Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine?

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine?"

Transcription

1 Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine?

2 Les patients nouvellement traités par statine : Dans 40 % des cas ce sont des patients à Source : Enquête IMS pour la Cnamts, 2007.

3 Que donne le calcul de leur profil de risque? 0 facteur de risque 14 % 1 facteur de risque 26 % 60 % 2 facteurs de risque ou plus 40 % des patients nouvellement traités ont en réalité un niveau de risque cardiovasculaire faible.

4 Comment calculer leur profil de risque? Important : sont comptabilisés les facteurs de risque associés c est-à-dire les facteurs qui s ajoutent au risque lié à la dyslipidémie Exemple pour les patients non diabétiques Votre patient est : Homme 50 ans Femme 60 ans FACTEURS DE RISQUE à prendre en compte +1 Il y a eu dans sa famille un infarctus du myocarde ou une mort subite Chez son père ou parent masculin du 1 er degré Chez sa mère ou parent féminin du 1 er degré Avant 55 ans Avant 65 ans +1 Votre patient est : Votre patient est : Son HDL-C est : Son HDL-C est : Fumeur ou a arrêté depuis < 3 ans Hypertendu HTA permanente traitée ou non < 0,40 g/l 0,60 g/l Source : Recommandations Afssaps Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique.

5 Rappel des objectifs LDL-C selon le niveau de risque Aucun facteur de risque associé 1 seul facteur de risque associé 2 facteurs de risque associés 3 facteurs de risque associés Patient à haut risque cardiovasculaire : Antécédents de maladie CV avérée Diabète de type 2 à haut risque* Risque de survenue d un évènement coronarien dans les 10 ans > 20 % LDLcholestérol < 2,20 g/l LDLcholestérol < 1,90 g/l Patients à niveau de risque faible LDLcholestérol < 1,60 g/l LDLcholestérol < 1,30 g/l Patients à niveau de risque modéré à très élevé LDLcholestérol < 1,0 g/l * Avec atteinte rénale OU au moins deux des facteurs de risque suivants : âge, antécédents familiaux de maladie coronaire précoce, tabac, HTA, HDL-cholestérol < 0,40 g/l, microalbuminurie (> 30mg/24h) Source : Recommandations Afssaps Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique.

6 Rappel des recommandations de l Afssaps en cas de risque cardiovasculaire faible La prescription d hypolipémiants n est pas justifiée chez de nombreux patients ayant un risque cardiovasculaire faible. Le traitement diététique est la base de prise en charge de ces patients. Associé à des conseils d activité physique régulière (comme 30 min. de marche rapide chaque jour), il permet d éviter l instauration d un traitement médicamenteux dans de nombreux cas. Abstention thérapeutique médicamenteuse aussi longtemps que le niveau de risque ne justifie pas une statine...

7 Privilégier la posologie minimale efficace Quand une thérapeutique médicamenteuse est indiquée (...) le traitement hypolipémiant débute habituellement par les posologies les plus faibles (Afssaps 2005). 1 - Calculer la baisse du taux de LDL souhaitée LDL Cible LDL 2 - Prescrire la statine et le dosage en fonction de ce résultat* Médicament Pravastatine Elisor /Vasten 10 mg 20 mg Simvastatine Lodales /Zocor 10 mg 20 mg 40 mg Fluvastatine Fractal /Lescol 20 mg 40 mg Baisse du taux de LDL 20 % 25 % 25 % 30 % 35 % 20 % 25 % Atorvastatine Tahor Rosuvastatine Crestor 10 mg 20 mg 5 mg 10 mg 35 % 40 % 35 % 40 % -* Quantifying effect of statins on low density lipoprotein cholesterol, ischaemic heart disease, and stroke: systematic review and meta-analysis. Selon Law MR, Wald NJ, Rudnicka AR. BMJ 2003;326: D après une méta-analyse portant sur 164 essais cliniques contrôlés randomisés contre placebo. - Comment mettre en application des recommandations de pratique clinique? O.Pasche S.Pache J.Cornuz R.Darioli N.Rodondi Rev Med Suisse 2008;4; Ce tableau reprend les seuls molécules et dosages commercialisés en France en 2008.

8 Cas type Un homme âgé de 45 ans, hypertendu, avec un taux de LDL cholestérol égal à 2,10 g/l : il s agit d un patient dyslipidémique présentant 1 seul facteur de risque supplémentaire ; le taux cible de LDL cholestérol est donc de 1,90 g/l calcul de la baisse du taux de LDL cholestérol souhaitée : 2,10 1,90 / 2,10 = 9,5 % dans ce cas, les mesures hygiéno-diététiques seront sans doute efficaces, sinon 1 comprimé de pravastatine 10 mg est largement suffisant. Une femme âgée de 55 ans, fumeuse, avec un taux de LDL cholestérol égal à 2,50 g/l : il s agit d une patiente dyslipidémique présentant 1 seul facteur de risque supplémentaire ; le taux cible de LDL cholestérol est donc de 1,90 g/l calcul de la baisse du taux de LDL cholestérol souhaitée : 2,50 1,90 / 2,50 = 24 % dans ce cas, les mesures hygiéno-diététiques seront sans doute efficaces, sinon 1 comprimé de simvastatine 10 mg est la prescription la plus efficiente.

9 Au meilleur coût Coûts mensuels par présentation, en euros Prava gé 10 mg Simva gé 10 mg Lodales / Zocor (simva) 10 mg Elisor / Vasten (prava) 10 mg Prava gé 20 mg Simva gé 20 mg Fractal / Lescol (fluva) 20 mg Tahor (atorva) 10 mg Crestor (rosuva) 5 mg Lodales / Zocor (simva) 20 mg Elisor / Vasten (prava) 20 mg Fractal / Lescol (fluva) 40 mg Prix actualisés en mai 2008 et valables pour la France métropolitaine

10 Prescrire dans le répertoire des génériques Génériques disponibles Lodales Zocor simvastatine Elisor Vasten pravastatine

11 Prescrire dans le répertoire des génériques Nombre moyen de comprimés de statines par habitant et par pays consommés en 2006 (tous dosages confondus) Répertoire simvastatine + pravastatine Hors répertoire autres statines Italie 38,4 % 14,4 Allemagne 80,6 % 14,7 Espagne 51,8 % 20,8 France 49,8 % 24,9 Royaume-Uni 60,0 % 29, Nombre de comprimés Source : IMS Health 2006.

12 En résumé Agir chez les patients à Ne pas prescrire d emblée : Bien évaluer les facteurs de risque Sensibiliser le patient aux mesures non médicamenteuses Privilégier les posologies minimales efficaces notamment en instauration de traitement Privilégier les statines pour lesquelles il existe un générique : simvastatine et pravastatine Afin d atteindre l objectif conventionnel 2008 de stabilisation des montants de prescriptions par rapport à 2007 Avenant n 23 de la convention médicale

13 Pour vous accompagner Et pour vos patients Deux outils de dialogue et d information un questionnaire pour identifier avec votre patient ses facteurs de risque. un dépliant d information J ai du cholestérol mais pas de médicament, c est normal Docteur?.

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 02 novembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 02 novembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 02 novembre 2005 CRESTOR 5 mg, comprimé pelliculé B/28 ; B/50 ; B/84 Laboratoires ASTRAZENECA rosuvastatine Liste I Date de l'amm : 06 octobre 2005 Motif de la demande

Plus en détail

Traitements hypolipémiants et rein. Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09

Traitements hypolipémiants et rein. Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09 Traitements hypolipémiants et rein Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09 Traitements hypolipémiants et rein Traiter pourquoi? Dyslipidémie et pathologies rénales? Pathologie rénale Cholestérol total LDL-c

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 janvier 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 janvier 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 04 janvier 2006 TAHOR 10 mg, comprimé pelliculé TAHOR 20 mg, comprimé pelliculé TAHOR 40 mg, comprimé pelliculé TAHOR 80 mg, comprimé pelliculé Laboratoires PFIZER atorvastatine

Plus en détail

Conflits d intérêts 2014

Conflits d intérêts 2014 Conflits d intérêts 2014 Pr Marc RUIVARD Pas de conflit d intérêt direct pour cette conférence Depuis plus d un an, plus aucun conflit d'intérêt direct avec l'industrie. Avant septembre 2013 (< 3000 /an)

Plus en détail

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Module Optionnel MG Module Optionnel MG Pr P. HOFLIGER La prévention Cardio-vasculaire Elle se conçoit à deux niveaux : Prévention primaire : patients sans

Plus en détail

Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé?

Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé? Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé? René Valéro Service Nutrition-Maladies Métaboliques-Endocrinologie Hôpital de la Timone Marseille Incidence maladies cardiovasculaires du sujet âgé

Plus en détail

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RAPPEL DEFINITIONS Hyperlipidémie g/l mmol/l Triglycérides < 2 < 2.2 Cholestérol Total

Plus en détail

Quel aura été l impact de l action de la Cnamts sur la prescription hypolipémiante?

Quel aura été l impact de l action de la Cnamts sur la prescription hypolipémiante? MEDIC AM «Quel aura été l impact de l action de la Cnamts sur la prescription hypolipémiante?» Nouvelle étude inédite : Quel aura été l impact de l action de la Cnamts sur la prescription hypolipémiante?

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE

PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE PLAN : 34 diapositives ASPECTS EPIDEMIOLOGIQUES DEFINITION OBJECTIFS LA PREVENTION PRIMAIRE: 2 diapositives(6 étapes essentielles) LE

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 février 2006 PRAVADUAL, comprimé Boîte de 30 (CIP : 369873-9) Boîte de 90 (code CIP : 373769-8) Laboratoire BRISTOL MYERS SQUIBB Pravastatine (40 mg/comprimé) + aspirine

Plus en détail

Les recommandations 2005 sur la prise en charge des dyslipidémies

Les recommandations 2005 sur la prise en charge des dyslipidémies Endocrino.net Polycopié national Page 1 sur 10 Les recommandations 2005 sur la prise en charge des dyslipidémies Les messages clés 1) Tous les patients qui ont soit une augmentation des triglycérides (>1,50

Plus en détail

Observatoire des statines Octobre 2007

Observatoire des statines Octobre 2007 Observatoire des statines Octobre 2007 Le groupe CODAGE Le groupe CODAGE est un groupe national de travail sur le codage des actes et des prestations de la caisse nationale du RSI. Créé en 1999, il a pour

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 février 2006 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 12 janvier 2001 par arrêté du 20 janvier 2001. TAHOR 20 mg, comprimé

Plus en détail

Évaluation. Bonne chance!

Évaluation. Bonne chance! Numéro de participation - - grappe pharmacie pharmacien Groupe d étude Suivi conjoint Soins habituels Évaluation Pour appliquer le protocole de suivi pharmaceutique avec ajustements posologiques des statines,

Plus en détail

EBM : critères de jugement

EBM : critères de jugement EBM : critères de jugement -«End point» pertinent? (biologique CT, paraclinique HTA, clinique IDM) -«End point» intermédiaire ou de substitution (TVP et EP) Essai CAST (N.Engl.J.Med.1989; 321-406) N=1727

Plus en détail

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines Juillet 2010 Mise à jour Septembre 2010 1 Le rapport complet

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique des cofacteurs de risque dans le diabète de type 2. Dr Stéphanie Malvaux Octobre 2007

Prise en charge thérapeutique des cofacteurs de risque dans le diabète de type 2. Dr Stéphanie Malvaux Octobre 2007 Prise en charge thérapeutique des cofacteurs de risque dans le diabète de type 2 Dr Stéphanie Malvaux Octobre 2007 Introduction RCV plus important chez le DT2 DT2 par 2 à 4 le risque de maladie coronaire

Plus en détail

Dr N. MATOUGUI Journées de Formation Médicale Continue de Kouba 2010

Dr N. MATOUGUI Journées de Formation Médicale Continue de Kouba 2010 Dr N. MATOUGUI Journées de Formation Médicale Continue de Kouba 2010 Introduction Hypercholestérolémie (HC) est: - Fréquente - Pure ou mixte - Essentielle ou secondaire Facteur de risque cardiovasculaire

Plus en détail

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE RECOMMANDATIONS Ce document est une actualisation des Recommandations de Bonne Pratique "Prise en charge des dyslipidémies" publiées par l'afssaps

Plus en détail

Traitements Hypolipémiants

Traitements Hypolipémiants Chapitre 14 Traitements Hypolipémiants Item 132 : Angine de poitrine et infarctus du myocarde Plan Introduction 1. les statines 2. les fibrates Introduction Traiter une dyslipidémie revient le plus souvent

Plus en détail

Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006

Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006 Point d information mensuel 19 octobre 2007 Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006 En France, 10,5 millions

Plus en détail

STATINE OR NOT STATINE? JUMGA 3 DÉCEMBRE 2016 DR SYLVAINE BŒUF-GIBOT

STATINE OR NOT STATINE? JUMGA 3 DÉCEMBRE 2016 DR SYLVAINE BŒUF-GIBOT STATINE OR NOT STATINE? JUMGA 3 DÉCEMBRE 2016 DR SYLVAINE BŒUF-GIBOT CALCUL DU RISQUE CV FRCV ASSOCIEŚ A UNE DYSLIPIDEḾIE : Âge : homme 50 ans ou plus, femme 60 ans Ante ce dents familiaux de maladie coronaire

Plus en détail

Étude sur l absentéisme dans l économie sociale et solidaire SYNTHÈSE

Étude sur l absentéisme dans l économie sociale et solidaire SYNTHÈSE Étude sur l absentéisme dans l économie sociale et solidaire SYNTHÈSE Une étude sur les absences au travail dans l ESS : pourquoi, pour qui? Les salariés de l économie sociale et solidaire exercent des

Plus en détail

Mieux utiliser les traitements anti-cholestérol : L Assurance Maladie renforce son action pour favoriser le respect des recommandations sanitaires

Mieux utiliser les traitements anti-cholestérol : L Assurance Maladie renforce son action pour favoriser le respect des recommandations sanitaires Point d information Le 5 juin 2008 Mieux utiliser les traitements anti-cholestérol : L Assurance Maladie renforce son action pour favoriser le respect des recommandations sanitaires Utilisés pour traiter

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 mars 2006 VASTEN 10 mg, comprimé sécable B/28 Laboratoires Sanofi Aventis pravastatine Liste I Date de l'amm : dernier rectificatif le 25 mai 2005 Motif de la demande

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 mars 2006 GLUCOPHAGE 500 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP : 352 816-7 GLUCOPHAGE 850 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP

Plus en détail

Diabète de type 2 : l approche pharmacologique

Diabète de type 2 : l approche pharmacologique Diabète de type 2 : l approche pharmacologique Les statines Les statines agissent sur le foie en forçant celui-ci à extraire le mauvais cholestérol (LDL) du sang pour former des substances utiles au niveau

Plus en détail

Bilan de la démarche. de certification V 2010. Haute-Normandie

Bilan de la démarche. de certification V 2010. Haute-Normandie Bilan de la démarche de certification V 2010 Haute-Normandie Juin 2013 La certification V 2010 en Haute Normandie Bilan au 1 er juin 2013 Etat d avancement de la démarche Au 1 er juin 2013, 69 établissements

Plus en détail

L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire?

L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire? AMERICAN HEART ASSOCIATION AHA 25 F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire? CONTEXTE Les données des études

Plus en détail

Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014

Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014 Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014 Raffaella Votino Service gynécologie et andrologie Plan : Définition Types de THS Débat dernières années Balance risques bénéfices THS et ostéoporose

Plus en détail

Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste

Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste SAVEZ-VOUS QUE Les maladies CV restent un fléau? Elles sont la première cause de décès chez les adultes 25% des hommes sont à

Plus en détail

Cas Clinique n 1 YA, 73 ans, a été hospitalisé en cardiologie pour une ACFA d étiologie indéterminée. Il est mis sous Cordarone

Cas Clinique n 1 YA, 73 ans, a été hospitalisé en cardiologie pour une ACFA d étiologie indéterminée. Il est mis sous Cordarone Cas Clinique n 1 YA, 73 ans, a été hospitalisé en cardiologie pour une ACFA d étiologie indéterminée. Il est mis sous Cordarone, d abord à une dose de charge, puis à une dose d entretien de 5 comprimés

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 septembre 2005 INEGY 10 mg/20 mg, comprimé B/30 ; B/50 ; B/90 INEGY 10 mg/40 mg, comprimé B/30 ; B/50 ; B/90 Laboratoires MERCK SHARP & DOHME-CHIBRET ézétimibe / simvastatine

Plus en détail

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine CONGRES American College of Cardiology Mars 2009 F. DIEVART Clinique Villette, PARIS. Les études avec la rosuvastatine (AURORA et les analyses de JUPITER) et l étude ACTIVE A Les données présentées à l

Plus en détail

Présentation action IEC-Sartans. p.21

Présentation action IEC-Sartans. p.21 Présentation action IEC-Sartans p.21 Contexte Projet d actions sur les IEC-Sartans En France, le recours aux sartans a fortement progressé depuis l année 2000, aboutissant à une pratique atypique par rapport

Plus en détail

Exploration du métabolisme lipidique

Exploration du métabolisme lipidique Exploration du métabolisme lipidique Les principaux lipides le cholestérol (utilisé par les cellules pour la synthèse de leurs membranes) les triglycérides (substrat énergétique) les phospholipides (constituants

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mai 2006 Suite à la demande du ministre chargé de la Santé et de la Sécurité Sociale, la commission réexamine la spécialité suivante : MEDIATOR 150 mg, comprimé enrobé

Plus en détail

: Médicament d alerte élevée

: Médicament d alerte élevée Adultes Enfants Ambulatoire SÉCURITÉ: Courte durée Longue durée TENEURS ET FORMES DISPONIBLES AU CSSSL: Atorvastatine: comprimés de 10 mg, 20 mg, 40 mg et 80 mg Fluvastatine: capsules de 20 mg, 40 mg Fluvastatin

Plus en détail

المجلةالصحية لشرق المتوسط منظمة الصحة العالمية المجلد الثالث عشر العدد ٢٠٠٧ ٣ Les maladies cardio-vasculaires sont la cause principale de morbidité et de mortalité dans les pays industrialisés. Elles sont

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 décembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 décembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 décembre 2005 CADUET 5 mg/10 mg, comprimé pelliculé Boîte de 28 comprimés pelliculés sous plaquettes thermoformées CIP : 369 304-4 Boîte de 30 comprimés pelliculés

Plus en détail

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques Résultats de l étude ntred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Le diabète est une maladie chronique de plus en plus fréquente, qui touche en France plus de 2 millions

Plus en détail

Éléments d information à intégrer dans les outils de communication sur le dépistage du cancer du sein. pour les femmes de 50 à 59 ans

Éléments d information à intégrer dans les outils de communication sur le dépistage du cancer du sein. pour les femmes de 50 à 59 ans Éléments d information à intégrer dans les outils de communication sur le dépistage du cancer du sein pour les femmes de 50 à 59 ans Informations générales sur le dépistage du cancer du sein Qu est-ce

Plus en détail

La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent

La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent Vivre avec un diabète de type 1 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce

Plus en détail

Collectif Interassociatif sur la Santé. Le baromètre des droits des malades. Rapport de résultats complets Février 2015. Une marque du groupe

Collectif Interassociatif sur la Santé. Le baromètre des droits des malades. Rapport de résultats complets Février 2015. Une marque du groupe Collectif Interassociatif sur la Santé Une marque du groupe Le baromètre des droits des malades Anne-Laure GALLAY Directrice d activité 01.71.16.90.88 Anne-Laure.gallay@lh2.fr Rapport de résultats complets

Plus en détail

Rémunération sur objectifs de santé publique COMMENT DECLARER VOS INDICATEURS POUR VOTRE ACTIVITE 2014

Rémunération sur objectifs de santé publique COMMENT DECLARER VOS INDICATEURS POUR VOTRE ACTIVITE 2014 Rémunération sur objectifs de santé publique COMMENT DECLARER VOS INDICATEURS POUR VOTRE ACTIVITE 2014 Pour pouvoir bénéficier de la rémunération sur objectifs de santé de santé publique, et quelle que

Plus en détail

Description de l outil tabac : Bouquet de bourgeons, Espace Santé.

Description de l outil tabac : Bouquet de bourgeons, Espace Santé. Description de l outil tabac : Bouquet de bourgeons, Espace Santé. Objectif(s) visé avec l'outil Les objectifs visés par l outil sont : - de montrer aux patients que l équipe est présente et à leur côté

Plus en détail

Résultats pour la Communauté Française Analyse Vaccination (chez les adultes) Enquête Santé, Belgique, 1997

Résultats pour la Communauté Française Analyse Vaccination (chez les adultes) Enquête Santé, Belgique, 1997 6.4.1. Introduction L importance des programmes de vaccination a été largement démontrée. Les questions n ont été posée qu aux personnes âgées de 15 ans et plus parce que la couverture vaccinale chez les

Plus en détail

Lecture Critique d un essai thérapeutique dans la maladie d Alzheimer. Sandrine Andrieu Jean François Dartigues

Lecture Critique d un essai thérapeutique dans la maladie d Alzheimer. Sandrine Andrieu Jean François Dartigues Lecture Critique d un essai thérapeutique dans la maladie d Alzheimer Sandrine Andrieu Jean François Dartigues Histoire du dimebon Vous arrivez le matin à la consultation mémoire. Dans la voiture, sur

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

Le Tabac, Mon Cœur et la e-cigarette?

Le Tabac, Mon Cœur et la e-cigarette? Le Tabac, Mon Cœur et la e-cigarette? Pr Alain FURBER Chef de Service de Cardiologie CHU Angers Président régional de la Fédération Française de Cardiologie Les Facteurs de risque essentiels des Maladies

Plus en détail

Protection Sociale Complémentaire, Ce que vous devez savoir pour faire le bon choix

Protection Sociale Complémentaire, Ce que vous devez savoir pour faire le bon choix Protection Sociale Complémentaire, Ce que vous devez savoir pour faire le bon choix 1- Pourquoi changer? 2- Les conventions de participation 3- La participation employeur à partir du 1 er janvier 2015

Plus en détail

Le rôle du réseau DIANEFRA dans la prévention du diabète de type 2. Docteur Michaël NEMORIN

Le rôle du réseau DIANEFRA dans la prévention du diabète de type 2. Docteur Michaël NEMORIN Journée de lancement du Centre Intégré Nord Francilien de Prise en charge de l Obésité de Le rôle du réseau DIANEFRA dans la prévention du diabète de type 2 Docteur Michaël NEMORIN DIANEFRA Président de

Plus en détail

LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE CHOLESTEROL. GabrieleJasmin@Fotolia DES REPONSES CLAIRES

LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE CHOLESTEROL. GabrieleJasmin@Fotolia DES REPONSES CLAIRES LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE CHOLESTEROL GabrieleJasmin@Fotolia DES REPONSES CLAIRES Risque Cardiovasculaire global Certains comportements de notre vie de tous les jours augmentent notre probabilité de faire

Plus en détail

3 e journée recherche de la SFTG 8 février 2014. G. Blanc-Garin, E. Dania-Jambu, M. Plantureux, A-L Parant, A. Simavonian, R. Sourzac, H.

3 e journée recherche de la SFTG 8 février 2014. G. Blanc-Garin, E. Dania-Jambu, M. Plantureux, A-L Parant, A. Simavonian, R. Sourzac, H. Apport d un système d exceptions dans la mesure des indicateurs de la ROSP : Exemple des indicateurs concernant le diabète, l hypertension artérielle, les benzodiazépines et les statines 3 e journée recherche

Plus en détail

Programme détaillé des 40 modules

Programme détaillé des 40 modules Programme détaillé des 40 modules Programme à jour année 2015-2016 Module 1 Ce module est une présentation détaillée de la PACES qui apportera une réponse à toutes les questions que vous pouvez vous poser

Plus en détail

PROGRAMME RSI~Diabète

PROGRAMME RSI~Diabète MON PARCOURS PRÉVENTION diabète PROGRAMME RSI~Diabète Vous aider à prendre en charge votre diabète Support patients www.rsi.fr/diabete Qu est-ce que le diabète? Le diabète se caractérise par une hyperglycémie

Plus en détail

Tout savoir sur le médicament générique. Par le laboratoire Zydus France avec la participation de votre pharmacien.

Tout savoir sur le médicament générique. Par le laboratoire Zydus France avec la participation de votre pharmacien. Tout savoir sur le médicament générique Par le laboratoire Zydus France avec la participation de votre pharmacien. * P le m thé, votre partenaire générique Laboratoire de médicaments génériques, Zydus

Plus en détail

Cas clinique n 1. Hopipharm. Atelier SFPC. 25 mai 2011

Cas clinique n 1. Hopipharm. Atelier SFPC. 25 mai 2011 Cas clinique n 1 Hopipharm 25 mai 2011 Atelier SFPC Madame X (85 ans, 1m65, 50 kg) est transférée en SSR suite à la pose d une PTH en chirurgie orthopédique. Il s agit d une patiente autonome qui vit seule

Plus en détail

Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse

Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse Partenaires pour la santé, partenaires pour la vie! «Il faut accompagner ta femme à l hôpital! Si tu le fais, c est bien pour la santé de vos enfants,

Plus en détail

SOLUTIONS ENTREPRISES Le BILAN CARBONE

SOLUTIONS ENTREPRISES Le BILAN CARBONE SOLUTIONS ENTREPRISES Le BILAN CARBONE Le BILAN CARBONE Toute activité industrielle, tertiaire et agricole émet, directement ou indirectement, des gaz à effet de serre ayant pour conséquence de contribuer

Plus en détail

DOCUMENT D QUESTIONS SUR LA FISCALITÉ SCOLAIRE À LA SUITE DES MODIFICATIONS APPORTÉES À LA LOI SUR L INSTRUCTION PUBLIQUE EN 2006

DOCUMENT D QUESTIONS SUR LA FISCALITÉ SCOLAIRE À LA SUITE DES MODIFICATIONS APPORTÉES À LA LOI SUR L INSTRUCTION PUBLIQUE EN 2006 DOCUMENT D QUESTIONS SUR LA FISCALITÉ SCOLAIRE À LA SUITE DES MODIFICATIONS APPORTÉES À LA LOI SUR L INSTRUCTION PUBLIQUE EN 2006 AVRIL 2012 Les questions liées à l application de l étalement seront traitées

Plus en détail

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie Etat de santé de la population valaisanne 2010 Sur mandat du Service de la santé publique du canton du Valais, l Observatoire valaisan de la santé, en collaboration avec l Institut universitaire de médecine

Plus en détail

Je travaille en EHPAD, j ai 7 bonnes raisons pour me faire vacciner contre la grippe saisonnière

Je travaille en EHPAD, j ai 7 bonnes raisons pour me faire vacciner contre la grippe saisonnière Je travaille en EHPAD, j ai 7 bonnes raisons pour me faire vacciner contre la grippe saisonnière 1. Je veux me protéger efficacement de la grippe La grippe n est pas un simple rhume. Fièvre soudaine, toux

Plus en détail

www.ascensia.ca Choisissez un indicateur de glycémie Ascensia

www.ascensia.ca Choisissez un indicateur de glycémie Ascensia V O U S I N F O R M E www.ascensia.ca Choisissez un indicateur de glycémie Ascensia Dosage de l HbA 1c Comme vous le savez, il est essentiel de bien maintenir votre glycémie près des valeurs normales pour

Plus en détail

Prise en charges des dyslipémies Recommandations EAS/ESC 2016

Prise en charges des dyslipémies Recommandations EAS/ESC 2016 Prise en charges des dyslipémies Recommandations EAS/ESC 2016 Dr Damien Broucqsault - Cardiologue - CH Arras Dr Bernard Henric Endocrinologue - Arras Conflits d intérêt Schering-Plough, Boehringer, LillyDaiichi,

Plus en détail

LYCEE : NOM Prénom : Classe : MATHEMATIQUES EVALUATION DES COMPETENCES A L ENTREE DE LA CLASSE DE SECONDE DE LYCEE GENERAL ET TECHNOLOGIQUE 2013-2014

LYCEE : NOM Prénom : Classe : MATHEMATIQUES EVALUATION DES COMPETENCES A L ENTREE DE LA CLASSE DE SECONDE DE LYCEE GENERAL ET TECHNOLOGIQUE 2013-2014 Académie de Montpellier LYCEE : NOM Prénom : Classe : MATHEMATIQUES EVALUATION DES COMPETENCES A L ENTREE DE LA CLASSE DE SECONDE DE LYCEE GENERAL ET TECHNOLOGIQUE 2013-2014 CAHIER DE L ELEVE La calculatrice

Plus en détail

l assurance temporaire

l assurance temporaire Solutions de protection Votre guide sur l assurance temporaire de la Standard Life Vers une meilleure retraite Accroître. Protéger. Apprécier. Léguer. Bonjour. De plus en plus de gens souhaitent obtenir

Plus en détail

LDL cholestérol, CRP et athérosclérose

LDL cholestérol, CRP et athérosclérose LDL cholestérol, CRP et athérosclérose Pierre-louis MICHEL Congrès de l AFLC. Beyrouth 23 26 Novembre 2005. B Qu est-ce que la «C-Reactive Protein» (CRP)? Facteurs de risques in f l am m ato ires LDL

Plus en détail

Programme contre le diabète. Aidez vos employés à prendre leur santé en main

Programme contre le diabète. Aidez vos employés à prendre leur santé en main Aidez vos employés à prendre leur santé en main Programme contre le diabète CibleSANTÉ Financière Sun Life Si la tendance se maintient, un Canadien sur trois sera diabétique ou prédiabétique d ici 2020

Plus en détail

Médicaments de la Migraine Pr G.GERAUD

Médicaments de la Migraine Pr G.GERAUD 21 ème Forum de Rangueil Jeudi 15 octobre 2009 Médicaments de la Migraine Pr G.GERAUD L étude des comportements thérapeutiques des patients migraineux montre une surconsommation d antalgiques non-spécifiques,

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS. Que veut dire «étalement»? Que veut dire «valeur au rôle»? Que veut dire «valeur uniformisée»? Que veut dire «valeur ajustée»?

FOIRE AUX QUESTIONS. Que veut dire «étalement»? Que veut dire «valeur au rôle»? Que veut dire «valeur uniformisée»? Que veut dire «valeur ajustée»? Que veut dire «étalement»? FOIRE AUX QUESTIONS Lorsque l augmentation de la valeur foncière de la propriété depuis la dernière mise à jour du rôle peut être répartie sur plus d une année, on dit qu elle

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Rencontres nationales de la librairie 2013. Librairie : quelle économie pour quel métier?

Rencontres nationales de la librairie 2013. Librairie : quelle économie pour quel métier? Rencontres nationales de la librairie 2013 Librairie : quelle économie pour quel métier? Dimanche 2 juin matin (Session plénière Salle Vitez) Programme susceptible d être modifié 30/04/13 9h30 : petit

Plus en détail

3.04 Prestations de l AVS Age flexible de la retraite

3.04 Prestations de l AVS Age flexible de la retraite 3.04 Prestations de l AVS Age flexible de la retraite Etat au 1 er janvier 2015 1 En bref Lorsque vous atteignez l âge ordinaire de la retraite, vous avez droit à une rente de vieillesse. Cet âge est fixé

Plus en détail

La démarche d évaluation des dispositifs médicaux Approfondir Les Réflexions des Assises. Pr Eric VICAUT Coordinateur du CEDM

La démarche d évaluation des dispositifs médicaux Approfondir Les Réflexions des Assises. Pr Eric VICAUT Coordinateur du CEDM La démarche d évaluation des dispositifs médicaux Approfondir Les Réflexions des Assises Pr Eric VICAUT Coordinateur du CEDM Partir d une réflexion mille fois entendue Le DM n est pas le médicament Les

Plus en détail

La nouvelle tarification

La nouvelle tarification 1 La nouvelle tarification Le thème de notre matinée : la nouvelle tarification A partir de 2012, une nouvelle tarification s appliquera. Depuis le 1er janvier 2010, les sinistres qui surviennent dans

Plus en détail

Les statines : Mode d emploi en 2004

Les statines : Mode d emploi en 2004 , 25 Septembre 2004 nées d Actualités Thérapeutiques Les statines : Mode d emploi en 2004 Pr Bruno GUERCI CHU de Nancy - b.guerci@chu-nancy.fr STRATEGIE Quelle statine? «Statin-for-all» Lower is better

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA TRANSMISSION GRAND LYON METROPOLE 9 ENQUETE FORUN DE L'ENTREPRENEURIAT

OBSERVATOIRE DE LA TRANSMISSION GRAND LYON METROPOLE 9 ENQUETE FORUN DE L'ENTREPRENEURIAT OBSERVATOIRE DE LA TRANSMISSION GRAND LYON METROPOLE 9 ENQUETE FORUN DE L'ENTREPRENEURIAT 1. Rappel des objectifs et cadre de l'étude 2. Résultats de l'étude 3. Profil des dirigeants cédants Rappel des

Plus en détail

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Présenté par Simon Bérubé, M.D. 8 avril 2008 Plan Les facteurs de risque Les habitudes de vie Signes et symptômes Prise en charge médicale, quand

Plus en détail

Gestion du risque (GDR)

Gestion du risque (GDR) Région Centre Gestion du risque (GDR) Contexte et enjeux Septembre 2011 La GDR, c est quoi? Cette notion peut être définie comme l ensemble des actions mises en œuvre pour améliorer l efficience du système

Plus en détail

MIEUX PRENDRE EN COMPTE LE TABAC DANS LES CONSULTATIONS JEUNES CONSOMMATEURS (CJC): LE

MIEUX PRENDRE EN COMPTE LE TABAC DANS LES CONSULTATIONS JEUNES CONSOMMATEURS (CJC): LE MIEUX PRENDRE EN COMPTE LE TABAC DANS LES CONSULTATIONS JEUNES CONSOMMATEURS (CJC): LE PROJET D UN KIT PRATIQUE Colloque «Vers un monde sans tabac» 29 mai 2015 Ministère des Affaires sociales, de la Santé

Plus en détail

Protocole: éléments pratiques

Protocole: éléments pratiques Protocole: éléments pratiques Qui le rédige? A quoi sert le protocole? Protocole Document de référence Elaboré par l investigateur principal Pour la partie scientifique En collaboration avec le promoteur,

Plus en détail

************** Année 2011 Thèse n

************** Année 2011 Thèse n UNIVERSITE PARIS VI FACULTE DE MEDECINE PIERRE ET MARIE CURIE ************** Année 2011 Thèse n THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE Présentée et soutenue publiquement Le 27 septembre 2011

Plus en détail

Inégalités de recours aux soins préventifs : Quels constats? Quels leviers d action? Florence Jusot. LEDA-LEGOS (Univ. Paris-Dauphine) - IRDES

Inégalités de recours aux soins préventifs : Quels constats? Quels leviers d action? Florence Jusot. LEDA-LEGOS (Univ. Paris-Dauphine) - IRDES Inégalités de recours aux soins préventifs : Quels constats? Quels leviers d action? Florence Jusot LEDA-LEGOS (Univ. Paris-Dauphine) - IRDES CAS - Déchiffrer les dépenses de santé Comment bien dépenser

Plus en détail

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT UNE DYSLIPIDEMIE 1 Conduite à tenir devant une dyslipidémie PLAN

Plus en détail

Vivre sans. hypertension. Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle

Vivre sans. hypertension. Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle Vivre sans hypertension Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle Avez-vous un risque de devenir hypertendu? LE SAVIEZ-VOUS? L Vivre sans hypertension hypertension

Plus en détail

Arrêt du tabac: comment aider les fumeurs? Jean-Pierre Zellweger Villars-sur-Glâne

Arrêt du tabac: comment aider les fumeurs? Jean-Pierre Zellweger Villars-sur-Glâne Arrêt du tabac: comment aider les fumeurs? Jean-Pierre Zellweger Villars-sur-Glâne Arrêt du tabac: les faits TOUS les fumeurs savent que le tabac est nocif LA PLUPART des fumeurs savent que l arrêt du

Plus en détail

Liste de contrôle pour bien utiliser les sites de deal

Liste de contrôle pour bien utiliser les sites de deal 1. Marché des sites de deal Oui Non 1.1 Connaissez-vous les sites de deal présents sur le marché (les grands, mais aussi les sites locaux)? 1.2 Savez-vous que les sites de deal de petite taille, peut-être

Plus en détail

RÉFÉRENTIELS. Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique : les trois points-clés de la recommandation de l'afssaps (2005) 1

RÉFÉRENTIELS. Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique : les trois points-clés de la recommandation de l'afssaps (2005) 1 Cette recommandation, diffusée par l'afssaps en mars 2005, est une actualisation des recommandations Prise en charge des dyslipidémies (Afssaps, septembre 2000) et Modalités de dépistage et de diagnostic

Plus en détail

Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie

Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie -I -Unité et diversité des diabètes Mesures de la glycémie en continu chez un patient diabétique 1 Les critères de diagnostic du diabète 2 3 Conclusion

Plus en détail

LABEL FORMATION. Règlement de participation à destination des organismes de formation

LABEL FORMATION. Règlement de participation à destination des organismes de formation P. 1/5 LABEL FORMATION Règlement de participation à destination des organismes de formation 1. Introduction Vous allez soumettre à labellisation une action de formation professionnelle continue organisée

Plus en détail

ACTIONS COMMERCIALES

ACTIONS COMMERCIALES G R O U P E I P H A R M Indispensable à votre Santé ACTIONS COMMERCIALES DISTRIBUTION DE FLYERS À L OFFICINE 89 rue du Commerce, 75015 Paris Téléphone: 01 42 88 07 96 fax: 01 42 30 79 18 www.ipharmsas.org

Plus en détail

La promotion de l activité physique dans les consultations médicales. Fiche No 56

La promotion de l activité physique dans les consultations médicales. Fiche No 56 Fiche No 56 La promotion de l activité physique dans les consultations médicales Spink KS, Reeder B, Chad K, Wilson K, Nickel D. Examining Physician Counselling to Promote the Adoption of Physical Activity.

Plus en détail

Enquête sur la rémunération des médecins généralistes

Enquête sur la rémunération des médecins généralistes Enquête sur la rémunération des médecins généralistes Clément Bousson Soutenance de thèse 4 Juin 2013 Introduction Paiement à l acte Mode de rémunération majoritaire, pilier de la médecine libérale en

Plus en détail

Service médical rendu (SMR) et

Service médical rendu (SMR) et Service médical rendu (SMR) et Amélioration du service médicale rendu (ASMR) Compétence : Professionnalisme Accéder aux banques de données médicales utiles à l activité de soins et à la formation médicale

Plus en détail

Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes

Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes n o 28 03 / 2015 études, recherches et statistiques de la Cnav étude Julie Vanriet- Margueron, Cnav Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes Lorsqu un

Plus en détail

Cas Client etourisme Hôtel ***** à St Tropez 2013

Cas Client etourisme Hôtel ***** à St Tropez 2013 Cas Client etourisme Hôtel ***** à St Tropez 2013 Lancement du plan Social Media Marketing Juin à Août 2013 Voir la page client : https://www.facebook.com/hdpst Résumé des opérations JUIN (à partir du

Plus en détail

RAPPORT PUBLIC ACTUALISATION AU 31 DECEMBRE 2013 DES INDICES DES PRIX DES SERVICES DES TELECOMMUNICATIONS AU MAROC

RAPPORT PUBLIC ACTUALISATION AU 31 DECEMBRE 2013 DES INDICES DES PRIX DES SERVICES DES TELECOMMUNICATIONS AU MAROC RAPPORT PUBLIC ACTUALISATION AU 31 DECEMBRE 2013 DES INDICES DES PRIX DES SERVICES DES TELECOMMUNICATIONS AU MAROC Version du 04 février 2014-1/17 - février 14 PREAMBULE Ce rapport présente les résultats

Plus en détail