Analyse économique macro- 2ème année

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Analyse économique macro- 2ème année"

Transcription

1 HEC Lausanne, 2005/2006 Analyse économique macro- 2ème année Notes de cours: 1re partie(pommeret) Important: cedocumentnesesubstitueniaucours,niàl ouvragederéférence (Blanchard& Cohen ou un autre livre de référence) 1

2 1 Introduction L équilibre macroéconomique Toutes les économies sont sujettes à des fluctuations de l emploi, du chômage, de la production industrielle, du PIB...Il existe des récessions accompagnées d accroissement du chômage, des booms accompagnés de diminution du chômage... 1) d où proviennent ces fluctuations? 2) que peut faire le gouvernement pour stabiliser l économie et supporter l emploi? On a commencé à se poser ces questions dans les années 30 durant la grande récession. La théorie classique promettait un ajustement du marché du travail qui préserverait le plein-emploi. Pourquoi cela ne s est-t-il pas produit? La théorie générale de l emploi, de l intérêt et de la monnaie de Keynes a contribué à répondre à cette question(c est aussi le point de départ de la macroéconomie moderne). 1.1 Comment allons-nous procéder? En construisant un modèle macroéconomique. Qu est ce qu un bon modèle macroéconomique? Un bon modèle est celui qui a les cinq caractéristiques suivantes: (1) les hypothèses et les simplifications effectuées doivent être raisonnables (2) il respecte des règles de logique interne (3) il peut être utilisé pour étudier des problèmes réels (4) on peut comparer ses prévisions aux faits réels observés (5) lorsque l on compare les implications du modèle aux faits on n observe pas de contradiction majeure Parveniràécrireunbonmodèlen estpasfacile. Ilfautsanscessefairedesallers et retours entre le modèle théorique et les faits. Pratiquement, la recherche du bon modèle est une entreprise collective à laquelle participe toute la communauté scientifique. 2

3 Exemples de modèles: LemodèleIS/LMquiseraexposédèsladeuxièmesectionaétéproposépar John Hicks en 1937 comme une façon pratique(réductrice dirons certains) de résumer la Théorie Générale de Keynes parue en Dans les années soixante, Mundell et Fleming l étendent pour tenir compte de l ouverture croissante des économies. Mais ce modèle, qui n accorde qu une maigre place aux comportements des entreprises et à l offre de biens n est pas un outil d analyse suffisant pour rendre compte par exemple de ce qui se passe au moment de la brutale hausse des prix du pétrole en Il n est alors pas étonnant que ce modèle ait été par la suite complété pour intégrer des phénomènes liés à l offre. Lerésultatestlemodèle OffreGlobale/DemandeGlobale qui sera présenté ici. 1.2 Les débats entre macroéconomistes Si on devait simplifier à l extrême, l opposition la plus forte se situe entre les économistes keynésiens et les économistes néoclassiques : Pour les économistes keynésiens, le fonctionnement spontané des marchés ne suffit pas à assurer une évolution régulière de l économie justifie une intervention de l Etat Pour les économistes néo-classiques, le libre jeu des forces du marché permet la meilleure allocation possible des ressources les interventions de l Etat ne sont pas souhaitables. En fait ces conclusions, qui paraissent franchement opposées, peuvent être obtenues à partir de modèles en tout point semblables, à l exception d une ou deux hypothèses fondamentales. C est pourquoi les débats entre macroéconomistes se concentrent bien souvent sur la nature des hypothèses de base sur lesquelles sont construits leurs modèles. L opposition entre keynésiens et néo-classiques ne suffit pas à rendre compte des débats entre macro-économistes: des débats surgissent naturellement lorsqu une nouvelle question apparaît. 3

4 Les débats peuvent porter sur la politique économique à mettre en oeuvre. 1.3 La construction du modèle Il comprend: 3marchés: -lemarchédesbiensetservices -lemarchédelamonnaie -lemarchédutravail et décrit les interactions entre ces marchés 3typesd agent: lesménages,lesentreprisesetl Etat. Les choses sont assez complexes: Les mêmes agents économiques interviennent des deux côtés des 3 marchés. Lamarcheàsuivre: 1. On identifie les principaux déterminants de l offre globale (la production de la totalité des entreprises et des entrepreneurs individuels pendant une période donnée en fonction des prix). C est assez complexe car on doit prendre en compte le fonctionnement du marché du travail. On va identifier uneoffreglobaleetunniveaud emploienfonctionduniveaugénéraldes prix. 2. On identifie les principaux déterminants de la demande globale (ie. la demande de biens et services domestiques pendant une période donnée, en fonctiondesprix)quidépend,elle,decequisepassesurlemarchédela monnaieetsurlemarchédesbiensetservices. Onvaidentifierunniveau dedemandeglobaleetunniveaudutauxd intérêtenfonctionduniveau général des prix. 3. Onconfronteoffreglobaleetdemandeglobale. Onidentifiealorsleprixet le niveau de l activité économique d équilibre. 4

5 On disposera alors d une représentation très simplifiée(car soumise à beaucoup d hypothèses simplificatrices) de l économie qui permettra d apporter des réponses (elles aussi conditionnelles à nos hypothèses) aux questions qu on se pose: onanalyseral effetdechocsdedemande,dechocd offreainsiquel effet de différentes politiques économiques. Remarque : Comme cette offre et cette demande de biens ont été obtenues en prenant en compte le fonctionnement des autres marchés(marché du travail et marché de la monnaie) on préfère les nommer Quasi Offre Globale et Quasi Demande Globale, ou plus simplement Offre Globale et Demande Globale. Pourrait-on procéder autrement? Pour bien isoler les différents mécanismes économiques, nous irons du plus simple au plus compliqué. 1. a)onétudiel offreglobale(donclemarchédutravail). b)enutilisantcetteoffreglobale+ensupposantuneformesimpleetintuitive pour la demande globale (décroissante avec le niveau général des prix) on obtient l équilibre macroéconomique: c est le modèle offre globale/demande globale. On peut déjà analyser l effet de chocs d offre + de politiques d offre. 2. a) on étudie en détail la demande globale (donc le fonctionnement du marchédesbiensetservicesetceluidumarchédelamonnaie) b) on reprend le modèle offre globale/demande globale pour analyser l effetdechocsdedemande+depolitiquesdedemande. 3. on introduit de la dynamique 4. on ouvre l économie... 2 L offre globale et l équilibre macroéconomique Définition 1: L offre agrégée est la production que l ensemble des entreprises et des entrepreneurs individuels mettent sur le marché pendantunepériodedonnéepourunniveaudeprixdonné. 5

6 Définition 2 : L équation d offre globale exprime la relation entre la production agrégée(ou offre agrégée) et le niveau général des prix. Pour prendre leurs décisions de production concernant les mois à venir, les entreprises considèrent le stock de capital(la quantité de machines) dont elles disposent comme donné la principale variable d ajustement pour l entreprise est la quantité de travail qu elle utilise sous ces hypothèses, l offre agrégée provient de l équilibre sur le marché du travail. 2.1 Analyse de l offre et de la demande de travail (voir Burda& Wyplosz) Demande de travail par les entreprises Comment les entreprises déterminent-elles le montant qu elles souhaitent produire? Elles cherchent à maximiser leur profit. max N Π(N)=YP WN RK Y =F(L,K)estlaproduction W : salaire N : quantité de travail utilisée R: coût d usage du capital(taux d obsolescence+taux d intérêt...) On suppose que les entreprises sont preneuses de prix Condition du premier ordre: Π(N) dn =0 F(N,K) = W N P Sous l hypohèse de productivité marginale du travail décroissante, (1) c estbienunmaximum: Π 2 (N) dn 2 <0 F2 (N,K) N 2 <0 La quantité de travail demandée par l entreprise et la quantité de production offerte sont des fonctions décroissantes du salaire réel. 6

7 Danslecasd unefonctiondeproductioncobb-douglas: F(N,K)=AK α N 1 α equation(1) (1 α)ak α N α =W/P ( ) 1/α P(1 α)a N = K W W/P Y s (Y s ) 1 (W/P) 2 (Y s ) 2 (W/P) 1 (N d ) 2 (N d ) 1 N d (N d ) 2 (N d ) 1 N d Graphique1: Demandedetravailetoffredebiensetservicesdesentreprises Effets de chocs ou de politiques économiques sur la demande de travail augmentation du stock de capital des entreprises augmentation de l efficacité des techniques de production utilisées(le progrès technique) qualitativement les mêmes effets: la productivité du travail est augmentée et pour un salaire réel donné les entreprises souhaitent utiliser davantage de travail déplacement vers la droite de la relation décroissante entre l emploi désiré par les entreprises et les salaires réels. 7

8 W/P Y s (Y s ) 2 (W/P) 1 (Y s ) 1 (N d ) (N d 1 ) 2 N d (N d ) 1 (N d ) 2 N d Graphique 2: Effet d une augmentation du stock de capital des entreprises Remarque : c est ce type d argumentation qui a été avancé pour expliquer les performances de l économie américaine pendant les sept dernières années du vingtième siècle Offre de travail par les ménages Les individus souhaitent travailler pour gagner leur vie. L offre de travail n est pasconstante,ellevarieaucoursdutempsselonque: la population en âge de travailler augmente ou diminue. l environnement social et culturel se modifie : par exemple, les femmes seront d autant plus susceptibles de travailler qu elles trouveront des moyens de faire garder leurs enfants. Pour l analyse des phénomènes de court terme qui nous intéressent, nous pouvons considérer que ces caractéristiques sont données et nous intéresser au lien qui unit l offre de travail et le salaire. Arbitrage consommation/loisir Exemple: Imaginez un instant que votre salaire nominal double(passant de 1000 à 2000 euros par mois) alors que tous les autres prix restent identiques. Quel sera votre réaction? Travailler davantage pour gagner encore plus? 8

9 Travailler moins pour conservez un pouvoir d achat identique à celui que vous aviez précédemment et profitez de davantage de temps de loisir? La théorie microéconomique a depuis longtemps identifié deux effets qui, dans un cas pareil, jouent en sens contraire: celui qui vous incite à travailler davantage est connu sous le nom d effet de substitution, celui qui vous incite à travailler moins est connu sous le nom d effet de revenu et l effet global dépend de la conjonction de ces deux effets contraires. Cela résulte d un arbitrage entre consommation et loisir: sous la contrainte max U( + N 0 N, C) + C,N 0 N C+W(N 0 N)=WN 0 +W N 0 :tempsdisponible N:tempsconsacréautravail N 0 N : tempsconsacréauloisir WN 0 :revenussalariauxpotentiel W : revenus non salariaux ( C=WN+W ) C E 1 WN 0 +W E'' E' E W 1 W 0 N 0 N 0- N Graphique 3: Effets revenu et effet substitution 9

10 A l optimum: dc Taux marginal de substitution = d(n 0 N) U=U = U/ (N 0 N) =W U/ C Onsupposequeleloisirestunbiennormal. SiW augmente,ilexiste: un effet substitution: le loisir devient plus coûteux que la consommation (réduitleloisir/augmentel offredetravail): E E uneffetrevenuindirect: l accroissementduprixduloisirengendreuneffet revenunégatif(réduitleloisir/augmentel offredetravail): E E uneffetrevenudirect: lerevenupotentiel(wn 0 +W)augmente(augmente leloisir/réduitl offredetravail): E E 1 L accroissement de W a un effet ambigu. Si les effets substitution+ revenu indirect l emportent, l offre de travail est une fonction croissante du salaire réel ; si l effet revenu direct l emporte, l offre de travail est une fonction décroissante dew. remarque : on parle parfois d effet de revenu global pour désigner l effet totale E 1. Ilcorrespondalorsàlapossibilitédeconsommerlamêmequantité en travaillant moins, ce qui incite à réduire l offre de travail. Uneformeplausiblepourl offredetravail: avecunpointderetournement. Tout d abord l effet substitution l emporte, puis à partir d un certain niveau du salaire réel, c est l effet revenu global qui domine. Si on suppose qu il existe un agent représentatif, l offre de travail agrégée peut être confondue avec l offre de travail individuelle(ce n est pas très réaliste). Au niveau macroéconomique, on considère généralement que l offre detravailestd autantplusélevéequelesalaireréelestélevéetquec est donc l effet de substitution qui l emporte sur l effet de revenu. Effets des politiques économiques sur l offre de travail Exemples: L Etatprendenchargelesfraisdegardedesenfantsouabaissel âged entrée à l école. La conséquence sera probablement que pour un niveau de salaire donné, davantage de personnes souhaiteront travailler déplacement vers la droite de la fonction d offre de travail. 10

11 Uncréditd impôt(commeceluimisenplacel année2001enfrance)aaussi pour effet d augmenter, pour un salaire donné, le nombre de personnes qui souhaitent travailler Equilibre du marché du travail, emploi et offre de biens Nous allons considérer successivement 2 fonctionnements différents du marché du travail. lesalairenominalestparfaitementflexible lemarchédutravailestalors toujours équilibré pas de chômage involontaire. le salaire nominal est rigide il existe du chômage involontaire. Définitions : 1. Ilexisteduchômageinvolontairedanslamesureoùilexistedesindividus qui souhaiteraient travailler plus, compte tenu du salaire en vigueur dans l économie. Le chômage est dit volontaire lorsque certains individus choisissent de ne pas travailler(ou de ne travailler qu une fraction de leur temps disponible) Flexibilité parfaite du salaire nominal a) L équilibre sur le marché du travail On parle de flexibilité parfaite des salaires, lorsque le salaire nominal (et avec luilesalaireréel)variedefaçonàassurerl égalitéentrel offreetlademandede travail: lorsque l offre de travail est initialement supérieure à la demande, le salaire nominal diminue de façon à faire baisser le salaire réel et à rétablir l égalité entre offre et demande de travail. si la demande de travail est initialement supérieure à l offre, les salaires nominaux augmentent de facon à faire s élever le salaire réel et à rétablir l égalité entre l offre et la demande de travail. Ilyadonctoujourségalitéentrel offreetlademandedetravailetiln yajamais de chômage involontaire puisque tous ceux qui veulent travailler au salaire en vigueur trouvent du travail. 11

12 W/P N s W 0 /P 0 W 1 /P 0 N d N* N N s N d Graphique 4: Equilibre sur le marché du travail avec flexibilité parfaite du salaire nominal b) L offre agrégée Une fois déterminé le niveau d emploi d équilibre, l offre dans l économie est donnéeparlafonctiondeproductionmacroéconomique: Y =F(N,K). c) La courbe d offre globale Comment l offre des entreprises varie-t-elle lorsque le niveau des prix auquel les entreprises peuvent écouler leur production varie? Commençons par étudier ce quisepassesilesprixaugmentent(passantdep 0 àp 1 )alorsquelesalaireréel initial(w 0/P 0 )permettaitl équilibresurlemarchédutravail. Si les salaires nominaux restent inchangés et que les prix augmentent, le salaire réel diminue à (W 0/P 1 ), les entreprises souhaitent augmenter l emploi et l offre de biens. Cependant, les salariés, face à la hausse des prix qui réduit le pouvoir d achat des salaires, diminuent leur offre de travail. Ilyadoncuneaugmentationdelademandedetravaildesentrepriseset, ducôtédesménages,unebaissedel offredetravail. Lahaussedesprixse traduit par une pénurie de travail. 12

13 La flexibilité des salaires nominaux est le mécanisme qui permet au marché de retrouver un équilibre: la hausse des salaires nominaux en augmentant l offredetravaildesménagesetenréduisantlademandedetravaildesentreprises permet l ajustement. Le salaire nominal augmente donc jusqu au niveau où, de nouveau, l offre et la demande de travail sont égales. La croissance des salaires nominaux est exactement identique à celle des prix initialement considérée de telle sorte qu après l ajustement des salaires réels l emploi et la production sont exactement aux même niveaux que ceux quiprévalaientavantlahaussedesprix: W 0/P 0 =W 1/P 1 Un raisonnement symétrique s applique en cas de baisse du niveau général des prix. Finalement, lorsque les salaires nominaux sont parfaitement flexibles, une hausse desprixestsanseffetsurl offredesentreprises,sanseffetsurleniveaud emploi et sans effet sur le niveau du salaire réel. On dit alors que l offre globale est inélastique au prix. 13

14 W/P Y s N s W 0 /P 0= W 1 /P 1 Y s * 1 =Y s * 0 W 0 /P 1 Nd P N s N* Y s N d N N* N d Y s * 1 =Y s * 0 Y Graphique5: Effetd unehaussedesprixsurlemarchédutravail,etoffre globale d) Effets de chocs ou de politiques économiques Exemples: Unepolitiqueenfaveurdel offredetravailaugmenteraleniveaud offrede biens et services de la part des entreprises. Uneaugmentationdustockdecapitalouleprogrèstechniqueontlesmêmes effets: pour un niveau donné de prix, les entreprises souhaitent produire davantage. la courbe d offre globale se déplace vers la droite. 14

15 W/P Y s N s W 1 /P 0 W 0 /P 0 N d 0 N d 1 Y s * 1 Y s * 0 P N* 0 N* 1 N N* 0 N* 1 N Y s * 0 Y s * 1 Y Graphique 6: Effet d une augmentation du stock de capital sur l offre globale Rigidité des salaires nominaux Les contrats de travail qui précisent la rémunération nominale annuelle ne font pas l objet de renégociation chaque fois que l environnement change introduit une rigidité dans les salaires nominaux. a) La détermination du niveau d emploi effectif Que se passe-t-il si les salaires ne varient pas toujours de façon à assurer l équilibre surlemarchédutravail? Pourunniveaudeprixdonné,lesalairenominalpeut êtreaudessusouaudessousdeceluiquiéquilibreraitlemarchédutravail. Dans ce cas, c est le côté court du marché qui détermine le niveau d emploi dans l économie. Si l offre de travail est inférieure à la demande, le niveau d emploi de l économie s établit au niveau de l offre de travail (il n y a donc pas de 15

16 chômage mais les entreprises aimeraient embaucher davantage) et l offre de biens et services des entreprises est déterminée par cette quantité de travail. Sic estlademandedetravailquiestinférieureàl offre,leniveaud emploi s établit au niveau de la demande de travail (il yadonc du chômage) et l offre de biens et services découle de cette quantité de travail. Pour ce niveau de salaire nominal, les entreprises ne souhaitent pas embaucher et produire davantage. W/P U 0 N s W 0 /P 0 N d N 0=N d 0 N s 0 N Graphique 7: Marché du travail avec rigidité du salaire nominal b) L offre agrégée Une fois déterminé le niveau d emploi par le côté court du marché, l offre dans l économie est donnée par la fonction de production macroéconomique : Y =F(N,K). c) La courbe d offre globale Danscequisuit,onseplacedanslecasleplusréalistepourlequellademandede travailestinférieureàl offre. Unehaussedesprixaalorspoureffetdediminuer le salaire réel, les entreprises souhaitent embaucher davantage et produire plus, le chômage est réduit et l offre de biens et services des entreprises augmente. Retenons donc que lorsque les salaires nominaux sont rigides, le niveau d emploi etl offreagrégéesontdesfonctionscroissantesduniveaudesprixetleniveaude chômage est une fonction décroissante du niveau des prix. Reste à déterminer le 16

17 niveaudeprix. Ceciserafaitunpeuplusloinlorsquelademandeglobalesera introduite. W/P Ys U 0 U 1 N s W 0 /P 0 W 0 /P 1 Y s 1 Y s 0 N d N 0=N d 0 N 1=N d 1 N s 1 N s 0 N N 0 N 1 N d P Y s P 1 P 0 Y s 0 Y s 1 Y Graphique8: Effetd unehaussedesprixsurlemarchédutravailetoffre globale d) Effets de chocs ou de politiques économiques Onseplacetoujoursdanslecasleplusplausibleoùilexisteduchômageinvolontaire. Exemples: Uneaugmentationdustockdecapitalouleprogrèstechniqueontlesmêmes effets : pour un niveau donné de prix, les entreprises souhaitent produire davantage la courbe d offre globale se déplace vers la droite. 17

18 Une politique en faveur de l offre de travail n accroît ni l emploi effectif ni leniveaud offredebiensetservicesdelapartdesentreprises. Elleaccroît cependant le chômage. 2.2 L équilibre global Pour le moment, on considère la modélisation simple basée sur la demande et l offre de travail ; nous disposons donc de deux modèles, suivant l hypothèse retenue sur l ajustement des salaires La demande globale La demande de biens et services est composée de la consommation des ménages, de l investissement des ménages, des entreprises et des administrations, des variations de stocks, et des flux nets d exportations(les exportations moins les importations). Nous supposons pour l instant que la quasi demande globale de biens etservices(y d )estunefonctiondécroissanteduniveaugénéraldesprix L équilibre La confrontation de l offre et de la demande de biens permet d identifier le niveau de prix pour lequel l offre de biens est égale à la demande. Si les prix sont suffisamment flexibles, le niveau d activité dans l économie est celui pour lequel l offredebiens(y s )estégaleàlademande(y d ). L équilibremacroéconomique correspond à l intersection entre la demande globale et l offre globale dans le plan (Y,P). Onendéduitlesniveauxd emploietdechômagedans l économie. Deux cas sont envisageables: Dans le cas où les salaires nominaux sont flexibles, l offre détermine le niveau d activité dans l économie et le niveau des prix est déterminé par la demande. Rappelons que l emploi est alors entièrement déterminé par les conditionsdumarchédutravailetiln yapasdechômage. Danslecasoùlessalairesnominauxsontrigides, lesniveauxd emploiet d activité de l économie dépendent du niveau des prix lequel est déterminé par la confrontation entre l offre et la demande de biens. 18

19 2.3 Effet d un choc d offre ou d une politique économique visant l offre Exemple 1: Suite à un progrès technique, la productivité du travail augmente ce qui incite les entreprises à augmenter leur demande de travail. Que les salaires nominaux soient ou non flexibles augmentation conjointe de l offre des entreprises et de l emploi dans l économie déplacement vers la droite de la fonction d offre globale. Lorsque les salaires sont flexibles, la hausse de l offre se transforme en hausse de l activité économique et en baisse de prix. Lorsque les salaires nominaux sont fixes, la hausse de l activité s accompagne aussi d une baisse des prix ce qui accroît les salaires réels. Exemple2: Suite à une politique en faveur de l offre de travail, cette dernière s accroît. Lorsque les salaires sont flexibles, la hausse de l offre de travail augmentation conjointe de l offre des entreprises et de l emploi dans l économie déplacement vers la droite de la fonction d offre globale hausse de l activité économique et baisse des prix. Lorsque les salaires nominaux sont fixes et qu il y a du chômage dans l économie, la hausse de l offre de travail ne modifie pas l emploi effectif; seul le chômage augmente. 2.4 Le modèle élémentaire de concurrence imparfaite(voir Blanchard& Cohen) Le chômage est un sujet central en macroéconomie. En ce qui concerne les déterminants de l emploi moyen sur longue période, la question principale est de trancher s il provient d un échec du marché ou non(il serait alors sans importance et résulterait simplement de frictions). Dans le modèle offre-demande, les chômeurs tirent le salaire vers le bas jusqu à ce que demande de travail et offre de travail s équilibrent. Les théories du chômage s attachent à expliquer pourquoi ce mécanisme peut échouer. Nous allons explorer successivement deux pistes: 19

20 les entreprises peuvent refuser de baisser le salaire qu elles proposent théories du salaire d efficience les entreprises peuvent souhaiter ajuster le salaire mais ce sont des accords implicites ou explicites entre les travailleurs qui les empêchent de le faire théories des négociations collectives La fixation des salaires Les négociations salariales Les salaires résultent d un processus de négociations individuelles ou collectives, par l intermédiaire d un syndicat. Dans les deux cas, syndicats et individus se préoccupent de leur salaire réel. Cela signifie que les négociations sont réalisées sur la base du niveau de prix anticipé pour la durée du contrat. Le prix à la consommation dépend du résultat des négociations de salaire et n est donc pas connu avec certitude au moment des négociations. Etant donnée cette anticipation de prix, le niveau du salaire négocié dépend de beaucoup de facteurs, maisunfacteurclefestcertainementletauxdechômage. Eneffet,lepouvoirde négociation du travailleur dépend de la difficulté qu aurait l employeur à le remplacer la facilité avec laquelle il pourrait trouver un autre emploi dépenddelanaturedesonemploi+desconditionsdumarchédutravail: pourra d autant plus exiger un salaire élevé que le chômage est faible relation <0 entre chômage et salaire ou encore positive entre emploi et salaire (comme dans la courbe d offre de travail) Le pouvoir de négociation du syndicat est d autant plus fort que le taux de chômage est faible : plus le marché du travail est étroit, plus les syndicats disposent de menaces crédibles de grève. Au contraire, un fort taux de chômage affaiblit le pouvoir de négociation du syndicat...: comme ses membres risquent plus fortement de se retrouver au chômage, la perte de revenu associée à une grève est davantage préjudiciable si ses membres perdent leur emploi, leur chances d en retrouver un sont plus faibles 20

21 ...et renforce celui de l employeur car l arbitrage entre le coût de la grève et un accroissement des salaires se déplace lorsque le chômage s accroît, en faveur d une plus forte résistance aux revendications salariales. Remarque: les courbes représentant la relation entre emploi et salaire négocié diffèrent suivant les pays. Les théories du salaire d efficience Il peut exister des circonstances dans lesquelles l entreprise n a pas intérêt à réduire le salaire qu elle propose lorsque l offre de travail est en excès. Les modèles de salaires d efficience supposent que le salaire réel est rigide à la baisse. L intuition est que conserver un salaire élevé assure que les employés vont être plus productifs. On regroupe sous les termes salaire d efficience l ensemble des arguments permettantdeconclureàunlienentreleniveaudesalaired unindividuetceluide sa productivité. On aboutit alors à une situation de chômage involontaire: si les entreprises espèrent accroître la productivité en élevant le salaire et qu en définitive cette opération aboutit finalement à un gain net positif, elles augmenteront effectivement le salaire. Ce dernier atteindra alors une valeur supérieure à celle qui équilibrait précédemment le marché du travail, et du chômage involontaire apparaîtra. Cette description de la formation du salaire est donc très différente de celle proposée dans le cadre du modèle classique(le salaire était alors une variable d ajustement). Les théories du salaire d efficience présentent l avantage de rendre compatible une situation de chômage involontaire avec une détermination endogène des salaires. Leur portée comme explication du chômage involontaire a cependant été remise en cause(elles décriraient de façon trop fruste les politiques salariales des entreprises). Les explications possibles d une relation croissante entre salaire et productivité sont en général classées selon quatre catégories: les employés, imparfaitement observés par l employeur, peuvent choisir l intensité de leur travail et, pour un même risque de licenciement, plus leur salaire est élevé, plus le coût de ne fournir qu une faible intensité de travail est fort. Ils sont donc incités à travailler plus intensément l employeur n observant qu imparfaitement les caractéristiques des individus qu il embauche, une politique de hauts salaires lui permet d attirer les meilleurs travailleurs unepolitiquedebassalaireaccroîtlarotationdemaind oeuvrecequia une influence négative sur la productivité du travail à moyen ou long terme 21

22 les individus sont sensibles au niveau de leur rémunération car elle traduirait la mesure dans laquelle la relation salariale peut être considérée comme équitable(approche sociologique) On peut finalement résumer la relation entre l état du marché du travail et les négociations de salaire comme suit: P e : niveauanticipédesprix W =P e F(u,z + ) u: tauxdechômage z : toutes les autres variables affectant la fixation du salaire : le niveau de l assurance chômage(plus elle est élevée, plus le pouvoir de négociation des travailleur est fort); les changement structurels dans l économie; la legislation concernant les licenciements... Si on suppose que le salaire nominal est fonction duniveauréeldesprix,p,larelationdevient: W =PF(u,z + ) La fixation des prix On développe simplement l analogue en concurrence imparfaite, du modèle précedemment étudié en concurrence parfaite. On considère la théorie standard de la concurrence imparfaite: le monopole. La maximisation du profit implique que lerevenumarginalsoitégalaucoûtmarginalcequiaboutità: P F(N,K) N F(N,K) N =W(1+µ) = W P (1+µ) oùµestlamargeduprixparrapportaucoûtmarginal. Onrappellequeµestliée à l élasticité prix de la demande(une plus faible élasticité de la demande implique untauxdemargeplusélevé). Siµestconstant,alorslesalaireréelinduitparla détermination des prix a la même pente que la productivité marginale du travail. Les observations empiriques suggèrent au contraire que le taux de marge baisse lorsque le chômage diminue, ce qui reflète le fait que l élasticité de la demande augmente avec l emploi et l output ; cela aboutit à une relation inverse entre 22

23 salaire induit par la détermination des prix et emploi. Dans Blanchard et Cohen, ilestsupposéque: F(N,K) N =1 23

24 2.4.3 Emploi et chômage d équilibre A l équilibre sur le marché du travail, le salaire déterminé lors des négociations salariales est égal au salaire induit par la détermination des prix. Le taux de chômage d équilibre, u n, est aussi appelé taux de chômage structurel (et aussi parfoistauxdechômagenaturel);ilesttelquelesalaireinduitparlanégociation soit égal au salaire induit par la détermination des prix: F(u n,z)= 1 1+µ On en déduit l emploi d équilibre et la production agrégée. 2.5 Conclusion A l issue de ces développements nous avons donc déjà plusieurs modèles différents de l économie. Un premier modèle dans lequel les salaires nominaux sont rigides, dans lequelilyaéventuellementduchômageetoùlesvariationsdel offreetde la demande affectent le niveau d activité économique. Un second modèle, dans lequel les salaires varient de façon à assurer l équilibre surlemarchédutravailetoùlesaugmentationsdelademandesetraduisent uniquement par de l inflation et ne stimulent pas l activité économique. Un troisième modèle qui parvient à engendrer du chômage involontaire sans recours à l hypothèse de rigidité des salaires nominaux. 3 La demande globale et l équilibre macroéconomique Cette section est consacrée à la détermination de la demande agrégée de biens et services en prenant en compte le fonctionnement du marché des biens et services etceluidelamonnaiepourunniveaudeprixdonné. Onobtientainsiunefonction de demande globale qui détermine, pour chaque niveau de prix, la quantité de biens et services demandée dans l économie. Le petit modèle que l on va construire et utiliser pour étudier les déterminants delademandeestlecélèbremodèleis/lm,proposéparjohnhickssurlabase de fondements théoriques développés par Keynes. Les objectifs sont: 1) d identifier 24

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Modèle IS/LM Le modèle IS/LM, conçu par John Hicks en 1937, est généralement

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

1 L équilibre sur le marché des biens et services

1 L équilibre sur le marché des biens et services Modèle IS LM BP IMPORTANT : en aucun cas ce cours ne remplace le cours magistral de M. Gilles Dufrénot, notamment le cours sur les chapitres 4 et 5. Il est destiné à faciliter la comprehension du cours

Plus en détail

Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006

Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006 Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006 Ekkehard Ernst OCDE Ekkehard Ernst 1 Introduction et résumé du cours Objectifs Connaître et apprendre les concepts modernes d analyse monétaire

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne hapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne I : La fonction de consommation keynésienne II : Validations et limites de la fonction de consommation keynésienne III : Le choix de consommation

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

Aux chapitres 14 et 15, nous avons vu

Aux chapitres 14 et 15, nous avons vu Chapitre 16 La monnaie et les marchés des biens et des services Sommaire Xxxxxxxx Les effets des variations monétaires sur le revenu national........ 519 Les effets sur la monnaie des variations sur le

Plus en détail

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France?

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? (DGTrésor) 1. Indépendamment de facteurs d offre et de demande, qui jouent indéniablement sur les prix,

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

Faut-il encourager les ménages à épargner?

Faut-il encourager les ménages à épargner? Faut-il encourager les ménages à épargner? Analyse du sujet : Nature du sujet : Sujet de type «discussion». Problématique explicite. Mots-clés : Ménages ; épargner épargne des ménages Encourager Epargne

Plus en détail

Banque nationale suisse

Banque nationale suisse IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle Combinaison des politiques budgétaires et monétaires 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et

Plus en détail

Brefs rappels sur le modèle IS-LM et sur la Courbe de Phillips

Brefs rappels sur le modèle IS-LM et sur la Courbe de Phillips Université Paris Ouest Nanterre La Défense Licence 3 Mention Economie U.F.R SEGMI Premier semestre 2009-2010 Dynamique économique: analyse des fluctuations Cours de Valérie Mignon Brefs rappels sur le

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux...

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux... Liste des figures... Liste des tableaux... XI XV Liste des encadrés.... XVII Préface à l édition française... XIX Partie I Introduction... 1 Chapitre 1 Un tour du monde.... 1 1.1 La crise.... 1 1.2 Les

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE LA POLITIQUE ECONOMIQUE DE L ETAT

ECONOMIE GENERALE LA POLITIQUE ECONOMIQUE DE L ETAT IUFM AUVERGNE ECONOMIE - GESTION Cours de Mr DIEMER ECONOMIE GENERALE 3 ème PARTIE : LES MOTEURS DE LA CROISSANCE CHAPITRE 12 LA POLITIQUE ECONOMIQUE DE L ETAT MOTS CLES - Déficit budgétaire - Dette publique

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire d hier et d aujourd hui Hier Autrefois, les Etats battaient monnaie et les banques centrales dépendaient directement

Plus en détail

Marchés financiers et activité économique Canaux de transmission de la politique monétaire

Marchés financiers et activité économique Canaux de transmission de la politique monétaire Marchés financiers et activité économique Canaux de transmission de la politique monétaire Mishkin F. (1996), «Les canaux de transmission monétaire : leçons pour la politique monétaire», Bulletin de la

Plus en détail

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME ANNEXE VII, PJ n IX, page 1 ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 9 EFFETS D UNE DIMINUTION DES COTISATIONS SOCIALES EMPLOYEURS FINANCEE PAR LA CREATION D UN IMPOT SUR LE CHIFFRE

Plus en détail

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT PIB + M = CF+ FBCF + S + X Demande intérieure Valeur 2006 en milliard s d'euros ) Évolutions en volume au prix de l'année précédente Évolutions en volume au prix de l'année précédente

Plus en détail

TRAVAIL ET GESTION DE L EMPLOI?

TRAVAIL ET GESTION DE L EMPLOI? INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES E n s e l i m i t a n t à u n e présentation graphique simple et en insistant sur les déterminants de l'offre et de la demande, on expliquera l'analyse néoclassique du fonctionnement

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal La demande Du consommateur Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal Plan du cours Préambule : Rationalité du consommateur I II III IV V La contrainte budgétaire Les préférences Le choix optimal

Plus en détail

9 Investissement et intérêt

9 Investissement et intérêt 9 Investissement et intérêt Jean Magnan de Bornier Table des matières 1 La rentabilité des investissements 2 1.1 Actualisation............................ 2 1.2 Valeur Actuelle Nette........................

Plus en détail

Interpréter correctement l évolution de la part salariale.

Interpréter correctement l évolution de la part salariale. Interpréter correctement l évolution de la part salariale. Gilles Saint-Paul Université de Toulouse I et Ministère de l Ecologie En, la part des salaires dans la valeur ajoutée (ou dans le PIB) est un

Plus en détail

Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte

Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte Chapitre 4 Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte Introduction modèle keynésien : on suppose que les prix sont fixes quand la production augmente, tant que l on ne dépasse pas le revenu

Plus en détail

Partie 5 : La consommation et l investissement

Partie 5 : La consommation et l investissement Partie 5 : La consommation et l investissement Enseignant A. Direr Licence 2, 1er semestre 2008-9 Université Pierre Mendès France Cours de macroéconomie suite La troisième partie a exposé les théories

Plus en détail

Epargne et investissement

Epargne et investissement Epargne et investissement Nature du sujet : Sujet de type «mise en relation». Mots-clés / Définitions : Tous! «Epargne» : Part du revenu qui n est pas consommée Epargne des ménages : - Concept le plus

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

THÈME 1. Ménages et consommation

THÈME 1. Ménages et consommation THÈME 1 Ménages et consommation 1 Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? SENSIBILISATION Étape 1 D où provient l argent des ménages? Revenus «primaires» Du travail

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

10. L épargne, l investissement et le système financier

10. L épargne, l investissement et le système financier 10. L épargne, l investissement et le système financier 1. Le système financier Un système financier = ensemble des institutions financières qui ont pour objet de mettre en relation les besoins de financement

Plus en détail

13. L inflation, ses causes et ses coûts

13. L inflation, ses causes et ses coûts 13. L inflation, ses causes et ses coûts Qu est-ce que l inflation? - L inflation est une augmentation soutenue du niveau «général» des prix. - L inflation concerne une augmentation durable du niveau moyen

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

CHAPITRE 6. LES FONCTIONS MACROÉCONOMIQUES

CHAPITRE 6. LES FONCTIONS MACROÉCONOMIQUES CHAPITRE 6. LES FONCTIONS MACROÉCONOMIQUES PLAN ET RÉFÉRENCES Plan du chapitre I. Circuit et équilibre macro-économique II. La consommation et l épargne III. L investissement Références Généreux (2) Mankiw

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 2 Les simulations

Plus en détail

Monnaie, Banque et Marchés Financiers

Monnaie, Banque et Marchés Financiers Collection FlNANCE dirigée par Yves Simon, Professeur à l'université Paris-Dauphine, et Delphine Lautier, Professeur à l'université Paris-Dauphine Monnaie, Banque et Marchés Financiers Didier MARTEAU C

Plus en détail

ESSEC Cours Wealth management

ESSEC Cours Wealth management ESSEC Cours Wealth management Séance 9 Gestion de patrimoine : théories économiques et études empiriques François Longin 1 www.longin.fr Plan de la séance 9 Epargne et patrimoine des ménages Analyse macroéconomique

Plus en détail

Dans quelle mesure la baisse des taux d intérêt permet-elle de relancer la croissance?

Dans quelle mesure la baisse des taux d intérêt permet-elle de relancer la croissance? Dans quelle mesure la baisse des taux d intérêt permet-elle de relancer la croissance? BIEN COMPRENDRE LES DOCUMENTS Document 1 m Mots clés bandes centrales baisse des taux politique monétaire lutte contre

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER Epargne et emprunt Calcul actuariel Plan du cours Préambule : la contrainte budgétaire intertemporelle et le calcul actuariel I II III Demandes d épargne

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire I. Objectifs et instruments de la politique monétaire A) Les objectifs des politiques économiques Une politique économique = toute

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

La monnaie, les banques et les taux d intérêt

La monnaie, les banques et les taux d intérêt Chapitre 10 La monnaie, les banques et les taux d intérêt 1 Objectifs Définir ce qu est la monnaie et décrire ses fonctions Expliquer les fonctions économiques des banques canadiennes et des autres intermédiaires

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

Support de cours Economie monétaire et financière

Support de cours Economie monétaire et financière UNIVERSITE ABDELMALEK ESSAADI Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales de Tanger Filière des sciences économiques Semestre 3 Support de cours Economie monétaire et financière Professeur

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

Solde Courant et Choix Intertemporel

Solde Courant et Choix Intertemporel Solde Courant et Choix Intertemporel Grégory Corcos et Isabelle Méjean ECO 434: Economie Internationale Ecole Polytechnique, 2ème Année http://isabellemejean.com/eco434 InternationalEconomics.html Plan

Plus en détail

I) L ouverture des économies à l international

I) L ouverture des économies à l international L autarcie s oppose au système du libreéchange. I) L ouverture des économies à l international A) La mesure des échanges de biens et services. La balance des transactions courantes. Cette balance retrace

Plus en détail

Université du Québec en Outaouais

Université du Québec en Outaouais Nom : Numéro d étudiant : Université du Québec en Outaouais Prénom ECN1473 : Analyse macroéconomique Examen intra Date : lundi 21 octobre 2002 Durée : 2h30 (9h00 11h30) Professeur : Dimitri Sanga DIRECTIVES

Plus en détail

Macroéconomie. Monnaie et taux de change

Macroéconomie. Monnaie et taux de change Macroéconomie Monnaie et taux de change Marché des changes Le taux de change de en $ correspond au nombre de $ que l on peut acheter avec un exemple: 1 = 1,25 $ Une appréciation/dépréciation du taux de

Plus en détail

CHAPITRE 4 : DETERMINANTS DU CHANGE ET SMI

CHAPITRE 4 : DETERMINANTS DU CHANGE ET SMI CHAPITRE 4 : DETERMINANTS DU CHANGE ET SMI Monnaie et Finance Internationales David Guerreiro david.guerreiro@univ-paris8.fr Année 2014-2015 Université Paris 8 Table des matières 1 Les déterminants du

Plus en détail

Avec Gaël Callonnec (Ademe)

Avec Gaël Callonnec (Ademe) Séminaire Développement durable et économie de l'environnement Les conséquences des politiques énergétiques sur l activité et l emploi Avec Gaël Callonnec (Ademe) Mardi 24 janvier 2012 Présentation du

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée V2.3 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables)

Plus en détail

Epargner en période de crise : le dilemme

Epargner en période de crise : le dilemme Epargner en période de crise : le dilemme L épargne tient souvent l actualité en ce début d été 2013. Plusieurs chiffres laissent interrogateurs en cette période de très faible croissance (rappel : - 0.2%

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs?

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? En ces temps de crise économique et de crise des dettes souveraines (ou publiques), tous les hommes politiques de gauche comme de droite

Plus en détail

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième composante du «prime cost» (coût principal), les charges de personnel.

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

ENSIIE. Macroéconomie - Chapitre I

ENSIIE. Macroéconomie - Chapitre I ENSIIE Macroéconomie - Chapitre I Le 13 avril 2013 Table des matières 1 Introduction 2 2 La théorie Keynésienne 3 2.1 Keynes......................................... 3 2.2 Quelques ordres de grandeur.............................

Plus en détail

Partie I Une première définition des agents économiques et des opérations

Partie I Une première définition des agents économiques et des opérations Partie I Une première définition des agents économiques et des opérations Attac 05_06_03 Dans un premier temps, nous distinguerons quatre agents et une catégorie générale rendant compte de relations avec

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/19/23 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 20 JUIN 2012 Comité du programme et budget Dix-neuvième session Genève, 10 14 septembre 2012 FINANCEMENT À LONG TERME DE L ASSURANCE-MALADIE APRÈS CESSATION DE

Plus en détail

ATELIER : Comment expliquer l instabilité de la croissance économique?

ATELIER : Comment expliquer l instabilité de la croissance économique? ATELIER : Comment expliquer l instabilité de la croissance économique? A_Que nous-dis le programme? NOTIONS : Fluctuations économiques, crise économique, désinflation, croissance potentielle, dépression,

Plus en détail

CHAPITRE «CROISSANCE, CAPITAL ET PROGRES TECHNIQUE»

CHAPITRE «CROISSANCE, CAPITAL ET PROGRES TECHNIQUE» CHAPITRE «CROISSANCE, CAPITAL ET PROGRES TECHNIQUE» I ) SOURCES DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE : La croissance économique est d abord une réalité quantitative. Généralement, on mesure cette croissance avec

Plus en détail

CHAPITRE 1 : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ

CHAPITRE 1 : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ CHAPITRE : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ..Introduction.2. Le point de départ de l analyse micro-économique du consommateur.3. La fonction de demande individuelle.4. Effets

Plus en détail

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX 1. L effet d une variation du revenu. Les lois d Engel a. Conditions du raisonnement : prix et goûts inchangés, variation du revenu (statique comparative) b. Partie

Plus en détail

mais on suppose maintenant que ses préférences sont représentées par la fonction

mais on suppose maintenant que ses préférences sont représentées par la fonction Ecole Nationale de la Statistique et de l Administration Economique 2ème année, 1er semestre, 2007/2008 Examen de Macroéconomie Stéphane Gauthier 2 heures, sans document ni calculatrice 1. Questions de

Plus en détail

Simulation d une économie monétaire (programmation impérative, sujet 3)

Simulation d une économie monétaire (programmation impérative, sujet 3) Simulation d une économie monétaire (programmation impérative, sujet 3) http://sfc-abm.org/students/mief/ 10 février 2014 Table des matières 1 Sujet 2 2 Description plus détaillée de la simulation 3 2.1

Plus en détail

Macroéconomie. Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be

Macroéconomie. Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be Macroéconomie Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be Macroéconomie Monnaie Fonction de la monnaie Moyen de paiement: troc incompatible avec une forte division du travail acceptation

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

II. LE PRINCIPE DE LA BASE

II. LE PRINCIPE DE LA BASE II. LE PRINCIPE DE LA BASE Le comportement des opérateurs (position longue ou courte) prend généralement en compte l évolution du cours au comptant et celle du cours à terme. Bien qu ils n évoluent pas

Plus en détail

Document de recherche n 1 (GP, EF)

Document de recherche n 1 (GP, EF) Conservatoire National des Arts et Métiers Chaire de BANQUE Document de recherche n 1 (GP, EF) Taxation de l épargne monétaire en France : une fiscalité potentiellement confiscatoire Professeur Didier

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail

Exposé 1: Les aspects théoriques des relations monétaires internationales

Exposé 1: Les aspects théoriques des relations monétaires internationales Guide à l attention de l enseignant Jour 5: Les relations monétaires internationales H. Michelsen Université d'hohenheim Cette journée d étude a pour but de raviver les connaissances de base sur les relations

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant ECO434, Ecole polytechnique, e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant Exercice : Choix intertemporel et Taux de Change Réel (TCR) On considère une petite économie ouverte dans laquelle deux

Plus en détail

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Gérard Cornilleau Des inégalités contenues, des classes moyennes fragiles Le débat sur les salaires n est plus aujourd hui dominé

Plus en détail

Le cadre d analyse utilisé par la Banque du Canada pour évaluer la vulnérabilité du secteur des ménages

Le cadre d analyse utilisé par la Banque du Canada pour évaluer la vulnérabilité du secteur des ménages Le cadre d analyse utilisé par la Banque du Canada pour évaluer la vulnérabilité du secteur des ménages Ramdane Djoudad INTRODUCTION L évolution du service de la dette des ménages en proportion du revenu

Plus en détail

I. Le partage du revenu entre l épargne et la consommation

I. Le partage du revenu entre l épargne et la consommation LA CONSOMMATION ET L EPARGNE (10) 1 La consommation et l épargne sont les deux opérations économiques consistant à utiliser le revenu disponible. Les agents économiques affectent leur revenu à la consommation

Plus en détail

Economie de l information

Economie de l information 1 Introduction Economie de l information Les méthodes de la microéconomie peuvent être appliquées à tout problème particulier de la vie économique De nombreuses études sont consacrées à des marchés ou

Plus en détail

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE Plan : 1) La structure du système bancaire européen 2) Les objectifs de la BCE Licence professionnelle Bancassurance 2010-2011 3) Les instruments de la politique monétaire

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415

RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415 RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415 CCE 2014-2415 Rapport technique 2014 22 décembre 2014 2 CCE 2014-2415 3 CCE 2014-2415 Le tableau 1 présente les principaux indicateurs du contexte macro-économique belge

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

Cours d économie générale

Cours d économie générale Cours d économie générale Aurélien Méré Deuxième année de cycle ingénieur Table des matières Répartition et consommation... 3 La répartition... 3 La répartition du produit... 3 La répartition des revenus...

Plus en détail

ÉCONOMIE GÉNÉRALE FIIFO1

ÉCONOMIE GÉNÉRALE FIIFO1 ÉCONOMIE GÉNÉRALE FIIFO1 2000-2001 MÉRÉ Aurélien AMC Economie - Page 1 INTRODUCTION GENERALE 3 NATURE DE L ACTIVITE ECONOMIQUE 3 L OBJET DE LA SCIENCE ECONOMIQUE 4 LES GRANDS COURANTS DE LA PENSEE ECONOMIQUE

Plus en détail

QUESTIONS SUR L'ÉPARGNE

QUESTIONS SUR L'ÉPARGNE QUESTIONS SUR L'ÉPARGNE Christian BIALÈS Professeur de Chaire Supérieure en Économie et Gestion www.christian-biales.net Ce site se veut évolutif. Pour cela il fait l objet d un enrichissement documentaire

Plus en détail

CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS

CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS Notions à connaître: Taux de rentabilité, taux d'intérêt, demande anticipée, investissement matériel, investissement immatériel, investissement public,

Plus en détail