LOGIQUE PROPOSITIONNELLE ET PRÉDICATS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LOGIQUE PROPOSITIONNELLE ET PRÉDICATS"

Transcription

1 LOGIQUE PROPOSITIONNELLE ET PRÉDICATS IFT 1065 AUTOMNE 2007 Les objectifs visés sont de Développer la capacité à exprimer en langage logique des énoncés simples Développer un esprit de rigueur Pouvoir démontrer l équivalence d énoncés dans le langage de la logique 1. INTRODUCTION La logique permet de déduire des conséquences à partir de vérités admises qu on appelle prémisses. Elle permet en particulier de démontrer qu un programme ou un algorithme est correct. Pour être convaincu des conséquences d une argumentation, il faut être convaincu des prémisses. Voici un raisonnement (1) Tous les champions cyclistes se dopent (2) Lance Armstrong est un champion cycliste (3) Donc Lance Armstong se dope Ici le raisonnement est juste mais la prémisse 1 est probablement fausse. Nous nous intéresserons ici uniquement à la justesse des raisonnements, non à la véracité des prémisses. Quand les prémisses sont vraies et le raisonnement juste, alors nous sommes assurés que les conséquences sont aussi vraies. Notons qu on utilise aussi l algèbre booleenne pour faire des circuits qui servent à la constructions d ordinateurs. 2. CALCUL PROPOSITIONNEL 2.1. Propositions. Une proposition est un énoncé qui est soit vrai, soit faux. "Les seuls entiers positifs qui divisent 7 sont 1 et 7" est une proposition vraie "1+1 = 3" est une proposition fausse "1+1 = 2" est une proposition vraie "Trouves-moi un diviseur de 4" n est pas une proposition "n est un entier pair" n est pas une proposition On utilisera des minuscules telles p, q pour représenter des propositions. p : = 3 1

2 2.2. Conjonction et disjonction. Définition 1. Si p est q sont des propositions, la conjonction de p est q, notée p q, est la proposition p ET q qui est vraie quand p = V et q = V et est fausse sinon. La disjonction de p et q, notée p q est la propostion p OU q qui est fausse si p = F et q = F est est vraie sinon. Remarques : p q est aussi noté p AND q et p && q en Java ou C. p q est aussi noté p OR q et p q en Java ou C V est souvent noté 1 en informatique F est souvent noté 0 en informatique Tables de vérité. On peut définir et avec leur table de vérité p q p q V F F F V F F F F p q p q V F V F V V F F F 2.3. La négation. Définition 2. La négation de p notée p est vraie si p est fausse et fausse si p est vraie. La négation sera notée! en Java et C. p p V F F V Précédence : en premier, puis et enfin. Le est vu comme une multiplication. Si p est "Paris est la capitale du Canada", alors p signifie "Il est faux que p" i.e. il est faux que Paris est la capitale du Canada. 2

3 3. IMPLICATION ET ÉQUIVALENCE 3.1. L implication logique. Définition 3. Si p est q sont des propositions, la proposition p q se lit p implique q et est fausse seulement dans le cas où p est vraie et q fausse. La table de vérité est donc p q p q V F F F V V F F V Note : La précédence de est la plus faible ; on a donc par ordre strictement décroissant de précécence, Exemple 1. Si p = V, q = F, r = V évaluer (1) p q (2) p q (3) p q r (4) p (q r ) Exemple 2. (1) Ecrire en logique (1 < 2 < 3) (3 < 4 < 5) (2) Ecrire en logique J y vais s il fait beau 3.2. Expressions équivalentes.,,, Définition 4. Deux espressions logiques sont équivalentes et on met le symbole entre elles, si elles prennent les mêmes valeurs de vérité pour toutes les valeurs possible des variables propositionnelles qui y figurent. Si les tables de vérité des deux expressions donnent les mêmes résultats, elles sont donc équivalentes. Par exemple : p q p q Théorème 1 (Loi de De Morgan). (3.2.1) (3.2.2) (p q) p q (p q) p q Démonstration. (de la première loi, par table de vérité) p q (p q) p q V V F F V F F F F V F F F F V V 3

4 Exemple 3. Pour toute valeur de x, (1 < x 3) (x 1) (x > 3) Théorème 2. (1) p q p q (2) (p q) p q (3) p q q p On appelle contraposée de p q la formule q p La biconditionnelle. Définition 5. Si p est q sont deux propositions, on note p q la proposition qui est vraie si et seulement si p et q ont la même valeur de vérité. La table de vérité est donc p q p q V F F F V F F F V Théorème 3. p q (p q) (q p) Démonstration. Laissée en exercice ; il s agit de faire les tables de vérité. Définition 6. Une tautologie est une proposition qui est toujours vraie quelles que soient les valeurs de vérités des variables propositionnelles. Une contradiction est une proposition qui est toujours fausse quelles que soient les valeurs de vérité des variables propositionnelles. Exemple 4. (1) p p est une tautologie (2) (p q) ( q p) est une tautologie (3) p p est une contradiction L énoncé 4. QUANTIFICATEURS P(n) : n est un entier pair n est pas une proposition car sa valeur de vérité dépend de la valeur de n. 4

5 4.1. Prédicats. Définition 7. Un prédicat est un énoncé dont la valeur de vérité dépend de celles de variables. On note un prédicat avec une majuscule. Les variable prennent leurs valeurs dans un domaine. Exemple 5. (1) n est un entier pair. Domaine : les entiers. (2) n 2 + n est divisible par 2. Domaine : les entiers. (3) x 2 1 = (x 1)(x + 1). Domaine : les réels. (4) x 2 4 = 0. Domaine : les réels Le quantificateur universel. Définition 8. Si P(x) est un prédicat de domaine D, on écrit à x D,P(x) ou même dans le manuel xp(x) l énoncé signifiant que pour tout élément x du domaine D, P(x) est vraie. Exemple 6. La proposition est vraie. x R, x 2 0 Plus précisément, pour montrer que x D,P(x) est fausse, il faut (et il suffit) de montrer qu il existe un contre-exemple, i.e. une valeur de x dans D pour laquelle P(x) est faux. Par conséquent x,(x + 1 = x + 2) est vraie car il n y a aucun contre-exemple possible dans l ensemble vide, i.e. aucun élément x pour lequel x + 1 = x + 2 serait faux tout simplement parce qu il n y a aucun élément dans l ensemble vide Le quantificateur existentiel. n {1,2,3,4},P(n) P(1) P(2) (3) P(4) Définition 9. Si P est un prédicat sur D, on écrit x D P(x) ou même simplement xp(x) pour dire qu il se trouve un x élément du domaine D tel que P(x) est vraie. Note : certains manuels écrivent x D t.q. P(x) au lieu de x D P(x) la barre verticale signifiant "tel que". Compte tenu de la définition du, on a l équivalence x D,P(x) ( x D P(x)) i.e. P(x) est vraie pour tout x si et seulement si il n existe par de contre-exemple. 5

6 Exemple 7. Montrez que la proposition suivante est vraie x x R x + 1 = 2 3 Exemple 8. Montrez que la proposition suivante est fausse 1 x R x > 1 xp(x) signifie qu il existe un x tel que P(x) soit vrai. Si le domaine est fini disons D = {1,2,3,4} alors np(n) signifie P(1) P(2) P(3) P(4). Théorème 4. x(p(x) Q(x)) xp(x) xq(x) x(p(x) Q(x)) xp(x) xq(x) Attention : on n a pas de formule semblable pour pour x(p(x) Q(x)) ni pour x(p(x) Q(x)). Exemple 9. Donnez la valeur de vérité de (1) x R ((x < 5) (x > 6)) (2) ( x R x < 4) ( x R x > 6) 5. QUANTIFICATEURS IMBRIQUÉS Quand il y a plus d une variable, il faut utiliser plus d un quantificateur. Dire que x a une racine carrée, c est dire y R y 2 = x. Notons R + les réels positifs i.e. R + = {x R x 0}. Pour dire que tout réel positif a une racine carrée, il faut écrire x R +, y R y 2 = x On dit que le est imbriqué dans le ou même que les deux quantificateurs sont imbriqués. ( x, y P(x, y) ) x y, P(x, y) Exemple 10. Donnez la valeur de vérité des énoncés suivants (1) n N, m N (n < m) (2) m N n N,(n < m) (3) x R, y R x + y = 0 (4) x R y R, x + y = 0 Exemple 11. Ecrire en logique la phrase "Tout ce qui brille n est pas or.". Pour fixer les idées, restreindre le domaine à D = {or,argent,bois,papier} et admettre que Brille(or), Brille(argent), Brille(papier) et Brille(bois) où Brille(x) signifie x brille. Pour écrire x est de l or, suffit d écrire x = or. Note (en petits caractères). La logique des prédicats décrite ci-dessus est une logique dite typée en ce sens que les variables prennent leurs valeurs dans des domaines restreints. Ce type de logique est d usage normal en informatique mais n est pas celui de la logique classique mathématique. D autre part, notre approche est informelle par rapport à celle des mathématiciens car elle se base sur une théorie naïve des ensembles. Or cette théorie s avère créer problème et, pour le régler ou le contourner, on a créé la théorie axiomatique des ensembles, qui est un domaine important de la logique formelle mathématique. 6

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé Chapitre 2 Eléments pour comprendre un énoncé Ce chapitre est consacré à la compréhension d un énoncé. Pour démontrer un énoncé donné, il faut se reporter au chapitre suivant. Les tables de vérité données

Plus en détail

BASES DU RAISONNEMENT

BASES DU RAISONNEMENT BASES DU RAISONNEMENT P. Pansu 10 septembre 2006 Rappel du programme officiel Logique, différents types de raisonnement. Ensembles, éléments. Fonctions et applications. Produit, puissances. Union, intersection,

Plus en détail

Table des matières. 3 Suites de nombres réels 29. 3.2 Limites... 30

Table des matières. 3 Suites de nombres réels 29. 3.2 Limites... 30 Table des matières 1 Généralités 3 1.1 Un peu de logique................................. 3 1.1.1 Vocabulaire................................ 3 1.1.2 Opérations logiques............................ 4 1.1.3

Plus en détail

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010 N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES 1 Les énoncés La plupart des phrases que l on rencontre dans un livre

Plus en détail

Leçon 6. Savoir compter

Leçon 6. Savoir compter Leçon 6. Savoir compter Cette leçon est une introduction aux questions de dénombrements. Il s agit, d une part, de compter certains objets mathématiques (éléments, parties, applications,...) et, d autre

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

Logique. Plan du chapitre

Logique. Plan du chapitre Logique Ce chapitre est assez abstrait en première lecture, mais est (avec le chapitre suivant «Ensembles») probablement le plus important de l année car il est à la base de tous les raisonnements usuels

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1. Cours de Mathématiques 1

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1. Cours de Mathématiques 1 Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1 Cours de Mathématiques 1 Table des matières 1 Un peu de formalisme mathématique 7 1.1 Rudiments de logique........................................

Plus en détail

INFO-F-302 Informatique Fondamentale Projet : Logique du Premier Ordre et Utilisation de l Outil Z3

INFO-F-302 Informatique Fondamentale Projet : Logique du Premier Ordre et Utilisation de l Outil Z3 UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES (corrected version 20120416) INFO-F-302 Informatique Fondamentale Projet : Logique du Premier Ordre et Utilisation de l Outil Z3 L objectif de ce projet est de modéliser des

Plus en détail

Logique et théorie des ensembles

Logique et théorie des ensembles Université de Metz Licence de Mathématiques 1ère année, 1er semestre Logique et théorie des ensembles par Ralph Chill Laboratoire de Mathématiques et Applications de Metz Année 2007/08 1 Contenu Chapitre

Plus en détail

Fondements de l informatique: Examen Durée: 3h

Fondements de l informatique: Examen Durée: 3h École polytechnique X2013 INF412 Fondements de l informatique Fondements de l informatique: Examen Durée: 3h Sujet proposé par Olivier Bournez Version 3 (corrigé) L énoncé comporte 4 parties (sections),

Plus en détail

Bases de données Cours 5 : Base de données déductives

Bases de données Cours 5 : Base de données déductives Cours 5 : ESIL Université de la méditerranée Odile.Papini@esil.univmed.fr http://odile.papini.perso.esil.univmed.fr/sources/bd.html Plan du cours 1 Introduction 2 approche sémantique approche axiomatique

Plus en détail

Chapitre 3. Mesures stationnaires. et théorèmes de convergence

Chapitre 3. Mesures stationnaires. et théorèmes de convergence Chapitre 3 Mesures stationnaires et théorèmes de convergence Christiane Cocozza-Thivent, Université de Marne-la-Vallée p.1 I. Mesures stationnaires Christiane Cocozza-Thivent, Université de Marne-la-Vallée

Plus en détail

TD: Ensembles, applications, dénombrement

TD: Ensembles, applications, dénombrement Université de Provence Année 011/1 Licence Math Info ème année S3 Fondements de l Informatique 1 Ensembles et fonctions TD: Ensembles, applications, dénombrement 1. On suppose que l ensemble de tous les

Plus en détail

Devoir Maison. Michel Lévy. 20 avril 2009

Devoir Maison. Michel Lévy. 20 avril 2009 Devoir Maison Michel Lévy 20 avril 2009 1 Objectifs Le but de ce devoir, est essentiellement de vous faire connaître et de vous inciter à utiliser deux logiciels dont la base théorique est, très partiellement,

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

Manuel d utilisation 26 juin 2011. 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2

Manuel d utilisation 26 juin 2011. 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2 éducalgo Manuel d utilisation 26 juin 2011 Table des matières 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2 2 Comment écrire un algorithme? 3 2.1 Avec quoi écrit-on? Avec les boutons d écriture........

Plus en détail

Réalisabilité et extraction de programmes

Réalisabilité et extraction de programmes Mercredi 9 mars 2005 Extraction de programme: qu'est-ce que c'est? Extraire à partir d'une preuve un entier x N tel que A(x). π x N A(x) (un témoin) (En fait, on n'extrait pas un entier, mais un programme

Plus en détail

TD 3 : Problème géométrique dual et méthode des moindres carrés

TD 3 : Problème géométrique dual et méthode des moindres carrés Semestre, ENSIIE Optimisation mathématique 4 mars 04 TD 3 : Problème géométrique dual et méthode des moindres carrés lionel.rieg@ensiie.fr Exercice On considère le programme géométrique suivant : min x>0,y>0

Plus en détail

6. Les différents types de démonstrations

6. Les différents types de démonstrations LES DIFFÉRENTS TYPES DE DÉMONSTRATIONS 33 6. Les différents types de démonstrations 6.1. Un peu de logique En mathématiques, une démonstration est un raisonnement qui permet, à partir de certains axiomes,

Plus en détail

Master Informatique Fondamentale - M1 Compilation

Master Informatique Fondamentale - M1 Compilation Master Informatique Fondamentale - M1 Compilation Analyse Statique Paul Feautrier ENS de Lyon Paul.Feautrier@ens-lyon.fr perso.ens-lyon.fr/paul.feautrier 12 mai 2007 1 / 38 Indécidabilité de la Terminaison

Plus en détail

Calculabilité Cours 3 : Problèmes non-calculables. http://www.irisa.fr/lande/pichardie/l3/log/

Calculabilité Cours 3 : Problèmes non-calculables. http://www.irisa.fr/lande/pichardie/l3/log/ Calculabilité Cours 3 : Problèmes non-calculables http://www.irisa.fr/lande/pichardie/l3/log/ Problèmes et classes de décidabilité Problèmes et classes de décidabilité Nous nous intéressons aux problèmes

Plus en détail

Logique et bases de données

Logique et bases de données Logique et bases de données Plan Théorie du premier ordre Hypothèses CWA, unique name, domain closure BD comme interprétation BD comme théorie du 1er ordre BD déductives Signification des différentes formes

Plus en détail

Mathématiques assistées par ordinateur

Mathématiques assistées par ordinateur Mathématiques assistées par ordinateur Chapitre 4 : Racines des polynômes réels et complexes Michael Eisermann Mat249, DLST L2S4, Année 2008-2009 www-fourier.ujf-grenoble.fr/ eiserm/cours # mao Document

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

INFO-F-302 Informatique Fondamentale Logique du premier ordre

INFO-F-302 Informatique Fondamentale Logique du premier ordre INFO-F-302 Informatique Fondamentale Logique du premier ordre Prof. Emmanuel Filiot Exercice 1 1. Soit un langage L = (p, q, r, s, t, f, g) où p, q sont des prédicats unaires, r, s, t sont des prédicats

Plus en détail

LIVRET DE MATHEMATIQUES ENTREE EN PREMIERE S Institut Notre-Dame (Saint Germain en Laye) Année 2015-2016

LIVRET DE MATHEMATIQUES ENTREE EN PREMIERE S Institut Notre-Dame (Saint Germain en Laye) Année 2015-2016 LIVRET DE MATHEMATIQUES ENTREE EN PREMIERE S Institut Notre-Dame (Saint Germain en Laye) Année 015-016 Pourquoi ce livret? Afin de mieux préparer cette rentrée, ce livret reprend un ensemble de notions

Plus en détail

1 Exercices à savoir faire

1 Exercices à savoir faire Licence 1 Mathématiques 2013 2014 Algèbre et Arithmétique 1 Feuille n 5 : Congruences, indicatrice d Euler, RSA 1 Exercices à savoir faire Exercice 1 1 Trouver tous les couples (x, y) Z 2 tels que 3x +

Plus en détail

Machines composées de (depuis 1940 env.) : http://cui.unige.ch/isi/cours/std/

Machines composées de (depuis 1940 env.) : http://cui.unige.ch/isi/cours/std/ données pr ogramme 11111101 11001101 01000101 b us disque ma gnétique processeur écran Structures de données et algorithmes Ordinateurs Gilles Falquet, printemps-été 2002 Machines composées de (depuis

Plus en détail

Utilisation des tableaux sémantiques dans les logiques de description

Utilisation des tableaux sémantiques dans les logiques de description Utilisation des tableaux sémantiques dans les logiques de description IFT6281 Web Sémantique Jacques Bergeron Département d informatique et de recherche opérationnelle Université de Montréal bergerja@iro.umontreal.ca

Plus en détail

Cours de mathématiques ECS 1 ère année. BÉGYN Arnaud

Cours de mathématiques ECS 1 ère année. BÉGYN Arnaud Cours de mathématiques ECS 1 ère année BÉGYN Arnaud 12/11/2012 2 Introduction Ce manuscrit regroupe des notes de cours de mathématiques pour une classe d ECS première année. J ai écris ces notes lors de

Plus en détail

Sémantique des Langages de Programmation

Sémantique des Langages de Programmation Sémantique des Langages de Programmation Introduction Stefano Guerrini stefano.guerrini@univ-paris13.fr LIPN - Institut Galilée, Université Paris Nord 13 Sup Galillée Informatique, 1ère année 2009 2010

Plus en détail

- Module M2 - Fondamentaux d analyse

- Module M2 - Fondamentaux d analyse - Module M - Fondamentau d analyse Cléo BARAS, cleo.baras@ujf-grenoble.fr IUT - Grenoble Département Réseau et Télécommunications DUT - ère année Année universitaire 9- Web : http ://iut-tice.ujf-grenoble.fr/gtr/mathm/inde.asp

Plus en détail

M2 EFM TD MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES : ARITHMÉTIQUE CHRISTOPHE RITZENTHALER

M2 EFM TD MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES : ARITHMÉTIQUE CHRISTOPHE RITZENTHALER M2 EFM TD MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES : ARITHMÉTIQUE CHRISTOPHE RITZENTHALER 1. Euclide, relation de Bézout, gcd Exercice 1. [DKM94,.14] Montrer que 6 n 3 n our tout entier n ositif. Exercice 2. [DKM94,.15]

Plus en détail

Introduction des nombres complexes en TS

Introduction des nombres complexes en TS Introduction des nombres complexes en TS 1 À la découverte de nouveaux nombres Résoudre : dans, puis dans, l équation 5 + x = 0 ; dans, puis dans, l équation 3x + 2 = 0 ; dans, puis dans, l équation x

Plus en détail

3. La suite ( un)a pour terme général un

3. La suite ( un)a pour terme général un NOM : Terminale ES Devoir n vendredi 9 octobre 0 Eercice : sur.5 points Des questions indépendantes. Résoudre l équation ² + 4 = 0. Calculer la dérivée de f dans chacun des cas suivants : a) f ( ) 4 8

Plus en détail

Division de Polynômes

Division de Polynômes LGL Cours de Mathématiques 00 Division de Polynômes A INTRODUCTION Motivations: * Résoudre des équations d un degré supérieur à * Représenter des fonctions algébriques en se basant et sur des fonctions

Plus en détail

MI067. 1 Calcul des prédicats du premier ordre. P Manoury. Septembre 2011

MI067. 1 Calcul des prédicats du premier ordre. P Manoury. Septembre 2011 MI067 P Manoury Septembre 2011 1 Calcul des prédicats du premier ordre Le calcul des prédicats du premier ordre 1 organise symboliquement le monde en deux niveaux : 1. Le niveau des individus. Un individu

Plus en détail

Notion de complexité

Notion de complexité 1 de 27 Algorithmique Notion de complexité Florent Hivert Mél : Florent.Hivert@lri.fr Adresse universelle : http://www-igm.univ-mlv.fr/ hivert Outils mathématiques 2 de 27 Outils mathématiques : analyse

Plus en détail

Partiel - 12 mars 2014

Partiel - 12 mars 2014 Licence STS, semestre 4 013 14 Mathématiques pour l Informatique (Info 9) 1 mars 014 http://www.lri.fr/~paulin/mathinfo Partiel - 1 mars 014 L examen dure heures. L énoncé est composé de 5 pages. Toutes

Plus en détail

Cours de logique pour l informatique

Cours de logique pour l informatique Cours de logique pour l informatique Prof. Jean-François Raskin Département d Informatique Faculté des Sciences Université Libre de Bruxelles Année académique 2007-2008 0-0 Organisation pratique du cours

Plus en détail

Cours de mathématiques

Cours de mathématiques DEUG MIAS premier niveau Cours de mathématiques année 2003/2004 Guillaume Legendre (version révisée du 3 avril 2015) Table des matières 1 Éléments de logique 1 1.1 Assertions...............................................

Plus en détail

collection Textes de référence Lycée [LEGT] Documents d accompagnement des programmes Mathématiques cycle terminal de la série littéraire

collection Textes de référence Lycée [LEGT] Documents d accompagnement des programmes Mathématiques cycle terminal de la série littéraire collection Textes de référence Lycée [LEGT] Documents d accompagnement des programmes Mathématiques cycle terminal de la série littéraire Ministère de l Éducation nationale, de l Enseignement supérieur

Plus en détail

SUR LA SIGNATURE DE L AUTOMORPHISME DE FROBENIUS. par. Stef Graillat

SUR LA SIGNATURE DE L AUTOMORPHISME DE FROBENIUS. par. Stef Graillat SUR LA SIGNATURE DE L AUTOMORPHISME DE FROBENIUS par Stef Graillat Résumé. Dans cette note, nous calculons la signature de l automorphisme de Frobenius dans un corps fini. Nous serons amené pour cela à

Plus en détail

Capacité d un canal Second Théorème de Shannon. Théorie de l information 1/34

Capacité d un canal Second Théorème de Shannon. Théorie de l information 1/34 Capacité d un canal Second Théorème de Shannon Théorie de l information 1/34 Plan du cours 1. Canaux discrets sans mémoire, exemples ; 2. Capacité ; 3. Canaux symétriques ; 4. Codage de canal ; 5. Second

Plus en détail

Partie I : Automates et langages

Partie I : Automates et langages 2 Les calculatrices sont interdites. N.B. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction. Si un candidat est amené à repérer ce qui peut

Plus en détail

NOTES DE COURS (SUPPLÉMENTAIRES) POUR LE COURS MATHÉMATIQUES DISCRÈTES MAT1500. References

NOTES DE COURS (SUPPLÉMENTAIRES) POUR LE COURS MATHÉMATIQUES DISCRÈTES MAT1500. References NOTES DE COURS (SUPPLÉMENTAIRES) POUR LE COURS MATHÉMATIQUES DISCRÈTES MAT1500 ABRAHAM BROER References [R] Kenneth H. Rosen, Mathématiques discrètes, Édition révisée Chenelière McGraw-Hill, 2002. 1. But

Plus en détail

Logique : ENSIIE 1A - contrôle final

Logique : ENSIIE 1A - contrôle final 1 Logique : ENSIIE 1A - contrôle final - CORRIGÉ Mardi 11 mai 2010 - Sans documents - Sans calculatrice ni ordinateur Durée : 1h30 Les exercices sont indépendants. Exercice 1 (Logique du premier ordre

Plus en détail

Initiation à la Programmation en Logique avec SISCtus Prolog

Initiation à la Programmation en Logique avec SISCtus Prolog Initiation à la Programmation en Logique avec SISCtus Prolog Identificateurs Ils sont représentés par une suite de caractères alphanumériques commençant par une lettre minuscule (les lettres accentuées

Plus en détail

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10 PCSI - 4/5 www.ericreynaud.fr Chapitre Points importants 3 Questions de cours 6 Eercices corrigés Plan du cours 4 Eercices types 7 Devoir maison 5 Eercices Chap Et s il ne fallait retenir que si points?

Plus en détail

Option Informatique Arbres binaires équilibrés

Option Informatique Arbres binaires équilibrés Option Informatique Arbres binaires équilibrés Sujet novembre 2 Partie II : Algorithmique et programmation en CaML Cette partie doit être traitée par les étudiants qui ont utilisé le langage CaML dans

Plus en détail

λ-calcul et typage Qu est-ce qu une fonction?

λ-calcul et typage Qu est-ce qu une fonction? λ-calcul et typage Nicolas Barnier, Pascal Brisset ENAC Avril 2009 Nicolas Barnier, Pascal Brisset (ENAC) λ-calcul et typage Avril 2009 1 / 1 Qu est-ce qu une fonction? Classiquement Pas de notation uniforme/standard

Plus en détail

Logique binaire. Aujourd'hui, l'algèbre de Boole trouve de nombreuses applications en informatique et dans la conception des circuits électroniques.

Logique binaire. Aujourd'hui, l'algèbre de Boole trouve de nombreuses applications en informatique et dans la conception des circuits électroniques. Logique binaire I. L'algèbre de Boole L'algèbre de Boole est la partie des mathématiques, de la logique et de l'électronique qui s'intéresse aux opérations et aux fonctions sur les variables logiques.

Plus en détail

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 mat231-exo-03.tex (29 septembre 2008) Feuille d exercices n o 3 Exercice 3.1 Soit K un corps commutatif et soit {P 0, P 1,... P n } une famille de polynômes de

Plus en détail

Exercices à savoir faire

Exercices à savoir faire Licence 1 Mathématiques 2014 2015 Algèbre et Arithmétique 1 Feuille n 6 : équations aux congruences, Z/nZ Exercices à savoir faire Exercice 1 1. Trouver tous les couples (x, y) Z 2 tels que 3x + 7y = 5.

Plus en détail

CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 2009 COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES. (Classe terminale S)

CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 2009 COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES. (Classe terminale S) MA 09 CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 009 COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES (Classe terminale S) DURÉE : 5 heures La calculatrice de poche est autorisée, conformément à la réglementation. La clarté et

Plus en détail

CONCOURS D ADMISSION. Option économique MATHEMATIQUES III. Année 2006

CONCOURS D ADMISSION. Option économique MATHEMATIQUES III. Année 2006 ESSEC M B A CONCOURS D ADMISSION Option économique MATHEMATIQUES III Année 2006 La présentation, la lisibilité, l orthographe, la qualité de la rédaction, la clarté et la précision des raisonnements entreront

Plus en détail

CH1 : Langages de la continuité Limites

CH1 : Langages de la continuité Limites CH : Langages de la continuité Limites I. Continuité- Théorème des valeurs intermédiaires. Définition : Soit f une fonction définie sur un intervalle I de R. Lorsque la courbe représentative de f ne présente

Plus en détail

STAGE IREM 0- Premiers pas en Python

STAGE IREM 0- Premiers pas en Python Université de Bordeaux 16-18 Février 2014/2015 STAGE IREM 0- Premiers pas en Python IREM de Bordeaux Affectation et expressions Le langage python permet tout d abord de faire des calculs. On peut évaluer

Plus en détail

Statistiques et probabilités : Loi Normale. Les I.P.R. et Formateurs de l Académie de LILLE

Statistiques et probabilités : Loi Normale. Les I.P.R. et Formateurs de l Académie de LILLE Statistiques et probabilités : Loi Normale Les I.P.R. et Formateurs de l Académie de LILLE Bulletin officiel spécial 8 du 13 octobre 2011 Cadre général : loi à densité Définition Une fonction f définie

Plus en détail

Maple: premiers calculs et premières applications

Maple: premiers calculs et premières applications TP Maple: premiers calculs et premières applications Maple: un logiciel de calcul formel Le logiciel Maple est un système de calcul formel. Alors que la plupart des logiciels de mathématiques utilisent

Plus en détail

Notes de cours de Probabilités Appliquées. Olivier François

Notes de cours de Probabilités Appliquées. Olivier François Notes de cours de Probabilités Appliquées Olivier François 2 Table des matières 1 Axiomes des probabilités 7 1.1 Introduction................................. 7 1.2 Définitions et notions élémentaires.....................

Plus en détail

IUT de Laval Année Universitaire 2008/2009. Fiche 1. - Logique -

IUT de Laval Année Universitaire 2008/2009. Fiche 1. - Logique - IUT de Laval Année Universitaire 2008/2009 Département Informatique, 1ère année Mathématiques Discrètes Fiche 1 - Logique - 1 Logique Propositionnelle 1.1 Introduction Exercice 1 : Le professeur Leblond

Plus en détail

Concours 2015 Épreuve d Informatique Filière : MP Durée de l épreuve : 3 heures. L utilisation d une calculatrice est autorisée.

Concours 2015 Épreuve d Informatique Filière : MP Durée de l épreuve : 3 heures. L utilisation d une calculatrice est autorisée. A 2015 INFO. MP École des Ponts ParisTech, SUPAERO (ISAE), ENSTA ParisTech, Télécom ParisTech, Mines ParisTech, Mines de Saint-étienne, Mines Nancy, Télécom Bretagne, ENSAE ParisTech (filière MP), École

Plus en détail

Le jeu de Nim. Spécification. Exemple d analyse/conception IFT 159 Analyse et Programmation Automne 2002

Le jeu de Nim. Spécification. Exemple d analyse/conception IFT 159 Analyse et Programmation Automne 2002 Exemple d analyse/conception IFT 159 Analyse et Programmation Automne 2002 Le jeu de Nim Spécification Le jeu de Nim est un jeu qui possède plusieurs variantes dont une qui possède une stratégie gagnante

Plus en détail

Combien de fois faut-il battre un jeu de cartes?

Combien de fois faut-il battre un jeu de cartes? Combien de fois faut-il battre un jeu de cartes? Ce texte est tiré d un article de D. Bayer et P. Diaconis Trailing the dovetail shuffle to its lair Ann. Appl. Prob. 992, vol 2, No 2, 294-33. Introduction

Plus en détail

Compter à Babylone. L écriture des nombres

Compter à Babylone. L écriture des nombres Compter à Babylone d après l article de Christine Proust «Le calcul sexagésimal en Mésopotamie : enseignement dans les écoles de scribes» disponible sur http://www.dma.ens.fr/culturemath/ Les mathématiciens

Plus en détail

INF121: Algorithmique et Programmation Fonctionnelle

INF121: Algorithmique et Programmation Fonctionnelle INF121: Algorithmique et Programmation Fonctionnelle Cours 1: Identificateurs, types de base et fonctions Année 2013-2014 Identificateurs La notion d identificateur Un concept fondamental dans les langages

Plus en détail

Arbres binaires de recherche

Arbres binaires de recherche Chapitre 1 Arbres binaires de recherche 1 Les arbre sont très utilisés en informatique, d une part parce que les informations sont souvent hiérarchisées, et peuvent être représentées naturellement sous

Plus en détail

Cours de mathématiques. Chapitre 9 : Nombres complexes

Cours de mathématiques. Chapitre 9 : Nombres complexes Cours de mathématiques Terminale S1 Chapitre 9 : Nombres complexes Année scolaire 2008-2009 mise à jour 15 février 2009 Fig. 1 Gerolamo Cardano Médecin et mathématicien italien qui ne redoutait pas les

Plus en détail

Chapitre-4 Logique du 1er ordre - Syntaxe -

Chapitre-4 Logique du 1er ordre - Syntaxe - Chapitre-4 Logique du 1er ordre - Syntaxe - Plan 1- Introduction 2- Alphabet 3-Termes d'un langage 4- Formule de la logique du 1er ordre 5-Sous-formule d'une formule du 1er ordre 6- Arbre de décomposition

Plus en détail

Cogmaster, Probabilités discrètes. Feuille de TD n o 1 - Événements et probabilités

Cogmaster, Probabilités discrètes. Feuille de TD n o 1 - Événements et probabilités Cogmaster, Probabilités discrètes Feuille de TD n o 1 - Événements et probabilités Exercice 1 Parmi les ensembles suivants, lesquels sont égaux entre eux? A = {n + 4, n N}, B = {n, n = k + 4, k N}, C =

Plus en détail

Exercices d algèbre 1

Exercices d algèbre 1 Université Paris-Dauphine DUMI2E, Algèbre 1, 2010-2011 Exercices d algèbre 1 Mode d emploi : - bon nombre d exercices ne seront pas traités en TD. - les exercices précédés de "Tous TD" ou "Cours" doivent

Plus en détail

COURS MPSI A.1.IV.NOTIONS DE BASE : RELATIONS R. FERRÉOL 13/14

COURS MPSI A.1.IV.NOTIONS DE BASE : RELATIONS R. FERRÉOL 13/14 IV) RELATIONS. 1) Définition. DEF : une relationrest définie par la donnée d unensemblededépart E, d unensembled arrivée F et d un ensemble G de couples(x,y) avecxdanse ety dansf (autrement dit, G est

Plus en détail

Raisonnement par récurrence Suites numériques

Raisonnement par récurrence Suites numériques Chapitre 1 Raisonnement par récurrence Suites numériques Terminale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Raisonnement par récurrence. Limite finie ou infinie d une suite.

Plus en détail

B03. Ensembles, applications, relations, groupes

B03. Ensembles, applications, relations, groupes B03. Ensembles, applications, relations, groupes Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 6 janvier 2006 Table des matières 1 Calcul propositionnel 2 2 Ensembles 5 3 Relations 7 4 Fonctions, applications

Plus en détail

IN 102 - Cours 1. 1 Informatique, calculateurs. 2 Un premier programme en C

IN 102 - Cours 1. 1 Informatique, calculateurs. 2 Un premier programme en C IN 102 - Cours 1 Qu on le veuille ou non, les systèmes informatisés sont désormais omniprésents. Même si ne vous destinez pas à l informatique, vous avez de très grandes chances d y être confrontés en

Plus en détail

Introduction à l Algorithmique

Introduction à l Algorithmique Introduction à l Algorithmique N. Jacon 1 Définition et exemples Un algorithme est une procédure de calcul qui prend en entier une valeur ou un ensemble de valeurs et qui donne en sortie une valeur ou

Plus en détail

III- Raisonnement par récurrence

III- Raisonnement par récurrence III- Raisonnement par récurrence Les raisonnements en mathématiques se font en général par une suite de déductions, du style : si alors, ou mieux encore si c est possible, par une suite d équivalences,

Plus en détail

Calculer les expressions suivantes et donner le résultat sous la forme d une fraction irréductible. B = 16 55

Calculer les expressions suivantes et donner le résultat sous la forme d une fraction irréductible. B = 16 55 Page / Corrigé exercices de révision algèbre Classe de re Corrigé de l exercice A = + 4 8 4 C = 8 4 A = + 4 4 + A = + 4 8 4 C = 8 4 4 4 A = + 8 4 + 4 C = 8 8 4 8 C = 8 4 A = + 8 A = + 40 A = 4 0 4 + 8

Plus en détail

L usage de la calculatrice n est pas autorisé.

L usage de la calculatrice n est pas autorisé. e3a Concours ENSAM - ESTP - EUCLIDE - ARCHIMÈDE Épreuve de Mathématiques A durée 4 heures MP L usage de la calculatrice n est pas autorisé. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble

Plus en détail

Chapitre 02 Suites arithmétiques et géométriques

Chapitre 02 Suites arithmétiques et géométriques Chapitre 02 Suites arithmétiques et géométriques Classe de terminale STMG APPRENTISSAGES PARALLELES : ALGORITHMIQUE : VARIABLES ET AFFECTATIONS, INSTRUCTIONS SIMPLES, BOUCLE «POUR» RAPPELS DE PREMIERE

Plus en détail

INF 232: Langages et Automates. Travaux Dirigés. Université Joseph Fourier, Université Grenoble 1 Licence Sciences et Technologies

INF 232: Langages et Automates. Travaux Dirigés. Université Joseph Fourier, Université Grenoble 1 Licence Sciences et Technologies INF 232: Langages et Automates Travaux Dirigés Université Joseph Fourier, Université Grenoble 1 Licence Sciences et Technologies Année Académique 2013-2014 Année Académique 2013-2014 UNIVERSITÉ JOSEPH

Plus en détail

Mathématiques. Classe de seconde. Introduction. Objectif général. Raisonnement et langage mathématiques

Mathématiques. Classe de seconde. Introduction. Objectif général. Raisonnement et langage mathématiques Mathématiques Classe de seconde Introduction La seconde est une classe de détermination. Le programme de mathématiques y a pour fonction : de conforter l acquisition par chaque élève de la culture mathématique

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Exercices types Algorithmique et simulation numérique Oral Mathématiques et algorithmique Banque PT

Exercices types Algorithmique et simulation numérique Oral Mathématiques et algorithmique Banque PT Exercices types Algorithmique et simulation numérique Oral Mathématiques et algorithmique Banque PT Ces exercices portent sur les items 2, 3 et 5 du programme d informatique des classes préparatoires,

Plus en détail

L2: cours I4c Langages et automates

L2: cours I4c Langages et automates L2: cours I4c Langages et automates Olivier Togni, LE2I (038039)3887 olivier.togni@u-bourgogne.fr Modifié le 31 mai 2007 Sommaire Utiles pour compilation, interprétation,... 1. Langages rationnels 2. Langages

Plus en détail

Cours de mathématiques BTS SIO première année. Nicolas FRANCOIS nicolas.francois@free.fr

Cours de mathématiques BTS SIO première année. Nicolas FRANCOIS nicolas.francois@free.fr Cours de mathématiques BTS SIO première année Nicolas FRANCOIS nicolas.francois@free.fr 24 mars 2012 2 I Numération 1 I Introduction : que signifie 1789?................................... 2 II Les numérations

Plus en détail

Définition d une suite récurrente à l aide de la fonction ln

Définition d une suite récurrente à l aide de la fonction ln Définition d une suite récurrente à l aide de la fonction ln Thèmes. fonction ln, théorème des valeurs intermédiares, suite définie par récurrence : majoration, minoration, monotonie, convergence, eistence.

Plus en détail

Parcours d un arbre Arbres de recherche CHAPITRE 6. Arbres binaires. Karelle JULLIAN. MPSI, Option Info 2014/2015. Karelle JULLIAN

Parcours d un arbre Arbres de recherche CHAPITRE 6. Arbres binaires. Karelle JULLIAN. MPSI, Option Info 2014/2015. Karelle JULLIAN CHAPITRE 6 Arbres binaires Lycée Kléber MPSI, Option Info 2014/2015 1 Définitions 2 Parcours en largeur Parcours en profondeur Parcours préfixe, infixe, postfixe Reconstitution 3 Recherche Complexité Insertion

Plus en détail

Chapitre 3. Définitions récursives et induction structurelle

Chapitre 3. Définitions récursives et induction structurelle Chapitre 3 Définitions récursives et induction structurelle 114 Plan 1. Définitions récursives 2. Induction structurelle 3. Exemples Arbres Naturels Expressions arithmétiques Lectures conseillées : I MCS

Plus en détail

Fonctions logiques élémentaires

Fonctions logiques élémentaires Fonctions logiques élémentaires II. Systèmes binaires et algèbre de oole ctuellement, alors que les ordinateurs analogiques sont encore du domaine de la recherche, les informations traitées par les systèmes

Plus en détail

Algèbre binaire et Circuits logiques (2007-2008)

Algèbre binaire et Circuits logiques (2007-2008) Université Mohammed V Faculté des Sciences Département de Mathématiques et Informatique Filière : SMI Algèbre binaire et Circuits logiques (27-28) Prof. Abdelhakim El Imrani Plan. Algèbre de Boole 2. Circuits

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE POITIERS

UNIVERSITÉ DE POITIERS UNIVERSITÉ DE POITIERS Faculté des Sciences Fondamentales et Appliquées Mathématiques PREMIÈRE ANNEE DE LA LICENCE DE SCIENCES ET TECHNOLOGIES UE L «algèbre linéaire» Plan du cours Exercices Enoncés des

Plus en détail

Exercices : VAR discrètes

Exercices : VAR discrètes Exercices : VAR discrètes Exercice 1: Une urne contient 2 boules blanches et 4 boules noires. On tire les boules une à une sans les remettre jusqu à ce qu il ne reste que des boules d une seule couleur

Plus en détail

Pour l épreuve d algèbre, les calculatrices sont interdites.

Pour l épreuve d algèbre, les calculatrices sont interdites. Les pages qui suivent comportent, à titre d exemples, les questions d algèbre depuis juillet 003 jusqu à juillet 015, avec leurs solutions. Pour l épreuve d algèbre, les calculatrices sont interdites.

Plus en détail

Plan du cours de Programmation logique

Plan du cours de Programmation logique Plan du cours de Programmation logique 1 Introduction 2 3 Igor Stéphan 1/ 64 La logique comme langage de programmation Un langage de programmation logique est défini par : un langage des données Ω; et

Plus en détail

Chapitre 10 Algorithmes probabilistes

Chapitre 10 Algorithmes probabilistes Chapitre 10 Algorithmes probabilistes Jouent à pile ou face Se comportent différemment lorsque exécutés deux fois sur un même exemplaire Défient parfois l intuition 1 Première surprise: le hasard peut

Plus en détail

La logique. et son automatisation

La logique. et son automatisation Université de Fribourg Cours 2001 Méthodes mathématiques de l informatique C. Auderset La logique et son automatisation Première partie: Logique propositionnelle 1. Syntaxe et sémantique de la logique

Plus en détail