Transformation de bureaux en logements : une ébauche de solution à la crise du logement semée d embûches

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Transformation de bureaux en logements : une ébauche de solution à la crise du logement semée d embûches"

Transcription

1 ÉTUDE RÉALISÉE PAR CHARLES-HENRI DE MARIGNAN ANALYSTE SENIOR, IEIF Transformation de bureaux en logements : une ébauche de solution à la crise du logement semée d embûches Février 2014 Les analyses

2 Producteur de données, cercle de réflexion et centre de recherche, l IEIF met à la disposition de ses membres une gamme de documents utiles à leur activité et à leur stratégie. Cette gamme va des publications telles que livres et revues jusqu aux rapports de recherches innovantes, en passant par des veilles d actualité, des cahiers statistiques et des analyses sur les thèmes faisant écho aux préoccupations des professionnels.

3 Transformation de bureaux en logements : une ébauche de solution à la crise du logement semée d embûches Étude réalisée par Charles-Henri de Marignan Analyste senior, IEIF Février 2014 IEIF - Transformation de bureaux en logements : une ébauche de solution à la crise du logement semée d embûches 1

4 SOMMAIRE Le constat... 3 Le logement...3 Le bureau en Île-de-France... 4 Les leçons de l histoire... 7 Historique...7 Politique publique, quelles incitations?... 8 Les contraintes et les aides Juridiques Techniques Financières de transformer des bureaux en logements est loin d être récente car elle apparaît dans les années 1990 dans un contexte de surproduction de bureaux (plus de 4,5 millions de mètres carrés de bureaux L idée étaient vides en 1993 selon le Grecam, soit environ 10 % du parc) et d un manque important de logements. Idée qui refait surface à la fin des années 2000 même si le contexte diffère totalement. Pour relancer le sujet, Cécile Duflot a intégré dans son projet de loi visant à accélérer les projets de construction un volet sur la conversion de bureaux en logements. Le ministère du Logement cible tout particulièrement l Île-de-France où «7,2 % des surfaces de bureaux sont vacantes, soit 3,6 millions de mètres carrés, dont le sont depuis plus de quatre ans». Mais quelle est vraiment la situation actuelle? Le passé peut-il servir d exemple pour résoudre l équation difficile entre les déséquilibres demande/offre de logements et demande/offre de bureaux? Enfin, la transformation de bureaux en logements est-elle une solution réaliste et quels en sont les écueils? 2 IEIF - Transformation de bureaux en logements : une ébauche de solution à la crise du logement semée d embûches

5 LE CONSTAT Des problématiques opposées : une demande latente en logements confrontée à un faible niveau de construction ; une offre importante liée au renouvellement d un parc tertiaire en voie d obsolescence. Le logement Selon une étude publiée par le Commissariat général du développement durable (CGEDD) en août 2012, sous les hypothèses d une fécondité stable à 2,01 enfants par femme, d un solde migratoire annuel de personnes et de l évolution tendancielle des comportements de cohabitation, le nombre de ménages pourrait croître de par an, en moyenne, d ici 2050 et de par an d ici Outre la croissance du nombre de ménages, la demande potentielle de logements dépend de l évolution de la proportion de logements vacants et des flux de renouvellement du parc. Elle diffère du nombre de logements à construire car elle ne prend pas en compte les besoins liés au mal-logement ou au non-logement. Quels que soient les scénarios retenus, qui couvrent un spectre large d hypothèses, la demande potentielle est comprise entre et logements par an en moyenne d ici Paradoxalement, face à ce constat, on assiste au recul régulier du nombre de logements mis en chantier. Les mises en chantier de logements neufs «ordinaires» (c est-à-dire hors résidences services) ont porté sur unités en 2012, tous types d habitation (appartements et maisons individuelles) et secteurs (privé et HLM) confondus. L année 2012 se révèle même pire que 2011 avec une chute de 16 % des mises en chantier. Le mouvement de recul des constructions de logements semble d ailleurs se poursuivre puisqu à fin octobre 2013, sur un an glissant), logements ont été mis en chantier contre sur la même période un an plus tôt. Sur les dix dernières années, le déficit cumulé est estimé à logements. Ce constat est encore plus criant en Île-de-France où le marché est particulièrement tendu. L offre y est très limitée, notamment à cause du manque de Graphique 1 Taux de vacance des bureaux en Île-de-France en % 8 6 6,4 7,1 7,5 4 4, , Source : Jones Lang LaSalle/Immostat IEIF - Transformation de bureaux en logements : une ébauche de solution à la crise du logement semée d embûches 3

6 foncier, la demande extrêmement élevée car l Îlede-France regroupe l essentiel de l activité économique nationale, et les prix atteignent des niveaux particulièrement élevés : /m² à Paris au troisième trimestre 2013, /m² pour l ensemble de l Île-de-France. avec près de 3,9 millions de mètres carrés disponibles au quatrième trimestre 2013, ce qui représente 7,4 % du parc tertiaire francilien. La part du neuf dans cette offre n est que de 22 %. Quant à l ancien, il s agit, pour partie, de locaux obsolètes, inadaptés à la demande actuelle (graphique 1). Il en résulte que, sur les dix dernières années, le déficit cumulé en Île-de-France est estimé à logements. Le bureau en Île-de-France Le constat pour l immobilier tertiaire est tout à fait à l opposé. Un taux de vacance très élevé En un an (données au 3 e trimestre 2013), selon les données Immostat (GIE regroupant BNP Paribas RE, CBRE, DTZ et Jones Lang LaSalle), le stock de bureaux disponibles aura progressé de près de 10 %. L offre continue donc de grimper et franchit un nouveau cap qui reflète un stock d offre (neuf + ancien) souvent obsolète De manière plus générale, en 2012, selon BNP Paribas Real Estate, sur les 52 millions de mètres carrés de bureaux existants sur le parc francilien, 57 % ont été construits il y a plus de vingt ans. Or il est estimé qu un immeuble de bureaux devient obsolète au bout de quinze à vingt ans et doit subir des transformations lourdes. L ORIE estime ainsi que quelque mètres carrés de bureaux seraient à restructurer tous les ans en région parisienne alors que seuls mètres carrés le sont effectivement. De plus, sur l offre disponible à fin 2012, 41 % correspondaient à des locaux non rénovés et peu adaptés aux attentes des utilisateurs. À début 2014, 7 millions Graphique 2 Mises en chantier et transactions de bureaux neufs en Île-de-France en milliers de m Mises en chantier de bureaux Transactions de bureaux neufs Sources : 2 et BNP Paribas Real Estate/Immostat-IPD (depuis 2001) Les mises en chantier sont décalées d un an pour correspondre à une date de livraison 4 IEIF - Transformation de bureaux en logements : une ébauche de solution à la crise du logement semée d embûches

7 de mètres carrés sont disponibles à la commercialisation dont les deux tiers sont du neuf ou restructuré. 6 millions de mètres carrés se situent à Paris et en première couronne. et un niveau de construction très élevé que les transactions en bureaux neufs n ont été que de 9,7 millions de mètres carrés. Au vu du graphique 2, il apparaît cependant que le déséquilibre est en voie de résorption, mais quid des stocks liés aux livraisons passées? Depuis 2001, en cumulé, près de 14 millions de mètres carrés ont été livrés en Île-de-France alors Le parc En Île-de-France, la surface du parc de logements représente plus de sept fois celle du parc de bureaux. Sur la France métropolitaine, cet écart est proche de dix. Cette différence d écart entre Île-de-France et France entière peut aisément s expliquer par le fait que, en régions, l emploi tertiaire est bien inférieur qu en Île-de-France Parc de logements (résidences principales) Localisation Nombre de logements Surface moyenne des logements Surface totale (en millions de m²) Période Sources Île-de-France Insee/recensement France métropolitaine Insee/recensement Parc de bureaux Localisation Surface totale (en millions de m²) Période Sources Île-de-France 52 fin 2012 IEIF d après données DRIEA-IF/ORIE Province entre 167 et DADS IEIF - Transformation de bureaux en logements : une ébauche de solution à la crise du logement semée d embûches 5

8 Bureaux/Logements : les principaux éléments de comparaison Malgré des évolutions parallèles, un niveau de construction supérieur pour les bureaux que pour les logements. La comparaison reste cependant délicate car la construction de logements est comptabilisée en nombre alors que celle des bureaux et autres surfaces d immobilier d entreprise en surface Mises en chantier de logements et de bureaux France entière, en nombre de logements et en milliers de mètres carrés Logements Bureaux Source : Mises en chantier de logements et de bureaux France entière, base 100 en Logements Bureaux Source : 2 Ne pouvant donner des valeurs au niveau national, les prix et loyers analysés ci-dessous ne reflètent qu une partie du marché national, mais la plus emblématique, et également la plus spéculative, puisqu il s agit du marché parisien. Des prix des logements parisiens multipliés par sept en trente ans quand ceux des bureaux n ont été multipliés que par quatre. Prix des logements et des bureaux parisiens en /m 2 Prix des logements et des bureaux parisiens base 100 au 31/12/ Bureaux neufs à Paris Quartier d'affaires Logements à Paris Sources : Notaires Paris Île-de-France, CBRE Logements à Paris Bureaux neufs à Paris Quartier d'affaires Sources : Notaires Paris Île-de-France, CBRE Même chose pour les loyers : beaucoup plus élevés pour les bureaux? mais une progression plus importante pour les logements Loyers comparés des logements et des bureaux parisiens en /m 2 /an Loyer moyen prime des bureaux Logements à Paris à Paris Quartier d'affaires Sources : Olap, CBRE Loyers comparés des logements et des bureaux parisiens base 100 au 31/12/1983 Logements à Paris Loyer moyen prime des bureaux à Paris Quartier d'affaires Sources : Olap, CBRE 6 IEIF - Transformation de bureaux en logements : une ébauche de solution à la crise du logement semée d embûches

9 LES LEÇONS DE L HISTOIRE Historique Faute de statistiques à l échelle régionale, l exemple parisien où la transformation de bureaux en logements fait l objet d un recensement sera le seul étudié. Mais c est également là où la pression immobilière est la plus forte. Crise des années 1990 : entre 1994 et 1998 (5 ans) mètres carrés de surfaces d activités transformées en logements à Paris Face à la surabondance de bureaux vacants, à la demande du ministre du Logement de l époque, Hervé de Charrette, est lancé, en 1994, un groupe de travail sur l avenir du parc vacant. Les recommandations souhaitées par le groupe de travail à l époque étaient : u l assouplissement des règles d urbanisme avec l exemption pure et simple du permis de construire dès lors que de nouvelles surfaces n étaient pas créées ; u l exemption de création de places de parkings, normalement obligatoires dans le cas de création de logements ; u des subventions pécuniaires aux travaux de transformation ; u la suppression de plafond de loyers pour les aides accordées par l Anah Tableau 1 Transformations de bureaux en logements à Paris Nombre de dossiers Surfaces transformées en m² Sources : DU, Gerco, SDPR dossiers autorisés Nombre de logements créés Les solutions apportées par le gouvernement étaient alors : u la réversibilité du changement d usage. La loi Habitat du 21 juillet 1994 introduit l idée du changement d usage temporaire (13 ans).cette possibilité a été supprimée en 2005 ; u le prêt bureau-logement. Prêt à taux fixe permettant de financer les travaux de transformation sous condition d usage résidentiel des locaux pour une durée minimum de cinq ans ; u les subventions de l Anah et de la Ville de Paris. L Anah accordait des subventions à hauteur de 25 % du montant des travaux et la Ville de Paris des subventions sous-condition de location pendant neuf ans et avec un plafond de loyer du logement ainsi créé. Un article publié dans Réflexions Immobilières 1 en 2001 relatait la transformation de mètres carrés de surfaces d activités (bureau ou autre) en logements entre 1994 et 1998 et ainsi la création de plus de logements par des opérateurs publics et de presque logements par le secteur privé. Enfin, dernier chiffre très parlant, ces mètres carrés de logements créés ont représenté l équivalent d une année de construction neuve supplémentaire sur les cinq années étudiées. Entre (20 ans) : seuls mètres carrés de bureaux transformés en logements à Paris Entre 1990 et 2010, mètres carrés de bureaux ont été convertis en logements, ce qui correspond à une production annuelle de 300 à 400 logements. Ce faible niveau s explique notamment par la reprise économique des années 2000 qui pousse le marché à puiser dans les réserves de bureaux vacants et à limiter ainsi les possibilités de reconversions. Reconversions qui commencent à refaire surface en 2007 grâce à l envolée des prix du résidentiel qui inverse, dans les zones les plus tendues, le rapport des prix au profit du résidentiel et incite certains propriétaires à réaliser des transformations spontanées. Depuis : une certaine accélération À Paris, selon une étude réalisée par l Apur (Atelier parisien d urbanisme) en septembre 2013, une centaine de dossiers de transformation de bureaux en logement sont, en moyenne, autorisés par an. Il est à noter que le rythme s est accéléré puisqu on est passé de 73 dossiers (184 logements) en 2001 contre 142 (524 logements) en Ainsi, sur la période étudiée par l Apur ( ), mètres carrés de bureaux ont été transformés en logements (tableau 1). 1. B. Jousselin, «La transformation de bureaux en logements : un premier bilan», in Réflexions immobilières, n 30, avril IEIF - Transformation de bureaux en logements : une ébauche de solution à la crise du logement semée d embûches 7

10 Quelques transformations réussies Publics : transformation en logements sociaux u 246, rue de Bercy (Paris XII e ) : restructuration totale d un immeuble de La Poste (anciens bureaux, RIE, gymnase) par la RIVP pour le transformer en 190 logements étudiants et 124 logements sociaux ( m² de plancher). u 9 rue Schœlcher (Paris XIV e ) : transformation de l ancien siège social de la régie «Eau de Paris» d une surface de m² en 46 logements sociaux. u , rue Lafayette (Paris X e ) : transformation de trois immeubles contigus (haussmannien et années 1950) en 73 logements sociaux. u Transformation d anciens bureaux EDF dans le VI e arrondissement en 23 logements sociaux. Privés u 18-20, rue de la Saussière (Boulogne-Billancourt) : transformation par la Foncière du Rond-Point (groupe Madar) d un immeuble de bureaux en 19 appartements ainsi qu en une salle de sport de m². u Tour Palatino, 17 avenue de Choisy (Paris XIIIe) qu Eiffage taille en 500 petits logements (opération Paris Open). L exemple bruxellois Tout comme à Paris, Bruxelles manque de logements et dispose d un nombre important de bureaux vacants. Cela a permis le développement d un véritable phénomène avec mètres carrés de bureaux convertis en logements sur une quinzaine d années. Au début des années 1990, il s agissait davantage de transformations de petits immeubles sous forme d achats collectifs où chacun rénovait son plateau. Aujourd hui, les opérateurs professionnels ont pris la place des particuliers, rachètent de grands immeubles et les divisent en unités locatives ou acquisitives. La volonté politique va également dans le sens de la facilité de transformation. L idée étant d assortir chaque demande de permis de bâtir pour un bureau d une note annexe qui doit démontrer la possibilité de transformation du local construit en logement. Quant au coût que cela induit, il est démontré que «cela coûte plus cher en étude mais que cela ne coûte pas énormément plus cher en travaux. Cela nécessite parfois de réserver des espaces pour des modifications futures mais c est surtout un gain environnemental énorme puisque démolir un immeuble pour le reconstruire nécessite une énergie grise conséquente». u Sky - 14 rue de Bezons (Courbevoie) : réhabilitation totale d un immeuble IGH de bureaux par Cogedim pour le transformer en 184 appartements en accession, 46 logements étudiants ainsi qu une résidence de services et des logements. Il s agit majoritairement d opérations de petite taille. En douze ans, seules deux opérations ont dépassé les mètres carrés (246 rue de Bercy et 17 avenue de Choisy décrites dans l encadré ci-contre). Il s agit également souvent d opérations à vocation sociale. Ainsi, près de 40 % des mètres carrés de bureaux transformés depuis cinq ans en Îlede-France ont été affectés à l habitat social. Politique publique, quelles incitations? Selon le ministère de Cécile Duflot, il existe environ 3,5 millions de mètres carrés aujourd hui en Île-de- France et, probablement, 5 millions de mètres carrés de bureaux vacants sur l ensemble du territoire français dont une grande partie ne pourront pas être remis en location. Parmi les propositions du ministère, il y a : u la densification des immeubles avec l idée d ajouter des étages supplémentaires à des bâtiments bas situés entre des immeubles de plus grande hauteur. Il est ici question de pouvoir aligner les faîtages entre bâtiments mitoyens ; u mais également, comme en 1994, l assouplissement de la règle imposant la construction de places de parkings pour tout nouvel immeuble résidentiel, dès lors que le projet est situé à proximité d une station de transport collectif ; u la possibilité offerte de financer par un PLS (prêt locatif social) ou un PLI (prêt locatif intermédiaire) l acquisition et la transformation en logements de locaux affectés à un autre usage. 8 IEIF - Transformation de bureaux en logements : une ébauche de solution à la crise du logement semée d embûches

11 LES CONTRAINTES ET LES AIDES Un mauvais bureau ne fait pas automatiquement un bon logement (tableau 2). En dehors même de toute contrainte, qu elle soit juridique, technique ou financière, il convient de souligner que des bureaux obsolètes ou mal situés ne peuvent pas systématiquement, loin s en faut, se transformer en logements de qualité. La localisation de l immeuble est l élément qui rend bon nombre de transformations inenvisageables. Selon BNP Paribas RE, sur les mètres carrés de bureaux de seconde main qui sont vacants depuis quatre ans et plus, plus de la moitié de ces immeubles sont localisés en grande couronne. Il faut noter également le niveau élevé de vacance à La Défense. Secteurs qui ne correspondent absolument pas à la recherche des aspirants locataires ou propriétaires en résidentiel. 1. Juridiques Nécessité de fluidifier les permis de construire. La plupart des transformations sont soumises à l obtention du permis de construire, délivré au cas par cas par les communes. Or le changement d affectation relève d une procédure des plus complexes en matière de droit de l urbanisme. Des règles concernant l obligation de logements sociaux trop strictes. Le passage récent de 20 à 25 % du seuil de logements sociaux par commune rend moins financièrement attractives les opérations de transformation de bureaux en logements. Ainsi, comme l indique l ORIE dans son rapport, «alors que certains logements, réhabilités lourdement et considérés comme des logements neufs sont vendus en moyenne en libre à le mètre carré habitable, les logements sociaux identiques Tableau 2 Logements/Bureaux : caractéristiques des deux classes d actifs Marché sous tutelle Logements Marché libre loyer encadré loyer libre Bureaux taxe annuelle sur les logements vacants pas de taxe sur les bureaux vacants droit de préemption du locataire en cas de cession difficulté d éviction en cas d impayés Actif démographique demande soutenue et continue liée à un pays à démographie croissante Déficit d image stigmatisation des ventes en bloc (loi Aurillac) liée à la plus-value (+ 713 % entre 1983 et 2012 sur Paris) Performances Vacance liberté de vendre Actif économique lié directement à la conjoncture et directement impacté par la crise Marché B to B pas d affectif lié à un marché B to B où le particulier n a pas sa place liée au rendement (aux alentours de 6 % contre 3 % pour le logement en 2012 selon IPD) Arguments pour et contre la transformation des bureaux en logements défavorable favorable défavorable défavorable à court terme, favorable à long terme < 2 % de l ordre de 7 % en Île-de-France favorable importants car multiplicité des locataires Frais de gestion Fiscalité faibles car mutualisés (présence de gros locataires) défavorable TVA non récupérable (sauf en cas de location meublée) TVA récupérable défavorable taxation à un taux réduit des plus-values de cession des bien immobiliers à usage professionnel à destination des sociétés foncières et de toutes sociétés IS, dans le seul cas où l acquéreur s engage à transformer le bien en habitation, au plus tard au 31 décembre de la 3 e année suivant son acquisition à partir du 1 er janvier 2014, l exonération fiscale réservée aux opérations de rénovation d immeubles de bureaux disparaît favorable IEIF - Transformation de bureaux en logements : une ébauche de solution à la crise du logement semée d embûches 9

12 aux logements classiques ne dépassent pas le mètre carré». Par ailleurs, la loi SRU a eu un autre effet pervers : les promoteurs répercutant les faibles marges obtenues par l obligation de faire du logement social sur les logements libres, ce qui a pour effet de favoriser l inflation des prix. Le relèvement de 20 % à 25 % du taux obligatoire de logements sociaux (loi SRU) pour les communes où les besoins en logements sont les plus importants (supérieures à habitants en Île-de-France et en régions). Cette nouvelle obligation est une incitation de plus pour les communes visées qui disposent d un foncier rare et de bureaux abondants de réaliser des reconversions. Un début de réponse. Dans son projet de loi présenté en mai 2013 par Cécile Duflot, sont introduites plusieurs dérogations aux règles de constructibilité fixées par les plans locaux d urbanisme (PLU) : u les maîtres d ouvrage pourront à l avenir, dans certaines zones tendues, passer outre le «coefficient d occupation des sols» (COS) qui détermine dans le PLU une densité maximale de construction pour les logements. Celui-ci restreint parfois le nombre de logements constructibles dans une zone contre toute logique ; u les contraintes en matière de places de stationnement par habitation devraient être allégées, voire levées, toujours dans les zones où les besoins de logements sont les plus criants. Elles faisaient croître de manière substantielle et parfois irrationnelle le coût de la construction. 2. Techniques Âge des immeubles Déjà diagnostiqué lors du groupe de travail sur le sujet en 1994, il existe des périodes de construction d immeubles de bureaux plus favorables que d autres pour leur transformation en logements. Ainsi, les immeubles des années ont des caractéristiques qui se rapprochent de celles du logement et ne représentent pas de difficultés majeures de transformation. Même choses, pour les immeubles haussmanniens, souvent issus eux-mêmes d immeubles résidentiels transformés en bureaux. En revanche, les immeubles des années 1990 sont parfois plus complexes à traiter et nécessitent très souvent des modifications de façade. Caractéristiques des immeubles Profondeur de trames. Bien qu il n existe pas d impossibilités techniques, certaines morphologies sont extrêmement contraignantes et entraînent des coûts qui sont dissuasifs. L ORIE rapporte que, pour pouvoir être transformé en logements, un immeuble de bureaux doit avoir une profondeur de trame comprise entre 12 et 14 mètres. Les immeubles avec une profondeur de trame de 18 mètres nécessitent une intervention lourde et conduisent à une perte de surface allant de 10 à 20 % lors de la transformation en logements. Façades en murs-rideaux. Très développées dans les années , les façades de type murs-rideaux sont complexes à transformer en immeubles de logements. Utilisation des surfaces annexes. Les pertes de surfaces constituent un inconvénient redoutable et compliquent l équation financière. Certaines surfaces (RIE, archives, etc.), souvent en sous-sol ou en second jour, sont difficilement exploitables lors de la transformation en logements. À cela il faut ajouter les pertes de surfaces liées au nouveau calcul de la surface de plancher dans le cadre d immeubles existants. Localisations des immeubles. Promoteurs, aménageurs et investisseurs ont souvent choisi de concentrer les immeubles dans des zones dédiées aux bureaux à l écart des centres-villes et de leurs commerces, pas toujours accessibles en transports en commun. Ceux qui bordent les rocades ou les autoroutes offrent aux entreprises une visibilité idéale, mais sont invivables pour des habitants. Bref, il n est envisageable de transformer des locaux tertiaires en locaux résidentiels sous la seule et unique condition qu ils se situent dans un environnement mixte, voire à prépondérance résidentielle. Réglementations énergétiques non arrêtées Restructurer un immeuble implique de le mettre aux normes actuelles. Or ces normes ne cessent d évoluer et de se durcir. Ce qui pousse les propriétaires à attendre pour éviter que, une fois livré, leur immeuble ne corresponde plus aux standards du moment. Cela d autant plus que le marché est en crise et que le retour sur investissement peut paraître long. 3. Financières Les logements Moins rentables que les bureaux À l exception des communes à très forte dominante résidentielle pour lesquelles il demeure plus rentable de louer des logements (Hauts-de-Seine, Saint-Mandé, Vincennes, Fontenay-sous-Bois et Nogent-sur-Marne dans le Val-de-Marne), l agglomération parisienne présente 10 IEIF - Transformation de bureaux en logements : une ébauche de solution à la crise du logement semée d embûches

13 Des projets innovants Un exemple original mais éphémère : Camelot Née en 1993, la société néerlandaise Camelot propose la location à loyer réduit de locaux professionnels vacants (bureaux, entrepôts ) pour diverses raisons (en attente de travaux, en attente d utilisateurs ) à des résidents temporaires en recherche de logements. Pour le propriétaire, ce système permet de protéger son actif (intrusion, squat, vol) à moindre coût et, pour le locataire, cela lui permet de se loger à coût modique. Dès 2001, la société s étend à l étranger avec des ouvertures d antennes à Londres ou Bruxelles. Aujourd hui, la société est présente dans six pays européens, dont la France. Inciter les particuliers à investir sur les projets de transformation : Novaxia Le groupe Novaxia, spécialisé dans le montage et la commercialisation d opérations immobilières, lance, à partir de novembre 2013, un placement inédit d investissement immobilier, à destination des particuliers, dédié à la transformation de bureaux en logements dans le Grand Paris. Baptisé Novaxia Immo Club, ce placement est éligible au PEA et au futur PME-PEA. La durée d investissement est de six ans et le montant minimum de souscription de Novaxia Immo Club est une PME qui aura pour vocation d acheter des immeubles de bureaux libres ou occupés dans le Grand Paris et de les transformer en logements. Son but : faire bénéficier les investisseurs à l achat d une décote d au moins 30 % par rapport au marché. Ce qui permettra, selon Novaxia, d espérer une plus-value potentielle à la revente des logements. En outre, grâce à une politique sélective d investissements des bureaux «monolocataires», de plus de m 2, situés à Paris ou en Île-de-France, à moins de 800 mètres du métro existant ou futur, l opérateur immobilier indépendant, spécialisé dans la structuration et la commercialisation d opérations immobilières, vise une rentabilité élevée issue des loyers des bureaux occupés. Car, dans un premier temps, les locaux resteront utilisés par les entreprises locataires en fin de bail avant d être transformés en logements et revendus. Quant à l investisseur, il percevra les loyers annuels des bureaux occupés et la plus-value potentielle à la revente des logements après l obtention des autorisations administratives de transformation en logements. presque partout des loyers plus élevés pour les bureaux que pour les logements. L écart est particulièrement important dans les secteurs les plus cotés : QCA, V e, VI e et VII e arrondissements, Neuilly-sur-Seine et Levallois-Perret. Ainsi, pour le logement, les loyers parisiens sont en moyenne, selon l Olap, de 21,6 par m²/mois, soit environ 259 par an. Pour les bureaux, on parle de 400 à 800. À court terme, la transformation de bureaux en logements ne semble donc pas être rentable et décourage grand nombre d investisseurs. Mais à moyen terme, le logement s est avéré être l actif gagnant. Quand on passe en base 100 et que l on quitte les valeurs absolues pour s intéresser aux progressions, on voit aisément que le logement a connu des évolutions de valeurs, tant vénales que locatives, beaucoup plus importantes que les bureaux. Ainsi, comme le montrent les tableaux ci-dessus, les prix des logements à Paris ont été multipliés par sept en 29 ans quand, sur une même durée, ceux des bureaux QCA ont été multipliés par quatre. Le constat est le même pour les loyers : multiplication par 2,7 pour les logements parisiens en 26 ans et par 1,4 pour les bureaux QCA. Transformer des bureaux en logements : un coût très élevé 20 à 30 % plus cher que construire du neuf. D un point de vue technique, le coût de la transformation d un immeuble de bureaux en logements est, au final, estimé par les professionnels du bâtiment entre et /HT/m². Ce chiffre ne peut être qu estimatif étant donné la diversité du parc. Mais, quoi qu il en soit, il dépasse celui de la construction neuve dont la fourchette est comprise entre et /m². Financièrement réalisable que sur certaines zones. Conséquence du coût important d une transformation, ce type d opération n est réalisable que sur certains secteurs particulièrement tendus, Paris en tête. Effectivement, la transformation n est rentable que là où le prix des logements dépasse, de loin, celui des bureaux. C est vrai à Paris et dans certains grands centres-villes. Ailleurs, non. La transformation fait d abord perdre de la «surface utile», du fait des murs plus nombreux et des parties communes obligatoires. Dans le même immeuble, la surface à vendre ou à louer, donc rentable, atteint 95 % du total pour une occupation tertiaire, seulement 82 % en habitation. Dans le cas d une transformation, il faudrait que le logement construit à la place rapporte à son investisseur autant que le bureau détruit IEIF - Transformation de bureaux en logements : une ébauche de solution à la crise du logement semée d embûches 11

14 pour une surface plus petite et après avoir intégré la différence de TVA, récupérable dans les opérations de bureaux, pas dans celles de logements. Thème d actualité s il en est, la transformation de bureaux en logements ne peut, seule, être une solution à la crise du logement. Loin s en faut. D abord par son volume : selon le ministère de Cécile Duflot, il existe environ 3,5 millions de mètres carrés de bureaux vacants aujourd hui en Île-de- France. Partant d une surface moyenne de 76 m² par logement, cela représente logements en région parisienne, alors que le manque y est estimé à selon l ORIE. Au niveau national, le constat est encore plus mitigé. Partant du chiffre de 5 millions de mètres carrés vacants et de 91 m² par logement, on n arrive guère qu à logements créés. Réponse qui, si elle existe, ne pourrait être que très partielle. Ce chiffre est d autant plus surestimé que l on prend l ensemble des locaux vacants alors que, pour des multiples raisons, de nombreux bureaux ne peuvent être transformés. Ensuite par sa rentabilité : transformer des bureaux en logements ne peut se faire qu en zone particulièrement tendue (Paris intra-muros, quelques communes très résidentielles) où l opération de transformation, automatiquement coûteuse, peut s avérer être une opération intéressante pour l investisseur. Enfin par les caractéristiques mêmes de l immeuble : des bureaux ne peuvent être transformés en logements, soit parce qu ils ne le sont pas techniquement ou parce qu ils sont situés dans une zone purement tertiaire qui ne peut attirer des habitants. Face au problème crucial du logement, tout début de réponse est bon à prendre, même si il n est que très partiel. On l aura compris, la transformation de bureaux ne peut résoudre à lui seul le problème du logement mais peut y apporter une petite contribution. Effectivement, le problème de l offre de logement semble être l arbre qui cache la forêt. La vraie problématique n est-elle pas une problématique de marché liée à l inadéquation entre le coût du logement et les moyens financiers des candidats? À l achat, le prix au mètre carré est de l ordre de à Paris, contre moins de à Berlin, et les différences sont de même ordre entre les autres villes. Mais également à la location. Le loyer mensuel moyen est de 25 /m² à Paris et de 12 /m² à Bordeaux et Toulouse (contre moins de 6 à Berlin et moins de 8 dans les grandes villes de province allemandes). Mais cela serait le sujet d une autre étude.y 12 IEIF - Transformation de bureaux en logements : une ébauche de solution à la crise du logement semée d embûches

15 À PROPOS DE L IEIF L IEIF, centre de recherche indépendant, est le lieu privilégié d échanges et de réflexions pour les professionnels de l immobilier et de l investissement. Sa mission est de fournir de l information, des analyses et des prévisions, et d être un incubateur d idées pour la profession. INSTITUT DE L ÉPARGNE IMMOBILIÈRE ET FONCIÈRE 23, bd Poissonnière Paris. Tél. : / Fax :

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Dispositif d aide à l investissement locatif. Paris, le 30 décembre 2012. Contact

DOSSIER DE PRESSE. Dispositif d aide à l investissement locatif. Paris, le 30 décembre 2012. Contact DOSSIER DE PRESSE Dispositif d aide à l investissement locatif Paris, le 30 décembre 2012 Contact Service de presse du ministère de l Égalité des territoires et du Logement 72, rue de Varenne, 75007 Paris

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE La transformation de bureaux en logements : un premier bilan PAR BRIGITTE JOUSSELLIN 1 Entre 1994 et 1998, plus de 500 000 m 2 de surfaces d activités ont été transformées en logements, permettant de résorber

Plus en détail

Mi-2004, les résidences principales représentent

Mi-2004, les résidences principales représentent 5 LOGEMENT PRÉSENTATION Mi-2004, les résidences principales représentent près de 83 % des logements bourguignons et parmi elles, près des deux tiers sont des maisons individuelles. En proportion, ces dernières

Plus en détail

Placements sur longue période à fin 2011

Placements sur longue période à fin 2011 Les analyses MARS 2012 Placements sur longue période à fin 2011 Une année 2011 particulièrement favorable aux «valeurs refuges», mais la suprématie des actifs risqués reste entière sur longue période.

Plus en détail

Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C

Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C 26 août 2010 Sommaire Un constat : des plafonds de loyers parfois supérieurs aux loyers du marché Révision des

Plus en détail

Du Scellier au Duflot

Du Scellier au Duflot 12 décembre 2012 DAEJ/CAB/2012/67 Du au Duflot 1- De nombreux dispositifs d aide à l investissement locatif dans le logement neuf se sont succédés depuis 1986 Depuis 1986, six dispositifs fiscaux de soutien

Plus en détail

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS . - SITUATION DU LOGEMENT COMARAISON AVEC LA CROISSANCE DÉMOGRAHIQUE EVOLUTION DU ARC DE LOGEMENTS L analyse du parc de logements et de son évolution permet de connaître la manière dont celui-ci répond

Plus en détail

LA TRANSFORMATION DE BUREAUX EN LOGEMENTS

LA TRANSFORMATION DE BUREAUX EN LOGEMENTS LA TRANSFORMATION DE BUREAUX EN LOGEMENTS A PARIS Par : Pierre MOREL, Président de SOVEICO Membre Titulaire IFEI Antoine HINFRAY Avocat Associé de la SCP FORESTIER & HINFRAY Docteur d Etat en droit Membre

Plus en détail

Fonds de logement intermédiaire Un nouvel instrument au service de la production de logements. Paris, le 25 juillet 2014

Fonds de logement intermédiaire Un nouvel instrument au service de la production de logements. Paris, le 25 juillet 2014 Fonds de logement intermédiaire Un nouvel instrument au service de la production de logements Paris, le 25 juillet 2014 Le logement intermédiaire Le contexte Comment proposer une offre locative abordable

Plus en détail

Devenir propriétaire de son logement

Devenir propriétaire de son logement GUIDE PRATIQUE DES NOUVELLES MESURES Devenir propriétaire de son logement Photos Patrick Modé www.logement.gouv.fr www.cohesionsociale.gouv.fr www.anah.fr Accession à la propriété. Les règles ont changé.

Plus en détail

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS . - SITUATION DU LOGEMENT COMARAISON AVEC LA CROISSANCE DÉMOGRAHIQUE EVOLUTION DU ARC DE LOGEMENTS L analyse du parc de logements et de son évolution permet de connaître la manière dont celui-ci répond

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE L INVESTISSEMENT LOCATIF PRIVE EN ILE-DE- FRANCE : ESSAI D EVALUATION

NOTE DE SYNTHESE L INVESTISSEMENT LOCATIF PRIVE EN ILE-DE- FRANCE : ESSAI D EVALUATION NOTE DE SYNTHESE L INVESTISSEMENT LOCATIF PRIVE EN ILE-DE- FRANCE : ESSAI D EVALUATION Mai 2008 Hélène Fouquet ADIL 75 Etude réalisée par l ADIL 75 pour la DRE. Mieux connaître l investissement locatif

Plus en détail

Panorama du marché hôtelier parisien

Panorama du marché hôtelier parisien OFFICE DU TOURISME ET DES CONGRÈS DE PARIS, AOUT 215 1 Sommaire Introduction..... 3 1. Evolution du nombre d hôtels à Paris par catégorie depuis 199.. 4 Un besoin de chambres supplémentaires en 22...5

Plus en détail

UFFI REAM. Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers. Donnons plus de valeur au temps

UFFI REAM. Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers. Donnons plus de valeur au temps GESTION D ACTIFS IMMOBILIERS SCPI OPCI GROUPEMENTS FORESTIERS UFFI REAM Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers Donnons plus de valeur au temps UFFI REAM Historique UFFI Ream :

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements : point d avancement

Les mesures pour relancer la construction de logements : point d avancement Les mesures pour relancer la construction de logements : point d avancement Contact presse Service de presse du ministère du Logement, de l Égalité des territoires et de la Ruralité 72, rue de Varenne,

Plus en détail

Dossier n 24 L E S L OGEMENTS LOCAT I F S N E U FS?

Dossier n 24 L E S L OGEMENTS LOCAT I F S N E U FS? P É R I SSOL, BESSON, ROBIEN QUE SONT DEVENUS L E S L OGEMENTS LOCAT I F S N E U FS? 79 80 Dossier n 24 Introduction Cette partie résume une étude de l OLAP réalisée en 2010 pour la DRIHL (Direction Régionale

Plus en détail

Patrimoine Immobilier Finance Retraite

Patrimoine Immobilier Finance Retraite Patrimoine Immobilier Finance Retraite Numéro 47 Février 2013 EDITO Situation du marché immobilier d habitation L heure de vérité Le mois dernier, nous nous interrogions sur les hypothèses de croissance

Plus en détail

Guide Prêt Locatif Social (PLS)

Guide Prêt Locatif Social (PLS) Investir dans un logement destiné à la location. Qu est-ceque c est? Le prêt locatif social (PLS) s adresse à tout investisseur qui achète un logement pour le louer. Le PLS est destiné à financer des appartements

Plus en détail

INFORMATION PROFESSIONELLE UCI

INFORMATION PROFESSIONELLE UCI INFORMATION PROFESSIONELLE UCI N 50 2012 Rubrique Fiscalité Objet Le nouveau dispositif en faveur de l investissement locatif Entrée en vigueur le 1 er janvier 2013 : 31 décembre 2012 : 1/5 Le dispositif

Plus en détail

L Habitat dans le PayS d AnceniS. aidee. Se loger en Pays d Ancenis // Quel(s) habitat(s) pour quels habitants?

L Habitat dans le PayS d AnceniS. aidee. Se loger en Pays d Ancenis // Quel(s) habitat(s) pour quels habitants? L Habitat dans le PayS d AnceniS l accession aidee Se loger en Pays d Ancenis // Quel(s) habitat(s) pour quels habitants? L ACCESSION AIDÉE L accession aidée L accession sociale ou aidée concerne des ménages

Plus en détail

InvestirLoiPinel.fr vous propose des conseils pour votre investissement immobilier en Loi Pinel. Au travers d un réseau de partenaires fiables et

InvestirLoiPinel.fr vous propose des conseils pour votre investissement immobilier en Loi Pinel. Au travers d un réseau de partenaires fiables et 1 InvestirLoiPinel.fr vous propose des conseils pour votre investissement immobilier en Loi Pinel. Au travers d un réseau de partenaires fiables et reconnus, InvestirLoiPinel.fr vous met en relation avec

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE Bilan. Conjoncture & environnement financier 2013/2014 AGGLOMÉRATION LYONNAISE 30 janvier 2013 FNAIM Entreprises : 15 cabinets à votre service 1 MARCHÉ DES LOCAUX D ACTIVITÉ Présenté par : Jean-Pascal

Plus en détail

Nafilyan & Partners 9 octobre 2014

Nafilyan & Partners 9 octobre 2014 Nafilyan & Partners 9 octobre 2014 I. Actualité du marché de l immobilier Les chiffres du marché du logement neuf francilien Les lancements commerciaux en Ile-de-France au 1 er semestre 2014 : - 29% par

Plus en détail

déduction fiscale Monument historique Immeubles classés ou inscrits à l Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques (ISMH).

déduction fiscale Monument historique Immeubles classés ou inscrits à l Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques (ISMH). déduction fiscale Monument historique Immeubles classés ou inscrits à l Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques (ISMH). Réhabiliter et préserver le patrimoine architectural français. Les dépenses

Plus en détail

L INVESTISSEMENT IMMOBILIER P.L.S. SCELLIER

L INVESTISSEMENT IMMOBILIER P.L.S. SCELLIER L INVESTISSEMENT IMMOBILIER P.L.S. SCELLIER --- Le montage P.L.S. SCELLIER en immobilier résidentiel a cette particularité de cumuler plusieurs avantages financiers et fiscaux du P.L.S. et du dispositif

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 68 avenue des Guilleraies 92000 NANTERRE Téléphone : 01 55 17 00 00 Fax : 09 81 70 68 48 Mail : contact@street-office.fr DECEMBRE 2013

Plus en détail

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé 48 4 MANAGEMENT IMMOBILIER : COMMENT LES ENTREPRISES GÈRENT LEUR SIÈGE SOCIAl Par Ingrid Nappi-Choulet, professeur à l ESSEC, fondatrice et responsable de l Observatoire du management immobilier. 4.1 /

Plus en détail

Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 2010

Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 291 Février 212 Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 21 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION En 21, le parc social loge

Plus en détail

Observatoire Local des Loyers. de l agglomération toulousaine

Observatoire Local des Loyers. de l agglomération toulousaine Observatoire Local des Loyers de l agglomération toulousaine Un loyer médian de 10,40 /m² sur l agglomération toulousaine en 2014 En dehors de la localisation, trois paramètres ont une forte influence

Plus en détail

L O G E M E N T S O C I A L

L O G E M E N T S O C I A L L O G E M E N T S O C I A L OUTILS ET PUBLICS Juillet 2013 1 L HABITAT SOCIAL : UN ENJEU MAJEUR EN PAYS D AIX Une compétence obligatoire L «Equilibre social de l habitat» est l une des 4 compétences obligatoires

Plus en détail

Le marché immobilier en France

Le marché immobilier en France Le marché immobilier en France Immobilier d entreprise, logement, immobilier de loisirs Jean-Claude GINISTY Notaire à Paris Juin 2013 1 L immobilier d entreprise dans le GRAND PARIS 2 L immobilier d entreprise

Plus en détail

Dynamiques économiques et spatiales

Dynamiques économiques et spatiales [ Marchés de l immobilier de bureaux Nantes - Métropole ] Dynamiques économiques et spatiales Nantes Métropole - communauté urbaine CINA - Club immobilier Nantes Atlantique AURAN - Agence d urbanisme de

Plus en détail

Une renaissance de la loi Girardin

Une renaissance de la loi Girardin AVOCATS RECHTSANWÄLTE LAWYERS 29, RUE DU FAUBOURG SAINT-HONORÉ, 75008 PARIS EMAIL bmh@ bm ha voca ts. com TÉLÉPHONE (33)(0)1 42 66 63 19 FAX (33)(0)1 42 66 64 81 Olivier Hoebanx Associé Une renaissance

Plus en détail

Onzième rencontre des Jeudis des Villes ADUrables Comment programmer l habitat autrement, les leviers d action?

Onzième rencontre des Jeudis des Villes ADUrables Comment programmer l habitat autrement, les leviers d action? Onzième rencontre des Jeudis des Villes ADUrables Comment programmer l habitat autrement, les leviers d action? Intervention de Laurent Escobar, directeur associé, Adequation siège : Espace Eiffel 18/20,

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 482 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 Enregistré à la Présidence du Sénat le 22 mars 2012 PROPOSITION DE LOI visant à lutter contre la pratique de la vente à la découpe, PRÉSENTÉE Par MM. Joël LABBÉ,

Plus en détail

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Paris, le 15 octobre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Un marché immobilier résidentiel caractérisé par une baisse

Plus en détail

Des conditions de négociation toujours très avantageuses pour les entreprises

Des conditions de négociation toujours très avantageuses pour les entreprises Perspectives Entreprises Ile-de-France 3 e trimestre 2013 Des conditions de négociation toujours très avantageuses pour les entreprises Alors qu ils «résistaient» jusque-là, les loyers faciaux sont en

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements

Les mesures pour relancer la construction de logements Les mesures pour relancer la construction de logements Avril 2015 Le logement est devenu, pour la plupart des Français, cher et difficilement accessible. Le secteur de la construction traverse une grave

Plus en détail

Le «bail solidaire» : une alternative à l encadrement des loyers

Le «bail solidaire» : une alternative à l encadrement des loyers PROPOSITION Projet de loi Logement et Urbanisme LOCATION Le «bail solidaire» : une alternative à l encadrement des loyers loi 1989 C.C.H. Une proposition pour accroître l offre locative à loyers maîtrisés.

Plus en détail

La politique Habitat de l Eurométropole Commune de Mundolsheim 7 septembre 2015

La politique Habitat de l Eurométropole Commune de Mundolsheim 7 septembre 2015 La politique Habitat de l Eurométropole Commune de Mundolsheim 7 septembre 2015 13 février 2015 DUAH Prospective et Planification Territoriale Habitat 1 Ordre du jour I. Rappel des axes de la politique

Plus en détail

Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale. Ministre délégué au Logement et à la Ville

Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale. Ministre délégué au Logement et à la Ville Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale Ministre délégué au Logement et à la Ville Paris, le 9 novembre 2004 Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale Ministre délégué

Plus en détail

copies revues et corrigées

copies revues et corrigées Robien et Borloo, copies revues et corrigées Dans le neuf, des dispositifs toujours attrayants L ancien conventionné, plus intéressant avec travaux Le risque de suroffre demeure toujours présent L investisseur

Plus en détail

UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE

UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE CHIFFRES CLÉS DU LOGEMENT SOCIAL ÉDITION NATIONALE SEPTEMBRE 2011 UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE En 2010, les opérateurs Hlm ont également vendu 16 000 logements destinés à des accédants,

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

Le marché immobilier en France

Le marché immobilier en France Le marché immobilier en France Immobilier d entreprise, logement, immobilier de loisirs Notaires de Paris www.paris.notaires.fr Juin 2013 1 L immobilier d entreprise dans le GRAND PARIS 2 L immobilier

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE Cynthia Ligeard, Pascal Vittori et Annie Beustes Cession partielle du patrimoine locatif aidé de la SIC

CONFERENCE DE PRESSE Cynthia Ligeard, Pascal Vittori et Annie Beustes Cession partielle du patrimoine locatif aidé de la SIC INFO PRESSE Contact presse Tél. : (687) 25 81 92 Nouméa, le vendredi 5 octobre 2012 CONFERENCE DE PRESSE Cynthia Ligeard, Pascal Vittori et Annie Beustes Cession partielle du patrimoine locatif aidé de

Plus en détail

Immobilier de bureaux

Immobilier de bureaux Immobilier de bureaux Observatoire Nantais de l Immobilier Tertiaire L année en chiffres Nantes Métropole AURAN Édito 5 ans déjà! En 2009, le CINA décidait d organiser la collecte des transactions du marché

Plus en détail

Le scandale de l immobilier d entreprise dans un contexte de crise du logement

Le scandale de l immobilier d entreprise dans un contexte de crise du logement Le scandale de l immobilier d entreprise dans un contexte de crise du logement Décembre 2012 Introduction Alors que, consciente des problèmes graves de logement et d hébergement auquel est confronté notre

Plus en détail

Le marché lyonnais est en légère hausse

Le marché lyonnais est en légère hausse Le marché de l investissement en région lyonnaise Juillet 2012 Le marché de l'investissement en région lyonnaise - Juillet 2012 Le marché lyonnais est en légère hausse Grâce à deux transactions tertiaires

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville L immobilier en centre ville Photos non contractuelles FACTEURS DE RISQUES Vous investissez dans une SCPI fiscale «Déficits fonciers», permettant au porteur de parts de bénéficier du régime fiscal dit

Plus en détail

SCPI Gemmeo Commerce

SCPI Gemmeo Commerce SCPI Gemmeo Commerce L immobilier de commerce français en portefeuille Durée d investissement recommandée de 8 ans Comporte des risques en perte de capital 2 Avertissement Facteurs de risques Lorsque vous

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Evaluation du SCoT. Coût résidentiel : pouvoir d achat des. ménages pour se loger et se déplacer

Evaluation du SCoT. Coût résidentiel : pouvoir d achat des. ménages pour se loger et se déplacer Evaluation du SCoT Coût résidentiel : pouvoir d achat des ménages pour se loger et se déplacer Présentation aux partenaires et aux membres du groupe de travail de l action n 5 du PLH 24/11/2014 Contexte

Plus en détail

INFORMATION PROFESSIONNELLE UCI n 01 2013 OBJET. 1/Le plafond de loyer à appliquer afin de pouvoir bénéficier du dispositif Duflot

INFORMATION PROFESSIONNELLE UCI n 01 2013 OBJET. 1/Le plafond de loyer à appliquer afin de pouvoir bénéficier du dispositif Duflot INFORMATION PROFESSIONNELLE UCI n 01 2013 RUBRIQUE Fiscalité Décret 2012-1532 du 29 déc. 2012 NOR : ETLL1240760D Journal officiel du 30 déc. 2012 Loi de finances pour 2013 du 29 déc. 2012 NOR : EFIX1234869L

Plus en détail

ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES

ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES SYNTHESE JUILLET 2004 DATAR - AATEC / ARGUYL - 2-29/07/04 OBJECTIF ET CONTEXTE L immobilier d entreprise est un enjeu

Plus en détail

Les outils pour agir dans le domaine de l habitat

Les outils pour agir dans le domaine de l habitat 3/3 URBANISME CONSTRUCTIONS PUBLIQUES ET HABITAT CYCLE DE FORMATION 2014/2015 > A DESTINATION DES ELUS ET PERSONNELS TERRITORIAUX Les outils pour agir dans le domaine de l habitat Mai 2015 Jeudi 21 Mai

Plus en détail

Deux acteurs complémentaires s engagent pour favoriser l accès à la propriété des locataires HLM, en Ile de France

Deux acteurs complémentaires s engagent pour favoriser l accès à la propriété des locataires HLM, en Ile de France Février 2013 Dossier de presse Deux acteurs complémentaires s engagent pour favoriser l accès à la propriété des locataires HLM, en Ile de France Sommaire : Communiqué de presse Favoriser l accession à

Plus en détail

GUIDE DÉFISCALISATION IMMOBILIÈRE GUIDE DÉFISCALISATION IMMOBILIERE 2013

GUIDE DÉFISCALISATION IMMOBILIÈRE GUIDE DÉFISCALISATION IMMOBILIERE 2013 GUIDE DÉFISCALISATION IMMOBILIÈRE 2013 GUIDE DÉFISCALISATION IMMOBILIERE 2013 La loi Duflot La LOI DUFLOT est accessible aux investisseurs depuis le 1er janvier 2013. Ce dispositif de défiscalisation consiste

Plus en détail

Les marchés immobiliers

Les marchés immobiliers Éditorial de Me ROBIN Laurent Les marchés immobiliers Président de la Chambre interdépartementale des notaires des, des et des Comme chaque année, la Chambre des Notaires de PAU présente une analyse du

Plus en détail

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Communiqué de presse Paris, 15 février 2010 CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Activité commerciale 2009 très soutenue dans toutes les classes d actifs Maintien du chiffre d affaires à hauteur

Plus en détail

ATELIER PARISIEN D URBANISME. Le parc de bureaux parisien et son potentiel de transformation

ATELIER PARISIEN D URBANISME. Le parc de bureaux parisien et son potentiel de transformation ATELIER PARISIEN D URBANISME Le parc de bureaux parisien et son potentiel de transformation AVRIL 2015 Directrice de la publication : Dominique Alba Étude réalisée par : François Mohrt Sous la direction

Plus en détail

La maison individuelle, le rêve de 75% des Français.

La maison individuelle, le rêve de 75% des Français. INVESTISSEMENT LOCATIF ET DEFISCALISATION DANS LA MAISON INDIVIDUELLE La maison individuelle, le rêve de 75% des Français. C est indéniable, trois français sur quatre souhaitent vivre en maison individuelle.

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion Réf.

Plus en détail

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives CB Richard Ellis 16 septembre 2008 Contexte économique Environnement international o L économie mondiale tourne au ralenti (incertitudes financières, inflation,

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 214 Accelerating success. perspectives Entre prudence et opportunisme > Après un premier semestre actif, la demande placée de bureaux a

Plus en détail

esynthèse Études & Recherche Le marché de l Investissement en France Juillet 2007 Un premier semestre toujours très dynamique

esynthèse Études & Recherche Le marché de l Investissement en France Juillet 2007 Un premier semestre toujours très dynamique esynthèse Le marché de l Investissement en France Juillet 2007 Un premier semestre toujours très dynamique Le marché de l investissement en immobilier d entreprise en France a enregistré un volume semestriel

Plus en détail

B O O K D E P R E S E N T A T I O N : D E C O U V R I R L A R E S I D E N C E

B O O K D E P R E S E N T A T I O N : D E C O U V R I R L A R E S I D E N C E B O O K D E P R E S E N T A T I O N : D E C O U V R I R L A R E S I D E N C E D E C O U V R I R L A R E S I D E N C E : N O M B R E & T Y P O L O G I E D E S L O G E M E N T S TYPOLOGIE & SURFACES La typologie

Plus en détail

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013.

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions 7 Janvier 2014 Données Ile-de-France T4 2013 : Demande placée : 1 844 500 m² Loyer moyen de première main : 443 Loyer moyen de seconde

Plus en détail

LE MARCHE DE LA RENOVATION

LE MARCHE DE LA RENOVATION 21èmes Journées d Etudes Professionnelles de la Fédération des Promoteurs Immobiliers LE MARCHE DE LA RENOVATION 9 février 2011 Hôtel Méridien Etoile Paris 17 ème 21èmes Journées d Etudes Professionnelles

Plus en détail

SCPI URBAN PIERRE N 3

SCPI URBAN PIERRE N 3 SCPI URBAN PIERRE N 3 La note d information relative à la première augmentation de capital a reçu de l Autorité des Marchés Financiers le visa SCPI n 15-04 en date du 01/04/2015. Elle peut être obtenue

Plus en détail

Programme ESSEC Gestion de patrimoine

Programme ESSEC Gestion de patrimoine Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Les dispositifs fiscaux François Longin 1 www.longin.fr Les mesures de défiscalisation Raisons économiques sous jacentes aux

Plus en détail

Paris Centre Ouest. Le marché des bureaux 2ème trimestre 2008 Juillet 2008

Paris Centre Ouest. Le marché des bureaux 2ème trimestre 2008 Juillet 2008 Paris Centre Ouest Le marché des bureaux 2ème trimestre 2008 Juillet 2008 Chiffres clés et marché de l'investissement Le marché de Paris Centre Ouest au 1er semestre 2008 : Paris Centre Ouest dont QCA

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville La note d information de la SCPI URBAN PATRIMOINE 2 a reçu le visa de l AMF n 11-37 en date du 18/10/2011 ; elle peut être obtenue gratuitement auprès de la Société de Gestion par demande adressée à :

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville SCPI «Scellier BBC Intermédiaire*» L immobilier en centre ville Mise à jour - 31 janvier 2012 *Le dispositif fiscal «Scellier BBC Intermédiaire» offre au souscripteur une réduction d impôt en contrepartie

Plus en détail

La métropole du Grand Paris en retard sur ses concurrentes en matière de qualité de son parc de bureaux

La métropole du Grand Paris en retard sur ses concurrentes en matière de qualité de son parc de bureaux Les immeubles de Grade A dans la métropole du Grand Paris Janvier 2014 La métropole du Grand Paris en retard sur ses concurrentes en matière de qualité de son parc de bureaux Seulement 16% du parc de bureaux

Plus en détail

LA DEFISCALISATION IMMOBILIERE

LA DEFISCALISATION IMMOBILIERE ESSEC Business School Mastère Techniques Financières - 2011 COURS : GESTION DE PATRIMOINE LA DEFISCALISATION IMMOBILIERE Samuel DRUGEON Charles MOATI Karim SOYAH Introduction La crise a incité la plupart

Plus en détail

SCPI URBAN PIERRE N 3

SCPI URBAN PIERRE N 3 SCPI URBAN PIERRE N 3 La note d information relative à la première augmentation de capital a reçu de l Autorité des Marchés Financiers le visa SCPI n 15-04 en date du 01/04/2015. Elle peut être obtenue

Plus en détail

LE REGIME MINIER : HISTOIRE D UN INVESTISSEUR IMMOBILIER

LE REGIME MINIER : HISTOIRE D UN INVESTISSEUR IMMOBILIER LE REGIME MINIER : HISTOIRE D UN INVESTISSEUR IMMOBILIER I - Un régime de sécurité sociale ancien et atypique II La fermeture des mines et ses conséquences sur le régime minier III Le processus de vente

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements

Les mesures pour relancer la construction de logements Les mesures pour relancer la construction de logements Janvier 2015 Le logement est devenu, pour la plupart des Français, cher et difficilement accessible. Le secteur de la construction traverse une grave

Plus en détail

OBSERVATOIRE IMMOBILIER D ENTREPRISE

OBSERVATOIRE IMMOBILIER D ENTREPRISE Bases de données Besoin de suivre en permanence l évolution de votre marché? OBSERVATOIRE IMMOBILIER D ENTREPRISE GROUPE DE RECHERCHE SUR L'ECONOMIE DE LA CONSTRUCTION ET DE L'AMENAGEMENT L information

Plus en détail

I. POURQUOI SOUSCRIRE DES PARTS DE SCPI

I. POURQUOI SOUSCRIRE DES PARTS DE SCPI PRÉAMBULE I. POURQUOI SOUSCRIRE DES PARTS DE SCPI La société Civile de Placement Immobilier est un organisme de placement collectif qui a pour Object l acquisition et la gestion d un patrimoine immobilier

Plus en détail

INSTITUT MONÉGASQUE DE LA STATISTIQUE ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES. Observatoire de l Economie. Immobilier 2013

INSTITUT MONÉGASQUE DE LA STATISTIQUE ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES. Observatoire de l Economie. Immobilier 2013 INSTITUT MONÉGASQUE DE LA STATISTIQUE ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES Observatoire de l Economie Immobilier 213 Données 26-213 Publication 214 IMSEE janvier 214 2 Sommaire Lexique... 4 1. Généralités... 5 1.1.

Plus en détail

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 LE MARCHE DES BUREAUX EN ILE DE FRANCE Évolution annuelle de la demande placée 2 200 000 m 2 placés en 2005, soit une progression

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

L ADIL Vous Informe. Le prêt relais

L ADIL Vous Informe. Le prêt relais ADIL des Hauts de Seine L ADIL Vous Informe Le prêt relais Sur un marché immobilier qui tend à se réguler, faire coïncider la date de vente avec celle de l achat d un bien devient difficile. De nombreux

Plus en détail

LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON

LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON Un vent d optimisme nouveau commence à souffler sur le marché francilien de la location de bureaux. Le volume des transactions s est

Plus en détail

Présentation du Prêt à Taux Zéro (PTZ) 2016

Présentation du Prêt à Taux Zéro (PTZ) 2016 Présentation du Prêt à Taux Zéro (PTZ) 2016 Historique Le prêt à taux zéro renforcé, PTZ+, était entré en vigueur le 1 er janvier 2011. Il visait à favoriser l accession à la propriété. Réservé aux primo-accédants,

Plus en détail

INVESTIR EN LOI SCELLIER Marc a su profiter des avantages de la loi Scellier, et vous? Retrouvez-le en vidéo sur la page de VINCI Immobilier!

INVESTIR EN LOI SCELLIER Marc a su profiter des avantages de la loi Scellier, et vous? Retrouvez-le en vidéo sur la page de VINCI Immobilier! TABLEAU COMPARATIF DES DIFFÉRENTS DISPOSITIFS DE LA LOI SCELLIER Le tableau ci-dessous présente toutes les différences et les avantages des régimes de défiscalisation immobilière : loi Scellier BBC ou

Plus en détail

RAPPORT D ETUDE HABITAT. Obore er su 12/08. en collaboration avec l Observatoire de l Habitat du Haut-Rhin

RAPPORT D ETUDE HABITAT. Obore er su 12/08. en collaboration avec l Observatoire de l Habitat du Haut-Rhin HABITAT Obore er su RAPPORT D ETUDE 12/08 en collaboration avec l Observatoire de l Habitat du Haut-Rhin Loyers de mise en location dans le parc privé de la région Mulhousienne en 2008 Ce document constitue

Plus en détail

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 En 1998, avec un chiffre d affaires proche de 109 milliards de francs, selon les estimations du ministère de l Équipement, des Transports

Plus en détail

Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE. L immobilier de commerce français en portefeuille.

Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE. L immobilier de commerce français en portefeuille. Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE L immobilier de commerce français en portefeuille. AVERTISSEMENT Facteurs de risques Avant d investir dans une société civile de placement immobilier (ci-après,

Plus en détail

SCPI Scellier. Renovalor 2

SCPI Scellier. Renovalor 2 Renovalor 1 Historique INTER GESTION, société de gestion de SCI et de SCPI gère depuis plus de 20 ans les SCPI Malraux PIERRE INVESTISSEMENT 1, 2, 3, 4, 5 et 6. Forte de son expérience en opération de

Plus en détail

Le marché des bureaux 3ème trimestre 2008 Octobre 2008. Nanterre

Le marché des bureaux 3ème trimestre 2008 Octobre 2008. Nanterre Le marché des bureaux 3ème trimestre 28 Octobre 28 1 Nanterre Chiffres clés Le marché de Péri-Défense au 3ème trimestre 28 : Nanterre - Un niveau de demande placée boosté par une transaction clé en main

Plus en détail

L IMPACT DES NOUVELLES MESURES EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT LOCATIF

L IMPACT DES NOUVELLES MESURES EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT LOCATIF L IMPACT DES NOUVELLES MESURES EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT LOCATIF Dès que les mesures destinées à encourager l investissement locatif seront arrêtées, les ADIL devront contribuer à les faire connaître.

Plus en détail

Guide de l investissement locatif en loi Pinel

Guide de l investissement locatif en loi Pinel Guide de l investissement locatif en loi Pinel Investir dans l immobilier grâce à la loi Pinel Les solutions actuellement à votre disposition sont multiples (placements boursiers, immobilier, actions,

Plus en détail

«PÉRISSOl, BESSON, ROBIEN...

«PÉRISSOl, BESSON, ROBIEN... 11 2010 R EPÈRES CONSTRUIRE «PÉRISSOl, BESSON, ROBIEN... Que sont devenus les logements locatifs neufs?» UNE EXPLOITATION CONJOINTE DE FILOCOM ET DE LA BASE DE LOYERS DE L OLAP AUTEURS GENEVIÈVE PRANDI,

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail