Yaoundé, le 09 Octobre 2013 Hôtel Djeuga Palace

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Yaoundé, le 09 Octobre 2013 Hôtel Djeuga Palace"

Transcription

1 Bureau d études S2 SERVICES SARL 1 Compte rendu de l atelier de consultation des parties prenantes pour l analyse des conditions réglementaire pour la production durable de biocarburants au Cameroun Yaoundé, le 09 Octobre 2013 Hôtel Djeuga Palace Contexte de l atelier Avec le soutien financier de l'agence Suisse de Coopération au Développement, Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) ambitionne de soutenir les gouvernements de certains pays en développement à élaborer et mettre en application des lois et politiques dans le secteur de la biomasse et des biocarburants. Dans cette optique, le Cameroun a été choisi comme l'un des pays pilote. A travers un appel ouvert à manifestation d intérêt, l EPFL a sélectionné S 2 Services Sarl (S2) en qualité de consultant local. Une étude a été conduite avec pour objectif général d'évaluer la situation actuelle de la production des biocarburants au Cameroun. De façon spécifique, elle visait à analyser le cadre réglementaire actuel du pays au regard des critères définis par la norme RSB (Round Table on Sustainable Biomaterials) et examiner comment le Cameroun pourrait utiliser cette norme pour l'élaboration d une législation sur les biocarburants. L étude s est déroulée en trois principales phases, à savoir : (i) l'identification des parties prenantes impliquées dans la production des biocarburants au Cameroun, (ii) la comparaison des références réglementaires actuelles aux exigences de la norme RSB et (iii) la consultation des parties prenantes qui fait l objet du présent rapport. A cette dernière phase de consultation des parties prenantes, les résultats de ladite étude et ceux issus des travaux des instituts de recherches (Faculté d Agronomie et de Sciences Agricole (FASA) de Dschang, Institut de Recherche Agricole pour le Développement (IRAD) de Garoua et d une ONG (Greenery and Roux) ont été présentés avec pour objectif de capitaliser les contributions résultantes des différentes présentations et échanges. Ce compte rendu décrit le déroulement dudit atelier, résume le contenu scientifique des présentations et fait ressortir les recommandations formulées par les participants. Introduction L atelier de consultation des parties prenantes pour l analyse des conditions réglementaire pour la production durable de biocarburants au Cameroun, organisé par le bureau d étude S 2 Services Sarl et l EPFL s est tenu à Hôtel Djeuga Palace de Yaoundé le 09 Octobre Ce document s adresse aussi bien aux participants de l atelier qu aux personnes intéressées par ledit atelier mais n ayant pu y assister. L organisation du document suit l ordre chronologique des évènements de l atelier, en débutant par un compte rendu des différentes présentations puis en décrivant les recommandations faites par les participants en ce qui concerne les conditions de développement des biocarburants en cours au Cameroun et l identification des domaines prioritaires pour la mise en œuvre d une réglementation.

2 2 Présentation de l atelier L objectif principal de cet atelier est de discuter des conditions de développement des biocarburants en cours au Cameroun et d identifier les domaines prioritaires pour la mise en œuvre d une réglementation. Cet atelier est fondamental étant donné l énorme contribution que les énergies renouvelables (EnR) pourraient apporter à l émergence du Cameroun à l horizon 2035 tel que planifié depuis 2009 dans le document «Cameroun Vision 35» du Ministère de l Économie, de la Planification et de l Aménagement du Territoire (MINEPAT). Cependant, il est important de savoir si la production des bioénergies est convenable pour Cameroun, eu égard les enjeux liés à la sécurité alimentaire, aux droits de l Homme et du travail, à l émission des Gaz à Effet de Serre (GES), aux droits fonciers et coutumiers, aux aspects environnementaux, etc. De plus, il s avère judicieux de s appesantir sur les recommandations internationale en générale et le contexte Camerounais en particulier en ce qui concerne la production des bioénergies ainsi que sur les résultats des études menées sur la question de la durabilité du secteur de la bioénergie au Cameroun. Ouverture de l atelier Après le discours d ouverture conduit par M. Durando Ndongsok, Directeur Général de S2, le modérateur de l atelier, M. Patrick Forghap, sous-directeur de l économie environnementale au Ministère de l Environnement, de la Protection de la Nature et du Développement Durable (MINEPDED) a pris la parole pour présenter les panelistes, permettre aux participants de se présenter et dérouler programme d activité de l atelier. Il introduit ensuite la première présentation portant sur le «Contexte international et les perspectives pour les bioénergies durables, en référence au Standard RSB» menée par Mme Elisa Calcaterra, Chef du projet Bioénergie et durabilité de l EPFL. Mme Elisa Calcaterra s est attelée à nous présenter les aspects positifs et négatifs des biocarburants, la chaîne de valeurs des biocarburants, son fonctionnement et l intérêt qu il y a à développer la filière bioénergie dans des conditions optimales de durabilité. Dans le même sens, elle a présenté globalement les Principes et Critères de la norme RSB et les avantages d une certification RSB. Le programme d activité s est poursuivi avec la présentation des principaux résultats des entretiens et de la recherche documentaire sur la question de la durabilité dans le secteur de la bioénergie au Cameroun. A la suite de Mme Elisa Calcaterra, M. Durando Ndongsok a présenté la «Cartographie des acteurs et les principaux résultats de la recherche documentaire». Il ressort de cette présentation que trois principaux types d acteurs sont actuellement engagés dans les opérations des biocarburants, notamment : Les Universités et instituts de recherche, qui conduisent des travaux de recherche, l expérimentation et la production d échantillon à petite échelle. C est le cas de L Institut Supérieur du Sahel de Maroua, l IRAD de Garoua, l Ecole Nationale de Sciences Agroindustrielles (ENSAI) de Ngaoundéré, la FASA de l Université de Dschang et de l Ecole Normale Supérieure d Enseignement Technique (ENSET) de Douala. Les Organisations Non Gouvernementales (ONGs), qui expérimentent la production d échantillon à petite échelle et militent pour l adoption d un cadre réglementaire. C est le cas de Greenery and Roux à Kumbo (Nord-Ouest Cameroun), de COPRESSA à Maroua, de Action pour un Développement Equitable, Intégré et Durable (ADEID) à Bafoussam et de Global Village Cameroon (GVC) à yaoundé.

3 3 Les Industries, qui les unes améliorent leur productivité en transformant une partie de leur production en biodiesel, cas de SOCAPALM, SAFACAM et Société des Plantations de la Ferme Suisse. Les autres se sont lancées dans la production à grande échelle, cas de Venture Energy Ltd et de Agro Energy Development (AED). Toutefois, la production des biocarburants au Cameroun est encore à une phase embryonnaire, principalement à partir de Jatropha curcas (sans toutefois négliger les plantes telles le palmier à huile, la canne à sucre, le ricin, la betterave, le tournesol, le colza, le manioc, etc.) dont la culture est déjà bien intégrée dans certaines localités du pays et dont les agriculteurs sont prêts à l intégrer dans leur système agricole en cultures associées. Dès lors, si un environnement favorable (la règlementation, le financement, les marchés, etc.) est mis en place, la production durable des biocarburants émergera dans le pays. Panels de discussion La suite du programme d activités a prévu deux panels de discussion avec deux présentations à chaque panel. Le premier panel de discussion portait sur les défis du cadre réglementaire Cameroun pour la durabilité des bioénergies. Ce premier panel intégrait une présentation portant sur l «Analyse du cadre réglementaire camerounais par rapport à la norme RSB», réalisée par M. Joseph Magloire Olinga, Chef de projet à S 2 Services Sarl. Durant sa présentation, M. Joseph OLINGA nous a fait part des éléments clés de la Norme RSB qui comporte 12 Principes et 37 Critères, l étude comparative avec le cadre réglementaire camerounais a révélé qu environ 45 textes réglementaires applicables aux biocarburants existent au Cameroun. Les références réglementaires Camerounaises couvrent totalement environ 43,24%, ce qui représente 16 critères RSB ; Elles couvrent partiellement 37,84% représentant 14 critères RSB ; Et 18,92% soit 07 critères ne sont pas du tout couverts par les références réglementaires Camerounaises. Par contre les domaines d amélioration sont nombreux notamment en ce qui concerne les Critères RSB 3b., 3c., 4g., 6a., 6b. 7c., et 9c. La présentation suivante portant sur les «Principaux défis des biocarburants dans une perspective de production industrielle» est conduite par Pr. Julius Tangka du Laboratoire des Energies Renouvelables de la Faculté d Agronomie et de Sciences Agricoles de l Université de Dschang. Après la présentation de quelques travaux et résultats de recherche et d expérimentation effectués avec la FASA, Pr. Julius Tangka a dressé les principaux enjeux environnementaux liés à la production industrielle des bioénergies, notamment les émissions de GES, la sécurité alimentaire, la perte de la biodiversité, la dégradation des ressources naturelles (air, eau, sol, etc.), les droits fonciers, la question du genre, l utilisation de la technologie, des intrants, la gestion des déchets etc. Il suggère fortement que les biocarburants devraient être exploités à partir de plante sauvages dans les forêts des réserves. Beaucoup de ces arbres produisent des fruits oléagineux pouvant être exploités et l'utilisation de cette stratégie peut aider à protéger la biodiversité et les cultures vivrières. Le second panel examinait les impacts de la production des bioénergies sur la société et l environnement. A cet effet, Dr Olina Bassala, Chef de station IRAD Garoua, a présenté le premier aspect qui concernait «Les principaux enjeux environnementaux liés à la production des bioénergies dans le contexte Camerounais». Cette présentation s est articulée autour des axes suivant : Essai de définition des bioénergies, la présentation des divers types d énergies renouvelables et enfin les enjeux environnementaux liés à la production des biocarburants, en prenant le cas du Jatropha Curcas. Il a également brossé en synthèse les activités menées à l IRAD sur

4 4 le Jatropha Curcas et le Ricinus communis (Ricin). Dr Olina Bassala a conclu en soulignant que les bioénergies constituent à la fois une solution pour la protection de l environnement et une opportunité de développement socioéconomique (autonomie énergétique, lutte contre réchauffement climatique). Cependant, des inquiétudes légitimes émergent sur les impacts de l essor de la filière biocarburant au Cameroun, eu égard l absence de régulation en la matière. M. Nsahdzeyuf Jude LEH, Président fondateur de l association GREENERY, a quant à lui présenté «les enjeux sociaux liés à la production des bioénergies dans le contexte Camerounais». Après avoir présenté la synthèse des activités de Greenery and Roux avec les petits producteurs, M. Nsahdzeyuf Jude LEH a souligné les points clés suivants : Le Jatropha est une opportunité pour le Cameroun dans l optique du développement des biocarburants. Nous devons saisir cette opportunité de développement pour le bénéfice des «Bottom of the Pyramid». Toutes les présentations ont été suivi directement des questions des participants pour mieux clarifier les points clés évoqués. Travaux en ateliers et discussion L après-midi a débuté en réunissant les participants en ateliers de travail dans lesquels il était question d identifier des pistes d amélioration pour la mise en œuvre de la réglementation et pour la production durable des biocarburants au Cameroun. Les participants ont à cet effet été repartis en 4 groupes de discussion : 1. Cadre juridique propice pour le développement des biocarburants au Cameroun Suggestions concrètes pour une loi spécifique sur les biocarburants. 2. Promotion des biocarburants Qu est ce qui doit être fait pour la promotion des biocarburants à l échelle industrielle? 3. Les types de biocarburants à promouvoir Quels types de biocarburants doivent être développés? Dans quelles régions et pour quelles raisons? 4. Recommandations pertinentes pour le gouvernement Quelles actions le gouvernement devrait mener pour le développement de la filière des biocarburants? Recommandations Les recommandations faites ici prennent en compte les différentes présentations de l atelier ainsi que des échanges effectués. Nous pouvons noter : a. La nécessité d une loi encadrant les énergies renouvelables en général et le sous-secteur biocarburant en particulier ; b. La nécessité de refondre la loi de 1974 portant régime foncier et domanial ; c. Définir les normes et conditions de mélange des biocarburants ; d. Assoir les conditions de la vulgarisation des biocarburants sur l étendue du territoire Camerounais ;

5 5 e. Assurer l équilibre entre biocarburant et sécurité alimentaire dans une approche de complémentarité (privilégier si possible les biocarburants de seconde génération) ; f. Mettre en place une plateforme de concertation sur la problématique des biocarburants au Cameroun ; g. Faire un état des lieux de la production des biocarburants au Cameroun ; h. Interdire l utilisation des OGM (semence) pour la production de biocarburants ; i. Encourager les chercheurs locaux en privilégiant les résultats de leurs recherches Exemple : Favoriser l utilisation des semences issues exclusivement des résultats des groupes ou entreprises de recherche locaux ; j. En lieu et place d une loi nationale sur les énergies renouvelables ou les biocarburants, proposer un décret d application en référence à la loi-cadre sur la gestion de l environnement ; k. Le processus de révision de la loi foncière et du code minier doit être accéléré et s assurer de faire la promotion des bioénergies ; l. Promouvoir l émergence d une Communauté de Pratique (CoP) regroupant les acteurs dans la filière des biocarburants. Cette tribune permettra à ces acteurs de mieux se connaitre et d échanger sur ce que les uns et les autres font. Ce qui motive la suggestion de l émergence d une CoP c est le fait que les exposés ont relevé le défi de communication entre les acteurs. Ces derniers se recrutent parmi : Les chercheurs et les institutions de recherches ; Les producteurs ; Les agro processeurs ; Les ONG ; Les ministres techniques ; m. Au regard du prix du carburant actuel et la situation énergétique au Cameroun, le gouvernement doit évaluer l impact des taxes sur les entreprises et organisations produisant de façon durable les biocarburants pour le marché local ; Conclusion En conclusion, les panelistes sont d accord pour dire que la production de biocarburants peut représenter un risque si elle est mal gérée étant entendu que cette production prend en compte plusieurs facteurs (environnementaux, sociaux, économiques, technologiques, etc.). Durant cet atelier, il y a eu d une part une période de discussion et d autre part une période de questions. Les sujets principaux abordes ont été : la présentation des résultats d étude ; les défis du cadre réglementaire au Cameroun pour la durabilité des bioénergies ; les impacts de la production des bioénergies sur la société et l environnement ; l élaboration des suggestions pour améliorer le cadre réglementaire et la promotion des biocarburants en tenant compte du cout de production, de la pérennité, la rentabilité, l utilité, de la sécurité alimentaire etc.

Etat des lieux du cadre politique et juridique des énergies renouvelables au Cameroun, rapprochement avec la situation dans d autres pays

Etat des lieux du cadre politique et juridique des énergies renouvelables au Cameroun, rapprochement avec la situation dans d autres pays Etat des lieux du cadre politique et juridique des énergies renouvelables au Cameroun, rapprochement avec la situation dans d autres pays Constats, problématiques, hypothèses Principaux constats: Déficit

Plus en détail

Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal

Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal Forum des investisseurs privés Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal Groupe Consultatif 25 février 2014 Chambre de Commerce et d'industrie de région Paris Ile-de-France 27, avenue

Plus en détail

TYPES D ESPACES ET STATUTS FONCIERS DES ENSEMBLES DOMANIAUX

TYPES D ESPACES ET STATUTS FONCIERS DES ENSEMBLES DOMANIAUX Règles foncières liées à la GDT Contexte 60% de la population dépend de la terre pour vivre Une mise en culture de plus de 65% des terres arables Un déplacement du front arachidier vers les zones d élevages

Plus en détail

FORUM AFRICAIN SUR L ECONOMIE VERTE et L ECO-MANAGEMENT & SALON DE L INNOVATION et DES METIERS VERTS EN AFRIQUE

FORUM AFRICAIN SUR L ECONOMIE VERTE et L ECO-MANAGEMENT & SALON DE L INNOVATION et DES METIERS VERTS EN AFRIQUE Le réseau Panafricain AIDE21 en partenariat avec le cabinet de conseil S2 Services Sarl Avec le soutien du Gouvernement Camerounais, le réseau panafricain AIDE21 présente le : FORUM AFRICAIN SUR L ECONOMIE

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

QUATRIEME SESSION PLENIERE DE LA PLATEFORME DE PARTENARIAT PUBLIC-PARTENARIAT RAPPORT DE SYNTHESE DE LA SESSION PLENIERE

QUATRIEME SESSION PLENIERE DE LA PLATEFORME DE PARTENARIAT PUBLIC-PARTENARIAT RAPPORT DE SYNTHESE DE LA SESSION PLENIERE QUATRIEME SESSION PLENIERE DE LA PLATEFORME DE PARTENARIAT PUBLIC-PARTENARIAT 30 mars - 1 er avril 2015 ESPACE LATRILLE EVENTS, ABIDJAN RAPPORT DE SYNTHESE DE LA SESSION PLENIERE La 4 ème session plénière

Plus en détail

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 ISO 14001: 2015 Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 4115, Rue Sherbrooke Est, Suite 310, Westmount QC H3Z 1K9 T 514.481.3401 / F 514.481.4679

Plus en détail

ATELIER CNUCED/MINCOMMERCE/ONCC

ATELIER CNUCED/MINCOMMERCE/ONCC ATELIER CNUCED/MINCOMMERCE/ONCC SUR LE FINANCEMENT DE LA COMMERCIALISATION DU CAFE/CACAO AU CAMEROUN : ROLE DU SYSTEME DE RECEPISSE D ENTREPOSAGE/CREDIT WARRANTAGE. Hôtel Framotel, Kribi 5 et 6 octobre

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion du séminaire transition énergétique et écologique Services de l Etat en Aquitaine Lundi 15 décembre 2014 Messieurs les Préfets, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

CADRE INSTITUTIONNEL DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DÉVELOPPEMENT D UNE ÉCONOMIE VERTE AU QUÉBEC

CADRE INSTITUTIONNEL DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DÉVELOPPEMENT D UNE ÉCONOMIE VERTE AU QUÉBEC CADRE INSTITUTIONNEL DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DÉVELOPPEMENT D UNE ÉCONOMIE VERTE AU QUÉBEC Depuis 2004, le gouvernement du Québec met en œuvre une démarche de développement durable structurée en vue,

Plus en détail

I INTRODUCTION GENERALE

I INTRODUCTION GENERALE RÔLE DU RESEAU DE FORESTERIE COMMUNAUTAIRE (RFC) DANS LA PROMOTION ET LA MISE EN PLACE EFFECTIVE DES FORETS COMMUNAUTAIRE AU CAMEROUN ET DANS LA SOUS- REGION AFRIQUE CENTRALE. Par Mr Jean ABBE ABESSOLO

Plus en détail

Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie

Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie Développement durable des ressouces naturelles et de l énergie Les Premières Nations font partie intégrante de l avenir des ressources naturelles

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST. Synthèse des conclusions et recommandations

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST. Synthèse des conclusions et recommandations SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST Synthèse des conclusions et recommandations Bamako les 14-15 et 16 février 2005 Page 1 sur 5 Les 14, 15 et 16 février 2005, a eu lieu à Bamako

Plus en détail

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires A propos de ce document Ce document résume les résultats d une discussion en ligne organisé sur le Forum Global sur la Sécurité alimentaire

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES

TERMES DE REFERENCES Projet «Systèmes de Surveillance et de MNV nationaux avec une approche Régionale» TERMES DE REFERENCES Recrutement d un consultant pour la rédaction de la composante 1A et 2C du R PP (Readiness Preparation

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

Domaines clés d expertise

Domaines clés d expertise Domaines clés d expertise Évaluation de l'impact sur l'environnement Évaluation de site Échantillonnage environnemental et travail analytique Durabilité Communications et gestion des liaisons avec des

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement

Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement L accès et le contrôle des ressources par les femmes : un défi pour la sécurité alimentaire Recommandations Vers

Plus en détail

Vers un nouveau modèle de planification stratégique en développement durable

Vers un nouveau modèle de planification stratégique en développement durable Vers un nouveau modèle de planification stratégique en développement durable COMMISSION DU BAPE PORTANT SUR LES ENJEUX LIÉS À L EXPLORATION ET L EXPLOITATION DU GAZ DE SCHISTE DANS LE SHALE D UTICA DES

Plus en détail

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan?

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Thème : Vers un ouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Auteur : Mr Mhamed MOUAACHA, Chef de Division au Haut Commissariat au Plan (HCP)

Plus en détail

Bilan GES des biocarburants : Cas de la filière éthanol-céréales

Bilan GES des biocarburants : Cas de la filière éthanol-céréales Bilan GES des biocarburants : Cas de la filière éthanol-céréales Agrocarburants et développement durable Etat des lieux et perspectives jusqu en 2015 Grenoble, 28-29 janvier 2008 ENERS Energy Concept Case

Plus en détail

Principaux domaines d'expertise

Principaux domaines d'expertise Principaux domaines d'expertise Élaborer des stratégies, programmes, plans et indicateurs de durabilité Politiques, procédures et plans environnementaux et/ou de durabilité de la société Les règlements

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005)

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ETAT DES LIEUX DE LA GESTION STRATEGIQUE DU SYSTEME STATISTIQUE NATIONAL DU MALI 1 1. Introduction

Plus en détail

2 OBJECTIFS MAJEURS ( PERMETTRE LA REDUCTION DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE A L ECHELLE REGIONALE ( FAVORISER LE DEVELOPPEMENT LOCAL BASE SUR

2 OBJECTIFS MAJEURS ( PERMETTRE LA REDUCTION DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE A L ECHELLE REGIONALE ( FAVORISER LE DEVELOPPEMENT LOCAL BASE SUR PRESENTATION 2 OBJECTIFS MAJEURS ( PERMETTRE LA REDUCTION DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE A L ECHELLE REGIONALE ( FAVORISER LE DEVELOPPEMENT LOCAL BASE SUR L ECO-RESPONSABILITE Les actions soutenues

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

Stratégie en faveur de l éducation et de la formation tout au long de la vie en Autriche LLL : 2020

Stratégie en faveur de l éducation et de la formation tout au long de la vie en Autriche LLL : 2020 Stratégie en faveur de l éducation et de la formation tout au long de la vie en Autriche LLL : 2020 LLL : 2020 Objectifs et indices de référence stratégiques Les objectifs et indices de référence stratégiques

Plus en détail

La COOP carbone. (en formation) Une initiative de l AQME

La COOP carbone. (en formation) Une initiative de l AQME La COOP carbone (en formation) Une initiative de l AQME 1 Introduction Le nouveau cadre règlementaire va favoriser les projets de réduction de GES au Québec; Malgré l absence d un cadre structuré, le marché

Plus en détail

La production de biocarburants estelle compatible avec la fonction nourricière de l agriculture?

La production de biocarburants estelle compatible avec la fonction nourricière de l agriculture? La production de biocarburants estelle compatible avec la fonction nourricière de l agriculture? Jean-Christophe Debar Fondation pour l agriculture et la ruralité dans le monde Les mercredis du Pavillon

Plus en détail

RAPPORT FINAL DE PROJET

RAPPORT FINAL DE PROJET REPUBLIQUE DU TCHAD --------------- PRIMATURE --------------- MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L EAU ET DES RESSOURCES HALIEUTIQUES --------------- PROJET PNUD/FEM/ANCR/PIMS/2452/G3 --------------- Project

Plus en détail

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 CONSTRUCTION DE DÉFENSE (1951) LIMITÉE PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 (Modifie et abrège le profil en date

Plus en détail

L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme. Visite de progrès du 21 mars 2011

L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme. Visite de progrès du 21 mars 2011 L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme Visite de progrès du 21 mars 2011 Développement durable «Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Etude de marché de la gazéification en Languedoc Roussillon Présentation Séminaire BioénergieSud du 26 Novembre 2013

Etude de marché de la gazéification en Languedoc Roussillon Présentation Séminaire BioénergieSud du 26 Novembre 2013 Présentation Séminaire BioénergieSud du 26 Novembre 2013 Document produit par ENEA Consulting I 89 rue Réaumur, 75002 Paris I +33 (0) 1 82 83 83 83 I www.enea-consulting.com Sommaire ENEA : qui sommes-nous?

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives

Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives Février 2008 0. Préambule...2 1. Kyoto : où en est-on aujourd hui en Belgique?...3 2. La Belgique en bonne voie pour remplir ses engagements?...5

Plus en détail

Vers une gestion durable des ressources en eau

Vers une gestion durable des ressources en eau Vers une gestion durable des ressources en eau Carrefours de l innovation agronomique Productions végétales et sécheresse Toulouse - 6 juin 2008 Nelly LE CORRE-GABENS Responsable du Service Agronomie-Environnement

Plus en détail

INNOVATION INITIER UNE DÉMARCHE DE LABORATOIRE VIVANT

INNOVATION INITIER UNE DÉMARCHE DE LABORATOIRE VIVANT INNOVATION INITIER UNE DÉMARCHE DE LABORATOIRE VIVANT FICHE D INTENTION MARS 2013 Propriété intellectuelle Les résultats des travaux de recherche réalisés par les chercheurs du projet demeureront la propriété

Plus en détail

COOPERATION TECHNIQUE EN MATIERE DE SANTE DANS LE CONTEXTE MIGRATOIRE DANS LE ROYAUME HASHEMITE DE JORDANIE

COOPERATION TECHNIQUE EN MATIERE DE SANTE DANS LE CONTEXTE MIGRATOIRE DANS LE ROYAUME HASHEMITE DE JORDANIE COOPERATION TECHNIQUE EN MATIERE DE SANTE DANS LE CONTETE MIGRATOIRE DANS LE ROYAUME HASHEMITE DE JORDANIE Type de projet : Type de projet secondaire : Couverture géographique : Organisme d exécution :

Plus en détail

Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique

Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique 1 ière Édition Agriculture, changement climatique et responsabilité des organisations Dakar, du 25 au 27 Avril 2013 au CICES Communication

Plus en détail

Colloque FIL IDF CANADA / STELA

Colloque FIL IDF CANADA / STELA Colloque FIL IDF CANADA / STELA 13-16 mai 2013 Session 2: Développement durable de l industrie laitière Initiatives de développement durable Point de vue d un transformateur Présenté par : Martin Scuccimarri,

Plus en détail

Résumé du rapport de mission Plantations du Haut Penja Cameroun 2013

Résumé du rapport de mission Plantations du Haut Penja Cameroun 2013 Résumé du rapport de mission Plantations du Haut Penja Cameroun 203 - NATURE DE LA MISSION - DEMARCHE - INFORMATION UTILISEE La Compagnie Fruitière a confié à Vigeo une mission qui fait suite à une première

Plus en détail

Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse?

Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse? 1 Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse? Ce support a été réalisé avec le soutien financier du Compte d'affectation spéciale "Développement Agricole et Rural" du Ministère de l'alimentation,

Plus en détail

RAPPORT DE LA REUNION STATUAIRE DES EXPERTS EN PECHE ET AQUACULTURE DES PAYS MEMBRES

RAPPORT DE LA REUNION STATUAIRE DES EXPERTS EN PECHE ET AQUACULTURE DES PAYS MEMBRES Commission du Bassin du Lac Tchad Siège CBLT - BP 727 - N Djamena - Tchad Tel: +235 22 52.41.45 Fax: +235 22 52.41.37 E-mail : cblt_lcbc@intnet.td RAPPORT DE LA REUNION STATUAIRE DES EXPERTS EN PECHE ET

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 04/2007/CM/UEMOA PORTANT CREATION ET MODALITES DE FONCTIONNEMENT DU COMITE CONSULTATIF SUR L

Plus en détail

COOPERATION CAMEROUN UNION EUROPEENNE PROGRAMME D APPUI A LA SOCIETE CIVILE (PASC)

COOPERATION CAMEROUN UNION EUROPEENNE PROGRAMME D APPUI A LA SOCIETE CIVILE (PASC) COOPERATION CAMEROUN UNION EUROPEENNE PROGRAMME D APPUI A LA SOCIETE CIVILE (PASC) ATELIER DE CLOTURE DE LA PHASE OPERATIONNELLE Yaoundé, CCIMA 26 27 août 2015 ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. GILBERT DIDIER

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

ACCOMPAGNER LES ENTREPRISES DANS LA TRANSITION VERS L ÉCONOMIE VERTE

ACCOMPAGNER LES ENTREPRISES DANS LA TRANSITION VERS L ÉCONOMIE VERTE ACCOMPAGNER LES ENTREPRISES DANS LA TRANSITION VERS L ÉCONOMIE VERTE La transition écologique et énergétique est une nécessité pour les entreprises. Le réchauffement climatique affectera toutes les entreprises

Plus en détail

AMENDEMENTS PROPOSES A LA DECLARATION COMMUNE DE LA COORDINATION COE-UE-OIE SUR LE BIEN-ETRE DES ANIMAUX

AMENDEMENTS PROPOSES A LA DECLARATION COMMUNE DE LA COORDINATION COE-UE-OIE SUR LE BIEN-ETRE DES ANIMAUX L Europe pour le bien-être des animaux AMENDEMENTS PROPOSES A LA DECLARATION COMMUNE DE LA COORDINATION COE-UE-OIE SUR LE BIEN-ETRE DES ANIMAUX DEMANDE DE LA FRANCE Si nous voulons clairement intégrer

Plus en détail

Sommaire. Les enjeux. Les engagements. Le constat énergétique. Efficacité du parc de bâtiments tertiaires. Le cadre réglementaire 12-04-2013

Sommaire. Les enjeux. Les engagements. Le constat énergétique. Efficacité du parc de bâtiments tertiaires. Le cadre réglementaire 12-04-2013 Sommaire Les enjeux Les engagements Le constat énergétique Efficacité du parc de bâtiments tertiaires Le cadre réglementaire test pied de page 2 bâtiment tertiaire- les enjeux Triple enjeux de la transition

Plus en détail

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national.

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national. - 1 - APPEL A PROJETS TEPOS QU EST-CE QU UN TERRITOIRE A ÉNERGIE POSITIVE? Contexte L énergie, nécessaire à tous les domaines et besoins de la vie quotidienne, devient, du fait de sa raréfaction, de plus

Plus en détail

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES ORIENTATIONS GOUVERNEMENTALES ET LES ENJEUX EN MATIÈRE DE CHANGEMENTS CLIMATIQUES

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES ORIENTATIONS GOUVERNEMENTALES ET LES ENJEUX EN MATIÈRE DE CHANGEMENTS CLIMATIQUES CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES ORIENTATIONS GOUVERNEMENTALES ET LES ENJEUX EN MATIÈRE DE CHANGEMENTS CLIMATIQUES Avis Présenté au ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs du Québec

Plus en détail

Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA

Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA Ordonnance sur la formation continue: Audition Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA Zurich, le 7 septembre 2015 Monsieur le Conseiller fédéral Schneider-Ammann Nous vous vous

Plus en détail

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti Guide méthodologique Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti mieux prendre en compte le risque naturel dans l urbanisation et l aménagement du territoire Préface Monsieur Yves Germain

Plus en détail

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1 Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008 Synthèse de l atelier 1 Comment, dans le cadre du CDIAE, mobiliser les acteurs du territoire pour réaliser un diagnostic, définir les orientations et élaborer

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

Evaluation de l impact des MAEt sur les pratiques et systèmes agricoles en région Pays de la Loire

Evaluation de l impact des MAEt sur les pratiques et systèmes agricoles en région Pays de la Loire Evaluation de l impact des MAET sur les pratiques et systèmes agricoles en région Pays de la Loire Restitution en territoires à enjeu eau Layon Aubance 16 avril 2014 Evaluation de l impact des MAEt sur

Plus en détail

PRÉSENTATION DE L ALLIANCE CLIMAT DANS LE CADRE DU PLAN ENERGIE CLIMAT TERRITORIAL DU DISTRICT DE BAMAKO

PRÉSENTATION DE L ALLIANCE CLIMAT DANS LE CADRE DU PLAN ENERGIE CLIMAT TERRITORIAL DU DISTRICT DE BAMAKO PRÉSENTATION DE L ALLIANCE CLIMAT DANS LE CADRE DU PLAN ENERGIE CLIMAT TERRITORIAL DU DISTRICT DE BAMAKO PLAN I. PRESENTATION 1. Réseau Carbone 2. Alliance Climat II. PARTENAIRES 1. Mairie du District

Plus en détail

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La réforme de la politique agricole commune doit intervenir d ici 2013. Une consultation publique officielle sur la PAC de

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

Première réunion. 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA

Première réunion. 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA Première réunion 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA Description: Ce document constitue les termes de référence du réseau régional pour la conformité et lʹapplication

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES CRITÈRES DE SÉLECTION DES PROGRAMMES PILOTES NATIONAUX ET RÉGIONAUX AU TITRE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENT FORESTIER I. CADRE GÉNÉRAL 1. On s accorde de plus en plus

Plus en détail

Quelques dates de CountryStat Cameroun. Mise en place d une Revue CountryStat

Quelques dates de CountryStat Cameroun. Mise en place d une Revue CountryStat PLAN DE L EXPOSE I - II - III - IV - V - VI - VII - Importance de la communication Synergie dans la communication Quelques dates de CountryStat Cameroun Appui des médias locaux Mise en place d une Revue

Plus en détail

GTBAC DE LA COP 9 DE BONN

GTBAC DE LA COP 9 DE BONN DE LA COP 9 DE BONN 2008 À LA COP 10 DE NAGOYA 2010 DE LA COP 9 DE BONN 2008 A LA COP10 DE NAGOYA 2010 INTRODUCTION Du 2 au 8 Avril 2009 tenue au Siège de l Organisation de Nations Unies pour la Science

Plus en détail

RAPPORT FINAL. Séance de travail intensif sur la question de l énergie. Solutions énergétiques aux Territoires du Nord-Ouest

RAPPORT FINAL. Séance de travail intensif sur la question de l énergie. Solutions énergétiques aux Territoires du Nord-Ouest Séance de travail intensif sur la question de l énergie aux TERRITOIRES DU NORD-OUEST 2014 RAPPORT FINAL SUR LA SÉANCE DE TRAVAIL INTENSIF 3 NOVEMBRE HÔTEL EXPLORER, YELLOWKNIFE 4 NOVEMBRE CENTRE CHIEF

Plus en détail

L agenda 2030 de développement durable

L agenda 2030 de développement durable L agenda 2030 de développement durable L Agenda 2030 en bref Pourquoi des objectifs mondiaux de développement durable? Le monde est confronté à des défis majeurs, comme l extrême pauvreté, le changement

Plus en détail

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales La démarche d analyse et d accompagnement, constituée de 3 étapes telles qu elles sont

Plus en détail

Atelier de réflexion et de validation du projet du système de veille/observatoire des réformes foncière et forestière au Cameroun

Atelier de réflexion et de validation du projet du système de veille/observatoire des réformes foncière et forestière au Cameroun Atelier de réflexion et de validation du projet du système de veille/observatoire des réformes foncière et forestière au Cameroun AKONO du 30 au 31 Juillet 2015 Termes de Références Introduction Au Cameroun,

Plus en détail

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT PERFORMANCES INDUSTRIELLES DES CLEANTECH Rabat, le 17 décembre 2014 Forum Technologie

Plus en détail

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES MECANISMES DE FINANCEMENT DE LA GESTION DURABLE DES ECOSYSTEMES FORESTIERS DU BASSIN DU CONGO

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES MECANISMES DE FINANCEMENT DE LA GESTION DURABLE DES ECOSYSTEMES FORESTIERS DU BASSIN DU CONGO BURUNDI - CAMEROUN - CONGO - REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE - GABON GUINEE EQUATORIALE - REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO - RWANDA SAO-TOME & PRINCIPE - TCHAD CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES MECANISMES DE

Plus en détail

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Appel à projets 2010 Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Un programme conjoint entre la Fondation de France et le Comité français pour la solidarité internationale (CFSI) Date limite

Plus en détail

Plan d action ITIE-BF en conformité avec la Norme ITIE 1

Plan d action ITIE-BF en conformité avec la Norme ITIE 1 Plan d action ITIEBF en conformité avec la Norme ITIE 1 Chaîne des valeurs Contrats et licences Objectifs Contexte Contraintes de capacité 1. Faire connaître les conventions minières et les licences aux

Plus en détail

RSE Charte Responsabilité Sociétale Vignal Lighting Group

RSE Charte Responsabilité Sociétale Vignal Lighting Group RSE Charte Responsabilité Sociétale Vignal Lighting Group «Comment Vignal Lighting Group intègre les problématiques de développement durable dans son activité» Page 1 Mot du Président Le Développement

Plus en détail

LE DESSOUS DES CARTES

LE DESSOUS DES CARTES Présentation de la vidéo... 2 Générique... 2 Description... 2 Principaux thèmes abordés... 2 Contenus... 3 Niveaux, disciplines, compétences... 3 Textes de référence... 3 Notions... 3 Vocabulaire... 4

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

Compte Rendu de l Atelier. Participation du Secteur Privé dans les Infrastructures d Eau au Liban : Le Rôle des Banques. Le 9 décembre 2010

Compte Rendu de l Atelier. Participation du Secteur Privé dans les Infrastructures d Eau au Liban : Le Rôle des Banques. Le 9 décembre 2010 Compte Rendu de l Atelier Participation du Secteur Privé dans les Infrastructures d Eau au Liban : Le Rôle des Banques 1. Contexte Le 9 décembre 2010 Beyrouth - Liban Les besoins en investissement pour

Plus en détail

Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013

Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013 Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013 Novembre 2008 Introduction : CONTEXTE ET CONJONCTURE national et international l augmentation des cours des matières premières

Plus en détail

La direction des services administratifs est responsable de la révision et de l appropriation de cette politique par le personnel et les équipes.

La direction des services administratifs est responsable de la révision et de l appropriation de cette politique par le personnel et les équipes. POLITIQUE N O : DSA-RH-219-13-11 Page 1 TITRE Politique cadre relative à la santé globale et au mieux-être au travail. Cette politique réfère aux processus organisationnels du CQA : nos 8 et 9 : Titre

Plus en détail

EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE NATIONALE ET PLAN D ACTION DE LA BIODIVERSITE EN R.D. CONGO

EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE NATIONALE ET PLAN D ACTION DE LA BIODIVERSITE EN R.D. CONGO EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE NATIONALE ET PLAN D ACTION DE LA BIODIVERSITE EN R.D. CONGO Objectif 1 : Conservation de la diversité biologique THEMES ORIENTATIONS STRATEGIQUES ETAT DE

Plus en détail

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Cluj-Napoca / Transylvanie http://www.institutfrancais-roumanie.com Appel à contribution

Plus en détail

La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco

La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco La responsabilité sociétale pour le groupe AFD, c est Une obligation générée par le droit international des conventions fondamentales et

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Forum sur le développement social de Roussillon. Assurer l équilibre. 4 juin 2009. Manoir d Youville Île Saint-Bernard, Châteauguay

Forum sur le développement social de Roussillon. Assurer l équilibre. 4 juin 2009. Manoir d Youville Île Saint-Bernard, Châteauguay Forum sur le développement social de Roussillon Assurer l équilibre 4 juin 2009 Manoir d Youville Île Saint-Bernard, Châteauguay Assurer l équilibre Le CLD de Roussillon compte parmi ses instances la commission

Plus en détail

L action publique a conduit à l élaboration de type top down la politique agrocarburant et permis la construction de quatre modèles de filières

L action publique a conduit à l élaboration de type top down la politique agrocarburant et permis la construction de quatre modèles de filières Perceptions et Jeu d acteurs dans la construction de l action publique et des modes de gouvernance dans la filière agrocarburant burkinabé et les effets structurants potentiels sur le développement du

Plus en détail

Economie verte et gouvernance forestière dans les Etats membres de la CEEAC

Economie verte et gouvernance forestière dans les Etats membres de la CEEAC Communauté Économique des Etats de l Afrique Centrale CEEAC Economic community of Central Africa States ECCAS Communidad Economica de los Estados del Africa Central CEEAC Communidade Economica dos estados

Plus en détail

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 CONTEXTE Les «pauses du renouvellement urbain», temps d'échange multipartenarial, se sont tenues tout au long de l année 2012.

Plus en détail

Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale

Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale Communication à la 23 ème CASA, Rabat/Maroc, du 4 au 7 décembre 2013 Par Lassina PARE, Ingénieur statisticien économiste Directeur

Plus en détail

Forum des investisseurs privés

Forum des investisseurs privés Forum des investisseurs privés Panel : Investir dans l Immobilier au Sénégal Groupe Consultatif 25 février 2014 Chambre de Commerce et d'industrie de région Paris Ile-de-France 27, avenue de Friedland

Plus en détail

REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL LA SITUATION DE L INTEGRATION DU GENRE SUR LE PLAN INSTITUTIONNEL, POLITIQUE ET DE PROJET

REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL LA SITUATION DE L INTEGRATION DU GENRE SUR LE PLAN INSTITUTIONNEL, POLITIQUE ET DE PROJET REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL LA SITUATION DE L INTEGRATION DU GENRE SUR LE PLAN INSTITUTIONNEL, POLITIQUE ET DE PROJET Introduction A l instar de tous les pays qui ont adhéré à

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

Pictet-Ethos (CH) Swiss Sustainable Equities

Pictet-Ethos (CH) Swiss Sustainable Equities Pictet-Ethos (CH) Swiss Sustainable Equities Profil Développement durable Etat: août 2012 1 Le fonds a été contrôlé par le Comité pour un développement durable et satisfait les critères d attribution du

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Notre engagement qualité. ISO 9001 - ISO 14001 Qualité architecturale et paysagère. développer la qualité de vie

Notre engagement qualité. ISO 9001 - ISO 14001 Qualité architecturale et paysagère. développer la qualité de vie Notre engagement qualité ISO 9001 - ISO 14001 Qualité architecturale et paysagère développer la qualité de vie Notre engagement qualité... p. 2 Notre politique qualité globale... p. 4 Notre système de

Plus en détail

SEMINAIRE DE FORMATION DES FORMATEURS EN GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU ******

SEMINAIRE DE FORMATION DES FORMATEURS EN GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU ****** Université de Dschang Département de Genie Rural SEMINAIRE DE FORMATION DES FORMATEURS EN GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU ****** Dschang, du 24 au 26 Juillet 2006 ******* Document d orientation

Plus en détail

Programme Observatoire ESSpace

Programme Observatoire ESSpace Programme Observatoire ESSpace Observatoire ESSpace est un projet interrégional conduit par les 4 Chambres régionales de l économie sociale et solidaire (ESS) des régions de Franche-Comté et Rhône-Alpes

Plus en détail

L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION

L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION Translation L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION Un Groupe de travail du Forum intergouvernemental sur la sécurité chimique (FISC) vient récemment de rédiger

Plus en détail