M A D A M E Z. C R E T E N E T, D I R E C T R I C E D E S S O I N S H A D S O I N S E T S A N T É M A D A M E I

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "M A D A M E Z. C R E T E N E T, D I R E C T R I C E D E S S O I N S H A D S O I N S E T S A N T É M A D A M E I"

Transcription

1 LE CHEMIN CLINIQUE 1 M A D A M E Z. C R E T E N E T, D I R E C T R I C E D E S S O I N S H A D S O I N S E T S A N T É M A D A M E I. I M B E R T, C A D R E D E S A N T É H A D S A N T É A D O M I C I L E

2 Définition Le chemin clinique constitue la planification d un parcours-type pour un groupe de patients défini, porteurs de la même pathologie. 2 Il articule les problèmes de santé habituels de ce groupe et les résultats escomptés en fonction d une durée de séjour définie et met en parallèle les actions de l ensemble des professionnels face à ces problèmes. Il formalise les résultats escomptés pour chaque problème identifié, dans le cadre de la durée de séjour définie. Les résultats mesurés sont les résultats finaux que les patients doivent obligatoirement atteindre sans lesquels leur sortie du service ne pourra pas être envisagée.

3 Définition Objectifs : 3 Centré autour du patient, le chemin clinique a pour but de décrire, pour une pathologie donnée, tous les éléments du processus de prise en charge en suivant le parcours du patient au sein de l institution. C est une méthode faisant appel à l analyse des processus, la planification des soins, l élaboration de procédure de soins et protocoles thérapeutiques.

4 Bénéfices La simplification des prises en charge pour les professionnels ; 4 L amélioration de l efficacité des soins ; La clarification et la simplification de l information donnée aux patients L optimisation des ressources humaines et matérielles.

5 Qu est ce que le chemin clinique? L élaboration du chemin clinique nécessite de : 5 Définir à priori, pour une pathologie, les différentes étapes de la prise en charge Identifier, pour chacune des étapes, les recommandations professionnelles, le cadre réglementaire et la documentation qualité élaborée au niveau de chaque établissement ; Décrire la planification de l ensemble des soins, traitements, examens complémentaires, consultations, surveillance, actions de prévention, information et éducation du patient ; Définir les résultats attendus à la fin de chaque séquence de soins (journée de soin, une consultation, une période de prise charge).

6 Cas concrets: méthodologies de départ selon les HAD 6 Alsace : Pathologie donnée HAS : PEC des lésions mammaires Rhône Alpes : mode de prise en charge

7 Cas concret : Alsace 7 Pathologie: -Signes et symptômes de la maladie Situation de dépendance Complications potentielles: liées à la pathologie, aux effets secondaires du traitements Réactions humaines physiologiques et psychologiques Environnemental: Patient/famille Prise en charge: - Ulcères - Dépendance Risques hypothétiques ou potentiels: -risques liés à la plaie (douleur, infectieux, hémorragique,...) -Risques liés à la dépendance: syndrome d immobilité (respiratoire, digestif,... -Risques liés aux traitements locaux (allergie, altération de la peau péri-lésionnelle,..) -Risques liés aux traitements généraux -Risques... Risques: -perturbation de l image de soi -Insomnie -aggravation de l autonomie Risques liés à l environnement: -risques infectieux liés à l environnement Risques liés à l entourage: -Perturbation de la dynamique familiale -non observance du traitement

8 Cas concret : Alsace Cibles Données Prescription médicale Rôle propre infirmier Rôle sur PM 8 Résultat attendus Ulcère fibrineux Descriptif plaie : Enduit jaunâtre, filamenteux. Plaie hyper exsudative. Localisation : Face interne de la jambe, sus malléolaire interne et/ou externe, plaie circulaire de taille variable. Descriptif peau périlésionnelle : inflammation, dermite, macération, eczéma. PM: écho doppler PM: kiné: mobilisation de la cheville PM: compression veineuse Rôle propre IDE : - mise en place d'un protocole de PEC de plaie d'ulcère au stade fibrineux. (Cf. protocole de l'établissement) Ablation de la fibrine Passage à un stade de bourgeonnement Bon état de la peau périlésionnelle Eviter l'ankylose et la stase veineuse Prise en charge de la dépendance Patient non autonome pour les actes de la vie quotidienne (AVQ) - toilette, habillage - locomotion, transferts - continence - alimentation PM de kinésithérapie en fonction du projet thérapeutique du patient - mobilisation passive - aide aux transferts - aide/rééducation à la marche Rôle propre IDE : - Evaluation des besoins fondamentaux et mise en place d'aides pour les actes de la vie quotidienne, en fonction des résultats. - Evaluation des besoins en matériel médical et mise en place de matériel adapté (lit, matelas, déambulateur, coussin anti escarre...) Préserver et éviter toute aggravation de l'état général du patient

9 Cas concret : Alsace 9 Cibles Données Prescription médicale Rôle propre infirmier Rôle sur PM Résultat attendus Risque d'infection /Infection Signes locaux : -Plaies malodorantes, aspect, couleur, douleur, Signes généraux: -Température - PM : prélèvement bactériologique au niveau de la plaie afin d'identifier le germe pour cibler une antibiothérapie - PM d'antibiotiques adaptés si nécessaire - PM d'une radiographie Rôle propre IDE : - Surveillance de l'aspect de la plaie - Surveillance clinique du patient (température) - Evaluation et éducation de l'hygiène du patient - Appel MT en cas de signes d'infection Rôle sur PM : - prélèvement bactériologique au niveau de la plaie. - Technique de prélèvement : se fait après détersion sur tissu sain, au fond de la plaie, par cadran Diagnostiquer une ostéite le cas échéant Risque hémorragique / hémorragie Saignement extériorisé brutal et impressionnant provenant souvent du fond de la plaie PM : bilan sanguin (INR, plaquettes, hémoglobine, Fer) PM transfusion PM traitement martial Si traitement anticoagulant: réadaptation du traitement en cours Rôle propre IDE : - Adaptation des dispositifs médicaux (Alginate) - Compression manuelle, surélever le membre. - Surveillance de l'état hémodynamique - Hémoglobine capillaire - Vérification d'une éventuelle automédication du patient et donner des conseils adaptés Arrêt de l'hémorragie

10 Cas concret : HAS PEC lésions mammaires : journée pré-opératoire 10 Objectifs cliniques: préparation de la patiente pour l intervention Confort psychique de la patiente Objectifs du patient: Information de la patiente Compréhension du projet thérapeutique Prise en compte de l anxiété

11 Cas concret : HAS PEC lésions mammaires : journée pré-opératoire 11 Consultation Cibles Visite de pré-anesthésie Actes Examens complémentaires Traitements médicamenteux Soins Surveillance Alimentation Activité RAI, autres selon PM Traitement personnel + selon PM Douche, épilation Constantes : TA, pouls, température Evaluation de l anxiété A jeun à partir de 0h Normale Entretien d accueil avec la patiente Recueil d information Education / information Résultats attendus patient Vérification du dossier Recueil des résultats biologiques et examens réalisés S assurer de la bonne compréhension du projet chirurgical patiente préparée pour l intervention chirurgicale

12 Cas concret: Région Rhône-Alpes Pansement complexe : 12 Démarche clinique: - recueil de données Plan de soins: -Typologie de pansement -Autonomie -Cibles, données,... -Complications potentielles -Réactions humaines -Besoin en RH -Besoin en matériel Traçabilité: -Diagramme de soins -Transmissions ciblées

13 Cas concret: Région Rhône-Alpes 13 Typologie de pansement Autonomie: AVQ, IK Données Prescription médicale Intervention IDE Intervention Kiné Autre intervenant Matériel VAC IK: 90 Patient valide Description plaie Localisation Description peau péri-lésionnelle Nombre de réfections par semaine Surveillance de la plaie Rôle sur PM: réfection pansement et surveillance plaie Rôle propre: Surveillance des complications et paramètres Diététicienne Prestataire pour location de l appareil IK: Patient semi valide Description plaie Localisation Description peau péri-lésionnelle Même surveillance avec aide à la toilette PM: mobilisation du membre travail passif/actif aideménagère Diététicienne Prestataire: - lit médicalisé -VAC -fauteuil roulant -...

14 Cas concret: Région Rhône-Alpes 14 Typologie de pansement Autonomie: AVQ, IK Données: Prescription médicale Intervention IDE Intervention Kiné Autre intervenant Matériel VAC IK: Patient non valide Description plaie Localisation Description peau péri-lésionnelle Nombre de réfections par semaine Surveillance de la plaie Rôle sur PM: -réfection pansement -surveillance et évaluation de l évolution de la plaie Rôle propre: -Surveillance des complications / risques et paramètres -Surveillance des effets secondaires des traitements -Soins de nursing avec +/_ 2 soignants -Soins de confort NOMBRE DE PASSAGES / J PM: mobilisation du membre travail passif/actif NOMBRE PASSAGES PAR SEMAINE aide ménagère NOMBRE D HEURE PAR JOUR Diététicienne Prestataire: - lit médicalisé -VAC -fauteuil roulant -matelas air -lève malade -fauteuil coquille...

15 En conclusion 15 L intérêt de réaliser un chemin clinique à travers la performance, l efficience et l efficacité c est : Identifier les étapes clés des processus de prise en charge Redéfinir les rôles des différents intervenants Déterminer les résultats attendus des différentes composantes de la prise en charge Coordonner les activités des différents professionnels intervenants dans la prise en charge Réduire la variabilité des durées de séjour et des modalités de prise en charge Eviter les répétitions inutiles et les oublis Disposer d outils de communication avec le patient.

16 En conclusion 16 L intérêt de réaliser un chemin clinique à travers la performance, l efficience et l efficacité c est : Optimiser l utilisation des ressources Diminuer les risques d erreurs Alléger la charge des professionnels en l utilisant comme fiche de recueil des données du dossier du patient pour cette prise en charge Le chemin clinique permet d avoir une vision globale de la PEC des patients

17 17 Merci de votre attention

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans SITUATION 10 Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans Centre hospitalier universitaire d Angers, service de maladies infectieuses Objectifs institutionnels Uniformiser

Plus en détail

PEC DES PLAIES EN EHPAD

PEC DES PLAIES EN EHPAD PEC DES PLAIES EN EHPAD Dr Géraldine Martin-Gaujard HOSPICES CIVILS DE LYON HEH GENERALITES Plaies aiguës traumatiques Plaies chroniques: Escarres et ulcères Pour les escarres: Prévalence : 9% stable depuis

Plus en détail

QUEL PANSEMENT POUR QUELLE PLAIE?

QUEL PANSEMENT POUR QUELLE PLAIE? QUEL PANSEMENT POUR QUELLE PLAIE? JOURNEE CLIN NOV.2011 CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 DE QUOI DOIT-ON TENIR COMPTE pour une prise en soin de qualité d un patient en EHPAD? PERSONNE ÂGEE PANSEMENT EHPAD

Plus en détail

FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE

FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE INTITULE Intitulé du service, de l unité : EHPAD Marcel Jacquelinet Pôle : Personnes âgées Adresse postale :65 route de Dijon 21604 LONGVIC

Plus en détail

LAPRESCRIPTION INFIRMIERE. I. Fromantin, IDE PhD Unité Plaies et Cicatrisation

LAPRESCRIPTION INFIRMIERE. I. Fromantin, IDE PhD Unité Plaies et Cicatrisation LAPRESCRIPTION INFIRMIERE I. Fromantin, IDE PhD Unité Plaies et Cicatrisation 1 Aucun conflit d interêt Institut Curie - nom de l'émetteur - Titre de la présentation 2 INTRODUCTION Une profession qui évolue:

Plus en détail

Stage Étudiants infirmiers

Stage Étudiants infirmiers Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : ü La définition du métier «Infirmier» ü Les référentiels de formation, d activités et de compétences infirmiers 2009 ü Le portfolio de l étudiant Version

Plus en détail

PATIENTS PORTEURS DE FIXATEURS EXTERNES. Soins infirmiers

PATIENTS PORTEURS DE FIXATEURS EXTERNES. Soins infirmiers PATIENTS PORTEURS DE FIXATEURS EXTERNES Soins infirmiers COMPETENCE 4 Mettre en œuvre des actions à visée diagnostics et thérapeutiques Introduction Traitement en traumatologie majoritairement Quelques

Plus en détail

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées BON USAGE DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées Les systèmes de traitement des plaies par pression négative (TPN) sont des

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

EVALUATION INTERMEDIAIRE EN STAGE Compétences, Actes, activités et techniques de soins

EVALUATION INTERMEDIAIRE EN STAGE Compétences, Actes, activités et techniques de soins Support d évaluation intermédiaire en stage EVALUATION INTERMEDIAIRE EN STAGE Compétences, Actes, activités et techniques de soins NOM DE L ETUDIANT : PRENOM : I.F.S.I. : LIEU DE STAGE : TYPE DE STAGE

Plus en détail

HAD ET RESEAUX DE SOINS Béatrice JAUD, Coordinatrice des Soins

HAD ET RESEAUX DE SOINS Béatrice JAUD, Coordinatrice des Soins Béatrice JAUD, Coordinatrice des Soins 31 mai 2013 HAD Nantes & région mai 2013-BJAUD 2 n SOMMAIRE: - LE DISPOSITIF REGLEMENTAIRE - HOPITAL A DOMICILE: Présentation Objectif Les conditions d admission

Plus en détail

DEMANDE D ADMISSION EN HOSPITALISATION À DOMICILE

DEMANDE D ADMISSION EN HOSPITALISATION À DOMICILE DEMANDE D ADMISSION EN HOSPITALISATION À DOMICILE Date : / / Standard 24h/24 et 7j/7 : 0596 50 29 79 et/ou administrateur de garde : 0696 26 10 37 / 0696 33 60 11 DOCUMENTS À ENVOYER par email à pc-global@hadmartiniqueles3s.fr

Plus en détail

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence :

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : La définition du métier «Infirmier» Les référentiels de formation, d activités et de compétences infirmiers 2009 Le portfolio de l étudiant Version 1,

Plus en détail

3. Critères médicaux d admission et de maintien en HAD :

3. Critères médicaux d admission et de maintien en HAD : DEFINITION DE CRITERES MEDICAUX ET SOCIAUX D ADMISSION ET DE MAINTIEN EN HAD (Document réalisé initialement en décembre 2004) 1. Champ d activité des HAD, définition : La définition de ce que doit être

Plus en détail

Installer en position de sécurité en lien avec la situation et l état du patient

Installer en position de sécurité en lien avec la situation et l état du patient RÉFÉRENTIEL COMPÉTENCES AMBULANCIERS COMPÉTENCES SAVOIR-FAIRE 1. Assurer les gestes d urgences adaptés à l état du patient Protéger le patient face à son environnement, Installer en position de sécurité

Plus en détail

GRILLE D AUTO EVALUATION DES SOINS LES PLUS FREQUENTS DANS LE SERVICE DE MDI

GRILLE D AUTO EVALUATION DES SOINS LES PLUS FREQUENTS DANS LE SERVICE DE MDI GRILLE D AUTO EVALUATION DES SOINS LES PLUS FREQUENTS DANS LE SERVICE DE MDI SAVOIR FAIRE SOINS DE BASE toilette au lit Partielle/Totale aide à la toilette lavabo /douche Partielle/Totale refection de

Plus en détail

L Hospitalisation à domicile

L Hospitalisation à domicile L Hospitalisation à domicile Centre Hospitalier B.P. 70348 22303 LANNION Cedex 02.96.05.70.15 S O M M A I R E Où SE SITUE L HAD? p 2 QU EST-CE QUE L HAD? p 4 QUEL LIEU D INTERVENTION? p 4 QUE DOIT-ON

Plus en détail

Diplôme professionnel aide-soignant Référentiel d activités

Diplôme professionnel aide-soignant Référentiel d activités Annexe IV à l arrêté du 25 janvier 2005 relatif aux modalités d organisation de la validation des acquis de l expérience pour l obtention du diplôme professionnel d aide-soignant Diplôme professionnel

Plus en détail

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS Page 1 sur 6 Contexte La dispensation du Médicament est définie dans le Code la Santé Publique (art. R 4235-48 CSP) comme l acte pharmaceutique associant à la délivrance du médicament : analyse pharmaceutique

Plus en détail

Complications de l immobilité et du décubitus : prévention et prise en charge.

Complications de l immobilité et du décubitus : prévention et prise en charge. Complications de l immobilité et du décubitus : prévention et prise en charge. 1- Risque de thrombose veineuse 2- Risque d encombrement bronchique 3- Risque de constipation 4- Risque d escarre 5- Risque

Plus en détail

SURVEILLANCE DES PLATRES

SURVEILLANCE DES PLATRES SURVEILLANCE DES PLATRES 1 DEFINITION Système de tissu durcissable servant à assurer la contention et l immobilisation d un membre afin de répondre à un traumatisme en cas de lésion tendineuse ou de fracture

Plus en détail

Les soins palliatifs et d accompagnement. Mise en œuvre dans l établissement

Les soins palliatifs et d accompagnement. Mise en œuvre dans l établissement Mise en œuvre dans l établissement Une obligation légale La loi n 99-477 du 9 juin 1999 garantit, dans son premier article, le droit d accès aux soins palliatifs «Toute personne malade, dont l état le

Plus en détail

Coordination des parcours de santé personnalisés et fluides: lien ville-hôpital-ville. 28 mars 2015

Coordination des parcours de santé personnalisés et fluides: lien ville-hôpital-ville. 28 mars 2015 Coordination des parcours de santé personnalisés et fluides: lien ville-hôpital-ville 28 mars 2015 Comité de pilotage: CONDUITE DU PROJET Mme J.BORIE, présidente du conseil d administration, ISC Dr F.BLANC-LEGIER,

Plus en détail

LIVRET «ACCUEIL ET RESSOURCES» DU TERRAIN DE STAGE DE

LIVRET «ACCUEIL ET RESSOURCES» DU TERRAIN DE STAGE DE LIVRET «ACCUEIL ET RESSOURCES» DU TERRAIN DE STAGE DE L HOPITAL DE PEDIATRIE ET DE REEDUCATION DE BULLION ------------------------------ PAVILLON GUÉRIN Unités Andes et Alpes ------------------------------

Plus en détail

Plaies et cancer. Dr Isabelle Jaffré. Isabelle Fromentin. Chirurgien Centre René Gauducheau. IDE expert Institut Curie

Plaies et cancer. Dr Isabelle Jaffré. Isabelle Fromentin. Chirurgien Centre René Gauducheau. IDE expert Institut Curie Plaies et cancer Dr Isabelle Jaffré Chirurgien Centre René Gauducheau Isabelle Fromentin IDE expert Institut Curie Plaies tumorales Plaies induites par les traitements Radiodermite, radionécrose, post

Plus en détail

L Hospitalisation domicile

L Hospitalisation domicile L Hospitalisation domicile à S O M M A I R E Où SE SITUE L HAD? p 2 QU EST-CE QUE L HAD? p 4 QUEL LIEU D INTERVENTION? p 4 QUE DOIT-ON SAVOIR SUR L HAD DE LANNION? p 5 QUI EST CONCERNé par l HAD? p 6

Plus en détail

LIVRET D'ACCUEIL. ETUDIANTS EN SOINS INFIRMIERS Référentiel de formation du 31 juillet 2009 RESSOURCES DU TERRAIN DE STAGE

LIVRET D'ACCUEIL. ETUDIANTS EN SOINS INFIRMIERS Référentiel de formation du 31 juillet 2009 RESSOURCES DU TERRAIN DE STAGE LIVRET D'ACCUEIL ETUDIANTS EN SOINS INFIRMIERS Référentiel de formation du 31 juillet 2009 RESSOURCES DU TERRAIN DE STAGE Pôle : GERIATRIQUE Unité de soins : SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE (SSIAD)

Plus en détail

EXERCICE INFIRMIER SELON LE DÉCRET N 2002-194 DU 11 FEVRIER 2002 RELATIF AUX ACTES PROFESSIONNELS ET A L EXERCICE DE LA PROFESSION D INFIRMIER

EXERCICE INFIRMIER SELON LE DÉCRET N 2002-194 DU 11 FEVRIER 2002 RELATIF AUX ACTES PROFESSIONNELS ET A L EXERCICE DE LA PROFESSION D INFIRMIER EXERCICE INFIRMIER SELON LE DÉCRET N 2002-194 DU 11 FEVRIER 2002 RELATIF AUX ACTES PROFESSIONNELS ET A L EXERCICE DE LA PROFESSION D INFIRMIER DSCSI- SY/GL/MB 1 I INTRODUCTION I 1 HISTOIRE Loi de 1978,

Plus en détail

Atelier de retour d expérience n 6. La coordination inter structures au quotidien

Atelier de retour d expérience n 6. La coordination inter structures au quotidien Atelier de retour d expérience n 6 La coordination inter structures au quotidien Retour d expérience d AURAL Hospitalisation ti à domicile il Yolande MAHR Cadre de santé coordonnateur Atelier de Retours

Plus en détail

Etablissement d Hébergement de Personnes Agées Dépendantes Laurent ANTOINE AGDE

Etablissement d Hébergement de Personnes Agées Dépendantes Laurent ANTOINE AGDE Etablissement d Hébergement de Personnes Agées Dépendantes Laurent ANTOINE AGDE Dossier de Pré-admission Dossier Administratif À remplir par le futur résident, son représentant, ou les services sociaux

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL DE L HÔPITAL DE SEMAINE CHIRURGIE

LIVRET D ACCUEIL DE L HÔPITAL DE SEMAINE CHIRURGIE LIVRET D ACCUEIL DE L HÔPITAL DE SEMAINE CHIRURGIE PRÉSENTATION HÔPITAL SAINT JOSEPH Le personnel de l Hôpital Saint Joseph est heureux de vous accueillir et de participer à votre formation. Établissement

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE II

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE II ANNEXE II DIPLÔME D ÉTAT D INFIRMIER RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Protocole Contention

Protocole Contention Hôpital Local Intercommunal Soultz-Issenheim N : S.PT.S.043.1 Protocole Contention SERVICES DESTINATAIRES CLASSEUR 2 : CLASSEUR 3 : CLASSEUR 4 : CLASSEUR 6 : CLASSEUR 7 : SERVICE DE SOINS INFIRMIERS QUALITE

Plus en détail

Les remontées du terrain. Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE

Les remontées du terrain. Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE Les remontées du terrain Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE Les programmes d Evaluation des Pratiques Professionnelles Pertinence des hospitalisations en HDT HO *Formalisation de certificats

Plus en détail

SOUTIEN et MAINTIEN à DOMICILE AM DUROCHER

SOUTIEN et MAINTIEN à DOMICILE AM DUROCHER SOUTIEN et MAINTIEN à DOMICILE AM DUROCHER DEFINITION Démarche dynamique permettant à la personne âgée de continuer à mener la vie qu elle souhaite grâce à des aides. Le soutien à domicile l analyse de

Plus en détail

PRÉSENTATION DU GROUPE DE TRAVAIL PLAIES ET CICATRISATIONS. Véronique Allain Laure Desgranges Carole Palene Clémence Guérin Gaëlle Watier

PRÉSENTATION DU GROUPE DE TRAVAIL PLAIES ET CICATRISATIONS. Véronique Allain Laure Desgranges Carole Palene Clémence Guérin Gaëlle Watier PRÉSENTATION DU GROUPE DE TRAVAIL PLAIES ET CICATRISATIONS Véronique Allain Laure Desgranges Carole Palene Clémence Guérin Gaëlle Watier Former le personnel paramédical Uniformiser les pratiques Permettre

Plus en détail

TECHNIQUES DE SOINS SUR LE PATIENT DIABÉTIQUE PORTEUR D UNE PLAIE

TECHNIQUES DE SOINS SUR LE PATIENT DIABÉTIQUE PORTEUR D UNE PLAIE TECHNIQUES DE SOINS SUR LE PATIENT DIABÉTIQUE PORTEUR D UNE PLAIE Catherine MASSERON Service de Dermatologie du Pr Taïeb-Dr Labrèze CHU- BORDEAUX PRISE EN CHARGE DES PLAIES CHEZ LE DIABETIQUE Catherine

Plus en détail

HAD et Soins Palliatifs en EHPAD Contraintes réglementaires et situations possibles de collaboration

HAD et Soins Palliatifs en EHPAD Contraintes réglementaires et situations possibles de collaboration HAD et Soins Palliatifs en EHPAD Contraintes réglementaires et situations possibles de collaboration Dr Joséphine Loteteka Dr Tatiana Garcia HAD Santé Service Corpalif 93, 23 mars 2010 Sommaire Le cadre

Plus en détail

Prise en charge du patient en chimiothérapie au sein d un service de chirurgie ORL CHENEVIER J. et LOPEZ M., IDE en chirurgie ORL au Centre

Prise en charge du patient en chimiothérapie au sein d un service de chirurgie ORL CHENEVIER J. et LOPEZ M., IDE en chirurgie ORL au Centre Prise en charge du patient en chimiothérapie au sein d un service de chirurgie ORL CHENEVIER J. et LOPEZ M., IDE en chirurgie ORL au Centre hospitalier Lyon-Sud. Service du Pr P. CERUSE 1 Introduction

Plus en détail

LA CONTENTION PHYSIQUE PASSIVE DE LA PERSONNE ÂGÉ - CPPA - Cours DIU de gérontologie : le 17/11/11

LA CONTENTION PHYSIQUE PASSIVE DE LA PERSONNE ÂGÉ - CPPA - Cours DIU de gérontologie : le 17/11/11 LA CONTENTION PHYSIQUE PASSIVE DE LA PERSONNE ÂGÉ - CPPA - Cours DIU de gérontologie : le 17/11/11 PLAN DE L INTERVENTION Définition d une CPP Moyens de contention Les risques Problèmes éthiques et juridiques

Plus en détail

Maîtrise des risques de soins par approche processus en Service de Chirurgie Ambulatoire

Maîtrise des risques de soins par approche processus en Service de Chirurgie Ambulatoire Maîtrise des risques de soins par approche processus en Service de Chirurgie Ambulatoire Pas à pas, en avant, marchons vers l objectif! Vincent BOUDERLIQUE PARIS 06-11-2012 A LA UNE METHODES et OUTILS

Plus en détail

Module Transversal 4 Déficience, Incapacité, Handicap

Module Transversal 4 Déficience, Incapacité, Handicap Module Transversal 4 Déficience, Incapacité, Handicap Fédération de Médecine Physique et de Réadaptation, CHU Montpellier-Nîmes, Sous la direction des Professeurs Christian Hérisson et Isabelle Laffont

Plus en détail

Diplôme professionnel d aide-soignant. Guide d évaluation par candidat

Diplôme professionnel d aide-soignant. Guide d évaluation par candidat Diplôme professionnel d aide-soignant Guide d évaluation par candidat Prénom et nom du candidat (ou identification du candidat) : Date : Dossier n Page 1 / 23 Evaluation de l unité de compétence 1 du DPAS

Plus en détail

PARCOURS DE SOIN CLASSIQUE D UN PATIENT OPERE DU CŒUR :

PARCOURS DE SOIN CLASSIQUE D UN PATIENT OPERE DU CŒUR : PARCOURS DE SOIN CLASSIQUE D UN PATIENT OPERE DU CŒUR : a. Consultation avec le Chirurgien Cardiaque Elle s effectue au centre de consultation de cardiologie médico-chirurgicale (bat H ou G). Cette consultation

Plus en détail

Hospitalisation à domicile et prise en charge en oncologie

Hospitalisation à domicile et prise en charge en oncologie Hospitalisation à domicile et prise en charge en oncologie Quelques chiffres sur la France (FNEHAD) Prise en charge pour 2014 *105.000 patients en HAD/66 millions d habitants *4.4 millions de journées

Plus en détail

Caroline GILBERT Infirmière. Le 19 Novembre 2008

Caroline GILBERT Infirmière. Le 19 Novembre 2008 Caroline GILBERT Infirmière Le 19 Novembre 2008 C Gilbert - le 19 Novembre 2008 C Gilbert - le 19 Novembre 2008 DEFINITION C Gilbert - le 19 Novembre 2008 Un malade grabataire est incapable de façon temporaire

Plus en détail

Présentation de l outil. En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles

Présentation de l outil. En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles Présentation de l outil En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles Constats La dépression est très fréquente chez la personne âgée, mais négligée, méconnue

Plus en détail

Languedoc-Roussillon

Languedoc-Roussillon Languedoc-Roussillon Protocole de coopération (délégation d acte médical à un paramédical) dans un projet de Télémédecine Projets CICAT & TELAP «Suivi des plaies» Présentation réalisée par Dr L. Teot CHU

Plus en détail

Partie 2 : Voies Veineuses Centrales - Relation ville-hôpital

Partie 2 : Voies Veineuses Centrales - Relation ville-hôpital Partie 2 : Voies Veineuses Centrales - Relation ville-hôpital Manon Gandolfo - IDE HAD Nice Cédric Lefranc Directeur Coordination de soins STUDIO SANTE 83 Circuit du patient La voie veineuse centrale est

Plus en détail

EXAMENS RADIOLOGIQUES

EXAMENS RADIOLOGIQUES Fixe : Uro.Nephro EXAMENS RADIOLOGIQUES La cystographie : o Examen permettant de visualiser la vessie au moyen d injection d un produit radio opaque soit : Par voie basse : cystographie rétrograde Par

Plus en détail

DOSSIER UNIQUE D ADMISSION EN UNITE DE SOINS PALLIATIFS

DOSSIER UNIQUE D ADMISSION EN UNITE DE SOINS PALLIATIFS DOSSIER UNIQUE D ADMISSION EN UNITE DE SOINS PALLIATIFS Date de la demande : Date d entrée souhaitée : DEMANDEUR Centre hospitalier : Service :. Médecin demandeur : : Fax : Assistante sociale : : Fax :

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

prise en charge paramédicale dans une unité de soins

prise en charge paramédicale dans une unité de soins Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : prise en

Plus en détail

Quel rôle pour l infirmière à domicile dans la prise en charge du patient suite à une chirurgie ambulatoire? UDCF le 11 octobre 2014

Quel rôle pour l infirmière à domicile dans la prise en charge du patient suite à une chirurgie ambulatoire? UDCF le 11 octobre 2014 Quel rôle pour l infirmière à domicile dans la prise en charge du patient suite à une chirurgie ambulatoire? UDCF le 11 octobre 2014 Florence Ambrosino Infirmière de pratique avancée en coordination de

Plus en détail

Réunions interprofessionnelles de coordination sur les dossiers complexes

Réunions interprofessionnelles de coordination sur les dossiers complexes Réunions interprofessionnelles de coordination sur les dossiers complexes La MSJB sur un territoire urbain et rural Communauté de communes 90 000 habitants : Cholet 55000 habitants 13 communes périphériques:

Plus en détail

Prévention des escarres

Prévention des escarres Prévention des escarres MOBILISATION ET POSITIONNEMENT Historique 1848 : Robert Graves Ecrivait qu il était possible de prévenir les escarres par une mobilisation régulière. 1961 : Kosiak Etude sur les

Plus en détail

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor Semestre automne printemps Répétition Lieu de période de formation pratique Institution : Nom de l'étudiant-e : Service : Promotion : Site de formation : Période du / au : PFP 3 PFP 4 ÉVALUATION DES COMPÉTENCES

Plus en détail

HYGIENE BUCCO-DENTAIRE EN EHPAD

HYGIENE BUCCO-DENTAIRE EN EHPAD HYGIENE BUCCO-DENTAIRE EN EHPAD Définition : On entend par hygiène bucco-dentaire, la toilette de la bouche et des dents/ou dentiers hors soins médicamenteux. Elle relève du rôle propre infirmier pouvant

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT Fiche descriptive d un programme d éducation thérapeutique à l auto-sondage intermittent Thème du programme: l amélioration et la conservation de son

Plus en détail

Dossier d'inscription

Dossier d'inscription Dossier d'inscription en établissement d'hébergement pour personnes âgées d'alsace 1 Nom de l'établissement Ce dossier d'inscription en 5 pages est accepté dans la plupart des établissements d'alsace.

Plus en détail

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD 1) Objet. Ce protocole a pour objet de décrire les modalités d utilisation des opioïdes injectables en PCA, en traitement symptomatique d une douleur,

Plus en détail

ASSOCIATION PLAIES ET CICATRISATION D ILLE ET VILAINE GUIDE DE BONNE PRATIQUE POUR LA PRISE CHARGE DES PLAIES

ASSOCIATION PLAIES ET CICATRISATION D ILLE ET VILAINE GUIDE DE BONNE PRATIQUE POUR LA PRISE CHARGE DES PLAIES APCI ASSOCIATION PLAIES ET CICATRISATION D ILLE ET VILAINE GUIDE DE BONNE PRATIQUE POUR LA PRISE CHARGE DES PLAIES 1- LES CRITERES DE CHOIX DU PANSEMENT Phase de la cicatrisation Localisation Taille de

Plus en détail

CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER. Gilles Nallet Odile Romanet Céline Henriot

CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER. Gilles Nallet Odile Romanet Céline Henriot CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER Gilles Nallet Odile Romanet Céline Henriot Définition des soins: Les soins de support désignent l ensemble des soins et soutien qui

Plus en détail

A. BOUCHER H. DALMAS 01 / 06

A. BOUCHER H. DALMAS 01 / 06 A. BOUCHER H. DALMAS 01 / 06 I / L ACCUEIL Présentation n de la chambre Voisin Emplacement lit, placard, salle de bain + emplacement affaires Fonctionnement lit, lumière, sonnette, TV,tel, radio Présentation

Plus en détail

L HOSPITALISATION A DOMICILE EN ILE DE FRANCE

L HOSPITALISATION A DOMICILE EN ILE DE FRANCE L HOSPITALISATION A DOMICILE EN ILE DE FRANCE ASSOCIATION PARTICIPANT AU SERVICE PUBLIC HOSPITALIER 15 Quai de Dion Bouton 92816 PUTEAUX Cedex www.santeservice.asso.fr Qu est-ce que l hospitalisation à

Plus en détail

DEFINITION DE FONCTION : MASSEUR - KINESITHERAPEUTE

DEFINITION DE FONCTION : MASSEUR - KINESITHERAPEUTE RESIDENCE HOSPITALIERE DE LA WEISS Définition validée par : Date et Signature : F18 DEFINITION DE FONCTION : MASSEUR - KINESITHERAPEUTE 1. IDENTIFICATION DE LA FONCTION Intitulé exact de la fonction :

Plus en détail

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Hygiène des plaies chroniques Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Definition : Plaie ouverte faisant suite à une altération tissulaire sans tendance à la

Plus en détail

Complément à la circulaire DH/EO 2 n 2000-295 du 30 mai 2000 relative à l'hospitalisation à domicile

Complément à la circulaire DH/EO 2 n 2000-295 du 30 mai 2000 relative à l'hospitalisation à domicile http://www.sante.gouv.fr/adm/dagpb/bo/2001/01-01/a0010017.htm Bulletin Officiel n 2001-1 Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Page 1 sur 6 Complément à la circulaire DH/EO 2 n

Plus en détail

LA SURVEILLANCE DES PLÂTRES

LA SURVEILLANCE DES PLÂTRES 31.03.09 Mme Dumanois Orthopédie - Rhumatologie - Traumatologie /! \ I)Définition II)Législation III)Objectifs de soins IV)Les différents types de plâtres A)Membre supérieur B)Membre inférieur V)Le matériel

Plus en détail

LE SYNDROME INFECTIEUX

LE SYNDROME INFECTIEUX LE SYNDROME INFECTIEUX Les maladies infectieuses résultent de l'agression de l'organisme par un être vivant microscopique ou macroscopique, Cette agression entraine généralement une ou des altérations

Plus en détail

Premiers soins. Fiche 12 Hémorragies. A. Saignement par une plaie. Compression manuelle. Arrêter un saignement abondant.

Premiers soins. Fiche 12 Hémorragies. A. Saignement par une plaie. Compression manuelle. Arrêter un saignement abondant. Fiche 12 Hémorragies Arrêter un saignement abondant. Premiers soins A. Saignement par une plaie Attention : une hémorragie peut être masquée par les vêtements. Compression manuelle 1. Allonger le patient.

Plus en détail

EDITO. Toutes nos formations donnent lieu à la délivrance d une attestation de participation

EDITO. Toutes nos formations donnent lieu à la délivrance d une attestation de participation Catalogue Formation 2014 En proposant ce catalogue de formation dans le domaine de la cicatrisation, le Réseau Ville Hôpital Plaies et Cicatrisation souhaite jouer son rôle d accompagnement pour l ensemble

Plus en détail

NOM DATE INTERVENANT MOTIF DE LA RÉFÉRENCE, VU EN ERGOTHÉRAPIE POUR : DÉSIRS ET ATTENTES DU MILIEU :

NOM DATE INTERVENANT MOTIF DE LA RÉFÉRENCE, VU EN ERGOTHÉRAPIE POUR : DÉSIRS ET ATTENTES DU MILIEU : FACTTEEURS DU REENDEEMEENTT OCCUPATTIIONNEELL IINFFLLUEENÇANTT LL IINTTEERVEENTTIION EERGOTTHÉÉRAPIIQUEE DANS LLA PRÉÉVEENTTIION EETT LLEE TTRAIITTEEMEENTT DEES PLLAIIEES DEE PREESSIION NOM DATE INTERVENANT

Plus en détail

Participation infirmière lors de : LA PONCTION PLEURALE et LA BIOPSIE PLEURALE

Participation infirmière lors de : LA PONCTION PLEURALE et LA BIOPSIE PLEURALE Participation infirmière lors de : LA PONCTION PLEURALE et LA BIOPSIE PLEURALE DEFINITION La ponction pleurale est un acte médicochirurgical consistant à introduire une aiguille dans la cavité pleurale,

Plus en détail

La synthèse argumenté

La synthèse argumenté La synthèse argumenté Présenter la situation de plusieurs personnes sous forme de synthèse argumenté afin d'assurer la continuité des soins et dispenser des soins de qualité : sécurisés, adaptés, individualisés,

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE Cette fiche d information, a été réalisée l Association Française d

Plus en détail

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu-

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Accompagnement de fin de vie: un travail d équipe Fin de vie en EHPAD Quel que soit le lieu de la «toute fin de vie» et du décès des résidents d Ehpad, l accompagnement

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES PRÉAMBULE La description des activités et des compétences du métier d ostéopathe ne se substitue pas au cadre réglementaire. En effet, la plate-forme

Plus en détail

STAGE D'INITIATION AUX SOINS INFIRMIERS D'ACCES EN PCEM2 ou en 2ème ANNEE DE CHIRURGIE DENTAIRE

STAGE D'INITIATION AUX SOINS INFIRMIERS D'ACCES EN PCEM2 ou en 2ème ANNEE DE CHIRURGIE DENTAIRE FACULTÉ DE MÉDECINE FACULTÉ DE CHIRURGIE DENTAIRE Université de Strasbourg STAGE D'INITIATION AUX SOINS INFIRMIERS D'ACCES EN PCEM2 ou en 2ème ANNEE DE CHIRURGIE DENTAIRE JUILLET ou AOUT ou SEPTEMBRE 2012

Plus en détail

Complément à la circulaire DH/EO 2 n 2000-295 du 30 mai 2000 relative à l'hospitalisation à domicile

Complément à la circulaire DH/EO 2 n 2000-295 du 30 mai 2000 relative à l'hospitalisation à domicile 1 sur 7 14/04/2009 08:56 Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Complément à la circulaire DH/EO 2 n 2000-295 du 30 mai 2000 relative à l'hospitalisation à domicile SP 3 31 17 NOR

Plus en détail

L HAD dans les EHPAD. Docteur Emmanuel BOVIER Médecin coordonnateur Soins et Santé HAD de LYON. Jeudi 22 Mars 2012

L HAD dans les EHPAD. Docteur Emmanuel BOVIER Médecin coordonnateur Soins et Santé HAD de LYON. Jeudi 22 Mars 2012 L HAD dans les EHPAD Docteur Emmanuel BOVIER Médecin coordonnateur Soins et Santé HAD de LYON Jeudi 22 Mars 2012 Introduction La décision d une hospitalisation conventionnelle chez un résident d EHPAD

Plus en détail

FICHE DE PRE-ADMISSION EN SSR. Informations administratives et sociales

FICHE DE PRE-ADMISSION EN SSR. Informations administratives et sociales 3442 ANNEXE I FICHE DE PRE-ADMISSION EN SSR Informations administratives et sociales Date d admission souhaitée / / Date de la demande / / Date d admission prévue avec le SSR / / Date d admission réelle

Plus en détail

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents L. Grolier-Bois - Médecin hygiéniste Centre Hospitalier de Bretagne-Sud (56) Centre Hospitalier de Quimperlé (29) ARLIN BRETAGNE Journée Régionale de Formation

Plus en détail

SOMMAIRE. 1/ Définition. Définition Facteurs de risque Prévention du risque infectieux Matériels Technique: détersion et pansement Recommandations

SOMMAIRE. 1/ Définition. Définition Facteurs de risque Prévention du risque infectieux Matériels Technique: détersion et pansement Recommandations Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 SOMMAIRE Définition Facteurs de risque Prévention du risque infectieux Matériels Technique: détersion et pansement Recommandations MAI 2013 2 1/ Définition o o Zone

Plus en détail

Avenue du Président François Mitterrand 76405 FECAMP Pôle mère enfant Tel 02.35.10.92.01 Programme d éducation thérapeutique ( ETP) Service Pédiatrie

Avenue du Président François Mitterrand 76405 FECAMP Pôle mère enfant Tel 02.35.10.92.01 Programme d éducation thérapeutique ( ETP) Service Pédiatrie Avenue du Président François Mitterrand 76405 FECAMP Pôle mère enfant Tel 02.35.10.92.01 Programme d éducation thérapeutique ( ETP) Service Pédiatrie 1. objectifs du programme : Les finalités spécifiques

Plus en détail

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence :

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : La définition du métier «Infirmier» Les référentiels de formation, d activités et de compétences infirmiers 2009 Le portfolio de l étudiant Version 1,

Plus en détail

Prix AFPHB-Lilly Stage à l institut universitaire de Sherbrooke

Prix AFPHB-Lilly Stage à l institut universitaire de Sherbrooke Prix AFPHB-Lilly Stage à l institut universitaire de Sherbrooke Audrey Samalea Suarez Pharmacien hospitalier CHU de Liège Service de pharmacie clinique Plan Contexte Objectifs/ attentes du séjour Présentation

Plus en détail

Item 180 : Prescription d'une cure thermale

Item 180 : Prescription d'une cure thermale Item 180 : Prescription d'une cure thermale COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUE :...2 I Définition et

Plus en détail

patient porteur de BHR en SSR

patient porteur de BHR en SSR Gestion d un d patient porteur de BHR en SSR Centre Mutualiste de RééR ééducation et Réadaptation R Fonctionnelles de Kerpape D. HELGUEN-E. LE CAIGNEC EOHH Journée régionale de formation en hygiène hospitalière

Plus en détail

PLAN. Transferts du patient

PLAN. Transferts du patient PLAN a) le préopératoire : 1) L accueil et l information 2) Les dossiers du patient 3) Les examens 4) La consultation d anesthésie 5) La préparation cutanée 6) Suivi et mise en route des thérapeutiques

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PLAIES CHRONIQUES DR JEAN-PAUL LEMBELEMBE GERIATRE CLINIQUE DES AUGUSTINES MALESTROIT

PRISE EN CHARGE DES PLAIES CHRONIQUES DR JEAN-PAUL LEMBELEMBE GERIATRE CLINIQUE DES AUGUSTINES MALESTROIT PRISE EN CHARGE DES PLAIES CHRONIQUES DR JEAN-PAUL LEMBELEMBE GERIATRE CLINIQUE DES AUGUSTINES MALESTROIT POINTS COMMUNS -La prise en charge est globale et interdisciplinaire. - La connaissance et la maîtrise

Plus en détail

LES SOINS DE SUPPORT ET LA NOMENCLATURE IDE

LES SOINS DE SUPPORT ET LA NOMENCLATURE IDE LES SOINS DE SUPPORT ET IDE Lucienne CLAUSTRES BONNET 1 Les soins de support Le rôle de l infirmière à domicile Rôle propre Rôle prescrit La nomenclature Généralités Les soins palliatifs Evaluation et

Plus en détail

Abords vasculaires aux urgences. du CHU de NANTES

Abords vasculaires aux urgences. du CHU de NANTES Abords vasculaires aux urgences du CHU de NANTES Le cathéter veineux court périphérique : pose et suivi Mémoire DUHEI 2002 Alain CHAMPAIN EOHH 1 La pose d un cathéter court est: Le soin technique le plus

Plus en détail

1 re structure HAD de province

1 re structure HAD de province Présentation 1 re structure HAD de province Association à but non lucratif (loi 1901) créée en 1968 par le Dr Thielley, Santé Service Bayonne et Région est la 1 re structure d'hospitalisation à domicile

Plus en détail

Le programme OMAGE dans une logique de parcours. Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014

Le programme OMAGE dans une logique de parcours. Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014 Le programme OMAGE dans une logique de parcours Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014 Quelques chiffres Les 75+ : 57% ont une ALD 33% sont hospitalisés dans l année, dont 40% en

Plus en détail

Pour les modalités d admission, de suspension ou d interruption, se référer au livret d accueil.

Pour les modalités d admission, de suspension ou d interruption, se référer au livret d accueil. PREAMBULE : Le présent règlement de fonctionnement décrit les modalités mises en œuvre par le service pour remplir sa mission. Il est le garant du respect du droit commun qui s applique à tout citoyen

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE EN VUE D UNE ADMISSION

DOSSIER DE DEMANDE EN VUE D UNE ADMISSION Ministère des affaires sociales et de la santé DOSSIER DE DEMANDE EN VUE D UNE ADMISSION EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES ARTICLE D. 312-155-1 DU CODE DE L ACTION SOCIALE

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES

DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES Ministère du travail, de l emploi et de la santé Ministère des solidarités et de la cohésion sociale DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES ARTICLE

Plus en détail

PRISE EN CHARGE AMBULATOIRE DES CHIRURGIES DE L OREILLE MOYENNE

PRISE EN CHARGE AMBULATOIRE DES CHIRURGIES DE L OREILLE MOYENNE PRISE EN CHARGE AMBULATOIRE DES CHIRURGIES DE L OREILLE MOYENNE Sandrine LEPETIT, IBODE, bloc opératoire ambulatoire ORL-OPH CHU CLERMONT FERRAND La chirurgie ambulatoire Modalités d existence et d application,

Plus en détail