Yaoundé, le 09 Octobre 2013 Hôtel Djeuga Palace

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Yaoundé, le 09 Octobre 2013 Hôtel Djeuga Palace"

Transcription

1 Bureau d études S2 SERVICES SARL 1 Compte rendu de l atelier de consultation des parties prenantes pour l analyse des conditions réglementaire pour la production durable de biocarburants au Cameroun Yaoundé, le 09 Octobre 2013 Hôtel Djeuga Palace Contexte de l atelier Avec le soutien financier de l'agence Suisse de Coopération au Développement, Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) ambitionne de soutenir les gouvernements de certains pays en développement à élaborer et mettre en application des lois et politiques dans le secteur de la biomasse et des biocarburants. Dans cette optique, le Cameroun a été choisi comme l'un des pays pilote. A travers un appel ouvert à manifestation d intérêt, l EPFL a sélectionné S 2 Services Sarl (S2) en qualité de consultant local. Une étude a été conduite avec pour objectif général d'évaluer la situation actuelle de la production des biocarburants au Cameroun. De façon spécifique, elle visait à analyser le cadre réglementaire actuel du pays au regard des critères définis par la norme RSB (Round Table on Sustainable Biomaterials) et examiner comment le Cameroun pourrait utiliser cette norme pour l'élaboration d une législation sur les biocarburants. L étude s est déroulée en trois principales phases, à savoir : (i) l'identification des parties prenantes impliquées dans la production des biocarburants au Cameroun, (ii) la comparaison des références réglementaires actuelles aux exigences de la norme RSB et (iii) la consultation des parties prenantes qui fait l objet du présent rapport. A cette dernière phase de consultation des parties prenantes, les résultats de ladite étude et ceux issus des travaux des instituts de recherches (Faculté d Agronomie et de Sciences Agricole (FASA) de Dschang, Institut de Recherche Agricole pour le Développement (IRAD) de Garoua et d une ONG (Greenery and Roux) ont été présentés avec pour objectif de capitaliser les contributions résultantes des différentes présentations et échanges. Ce compte rendu décrit le déroulement dudit atelier, résume le contenu scientifique des présentations et fait ressortir les recommandations formulées par les participants. Introduction L atelier de consultation des parties prenantes pour l analyse des conditions réglementaire pour la production durable de biocarburants au Cameroun, organisé par le bureau d étude S 2 Services Sarl et l EPFL s est tenu à Hôtel Djeuga Palace de Yaoundé le 09 Octobre Ce document s adresse aussi bien aux participants de l atelier qu aux personnes intéressées par ledit atelier mais n ayant pu y assister. L organisation du document suit l ordre chronologique des évènements de l atelier, en débutant par un compte rendu des différentes présentations puis en décrivant les recommandations faites par les participants en ce qui concerne les conditions de développement des biocarburants en cours au Cameroun et l identification des domaines prioritaires pour la mise en œuvre d une réglementation.

2 2 Présentation de l atelier L objectif principal de cet atelier est de discuter des conditions de développement des biocarburants en cours au Cameroun et d identifier les domaines prioritaires pour la mise en œuvre d une réglementation. Cet atelier est fondamental étant donné l énorme contribution que les énergies renouvelables (EnR) pourraient apporter à l émergence du Cameroun à l horizon 2035 tel que planifié depuis 2009 dans le document «Cameroun Vision 35» du Ministère de l Économie, de la Planification et de l Aménagement du Territoire (MINEPAT). Cependant, il est important de savoir si la production des bioénergies est convenable pour Cameroun, eu égard les enjeux liés à la sécurité alimentaire, aux droits de l Homme et du travail, à l émission des Gaz à Effet de Serre (GES), aux droits fonciers et coutumiers, aux aspects environnementaux, etc. De plus, il s avère judicieux de s appesantir sur les recommandations internationale en générale et le contexte Camerounais en particulier en ce qui concerne la production des bioénergies ainsi que sur les résultats des études menées sur la question de la durabilité du secteur de la bioénergie au Cameroun. Ouverture de l atelier Après le discours d ouverture conduit par M. Durando Ndongsok, Directeur Général de S2, le modérateur de l atelier, M. Patrick Forghap, sous-directeur de l économie environnementale au Ministère de l Environnement, de la Protection de la Nature et du Développement Durable (MINEPDED) a pris la parole pour présenter les panelistes, permettre aux participants de se présenter et dérouler programme d activité de l atelier. Il introduit ensuite la première présentation portant sur le «Contexte international et les perspectives pour les bioénergies durables, en référence au Standard RSB» menée par Mme Elisa Calcaterra, Chef du projet Bioénergie et durabilité de l EPFL. Mme Elisa Calcaterra s est attelée à nous présenter les aspects positifs et négatifs des biocarburants, la chaîne de valeurs des biocarburants, son fonctionnement et l intérêt qu il y a à développer la filière bioénergie dans des conditions optimales de durabilité. Dans le même sens, elle a présenté globalement les Principes et Critères de la norme RSB et les avantages d une certification RSB. Le programme d activité s est poursuivi avec la présentation des principaux résultats des entretiens et de la recherche documentaire sur la question de la durabilité dans le secteur de la bioénergie au Cameroun. A la suite de Mme Elisa Calcaterra, M. Durando Ndongsok a présenté la «Cartographie des acteurs et les principaux résultats de la recherche documentaire». Il ressort de cette présentation que trois principaux types d acteurs sont actuellement engagés dans les opérations des biocarburants, notamment : Les Universités et instituts de recherche, qui conduisent des travaux de recherche, l expérimentation et la production d échantillon à petite échelle. C est le cas de L Institut Supérieur du Sahel de Maroua, l IRAD de Garoua, l Ecole Nationale de Sciences Agroindustrielles (ENSAI) de Ngaoundéré, la FASA de l Université de Dschang et de l Ecole Normale Supérieure d Enseignement Technique (ENSET) de Douala. Les Organisations Non Gouvernementales (ONGs), qui expérimentent la production d échantillon à petite échelle et militent pour l adoption d un cadre réglementaire. C est le cas de Greenery and Roux à Kumbo (Nord-Ouest Cameroun), de COPRESSA à Maroua, de Action pour un Développement Equitable, Intégré et Durable (ADEID) à Bafoussam et de Global Village Cameroon (GVC) à yaoundé.

3 3 Les Industries, qui les unes améliorent leur productivité en transformant une partie de leur production en biodiesel, cas de SOCAPALM, SAFACAM et Société des Plantations de la Ferme Suisse. Les autres se sont lancées dans la production à grande échelle, cas de Venture Energy Ltd et de Agro Energy Development (AED). Toutefois, la production des biocarburants au Cameroun est encore à une phase embryonnaire, principalement à partir de Jatropha curcas (sans toutefois négliger les plantes telles le palmier à huile, la canne à sucre, le ricin, la betterave, le tournesol, le colza, le manioc, etc.) dont la culture est déjà bien intégrée dans certaines localités du pays et dont les agriculteurs sont prêts à l intégrer dans leur système agricole en cultures associées. Dès lors, si un environnement favorable (la règlementation, le financement, les marchés, etc.) est mis en place, la production durable des biocarburants émergera dans le pays. Panels de discussion La suite du programme d activités a prévu deux panels de discussion avec deux présentations à chaque panel. Le premier panel de discussion portait sur les défis du cadre réglementaire Cameroun pour la durabilité des bioénergies. Ce premier panel intégrait une présentation portant sur l «Analyse du cadre réglementaire camerounais par rapport à la norme RSB», réalisée par M. Joseph Magloire Olinga, Chef de projet à S 2 Services Sarl. Durant sa présentation, M. Joseph OLINGA nous a fait part des éléments clés de la Norme RSB qui comporte 12 Principes et 37 Critères, l étude comparative avec le cadre réglementaire camerounais a révélé qu environ 45 textes réglementaires applicables aux biocarburants existent au Cameroun. Les références réglementaires Camerounaises couvrent totalement environ 43,24%, ce qui représente 16 critères RSB ; Elles couvrent partiellement 37,84% représentant 14 critères RSB ; Et 18,92% soit 07 critères ne sont pas du tout couverts par les références réglementaires Camerounaises. Par contre les domaines d amélioration sont nombreux notamment en ce qui concerne les Critères RSB 3b., 3c., 4g., 6a., 6b. 7c., et 9c. La présentation suivante portant sur les «Principaux défis des biocarburants dans une perspective de production industrielle» est conduite par Pr. Julius Tangka du Laboratoire des Energies Renouvelables de la Faculté d Agronomie et de Sciences Agricoles de l Université de Dschang. Après la présentation de quelques travaux et résultats de recherche et d expérimentation effectués avec la FASA, Pr. Julius Tangka a dressé les principaux enjeux environnementaux liés à la production industrielle des bioénergies, notamment les émissions de GES, la sécurité alimentaire, la perte de la biodiversité, la dégradation des ressources naturelles (air, eau, sol, etc.), les droits fonciers, la question du genre, l utilisation de la technologie, des intrants, la gestion des déchets etc. Il suggère fortement que les biocarburants devraient être exploités à partir de plante sauvages dans les forêts des réserves. Beaucoup de ces arbres produisent des fruits oléagineux pouvant être exploités et l'utilisation de cette stratégie peut aider à protéger la biodiversité et les cultures vivrières. Le second panel examinait les impacts de la production des bioénergies sur la société et l environnement. A cet effet, Dr Olina Bassala, Chef de station IRAD Garoua, a présenté le premier aspect qui concernait «Les principaux enjeux environnementaux liés à la production des bioénergies dans le contexte Camerounais». Cette présentation s est articulée autour des axes suivant : Essai de définition des bioénergies, la présentation des divers types d énergies renouvelables et enfin les enjeux environnementaux liés à la production des biocarburants, en prenant le cas du Jatropha Curcas. Il a également brossé en synthèse les activités menées à l IRAD sur

4 4 le Jatropha Curcas et le Ricinus communis (Ricin). Dr Olina Bassala a conclu en soulignant que les bioénergies constituent à la fois une solution pour la protection de l environnement et une opportunité de développement socioéconomique (autonomie énergétique, lutte contre réchauffement climatique). Cependant, des inquiétudes légitimes émergent sur les impacts de l essor de la filière biocarburant au Cameroun, eu égard l absence de régulation en la matière. M. Nsahdzeyuf Jude LEH, Président fondateur de l association GREENERY, a quant à lui présenté «les enjeux sociaux liés à la production des bioénergies dans le contexte Camerounais». Après avoir présenté la synthèse des activités de Greenery and Roux avec les petits producteurs, M. Nsahdzeyuf Jude LEH a souligné les points clés suivants : Le Jatropha est une opportunité pour le Cameroun dans l optique du développement des biocarburants. Nous devons saisir cette opportunité de développement pour le bénéfice des «Bottom of the Pyramid». Toutes les présentations ont été suivi directement des questions des participants pour mieux clarifier les points clés évoqués. Travaux en ateliers et discussion L après-midi a débuté en réunissant les participants en ateliers de travail dans lesquels il était question d identifier des pistes d amélioration pour la mise en œuvre de la réglementation et pour la production durable des biocarburants au Cameroun. Les participants ont à cet effet été repartis en 4 groupes de discussion : 1. Cadre juridique propice pour le développement des biocarburants au Cameroun Suggestions concrètes pour une loi spécifique sur les biocarburants. 2. Promotion des biocarburants Qu est ce qui doit être fait pour la promotion des biocarburants à l échelle industrielle? 3. Les types de biocarburants à promouvoir Quels types de biocarburants doivent être développés? Dans quelles régions et pour quelles raisons? 4. Recommandations pertinentes pour le gouvernement Quelles actions le gouvernement devrait mener pour le développement de la filière des biocarburants? Recommandations Les recommandations faites ici prennent en compte les différentes présentations de l atelier ainsi que des échanges effectués. Nous pouvons noter : a. La nécessité d une loi encadrant les énergies renouvelables en général et le sous-secteur biocarburant en particulier ; b. La nécessité de refondre la loi de 1974 portant régime foncier et domanial ; c. Définir les normes et conditions de mélange des biocarburants ; d. Assoir les conditions de la vulgarisation des biocarburants sur l étendue du territoire Camerounais ;

5 5 e. Assurer l équilibre entre biocarburant et sécurité alimentaire dans une approche de complémentarité (privilégier si possible les biocarburants de seconde génération) ; f. Mettre en place une plateforme de concertation sur la problématique des biocarburants au Cameroun ; g. Faire un état des lieux de la production des biocarburants au Cameroun ; h. Interdire l utilisation des OGM (semence) pour la production de biocarburants ; i. Encourager les chercheurs locaux en privilégiant les résultats de leurs recherches Exemple : Favoriser l utilisation des semences issues exclusivement des résultats des groupes ou entreprises de recherche locaux ; j. En lieu et place d une loi nationale sur les énergies renouvelables ou les biocarburants, proposer un décret d application en référence à la loi-cadre sur la gestion de l environnement ; k. Le processus de révision de la loi foncière et du code minier doit être accéléré et s assurer de faire la promotion des bioénergies ; l. Promouvoir l émergence d une Communauté de Pratique (CoP) regroupant les acteurs dans la filière des biocarburants. Cette tribune permettra à ces acteurs de mieux se connaitre et d échanger sur ce que les uns et les autres font. Ce qui motive la suggestion de l émergence d une CoP c est le fait que les exposés ont relevé le défi de communication entre les acteurs. Ces derniers se recrutent parmi : Les chercheurs et les institutions de recherches ; Les producteurs ; Les agro processeurs ; Les ONG ; Les ministres techniques ; m. Au regard du prix du carburant actuel et la situation énergétique au Cameroun, le gouvernement doit évaluer l impact des taxes sur les entreprises et organisations produisant de façon durable les biocarburants pour le marché local ; Conclusion En conclusion, les panelistes sont d accord pour dire que la production de biocarburants peut représenter un risque si elle est mal gérée étant entendu que cette production prend en compte plusieurs facteurs (environnementaux, sociaux, économiques, technologiques, etc.). Durant cet atelier, il y a eu d une part une période de discussion et d autre part une période de questions. Les sujets principaux abordes ont été : la présentation des résultats d étude ; les défis du cadre réglementaire au Cameroun pour la durabilité des bioénergies ; les impacts de la production des bioénergies sur la société et l environnement ; l élaboration des suggestions pour améliorer le cadre réglementaire et la promotion des biocarburants en tenant compte du cout de production, de la pérennité, la rentabilité, l utilité, de la sécurité alimentaire etc.

4 ème SESSION DU CAMEROON BUSINESS FORUM (CBF) DOUALA-HOTEL SAWA, 21 FEVRIER 2013 RAPPORT GENERAL DU SECRETAIRE PERMANENT DU CAMEROON BUSINESS FORUM

4 ème SESSION DU CAMEROON BUSINESS FORUM (CBF) DOUALA-HOTEL SAWA, 21 FEVRIER 2013 RAPPORT GENERAL DU SECRETAIRE PERMANENT DU CAMEROON BUSINESS FORUM 4 ème SESSION DU CAMEROON BUSINESS FORUM (CBF) DOUALA-HOTEL SAWA, 21 FEVRIER 2013 RAPPORT GENERAL DU SECRETAIRE PERMANENT DU CAMEROON BUSINESS FORUM Excellence, Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement

Plus en détail

L action publique a conduit à l élaboration de type top down la politique agrocarburant et permis la construction de quatre modèles de filières

L action publique a conduit à l élaboration de type top down la politique agrocarburant et permis la construction de quatre modèles de filières Perceptions et Jeu d acteurs dans la construction de l action publique et des modes de gouvernance dans la filière agrocarburant burkinabé et les effets structurants potentiels sur le développement du

Plus en détail

Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+

Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+ Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+ A chaque campagne agricole dans les zones rurales Camerounaises en particulier et Africaines en générale,

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

Schéma 2BSvs : foire aux questions Méthodologie 2BSvs de calcul des émissions de GES

Schéma 2BSvs : foire aux questions Méthodologie 2BSvs de calcul des émissions de GES Version 1 du 06 février 2014 version initiale Schéma 2BSvs : foire aux questions Méthodologie 2BSvs de calcul des émissions de GES Ce guide a été élaboré en réponse au supplément 2BSvs-PRO-03 approuvé

Plus en détail

Heure Jour 1 : Mardi 22 Juillet 2014

Heure Jour 1 : Mardi 22 Juillet 2014 Atelier Régional «Développement Durable en Afrique Centrale: Lier l atténuation des changements climatiques et la sécurité énergétique» Palais des Congrès Yaoundé, Cameroun 22 au 24 Juillet 2014 Heure

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES CRITÈRES DE SÉLECTION DES PROGRAMMES PILOTES NATIONAUX ET RÉGIONAUX AU TITRE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENT FORESTIER I. CADRE GÉNÉRAL 1. On s accorde de plus en plus

Plus en détail

PLAN R E V A RETOUR VERS L AGRICULTURE

PLAN R E V A RETOUR VERS L AGRICULTURE REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------ MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L HYDRAULIQUE RURALE ET DE LA SECURITE ALIMENTAIRE ------------ NOUVELLE ORIENTATION DE LA POLITIQUE AGRICOLE

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR 1 Acronymes AND MDP CBD CCNUCC CLD GES MDP PK SN MDP : Autorité Nationale

Plus en détail

RAPPORT DE LA REUNION STATUAIRE DES EXPERTS EN PECHE ET AQUACULTURE DES PAYS MEMBRES

RAPPORT DE LA REUNION STATUAIRE DES EXPERTS EN PECHE ET AQUACULTURE DES PAYS MEMBRES Commission du Bassin du Lac Tchad Siège CBLT - BP 727 - N Djamena - Tchad Tel: +235 22 52.41.45 Fax: +235 22 52.41.37 E-mail : cblt_lcbc@intnet.td RAPPORT DE LA REUNION STATUAIRE DES EXPERTS EN PECHE ET

Plus en détail

RSB - Pour une production durable de biomasse et bioénergie

RSB - Pour une production durable de biomasse et bioénergie RSB - Pour une production durable de biomasse et bioénergie Rolf Hogan, Directeur Général 23 Août 2013 - Lausanne Congrès Annuel E Mobile 2013 Les produits dérivés de la biomasse...... doivent tenir leur

Plus en détail

Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015

Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015 Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015 Recommandations pour appuyer la croissance et le développement de la production commerciale de biocarburants cellulosiques pour une économie

Plus en détail

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Ministère de l Énergie Printemps 2015 Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Fiche d information Déclaration de principes provinciale, 2014 La Déclaration de principes provinciale de 2014

Plus en détail

Déroulement des travaux. Jour 1

Déroulement des travaux. Jour 1 Atelier national sur le partage des résultats de l étude et la mobilisation des organisations de la société civile pour le lancement d une campagne de plaidoyer autour de l accaparement des terres au Cameroun

Plus en détail

SCHEMA VOLONTAIRE 2BSvs DESCRIPTION DU SCHEMA

SCHEMA VOLONTAIRE 2BSvs DESCRIPTION DU SCHEMA SCHEMA VOLONTAIRE 2BSvs DESCRIPTION DU SCHEMA Note sur le statut de ce document Ce document de référence est une partie intégrante du schéma volontaire 2BSvs développé par le Consortium avec l appui technique

Plus en détail

Action 5.1.1 : Mettre en place des outils d accompagnement technico-économique en matière de pratiques culturales

Action 5.1.1 : Mettre en place des outils d accompagnement technico-économique en matière de pratiques culturales Orientation stratégique n 5 : Innover pour amélior er la productivité des exploitations Objectif opérationnel 5.1 : acquérir des références technico-économiques sur des techniques alternatives Action 5.1.1

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

CAPACITY BUILDING FOR

CAPACITY BUILDING FOR REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie MINISTERE DE L ENERGIE ET DE L EAU DIRECTION DE L ELECTRICITÉ CAPACITY BUILDING FOR INTERMINISTERIAL COOPERATION IN THE COLLECTION AND EXCHANGE OF ENERGY- RELATED

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU)

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU) MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU) STRATEGIE NATIONALE DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES, DE L APPRENTISSAGE ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES POUR FAVORISER UN

Plus en détail

Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière

Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière L'impact des biocarburants sur l'effet de serre Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière Auteur(s) : Etienne POITRAT, ADEME (Agence de l'environnement

Plus en détail

ATELIER DE RENFORCEMENT DES CAPACITES DES LEADERS DE PLATEFORMES D INNOVATION DONATA

ATELIER DE RENFORCEMENT DES CAPACITES DES LEADERS DE PLATEFORMES D INNOVATION DONATA DONATA CAMEROUN PLATEFORMES D INNOVATION A CHAINE DE VALEUR SUR LA PRODUCTION DE MANIOC ATELIER DE RENFORCEMENT DES CAPACITES DES LEADERS DE PLATEFORMES D INNOVATION DONATA Yaoundé, le 03 Octobre 2013

Plus en détail

Dossier d information: Les biocarburants

Dossier d information: Les biocarburants Dossier d information: Les biocarburants en France Contexte : une forte diésélisation liée à une taxation plus élevée de l essence millions de tonnes 40,0 35,0 30,0 25,0 20,0 15,0 10,0 5,0 Immatriculations

Plus en détail

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière Plate-forme énergie Filière de la biomasse forestière Mars 2013 Table des matières 1. Principes généraux... 0 2. Ce qu on entend par économie d énergie... 1 3. Réflexion sur les sources d énergie à privilégier...

Plus en détail

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Amélioration de la productivité et de la qualité Publication juin 2013 Sommaire : Introduction...

Plus en détail

Etude de marché de la gazéification en Languedoc Roussillon Présentation Séminaire BioénergieSud du 26 Novembre 2013

Etude de marché de la gazéification en Languedoc Roussillon Présentation Séminaire BioénergieSud du 26 Novembre 2013 Présentation Séminaire BioénergieSud du 26 Novembre 2013 Document produit par ENEA Consulting I 89 rue Réaumur, 75002 Paris I +33 (0) 1 82 83 83 83 I www.enea-consulting.com Sommaire ENEA : qui sommes-nous?

Plus en détail

ASSOAL En partenariat avec

ASSOAL En partenariat avec ASSOAL En partenariat avec AC-BP-FL, le PNDP? et le FEICOM? JOURNEES NATIONALES DE LA TRANSPARENCE BUDGETAIRE Contexte PREMIERE EDITION YAOUNDE, OCTOBRE 2014 TERMES DE REFERENCE Au Cameroun, la loi constitutionnelle

Plus en détail

Procédure négociée sans publication

Procédure négociée sans publication Procédure négociée sans publication TERMES DE REFERENCE : APPUI STRATEGIQUE A LA PLANIFICATION ET PROPOSITION DE METHODOLOGIE D INTERVENTION POUR L ELABORATION DE PROTOTYPE DE FOYERS AMELIORES, LEUR TEST

Plus en détail

Le bois, la première des énergies renouvelables

Le bois, la première des énergies renouvelables Le bois, la première des énergies renouvelables Chiffres clés du bois-énergie en France La France dispose de l un des plus importants massifs européens avec une forêt qui couvre près de 1/3 du territoire

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture Plan d action de développement durable 2009-2015 Le développement durable, une question de culture Révisé en mars 2013 Note importante Le gouvernement du Québec a autorisé le 29 février 2013 par décret

Plus en détail

9 ème REUNION DU COMITE CONSULTATIF REGIONAL DU PARTENARIAT POUR LES FORÊTS DU BASSIN DU CONGO (PFBC)

9 ème REUNION DU COMITE CONSULTATIF REGIONAL DU PARTENARIAT POUR LES FORÊTS DU BASSIN DU CONGO (PFBC) Banque de Développement des Etats de l Afrqiue Centrale 9 ème REUNION DU COMITE CONSULTATIF REGIONAL DU PARTENARIAT POUR LES FORÊTS DU BASSIN DU CONGO (PFBC) «Mise en place d un Fonds pour l Economie Verte

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE

ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE 1. Les investissements doivent contribuer à et être compatibles avec la réalisation progressive du droit à une alimentation suffisante et nutritive

Plus en détail

Energies Renouvelables: un moteur principal du développement durable en Algérie

Energies Renouvelables: un moteur principal du développement durable en Algérie Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Direction Générale de la Recherche Scientifique et du Développement Technologique Centre de Développement des Energies Renouvelables

Plus en détail

Titre du projet : Contribution à la réhabilitation et à la sauvegarde de

Titre du projet : Contribution à la réhabilitation et à la sauvegarde de Termes de référence pour l évaluation et la capitalisation du projet PMF-FEM Titre du projet : Contribution à la réhabilitation et à la sauvegarde de l'abeille jaune par l'introduction de ruches peuplées

Plus en détail

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET 3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET L ENVIRONNEMENT 3.1 Contexte et tendances L atteinte de l indépendance énergétique est une priorité gouvernementale. Cet objectif sera appuyé par plusieurs politiques,

Plus en détail

Opération P126744. DONS H7410-HA et TF011396 RECRUTEMENT DE L OPERATEUR DU FOND DE COFINANCEMENT DE SERVICES DE VULGARISATION AGRICOLE (OFSV)

Opération P126744. DONS H7410-HA et TF011396 RECRUTEMENT DE L OPERATEUR DU FOND DE COFINANCEMENT DE SERVICES DE VULGARISATION AGRICOLE (OFSV) REPUBLIQUE D HAITI MINISTERE DE L AGRICULTURE, DES RESSOURCES NATURELLES ET DU DEVELOPPEMENT RURAL (MARNDR) PROJET DE RENFORCEMENT DES Services Publiques Agricoles II (RESEPAG II) Opération P126744 DONS

Plus en détail

Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France)

Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France) Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France) La Commission européenne a formellement adopté le Programme de développement rural (PDR) de Mayotte le 13 février 2015 qui

Plus en détail

manifeste, chartes, conventions.

manifeste, chartes, conventions. manifeste, chartes, conventions. MANIFESTE POUR L ACCÈS À UNE HAUTE QUALITÉ ALIMENTAIRE AU QUOTIDIEN Slow Food veut promouvoir une nouvelle manière d aborder l alimentation, indissociable de l identité

Plus en détail

LES PLATEFORMES MULTI-ACTEURS, UNE ALTERNATIVE POUR L ACCES DES FEMMES AUX PARCS A KARITE : CAS D E L U N I O N D E S

LES PLATEFORMES MULTI-ACTEURS, UNE ALTERNATIVE POUR L ACCES DES FEMMES AUX PARCS A KARITE : CAS D E L U N I O N D E S LES PLATEFORMES MULTI-ACTEURS, UNE ALTERNATIVE POUR L ACCES DES FEMMES AUX PARCS A KARITE : CAS D E L U N I O N D E S G R O U P E M E N T S D E P R O D U C T R I C E S D E S P R O D U I T S D U K A R I

Plus en détail

TDR de l atelier de lancement de l Observatoire National de la Gouvernance Foncière 16 17 juin 2015, Good Rade

TDR de l atelier de lancement de l Observatoire National de la Gouvernance Foncière 16 17 juin 2015, Good Rade TDR de l atelier de lancement de l Observatoire National de la Gouvernance Foncière 16 17 juin 2015, Good Rade 1 Contexte et justification: La Loi sur le Domaine Nationale aura exactement 51 ans jour pour

Plus en détail

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION Investir pour le futur Anticiper - Innover 01 BP 3726 ABIDJAN

Plus en détail

CONCOURS 2015-2016. MINESUP/MINSEP/UD/IUT/club journal IUT Douala. Université de Bamenda. Université de Buéa

CONCOURS 2015-2016. MINESUP/MINSEP/UD/IUT/club journal IUT Douala. Université de Bamenda. Université de Buéa CONCOURS -2016 Arrêté n0 14/0037/MINESUP/DAUQ/SDEAC/SE du 11 mars fixant le calendrier des concours d'entrée dans les établissements des universités d'état du Cameroun, au titre de l'année académique 2014-

Plus en détail

Les communes et l Agglo ont mobilisé de mai à septembre les personnes susceptibles d apporter une contribution au débat.

Les communes et l Agglo ont mobilisé de mai à septembre les personnes susceptibles d apporter une contribution au débat. AGENDA 21-PLAN CLIMAT DU PAYS D AUBAGNE ET DE L ETOILE BILAN DE LA CONCERTATION DANS LES COMMUNES DU 24 SEPTEMBRE AU 1 ER OCTOBRE 2011 La Communauté d'agglomération du Pays d'aubagne et de l'etoile a décidé

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL ELUS: Quelles sont les actions pour atténuer l impact et adapter les collectivités s locales aux changements climatiques et

GROUPE DE TRAVAIL ELUS: Quelles sont les actions pour atténuer l impact et adapter les collectivités s locales aux changements climatiques et Plan Climat Energie Territorial GROUPE DE TRAVAIL ELUS: Quelles sont les actions pour atténuer l impact et adapter les collectivités s locales aux changements climatiques et énergétiques? Plan de la réunion

Plus en détail

L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel

L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel Claire BRECQ GrDF - Délégation Stratégie- Régulation 10 ème Conférence sur le biogaz et le biométhane Montréal, le 24 mai 2012 Présentation de GrDF

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

ÉVÉNEMENTS ÉCORESPONSABLES

ÉVÉNEMENTS ÉCORESPONSABLES ÉVÉNEMENTS ÉCORESPONSABLES LA GESTION RESPONSABLE D ÉVÉNEMENTS Le Bureau de normalisation du Québec a rendu publique, en juin 2010, une norme en gestion responsable d événements. La norme vient du besoin

Plus en détail

Consultation sur le livre blanc du financement de la TEE Préparation de la conférence bancaire et financière : Contribution de la Caisse des Dépôts

Consultation sur le livre blanc du financement de la TEE Préparation de la conférence bancaire et financière : Contribution de la Caisse des Dépôts 24 janvier 2014 Consultation sur le livre blanc du financement de la TEE Préparation de la conférence bancaire et financière : Contribution de la La place sa priorité stratégique «Transition Énergétique

Plus en détail

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La réforme de la politique agricole commune doit intervenir d ici 2013. Une consultation publique officielle sur la PAC de

Plus en détail

Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC)

Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC) GUIDE À L INTENTION DES ORGANISATIONS Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC) Pour des paniers de légumes locaux et sains, directement livrés

Plus en détail

REDD-plus. Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques.

REDD-plus. Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques. REDD-plus Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques novembre 2009 Programme de Conservation des Forêts Le mécanisme REDD-plus

Plus en détail

2. Bailleurs de fonds internationaux majeurs, coordination et possibilité de division du travail, exercices d évaluation conjointe (harmonization)

2. Bailleurs de fonds internationaux majeurs, coordination et possibilité de division du travail, exercices d évaluation conjointe (harmonization) DIREZIONE GENERALE PER LA COOPERAZIONE ALLO SVILUPPO Ufficio IV Cadre Pays Stream 2013-2015 BURKINA FASO 1. Contexte et finalités de la présence de la coopération italienne Le Burkina Faso est l'un des

Plus en détail

Investissements territoriaux dans les énergies renouvelables

Investissements territoriaux dans les énergies renouvelables Investissements territoriaux dans les énergies renouvelables Caen 1 Plan stratégique Elan 2020 : quatre priorités au service du développement durable Le logement Les universités Les PME L environnement

Plus en détail

Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables

Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables Objectifs Matériel Matériel Découvrir Connaître les la différentes signification sources du mot d énergie.. Fiche image 1

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015 Umweltauswirkungen durch Biomassenutzung Etude d impact de l utilisation de la biomasse sur l environnement 26.Juni 2015 / 26 juin 2015 Akademiehotel Karlsruhe Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence

Plus en détail

ANNEXE 4. Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information. (Module 3, partie I, section 2.5)

ANNEXE 4. Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information. (Module 3, partie I, section 2.5) ANNEXE 4 Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information (Module 3, partie I, section 2.5) Dans les pages qui suivent, nous présentons neuf méthodes de collecte d information.

Plus en détail

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Note Oxfam France juin 2010 D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Analyse de l APD française au secteur agriculture et sécurité alimentaire La crise alimentaire

Plus en détail

AGENCE DE DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES AU TCHAD (ADER-TCHAD) www.ader-tchad.org

AGENCE DE DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES AU TCHAD (ADER-TCHAD) www.ader-tchad.org AGENCE DE DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES AU TCHAD (ADER-TCHAD) www.ader-tchad.org Contexte général. Raisons du choix des EnR. Quelques images du Forum fondateur. Résolutions issues du Forum.

Plus en détail

GUIDE D ELABORATION DES PROJETS

GUIDE D ELABORATION DES PROJETS GUIDE D ELABORATION DES PROJETS TITRE DU PROJET : A.FICHE D IDENTIFICATION DE PROJET ZONE D EXECUTION TYPE DE RECHERCHE (stratégique ou recherche dite à la demande) : THEMES PRIORITAIRES CIBLES ET ACTIVITES

Plus en détail

La campagne 2004/05 a vu des livraisons globalement stables:

La campagne 2004/05 a vu des livraisons globalement stables: Conférence de presse UNIFA - 23 septembre 2005 Sommaire Le marché des engrais : campagne 2004-2005 La hausse des prix de l énergie pèse sur la nouvelle campagne Le contexte réglementaire : la nouvelle

Plus en détail

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet www.unidroit.org PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT Le Guide UNIDROIT/FAO sur l agriculture sous contrat Note de projet SOMMAIRE Qu est-ce que l agriculture

Plus en détail

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni PJ 28/12 7 février 2012 Original : anglais F Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni Encourager l intensification de la production caféière et vivrière au moyen

Plus en détail

Partage d expériences professionnelles du 3 mars 2012 à Douala

Partage d expériences professionnelles du 3 mars 2012 à Douala Partage d expériences professionnelles du 3 mars 2012 à Douala Le partage d expériences professionnelles, en abrégé PEP est un cadre d échanges francs entre professionnels qui vise les objectifs suivants

Plus en détail

SEMINAIRE CASCADe. Du 17 au 21 novembre 2008 Cotonou, Bénin Rendez vous à 8h30, le lundi 17 novembre à l Hôtel du Lac, Rue de l'hôtel du Lac, Cotonou

SEMINAIRE CASCADe. Du 17 au 21 novembre 2008 Cotonou, Bénin Rendez vous à 8h30, le lundi 17 novembre à l Hôtel du Lac, Rue de l'hôtel du Lac, Cotonou Objectifs du séminaire SEMINAIRE CASCADe Le séminaire CASCADe de Cotonou a pour objectif principal de consolider l'expertise MDP et Marché Volontaire du Carbone au Bénin. Les objectifs finaux du séminaire

Plus en détail

MODELES FAIRTRADE POUR LA PLANIFICATION ET LES RAPPORTS

MODELES FAIRTRADE POUR LA PLANIFICATION ET LES RAPPORTS MODELES FAIRTRADE POUR LA PLANIFICATION ET LES RAPPORTS Les modèles suivants peuvent aider l OPP à être en conformité avec les critères 4.1.1 4.1.10 de la partie Potentiel de Développement ainsi que les

Plus en détail

Appuis de l ADEME à la Transition Energétique dans les Transports

Appuis de l ADEME à la Transition Energétique dans les Transports Appuis de l ADEME à la Transition Energétique dans les Transports Jérôme CICILE Transports, Mobilité, Qualité de l Air ADEME Direction Régionale PACA ORT- Avril 2015 De l évaluation des filières énergétique

Plus en détail

SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER

SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER I. BILAN QUANTITATIF A. Evolution de la programmation Un taux de programmation de 73,73%, en progression forte depuis le mi parcours mais à poursuivre

Plus en détail

Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) de BAYER SANTE SAS SIREN : 706 580 149

Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) de BAYER SANTE SAS SIREN : 706 580 149 Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) de BAYER SANTE SAS Décembre 2012 Table des matières I. DESCRIPTION GÉNÉRALE... 3 I.1 Contexte et objectif... 3 I.2 Année de reporting de l exercice et de

Plus en détail

Dossier de sponsor. Le Volontariat par le service. Soutenez les actions de notre association! Le Groupement pour l éducation et l investissement

Dossier de sponsor. Le Volontariat par le service. Soutenez les actions de notre association! Le Groupement pour l éducation et l investissement Dossier de sponsor Soutenez les actions de notre association! Le Groupement pour l éducation et l investissement Le changement commence maintenant et avec vous The better education and citizen participation

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

Le Conseil général élabore un agenda 21

Le Conseil général élabore un agenda 21 J e u d i 1 7 n o v e m b r e 2 0 1 1 dossier de presse Le Conseil général élabore un agenda 21 pour le département de la Loire Par Bernard BONNE, Président du Conseil général et Jean GILBERT, Conseiller

Plus en détail

ORIENTATIONS. un secteur d avenir en NORMANDIE HORIZON 2020

ORIENTATIONS. un secteur d avenir en NORMANDIE HORIZON 2020 ORIENTATIONS pour l'agriculture un secteur d avenir en NORMANDIE HORIZON 2020 Juillet 2011 Agriculture et Agroalimentaire, un patrimoine essentiel à l'économie normande Pour de nombreuses productions,

Plus en détail

Première réunion. 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA

Première réunion. 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA Première réunion 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA Description: Ce document constitue les termes de référence du réseau régional pour la conformité et lʹapplication

Plus en détail

COMPTE RENDU REUNION DE CONCERTATION RIFFEAC-UNIVERSITE DE WISCONSIN-UICN CARPE

COMPTE RENDU REUNION DE CONCERTATION RIFFEAC-UNIVERSITE DE WISCONSIN-UICN CARPE COMPTE RENDU REUNION DE CONCERTATION RIFFEAC-UNIVERSITE DE WISCONSIN-UICN CARPE Vue des participants lors de la rencontre Introduction Il s est tenu, le 25 juillet 2012 dans la salle de conférence du RIFFEAC,

Plus en détail

INVESTISSEMENT PRODUCTIF - 411

INVESTISSEMENT PRODUCTIF - 411 Annexe au dossier de demande d aide pour les investissements productifs Nombre de points attendus pour le projet présenté pour les différents critères : Critère Définition INVESTISSEMENT PRODUCTIF - 411

Plus en détail

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL...

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL... Fédération Internationale des Producteurs Agricoles 1 «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES» Ce document fut élaboré dans l objectif d apporter une information la plus complète possible sur le thème du

Plus en détail

Discours de Philippe MARTIN Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie

Discours de Philippe MARTIN Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie Philippe MARTIN, Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie Paris, le jeudi 6 février 2014 Discours de Philippe MARTIN Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie

Plus en détail

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse Récapitulatif de l étude Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse réalisé par Dr. Fredy Dinkel Carbotech AG, Bâle par ordre de PRS - PET-Recycling Schweiz Contact PRS - PET-Recycling Schweiz Naglerwiesenstrasse

Plus en détail

ETUDE DES NORMES ET SAUVEGARDES SOCIALES DE LA REDD-PLUS

ETUDE DES NORMES ET SAUVEGARDES SOCIALES DE LA REDD-PLUS ETUDE DES NORMES ET SAUVEGARDES SOCIALES DE LA REDD-PLUS SYNTHESE INTRODUCTION La présente étude documentaire a été réalisée par le Programme Carbone forestier, Marchés et Communautés (FCMC). Ce programme

Plus en détail

ETUDE DE LA SECONDE VIE DES BATTERIES DES VEHICULES ELECTRIQUES ET HYBRIDES RECHARGEABLES

ETUDE DE LA SECONDE VIE DES BATTERIES DES VEHICULES ELECTRIQUES ET HYBRIDES RECHARGEABLES ETUDE DE LA SECONDE VIE DES BATTERIES DES VEHICULES ELECTRIQUES ET HYBRIDES RECHARGEABLES Juin 2011 Étude réalisée pour le compte de l'ademe par Schwartz and Co et AJI Europe Coordination technique : Patrick

Plus en détail

Carbone Des occasions d'affaires pour les entreprises québécoises

Carbone Des occasions d'affaires pour les entreprises québécoises PLAN DE COURS FORMATION SUR LE MARCHÉ DU CARBONE POSSIBILITES DE CRÉATION DE CRÉDITS DE GAZ À EFFET DE SERRE Mise en contexte Depuis quelques années, les activités de réduction de gaz à effet de serre

Plus en détail

COMMENTAiRES/ DECISIONS

COMMENTAiRES/ DECISIONS Plate-forme d'échanges affichage environnemental des PGC Date : 2009-12-21 Assistante: Lydia GIPTEAU Ligne directe : + 33 (0)1 41 62 84 20 Lydia.gipteau@afnor.org GT Méthodologie Numéro du document: N

Plus en détail

Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc

Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc «D une expérience locale de compostage prometteuse à la construction d une offre technique aux multiples avantages

Plus en détail

Résumé du rapport final du Projet ECDD

Résumé du rapport final du Projet ECDD Résumé du rapport final du Projet ECDD Janvier 2010 avril 2013 A propos du projet ECDD Le projet ECDD a été mis en œuvre par la Bristol Conservation & Science Foundation (une unité opérationnelle de Bristol,

Plus en détail

Avis d Energie-Cités. Cette proposition est disponible sur : http://europa.eu.int/eur-lex/fr/com/dat/2001/fr_501pc0226.html

Avis d Energie-Cités. Cette proposition est disponible sur : http://europa.eu.int/eur-lex/fr/com/dat/2001/fr_501pc0226.html Avis d Energie-Cités Projet de Directive Performance énergétique des bâtiments Octobre 2001 Proposition de Directive du Parlement européen et du Conseil présentée par la Commission [COM(2001) 226 final

Plus en détail

LES FONDS EUROPÉENS EN NORD-PAS DE CALAIS 2014-2020

LES FONDS EUROPÉENS EN NORD-PAS DE CALAIS 2014-2020 LES FONDS EUROPÉENS EN NORD-PAS DE CALAIS 2014-2020 CONNAÎTRE les programmes européens Pour faire face à la crise et aux grands défis de l Union européenne, ses Etats membres ont adopté en 2010 la Stratégie

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Agriculture et industrie Consommations d énergie finale et émissions de GES Industrie : ¼ des consommations d énergie Plus de 30% si l on cumule

Plus en détail

Présentation de la réforme de la PAC 2014-2020

Présentation de la réforme de la PAC 2014-2020 Brief: Les perspectives de la politique agricole N 5 / Décembre 2013 Présentation de la réforme de la PAC 2014-2020 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION 2. DÉFIS ET OBJECTIFS 3. BUDGET DE LA PAC 4. ÉVOLUTION DE LA

Plus en détail

Afin d intégrer aux mieux les enjeux auxquels le territoire est confronté, les contributions suivantes peuvent également être apportées :

Afin d intégrer aux mieux les enjeux auxquels le territoire est confronté, les contributions suivantes peuvent également être apportées : D A MIXTE D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DU PAYS DE BRAY Contribution à l élaboration de la stratégie régionale du futur programme opérationnel et du futur programme de développement rural de la Haute-Normandie.

Plus en détail

CONVENTION SUR LES ESPÈCES MIGRATRICES

CONVENTION SUR LES ESPÈCES MIGRATRICES CONVENTION SUR LES ESPÈCES MIGRATRICES Distribution: Générale CMS PNUE/CMS/Résolution 11.27 Français Original: Anglais ÉNERGIE RENOUVELABLE ET ESPÈCES MIGRATRICES Adoptée par la Conférence des Parties

Plus en détail

Panorama des bioénergies en Europe. Colloque Bioénergies

Panorama des bioénergies en Europe. Colloque Bioénergies Panorama des bioénergies en Europe Panorama des bioénergies en Europe Synthèse des informations existantes sur le sujet des bioénergies en Europe Sources : législation : Europa, portail de l Union européenne

Plus en détail

Ne laissez pas le mauvais temps détruire le fruit de votre travail!

Ne laissez pas le mauvais temps détruire le fruit de votre travail! Ne laissez pas le mauvais temps détruire le fruit de votre travail! Nous vous soutenons dans votre gestion de risques à l aide d une couverture d assurance globale contre les aléas climatiques. AU SERVICE

Plus en détail

commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes

commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes 2009 Rapport du commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes PRINTEMPS Message du commissaire Chapitre 1 La protection de l habitat du poisson Chapitre 2 La Loi de

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace Aller plus loin 8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace 8) Certification ISO 14 001 8 La norme ISO 14001 et la certification Cette norme internationale vise à établir dans l organisme

Plus en détail