CE QU IL FAUT SAVOIR AVANT DE DÉCIDER D ALLER TRAVAILLER EN ONTARIO!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CE QU IL FAUT SAVOIR AVANT DE DÉCIDER D ALLER TRAVAILLER EN ONTARIO!"

Transcription

1 SIÈGE SOCIAL DE LA CMEQ A 5925, BOUL. DÉCARIE, MONTRÉAL (QUÉBEC) H3W 3C9 L INFORMEL JOURNAL OFFICIEL DE LA CMEQ VOLUME XXIX, N O 10, DÉCEMBRE 2006 POSTE-PUBLICATIONS, N o CE QU IL FAUT SAVOIR AVANT DE DÉCIDER D ALLER TRAVAILLER EN ONTARIO! Le 30 juin dernier, une nouvelle entente entre le Québec et l Ontario portant, entre autres choses, sur la reconnaissance des qualifications des entrepreneurs en construction qui souhaitent travailler sur le territoire de l autre province est entrée en vigueur. Puisque cette entente apporte quelques modifications aux procédures à suivre par l entrepreneur québécois pour avoir le droit d agir comme entrepreneur en construction en Ontario, nous vous les résumons ci-dessous. L entrepreneur québécois qui désire effectuer des travaux d électricité en Ontario doit s enregistrer auprès du Electrical Safety Authority (ESA) qui est l organisme chargé de délivrer les licences d entrepreneur électricien en Ontario. À l heure actuelle, l ESA exige que les entrepreneurs québécois réussissent les examens prescrits. Cette situation a été portée à l attention du ministre du Travail du Québec par la Corporation. Tél. : (Department of Licensing and Certification) Il doit se conformer aux autres exigences réglementaires encadrant l industrie de la construction en Ontario, notamment en s enregistrant auprès du Ministry of Government Services et du Workplace Safety and Insurance Board (WSIB). L entrepreneur oeuvrant dans le secteur résidentiel doit également s enregistrer auprès du Tarion Warranty Corporation. MINISTRY OF GOVERNMENT SERVICES (Ministère des services gouvernementaux) Tél. : WORKPLACE SAFETY AND INSURANCE BOARD (Commission de la sécurité professionnelle et de l assurance contre les accidents du travail) Tél. : (bureau d Ottawa) TARION WARRANTY CORPORATION Tél. : PRINCIPAUX TITRES FORMULAIRE DE CHANGEMENT DE TARIF POUR LA BI-ÉNERGIE RÉSIDENTIEL A À VOTRE CLIENT DE LE TRANSMETTRE! CÂBLAGE DANS LES BÂTIMENTS INCOMBUSTIBLES LES EXAMENS DE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE A RÉUSSIS À VIE? LA DILIGENCE RAISONNABLE A SAUREZ-VOUS VOUS PROTÉGER OU SEREZ-VOUS COUPABLE AVEC EXPLICATIONS? LES COLLOQUES HYDRO- QUÉBEC/CMEQ A LA PRÉSENTATION D UN PLAN D ACTION POUR RÉPONDRE À VOS PRÉOCCUPATIONS SYSTÈME D ALARME RÉSIDENTIEL A ATTENTION AUX DÉTECTEURS DE FUMÉE! PROPAGATION DE LA FLAMME A MISE EN GARDE DE LA RBQ COMPÉTITION DÉLOYALE A PAS D INTERVENTION SANS PLAINTE!» 2» 3» 4 CONTRÔLE DE LA QUALITÉ» 29 à 32 UNITÉ 23» 5» 5» 6» 6» 7 LA CMEQ VOUS SOUHAITE UN Joyeux Noël!

2 2 JOURNAL OFFICIEL DE LA CMEQ VOLUME XXIX, N O 10, DÉCEMBRE 2006 L entrepreneur québécois qui n a pas de place d affaires permanente en Ontario doit s enregistrer auprès de la Direction de la taxe de vente au détail de l Ontario du ministère des Finances et fournir une garantie de paiement de la taxe de vente équivalant à 4 % de chaque contrat de construction obtenu en Ontario. Tél. : Enfin, les entrepreneurs ont tout intérêt à s informer auprès de leur assureur, afin de savoir si les travaux qu ils exécutent hors du Québec sont assurés, et auprès du gouvernement de l Ontario afin de savoir si des impôts doivent être payés à cette province. Calendrier En pièce jointe au présent Informel, se trouve le calendrier 2007 de la CMEQ. Avec son nouveau format convivial et pratique, nous espérons qu il sera utile et apprécié de tous! BONNE ANNÉE 2007! FORMULAIRE DE CHANGEMENT DE TARIF POUR LA BI-ÉNERGIE RÉSIDENTIELLE A À VOTRE CLIENT DE LE TRANSMETTRE! Lors de la réalisation d une installation nouvelle de bi-énergie, il y a un formulaire à remplir en plus de la DA/DT. Il s agit de l «Attestation de conformité bi-énergie». La section 2 Vérification de l admissibilité, doit être complétée par l installateur, soit un membre de la CMEQ, de la CMMTQ ou de la CMRQ. Une fois le formulaire complété par l installateur et le client, il est transmis à Hydro-Québec. Des membres nous ont demandé où envoyer ce formulaire car le centre d appels de St-Hyacinthe refuse de les traiter. On nous a aussi demandé d avoir des copies de ce formulaire. Lorsqu un client fait une demande de tarif bi-énergie, Hydro-Québec lui envoie une trousse qui contient l attestation de conformité. Il doit ensuite faire effectuer une installation conforme au règlement tarifaire pour y être admissible. Les exigences du règlement tarifaire sont les suivantes : a) la capacité du système bi-énergie, tant en mode combustible qu en mode électrique, doit être suffisante pour fournir toute la chaleur nécessaire au chauffage des locaux visés. Les sources d énergie pour le chauffage ne doivent pas être utilisées simultanément ; b) le système bi-énergie doit être muni d un commutateur permettant le transfert automatique d une source d énergie à l autre. Ce commutateur doit, à cette fin, être relié à une sonde thermique conformément aux dispositions du sous-alinéa c) ci-après ; c) la sonde thermique est fournie et installée par le Distributeur à l endroit et aux conditions déterminés par celui-ci. Cette sonde indique au commutateur automatique qu un changement de mode de chauffage est requis en raison de la température extérieure. Le mode combustible est utilisé lorsque celle-ci est inférieure à -12 C ou -15 C, selon les zones climatiques définies par le Distributeur ; d) le client peut en plus disposer d un commutateur manuel pour commander lui-même le transfert d une source d énergie à l autre. Il est de la responsabilité de l installateur d effectuer une installation conforme à ces conditions, de même qu à la réglementation en vigueur. Une fois l installation complétée, l installateur remplit la section 2 de l attestation de conformité. Comme c est le client qui fait la demande de changement de tarif, c est le client qui doit faire parvenir le formulaire dûment complété au service à la clientèle d Hydro-Québec et non pas le maître-électricien. L installateur remplit la section 2 et redonne le formulaire au client. C est au client de le transmettre au service à la clientèle résidentielle d Hydro-Québec, aux coordonnées inscrites sur sa facture. C est aussi pourquoi il n est pas possible pour les maîtres électriciens d avoir de copies de ce formulaire.

3 JOURNAL OFFICIEL DE LA CMEQ VOLUME XXIX, N O 10, DÉCEMBRE CÂBLAGE DANS LES BÂTIMENTS INCOMBUSTIBLES Suite aux récents constats réalisés par la Régie du bâtiment du Québec (RBQ) au sujet des exigences relatives à la propagation de la flamme des câbles à gaine non métallique, nous reproduisons l article publié dans L informel du mois de décembre Lors de la révision du Code de l électricité du Québec , il n a pas été possible de conserver l amendement du Québec de l article au sujet de la propagation de la flamme des câbles à enveloppe combustible et des canalisations non métalliques totalement fermées, puisque ces exigences se retrouvent au Code de construction, Chapitre I - Bâtiment et que le Code de l électricité se retrouve au Chapitre V - Électricité, de ce même Code de construction. Les articles 2-126, Exigences relatives à la propagation de la flamme en ce qui a trait aux fils et câbles électriques, et 2-128, Exigences relatives à la propagation de la flamme en ce qui a tait aux canalisations non métalliques totalement fermées, actuellement en vigueur (Édition 2004), nous réfèrent donc au Code du bâtiment, quant aux exigences relatives à la propagation de la flamme. Des explications sont données à l Annexe B du Code de l électricité. De plus, la référence aux articles concernés du Code du bâtiment se retrouvent à l Annexe G du Code de l électricité. La RBQ a reproduit les articles du Code du bâtiment, établissant les exigences relatives à la propagation de la flamme, aux pages 125 et 126 du Cahier explicatif sur les principaux changements au Code. Attention, des erreurs se sont glissées lors de cette reproduction. En effet, il manque deux sous-paragraphes (c et d) au paragraphe 1) de l article , Fils et câbles, à la page 125 du Cahier explicatif, établissant sous quelles conditions les câbles à gaine combustible peuvent être utilisés dans un bâtiment pour lequel une construction incombustible est exigée. Ces sous-paragraphes se lisent comme suit : c) ces fils et ces câbles sont des câbles de communication qui se prolongent à partir du point d entrée du bâtiment sur une longueur d au plus 3 m ; d) ces fils et ces câbles respectent les conditions suivantes : i) ils ne propagent pas la flamme ou ne continuent pas à brûler pendant plus de 1 min lorsqu ils sont soumis à l essai à la flamme verticale de l article de la norme CSA-C22.2 No 0.3, «Test Methods for Electrical Wires and Cables» (FT1) ; ii) ils sont situés dans un vide dissimulé à l intérieur d un mur. Le sous-paragraphe c) est nouveau et le sous-paragraphe d) est identique aux exigences apparaissant dans le Code de l électricité Alors, dans un bâtiment pour lequel une construction incombustible est exigée, le câble éprouvé à la flamme FT1 (Ex. NMD90 ou Loomex) n est donc accepté que s il est situé dans un vide dissimulé à l intérieur d un mur. Une autre erreur en est une de référence. À l article , Canalisations non métalliques, à la page 126 du Cahier explicatif, la référence ) devrait plutôt se lire ), limitant ainsi à 30 mm le diamètre externe hors tout d une canalisation non métallique traversant des séparations coupe-feu. Cette limite de 30 mm est identique aux exigences apparaissant dans le Code de l électricité D autre part, une modification a aussi été apportée à l article Cet article permet l utilisation de canalisations non métalliques totalement fermées dans un compartiment résistant au feu d un bâtiment pour lequel une construction incombustible est exigée, à condition que ces canalisations ne présentent pas une hauteur de carbonisation supérieure à 1,5 m à l essai à la flamme verticale FT4 et que leur diamètre extérieur soit d au plus de 120 mm (depuis le 30 novembre 2002), ou d une aire rectangulaire équivalente. En 1999, la limite était de 700 mm2 de section (environ 30 mm de diamètre). Voir aussi, dans ce numéro, l article au sujet de la mise en garde émise par la RBQ : RBQ Propagation de la flamme A Mise en garde, p.6

4 4 JOURNAL OFFICIEL DE LA CMEQ VOLUME XXIX, N O 10, DÉCEMBRE 2006 LES EXAMENS DE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE A RÉUSSIS À VIE? Pour devenir le répondant d une entreprise, vous avez dû démontrer, notamment en réussissant des examens, que vous possédez les connaissances ou l expérience pertinente dans le ou les domaines de la gestion de travaux de construction, de la gestion de la sécurité sur les chantiers de construction et de la gestion administrative. En principe, une fois que vous avez réussi ces examens, vous n avez pas à les réussir de nouveau. Cependant, la survenance de certains événements peut faire en sorte que vous soyez obligé de vous soumettre de nouveau à ces examens pour avoir le droit d être le répondant d une entreprise. Est-ce que vous devez réussir de nouveau les examens de vérification de vos connaissances, si vous êtes le répondant d une entreprise qui fait faillite ou qui cesse ses activités pour le motif qu elle est insolvable au sens de la Loi sur la faillite? OUI. Le Règlement sur la qualification professionnelle des entrepreneurs en construction et des constructeurspropriétaires (Règlement) le prévoit expressément. Est-ce que vous devez réussir de nouveau les examens de vérification de vos connaissances, si vous êtes le répondant d une entreprise dont la licence est suspendue, annulée ou si son renouvellement est refusé suite à une décision rendue en vertu de l article 70 de la Loi sur le bâtiment (Loi)? OUI, si la licence de l entreprise est annulée, suspendue ou si son renouvellement est refusé pour un des motifs suivants: A l entreprise est déclarée coupable d'une infraction à la Loi sur le bâtiment (Loi), à la Loi sur la protection du consommateur (chapitre P-40.1), à la Loi sur les relations du travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d oeuvre dans l'industrie de la construction (chapitre R-20) et à la Loi sur la santé et la sécurité du travail (chapitre S-2.1), si la gravité ou la fréquence des infractions justifie la suspension ou l'annulation ; A l entreprise ne remplit plus l'une des conditions requises par la Loi pour obtenir une licence, sauf si la licence de l entreprise est annulée, suspendue ou si son renouvellement est refusé en raison du non paiement de sa cotisation à la Corporation des maîtres électriciens du Québec (CMEQ) ou lorsque son adhésion à un plan de garantie ou à un cautionnement pour fraude ou malversation prend fin; A l entreprise a faussement déclaré ou dénaturé des faits relatifs à sa demande de licence; A l entreprise n a pas notifié à la CMEQ sa fusion, sa vente, sa cession, la modification de son nom, la modification de son conseil d administration ou de ses dirigeants dans un délai de 30 jours ; A l entreprise n a pas donné suite, à la satisfaction de la Régie du bâtiment du Québec, à une ordonnance délivrée en vertu de l'article 123 de la Loi lui enjoignant de se conformer au Code de construction ; A l entreprise a abandonné ou interrompu, sans motif légitime, des travaux de construction, causant ainsi un préjudice aux personnes intéressées; A la solvabilité de l entreprise est compromise par la faillite de l'un de ses dirigeants ; A l entreprise a agi de telle sorte qu elle ne se mérite plus la confiance du public selon la CMEQ ; A un des dirigeants de l entreprise a été dirigeant d'une société ou personne morale dans les 12 mois précédant la cessation d'activités d'entrepreneur de cette société ou personne morale pour une cause autre que le décès de l'un de ses dirigeants, l'accomplissement de son objet ou toute autre cause légitime. Vous devez également réussir de nouveau les examens si vous cessez d être le répondant d une entreprise pendant plus de cinq ans. Les événements mentionnés ci-dessus peuvent donc avoir des conséquences fâcheuses sur le droit d agir comme répondant d une entreprise en construction. Certaines de ces situations sont cependant évitables et relèvent de la responsabilité des dirigeants de l entreprise, dont le ou les répondants font partie. Conclusion : un répondant averti en vaut deux!

5 25 CONTRÔLE DE LA QUALITÉ Unité 23 Divers Dans ce dernier article de la série, nous traiterons de «l unité 23 Divers» de la fiche de vérification du programme de contrôle de la qualité des travaux d installation électrique. Véritable fourre-tout, cette unité regroupe bon nombre de dispositions du Code applicables à l une ou plusieurs des unités de ladite fiche dont nous avons traité dans les articles précédents ) BOÎTES DE SORTIE On doit installer une boîte, ou un dispositif équivalent, à chaque point de sortie, interrupteur ou jonction de conduits, de canalisations, de câbles armés ou de câbles sous gaine non métallique ) COUVERCLES On doit munir chaque boîte d un couvercle approprié, à moins d y poser un socle d appareil OUVERTURES INUTILISÉES Les ouvertures inutilisées dans les boîtes, coffrets, panneaux, interrupteurs, répartiteurs et garnitures doivent être bien fermées au moyen de bouchons ou de plaques qui assurent une protection essentiellement équivalente à celle des parois de la boîte ou du coffret COULEUR DES CONDUCTEURS Les conducteurs isolés de mise à la terre et de continuité des masses doivent avoir une finition extérieure continue de couleur verte ou verte avec une ou plusieurs rayures jaunes. Les conducteurs ainsi identifiés doivent être utilisés uniquement comme conducteurs de mise à la terre ou de continuité des masses. Pour distinguer les circuits, on doit utiliser le code de couleurs suivant : 1 phase c.a. ou c.c. (2 fils) : A un noir et un rouge; ou A un noir et un blanc (si un conducteur repéré est requis) ; 1 phase c.a. ou c.c. (3 fils) : A un noir, un rouge et un blanc ; 3 phases c.a. : A un rouge (phase A), A un noir (phase B), A un bleu (phase C), A un blanc (si un neutre est requis) ) JOINTS DES CONDUCTEURS Les joints sur les conducteurs isolés doivent être réalisés de manière appropriée. À moins d être faits au moyen de connecteurs de fils sans soudure, les joints de conducteurs doivent être soudés après avoir été bien reliés, tant mécaniquement qu électriquement ) CONDUCTEURS DE CONTINUITÉ DES MASSES Les conducteurs de continuité des masses doivent être raccordés de manière appropriée. Si plusieurs conducteurs de continuité des masses pénètrent dans une boîte, on doit assurer un bon contact électrique entre tous ces conducteurs, en les fixant au moyen de vis de continuité des masses ou en les raccordant ensemble au moyen d un connecteur sans soudure

6 26 CONTRÔLE DE LA QUALITÉ UNITÉ 23 «DIVERS» et en raccordant un seul des conducteurs à la boîte à l aide d une vis ou d un dispositif de continuité des masses. Attention : Le raccord doit être conçu de façon que le débranchement d une prise de courant, d un appareil ou d un autre dispositif alimenté à partir de cette boîte, ne puisse gêner ou interrompe la continuité des masses EXÉCUTION DU TRAVAIL Tout montage mécanique se rapportant à une installation électrique doit être exécuté de façon appropriée FIXATION DES BOÎTES, DES COFFRETS ET DES GARNITURES Les boîtes, coffrets, panneaux, interrupteurs, répartiteurs et garnitures doivent être bien fixés PROTECTION DES PIÈCES NUES SOUS TENSION Les pièces nues sous tension doivent être protégées de tout contact accidentel au moyen de coffrets approuvés ou autres formes de protection approuvées CONTINUITÉ DES MASSES DE L APPAREILLAGE Les pièces métalliques à découvert et non porteuses de courant d un appareillage fixe doivent être reliées à la terre par continuité des masses ) ENTRÉE DE CÂBLES SOUS GAINE NON MÉTALLIQUE Utiliser des connecteurs de boîte appropriés pour retenir de façon adéquate les câbles sous gaine non métallique qui entrent dans les boîtes, coffrets et garnitures ) ENTRÉE DE CÂBLES SOUS GAINE MÉTALLIQUE Utiliser des connecteurs de boîte appropriés et installés conformément à la section 10 pour retenir les câbles sous gaine métallique qui entrent dans les boîtes, coffrets et garnitures APPAREILLAGE APPROUVÉ Tout appareillage électrique utilisé dans une installation électrique doit être approuvé ) RACCORDEMENT AUX BORNES ET JOINT DES CONDUCTEURS D ALUMINIUM Un composé pour joints, en mesure de pénétrer la pellicule d oxyde et d empêcher qu elle se forme, doit être utilisé pour le raccordement aux bornes ou le joint de toutes les grosseurs de conducteurs toronnés en aluminium. Note : L appareillage raccordé aux conducteurs en aluminium doit être spécifiquement approuvé pour cette utilisation et marqué en conséquence ) ESPACE UTILE AUTOUR DE L APPAREILLAGE ÉLECTRIQUE Il doit y avoir un espace utile d au moins 1 m assurant une position stable autour de l appareillage électrique tel que panneaux de dérivation, tableaux de contrôle et de distribution, ainsi que les centres de commande ) ESPACE UTILE AUTOUR DE L APPAREILLAGE ÉLECTRIQUE (OUVERTURE DES PORTES) Un espace utile suffisant est requis afin de permettre l ouverture des portes des coffrets et des panneaux à charnières à un angle d au moins 90. Attention : L espace nécessaire aux éléments de type amovible qui requièrent soit une position d essai, soit une position complètement déconnectée, s ajoute à l espace utile minimal de 1 m BAIGNOIRES À HYDROMASSAGE L appareillage électrique formant partie intégrante d une baignoire à hydromassage doit être protégé par un disjoncteur différentiel de classe A. Note : Au sens du code, le terme baignoire à hydromassage comprend également les bains thérapeutiques ) DISJONCTEURS DIFFÉRENTIELS (BAIGNOIRE À HYDROMASSAGE) On doit installer le disjoncteur différentiel de classe A dans un endroit qui en facilitera la vérification et à au moins 1,5 m de la baignoire à hydromassage, sauf s il fait partie intégrante de cette baignoire approuvée et fabriquée en usine et s il est situé derrière un écran afin d éviter que l occupant de la baignoire n entre en contact avec ce dispositif.

7 CONTRÔLE DE LA QUALITÉ UNITÉ 23 «DIVERS» ) COMMANDE (BAIGNOIRE À HYDROMASSAGE) Les commandes électriques d une baignoire à hydromassage doivent être situées derrière un écran ou à au moins 1 m horizontalement de la paroi de la baignoire, sauf si elles font partie intégrante d une baignoire à hydromassage approuvée et fabriquée en usine ) CÂBLES SOUS GAINE NON MÉTALLIQUE À PROXIMITÉ D ÉLÉMENTS DE SYSTÈME DE CHAUFFAGE Si un câble sous gaine non métallique est posé à proximité d éléments de systèmes de chauffage, le transfert de chaleur doit être réduit au minimum au moyen d un espace d air d au moins : A 25 mm entre le conducteur et toute gaine ou tout tuyau de chauffage ; A 50 mm entre le conducteur et toute cheminée en maçonnerie ou en béton ; et A 150 mm entre le conducteur et tout regard de nettoyage de cheminée ou de conduit de fumée PROTECTION DES CÂBLES DANS LES INSTALLATIONS DISSIMULÉES Les câbles sous gaine non métallique doivent être protéger contre l endommagement mécanique PROTECTION DES CÂBLES ARMÉS Les câbles armés doivent être protégés contre l endommagement mécanique. Note : Tous les câbles, qu ils soient de type sous gaine métallique ou non, doivent être protégés par leur emplacement ou par des moyens mécaniques. Si ces câbles traversent des poteaux, des solives ou autres éléments de charpente à moins de 32 mm du bord le plus proche de ces éléments, une protection est requise. Cette protection qui peut être assurée à l aide de plaques d acier ou de manchons métalliques vise notamment à protéger les câbles contre les clous et vis enfoncés lors de la pose de panneaux de gypse ) POSE DES CÂBLES ENTRE LES BOÎTES Fixer adéquatement les câbles à gaine non métallique et respecter les distances entre les fixations. Ils doivent être retenus par des brides ou d autres dispositifs à moins de 300 mm de chaque boîte ou garniture et à des intervalles ne dépassant pas 1,5 m sur toute leur longueur INSTALLATION DES CÂBLES ARMÉS Fixer adéquatement les câbles armés et respecter les distances entre les fixations. Ils doivent être fixés à moins de 300 mm de chaque boîte ou garniture et à des intervalles ne dépassant pas 1,5 m sur toute leur longueur. Note : Les câbles qui traversent des solives ou poteaux en passant dans des orifices sont considérés comme retenus PROTECTION AUX EXTRÉMITÉS DES CÂBLES ARMÉS Les conducteurs doivent être protégés contre l usure par frottement, à l endroit où ils émergent de l armure, au moyen de douilles en matériau isolant ou de dispositifs équivalents. Note : Afin de prévenir l abrasion ou l entaillage par le bord tranchant de l armure, il faut protéger l isolant des conducteurs à l aide de douilles isolantes ou d autres dispositifs semblables TYPES DE CONDUCTEURS Installer les conducteurs conformément au tableau 19, compte tenu de l emplacement en question, et de l humidité, des risques de corrosion, de la température, du recouvrement partiel ou complet et de la protection mécanique CONDUCTEURS SOUS CONDUITS Installer des canalisations de grosseur requise. Elles doivent être d une grosseur suffisante pour permettre d introduire et de retirer les conducteurs sans les endommager. Note : Se référer aux tableaux 6 et 8 pour le volume maximal de remplissage ) CONDUCTEUR DE CONTINUITÉ DES MASSES L armure d un conduit métallique flexible ou d un conduit flexible étanche aux liquides ne doit pas être considérée comme remplissant les exigences d un conducteur de continuité des masses. Un conducteur de continuité des masses distinct doit être installé dans ce type conduit.

8 28 CONTRÔLE DE LA QUALITÉ UNITÉ 23 «DIVERS» DISPOSITIONS EN VUE DE LA CONTINUITÉ DES MASSES Installer un conducteur de continuité des masses séparé dans les conduits rigides PVC et HFT DISPOSITIONS EN VUE DE LA CONTINUITÉ DES MASSES Installer un conducteur de continuité des masses dans les conduits de type EB1 et DB2/ES PROTECTION DES CONDUCTEURS AUX EXTRÉMITÉS DES CANALISATIONS On doit utiliser des embouts ou d autres moyens équivalents pour la protection des conducteurs contre l usure par frottement à leur sortie des canalisations. Si les conducteurs sont de grosseur égale ou supérieure à 8 AWG, la protection doit être assurée au moyen : A d embouts de type isolé, sauf si l appareillage est pourvu de collets de conduit avec rebords lisses et arrondis ; ou A d un matériau isolant parfaitement maintenu en place, séparant les conducteurs des garnitures de canalisation et offrant une résistance à l endommagement mécanique PROTECTION DES CANALISATIONS DANS LES RUELLES Les canalisations électriques posées à une hauteur inférieure à 2 m au-dessus du sol dans les ruelles et entrées où elles sont exposées à l endommagement mécanique doivent être protégées par un protecteur en acier d une épaisseur au moins égale à 10 MSG adéquatement fixé, sauf si ces canalisations sont déjà protégées autrement ) ESPACEMENT MAXIMAL DES SUPPORTS DE CONDUITS Fixer le conduit PVC à une surface solide et respecter les espaces de fixation mentionnés à l article JOINTS DE DILATATION Au moins un joint de dilatation doit être installé pour toute longueur de conduit rigide PVC, lorsque la dilatation de ce conduit peut être supérieure à 45 mm sous l effet de changement de température au cours de l installation ou par la suite. Note : Se référer à l annexe B pour les coefficients de dilatation linéaire usuels ENTRÉE DES CANALISATIONS ET DES CÂBLES DANS LES BÂTIMENTS Sceller adéquatement les ouvertures pratiquées dans les murs extérieurs pour l introduction de canalisations ou de câbles NOMBRE DE CONDUCTEURS DANS UNE BOÎTE Installer des boîtes de volume suffisant. Les boîtes doivent être assez grandes pour que l espace utilisable puisse contenir tous les conducteurs isolés ) CONNEXION DU CONDUCTEUR DE CONTINUITÉ DES MASSES AUX CIRCUITS ET À L APPAREILLAGE Le conducteur de continuité des masses doit être fixé à chaque boîte métallique au moyen d une vis de continuité des masses qui ne doit servir qu à cet usage. Attention : La vis de continuité des masses ne doit pas servir simultanément pour la fixation de la boîte BOÎTES, COFFRETS ET GARNITURES ENCASTRÉES Le devant des boîtes, coffrets et garnitures installés dans les murs ou plafonds, ne doit pas être situé à plus de 6 mm de la surface finie. Si les murs ou les plafonds sont en bois ou en un autre matériau combustible, ces boîtes doivent affleurer la surface finie ou faire saillie. On doit remplir tout interstice ou espace entre les bords des boîtes, coffrets et garnitures et les murs ou plafonds plâtrés. K Par M. André Bisson, conseiller technique Électricité, Régie du bâtiment du Québec Une initiative de la Corporation des maîtres électriciens, en collaboration avec la Régie du bâtiment du Québec. Série d articles sur la fiche de vérification du programme «Contrôle de la qualité des travaux d installation électrique» parue dans les éditions avril, mai, juin, juillet/août, septembre, octobre, novembre et décembre 2006, du journal officiel de la CMEQ, L Informel. Décembre 2006

9 JOURNAL OFFICIEL DE LA CMEQ VOLUME XXIX, N O 10, DÉCEMBRE SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL LA DILIGENCE RAISONNABLE A SAUREZ-VOUS VOUS PROTÉGER OU SEREZ-VOUS COUPABLE AVEC EXPLICATIONS? Le présent texte fait suite à celui publié dans l Informel de mars 2006 et qui avait pour titre : La négligence criminelle des organisations A que faut-il comprendre par «diligence raisonnable»? Considérant son importance et sa gravité nous revenons sur le sujet et nous vous recommandons fortement de relire ce texte que l on peut retrouver sur le site internet de la CMEQ sous la rubrique PUBLICATIONS/L Informel, n o 2, mars Ce texte explique clairement et simplement la portée des changements qui ont été apportés au Code criminel relativement à la responsabilité criminelle des organisations. Il est essentiel que chaque entrepreneur électricien comprenne précisément ce que sont ses responsabilités en santé et en sécurité du travail (SST). Vous vous devez de saisir très clairement ce qu il faut comprendre par diligence raisonnable en SST. En faisant réellement preuve de diligence raisonnable vous vous doterez d une méthode de travail et de moyens de communication qui vous aideront à prévenir efficacement les accidents. De plus vous serez en mesure de bien vous défendre face à une éventuelle poursuite pénale ou criminelle. En relisant le texte de l informel de mars 2006, nous vous invitons à prendre le temps de réfléchir aux moyens à mettre en place pour faire preuve de diligence raisonnable et à la façon de gérer efficacement ces moyens. Vous devez convenir d un plan d action, si simple soit-il, pour vous assurer que la diligence raisonnable est omni présente dans la réalisation de tous vos projets, le tout en grande complicité avec vos salariés. En bout de piste, vous devez être en mesure de répondre oui à la question suivante : Est-ce que votre entreprise et ses dirigeants font réellement tout ce qui doit être fait pour qu il y ait diligence raisonnable relativement à la santé et à la sécurité de vos travailleurs dans la réalisation de vos projets? Si vous n êtes pas en mesure de répondre franchement «oui», vous êtes en danger! Vos devoirs ne sont pas terminés. La diligence raisonnable c est faire preuve d une nécessaire et exigeante vision prospective ; c est avoir pris toutes les précautions pour prévenir l accident ; c est avoir fait tout le nécessaire pour le bon fonctionnement des mesures préventives. LES COLLOQUES HYDRO-QUÉBEC/CMEQ A LA PRÉSENTATION D UN PLAN D ACTION POUR RÉPONDRE À VOS PRÉOCCUPATIONS C est le 13 novembre dernier que s amorçait une nouvelle série de colloques Hydro-Québec/CMEQ. Plus de 90 % des maîtres électriciens, qui ont participé aux colloques qui ce sont tenus jusqu à ce jour, se disent de «satisfaits» à «très satisfaits» de leur rencontre avec les représentants d Hydro-Québec. À la suggestion des maîtres électriciens, les gens de terrain tels, le chef du service à la clientèle permis, des conseilleurs projets, des gens des travaux aériens d Hydro-Québec participaient à ces colloques et ont été en mesure de renseigner adéquatement les participants sur différents sujets étroitement liés à la conduite de leurs affaires. Les maîtres électriciens présents lors de ces colloques ont pu obtenir des précisions sur différents sujets qui les préoccupent tels ; A le processus de traitement d une demande d alimentation et d une déclaration de travaux (DA/DT). A les étapes de raccordement. A le suivi d une demande d un maître électricien. A l application de la 9 e édition du Livre bleu La présente série de colloques Hydro- Québec/CMEQ se terminera le 14 décembre prochain. Les villes de Sherbrooke, Granby, Montréal, Saint- Jérôme, Drummondville, Shawinigan et Joliette seront visitées à entre le 6 et le 14 décembre prochains. Consultez le site Internet de la CMEQ pour connaître les dates et endroits où se tiendront ces colloques ainsi que les modalités d inscription. UNE PROTECTION IMPERMÉABLE Pour obtenir une protection de responsabilité civile Umbrella qui vous permet de faire face aux pires poursuites (jusqu à $ par sinistre), et pour bénéficier des nombreux autres avantages du seul programme d assurance commerciale approuvé par la CMEQ, composez le GATINEAU JONQUIÈRE MONTRÉAL QUÉBEC (Poitras, Lavigueur) SHERBROOKE (Dunn-Parizeau)

10 6 JOURNAL OFFICIEL DE LA CMEQ VOLUME XXIX, N O 10, DÉCEMBRE 2006 SYSTÈME D ALARME RÉSIDENTIEL A ATTENTION AUX DÉTECTEURS DE FUMÉE! Pour ceux qui vendent et installent des systèmes d alarme résidentiels, offrir à ses clients l option du détecteur de fumée relié à la centrale est presque naturel. C est aussi une option très populaire. Toutefois, un règlement particulier et peu connu fait peut-être en sorte que vos installations ne respectent pas la le Code de construction du Québec, Chapitre I Bâtiment (Code du bâtiment) en vigueur! Pour un logement, le Code du bâtiment exige l installation d avertisseurs de fumée. De plus, quand un détecteur de fumée est relié à une centrale son déclenchement appellera automatiquement les pompiers il s agit d un équipement différent. Un avertisseur de fumée répond à la norme CAN/ULC-S531. Le Code du bâtiment le définit comme : «détecteur de fumée avec sonnerie incorporée, conçu pour donner l alarme dès la détection de fumée dans la pièce ou la suite dans laquelle il est installé.» Un détecteur de fumée répond à la norme CAN/ULC-S529. Le Code du bâtiment le définit comme : «détecteur d incendie conçu pour se déclencher lorsque la concentration de produits de combustion dans l air dépasse un niveau prédéterminé.» Ainsi, un avertisseur de fumée est l équipement qu on doit installer dans un logement. Il doit être branché directement à l alimentation électrique. S il y en a plusieurs, ils doivent être reliés entre eux. Si vous brûlez des «toasts», c est un avertisseur de fumée qui peut se déclencher. On ne peut raccorder un avertisseur de fumée à un système pour prévenir automatiquement les pompiers. Si on veut un système relié, par exemple par le biais de la centrale d alarme, on doit obligatoirement installer un détecteur de fumée, qui est conçu pour minimiser les fausses alarmes et qui n est pas conçu ni approuvé aux mêmes fins qu un avertisseur de fumée. En clair, quand on installe un détecteur de fumée avec un système d alarme, il est interdit de débrancher les avertisseurs de fumée car les détecteurs de fumée qu on installe avec le système d alarme ne sont pas approuvés pour les remplacer. PROPAGATION DE LA FLAMME A MISE EN GARDE ATTENTION! * Mise en garde de la RBQ * Dans un bâtiment nécessitant une construction incombustible, on ne peut pas utiliser du câblage répertorié FT1 dans un entreplafond, même si cet entre-plafond se limite à une suite (unité ou coquille de vie). Dans un tel cas, l usage de câbles FT4 (ou FT6) est requis. On peut également opter pour du câble de type AC90, communément appelé BX. Voir aussi, dans ce numéro, l article : Câblage dans les bâtiments incombustibles, p. 3 Selon la Régie du bâtiment du Québec (RBQ), de récents constats leur portent à croire que les exigences relatives à la propagation de la flamme en ce qui a trait aux fils et câbles électriques (Article du Code de l électricité), ainsi qu aux canalisations non métalliques totalement fermées (Article du Code de l électricité), sont peu ou mal maîtrisées par bon nombre de concepteurs et d entrepreneurs. Il en résulte des installations réalisées avec du câblage inapproprié au bâtiment, selon que ce dernier nécessite une construction combustible ou incombustible. Face à un tel constat, il peut en résulter des coûts de correction exorbitants pour l entrepreneur en cause. Afin de bien informer toutes les personnes concernées, la RBQ prévoit traiter prochainement ce sujet d intérêt dans un document complet. Temporairement, il faudra communiquer avec le bureau régional de la RBQ concerné, afin de valider le type de câblage à utiliser selon que le bâtiment en projet requiert une construction combustible ou incombustible. Il faut premièrement déterminer si le bâtiment est de construction combustible ou incombustible. Pour obtenir cette information, vous devez contacter soit le concepteur ou soit l entrepreneur général. Il ne faut pas se fier uniquement au type de structure, à cause de nouvelles dispositions du Code du bâtiment. Par la suite, vous pouvez alors contacter le bureau régional de la RBQ, afin de valider le type de câblage à utiliser.

11 JOURNAL OFFICIEL DE LA CMEQ VOLUME XXIX, N O 10, DÉCEMBRE COMPÉTITION DÉLOYALE A PAS D INTERVENTION SANS PLAINTE! Les dernières années ont démontré que certains entrepreneurs spécialisés soumettent un prix inférieur à $ à un seul entrepreneur destinataire, même si la valeur des travaux est de beaucoup supérieure à ce montant, dans le but d obtenir le contrat et de pouvoir ensuite en négocier le prix véritable. Cette pratique est contraire à l esprit du Code de soumissions déposées (Code) et enfreint le Règlement de la Corporation des maîtres électriciens du Québec parce qu elle constitue un procédé déloyal pour obtenir un contrat. LE CODE DE SOUMISSIONS DÉPOSÉES Les règles du Code visent à empêcher le marchandage et favoriser le meilleur prix possible pour les travaux demandés. Le Code n empêche pas qu un soumisionnaire adresse son prix à un seul des entrepreneurs destinataires intéressés au projet, mais il précise que la soumission doit être conforme à ses règles et aux documents de soumission, et doit inclure tous les travaux de la spécialité assujettie. Une autre des règles du Code prévoit qu une soumission dont le prix atteint ou dépasse $ doit être accompagnée d un cautionnement de soumission et d une lettre d intention ou d une garantie de soumission. LES PLAINTES Un soumissionnaire qui constate qu un compétiteur utilise les moyens déloyaux décrits ci-dessus a tout intérêt à déposer une plainte au BSDQ aux fins de dénoncer cette pratique. La plainte est soumise au comité d étude des plaintes de la Corporation des maîtres électriciens du Québec qui peut décider que l entrepreneur sera convoqué devant le comité de discipline de la Corporation. Les pouvoirs d enquête dont cette dernière est investie lui permettent généralement de démontrer que l infraction reprochée a été commise. Que la pratique ait été érigée en système, c est-à-dire que le stratège entre un soumissionnaire et un ou plusieurs entrepreneurs destinataires est régulier, ou qu il s agisse d un cas isolé, la plainte permettra une intervention dissuasive. LES CONSÉQUENCES DE LA COMPÉTITION DÉLOYALE L entrepreneur trouvé coupable de compétition déloyale par le comité de discipline de la Corporation est passible d une amende pouvant atteindre $ pour chaque dossier où il aurait agi de la sorte. Le soumissionnaire qui a déposé le meilleur prix conforme aux règles du Code pourrait réussir dans une réclamation en dommages et intérêts si les faits au dossier permettent de démontrer qu il avait droit au contrat et que les manœuvres déloyales du compétiteur l ont privé de ce contrat. Il n existe pas de jurisprudence faisant état d un tel cas. Bien que certains entrepreneurs trouvent que les règles de soumissions sont contraignantes, il faut rappeler que l utilité du Code a été cautionnée par le Gouvernement du Québec, et que l absence de règles abusives a été reconnue par la Cour d appel du Québec. ÉMISSION DES CHÈQUES DE CONGÉS PAYÉS La CCQ a posté les relevés et chèques de congés payés vers le 22 novembre chèques seront ainsi été émis pour un total de $, soit un montant moyen par chèque de l ordre de $. FERMETURE DES BUREAUX DE LA CMEQ DURANT LA PÉRIODE DES FÊTES Veuillez noter que les bureaux de la CMEQ seront fermés du vendredi 22 décembre 2006, 16 h 30 jusqu au mardi 2 janvier 2007, 8 h 30. Économiser du temps Obtenir une réponse immédiatement Contribuer à la mise à jour des bassins de main-d œuvre

12 8 JOURNAL OFFICIEL DE LA CMEQ VOLUME XXIX, N O 10, DÉCEMBRE 2006 LES HEURES TRAVAILLÉES EN ÉLECTRICITÉ A 1996 À 2005 DIX ANS DE CROISSANCE! À l exception d un léger fléchissement en 2001 et en 2002, le secteur de l électricité a connu une croissance continue depuis Les données ci-après témoignent éloquemment de la bonne santé de notre industrie. Il faut savoir en tirer profit sagement pour le futur! RENDEMENTS AU 27 OCTOBRE 2006 Années Heures (,000) Années Heures (,000) ÉQUILIBRÉ ACTIFS : ,09 $ VALEUR : 18,10 $ oct sept HEURES TRAVAILLÉES EN ÉLECTRICITÉ A HISTORIQUE DE 1996 À mois 3 mois 6 mois an 2 ans 3 ans 4 ans 5 ans 10 ans 2,32 % 3,84 % 1,44 % 5,02 % % 11,41 % 10,58 % 10,11 % 7,35 % 7,33 % 0,15 % 3,32 % -1,49 % 2,64 % 4,52 % 10,52 % 10,25 % 10,05 % 7,25 % 7,54 % Consultez le site de la CMEQ pour connaître la cote du Fonds Cormel chaque lundi matin. SECTEUR DE L ÉLECTRICITÉ A SALARIÉS PAR GROUPES D ÂGE EN 2005 UNE DISTRIBUTION ÉQUILIBRÉE! 69% des électriciens ont moins de 44 ans d âge, soit plus des deux tiers. Il est raisonnable d'affirmer que la répartition entre les groupes d âges n annonce pas de problème dans un proche avenir. Une bonne nouvelle et un signe de l intérêt de la relève pour le secteur. < >65 TOTAL ÂGE MOY % % % % % 93 1 % % 38,3 LE PROGRAMME DE PROTECTIONS PERSONNALISÉ DE LA CMEQ Un contrat non résiliable Des prestations garanties L invalidité partielle disponible Un remboursement des primes moyen de $ par assuré Plusieurs autres avantages NOUVEAUTÉ : PRIME FIXE ET GARANTIE DISPONIBLE Michel Rheaume et associés ltée 5055, boul. Métropolitain Est, bureau 200, St-Léonard (Québec) H1R 1Z7 Téléphone : (514) Télécopieur : (514)

Filage Système de détection et alarme incendie Chapitre bâtiment - Code de construction CNB 2005 modifié Québec

Filage Système de détection et alarme incendie Chapitre bâtiment - Code de construction CNB 2005 modifié Québec Filage Système de détection et alarme incendie Chapitre bâtiment - Code de construction CNB 2005 modifié Québec Association Canadienne Alarme Incendie (ACAI) 14 novembre 2013 PLAN DE PRÉSENTATION Mandat

Plus en détail

Principaux changements au Chapitre V, Électricité, du Code de construction du Québec, édition 2010 Particularités reliées au secteur résidentiel

Principaux changements au Chapitre V, Électricité, du Code de construction du Québec, édition 2010 Particularités reliées au secteur résidentiel Par : Charles Pineault Conseiller technique Régie du Bâtiment Date: 22 février 2012 Principaux changements au Chapitre V, Électricité, du Code de construction du Québec, édition 2010 Particularités reliées

Plus en détail

GUIDE LES EXAMENS ET LEUR PRÉPARATION

GUIDE LES EXAMENS ET LEUR PRÉPARATION GUIDE LES EXAMENS ET LEUR PRÉPARATION 5925, boulevard Décarie Montréal (Qc) H3W 3C9 Téléphone : 514 738-2184 / 1 800 361-9061 Télécopieur : 514 738-9159 / 1 866 738-9159 Courriel : qualif@cmeq.org TABLE

Plus en détail

RÈGLEMENT 564 SUR LES AVERTISSEURS DE FUMÉE. l installation d un avertisseur de fumée peut sauver des vies humaines ;

RÈGLEMENT 564 SUR LES AVERTISSEURS DE FUMÉE. l installation d un avertisseur de fumée peut sauver des vies humaines ; CANADA PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE LAC-BROME RÈGLEMENT 564 SUR LES AVERTISSEURS DE FUMÉE ATTENDU QUE ATTENDU QU ATTENDU QUE ATTENDU QUE ATTENDU QU ATTENDU QU l installation d un avertisseur de fumée peut

Plus en détail

BULLETIN TECHNIQUE D INSTALLATION BTI-008 BI-ÉNERGIE RÉSIDENTIELLE

BULLETIN TECHNIQUE D INSTALLATION BTI-008 BI-ÉNERGIE RÉSIDENTIELLE BULLETIN TECHNIQUE D INSTALLATION BTI-008 BI-ÉNERGIE RÉSIDENTIELLE 3 e émission SEPTEMBRE 2014 Mise à jour : Norme E.21-10 «Service d électricité en basse tension», 10 e édition (Livre bleu), juin 2014

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 328 RÈGLEMENT RELATIF AUX AVERTISSEURS DE FUMÉE =====================================================================

RÈGLEMENT NUMÉRO 328 RÈGLEMENT RELATIF AUX AVERTISSEURS DE FUMÉE ===================================================================== PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINTE-JUSTINE-DE-NEWTON RÈGLEMENT NUMÉRO 328 ===================================================================== RÈGLEMENT RELATIF AUX AVERTISSEURS DE FUMÉE =====================================================================

Plus en détail

Comment passer un contrat avec les agents de commercialisation du gaz naturel et les détaillants d électricité

Comment passer un contrat avec les agents de commercialisation du gaz naturel et les détaillants d électricité Ontario Energy Commission de l énergie Board de l Ontario P.O. Box 2319 C.P. 2319 2300 Yonge Street 2300, rue Yonge 26th. Floor 26 e étage Toronto ON M4P 1E4 Toronto ON M4P 1E4 Telephone: (416) 481-1967

Plus en détail

Intervention en cas de problème d'alimentation électrique signalé par un client résidentiel

Intervention en cas de problème d'alimentation électrique signalé par un client résidentiel A Intervention en cas de problème d'alimentation électrique signalé par un client résidentiel Marche à suivre en vigueur à compter du 10 mai 2010 1. Domaine d'application La présente marche à suivre vise

Plus en détail

Service d électricité en basse tension Norme E.21-10

Service d électricité en basse tension Norme E.21-10 Service d électricité en basse tension Norme E.21-10 Objet : Mise à jour de la 10 e édition Juin 2014 Vous trouverez ci-joint certaines pages réimprimées de la 10 e édition de la Norme E.21-10, Service

Plus en détail

MÉCANIQUE DE PLATES-FORMES ÉLÉVATRICES

MÉCANIQUE DE PLATES-FORMES ÉLÉVATRICES EMPLOI-QUÉBEC LA Q U A L I F I C A T I O N O B L I G A T O I R E MÉCANIQUE DE PLATES-FORMES ÉLÉVATRICES CONNAÎTRE LA QUALIFICATION LES FONCTIONS DU TRAVAIL Le certificat de qualification en mécanique de

Plus en détail

Guide du participant. Programme de rénovations écoénergétiques. Marchés Affaires et grandes entreprises

Guide du participant. Programme de rénovations écoénergétiques. Marchés Affaires et grandes entreprises Guide du participant Programme de rénovations écoénergétiques Marchés Affaires et entreprises Le bleu est efficace Dans le cadre de son Plan global en efficacité énergétique, Gaz Métro offre à sa clientèle

Plus en détail

Quelques conseils pour vous aider à effectuer les travaux de construction ou de rénovation de votre propriété en toute légalité et à votre

Quelques conseils pour vous aider à effectuer les travaux de construction ou de rénovation de votre propriété en toute légalité et à votre Quelques conseils pour vous aider à effectuer les travaux de construction ou de rénovation de votre propriété en toute légalité et à votre satisfaction! Faut-il un permis municipal? Vérifiez auprès de

Plus en détail

AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES

AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES PARTIE I INTERPRÉTATION 1. (1) Sauf indication contraire, les mots et expressions utilisés dans le présent règlement ont le sens qui leur est donné dans la Loi

Plus en détail

DEVENEZ ENTREPRENEUR GRÂCE AU PROGRAMME DE FORMATION DE L APCHQ

DEVENEZ ENTREPRENEUR GRÂCE AU PROGRAMME DE FORMATION DE L APCHQ FORMATION DEVENEZ ENTREPRENEUR GRÂCE AU PROGRAMME DE FORMATION DE L APCHQ HIVER-PRINTEMPS 2014 Exemption des examens de la RBQ Une attestation officielle de réussite vous permettra d être exempté des examens

Plus en détail

PROTOCOLE D UTILISATION DE LA TES

PROTOCOLE D UTILISATION DE LA TES PROTOCOLE D UTILISATION DE LA TES Le présent Protocole contient les conditions d utilisation du système informatique de transmission électronique des soumissions (la TES) et prévoit les droits et les obligations

Plus en détail

Extraits du Code Canadien de l électricité

Extraits du Code Canadien de l électricité Extraits du Code Canadien de l électricité Section 46 - Systèmes d alimentation de secours, luminaires autonomes et enseignes de sortie 46-000 Domaine d application 1. Cette section s applique à l installation,

Plus en détail

PLOMBERIE EMPLOI-QUÉBEC LA Q U A L I F I C A T I O N O B L I G A T O I R E CONNAÎTRE LA QUALIFICATION 2015-03-31 LES FONCTIONS DU TRAVAIL

PLOMBERIE EMPLOI-QUÉBEC LA Q U A L I F I C A T I O N O B L I G A T O I R E CONNAÎTRE LA QUALIFICATION 2015-03-31 LES FONCTIONS DU TRAVAIL EMPLOI-QUÉBEC LA Q U A L I F I C A T I O N O B L I G A T O I R E PLOMBERIE CONNAÎTRE LA QUALIFICATION LES FONCTIONS DU TRAVAIL Le certificat de qualification en plomberie est obligatoire pour toute personne

Plus en détail

Ministère des Ressources naturelles. PROGRAMME novoclimat 2.0 CADRE NORMATIF

Ministère des Ressources naturelles. PROGRAMME novoclimat 2.0 CADRE NORMATIF Ministère des Ressources naturelles PROGRAMME novoclimat 2.0 Volet «maison» CADRE NORMATIF 1 Ce document a une valeur légale. Il prévaut sur les dépliants et les autres renseignements publiés sur le programme

Plus en détail

STANDARD DE CONSTRUCTION CONDUITS, ATTACHES ET RACCORDS DE

STANDARD DE CONSTRUCTION CONDUITS, ATTACHES ET RACCORDS DE , ATTACHES ET RACCORDS DE PARTIE 1 - GÉNÉRALITÉS 1.1 EMPLACEMENT DES 1.1.1 Les conduits posés devraient être indiqués sur les plans. Ils devraient être installés perpendiculairement aux lignes du bâtiment.

Plus en détail

Formation et perfectionnement du personnel administratif, technique et de service de garde (membres de l APPA)

Formation et perfectionnement du personnel administratif, technique et de service de garde (membres de l APPA) 1 Cahier des orientations, normes et procédures du Comité paritaire de perfectionnement CSDM-APPA Formation et perfectionnement du personnel administratif, technique et de service de garde (membres de

Plus en détail

RÈGLEMENT N O 2012-234 RÈGLEMENT SUR LES APPAREILS DE CHAUFFAGE À COMBUSTIBLES SOLIDES DANS LES TNO

RÈGLEMENT N O 2012-234 RÈGLEMENT SUR LES APPAREILS DE CHAUFFAGE À COMBUSTIBLES SOLIDES DANS LES TNO CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE LA VALLÉE-DE-LA-GATINEAU RÈGLEMENT N O 2012-234 RÈGLEMENT SUR LES APPAREILS DE CHAUFFAGE À COMBUSTIBLES SOLIDES DANS LES TNO Considérant que le Conseil de la municipalité

Plus en détail

VILLE DE CHÂTEAUGUAY FOURNITURE ET INSTALLATION D UN BÂTIMENT PRÉFABRIQUÉ ET TRAVAUX CONNEXES POUR LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY

VILLE DE CHÂTEAUGUAY FOURNITURE ET INSTALLATION D UN BÂTIMENT PRÉFABRIQUÉ ET TRAVAUX CONNEXES POUR LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY VILLE DE CHÂTEAUGUAY FOURNITURE ET INSTALLATION ET TRAVAUX CONNEXES POUR LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY DOCUMENT D APPEL D OFFRES NO : SP-14-144 CHAPITRE E CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIÈRES FOURNITURE

Plus en détail

Guide explicatif. Demande d adhésion à la police d assurance cautionnement collective de la CMMTQ

Guide explicatif. Demande d adhésion à la police d assurance cautionnement collective de la CMMTQ autionnement Guide explicatif Demande d adhésion à la police d assurance cautionnement collective de la CMMTQ Ce guide est conçu pour vous aider à remplir adéquatement le formulaire de demande d adhésion

Plus en détail

FICHE PRATIQUE / JE PRÉPARE Disponible sur www.legrand.be. et les circuits d éclairage

FICHE PRATIQUE / JE PRÉPARE Disponible sur www.legrand.be. et les circuits d éclairage Le R.G.I.E. et les circuits d éclairage L éclairage de votre logement est le premier élément de votre installation électrique n Les circuits Un circuit d éclairage est câblé en fils de 1,5 mm 2 et protégé

Plus en détail

M. André Dumais, B. Sc. A. M e Catherine Rudel-Tessier, LL.M. M. François Tanguay Régisseurs. Demanderesse. Intervenante

M. André Dumais, B. Sc. A. M e Catherine Rudel-Tessier, LL.M. M. François Tanguay Régisseurs. Demanderesse. Intervenante D-99-49 R-3415-98 6 avril 1999 PRÉSENTS : M. André Dumais, B. Sc. A. M e Catherine Rudel-Tessier, LL.M. M. François Tanguay Régisseurs Société en commandite Gaz Métropolitain (SCGM) Demanderesse Et Association

Plus en détail

Système de distribution du gaz naturel dans un bâtiment

Système de distribution du gaz naturel dans un bâtiment Système de distribution du gaz naturel dans un bâtiment Présentation basé sur le Guide d intégration du gaz naturel à un bâtiment Par Serge Rivard, Formateur, École des Technologies Gazières 11 novembre

Plus en détail

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DU RÈGLEMENT NUMÉRO 697 CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARME SUR LE TERRITOIRE DE LA VILLE DE MASCOUCHE

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DU RÈGLEMENT NUMÉRO 697 CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARME SUR LE TERRITOIRE DE LA VILLE DE MASCOUCHE 1 CODIFICATION ADMINISTRATIVE DU RÈGLEMENT NUMÉRO 697 CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARME SUR LE TERRITOIRE DE LA VILLE DE MASCOUCHE La codification administrative comprend le texte du règlement d origine,

Plus en détail

Les registres coupe-feu

Les registres coupe-feu Les registres coupe-feu Installez avec soin Comment assurer une installation conforme Pour obtenir des exemplaires de cette publication, adressez-vous à la Direction des communications de la Régie du bâtiment

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À LA DIVERSIFICATION DES MARCHÉS DES ENTREPRISES MANUFACTURIÈRES QUÉBÉCOISES INVESTISSEMENT QUÉBEC

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À LA DIVERSIFICATION DES MARCHÉS DES ENTREPRISES MANUFACTURIÈRES QUÉBÉCOISES INVESTISSEMENT QUÉBEC CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À LA DIVERSIFICATION DES MARCHÉS DES ENTREPRISES MANUFACTURIÈRES QUÉBÉCOISES INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales TABLE DES MATIÈRES Nature de l aide fiscale... 3

Plus en détail

DOCUMENT TECHNIQUE UNIFIÉ N 70.1 DECEMBRE 1980 INSTALLATIONS ELECTRIQUES DES BATIMENTS A USAGE D HABITATION

DOCUMENT TECHNIQUE UNIFIÉ N 70.1 DECEMBRE 1980 INSTALLATIONS ELECTRIQUES DES BATIMENTS A USAGE D HABITATION DOCUMENT TECHNIQUE UNIFIÉ N 70.1 DECEMBRE 1980 INSTALLATIONS ELECTRIQUES DES BATIMENTS A USAGE D HABITATION CAHIER DES CLAUSES SPECIALES ETABLI PAR LE GROUPE DE COORDINATION DES TEXTES TECHNIQUES Ce document

Plus en détail

Attestation de Revenu Québec et contrats publics : changements importants L obligation est étendue aux sous-traitants

Attestation de Revenu Québec et contrats publics : changements importants L obligation est étendue aux sous-traitants Attestation de Revenu Québec et contrats publics : changements importants L obligation est étendue aux sous-traitants Depuis maintenant plus d'un an, tout entrepreneur qui désire conclure avec un organisme

Plus en détail

VILLE DE WATERLOO RÈGLEMENT SUR LE PROGRAMME DE SUBVENTION RELATIF À L INSTALLATION DE DISPOSITIFS ANTIREFOULEMENT RÉSIDENTIELS

VILLE DE WATERLOO RÈGLEMENT SUR LE PROGRAMME DE SUBVENTION RELATIF À L INSTALLATION DE DISPOSITIFS ANTIREFOULEMENT RÉSIDENTIELS VILLE DE WATERLOO RÈGLEMENT # 15-888 RÈGLEMENT SUR LE PROGRAMME DE SUBVENTION RELATIF À L INSTALLATION DE DISPOSITIFS ANTIREFOULEMENT RÉSIDENTIELS Avis de motion donné le 18 août 2015 Adopté le 8 septembre

Plus en détail

Directives d installation des Chauffe-Air d adjonction électriques montés dans les plénums

Directives d installation des Chauffe-Air d adjonction électriques montés dans les plénums Directives d installation des Chauffe-Air d adjonction électriques montés dans les plénums Août 2008 VERSION 4 CES INSTRUCTIONS D INSTALLATIONS COUVRENT: MODÈLES T-4 à T-30 (4Kw à 30 Kw) NOTES GÉNÉRALES

Plus en détail

DÉCISION A2. du 12 juin 2009

DÉCISION A2. du 12 juin 2009 COMMISSION ADMINISTRATIVE POUR LA COORDINATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ SOCIALE DÉCISION A2 du 12 juin 2009 concernant l interprétation de l article 12 du règlement (CE) n o 883/2004, relatif à la législation

Plus en détail

ATTESTATION DE REVENU QUÉBEC AGENCES DE PLACEMENT DE PERSONNEL

ATTESTATION DE REVENU QUÉBEC AGENCES DE PLACEMENT DE PERSONNEL ATTESTATION DE AGENCES DE PLACEMENT DE PERSONNEL Février 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION 2 Mise en contexte; Attestation de Revenu Québec; Annonces budgétaires; Comment obtenir et vérifier une attestation

Plus en détail

VISA AFFAIRES, VISA AFFAIRES PERFORMANCE ET VISA AFFAIRES BANQUE LAURENTIENNE CREVIER

VISA AFFAIRES, VISA AFFAIRES PERFORMANCE ET VISA AFFAIRES BANQUE LAURENTIENNE CREVIER VISA AFFAIRES, VISA AFFAIRES PERFORMANCE ET VISA AFFAIRES BANQUE LAURENTIENNE CREVIER ASSURANCE DÉGAGEMENT DE RESPONSABILITÉ DE L ENTREPRISE L assurance est fournie par la Royal & Sun Alliance du Canada,

Plus en détail

Compagnie minière IOC Santé, sécurité et environnement

Compagnie minière IOC Santé, sécurité et environnement Santé, sécurité et environnement Travail à chaud 1 BUT La pratique sur le travail à chaud a pour but : d établir un système efficace de gestion du travail à chaud pouvant contribuer à prévenir un incendie,

Plus en détail

Informations sur la conformité et la sécurité de Cisco TelePresence ISDN GW 3200 Series

Informations sur la conformité et la sécurité de Cisco TelePresence ISDN GW 3200 Series Informations sur la conformité et la sécurité de Cisco TelePresence ISDN GW 3200 Series Sur cette page: Symboles de sécurité Directives d'utilisation Mises en garde liées à la sécurité Spécifications techniques

Plus en détail

UTILISATION DE PLANS ET DEVIS MODULE 5

UTILISATION DE PLANS ET DEVIS MODULE 5 UTILISATION DE PLANS ET DEVIS MODULE 5 Les précisions d éléments de contenu A. Repérer des éléments sur des plans : d installations électriques; d architecture; de climatisation; de plomberie. Les dessins

Plus en détail

ROULEZ ÉLECTRIQUE Guide du participant 22 mai 2014

ROULEZ ÉLECTRIQUE Guide du participant 22 mai 2014 ROULEZ ÉLECTRIQUE Guide du participant 22 mai 2014 2 / TABLE DES MATIÈRES 1. APERÇU DU PROGRAMME...3 1.1 Contexte...3 1.2 Description...3 2. ADMISSIBILITÉ...3 2.1 Clientèles admissibles...3 2.2 Véhicules

Plus en détail

RÈGLEMENT RELATIF À LA DÉLIVRANCE ET AU RENOUVELLEMENT DU CERTIFICAT DE REPRÉSENTANT (n o 1)

RÈGLEMENT RELATIF À LA DÉLIVRANCE ET AU RENOUVELLEMENT DU CERTIFICAT DE REPRÉSENTANT (n o 1) RÈGLEMENT RELATIF À LA DÉLIVRANCE ET AU RENOUVELLEMENT DU CERTIFICAT DE REPRÉSENTANT (n o 1) Loi sur la distribution de produits et services financiers (L.R.Q., c. D-9.2, a. 200, 1 er al., par. 1, 2, 3,

Plus en détail

EDC en Direct Guide du Centre d assurance comptes clients

EDC en Direct Guide du Centre d assurance comptes clients EDC en Direct Guide du Centre d assurance comptes clients Table des matières Introduction à EDC en Direct... 2 Section A : Mise en marche... 3 Section B : Approbations de crédit... 5 Demander une approbation

Plus en détail

IDENTIFICATION. NOM DU STAGIAIRE : N o d étudiant : Adresse complète de la résidence :

IDENTIFICATION. NOM DU STAGIAIRE : N o d étudiant : Adresse complète de la résidence : STAGIAIRE - DEMANDE D INSCRIPTION AU STAGE AVOCAT - DEMANDE D AUTORISATION D AGIR COMME MAÎTRE DE STAGE Articles 26, 27, 28 et 29 du Règlement sur la formation professionnelle des avocats Ce formulaire

Plus en détail

Questions fréquentes Évaluation de l équivalence professionnelle

Questions fréquentes Évaluation de l équivalence professionnelle Questions fréquentes Évaluation de l équivalence professionnelle Si vous pensez avoir de l expérience et des compétences dans un métier spécialisé qui soient équivalentes à un programme d apprentissage

Plus en détail

Bulletin d information no 2

Bulletin d information no 2 Société de compensation en assurance médicaments du Québec Bulletin d information no 2 Le 13 décembre 2004 À l attention des assureurs et des administrateurs de régimes d avantages sociaux Le système de

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE POUR L ENTREPRENEUR TRAVAUX À PROXIMITÉ DES LIGNES ÉLECTRIQUES

AIDE-MÉMOIRE POUR L ENTREPRENEUR TRAVAUX À PROXIMITÉ DES LIGNES ÉLECTRIQUES AIDE-MÉMOIRE POUR L ENTREPRENEUR TRAVAUX À PROXIMITÉ DES LIGNES ÉLECTRIQUES Édition 2013 2 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 4 CHANTIERS À PROXIMITÉ DE LIGNES AÉRIENNES 7 Risques potentiels à surveiller

Plus en détail

Rapport d évaluation CCMC 13302-R

Rapport d évaluation CCMC 13302-R Rapport d évaluation CCMC 13302-R RÉPERTOIRE NORMATIF 07 44 50 Publié 2008-03-12 Révisé 2008-04-25 Réévaluation 2011-03-12 6XUH7RXFK 1. Opinion Le Centre canadien de matériaux de construction (CCMC) est

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques)

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques) CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques) INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales TABLE DES MATIÈRES Nature de l aide fiscale... 3 Société biopharmaceutique admissible...

Plus en détail

Manuel d installation KIT FAST

Manuel d installation KIT FAST Veuillez lire attentivement ces consignes de sécurité qui s adressent uniquement à un installateur photovoltaïque qualifié : Manuel d installation KIT FAST Ce présent document contient des informations

Plus en détail

un investissement dans les compétences de votre personnel

un investissement dans les compétences de votre personnel EMPLOI-QUÉBEC La qualification obligatoire un investissement dans les compétences de votre personnel LA QUALIFICATION OBLIGATOIRE avant-propos La compétence de la main-d œuvre constitue un des facteurs

Plus en détail

Moulures Keva et accessoires de finition.

Moulures Keva et accessoires de finition. 93691 PANTIN Cedex Téléphone : 01 48 10 69 50 Télécopie : 01 48 10 69 59 Moulures Keva, 11910 à 11918, 11920 à 11928, 11930 à 11936, 11940 à 11948, 11950 à 11956, 11960 à 11968, 11970 à 11976, SOMMAIRE

Plus en détail

CONSIDÉRANT qu un avis de présentation de ce règlement a été donné lors de la séance ordinaire du Conseil de Ville, tenue le 17 mai 1999;

CONSIDÉRANT qu un avis de présentation de ce règlement a été donné lors de la séance ordinaire du Conseil de Ville, tenue le 17 mai 1999; VILLE DE CANDIAC RÈGLEMENT NUMÉRO 1007-99 CONCERNANT LES SYSTÈMES D'ALARME CONSIDÉRANT la création de la Régie intermunicipale de police Roussillon, regroupant les corps policiers des villes de Candiac,

Plus en détail

Colloque CPQ. Nouveau mode de paiement de la prime d assurance et autres dispositions en vigueur au 1 er janvier 2011.

Colloque CPQ. Nouveau mode de paiement de la prime d assurance et autres dispositions en vigueur au 1 er janvier 2011. Colloque CPQ Nouveau mode de paiement de la prime d assurance et autres dispositions en vigueur au 1 er janvier 2011 24 novembre 2010 1. Nouveau mode de paiement de la prime d assurance 1.1 Rappel 1.2

Plus en détail

Politique régissant l octroi des subventions pour l installation des bornes de recharge pour les véhicules électriques

Politique régissant l octroi des subventions pour l installation des bornes de recharge pour les véhicules électriques Politique régissant l octroi des subventions pour l installation des bornes de recharge pour les véhicules électriques # 263-09-2013 Page 2 PRÉAMBULE En 2008, la Ville a adopté une politique environnementale

Plus en détail

Tous les intéressés qui effectuent des opérations d assurance RC professionnelle (secteur des services financiers) au Québec

Tous les intéressés qui effectuent des opérations d assurance RC professionnelle (secteur des services financiers) au Québec bulletin Canadien Date 2014-06-05 Destinataires Référence Tous les intéressés qui effectuent des opérations d assurance RC professionnelle (secteur des services financiers) au Québec RE-14-008 Objet Pièce

Plus en détail

BULLETIN TECHNIQUE D INSTALLATION BTI-005 BRANCHEMENTS AÉRIENS DU CONSOMMATEUR (D AU PLUS 750 V)

BULLETIN TECHNIQUE D INSTALLATION BTI-005 BRANCHEMENTS AÉRIENS DU CONSOMMATEUR (D AU PLUS 750 V) BULLETIN TECHNIQUE D INSTALLATION BTI-005 BRANCHEMENTS AÉRIENS DU CONSOMMATEUR (D AU PLUS 750 V) 3 e émission SEPTEMBRE 2014 Mises à jour : Norme E.21-10 «Service d électricité en basse tension» (Livre

Plus en détail

E.R.: Philippe Philippet, rue des Glaces Nationales,88 5060 Auvelais CWA3FR051250394. Gaz Naturel. Comment raccorder votre nouvelle habitation

E.R.: Philippe Philippet, rue des Glaces Nationales,88 5060 Auvelais CWA3FR051250394. Gaz Naturel. Comment raccorder votre nouvelle habitation E.R.: Philippe Philippet, rue des Glaces Nationales,88 5060 Auvelais CWA3FR051250394 Gaz Naturel Comment raccorder votre nouvelle habitation Avez-vous d autres questions concernant le gaz naturel et nos

Plus en détail

CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR

CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR ALIMENTER L AVENIR CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR 20 mars 2006 / Mise à jour Septembre 2012 TABLE DES MATIÈRES 11 12 13 14 15 16 17 18 19 10 Page Définitions 2 Interprétation 3 Objet 3 Règles de conduite

Plus en détail

GUIDE DE L UTILISATEUR CONDITIONS LÉGALES

GUIDE DE L UTILISATEUR CONDITIONS LÉGALES GUIDE DE L UTILISATEUR CONDITIONS LÉGALES La suite du présent document pourrait vous inquiéter. Le langage peut sembler inhabituel. C est parce que les conditions suivantes sont des conditions légales

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF DISPOSITIONS GÉNÉRALES

TABLEAU COMPARATIF DISPOSITIONS GÉNÉRALES TABLEAU COMPARATIF DISPOSITIONS GÉNÉRALES DISPOSITIONS GÉNÉRALES DU SERVICE DE DISTRIBUTION 8.1.1 DROIT AU TARIF LE PLUS AVANTAGEUX Le client a le droit de bénéficier du tarif le plus avantageux, selon

Plus en détail

RESURFAÇAGE DE LA PISCINE AU CENTRE SPORTIF POLYDIUM DE LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY

RESURFAÇAGE DE LA PISCINE AU CENTRE SPORTIF POLYDIUM DE LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY RESURFAÇAGE DE LA PISCINE AU CENTRE SPORTIF POLYDIUM DE LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY SP-15-112 La Ville de Châteauguay demande des soumissions pour le resurfaçage de la piscine au centre sportif Polydium de

Plus en détail

VD100. Pompe de relevage

VD100. Pompe de relevage VD100 Pompe de relevage Le VD100 est développé conformément aux règles de l art et soumis à un contrôle qualité permanent. Ces performances exigent le respect scrupuleux des règles d installation et d

Plus en détail

GUIDE À L INTENTION DES ENTREPRENEURS ACCRÉDITÉS

GUIDE À L INTENTION DES ENTREPRENEURS ACCRÉDITÉS Note importante : Ce guide sera mis à jour régulièrement. Veuillez consulter notre site web pour obtenir la version la plus récente. GUIDE À L INTENTION DES ENTREPRENEURS ACCRÉDITÉS 1. FORMULAIRES A. CONTRATS

Plus en détail

Procédures d admission par équivalence

Procédures d admission par équivalence Procédures d admission par équivalence Conformément à ses règlements et aux exigences prescrites par le Code des professions du Québec, l Ordre des conseillers et conseillères d orientation du Québec (OCCOQ)

Plus en détail

ARQ RBQ. Comment s y retrouver? Attestation de revenu Québec. La licence restreinte. Le Registre des entreprises non-admissibles RENA

ARQ RBQ. Comment s y retrouver? Attestation de revenu Québec. La licence restreinte. Le Registre des entreprises non-admissibles RENA ARQ Attestation de revenu Québec La licence restreinte RBQ Le Registre des entreprises non-admissibles RENA Comment s y retrouver? Version juillet 2012 1 Les attestations fiscales de revenu Québec(ARQ)

Plus en détail

L obligation d être titulaire du certificat ou de la carte d apprenti et les modalités d obtention de ces documents sont définies par :

L obligation d être titulaire du certificat ou de la carte d apprenti et les modalités d obtention de ces documents sont définies par : EMPLOI-QUÉBEC LA Q U A L I F I C A T I O N O B L I G A T O I R E CHAUFFAGE CONNAÎTRE LA QUALIFICATION LES FONCTIONS DU TRAVAIL Le certificat de qualification en chauffage est obligatoire pour toute personne

Plus en détail

ULC-S536-04 Inspection et mise à l essai des réseaux avertisseurs d incendie

ULC-S536-04 Inspection et mise à l essai des réseaux avertisseurs d incendie ULC-S536-04 Inspection et mise à l essai des réseaux avertisseurs d incendie Séminaire technique ACAI 14 novembre 2013 Par : Pierre Noël STRUCTURE DE LA NORME Les réseaux avertisseurs d incendie doivent

Plus en détail

Règles de réalisation des installations électriques

Règles de réalisation des installations électriques Page : 1 sur 6 électriques 1. Montage apparent Ce mode de pose est souvent utilisé lorsque l installation est faite après la construction ou dans le cas d une rénovation de l installation. Il permet un

Plus en détail

Service d électricité en basse tension Norme E.21-10

Service d électricité en basse tension Norme E.21-10 Service d électricité en basse tension Norme E.21-10 Objet : Mise à jour de la 10 e édition Octobre 2015 Vous trouverez ci-joint certaines pages réimprimées de la 10 e édition de la Norme E.21-10, Service

Plus en détail

CONSIDÉRANT que tous les membres du conseil présents ont déclaré avoir lu ledit règlement et qu ils ont renoncé à sa lecture;

CONSIDÉRANT que tous les membres du conseil présents ont déclaré avoir lu ledit règlement et qu ils ont renoncé à sa lecture; PROVINCE DE QUÉBEC VILLE D OTTERBURN PARK RÈGLEMENT NUMÉRO 426 CONCERNANT L INSTALLATION ET L ENTRETIEN D AVERTISSEURS ET DE DÉTECTEURS DE FUMÉE ET ABROGEANT LE RÈGLEMENT NUMÉRO 329 TEL QU AMENDÉ CONSIDÉRANT

Plus en détail

RÈGLEMENT 108-2012 RÈGLEMENT RÉGISSANT LES COMMERCES TEMPORAIRES SUR LE TERRITOIRE DE LA VILLE DE JOLIETTE

RÈGLEMENT 108-2012 RÈGLEMENT RÉGISSANT LES COMMERCES TEMPORAIRES SUR LE TERRITOIRE DE LA VILLE DE JOLIETTE ADOPTION CANADA PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE JOLIETTE PAR LA VILLE CCU 15 FÉVRIER 2012 POINT 15.1 COTE 110 RÈGLEMENT 108-2012 RÈGLEMENT RÉGISSANT LES COMMERCES TEMPORAIRES SUR LE TERRITOIRE DE LA VILLE

Plus en détail

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Article 1 : Objet Les présentes conditions générales de vente ont pour objet de définir les conditions de mise à disposition par Free au profit d un annonceur

Plus en détail

2) Modèle de rapport mensuel sur les données relatives aux participants (MDRP) à l ICTA Ce rapport est présenté en format Microsoft Excel.

2) Modèle de rapport mensuel sur les données relatives aux participants (MDRP) à l ICTA Ce rapport est présenté en format Microsoft Excel. Initiative ciblée pour les travailleurs âgés (ICTA) Instructions pour la présentation des rapports mensuels et trimestriels à l intention des fournisseurs de services 2014-2015 Le ministère de la Formation

Plus en détail

L entrepreneur autonome SES DROITS, OBLIGATIONS ET RESTRICTIONS. Pour dissiper la confusion générale à démêler

L entrepreneur autonome SES DROITS, OBLIGATIONS ET RESTRICTIONS. Pour dissiper la confusion générale à démêler L entrepreneur autonome SES DROITS, OBLIGATIONS ET RESTRICTIONS Le présent document s adresse particulièrement aux entrepreneurs qui n embauchent pas de salariés ou qui embauchent un salarié occasionnellement,

Plus en détail

La problématique des cheminées traversant les séparations coupefeu et la protection incendie. Par Jean Guy Ranger TPI, Colloque ATPIQ 2011

La problématique des cheminées traversant les séparations coupefeu et la protection incendie. Par Jean Guy Ranger TPI, Colloque ATPIQ 2011 La problématique des cheminées traversant les séparations coupefeu et la protection incendie Par Jean Guy Ranger TPI, Colloque ATPIQ 2011 Réunion d information Les séparations coupe-feu de conduits de

Plus en détail

1.2.4 Détecteur multiponctuel ou Détecteur de Fumée Haute Sensibilité (DFHS)

1.2.4 Détecteur multiponctuel ou Détecteur de Fumée Haute Sensibilité (DFHS) 1.2.4 Détecteur multiponctuel ou Détecteur de Fumée Haute Sensibilité (DFHS) La sensibilité de ce système est 10 fois supérieure à celle des détecteurs ponctuels. Surface couverte par détecteur Page 1

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DE L HERAULT

REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DE L HERAULT REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DE L HERAULT SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS GROUPEMENT GESTION DES RISQUES SERVICE PREVISION PREVISION TECHNIQUE RELATIVE AUX AVIS TECHNIQUES SUR LES PROJETS

Plus en détail

Notice d installation

Notice d installation PLANCHER CHAUFFANT ELECTRIQUE SIMPLE ET CONFORTABLE Notice d installation Câble Chauffant solutions extérieurs WARMUP DEGICABLE Assistance Technique : 0805 639 905 1 Sommaire Caractéristiques générales

Plus en détail

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS Dernière modification en vigueur le 1 er mars 2014 Ce document a valeur officielle chapitre V-1.1, r. 7.1 RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS A.M.

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes et des commentaires

Politique de gestion des plaintes et des commentaires Politique de gestion des plaintes et des commentaires 03.01.0 Page 1 de 6 DATE DE LA MISE À JOUR 2010-11-03 RÉSUMÉ Cette politique vise à encadrer et harmoniser la gestion des plaintes et des commentaires

Plus en détail

DESTINATAIRES : Entrepreneurs accrédités à la GCR Département de l enregistrement ET Département de l inspection et de la gestion des réclamations

DESTINATAIRES : Entrepreneurs accrédités à la GCR Département de l enregistrement ET Département de l inspection et de la gestion des réclamations INFOS IMPORTANTES DESTINATAIRES : Entrepreneurs accrédités à la GCR EXPÉDITEURS : Département de l enregistrement ET Département de l inspection et de la gestion des réclamations DATE : Le 23 février 2015

Plus en détail

Bulletin d information 2011-3

Bulletin d information 2011-3 Bulletin d information 2011-3 À l attention des assureurs et des administrateurs de régimes d avantages sociaux Note : Une première version de ce bulletin d information a été publiée en novembre 2006.

Plus en détail

ASCENSEURS ET AUTRES APPAREILS ÉLÉVATEURS NOTIONS DE BASE

ASCENSEURS ET AUTRES APPAREILS ÉLÉVATEURS NOTIONS DE BASE ASCENSEURS ET AUTRES APPAREILS ÉLÉVATEURS NOTIONS DE BASE GUIDE TECHNIQUE Pour projets résidentiels INTRODUCTION De nombreux appareils élévateurs sont installés dans les projets d habitation de condominiums,

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-CYRILLE-DE-WENDOVER

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-CYRILLE-DE-WENDOVER PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-CYRILLE-DE-WENDOVER RÈGLEMENT # 368 concernant la vidange des fosses septiques des résidences isolées du territoire de la municipalité 74.03.09 Règlement portant

Plus en détail

SERVICE DE VALIDATION DES TITRES DE COMPÉTENCE (SVTC) MARCHE À SUIVRE POUR SOUMETTRE UNE DEMANDE DE VALIDATION DE PROGRAMME

SERVICE DE VALIDATION DES TITRES DE COMPÉTENCE (SVTC) MARCHE À SUIVRE POUR SOUMETTRE UNE DEMANDE DE VALIDATION DE PROGRAMME SERVICE DE VALIDATION DES TITRES DE COMPÉTENCE (SVTC) MARCHE À SUIVRE POUR SOUMETTRE UNE DEMANDE DE VALIDATION DE PROGRAMME Pour obtenir des renseignements, veuillez communiquer avec : Service de l assurance

Plus en détail

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers GUIDE DE PRÉSENTATION PORTANT SUR LA CONFORMITÉ D UNE CESSION D ENTREPRISE PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC Mars 2008 Autorité des marchés financiers Ce document a été produit par la Surintendance

Plus en détail

Rénovation et réaménagement d un logement

Rénovation et réaménagement d un logement Rénovation et réaménagement d un logement 8 Dans la majorité des cas, vous devez obtenir un permis avant de rénover ou de réaménager l intérieur d un logement. Si l arrondissement exige ce permis, c est

Plus en détail

POLITIQUE DE FRAIS DE SÉJOUR ET DE DÉPLACEMENT

POLITIQUE DE FRAIS DE SÉJOUR ET DE DÉPLACEMENT POLITIQUE DE FRAIS DE SÉJOUR ET DE DÉPLACEMENT (RF-P-01) ADOPTION : CC 9402-530 MISE EN VIGUEUR : 1 er juillet 2007 AMENDEMENT : CC 9506-0904 CC 9610-1196 CC 9712-1516 CC 9904-0129 CC 0006-0343 CC 0206-0730

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LE PROGRAMME DE SUBVENTION RELATIF À L INSTALLATION DE DISPOSITIFS ANTIREFOULEMENT RÉSIDENTIELS

RÈGLEMENT SUR LE PROGRAMME DE SUBVENTION RELATIF À L INSTALLATION DE DISPOSITIFS ANTIREFOULEMENT RÉSIDENTIELS VILLE DE QUÉBEC Conseil de la Ville RÈGLEMENT R.V.Q. 2269 RÈGLEMENT SUR LE PROGRAMME DE SUBVENTION RELATIF À L INSTALLATION DE DISPOSITIFS ANTIREFOULEMENT RÉSIDENTIELS Avis de motion donné le Adopté le

Plus en détail

Demande de raccordement d'une installation de consommation de puissance inférieure à 36kVA au réseau public de distribution BT de SRD

Demande de raccordement d'une installation de consommation de puissance inférieure à 36kVA au réseau public de distribution BT de SRD Page 1/5- Demande de raccordement d'une installation de consommation de puissance inférieure à 36kVA au réseau public de distribution BT de SRD Indice Date application Objet de la modification A 3/06/2008

Plus en détail

DEMANDE DE RECONNAISSANCE

DEMANDE DE RECONNAISSANCE Renseignements généraux et directives Ce formulaire vous permet de procéder à une demande de reconnaissance de cours de tutorat privé. À qui s adresse ce formulaire? Le formulaire s adresse au postulant

Plus en détail

DEMANDE D ADHÉSION D ENTREPRENEUR

DEMANDE D ADHÉSION D ENTREPRENEUR DEMANDE D ADHÉSION D ENTREPRENEUR Veuillez compléter ce formulaire en entier et le faire parvenir avec votre paiement à: CUFCA - L ASSOCIATION CANADIENNE DES ENTREPRENEURS EN MOUSSE DE POLYURÉTHANE INC.

Plus en détail

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À COEUR La Commission scolaire de la Capitale tient à assurer, à l ensemble de son personnel, un environnement de travail qui respecte la santé,

Plus en détail

DEMANDE D ADHÉSION AU PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS

DEMANDE D ADHÉSION AU PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS 7171, RUE JEAN-TALON EST, BUREAU 200 MONTRÉAL (QUÉBEC) H1M 3N2 TÉLÉPHONE : 514 657-2333 NUMÉRO SANS FRAIS : 1 855 657-2333 TÉLÉCOPIEUR : 514 657-2334 INFO@GARANTIEGCR.COM WWW.GARANTIEGCR.COM DEMANDE D

Plus en détail

CONSTITUTION DU SERVICE

CONSTITUTION DU SERVICE PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE LAC-BEAUPORT Ce document est une codification administrative et n a aucune valeur officielle À jour au 14 juillet 2015 RÈGLEMENT NUMÉRO 611 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CONSTITUTION

Plus en détail

BULLETIN TECHNIQUE D INSTALLATION BTI-014 CIRCUITS DE CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE (CHAUFFAGE DES LOCAUX)

BULLETIN TECHNIQUE D INSTALLATION BTI-014 CIRCUITS DE CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE (CHAUFFAGE DES LOCAUX) BULLETIN TECHNIQUE D INSTALLATION BTI-014 CIRCUITS DE CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE (CHAUFFAGE DES LOCAUX) 2 e émission MARS 2011 OBJECTIF Ce bulletin technique d installation concerne les circuits alimentant des

Plus en détail

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg Arrangement administratif relatif aux modalités d application de la convention entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg sur la sécurité sociale En application du paragraphe (2), a) de

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur l assurance médicaments et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur l assurance médicaments et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 130 Loi modifiant la Loi sur l assurance médicaments et d autres dispositions législatives Présentation Présenté par M. Philippe Couillard

Plus en détail

FORMULAIRE DE CANDIDATURE. 1.1.- Identification du prestataire de services 1

FORMULAIRE DE CANDIDATURE. 1.1.- Identification du prestataire de services 1 FORMULAIRE DE CANDIDATURE Madame, Monsieur, Veuillez trouver ci-joint la candidature de [nom du prestataire de services] en réponse à l appel de manifestations d intérêt destiné aux fournisseurs de données

Plus en détail

Modalités d utilisation de l agence

Modalités d utilisation de l agence Modalités d utilisation de l agence VOTRE AUTORITÉ Propositions Vous pouvez recevoir des propositions portant sur des risques d assurance pour lesquels vous détenez un permis et nous les présenter aux

Plus en détail