Bulletin Santé et sécurité du travail

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bulletin Santé et sécurité du travail"

Transcription

1 EXCLUSIF aux membres de la Mutuelle de prévention des OSBL d habitation Mai 2014 Sommaire à la suite d un événement accidentel... 1 Pour nous joindre par téléphone: RESPONSABLE DU DÉVELOPPEMENT DES AFFAIRES Myriam Lalonde: poste ou DIRECTRICE SST Isabelle Samson: poste 305 GESTION DES ACCIDENTS Nancy Bilodeau, conseillère : poste 315 Kim Ahn Hoang, conseillère : poste 311 Valérie Dallaire, technicienne : poste 318 Claire Brossard, technicienne : poste 301 PRÉVENTION Alexandre Hébert, conseiller : poste 316 Lyne Boileau, conseillère: poste 312 Mélissa Deslauriers, conseillère: poste 313 Réseau québécois des OSBL d habitation 533, rue Ontario est bureau 206, Montréal (Québec) H2L 1N8 Tél. : Téléc. : à la suite d un événement accidentel Anciennement un seul formulaire «Rapport d enquête et analyse d événement accidentel» pour les membres en mutuelle. Ce formulaire a été modifié, en novembre 2012, pour créer deux formulaires distincts. Un premier formulaire spécifique à l enquête et le deuxième destiné à l analyse de l événement accidentel. Ces deux nouveaux formulaires maintenant intitulés «Rapport d enquête d un événement» et «Analyse d événement accidentel (prévention)» sont tout aussi importants l un que l autre. Malgré le très faible pourcentage de réclamations à la CSST au sein de la Mutuelle de prévention des OSBL d habitation du Québec, nous aborderons, dans cet article, l importance de faire une bonne enquête tant au niveau légal que du point de vue de la prévention, de l analyse qui en découle et des critères importants à respecter pour une analyse réussie. L importance de l enquête Nous ne rappellerons jamais assez que la cueillette des faits après un accident de travail est primordiale et fondamentale dans la gestion quotidienne de votre corporation, tant au niveau de la prévention qu en prévision d une audience, s il y a lieu. Pourquoi faire une enquête? L enquête, à la suite d un accident, vous permettra, entre autres, de bien identifier les besoins en prévention, de corriger certaines pratiques de travail, de donner des outils aux travailleuses, de reconnaitre les besoins en formation et, par la même occasion, vous aidera à : 1) Réduire le nombre d accidents dans votre établissement et; 2) Éviter qu un accident semblable ne se répète! Le but ultime de l enquête est de conserver vos employés en santé et de leur assurer de travailler dans un milieu sécuritaire tout en diminuant le taux d absentéisme. De plus, cette cueillette d informations vous permettra de bien préparer le dossier en vue d une éventuelle contestation à la CSST ou, au contraire, vous donnera, dès le début, l ensemble des informations

2 expliquant pourquoi il n y a aucune raison de contester la présente réclamation. Le but n est pas de chercher un coupable, mais bien de comprendre ce qui s est passé! L enquête L objectif est de recueillir les faits reliés aux éléments de la situation de travail qui ont mené à l événement accidentel. On tente de comprendre «comment» et «pourquoi» l accident est arrivé. Le but de l enquête est d identifier les causes de l accident, non seulement ce qui a causé la blessure, mais ce qui a provoqué la manifestation d un événement imprévu et soudain. Un fait est un évènement qui est arrivé, qui a eu lieu. Il est observable, mesurable, quantifiable, etc. Le contraire d un fait est une opinion, un jugement, une perception. Par exemple : Faits Elle mesure 6 pieds La chaise était à 2 pieds devant elle Elle a effectué une torsion de 90 degrés sur sa droite Rémy pèse 15 Kg Opinion/ jugement Elle est grande La chaise était trop loin d elle Elle s est tournée vite L enfant est lourd Il faut donc éliminer toutes les opinions ou perceptions ainsi que les ambiguïtés possibles que peut entraîner une information, celle-ci doit être claire et précise. Il faut donc éviter toute interprétation possible à la lecture du rapport d enquête. À l étape de l enquête, il est important de ne s en tenir qu aux faits afin de fournir une description détaillée et fidèle de ce qui s est passé. Afin de s en assurer, cette étape doit être réalisée par la bonne personne, au bon moment, au bon endroit et de la bonne façon! Comment faire une bonne enquête tant en prévention qu'au niveau légal? Qui enquête? L enquête doit être faite par un membre de la direction. L enquête paritaire pourra être effectuée par un comité de santé sécurité au travail ou la direction avec un membre du personnel et aura essentiellement une finalité préventive. Parallèlement, dans tous les cas, l employeur doit faire sa propre enquête et n a aucune obligation légale de transmettre les résultats de celle-ci au comité santé et sécurité ni à l ensemble du personnel. Quand enquêter? La réponse est simple : LE PLUS TÔT POSSIBLE. Enquêter immédiatement ou dans les heures qui suivent permet de : Faciliter, pour les témoins et la personne accidentée, la description des faits; Préserver des indices importants sur les lieux de l accident; Identifier plus facilement les causes de l accident; Éviter qu un accident semblable ne survienne à nouveau. Par contre, il peut arriver des situations où vous devez attendre que le travailleur ou la travailleuse soit apte à vous rencontrer, mais vous n êtes pas dans l obligation d attendre le retour au travail de la personne accidentée. Où enquêter? L enquête, pour être efficace, doit s effectuer sur les lieux de l accident. À moins d un risque de danger grave, il est préférable que ceux-ci demeurent inchangés afin de préserver le maximum d indices. Aussi, cela permet : Une meilleure explication de la part des gens impliqués; Une meilleure compréhension de la part des enquêteurs; D apporter des correctifs temporaires pour éviter toute répétition. Quoi enquêter? Il faut qu à la suite de votre enquête et à l aide de questions ou d observations, vous puissiez obtenir les éléments suivants : un petit truc «MÉLITO» soit : Moment, Équipement, Lieu, Individu, Tâche et Organisation». «Un Individu effectue une Tâche à un moment donné, dans un Environnement déterminé avec de l Équipement et du maté- 2

3 riel à l intérieur d une Organisation.» Moment : Quand l accident est-il arrivé? Préciser le jour et l heure? Est-ce que l employé était au travail? Sur les lieux du travail? Équipement : Le matériel, les objets, les meubles qui sont sur les lieux du travail et qui sont utilisés pour effectuer sa tâche. Voir et décrire ces objets. Si le travailleur vous mentionne s être blessé en déplaçant un lit, décrire le lit en question, aller voir l équipement et inscrire l information dans votre rapport. Même chose si la travailleuse vous mentionne s être blessée en se levant de la chaise? Aller voir de quelle chaise il s agit car vous avez plusieurs chaises différentes qui peuvent être dans votre établissement. Lieu : Où? Comment sont les lieux? Les décrire. Il ne faut pas vous gêner pour aller dans le local en question et demander à l employé de vous montrer où cela s est passé. Par exemple, votre employé vous mentionne avoir glissé dans le stationnement sur une plaque de glace? Où dans le stationnement? À quel moment? Sur quoi? Individu : Identifier toutes les personnes ayant un lien, un rapport quelconque avec l évènement. Porter aussi une attention particulière à l environnement connexe, la travailleuse était en congé quelques jours avant, ses activités de la vie quotidienne, elle avait déjà mentionné avoir mal avant l événement «en se levant de la chaise», vérifier si l accident est inscrit au registre et si la travailleuse a déjà eu des douleurs similaires. Tâches : La travailleuse effectuait quelle tâche au moment de l accident? Demander l ordre dans lequel les gestes ont été posés. Estce que la travailleuse était en train d effectuer son travail? Travail régulier ou une tâche spéciale? Elle était avec quel bénéficiaire? Elle était en train de faire quelle activité? Quel geste lui a occasionné des douleurs? Quels sont les mouvements effectués, l amplitude de ceux-ci, la posture, la vitesse et la cadence? Lui demander de décrire la chronologie des gestes posés. Que faisait-elle avant l événement? Organisation : On parle ici de l ensemble des pratiques de gestion de votre corporation, les consignes, les méthodes de travail du centre, les politiques internes, les coutumes. Par exemple, concernant les lits, la directive est de ne pas déplacer seul les lits ne possédant pas de roulettes. S il y a un événement, il faut donc questionner votre employé pourquoi il s est blessé dans une telle circonstance? Comment enquêter? Pour trouver les éléments du MELI- TO, vous devez procéder par entrevue et par observation. Dans un premier temps, il faut rencontrer dès que possible le travailleur ou la travailleuse qui s est blessé afin de connaitre sa version des évènements et d établir les faits. Il est important de questionner l employé(e) sur sa déclaration, lui poser des questions où il(elle) était? Comment cela s est-il passé? De vous décrire et vous montrer le mouvement qui lui a occasionné la douleur. Où est située la douleur? Lui faire préciser l endroit où il(elle) a mal. Est-ce qu il(elle) a déjà ressenti cette douleur auparavant? Le matin de l évènement, comment se sentait-il (elle)? Est-ce qu il y avait des témoins? Si oui, lesquels? Si l événement implique un bénéficiaire, lui demander qui était-ce, qu a-t-il(elle) fait après avoir ressenti la douleur? À qui en a-t-il(elle) parlé? Une fois arrivée chez lui(elle), qu a-t-il(elle) fait? Il est essentiel de reproduire avec précision les réponses et au besoin, utiliser les termes exacts que l employé(e) a utilisés. Par la suite, rencontrer les témoins potentiels de l évènement, autant ceux identifiés par l employé(e) que ceux qui pourraient vous donner de l information supplémentaire. Dans le rapport d enquête, on a parfois tendance à écrire les propos de l employé(e) alors que votre propre description de l accident représente le résultat de l enquête. À éviter Commencer l enquête avec une idée déjà préconçue; Tirer des conclusions de manière prématurée pendant l enquête; Ne pas prendre le temps de rencontrer l employé(e); 3

4 Ne pas aller rencontrer les témoins; Ne pas retourner rencontrer l employé(e) à la suite des nouveaux faits que vous avez recueillis lors de votre enquête; Ne pas prendre de notes lors des rencontres; Interpréter plutôt que de recueillir l information de façon neutre et objective; Ne pas accorder d importance à certains faits en disant que cela n a pas d importance; Confondre l enquête et l analyse. Étape suite à l enquête - il faut maintenant analyser le tout et agir! Une fois votre enquête complétée, il faut maintenant analyser les éléments que vous avez recueillis, mais cette analyse se fera en deux volets. Un sera fait dans l optique de la prévention et l autre au niveau d éventuelles contestations à la CSST, s il y a lieu. Analyser l évènement accidentel au niveau légal Nous venons de voir l importance de porter attention aux détails, si petits soient-ils lors d une enquête à la suite d un accident du travail. Une fois que nous avons assemblé les faits, que devons-nous faire? Il faut maintenant se demander : Si l événement qui nous a été décrit est plausible ou non? Si oui, à partir de nos connaissances, peut-il avoir logiquement entraîné le diagnostic émit par le médecin? À moins d éléments ou d indices sérieux permettant d affirmer le contraire, en aucun temps nous ne mettrons en doute la parole de l employé(e) en ce qui concerne l allégation de douleurs. Bien au contraire, dans la majorité des cas, votre employé(e) a effectivement mal, il(elle) a sans doute besoin de traitements et d un suivi médical. Mais s agit-il bien d une lésion professionnelle? Réalité, perceptions et bonne foi Ne vous est-il jamais arrivé de vous réveiller un matin avec une douleur et de vous demander : qu'est-ce que j ai bien pu faire pour provoquer cette douleur? Lorsque la douleur apparaît progressivement ou subitement sans traumatisme concomitant, le réflexe de trouver la cause à notre mal est tout à fait humain et naturel. Nous repassons alors en mémoire l ensemble des activités que nous avons fait, des mouvements et gestes particuliers entourant ces moments, et là, spontanément, nous trouvons une anecdote de notre vie où l intensité physique d une charge, d un coup ou d un mouvement nous apparaît compatible avec notre douleur. Voila, nous avons trouvé la source de notre mal et plus nous y pensons, plus nous sommes convaincus de ce lien. Il va sans dire qu à notre époque, alors que la sédentarité est le lot de plusieurs, le travail est parfois la seule activité physique (ou presque). Même chez une personne active, il n est pas naturel de penser qu une activité «agréable», par exemple un sport que l on pratique depuis longtemps, puisse être la source de notre mal : «il y a si longtemps que je fais cela et rien ne m est jamais arrivé!». La personne mentelle? Pas du tout, l employé(e) est tout à fait de bonne foi et associe ce qu il(elle) croit être la source de son mal. Peut-être a-t-il(elle) raison peut-être pas. Seul un examen médical détaillé et bien exécuté, c est-à dire avec des tests cliniques adéquats, pourra le confirmer. Voici donc pourquoi, à la suite d un accident, nous devons ABSOLU- MENT analyser ce qui suit : La tâche effectuée; La chronologie des faits; Les gestes posés; La relation avec le diagnostic émis; Le délai de consultation médicale; Le délai de déclaration de l événement à l employeur; Le registre des accidents. Il est important de savoir qu une douleur à la suite d un accident de travail se révèle rarement de façon progressive, mais plutôt de façon spontanée, non attendue et soudaine. C est pour cette raison que nous parlerons souvent d un accident du travail arrivé à la suite d un 4

5 «évènement imprévu et soudain». Nous ne parlons pas ici d un geste simple que nous posons dans notre vie quotidienne comme mettre son manteau, se pencher ou bien faire un geste habituel de travail tel que changer un lit, marcher, être assis ou manger. Il faut que ce soit un évènement inhabituel, par exemple faire un faux mouvement, tomber, attraper un objet qui allait tomber, se cogner, etc. Ces derniers ne sont pas nécessairement des gestes habituels que l on fait dans le cadre de notre travail. Nous devons alors examiner si nous sommes en présence d un «mécanisme de production» : y a- t-il une relation entre le mouvement posé et le diagnostic émis par le médecin? Par exemple, on ne peut se faire une déchirure de l épaule en levant un crayon. Alors, il faut pousser plus loin l analyse. Notions de base sur les accidents du travail Pour constater une blessure, il faut qu un mouvement précis se soit produit et que celui-ci entraîne un diagnostic plausible en relation avec l évènement. Pour avoir un diagnostic d entorse lombaire, il doit y avoir un mouvement brutal de l articulation lui faisant dépasser ses amplitudes normales, soit un mouvement de torsion et de flexion du tronc pour avoir ce diagnostic. Si une travailleuse décrit un accident en écrivant qu elle «s est penchée» pour parler à une locataire dans la grande salle des résidents, cela ne répond pas médicalement au mécanisme de production d une entorse lombaire. Voici un autre exemple : la travailleuse est assise sur une chaise et s est retournée pour voir qui entrait dans la salle : un diagnostic d entorse lombaire est émis. Nous n avons ici aucun mouvement de torsion brutal mais simplement une légère torsion sans aucun mouvement de contrainte ni aucune charge. Il y aura donc lieu de contester l accident de travail en raison de «l absence de relation entre le diagnostic et le mouvement». Par contre, si dans un autre dossier nous avons une travailleuse qui mentionne qu elle aidait madame Patenaude à se relever de sa chaise, que celle-ci a perdu l équilibre et qu elle a fait un faux mouvement pour la retenir, ceci est déjà plus convainquant que l exemple précédent. Un dernier exemple : une tendinite est une inflammation d un tendon et les causes peuvent être multiples : soit à la suite de microtraumatismes (petits coups ou chocs répétés) ou de nature dégénérative (vieillissement et affaiblissement naturel). La première question est donc : les mouvements au travail peuvent-ils avoir engendré la douleur? Ici, le lien est plus complexe car seul un médecin pourra définir si le mouvement a un rythme et une force exercée suffisante pour que l on identifie les microtraumatismes comme étant la cause. La mise en application concrète Lorsque vous recevez un billet médical, assurez-vous de lire le diagnostic émis par le médecin traitant. Analysez ensuite si le mouvement décrit par l employé(e) corrobore avec celui que vous avez rapporté au moment de l enquête. Dans certains cas, nous allons demander l avis d un médecin afin de bien comprendre si le mouvement effectué et décrit par l employé(e) peut effectivement avoir occasionné un tel diagnostic et venir ainsi appuyer l hypothèse. Au moment de l analyse, nous devons également considérer la crédibilité de l employé(e) et des témoins. Ceci sera constaté de différentes manières. La version des faits : un(e) l employé(e) qui change sa version des faits, qui n est pas capable de décrire ses gestes ou au contraire vous les décrit comme si il(elle) les avait répétés maintes fois. Le délai qu il(elle) a pris également avant de venir déclarer l événement à l employeur est aussi à considérer. Une travailleuse qui vous informe que la semaine dernière, elle croit s être fait mal en sortant des chaises du cabanon, qu il n y avait pas de témoin et qu au surplus n a rien écrit au Registre des accidents doit paraître suspect, à priori, et attirer votre vigilance. Il est important, à ce moment-là, de se pencher sur les raisons qui ont poussé la travailleuse à ne pas déclarer l événement et sur ce qu elle a fait entre le 5

6 moment dudit évènement et ladite déclaration. Le délai que la travailleuse prend avant d aller consulter est aussi une source d information importante. Si elle vous rapporte un billet médical avec un diagnostic de déchirure, il est peu envisageable qu une personne qui a une telle déchirure sera capable de faire son travail régulier pendant un (1) mois avant de se plaindre. La version des témoins pourra aussi avoir une incidence sur la crédibilité de l employé(e). Par exemple, si l employé(e) a fait son travail régulier et qu il(elle) a mentionné à un témoin qu il(elle) avait déjà mal avant d arriver au travail ou qu il (elle) a fait son terrassement ou même encore, qu il(elle) serait tombée aux glissades d eau durant la fin de semaine. Tous ces petits détails ne veulent pas nécessairement dire que le dossier sera rejeté s il y a une éventuelle contestation, mais ceuxci apporteront de la matière au dossier afin de faire une analyse en profondeur. Mais, pour arriver à une conclusion d un côté ou de l autre, il faut d abord faire une enquête et une analyse complète et se rappeler que chaque cas est indépendant. Finalement, en tenant compte de ce que nous venons de mentionner, nous tenons à vous sensibiliser à l effet que chaque dossier est distinct et que la travailleuse dans bien des cas a réellement de la douleur. Cependant, ce n est pas non plus parce que l employé(e) dit s être blessé(e) au travail que nous sommes automatiquement en présence d un accident du travail. Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte. Le facteur légal, celui de la crédibilité, médical ou la chronologie des évènements méritent donc tous votre attention. Analyser un événement accidentel au niveau de la prévention Il existe plusieurs activités pour analyser les risques. L inspection des lieux de travail est une activité qui a fait ses preuves dans la détection des dangers potentiels dans un établissement afin d éliminer ceux-ci à la source et réduire les risques d accidents. L analyse sécuritaire des tâches est une autre façon d assurer la sécurité des employés(es) dans la réalisation de leur travail en détectant les postures de travail contraignantes et les aménagements de travail non sécuritaires en raison de leur conception ou leur utilisation. L élaboration d un programme de prévention est également un outil indispensable en prévention afin d identifier des risques potentiels d accidents et agir en conséquence afin de diminuer la probabilité de ceux-ci. Toutefois, malgré la mise en place de tous les éléments mentionnés ci -dessus, certains accidents peuvent tout de même survenir. C est à ce moment que l enquête et l analyse d accident deviennent, elles aussi, essentielles en prévention. Voyons, plus en détail, sous l angle de la prévention, ce qu est l enquête et l analyse d accident Les étapes à suivre en prévention (3) L enquête L analyse Le plan d action et les mesures correctives L analyse prévention À la suite de l enquête, il faut maintenant analyser les éléments recueillis. Cette deuxième étape consiste à déterminer les causes directes et indirectes de l accident, à comprendre le «pourquoi» et proposer des solutions. Cause directe : il s agit de la raison expliquant la présence des faits anormaux, présents au moment de l accident; Cause indirecte : il s agit des lacunes qui expliquent la présence de(s) cause(s) directe (s) présente(s) au moment de l accident. Par exemple, une préposée n a pas demandé l aide d une collègue pour changer et déplacer le lit de monsieur Gendron et se blesse au dos en poussant le lit vers le mur. Cependant, au cours de l analyse on dénote que la préposée ne demande jamais l aide d un(e) collègue pour changer ce lit, car celui-ci est habituellement très facile à déplacer (lit à roulettes) mais l entretien régulier n a pas été effectué depuis un certain temps déjà (cause indirecte). La technique MÉLITO» (Moment, Équipement, Lieu, Individu, Tâche et Organisation) permet de scruter toutes les causes possibles ayant mené à l accident et de proposer des solutions efficaces. En se questionnant sur ces six composantes au moment de l analyse, il est alors impossible de manquer sa cible. 6

7 FAIT IMPORTANT À NOTER, pour chaque cause d accident retenue lors de l analyse, il devrait y avoir une solution dans le plan d action à venir afin d éliminer les risques de répétition à la source. Le plan d action mesures correctives La dernière étape de l enquête et de l analyse d accident consiste à rédiger un plan d action précis avec les solutions retenues à la suite de l analyse. Généralement, il y aura deux types de solutions retenues : Mesures correctives temporaires : mesures visant la correction des causes directes de l accident. Devant la gravité de la situation ou des risques élevés de récidive, elles sont prises sans délai afin de contrôler la situation; Mesures correctives permanentes : mesures visant la correction des causes indirectes de l accident. Elles permettent d éliminer le risque présent dans l établissement et de prévenir des accidents semblables à celui survenu. Les mesures correctives temporaires sont nécessaires, mais insuffisantes pour régler totalement le problème. Si le processus d enquête et d analyse s arrête là, rien ne permet de croire qu une situation semblable ne puisse se produire à nouveau. Il faut alors pousser plus loin le processus et établir des mesures correctives permanentes pour corriger les lacunes au niveau du système de gestion de la prévention dans l établissement, et ce, afin d éviter la survenance d évènements qui pourraient causer des blessures. Évidemment, la mise en place de ces mesures est plus longue et demandera un suivi serré de la part de l équipe de gestion. On se doit donc, pour chaque solution retenue, nommer un responsable et déterminer un échéancier. Ainsi, on s assure que les mesures correctives sont mises en application et donnent les résultats escomptés. Afin de s assurer de l efficacité des ces mesures, pourquoi ne pas transposer les solutions retenues en Fiche d Action Spécifique (FAS)? Ainsi, nous nous assurons d un suivi efficace! Les conditions de réussite D emblée, il faut savoir que certaines conditions sont essentielles à la réussite d une analyse d accident en prévention: L implication de la direction et des gestionnaires; L implication des employés au niveau de la prévention; La formation des personnes qui participent aux enquêtes; Le suivi des mesures correctives. Pour terminer, que l enquête et l analyse de l évènement accidentel soient faites uniquement par la direction au niveau légal (gestion du dossier d accident) ou par la direction accompagnée d un membre de l équipe de travail (ou le comité santé et sécurité s il y en a un) au niveau de la prévention, elles sont tout aussi importantes et méritent qu on s y attarde afin d obtenir les résultats escomptés. 7

PROCÉDURE DE DÉCLARATION DES ACCIDENTS, DES INCIDENTS ET DES SITUATIONS DANGEREUSES EN MILIEU DE TRAVAIL Novembre 2013

PROCÉDURE DE DÉCLARATION DES ACCIDENTS, DES INCIDENTS ET DES SITUATIONS DANGEREUSES EN MILIEU DE TRAVAIL Novembre 2013 1. Identification Titre : Procédure de déclaration des accidents, des incidents et des situations dangereuses en milieu de travail. Ce document s adresse : aux membres du personnel enseignant et non enseignant

Plus en détail

Services santé et sécurité à la carte

Services santé et sécurité à la carte Services santé et sécurité à la carte Les Services Santé et sécurité du travail offrent des services à la carte aux membres de l AQCPE non membres de la Mutuelle de prévention des CPE. Sans bénéficier

Plus en détail

Le guide de la travailleuse enceinte secteur des centres de la petite enfance (CPE)

Le guide de la travailleuse enceinte secteur des centres de la petite enfance (CPE) Le guide de la travailleuse enceinte secteur des centres de la petite enfance (CPE) Le retrait préventif Pour appuyer vos démarches visant à obtenir un retrait préventif, un congé de maternité ou les prestations

Plus en détail

RÈGLES DE GESTION INTERNE

RÈGLES DE GESTION INTERNE RÈGLES DE GESTION INTERNE TITRE: NATURE DU DOCUMENT: Règlement x Procédure Page 1 de 6 x Politique Directive C.A. C.E. x C.G. Direction générale Résolution 00-650-6.00 Direction x Nouveau document x Amende

Plus en détail

La santé et la sécurité du travail, il faut s en occuper Oui, mais comment?

La santé et la sécurité du travail, il faut s en occuper Oui, mais comment? La santé et la sécurité du travail, il faut s en occuper Oui, mais comment? Audrey Lacasse, conseillère-experte en prévention-inspection Direction générale de la prévention-inspection 30 septembre 2015

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

POLITIQUE POLITIQUE DE DÉCLARATION D UN INCIDENT OU D UN ACCIDENT CONCERNANT LES USAGERS, LES VISITEURS ET LES BÉNÉVOLES. 1.

POLITIQUE POLITIQUE DE DÉCLARATION D UN INCIDENT OU D UN ACCIDENT CONCERNANT LES USAGERS, LES VISITEURS ET LES BÉNÉVOLES. 1. TITRE : POLITIQUE DE DÉCLARATION D UN INCIDENT OU D UN ACCIDENT CONCERNANT LES USAGERS, LES VISITEURS ET LES BÉNÉVOLES 1. Préambule La politique et procédure de déclaration d un incident ou d un accident

Plus en détail

Gestion de la prévention

Gestion de la prévention Gestion de la prévention Pour un comité de santé et de sécurité efficace Coopérer pour réduire les lésions professionnelles L expérience montre qu une entreprise qui se dote d un comité de santé et de

Plus en détail

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À COEUR La Commission scolaire de la Capitale tient à assurer, à l ensemble de son personnel, un environnement de travail qui respecte la santé,

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Que faire en cas d accident de travail sur la ferme?

Que faire en cas d accident de travail sur la ferme? Que faire en cas d accident de travail sur la ferme? Me Éric Latulippe et Me François Bouchard, avocats Firme Langlois, Kronström, Desjardins www.langloiskronstromdesjardins.com/latulippe-eric/voir-details.html

Plus en détail

UNION OF CANADIAN CORRECTIONAL OFFICERS SYNDICAT DES AGENTS CORRECTIONNELS DU CANADA CSN POLITIQUE DE REMBOURSEMENT

UNION OF CANADIAN CORRECTIONAL OFFICERS SYNDICAT DES AGENTS CORRECTIONNELS DU CANADA CSN POLITIQUE DE REMBOURSEMENT UNION OF CANADIAN CORRECTIONAL OFFICERS SYNDICAT DES AGENTS CORRECTIONNELS DU CANADA CSN POLITIQUE DE REMBOURSEMENT DES DÉPENSES ET DU SALAIRE Version de fevrier 2009 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1

Plus en détail

UN SERVICE À VOTRE IMAGE

UN SERVICE À VOTRE IMAGE UN SERVICE À VOTRE IMAGE Un service Un service de de Mutuelles qui qui inspire inspire la fierté! la fierté! Depuis 2012, Depuis l AQEI 2012, offre l AQEI un offre outil un sur outil mesure à mesure ses

Plus en détail

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS SANTE AU TRAVAIL ET MEDECINE DU TRAVAIL 41 Chemin de la Durance 13300 SALON DE PROVENCE 0 SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 I. GENERALITES... 3 A. Définitions...

Plus en détail

CAPSULE DE PRÉVENTION

CAPSULE DE PRÉVENTION CAPSULE DE PRÉVENTION Au mois de juin dernier, vous receviez la capsule «À la soupe!...» qui s intéressait aux problématiques entourant le service des repas par les éducatrices. Dans la même veine, la

Plus en détail

arbre des causes méthode en prévention Tél. 03 80 70 51 93 Fax 03 80 70 51 73

arbre des causes méthode en prévention Tél. 03 80 70 51 93 Fax 03 80 70 51 73 Pour mettre en oeuvre l arbre des causes, le Service Prévention de la CRAM Bourgogne et Franche-Comté propose des stages d initiation et de perfectionnement. Pour nous contacter CRAM Bourgogne et Franche-Comté

Plus en détail

Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)?

Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)? Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)? Symptômes et atteintes qui touchent principalement ces structures : nerfs muscles tendons ligaments articulations vaisseaux sanguins Cela peut se produire

Plus en détail

Guide de rédaction pour le travail de recherche. Dans le cadre du cours SCP-4010-2. Travail remis par Votre prénom et votre nom

Guide de rédaction pour le travail de recherche. Dans le cadre du cours SCP-4010-2. Travail remis par Votre prénom et votre nom Guide de rédaction pour le travail de recherche Dans le cadre du cours SCP-4010-2 Travail remis par Votre prénom et votre nom À Simon Martin (votre enseignant) Centre de formation des Maskoutains 6 juin

Plus en détail

LES ACCIDENTS DU TRAVAIL - DE TRAJET

LES ACCIDENTS DU TRAVAIL - DE TRAJET LES ACCIDENTS DU TRAVAIL - DE TRAJET Qu est-ce qu un accident du travail? Quelles sont les caractéristiques de l accident du travail et comment reconnaître son caractère professionnel? Définir l'accident

Plus en détail

LES ACCIDENTS DU TRAVAIL

LES ACCIDENTS DU TRAVAIL Définition Conformément à l article L. 411-1 du code de la sécurité sociale, "est considéré comme un AT, l accident survenu par le fait ou à l occasion du travail à toute personne salariée ou travaillant,

Plus en détail

- Les réserves motivées en cas d accident du travail et de trajet -

- Les réserves motivées en cas d accident du travail et de trajet - - Les réserves motivées en cas d accident du travail et de trajet - 1 - Les Matinées Employeurs - 2011 Qu est-ce qu une réserve motivée? La déclaration d accident du travail ou de trajet t peut être assortie

Plus en détail

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Introduction Une norme de pratique est une instruction sur le comportement attendu de l actuaire évoluant dans un contexte

Plus en détail

Conseils pour l élaboration du Document Unique d Evaluation des Risques

Conseils pour l élaboration du Document Unique d Evaluation des Risques Partie 2 SOMMAIRE v Les objectifs du Document Unique v Quelques Recommandations v L évaluation Professionnels Une démarche Méthodologique 25-06- 2015 Isabelle Weissberger Président de BW Consultants Précédemment

Plus en détail

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La gestion de la santé et de la sécurité du travail doit faire partie intégrante des activités quotidiennes d un établissement.

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE #36 LÉGISLATION ET INTERVENANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ DU TRAVAIL

FICHE TECHNIQUE #36 LÉGISLATION ET INTERVENANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ DU TRAVAIL FICHE TECHNIQUE #36 LÉGISLATION ET INTERVENANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ DU TRAVAIL DÉFINITIONS ET CHAMP D'APPLICATION La législation québécoise en matière de santé et de sécurité du travail est constituée

Plus en détail

Articulaction Exercices pour le dos et le cou

Articulaction Exercices pour le dos et le cou Articulaction Exercices pour le dos et le cou Programme de prévention des blessures au travail Service de santé et sécurité au travail Centre Acti-Santé Programme d exercices pour le dos et le cou Les

Plus en détail

La Régie des rentes du Québec

La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec est chargée d appliquer la Loi sur le régime de rentes du Québec et la Loi sur les régimes complémentaires de retraite. De plus, elle administre

Plus en détail

Guide d enquête et d analyse des accidents

Guide d enquête et d analyse des accidents Guide d enquête et d analyse des accidents Juin 1998 Conception : Charles Plante Sylvie Poulin Traitement de texte : Guylaine Chevalier Conception graphique : Passerelle bleue Infographie : Steve Langlois

Plus en détail

une nouvelle obligation pour l'employeur

une nouvelle obligation pour l'employeur Fiches individuelles de prévention des expositions à la pénibilité : une nouvelle obligation pour l'employeur Tous les employeurs doivent désormais remplir des fiches individuelles deprévention des expositions

Plus en détail

Guide de la personne déléguée. Déclaration des accidents de travail

Guide de la personne déléguée. Déclaration des accidents de travail Guide de la personne déléguée Déclaration des accidents de travail Décembre 2007 Introduction Toute enseignante ou tout enseignant peut être victime d un accident de travail. Le présent document se veut

Plus en détail

Marche à suivre en cas d accident

Marche à suivre en cas d accident Ce document permet de rencontrer les obligations légales relatives aux premiers secours ainsi qu à l enquête d accident. En combinant ces deux registres, on facilite le suivi des accidents de travail et

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

QU EST-CE QU UN ACCIDENT DU TRAVAIL? QUE FAIRE SI VOUS ETES VICTIME D UN ACCIDENT DU TRAVAIL? QUELS SONT VOS RECOURS?

QU EST-CE QU UN ACCIDENT DU TRAVAIL? QUE FAIRE SI VOUS ETES VICTIME D UN ACCIDENT DU TRAVAIL? QUELS SONT VOS RECOURS? GUIDE D APPLICATION POUR LES MEMBRES DU PERSONNEL DE SOUTIEN QU EST-CE QU UN ACCIDENT DU TRAVAIL? QUE FAIRE SI VOUS ETES VICTIME D UN ACCIDENT DU TRAVAIL? QUELS SONT VOS RECOURS? En cas de doute, il est

Plus en détail

Mon premier mois de course Complétez votre premier mois d entraînement à la course à pied

Mon premier mois de course Complétez votre premier mois d entraînement à la course à pied Mon premier mois de course Complétez votre premier mois d entraînement à la course à pied Table des matières Quoi savoir avant de débuter?... 3 Comment utiliser le plan d entraînement?... 4 Comment éviter

Plus en détail

Outil de diagnostic PRISE EN CHARGE DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL. cnesst.gouv.qc.ca/priseencharge

Outil de diagnostic PRISE EN CHARGE DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL. cnesst.gouv.qc.ca/priseencharge Outil de diagnostic PRISE EN CHARGE DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL Commission des normes, de l équité, de la santé et de la sécurité du travail cnesst.gouv.qc.ca/priseencharge Ce document est

Plus en détail

1 Concevoir et réaliser un projet de formation

1 Concevoir et réaliser un projet de formation 1 Concevoir et réaliser un projet de formation Nous présentons, dans ce chapitre, la méthodologie générale de conception et de réalisation d un projet de formation. La caisse à outils du formateur 2 1.1

Plus en détail

7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles

7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles CHAPITRE 7 Les accidents et les maladies professionnelles 7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles 7.2.1 Méthodologie Définitions L accident

Plus en détail

par Bernard Estivals

par Bernard Estivals Fiches de médecine nucléaire n 9-1- Médecine nucléaire par Bernard Estivals Fiche n 9 : L évaluation des risques professionnels en médecine nucléaire Le document unique. L évaluation des risques professionnels

Plus en détail

CADRE DE GESTION SUR L UTILISATION DE LA VIDÉOSURVEILLANCE

CADRE DE GESTION SUR L UTILISATION DE LA VIDÉOSURVEILLANCE Direction de la gestion des espaces et des services auxiliaires CADRE DE GESTION SUR L UTILISATION DE LA VIDÉOSURVEILLANCE 1. OBJECTIF Le présent cadre de gestion a pour objet de définir des règles minimales

Plus en détail

La gestion des doublons

La gestion des doublons fims.informatique@skynet.be 01.10 10.02 N 3 La gestion des doublons Dans la plupart des bases de données, les doublons sont souvent inévitables. Il est parfois complexe de les gérer car les informations

Plus en détail

Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)?

Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)? Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)? Ensemble de symptômes et d atteintes qui touchent principalement : nerfs ligaments tendons vaisseaux sanguins articulations disques intervertébraux muscles

Plus en détail

La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence.

La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence. 1 CHAMP D APPLICATION La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence. La présente directive s applique à l ensemble du personnel du Fonds d assurance dans l exercice

Plus en détail

Service d orientation anticipée. Déclaration du salarié

Service d orientation anticipée. Déclaration du salarié Service d orientation anticipée Déclaration du salarié Service d orientation anticipée Déclaration du salarié Les formulaires ci-après doivent être présentés dans les dix jours ouvrables suivant le début

Plus en détail

Définition d un accident du travail grave selon l article 94bis 1 de la Loi sur le Bien-être :

Définition d un accident du travail grave selon l article 94bis 1 de la Loi sur le Bien-être : 7.1.2 Lutte contre les accidents du travail graves Qu est-ce qu un accident du travail grave? Définition d un accident du travail grave selon l article 94bis 1 de la Loi sur le Bien-être : «Un accident

Plus en détail

Situation 6 1 LA VICTIME SE PLAINT D UNE DOULEUR AU DOS APRÈS UNE CHUTE

Situation 6 1 LA VICTIME SE PLAINT D UNE DOULEUR AU DOS APRÈS UNE CHUTE Reconnaître une situation d urgence Connaître les règles de base pour porter secours Situation 6 : LA VICTIME SE PLAINT D UNE DOULEUR AU DOS APRÈS UNE CHUTE Minimum à savoir (enseignant) Définition : traumatisme

Plus en détail

Victime d un accident causé par une autre personne : il faut le déclarer à l Assurance Maladie

Victime d un accident causé par une autre personne : il faut le déclarer à l Assurance Maladie Victime d un accident causé par une autre personne : il faut le déclarer à l Assurance Maladie dossier de presse Contact presse CNAMTS : Sandra Garnier 01 72 60 15 91 sandra.garnier@cnamts.fr Paris, le

Plus en détail

Formation analyse des accidents du travail avec l arbre des causes

Formation analyse des accidents du travail avec l arbre des causes Formation analyse des accidents du travail avec l arbre des causes Rappel: définitions Accident: - événement soudain Permet de distinguer l accident de la maladie, et en particulier de la maladie professionnelle

Plus en détail

Vos obligations d employeur FICHE CONSEIL. Nom du Document : L EXERCICE DES FONCTIONS DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL : VOS

Vos obligations d employeur FICHE CONSEIL. Nom du Document : L EXERCICE DES FONCTIONS DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL : VOS L EXERCICE DES FONCTIONS DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL : Vos obligations d employeur FICHE CONSEIL Les salariés de votre entreprise ont élu leur(s) délégué(s) du personnel. Vous avez pu constater que la loi

Plus en détail

Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès?

Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès? Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès? D un côté, les intéressés n ont pas toujours bonne presse et de l autre, les employeurs peuvent parfois voir d un œil des plus suspicieux

Plus en détail

Guide d utilisation du journal de stage

Guide d utilisation du journal de stage Guide d utilisation du journal de stage À l intention des candidats à l exercice de la profession Table des matières Présentation du journal de stage 2 Aperçu des étapes à suivre 2 Étape 1 - Commencer

Plus en détail

PROGRAMME DE PRÉVENTION EN SANTÉ ET SÉCURITÉ DU TRAVAIL 2013-2016

PROGRAMME DE PRÉVENTION EN SANTÉ ET SÉCURITÉ DU TRAVAIL 2013-2016 PROGRAMME DE EN SANTÉ SÉCURITÉ DU TRAVAIL 2013-2016 Document préparé par : Comité de la santé et de la sécurité du travail Objectif : Éliminer à la source même les dangers pour la santé, la sécurité et

Plus en détail

COMITE DE FORMATION DES DIRIGEANTS ET DES OFFICIELS

COMITE DE FORMATION DES DIRIGEANTS ET DES OFFICIELS COMITE DE FORMATION DES DIRIGEANTS ET DES OFFICIELS COMMISSAIRE DE PISTE DOSSIER CANDIDAT Madame, Mademoiselle, Monsieur Vous avez souhaité vous investir dans le Sport Motocycliste à travers une formation

Plus en détail

INTERPRÉTATIONS ET IDÉES PRÉCONÇUES. Les idées préconçues. Au-delà des idées préconçues. Qu est-ce qu une cause?

INTERPRÉTATIONS ET IDÉES PRÉCONÇUES. Les idées préconçues. Au-delà des idées préconçues. Qu est-ce qu une cause? INTERPRÉTATIONS ET IDÉES PRÉCONÇUES Il est nécessaire de recueillir les témoignages aussitôt que possible après l accident, pour éviter les oublis et les reconstructions imaginaires. Or les témoins sont

Plus en détail

2.07 L intervention en situation de crise : un modèle de structure et d organisation.

2.07 L intervention en situation de crise : un modèle de structure et d organisation. 2.07 L intervention en situation de crise : un modèle de structure et d organisation. 2e Congrès biennal du C.Q.J.D.C. Présenté par Sylvain Bernier, Commission scolaire des Bleuets, St-Félicien; Louis

Plus en détail

RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3

RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3 RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES PAGE 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3 3.00 ÉVALUATION DU RISQUE... 3 3.01 Demande d ouverture de crédit...

Plus en détail

CAHIER DE GESTION. La communauté collégiale et les personnes fréquentant les établissements et/ou les installations du Collège.

CAHIER DE GESTION. La communauté collégiale et les personnes fréquentant les établissements et/ou les installations du Collège. CAHIER DE GESTION POLITIQUE EN MATIÈRE DE SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL COTE 36-00-01.01 OBJET La présente politique vise à préciser et à faire connaître les objectifs et les champs d application privilégiés

Plus en détail

Régime québécois d assurance parentale

Régime québécois d assurance parentale Régime québécois d assurance parentale Table des matières 1. Caractéristiques du RQAP 3 2. Conditions d admissibilité 4 3. Types de prestations offerts 4 4. Moment pour faire une demande de prestations

Plus en détail

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Chapitre 1 Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Sommaire : 1.1 La construction logicielle, qu est-ce que c est? : page 3 1.2 Pourquoi la construction logicielle est-elle importante? :

Plus en détail

CAPELO - Compléments au dossier de carrière

CAPELO - Compléments au dossier de carrière CAPELO - Compléments au dossier de carrière Instructions administratives aux employeurs 01/01/2013 Tour du Midi / Zuidertoren Bruxelles1060 Brussel T +32 (0)2 791 50 00 F +32 (0)2 791 50 99 www.capelo.be

Plus en détail

L arbitrage familial. Un seul droit de la famille. flew. fodf. Renseignez-vous sur vos droits. Version révisée AOcVF avril 2010

L arbitrage familial. Un seul droit de la famille. flew. fodf. Renseignez-vous sur vos droits. Version révisée AOcVF avril 2010 FR007 7 L arbitrage familial Un seul droit de la famille pour toutes les femmes Renseignez-vous sur vos droits fodf Femmes ontariennes et droit de la famille Le dro i t d e s avoir flew Family Law Education

Plus en détail

Fraude et états financiers Deuxième partie

Fraude et états financiers Deuxième partie Fraude et états financiers Deuxième partie par EVERETT E. COLBY, BSBA, CFE, FCGA Voici le deuxième d une série de trois articles rédigés par M. Colby sur la détection et la prévention de la fraude dans

Plus en détail

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DE LA TRAVAILLEUSE ENCEINTE OU QUI ALLAITE ET DU GESTIONNAIRE

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DE LA TRAVAILLEUSE ENCEINTE OU QUI ALLAITE ET DU GESTIONNAIRE GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DE LA TRAVAILLEUSE ENCEINTE OU QUI ALLAITE ET DU GESTIONNAIRE PROGRAMME POUR UNE MATERNITÉ SANS DANGER SERVICE DE SANTÉ DIRECTION DU DÉVELOPPEMENT ORGANISATIONNEL ET DES RESSOURCES

Plus en détail

BASE DE DONNEES CENTRALISEE PI-M

BASE DE DONNEES CENTRALISEE PI-M BASE DE DONNEES CENTRALISEE PI-M MANUEL D UTILISATION POUR LE CONSULTANT EN INTERIM WWW.PI-M.BE VERSION 2015 Prévention et Intérim info@pi-m.be www.pi-m.be Service Central de Prévention pour le Secteur

Plus en détail

LE SUIVI APRÈS L'IMPLANTATION D'UN SYSTÈME DE CADENASSAGE. Mario Saucier, ing. Président de Groupe ID

LE SUIVI APRÈS L'IMPLANTATION D'UN SYSTÈME DE CADENASSAGE. Mario Saucier, ing. Président de Groupe ID LE SUIVI APRÈS L'IMPLANTATION D'UN SYSTÈME DE CADENASSAGE Mario Saucier, ing. Président de Groupe ID Conférence présentée au congrès de l'aqhsst à Gatineau le 18 mai 2012 Le suivi après l'implantation

Plus en détail

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau. Politique pour contrer le harcèlement

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau. Politique pour contrer le harcèlement Centre de la petite enfance Le Petit Réseau Politique pour contrer le harcèlement Février 2008 2 A- Énoncé et application L objectif premier de cette politique est de consacrer notre souci de prévenir

Plus en détail

RAPPORT INTERVENTION À LA RÉSIDENCE PARC JARRY

RAPPORT INTERVENTION À LA RÉSIDENCE PARC JARRY RAPPORT INTERVENTION À LA RÉSIDENCE PARC JARRY DU CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DU CŒUR-DE-L ÎLE Le 6 juin 2012 Avis Le présent rapport rend compte d une intervention du Protecteur du citoyen

Plus en détail

La permanence des correctifs: ça veut dire quoi, concrètement, dans les lieux de travail? Rapport annuel de gestion 2011

La permanence des correctifs: ça veut dire quoi, concrètement, dans les lieux de travail? Rapport annuel de gestion 2011 24 e colloque santé et sécurité au travail Abitibi-Témiscamingue 24 octobre 2012 La permanence des correctifs: ça veut dire quoi, concrètement, dans les lieux de travail? Guylaine Bourque, ing. Rapport

Plus en détail

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Introduction Ce document est un complément au Code d Éthique et de Conduite Professionnelle

Plus en détail

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES Obtenez plus en osant demander C est plus simple qu il n y parait Avertissement : Toute reproduction, intégrale ou partielle, ou toute diffusion, par quelque procédé que ce

Plus en détail

2.1. Absence injustifiée

2.1. Absence injustifiée 2. Votre travailleur ne se présente pas 2.1. Absence injustifiée Outre le raisonnement logique selon lequel un contrat de travail (comme n importe quel autre contrat) doit être exécuté correctement, la

Plus en détail

4.2.1 Modèle dynamique de gestion des risques de Provikmo : manuel

4.2.1 Modèle dynamique de gestion des risques de Provikmo : manuel 4.2.1 Modèle dynamique de gestion des risques de Provikmo : manuel 1. Introduction La réglementation du bien-être au travail est centrée sur la gestion des risques. Ainsi, chaque employeur doit systématiquement

Plus en détail

Comment configurer les HotFolders et les Workflows

Comment configurer les HotFolders et les Workflows Comment configurer les HotFolders et les Workflows HotFolders 1 À la base : le Hotfolder en tant que gestionnaire de fichiers 1 Un exemple : les Hotfolders et la barre d images 2 Imprimer depuis un client

Plus en détail

DÉCISION INTERLOCUTOIRE DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION INTERLOCUTOIRE DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : D. L et als c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 14 N o d appel : GE-13-635 ENTRE : D. L. et als Appelants et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée et Les

Plus en détail

Démarche d évaluation des risques professionnelles à travers le Document unique - MFAM. Québec octobre 2014 Sylvie Abline, Responsable qualité MFAM

Démarche d évaluation des risques professionnelles à travers le Document unique - MFAM. Québec octobre 2014 Sylvie Abline, Responsable qualité MFAM Démarche d évaluation des risques professionnelles à travers le Document unique - MFAM Québec octobre 2014 Sylvie Abline, Responsable qualité MFAM Le contexte règlementaire L évaluation des risques professionnels

Plus en détail

COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE?

COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE? COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE? Information à l intention des personnes salariées travaillant dans une entreprise de 10 à 49 personnes salariées La Loi sur l équité

Plus en détail

Résultats, privilèges et obligations qui découlent de l adhésion à votre mutuelle

Résultats, privilèges et obligations qui découlent de l adhésion à votre mutuelle Résultats, privilèges et obligations qui découlent de l adhésion à votre mutuelle Aubert Tremblay, CRHA Février 2012 Objets de la présentation Résultats : Comparaison des taux de cotisation 1999-2012 (Unité

Plus en détail

MINIMISEZ VOS IMPÔTS Juillet 2009. Les automobiles et la fiscalité

MINIMISEZ VOS IMPÔTS Juillet 2009. Les automobiles et la fiscalité MINIMISEZ VOS IMPÔTS Juillet 2009 À propos de l auteur Guillaume Charron, CA, M. Fisc. est Comptable Agréé et détient une Maitrise en Fiscalité de l Université de Sherbrooke. M. Charron est chargé de cours

Plus en détail

1. Projet de lecture. Français 20-2. Médias : La pub. Cahier de l élève. Nom :

1. Projet de lecture. Français 20-2. Médias : La pub. Cahier de l élève. Nom : 1. Projet de lecture Médias : La pub Français 20-2 Cahier de l élève Nom : La pub DESCRIPTION DU PROJET Tu vas lire des annonces publicitaires pour être en mesure de discuter des moyens utilisés par les

Plus en détail

MINIMISEZ VOS IMPÔTS. À propos de l auteur 50743939%52723549 3465074393954823294 253465074393954 264185027% 409745. Chronique fiscale Juillet 2009

MINIMISEZ VOS IMPÔTS. À propos de l auteur 50743939%52723549 3465074393954823294 253465074393954 264185027% 409745. Chronique fiscale Juillet 2009 52%86 264185027452867253 3294097452 264185%02272354926418 548232940927%2 4%3939548$2329272354926 2723%549264185027 850%27452867253%46507 %5272354$9264185%02272 0227235492%641850 452867253465%074%39395

Plus en détail

MANUEL DE GESTION GESTION ET PRÉVENTION DES RISQUES

MANUEL DE GESTION GESTION ET PRÉVENTION DES RISQUES SCECR-DIR-04-09 MANUEL DE GESTION TITRE : GESTION ET PRÉVENTION DES RISQUES TYPE DE DOCUMENT : DIRECTIVE ET PROCÉDURE Expéditeur : Service conseil à l évaluation, aux communications et à la recherche Destinataires

Plus en détail

RESPONSABILITÉ CIVILE DE L OCCUPANT LES GLISSEMENTS, TRÉBUCHEMENTS ET CHUTES

RESPONSABILITÉ CIVILE DE L OCCUPANT LES GLISSEMENTS, TRÉBUCHEMENTS ET CHUTES RESPONSABILITÉ CIVILE DE L OCCUPANT LES GLISSEMENTS, TRÉBUCHEMENTS ET CHUTES ASSURANCE ENTREPRISE PARCOUREZ IBC.CA LES GLISSEMENTS, TRÉBUCHEMENTS, ET CHUTES donnent lieu à certaines des réclamations en

Plus en détail

Activités d information, de promotion de la santé et de prévention de la maladie et des accidents dans le contexte de la physiothérapie

Activités d information, de promotion de la santé et de prévention de la maladie et des accidents dans le contexte de la physiothérapie Activités d information, de promotion de la santé et de prévention de la maladie et des accidents dans le contexte de la physiothérapie TABLE S MATIÈRES L ARTICLE 39.4 DU CO S PROFESSIONS PRINCIPALES DÉFINITIONS

Plus en détail

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Adopté par : Code : CD-176-2008 Page 1 de 6 Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Comité de direction Adopté le : 2008-10-07 Entré en vigueur le : 2008-10-07 Révisé le : Document(s) remplacé(s)

Plus en détail

Régime de rentes du Québec

Régime de rentes du Québec RETRAITE QUÉBEC Guide du bénéficiaire Régime de rentes du Québec Pour connaître vos droits et vos obligations Tout sur le Web Les renseignements contenus dans ce document se trouvent également sur notre

Plus en détail

Au Canada, la loi protège les droits des

Au Canada, la loi protège les droits des Guide des droits des travailleuses enceintes au Canada Au Canada, la loi protège les droits des travailleuses qui sont enceintes ou qui ont, ou prévoient avoir, des enfants. Dans toutes les provinces et

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 23/11/2011 Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 10 novembre 2011 N de pourvoi: 10-24099 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président SCP Célice, Blancpain et

Plus en détail

Registre de premiers secours et d enquête d accident

Registre de premiers secours et d enquête d accident Registre de premiers secrs et d enquête d accident Premiers secrs Urgence Secristes désignés Service Quart de travail Attestation échue le Numéros utiles Téléphone Internet Urgence (police, pompiers, ambulance)

Plus en détail

Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire

Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire Dr CHEN Daoxing, ingénieur expert au Bureau de la sécurité des transports du Canada Présentation générale du système de sécurité Définition

Plus en détail

RÈGLEMENT CONCERNANT L ÉTABLISSEMENT D UN SERVICE DE PROTECTION CONTRE LES INCENDIES

RÈGLEMENT CONCERNANT L ÉTABLISSEMENT D UN SERVICE DE PROTECTION CONTRE LES INCENDIES RÈGLEMENT CONCERNANT L ÉTABLISSEMENT D UN SERVICE DE PROTECTION CONTRE LES INCENDIES ARTICLE 1 Le préambule fait partie intégrante du présent règlement. ARTICLE 2 Le service de protection contre les incendies

Plus en détail

Document unique d évaluation des risques professionnels Mars 2012. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil

Document unique d évaluation des risques professionnels Mars 2012. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil Document unique d évaluation des risques professionnels Mars 2012 Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil Sommaire 2 Pourquoi faut-il établir le document unique? Qui doit le rédiger?

Plus en détail

Le bailleur de fonds téléphone... Petit guide. pour vous aider à vous préparer

Le bailleur de fonds téléphone... Petit guide. pour vous aider à vous préparer Le bailleur de fonds téléphone... Petit guide pour vous aider à vous préparer Le bailleur de fonds téléphone... Petit guide pour vous aider à vous préparer On ne se lève jamais le matin en pensant que

Plus en détail

Aménagement des véhicules citernes routiers pour un accès sécuritaire

Aménagement des véhicules citernes routiers pour un accès sécuritaire Aménagement des véhicules citernes routiers pour un accès sécuritaire La meilleure façon de ne pas tomber, c est de ne pas monter! sinon, voici deux façons de vous protéger. Statistiques Les statistiques

Plus en détail

Articulaction Exercices pour les membres supérieurs

Articulaction Exercices pour les membres supérieurs Articulaction Exercices pour les membres supérieurs Programme de prévention des blessures au travail Service de santé et sécurité au travail Centre Acti-Santé Programme d exercices pour les membres supérieurs

Plus en détail

Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013

Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013 Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction par intérim Premier vice-président et chef de la direction

Plus en détail

INTERVENANTS ET MÉCANISMES DE PARTICIPATION

INTERVENANTS ET MÉCANISMES DE PARTICIPATION FICHE TECHNIQUE #38 LÉGISLATION ET INTERVENANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ DU TRAVAIL INTERVENANTS ET MÉCANISMES DE PARTICIPATION L efficacité en prévention passe inévitablement par l implication et la concertation

Plus en détail

Guide élaboré par Isabelle Boivin, agente de Loisir En Forme-O-Lac,, tout droits réservés

Guide élaboré par Isabelle Boivin, agente de Loisir En Forme-O-Lac,, tout droits réservés Techniques d animation et jeux et circuits pour débutants Guide élaboré par Isabelle Boivin, agente de Loisir En Forme-O-Lac,, tout droits réservés Table des matières Table des matières... 2 Description

Plus en détail

de l invalidité Pour un retour au travail en santé

de l invalidité Pour un retour au travail en santé Services de gestion de l invalidité Pour un retour au travail en santé Nous visons un retour au travail en santé pour permettre à nos clients de continuer se concentrer sur leur entreprise Dans une petite

Plus en détail

Guide de l employeur sur les prestations d invalidité

Guide de l employeur sur les prestations d invalidité Assurance invalidité Guide de l employeur sur les prestations d invalidité À propos de Co -operators En 1945, des cultivateurs de blé de la Saskatchewan mettaient sur pied une coopérative d assurance,

Plus en détail

Comment être un leader en SST?

Comment être un leader en SST? Comment être un leader en SST? Isabelle Lessard 16 e Carrefour de la santé et de la sécurité du travail Mauricie et Centre-du-Québec 6 novembre 2012 Au programme Qu est-ce que le leadership? Qui sont les

Plus en détail

Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec

Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec Programme de bourses Fonds commémoratif Louise-Montpetit-Morisseau Développement et validation de l échelle de mesure

Plus en détail