«RESUME LIVRE «MACROECONOMIE» DE GREGORY N. MANKIW»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«RESUME LIVRE «MACROECONOMIE» DE GREGORY N. MANKIW»"

Transcription

1 Notes de cours d étudiants Selon l intitulé : «RESUME LIVRE «MACROECONOMIE» DE GREGORY N. MANKIW» Prof. J. De Melo Notes originales fournies par : NOM PRENOM ANNEE JEAN-MAIRET Michaël - Dernière mise à jours par : NOM PRENOM ANNEE Avertissements : Le présent document regroupe des notes d étudiants relatives au cours nommé ci-dessus. Il est mis gratuitement à disposition des étudiants par le CHEC ; son contenu ne peut en aucun cas être vendu. De plus, ce document n est pas un polycopié officiel : son contenu n est pas garanti, il ne dispense donc pas d être présent aux cours. Enfin, quiconque bénéficie du présent support se doit de le mettre à jour en corrigeant les éventuelles erreurs et en le complétant (merci de renvoyer les documents modifiés à l adresse

2 Chapitre 3 Le revenu national sa production, sa répartition, et son affectation : Fonction de production d'une firme : Y=F(K,L) Y= Nombre d'unités produites K= Nombre de machines utilisées L= Nombre d'heures de travaillées par les travailleurs Profit = Revenu -Coûts du travail Coûts du Capital = P x Y wl rk r = rémunération du capital w = salaire = P x F(K,L) wl rk Pour maximiser sont profit l entreprise peut uniquement choisir les quantités de capital et de travail. La productivité marginal du Travail (PML) La PML = quantité supérieur de production réalisée par l'entreprise à l'aide d'une unité supplémentaire de travail, donc : y PML = F(K,L+1) F(K,L) PML décroissante lorsque K reste inchangé Lors d'une embauche il faut calculer la Travail, L variation du profit et la variation des coûts que vont engendré cette embauche : Δprofit = Δrevenu Δcoût = (P x PML) w L'entreprise va embaucher jusqu'à ce que : P x PML = w où Salaire réel mesurée en unités de w PML production, il désigne le pouvoir d'achat, p mesuré en quantité de B&S que le salaire permet d'aquérire. La productivité marginale du capital et de la demande : PMK = productivité du capital, c'est la quantité de production suppérieur que l'entreprise obtient grâce à toutes unités additionnelle de capital d'où : PMK = F(K+1,L) F(K,L) Pour calculer l'augmentation du profit par l'apport d'une unité de capital en plus nous prosedons de la même façon que pour le travail, donc : Δprofit = Δrevenu Δcoût =(P x PMK) R Au point ou l'entreprise maximise son profit le PMK doit rejoindre le prix d'aquisition ou de location de l'unité de capital considérée : PMK = R P Le prix réel du capital est le prix du capital mesuré en unités de bien. En conclusion l'entreprise va acquérir chacun des deux facteurs jusqu'au point où la productivité marginale de ces facteurs deviennent égale à leur prix réel. 1

3 La répartition du revenu national : La masse salariale totale est égale à PML x L et la rémunération globale des détenteurs du capital est égale à PMK x K. Profit économique = Y (PML x L) (PMK x K) d'où l'on peut tirer : Y = (PML x L) + (PMK x K) + profit économique La productivité du travail en tant que facteur déterminant des salaires réel, w salaires réel = P productivité moyenne = Y L On peut constater dans l'histoire que la croissance de la productivité du travail est très proche du taux de croissance des salaires réel. Les déterminants de la demande de bien et service : Etude d'une économie fermée, dans une telle économie l'identité du revenu national exprime uniquement trois composante qui sont : La consommation : C : consommation I : investissement Composante du PIB G : dépenses publiques (NX:exportation nettes que nous utiliserons pas pour un économie fermée) Y = C + I + G Toutes les actions qui visent à l'achat d'un bien. Le revenu des ménages est égales à la production globale de l'économie (Y). De ce revenu l'état va prélever un certain nombre de taxes (t) donc finalement le revenu disponible sera égale à (Y t). Il faudra répartir cette somme entre consommation et épargne. Donc nous pouvons en déduire que la consommation est une fonction du revenu disponible. C = C(Y t) fonction de consommation La propension marginale à consommer (PMC) est la variation de la consommation correspondant à un accroissement du revenu disponible de 1$, (compris entre 0 et 1) Consommation C Fonction de consommation 1 PMC Revenu disponible (Y - T) 2

4 L'investissement : env. 15% du PIB L'investissement varie selon le taux d'intérêt d'un emprunt, plus il sera élevée, moins il y aura d'investissement. Pour qu'un investissement soit rentable il faut que sont rendement soit supérieur au taux d'intérêt. Par exemple si une entreprise veux investir et à besoin de 1 million, avec un taux de remboursement de 10% il faut que sont investissement ait un rendement supérieur à 10%. Différent taux d'intérêt : Taux d'intérêt nominal : taux dans son acceptation normale. Taux d'intérêt réel : taux d'intérêt nominal corrigé des effets de l'inflation, c'est celui que l'on va retenir pour les décisions d'investir. Liaison entre taux d'intérêt réel (r) et investissement (I) Taux (r) I = I(r) l'investissement est une fonction du taux d'intérêt Dépenses publiques : env. 20% PIB Elles comprennent toute les dépenses nécessaire on fonctionnement d'un pays (routes, écoles, fonctionnaires...). Ils comptabilisent aussi les aides social, qui sont des transfères, mais n'utilise pas directement les B&S produit par l'économie, de se fait ils ne sont pas inclu dans la variable G qui désigne les dépenses publiques. Ces transfères sont la réciproque des impôts, eux augmentes le revenu des ménages alors que les impôts le diminue, donc toutes hausses des transfères qui sont financer par les impôts laisse donc le revenu inchangé. Si les dépenses publiques sont égales aux impôts diminués des transfères, alors G = T, dans ce cas le budget de l'état est équilibré. Si G >T, l'état est en déficits budgétaire qu'il va combler en émettant des obligations, ce qui lui permet d'emprunter sur le marché financiers. Dans le cas ou G<T, l'état est en excédant budgétaire qu'il va utiliser pour rembourser sa dette. Rappel : variable endogène = consommation, investissement, taux d'intérêt. Les déterminants de l'équilibre entre l'offre et la demande de B&S : Rappel des équations : Y = C + I + G C = C(Y T) I = I(r) G=G Fonction d'investissement Quantité d'investissement (I) La barre au dessus de la lettre signifie que c'est une variable dont la quantité est fixe, on ne peut ni augmenter ni diminuer ce facteurs. 3

5 T = T Dans l'économie d'un pays la demande des B&S produit par l'économie émane de la consommation de l'investissement et des dépenses publiques. La consommation est une fonction du revenu disponible, l'investissement dépend du taux d'intérêt réel, les dépenses et les recettes publiques sont les variables exogènes de la politique budgétaire. L'Offre des B&S, les facteurs de production et la fonction de production déterminent conjointement la quantité produite : Y = F(K,L) = Y Pour décrire l'offre et la demande de la production il nous suffit de combiner ces divers équations. D'où : Car G et T sont établie par la politique budgétaire et que le Y = C(Y T) + I(r) + G niveau de production Y est déterminé par les facteurs de production et la fonction de production. Y = C(Y T) + I(r) + G L'équation : Y = C(Y T) + I(r) + G établie que l'offre de production est égale à la demande de celle-ci, qui n'est rein d'autre que la somme de la consommation, de l'investissement et des dépenses publiques. C'est cette équation qui permet de nous rendre compte que c'est le taux d'intérêt (r) qui a un rôle cruciale dans l'équilibre de l'équation, car c'est la seul variable qui n'est pas déterminé. Si le taux d'intérêt est trop élevé il y a peut d'investissement, donc la demande de B&S (C + I + G) est plus faible. Si par contre (r) est trop faible les investissement sont trop élevés et la demande excède l'offre. Donc à l'équilibre le taux d'intérêt permet à la demande et l'offre des B&S d'être égale. L'équilibre sur le marché financiers : l'offre et la demande de fond prétable Pour mieux comprendre le taux d'intérêt écrivons l'équation : Production qui subsiste après avoir satisfait Y C G = I De la on se rend compte que l'épargne est la demande des consommateurs et de l'état, égale à l'investissement. on l'appelle épargne national (S) L'épargne national peut être divisé en deux parties : épargne privée (Y T C) revenu disponible consommation épargne publique (T G) recette publique dépenses publiques S = (Y T C) + (T G) = I Pour nous rendre compte du rôle du taux d'intérêt en matière d'équilibre des marchés financiers, réecrivons l'identité comptable en substituant la fonction de consommation et d'intérêt : Y C(Y T) G = I(r) Ensuite on indique que T et G sont fixé par la politique budgétaire et que Y est déterminé par les facteurs de productions. Taux d'intérêt réel (r) Épargne (S) Investissement désiré I(r) Y C(Y T) G = I(r) S Investissement, épargne, I,S Sur ce graphique l'épargne ne dépend pas du taux d'intérêt. On constate que plus le taux d'intérêt est 4 = I(r) La partie gauche de l'équation nous indique que l'épargne national (S) dépend du revenu et des variables G et T de la politique budgétaire. Donc lorsque Y, G et T sont données l'épargne l'ai aussi. Du côté droit nous remarquons que l'investissement est fonction du taux d'intérêt (r)

6 élevé et moins nombreux sont les investisseurs. Au point d'équilibre, les ménages souhaitent épargner ce que les entreprise désirent investir et l'offre de fond prêtables est égale à leur demande. La variation de l'épargne ou l'impacte de la politique budgétaire : Une hausse de dépenses publiques : Cette hausse sera considéré comme ΔG. Reprenons l'équation Y C(Y T) G = I(r) pour respecter l'équation après une augmentation de G, la seul solution est une diminution de l'investissement et pour se faire il sera nécessaire d'augmenté le taux d'intérêt (r). Taux d'intérêt réel, (r) Augmente le taux d'intérêt r 2 r 1 S 2 S 1 Baisse de l'épargne I(r) Une baisse de l'épargne conduit à un déplacement de la courbe vers la gauche, et le nouveau point d'équilibre se trouve à l'intersection avec la courbe d'investissement et nous pouvons constater qu'à se point le taux d'intérêt a augmenté. Investissement, Epargne, I, S La réduction des impôts : ΔT variation des impôts, conduit a une augmentation du revenu disponible des ménages ce revenu augmente de ΔT et de ce fait amène à une augmentation de la consommation de ce même montant fois la propension marginal à consommer PMC, plus la PMC est élevée plus l'impacte de la réduction des impôts sur la consommation est important. Comme pour la hausse des dépenses publiques, cette baisse des impôts doit nécessiter une équivalence pour respecter l'équation, pour ce faire nous devons augmenter le taux d'intérêt. Nous pouvons aussi voir cette effet du point de vu de l'épargne et de l'investissement, comme la consommation augment de PMC x ΔT, et que l'épargne national (S) est = Y C G celle-ci va diminuer de même montant que va croître la consommation. Les variations de la demande d'investissement : Une innovation technologique peut faire augmenter la demande d'investissement, car les entreprsies vont vouloir acquérir cette nouvelle technologie. L'état peut aussi influencer cette demande positivement ou négativement avec des mesures budgétaire. Si il augmente l'imposition sur les personne physique et il utilise ces recettes pour baisser l'imposition des entreprises qui investisse en capital neuf, ce qui réduit le coût de l'investissement et permet de plus gros investissement. Taux d'intérêt réel (r) 2. Augment le taux d'intérêt S B A 1. Une hausse de l'investissement désiré I 1 I 2 Investissement, épargne, I, S Lors d'une hausse de la demande de biens d'investissement, cela implique un déplacement de la courbe d'investissement vers la droite, donc pour n'importe quel taux d'intérêt l'investissement est plus important. Donc le nouveau point d'équilibre ce trouve au point B, étant donné que le montant de l'épargne et fixe l'augmentation de la demande augmente le taux d'intérêt mais ne change pas son volume. Dans ce graphique nous supposons que c'est le niveau constant de l'épargne qui va déterminer le volume d'investissement, cela signifie que l'on suppose donnée l'offre des fonds prêtables. Par contre, si nous supposions que la fonction de consommation dépendrai aussi du taux d'intérêt, cela impliquerai qu'une augmentation du taux d'intérêt ferait diminuer la consommation, et S(r) I 2 Dans ce cas une hausse 5 de l'investissement désiré, conduit à une hausse du taux d'intérêt, mais aussi à un accroissement de l'investissement et de l'pargen d'équilibre. I 1

7 augmenterait l'épargne, dans ce cas le courbe (S) serait croissante et plus verticale. Chapitre 4 La Monnaie et l'inflation : Le taux d'inflation est la variation en % du prix du même bien dans le temps. Les fonction de la monnaie : Réserve de valeur : la monnaie gagné aujourd'hui va permettre de la dépenser demain. Unité de compte : Elle est une référence à l'aune de laquelle nous mesurons les transactions économiques. Intermédiaire des échanges : Permet l'échange contre des biens et services. Comment contrôler la quantité de monnaie : L'offre de la monnaie est la quantité de monnaie disponible. C'est l'état qui contrôle cette offre ou le plus souvent un organisme indépendant les banques centrale. La régulation de la monnaie s'appelle politique monétaire, c'est elle qui régule l'offre de la monnaie. Une des premiers action pour réguler l'offre de la monnaie est une intervention sur le marché monétaire. Pour accroître l'offre les BC rachète des obligations d'état avec la monnaie nationale. Pour diminuer l'offre les BC vendent les obligations qu'elle détient. Ce qui conduit à retirer du marché la quantité de monnaie national corresponante. Comment mesurer la quantité de monnaie : Il existe plusieurs mesure de la quantité monétaire : Symboles C M1 M2 Actifs inclus Pièces et billets en circulation C, avec en plus les dépôts à vue, les chèques de voyages, et les autres dépôts permettant l'émission de chèques. M1, avec en plus les accords de rachat au jour le jour, les comptes de dépôt sur le marché monétaire, les actions en fond mutuels sur le marché monétaire, les comptes d'épargne et autre compte à terme rapproché. 6

8 m= = La théorie quantitative de la monnaie : L'équation quantitative de la monnaie : (cette équation mais en avant le lien entre les transactions et la masse monétaire). Monnaie utilisée dans les transactions. M x V = P x T T = c'est le nombre de fois que l'on échange des B&S contre de la monnaie. P = c'est le prix de la transaction moyenne. (PxT) = c'est égale au nombre d'unités monétaires échangées en un an. M = quantité de monnaie V = vitesse de circulation de la monnaie, (nombre de fois qu'une unité de monnaie a été utilisé dans une transaction). Par exemple si la masse monétaire présente dans l'économie est inférieur aux transactions faite durant une année, cela signifie que la monnaie à forcement circulé. Donc : V = PT M Des transactions aux revenu : La plus part du temps nous allons utilisé une équation légèrement différente nous remplacerons T qui est égale ou transactions par Y qui représente la production de B&S de l'économie. M V =P Y (PY= valeur en unité monétaire de la production) Y étant aussi le revenu total, et V qui ici signifie la vitesse de circulation de la monnaie en tant que revenu : elle nous dit combien de fois une unité monétaire est entré dans le revenu d'une personne. La fonction de la demande de la monnaie et l'équation quantitative : M L'encaisses monétaires réelles permet de convertir la quantité monétaires en unités de B&S P que l'on peut acheter. Cela permet de savoir combien de transaction l'on peut faire avec la monnaie présente dans l'économie. La fonction de demande de la monnaie, montre combien d'encaisse monétaires les gens veulent détenir : (M/P) d = k Y k = constante qui représente la part de 1$ de revenu que les gens veulent détenir sous forme d'encaisse. Cette quantité est proportionnelle au revenu réel. Posons l'hypothèse que (M/P) d est égale à (M/P) alors on peut réécrire : (M/P) = k Y D'où M(1/k) = Transactions et pour finir M V =P Y Ce qui montre que V=1/k, tous cela pour montrer que le lien entre le demande de la monnaie et sa vitesse de circulation. Si k est grand alors V est petit, et dans le cas contraire si k est petit alors V 7

9 est grand. L'hypothèse de vitesse constante : Cette hypothèse transforme notre équation quantitative en théorie du PIB nominal. Qui s'écrit comme suite : M V =P Y V = vitesse données. Dans ces conditions n'importe quelle variation de M entraîne une variation proportionnelle du PIB (PxY) La monnaie, les prix et l'inflation : Théorie explicative du niveau générale des prix repose sur trois piliers : 1. Les facteurs de productions et la fonction de production déterminent le niveau de la production Y 2. L'offre de la monnaie M détermine la valeur nominal de la production (PxY). (vitesse constante) 3. Le niveau des prix P est égale au rapport de la valeur nominal de la production (PxY) sur le niveau de la production. En résumé, la capacité productive d'une économie détermine le PIB réel. La quantité de monnaie détermine le PIB nominal et le déflateur du PIB est la rapport du PIB nominal sur le PIB réel. Grâce a cette théorie on peut expliquer ce qui se passe lorsque BC modifie l'offre de monnaie. V étant constant toutes modification de l'offre de la monnaie agit proportionnellement sur le PIB nominal, ce qui va impliquer une variation du niveau des prix, étant donnée que la fonction de production et ces facteurs on déjà déterminé le PIB réel. Niveau des prix est proportionnelle à l'offre de la monnaie. De ces équations l'on peut aussi calculer le niveau d'inflation : (variation en % de M)+(variation en % de V)=(variation en % de P)+(variation en % de Y) Cette variation est contrôlé par la BC Cette variation montre les déplacements de la demande de la monnaie. Vue que notre hypo. Donne une vitesse constante sa variation est égale à 0 Cette variation est égale au taux d'inflation celui que l'on désire trouver à l'aide de cette équation. De là peut constater que la croissance de l'offre de la monnaie détermine le taux d'inflation. Le seigneuriage, ou le revenu de l'émission de monnaie : Cela dépend de la croissances des facteurs de productions et des progrès technologie mais dans notre cas on les suppose donnés. L'Etat a besoin d'argent pour fonctionner, achat de B&S (construction de routes payer ces fonctionnaires...), ou pour des transfère (aides sociales...). Pour payer tous cela l'etat peut le faire de trois façons différentes : 1. Avec les impôts. 2. Emprunté auprès du public, en vendant des bons du Trésor. 3. En émettant de la monnaie, cela est sources d'inflation d'où le nom de taxe d'inflation. Cette taxe est payée par toutes les personnes qui détiennent de la monnaie. L'argent détenu perd de la valeurs vue que son volume augment. 8

10 Seigneuriage = recette acquises par émission d'argent. L'inflation et les taux d'intérêt : Le taux d'intérêt relient le présent et le futur. Taux d'intérêt réel, et taux nominal : Le taux d'intérêt nominal et le taux auquel vos placements son rémunéré par les banques. Alors que le taux d'intérêt réel (accroissement du pouvoir d'achat) et celui dont votre épargne a réellement été augmenté. Si la banque vous fait un taux de 8% (nominal) et que l'inflation durant l'année est de 5% le taux d'intérêt réel est égale à 8-3 donc 5%. r = i - π L'effet Fisher : Equation de Fisher montre que le taux d'intérêt nominal est égale à la somme du taux d'intérêt réel et du taux d'inflation : i = r + π Cela permet de savoir quelle sont les deux causes possible d'une variation du taux d'intérêt nominal. En réunissant la théorie quantitative de la monnaie et l'équation de Fisher montrent comment la croissance monétaire affecte le taux d'intérêt nominal. Selon la th. Quantitative, un accroissement de 1% du taux de croissance monétaires provoque une hausse de 1% du taux d'inflation. Selon l'équation de Fisher, cette hausse de 1% du taux d'intérêt nominal. L'effet Fisher désigne cette relation proportionnelle entre le taux d'inflation et taux d'intérêt nominal. Deux taux d'intérêt réels : ex ante et ex post : r = taux d'intérêt réel i = taux d'intérêt nominal π = taux d'inflation Lors d'un prêt entre deux personnes ils se mettent d'accord sur un taux mais ils ne savent pas comment va évoluer l'inflation jusqu'à l'échéance. C'est pour cela que l'on va parler de deux taux d'intérêt le premier au moment de l'accord ex ante et celui qui se vérifie au court du temps ex post. Vue que les deux de sont pas en mesure de savoir qu'elle sera l'inflation future ils peuvent néanmoins prévoir sont évolution. Appelons π l'inflation futur réel et Eπ l'inflation futur anticipée. Le taux d'intérêt réel ex ante est alors i Eπ, et le taux d'intérêt réel ex post i π. Si l'inflation réel π n'est pas le même que celle anticipé Eπ, alors les deux taux d'intérêt réel s'écarte. Le taux d'intérêt nominal ne peut s'ajuster à l'inflation réelle, car elle n'est pas connue lorsque le premier est fixé. Donc le taux d'intérêt nominale ne peut s'ajuster qu'à l'inflation anticipée. D'où la nouvelle équation de Fisher : i = r +Eπ r (taux d'intérêt réel ex ante) est déterminé par l'équilibre sur le marché des B&S, alors que i (taux d'intérêt nominal) ses variation sont proportionnelles à celles de l'inflation anticipée Eπ. 9

11 Le Taux d'intérêt nominal et le demande de monnaie : Jusqu'à présent la demande d'encaisse monétaires réelles était une fonction proportionnelle au revenu. Mais maintenant en plus elle va dépendre du taux d'intérêt nominal. Le coût de la détention de la monnaie : La monnaie que l'on détient ne nous rapport aucun intérêt alors que si nous l'avions placé à la banque ou investit elle générerait des intérêts. Si l'on avait investit cela nous rapporterait r qui est égale au rendement de notre placement. Par contre si l'on garde notre argent celle si ne nous rapporte que (-Eπ) cela car la valeur réel de la monnaie est érodée par la monnaie. Donc en gardant cette argent nous renonçons à la différence de r-(- Eπ) r + Eπ = i. Donc cela correspond au taux d'intérêt i au quelle nous renonçons. Équation de Fisher. Cela pour dire que le demande d'encaisse monétaires réelles, dépend à la fois du revenu que tu taux d'intérêt i, d'où l'équation : (M/P) d = L(i,Y) L est égale à la demande de monnaie. Plus le niveau de revenu est élevé Y et plus la demande de monnaie sera importante, alors que si le taux d'intérêt i est élevé la demande de monnaie diminuera. L'offre monétaire future et les prix courant : Offre de la monnaie Demande de la monnaie Niveau des prix Taux d'inflation Taux d'intérêt nominal Ce schéma permet de visualiser les différentes relations des points vu si dessus. L'offre de la monnaie, et la demande de la monnaie déterminent ensemble le niveau d'équilibre des prix. Nous savons aussi que la variation du niveau des prix est l'inflation. Ensuit par l'effet Fisher celui-ci agit sur le taux d'intérêt nominal qui est le coût de détention de la monnaie. Pour finir on peut voir qu'il a un effet sur la demande de la monnaie. Voyons plus en détaille comment le taux d'intérêt nominal affecte la demande de la monnaie. (M/P) = L(i,Y) Partie 4.5 pas fini car pas nécessaire 4.6 et 4.7 Coût de l'inflation et l'hyperinflation juste besoin de lire pas très technique. 10

12 Ch.7 (7.1,7.3,7.4) La croissance économique (I) Dans ce chapitre nous allons comprendre pourquoi il y a une différence aussi élevé entre le PIB des différents pays. L'accumulation du capital : Le modèle de croissance de Solow, ce modèle mais en avant les interactions entres croissances du stock du capital et de la force de travail, d'une part, et progrès technologique d'autre part. L'offre et la demande des biens et services : L'offre de B&S est déterminé par la fonction de production, et la demande de la production régit la manière dont cette production est allouée à ses diverses utilisations possibles. A) L'offre de B&S et la fonction de production : Y = F(K,L) La production est fonction du stock de capital (K) et du travail (L). De plus cette fonction a un rendement d'échelle constant. Cela signifie que si l'on double K et L la production est aussi doublé. z Y = F ( zk, zl) Maintenant posons z = 1/L pour vérifier cela : Y L =F ( K L,1 ) Le rendement d'échelle constant permet de na pas tenir compte de la taille de l'économie. Dans ce cas il est pratique de rapporter toutes les variables au nombre de travailleurs. Dans ce cas nous utiliserons les lettres minuscules : y= Y L Cette équation représente la production par travailleur. Production par travailleur, y k = K L 1 Cette équation représente le capital par travailleur. PMK Production, f(k) y = f(k) Voilà comment nous pouvons désormais écrire la fonction de production. Ou nous posons f(k) = F(k,1) Cette fonction nous montre comment la quantité de travailleur k détermine la quantité produite par travailleur y=f(k). La pente de la fonction est la productivité marginal du capital (PMK). Si k augmente d'une unité, y augmente de PMK unités. PMK = f(k+1) f(k) cette équation montre la quantité produite par travailleur supplémentaire que permet toute unité additionnelle de capital par travailleur. Capital par travailleur, k 11

13 B) La demande de B&S et la fonction de consommation : La production par travailleur y se répartie entre la consommation par travailleur c et l'investissement par travailleur i : y = c + i Dans notre modèle de Salow l'équation de production prend la forme simple : c = (1 s)y S = taux d'épargne compris entre 0 et 1. Cette fonction indique que la consommation est proportionnelle au revenu. Chaque année une partie du revenu est dépensé qui est égale à 1-s et une autre épargné = s Maintenant pour savoir en quoi la fonction de consommation intervient dans l'investissement remplaçons c par (1-s)y dans notre première équation ce qui donne : y = (1- s)y +i après modification on obtient i = s y Cette équation montre que l'investissement est égale à l'épargne, et que le taux d'épargne (s) est aussi égale à la fraction de la production affecté à l'investissement. Maintenant on sait que pour tous stock donné de k la fonction de production y=f(k) détermine les quantités que peut produire l'économie et le taux d'épargne (s) détermine la répartition de cette production entre la consommation et l'investissement. L'évolution du capital et la croissance équilibrée : Le stock de capital peut varier de deux façon différentes. 1. L'investissement : le stock du capital augmente lorsque les entreprises achète de nouvelles usines et de nouveau équipement. 2. L'amortissement : le stock de capital diminue à mesure que le capital installé vieillit et doit être déclassé. 3. L'augmentation du nombre de travailleur (baisse du capital par travailleur) Rappel : Les minuscules dénote les quantités par travailleur : k = K L capital par travailleur y=y quantité produite par travailleur L Maintenant pour tenir compte du paramètre 3 il faut calculer la variation du stock de capital par travailleur ( k) : k = i - ( + n)k k=amortissement du capital existant nk=valeur d'inves qui permet de pourvoir les travailleur nouveaux des équipement nécessaires. ( +n)k=investissement stabilisateur (volume d'investissement nécessaire pour maintenir constant le stock de capital par travailleur. 12

14 Dans le cas ou la fonction d'investissement s'écrit comme sf(k) on peut la substituer à i se qui donne : Invest k=sf(k) - ( + n)k invest par travailleur ( +n)k L'état stationnaire se trouve au point k*, dans le cas ou k est supérieur à k* l'investissement est sf(k) inférieur à l'investissement stabilisateur et k diminue. Si k est inférieur à k* l'investissement est supérieur à l'investissement stabilisateur et k k* augment. Capital par travailleur (k) La croissance démographique affècte notre critère de détermination du niveau d'accumulation du capital que nous dicte la règle d'or, pour le voir faisons : C = y i avec un état stationnaire la production = f(k*) et l'investissement ( + n)k* substituons ces deux termes dans l'équation de la consommation : c*=f(k*) - ( + n)k* Le volume de k* qui maximise la consommation est celui pour lequel PMK= + n donc PMK - = n donc le taux de croissance de la population n dicté par la règle d'or est égale à PMK L'amortissement. 13

15 Chapitre 8 : La croissance économique (II) L'efficience du travail : Fonction de production qui relie le stock de capital totale (K), et le nombre de travailleurs total (L). Y = F(K,L) Maintenant nous allons incorporer une nouvelle variable dans cette équation (E) qui est l'efficience du travail, elle augmente avec la technologie, mais aussi avec le savoir et la formation de la population active. Y = F(K,L x E) L x E = le nombre de travailleurs efficients g = augmentation de l'efficience de chaque unité de travail par année. n = croissance de nombre de travailleurs L Donc le nombre de travailleurs efficients (L x E) augmente au taux de (n + g). Etat stationnaire en présence de progrès technologique : Deux nouvelles notation : k = K/(L x E) cela représente le capital par travailleur efficient y = Y/(L x E) c'est la production par travailleur efficient De la on peut écrire y = f(k) Evolution de k dans le temps se reflet dans cette équation : k = sf(k) - ( + n + g)k La variation de capital = fonction d'investissement sf(k) l'investissement stabilisateur ( + n +g)k Vue que k = K/(L x E) des lors pour garder k constant on dispose de 3 nouvelles variables : 1. k qui remplace l'investissement déprécié. 2. kn qui doit fournir du capital aux nouveaux travailleurs 3. gk qui doit en faire autant pour les nouveaux travailleurs efficients générée par le progrès technique. L'équilibre de L.T de l'économie est appelé état stationnaire et il est atteint lorsque la fonction d'investissement sf(k) est égale à l'investissement stabilisateur ( + n + g)k. Investissement, Investissement stabilisateur. Investissement stabilisateur, ( +n+g)k Investissement, sf(k) K* état stationnaire Capital par travailleur efficient, K Variable Symbole Taux de croissance à l'état stationnaire Capital par travailleur efficient k=k/(e x L) 0 Production par travailleur efficient y=y/(e x L) = f(k) 0 Production par travailleur Y/L = y x E g Production totale Y = y x (E x L) (n + g) 14

16 La production total Y = y x (E x L) croit au taux de (n + g) L augmente au taux de n et E augmente au taux g A l'état stationnaire la consommation par travailleur efficient est : c* = f(k*) - ( + n + g)k* La consommation à l'état stationnaire est maximisé si : PMK = ( + n + g) donc PMK - = (n + g) C'est avec cette dernière égalité que nous allons pouvoir savoir si l'économie a un stock de capital supérieur ou inférieur qu'elle aurait à l'état stationnaire qui correspond à la règle d'or. Les politiques de stimulation de la croissance économique : Le taux d'épargne détermine les niveaux stationnaires du capital et de la production. Pour savoir si l'économie fonctionne à un niveus supérieur égale ou inférieur à sont état stationnaire correspondant à la règle d'or, il faut comparer la productivité marginal du capital (PMK - ) au taux de croissance de la productivité totale (n + g) Dans le cas ou elle est à l'état stationnaire (PMK- )=(n + g), si en dessous (PMK- )>(n+g) dans ce cas une hausse du taux d'épargne entraîne une augmentation de l'accumulation du stock du capital et une hausse de la croissance économique ce qui va amener l'économie à son état stationnaire. Dans le cas contraire (PMK- )<(n+g) la réduction du taux d'épargne entraîne une hausse de la consommation et ramène l'économie à son état stationnaire. Théorie de la croissance endogène : Modèle de base : fdp : Y = AK Y = production A = constante mesurant la quantité produite par unité de capital K = le stock de capital Dans cette fdp il n'y a pas de rendement décroissant 1 ère grande différence du modèle de Solow. Fonction d'accumulation du capital : K = sy - K sy = fraction du revenu épargné K = amortissement En combinant les deux équations on obtient : Y Y = K =sa Y/Y= taux de croissance de la population K Dans le modèle de Solow lorsque l'économie à atteint son état stationnaire le seul moyen pour le faire croître est un progrès technologique. Alors que dans notre modèle présenté ci-dessus, l'investissement et l'épargne génèrent à eux seul une croissance persistante. 15

17 Chapitre 19 section 19.1 : L'offre de la monnaie : Maintenant dans la détermination de l'offre de la monnaie, nous allons prendre en compte, le comportement des ménages qui détiennent cette monnaie, mais aussi des banques dans lesquelles cette monnaie est déposé. Equation de l'offre de monnaie : M = C + D M = offre de monnaie C = pièces et billets D = dépôts à vue Système bancaire avec réserves intégrale : Un tel système est constitué de baque qui à une fonction unique, celle de garder l'argent des personnes, ces dépôts sont appelé réserves bancaires (dans notre cas ils sont égale à 100%). Dans ce cas si la totalité de la monnaie en circulation est placé à la banque (dépôt à vue) cela n affecte pas l'offre de monnaie, mais réduit la monnaie en circulation. Le bilan de cette banque est constitué de réserves (Actif) et de dépôts (Passif) dans notre cas les deux sont égaux. Système bancaire avec réserves fractionnaires : Dans un tel système les banques prêtes une partie des dépôts et de ce prêt prélèvent un taux d'intérêts aux personnes qui empruntes. Mais elles sont quand même obligé de garder une partie en réserves pour assurer de la liquidité aux personnes qui souhaitent retirer de l'argent. Imaginons une économie constitué de 1000$, le bilan de la banque avec un coefficient de réserve de 0.2 se présente ainsi. Actif Passif Ce système crée de la monnaie car maintenant les 800 prêté son rajouté à l'offre de la monnaie car détenu par Réserves 200 Dépôts 1'000 une autre personne donc maintenant : M = 1' = 1'800 M Augmente de 800 Prêts 800 Si maintenant les 800 emprunté son à nouveau placé dans une autre banque cela produit le processus de création de monnaie, car cette nouvelle banque va à son tour prêter cette argent placer (diminué de la réserve obligatoire) à une autre personne et ainsi de suite. Formule permettant de calculer la quantité totale de monnaie que peut générer un dépôt de départ de 1000$ : rr = coefficient de réserve Prêt baque 1:= (1 - rr)x1000 Prêt banque 2 : = (1 - rr) 2 x1000 Prêt banque 3 : = (1 rr) 3 x Offre totale de monnaie [1+(1 rr)+(1 rr) 2 +(1 rr) ] 1000= 1 rr Donc 1$ de réserve génère $ de monnaie, dans notre exemple rr = 0.2 dépôt initiale rr 1000 de 1000$ =1000 $ ce système bancaire permet d'accroître la liquidité de 0.2 l'économie mais en aucun cas sa richesse. 16

18 Un modèle d'offre de la monnaie : Ce modèle comporte 3 variables exogène : 1. La bas monétaire B : constitué de la monnaie en circulation C, et des réserves bancaire R, c'est la BC qui la contrôle. 2. Le coefficient de réserve rr : partie des dépôts que la banque conserve sous forme de réserves. 3. Le coefficient d'encaisse cr est la part de leurs dépôts à vue, D que les gens souhaitent détenir en espèces C. Il traduit les préférences des gens quand aux formes de détention de la monnaie. Ce modèle permet de comprendre comment la politique de la BC et le comportement des banques et des ménages agit sur l'offre de monnaie. M = C + D l'offre de monnaie = billet et pièces + dépôt à vue B = C + R base monétaire = billets et pièces + réserves banquaire M peut se déterminer grâce à ces trois variables : M = cr+1 cr+rr B cr= C rr= R D D Cela nous montre que l'offre de la monnaie est proportionnelle à la base monétaire. Introduison, m qui est le multiplicateur monétaire, qui est le facteur de cr+1 proportionnalité donc M =m B cr+rr Chaque $ de la base monétaire produit m $ de monnaie. Exemple : B = 800 milliards rr = 0.1 cr = 0.8 m= =0.2 M = milliards=1'600milliards Comme M est proportionnelle à B, toutes hausse de B accroît de la même mesures l'offre de monnaie. Plus rr est faible plus les banques prêtes, et donc plus m est élevé, cela accroît l'offre de la monnaie. Plus cr est faible moins les gens veulent détenir de monnaie et plus les banques en possède pour le prêté et cela accroît aussi l'offre de la monnaie. Les trois instruments de la politique monétaire : Pour contrôler l'offre de monnaie la BC le fait en modifient soit le coefficient de réserve ou la masse monétaire. Pour cela elle disposent de 3 instruments : 1. Intervention sur le marché monétaire ou opération d'open market: cela consiste à l'achat ou la vente d'obligation de l'état par la BC. L'argent qu'elle utilise pour l'achat accroît la base monétaire et donc l'offre de monnaie, ou celle quelle reçoit pour la vente diminue la base monétaire et l'offre de monnaie. 2. Les réserves obligatoires : c'est la réglementation que la BC impose aux banques sur les taux de réserves plus il est bas plus m est grand et plus il est haut plus m est petit, cela agit sur l'offre de la monnaie. 3. Le taux d'escompte : c'est le taux d'intérêt des emprunts des banques au près de la BC, cela pour les financer si leurs réserves est trop basse, plus il est faible est plus les banques emprunte facilement est prête plus donc cela accroît la masse monétaire. 17

19 Capitaux propres, effet de levier et fond propres réglementaires : Jusqu'à présent le bilan d'une banque étant constitué uniquement des dépôts (Passif) et des prêts et réserves (Actif). Maintenant ajoutons les capitaux propres de la banque ceux-ci son obligatoire pour la création d'une banque. Faisons exemple de ce nouveau bilan : Bilan simplifié d'une banque Actif Passif Réserves 200 Dépôts 750 Prêts 500 Dettes 200 Titres financiers 300 Fonds propres 50 Ainsi les ressources financiers d'une banque sont constitué des fonds propres en capital, les dépôts à vue et les capitaux empruntés. Elles utilisent ces ressources pour constituer ces réserves, faire des prêts, et acheter des obligations. Les stratégies financiers des banques reposent sur le levier d'endettement. L'effet de levier se calcule en divisant tous les actifs par les fonds propres. Dans notre exemple, il correspond à 1000/50 = 20 cela signifie que chaque dollar de fond propre la banque dispose de 20$ d'actif, et, par conséquence, de 19$ de dépôts dettes. Les conséquence du levier d'endettement, pendant certaine période les banques peuvent perdre une partie de leur capital. Dans notre exemple si une baisse des actifs de 5% survenait 1'000 à 950 dans ce cas si le levier est de 20 une baisse de 5% des actifs conduit à une perte de 100% des capitaux propres. Chapitre 5 L'économie ouverte : Les flux internationaux de biens et de capitaux : Maintenant nous allons aborder la macroéconomie en économie ouverte, cela implique que nous prenons en compte les exportations et les importations. Le rôle des exportations nettes : Nous allons rajouter une variable à notre équation de la production. Donc maintenant nous avons quatre grandes catégories de dépenses : C d, la consommation de B&S produits sur le territoire national. I d, l'investissement en B&S produits sur le territoire national. G d, les acquisitions par l'état de B&S produits sur le territoire national. X, les exportations de B&S produits sur le territoire national. Des lors notre identité comptable prend la forme : Y = C d + I d + G d + X Ce qui est produit sur le territoire national est consommé sur celui-ci Représente les exportations 18

20 Nous pouvons remarquer que tous les biens consommé sur le territoire national proviennent, du territoire national et du reste du monde c'est pareil pour l'investissement et les dépenses du gouvernement. C = C d + C f I = I d + I f G = G d + G f Notre équation peut s'écrire Y = (C C f ) + (I I f ) + (G G f ) + X Y = C + I + G + X (C f + I f + G f ) La somme des acquisitions de B&S consommé sur le territoire national représente le dépenses en importations (IM). Y = C + I + G + X IM Maintenant nous pouvons en déduire que X IM représente les exportations nettes (NX), en remplaçant on obtient : Y = C + I + G + NX Nous pouvons nous rendre compte que les importations nettes la production soustrait des dépenses intérieurs : NX = Y (C + I + G) Dans le cas ou la production est supérieur aux dépenses intérieurs la différence est exporté (NX>0), et dans le cas contraire si la production intérieurs est inférieure aux dépenses la différence est importé (NX<0). Les flux internationaux de capitaux et la balance des biens et services : Interprétons notre équations comptable sous l'angle de l'épargne. L'épargne national est égale à (Y C G). Donc si on soustrait C et G de notre équation on obtient : Y C G = I + NX Sachant que (Y C G) est égale à S en remplaçant on obtient : S = I + NX et de la on peut remarquer que les exportations nettes doivent toujours être égale à l'épargne moins l'investissement. S I = NX Expliquons plus en détail les termes de cette équation. NX représente la différence entre importations et exportations que l'on appelle aussi balance de B&S. (S I) quand à lui représente la différence entre l'épargne est l'investissement qui peut être positif cela implique que l'épargne national est supérieur à l'investissement national cela se traduit par un prêt sur le marché mondial. Dans le cas ou il est négatif cela signifie que l'investissement est supérieur à l'épargne et donc il est nécessaire d'emprunter à l'étranger. On peut appeler (S I) sorties nettes de capitaux. L'équation suivante est toujours respecté les soties nettes de capitaux (S - I) sont toujours égale à la balance commerciale (NX). S I = NX Dans le cas ou (S-I) et NX sont >0 cela implique qu'il y a un excédent commercial, dans ce cas le pays prête sur le marché financier mondial et exporte. Si (S-I) et NX sont <0 le pays est en déficit commercial, il emprunte sur le marché financier est importe plus qu'il n'exporte. Dans le cas ou (S-I) = NX le pays est en équilibre commercial, importations = exportations. 19

Chapitre 3 Le revenu national sa production, sa répartition, et son affectation :

Chapitre 3 Le revenu national sa production, sa répartition, et son affectation : Chapitre 3 Le revenu national sa production, sa répartition, et son affectation : Fonction de production d'une firme : Y=F(K,L) Y= Nombre d'unités produites K= Nombre de machines utilisées L= Nombre d'heures

Plus en détail

L'économie ouverte. Y = Cd + Id + Gd + Ex

L'économie ouverte. Y = Cd + Id + Gd + Ex L'économie ouverte Dans une économie ouverte, le pays n'est pas contraint de réaliser en toute année l'équilibre entre ses dépenses et sa production de biens et services. Le pays peut dépenser plus qu'il

Plus en détail

Chapitre IV : La création monétaire

Chapitre IV : La création monétaire Chapitre IV : La création monétaire I. La hausse tendencielle de la masse monétaire hausse tendencielle = augmentation en moyenne Historiquement, il y a eu des contextes où la masse monétaire a pu décroitre

Plus en détail

Thème 6 : IS-LM et la demande agrégée

Thème 6 : IS-LM et la demande agrégée UNIVERSITÉ DU MAINE Faculté de Droit et de Sciences Économiques DEUG1 Économie gestion - Analyse Macroéconomique S. MÉNARD 1 - Année 2003-2004 Thème 6 : IS-LM et la demande agrégée Questions 1. Dénir la

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

Introduction à la Macroéconomie

Introduction à la Macroéconomie Introduction à la Macroéconomie Cours donné par Federica Sbergami 2011-2012 Travail Pratique No 4 Correction: Vendredi 26 avril 2013 12h15-14h A. Inflation Exercice 1 En se basant sur l hypothèse des prix

Plus en détail

Chapitre 5 : Comprendre les taux d'intérêt

Chapitre 5 : Comprendre les taux d'intérêt Chapitre 5 : Comprendre les taux d'intérêt Le taux d'intérêt est un autre nom généralement employé pour désigner le rendement à la maturité d'une obligation. De plus, nous avons aussi discuté du rapport

Plus en détail

Monnaie et Inflation YVES GUILLOTIN

Monnaie et Inflation YVES GUILLOTIN Monnaie et Inflation YVES GUILLOTIN Table des matières Introduction 5 I - La monnaie 7 A. Qu'est ce que la monnaie?...7 B. La quantité de monnaie en France en 2013...7 C. La création de monnaie...8 II

Plus en détail

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

Chapitre 2 : Le revenu national

Chapitre 2 : Le revenu national Chapitre 2 : Le revenu national Principes de la macroéconomie - Pascal Belan L1 DU ECE - Année 2012-2013 Introduction Les déterminants de la production Les facteurs de production La fonction de production

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

2 Le point de vue de J.M.Keynes : le rôle de la demande effective

2 Le point de vue de J.M.Keynes : le rôle de la demande effective C LES FONDEMENTS THÉORIQUES DE LA MACROÉCONOMIE 1 Le point de vue des classiques: la loi de l'offre de J.B.Say a) L'offre crée sa propre demande 1. Les «économistes classiques» libéraux (Adam Smith, David

Plus en détail

EPREUVE DU TEST DE PRE-REQUIS

EPREUVE DU TEST DE PRE-REQUIS Direction de la Formation Centre Ouest Africain de Formation et d'etudes Bancaires (COFEB) EPREUVE DU TEST DE PRE-REQUIS 30 ème PROMOTION DU COFEB Durée : 4 heures Aucun document n est autorisé Avenue

Plus en détail

Thème 7. Introduction de la monnaie. (Le modèle IS-LM en économie fermée)

Thème 7. Introduction de la monnaie. (Le modèle IS-LM en économie fermée) Thème 7. Introduction de la monnaie (Le modèle IS-LM en économie fermée) A taux d intérêt inchangé, l introduction des impôts progressifs et de l ouverture aux échanges réduit fortement le multiplicateur.

Plus en détail

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Modèle IS/LM Le modèle IS/LM, conçu par John Hicks en 1937, est généralement

Plus en détail

1 L équilibre sur le marché des biens et services

1 L équilibre sur le marché des biens et services Modèle IS LM BP IMPORTANT : en aucun cas ce cours ne remplace le cours magistral de M. Gilles Dufrénot, notamment le cours sur les chapitres 4 et 5. Il est destiné à faciliter la comprehension du cours

Plus en détail

Chapter 4: Monnaie et inflation. On s intéresse au long-terme. On s intéresse aux composants de la demande et l offre de monnaie.

Chapter 4: Monnaie et inflation. On s intéresse au long-terme. On s intéresse aux composants de la demande et l offre de monnaie. Chapter 4: Monnaie et inflation On s intéresse au long-terme. On s intéresse aux composants de la demande et l offre de monnaie. 1 Question: Qu est-ce que la monnaie? Qu est-ce qui caractérise la monnaie?

Plus en détail

Le financement de l'économie

Le financement de l'économie Le financement de l'économie I - La Banque de France La Banque de France est la Banque centrale, ou Banque des banques. Elle émet de billets : c'est une banque d'émission. Elle effectue toutes les opérations

Plus en détail

Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé

Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé Question 1 : Soit une économie ouverte avec Etat. La propension marginale à épargner est égale à 1/3, le taux de taxation

Plus en détail

Macroéconomie M1 : Paris 1 / ENS Cachan Travaux Dirigés 2010-2011 Interrogation écrite N 1 - Corrigé

Macroéconomie M1 : Paris 1 / ENS Cachan Travaux Dirigés 2010-2011 Interrogation écrite N 1 - Corrigé Macroéconomie M : Paris / ENS Cachan Travaux Dirigés 200-20 Interrogation écrite N - Corrigé Marc Sangnier - marcsangnier@ens-cachanfr Lundi 2 février 20 Durée : h30 Aucun document autorisé Calculatrice

Plus en détail

15. Une théorie macroéconomique de l économie

15. Une théorie macroéconomique de l économie 15. Une théorie macroéconomique de l économie S = I + INE Epargne nationale, investissement et investissement net à l étranger en % du PIB aux Etats-Unis Année S I INE 1960 19,4 18,7 0,7 1970 18,4 18,1

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

La monnaie, les banques et les taux d intérêt

La monnaie, les banques et les taux d intérêt Chapitre 10 La monnaie, les banques et les taux d intérêt 1 Objectifs Définir ce qu est la monnaie et décrire ses fonctions Expliquer les fonctions économiques des banques canadiennes et des autres intermédiaires

Plus en détail

La monnaie, les banques et les taux d intérêt

La monnaie, les banques et les taux d intérêt Chapitre 1 Objectifs Définir ce qu est la monnaie et décrire ses fonctions La monnaie, les banques et les taux Expliquer les fonctions économiques des banques canadiennes et des autres intermédiaires financiers

Plus en détail

14. Demande Agrégée Extérieure

14. Demande Agrégée Extérieure 14. Demande Agrégée Extérieure Remarque : Afin de simplifier les calculs et de se focaliser sur les concepts propres à cette séance, nous supposerons tout au long de celle-ci que PNB = Y (c est-à-dire

Plus en détail

CHAPITRE 4 - Monnaie, financement de l économie et politique monétaire MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE

CHAPITRE 4 - Monnaie, financement de l économie et politique monétaire MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE Chapitre 4 MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE SECTION 1 : Qu'est ce que la monnaie? I Definition Deux definitions sont communement admises : - La monnaie est définie comme l ensemble

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

1. La fonction de consommation keynésienne

1. La fonction de consommation keynésienne Rappels de cours Aix- Marseille Université - Faculté des Sciences Economiques Licence EM 1ère année - 2ème semestre Travaux dirigés de Macroéconomie Karine CONSTANT Gilles DE TRUCHIS 1. La fonction de

Plus en détail

LE ROLE DES BANQUES DANS LE FINANCEMENT DE L'ECONOMIE

LE ROLE DES BANQUES DANS LE FINANCEMENT DE L'ECONOMIE LE ROLE DES BANQUES DANS LE FINANCEMENT DE L'ECONOMIE Une économie nationale est confrontée en permanence au problème du financement de l activité de tous les agents qui la composent. Son fonctionnement

Plus en détail

Macroéconomie Le Modèle Keynésien Simple

Macroéconomie Le Modèle Keynésien Simple Université Paris IX Dauphine UFR Mathématiques de la Décision 2ème année de DEUG MASS Macroéconomie, Cours de C. Hurlin Année 2001/2002 Macroéconomie Le Modèle Keynésien Simple Sujet 1 - Exercice 1 : On

Plus en détail

Microéconomie Financière. 1- Choix intertemporels Exercices corrigés

Microéconomie Financière. 1- Choix intertemporels Exercices corrigés Microéconomie Financière - Choix intertemporels Exercices corrigés. Un individu salarié doit faire des choix intertemporels de consommation sur deux périodes, sa «vie active» (période ) et sa «retraite»

Plus en détail

Chapitre 8 : L'investissement

Chapitre 8 : L'investissement Chapitre 8 : L'investissement I. Investissement source d'accumulation du capital le capital (stock) s'accumule par l'investissement (dépense). A. La notion de capital : Pour la théorie classique, le capital

Plus en détail

Le budget de trésorerie

Le budget de trésorerie Le budget de trésorerie Dans la première section, nous verrons les principes généraux de construction d'un budget de trésorerie. Dans la deuxième, nous appliquerons ces principes à un cas particulier et

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi.

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Politique budgétaire Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Nous continuons de supposer qu il s agit d une économie fermée mais

Plus en détail

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie I. Le financement de l'économie Financement = fait d'apporter des fonds à un individu, une entreprise, ou à soi-même. A) Les différents types de financement

Plus en détail

Les Banques Cours N 2. B - Les titres financiers

Les Banques Cours N 2. B - Les titres financiers Les Banques Cours N 2 B - Les titres financiers Vocabulaire : action, obligation, Bons du Trésor. Titres financiers et de manière plus générale «les créances». Un titre financier c'est une créance non

Plus en détail

3e question : Qui crée la monnaie?

3e question : Qui crée la monnaie? 3e question : Qui crée la monnaie? INTRO : Sensibilisation Vidéo : Comprendre la dette publique en quelques minutes (1min à 2min 27) http://www.youtube.com/watch?v=jxhw_ru1ke0&feature=related Partons de

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Macro-économie I. UNIVERSITE DE NEUCHATEL NOM :.. Faculté des sciences économiques Institut de recherches économiques (IRENE)

Macro-économie I. UNIVERSITE DE NEUCHATEL NOM :.. Faculté des sciences économiques Institut de recherches économiques (IRENE) UNVERSTE DE NEUCHATEL NOM :.. Faculté des sciences économiques nstitut de recherches économiques (RENE) N.B. Macro-économie Cours du Prof. M. Zarin Examen blanc Durée : 2 heures Prénom :.. Ce test (sans

Plus en détail

macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault

macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault Chapitre 2. L équilibre macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault 1 Introduction 2 3 Réponse donnée par le modèle IS/LM: Cadre considéré comme Keynésien 4 1. Le

Plus en détail

14. Les concepts de base d une économie ouverte

14. Les concepts de base d une économie ouverte 14. Les concepts de base d une économie ouverte Jusqu ici, hypothèse simplificatrice d une économie fermée. Economie fermée : économie sans rapport économique avec les autres pays pas d exportations, pas

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse

1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse 1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse Introduction La balance des paiements est un moyen d'analyse économique de premier plan. Elle permet d'appréhender la totalité des échanges de la France

Plus en détail

Examen d Introduction à la Macroéconomie. NOM(S) (en majuscules): Prénom(s):

Examen d Introduction à la Macroéconomie. NOM(S) (en majuscules): Prénom(s): Examen d Introduction à la Macroéconomie Cours du Prof. Federica Sbergami, 2010-2011 Juin 2011 Version A NOM(S) (en majuscules):... Prénom(s):... N o d étudiant:... Ces pages constituent un cahier de données

Plus en détail

LA CRISE JAPONAISE DES ANNÉES 1990

LA CRISE JAPONAISE DES ANNÉES 1990 LA CRISE JAPONAISE DES ANNÉES 1990 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise japonaise des années 1990 1980-1991 1991-2002 Taux de croissance annuel moyen du PIB par

Plus en détail

ENSIIE. Macroéconomie - Chapitre I

ENSIIE. Macroéconomie - Chapitre I ENSIIE Macroéconomie - Chapitre I Le 13 avril 2013 Table des matières 1 Introduction 2 2 La théorie Keynésienne 3 2.1 Keynes......................................... 3 2.2 Quelques ordres de grandeur.............................

Plus en détail

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle La monnaie : INTRODUCTION 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et HEG-Genève; Directeur Ecosys

Plus en détail

Université du Québec en Outaouais

Université du Québec en Outaouais Nom : Numéro d étudiant : Université du Québec en Outaouais Prénom ECN1473 : Analyse macroéconomique Examen intra Date : lundi 21 octobre 2002 Durée : 2h30 (9h00 11h30) Professeur : Dimitri Sanga DIRECTIVES

Plus en détail

Partie 5 : La consommation et l investissement

Partie 5 : La consommation et l investissement Partie 5 : La consommation et l investissement Enseignant A. Direr Licence 2, 1er semestre 2008-9 Université Pierre Mendès France Cours de macroéconomie suite La troisième partie a exposé les théories

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS

CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS Notions à connaître: Taux de rentabilité, taux d'intérêt, demande anticipée, investissement matériel, investissement immatériel, investissement public,

Plus en détail

Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte

Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte Chapitre 4 Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte Introduction modèle keynésien : on suppose que les prix sont fixes quand la production augmente, tant que l on ne dépasse pas le revenu

Plus en détail

Macroéconomie. Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be

Macroéconomie. Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be Macroéconomie Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be Macroéconomie Monnaie Fonction de la monnaie Moyen de paiement: troc incompatible avec une forte division du travail acceptation

Plus en détail

Le budget de trésorerie

Le budget de trésorerie Le budget de trésorerie Dans la première section, nous verrons les principes généraux de construction d'un budget de trésorerie. Dans la deuxième, nous appliquerons ces principes à un cas particulier et

Plus en détail

Evaluation de l impact à court terme de l application du " Gentelmen Agreement " sur l économie marocaine

Evaluation de l impact à court terme de l application du  Gentelmen Agreement  sur l économie marocaine Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Evaluation de l impact à court terme de l application du " Gentelmen Agreement " sur l économie marocaine Octobre 1996 Document de travail

Plus en détail

Economie Politique Générale

Economie Politique Générale Economie Politique Générale Solutions des exercices supplémentaires Second quadrimestre Remarque : Les exercices supplémentaires sont un outil pour les étudiants afin de tester leur connaissance de la

Plus en détail

13. L inflation, ses causes et ses coûts

13. L inflation, ses causes et ses coûts 13. L inflation, ses causes et ses coûts Qu est-ce que l inflation? - L inflation est une augmentation soutenue du niveau «général» des prix. - L inflation concerne une augmentation durable du niveau moyen

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers

TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers Cours de Olivier Cardi Université de Tours L1 ECO Cours d Introduction à la Macroéconomie Année universitaire 2015-2016 TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers 1 Questions

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie

Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie Le rôle de la monnaie Toute la théorie keynésienne repose sur la prise en compte de l'existence de la monnaie. Si la monnaie n'existait pas, les ménages devraient

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

Chapitre III : Qui gère la monnaie? Le cas de la France

Chapitre III : Qui gère la monnaie? Le cas de la France Chapitre III : Qui gère la monnaie? Le cas de la France I. Les acteurs du circuit monétaire A) Les détenteurs de monnaie : les ANFR AIF ANFR = agents non financiers résidents AIF = autres intermédiaires

Plus en détail

Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme.

Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme. Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme. Actif réalisable Espèces ou autres avoirs que la société prévoit d'utiliser dans le cadre

Plus en détail

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Mai 2009 Les compétences qu il faudrait avoir acquises A la fin du primaire A la fin de la scolarité obligatoire Les élèves doivent

Plus en détail

Le produit intérieur brut (PIB)

Le produit intérieur brut (PIB) Le produit intérieur brut (PIB) Un rôle fondamental Le produit intérieur brut (PIB) est de très loin l'agrégat le plus connu de la comptabilité nationale, il est même plus connu que la comptabilité nationale

Plus en détail

Examen d Introduction à la Macroéconomie Cours des Prof. Nicolas Maystre et Federica Sbergami, 2013-2014 28 mai 2014

Examen d Introduction à la Macroéconomie Cours des Prof. Nicolas Maystre et Federica Sbergami, 2013-2014 28 mai 2014 Nom: Prénom: N étudiant : Examen d Introduction à la Macroéconomie Cours des Prof. Nicolas Maystre et Federica Sbergami, 2013-2014 28 mai 2014 Nombre de pages au total: 12 pages + 1 grille réponse Durée

Plus en détail

COMMERCE INTERNATIONAL

COMMERCE INTERNATIONAL COMMERCE INTERNATIONAL (21 février 2011) Le risque de change Le risque de change correspond à un risque de paiement plus élevé pour l'importateur ou d'une recette moindre pour l'exportateur dans les deux

Plus en détail

Chapitre V. Balance des paiements & Taux de change. Aspects financiers du CI. R. Katshingu

Chapitre V. Balance des paiements & Taux de change. Aspects financiers du CI. R. Katshingu Chapitre V Aspects financiers du CI Balance des paiements & Taux de change R. Katshingu 1 Objectifs d apprentissage A.- La Balance des paiements (BP) 1. Définition et importance de la BP 2. Composition

Plus en détail

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT I. MOUVEMENTS COMPTABLES Nous avons vu que le Bilan représente la photographie de la situation de l entreprise à une date donnée : chaque opération nouvelle

Plus en détail

10. L épargne, l investissement et le système financier

10. L épargne, l investissement et le système financier 10. L épargne, l investissement et le système financier 1. Le système financier Un système financier = ensemble des institutions financières qui ont pour objet de mettre en relation les besoins de financement

Plus en détail

CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE

CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE L idée centrale de Hicks 1 est que l apport théorique essentiel de Keynes réside dans sa théorie de la préférence pour la liquidité donc dans l idée que

Plus en détail

Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer

Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer un courriel expliquant le motif ou les points que vous

Plus en détail

EXEMPLES DE CORRECTION D UNE SERIE DE QUESTIONS TIREES DES PRECEDENTES EPREUVES (LES 20 PREMIERES QUESTIONS ONT ETE CORRIGEES EN COURS)

EXEMPLES DE CORRECTION D UNE SERIE DE QUESTIONS TIREES DES PRECEDENTES EPREUVES (LES 20 PREMIERES QUESTIONS ONT ETE CORRIGEES EN COURS) EXEMPLES DE CORRECTION D UNE SERIE DE QUESTIONS TIREES DES PRECEDENTES EPREUVES (LES 20 PREMIERES QUESTIONS ONT ETE CORRIGEES EN COURS) 01. La macroéconomie est l'étude de l'ensemble des phénomènes suivants

Plus en détail

La fonction macroéconomique d'investissement

La fonction macroéconomique d'investissement La fonction macroéconomique d'investissement Plan : Introduction I Le principe d'accélération 1) Accélérateur simple 2) Accélérateur flexible II Le coût de financement et la structure du financement Sa.19/01

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

1. On considère une économie constituée d une seule banque B.

1. On considère une économie constituée d une seule banque B. ECONOMIE MONETAIRE Olivier Cardi 2 ième année de DEUG de Sciences Economiques Cours du Pr. C. Ottavj Université Panthéon-Assas TD 3 CONTROLE CONTINU 1 07/11/05 Durée : 1h 00 Note : Justifier pour chaque

Plus en détail

Entreprises et ménages

Entreprises et ménages Entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition et de destruction

Plus en détail

Exercice 1 : Balance des Paiements (4 points)

Exercice 1 : Balance des Paiements (4 points) Université Paris Ouest-Nanterre La Défense Master Economie U.F.R. SEGMI Premier Semestre 2009-2010 Macroéconomie Ouverte Chargé de T.D. : Romain Restout Cours de Olivier Musy Contrôle Continu (14/12/2009)

Plus en détail

Le dollar à la merci des banques centrales asiatiques?

Le dollar à la merci des banques centrales asiatiques? Le dollar à la merci des banques centrales asiatiques? par Patrick Artus. Les interventions des banques centrales asiatiques sur le marché des changes visent à soutenir la compétitivité des exportations

Plus en détail

HEC Université de Lausanne Analyse économique : macroéconomie

HEC Université de Lausanne Analyse économique : macroéconomie HEC Université de Lausanne Analyse économique : macroéconomie Prof. Mathias Thoenig et Philippe Andrade Examen de Rattrapage : Session d été 2015 Nom et prénom No matricule No de place Points EX 1 EX 2

Plus en détail

14 Pour dévaluer sa devise la banque centrale du pays peut acheter des dollars étrangers.

14 Pour dévaluer sa devise la banque centrale du pays peut acheter des dollars étrangers. Exercices sur le marché des changes Q1- Le marché des changes à court terme - Noircir la case appropriée (Vrai ou Faux) 1 Une politique protectionniste peut initialement avoir pour but de diminuer le taux

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 L EFFET DE LEVIER : EXEMPLE

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 L EFFET DE LEVIER : EXEMPLE COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 L EFFET DE LEVIER : EXEMPLE EXEMPLE 1: PROJET D'INVESTISSEMENT NON RISQUE DONNEES: Au début de l'année (t=0), l'entreprise se lance dans un projet qui nécessite l'acquisition

Plus en détail

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale.

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale. CONCLUSION CONCLUSION L'Algérie a renforcé, d'une manière soutenue, la stabilité macroéconomique au cours des années 2000 à 2005, tout en réalisant une performance économique robuste. La croissance forte

Plus en détail

convention acceptée par tout le monde. Ce multiplication des biens et des acteurs de permet l échange de 2 produits.

convention acceptée par tout le monde. Ce multiplication des biens et des acteurs de permet l échange de 2 produits. Thème : Monnaie et création monétaire Le troc Pour que l échange se réalise, il faut une convention acceptée par tout le monde. Ce fut tout d abord le troc qui, devant la multiplication des biens et des

Plus en détail

La théorie keynésienne : le rôle du système bancaire

La théorie keynésienne : le rôle du système bancaire La théorie keynésienne : le rôle du système bancaire Le rôle du système bancaire Un rôle fondamental Dans une économie moderne, les banques ont pour principale fonction de créer la monnaie. Aristote définissait

Plus en détail

LES MARCHÉS CHAPITRE 2 : CORRIGÉS SECTION 3 (P. 43) 2. LES DIFFÉRENTS TYPES DE MARCHÉ DÉBAT : POURRA-T-ON NOURRIR LA PLANÈTE? (P.

LES MARCHÉS CHAPITRE 2 : CORRIGÉS SECTION 3 (P. 43) 2. LES DIFFÉRENTS TYPES DE MARCHÉ DÉBAT : POURRA-T-ON NOURRIR LA PLANÈTE? (P. Économie globale Renaud Bouret et Alain Dumas, ERPI 2-1 CHAPITRE 2 : CORRIGÉS LES MARCHÉS SECTION 3 (P. 43) 2. LES DIFFÉRENTS TYPES DE MARCHÉ a) Sur le marché des biens, les demandeurs sont les ménages,

Plus en détail

1- Politique monétaire et soutenabilité fiscale

1- Politique monétaire et soutenabilité fiscale 1- Politique monétaire et soutenabilité fiscale Solvabilité fiscale = capacité du gouvernement à servir la dette publique (intérêt, échéances de remboursement) sans faire défaut. Soutenabilité fiscale

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée V2.3 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables)

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 7 STRUCTURE OPTIMALE DU PASSIF POLITIQUE D ENDETTEMENT POLITIQUE DE DIVIDENDES

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 7 STRUCTURE OPTIMALE DU PASSIF POLITIQUE D ENDETTEMENT POLITIQUE DE DIVIDENDES COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 7 STRUCTURE OPTIMALE DU PASSIF POLITIQUE D ENDETTEMENT POLITIQUE DE DIVIDENDES SEANCE 7 STRUCTURE OPTIMALE DU PASSIF POLITIQUE D ENDETTEMENT POLITIQUE DE DIVIDENDES Objet

Plus en détail

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER Epargne et emprunt Calcul actuariel Plan du cours Préambule : la contrainte budgétaire intertemporelle et le calcul actuariel I II III Demandes d épargne

Plus en détail

Solde Courant et Choix Intertemporel

Solde Courant et Choix Intertemporel Solde Courant et Choix Intertemporel Grégory Corcos et Isabelle Méjean ECO 434: Economie Internationale Ecole Polytechnique, 2ème Année http://isabellemejean.com/eco434 InternationalEconomics.html Plan

Plus en détail

CHAPITRE 6. LES FONCTIONS MACROÉCONOMIQUES

CHAPITRE 6. LES FONCTIONS MACROÉCONOMIQUES CHAPITRE 6. LES FONCTIONS MACROÉCONOMIQUES PLAN ET RÉFÉRENCES Plan du chapitre I. Circuit et équilibre macro-économique II. La consommation et l épargne III. L investissement Références Généreux (2) Mankiw

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail

Examen d Introduction à la Macroéconomie Cours des Prof. Federica Sbergami et Nicolas Maystre Juin 2015

Examen d Introduction à la Macroéconomie Cours des Prof. Federica Sbergami et Nicolas Maystre Juin 2015 Nom: Prénom: N étudiant : A Examen d Introduction à la Macroéconomie Cours des Prof. Federica Sbergami et Nicolas Maystre Juin 2015 Nombre de pages au total: 13 pages + 1 grille réponse Durée de l examen:

Plus en détail

3) Demande de monnaie et diversification du patrimoine (Friedman)

3) Demande de monnaie et diversification du patrimoine (Friedman) 3) Demande de monnaie et diversification du patrimoine (Friedman) L analyse de Milton Friedman, et plus précisément celle du courant monétariste ouvre une perspective sur le comportement de demande de

Plus en détail

DISSERTATION. Sujet = Dans quelle mesure une hausse de la rentabilité peut-elle stimuler l investissement?

DISSERTATION. Sujet = Dans quelle mesure une hausse de la rentabilité peut-elle stimuler l investissement? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée explicitement ou implicitement dans le sujet ; - de construire une argumentation à partir d une problématique qu il devra élaborer

Plus en détail

17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale

17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale 17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale Beaucoup de facteurs influencent la demande globale. Par exemple, quand les agents économiques changent leurs projets de dépenses,

Plus en détail