Limites des Suites numériques

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Limites des Suites numériques"

Transcription

1 Chapitre 2 Limites des Suites umériques Termiale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Limite fiie ou ifiie d ue suite. Limites et comparaiso. Opératios sur les ites. Comportemet à l ifii de la suite ( q ), q état u ombre réel. Suite majorée, miorée, borée. Das le cas d ue ite ifiie, état doés ue suite croissate ( u ) et u ombre réel A, détermier à l aide d u algorithme u rag à partir duquel u est supérieur à A. Démotrer que si ( u ) et ( v ) sot deux suites telles que : - u est iférieur ou égal à v à partir d u certai rag ; - u ted vers + quad ted vers + ; alors v ted vers + quad ted vers +. Étudier la ite d ue somme, d u produit ou d u quotiet de deux suites. Démotrer que la suite ( q ), avec q >, a pour ite +. Détermier la ite évetuelle d ue suite géométrique. Utiliser le théorème de covergece des suites croissates majorées. Pour exprimer que ( u ) ted vers l quad ted vers +, o dit que : «tout itervalle ouvert coteat l cotiet toutes les valeurs u à partir d u certai rag». Pour exprimer que ( u ) ted vers + quad ted vers +, o dit que : «tout itervalle de la forme ] A, + [ cotiet toutes les valeurs ( u ) à partir d u certai rag». Comme e classe de première, il est importat de varier les approches et les outils sur lesquels le raisoemet s appuie. O présete des exemples de suites qui ot pas de ite. O démotre que si ue suite est croissate et admet pour ite l, alors tous les termes de la suite sot iférieurs ou égaux à l. Le théorème dit «des gedarmes» est admis. O démotre par récurrece que pour a réel strictemet positif et tout etier aturel : (+ a) + a. O peut étudier des situatios où iterviet la ite de la somme des premiers termes d ue suite géométrique. Ce théorème est admis. Il est itéressat de démotrer qu ue suite croissate o majorée a pour ite +. Des exemples de suites récurretes, e particulier arithmético-géométriques, sot traités e exercice. [Cf FicheBAC0] Des activités algorithmiques sot meées das ce cadre. I. Limite fiie ou ifiie d'ue suite.) Limite fiie d'ue suite Défiitio. : Soit l u ombre réel doé. O dit que la suite (u ) ted vers l quad ted vers + lorsque : «tout itervalle ouvert coteat l cotiet toutes les valeurs u à partir d u certai rag». O écrit alors u =l. Autremet dit : Défiitio 2. : Soit l u ombre réel doé. O dit que la suite (u ) ted vers l quad ted vers +, lorsque : «pour tout ombre réel strictemet positif e (aussi petit soit-il) [lire epsilo], il existe u rag 0, à partir duquel, toutes les valeurs de u sot proches de l à e près». Cette défiitio peut ecore s'écrire : Pour tout ombre réel e > 0 (aussi petit soit-il), il existe u etier 0 tel que : [si > 0, alors l e < u < l + e ]. Term.S Limites des suites umériques Abdellatif ABOUHAZIM. Lycée Fustel de Coulages - Massy Page /0

2 Illustratio graphique : u =+ ( ) +, u = Limites de référece : () =0 ; (2) k =0 k > 0 et (3) =0.2) Limite ifiie d'ue suite Défiitio. : O dit que la suite (u ) ted vers + quad ted vers +, lorsque : «tout itervalle ouvert de la forme ]A ; + [, cotiet toutes les valeurs u à partir d u certai rag». O écrit alors u =+. Autremet dit : Défiitio 2. : O dit que la suite (u ) ted vers + quad ted vers +, lorsque : «pour tout ombre réel strictemet positif A (aussi grad soit-il) il existe u rag 0, à partir duquel, toutes les valeurs de u sot supérieures à A». Cette défiitio peut aussi s'écrire : Pour tout ombre réel A > 0 (aussi grad soit-il), il existe u etier 0 tel que [si > 0, alors u > A ]. Illustratio graphique : u = +2, u =+ Term.S Limites des suites umériques Abdellatif ABOUHAZIM. Lycée Fustel de Coulages - Massy Page 2/0

3 Limites de référece : () =+ ; (2) k =+ k > 0 et (3) =+ D'ue maière aalogue, ous pouvos écrire ue défiitio de la ite d'ue suite qui ted vers quad ted vers + : Défiitio 3. : O dit que la suite (u ) ted vers quad ted vers +, lorsque : «tout itervalle ouvert de la forme ] ;A [, cotiet toutes les valeurs u à partir d u certai rag». O écrit alors u =. Autremet dit : Défiitio 2. : O dit que la suite (u ) ted vers quad ted vers +, lorsque : «pour tout ombre réel strictemet égatif A, il existe u rag 0, à partir duquel, toutes les valeurs de u sot iférieures à A». Cette défiitio peut ecore s'écrire : Pour tout ombre réel A < 0, il existe u etier 0 tel que [si > 0, alors u < A ]. Exemple : u = , u =.3) Limites des suites arithmétiques et géométriques Propriété. : Soit (u ) ue suite arithmétique de premier terme u 0 et de raiso r. Doc, pour tout N u =r +u 0 (foctio affie de coefficiet directeur r). Alors : Si r > 0, alors u =+. Si r < 0, alors Si r = 0, alors u =. u =u 0 (la suite est costate). Propriété 2. : Soit (v ) ue suite géométrique de premier terme v 0 >0 et de raiso q. Doc, pour tout N v =v 0 q. Alors : Si q >, alors v =+ (v 0 >0) et v = (v 0 <0) Si < q <, alors Si q =, alors v =v 0 v =0. (la suite est costate). Si q, alors v 'existe pas [Suite alterée dot les termes augmetet idéfiimet e valeur absolue]. Term.S Limites des suites umériques Abdellatif ABOUHAZIM. Lycée Fustel de Coulages - Massy Page 3/0

4 Exemples : ) ( 2 3 ) =0 et 2 ) ( 5 =+. 3) ALGORITMIQUE : Das le cas d ue ite ifiie (2 ), état doés ue suite croissate (u ) et u ombre réel A, détermier à l aide d u algorithme u rag à partir duquel u est supérieur à A..4) Suites covergetes, suites divergetes Défiitio : O dit qu'ue suite (u ) est covergete si et seulemet si elle admet ue ite fiie l R. O dit aussi que la suite coverge vers l lorsque ted vers l'ifii. Ue suite qui 'est pas covergete est dite divergete. Autremet dit, ue suite est dite divergete si et seulemet si elle admet ue ite ifiie ou si elle 'admet pas de ite. Exemples : Toute suite arithmétique o costate est divergete. La suite de terme gééral v =2 ( 3 5), est covergete vers 0. (v ) est ue suite géométrique de raiso q= 3 ]0 ;[. 5 La suite de terme gééral t =( ) est divergete. C'est ue suite qui pred alterativemet les valeurs et. Doc elle e ted pas vers l'ifii et e peut pas coverger vers ue valeur fiie. Essayez de motrer que (t ) 'admet pas de ite fiie à partir de la défiitio. II. Opératios sur les ites Les résultats de certaies opératios sur les ites sot ituitives et parfaitemet détermiées. D'autres opératios mèet à des «formes idétermiées» (idiquées par F.I.), c'est-à-dire qu'elles coduiset à plusieurs résultats possibles, doc qui e sot pas parfaitemet détermiées. Il faudra alors user de différetes méthodes et techiques pour trasformer l'écriture de la suite et «lever l'idétermiatio». Notammet, factoriser ue somme, développer u produit, séparer ue fractio e plusieurs parties, ou multiplier le umérateur et le déomiateur par la quatité cojuguée. Nous pouvos résumer les opératios sur les ites des suites das les quatre tableaux suivats : 2.) Additio et soustractio Soiet (u ) et (v ) deux suites de ombres réels. Le tableau suivat doe la ite de la suite (u + v ) si elle existe : [avec la règle v = v pour la soustractio] Term.S Limites des suites umériques Abdellatif ABOUHAZIM. Lycée Fustel de Coulages - Massy Page 4/0

5 v = u = l + l' l+l' + F.I. + + F.I. + Exemples : ) Calculer =? Aucu problème. O a : 3 2 =+, =+ et 7 est ue costate. Coclusio : =+ 2 ) Calculer =? D'après ce qui précède, o sait que : 2 2 =+ et 3 =. Nous avos doc ue F.I. Il faut trasformer l'écriture de la suite pour lever l'idétermiatio. La méthode cosiste à «mettre e facteur le moôme de plus haut degré». O a alors : =2 2( =2 2 2) ( ) 2 Or, De plus 3 2 =0 et 5 2 2=0 doc ( = 2 2) 2 2 =+, par multiplicatio des ites (voir ci-dessous), o obtiet : =+ CQFD. 2.2) Multiplicatio Soiet (u ) et (v ) deux suites de ombres réels. Le tableau suivat doe la ite de la suite (u v ) lorsqu'elle existe : v = u = l l ' 0 l l' 0 + si l' < 0 si l' > 0 si l' < 0 + si l' > F.I. F.I. F.I F.I. + Term.S Limites des suites umériques Abdellatif ABOUHAZIM. Lycée Fustel de Coulages - Massy Page 5/0

6 Exemples : ) Calculer (3 2 7)=? Aucu problème. =+ et 3 2 7=+ Coclusio : (3 2 7)=+ 2 ) Calculer (5 2 +)=? O sait que : =0 et (5 2 +)=+. Nous avos doc ue F.I. Il faut trasformer l'écriture de la suite pour lever l'idétermiatio. Pour cela «o développe l'expressio de la suite». O a alors : (5 2 +)= =5 + Or, 5 =+ et Coclusio : 2.3) Iverse =0 doc (5 2 +)=+ 5 + =+ Soit (v ) ue suite de ombres réels. Le tableau suivat doe la ite de la suite (/ v ) lorsqu'elle existe : u l 0 u l 0 et u < 0 à partir d'u certai rag o ote 0 0 et u > 0 à partir d'u certai rag + o ote Exemple : ) Calculer Comme 2.3) Quotiet +7=+ o a : +7 =? Aucu problème. +7 =0. Soiet (u ) et (v ) deux suites de ombres réels. O suppose que les termes de la suite (v ) sot o uls à partir d'u certai rag. Le tableau suivat doe la ite de la suite-quotiet ( u v ) lorsqu'elle existe : Term.S Limites des suites umériques Abdellatif ABOUHAZIM. Lycée Fustel de Coulages - Massy Page 6/0

7 u l 0 0 et u < 0 à v partir d'u l ' 0 l l ' 0 si l >0 + si l<0 certai rag o ote 0 0 et u > 0 à partir d'u certai rag o ote si l' > 0 si l' < 0 + si l' < 0 + si l' > 0 F.I. F.I si l<0 F.I. F.I. + + si l> F.I. F.I F.I. F.I. 0,6 + Exemples : ) Calculer 0,2 =? Comme 0,6 + =0 et 0,2 =0. Nous avos doc ue F.I. du type 0/0. Il faut doc trasformer l'écriture de la suite quotiet pour lever l'idétermiatio. 0,6 + 0,6 Mais alors : =0,6 0,2 0,2 ( =0,6 0,6 =0,6 3 0,2) La suite-quotiet est ue suite géométrique de premier terme 0,6 > 0 et de raiso q=3. Comme q > et le premier terme est strictemet positif, o a : Coclusio :. 2 ) Calculer Il est clair que 0,6 + 0,2 = [5 2 3]=+ et [ 2 ++]=+. 0,6 3 =+. Nous avos doc ue F.I. du type + /+. Il faut trasformer l'écriture de la suite pour «lever l'idétermiatio». Pour cela, «o met e facteur le moôme de plus haut degré au umérateur 2( et au déomiateur». O écrit : =5 Par suite, ous pouvos écrire : 2) 5 et 2 ++= 2 ( + v = = 2( ) 2 ( + + 2) = 2 + 2) =2( + + 2) 5( 3 2) 5 ( + + 2) Term.S Limites des suites umériques Abdellatif ABOUHAZIM. Lycée Fustel de Coulages - Massy Page 7/0

8 O simplifie par 2. Chaque parethèse au umérateur et au déomiateur ted vers lorsque ted vers l'ifii (voir ci-dessus). Par coséquet, la suite (v ) ted vers 2. Coclusio : v =5. III. Limites et comparaiso 3.) Théorèmes de comparaiso Théorème. : Soiet (u ) et (v ) deux suites de ombres réels covergetes et ayat pour ites l et l' respectivemet. S'il existe u rag 0, tel que : pour tout etier 0 : u v, alors l l '. U corollaire est ue coséquece immédiate du théorème qui le précède. Corollaire : Soiet (u ) ue suite covergete vers ue ite l et majorée par u ombre M. Alors l M. Il suffit d'appliquer le théorème avec v = M. Théorème 2. : Soiet (u ) et (v ) deux suites de ombres réels vérifiat les deux coditios : Il existe u rag 0, tel que : pour tout etier 0 : u v, et la suite (u ) ted vers + ; Alors, la suite (v ) ted vers +. Théorème 2bis. : Soiet (u ) et (v ) deux suites de ombres réels vérifiat les deux coditios : Il existe u rag 0, tel que : pour tout etier 0 : u v, et la suite (v ) ted vers ; Alors, la suite (u ) ted vers. Nous avos u troisième théorème de comparaiso très importat, appelé très souvet «le théorème des gedarmes» : Théorème 3. : Soiet (u ), (v ) et (w ) trois suites de ombres réels vérifiat les coditios : - Il existe u rag 0, tel que : pour tout etier 0 : u v w, - et les deux suites (u ) et (w ) sot covergetes et tedet vers la même ite l, Alors, la suite (v ) est aussi covergete et ted vers cette même ite l. Exemple : Détermier la ite de la suite défiie par : v = 2 si(5 2 ) 2 + O sait que pour tout ombre réel x : si x. Doc, pour tout etier : si(5 2 ). Term.S Limites des suites umériques Abdellatif ABOUHAZIM. Lycée Fustel de Coulages - Massy Page 8/0

9 2 D'autre part, pour tout etier : 2 + >0. E multipliat les trois membres de 2 l'iégalité précédete par ce ombre, o obtiet : si (52 ) Or les deux suites défiies par u = et w = 2 sot covergetes et tedet 2 + toutes les deux vers la même ite 0. Doc, d'après le théorème de comparaiso (théorème des gedarmes), (v ) est covergete et ted vers cette même ite 0. Coclusio : v =0 3.2) Théorèmes de la covergece mootoe Théorème 4.: Soit (u ) ue suite de ombres réels. Alors Si (u ) est strictemet croissate et majorée, alors (u ) est covergete. Si (u ) est strictemet décroissate et miorée, alors (u ) est covergete. Théorème 4bis.: Soit (u ) ue suite de ombres réels. Alors Si (u ) est strictemet croissate et o majorée, alors (u ) ted vers +. Si (u ) est strictemet décroissate et o miorée, alors (u ) ted vers. Exemple : O cosidère la suite défiie par : u 0 =0 et pour tout etier : u + = 3 u +4 ) A l'aide de votre calculatrice, calculer les quatre premiers termes de cette suite. 2 ) Démotrer par récurrece, que pour tout etier, 0 u 4 3 ) Démotrer par récurrece, que la suite (u ) est strictemet croissate. 4 ) Démotrer que la suite (u ) est covergete. ) Calcul des premiers termes : u 0 =0 ; u =2 ; u 2 =2, ; u 3 =3, ;... 2 ) Démotrer par récurrece, que pour tout etier, 0 u 4 Pour chaque etier, o appelle P la propositio logique:[ 0 u 4 ] Motros par récurrece que : Pour tout etier : [P est vraie]. Iitialisatio Pour = 0 : u 0 =0 doc : 0 u 0 4 Doc P 0 est vraie. Hérédité Soit N Supposos que P est vraie. (Hypothèse de récurrece). Motros que P + est vraie. D'après l'hypothèse de récurrece, o sait que : 0 u 4 (HR) E multipliat par 3 les trois membres, o obtiet : u 3 3 Doc 0 3u 2. Puis e ajoutat 4 aux trois membres, o obtiet : 0+4 3u Ce qui doe : 4 3u Or, la foctio «racie carrée» est strictemet croissate sur [0,+ [, doc : 4 3u Doc 2 u + 4. Et comme 0 2, o a bie : 0 u + 4 Ce qui motre que P + est vraie. Doc la propriété est héréditaire. Coclusio. Pour tout etier : 0 u 3 3 ) Démotrer par récurrece, que la suite (u ) est strictemet croissate. Term.S Limites des suites umériques Abdellatif ABOUHAZIM. Lycée Fustel de Coulages - Massy Page 9/0

10 C'est-à-dire : Pour tout etier, u <u +. Pour chaque etier, o appelle P la propositio logique:[ u <u + ]. Motros par récurrece que : Pour tout etier : [P est vraie]. Iitialisatio Pour = 0 : u 0 =0 et u =2 doc : u 0 <u. Doc P 0 est vraie. Hérédité Soit N Supposos que P est vraie. (Hypothèse de récurrece). Motros que P + est vraie. D'après l'hypothèse de récurrece, o sait que : u <u + (HR) E multipliat par 3 les deux membres, o obtiet : 3 u <3 u + Puis e ajoutat 3 aux trois membres, o obtiet : 3 u +4<3 u + +4 Or, la foctio «racie carrée» est strictemet croissate sur [0,+ [, doc : 3u +4<3u Or, la foctio «racie carrée» est strictemet croissate sur [0,+ [, doc : 3u +4< 3 u Doc u + <u +2. Ce qui motre que P + est vraie. Doc la propriété est héréditaire. Coclusio. Pour tout etier :. u <u +. La suite (u ) est strictemet croissate. 4 ) Démotrer que la suite (u ) est covergete. D'après ce qui précède, la suite (u ) est strictemet croissate et majorée par 3. Doc, d'après le théorème de la covergece mootoe, la suite (u ) est covergete et u 3. Term.S Limites des suites umériques Abdellatif ABOUHAZIM. Lycée Fustel de Coulages - Massy Page 0/0

. (b) Si (u n ) est une suite géométrique de raison q, q 1, on obtient : N N, S N = 1 qn+1. n+1 1 S N = 1 1

. (b) Si (u n ) est une suite géométrique de raison q, q 1, on obtient : N N, S N = 1 qn+1. n+1 1 S N = 1 1 Premières propriétés des ombres réels 2 Suites umériques 3 Suites mootoes : à faire 4 Séries umériques 4. Notio de série. Défiitio 4.. Soit (u ) ue suite de ombres réels ou complexes. Pour N N, o ote S

Plus en détail

Comportement d'une suite

Comportement d'une suite Comportemet d'ue suite I) Approche de "ses de variatio et de ite d'ue suite" : 7 Soit la suite ( ) telle que = 5 ( + ) 2 Représetos graphiquemet la suite das u pla mui d' u repère. Il suffit de placer

Plus en détail

Séries réelles ou complexes

Séries réelles ou complexes 6 Séries réelles ou complexes Comme pour le chapitre 3, les suites cosidérées sot a priori complexes et les résultats classiques sur les foctios cotiues ou dérivables d ue variable réelle sot supposés

Plus en détail

Chapitre 3 : Fonctions d une variable réelle (1)

Chapitre 3 : Fonctions d une variable réelle (1) Uiversités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Aalyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 3 : Foctios d ue variable réelle (1) 1 Lagage topologique das R Défiitio 1 Soit a u poit de R. U esemble V R est u voisiage de a s

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable Eo7 Séries etières Eercices de Jea-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-fracefr * très facile ** facile *** difficulté moyee **** difficile ***** très difficile I : Icotourable Eercice

Plus en détail

Suites et séries de fonctions

Suites et séries de fonctions [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 3 avril 5 Eocés Suites et séries de foctios Propriétés de la limite d ue suite de foctios Eercice [ 868 ] [correctio] Etablir que la limite simple d ue suite de

Plus en détail

4 Approximation des fonctions

4 Approximation des fonctions 4 Approximatio des foctios Ue foctio f arbitraire défiie sur u itervalle I et à valeur das IR peut être représetée par so graphe, ou de maière équivalete par la doée de l esemble de ses valeurs f(t) pour

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable Exo7 Topologie Exercices de Jea-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-fracefr * très facile ** facile *** difficulté moyee **** difficile ***** très difficile I : Icotourable Exercice **

Plus en détail

Exercice I ( non spé ) 1/ u 1 = 3 4. 2 3 u 2 4 + 3 9. 19 4 2/ Soit P la propriété : u n + 4. > 0 pour n 1. P est vraie au rang 1 car u 1

Exercice I ( non spé ) 1/ u 1 = 3 4. 2 3 u 2 4 + 3 9. 19 4 2/ Soit P la propriété : u n + 4. > 0 pour n 1. P est vraie au rang 1 car u 1 Bac blac TS Correctio Exercice I ( Spé ) / émotros par récurrece que 5x y = pour tout etier aturel 5x y = 5 8 = La propriété est doc vraie au rag = Supposos que la propriété est vraie jusqu au rag, o a

Plus en détail

Raisonnement par récurrence Suites numériques

Raisonnement par récurrence Suites numériques Chapitre 1 Raisonnement par récurrence Suites numériques Terminale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Raisonnement par récurrence. Limite finie ou infinie d une suite.

Plus en détail

Chapitre 2 SONDAGE ALEATOIRE SIMPLE OU A PROBABILITES EGALES. 2.1 DEFINITIONS 2.2 SONDAGE ALEATOIRE SIMPLE SANS REMISE (PESR) 2.2.

Chapitre 2 SONDAGE ALEATOIRE SIMPLE OU A PROBABILITES EGALES. 2.1 DEFINITIONS 2.2 SONDAGE ALEATOIRE SIMPLE SANS REMISE (PESR) 2.2. Chapitre 2 SONDAGE ALEATOIRE SIMPLE OU A PROBABILITES EGALES PLAN DU CHAPITRE 2 2.1 DEFINITIONS 2.2 SONDAGE ALEATOIRE SIMPLE SANS REMISE (PESR) 2.2.1 Pla de sodage 2.2.2 Probabilités d iclusio 2.3 SONDAGE

Plus en détail

SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES

SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES 1 ) POSITION DU PROBLÈME - VOCABULAIRE A ) DÉFINITION SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES O cosidère deux variables statistiques umériques x et y observées sur ue même populatio de idividus. O ote x 1

Plus en détail

Terminale S. Terminale S 1 F. Laroche

Terminale S. Terminale S 1 F. Laroche Termiale S Exercices. Rappels et exercices de base 3.. QCM (P. Egel) 3.. QCM, Atilles 005 4. 3. QCM, Liba 009, 3 poits 4. 4. QCM, C. étragers 007. 5. QCM, Frace 007 5 6. 6. QCM, N. Calédoie 007 7. 7. QCM

Plus en détail

Petit recueil d'énigmes

Petit recueil d'énigmes Petit recueil d'éigmes Patxi RITTER (*) facile (**) mois facile (***) pas facile (****) il faudra de l aide Solutios e rouge. 1) Cryptarithme (**) Trouvez la valeur de A, B et C satisfaisat l équatio suivate.

Plus en détail

LES ÉCLIPSES. Éclipser signifie «cacher». Vus depuis la Terre, deux corps célestes peuvent être éclipsés : la Lune et le Soleil.

LES ÉCLIPSES. Éclipser signifie «cacher». Vus depuis la Terre, deux corps célestes peuvent être éclipsés : la Lune et le Soleil. Qu appelle-t-o éclipse? Éclipser sigifie «cacher». Vus depuis la Terre, deu corps célestes peuvet être éclipsés : la Lue et le Soleil. LES ÉCLIPSES Pour qu il ait éclipse, les cetres de la Terre, de la

Plus en détail

16.1 Convergence simple et convergence uniforme. une suite de fonctions de I dans R ou C.

16.1 Convergence simple et convergence uniforme. une suite de fonctions de I dans R ou C. 16 Suites de foctios Suf précisio cotrire, I est u itervlle réel o réduit à u poit et les foctios cosidérées sot défiies sur I à vleurs réelles ou complexes. 16.1 Covergece simple et covergece uiforme

Plus en détail

Tests non paramétriques de spécification pour densité conditionnelle : application à des modèles de choix discret

Tests non paramétriques de spécification pour densité conditionnelle : application à des modèles de choix discret Tests o paramétriques de spécificatio pour desité coditioelle : applicatio à des modèles de choix discret Mémoire Koami Dzigbodi AMEGBLE Maîtrise e écoomique Maître ès arts (M.A.) Québec, Caada Koami Dzigbodi

Plus en détail

Résolution numérique des équations aux dérivées partielles (PDE)

Résolution numérique des équations aux dérivées partielles (PDE) Résolutio umérique des équatios au dérivées partielles (PDE Sébastie Charoz & Adria Daerr iversité Paris 7 Deis Diderot CEA Saclay Référeces : Numerical Recipes i Fortra, Press. Et al. Cambridge iversity

Plus en détail

I. Ensemble de définition d'une fonction

I. Ensemble de définition d'une fonction Chapitre 2 Généralités sur les fonctions Fonctions de références et fonctions associées Ce que dit le programme : Étude de fonctions Fonctions de référence x x et x x Connaître les variations de ces deux

Plus en détail

LE PRINCIPE DU RAISONNEMENT PAR RÉCURRENCE

LE PRINCIPE DU RAISONNEMENT PAR RÉCURRENCE LE PRINCIPE DU RAISONNEMENT PAR RÉCURRENCE. Exemple troductf (Les élèves qu coasset déà be le prcpe peuvet sauter ce paragraphe) Cosdéros la sute (u ), défe pour tout, par : u u u 0 0 Cette sute est défe

Plus en détail

3 ème 2 DÉVELOPPEMENT FACTORISATIONS ET IDENTITÉS REMARQUABLES 1/5 1 - Développements

3 ème 2 DÉVELOPPEMENT FACTORISATIONS ET IDENTITÉS REMARQUABLES 1/5 1 - Développements 3 ème 2 DÉVELOPPEMENT FACTORISATIONS ET IDENTITÉS REMARQUABLES 1/5 1 - Développements Développer une expression consiste à transformer un produit en une somme Qu est-ce qu une somme? Qu est-ce qu un produit?

Plus en détail

Les polymères. I) Historique

Les polymères. I) Historique Les polymères I) Historique a) La sciece des polymères Le mot polymère viet du grec «polus» plusieurs, et «meros» partie. U polymère est ue macromolécule, orgaique ou iorgaique, costituée de l'echaîemet

Plus en détail

Dares Analyses. Plus d un tiers des CDI sont rompus avant un an

Dares Analyses. Plus d un tiers des CDI sont rompus avant un an Dares Aalyses javier 2015 N 005 publicatio de la directio de l'aimatio de la recherche, des études et des statistiques Plus d u tiers des CDI sot rompus avat u a Le cotrat de travail à durée idétermiée

Plus en détail

Guide du suivi et de l évaluation axés sur les résultats P ROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT B U R E AU DE L É VA L UATION

Guide du suivi et de l évaluation axés sur les résultats P ROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT B U R E AU DE L É VA L UATION Guide du suivi et de l évaluatio axés sur les résultats P ROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT B U R E AU DE L É VA L UATION P ROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT B U R E AU DE

Plus en détail

a et b étant deux nombres relatifs donnés, une fonction affine est une fonction qui a un nombre x associe le nombre ax + b

a et b étant deux nombres relatifs donnés, une fonction affine est une fonction qui a un nombre x associe le nombre ax + b I Définition d une fonction affine Faire l activité 1 «une nouvelle fonction» 1. définition générale a et b étant deux nombres relatifs donnés, une fonction affine est une fonction qui a un nombre x associe

Plus en détail

III- Raisonnement par récurrence

III- Raisonnement par récurrence III- Raisonnement par récurrence Les raisonnements en mathématiques se font en général par une suite de déductions, du style : si alors, ou mieux encore si c est possible, par une suite d équivalences,

Plus en détail

Module 3 : Inversion de matrices

Module 3 : Inversion de matrices Math Stat Module : Iversio de matrices M Module : Iversio de matrices Uité. Défiitio O e défiira l iverse d ue matrice que si est carrée. O appelle iverse de la matrice carrée toute matrice B telle que

Plus en détail

Pour l inclusion : Appuyer les comportements positifs dans les classes du Manitoba

Pour l inclusion : Appuyer les comportements positifs dans les classes du Manitoba Pour l iclusio : Appuyer les comportemets positifs das les classes du Maitoba P o u r l i c l u s i o : A P P u y e r l e s c o m P o r t e m e t s P o s i t i f s d A s l e s c l A s s e s d u m A i t

Plus en détail

Exponentielle exercices corrigés

Exponentielle exercices corrigés Trmial S Foctio potill Ercics corrigés Fsic 996, rcic Fsic 996, rcic 3 3 Fsic 996, rcic 4 4 Fsic, rcic 6 3 5 Fsic, rcic 4 3 6 Baqu 4 4 7 Epo + air, Amériqu du Nord 5 5 8 Basiqu, N Calédoi, ov 4 7 9 Basiqus

Plus en détail

mômes en santé la santé en collectivité pour les enfants de 3 à 18 ans édition 2012 avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

mômes en santé la santé en collectivité pour les enfants de 3 à 18 ans édition 2012 avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles mômes e saté la saté e collectivité pour les efats de 3 à 18 as éditio 2012 avec le soutie de la Fédératio Walloie-Bruxelles préface O ffrir u cadre sai et sécurisat, favorable à la saté et à l épaouissemet

Plus en détail