Risques bancaires et transferts de risques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Risques bancaires et transferts de risques"

Transcription

1 EXPERTISES Risques bancaires et transferts de risques par Michel Aglietta N

2 Risques bancaires et transferts de risques par Michel Aglietta Professeur des Universités-Paris X Conseiller économique de Groupama Asset Management

3 GROUPAMA ASSET MANAGEMENT Collection Expertises Directeur de la publication : Laurent Berrebi Dépôt légal : août 2003 ISSN : en cours

4 Préface Aujourd hui, dans un environnement économique et financier tourmenté à faible visibilité, les acteurs financiers ont plus que jamais besoin d analyses sur les questions fondamentales qui les préoccupent et qui ont des implications directes sur l appréciation des marchés. Pour répondre à ce besoin, Groupama Asset Management crée la collection Expertises. Les travaux de fond menés par nos équipes de recherche et notre indépendance d esprit nous permettent d apporter des réponses, même sur les sujets les plus délicats. L approche est résolument concrète et pratique et non académique, car notre volonté est de rendre la lecture de ces études accessible à la plus grande partie des lecteurs, même celles qui font appel aux notions théoriques les plus complexes. Elle se fixe donc de satisfaire les critères de ce qui fonde pour nous le travail bien fait : compétence, sérieux, impartialité et accessibilité. Nous inaugurons la collection avec un sujet brûlant pour les places financières et sur lequel nous travaillons depuis le début 2003 : les produits de transfert de risques bancaires. Même les agences de notation s y intéressent de très près, au vu de la publication début juillet d un rapport de Standard and Poor s consacré aux produits dérivés. Dans une optique de long terme, ces produits autorisent une meilleure allocation du risque entre les acteurs et préservent ainsi le système bancaire. Ne faut-il pas d ailleurs y voir l une des principales raisons pour lesquelles le système bancaire américain est toujours en excellente santé et les États-Unis absorbent jusqu à présent mieux les chocs économiques que dans le passé? 1

5 Cependant, tout n est pas rose, loin de là. Les risques de contrepartie sont en quantité bien plus importante aujourd hui qu au début de la décennie 90 du fait d une situation financière bien pire des entreprises et des ménages. Et, dans une période continue de baisse des taux longs depuis 2001, le coût de l option gratuite attribuée aux ménages américains pour leurs renégociations de leurs crédits immobiliers est considérable. Il convient alors de se poser les questions suivantes : Comment les banques se sont-elles débarrassées du risque? Où ce risque se trouve-t-il et qui le détient? Ces produits ont-ils favorisé l explosion des crédits à la fin de la décennie 90 sur des emprunteurs de mauvaise qualité? Ont-ils été suffisamment appréciés et analysés par le porteur final à la recherche de rendements plus élevés? Sontils à l origine d une instabilité plus grande des marchés, notamment en période de crise? Et les défaillances éventuelles sont-elles supportables ou peuventelles entraîner un risque systémique? Finalement, à l heure où Freddie Mac et Fannie Mae défrayent la chronique, ne sommes-nous pas dans un type de crise tout à fait nouveau où les banques seront les derniers agents économiques à être touchés, une fois que les autres investisseurs n auront plus les capacités financières suffisantes pour absorber le risque dont elles se déchargent aujourd hui? Michel Aglietta, professeur à l université Paris X Nanterre et conseiller économique de Groupama Asset Management, spécialiste de grande renommée des marchés monétaires et financiers, répond à ces questions dans son style clair et rigoureux. Nous ne doutons pas que cette étude apportera sa contribution au débat qui s ouvre. Francis Ailhaud Président du Directoire 2

6 Résumé Depuis l année 2001 les banques européennes ont subi une baisse sévère de leurs résultats nets, alors que les banques américaines ont mieux tiré leur épingle du jeu. L environnement économique bien plus favorable dans les années 1990 et les réformes prudentielles introduites aux États-Unis à la suite de la crise immobilière de expliquent seulement une partie de ces différences. La politique monétaire américaine bien plus réactive à la baisse boursière et à la dégradation de la qualité des crédits en explique une autre part. Mais les performances contrastées invitent à une réflexion sur l exposition au risque et sur l aptitude à le gérer selon les structures bancaires. On sait que le crédit intermédié domine toujours en Europe continentale et que la banque universelle est la structure dans laquelle les banques cherchent à s adapter à l essor de la finance de marché. Le système américain est, au contraire, largement fondé sur le financement direct de marché, sur la titrisation des crédits bancaires et sur le développement des techniques de transferts de risques des banques aux non-banques via les marchés dérivés. La question est alors celle de la vulnérabilité de ces deux logiques d intériorisation ou d extériorisation du risque aux fluctuations cycliques globales et à la volatilité des marchés financiers. La fragilité financière se trouve dans des processus qui entraînent l interdépendance des risques, susceptible de provoquer leur autorenforcement endogène, alors que du point de vue des établissements financiers, ce sont des techniques censées les diversifier et les disséminer. On met en évidence cette interdépendance dans le financement du logement aux États-Unis, où la titrisation par les agences spécialisées relie étroitement le financement du 3

7 logement au marché mondial des capitaux et peut ainsi entretenir des bulles spéculatives. On montre aussi que la recherche de protection bancaire contre le risque de crédit par les produits dérivés tend à dégrader la qualité de l évaluation du risque de crédit. Les chaînes de transfert qui vont essentiellement des banques aux compagnies d assurances sont vulnérables à la dégradation macroéconomique des entreprises support du risque. Car la simultanéité des événements de crédit met les preneurs de risque en difficulté et les force à vendre des titres dans des marchés baissiers, ce qui en retour réagit défavorablement sur la notation des entreprises et sur les spreads de crédit. Un cercle vicieux se noue par l incapacité des preneurs de risque à en supporter la réalisation. 4

8 INTRODUCTION Les raisons de s intéresser aux banques Depuis l automne 2002, la presse spécialisée s est fait l écho d une détérioration de la qualité du crédit porté par les banques. Les agences de notation ont dégradé des groupes bancaires de très grande taille des deux côtés de l Atlantique ou les ont placés sous surveillance. J. P. Morgan Chase aux États-Unis, les trois grandes banques allemandes (Deutsche Bank, Dresdner Bank, Commerzbank), ABN-Amro aux Pays-Bas, les banques espagnoles SCH et BBVA, le Crédit Suisse et d autres banques européennes célèbres sont dans le collimateur des agences de notation. Les marchés boursiers ont surréagi à ces migrations de notations. Les valeurs bancaires qui avaient bien résisté jusque-là au ralentissement économique et aux difficultés financières des entreprises ont chuté de manière spectaculaire et largement indifférenciée. De leur côté, les spreads de taux sur les instruments de couverture des risques bancaires ont fait des bonds, notamment parmi les banques allemandes, suisses et espagnoles. Certes ces mouvements violents des marchés s inscrivent dans un climat de pessimisme profond où les mauvaises nouvelles font immédiatement l objet d une interprétation négative commune des participants et sont donc répercutées dans des prix en baisse. Cependant, ce sont peut-être des indicateurs d une aggravation des difficultés économiques dans la phase du cycle financier que nous vivons. L expérience historique nous enseigne, en effet, que les crises bancaires ne se produisent pas (lorsqu elles se produisent) au moment du retournement des prix des actifs financiers, mais avec un retard de plusieurs trimestres, voire de plusieurs années. C est ainsi que la crise financière a débuté 5

9 en octobre 1929, d une manière classique par l éclatement de la crise boursière. À la mi-1930, la récupération de l activité économique semblait en bonne voie lorsqu une première vague de faillites bancaires est intervenue, accentuant fortement les forces récessives. Deux autres vagues de faillites bancaires à l automne 1931 et à l hiver ont transformé la récession en dépression catastrophique. Plus près de nous, le Japon offre un exemple éloquent. Les banques japonaises détenaient d importants portefeuilles d actions et de crédits avec des collatéraux immobiliers à la fin des années Les cours boursiers se sont retournés au dernier trimestre 1989 et les prix immobiliers quelques mois plus tard. Mais la première grande contraction du crédit bancaire n est apparue qu au cours du second semestre de l année 1992 et surtout en La deuxième phase, qui a enfoncé l économie dans le marasme et la déflation dont elle est encore prisonnière, a commencé fin 1997 en même temps que la crise asiatique. Il y a de multiples raisons au retard de la perception des difficultés bancaires. La sensibilité des banques aux variations du prix des actifs n est pas facile à estimer, parce que la plus grande partie du bilan bancaire n est pas en valeur de marché. L appréciation d une trop grande vulnérabilité des banques au risque de crédit est pratiquement impossible de l extérieur, parce qu on ne sait pas définir a priori un seuil de surendettement des débiteurs, avant qu il ne se révèle dans les difficultés à honorer les engagements sur les crédits passés et à les renouveler dans de bonnes conditions. Ainsi, l asymétrie d information dont disposent les banques à l égard de leurs clients vis-à-vis des autres investisseurs joue en leur faveur tant que les prêts à problème ne sont pas révélés publiquement. Ces difficultés à évaluer la situation financière des banques se sont récemment amplifiées avec l usage des techniques de transfert de risques. Ces techniques consistent à dissocier les financements (flux de fonds) 6

10 INTRODUCTION et les risques supportés par les crédits. Il en résulte que les bilans sont trompeurs quant au niveau et à la nature des risques portés par les banques. Corrélativement, des chaînes de transfert du risque de crédit se sont répandues dans les systèmes financiers. Elles font porter par des non-banques des risques de crédit qu elles n ont pas elles-mêmes évalués, sans que l on connaisse bien la capacité de ces institutions financières à les absorber sans dommage pour l économie globale. Ces questions nouvelles ont des conséquences pour estimer l ampleur et la durée de l ajustement financier en relation étroite avec l orientation de la politique monétaire. Car les crises bancaires doivent être stoppées dès leur amorce sous peine de dégrader fortement la situation économique. En effet, des banques en mauvaise santé deviennent très restrictives dans la distribution des crédits. Elles réduisent sensiblement l efficacité de la politique monétaire et augmentent les coûts de l intermédiation financière. Tels sont en tous cas les enseignements des crises bancaires. Il n est pas sûr que les innovations dans la gestion du risque modifient sensiblement ce constat. Nous nous attacherons donc à dresser un état de la situation des banques américaines et européennes dans une première partie. Nous nous intéresserons aux transferts de risque entre banques et non-banques et à leurs conséquences possibles dans une seconde partie. 7

11 Situation des banques américaines et européennes : regards croisés Il n est pas facile d avoir un point de vue synthétique sur la situation du secteur bancaire tant les banques sont hétérogènes par leur taille et par leur participation aux activités financières. Aux États-Unis toutefois, la FDIC (Federal Deposit Insurance Corporation) dresse des bilans trimestriels. En Europe, l information est plus dispersée. Elle vient des banques centrales ou des organes de supervision et de la profession elle-même. On cherchera à mettre en évidence les facteurs macroéconomiques qui affectent la situation financière des banques à des degrés différents selon les pays, puis les différences structurelles qui expliquent les disparités de rentabilité, enfin les risques latents qui motivent le regain d inquiétude actuel. Les facteurs macroéconomiques Le retournement du cycle économique et financier depuis le second semestre 2000 n a pas été homogène entre les États-Unis et l Europe. La corrélation la plus forte s observe entre les indices boursiers. Le coefficient de corrélation entre le S&P 500 et l Euro Stoxx 50 est passé de 0.60 à la fin 2000 à un plateau élevé entre 0.75 et 0.77 de fin avril 2001 à fin juin 2002, pour atteindre 0.83 à la fin octobre La corrélation de la production industrielle entre les États-Unis et les principaux pays de l UEM (Allemagne, France, Italie) a atteint 0.80 en moyenne dans les années Mais le secteur des ménages a connu un dynamisme supérieur aux États-Unis, de sorte que le PIB a crû plus vite en 2002 après un fléchissement plus accusé au cours de Il s ensuit que l évolution du crédit aux sociétés privées a subi un très fort ralentissement 8

12 Situation des banques américaines et européennes : regards croisés des deux côtés de l Atlantique et même une baisse absolue aux États-Unis, tandis que le crédit aux ménages et aux petites entreprises a été influencé par les conditions locales de la demande. En outre, le financement par titres étant beaucoup plus développé aux États-Unis, des substitutions entre crédit bancaire et dette de marché bénéficient à un plus grand nombre d agents non financiers qu en Europe. CRÉDITS À LA CONSOMMATION (CA, en %) ROYAUME-UNI ÉTATS-UNIS ZONE EURO D M J S D M J S D M J S D M J S D M CRÉDITS IMMOBILIERS (CA, en %) ZONE EURO ÉTATS-UNIS ROYAUME-UNI 2 0 D M J S D M J S D M J S D M J S D M

13 CRÉDITS AUX ENTREPRISES (CA, en %) ROYAUME-UNI ZONE EURO ÉTATS-UNIS D M J S D M J S D M J S D M J S D M Les banques ont donc été affectées différemment selon la répartition de leurs activités en banque de détail, financement des sociétés, banque d affaires et de marché, gestion d actif et assurance-vie. Entre les principaux pays européens, la croissance des prêts accordés par les systèmes bancaires est fortement contrastée : la décélération a été très forte en France, en Italie et surtout en Allemagne depuis le retournement conjoncturel de 2000, le dynamisme du crédit s est maintenu au contraire, en Espagne et au Royaume-Uni (tableau 1). TABLEAU 1. LA CROISSANCE DES PRÊTS ANNUELS ACCORDÉS PAR LES SYSTÈMES BANCAIRES (en %) Pays France Allemagne Italie Espagne Royaume-Uni Zone euro Source : Schroder Salomon Smith Barney, Industry report, janvier

14 Situation des banques américaines et européennes : regards croisés L opposition entre les deux catégories de pays se trouve essentiellement dans la banque de détail. La vigueur du marché immobilier en Espagne et au Royaume-Uni a soutenu le volume du crédit. La baisse du crédit en Allemagne vient de la mauvaise situation financière des PME qui s ajoute à des dépenses des ménages atones. Les banques françaises et italiennes sont dans des positions intermédiaires. Mais les revenus des banques dépendent aussi directement des marchés boursiers. C est dans l année 2002 que les revenus des banques européennes se sont fortement détériorés. La baisse a été de 3% en tenant compte du Royaume-Uni et de 5% pour la zone euro. Ce sont les revenus de la banque d affaires qui ont le plus souffert de la baisse boursière, laquelle a laminé les commissions en stoppant les fusions et les introductions nouvelles en Bourse. Plus généralement, toutes les activités des banques dépendant des variations des prix de marché ont été affectées. Or, les banques universelles européennes qui détiennent et négocient des actions y sont plus sensibles que les banques américaines qui, hormis les plus grandes, n en détiennent pas. Enfin les profits des banques peuvent être plus affectés que leurs revenus si la qualité des crédits se dégrade. Aux États-Unis, les prêts non performants se sont multipliés depuis 2001 dans les entreprises industrielles et commerciales. La combinaison de la baisse des profits et de l endettement excessif a accru sensiblement les taux de perte sur ce type de prêts. Mais d après la FDIC, ces pertes concernent essentiellement la répercussion sur les grandes banques (de plus de un milliard de dollars d actifs) de la dégradation des situations financières des grandes entreprises. À la fin du premier semestre 2002, cette catégorie de prêts représentait 25% du total des prêts bancaires et 32% des pertes sur crédits. Les pertes ont été concentrées parmi les firmes notées dans les échelons speculative grade 11

15 qui ont rencontré de grosses difficultés à refinancer leurs dettes à cause du durcissement des conditions de crédit (hausse des primes de risque accompagnée de rationnement). Néanmoins, la rentabilité globale du système bancaire a résisté parce que les banques ont su gérer activement leurs risques et parce qu elles ont bénéficié d un environnement monétaire favorable. La réaction a porté sur la diminution des coûts opérationnels et le transfert des risques. Le soutien de la politique monétaire a permis à la fois la progression du crédit aux ménages, et l augmentation du PNB bancaire grâce à l accroissement de la pente de la courbe des taux. Enfin, les banques américaines étaient solidement capitalisées grâce aux profits accumulés pendant les années fastes de la décennie 1990 et aux nouvelles dispositions de l assurance des dépôts (Federal Deposit Insurance Corporation Improvement Act) qui ont incité les banques à renforcer leurs fonds propres. C est pourquoi le système bancaire dans son ensemble est bien plus robuste que lors de la récession du début des années À l époque, le ratio des prêts non performants au total des prêts du système bancaire était passé de 3% à 4.1%. Entre 2000 et 2002, il est passé de 1% à 1.55%. Les données américaines sur les prêts non performants permettent une analyse comparée de la détérioration de la qualité des prêts dans les deux périodes par taille de banque et par origine de la variation. Elle distingue, en effet, la dégradation du ratio global due aux changements de la qualité des prêts au sein des banques (effet interne) de la dégradation due à la modification des parts de marché entre les banques (effet de réallocation). Ce second effet résulte de ce que les banques qui prennent plus de risques peuvent accroître leur part dans le total des prêts bancaires. Le tableau 2 ci-après montre que l effet interne a dominé dans les deux périodes. 12

16 Situation des banques américaines et européennes : regards croisés TABLEAU 2. DÉCOMPOSITION DE L AUGMENTATION DU RATIO DES PRÊTS NON PERFORMANTS DES BANQUES AMÉRICAINES DANS DEUX PÉRIODES DE DÉTÉRIORATION DE LA QUALITÉ De 1988 à 1991 De 1999 à 2002 Variation en % 1988 : : : : 3 Variation totale Effet de réallocation Effet interne Dont : Grandes banques Banques moyennes Petites banques Source : FRB of NY, Current Issues, vol. 9, n 4, avril La concentration du risque sur les grandes banques est très nette dans les difficultés financières contemporaines. Elles font surtout des prêts industriels et commerciaux (domestiques et étrangers) qui ont été au cœur du retournement économique depuis l an La baisse de qualité sur cette catégorie représente 85% de l accroissement des prêts non performants des grandes banques. En revanche l absence de retournement immobilier résidentiel et la croissance maintenue de la consommation ont préservé les autres catégories de banques d une baisse significative de la qualité de leurs prêts. Cela contraste avec la récession de 1991 qui avait été déclenchée par le retournement du marché immobilier sur lequel les banques régionales moyennes étaient très engagées. En Europe, on ne dispose pas d informations aussi fines sur la qualité des prêts bancaires. Lorsque l accroissement du risque est mesuré par l augmentation des provisions pour mauvaises dettes, la plus forte détérioration s est produite en Italie et surtout en Allemagne à cause des faillites nombreuses des PME. Les grandes banques allemandes ont le plus souffert parce que les pertes sur les mauvaises dettes ont été amplifiées par la fonte des gains en capital sur leurs détentions d actions. 13

17 Le tableau 3A récapitule les changements dans les comptes d exploitation bancaires et les provisions, aboutissant aux variations du résultat net du premier semestre 2001 au premier semestre On remarque surtout l opposition entre les États-Unis et l Allemagne en terme de PNB et l effort énorme de compression des coûts des banques allemandes qui leur permet de conserver une augmentation du RBE voisine de la moyenne des banques américaines. Mais la dégradation de la qualité des crédits et les moins-values sur les actions détenues sont telles en Allemagne que le quasi-doublement des provisions fait plus qu absorber le RBE, provoquant une baisse sévère du résultat net. Aux États-Unis, les revenus évoluent de manière assez homogène entre les grandes banques et la moyenne du système bancaire. C est la rationalisation des coûts qui permet aux grandes banques d avoir un RBE supérieur. Des données plus récentes peuvent être rassemblées dans le tableau 3B pour les grandes banques européennes en La baisse sévère des Bourses au cours de l année 2002 a provoqué une contraction généralisée des revenus dépendant des performances des marchés d actions. Cela a affecté défavorablement le PNB des banques européennes qui, hormis les anglaises, sont des banques universelles. Cependant, les grandes banques françaises continuent à bénéficier de prêts soutenus dans leurs réseaux de clientèle de détail couplés à la rémunération non concurrentielle des comptes de dépôts. En revanche, les banques des autres grands pays de la zone euro ont subi à la fois la contraction des crédits et l érosion des marges d intérêts avec la diminution des taux courts. Cette situation française particulière a dû justifier le retard pris dans la chasse aux coûts d exploitation, alors que les banques allemandes et espagnoles ont poursuivi leurs efforts de rationalisation. Les conséquences sur le RBE en sont spectaculaires, puisque les banques allemandes enregistrent la meilleure progression et les banques françaises la plus grande détérioration. 14

18 Situation des banques américaines et européennes : regards croisés La baisse des revenus des banques allemandes a été la plus importante. Elle s est produite sur une rentabilité déjà faible dans les années On sait que les banques allemandes jouent un très grand rôle dans le financement des PME industrielles qui sont traditionnellement le fer de lance de l économie allemande. Elles ont noué des relations de long terme qui garantissent des lignes de crédit aux entreprises au-delà des avatars de la conjoncture. Or, les PME allemandes ont beaucoup souffert de la surévaluation du change et des difficultés d ajustement de l économie allemande après la Réunification. Lorsque le cycle financier global s est retourné en 2001, ces entreprises ont subi une contraction de leur marché qui a mis leur solvabilité en doute. Les banques ont dû renoncer à leurs relations coutumières avec ces entreprises. Il en a résulté une forte contraction à la fois de la demande et de l offre de crédit, qui ont provoqué une réduction massive des revenus d intérêt. Comme le produit net bancaire, les provisions pour pertes potentielles ou réalisées sur les crédits et pour dépréciation d actifs ont été très inégales selon les pays. Les banques dont les provisions ont le plus progressé et dont les montants sont hauts par rapport au RBE ont subi un effet dévastateur sur le résultat net. Les baisses sont généralisées, mais provoquées par des causes différentes : pertes en Amérique latine pour les banques italiennes et surtout espagnoles, défauts d entreprises et contre-coup de la débâcle des filiales d assurance-vie et de réassurance en Allemagne. Pour préserver le ratio de capital, les établissements qui ont enregistré des très fortes réductions du résultat net ont cédé des actifs et procédé à des restructurations d activités. La Banque centrale européenne apporte des informations complémentaires pour le système bancaire agrégé de la zone euro dans un rapport récent (février 2003) sur la stabilité du système bancaire en Europe. L étude montre comment le ralentissement de la croissance des prêts, la détérioration de leur 15

19 qualité et la baisse des bourses, ont affecté la profitabilité des banques selon leur taille. Le tableau 4 indique les revenus, les coûts et les profits (en % du total des actifs) par classe de taille. On remarque que les petites banques, avec leurs clientèles de ménages et de PME, bénéficient d avantages de proximité qui leur donnent des marges d intérêts et des commissions élevées. Leur taux de revenu est très supérieur à celui des autres banques. Mais on remarque que, conformément à la théorie, il y a des rendements d échelle limités dans la banque. Les charges d exploitation sont à peu près les mêmes pour les banques moyennes et pour les grandes banques. Ils sont plus élevés dans les petites banques qui ont donc moins de possibilités de rationaliser leurs coûts. Surtout, les provisions pour risques, pèsent beaucoup plus lourd dans les petites banques lorsque la qualité des crédits se dégrade. En l espèce, c est surtout la détérioration financière des PME allemandes qui se reflète sur les provisions des banques régionales allemandes. Ce sont pourtant les grandes banques qui provisionnent le plus. Mais à l opposé de la situation américaine, ce sont les petites banques qui portent une part plus élevée des risques de mauvaise qualité par rapport au total des crédits ou des fonds propres (tableau 5). La comparaison des incidences sur les banques de la dégradation des conditions macroéconomiques fait donc apparaître l importance des structures financières dans l absorption des pertes liées aux excès antérieurs du crédit. On s attachera ci-dessous à évaluer l efficacité des actions sur les structures qui s attachent à diminuer le niveau de risque. Les transferts de risque des banques aux non-banques seront étudiés dans une seconde partie. 16

20 Situation des banques américaines et européennes : regards croisés TABLEAU 3A. REVENUS ET PROFITS BANCAIRES (variation 1 er semestre 2002 / 1 er semestre 2001 en %) Pays Intérêts Autres PNB Coûts RBE Provisions Résultat nets revenus net France Allemagne Italie Espagne Royaume-Uni États-Unis (FDIC) États-Unis (big14) Source : FDIC et CA. TABLEAU 3B. ÉVOLUTION DU COMPTE D EXPLOITATION DES GRANDES BANQUES EUROPÉENNES (variation fin d année 2002 / fin d année 2001 en %) Pays (nombre Intérêts Autres PNB Coût RBE Provisions Résultat de banques) nets revenus d exploitation net France (4) Allemagne (4) Italie (6) Espagne (3) Royaume-Uni (7) Europe (48) Source : CA, Rémy Contamin, Perspectives n 67, mai

21 TABLEAU 4. REVENUS, COÛTS ET PROFITS DE BANQUES EUROPÉENNES PAR TAILLE (en % du total des actifs au 31 décembre 2001) Banques Revenus Dépenses RBE Provisions Profits avant impôts Grandes Moyennes Petites Total Source : EU banking sector fragility, ECB, février TABLEAU 5. ACTIFS NON PERFORMANTS ET PROVISIONS DES BANQUES EUROPÉENNES (en % au 31 décembre 2001) Banques Total Grandes Moyennes Petites Actifs non performants et douteux/prêts et avances Actifs non performants et douteux/fonds propres Provisions/Actifs non performants et douteux Source : BCE, op.cit. Les différences structurelles En résumé, le contraste entre les banques européennes et américaines concerne à la fois la profitabilité, la capitalisation et la qualité du crédit (tableau 6). Les ensembles étudiés sont peut-être hétérogènes, mais les différences sont très significatives. La profitabilité est deux à trois fois plus forte, la capitalisation rapportée à l actif total deux fois plus forte, l importance relative des prêts non performants quatre à cinq fois plus faible dans les banques américaines. 18

22 Situation des banques américaines et européennes : regards croisés Les réserves pour pertes sont supérieures aux prêts non performants dans les banques américaines, inférieures dans les banques européennes. On a vu l avantage que les banques américaines en ont tiré sous forme d une hausse forte de leur marge d intérêts. Le comportement des banques dans une conjoncture macroéconomique hostile dépend ainsi de leur accès à la liquidité, donc de l orientation de la politique monétaire. Mais il dépend aussi de leur structure financière qui conditionne leur réaction à la baisse de la demande de crédit. On s attend généralement que des banques bien capitalisées ne cherchent pas à prendre des risques excessifs en basse conjoncture, contrairement à des banques fragiles qui recherchent des sources de profit immédiat lorsqu elles n ont pas de réserves suffisantes. On a vu cependant que les cessions d actifs ont permis aux grandes banques européennes de préserver un ratio de capital honorable. Néanmoins le renforcement des fonds propres est bien supérieur dans les banques américaines. La théorie financière considère que, pour préserver un profil de risque robuste aux fluctuations de la conjoncture, trois orientations structurelles sont envisageables : la diversification fonctionnelle, la diversification géographique, le renforcement des fonds propres. Grosso modo les banques de la zone euro se sont orientées dans les deux premières, les banques anglo-saxonnes dans la troisième. Dans la phase descendante du cycle financier atypique qui se poursuit depuis l an 2000, ces stratégies ne paraissent pas être équivalentes. 19

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale JOURNEES DE L ECONOMIE DE LYON UNE CRISE À FACETTES MULTIPLES Session Histoire des crises financières 21 novembre 28 Comment caractériser la crise financière internationale de 27-28?! Crise immobilière

Plus en détail

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière Les grandes étapes de la crise financière Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière (Banque de France, février 2009), qui a pour objet d expliquer le passage d une crise

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

1. PÉRIODE DE SOUSCRIPTION... 3 2. PRIME... 3 3. DATE DE PAIEMENT... 3 4. DATE D INVESTISSEMENT... 3 5. PÉRIODE D INVESTISSEMENT...

1. PÉRIODE DE SOUSCRIPTION... 3 2. PRIME... 3 3. DATE DE PAIEMENT... 3 4. DATE D INVESTISSEMENT... 3 5. PÉRIODE D INVESTISSEMENT... Sommaire 1. PÉRIODE DE SOUSCRIPTION... 3 2. PRIME... 3 3. DATE DE PAIEMENT... 3 4. DATE D INVESTISSEMENT... 3 5. PÉRIODE D INVESTISSEMENT... 3 6. DESCRIPTION DU FONDS D INVESTISSEMENT INTERNE... 3 Date

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012

Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012 Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012 Mercredi 16 mai 2012 Sommaire : Introduction > Un premier trimestre 2012 impacté par des éléments exceptionnels > Une dynamique commerciale

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances L année 2002 est de nouveau marquée par une forte baisse des marchés financiers. Celle-ci entraîne une diminution des plus-values latentes et des produits

Plus en détail

Quelques réflexions sur la crise des crédits structurés. Michel Aglietta Univ Paris X et Cepii

Quelques réflexions sur la crise des crédits structurés. Michel Aglietta Univ Paris X et Cepii Quelques réflexions sur la crise des crédits structurés Michel Aglietta Univ Paris X et Cepii 1. Le processus qui a conduit à la crise est générique, le détail est spécifique La dynamique du crédit et

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances Les marchés boursiers ont repris au cours de l année 2003. Par conséquent, les plus-values latentes sur actifs des sociétés d assurances augmentent. Les

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Information réglementée* Bruxelles, Paris, 13 mai 2009 7h00 Résultat net de EUR 251 millions au 1 er trimestre 2009 Ratio Tier 1 de 10,7 % et core Tier 1 de 9,8 % Faits

Plus en détail

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH»

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» 193-202.qxp 09/11/2004 17:19 Page 193 L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» Département analyse et prévision de l OFCE La rentabilité des entreprises s'est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux

Plus en détail

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs Ben S. C. Fung (+852) 2878 718 ben.fung@bis.org Robert N. McCauley (+852) 2878 71 robert.mccauley@bis.org Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs La demande de comptes bancaires

Plus en détail

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Plan de la séance 3 : Le risque de crédit (1) Les opérations de crédit Définition d un crédit La décision de crédit Les crédits aux petites

Plus en détail

1 les mécanismes de la crise financière

1 les mécanismes de la crise financière De la crise financière à la crise économique Michel Husson, 2009 1. Les mécanismes de la crise financière 2. les canaux de transmission à l économie réelle 3. les deux racines de la crise 4. les perspectives

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux

La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux OCP Policy Center Seminar series La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux Pierre-Richard Agénor, Hallsworth Professor, University of Manchester and Senior Fellow, OCP

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTÉRÊT

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTÉRÊT LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTÉRÊT Avril 2009 Table des matières Préambule...3 Introduction...4 Champ d application...5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour...6 1. Risque

Plus en détail

Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises

Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises 1 Sommaire : Situation Assurance et Réassurance Crédit Evolution de l Assurance Crédit Evolution de la Réassurance Crédit Evolution des

Plus en détail

Réforme des obligations de déclarations de franchissement de seuils et de déclarations d intentions

Réforme des obligations de déclarations de franchissement de seuils et de déclarations d intentions Réforme des obligations de déclarations de franchissement de seuils et de déclarations d intentions RESUME Le régime des déclarations de franchissement de seuils et des déclarations d intentions, réformé

Plus en détail

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Présentation dans le cadre de l événement «Journée carrière PRMIA» 17 mars 2015 Mathieu Derome, M.Sc. Directeur Principal

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Chapitre 20. Les options

Chapitre 20. Les options Chapitre 20 Les options Introduction Les options financières sont des contrats qui lient deux parties. Les options existent dans leur principe depuis plusieurs millénaires, mais elles connaissent depuis

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT

LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1 Pour les investisseurs, le risque de taux d intérêt est celui : - d une dévalorisation du patrimoine - d

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Marchés immobiliers et croissance économique : enseignements de la vague de refinancements aux États-Unis 1

Marchés immobiliers et croissance économique : enseignements de la vague de refinancements aux États-Unis 1 Akash Deep +1 617 495 134 akash_deep@harvard.edu Dietrich Domanski +41 61 28 8353 dietrich.domanski@bis.org Marchés immobiliers et croissance économique : enseignements de la vague de refinancements aux

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

Japon. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Japon. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Japon Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Faut-il encourager les ménages à épargner?

Faut-il encourager les ménages à épargner? Faut-il encourager les ménages à épargner? Analyse du sujet : Nature du sujet : Sujet de type «discussion». Problématique explicite. Mots-clés : Ménages ; épargner épargne des ménages Encourager Epargne

Plus en détail

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario avril Situation financière des ménages au et en Au cours des cinq dernières années, les Études économiques ont publié quelques analyses approfondies sur l endettement des ménages au. Un diagnostic sur

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2003-03 du 2 octobre 2003 relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances (Avis n 2003-09 du 24 juin 2003 du compte rendu CNC)

Plus en détail

Résumé analytique La prise de risques économiques avance mais de manière inégale

Résumé analytique La prise de risques économiques avance mais de manière inégale Rapport sur la stabilité financière dans le monde Prise de risques, liquidité et banque parallèle : maîtriser les excès et promouvoir la croissance Octobre 2014 Résumé analytique Six ans après le début

Plus en détail

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels 07/10/2014 Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés

Plus en détail

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive!

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive! Allianz Suisse Case postale 8010 Zurich www.allianz-suisse.ch Info Finance 01 YDPPR267F et Prévoyance Édition 01, mars 2013 EXCÉDENTS LPP En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un Résumé Les pays en développement (PED) ont bénéficié, au cours de ces trente dernières années, de prêts considérables qui devraient permettre leur décollage rapide. Pour nombre d entre eux dont le Bénin,

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire

Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire Préparé pour : Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités Par : Will Dunning économiste en chef de

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Un marché global du risque. Certains enjeux pour le système financier

Un marché global du risque. Certains enjeux pour le système financier Un marché global du risque Certains enjeux pour le système financier Un marché global du risque Le découplage du risque et des capitaux Une meilleure répartition du risque? Les enjeux pour les institutions

Plus en détail

Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant)

Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant) Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant) Présentation Cogefi Gestion est la société de gestion, filiale à 100% de la maison mère Cogefi. Elle fait partie

Plus en détail

Fonds Assurance Retraite du contrat BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014. Communication à caractère publicitaire

Fonds Assurance Retraite du contrat BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014. Communication à caractère publicitaire Fonds Assurance Retraite BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014 Communication à caractère publicitaire Le contrat BNP Paribas Avenir Retraite est géré par Cardif Assurance Vie avec un

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation 28RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:37 PM Page 858 Troisième partie : Le financement des ressources Les principales caractéristiques des travaux suggérés Questions de révision (N os 1 à 25) Exercices

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance.

alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. alpha sélection alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. Instrument financier émis par Natixis (Moody

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIE

PROSPECTUS SIMPLIFIE PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE OPCVM conforme aux normes européennes PRESENTATION SUCCINCTE Code ISIN : FR0010736355 Dénomination : LCL SECURITE 100 (MAI 2009) Forme juridique : Fonds Commun

Plus en détail

Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG

Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG Au Luxembourg, deux associations (la Ligue médico-sociale et Inter-Actions ) fournissent des informations et conseils financiers aux ménages en matière

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIÉ LE 7 MAI 2014

PROSPECTUS SIMPLIFIÉ LE 7 MAI 2014 LE 7 MAI 2014 PROSPECTUS SIMPLIFIÉ Fonds de revenu Fonds Desjardins Revenu à taux variable (parts de catégories A, I, C et F) Aucune autorité en valeurs mobilières ne s est prononcée sur la qualité de

Plus en détail

Nature et risques des instruments financiers

Nature et risques des instruments financiers 1) Les risques Nature et risques des instruments financiers Définition 1. Risque d insolvabilité : le risque d insolvabilité du débiteur est la probabilité, dans le chef de l émetteur de la valeur mobilière,

Plus en détail

L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010

L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010 L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010 L impact de la crise financière récente sur le secteur financier et les économies a été extrêmement

Plus en détail

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie I. Le financement de l'économie Financement = fait d'apporter des fonds à un individu, une entreprise, ou à soi-même. A) Les différents types de financement

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet

Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet 1 Jeudi 25 Octobre 2007 Crises financières et Risques Bancaires Réforme de Bâle II I. Définitions des risques

Plus en détail

Finance internationale : 04 Analyse d un cas concret : EADS Romain BAYLE Page n 2 / 10

Finance internationale : 04 Analyse d un cas concret : EADS Romain BAYLE Page n 2 / 10 FIN-INTER-05 ANALYSE D UN CAS CONCRET : EADS Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 8 heures. Objectifs : o Utiliser les acquis des cours précédents sur un cas concret. Pré requis

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Un fonds d obligations mondiales «pour tous les temps», capable de tirer son épingle du jeu dans toutes les conditions de marché

Un fonds d obligations mondiales «pour tous les temps», capable de tirer son épingle du jeu dans toutes les conditions de marché un méthode différente pour contrer la volatilité des marchés Fonds à revenu stratégique Manuvie* *Aussi offert : Catégorie de revenu stratégique Manuvie Un fonds d obligations mondiales «pour tous les

Plus en détail

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii Consolider les dettes publiques: un processus au long cours Les dysfonctionnements européens

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Le 12 avr. 2012 Les crises.fr - Des images pour comprendre 0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Ce billet fait suite à celui présentant les produits dérivés. Les futures, sur taux d intérêt Les

Plus en détail

OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012

OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012 OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012 DEGROOF GESTION 1 rond-point des Champs Elysées 75008 PARIS tél. 33 (0)1 45 61 55 55 - www.degroof.fr CARACTERISTIQUES DE L OPCVM Classification : Actions françaises

Plus en détail

la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii

la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii Finances publiques et croissance : la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii Piège de croissance et impuissance de la politique économique 2 Pourquoi la crise est-elle plus grave

Plus en détail

Les placements des organismes d assurance à fin 2012

Les placements des organismes d assurance à fin 2012 Les placements des organismes d assurance à fin 212 Gaël HAUTON Secrétariat général de l Autorité de contrôle prudentiel et de résolution Direction des Études Omar BIROUK et Alain Nicolas BOULOUX Direction

Plus en détail

CYCLE FINANCIER, POLITIQUE MONÉTAIRE, DETTE PUBLIQUE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii

CYCLE FINANCIER, POLITIQUE MONÉTAIRE, DETTE PUBLIQUE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii CYCLE FINANCIER, POLITIQUE MONÉTAIRE, DETTE PUBLIQUE Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii A partir des années 1980, la recherche de la BRI montre que la dynamique financière est radicalement

Plus en détail

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Je ne caractériserais pas la récente correction du marché comme «une dégringolade». Il semble

Plus en détail

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France?

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? (DGTrésor) 1. Indépendamment de facteurs d offre et de demande, qui jouent indéniablement sur les prix,

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

AXA Rendement Période de souscription : Durée d investissement conseillée éligibilité

AXA Rendement Période de souscription : Durée d investissement conseillée éligibilité AXA Rendement AXA Rendement est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. Instrument financier émis par Natixis (Moody

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 30 juin 2014 (Instruction

Plus en détail

Transferts et titrisation d actifs

Transferts et titrisation d actifs Transferts et titrisation d actifs (Septembre 1992) Le présent rapport 1 passe en revue, sous l angle du contrôle bancaire, divers aspects des transferts et de la titrisation d actifs en mettant plutôt

Plus en détail

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance.

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance. GLOSSAIRE 208 RAPPORT ANNUEL 2013 DU MOUVEMENT DESJARDINS GLOSSAIRE ACCEPTATION Titre d emprunt à court terme et négociable sur le marché monétaire qu une institution financière garantit en faveur d un

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 30 septembre 2014 (Instruction

Plus en détail

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE Michel MOUILLART Directeur Scientifique de l Observatoire de l Endettement des Ménages

Plus en détail

Prix des actifs et politique monétaire

Prix des actifs et politique monétaire Prix des actifs et politique monétaire André ICARD Conférence prononcée lors des premières doctoriales MACROFI Poitiers 6 Avril 2006 1 Introduction Les succès dans la lutte contre l inflation ont influencé

Plus en détail

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Introduction à la gestion de trésorerie

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Introduction à la gestion de trésorerie GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base Leçon 1: Introduction à la gestion de trésorerie Objectifs d apprentissage À la fin de cette leçon, vous devriez: être capable de comprendre

Plus en détail

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1)

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) 16 mars 2011 Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) Résultat net total 3 026 M (+61 %) Résultat

Plus en détail

Calcul et gestion de taux

Calcul et gestion de taux Calcul et gestion de taux Chapitre 1 : la gestion du risque obligataire... 2 1. Caractéristique d une obligation (Bond/ Bund / Gilt)... 2 2. Typologie... 4 3. Cotation d une obligation à taux fixe... 4

Plus en détail

STRICTEMENT CONFIDENTIEL

STRICTEMENT CONFIDENTIEL STRICTEMENT CONFIDENTIEL Tableau de bord de l Epargne en Europe Janvier 2008 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits,

Plus en détail

La gestion financière de l assurance, au service du développement économique

La gestion financière de l assurance, au service du développement économique La gestion financière, au service du développement économique L assurance, compte tenu de l importance de ses engagements envers les assurés, en particulier en assurance vie, joue un rôle primordial dans

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques

Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques La Bourse Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques Le Marché Financier a un double rôle : apporter les capitaux nécessaires au financement des investissements des agents économiques et assurer

Plus en détail

Floored Floater sur le taux d intérêt LIBOR CHF à trois mois avec emprunt de référence «General Electric Capital Corporation»

Floored Floater sur le taux d intérêt LIBOR CHF à trois mois avec emprunt de référence «General Electric Capital Corporation» sur le taux d intérêt LIBOR CHF à trois mois avec emprunt de référence «General Electric Capital Corporation» Dans l environnement actuel caractérisé par des taux bas, les placements obligataires traditionnels

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail