Résumé analytique du rapport technique intérimaire. Client: Commission Européenne - DG Commerce

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Résumé analytique du rapport technique intérimaire. Client: Commission Européenne - DG Commerce"

Transcription

1 Evaluation de l impact commercial durable en support des négociations pour un Accord de Libre-échange Complet et Approfondi entre l Union Européenne et le Maroc Résumé analytique du rapport technique intérimaire Client: Commission Européenne - DG Commerce Rotterdam, 29 Mai 2013

2

3 Evaluation de l impact commercial durable (TSIA) en support des négociations pour un Accord de Libre-échange Complet et Approfondi (ALECA) entre l Union Européenne et le Maroc Client: Commission Européenne - DG Commerce Rotterdam, 29 Mai 2013

4 Ce rapport a été commandé et financé par la Commission Européenne. Les opinions exprimées ici sont celles du consultant et ne représentent en aucun cas la position officielle de la Commission. 4

5 A propos d Ecorys A Ecorys notre objectif est d offrir un véritable avantage pour la société à travers le travail que nous accomplissons. Pour cela, nous offrons des services de conseil et de gestion de projet ayant trait au développement économique, social et à l aménagement du territoire. Spécialisés en questions complexes relatives aux marchés, aux politiques et à la gestion de projets, nous offrons à nos clients internationaux des secteurs publics et privés ainsi qu aux organisations à but non lucratif des perspectives uniques et des solutions à forte valeur ajoutée. L histoire exceptionnelle d Ecorys remonte à plus de 80 ans. Notre expertise relevant principalement du domaine économique et de la compétitivité s étend sur le développement régional et urbain, l eau et l énergie, les transports et la mobilité, la politique sociale, l éducation, la santé et la gouvernance. Nous accordons une importance particulière à notre indépendance, notre intégrité et nos partenariats. Nos équipes sont constituées d experts dédiés à leur travail, universitaires comme consultants, qui partagent les meilleures pratiques tant au sein de leur entreprise qu avec leurs partenaires à l international. Ecorys Pays-Bas est une Entreprise à Responsabilité Sociale (ERS) et bénéficie du label ISO14001 (standard international pour les systèmes de gestion environnementale). Nos objectifs liés au développement durable s inscrivent dans une politique et des mesures pratiques mises en place par notre entreprise pour les personnes, la planète et les gains, tels que l utilisation de tarifs 100% d énergie verte, le rachat de crédits de carbone pour tous nos voyages, la sensibilisation de notre personnel à l utilisation des transports publics et l impression sur papiers certifiés FSC ou PEFC. Nos actions ont réduit notre empreinte carbone par près de 80% depuis ECORYS Nederland BV Watermanweg GG Rotterdam B.P AD Rotterdam Pays Bas T +31 (0) F +31 (0) E Registration no W 5

6 Résumé Analytique Ce rapport constitue le projet du Rapport Technique Intérimaire de l Evaluation de l Impact Commercial Durable (TSIA) en support des négociations pour un Accord de Libre-échange Complet et Approfondi (ALECA) entre l'union Européenne (UE) et le Maroc. Il fait partie d'une étude plus vaste qui inclut également une TSIA de l ALECA entre l'ue et la Tunisie. L'objectif de l'étude consiste à «évaluer la manière dont les dispositions commerciales et celles liées au commerce en cours de négociation pourraient influer sur les questions économiques, sociales et environnementales dans l'ue et au Maroc (en prenant également en compte le processus d'intégration régionale et son impact potentiel), ainsi que dans des pays tiers concernés. En outre, cette étude devrait proposer des mesures (commerciales ou non commerciales appelées également dimensions/questions «au-delà des frontières») afin de maximiser les bénéfices des ALECA et de prévenir ou minimiser les impacts négatifs potentiels. Elle devrait également inclure une référence à l'accord régional existant, comme l'accord d'agadir dont [le Maroc est un] Membre et d'autres accords d'intégration régionaux appropriés. Ce rapport présente les résultats de la phase 1 de l étude, à savoir l analyse globale des résultats économiques, sociaux et environnementaux attendus de l impact potentiel de l ALECA sur les échanges entre l UE et le Maroc. Approche et cadre conceptuel Notre approche est basée sur les deux éléments méthodologiques d'une TSIA décrites dans les termes de références de l étude ainsi que dans le manuel TSIA 1, à savoir : 1) des évaluations économiques, sociales et environnementales proprement dites, utilisant une analyse tant quantitative que qualitative et 2) des consultations avec les diverses parties prenantes. La méthodologie suivie comprend les principaux éléments suivants: une méthode d analyse de criblage / cadrage, l analyse des différents scenarios et modélisation quantitative, une analyse quantitative supplémentaire de l impact social et environnemental, et des consultations avec les parties prenantes qui seront menées en parallèle. Pour plus d informations sur la méthodologie utilisée, veuillez vous référer au rapport de lancement de l étude. 1 Disponible sur: 6

7 Définition du Scenario ALECA Le Modèle d Equilibre Généré par Ordinateur (CGE) a été utilisé dans le cadre de cette étude pour évaluer l impact potentiel de l ALECA. Ce modèle calcule les effets des accords de l ALECA sur l UE, le Maroc et une sélection de pays tiers. Le scenario utilisé pour évaluer les résultats potentiels des négociations (par exemple les paramètres du modèle) de l ALECA prend en considération les hypothèses suivantes, tout en tenant compte des barrières commerciales actuelles: L accord entre l UE et le Maroc sur une libéralisation accrue des échanges en matière de produits agricoles, de produits agricoles transformés, de poissons et de produits de la pêche entré en vigueur en Octobre (ci-après dénommé "l'accord d Octobre 2012"), est compris dans le scenario de référence à partir duquel les effets potentiels d une libéralisation des échanges sont modélisés; De fait, le scenario développé pour l ALECA ne comprend aucune réduction tarifaire puisque tous les droits de douane restants entre l UE et le Maroc ont été (à l exception de quelques rares lignes tarifaires) supprimés par l Accord d Octobre 2012 ; Les Mesures Non Tarifaires (MNT) des services, exprimées en Coûts Commerciaux Equivalents (CCE) sont considérées comme étant réduites de 3 % pour les services marocains pénétrant le marché européen et de 13 % pour les services européens pénétrant le marché marocain; Les Mesures Non Tarifaires des biens sont modélisées soit avec un niveau limité ou ambitieux de rapprochement règlementaire, soit sans aucun rapprochement règlementaire, dépendamment du secteur concerné. De plus, tous les secteurs agricoles et manufacturiers sont considérés comme bénéficiant de la facilitation des échanges ; Les effets d entrainement sont aussi pris en considération puisque, si le Maroc se conforme aux règles et règlementations européennes relatives au commerce, suite à un rapprochement règlementaire (notamment d avec les standards européens), il aura plus facilement accès aux marchés des pays tiers. Ces effets sont estimés représenter 25 % du niveau d approximation européen (se référer au point précédent). Impact économique attendu de l ALECA Effet macroéconomique global Le revenu national devrait augmenter des suites de l ALECA tant au sein de l UE qu au Maroc. A long terme, les gains attendus en revenu national devraient atteindre 1,4 milliards d euros pour l UE et 1,3 milliards d euros pour le Maroc. Compte tenu de la taille de ces économies, les gains en PIB en termes relatifs seront proches de zéro pour l UE mais représenteraient une augmentation à long terme de près de 1.6 % du PIB pour le Maroc. L analyse des trois différents canaux de libéralisation (MNT des services, MNT des biens et les effets d entrainements) révèle que la réduction des MNT des biens est le premier contributeur, et de loin le plus important, aux résultats attendus de l ALECA tandis que les effets d entrainement arrivent en seconde position en ce qui concerne les gains totaux en revenu national. De plus, l UE et le Maroc devraient bénéficier de la réduction des MNT dans les services. L impact de l ALECA sur les flux commerciaux est aussi important pour le Maroc, avec une augmentation escomptée de 15 % des exportations et de 8 % des importations à long terme, ce qui se reflèterait dans une amélioration de sa balance commerciale en termes relatifs. Pour le Maroc, des effets positifs significatifs sont attendus en termes de salaires, avec une augmentation potentielle à long terme comprise entre 1,6 et 1,9 %. Même si le prix des biens de 2 Union Européenne, Journal Officiel de l Union Européenne L241, Volume 55, 7 Septembre 2012, disponible sur le site internet suivant: 7

8 consommation devrait augmenter d à peu près 0,4 % suite à l augmentation des revenus et de l augmentation de la demande qui en suivrait, l augmentation des salaires devrait améliorer le pouvoir d achat de la moyenne des citoyens marocains. Pour l UE, l impact de l ALECA sur le commerce, les salaires et le prix des biens de consommation devrait être négligeable. Effets attendus sur les pays tiers L ALECA UE-Maroc devrait également avoir un impact sur les pays tiers, notamment suite à une réorientation des échanges. Même si ces effets devraient être négatifs pour certains pays tiers, tels que la Tunisie et la Turquie, ils devraient être minimes, voire même nuls en pourcentage du PIB pour les autres. L'effet estimé sur la Tunisie suppose que ce pays va aussi conclure des négociations pour un ALECA avec l'ue. Changements par secteur en termes de valeur ajoutée Même si les effets globaux de l ALECA sur le PIB sont positifs, les résultats par secteurs diffèrent. Tandis que certains secteurs se développent, d autres se contractent. Au Maroc, l effet le plus important est attendu dans le secteur des autres machines avec une augmentation de 8,5 % de la valeur ajoutée à long terme ; ceci étant dû principalement à la réduction des Mesures Non Tarifaires. Le secteur des Fruits et Légumes, un secteur relativement important en termes de valeur ajoutée et d emploi, devrait également augmenter, de 4 % à long terme. Dans le secteur des services, le secteur des services publics et autres services, un secteur déjà important au Maroc, devrait être celui qui augmentera le plus (+1 % à long terme). En ce qui concerne l agriculture, le secteur des céréales et autres cultures devrait être le plus grand perdant de l ALECA (2,7 % de réduction de la production à long terme), principalement dû à l alignement des MNT du Maroc à celles de l UE. Le secteur du cuir devrait être le secteur le plus touché par l ALECA avec une réduction de la production estimée à 3,6 % à long terme. En ce qui concerne les services, le secteur des TIC et autres services aux entreprises devrait faire face à une compétition plus accrue de la part des entreprises européennes et pourrait perdre près de 1,7 % de sa production à long terme. Changements par secteur en termes d échanges L augmentation la plus significative dans les exportations marocaines devrait se produire dans le secteur des autres équipements de transport et devrait représenter une augmentation de 89 % des exportations à long terme, au terme de l ALECA. Les exportations de tous les secteurs industriels devraient augmenter de manière significative (ex: les secteurs autres machines et véhicules automobiles devraient augmenter de 71 et 50 % respectivement). Il est à noter que c est principalement le secteur des autres machines qui devrait profiter le plus de cette libéralisation des échanges puisqu il devrait aussi connaitre la plus grande augmentation des exportations en valeur absolue (+3,3 milliards d euros à long terme). Par ailleurs, la plupart des secteurs des services, devrait enregistrer une baisse de leurs exportations. D autre part, les importations devraient augmenter pour tous les secteurs (sauf pour celui des énergies primaires) et devrait représenter entre 5 et 15 %. L augmentation la plus importante en pourcentage (+34%) est attendue dans le secteur de transformation des viandes. Cependant ce secteur représente une part relativement faible des importations marocaines. Impacts attendus de l ALECA sur le plan social et des droits de l homme Une analyse quantitative sur les effets sociaux de l ALECA n a pu être menée dans le cadre de cette étude à cause de l indisponibilité d une base de données récente et complète sur les ménages. Ainsi, les effets attendus sur la pauvreté et le bien-être ont été évalués de façon qualitative pour le Maroc. 8

9 La variation des prix et des salaires, prédite par le modèle CGE, affecte différemment les ménages en raison de leurs différents paniers de consommation et sources de revenu. Les salaires des travailleurs marocains les plus qualifiés devraient augmenter de 1,9 % à long terme en moyenne alors que les salaires moyens des travailleurs moins qualifiés devraient augmenter de près de 1,6 %. Bien que le modèle CGE ne puisse prédire les changements en termes d emploi, l augmentation significative des revenus qui devrait résulter de l ALECA, selon ce modèle, devrait être plutôt due à la création d emplois qu à l augmentation des salaires. Cependant, la réaffectation d emplois entre les secteurs devrait être difficile pour certains groupes (particulièrement les plus vulnérables). Les normes de travail quant à elles dépendent de plusieurs acteurs et paramètres mais devraient globalement s améliorer. Aucun effet significatif de l ALECA sur la sécurité sociale et le dialogue social n a quant à lui pu être identifié. En ce qui concerne les droits de l homme, l ALECA devrait avoir un effet principalement sur les droits économiques et sociaux (tels que l amélioration des droits à un niveau de vie adéquat et un meilleur accès à la nourriture) mais non sur les droits culturels, civils ou politiques. Il existe différents canaux par lesquels les droits de l'homme sont affectés et l effet global de l ALECA sur la situation des droits de l homme au Maroc est susceptible d être positif et largement indirect. Impacts attendus de l ALECA sur l environnement En ce qui concerne les indicateurs environnementaux, l ALECA devrait apporter une combinaison d effets positifs et négatifs sur l environnement et l effet global est difficile à prévoir avec certitude. En termes de pollution de l air, les analyses quantitatives montrent que les émissions de tous les polluants (NOx, SOx et Matières particulaires) déclinent à court et long terme après la mise en œuvre de l ALECA. Cet effet positif global est largement dû à la transformation de l activité économique (par effet de composition) des industries de l énergie primaire, du textile, du cuir, des produits chimiques et des transports vers des secteurs rejetant moins de pollution dans l air tels que les fruits et légumes, les services publics et autres services. Cet effet de composition surpasse les effets d échelle résultants de l augmentation de l émission des polluants à cause du développement général de l activité économique. En termes monétaires, l effet positif à long terme sur la pollution de l air devrait mener à une réduction des coûts externes de 24 millions d euros. L ALECA devrait avoir un effet partagé voire faible sur tous les autres types d indicateurs environnementaux, tels que les déchets, la biodiversité et l économie verte. En ce qui concerne l'eau, la pression environnementale qui résulterait de l ALEAC est ambiguë. D un côté, l augmentation générale de la production agricole requiert une utilisation accrue de l eau, déjà rare dans la région, pour l irrigation, alors que le déclin de la pollution industrielle comme celle dans les secteurs du textile et du cuir devraient résulter en une réduction de la pollution totale. Les émissions de CO 2 devraient décliner de 600 tonnes métriques à long terme et l ALECA devrait avoir un effet faible mais positif sur le changement climatique. Consultations avec les parties prenantes Les consultations sont un élément clé de l étude. Cinq moyens ou instruments ont été utilisés pour engager les parties prenantes dans le cadre de cette étude, à savoir : 1) des consultations sous 9

10 forme électroniques et d envoi de documents. Ceci comprend un site internet ( et une page Facebook, tsiamorocco, qui permettent tous deux la mise en place d un mécanisme de feedback et d un forum de discussion. De plus, une adresse a été créée et un bulletin d information (newsletter) sous forme électronique sera envoyé régulièrement. 2) deux réunions publiques à Bruxelles pour la société civile européenne, 3) un atelier TSIA au Maroc (comprenant des réunions et des interviews individuels avec les parties prenantes pertinentes pour l étude), 4) la participation à d'autres conférences, ateliers, réunions, etc. dans l'ue et au Maroc relatifs à cette étude, et 5) des interviews en face à face ou téléphoniques avec les diverses parties prenantes et experts clés. Les apports principaux des diverses parties prenantes reçus à ce jour comprennent : Des suggestions pour inclure d autres parties prenantes ainsi que la prise en compte de documents supplémentaires (notamment en matière de droits de l homme) dans l analyse ; L importance d analyser spécifiquement le mode 4 dans le commerce des services ; La mesure dans laquelle la politique d investissement sera incluse dans l étude ; L importance d analyser le commerce illégal de la faune et de la flore transitant par le Maroc, plaque tournante importante du commerce vers l UE ; Une demande pour inclure une évaluation de l impact des droits de l homme sur la population Saharawi du Sahara Occidental ; Le besoin de conduire tout d abord une évaluation ex-post des accords commerciaux déjà mis en œuvre ; La possibilité d exclure l Accord d Octobre 2012 de l analyse ; La prise en considération des questions de concentration des terres et de leur propriété ; Le besoin de conduire les consultations en français ; Des questions d ordre méthodologique et d implication des parties prenantes dans les consultations. L étude, dans la mesure du possible, a pris en considération les commentaires mentionnés cidessus. Veuillez vous référer à l Annexe E du présent rapport pour accéder aux réponses détaillées. Proposition de sélection des secteurs et des questions transversales pour une analyse plus approfondie Les secteurs ou les questions transversales qui sont d une importance particulière dans le contexte de l ALECA seront étudiés plus en détail lors de la prochaine phase de l étude, particulièrement pour le Maroc. La sélection des secteurs spécifiques et questions transversales sera effectuée à travers un exercice de cadrage et de filtrage sur la base des cinq critères suivants : 1. L importance initiale du secteur pour l économie ; 2. L impact économique attendu de l ALECA ; 3. L impact social, environnemental et sur les droits de l homme attendu ; 4. Les questions spécifiques des parties prenantes ; 5. L importance stratégique du secteur / de la question dans les négociations commerciales. La sélection proposée des secteurs ou des questions transversales qui feront l objet d une analyse plus approfondie sera complétée en temps voulu. Dans l attente, vos suggestions pour le choix final des secteurs sont les bienvenues. 10

Résumé Analytique. Approche et définition du scenario ALECA

Résumé Analytique. Approche et définition du scenario ALECA Résumé Analytique Ce rapport constitue le projet de Rapport Final de l Evaluation de l Impact Commercial Durable (TSIA) en support des négociations pour un Accord de Libre-échange Complet et Approfondi

Plus en détail

Résumé analytique du rapport Technique Intérimaire. Client: Commission Européenne - DG Commerce

Résumé analytique du rapport Technique Intérimaire. Client: Commission Européenne - DG Commerce Evaluation de l impact commercial durable en support des négociations pour un Accord de Libre-échange Complet et Approfondi entre l Union Européenne et la Tunisie Résumé analytique du rapport Technique

Plus en détail

Communiqué 21 octobre 2009

Communiqué 21 octobre 2009 Communiqué 21 octobre 2009 Les surcoûts du programme d électricité éolienne et photovoltaïque doivent être compensés par une politique industrielle ambitieuse. La France a consommé en 2008 environ 485

Plus en détail

Les effets économiques de la guerre en Syrie et de la progression de l État islamique sur les pays du Levant. Elena Ianchovichina et Maros Ivanic

Les effets économiques de la guerre en Syrie et de la progression de l État islamique sur les pays du Levant. Elena Ianchovichina et Maros Ivanic Les effets économiques de la guerre en Syrie et de la progression de l État islamique sur les pays du Levant Elena Ianchovichina et Maros Ivanic Résumé détaillé Cet article propose une estimation quantitative

Plus en détail

Consommation. Les émissions de gaz à effet de serre (dont l augmentation. Quels impacts sur le climat? De quoi parle-t-on?

Consommation. Les émissions de gaz à effet de serre (dont l augmentation. Quels impacts sur le climat? De quoi parle-t-on? Consommation Quels impacts sur le climat? De quoi parle-t-on? Depuis la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (adoptée en 1992), le monde industriel et économique a profondément

Plus en détail

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 ISO 14001: 2015 Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 4115, Rue Sherbrooke Est, Suite 310, Westmount QC H3Z 1K9 T 514.481.3401 / F 514.481.4679

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Investissement au Maroc

Investissement au Maroc Investissement au Maroc Pourquoi le Maroc La compétitivité des coûts A seulement 14 km de l Europe, le Maroc se positionne comme une plateforme compétitive à l export: o Des charges salariales réduites

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

La possibilité d adopter un accord-cadre dans les négociations concernant la zone de libre-échange continentale. Document officieux

La possibilité d adopter un accord-cadre dans les négociations concernant la zone de libre-échange continentale. Document officieux La possibilité d adopter un accord-cadre dans les négociations concernant la zone de libre-échange continentale Document officieux David Luke et Simon Mevel Centre africain pour les politiques commerciales

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN : DÉFIS ET PROMESSES DE LA LIBÉRALISATION. Montréal, 24 29 mars 2003

CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN : DÉFIS ET PROMESSES DE LA LIBÉRALISATION. Montréal, 24 29 mars 2003 ATConf/5-WP/107 1 26/3/03 CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN : DÉFIS ET PROMESSES DE LA LIBÉRALISATION Montréal, 24 29 mars 2003 Point 2 : 2.5 : Examen des questions clés de réglementation dans le

Plus en détail

10.CARBON DESKTOP : RÉDUIRE SES COÛTS GRÂCE A UN SUIVI INFORMATISE DES DONNÉES DÉCHETS ET ÉNERGIE

10.CARBON DESKTOP : RÉDUIRE SES COÛTS GRÂCE A UN SUIVI INFORMATISE DES DONNÉES DÉCHETS ET ÉNERGIE ÉTUDE DE BENCHMARKING SUR LES DÉCHETS DANS LES MÉTHODOLOGIES D ACTION SUR LES COÛTS ET SUR LES 10.CARBON DESKTOP : RÉDUIRE SES COÛTS GRÂCE A UN SUIVI INFORMATISE DES DONNÉES DÉCHETS ET ÉNERGIE Type de

Plus en détail

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante En résumé Évaluation de l impact sur la qualité de l air des évolutions de circulation mises en oeuvre par la Mairie de Paris entre 2002 et 2007 Ce document présente les résultats de l évolution entre

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Conseil des barreaux européens Council of Bars and Law Societies of Europe Association internationale sans but lucratif Rue Joseph II, 40 /8 1000 Bruxelles T. : +32 (0)2 234 65 10 F. : +32 (0)2 234 65

Plus en détail

TRANSPORT ROUTIER AU MAROC

TRANSPORT ROUTIER AU MAROC LA LOGISTIQUE ET LE TRANSPORT LEVIER DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE DU MAROC Rachid TAHRI, Président de l AFFM Juin 2013 1 TRANSPORT ROUTIER AU MAROC LE POIDS DU SECTEUR CARACTERISTIQUES DU PARC FORMATION

Plus en détail

Perspectives de l évolution de la demande de transport en Belgique à l horizon 2030

Perspectives de l évolution de la demande de transport en Belgique à l horizon 2030 Présentation des nouvelles perspectives de l évolution des transports en Belgique à l horizon 23 18 Septembree 212 Perspectives de l évolution de la demande de transport en Belgique à l horizon 23 Marie

Plus en détail

Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives

Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives Février 2008 0. Préambule...2 1. Kyoto : où en est-on aujourd hui en Belgique?...3 2. La Belgique en bonne voie pour remplir ses engagements?...5

Plus en détail

Bilan économique pour la collectivité

Bilan économique pour la collectivité Programme TSP sur la performance énergétique des bâtiments Note d analyse complémentaire Bilan économique pour la collectivité Le Programme TSP pour la rénovation thermique des bâtiments vise à structurer

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

Promouvoir une croissance intelligente, durable et inclusive. équipe de soutien au. Plan d Action Atlantique. Financé par la

Promouvoir une croissance intelligente, durable et inclusive. équipe de soutien au. Plan d Action Atlantique. Financé par la Promouvoir une croissance intelligente, durable et inclusive pour l Espace Atlantique équipe de soutien au Plan d Action Atlantique Financé par la Qu est ce que l équipe de soutien au Plan d Action? En

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

Tournant énergétique indispensable, défis immenses

Tournant énergétique indispensable, défis immenses Communiqué de presse Position des Académies suisses à l approvisionnement suisse en électricité Tournant énergétique indispensable, défis immenses Berne/Zurich, 9 août 2012. La transition vers des énergies

Plus en détail

environnementaux (SPRE)

environnementaux (SPRE) Spécificités du Mastère spécialisé (MS) «Santé environnement : enjeux pour le territoire et l entreprise», de la formation d Ingénieur de l EHESP spécialité génie sanitaire (IGS) et du Master 2 santé publique

Plus en détail

Résumé Analytique. Approche et définition du scenario ALECA

Résumé Analytique. Approche et définition du scenario ALECA Résumé Analytique Ce rapport fait partie d'une étude plus vaste qui inclut également une TSIA de l Accord de Libreéchange Complet et Approfondi (ALECA) entre l Union Européenne et le Maroc. Il présente

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 COMMISSION EUROPEENNE MÉMO Bruxelles, le 8 novembre 2012 Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 L objet du plan d action présenté aujourd hui par la Commission européenne (voir IP/12/1187)

Plus en détail

Réunion d information du public, lundi 24 juin 2013

Réunion d information du public, lundi 24 juin 2013 Projet éolien Lampiris à Engis Réunion d information du public, lundi 24 juin 2013 Vous connaissez Lampiris en tant que fournisseur d électricité verte et de gaz naturel. Non content d avoir relevé le

Plus en détail

2. L'économie et la politique de transport de marchandises comme déterminants du marché de la logistique suisse

2. L'économie et la politique de transport de marchandises comme déterminants du marché de la logistique suisse 2. L'économie et la politique de transport de marchandises comme déterminants du marché de la logistique suisse Vue d'ensemble des principaux faits La Suisse compte, avec un produit intérieur brut de 603

Plus en détail

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse Stratégie du CECODHAS sur l efficacité énergétique et la prévention de la précarité énergétique dans le

Plus en détail

Présentation du Programme : Phase II

Présentation du Programme : Phase II PROGRAMME D APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DE L ACCORD D ASSOCIATION Présentation du Programme : Phase II L Accord d Association constitue le cadre juridique L Accord d Association constitue le cadre juridique

Plus en détail

Bureau Veritas Energie Des solutions pour améliorer vos performances énergétiques et réduire vos émissions de CO 2

Bureau Veritas Energie Des solutions pour améliorer vos performances énergétiques et réduire vos émissions de CO 2 INDUSTRIE TERTIAIRE Bureau Veritas Energie Des solutions pour améliorer vos performances énergétiques et réduire vos émissions de CO 2 *Avançons en confiance Move Forward with Confidence* Faire de la maîtrise

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

L agriculture canadienne et les négociations du commerce international. Symposium sur les perspectives de l industrie laitière

L agriculture canadienne et les négociations du commerce international. Symposium sur les perspectives de l industrie laitière L agriculture canadienne et les négociations du commerce international Symposium sur les perspectives de l industrie laitière 16 mai 2013 Plan Le secteur agricole canadien et le commerce international

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à Le Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du à 1 Présentation générale Annoncé le 14 janvier 2014 par le Président de la République puis présenté par le Premier ministre lors de sa déclaration

Plus en détail

Bureau Veritas Energie Des solutions pour améliorer vos performances énergétiques et réduire vos émissions de CO 2

Bureau Veritas Energie Des solutions pour améliorer vos performances énergétiques et réduire vos émissions de CO 2 COLLECTIVITÉS Bureau Veritas Energie Des solutions pour améliorer vos performances énergétiques et réduire vos émissions de CO 2 *Avançons en confiance Move Forward with Confidence* Faire de la maîtrise

Plus en détail

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics :

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Cahier des charges pour un programme de formation à l attention des agents des institutions publiques (Collectivités locales, services

Plus en détail

Position d origin sur le futur de la PAC

Position d origin sur le futur de la PAC Position d origin sur le futur de la PAC Ce document constitue la position d origin, Organisation pour un Réseau International d'indications Géographiques, aux questions posées par Dacian Cioloș, Commissaire

Plus en détail

efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification

efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification ISO 50001 Le cadre réglementaire évolue incitant aujourd hui les Grandes Entreprises à s engager vers une meilleure efficience énergétique.

Plus en détail

Contribution des industries créatives

Contribution des industries créatives RÉSUMÉ - Septembre 2014 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes de PIB et d emploi Évolution 2008-2011 2 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes

Plus en détail

I. Le Forum mondial de l eau

I. Le Forum mondial de l eau Evénements soutenus par le 6 ème Forum Mondial de l Eau I. Le Forum mondial de l eau Historique Co-organisé tous les trois ans par le Conseil Mondial de l Eau d une part, un pays et une ville hôte d autre

Plus en détail

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015 ATTENTION : AVANT DE SIGNER LA LETTRE, MERCI DE BIEN VOULOIR LA LIRE JUSQU A LA FIN ET DE CLIQUER SUR LE LIEN ASSOCIE. FORUM D ACTION DES ENTREPRISES POUR LE CHANGEMENT CLIMATIQUE LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL

Plus en détail

Rôle de l économie verte dans l émergence de la Côte d Ivoire à l horizon 2020. - Orientation générale -

Rôle de l économie verte dans l émergence de la Côte d Ivoire à l horizon 2020. - Orientation générale - COMITE DE CONCERTATION ETAT/SECTEUR PRIVE REUNION DES POINTS FOCAUX Rôle de l économie verte dans l émergence de la Côte d Ivoire à l horizon 2020 - Orientation générale - DIRECTION DE L ECONOMIE VERTE

Plus en détail

LE MÉCANISME DE SAUVEGARDE SPÉCIALE (MSS)

LE MÉCANISME DE SAUVEGARDE SPÉCIALE (MSS) LE MÉCANISME DE SAUVEGARDE SPÉCIALE (MSS) FONDÉ SUR LE VOLUME : ANALYSE DES CONDITIONS PRÉVUES AU TEXTE RÉVISÉ EN DÉCEMBRE 2008 DU PROJET DE MODALITÉS CONCERNANT L AGRICULTURE À L OMC RÉSUMÉ Genève, Suisse

Plus en détail

Utilisation des données et production d indicateurs pour une stratégie sobre en carbone

Utilisation des données et production d indicateurs pour une stratégie sobre en carbone Utilisation des données et production d indicateurs pour une stratégie sobre en carbone Esther Finidori esther.finidori@carbone4.com 05/11/2015 Présentation de Carbone 4 Notre approche Cabinet de conseil

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Mars 2015 Luc Masure Plan de la présentation 1. Le Bureau fédéral du Plan 2. Cadre historique de la politique salariale et des dispositifs d exonération

Plus en détail

Convention sur la protection et l utilisation des cours d eau transfrontières et des lacs internationaux

Convention sur la protection et l utilisation des cours d eau transfrontières et des lacs internationaux Convention sur la protection et l utilisation des cours d eau et des lacs internationaux Groupe de travail de la gestion intégrée des ressources en eau Dixième réunion Genève, 24 et 25 juin 2015 Point

Plus en détail

Rapport de synthèse L impact économique des touristes perdus

Rapport de synthèse L impact économique des touristes perdus Rapport de synthèse L objectif de cette étude était d évaluer la mise en œuvre actuelle des dispositions communes concernant les visas dans l espace Schengen du point de vue de l industrie touristique

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

MODELE DE CONVENTION ERDF / <Fournisseur> relative à la dématérialisation fiscale des factures d acheminement

MODELE DE CONVENTION ERDF / <Fournisseur> relative à la dématérialisation fiscale des factures d acheminement Direction Technique MODELE DE CONVENTION ERDF / relative à la dématérialisation fiscale des factures d acheminement Identification : ERDF-FOR-CF_42E Version : 1 Nombre de pages : 10 Version

Plus en détail

Négociations commerciales entre le Canada et l Union européenne 7. Les obstacles techniques au commerce et la coopération en matière de réglementation

Négociations commerciales entre le Canada et l Union européenne 7. Les obstacles techniques au commerce et la coopération en matière de réglementation Négociations commerciales entre le Canada et l Union européenne 7. Les obstacles techniques au commerce et la coopération en matière de réglementation Publication n o 2010-58-F Le 3 septembre 2010 Alexandre

Plus en détail

Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions

Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions Orkhan Aslanov/ Fotolia.com > Suivez le guide nous saisissons vos opportunités de marchés publics! > Gardons Avec le Centre de Veille le contact nous

Plus en détail

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014»

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Projet d ensemble commercial Ametzondo Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Remarques : Aucune émission ne sera prise en compte sur le parking pour un fonctionnement dominical.

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 04/2007/CM/UEMOA PORTANT CREATION ET MODALITES DE FONCTIONNEMENT DU COMITE CONSULTATIF SUR L

Plus en détail

Index d encadrés. Bilan : l année méditerranéenne. 453 Med.2010 Index d encadrés

Index d encadrés. Bilan : l année méditerranéenne. 453 Med.2010 Index d encadrés Index d encadrés Bilan : l année méditerranéenne Politiques méditerranéennes Moyen-Orient Vers une communauté de l eau et de l énergie au Moyen-Orient........................ 208 La Turquie-Les Balkans

Plus en détail

Université Paris1- Panthéon Sorbonne : Commerce International Professeur Philippe Martin Partiel Septembre 2004 CORRIGE

Université Paris1- Panthéon Sorbonne : Commerce International Professeur Philippe Martin Partiel Septembre 2004 CORRIGE Université Paris1- Panthéon Sorbonne : ommerce International Professeur Philippe Martin Partiel Septembre 2004 ORRIGE Partie 1: Questions à choix multiple (8 points : 1 point chacune) Reporter sur votre

Plus en détail

Les instruments économiques de protection de l environnement. Prof. Bruno Deffains, bruno.deffains@u-paris2.fr. Sorbonne Université

Les instruments économiques de protection de l environnement. Prof. Bruno Deffains, bruno.deffains@u-paris2.fr. Sorbonne Université Les instruments économiques de protection de l environnement Prof. Bruno Deffains, bruno.deffains@u-paris2.fr Sorbonne Université 1. Introduction 2 «Command and control» Cette approche s appuie sur des

Plus en détail

Reforme Fiscale Environnementale

Reforme Fiscale Environnementale Reforme Fiscale Environnementale Une formation axée sur la pratique pour les décideurs politiques, responsables de l'administration, conseillers et représentants d ONG Page 1 Accreditation du Fonds Vert

Plus en détail

Compostage au bureau. Targeted communication toolkit. Internal action

Compostage au bureau. Targeted communication toolkit. Internal action Compostage au bureau Principe : composter et réduire les déchets organiques au bureau Cette action encourage le compostage et la réduction des déchets organiques. Le compostage est le principal outil de

Plus en détail

PROCEDURE DE DESIGNATION

PROCEDURE DE DESIGNATION PROCEDURE DE DESIGNATION Appel à candidatures de 2015 1. À travers le programme des villes créatives, l UNESCO reconnaît l engagement manifeste des villes pour mettre la créativité au centre de leurs stratégies

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 14.2.2007 SEC(2007) 113 DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Document accompagnant la proposition

Plus en détail

Glossaire. Extrait de : Panorama des administrations publiques 2009. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264061675-fr

Glossaire. Extrait de : Panorama des administrations publiques 2009. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264061675-fr Extrait de : Panorama des administrations publiques 2009 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264061675-fr Glossaire Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE (2009), «Glossaire»,

Plus en détail

AGOA Programme des Organisations pour la société civile du

AGOA Programme des Organisations pour la société civile du AGOA Programme des Organisations pour la société civile du 14 e Forum sur la coopération économique et commerciale entre les États-Unis et l Afrique AGOA 15 ans : Les organisations de la société civile

Plus en détail

Association Québécoise de Vérification Environnementale

Association Québécoise de Vérification Environnementale Le Marché Climatique de Montréal (MCeX) La Bourse du Carbone AQVE Association Québécoise de Vérification Environnementale Le 22 novembre 2007 Pé t ti d Lé Bitt Présentation de Léon Bitton Vice-président,

Plus en détail

Première évaluation d'une analyse d'impact de la Commission européenne

Première évaluation d'une analyse d'impact de la Commission européenne Première évaluation d'une analyse d'impact de la Commission européenne Proposition de la Commission européenne visant à autoriser l'ouverture de négociations en vue de la conclusion d un accord de libre-échange

Plus en détail

Pacte d Istanbul pour l Eau

Pacte d Istanbul pour l Eau Pacte d Istanbul pour l Eau Des autorités locales et régionales Réunis à Istanbul en mars 2009, nous Maires et autorités locales et régionales des différentes parties du monde adhérons au présent PACTE

Plus en détail

LES FONDS EUROPÉENS STRUCTURELS ET D INVESTISSEMENT 2014-2020 EN FRANCE CONNAÎTRE LES FONDS EUROPÉENS STRUCTURELS

LES FONDS EUROPÉENS STRUCTURELS ET D INVESTISSEMENT 2014-2020 EN FRANCE CONNAÎTRE LES FONDS EUROPÉENS STRUCTURELS LES FONDS EUROPÉENS STRUCTURELS ET D INVESTISSEMENT 2014-2020 EN FRANCE CONNAÎTRE les programmes européens LES FONDS EUROPÉENS STRUCTURELS ET D INVESTISSEMENT AU SERVICE DE LA STRATÉGIE EUROPE 2020 Stratégie

Plus en détail

La finance carbone pour les villes

La finance carbone pour les villes 1 La finance carbone pour les villes Source de revenus et levier d action pour des villes plus propres A travers la présentation de trois mécanismes de finance carbone mobilisables par les villes, cette

Plus en détail

DEMANDE DE FINANCEMENT 2014 «CIRCUITS ALIMENTAIRES REGIONAUX»

DEMANDE DE FINANCEMENT 2014 «CIRCUITS ALIMENTAIRES REGIONAUX» DEMANDE DE FINANCEMENT 2014 «CIRCUITS ALIMENTAIRES REGIONAUX» A retourner au Conseil régional de Bourgogne : Conseil Régional de Bourgogne, Direction de l Agriculture et du Développement rural, 17 boulevard

Plus en détail

L économie circulaire en pratique dans la Mécanique - L éco-conception comme levier d action

L économie circulaire en pratique dans la Mécanique - L éco-conception comme levier d action Page 2 L économie circulaire en pratique dans la Mécanique - L éco-conception comme levier d action Lionel MELETON Pôle PID Cetim L économie circulaire en quelques mots Page 3 Pour mémoire, l économie

Plus en détail

CBI La garantie d un partenariat sur mesure

CBI La garantie d un partenariat sur mesure CBI La garantie d un partenariat sur mesure CBI, l expert pour la promotion des exportations en provenance des pays en développement L achat de produits ou l externalisation d activités dans des pays en

Plus en détail

2. Présentation de la comptabilité nationale

2. Présentation de la comptabilité nationale 2. Présentation de la comptabilité nationale Introduction (1) Comptabilité nationale : Système Européen des Comptes (SEC 95) => Technique de synthèse statistique représentation quantifiée de l économie

Plus en détail

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Conseil National du Commerce Extérieur Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Anticiper Partager Agir www.cnce.org.ma

Plus en détail

ENEREST GAZ NATUREL VEHICULE. Roulez, économisez, et préservez l environnement. Novembre 2010

ENEREST GAZ NATUREL VEHICULE. Roulez, économisez, et préservez l environnement. Novembre 2010 ENEREST GAZ NATUREL VEHICULE Roulez, économisez, et préservez l environnement Novembre 2010 Performant, écologique et économique, le GNV est une véritable alternative aux problématiques environnementales

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Émissions de gaz à effet de serre (GES)

Émissions de gaz à effet de serre (GES) Les émissions de gaz à effet de serre (GES) d origine humaine perturbent l équilibre énergétique radiatif du système formé par la Terre et l atmosphère. Elles amplifient l effet de serre naturel, avec

Plus en détail

PAC, Volatilité des prix et Sécurité Alimentaire dans les pays du Sud

PAC, Volatilité des prix et Sécurité Alimentaire dans les pays du Sud PAC, Volatilité des prix et Sécurité Alimentaire dans les pays du Sud Françoise Gérard, CIRAD, SFER, 7 mai 2010 La libéralisation des échanges et la réforme de la PAC : une solution contre l insécurité

Plus en détail

Choix des réfrigérants : un nouveau rapport apporte des éclaircissements sur l éco-efficacité des systèmes de réfrigération de supermarchés

Choix des réfrigérants : un nouveau rapport apporte des éclaircissements sur l éco-efficacité des systèmes de réfrigération de supermarchés Choix des réfrigérants : un nouveau rapport apporte des éclaircissements sur l éco-efficacité des systèmes de réfrigération de supermarchés Depuis que l UE s est engagée à réduire les émissions de gaz

Plus en détail

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un diagnostic? d- Comment appliquer la méthode Bilan Carbone?

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

AVIS. 19 décembre 2013

AVIS. 19 décembre 2013 AVIS Projet d ordonnance modifiant l ordonnance du 19 juillet 2001 relative à l'organisation du marché de l'électricité en Région de Bruxelles-Capitale et l ordonnance du 1er avril 2004 relative à l'organisation

Plus en détail

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Juin 2013 Agenda Facteurs de développement du secteur bancaire syrien Le secteur bancaire syrien: performance solide, mais La Syrie

Plus en détail

Droits de propriété intellectuelle et résultats des entreprises en Europe Une analyse économique

Droits de propriété intellectuelle et résultats des entreprises en Europe Une analyse économique Droits de propriété intellectuelle et résultats des entreprises en Europe Une analyse économique Rapport d analyse au niveau des entreprises, Juin 2015 RESUME Droits de propriété intellectuelle et résultats

Plus en détail

COMPRENDRE LE COMMERCE DU GAZ NATUREL & L INTERET D UN GROUPEMENT D ACHAT

COMPRENDRE LE COMMERCE DU GAZ NATUREL & L INTERET D UN GROUPEMENT D ACHAT COMPRENDRE LE COMMERCE DU GAZ NATUREL & L INTERET D UN GROUPEMENT D ACHAT DOCUMENT 1/3 Ce document a pour but d expliquer le fonctionnement du marché du gaz. Il s agit d une introduction permettant de

Plus en détail

Gestion de trésorerie

Gestion de trésorerie Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Gestion de trésorerie Optimiser la gestion financière de l entreprise à court terme Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3250-4

Plus en détail

ILE-DE-FRANCE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

ILE-DE-FRANCE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 18/12/2014. ILE-DE-FRANCE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Les

Plus en détail

Besoin d approfondissement des méthodologies d évaluation Le cas de la voiture électrique

Besoin d approfondissement des méthodologies d évaluation Le cas de la voiture électrique Besoin d approfondissement des méthodologies d évaluation Le cas de la voiture électrique Fabien Leurent, Elisabeth Windisch Laboratoire Ville Mobilité Transport (LVMT) Ecole des Ponts, ParisTech Journée

Plus en détail

Monaco s engage contre la déforestation

Monaco s engage contre la déforestation Compte rendu des deux réunions sur l élaboration de la Charte sur le Bois en Principauté Contexte des réunions Deux réunions de travail ont été organisées le jeudi 1 er juin et le mercredi 6 juin 2011

Plus en détail

Les indicateurs de la SNTEDD (stratégie nationale de la transition écologique vers un développement durable)

Les indicateurs de la SNTEDD (stratégie nationale de la transition écologique vers un développement durable) Les indicateurs de la SNTEDD (stratégie nationale de la transition écologique vers un développement durable) S. Moreau CGDD/SOeS CNIS - le 26 mai 2014 Des indicateurs à définir pour le suivi de la SNTEDD

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.20/2012/10 Distr. générale 24 février 2012 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 INVESTISSEMENT TERRITORIAL INTÉGRÉ POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période 2014-2020

Plus en détail

Notifier les entraves au commerce

Notifier les entraves au commerce Notifier les entraves au commerce ACCES AU MARCHE : STRATEGIE ET ENJEUX 1. Une stratégie d accès au marché mise en œuvre par la Commission européenne avec les Etats membres et les fédérations d entreprises

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables FICHE ACTIONS Expo Nantes Atlantique ACTIONS GLOBALES Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Sensibilisation des employés, des prestataires

Plus en détail

Les critères d identification des pays les moins avancés

Les critères d identification des pays les moins avancés Les critères d identification des pays les moins avancés Vue d ensemble Ce document reprend les éléments présentés sur le site du Comité des politiques de développement http://www.un.org/en/development/desa/policy/cdp/ldc/ldc_criteria.shtml

Plus en détail

Cahier des charges de l appel à contributions. L évolution de la politique Déchets de la Cub

Cahier des charges de l appel à contributions. L évolution de la politique Déchets de la Cub Politique Déchets de la CUB Cahier des charges de l appel à contributions - Vous êtes une association, un collectif ou un organisme partenaire des politiques communautaires; - Vous êtes intéressé par la

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L INDUSTRIE DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L INDUSTRIE DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L INDUSTRIE DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT Titre du projet «Appui à la mise en œuvre de la stratégie

Plus en détail