Nouveau Programme de Troisième Cycle Interuniversitaire (NPTCI)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Nouveau Programme de Troisième Cycle Interuniversitaire (NPTCI)"

Transcription

1 Nouveau Programme de Troisième Cycle Interuniversitaire (NPTCI) Pays membres : Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Centrafrique, Congo, Côte d Ivoire, Gabon, Guinée, Madagascar, Mali, Mauritanie, Niger, République Démocratique du Congo, Rwanda, Sénégal, Tchad, Togo. ANALYSE EFFICACITE EQUITE DE LA CONTRIBUTION DES MUTUELLES DE SANTE DANS L OFFRE DE SANTE PUBLIQUE AU BURKINA FASO : CAS D UNE MUTUELLE DE LA REGION DU CENTRE Mots clés : Mutuelle de santé, Efficacité, Equité TRAORE Ousmane, Doctorant (Ph.D) au Programme NPTCI. Campus régional de Dakar Tel : Nationalité : Burkinabè Abstract There are several methods for modeling health care cost. Some of these strategies estimate health expensive to be compared between different alternatives of medical care insurance. This paper compares health cost of mutual insurance for both inpatient and outpatient in Burkina Faso by predicting health expensive and discus the assumptions on efficiency and equity of the mutual s role in Burkina Faso. The fundamental paper which had studied alternative methods of modeling health expenditures from which our study focalize is Buntin and Zaslavsky (2004) 1. Introduction Il existe une littérature variée sur les méthodes alternatives d estimation des coûts ou l utilisation des soins médicaux. La spécificité des données concernées dans ces estimations a trait à des restrictions telles que la troncature (en particulier des observations non négatives), un grand nombre de valeurs nulles, une forme asymétrique de la fonction de répartition (faible 1

2 asymétrie à droite). Sous ces conditions, les moindres carrés ordinaires fournissent des estimateurs biaisés et non convergents. La plupart des alternatives aux moindres carrés ordinaires utilisent les modèles à deux parties (Manning et al., 1981 ; Duan et al., 1983 ; Duan et al., 1984) qui modélisent la probabilité des coûts non nuls, séparément de leur niveau conditionnel aux coûts non nuls. La variable dépendante est log transformée pour permettre une meilleure utilisation des moindres carrés ordinaires étant donné la distribution asymétrique. Les prédictions avec ces modèles doivent être retransformées afin de fournir des estimations à l échelle réelle. Ces transformations peuvent être sensibles aux erreurs de spécification du modèle. En particulier, l hétéroscedasticité peut biaiser les estimateurs issus de l utilisation des modèles à deux parties avec la variable dépendante log transformée même lorsque des facteurs «smeared» de transformation sont utilisés (Duan, 1983 ; Manning, 1998). Plus récemment, les modèles linéaires généralisés ont été proposés pour faciliter les inférences sur les prédictions des coûts espérés (Mullahy, 1998). Manning et Mallahy (2001) ont comparé la performance de ces deux modèles en utilisant une simulation de données représentant des violations variées des hypothèses de modèle et ont suggéré un critère de sélection de modèle. Ainsi avec ces nouvelles approches, plusieurs alternatives d estimation sont valables pour les chercheurs. Dépendamment des caractéristiques des données et de la question de recherche et sous certaines conditions, chacune d elle peut être le meilleur estimateur. Certains travaux d estimation des payements de frais médicaux des bénéficiaires du Medicare ont comparé huit alternatives d estimation et les résultats suggèrent que les chercheurs modélisant les coûts et l utilisation des soins médicaux doivent d abord adapter le modèle linéaire généralisé (MLG), procédant au MLG à deux parties ou les modèles des moindres carrés ordinaires (MCO) avec la variable dépendante transformée (Buntin et Zaslavsky, 2004). Dans cette étude, il s agit d estimer la probabilité d adhésion à une mutuelle et de prédire les dépenses moyennes de santé des membres et non membres de la mutuelle afin d en faire la comparaison des coûts de soins médicaux. Dans cette perspective, la probabilité d utilisation des soins peut paraître nécessaire pour l exhaustivité des analyses en particulier l évaluation du surplus de l activité économique (entreprise coopérative) de la mutuelle. L étude s inspire des stratégies d estimation de l utilisation des soins et des dépenses de santé développées par Buntin et Zaslavsky pour discuter de l efficacité et de l équité du rôle des mutuelles de santé au Burkina Faso. 2

3 2. L assurance maladie dans le système de santé burkinabè La santé constitue un secteur primordial d une nation ou de l économie. Ainsi, la lutte contre la pauvreté, un axe majeur des objectifs du millénaire pour le développement passe par l accès facile (à moindre coût) des populations aux services ou soins de santé. La fourniture des soins de santé implique à la fois plusieurs modes de financement : financement centralisé ou public et financement privé. L évolution du système de santé burkinabè, compris selon la définition de l OMS, comme l ensemble de «toutes les activités dont le but essentiel est de promouvoir, restaurer ou entretenir la santé» (OMS, 2000), reflète les changements socioéconomiques et politiques qui ont jalonné l histoire récente du pays. Cette évolution peut être divisée en trois grandes périodes (Ridde et al 2003): Pendant la première période ( ), la Haute Volta, l actuelle Burkina Faso, a opté, à l instar des pays au sud du Sahara, pour la gratuité des soins dispensés par les services publics. Suite à la récession économique due au choc pétrolier, ayant entrainé une aggravation des conditions sanitaires, la nécessité se fit sentir d améliorer la planification. Ainsi les premiers outils de gestion du système ont été mis au point notamment les plans quinquennaux de développement sanitaire destinés surtout à enrayer les grandes endémies, mais aussi à développer les prestations sanitaires élémentaires. La deuxième période correspondant à celle des ajustements macroéconomiques ( ) avait pour objectif : «la santé pour tous en l an 2000» par la création dans chaque village d un «poste de santé primaire». Auparavant, à partir de 1983, une réforme administrative avait divisé le territoire national en provinces avec la mise en place de la première planification sanitaire décennale (Programmation sanitaire nationale) visant à privilégier la participation communautaire en matière d organisation et d offre de services. C est au cours de cette période, en 1987 précisément, que le Burkina Faso adhère à l «Initiative de Bamako» en tant que politique de relance de la stratégie des soins de santé primaire définie à la conférence d Alma Ata en Enfin, pendant les années 1990, une réflexion se développe sur la mise en place d un système de district intégré. Cette période est marquée par l élaboration du document national relatif au renforcement de la politique des «soins de santé primaires» (1992) par l octroi d une autonomie de gestion aux hôpitaux et aux formations sanitaires périphériques de l Etat (1993) et par la création au niveau intermédiaire du système des onze directions régionales de santé (DRS) en

4 Les pays les plus pauvres, notamment en Afrique, sont souvent ceux dans lesquels la part des dépenses de santé d origine privé est le plus élevée. Ainsi avec la mise au point des politiques publiques de santé décrites ci-dessus, un examen des dépenses de santé selon les modes de financement est important dans l analyse du système de santé au Burkina Faso. Le tableau suivant retrace l évolution des dépenses de santé suivant les sources de financement et ceci sur une période allant de 1995 à Tableau 1 : Structure des dépenses de santé au Burkina Faso Dépenses de santé Dépenses totales en santé (DTS) en % du PIB Ressources externes consacrées à la santé en % des DTS Dépenses des administrations publiques en santé (DGS) en % des DTS Dépenses du secteur privé en santé (DPvS) en % des DTS Régimes de sécurité sociale en % des DGS Assurance privée en % des DPvS Versements directs en % des DPvS ,3 4,5 4,5 4,7 5,3 5,1 4,9 5,0 5,5 6,1 6,7 6,3 6,1 5,6 16,6 16,8 13,9 11,1 10,5 13,9 13,0 14,5 20,4 26,7 35,7 29,6 28,3 29,1 38,7 38,4 41,1 39,9 41,2 39,6 37,4 43,9 46,4 53,7 59,5 56,9 56,1 54,4 61,3 61,6 58,9 60,1 58,8 60,4 62,6 56,1 53,6 46,3 40,5 43,1 43,9 45,6 0,9 0,7 0,5 0,7 0,4 0,8 1,3 0,8 0,6 0,4 0,2 0,3 0,3 0,3 1,0 1,0 1,0 1,0 1,0 1,0 1,0 1,0 1,0 1,4 2,3 2,1 2,0 2,9 94,2 94,3 94,2 94,3 94,4 94,4 94,4 94,3 92,2 95,1 94,2 91,3 91,3 90,6 Source : construit à partir du Compte National de Santé OMS 2010 Sur la période , les dépenses de santé au Burkina Faso ont évolué en dent de scie de 4,3% à 5,6% du PIB soit un accroissement global de 30 points de pourcentage. Les dépenses ont atteint leur niveau le plus élevé de 6,7% du PIB en Cette situation peut s expliquer par l épidémie récurrente de méningite et les postes d épidémie du choléra enregistrés en 2005 dans la capitale Ouagadougou. De façon générale, les dépenses de santé au Burkina Faso représentent une faible proportion du PIB (moins de 10%). Un examen des sources de financement des dépenses de santé révèle la part beaucoup plus importante du financement privé sur la période A partir de 2003, la tendance 4

5 s est inversée, cependant les dépenses publiques en santé sont restées faiblement supérieures aux dépenses privées. Cette tendance générale du financement des soins de santé peut avoir pour conséquence au plan socioéconomique, l exclusion des groupes vulnérables ou groupes à revenu faible qui sont majoritaires au Burkina Faso, où l indice de pauvreté est estimé à 51,8% selon l indice du développement humain 2009 du PNUD. Ces statistiques des dépenses de santé expliquent l inefficacité d ensemble du système de santé burkinabè due notamment à l insuffisance et l inadaptation de l offre par rapport à la demande et aux difficultés d accès des populations aux services de santé. En 10ans ( ), la baisse de la mortalité globale a été seulement de 5% en passant à des niveaux très élevés de 193 à 184. De toutes les composantes de la mortalité des jeunes, seulement la mortalité infantile a enregistré une baisse et parmi les composantes de cette mortalité, seule la mortalité néonatale aurait diminué INSD (2003). Selon Ridde (2003), les principes d équité ont été sacrifiés au profit d une certaine efficacité dans l application de l «Initiative de Bamako». La plupart des politiques sanitaires ont alors mis l accent sur le financement ou la tarification des soins et avec comme objectif implicite, la maximisation du gain ou des recettes et n ont de ce fait pas accordé une attention particulière aux questions d accès des populations. Les dépenses publiques de santé sont souvent destinées au financement des infrastructures et aux charges du personnel. En effet, le budget public de la santé étant passé de 517FCFA par tête en 1984 à 1515FCFA en 1994 et à 2131FCFA en 1999 (Banque mondiale, 2001), les politiques de santé ont été inefficaces pour adapter l offre de soins aux besoins de la population. Ainsi, pour certains analystes, la plupart des politiques de reforme des systèmes de santé se sont principalement consacrées à résoudre les problèmes de financement. Pour Grindle et al (1991) il est important cependant de prendre en compte d autres éléments fondamentaux, tels que les modalités de mise en œuvre et le rôle des principaux acteurs, ce qui ne semble pas avoir beaucoup attiré l attention des analystes et des chercheurs. Les acteurs des politiques sanitaires, en Afrique comme sur bien d autres continents semblent plus préoccupés par la maximisation de leurs gains (Tizio et al, 1997) que par l amélioration des systèmes de santé et la prise en charge de ceux qui en sont exclus de manière permanente. En sus du diagnostic du système de santé burkinabè, il existe un système de protection sociale embryonnaire et constitué de l adjonction de dispositifs hétérogènes de types mutuelles ou micro-assurance santé destinés à différents groupes minoritaires de la population. Les constats formulés par Grindle et al et Tizio et al confortent l objet de cette étude cherchant à analyser 5

6 le rôle des mutuelles de santé, nouveaux acteurs importants pour relever le défi du système de santé au Burkina Faso. Le système de protection sociale au Burkina Faso est largement appuyé par la coopération internationale. C est le cas, par exemple, d un projet régional appuyé par la coopération française, qui vise à «favoriser l extension de l assurance maladie volontaire et des mutuelles de santé en Afrique de l Ouest» avec le soutien au RAMS «Réseau d appui aux mutuelles de santé». Deux structures principales au Burkina Faso œuvrent ainsi à la mise en place des mutuelles de santé : le Réseau d appui aux mutuelles de santé du Burkina Faso (RAMS) financé par l OMS, solidarité mondiale et la coopération française ; le Bureau international du travail (BIT) par l intermédiaire de son programme STEP (Stratégie et techniques de lutte contre l exclusion sociale et la pauvreté). Les mutuelles de santé sont en expansion au Burkina Faso et on dénombre actuellement selon les estimations du RAMS environ 100 mutuelles reparties sur l ensemble des 13 régions du pays. Cependant le régime de sécurité sociale au Burkina Faso couvre moins de 1% des dépenses publiques de santé et enregistre une tendance baissière sur la période L assurance privée maladie représente quant à elle 1% des dépenses privées de santé sur la période allant de 1995 à Cette proportion est passée de 1,4% en 2004 à 2,9% en 2008 soit une augmentation de 107 points de pourcentage. Sur la même période les versements directs sont passés d un niveau plus élevé de 95,1% des dépenses privées à 90,6% soit une baisse de 5 points de pourcentage. Nonobstant cette baisse, les versements directs représentent encore une proportion très importante des dépenses privées de santé dont un coût élevé pour la population à besoin de soins. Les mutuelles de santé, dans le système de santé appartiennent à des organisations coopératives ou associations auxquelles les agents économiques ont recourt en y adhérant dans le but de satisfaire leurs besoins de consommation de soins médicaux dans un environnement risqué. Ces unités économiques, selon les critères de classification n appartiennent ni au secteur privé ni au secteur public mais dans le système de santé viennent en complément au secteur public et au secteur privé. En d autres termes, leur présence est une solution probable aux défaillances de ces deux secteurs dans l offre de soins aux populations. Les mutuelles de santé sont avant tout une organisation au sens général. Elles constituent des modes de coordination non marchands dans le secteur de la santé dont les règles de fonctionnement sont définies ex antée (payement d une quotte part annuelle par personne ou 6

7 droit d adhésion, payement d un ticket modérateur en cas de maladie et prise en charge mutuelle ). La question théorique qui est sous jacente à l analyse d une telle unité se réfère à la problématique de l économie institutionnelle, de l économie des contrats, de l économie des conventions, de l économie des droits de propriété, de la socio économie (Soulama et al, 2002). Les mutuelles de santé tout comme les autres types d organisations coopératives comportent théoriquement trois composantes : une composante sociale (la base d adhésion), une composante individuelle (l adhérent) et une composante économique ou l entreprise coopérative. L adhérent à une mutuelle de santé cherche par le moyen de celle ci à se couvrir contre le risque maladie et à maximiser ainsi sa satisfaction en achetant à moindre coût les soins médicaux. La mutuelle de santé dans sa composante sociale doit viser la base d adhésion la plus large. La question théorique sur l équité du rôle des mutuelles de santé de cette étude se fonde sur cette composante sociale pour analyser la participation des différents groupes socioéconomiques. L activité économique de la coopérative (mutuelle) consiste en une fonction d offre de services (soins médicaux) correspondant aux attentes et au pouvoir d achat des adhérents et en une fonction de production de surplus et d accumulation durablement collective. Cependant l activité économique ou l entreprise coopérative ne devrait pas prendre le dessus sur les dimensions individuelles et sociales de la mutuelle de santé. En outre, la recherche du surplus maximum ne devrait pas non plus être une priorité pour les mutuelles de santé. 3. Objectifs Cette étude se base sur l économie des institutions pour examiner les coûts comparés qu entrainent les deux modes alternatifs de coordination des activités économiques des agents que sont le marché et l organisation c à d la mutuelle de santé et ceci en prenant en compte la participation des différents groupes socioéconomiques. Pour des besoins d analyses plus robustes, l étude évaluera donc l accumulation durablement collective du rôle des mutuelles de santé. 4. Théorie de base L étude se base sur le cadre théorique de l assurance maladie. Dans cette théorie, la situation d'assurance maladie la plus simple est celle où la maladie nécessite un coût fixe (les individus sont alors identiques) et l assurance est tarifiée au coût actuariel. En effet la théorie suppose 7

8 par ailleurs que l assurance nécessite le paiement d une prime et en cas de maladie, l assurance couvre la totalité des coûts des soins. Nous relâchons ces hypothèses de fixité des coûts de la maladie et de prise en charge total des coûts de soins de l assuré pour prendre en compte les principes ou la logique du fonctionnement des mutuelles de santé au Burkina Faso. Considérons une situation où initialement, les individus sont soient sains soient malades à une période donnée de l année. Les gens sont en bonne santé avec la probabilité 1 p dans ce cas ils n'ont besoin d'aucun soin médical. Les gens tombent malades avec la probabilité p. Soit d = 0 ou d = 1 indiquant l absence de soin médical si la personne est saine ou malade. Le traitement d'une personne i qui est malade exige une dépense médicale d un montant m i. L état de santé après dépense en soins d'une personne malade est h i = H d, m i. Pour simplifier, on suppose que la dépense médicale reconstitue l état de santé parfait de l individu, de sorte que H 1, m i = H 0,0. Les individus se caractérisent par une utilité u i qui dépend de leur consommation x i, et de leur état de santé post traitement, h i. Ainsi nous avons u i = U(x i, h i ). Supposons, pour la simplicité, que les agents disposent de dotations exogènes de revenu y i et ne peuvent ni épargner ni emprunter. Ainsi, la consommation de l'individu assuré est ce qui reste après le paiement des dépenses médicales, c à d après paiement de la prime d'assurance, π qui est une constante pour une mutuelle donnée et du ticket modérateur t i (pourcentage fixe des dépenses de santé, donc variant en valeur selon le montant des dépenses de santé de l individu). Ainsi, pour les personnes non assurées, x = y pour chaque individu i si bien portant et x = y m en cas de maladie. Pour des personnes assurées, x i = y i π si sain et x i = y i π t i si malade. Soient des indices I et N pour signaler si l'individu est assuré ou non assuré. Posons U(x) U x, H 0,0 ; la forme réduite de l utilité, fonction de la consommation et de l état parfait de santé. En l'absence de l'assurance, l'utilité espérée d'un individu est donnée par: i V N = 1 p U y i, H 0,0 + pu(y i m i, H 1, m i ) (1) i V N = 1 p U y i + pu(y i m i ) où la deuxième égalité traduit la prétention que le soin médical restitue à la personne son état parfait de santé. On suppose que U respecte la propriété standard que l'utilité est croissante dans la consommation quoiqu'à un taux décroissant: U > 0 et U < 0. On suppose par ailleurs que les dépenses médicales sont valables même si l'individu n'est pas assuré. Supposons qu un individu adhère à une mutuelle contre le risque de tomber malade. Pour une 8

9 mutuelle qui couvre les risques, la prime d'adhésion juste devrait être π = p(m t). La prime d adhésoin étant fixe pout tous les individus, nous supposons que m et t sont des moyennes estimés. La mutuelle collecte les droits d adhésion tous les ans et paye m t i quand l'individu est malade. Si un individu choisit cette politique, son utilité espérée sera: V i I = 1 p U y i π + pu y i π t i (2) En utilisant une série de développement de Taylor de l'équation (1), il est possible d approximer cette équation comme suit: V N V I + U (U 2U ) π m π t pour tout individu i (3) Par conséquent, Valeur du droit d adhésion = (V I V N ) U (1 2)( U U )π m π t. (4) Le membre de gauche de l'équation (4) est la différence entre l'utilité de la situation de non assurance et celle de l assurance maladie pondérée par l inverse de l utilité marginale pour donner une valeur monétaire de la couverture du risque. Le membre de droit est le bénéfice du transfert de risque. Ici, ( U U ) est le coefficient de l aversion absolue au risque; c'est le degré auquel l incertitude au sujet de l'utilité marginale rend une personne plus pauvre. Puisque U > 0 et U < 0, ce coefficient est positif. Le terme π(m π t) représente le fait que le revenu après dépenses médicales change parce que la personne n'a pas l'assurance mutuelle. Il est aussi positif. Le produit des termes de droite de l'équation (4) nécessairement positif, implique que l assurance mutuelle équitable est préférée par rapport à l absence assurance. La valeur monétaire de partage de risque augmente avec l'aversion au risque et avec la variabilité de la dépense médicale. L'intuition soutenant ce résultat est que les individus averses au risque voudraient lisser l'utilité marginale du revenu en transférant le revenu de l état du monde où leur utilité marginale est au bas niveau aux états du monde quand leur utilité marginale est élevée. En l'absence de l'assurance, l'utilité marginale du revenu d'une personne saine est U (y) et U (y m) en cas de maladie. Puisque l'utilité marginale décline à mesure que le revenu augmente, l utilité marginale est plus faible quant l individu est sain que lorsqu il est malade. Le transfert du revenu des états de bonne santé aux états de maladie jusqu'à ce que les utilités marginales soient les mêmes, maximise l'utilité totale, garantissant l assurance équitable. La mutuelle d assurance maladie effectue ce transfert, collectant des primes en amont en remboursement des dépenses plus tard. 9

10 5. Données et modèle économétrique L étude utilise les données d enquêtes de terrain menées dans la région du centre au Burkina Faso, zone de choix de la mutuelle d étude. Des données sur les caractéristiques sociodémographiques des populations, leur appartenance à la mutuelle, les caractéristiques ou principes de fonctionnement de la mutuelle de santé sont collectées Estimation de la probabilité d adhésion à la mutuelle de santé Dans cette partie, l analyse des données consiste à estimer la probabilité d adhésion à une mutuelle. La présentation du modèle index (Wooldridge) est le suivant : P(y = 1 x) = G(xβ) P(x) où 0 < G(xβ) < 1 Pour une spécification probit, G xβ = Ф(xβ) avec Ф(. ) est la fonction de répartition de la loi normale centrée réduite. Ф z = z ɸ v dv. ɸ v = (2π) 1 2exp ( 1 2 z2 ) est la densité de la loi normale centrée réduite. Cette présentation peut être dérivée à partir de la présentation avec une variable latente de la forme : y = xβ + e, y = 1 y > 0 avec 1. = 1 si l expression entre crochet est vraie et 0 sinon. Le terme d erreur e est normalement distribué de moyenne nulle et indépendant de x. Ainsi Ф est la fonction de répartition de e et comme sa fonction densité est symétrique par rapport à 0, alors : P(y = 1 x) = P(y > 0 x) = P(e > xβ x) = 1 Ф xβ = Ф xβ = P(x) L effet partiel de x j sur la probabilité d adhésion est donnée par l expression : P (x) x j = ɸ(xβ)β j où ɸ(xβ) est calculé à la moyenne de l échantillon. Dans cette étude sur la probabilité d adhésion à la mutuelle de santé, le vecteur x des variables explicatives comprend les caractéristiques sociodémographiques du ménage à savoir le revenu du ménage, l âge, le sexe, la religion, le niveau d éducation et la profession du chef de ménage, le nombre d enfant de moins de 6ans et le nombre d enfant de plus de 6ans dans le ménage. 10

11 Pour mettre en exergue l équité dans le rôle des mutuelles de santé, nous introduisons le revenu du ménage dans le modèle par tranches ou quartiles. Ceci conduit à une spécification spline du modèle de variable latente comme suit : y 4 i = βx i + k γ k R i variables explicatives sans le revenu.. 1 R i k + e où k désigne le quartile de revenu et x est le vecteur des 4 Ainsi, Ф xβ = Ф βx i + k γ k R i. 1 R i k. L effet partiel du revenu sur la probabilité d adhésion à une mutuelle sera calculé à partir des résultats de la régression spline du modèle probit et on s attend à ce que l impact soit plus important pour les quartiles élevés de revenu Estimation des dépenses de santé Modèle à deux parties : modélisation de la probabilité d utilisation et des dépenses de soins de santé Les modèles à deux parties sont souvent utilisés pour modéliser les données sur les coûts incluant des observations nulles. La première partie du modèle prédit la probabilité d utilisation, spécifiée par un probit. Prob y i > 0 = Ф(xβ) (1) Où Ф représente la fonction de répartition de la loi normale ou logit avec Prob(y i > 0) = e xβ 1+e xβ. pour la spécification logit (2) La distribution logistique est plus aplatie (étendue) que celle normale mais les deux modèles produisent des résultats d estimation très similaires en pratique avec une grande taille d échantillon (Greene, 1993). La seconde partie du modèle prédit les coûts conditionnellement aux coûts non nuls. Pour obtenir la prédiction inconditionnelle des coûts, les probabilités d utilisation de la première partie du modèle sont multipliées par les niveaux espérés dérivés dans la seconde partie du modèle : E y i x i = Prob y i > 0 x i E y i x i, y i > 0. (3) Modélisation des dépenses espérées : modèles des moindres carrés ordinaires transformés La seconde partie des modèles à deux parties est souvent un modèle des moindres carrés ordinaires avec une transformation de la variable dépendante. La transformation 11

12 logarithmique est appliquée sur la troncature (partie supérieure) de la distribution tout comme la transformation quadratique dans une moindre mesure. Lorsque des variables dépendantes sont transformées, les prédictions doivent être retransformées pour des meilleures conclusions sur les variables en niveau. La valeur espérée d une variable conditionnelle log normale est E y y > 0; x = exp xβ σ2 (4) Si le terme d erreur n est pas normalement distribué alors l estimateur «smearing» développé par Duan (op cit.) estime de façon consistante l espérance comme dans le cas des erreurs indépendantes et identiquement distribuées. Le facteur «smearing» est la moyenne des exponentiels des résidus issus de la régression des moindres carrés ordinaires : S = 1 n n i=1 exp e i, avec e i = logy i x i β. (5) Les prédictions exponentielles sont ensuite multipliées par le facteur «smearing» pour prédire les valeurs espérées à niveau (sans transformation au logarithme). E y x, y > 0 = S. exp xβ. (6) Il existe une transformation similaire pour la prédiction de la moyenne à l échelle de base à partir d une transformation quadratique de la régression des moindres carrés. Cependant dans ce cas, l ajustement est additif et non multiplicatif. Pour une régression homocesdastique, E y y > 0; x = xβ 2 + σ 2, en tenant compte de la distribution des résidus. Si les formes quadratiques des résidus sont hétéroscédastiques alors l estimation séparée de σ 2 peut être faite pour des classes de valeurs prédites ce qui équivaut au calcul séparé des facteurs «smearing» dans le modèle log transformé Modèles linéaires généralisés (MLGs) ou modèles de quasi probabilité Les MLGs modélisent directement la moyenne et la variance de la variable y à niveau (Nelder et Wedderbum, 1972 ; McCullagh et Nelder, 1989). La moyenne E y x est représentée par μ xβ, où μ est le coefficient de proportionnalité entre l espérance de la variable y observée à niveau et la prédiction linéaire xβ. Comme présenté précédemment, le log est choisi comme la fonction de relation dans les applications portant sur les dépenses de santé et μ est la fonction exponentielle. Une famille des fonctions de variances communément utilisée est une fonction de la forme v x = k μ xβ λ (7) 12

13 Avec λ = 0 lorsque la variance est constante. Pour λ = 1, la variance est proportionnelle à la moyenne (souvent appelé modèle de poisson parce que la variance de la distribution de poisson prend cette forme) ; lorsque λ = 2, la variance est proportionnelle au carré de la moyenne (parfois appelé loi gamma). Par ailleurs, les résidus du MLG n ont pas besoin d avoir ces formes de distribution et λ n est pas nécessairement un entier. Dans les modèles de quasi probabilité, la relation entre la moyenne et la variance est spécifiée mais non la distribution des résidus. Ainsi ils peuvent être caractérisés comme des moindres carrés non linéaires (pondérés par l inverse de la variance). Les modèles linéaires généralisés ont récemment bénéficié d une attention particulière dans la littérature de l économie de la santé (Mullahy, op cit ; Blough et al., 1999 ; Manning et Mullahy, op cit.). Cela parce que la fonction de relation indique directement comment l espérance à niveau est liée aux prédictions. Dans la modélisation des coûts des soins, le log de la relation est généralement choisi comme suit : ln E y = xβ ou E y x = exp xβ. Avec cette relation, un effet sur la prédiction linéaire peut être interprété directement comme un effet multiplicatif sur les coûts totaux. Les résultats du MLG peuvent ainsi s interpréter directement sans aucune transformation des résultats de la forme logarithme. Au contraire, dans la forme logarithme du modèle MCO, E lny x = xβ, ce qui n indique aucune information sur E y x. Le MLG peut être estimé avec l échantillon d ensemble car la présence d observations nulles dans la base ne pose aucun problème dans l utilisation de ces modèles. Par ailleurs il peut être utilisé comme la seconde partie du modèle à deux parties. Un autre avantage du MLG est lié au fait qu il sépare la spécification de la forme fonctionnelle de la moyenne (le lien μ) de celle de la variance k. Si la forme fonctionnelle de la variance est correctement spécifiée (relation et prédiction linéaire), le choix de la forme fonctionnelle de la variance est essentiellement une question d efficience. La procédure d estimation pondère les observations inversement proportionnelle à leurs variances et les erreurs types des coefficients estimés seront réduits si la fonction de variance est approximativement spécifiée de façon correcte. A l opposé, une mauvaise spécification de la fonction de variance (qui suppose notamment l homocedasticité) pose des problèmes d imprécision des estimations. Un inconvénient potentiel du MLG est que l estimation peut être moins efficiente (moins précise pour une taille donnée d échantillon) que celle des MCO, une conséquence naturelle de ses suppositions fortes. En particulier, si la fonction de variance est mal spécifiée ou lorsque le log des résidus est fortement aplati, alors les estimations des MLG seront imprécises (Manning et Mullahy, op cit.). 13

14 6. Résultats Neuf méthodes alternatives y compris les moindres carrés ordinaires ont été estimées par Buntin et Zaslavky sur des données du «Medicare Current Beneficiary Survey». Les prédictions des ces modèles ont ensuite été examinés pour voir comment ils prédisent mieux les dépenses de santé. Il a ensuite été examiné comment ces modèles étaient bien calibrés sur des moyennes d échantillons pour des groupes d observations dans chaque classe de coûts prédits et pour des sous échantillons. Le critère d exactitude des prédictions de dépenses est l erreur quadratique moyenne de prédiction définie comme une moyenne quadratique de la différence entre les coûts prédits et les coûts réels (Duan et al., 1983). Le MLG avec variance proportionnelle à la moyenne présente la plus petite erreur quadratique moyenne de prédiction. Le second bon modèle est le modèle à deux parties avec une transformation logarithmique de la variable dépendante et l utilisation de deux facteurs «smearing». 7. Conclusion L article de Buntin et Zaslavsky montre que la recherche du meilleur estimateur pour un problème d estimation et des données d une certaine nature, en occurrence, les dépenses de santé peut exiger du chercheur de revisiter un grand éventail de spécifications économétriques. Ainsi la contribution très importante de Buntin et Zaslavsky après une série d exercices de test et validation de plusieurs modèles alternatifs, est celle identifiant les meilleures modèles et stratégies d estimation utilisant des données sur l utilisation et les dépenses de santé. Ces stratégies peuvent ainsi être valablement utilisées dans plusieurs applications en occurrence celle de notre étude portant sur l analyse de la contribution des mutuelles de santé dans l offre de santé publiques au Burkina Faso. 14

15 BIBLIOGRAPHIE Banque mondiale (2001) Rapport sur le développement dans le monde Blough, D. K., Madden, C. W., Hornbrook, M. C., (1999) Modeling risk using generalized linear models Journal of Health Economics 18, Duan, N., (1983) Smearing estimate: a nonparametric retransformation method Journal of the American Statistical Association 78, Duan, N., Manning, W, G., Morris, C. N., Newhouse, J. P., (1983) A comparison of alternative models for the demand for medical Journal of Business and Economic Statistics 1 (2), Duan, N., Manning, W. G., Morris, C. N., et al., (1984) Choosing between the sample selection model and the multipart model Journal of Business and Economic Statistics 2, Grindle, M. S. et J. W. Thomas (1991). Public choices and policy change. The political economy of reform in developing countries. Baltimore and London, The Johns Hopkins University Press. Institut National de la Statistique et de la Démographie (INSD) 2006 Recensement Général de la Population et de l Habitat, Burkina Faso Manning, W. G., (1998) The logged dependent variable, heteroscedasticity, and the retransformation problem Journal of Health Economics 17, Manning, W. G., Morris, C. N., Newhouse, J. P., et al., (1981) A two part model of the demand for medical care: preliminary results from the Health Insurance Study. In: van der Gaag, J., Perlman, M. (Eds.), Health, Economics, and health Economics. North Holland, Amsterdam, pp

16 Manning, W. G., Mullahy, J., (2001) Estimating log models: to transform or not to transform? Journal of Health Economics 20 (4), McCullagh, P., Nelder, J. A., (1989) Generalized linear models, 2 nd ed. Chapman and Hall, London. Mullahy, J., (1998) Much ado about two: reconsidering retransformation and two part model in health econometrics Journal of Health Economics 17, Nelder, J. A., Wedderburn, R. W. M., (1972) Generalized linear models Journal of the Royal Statistical Society, Series A 135, Organisation Mondiale de la Santé (OMS) Rapport sur la santé dans le monde, 2000, pour un système de santé plus performant. Genève. Ridde, V. (2003) Entre efficacité et équité : qu en est il de l initiative de Bamako? Une revue des expériences Ouest africaines. Université Laval, Québec, G1K 7P4, Canada. Ridde, V., A. P., Nitiema et al. (2003) L efficacité des politiques de santé dans un pays de l Afrique de l Ouest : le cas du Burkina Faso Revue internationale de science politique, Vol. 24. No. 2 Soulama, S. et J.-B. Zett (2002) Economie des organisations coopératives et de type coopératif, Théories Economiques et manuel de cours. CEDRES, Université de Ouagadougou Tizio, S. et Y.-A. Flori (1997) L initiative de Bamako : «santé pour tous» ou «maladie pour chacun»? Revue Tiers monde Wooldridge J., M. Econometric Analysis of Cross Section and Panel Data The MIT Press, Cambridge, Massachusetts London, England. 16

17 Zaslavsky, A. M., Beeuwkes Buntin, M., (2004) Two much ado about two-part models and transformation? Comparing methods of modeling Medicare expenditures. Journal of Health Economics 23(2004)

APPEL A COMMUNICATIONS

APPEL A COMMUNICATIONS APPEL A COMMUNICATIONS Colloque régional UEMOA-CRDI sur Intégration régionale et stratégies régionales de réduction de la pauvreté 8-10 décembre 2009, Ouagadougou, Burkina Faso Délai de soumission de résumé

Plus en détail

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Auteurs : Abdoulaye DIAGNE et Abdou-Aziz NIANG Introduction Ceci devrait contribuer à réduire l écart entre

Plus en détail

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 EXPERIENCE SENEGALAISE DE LA MICROASSURANCE: DEFIS ET OPPORTUNITES Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème sera abordé en cinq

Plus en détail

Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base

Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base M.A. Knefati 1 & A. Oulidi 2 & P.Chauvet 1 & M. Delecroix 3 1 LUNAM Université, Université Catholique de l Ouest,

Plus en détail

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures)

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures) CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE (durée : cinq heures) Une composition portant sur la statistique. SUJET Cette épreuve est composée d un

Plus en détail

LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING»

LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING» LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING» Gilbert Saporta Professeur de Statistique Appliquée Conservatoire National des Arts et Métiers Dans leur quasi totalité, les banques et organismes financiers

Plus en détail

Attitude des ménages face au risque. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2014

Attitude des ménages face au risque. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2014 Attitude des ménages face au risque - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2014 Plan du cours 1. Introduction : demande de couverture et comportements induits pa 2. Représentations

Plus en détail

Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda

Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda!"#$%&'()*"#+," &-).!!/&01&23425,)&6778 Données générales du pays Contexte historique des mutuelles

Plus en détail

Projetde SériesTemporelles

Projetde SériesTemporelles COMMUNAUTE ECONOMIQU E ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE (CEMAC) INSTITUT SOUS REGIONAL DE STATISTIQUES ET D ECONOMIE APPLIQUEE (ISSEA) Projetde SériesTemporelles MODELISATION DE LA RENTABILITE DE L INDICE

Plus en détail

Note Simplifiée. UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- La Commission ------------

Note Simplifiée. UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- La Commission ------------ UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- La Commission ------------ PROJET D APPUI A L EXTENSION DE LA COUVERTURE DU RISQUE MALADIE DANS LES PAYS MEMBRES DE L UEMOA Note Simplifiée

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique.

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique. Activité : «Mais où est donc..?» Afrique Géographie : problématique de la faim. Age : 10-13 ans Outil pédagogique développé par l équipe jeunesse du PAM. Résumé Connaissances et compétences requises :

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

VIIème Congrès international FATO Yamoussoukro 2013

VIIème Congrès international FATO Yamoussoukro 2013 VIIème Congrès international FATO Yamoussoukro 2013 Thème: Accessibilité et financement des services de santé en Afrique Subsaharienne: le cas de la Côte d Ivoire Proposé par FOFANA MEMON, Doctorant en

Plus en détail

Ameth Saloum NDIAYE. Colloque régional UEMOA-CRDI 2009 1

Ameth Saloum NDIAYE. Colloque régional UEMOA-CRDI 2009 1 Ameth Saloum NDIAYE CEPOD, Ministère de l Economie et des Finances, Sénégal Colloque régional UEMOA-CRDI, Ouagadougou, Burkina Faso, 8-10 décembre 2009 1 Problématique et justification Objectifs du papier

Plus en détail

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE.

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. Synthèse des travaux réalisés 1. Problématique La question D7 du plan d exécution du Programme National de Recherches

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie

Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie René AZOKLY/ Président du Fonds International de Garantie Les Fonds de Garantie en Afrique de l'ouest: Particularités,

Plus en détail

La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services

La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services COMMISSION EUROPÉENNE Aide humanitaire et Protection civile La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services

Plus en détail

La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT

La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT SOMMAIRE Introduction... 2 I. Aperçu sur le fondement de la gestion axée sur les résultats... 3 1.1. De nouveaux

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

Modèle de troncature gauche : Comparaison par simulation sur données indépendantes et dépendantes

Modèle de troncature gauche : Comparaison par simulation sur données indépendantes et dépendantes de troncature gauche : Comparaison par simulation sur données indépendantes et dépendantes Zohra Guessoum 1 & Farida Hamrani 2 1 Lab. MSTD, Faculté de mathématique, USTHB, BP n 32, El Alia, Alger, Algérie,zguessoum@usthb.dz

Plus en détail

Économétrie, causalité et analyse des politiques

Économétrie, causalité et analyse des politiques Économétrie, causalité et analyse des politiques Jean-Marie Dufour Université de Montréal October 2006 This work was supported by the Canada Research Chair Program (Chair in Econometrics, Université de

Plus en détail

INTERPRETER UN RAPPORT ACTUARIEL Sélection des hypothèses actuarielles dans le contexte africain Par Papa Babou NDIAYE, Directeur des Etudes

INTERPRETER UN RAPPORT ACTUARIEL Sélection des hypothèses actuarielles dans le contexte africain Par Papa Babou NDIAYE, Directeur des Etudes INTERPRETER UN RAPPORT ACTUARIEL Sélection des hypothèses actuarielles dans le contexte africain Par Papa Babou NDIAYE, Directeur des Etudes IPRES_SENEGAL Responsabilité d un administrateur Les évaluations

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Bruxelles, De Boeck, 2011, 736 p.

TABLE DES MATIÈRES. Bruxelles, De Boeck, 2011, 736 p. STATISTIQUE THÉORIQUE ET APPLIQUÉE Tome 2 Inférence statistique à une et à deux dimensions Pierre Dagnelie TABLE DES MATIÈRES Bruxelles, De Boeck, 2011, 736 p. ISBN 978-2-8041-6336-5 De Boeck Services,

Plus en détail

Approche bayésienne des modèles à équations structurelles

Approche bayésienne des modèles à équations structurelles Manuscrit auteur, publié dans "42èmes Journées de Statistique (2010)" Approche bayésienne des modèles à équations structurelles Séverine Demeyer 1,2 & Nicolas Fischer 1 & Gilbert Saporta 2 1 LNE, Laboratoire

Plus en détail

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire HISTORIQUE Le Centre pour le Développement des Exportations Africaines CEDEXA S.A. CEDEXA

Plus en détail

INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général --------

INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général -------- INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général -------- Colloque UEMOA-CRDI, du 08-10 Décembre 2009, Ouagadougou Samuel T. KABORE; Dieudonné OUEDRAOGO,

Plus en détail

Probabilités. I- Expérience aléatoire, espace probabilisé : ShotGun. 1- Définitions :

Probabilités. I- Expérience aléatoire, espace probabilisé : ShotGun. 1- Définitions : Probabilités I- Expérience aléatoire, espace probabilisé : 1- Définitions : Ω : Ensemble dont les points w sont les résultats possibles de l expérience Des évènements A parties de Ω appartiennent à A une

Plus en détail

Partager l expérience de l ASECNA dans la mise en œuvre du SMS et du SMQ :

Partager l expérience de l ASECNA dans la mise en œuvre du SMS et du SMQ : Objet de la présentation Partager l expérience de l ASECNA dans la mise en œuvre du SMS et du SMQ : Défis rencontrés Avantages acquis Contenu de la présentation Qu est ce que l ASECNA? Planification de

Plus en détail

NON-LINEARITE ET RESEAUX NEURONAUX

NON-LINEARITE ET RESEAUX NEURONAUX NON-LINEARITE ET RESEAUX NEURONAUX Vêlayoudom MARIMOUTOU Laboratoire d Analyse et de Recherche Economiques Université de Bordeaux IV Avenue. Leon Duguit, 33608 PESSAC, France tel. 05 56 84 85 77 e-mail

Plus en détail

Les conducteurs automobiles évaluent-ils correctement leur risque de commettre un accident?

Les conducteurs automobiles évaluent-ils correctement leur risque de commettre un accident? Les conducteurs automobiles évaluent-ils correctement leur risque de commettre un accident? Nathalie LEPINE GREMAQ, Université de Toulouse1, 31042 Toulouse, France GRAPE, Université Montesquieu-Bordeaux

Plus en détail

ESSEC Cours Wealth management

ESSEC Cours Wealth management ESSEC Cours Wealth management Séance 9 Gestion de patrimoine : théories économiques et études empiriques François Longin 1 www.longin.fr Plan de la séance 9 Epargne et patrimoine des ménages Analyse macroéconomique

Plus en détail

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne hapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne I : La fonction de consommation keynésienne II : Validations et limites de la fonction de consommation keynésienne III : Le choix de consommation

Plus en détail

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Modèle IS/LM Le modèle IS/LM, conçu par John Hicks en 1937, est généralement

Plus en détail

En collaboration avec

En collaboration avec En collaboration avec Termes de Référence de l atelier National de partage et d élaboration du cadre stratégique de l Observatoire de la société civile sur la Gouvernance des Terres et des Ressources Naturelles.

Plus en détail

Choix sous incertitude

Choix sous incertitude 1/38 à l analyse microéconomique - Monitorat ENS (2014-2015) Janvier 2015 2/38 Plan du cours 1 2 3 4 5 3/38 Dans les chapitres précédents, hypothèse implicite de situations certaines et d information parfaite

Plus en détail

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La licence Mathématiques et Economie-MASS de l Université des Sciences Sociales de Toulouse propose sur les trois

Plus en détail

Activité n 8.2.5 du PAA 2014

Activité n 8.2.5 du PAA 2014 République du Niger Fraternité Travail Progrès MINISTÈRE DE LA SANTÉ PUBLIQUE Secrétariat Général DIRECTION DES ETUDES ET DE LA PROGRAMMATION DIVISION DES ETUDES, RECHERCHES Termes de références pour la

Plus en détail

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LES ENDEMIES Le point sur la couverture du risque maladie au Niger I PLACE ACTUELLE DE L ASSURANCE MALADIE 1. Recensement des dispositions

Plus en détail

REFINEMENT FRENCH FRANÇAIS. Justification de la recherche

REFINEMENT FRENCH FRANÇAIS. Justification de la recherche REFINEMENT FRENCH FRANÇAIS Justification de la recherche Le projet REFINEMENT (REsearch on FINancing systems Effect on the quality of MENTal health care) vise à étudier la relation entre modèles de financement

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission Département des Politiques Economiques NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA Février 2005 I INTRODUCTION Le Traité instituant

Plus en détail

assurance Février 2012

assurance Février 2012 Modèles fréquence coût : Construire un générateur de scénarios Quelles perspectives économiques d évolution en? assurance Version 0.7 Version 1.2 Mars 2014 Février 2012 Frédéric PLANCHET frederic@planchet.net

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Introduction à l approche bootstrap

Introduction à l approche bootstrap Introduction à l approche bootstrap Irène Buvat U494 INSERM buvat@imedjussieufr 25 septembre 2000 Introduction à l approche bootstrap - Irène Buvat - 21/9/00-1 Plan du cours Qu est-ce que le bootstrap?

Plus en détail

Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux

Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux Risque et assurance : quelques éléments théoriques Ecole des Ponts - Le 6 Avril 01 Jacques Pelletan 1 Théorie du risque et pérennité de l

Plus en détail

M2 IAD UE MODE Notes de cours (3)

M2 IAD UE MODE Notes de cours (3) M2 IAD UE MODE Notes de cours (3) Jean-Yves Jaffray Patrice Perny 16 mars 2006 ATTITUDE PAR RAPPORT AU RISQUE 1 Attitude par rapport au risque Nousn avons pas encore fait d hypothèse sur la structure de

Plus en détail

Principe de symétrisation pour la construction d un test adaptatif

Principe de symétrisation pour la construction d un test adaptatif Principe de symétrisation pour la construction d un test adaptatif Cécile Durot 1 & Yves Rozenholc 2 1 UFR SEGMI, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, France, cecile.durot@gmail.com 2 Université

Plus en détail

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé Plan de l intervention 1 2 3 Généralités sur le fonctionnement de l assurance

Plus en détail

Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R

Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R Yves Aragon, David Haziza & Anne Ruiz-Gazen GREMAQ, UMR CNRS 5604, Université des Sciences

Plus en détail

Le modèle de régression linéaire

Le modèle de régression linéaire Chapitre 2 Le modèle de régression linéaire 2.1 Introduction L économétrie traite de la construction de modèles. Le premier point de l analyse consiste à se poser la question : «Quel est le modèle?». Le

Plus en détail

PLAIDOYER POUR UN ESPACE BUDGÉTAIRE ADÉQUAT POUR LA SANTÉ

PLAIDOYER POUR UN ESPACE BUDGÉTAIRE ADÉQUAT POUR LA SANTÉ PLAIDOYER POUR UN ESPACE BUDGÉTAIRE ADÉQUAT POUR LA SANTÉ UNICEF BUREAU RÉGIONAL DE L AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE Atelier régional HHA pour le renforcement des capacités de la société civile, des parlementaires

Plus en détail

Évaluation de la régression bornée

Évaluation de la régression bornée Thierry Foucart UMR 6086, Université de Poitiers, S P 2 M I, bd 3 téléport 2 BP 179, 86960 Futuroscope, Cedex FRANCE Résumé. le modèle linéaire est très fréquemment utilisé en statistique et particulièrement

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un comptable, d un assistant administratif et un chauffeur

Termes de référence pour le recrutement d un comptable, d un assistant administratif et un chauffeur AFRISTAT PROGRAMME DE COMPARAISON INTERNATIONALE-AFRIQUE Termes de référence pour le recrutement d un comptable, d un assistant administratif et un chauffeur Contexte Au cours de l année 2004, AFRISTAT

Plus en détail

Comité monétaire et financier international

Comité monétaire et financier international Comité monétaire et financier international Vingt-neuvième réunion Le 12 avril 2014 Déclaration de M. Akagha-Mba, Ministre de l Économie et de la Prospective, Gabon Représentant les pays suivants : Bénin,

Plus en détail

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO Auteur Baguinébié Bazongo 1 Ingénieur Statisticien Economiste Chef de l Unité de recherche à l Institut national

Plus en détail

Terminale STMG Lycée Jean Vilar 2013/2014. Terminale STMG. O. Lader

Terminale STMG Lycée Jean Vilar 2013/2014. Terminale STMG. O. Lader Terminale STMG O. Lader Table des matières 1 Information chiffrée (4s) 4 1.1 Taux d évolution....................................... 6 1.2 indices............................................. 6 1.3 Racine

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/GE.20/2008/3 12 février 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS EUROPÉENS Réunion

Plus en détail

La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale

La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale Bulletin 11 Publications - Bulletins La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale A. Cissé, UCN Sénégal D. Sarr, UCN Sénégal M. Kébé,

Plus en détail

Carlos E. Cuevas. May 1992

Carlos E. Cuevas. May 1992 Economics and Sociology Occasional Paper No. 1945 ~OFFRE INFORMELLE DES SERVICES FINANCIERS de Carlos E. Cuevas May 1992 Presented at the International Seminar on Finance and Rural Development in West

Plus en détail

la Stratégie nationale d extension de la couverture maladie du Mali Comment le Rwanda a informé Health Economics and Policy Association (AfHEA)

la Stratégie nationale d extension de la couverture maladie du Mali Comment le Rwanda a informé Health Economics and Policy Association (AfHEA) 2 nd Conference of the African Health Economics and Policy Association (AfHEA) 2 eme Conférence de l Association Africaine d Economie et de Politique de la Santé (AfHEA) Comment le Rwanda a informé la

Plus en détail

www.iavs-energie.org

www.iavs-energie.org Notes de recherche de l IAVS www.iavs-energie.org ---------------- administration@iavs-energie.org iavsmail@gmail.com ---------------- Cadre de référence indicatif pour la promotion de l efficacité énergétique

Plus en détail

Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif?

Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif? Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif? Kim McPhail et Anastasia Vakos* L e système canadien de transfert des paiements de grande valeur (STPGV) sert à effectuer les paiements

Plus en détail

Mémoire d actuariat - promotion 2010. complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains.

Mémoire d actuariat - promotion 2010. complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains. Mémoire d actuariat - promotion 2010 La modélisation des avantages au personnel: complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains. 14 décembre 2010 Stéphane MARQUETTY

Plus en détail

Classification de données binaires via l introduction de mesures de similarités dans les modèles de mélange

Classification de données binaires via l introduction de mesures de similarités dans les modèles de mélange Classification de données binaires via l introduction de mesures de similarités dans les modèles de mélange Seydou N. SYLLA 1,2,3, Stéphane GIRARD 1, Abdou Ka DIONGUE 2 Aldiouma DIALLO 3 & Cheikh SOKHNA

Plus en détail

Ecole Régionale Postuniversitaire d Aménagement et de Gestion Intégrés des Forêts et Territoires Tropicaux - ERAIFT -

Ecole Régionale Postuniversitaire d Aménagement et de Gestion Intégrés des Forêts et Territoires Tropicaux - ERAIFT - Ecole Régionale Postuniversitaire d Aménagement et de Gestion Intégrés des Forêts et Territoires Tropicaux - ERAIFT - 2 ème Subvention forfaitaire à l Ecole Régionale post-universitaire d Aménagement et

Plus en détail

Technology Options in West Africa s Electricity Generation Expansion Planning for 2003 to 2013

Technology Options in West Africa s Electricity Generation Expansion Planning for 2003 to 2013 1 Electricity Trade and Capacity Expansion Options in West Africa A Project sponsored and managed by the Economic Community of West Africa States, ECOWAS Funding provided by the United States Agency for

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de uillet en France métropolitaine FOUILLET A 1, REY G 1, JOUGLA E, HÉMON D 1 1 Inserm, U75, Villeuif, France. Inserm CépiDc, IFR9,

Plus en détail

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation PAR Alireza MOGHADDAM TUTEUR : Guy HÉDELIN Laboratoire d Épidémiologie et de Santé publique, EA 80 Faculté de Médecine de Strasbourg

Plus en détail

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39.

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39. postes de haut-fonctionnaires sont détenus par des femmes 38. Mais dans l ensemble, les avancées enregistrées par les pays africains dans leur progression vers la réalisation d une meilleure parité entre

Plus en détail

Chapitre 3. Les distributions à deux variables

Chapitre 3. Les distributions à deux variables Chapitre 3. Les distributions à deux variables Jean-François Coeurjolly http://www-ljk.imag.fr/membres/jean-francois.coeurjolly/ Laboratoire Jean Kuntzmann (LJK), Grenoble University 1 Distributions conditionnelles

Plus en détail

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Trousse d information L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Novembre 2004 L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé L approche populationnelle

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST Allocution d ouverture du Secrétaire Général du Conseil Régional de l Epargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF) Monsieur Edoh Kossi

Plus en détail

Analyses de Variance à un ou plusieurs facteurs Régressions Analyse de Covariance Modèles Linéaires Généralisés

Analyses de Variance à un ou plusieurs facteurs Régressions Analyse de Covariance Modèles Linéaires Généralisés Analyses de Variance à un ou plusieurs facteurs Régressions Analyse de Covariance Modèles Linéaires Généralisés Professeur Patrice Francour francour@unice.fr Une grande partie des illustrations viennent

Plus en détail

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Le modèle de Merton

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Le modèle de Merton ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Le modèle de Merton Les hypothèses du modèle Dérivation du modèle Les extensions du modèle Le modèle de Merton Les hypothèses du modèle Marché

Plus en détail

Journal d apprentissage. Centre de recherche médecine, sciences, santé et société (CERMES)

Journal d apprentissage. Centre de recherche médecine, sciences, santé et société (CERMES) Journal d apprentissage Centre de recherche médecine, sciences, santé et société (CERMES) Faisabilité de la mobilisation de ressources des diasporas pour développer la micro-assurance de santé dans les

Plus en détail

Intégration régionale et croissance:

Intégration régionale et croissance: Introduction Intégration régionale et croissance: Le cas de l Afrique Centrale DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph 11 octobre 2013 Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC 2013 1 / 16 Plan Introduction Contexte

Plus en détail

Contexte - 2 - Colloque Santé et Société Mai 2015

Contexte - 2 - Colloque Santé et Société Mai 2015 www.irdes.fr Quel impact attendre de la généralisation de la complémentaire santé d entreprise sur le taux de non couverture en France? Une simulation à partir de l Enquête Santé et Protection Sociale

Plus en détail

Les dispositifs de retraite supplémentaire

Les dispositifs de retraite supplémentaire a v r i l Retraite : un retraité sur huit perçoit une rente En 13, plus de 1 milliards d euros de cotisations ont été versés au titre de la retraite, soit,3 % des cotisations versées au titre des différents

Plus en détail

Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques

Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques Carine Franc CREGAS INSERM - U 537 Une définition de «l opting out» «to opt out» : choisir de ne pas participer ; [hopital, school] choisir

Plus en détail

le Rôle de l Information M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012

le Rôle de l Information M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012 6 le Rôle de l Information - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012 Plan du cours 1. Probabilités subjectives 2. Arrivée symétrique de l information 3. Information asymétrique

Plus en détail

MICRO IMPACTS OF MACRO AND ADJUSTMENT POLICIES

MICRO IMPACTS OF MACRO AND ADJUSTMENT POLICIES MICRO IMPACTS OF MACRO AND ADJUSTMENT POLICIES LIBERALISATION FINANCIERE ET ACCES DES PAUVRES AUX STRUCTURES DE FINANCEMENT DECENTRALISEES AU BENIN. Par Irène Cocovi MENSAH Papier préparé pour le séminaire

Plus en détail

Activités de traitement, de diffusion et d archivage des données à AFRISTAT

Activités de traitement, de diffusion et d archivage des données à AFRISTAT Regional Workshop on Data Management Activités de traitement, de diffusion et d archivage des données à AFRISTAT Kampala (Ouganda), 26 28 octobre 2009 Plan de la présentation Introduction La gestion des

Plus en détail

Tests non-paramétriques de non-effet et d adéquation pour des covariables fonctionnelles

Tests non-paramétriques de non-effet et d adéquation pour des covariables fonctionnelles Tests non-paramétriques de non-effet et d adéquation pour des covariables fonctionnelles Valentin Patilea 1 Cesar Sanchez-sellero 2 Matthieu Saumard 3 1 CREST-ENSAI et IRMAR 2 USC Espagne 3 IRMAR-INSA

Plus en détail

Mali : les mutuelles, leur gouvernance et le règlement de la mutualité sociale de l UEMOA. Babassa DJIKINE Président Union Technique de la Mutualité

Mali : les mutuelles, leur gouvernance et le règlement de la mutualité sociale de l UEMOA. Babassa DJIKINE Président Union Technique de la Mutualité Mali : les mutuelles, leur gouvernance et le règlement de la mutualité sociale de l UEMOA Babassa DJIKINE Président Union Technique de la Mutualité 1 Plan de Présentation Présentation du Réglément UEMOA

Plus en détail

Simulation d application des règles CNAV AGIRC ARRCO sur des carrières type de fonctionnaires d Etat

Simulation d application des règles CNAV AGIRC ARRCO sur des carrières type de fonctionnaires d Etat CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs et public» Document N 9 Document de travail, n engage pas le Conseil Simulation

Plus en détail

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre :

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre : Terminale STSS 2 012 2 013 Pourcentages Synthèse 1) Définition : Calculer t % d'un nombre, c'est multiplier ce nombre par t 100. 2) Exemples de calcul : a) Calcul d un pourcentage : Un article coûtant

Plus en détail

FAITS SAILLANTS : 1. CONDITIONS CLIMATIQUES ET ENVIRONNEMENTALES EN AFRIQUE

FAITS SAILLANTS : 1. CONDITIONS CLIMATIQUES ET ENVIRONNEMENTALES EN AFRIQUE African Centre of Meteorological Application for Development Centre Africain pour les Applications de la Météorologie au Développement N 5, Mai 2015 FAITS SAILLANTS : Les zones favorables à une vigilance

Plus en détail

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI)

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) Un partenariat en appui aux politiques environnementales en Afrique de l Ouest PROGRAMME AFRIQUE CENTRALE ET OCCIDENTALE

Plus en détail

AP A R P E R F E F ju j i u n n 20 2 1 0 1 1 1

AP A R P E R F E F ju j i u n n 20 2 1 0 1 1 1 APREF juin 2011 1 Pourquoi la micro-assurance? Lien fort et évident entre pauvreté et vulnérabilité Si quelqu un est protégé contre les risques de base pour lui et sa famille, il est plus enclin à prendre

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

Séance 8 : Régression Logistique

Séance 8 : Régression Logistique Séance 8 : Régression Logistique Sommaire Proc LOGISTIC : Régression logistique... 2 Exemple commenté : Achat en (t+1) à partir du sexe et du chiffre d affaires de la période précédente. 4 La régression

Plus en détail

INF6304 Interfaces Intelligentes

INF6304 Interfaces Intelligentes INF6304 Interfaces Intelligentes filtres collaboratifs 1/42 INF6304 Interfaces Intelligentes Systèmes de recommandations, Approches filtres collaboratifs Michel C. Desmarais Génie informatique et génie

Plus en détail

Site web: http : // www.usenghor-francophonie.org/senghoriens/association/aidus.htm STATUTS PREAMBULE

Site web: http : // www.usenghor-francophonie.org/senghoriens/association/aidus.htm STATUTS PREAMBULE 1 Site web: http : // www.usenghor-francophonie.org/senghoriens/association/aidus.htm STATUTS PREAMBULE 2 1. Fidèles aux principes de fraternité et de solidarité entre les peuples, tel que stipulés dans

Plus en détail

Dynamiques de croissance et de population en Afrique sub-saharienne

Dynamiques de croissance et de population en Afrique sub-saharienne N 2014-A-03 - Juillet Panorama du Analyse Dynamiques de croissance et de population en Afrique sub-saharienne Après deux décennies de croissance économique trop faible pour permettre une progression des

Plus en détail

IMPACT DES MUTUELLES DE SANTE SUR LES COMPORTEMENTS DE DEMANDE DE SANTE DES MENAGES AU CAMEROUN

IMPACT DES MUTUELLES DE SANTE SUR LES COMPORTEMENTS DE DEMANDE DE SANTE DES MENAGES AU CAMEROUN IMPACT DES MUTUELLES DE SANTE SUR LES COMPORTEMENTS DE DEMANDE DE SANTE DES MENAGES AU CAMEROUN Jean Colbert Awomo Ndongo Roger Tsafack Nanfosso R E S E A R C H P A P E R N o. 0 M A Y 0 1 IMPACT DES MUTUELLES

Plus en détail

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES CAPTEURS - CHAINES DE MESURES Pierre BONNET Pierre Bonnet Master GSI - Capteurs Chaînes de Mesures 1 Plan du Cours Propriétés générales des capteurs Notion de mesure Notion de capteur: principes, classes,

Plus en détail