioclimatique. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires

La maison bioclimatique. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires La maison bioclimatique Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87 1 Sommaire Introduction Le Plan Climat Énergie du Grand Nancy et de la ville de

Plus en détail

15/05/2012 Etude réalisée sous ABATIA 1/9

15/05/2012 Etude réalisée sous ABATIA 1/9 Projet Nom Petit collectif Nom de la variante SHON 900 Haut. sous plafond 2.8 Détails du site Latitude 45.57 Longitude 5.91 Station météo Chambéry Catalogue des parois Nom Type Positionnement Composition

Plus en détail

Lycée Professionnel Le Chesnois Bains les Bains

Lycée Professionnel Le Chesnois Bains les Bains Quelques exemples choisis de conductivité thermique b - La résistance thermique : R La capacité d'un matériau à résister au froid et au chaud est appelée ou R. Cet indicateur exprime la capacité d'un matériau

Plus en détail

Journée de concertation nationale sur les éléments techniques de la réglementation thermique du bâtiment. Rabat le 12 avril 2011

Journée de concertation nationale sur les éléments techniques de la réglementation thermique du bâtiment. Rabat le 12 avril 2011 Journée de concertation nationale sur les éléments techniques de la réglementation thermique du bâtiment Rabat le 12 avril 2011 Eléments techniques de la réglementation thermique du bâtiment Adel Mourtada

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Influence de l inertie

Influence de l inertie Annexe II Influence de l inertie en immeuble collectif A - Préliminaire B - Hypothèses C - Simulations Étude réalisée pour CIMBÉTON par le cabinet TRIBU Énergie (2007) 53 Sommaire A - Préliminaire 55 1.

Plus en détail

Règlement modifiant le Code de construction du Québec pour favoriser l efficacité énergétique

Règlement modifiant le Code de construction du Québec pour favoriser l efficacité énergétique Règlement modifiant le Code de construction du Québec pour favoriser l efficacité énergétique Présenté par Benoit Côté, ingénieur à la Direction de l expertise technique Annuelle des inspecteurs des CS

Plus en détail

REHABILITATION DES IMMEUBLES SIS 19 rue des Plantes Paris Selon les objectifs du Plan Climat de la Ville de Paris

REHABILITATION DES IMMEUBLES SIS 19 rue des Plantes Paris Selon les objectifs du Plan Climat de la Ville de Paris REHABILITATION DES IMMEUBLES SIS 19 rue des Plantes Paris 75014 Selon les objectifs du Plan Climat de la Ville de Paris 1. Présentation de la résidence : 1 - Note de présentation VF L opération se situe

Plus en détail

AMCO 1901 : exercices de thermique

AMCO 1901 : exercices de thermique AMCO 1901 : exercices de thermique Matériaux [W/mK],e[m] qt= k. (Tint- Text) [w/m2] Parois k = 1/RT [W/K] Ri, Re, Ra, Rvitrages RT = R [K/W] Bâtiment ks = aj kj Aj + ki li [W/K] Aj. niveau d'isolation

Plus en détail

Aides pour mieux comprendre l'isolation thermique du batiment.

Aides pour mieux comprendre l'isolation thermique du batiment. Aides pour mieux comprendre l'isolation thermique du batiment. Information sur les mots-clés dans le domaine de l'isolation thermique des batiments La conductivité thermique ou Lambda La conductivité thermique

Plus en détail

PROJET. sarl l'avis du menuisier Richard TESSIER 8 impasse du petit bois ST LOUP CAMMAS. Mr M. - Page 1/ TOULOUSE

PROJET. sarl l'avis du menuisier Richard TESSIER 8 impasse du petit bois ST LOUP CAMMAS. Mr M. - Page 1/ TOULOUSE Evaluation thermique réalisée avec PROJET Mr M 31000 TOULOUSE Date de l'étude : ENTREPRISE 25.02.2013 CLIENT sarl l'avis du menuisier Mr MULLER Richard TESSIER 8 impasse du petit bois 31140 ST LOUP CAMMAS

Plus en détail

AMELIORATIONS ENERGETIQUES D UN LOGEMENT

AMELIORATIONS ENERGETIQUES D UN LOGEMENT AMELIORATIONS ENERGETIQUES D UN LOGEMENT 1 OBJECTIFS : Recherche d indications dans des Textes officiels Recherche des caractéristiques des matériaux de construction et des équipements de chauffage Evaluation

Plus en détail

AMÉLIORATION DE L ISOLATION THERMIQUE DES HABITATS DANS LES RÉGIONS CHAUDES ET ARIDES

AMÉLIORATION DE L ISOLATION THERMIQUE DES HABITATS DANS LES RÉGIONS CHAUDES ET ARIDES Third International Conference on Energy, Materials, Applied Energetics and Pollution. ICEMAEP2016, October30-31, 2016, Constantine,Algeria. AMÉLIORATION DE L ISOLATION THERMIQUE DES HABITATS DANS LES

Plus en détail

Sommaire. L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Explication des consommations Analyse du confort Conclusion

Sommaire. L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Explication des consommations Analyse du confort Conclusion Sommaire L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Analyse du confort Conclusion EXEMPLAIRES 1 L opération étudiée Situation géographique 34 St Gely Hérault Zone H3 Altitude : 120 m 2 Acteurs

Plus en détail

Cours Energétique du bâtiment, automne 2008 Bilan énergétique d'un bâtiment et confort thermique

Cours Energétique du bâtiment, automne 2008 Bilan énergétique d'un bâtiment et confort thermique Cours Energétique du bâtiment, automne 2008 Bilan énergétique d'un bâtiment et confort thermique Description générale Le bâtiment est une villa d'un étage, posée sur le sol. Les combles et la serre ne

Plus en détail

CARNET DE BORD. Système de chauffage de type 2. d un immeuble à appartements. Bâtiment :.

CARNET DE BORD. Système de chauffage de type 2. d un immeuble à appartements. Bâtiment :. CARNET DE BORD Système de chauffage de type 2 d un immeuble à appartements Bâtiment :. CONTEXTE Le carnet de bord est la base documentaire de "référence" des systèmes de chauffage. La tenue d un carnet

Plus en détail

Réduction des pertes énergétiques en toiture. Nom : Prénom : Classe : Date :

Réduction des pertes énergétiques en toiture. Nom : Prénom : Classe : Date : STI DD AC CI Contraintes envir. et énergétiques S.T.A. SAVOIRS TECHNOLOGIQUES ASSOCIES CI 2 Efficacité Énergétique 2 Outils Méthodes Analyse Description des systèmes 2.3.5 Comportement énergétiques des

Plus en détail

LES PRINCIPES DE LA THERMIQUE

LES PRINCIPES DE LA THERMIQUE LES PRINCIPES DE LA THERMIQUE 1- Introduction : isolation d une maison Après avoir regardé la vidéo «bien isoler sa maison», répondre aux questions suivantes : Depuis 2011, qu impose la réglementation

Plus en détail

Quelles performances énergétiques viser lors de la rénovation de logements sociaux? L expérience de Fribourg Caroline Botton - Septembre 2008

Quelles performances énergétiques viser lors de la rénovation de logements sociaux? L expérience de Fribourg Caroline Botton - Septembre 2008 Quelles performances énergétiques viser lors de la rénovation de logements sociaux? L expérience de Fribourg Caroline Botton - Septembre 2008 À Fribourg, une société de logements sociaux a décidé de rénover

Plus en détail

40 I Caractéristiques du verre et expressions clés du domaine de la physique Financial Center, Abu Dhabi, UAE

40 I Caractéristiques du verre et expressions clés du domaine de la physique Financial Center, Abu Dhabi, UAE 40 I Caractéristiques du verre et expressions clés du domaine de la physique Financial Center, Abu Dhabi, UAE 4 Caractéristiques du verre et expressions clés du domaine de la physique 4.1 Le verre et le

Plus en détail

SI VOUS CHANGEZ VOS FENÊTRES, SI VOUS FAITES CONSTRUIRE, NE NÉGLIGEZ PAS LE RÔLE DES APPORTS SOLAIRES!

SI VOUS CHANGEZ VOS FENÊTRES, SI VOUS FAITES CONSTRUIRE, NE NÉGLIGEZ PAS LE RÔLE DES APPORTS SOLAIRES! SERVICE DE PRESSE : FP&A - Frédérique PUSEY - Farida IBBARI / 10, rue Maurice Utrillo - 78360 Montesson - Tel : 01 30 09 67 04 - Fax : 01 39 52 94 65 - Email : fpa.farida@wanadoo.fr Visuels disponibles

Plus en détail

Président d EnR Concept Vice-président d ENERPLAN

Président d EnR Concept Vice-président d ENERPLAN RT2012 Jérôme Alba Président d EnR Concept Vice-président d ENERPLAN 100 Evolution des consommations d'énergie chauffage et ECS en résidentiel 90 80 EnR Gaz Nat. 70 Electricité 60 50 40 30 20 10 0 1950

Plus en détail

Physique du Bâtiment Caractéristiques thermi -ques dynamiques

Physique du Bâtiment Caractéristiques thermi -ques dynamiques Déphasage et amortissement Définitions Thermique dynamique Etude thermique dans laquelle les paramètres de calcul sont variables. Par exemple : les températures extérieure (données météorologiques) et

Plus en détail

CONCEPTION CLIMATIQUE

CONCEPTION CLIMATIQUE CONCEPTION CLIMATIQUE Selon les cours de Nicolas TIXIER Attention : l'ensemble de ce cours s'applique à des logiques d'habitat en climat tempéré (froid l'hiver / chaud l'été) - La notion de confort - Pour

Plus en détail

L Espace INFO ÉNERGIE de Limousin Nature Environnement

L Espace INFO ÉNERGIE de Limousin Nature Environnement Comment améliorer la performance énergétique chez vous? en LIMOUSIN L Espace INFO ÉNERGIE de Limousin Nature Environnement Emilie RABETEAU Anthony BROC Jean Jaques RABACHE Conseiller INFO ÉNERGIE Qu est

Plus en détail

Concevoir une Maison Passive

Concevoir une Maison Passive Concevoir une Maison Passive OU «Comment réaliser un Habitat Ecologique sans système conventionnel de chauffage?» Adeline Guerriat Quincay Le 28 novembre 2008 1. Le standard passif 2. Aspect technique

Plus en détail

RETOUR D EXPERIENCE SUR UNE MAISON PASSIVE

RETOUR D EXPERIENCE SUR UNE MAISON PASSIVE RETOUR D EXPERIENCE SUR UNE MAISON PASSIVE Les ingénieurs conseil d HELIASOL ont fait une visite de 3 jours dans une maison passive dont ils ont fait l étude et l optimisation thermique. L objectif était

Plus en détail

La RÉglementation. Thermique L essentiel

La RÉglementation. Thermique L essentiel La RÉglementation Thermique 2012 L essentiel RT 2012 RT 2012 & isolation La Réglementation Thermique Un outil indispensable pour réduire la consommation énergétique des bâtiments Ce qu il faut retenir

Plus en détail

Isolation thermique par l extérieur

Isolation thermique par l extérieur Isolation thermique par l extérieur 8 Diathonite Evolution est un enduit idéal pour réaliser une isolation thermique par l extérieur sur tous les types de maçonnerie. 1 2 3 4 1. Diathonite Finition / Plasterpaint

Plus en détail

AXE 4 SOUTENIR LA TRANSITION VERS FICHE THEMATIQUE 4-8 : UNE ECONOMIE A FAIBLES EMISSIONS EN CO2 DANS L ENSEMBLE DES SECTEURS

AXE 4 SOUTENIR LA TRANSITION VERS FICHE THEMATIQUE 4-8 : UNE ECONOMIE A FAIBLES EMISSIONS EN CO2 DANS L ENSEMBLE DES SECTEURS AXE 4 SOUTENIR LA TRANSITION VERS UNE ECONOMIE A FAIBLES EMISSIONS EN CO2 DANS L ENSEMBLE DES SECTEURS FICHE THEMATIQUE 4-8 : BATIMENTS PUBLICS LIES A L ENSEIGNEMENT Version adoptée à la CE du 07/12/15

Plus en détail

L énergie Maîtriser les déperditions énergétiques dans un bâtiment

L énergie Maîtriser les déperditions énergétiques dans un bâtiment L énergie Maîtriser les déperditions énergétiques dans un bâtiment Travaux Dirigés 02 Comment bien isoler une maison? Bien isoler sa maison avec Fred et Jamy Filière Scientifique - Option Sciences de l

Plus en détail

Ventilation de Confort

Ventilation de Confort JUMELAGE Eco-Construction Ventilation de Confort CETE Mediterranée Nicolas Cabassud Bruno Cornen TUNIS 30-31 Janvier 2012 Contexte Label BTuBC 2 Contexte Composantes du Label BTuBC 3 Contexte Critères

Plus en détail

Maisons passives & nouveaux bâtiments. Energie am grénge Beräich GESTION DE L ENERGIE CONSEIL EN ENERGIE FORMATIONS

Maisons passives & nouveaux bâtiments. Energie am grénge Beräich GESTION DE L ENERGIE CONSEIL EN ENERGIE FORMATIONS Maisons passives & nouveaux bâtiments Energie am grénge Beräich GESTION DE L ENERGIE CONSEIL EN ENERGIE FORMATIONS Principes de planification Isolation thermique 3 Principes de planification Lors de la

Plus en détail

Performance énergétique et thermique des bâtiments

Performance énergétique et thermique des bâtiments Performance énergétique et thermique des bâtiments recueil sur CD-ROM Référence : 3135311CD ISBN : 978-2-12-135311- Année d édition : 2010 Analyse Un diagnostic de Performance Energétique (DPE) est désormais

Plus en détail

Bétons isolants structurels (B.I.S)

Bétons isolants structurels (B.I.S) Bétons isolants structurels (B.I.S) NORME NF EN 206-1/ CN Présentation UMGO 11 Juillet 2014 SNBPE Rhône Alpes 1 Le Béton en France: 39 millions de m3 4 100 millions HT de Chiffre d Affaires 1 816 Centrales

Plus en détail

THERMOGRAPHIE DÉTAILLÉE D UNE MAISON DE PARTICULIER. Dominique ROPERCH. Résumé

THERMOGRAPHIE DÉTAILLÉE D UNE MAISON DE PARTICULIER. Dominique ROPERCH. Résumé Thermogram 2009 41 THERMOGRAPHIE DÉTAILLÉE D UNE MAISON DE PARTICULIER Dominique ROPERCH Dominique ROPERCH THIR-DIAGNOSTICS 2 rue des Fours 91410 DOURDAN 01 64 59 80 79 d.roperch@thir.fr Résumé Le diagnostic

Plus en détail

Réhabilitation, Rénovation, ITE Ecole de musique de Gérardmer

Réhabilitation, Rénovation, ITE Ecole de musique de Gérardmer 4 ème Forum International Bois Construction 2014 Ecole de musique de Gérardmer F. Lausecker 1 Réhabilitation, Rénovation, ITE Ecole de musique de Gérardmer François Lausecker Agence Lausecker architectes

Plus en détail

Partie 11 Efficacité énergétique. Projet de règlement à la suite de la consultation publique

Partie 11 Efficacité énergétique. Projet de règlement à la suite de la consultation publique Partie 11 Efficacité énergétique Projet de règlement à la suite de la consultation publique Contenu de la présentation Historique Consultation publique Projet de règlement Commentaires non retenus Étapes

Plus en détail

Rappels fondamentaux Thermique des composants d enveloppe

Rappels fondamentaux Thermique des composants d enveloppe Présentation de M. Mohamed ABDESSELAM - SOLENER - Mercredi de l info du 25 mars 2009 - cd2e Rappels fondamentaux Thermique des composants d enveloppe Sommaire : - Pertes thermiques d un mur - Déperditions

Plus en détail

ENERSERRE Logiciel d efficacité énergétique des serres

ENERSERRE Logiciel d efficacité énergétique des serres ENERSERRE Logiciel d efficacité énergétique des serres Contact Vincent Stauffer Tel: +33 4 79 72 4 59 Mob: +33 6 31 778 94 Mail: v.stauffer@agrithermic.com www.agrithermic.com 17 av lac Léman, Savoie technolac,

Plus en détail

QUB/e : une méthode rapide de mesure des pertes thermiques de l enveloppe du bâtiment

QUB/e : une méthode rapide de mesure des pertes thermiques de l enveloppe du bâtiment QUB/e : une méthode rapide de mesure des pertes thermiques de l enveloppe du bâtiment F. Alzetto, J. Meulemans (Saint-Gobain Recherche) G. Pandraud (Saint-Gobain Isover) 10/02/2016 Des enjeux aux contraintes

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1) Diagnostic de performance énergétique logement (6.1) N : 41114.654 Valable jusqu au : 3/11/224 Type de bâtiment : Appartement Année de construction : Entre 21 et 25 Surface habitable : 45.37 m² N Lot:

Plus en détail

Le principe de «Maison passive»

Le principe de «Maison passive» Le principe de «Maison passive» Développé depuis près de trois décennies par les trois pays Allemagne, Autriche et Suisse parallèlement, avec des différences toutefois minimes, et jusqu ici pratiquement

Plus en détail

La consommation énergétique des bâtiments

La consommation énergétique des bâtiments La consommation énergétique des bâtiments Introduction Depuis la mise en place d une réglementation thermique (1974), la consommation énergétique des constructions neuves a été divisée par 2. Le Grenelle

Plus en détail

La RT2005. Pourquoi? Pour qui? Quand? Comment?

La RT2005. Pourquoi? Pour qui? Quand? Comment? La RT2005 Pourquoi? Pour qui? Quand? Comment? «L idéal de la performance énergétique est une maison passive qui ne consomme pas d autres énergies que celles qu elle produit. Tel est l objectif vers lequel

Plus en détail

9.1 La thermique. Les besoins énergétiques d un logement

9.1 La thermique. Les besoins énergétiques d un logement 9.1 La thermique Protéger les bâtiments contre les variations thermiques, et plus particulièrement contre le froid, est une nécessité qui s est affinée au fil des années avec l exigence de confort de leurs

Plus en détail

La Réglementation Thermique 2005

La Réglementation Thermique 2005 La Réglementation R Thermique 2005 Le contexte et les enjeux Le contexte et les enjeux Les ressources naturelles s épuisent. Les prix s envolent. Le climat se dérègle. Le bâtiment consomme beaucoup trop

Plus en détail

Centre de Secours Principal d EPAGNY

Centre de Secours Principal d EPAGNY Centre de Secours Principal d EPAGNY Présentation du site Année de construction : début du chantier Nov. 1999 Année de livraison : Avril 2002 Nombre de bâtiments : 3 Surface chauffée : 9540 m_ - Volume

Plus en détail

COEFFICIENT DE TRANSFERT THERMIQUE

COEFFICIENT DE TRANSFERT THERMIQUE FICHE CALCUL CALCUL DES CHARGES S Version 00-203 Page / 6 RESISTANCE La résistance thermique notée «R» est la capacité d un matériau de résister au passage de la chaleur (flux thermique ), de l extérieur

Plus en détail

Isolation phonique des parois en terre cuite

Isolation phonique des parois en terre cuite Isolation phonique des parois en terre cuite Réglementation acoustique Les informations sont données à titre indicatif. Dans tous les cas, il y a lieu de se référer aux textes et réglementations en vigueur.

Plus en détail

Utilisation des Matériaux à Changement de Phase (MCP) en climatisation passive et chauffage d intersaison

Utilisation des Matériaux à Changement de Phase (MCP) en climatisation passive et chauffage d intersaison Utilisation des Matériaux à Changement de Phase (MCP) en climatisation passive et chauffage d intersaison Contrat ADEME - PUCA N 04 04 C 0073 Notifié le 28/12/2004 D. QUENARD H. SALLEE K. JOHANNES A. HUSAUNNDEE

Plus en détail

Synthèse simplifiée (Rendu 1 : 01/08/16) RT 2012

Synthèse simplifiée (Rendu 1 : 01/08/16) RT 2012 Synthèse simplifiée (Rendu 1 : 1/8/16) RT 212 (e4tech Lesosai - Moteur 7.3..) Maitre d'ouvrage 13 - LA TISSOT 7316 - SAINT SULPICE BRUNET DUNAND FRANCK CHEMIN DE LA TESSONNIERE D'EN BAS 7329 - LA MOTTES

Plus en détail

Maison individuelle Ne dispense pas d une étude thermique réglementaire

Maison individuelle Ne dispense pas d une étude thermique réglementaire 2/48 90 m² ITR Plain-pied SHAB EST Compacité=1,23 DESCRIPTION GENERALE BATI + SYSTEME Système constructif H1b Architecture : Plain-pied SHOB : 120 m² Système de chauffage : Poêle à granulés bois Situation

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Chauffage et eau chaude sanitaire: conception et régulation Bruxelles Environnement BESOINS ET EXIGENCES POUR LE DIMENSIONNEMENT D UNE INSTALLATION DE CHAUFFAGE Jonathan FRONHOFFS

Plus en détail

Emmanuelle BRIERE Responsable technique Ventilation et traitement d air des bâtiments chez UNICLIMA

Emmanuelle BRIERE Responsable technique Ventilation et traitement d air des bâtiments chez UNICLIMA Emmanuelle BRIERE Responsable technique Ventilation et traitement d air des bâtiments chez UNICLIMA 1 Sommaire - La profession au sein d UNICLIMA - La ventilation en France - Concilier efficacité énergétique

Plus en détail

Pourquoi le métal semble-t-il plus froid que le bois? ( CME4)

Pourquoi le métal semble-t-il plus froid que le bois? ( CME4) Équilibre thermique des matériaux Conduction thermique Capacité thermique massique d un matériau Quantité de chaleur La résistance thermique d un matériau Pourquoi le métal semble-t-il plus froid que le

Plus en détail

Données administratives. Rue : Avenue Pierre Holoffe N : 21 Boîte : - CP : 1342 Localité : Limelette Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Avenue Pierre Holoffe N : 21 Boîte : - CP : 1342 Localité : Limelette Type de bâtiment : CP : 1342 Localité : Limelette Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Non disponible (+/- 1900) Année de construction :

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves choisi de la

Plus en détail

INDEX 1.- DONNÉES GÉNÉRALES... 2

INDEX 1.- DONNÉES GÉNÉRALES... 2 INDEX 1.- DONNÉES GÉNÉRALES... 2 2.- VÉRIFICATION DE LA CONFORMITÉ DU BÂTIMENT... 2 2.1.- Besoin ioclimatique conventionnel en énergie du âtiment... 2 2.2.- Consommation conventionnelle d'énergie du âtiment...

Plus en détail

Thème : Le bâtiment à énergie positive Classe : Tle S Pays ou ville : Antilles-Guyane sept 2014

Thème : Le bâtiment à énergie positive Classe : Tle S Pays ou ville : Antilles-Guyane sept 2014 Thème : Le bâtiment à énergie positive Classe : Tle S Pays ou ville : Antilles-Guyane sept 2014 DOC 1 : Consommation d énergie et de développement urbain La consommation d énergie par habitant est liée

Plus en détail

La RT2005 en ventilation et en climatisation. Par Anne-Marie Bernard, Consultant, Uniclima

La RT2005 en ventilation et en climatisation. Par Anne-Marie Bernard, Consultant, Uniclima La RT2005 en ventilation et en climatisation Par Anne-Marie Bernard, Consultant, Uniclima RAPPELS SUR LA RT2005 Décret publication textes réglementaires prévue 1 er trimestre 2006? date d'application prévue

Plus en détail

Parois opaques (isolation thermique extérieure, intérieure, répartie lourde ou légère)

Parois opaques (isolation thermique extérieure, intérieure, répartie lourde ou légère) Parois opaques (isolation thermique extérieure, intérieure, répartie lourde ou légère) Durée du thème : 30 minutes FEEBAT Module 1+2 - Isolation thermique 1 Pour réduire les consommations d énergie Pour

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive à haute performance energétique : détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive à haute performance energétique : détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive à haute performance energétique : détails techniques Bruxelles Environnement EXEMPLE DE RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE ET DURABLE: BATEX [120] RUE DU VERGER Thomas

Plus en détail

direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction les outils Solution technique RT 2000 Maisons individuelles non climatisées

direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction les outils Solution technique RT 2000 Maisons individuelles non climatisées direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction les outils Solution technique RT 2000 Maisons individuelles non climatisées Une maison individuelle conçue et réalisée conformément

Plus en détail

Critères de choix d un système pour assurer l'énergie nécessaire au confort thermique et a la production de l eau chaude sanitaire.

Critères de choix d un système pour assurer l'énergie nécessaire au confort thermique et a la production de l eau chaude sanitaire. Critères de choix d un système pour assurer l'énergie nécessaire au confort thermique et a la production de l eau chaude sanitaire. Gabriel Ivan, Dumitru Chisalita, Nicolae Ivan Université Technique de

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Bilan thermique d une chambre froide Date :

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Bilan thermique d une chambre froide Date : TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T1.2 : Analyser les plans d une installation Compétence C1.1 : Collecter, identifier, lister, relever des données Thème : S4 : Approche scientifique

Plus en détail

Généralités Entrées d'air autoréglables Entrées d'air hygroréglables Manchons ENTRÉES D'AIR

Généralités Entrées d'air autoréglables Entrées d'air hygroréglables Manchons ENTRÉES D'AIR Généralités Entrées d'air autoréglables Entrées d'air hygroréglables Manchons ENTRÉES D'AIR Sommaire GÉNÉRALITÉS p. 3 Rôle de l entrée d air p. 4 Environnement réglementaire p. 4 Définition p. 4 Dimensionnement

Plus en détail

Evaluation des besoins énergétiques de chauffage et climatisation d un bâtiment pour le site de Tlemcen

Evaluation des besoins énergétiques de chauffage et climatisation d un bâtiment pour le site de Tlemcen Evaluation des besoins énergétiques de chauffage et climatisation d un bâtiment pour le site de Tlemcen Sofiane Amara, Abdou Benmoussat, Boumediene Benyoucef, Bo Nordell To cite this version: Sofiane Amara,

Plus en détail

Date: 22-23/01/2014 PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES SERRES. Vincent STAUFFER.

Date: 22-23/01/2014 PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES SERRES. Vincent STAUFFER. Date: 22-23/01/2014 PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES SERRES Vincent STAUFFER contact@agrithermic.com Sommaire 1. Généralités - Bases 2. Les matériaux de couverture 3. Les écrans thermiques 4. Renouvèlement

Plus en détail

Passeport énergétique

Passeport énergétique No. Passeport No. Expert Date d'établissement Mises à jour Date d'expiration 0 07 0/07/0 0/07/0 Indice de chaleur Consommation faible Indice de référence Consommation élevée ce bâtiment atteint 0% 0% 0%

Plus en détail

La charpente est constituée de planches relativement légères. Pour les colonnes visibles on utilise des troncs d arbre non découpés. L épaisse structu

La charpente est constituée de planches relativement légères. Pour les colonnes visibles on utilise des troncs d arbre non découpés. L épaisse structu est une maison compacte d une surface au sol de 77 m². L utilisation Bdeeryl matériaux bon-marché et recyclés permet de maintenir les coûts des matériaux et installations au-dessous des 15.000. La maison

Plus en détail

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur brique rénovation Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur brique rénovation Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur brique rénovation Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Page 1/7 Transfert d'humidité à travers les parois : Note de synthèse Paroi Simulée

Plus en détail

Présentation du 14 juillet KlimaBank - LENOZ - Guichet unique - PRIMe House

Présentation du 14 juillet KlimaBank - LENOZ - Guichet unique - PRIMe House Présentation du 14 juillet 2016 - KlimaBank - LENOZ - Guichet unique - PRIMe House KlimaBank 2 KlimaBank Avant assainissement énergétique Après assainissement énergétique Préfinancement des travaux de

Plus en détail

M22 C > Planning Enseignants : Nicolas REMY & Bruno Burlat

M22 C > Planning Enseignants : Nicolas REMY & Bruno Burlat M22 C > Planning Enseignants : Nicolas REMY & Bruno Burlat Cours Cours 0 : lundi 16 Février 2004 de 8h à 10h Cours 1 : Mardi 17 Février 2004 de 10h à 12h Cours 2 : lundi 23 Fé vrier de 10h à 12h Cours

Plus en détail

Thermique et matériaux

Thermique et matériaux Thermique et matériaux 1. Variété et performance des matériaux 3. Aperçu de la logique HQE Sources : Oliva Jean-Pierre (2001). L'isolation écologique, Mens : Éd. Terre vivante. 1. Variété et performance

Plus en détail

DESCRIPTIF TECHNIQUE

DESCRIPTIF TECHNIQUE DESCRIPTIF TECHNIQUE Chalets Bellevue 1, 2 et 3 1. SITUATION Les immeubles «Bellevue» sont orientés au sud et bâtis sur les parcelles No 11034 et 11035, d une surface de 1730 m2, idéalement située au départ

Plus en détail

Etude de la validité du modèle COMFIE dans le cas de bâtiments à très basse consommation : cas d une maison de la plate forme INCAS de Chambéry

Etude de la validité du modèle COMFIE dans le cas de bâtiments à très basse consommation : cas d une maison de la plate forme INCAS de Chambéry Etude de la validité du modèle COMFIE dans le cas de bâtiments à très basse consommation : cas d une maison de la plate forme INCAS de Chambéry 1 Introduction Le secteur du bâtiment doit mettre en œuvre

Plus en détail

Tout savoir sur la Climatisation

Tout savoir sur la Climatisation Tout savoir sur la Climatisation L efficacité dépend de la température 21ºC / 100% efficace Le maximum d efficacité dans un bureau est d obtenir une tempéraure de 21ºC 26ºC / 85% efficace Si la température

Plus en détail

LES LABELS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Le label passif. Plate-forme Maison Passive asbl

LES LABELS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Le label passif. Plate-forme Maison Passive asbl Plate-forme Maison Passive asbl LES LABELS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Le label passif Mercredi de l'info cd2e Loos en Gohelle Adeline Guerriat Le 25 mars 2009 1. La Plate-forme Maison Passive 2. Le standard

Plus en détail

Le groupe DOMIAL et le Grenelle de l Environnement à travers l exemple de 3 opérations : Construction de 30 logements locatifs PLUS BBC

Le groupe DOMIAL et le Grenelle de l Environnement à travers l exemple de 3 opérations : Construction de 30 logements locatifs PLUS BBC Le groupe DOMIAL et le Grenelle de l Environnement à travers l exemple de 3 opérations : Construction de 30 logements locatifs PLUS BBC Réhabilitation de 72 logements locatifs THPE Construction de 18 logements

Plus en détail

Les maisons passives : sont elles confortables? écologiques? Bruno Peuportier, Stéphane Thiers

Les maisons passives : sont elles confortables? écologiques? Bruno Peuportier, Stéphane Thiers Les maisons passives : sont elles confortables? écologiques? Bruno Peuportier, Stéphane Thiers Les maisons passives : sont-elles confortables? écologiques? Bruno Peuportier et Stéphane Thiers, MINES ParisTech

Plus en détail

La modélisation thermique confrontée à la mesure : Influence de l imprécision des données d entrées sur le calcul de la consommation de chauffage

La modélisation thermique confrontée à la mesure : Influence de l imprécision des données d entrées sur le calcul de la consommation de chauffage La modélisation thermique confrontée à la mesure : Influence de l imprécision des données d entrées sur le calcul de la consommation de chauffage Centre d'études Techniques de l'équipement de l'ouest Au

Plus en détail

87 rue de Bonnetable LE MANS

87 rue de Bonnetable LE MANS 87 rue de Bonnetable 72 000 LE MANS 02 43 82 14 14 kit-tradi-plus@wanadoo.fr LES ÉTAPES DE VOTRE RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE PROPOSITION GLOBALE DE RÉNOVATION Réalisée par nos techniciens, elle vise à :. Améliorer

Plus en détail

Economie d Energie. Les ateliers de transformation

Economie d Energie. Les ateliers de transformation Economie d Energie Les ateliers de transformation Economie d Energie Mesure des consommations électrique de l atelier, Comparaison de ces consommations à des références, Analyse des pratiques Propositions

Plus en détail

LES EMETTEURS J-M R. D-BTP

LES EMETTEURS J-M R. D-BTP LES EMETTEURS J-M R. D-BTP 2006 1 Rôle Radiateurs fonte Radiateurs acier Radiateurs aluminium Échange thermique Emplacement des radiateurs Accessoires de pose des radiateurs Règles de pose Choix des radiateurs

Plus en détail

K ISOL Revêtement céramique de DJP Energy. DJP Energy SAS Capital de rue des Carmes CAEN

K ISOL Revêtement céramique de DJP Energy. DJP Energy SAS Capital de rue des Carmes CAEN K ISOL Revêtement céramique de DJP Energy Capital de 2 015 300 6 rue des Carmes 14000 CAEN www.djpenergy.com Les céramiques : un isolant remarquable Les céramiques sont utilisées comme réfractaire dans

Plus en détail

DURÉE : 2 heures pour la conception, la construction et le test de la maison modèle.

DURÉE : 2 heures pour la conception, la construction et le test de la maison modèle. PROJET DE LEÇON SUR L ÉNERGIE MODÈLE DE MAISON SOLAIRE PASSIVE HISTORIQUE ET CONCEPTS : L énergie du soleil nous procure l énergie solaire, sous forme de rayon de soleil ou d électricité et d énergie thermique

Plus en détail

zone m *réglementation thermique, acoustique et aération des DOM

zone m *réglementation thermique, acoustique et aération des DOM zone 1 400 m *réglementation thermique, acoustique et aération des DOM 0262 257 257 - www.arer.org 2 3 4 5 LE LANGAGE DE LA RÈGLEMENTATION THERMIQUE AÉRATION ACOUSTIQUE (RTAA-DOM) Chacun des termes et

Plus en détail

REALISATION D UNE GEOTHERMIE. présenté par G. NINAUVE du bureau d études GN de Libramont. mercredi 26 mars 2014.

REALISATION D UNE GEOTHERMIE. présenté par G. NINAUVE du bureau d études GN de Libramont. mercredi 26 mars 2014. REALISATION D UNE GEOTHERMIE présenté par G. NINAUVE du bureau d études GN de Libramont mercredi 26 mars 2014. Hôtel Restaurant Verviers à Verviers Bureau d'études GN Bureau d'ingénierie en techniques

Plus en détail

AVANT PROPOS... 1 Un travail collectif... 1 Une étape indispensable... 2

AVANT PROPOS... 1 Un travail collectif... 1 Une étape indispensable... 2 TABLE DES MATIERES AVANT PROPOS... 1 Un travail collectif... 1 Une étape indispensable... 2 INTRODUCTION... 5 Des objets mal connus... 5 Quoi de plus répandu, de plus commun qu'un émetteur de chaleur?...

Plus en détail