Réussir un sevrage tabagique. Docteur PLASSART Les traitements

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Réussir un sevrage tabagique. Docteur PLASSART Les traitements"

Transcription

1 Réussir un sevrage tabagique Docteur PLASSART Les traitements

2 Le traitement de l arrêt du tabac en le conseil minimal 2008 les substituts nicotiniques (en vente libre) : timbres / gommes / comprimés sub-linguaux / inhaleur / pastilles les médicaments de prescription (Zyban ) les thérapies comportementales et cognitives Les fumeurs de plus de 10 cig/j motivés à l arrêt doivent être encouragés à utiliser ces traitements. Une prise en charge comportementale doit leur être associée. (Martin Raw, OMS Europe, 2001)

3 Conseil minimal Est-ce que vous fumez? non oui Est-ce que vous voulez arrêter? non oui Donnez un document Source Conférence Consensus tabac Edimark 1998 p 53

4 Principe de la substitution Concentration de nicotine dans le sang patch niveau de satisfaction sensation de manque cigarettes cigarettes cigarettes heures

5 Avec les substituts nicotiniques

6 Nicotine plasmatique ng/ml Cinétique de la nicotine D'après Russel 25 Cigarette Spray Nasal Gomme 4 mg Inhaleur Timbre 21 mg 0 Gomme 2 mg minutes

7 Différentes formes orales BDN SUB-010 Gommes Microtabs Comprimés à sucer Inhaleur

8 Substitution nicotinique TIMBRE Grand Moyen Petit Nicorette Pfizer Nicotinell Novartis Nicopatch PierreFabre Santé Niquitin GSK 15 mg/16 h 21 mg/24 h 21 mg/24 h 21 mg/24 h 10 mg/16 h 14 mg/ 24 h 14 mg/ 24 h 14 mg/ 24 h 5 mg/16 h 7 mg/24 h 7 mg/24 h 7 mg/24 h

9 Substitution nicotinique Forme Dosage Goût Gommes Nicorette Nicotinell 2 et 4 mg 2 et 4 mg Normal, Menthe Orange, Menthe fraîche Menthe, fruit Nicogum 2 mg? Comprimés Inhaleur Nicorette microtab Niquitin Nicopass Nicorette 2 mg 2 et 4 mg 1,5 mg Cartouche de 10 mg (sublingual) menthe (à sucer) Menthe,mentheréglisse Mentholé

10 Les recommandations l Afssaps Les substituts nicotiniques sont recommandés chez le coronarien fumeur Les formes peuvent être associées entre elles: T +T, T+G, T+C Au cours de la grossesse : TCC et prise en charge psychologique en première intention, substituts nicotiniques si échec:formes orales ou timbres de 16heures.

11 TNS : indications chez la femme enceinte fumeuse TNS toujours moins dangereux que la cigarette - pas de CO : pas d hypoxie - nicotininémie moins élevée que si tabagisme -absence de pics -pas d autres toxiques Proposer d abord un traitement autre que le TNS TNS (AMM octobre 98) timbres 16 heures +/- gommes +/- microtabs

12 Le timbre : pour quels fumeurs? Seuil de nicotine, niveau de dépendance Fumeurs réguliers qui doivent maintenir un seuil de nicotinémie sous peine d être «en manque»

13 Timbres : pour quels fumeurs? 2 patchs Niveau de dépendance 1 patch Seuil de nicotine, niveau de dépendance Forte ou très forte dépendance : Attention au sous-dosage Dosage supérieur (Accord médical*) ou forme orale, à la demande (gommes 4 mg, ou Microtab) Afssaps 2003

14 La réduction des risques

15 Bien insister sur la nécessité d un traitement suffisamment prolongé 3 mois : le temps minimum pour un déconditionnement en profondeur Réapprentissage de nouvelles habitudes Laisser le temps au temps

16 Accompagner la personne Insister sur la nécessité de contacts répétés, important pour la réussite du sevrage Revoir la personne régulièrement, surtout au début (adaptation traitement) Proposer une Fiche de suivi, à remplir chaque jour et à commenter à chaque visite Insister sur la durée du traitement, ou «laisser le temps au temps» : 2 à 3 mois minimum, parfois plus Travailler sur la prévention des rechutes

17 L abord du fumeur à l hôpital Les traitements Le Bupropion

18 Mécanismes d'action Dopamine inhibition partielle de la recapture augmentation de la dopamine extracellulaire dans le nucleus accumbens Noradrénaline inhibition de la recapture +++ concentration, syndrome de sevrage Récepteurs nicotiniques antagonisme

19 Consommation de tabac

20 Antécédents d hypersensibilité ( bupropion ou excipients) Trouble convulsif (actuel ou ancien) Tumeur du système nerveux central Sevrage en cours : alcool ou benzodiazépine Boulimie ou anorexie mentale Insuffisance hépatique sévère IMAO Troubles bipolaires

21 La posologie de 300 mg par jour ne doit pas être dépassée Chez les patients présentant des facteurs de risque qui abaissent le seuil épileptogène, la dose maximale à utiliser durant tout le traitement est de 150 mg par jour : administration concomittante d'autres médicaments abaissant le seuil épileptogène, abus d'alcool, antécédent de traumatisme crânien, diabète traité par hypoglycémiants ou par insuline, psychostimulants ou anorexigènes.

22 3) Sécheresse de la bouche 1) Insomnie 2) Céphalées 4) Réactions allergiques

23 Autre médicament du sevrage Varenicline = CHAMPIX labo Pfizer Depuis le 12 février 2007en France Uniquement sur prescription médicale Non remboursé mais bénéficiera du forfait annuel de 50 euros de l assurance maladie

24 Varenicline: Mécanisme d action Agoniste partiel du récepteur nicotinique Se fixe de façon sélective sur le récepteur nicotinique Exerce une stimulation partielle qui entraîne une libération réduite de dopamine

25 Action de la Varenicline Réduit l intensité de l envie de fumer Atténue les symptômes du sevrage à la nicotine Réduit le plaisir associé au tabac Réduit les effets «récompense» Diminue le renforcement positif lié à la nicotine

26 Champix : Modalités du traitement J + 7 : arrêt du tabac Traitement de 12 semaines à 1mgX2 /jour J: Début du traitement Augmentation progressive des doses = 0,5mg/j de J1à J3 puis 0,5mgX2/j de J4 à J7

27 Champix : effets secondaires Nausées +/- insomnie Rêves inhabituels Céphalées Non indiqué chez les moins de 18 ans et femme enceinte

28 THERAPEUTIQUES futures? Rimonabant = Acomplia Mécanisme = inhibiteur récepteurs cannabinoïdes Indications = obésité + sevrage tabagique en question Vaccin?

29 Autres techniques: acupuncture, homéopathie, mésothérapie, hypnose L'acupuncture et l'homéopathie ont été évaluées, les résultats contradictoires ne permettent pas d'en tirer des conclusions fiables. Pour ces quatre méthodes il est particulièrement difficile de dissocier le rôle de l'empathie délivrée au patient de l'effet spécifique propre à chaque méthode. Source : Conférence de consensus sur l'arrêt du tabac Paris Octobre 98

30 Les recommandations de l Affsaps mai 2003 Les substituts nicotiniques sont recommandés chez le coronarien fumeur Thérapeutiques non recommandées : acupuncture, mésothérapie, auriculothérapie, hypnose, laser, cigarettes sans tabac Au cours de la grossesse : TCC et prise en charge psychologique en première intention, substituts nicotiniques si échec Fumer + utiliser des TNS = oui pour une réduction de consommation si pas de volonté d arrêt

31 Les thérapeutiques non recommandées 1)Clonidine, antidépresseurs tricycliques, buspirone, IMAO, IRS 2)Anorexigènes, bêta-bloquants, Nicoprive, caféine/éphédrine, cimétidine, lmobéline, médicaments homéopathiques, méprobamate, benzodiazépines, ondansétron, vaccinothérapie, acétate d argent 3) Acupuncture, mésothérapie, auriculothérapie, cigarettes sans tabac, hypnose, laser Source : recommandations AFSSAPS, mai 2003

32 L abord du fumeur à l hôpital Conseils pratiques pour le suivi du sevrage

33 Prise de poids à l arrêt du tabac Le fumeur est en sous poids (de 0 à 3 kg). A l arrêt du tabac possibilité de rattrapage de son poids, voire plus. Effet nicotine Effet baisse ou arrêt Conseils Augmentation des dépenses caloriques Diminution des dépenses caloriques Exercice physique Augmente lipolyse Effet indirect hyperglycémiant (effet coupe faim) Stockage des graisses Augmentation appétit Diminuer l apport de graisses saturées Manger «mieux» Source : JL Sylvestre

34 QUAND LA DÉCISION EST PRISE : - café - Boire beaucoup d eau - Eviter l alcool conseils utiles - Conseils pour le poids : les graisses saturées, petit déjeuner, collations («bien» manger, ou manger «mieux») - activité physique régulière Boire régulièrement de grands verres d eau - Vit C - Stratégies comportementales et cognitives

35 Réactions possibles la première semaine : à commenter avec le fumeur en cours de sevrage Fatigue de la 1ère semaine Rhinite et toux chez un fumeur ne toussant pas auparavant Constipation ou flatulences Survenue d aphtes Problèmes de sommeil

36 L abord du fumeur à l hôpital Les traitements Les thérapies cognitivo-comportementales

37 TCC et Tabagisme L approche cognitivo-comportementale, c est l analyse des pensées, des comportements et des émotions des fumeurs. Les TCC ont pour but d apprendre au sujet : 1) de nouvelles séquences de comportements non pathologiques et incompatibles avec le tabagisme 2) à gérer et à exprimer ses émotions plutôt que de fumer 3) de s interroger sur ces pensées automatiques et leur mise en place, pour, dans un second temps les remplacer par des observations plus rationnelles et conformes à la réalité.

38 Les thérapies cognitivo-comportementales Les TCC ont pour but de favoriser le maintien de l abstinence tabagique par un nouvel apprentissage Elles interviennent à un niveau comportemental, cognitif et émotionnel Elles font référence aux modèles issus des théories de l apprentissage (conditionnement classique, opérant et apprentissage social), ainsi qu aux modèles cognitifs fondés sur le traitement de l information

39 Utilité des TCC lors du sevrage tabagique 1) Sevrage proprement dit (carnet de bord sans substituts) pour les personnes très motivées et peu à moyennement dépendantes à la nicotine 2) Arrêt en 2 temps : diminution (substituts+tcc) puis arrêt définitif (patchs en plus) 3) Prévention des rechutes (prise en charge des troubles psychopathologiques qui sous-tendent et maintiennent la dépendance) Succès de cette méthode : Réussite du sevrage x 2 à 6 mois (APA Practice Guidelines 1996)

40 Interventions motivationnelles Les objectifs prise de conscience du problème exploration de l ambivalence levée des obstacles décision de changements choix des moyens pour y parvenir

41 Ambivalence : balance décisionnelle continuer bénéfice coût + - changer bénéfice coût + -

42 Hésitants : peser le pour et le contre BDN PEC-028

43 Aider à améliorer les facteurs pronostiques suivi psychothérapie thérapeutiques comportementales Diététique Exercice physique Crainte prise de poids BDN SEV-003 (Bupropion) Substitut nicotinique Motivation Confiance en soi Liberté de décision Réaménagement Dépendances Comportementale Physique Psychologique Révélation d un état anxio-dépressif Arrêt du tabac Persistance ou reprises

44 Interventions motivationnelles Les principes se centrer sur le patient manifester de l empathie mettre le doigt sur les contradictions éviter l affrontement ne pas forcer la résistance renforcer le sentiment d efficacité personnelle renforcer le sentiment de liberté de choix

45 Interventions motivationnelles Les stratégies principales questions ouvertes écoute en écho inciter les déclarations motivationnelles résumer

46 Approche comportementale du tabagisme 1) Phase d alliance et de préparation au sevrage 2) Phase d auto-observation 3) Phase de modification comportementale 4) Phase de mise en place du sevrage 5) Phase de suivi et prévention des rechutes 6) Gérer la reprise du tabagisme

47 1) Alliance thérapeutique et préparation au sevrage 1) Évaluer et renforcer la motivation à l arrêt du tabac du patient (cf QMAT) 2) Expliquer le phénomène de triple dépendance (comportementale, physique et psychologique) 3) Expliquer les principes des TCC 4) Bien choisir la date d arrêt 5) Établir d emblée le principe d un suivi 6) Remettre le carnet de bord (observation du comportement tabagique) pour la séance suivante

48 2) Phase d auto-observation Quantification du comportement tabagique sur une journée de travail et une journée de repos grâce au carnet de bord Identification des stimuli déclenchants (situations, envie, émotions, pensées) Identification des facteurs de renforcements

49 Carnet de bord Cig n Heure Envie Situation Emotion Pensée 1 7h30 10 Réveil Soulagement physique Aucune 2-3 8h00 2 Avec le café Aucune : automatisme Aucune 4-5 8h30 8 En voiture dans les embouteillages Stress Encore en retard 6 9h30 9 Après une altercation avec un collègue Colère Mauvaise pensée sur le collègue

50 3) Phase de modification comportementale Revoir le carnet de bord avec le fumeur Pour chacune des cigarettes, envisager des solutions de contrôle : du stimulus : (pourquoi avez-vous fumé?) - Internes (pensées, image mentale, émotion, sensation physiologique) - Externes (situations, occupations, tâches) de la réponse : (que pouvez-vous faire à la place de fumer?) - Dissocier la cigarette de la situation déclenchante - Adopter des comportements alternatifs (relaxation, boire, manger un fruit, faire autre chose )

51 Cig Situation Solutions possibles 1 Réveil 1) Manque : apport nicotinique. 2) Prendre sa douche. 3) Différer la 1ère cigarette (après le petit déjeuner) 2-3 Avec le café 4-5 Embouteillages 1) Dissocier le café de la cigarette qui doit être prise ¼ d heure après 2) Manger, lire 1) Dissocier la cigarette de la voiture (cig à la maison et au travail) 2) Gestion du stress : apprentissage de la relaxation 6 Altercation avec un collègue 1) Gestion des émotions par la relaxation 2) Travail cognitif sur les conséquences négatives de la colère

52 4) Mise en place du sevrage La méthode s applique aussi bien pour les fumeurs qui veulent s arrêter avec ou sans substituts nicotiniques. Déterminer les cigarettes à supprimer ou les modifications des habitudes tabagiques séance après séance. Cela peut durer un certain temps de 1 mois à quelques années selon le degré de motivation du fumeur d où l importance de fixer une date d arrêt dès le début.

53 5) Phase de suivi Renforcer tout succès Identifier et anticiper des situations-problèmes Proposer des stratégies pour gérer les difficultés Prise en compte de l effet de violation d abstinence (déculpabiliser)

54 6) Gérer la reprise du tabagisme Dédramatiser Tirer les bénéfices de l arrêt Être conscient de ses bénéfices acquis et souhaiter les conserver Analyser les facteurs de rechute Rechercher l existence d un syndrome de violation de l abstinence (culpabilité)

55 Recadrer positivement en expliquant que la rechute fait partie du processus de sevrage Proposer une nouvelle tentative d arrêt Si la rechute est due à un trouble anxieux ou à un trouble de l humeur ou à un autre trouble psychiatrique : orienter le patient vers des spécialistes (centre de tabacologie, psychiatres, psychothérapeutes).

56 Gérer les pulsions à fumer en début de sevrage (mode cognitif, comportemental) 1 Stratégies cognitives - se dire, en cas de pulsion : «ça ne va pas durer» - dédramatiser - imaginer image péjorative (odeur de tabac froid) ou image positive de la vie sans tabac - se remémorer les moyens de contrôle de soi 2 Stratégies comportementales - changer de contexte (échapper) - activité brève (distraire) - respirer profondément - boire un grand verre d eau - se brosser les dents 3 Chaque jour gagné est un pas de plus vers le succès Positiver chaque étape

57 Prévention des reprises Les reprises sont fréquentes : 75-80% des reprises surviennent dans les 6 mois qui suivent le sevrage. Les reprises doivent être présentées comme des étapes dans la démarche d arrêt (succès différé). Source : Pierce et al, 1989

58 Le cadre réglementaire de la lutte contre le tabagisme à l hôpital Y. Doually RHST- novembre 2006

59 Références juridiques CSP: Art. L et R3511 Jurisprudence Circulaire DGS/DH n 330 du 8 juin 1999 Décret n du 16 janvier 2004 Circulaire DHOS n 250 du 1er juin 2004 Décret n du 15 novembre 2006 Règlement intérieur des établissements de santé

60 Grands principes: La protection des non fumeurs Les ventes de tabac à l hôpital La sécurité La responsabilité médicale La célébration de la JMST

61 CSP Article L (loi Evin) «Il est interdit de fumer dans les lieux affectés à un usage collectif, notamment scolaire et dans les moyens de transport collectifs, sauf dans les emplacements réservés aux fumeurs»

62 Art. R Le nouveau décret précise: «L interdiction de fumer dans les lieux affectés à un usage collectif prévus à l article L s applique au 1 er février 2007: Dans tous les lieux fermés et couverts qui accueillent du public ou qui constituent des lieux de travail Dans les espaces non couverts des écoles, collèges, établissements destinés à l accueil ou à la formation ou à l hébergement des mineurs

63 Art. R «L interdiction de fumer ne s applique pas dans les emplacements qui sont mis à la disposition des fumeurs, au sein des lieux mentionnés à l article R Ces emplacements ne peuvent être aménagés au sein des établissements d enseignement, de formation, d accueil et les établissements de santé

64 Circulaire DGS/DH du 8 juin 99 «l hôpital n est pas un lieu ordinaire;( )il est un lieu d accueil des personnes malades, un lieu de travail et enfin un lieu de visite; ( ), ce lieu où des professionnels luttent chaque jour pour faire reculer la maladie doit être exemplaire.»

65 Nouvelle réglementation 2006 suite Art R Une signalisation apparente rappelle le principe de l interdiction de fumer (modèle fixé par arrêté) Une amende est prévue pour le responsable de l établissement si la signalétique n est pas mise en place

66 Quelles sanctions? Le CSP prévoit une amende de 450 euros maximum (contravention de 3ème classe) pour les fumeurs qui fument en dehors des zones fumeurs et une amende de 1500 euros max (contravention de 5ème classe) pour les responsables des locaux quand il y a une infraction relative au respect des normes pour les fumoirs, la ventilation et la signalisation.

67 Loi de santé publique août 2004 «les agents habilités et assermentés, mentionnés à l article L , les médecins inspecteurs de la santé publique et les ingénieurs du génie sanitaire, veillent au respect des dispositions de l article R ainsi qu aux règlements pris pour son application et procèdent à la recherche et à la constatation des infractions prévues par ces textes.

68 Circulaire DHOS n 250 du 1er juin 2004 Relative à l interdiction de revente de tabacs et d ouverture de débits de tabac dans les établissements de santé

69 Usage collectif? Dès lors que 2 personnes séjournent (CE 28 oct 1986) La chambre du patient domicile privé? (CA Paris, 17 mars 86) L établissement peut faire interdire de fumer dans le chambre du patient (CAA Lyon 3 juillet 97)

70 La loi autorise-t-elle de fumer dans son bureau? Au travail dès qu une deuxième personne peut rentrer dans un bureau individuel, celui-ci devient un espace collectif dans lequel la protection du non-fumeur doit être assurée. Il devient donc interdit d y fumer.

71 29 JUIN 2005: arrêt de la cour de cassation a obligé les employeurs à protéger les salariés du tabagisme. A compter du 29 juin 2005, la responsabilité des entreprises a été engagée sur la qualité de l'environnement de travail. Ainsi, l'entreprise est responsable de la protection des salariés non-fumeurs et doit aider les fumeurs à s'arrêter.

72 Accréditation des établissements Ref 3 : OPC 3h: l établissement met en œuvre une politique de prévention du tabagisme OPC 5 e: le patient bénéficie des actions d éducation pour la santé correspondant à ses besoins de prévention tabagique Ref 9: GFL 9 B l établissement est organisé pour assurer la sécurité des personnes contre l incendie, respect interdiction de fumer

TRAITEMENTS DU SEVRAGE TABAGIQUE

TRAITEMENTS DU SEVRAGE TABAGIQUE TRAITEMENTS DU SEVRAGE TABAGIQUE Docteur Annick LANTEAUME-VAILLANT Addictologue et Tabacologue Praticien hospitalier attaché Assistance publique des Hôpitaux de Marseille Mars 2009 QuickTimeª et un džcompresseur

Plus en détail

LES MEDICAMENTS D AIDE à L ARRET du TABAC

LES MEDICAMENTS D AIDE à L ARRET du TABAC LES MEDICAMENTS D AIDE à L ARRET du TABAC Docteur Corinne VANNIMENUS Hôpital CALMETTE CHRU -LILLE Nicojeunes : base de données sur le tabac pour les formateurs Dépendance 1 1 BDN2003-16DEP-001 Nicotine

Plus en détail

LES S S U S BS B T S I T T I U T TS T S NICOTINIQUES

LES S S U S BS B T S I T T I U T TS T S NICOTINIQUES LES SUBSTITUTS NICOTINIQUES Les substituts nicotiniques : principe Apporter l équivalent de nicotine contenue dans les cigarettes (un peu -) Pour supprimer, atténuer le manque Durée du traitement : variable,

Plus en détail

Les médicaments du sevrage tabagique

Les médicaments du sevrage tabagique Les médicaments du sevrage tabagique La place du médecin généraliste Elle est primordiale. Il est la première ligne de défense. La tabacologie ne peut se passer de lui. Elle n en constitue que la seconde

Plus en détail

GROS PLAN SUR LE SEVRAGE TABAGIQUE

GROS PLAN SUR LE SEVRAGE TABAGIQUE GROS PLAN SUR LE SEVRAGE TABAGIQUE DÉSIR DES FUMEURS ET Les faits : SEVRAGE 20 à 30 % veulent continuer à fumer 70 à 80 % veulent changer : 56 % réduire leur consommation 28 % arrêter 14 % changer de cigarettes

Plus en détail

Les Grands Principes du Sevrage Tabagique

Les Grands Principes du Sevrage Tabagique Unité de Coordination de Tabacologie CHU de Nancy DALAT Novembre 2011 Les Grands Principes du Sevrage Tabagique Dr Nathalie WIRTH - Pr Yves MARTINET Introduction Tabagisme = Maladie Chronique The WHO s

Plus en détail

Protocole de Sevrage d une dépendance à la nicotine

Protocole de Sevrage d une dépendance à la nicotine Protocole de Sevrage d une dépendance à la nicotine Avant le sevrage : Evaluation de la de la dépendance comportementale, psychologique ou physique, Autoobservation, test de Fagerstrom (Fagerstrom en annexe)

Plus en détail

GROSSESSE ET TABAC Virginie VAROMME - Sage Femme Laura GUTIERREZ - Psychologue

GROSSESSE ET TABAC Virginie VAROMME - Sage Femme Laura GUTIERREZ - Psychologue GROSSESSE ET TABAC 1 Virginie VAROMME - Sage Femme Laura GUTIERREZ - Psychologue INTRODUCTION (1/2) Définition de la dépendance tabagique. «La dépendance est un état psychique et parfois physique, résultant

Plus en détail

PROBLÈMES DE SOMMEIL? TABAC, ANXIÉTÉ ET DÉPRESSION TABAC ET CANNABIS

PROBLÈMES DE SOMMEIL? TABAC, ANXIÉTÉ ET DÉPRESSION TABAC ET CANNABIS PROBLÈMES DE SOMMEIL? TABAC, ANXIÉTÉ ET DÉPRESSION TABAC ET CANNABIS LE SOMMEIL (1) Le fumeur a un sommeil tardif et plus court, avec souvent des cauchemars, et des ronflements En cas de sevrage tabagique

Plus en détail

Dr Tihomir Iatchev tabacologue Pr Bertrand Dautzenberg, pneumologue, GH Pitié Salpêtrière, Paris

Dr Tihomir Iatchev tabacologue Pr Bertrand Dautzenberg, pneumologue, GH Pitié Salpêtrière, Paris Arrêt du tabac: traitement de première intention de la BPCO et de l asthme. Dr Tihomir Iatchev tabacologue Pr Bertrand Dautzenberg, pneumologue, GH Pitié Salpêtrière, Paris Potentiels conflits d intérêt

Plus en détail

Sevrage Tabac Cas Clinique

Sevrage Tabac Cas Clinique Dr A Stoebner-Delbarre Epidaure Dr X Quantin CHU Montpellier 15 10 2009 Sevrage Tabac Cas Clinique Mademoiselle E., 26 ans sans emploi pour le moment, conjoint au chômage fume 15 à 20 cigarettes roulées

Plus en détail

Comment aider les femmes sous pilules à arrêter de fumer?( et tous les fumeurs.)

Comment aider les femmes sous pilules à arrêter de fumer?( et tous les fumeurs.) Comment aider les femmes sous pilules à arrêter de fumer?( et tous les fumeurs.) Gynécologie Obstétrique Et Reproduction Journées Jean Cohen Dr Marion Adler addictologue Hôpital Antoine Béclère marion.adler@yahoo.fr

Plus en détail

Cas clinique Conduite à tenir

Cas clinique Conduite à tenir Cas clinique Conduite à tenir Femme, 49 ans Tabac depuis l age de 14 ans, 15/J roulée actuellement, 35 PA 2 tentatives d arrêt < 6 mois (2000, 2005) Professeur des écoles Divorcée (2008), 2 enfants, vit

Plus en détail

ACTUALITES SUR LE SEVRAGE TABAGIQUE. Du neuf avec du vieux?

ACTUALITES SUR LE SEVRAGE TABAGIQUE. Du neuf avec du vieux? ACTUALITES SUR LE SEVRAGE TABAGIQUE Du neuf avec du vieux? SOFOMEC 8 Décembre 2011 Un peu d histoire (récente) 8 et 9 octobre 1998 Conférence de consensus «Arrêt de la consommation de tabac» Question n

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE GENÈVE Antenne santé 4, rue De-Candolle www.unige.ch/unisansfumee. Arrêter, c est possible!

UNIVERSITÉ DE GENÈVE Antenne santé 4, rue De-Candolle www.unige.ch/unisansfumee. Arrêter, c est possible! UNIVERSITÉ DE GENÈVE Antenne santé 4, rue De-Candolle www.unige.ch/unisansfumee Arrêter, c est possible! Pour en finir avec la cigarette Un pari difficile L Université de Genève est déclarée territoire

Plus en détail

Votre patient fume? Marie-Christine Servais Infirmière clinicienne tabacologue

Votre patient fume? Marie-Christine Servais Infirmière clinicienne tabacologue Votre patient fume? Marie-Christine Servais Infirmière clinicienne tabacologue Sommaire Le cycle du fumeur La dépendance Aides au sevrage Rôle du soignant Hôpital sans tabac Conclusions Marie-Christine

Plus en détail

Le sevrage tabagique chez les PVVIH. Dr Gobert CH René Dubos Pontoise 20/11/13

Le sevrage tabagique chez les PVVIH. Dr Gobert CH René Dubos Pontoise 20/11/13 Le sevrage tabagique chez les PVVIH Pourquoi s y intéresser? En raison des comorbidités importantes, mortelles, liées au tabagisme, chez les PVVIH, alors que la maladie liée directement au virus VIH est

Plus en détail

PLAQUEZ LA CIGARETTE EN FINESSE

PLAQUEZ LA CIGARETTE EN FINESSE RÉDUCTION ET ARRÊT DU TABAC NOUVEAU FRUIT EXOTIQUE NICOTINE 2 mg GOMME À MÂCHER MÉDICAMENTEUSE PLAQUEZ LA CIGARETTE EN FINESSE UNE MÉTHODE SIMPLE POUR RÉDUIRE À MON RYTHME Médicament réservé à l adulte

Plus en détail

CIG ARRÊTE!!! Le Sevrage Tabagique avec l aide de l hypnose Etude de 10 cas cliniques.

CIG ARRÊTE!!! Le Sevrage Tabagique avec l aide de l hypnose Etude de 10 cas cliniques. CIG ARRÊTE!!! Le Sevrage Tabagique avec l aide de l hypnose Etude de 10 cas cliniques. LUDIVINE FAGES Infirmière Anesthésiste/Hypnopraticien DIU aide au sevrage tabagique Année universitaire 2014/2015

Plus en détail

65 es VENDREDI 28 N O V E M B R E 2 0 14

65 es VENDREDI 28 N O V E M B R E 2 0 14 65 es VENDREDI 28 N O V E M B R E 2 0 14 15h00 Tabac : modalités du sevrage tabagique B. Dautzenberg, (Paris, France).. 1 Office Français de prévention du Tabagisme, OFT, Paris, France; 2 Département de

Plus en détail

Substitution en nicotine: Combinaisons

Substitution en nicotine: Combinaisons Patch 24h ou 16h: Substitution en nicotine: Combinaisons Traitement de fond avec patch quotidien + Gomme ou comprimé ou inhalateur: A la demande si symptômes de manque ou situation à risque Dosage plus

Plus en détail

AVIS DE LA HAS. STRATEGIES THERAPEUTIQUES D AIDE AU SEVRAGE TABAGIQUE Efficacité, efficience et prise en charge financière

AVIS DE LA HAS. STRATEGIES THERAPEUTIQUES D AIDE AU SEVRAGE TABAGIQUE Efficacité, efficience et prise en charge financière AVIS DE LA HAS STRATEGIES THERAPEUTIQUES D AIDE AU SEVRAGE TABAGIQUE Efficacité, efficience et prise en charge financière Demande : Efficacité, efficience et prise en charge financière des stratégies thérapeutiques

Plus en détail

J ARRÊTE. www.nicorette.be. c est décidé, Avec. nicorette vous aide à arrêter de fumer avec succès.

J ARRÊTE. www.nicorette.be. c est décidé, Avec. nicorette vous aide à arrêter de fumer avec succès. Avec c est décidé, J ARRÊTE. nicorette vous aide à arrêter de fumer avec succès. nicorette contient de la nicotine et est un médicament pour adultes. Garder hors de portée des enfants. Pas d utilisation

Plus en détail

Tabac au féminin 24.05.12. N.Sauvaget sf tabacologue, Du périnat et addictions

Tabac au féminin 24.05.12. N.Sauvaget sf tabacologue, Du périnat et addictions Tabac au féminin 24.05.12 N.Sauvaget sf tabacologue, Du périnat et addictions Consommation de tabac chez la femme Dans la population féminine française générale (15-85 ans) en 2010: - 27,9% fument - Parmi

Plus en détail

STRATEGIES THERAPEUTIQUES D AIDE AU SEVRAGE TABAGIQUE Efficacité, efficience et prise en charge financière

STRATEGIES THERAPEUTIQUES D AIDE AU SEVRAGE TABAGIQUE Efficacité, efficience et prise en charge financière AVIS DE LA HAS STRATEGIES THERAPEUTIQUES D AIDE AU SEVRAGE TABAGIQUE Efficacité, efficience et prise en charge financière Demande : Efficacité, efficience et prise en charge financière des stratégies thérapeutiques

Plus en détail

+ conseils hygiéno-diététiques et soutien de la motivation

+ conseils hygiéno-diététiques et soutien de la motivation Ligne tabac stop 0800 111 00 + autres références utiles Traitement de Substitution Nicotinique (TSN) Pour qui? Allaitement? Autres? Grossesse? Adolescents? Antécédents cardiovasculaires? Signaux d alarme?

Plus en détail

Intervention financière des pouvoirs publics dans l aide au sevrage tabagique L EXEMPLARITE BELGE. Dr. A. WUYARD Médecin Tabacologue Liège

Intervention financière des pouvoirs publics dans l aide au sevrage tabagique L EXEMPLARITE BELGE. Dr. A. WUYARD Médecin Tabacologue Liège Intervention financière des pouvoirs publics dans l aide au sevrage tabagique L EXEMPLARITE BELGE DIFFERENTS NIVEAUX de POUVOIR en BELGIQUE Dans quoi est-il préférable d investir? Quel est la vraie

Plus en détail

CŒUR sans TABAC. Dr Marie-Paule Houppe-Nousse THIONVILLE 26 septembre 2007

CŒUR sans TABAC. Dr Marie-Paule Houppe-Nousse THIONVILLE 26 septembre 2007 CŒUR sans TABAC Dr Marie-Paule Houppe-Nousse THIONVILLE 26 septembre 2007 CŒUR sans TABAC LES STATEGIES NON MEDICAMENTEUSES Fumer naît de la rencontre de 3 protagonistes Une personne avec ses caractéristiques

Plus en détail

LES DIFFICULTES LES CLES DE LA REUSSITE

LES DIFFICULTES LES CLES DE LA REUSSITE SE LIBERER DU TABAC: LES DIFFICULTES LES CLES DE LA REUSSITE Cette importante décision, vous l'avez pourtant prise et votre objectif est cette fois de réussir. Mais savezvous vraiment pourquoi il est si

Plus en détail

Cigarette électronique Recommandations de la HAS 2014 OFT Avis d experts 2014

Cigarette électronique Recommandations de la HAS 2014 OFT Avis d experts 2014 Cigarette électronique Recommandations de la HAS 2014 OFT Avis d experts 2014 E-liquide H.A.S. En 2013, en France, aucune cigarette électronique ne dispose d une autorisation de mise sur le marché (AMM)

Plus en détail

Tabac et "non prise de poids"

Tabac et non prise de poids Tabac et "non prise de poids" Alimentation du fumeur Surconsommation de gras Salé Moins de fruits et légumes Dr Sonia Merigeaud, Dr Anne Stoebner Epidaure CRLC Val d Aurelle Montpellier le 16 décembre

Plus en détail

SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE

SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE SFT-Paris 6-11-2014 Dr Voyer Cardiologue et tabacologue Centre de réadaptation cardiovasculaire Bois Gibert Tabacologue CHU Tours La réadaptation

Plus en détail

Mise en garde avec l inhalateur : possibilité de bronchospasme si asthme ou MPOC

Mise en garde avec l inhalateur : possibilité de bronchospasme si asthme ou MPOC Direction de santé publique Protocole d initiation d une thérapie de remplacement de nicotine (TRN) pour les fumeurs de ans et plus de la région de la Mauricie et du Centre-du-Québec (MCQ) désirant cesser

Plus en détail

Prévention des conduites addictives. Journée des référents en matière de sevrage tabagique

Prévention des conduites addictives. Journée des référents en matière de sevrage tabagique Prévention des conduites addictives Journée des référents en matière de sevrage tabagique Arrêt du Tabac : processus de dépendance et méthodes de sevrage tabagique. Professeur Bertrand Dautzenberg, Président

Plus en détail

Le Tabac, Mon Cœur et la e-cigarette?

Le Tabac, Mon Cœur et la e-cigarette? Le Tabac, Mon Cœur et la e-cigarette? Pr Alain FURBER Chef de Service de Cardiologie CHU Angers Président régional de la Fédération Française de Cardiologie Les Facteurs de risque essentiels des Maladies

Plus en détail

INITIER LA THÉRAPIE DE REMPLACEMENT DE LA NICOTINE (TRN)

INITIER LA THÉRAPIE DE REMPLACEMENT DE LA NICOTINE (TRN) Direction de santé publique ORDONNANCE COLLECTIVE INITIER LA THÉRAPIE DE REMPLACEMENT DE LA NICOTINE (TRN) Référence à un protocole : Oui Non Date d entrée en vigueur : 6 octobre 2014 Date de révision

Plus en détail

Sevrage du patient alcoolodépendant

Sevrage du patient alcoolodépendant Sevrage du patient alcoolodépendant 1/17 Motivation Le 1 er temps de la prise en charge = temps de renforcement de la motivation. Objectif : proposer au patient un sevrage s il est prêt, sinon l aider

Plus en détail

PRÉVENTION ET ÉDUCATION POUR LA SANTÉ CONDUITES ADDICTIVES

PRÉVENTION ET ÉDUCATION POUR LA SANTÉ CONDUITES ADDICTIVES PRÉVENTION ET ÉDUCATION POUR LA SANTÉ Alcool, tabac et drogues illicites : au-delà du produit consommé, c est davantage le comportement de consommation - conduite addictive - qui détermine le risque pour

Plus en détail

La dépendance. L arrêt tabagique. Lorsqu inhalée, la nicotine exerce au niveau cérébral un effet dans les 10 secondes

La dépendance. L arrêt tabagique. Lorsqu inhalée, la nicotine exerce au niveau cérébral un effet dans les 10 secondes Joanne Provencher, MD, CMFC(MU), LMCC,TTS Présenté dans le cadre de la conférence : Mont Sainte-Anne; Mise à jour en cardiologie, Université Laval, mars 2008 Le cas de M. Leclerc M. Leclerc, 45 ans, sans

Plus en détail

CONNAÎTRE SA CLIENTÈLE

CONNAÎTRE SA CLIENTÈLE FICHE TECHNIQUE mai 2007 PHARMACIEN ET TABAC Prise en charge de l arrêt du tabac Par le Dr Béatrice Le Maitre, Unité de Tabacologie, CHU Caen et le Pr Albert Hirsch, Ligue Nationale Contre le Cancer Le

Plus en détail

N 73 ADDICTION AU TABAC

N 73 ADDICTION AU TABAC N 73 ADDICTION AU TABAC 1. Combien y a-t-il de fumeurs en France? (QRU) a. 20 millions de personnes b. 15 millions de personnes c. 10 millions de personnes d. 5 millions de personnes e. 7 millions de personnes

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 2 février 2005

AVIS DE LA COMMISSION. 2 février 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 2 février 2005 TRANXENE 20 mg, gélule Boîte de 28 TRANXENE 20 mg, gélule Boîte de 50 SANOFI SYNTHELABO FRANCE Clorazépate dipotassique

Plus en détail

Tabac. Ouvrons le dial O gue. Pour faire le point

Tabac. Ouvrons le dial O gue. Pour faire le point le dial O gue Tabac Pour faire le point Réalisation : Callichrome - Illustrations : R. Rublon - Illustration de couverture : A. Gingembre - Maquette couveture : O. Mayer Pour faire le point Votre médecin

Plus en détail

A propos de la relance de la lutte contre la tabagisme Loi, réglementation, normes : outils de régulation

A propos de la relance de la lutte contre la tabagisme Loi, réglementation, normes : outils de régulation Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière Département de biostatistiques, santé publique et information médicale A propos de la relance de la lutte contre la tabagisme Loi, réglementation, normes : outils de

Plus en détail

Arrêt du tabac: comment aider les fumeurs? Jean-Pierre Zellweger Villars-sur-Glâne

Arrêt du tabac: comment aider les fumeurs? Jean-Pierre Zellweger Villars-sur-Glâne Arrêt du tabac: comment aider les fumeurs? Jean-Pierre Zellweger Villars-sur-Glâne Arrêt du tabac: les faits TOUS les fumeurs savent que le tabac est nocif LA PLUPART des fumeurs savent que l arrêt du

Plus en détail

Un texte réalisé par le Docteur Bruno BOUQUET

Un texte réalisé par le Docteur Bruno BOUQUET Un texte réalisé par le Docteur Bruno BOUQUET GUIDE DE BONNE PRATIQUE POUR LA PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT TABAGIQUE LE CONSEIL MINIMUM LES RÉPONSES DE L'EXPERT PLAN : LE CONSEIL MÉDICAL À L ARRÊT COMMENT

Plus en détail

Médicaments d aide à l arrêt du tabagisme

Médicaments d aide à l arrêt du tabagisme Médicamentsd aideàl arrêtdutabagisme (extraitdufascicule:«arrêterdefumer:bonnespratiquesenofficinesurwww.apb.be) Les méthodes pharmacologiques d'aide à l'arrêt vont tenter de minimiser le syndrome de privation

Plus en détail

Les stratégies thérapeutiques actuelles du sevrage tabagique

Les stratégies thérapeutiques actuelles du sevrage tabagique MONOGRAPHIE Les stratégies thérapeutiques actuelles du sevrage tabagique Face au tabagisme, un conseil médical minimal systématique peut déjà être efficace. Le praticien dispose ensuite, après une évaluation

Plus en détail

INTÊRET DES TCC EN TABACOLOGIE. Gilbert GERMAINI Dr en Psychologie Tabacologue TCC

INTÊRET DES TCC EN TABACOLOGIE. Gilbert GERMAINI Dr en Psychologie Tabacologue TCC INTÊRET DES TCC EN TABACOLOGIE Gilbert GERMAINI Dr en Psychologie Tabacologue TCC Pourquoi les TCC en tabacologie? «Chez environ la moitié des fumeurs les plus dépendants on retrouve des antécédents d

Plus en détail

Comment engager une personne durablement dans une activité physique

Comment engager une personne durablement dans une activité physique Comment engager une personne durablement dans une activité physique Christine LE SCANFF «PSYCHOLOGIE DES PRATIQUES PHYSIQUES» Université Paris-Sud 11, UFR STAPS OBJECTIFS Quels sont les modèles théoriques

Plus en détail

le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU

le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU Repérage et interv le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU Je déclare n avoir aucun lien direct ou indirect avec des entreprises ou établissements produisant

Plus en détail

environ au premier mois de traitement. Remboursement conditionné à une prescription médicale «sur une ordonnance consacrée exclusivement

environ au premier mois de traitement. Remboursement conditionné à une prescription médicale «sur une ordonnance consacrée exclusivement 40 actualités SEVRAGE TABAGIQUE UN MARCHÉ PROMETTEUR Marc Cluzel, Senior vice-président des opérations scientifiques et médicales chez Sanofi-Aventis. A l entrée en vigueur de l interdiction de fumer dans

Plus en détail

Le sevrage tabagique

Le sevrage tabagique Lesevragetabagique M arrêter,j ypense,maisilmefaudradel aide! Voussongezàarrêterdefumer,etnousvousenfélicitonscarc estunepremièreétapeimportante quevousavezsûrementmisdutempsàfranchir!mais,voushésitezencore.

Plus en détail

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Introduction L anxiété fait partie du registre émotionnel normal de l être humain Le caractère pathologique doit être évalué à partir de critères diagnostiques aussi

Plus en détail

Fumer tout en étant enceinte, cela vous interpelle? Brochure informative

Fumer tout en étant enceinte, cela vous interpelle? Brochure informative Fumer tout en étant enceinte, cela vous interpelle? Brochure informative Centre Hospitalier Regional de Verviers Se libérer de son tabagisme? Plus de 2.400.000 personnes ont déjà réussi à arrêter... Pourquoi

Plus en détail

Alimentation et tabac

Alimentation et tabac Alimentation et tabac Le rôle du tabac dans la régulation du poids Les modifications à l arrêt de la cigarette Les conseils (TCC) pour ne pas prendre de poids Les constatations A âge égal, sexe et conditions

Plus en détail

Fiore MC. US Public Health Service Clinical Practice Guideline: Treating Tobacco Use and Dependence Respiratory Care. 2000; 45(10): 1200-1262.

Fiore MC. US Public Health Service Clinical Practice Guideline: Treating Tobacco Use and Dependence Respiratory Care. 2000; 45(10): 1200-1262. L ABANDON DU TABAC Inspiré des références suivantes : Clinical Tobacco Intervention. Smoking Progress Notes, www.omacti.org 18 ; Fiore MC. US Public Health Service Clinical Practice Guideline: Treating

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA PRÉVENTION DU TABAGISME ET DU SEVRAGE TABAGIQUE

PRISE EN CHARGE DE LA PRÉVENTION DU TABAGISME ET DU SEVRAGE TABAGIQUE PRISE EN CHARGE DE LA PRÉVENTION DU TABAGISME ET DU SEVRAGE TABAGIQUE 1/ UNE PRÉSENTATION DES OBJECTIFS PRÉCIS DE FORMATION : Objectifs généraux : 5 Réduire la mortalité et la morbidité des maladies liées

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE - ARRÊT DU TABAC. L innovation digitale. qui optimise les chances. d arrêter de fumer

DOSSIER DE PRESSE - ARRÊT DU TABAC. L innovation digitale. qui optimise les chances. d arrêter de fumer DOSSIER DE PRESSE - ARRÊT DU TABAC L innovation digitale qui optimise les chances d arrêter de fumer DISPONIBLE DÈS LE 26 MAI 2015 DISPONIBLE DÈS LE 26 MAI 2015 Un programme Scientifique Facile d utilisation

Plus en détail

La Fondation des maladies mentales

La Fondation des maladies mentales La Fondation des maladies mentales Fondée en 1980 par Dr Yves Lamontagne, psychiatre Mission: la prévention des maladies mentales Programmes de sensibilisation et de prévention Pour les jeunes des écoles

Plus en détail

TROUBLES ANXIEUX ET DEPRESSIFS ET DEPENDANCE TABAGIQUE. Dr Philippe GUICHENEZ Tabacologue FMC le Chesnay le 26/11/2005

TROUBLES ANXIEUX ET DEPRESSIFS ET DEPENDANCE TABAGIQUE. Dr Philippe GUICHENEZ Tabacologue FMC le Chesnay le 26/11/2005 TROUBLES ANXIEUX ET DEPRESSIFS ET DEPENDANCE TABAGIQUE Dr Philippe GUICHENEZ Tabacologue FMC le Chesnay le 26/11/2005 Depression et tabac COMMENT LE TABACOLOGUE EVALUE L ANXIETE ET LA DEPRESSION? J Perriot

Plus en détail

Consultation de tabacologie pour les patients et les personnels d un hôpital psychiatrique

Consultation de tabacologie pour les patients et les personnels d un hôpital psychiatrique Consultation de tabacologie pour les patients et les personnels d un hôpital psychiatrique Didier Touzeau Pôle addictions Groupe Hospitalier Paul Guiraud Le fumeur en difficulté? La Loi interdit de fumer

Plus en détail

GUIDE DE SUIVI AU SEIN DU RÉSEAU

GUIDE DE SUIVI AU SEIN DU RÉSEAU GUIDE DE SUIVI AU SEIN DU RÉSEAU > Tous les médecins peuvent prendre efficacement en charge un sevrage tabagique. Le patient décide lui-même et choisit son interlocuteur. > En cas de difficultés, le médecin

Plus en détail

Facteurs de risques cardiovasculaires: TABAGISME

Facteurs de risques cardiovasculaires: TABAGISME Facteurs de risques cardiovasculaires: TABAGISME J-P. Humair Hôpitaux Universitaires de Genève 14 ème Journée de la Fondation Romande pour la Recherche sur le Diabète 31 octobre 2009 Tabagisme: Quels risques?

Plus en détail

ARRÊTER DE FUMER POUR COMPRENDRE

ARRÊTER DE FUMER POUR COMPRENDRE ARRÊTER DE FUMER POUR COMPRENDRE Sommaire Pourquoi arrêter de fumer? 4 Comment arrêter de fumer? 14 J arrête de fumer parce que je veux un enfant 20 J arrête de fumer sans grossir et sans stress 24 À qui

Plus en détail

DOCTEUR CAROLE VUONG

DOCTEUR CAROLE VUONG S0MMAIRE Normes OMS Définitions des conduites d alcoolisation Comment reconnaître une personne qui a un problème d alcool? Que faire? DOCTEUR CAROLE VUONG COMMENT AIDER LE SALARIE ALCOOLO-DEPENDANT? 4

Plus en détail

- Hygiène et sécurité - L interdiction de fumer sur les lieux de travail

- Hygiène et sécurité - L interdiction de fumer sur les lieux de travail - Hygiène et sécurité - L interdiction de fumer sur les lieux de travail Le renforcement de l interdiction de fumer répond à une problématique de santé publique, mais concerne aussi les questions de santé

Plus en détail

Comment motiver un patient pour l arrêt du tabac en consultation de cardiologie? Christiane Dupuy Hôpital Privé de Parly II 24 novembre 2012

Comment motiver un patient pour l arrêt du tabac en consultation de cardiologie? Christiane Dupuy Hôpital Privé de Parly II 24 novembre 2012 Comment motiver un patient pour l arrêt du tabac en consultation de cardiologie? Christiane Dupuy Hôpital Privé de Parly II 24 novembre 2012 La cigarette = 4000 substances toxiques Acétone Méthanol (carburant

Plus en détail

Repérage des fumeurs et initiation du sevrage tabagique

Repérage des fumeurs et initiation du sevrage tabagique Capitole Stop Tabac RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN MÉDECINE GÉNÉRALE Repérage des fumeurs et initiation du sevrage tabagique Juin 24 I. INTRODUCTION L objectif est d améliorer le repérage

Plus en détail

Thème 2015 : éliminer le commerce illicite des

Thème 2015 : éliminer le commerce illicite des Flash diffusion «Spécial Journée Mondiale sans Tabac» Thème 2015 : éliminer le commerce illicite des produits du tabac Chaque année, le 31 mai, l OMS et ses partenaires célèbrent la Journée mondiale sans

Plus en détail

Comment Arrêter de Fumer?

Comment Arrêter de Fumer? Comment Arrêter de Fumer? Médical Cup 2003 I - GENERALITES. P Guichenez, Centre de Tabacologie, CH Béziers I Clauzel, psychologue,centre de Tabacologie, CH Béziers AM Clauzel, Centre de Tabacologie, clinique

Plus en détail

LE MEDECIN GENERALISTE ET LA PRISE EN CHARGE D UNE ACCOUCHEE CONSOMMATRICE DE TABAC ET/OU D ALCOOL ET/ OU DE CANNABIS

LE MEDECIN GENERALISTE ET LA PRISE EN CHARGE D UNE ACCOUCHEE CONSOMMATRICE DE TABAC ET/OU D ALCOOL ET/ OU DE CANNABIS LE MEDECIN GENERALISTE ET LA PRISE EN CHARGE D UNE ACCOUCHEE CONSOMMATRICE DE TABAC ET/OU D ALCOOL ET/ OU DE CANNABIS Pr Francis RAPHAËL, Professeur honoraire de Médecine Générale à la Faculté de Médecine

Plus en détail

5 LES THERAPEUTIQUES AYANT DEMONTRE LEUR EFFICACITE

5 LES THERAPEUTIQUES AYANT DEMONTRE LEUR EFFICACITE 5 LES THERAPEUTIQUES AYANT DEMONTRE LEUR EFFICACITE 5.1 Le traitement nicotinique de substitution (TNS) Bénéfices attendus C est le traitement pharmacologique le mieux évalué. Il agit essentiellement à

Plus en détail

Addictions sexuelles Les stratégies thérapeutiques pour réajuster une sexualité compulsive

Addictions sexuelles Les stratégies thérapeutiques pour réajuster une sexualité compulsive Addictions sexuelles Les stratégies thérapeutiques pour réajuster une sexualité compulsive PARIS CSAPA BIZIA Dr Daulouède (Bayonne) lagadecaddiction@gmail.com Marthylle LAGADEC Psychologue clinicienne

Plus en détail

Sevrage tabagique. AMMPPU Faulquemont le 25 09 2009. Docteur Etienne ROYER Pneumologue - Hospitalor - 57500 Saint-Avold

Sevrage tabagique. AMMPPU Faulquemont le 25 09 2009. Docteur Etienne ROYER Pneumologue - Hospitalor - 57500 Saint-Avold Sevrage tabagique AMMPPU Faulquemont le 25 09 2009 Docteur Etienne ROYER Pneumologue - Hospitalor - 57500 Saint-Avold 1 Mes liens d intérêt Spécialiste en pneumologie, je déclare n avoir aucun lien, direct

Plus en détail

GUIDE DE SUIVI AU SEIN DU RÉSEAU

GUIDE DE SUIVI AU SEIN DU RÉSEAU GUIDE DE SUIVI AU SEIN DU RÉSEAU > Tous les médecins peuvent prendre efficacement en charge un sevrage tabagique. Le patient décide lui même et choisit son interlocuteur. >En cas de difficultés, le médecin

Plus en détail

Ordonnance collective pour initier la thérapie de remplacement de la nicotine (TRN)

Ordonnance collective pour initier la thérapie de remplacement de la nicotine (TRN) Direction de santé publique Ordonnance collective pour initier la thérapie de remplacement de la nicotine (TRN) Référence à un protocole : Oui Non Date d entrée en vigueur : 18 décembre 2014 MAJ : 11 juin

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

MINISTERE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTE

MINISTERE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTE MINISTERE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines de système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières(rh4) Personne

Plus en détail

* 1 L entretien motivationnel: objectifs. * 2 Rappel de la psychologie de la personne alcoolique * 3 Les méthodes approfondies

* 1 L entretien motivationnel: objectifs. * 2 Rappel de la psychologie de la personne alcoolique * 3 Les méthodes approfondies * 1 L entretien motivationnel: objectifs * a - Définition * b - Les deux phases techniques * 2 Rappel de la psychologie de la personne alcoolique * 3 Les méthodes approfondies * a - Les 4R, la grille SECA

Plus en détail

9 LE CAS DES SITUATIONS PARTICULIERES

9 LE CAS DES SITUATIONS PARTICULIERES LES STRATEGIES THERAPEUTIQUES MEDICAMENTEUSES ET NON MEDICAMENTEUSES alimentation variée comprenant des végétaux et des fruits, exercice physique régulier, diminuer les excès de graisse et d'alcool. Il

Plus en détail

Arrêt de la consommation de tabac : du dépistage individuel au maintien de l abstinence en premier recours

Arrêt de la consommation de tabac : du dépistage individuel au maintien de l abstinence en premier recours Recommandation de bonne pratique Arrêt de la consommation de tabac : du dépistage individuel au maintien de l abstinence en premier recours Octobre 2014 Messages clés Objectif principal Dépistage Évaluation

Plus en détail

Consommation conjointe cigarette et cannabis Quelles implications pour le sevrage?

Consommation conjointe cigarette et cannabis Quelles implications pour le sevrage? Consommation conjointe cigarette et cannabis Quelles implications pour le sevrage? Isabelle Jacot Sadowski Policlinique médicale universitaire Lausanne Berne, 03.12.2009 1 Problématique Décision d arrêt

Plus en détail

Place et Rôle de l infirmière spécialiste en thérapie comportementale et cognitive (TCC) dans le sevrage tabagique

Place et Rôle de l infirmière spécialiste en thérapie comportementale et cognitive (TCC) dans le sevrage tabagique Place et Rôle de l infirmière spécialiste en thérapie comportementale et cognitive (TCC) dans le sevrage tabagique F. PRAT infirmière à l Unité d Addictologie de Liaison CHU de CLERMONT FERRAND 7 ème CONGRES

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

Questions / Réponses sur le sujet : Entreprises

Questions / Réponses sur le sujet : Entreprises Questions / Réponses sur le sujet : Entreprises A partir de quand sera-t-il interdit de fumer dans les entreprises? A partir du 1er février 2007. Dans quels lieux de travail est-il interdit de fumer? Afin

Plus en détail

Bien comprendre les avantages de la cessation du tabagisme

Bien comprendre les avantages de la cessation du tabagisme Bien comprendre les avantages de la cessation du tabagisme Le tabagisme est une habitude extrêmement coûteuse. Avez-vous déjà pensé aux montants dépensés pour satisfaire cette habitude? Faites le calcul

Plus en détail

Évaluer sa préparation à cesser de fumer

Évaluer sa préparation à cesser de fumer MINTO PREVENTION & REHABILITATION CENTRE CENTRE DE PREVENTION ET DE READAPTATION MINTO Évaluer sa préparation à cesser de fumer Aperçu de la trousse Vous songez à cesser de fumer? Félicitations! En tant

Plus en détail

Les idées reçues. ADIJA oct 2012. Dr C Renaud,

Les idées reçues. ADIJA oct 2012. Dr C Renaud, Les idées reçues ADIJA oct 2012 Dr C Renaud, La pollution de l air est plus mauvaise pour la santé que la fumée de tabac! VRAI - FAUX FAUX La fumée est le champion des polluants, avant les moisissures

Plus en détail

Tabac et troubles psychiatriques : que faire?

Tabac et troubles psychiatriques : que faire? Tabac et troubles psychiatriques : que faire? Les troubles psys : morbidité / mortalité Les addictions et troubles psys : le tabac (alcool?) Pourquoi le tabac Que faire : les «psys» peuvent ils bénéficier

Plus en détail

Abstinence ou réduction: une décision partagée?

Abstinence ou réduction: une décision partagée? Abstinence ou réduction: une décision partagée? Docteur Philippe CASTERA Maître de conférences associé de médecine générale (Université de Bordeaux) Coordinateur du réseau addictions Gironde-Aquitaine

Plus en détail

LA REDUCTION DES RISQUES LIES AU TABAGISME Mythe ou réalité? Diminution importante des ventes de cigarettes et de la prévalence du tabagisme Mais une diminution qui se ralentit en 2004 LA REDUCTION DES

Plus en détail

La loi Evin. 1) Ce que dit la loi Evin... La loi Evin et la publicité pour le tabac. La loi Evin et la publicité pour l alcool

La loi Evin. 1) Ce que dit la loi Evin... La loi Evin et la publicité pour le tabac. La loi Evin et la publicité pour l alcool La loi Evin 1) Ce que dit la loi Evin... La loi Evin et la publicité pour le tabac Elle interdit de prendre en compte le tabac pour le calcul de l indice des prix. Le tabagisme, l alcoolisme et la toxicomanie

Plus en détail

Diminuer la consommation de tabac pendant la grossesse par des mesures incitatives : un problème difficile à résoudre

Diminuer la consommation de tabac pendant la grossesse par des mesures incitatives : un problème difficile à résoudre Diminuer la consommation de tabac pendant la grossesse par des mesures incitatives : un problème difficile à résoudre Dr Blanquet M, Pr Gerbaud L, Mme Leger S, Dr Perthus I, Dr Laurichesse H, Pr Sauvan

Plus en détail

La Codéine? Parlons-en INFORMER

La Codéine? Parlons-en INFORMER La Codéine? Parlons-en INFORMER Qu est-ce que la codéine? La Codéine, ou méthylmorphine, est l'un des alcaloïdes contenus dans le pavot (papaverum somniferum). La codéine est un antalgique puissant (de

Plus en détail

EVALUATION DES METHODES D AIDE A L ARRET DU TABAGISME

EVALUATION DES METHODES D AIDE A L ARRET DU TABAGISME EVALUATION DES METHODES D AIDE A L ARRET DU TABAGISME Docteur Jean PERRIOT Dispensaire Emile Roux Clermont-Ferrand jean.perriot@cg63.fr DIU Tabacologie Clermont-Ferrand - 2015 NOTIONS GENERALES INTRODUCTION.

Plus en détail

L addiction au tabac: Jack E. Henningfield, PhD

L addiction au tabac: Jack E. Henningfield, PhD Terminologie de l addiction Addiction : Terme général employé pour désigner un comportement compulsif qui pousse un individu à se procurer de la drogue Selon l American Psychiatric Association (Association

Plus en détail

Addictions et dépendances

Addictions et dépendances Addictions et dépendances Joëlle Visier Médecin Tabacologue CES de Bobigny/CPAM 93 Dr Hervé LE CLESIAU - Médecin Directeur Drogue, toxicomanie, addiction Faiblesse, vice, manie Souffrance, maladie Récompense,

Plus en détail

La cigarette électronique

La cigarette électronique Journée des internes Paris 2015 La cigarette électronique.pour quitter le tabac Pr. B. Dautzenberg, Pneumologue à la Pitié-Salpêtrière Président de la commission AFNOR e-cigarette qui rassemble tous les

Plus en détail

DEDIT SYLVIE DIU Tabacologie 2015 L ACCOMPAGNEMENT ET L AIDE A L ARRÊT DU TABAC EN ENTREPRISE

DEDIT SYLVIE DIU Tabacologie 2015 L ACCOMPAGNEMENT ET L AIDE A L ARRÊT DU TABAC EN ENTREPRISE DEDIT SYLVIE DIU Tabacologie 2015 L ACCOMPAGNEMENT ET L AIDE A L ARRÊT DU TABAC EN ENTREPRISE Sommaire Introduction Démarche Résultats à 6 mois Conclusion de ses propriétaires. GROUPE AUVERGNE AERONAUTIQUE

Plus en détail