Acquisitions et ventes immobilières : enjeux environnementaux

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Acquisitions et ventes immobilières : enjeux environnementaux"

Transcription

1 Acquisitions et ventes immobilières : enjeux environnementaux par Cindy Vaillancourt Le 14 février 2011 McCarthy Tétrault S.E.N.C.R.L., s.r.l. / mccarthy.ca

2 2 Plan INTRODUCTION PARTIE I OFFRE D ACHAT: REPRÉSENTATIONS & GARANTIES PARTIE II VÉRIFICATION DILIGENTE ENVIRONNEMENTALE (VDE) PARTIE III L IMMEUBLE EST CONTAMINÉ : QUE FAIRE? CONCLUSION

3 3 Introduction La découverte d un enjeu environnemental sur un immeuble après la vente peut devenir un cauchemar, tant pour le vendeur que pour l acheteur Pour limiter les risques : - Comprendre l application des garanties légales aux enjeux environnementaux - Rédiger des clauses environnementales limpides - Mieux connaître les enjeux environnementaux de l immeuble avant la transaction

4 4 Partie I Représentations et garanties A. La garantie légale La garantie légale est prévue dans le Code civil du Québec (CcQ) et comprend deux volets : - Garantie du droit de propriété (art CcQ) - Garantie de qualité (art CcQ) Cette garantie existe de plein droit et n a pas besoin d être prévue explicitement au contrat (art CcQ)

5 5 Partie I Représentations et garanties Garantie du droit de propriété : Art CcQ. Le vendeur d'un immeuble se porte garant envers l'acheteur de toute violation aux limitations de droit public qui grèvent le bien et qui échappent au droit commun de la propriété. Le vendeur n'est pas tenu à cette garantie lorsqu'il a dénoncé ces limitations à l'acheteur lors de la vente, lorsqu'un acheteur prudent et diligent aurait pu les découvrir par la nature, la situation et l'utilisation des lieux ou lorsqu'elles ont fait l'objet d'une inscription au bureau de la publicité des droits.

6 6 Partie I Représentations et garanties Garantie du droit de propriété (suite) Contraintes légales qui affectent le libre usage d'un immeuble Pas nécessaire que l autorité fasse valoir ses droits contre l acheteur Garantie ne s applique pas si : - dénonciation par le vendeur - acheteur prudent et diligent l aurait découvert - inscription au registre foncier

7 Partie I Représentations et garanties Garantie du droit de propriété (suite) Présomption de conformité aux règlements en vigueur Jurisprudence : installations septiques et pétrolières non conformes Application possible : Article 20 LQE

8 8 Partie I Représentations et garanties Garantie du droit de propriété (suite) Application possible: Article 20 LQE Contamination migre activement à l extérieur du terrain Art. 20 LQE: Nul ne doit ( ) permettre ( ) le rejet dans l'environnement d'un contaminant ( ) susceptible de porter atteinte (à la santé humaine ou à l environnement) Un avis de contamination était-il inscrit au registre foncier? L acheteur diligent et prudent aurait-il pu découvrir cette contamination par la nature, la situation et l'utilisation des lieux?

9 9 Partie I Représentations et garanties Garantie de qualité : 1726 CcQ. Le vendeur est tenu de garantir à l'acheteur que le bien et ses accessoires sont, lors de la vente, exempts de vices cachés qui le rendent impropre à l'usage auquel on le destine ou qui diminuent tellement son utilité que l'acheteur ne l'aurait pas acheté, ou n'aurait pas donné si haut prix, s'il les avait connus. Il n'est, cependant, pas tenu de garantir le vice caché connu de l'acheteur ni le vice apparent; est apparent le vice qui peut être constaté par un acheteur prudent et diligent sans avoir besoin de recourir à un expert. [nos soulignés]

10 10 Partie I Représentations et garanties Garantie de qualité (suite) Existence avant la vente Gravité Inconnu de l acheteur Non apparent Acheteur n aurait pas acheté ou prix significativement plus bas

11 11 Partie I Représentations et garanties B. La garantie conventionnelle La garantie légale peut être exclue complètement sauf pour les faits personnel du vendeur (art CcQ) Vices connus du vendeur ou qu il ne pouvait ignorer peuvent être exclus si l acheteur achète à ses risques et périls d un vendeur non professionnel (art CcQ) Limite à la possibilité d exclure vices connus du vendeur : le dol - Art CcQ. L'erreur d'une partie, provoquée par le dol de l'autre partie ou à la connaissance de celle-ci, vicie le consentement dans tous les cas où, sans cela, la partie n'aurait pas contracté ou aurait contracté à des conditions différentes. Le dol peut résulter du silence ou d'une réticence.

12 12 Partie I Représentations et garanties La garantie légale peut aussi être diminuée ou augmentée par diverses clauses contractuelles négociées (art CcQ) Exemples simplifiés de clauses communes : - Aucun enjeu environnemental se rapportant à l Immeuble, n est susceptible d'en diminuer la valeur ou les revenus ou d'en augmenter les dépenses; - L Immeuble est conforme aux Lois environnementales; - L Immeuble n est pas et n a jamais été utilisé comme lieu d enfouissement de matières résiduelles;

13 13 Partie I Représentations et garanties Exemples simplifiés de clauses communes (suite) : - Aucun Contaminant susceptible de porter atteinte à la vie, à la santé, à la sécurité, au bien-être ou au confort de l'être humain, de causer du dommage ou de porter autrement préjudice à la qualité du sol, à la végétation, à la faune ou aux biens ne se trouve dans, sous ou sur l Immeuble; - Le Vendeur n a reçu aucune demande écrite ou verbale, lettre, avis, rapport d inspection, requête, préavis, ordonnance, poursuite, avis d infraction relativement à une non-conformité alléguée, potentielle ou avérée de l Immeuble aux Lois environnementales incluant, sans limiter la portée de ce qui précède, une ordonnance de décontamination ou une demande de mesures correctives ;

14 14 Partie I Représentations et garanties Exemples de clauses (suite) : Plusieurs modulations de ces clauses peuvent être négociées : 1. En définissant plus largement les termes applicables 2. En limitant à la connaissance du vendeur 3. En limitant à la matérialité des effets 4. En limitant la couverture dans le temps

15 15 Partie II La VDE A. Commentaires généraux Si l offre d achat prévoit une vente sans garantie légale aux risques et périls de l acheteur, l acheteur a tout particulièrement intérêt à procéder à une VDE exhaustive pour éviter les mauvaises surprises post-clôture Même si l offre d achat prévoit une large garantie de conformité environnementale de l immeuble, l acheteur a tout de même avantage à procéder à une VDE pour éviter les aléas d une poursuite contre le vendeur

16 16 Partie II La VDE A. Commentaires généraux (suite) Une VDE est même à l avantage du vendeur : permet de prévoir un mécanisme pour s assurer que l acheteur gère adéquatement l enjeu post-clôture et ainsi notamment limiter les risques de responsabilités pénales La LQE prévoit que le Ministre du Développement durable, de l Environnement et des Parcs (le «Ministre») peut ordonner à un ancien propriétaire de décontaminer un terrain : article LQE

17 17 Partie II La VDE A. Commentaires généraux (suite) Désavantages de la VDE pour le vendeur : - peut faire fuir l acheteur potentiel - enjeu devra possiblement être divulgué aux prochains acheteurs - connaissance de l enjeu peut obliger le vendeur à intervenir Exemple : obligation de notifier immédiatement le Ministre de la présence d une contamination provenant d une activité désignée sérieusement susceptible de migrer à l extérieur de l immeuble (art LQE)

18 18 Partie II La VDE B. Objectifs de la VDE Identifier les enjeux et évaluer leur importance Obtenir une réduction de prix et/ou des garanties additionnelles du vendeur (ex. indemnité, assurance, lettres de crédits) Négocier des engagements de l acheteur pour limiter les risques de responsabilité future du vendeur (ex. obligation de décontaminer dans les 60 jours suivant la vente avec rapport à l appui) En cas de poursuite pénale contre l acheteur, pourrait faire partie d une défense de diligence raisonnable

19 19 Partie II La VDE C. Éléments d une VDE Passif environnemental (ex : contamination historique du site, avis d infraction, poursuites) Dossier environnemental (autorités fédérales, provinciales et municipales) Risques étrangers à l immeuble (ex : voisins, changements législatifs futurs) Investissements requis pour mesures correctives

20 20 Partie II La VDE D. Principaux outils de VDE 1. Registres publics 2. Demande d accès à l information 3. Évaluation environnementale de site

21 Partie II La VDE Registres publics Registre foncier : avis de contamination Registres du Ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs (MDDEP) Registre des permis d utilisation des équipements pétroliers à risque élevé de la Régie du bâtiment du Québec

22 22 Partie II La VDE 1. Registres publics (suite) Information requise pour la recherche : - adresse de l immeuble - numéro de(s) lot(s) - nom(s) actuel(s) et antérieur(s) du propriétaire (incluant commandité) Économique et rapide Portée limitée

23 23 Partie II La VDE 2. Demande d accès à l information Informations / documents à obtenir Même information que pour registre public Consentement du propriétaire Processus Lettre de demande d accès Délai minimal de 20 jours pour la réponse (+ possibilité d un délai additionnel de 10 jours) Frais de photocopie Peut faire partie d une Phase I

24 24 Partie II La VDE 3. Évaluation environnementale de site - Quand est-ce requis? - Étendue de l évaluation Phase I - Objectif de l évaluation Phase I - Délais - Choix du consultant 1. Se méfier des aubaines! 2. Vendeur a intérêt à approuver le choix 3. Phase I incomplète ou faussement alarmiste pénalise les parties - Étendue de l évaluation Phase II (si requise)

25 25 Partie II La VDE 3. Évaluation environnementale de site (suite) Si la Phase I soulève des préoccupations environnementales et recommande une Phase II : Prolongation de la période de VDE souvent nécessaire Qui assument les coûts de la Phase II? Qui détermine la portée du mandat d échantillonnage? À qui sera adressé le rapport Phase II? Mandat conjoint : option qui a ses avantages et inconvénients pour l acheteur et le vendeur

26 26 Partie III L immeuble est contaminé : que faire? Mettre fin à la transaction Réaliser une Phase III (estimé d étendue et de coûts) Négocier réduction du prix d achat (one shot deal) Négocier une retenue du prix d achat ($ en fiducie) Prendre en charge les travaux Prévoir des clauses contractuelles additionnelles

27 27 Conclusion L approche optimiste : - Chercher à en savoir le moins possible - Précipiter la transaction et ne rien prévoir dans le contrat - Prier pour que tout aille pour le mieux L approche prudente : - Consacrer le temps et l $ nécessaire pour identifier les enjeux et leur coût respectif - Retarder la transaction si nécessaire - Négocier l impact des enjeux et leur mécanisme de gestion - Rédiger des clauses contractuelles adaptées et limpides

28 VANCOUVER Suite 1300, 777 Dunsmuir Street P.O. Box 10424, Pacific Centre Vancouver (Colombie-Britannique V7Y 1K2 Tel: Fax: Toll-Free: CALGARY Suite 3300, 421 7th Avenue SW Calgary (Alberta) T2P 4K9 Tel: Fax: Toll-Free: TORONTO Box 48, Suite 5300 Toronto Dominion Bank Tower Toronto (Ontario) M5K 1E6 Tel: Fax: Toll-Free: MONTRÉAL Bureau , rue De La Gauchetière Ouest Montréal (Québec) H3B 0A2 Tél. : Téléc. : Sans frais : QUÉBEC Le Complexe St-Amable 1150, rue de Claire-Fontaine, 7 e étage Québec (Québec) G1R 5G4 Tél. : Téléc. : Sans frais : UNITED KINGDOM & EUROPE 125 Old Broad Street, 26th Floor London EC2N 1AR UNITED KINGDOM Tel: +44 (0) Fax: +44 (0) OTTAWA 440, avenue Laurier Ouest, bureau 200 Ottawa (Ontario) K1R 7X6 Tél. : Téléc. : Sans frais :

Le cadre juridique du lobbyisme au Québec et l inscription des lobbyistes

Le cadre juridique du lobbyisme au Québec et l inscription des lobbyistes Le cadre juridique du lobbyisme au Québec et l inscription des lobbyistes Développements récents, enjeux juridiques et difficultés pratiques d inscription Pierre-Hugues Vallée Février 2011 2 Sommaire de

Plus en détail

Les caractéristiques des dossiers de sols contaminés 1) Les montants très importants des frais

Les caractéristiques des dossiers de sols contaminés 1) Les montants très importants des frais Conférence tenue le 18 novembre 2010 17 e Colloque annuel de l Association québécoise de vérification environnementale (AQVE) LA GARANTIE DE QUALITÉ DU VENDEUR EN MATIÈRE DE TERRAINS CONTAMINÉS M e Jeffrey

Plus en détail

La garantie légale des vices cachés

La garantie légale des vices cachés La garantie légale des vices cachés Article juridique publié le 11/05/2015, vu 682 fois, Auteur : Yaya MENDY La garantie des vices cachés est une protection contre les défauts d un produit acheté et qui

Plus en détail

Atelier pratique sur la gestion de crise

Atelier pratique sur la gestion de crise Atelier pratique sur la gestion de crise Michel Gagné 16 mai 2013 ACCJE 2 Une crise majeure entraîne généralement des risques juridiques élevés Rôle fondamental de l avocat pour minimiser le risque de

Plus en détail

Atelier pratique sur la gestion de crise. Perquisitions et enquêtes internes

Atelier pratique sur la gestion de crise. Perquisitions et enquêtes internes Atelier pratique sur la gestion de crise Perquisitions et enquêtes internes Madeleine Renaud Le16 mai 2013 ACCJE Risques d enquêtes criminelles 2 Loi sur la concurrence: entente pour fixer les prix, entente

Plus en détail

Propriétés insalubres et nuisances sur votre territoire: Que faire?

Propriétés insalubres et nuisances sur votre territoire: Que faire? Propriétés insalubres et nuisances sur votre territoire: Que faire? Le 25 août 2014 Par M e François Bérubé francois.berube@clcw.ca 2 I. Introduction et mise en contexte II. Les moyens légaux pour les

Plus en détail

CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL ET : SPÉCIMEN. Téléphone : No du membre. Courriel :

CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL ET : SPÉCIMEN. Téléphone : No du membre. Courriel : CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL 1. PARTIES ENTRE : Représenté par : Courriel : 2. OBJET DU CONTRAT Les services de L'INSPECTEUR sont retenus par l'acheteur (LE

Plus en détail

ÉVALUATION CERTIFICATIVE COURTAGE COMMERCIAL

ÉVALUATION CERTIFICATIVE COURTAGE COMMERCIAL Exemple de réponses Scénario 2 Important : ce que vous trouverez ci-joint n est qu un exemple d un examen complété en courtage immobilier commercial qui démontre la maîtrise de l ensemble des compétences.

Plus en détail

Quant à l effet d une clause exonératoire dans un contrat de vente :

Quant à l effet d une clause exonératoire dans un contrat de vente : VENTE D UN IMMEUBLE INDIVIS AFFECTE D UN VICE CACHE Pierre ROUSSEAUX/S.N.P. ARTICLES PR6279-20120207-1100-SE ARTICLE De Pierre ROUSSEAUX, avocat, Président S.N.P. CHARLEROI (www.snp-charleroi.be) PHOTO

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D ACHAT D AIR PRODUCTS

CONDITIONS GENERALES D ACHAT D AIR PRODUCTS CONDITIONS GENERALES D ACHAT D AIR PRODUCTS 1. Application 2. Livraison 3. Prix et paiement 4. Inspection 5. Garantie 6. Résiliation 7. Sous-traitance et cession 8. Politique anticorruption 9. Modifications

Plus en détail

1/ L obligation générale de conformité

1/ L obligation générale de conformité LES GARANTIES DU VENDEUR A la suite de l achat de divers biens de consommation courante (canapé, véhicule, frigidaire, machine à laver, téléviseur ), il peut arriver que le consommateur ait besoin d invoquer

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE A DISTANCE B&YOU

CONDITIONS GENERALES DE VENTE A DISTANCE B&YOU CONDITIONS GENERALES DE VENTE A DISTANCE B&YOU 10 juin 2014 Nous vous présentons les conditions dans lesquelles nous commercialisons auprès de nos clients B&YOU des équipements (carte SIM, téléphone mobile,

Plus en détail

CONVENTION DE SERVICE D INSPECTION PRÉACHAT D UN IMMEUBLE RÉSIDENTIEL

CONVENTION DE SERVICE D INSPECTION PRÉACHAT D UN IMMEUBLE RÉSIDENTIEL CONVENTION DE SERVICE D INSPECTION PRÉACHAT D UN IMMEUBLE RÉSIDENTIEL 1. PARTIES La présente convention de service est conclue Entre et Claude Couture inspecteur en bâtiments 1765, rue Roberval Québec

Plus en détail

CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN IMMEUBLE

CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN IMMEUBLE CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN IMMEUBLE 1. PARTIES ENTRE : Représenté par : (ci-après désigné L'INSPECTEUR) (ci-après désigné(s) LE CLIENT) A.I.B.Q Membre No.: T.P.S # T.V.Q. # Téléphone : Courriel

Plus en détail

Déclaration de services aux citoyens

Déclaration de services aux citoyens Déclaration de services aux citoyens Commission de protection du territoire agricole du Québec Votr e dr oit à un se r vice de qua lité Avant-propos C est avec fierté que la Commission de protection du

Plus en détail

CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL

CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL COVTIO D SRVIC D'ISPCTIO D'U IMMUBL PRICIPALMT RÉSIDTIL 1. PARTIS TR : (ci-après désigné(s) L CLIT) Représenté par : ( o du membre (ci-après désigné L ISPCTUR) T.P.S. # : T.V.Q. # : ) Téléphone : Courriel

Plus en détail

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION Siège Bureau de Montréal Bureau 1.10 Bureau 18.200 575, rue Saint-Amable 500, boulevard René-Lévesque Ouest Québec (Québec) G1R 2G4 Montréal (Québec) H2Z 1W7 Tél. : (418) 528-7741 Tél. : (514) 873-4196

Plus en détail

Ordonnance sur l engagement d entreprises de sécurité privées par la Confédération

Ordonnance sur l engagement d entreprises de sécurité privées par la Confédération Ordonnance sur l engagement d entreprises de sécurité privées par la Confédération (Ordonnance sur l engagement d entreprises de sécurité, OESS) du 31 octobre 2007 Le Conseil fédéral suisse, vu l art.

Plus en détail

Ouvrir un compte personnel. Ce que votre société de courtage doit apprendre sur vous et pourquoi

Ouvrir un compte personnel. Ce que votre société de courtage doit apprendre sur vous et pourquoi Ouvrir un compte personnel Ce que votre société de courtage doit apprendre sur vous et pourquoi À propos de l OCRCVM L Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) réglemente

Plus en détail

InfoMaison No. 88 Est un dossier préparé pour Info-Immobilier-Rive-Nord (IIRN) à l intention de toutes les personnes intéressées par l immobilier

InfoMaison No. 88 Est un dossier préparé pour Info-Immobilier-Rive-Nord (IIRN) à l intention de toutes les personnes intéressées par l immobilier InfoMaison No. 88 Est un dossier préparé pour Info-Immobilier-Rive-Nord (IIRN) à l intention de toutes les personnes intéressées par l immobilier et l immobilier résidentiel de la Rive-Nord du Grand Montréal

Plus en détail

Cahier des Clauses Administratives Particulières (CCAP)

Cahier des Clauses Administratives Particulières (CCAP) 19, rue d l'eglise 02110 Vaux-Andigny Tél: 03 65 65 60 40 Fax: 03 23 66 16 10 Communauté de communes de la Thiérache d'aumale Maître d ouvrage : Communauté de communes de la Thiérache d Aumale Objet du

Plus en détail

Table des matières. A. La «vente»... 10 B. Le bien de consommation... 12 C. Le vendeur professionnel... 14 D. Le consommateur...

Table des matières. A. La «vente»... 10 B. Le bien de consommation... 12 C. Le vendeur professionnel... 14 D. Le consommateur... 1 Les droits de l acheteur confronté à un défaut de la chose vendue................ 7 Julie DEWEZ assistante à l U.C.L., collaboratrice notariale CHAPITRE 1 L obligation légale de délivrance d un bien

Plus en détail

Assurance de GARANTIE DE PASSIF ENVIRONNEMENTAL Comment sécuriser une opération foncière?

Assurance de GARANTIE DE PASSIF ENVIRONNEMENTAL Comment sécuriser une opération foncière? Ce document doit être considéré comme un support de présentation commerciale n ayant aucune valeur contractuelle 2013 02 06 Assurance de GARANTIE DE PASSIF ENVIRONNEMENTAL Comment sécuriser une opération

Plus en détail

Comment passer un contrat avec les agents de commercialisation du gaz naturel et les détaillants d électricité

Comment passer un contrat avec les agents de commercialisation du gaz naturel et les détaillants d électricité Ontario Energy Commission de l énergie Board de l Ontario P.O. Box 2319 C.P. 2319 2300 Yonge Street 2300, rue Yonge 26th. Floor 26 e étage Toronto ON M4P 1E4 Toronto ON M4P 1E4 Telephone: (416) 481-1967

Plus en détail

Notre engagement à l égard du service offert à nos entreprises clientes

Notre engagement à l égard du service offert à nos entreprises clientes Services bancaires aux entreprises Notre engagement à l égard de votre entreprise Notre engagement à l égard du service offert à nos entreprises clientes Une relation fondée sur une promesse. En tant que

Plus en détail

Profil de l entreprise

Profil de l entreprise Profil de l entreprise Caron, Trépanier & associés inc., firme d experts comptables ayant sa place d affaires à Sherbrooke depuis plus de 25 ans, a pour mission : D offrir à sa clientèle, composée de petites

Plus en détail

L INSPECTION PRÉACHAT DANS LE DOMAINE IMMOBILIER ÀSSOIÀTION PES CONSOMMATEURS POUR LA QUALITÉ PANS LÀ CONSTRUCTION POUR UNE MEILLEURE PROTECTION

L INSPECTION PRÉACHAT DANS LE DOMAINE IMMOBILIER ÀSSOIÀTION PES CONSOMMATEURS POUR LA QUALITÉ PANS LÀ CONSTRUCTION POUR UNE MEILLEURE PROTECTION POUR LA QUALITÉ PANS LÀ CONSTRUCTION ÀSSOIÀTION PES CONSOMMATEURS DES ACHETEURS ET DES VENDEURS POUR UNE MEILLEURE PROTECTION IMMOBILIER DANS LE DOMAINE PRÉACHAT L INSPECTION L INSPECTION PRÉACHAT DANS

Plus en détail

OFFRE D'ACHAT. (ci-après appelée l'a Offre»)

OFFRE D'ACHAT. (ci-après appelée l'a Offre») OFFRE D'ACHAT (ci-après appelée l'a Offre») Par : NOMISOCIÉTÉ : re~résentée Dar : ADRESSE (ci-après appelée Il) À: GILLES BESNER, BESTRUST, SELON JUGEMENT (ci-après appelée le ) L'acheteur offre par les

Plus en détail

VENTE PAR VOIE DE SOUMISSION PUBLIQUE

VENTE PAR VOIE DE SOUMISSION PUBLIQUE Société de développement industriel de Saint-Anselme inc. 134, rue Principale Saint-Anselme (Québec) G0R 2N0 Tél. : 418.885.4977 Télécopieur : 418.885.9834 municipalite@st-anselme.ca www.st-anselme.ca

Plus en détail

Démêler les responsabilités concepteur fabricant installateur client municipalité assureur. Par : Me Guillaume Charron

Démêler les responsabilités concepteur fabricant installateur client municipalité assureur. Par : Me Guillaume Charron Démêler les responsabilités concepteur fabricant installateur client municipalité assureur Par : Me Guillaume Charron Les intervenants Le fabricant L entrepreneur général et l installateur Le client La

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE ARTICLE 1 CHAMP D APPLICATION ET OBJET Les présentes conditions générales de vente à distance (ci-après «CGV») régissent la relation contractuelle entre d une part, «Alphonse

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION NOTIFICATION DU PUBLIC PROJET D IMPLANTATION D UNE TOUR DE TÉLÉCOMMUNICATION 105, RANG ST-MARC LES ÉBOULEMENTS, QUÉBEC

DOSSIER D INFORMATION NOTIFICATION DU PUBLIC PROJET D IMPLANTATION D UNE TOUR DE TÉLÉCOMMUNICATION 105, RANG ST-MARC LES ÉBOULEMENTS, QUÉBEC DOSSIER D INFORMATION NOTIFICATION DU PUBLIC PROJET D IMPLANTATION D UNE TOUR DE TÉLÉCOMMUNICATION 105, RANG ST-MARC LES ÉBOULEMENTS, QUÉBEC LE 26 AVRIL 2011 1- L objectif de couverture cellulaire Rogers

Plus en détail

COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances»

COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances» Bossé c. Inspecteur canin inc. 2009 QCCQ 6133 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE TERREBONNE LOCALITÉ DE SAINT-JÉRÔME «Chambre civile» N : 700-32-020392-088 COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances»

Plus en détail

Montréal, le 1 er août 2014. M e François Giroux McCarthy Tétrault S.E.N.C.R.L 1000, rue de la Gauchetière Ouest Bureau 2500 Montréal (Québec) H3B 0A2

Montréal, le 1 er août 2014. M e François Giroux McCarthy Tétrault S.E.N.C.R.L 1000, rue de la Gauchetière Ouest Bureau 2500 Montréal (Québec) H3B 0A2 Montréal, le 1 er août 2014 M. M e François Giroux McCarthy Tétrault S.E.N.C.R.L 1000, rue de la Gauchetière Ouest Bureau 2500 Montréal (Québec) H3B 0A2 Objet : Plainte de M. à l endroit de la CIBC N/Réf.

Plus en détail

Offre d achat immeuble à revenus*

Offre d achat immeuble à revenus* Offre d achat immeuble à revenus* (usage résidentiel seulement) 1. IDENTIFICATION DES PARTIES ACHETEUR 1 : ACHETEUR 2 : VENDEUR 1 : Ci-après l «Acheteur» VENDEUR 2 : 2. OBJET DU CONTRAT Ci-après le «Vendeur»

Plus en détail

Stratégies de gestion des risques et d assurance en cas d achat et d aménagement de sites pollués ou potentiellement pollués

Stratégies de gestion des risques et d assurance en cas d achat et d aménagement de sites pollués ou potentiellement pollués Stratégies de gestion des risques et d assurance en cas d achat et d aménagement de sites pollués ou potentiellement pollués Françoise Labrousse, Avocat au barreau de Paris (flabrousse@jonesday.com) Mathieu

Plus en détail

GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien)

GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien) GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien) TITRE 1 : NATURE DE LA GARANTIE DE RACHAT Article 1 er : Nature et portée de la garantie Une garantie de rachat est offerte par l organisme

Plus en détail

CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL ET : SPÉCIMEN. Téléphone : No du membre. Courriel :

CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL ET : SPÉCIMEN. Téléphone : No du membre. Courriel : CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL 1. PARTIES ENTRE : Représenté par : 2. OBJET DU CONTRAT Les services de L'INSPECTEUR sont retenus par l'acheteur (LE CLIENT)

Plus en détail

Politique relative à l attribution des contrats et à la gestion contractuelle du Groupe d approvisionnement en commun de l Est du Québec

Politique relative à l attribution des contrats et à la gestion contractuelle du Groupe d approvisionnement en commun de l Est du Québec Politique relative à l attribution des contrats et à la gestion contractuelle du Groupe d approvisionnement en commun de l Est du Québec Document diffusé au réseau de la santé et des services sociaux du

Plus en détail

Code de conduite des fournisseurs de Bombardier

Code de conduite des fournisseurs de Bombardier Code de conduite des fournisseurs de Bombardier 1 À PROPOS DE BOMBARDIER Bombardier croit qu un solide engagement et une approche stratégique à l égard de la responsabilité d entreprise sont essentiels

Plus en détail

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers GUIDE DE PRÉSENTATION PORTANT SUR LA CONFORMITÉ D UNE CESSION D ENTREPRISE PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC Mars 2008 Autorité des marchés financiers Ce document a été produit par la Surintendance

Plus en détail

Objet : Plainte de M. c. Location d outils Simplex N/Réf. : 11 16 54

Objet : Plainte de M. c. Location d outils Simplex N/Réf. : 11 16 54 Montréal, le 26 septembre 2013... Vice-président aux finances Location d outils Simplex 9740, boul. de l Acadie Montréal (Québec) H4N 1L8 Objet : Plainte de M. c. Location d outils Simplex N/Réf. : 11

Plus en détail

LES GARANTIES LEGALES EN MATIERE IMMOBILIERE

LES GARANTIES LEGALES EN MATIERE IMMOBILIERE LES GARANTIES LEGALES EN MATIERE IMMOBILIERE Pour la plupart des ménages, l acquisition d un bien immobilier représente le plus important investissement de leur vie du fait que son financement nécessite

Plus en détail

Politique sur la non-violence en milieu de travail

Politique sur la non-violence en milieu de travail Politique sur la non-violence en milieu de travail Direction des ressources humaines Adoptée le 15 avril 2013 Résolution 130415-4 POLITIQUE SUR LA NON-VIOLENCE EN MILIEU DE TRAVAIL 1. Objectifs La Ville

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE RESSOURCES HUMAINES

MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE RESSOURCES HUMAINES MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE RESSOURCES HUMAINES Objet Le comité de gouvernance et de ressources humaines du conseil d administration est établi par la Société d évaluation foncière des municipalités

Plus en détail

Bulletin de l'autorité des marchés financiers 6.8. Offres publiques. .. 19 février 2015 - Vol. 12, n 7 515

Bulletin de l'autorité des marchés financiers 6.8. Offres publiques. .. 19 février 2015 - Vol. 12, n 7 515 6.8 Offres publiques.. 19 février 2015 - Vol. 12, n 7 515 6.8 OFFRES PUBLIQUES 6.8.1 Avis Aucune information. 6.8.2 Dispenses Compagnie de chemins de fer nationaux du Canada Vu la demande présentée par

Plus en détail

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance Le 2 décembre 2009, l Assemblée nationale du Québec a adopté le projet de loi 60, intitulé Loi modifiant la

Plus en détail

Exigences préalables et documents d appui pour un projet d immobilisations dans le secteur des sites contaminés

Exigences préalables et documents d appui pour un projet d immobilisations dans le secteur des sites contaminés Exigences préalables et documents d appui pour un projet d immobilisations dans le secteur des sites contaminés Les exigences préalables et les documents d appui sont déterminés en fonction du statut du

Plus en détail

Plan d action de la gestion Audit des contrôles de base de Développement économique Canada pour les régions du Québec

Plan d action de la gestion Audit des contrôles de base de Développement économique Canada pour les régions du Québec Plan d action de la gestion Audit des contrôles de base de Développement économique Canada pour les régions du Québec Opinion de l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec

Plus en détail

1.1 Le prix d'achat sera de dollars ( $) que l'acheteur convient de payer comme suit :

1.1 Le prix d'achat sera de dollars ( $) que l'acheteur convient de payer comme suit : OFFRE D ACHAT ADRESSE DE LA PROPRIÉTÉ : ACHETEUR : (nom, occupation, adresse, téléphone) Ci-après désigné(e)(s) «l'acheteur»; VENDEUR : (nom, occupation, adresse, téléphone) Ci-après désigné (e)(s) «le

Plus en détail

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 CONSTRUCTION DE DÉFENSE (1951) LIMITÉE PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 (Modifie et abrège le profil en date

Plus en détail

C A N A D A PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT D ABITIBI N o COUR : 615-11-001311-127. C O U R S U P É R I E U R E Chambre commerciale

C A N A D A PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT D ABITIBI N o COUR : 615-11-001311-127. C O U R S U P É R I E U R E Chambre commerciale Samson Bélair/Deloitte & Touche Inc. 1, Place Ville Marie Bureau 3000 Montréal QC H3B 4T9 Canada Tél. : 514-393-7115 Téléc. : 514-390-4103 www.deloitte.ca C A N A D A PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT D ABITIBI

Plus en détail

Table des matières. Le défaut de la chose vendue selon le droit «commun» de la vente (articles 1602 à 1649 du Code civil) 7

Table des matières. Le défaut de la chose vendue selon le droit «commun» de la vente (articles 1602 à 1649 du Code civil) 7 Table des matières Le défaut de la chose vendue selon le droit «commun» de la vente (articles 1602 à 1649 du Code civil) 7 Sophie Damas Introduction 7 Chapitre 1. Le «défaut» au regard des principales

Plus en détail

à vendre IMMEUBLE COMMERCIAL À VENDRE 201, CHEMIN MONTRÉAL CORNWALL (ONTARIO) PRIX DEMANDÉ : 435 000 $ Caractéristiques

à vendre IMMEUBLE COMMERCIAL À VENDRE 201, CHEMIN MONTRÉAL CORNWALL (ONTARIO) PRIX DEMANDÉ : 435 000 $ Caractéristiques IMMEUBLE COMMERCIAL À VENDRE 201, CHEMIN MONTRÉAL CORNWALL (ONTARIO) PRIX DEMANDÉ : 435 000 $ Caractéristiques Le Mouvement Desjardins désire vous informer de la mise en marché de l immeuble situé au 201

Plus en détail

La Bourse Régionale des produits de base. Document didactique de formation destiné aux vendeurs/dépositaires

La Bourse Régionale des produits de base. Document didactique de formation destiné aux vendeurs/dépositaires La Bourse Régionale des produits de base Document didactique de formation destiné aux vendeurs/dépositaires 11 1 Sommaire Introduction générale...3 1- Choix de l'entrepôt...5 2- Dépôt de la marchandise...5

Plus en détail

L Assurance en copropriété

L Assurance en copropriété L Assurance en copropriété Par Paul-André LeBouthillier et Richard Lavoie Avocats L assurance en copropriété Les obligations générales du Syndicat en matière d assurance? Comment réagir lors d un sinistre

Plus en détail

Ordre des CPA du Québec TABLE DES MATIÈRES GÉNÉRALE RÉFÉRENTIEL ASPECTS LÉGAUX DES AFFAIRES INTRODUCTION

Ordre des CPA du Québec TABLE DES MATIÈRES GÉNÉRALE RÉFÉRENTIEL ASPECTS LÉGAUX DES AFFAIRES INTRODUCTION GÉNÉRALE INTRODUCTION MODULE 1 Les modes juridiques d exploitation d une entreprise MODULE 2 La constitution et l organisation d une société par actions MODULE 3 Les affaires internes de la société MODULE

Plus en détail

AVIS AUX MEMBRES (Texte intégral)

AVIS AUX MEMBRES (Texte intégral) C A N A D A PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL No : 500-06-000513-107 (RECOURS COLLECTIF) C O U R S U P É R I E U R E UNION DES CONSOMMATEURS -et- Demanderesse/Représentante MICHAEL SILAS c. Personne

Plus en détail

Démarche d amélioration de la qualité en agrotourisme

Démarche d amélioration de la qualité en agrotourisme Démarche d amélioration de la qualité en agrotourisme Grille d auto-évaluation Cette grille d auto-évaluation a pour objectifs : d améliorer la prestation touristique des entreprises agrotouristiques;

Plus en détail

Dossiers personnels de l élève

Dossiers personnels de l élève Dossiers personnels de l élève Pauline Ladouceur Octobre 2008 - 2 - Principes de base à respecter: La protection des renseignements personnels repose sur trois principes de base : le nombre de renseignements

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉNONCIATION

POLITIQUE DE DÉNONCIATION POLITIQUE DE DÉNONCIATION APPROUVÉE PAR LE COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE MISE EN CANDIDATURE LE 11 DÉCEMBRE 2013 APPROUVÉE PAR LE COMITÉ D AUDIT LE 25 MARS 2014 APPROUVÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION

Plus en détail

L APPLICATION DE LA LOI SUR LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR AU DOMAINE IMMOBILIER

L APPLICATION DE LA LOI SUR LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR AU DOMAINE IMMOBILIER COLLOQUE DE LA FONDATION CLAUDE MASSE, 7 NOVEMBRE 2013 L APPLICATION DE LA LOI SUR LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR AU DOMAINE IMMOBILIER M e Luc Thibaudeau INTRODUCTION : LE BESOIN DE PROTECTION DU CONSOMMATEUR

Plus en détail

Extension de garantie AUDI. I. Garantie complémentaire à la garantie véhicule neuf AUDI

Extension de garantie AUDI. I. Garantie complémentaire à la garantie véhicule neuf AUDI Extension de garantie AUDI I. Garantie complémentaire à la garantie véhicule neuf AUDI 1. La société «Volkswagen Group France» Société Anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance, au capital de 7.750.000,00

Plus en détail

- et - CONDITIONS DE VENTE DU SYNDIC

- et - CONDITIONS DE VENTE DU SYNDIC Dans l'affaire de la faillite de : Centre du Pneu M.C. inc. Débitrice - et - DEMERS BEAULNE INC. Syndic CONDITIONS DE VENTE DU SYNDIC Voici les conditions de vente de DEMERS BEAULNE INC. Les conditions

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS ASPECTS LÉGAUX DE LA. Comment encadrer votre responsabilité contractuelle, civile et professionnelle

LES DIFFÉRENTS ASPECTS LÉGAUX DE LA. Comment encadrer votre responsabilité contractuelle, civile et professionnelle LES DIFFÉRENTS ASPECTS LÉGAUX DE LA RECHERCHE CLINIQUE Comment encadrer votre responsabilité par Me Nicolas Lassonde, avocat LEGAULT JOLY THIFFAULT, s.e.n.c.r.l. Introduction Différentes notions juridiques

Plus en détail

GARANTIE LEGALE CONTRE LES VICES CACHES

GARANTIE LEGALE CONTRE LES VICES CACHES GARANTIE LEGALE CONTRE LES VICES CACHES 24/11/2014 Le vendeur doit à l acheteur la garantie que le bien vendu est exempt de vices le rendant impropre à l usage auquel il est destiné ou diminuant tellement

Plus en détail

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES LE CONSEIL, Vu l article 5 (b) de la Convention relative à l Organisation de Coopération

Plus en détail

Sachez stocker 6. Règlement sur les systèmes de stockage de produits pétroliers et de produits apparentés

Sachez stocker 6. Règlement sur les systèmes de stockage de produits pétroliers et de produits apparentés Règlement sur les systèmes de stockage de produits pétroliers et de produits apparentés L identification de votre système En vertu du nouveau Règlement sur les systèmes de stockage de produits pétroliers

Plus en détail

LES ACHATS ET LOUAGE DE BIENS ET SERVICES Numéro : 1 Date : 2011-05-31 Page : 1 de 10

LES ACHATS ET LOUAGE DE BIENS ET SERVICES Numéro : 1 Date : 2011-05-31 Page : 1 de 10 LES ACHATS ET LOUAGE DE BIENS ET SERVICES Numéro : 1 Date : 2011-05-31 Page : 1 de 10 CHAPITRE I OBJET ET APPLICATION CHAPITRE II DÉFINITIONS 1) L objectif de la présente procédure est d établir les processus

Plus en détail

ACE LEADER S VALUE ÉTUDE DE CAS IMMOBILIER À QUI S ADRESSE CE PRODUIT? INCENDIE? EXPLOSION? ÉVÉNEMENT NATUREL POURQUOI CHOISIR ACE LEADER S VALUE?

ACE LEADER S VALUE ÉTUDE DE CAS IMMOBILIER À QUI S ADRESSE CE PRODUIT? INCENDIE? EXPLOSION? ÉVÉNEMENT NATUREL POURQUOI CHOISIR ACE LEADER S VALUE? ÉTUDE DE CAS P hilippe est asset manager, pour le compte d une société de gestion d actifs immobiliers. Afin de protéger les actifs dont il a la charge, il a souscrit un contrat ACE Leader s Value, comprenant

Plus en détail

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime.

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime. I. CHAMP D APPLICATION Conditions générales Les présentes conditions générales sont d application sur toutes les relations professionnelles entre le professionnel et le client. Toute dérogation doit être

Plus en détail

Le point de droitmc. Publié par le groupe du droit des affaires

Le point de droitmc. Publié par le groupe du droit des affaires Septembre 2005 Le point de droitmc Publié par le groupe du droit des affaires Harmonisation des dispenses d inscription et de prospectus provinciales en vertu de la Norme canadienne 45-106 La NC 45-106

Plus en détail

LE COMITE DE REGLEMENT DES DIFFERENDS STATUANT EN COMMISSION LITIGES ;

LE COMITE DE REGLEMENT DES DIFFERENDS STATUANT EN COMMISSION LITIGES ; DECISION N 003/13/ARMP/CRD DU 09 JANVIER 2013 DU COMITE DE REGLEMENT DES DIFFERENDS STATUANT EN COMMISSION LITIGES SUR LA DEMANDE SPECIALE D AUGMENTATION DU TAUX DE BAISSE DU MONTANT D UN MARCHE DANS LE

Plus en détail

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE PLANS DIRECTEURS RÉGIONAUX DES ÉQUIPEMENTS ET TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MATIÈRES ORGANIQUES ET DES RÉSIDUS ULTIMES

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE PLANS DIRECTEURS RÉGIONAUX DES ÉQUIPEMENTS ET TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MATIÈRES ORGANIQUES ET DES RÉSIDUS ULTIMES PROGRAMME DE FINANCEMENT DE PLANS DIRECTEURS RÉGIONAUX DES ÉQUIPEMENTS ET TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MATIÈRES ORGANIQUES ET DES RÉSIDUS ULTIMES DANS UNE PERSPECTIVE D AUTONOMIE RÉGIONALE JANVIER 2008

Plus en détail

Conditions Générales de Vente (CGV)

Conditions Générales de Vente (CGV) Conditions Générales de Vente (CGV) Entreprise PHYSICAL Instrument SA Mise à jour des CGV : Mars 2015 Clause n 1 : Conditions de vente Les conditions générales de vente décrites ci-après détaillent les

Plus en détail

Politique de gestion contractuelle

Politique de gestion contractuelle Politique de gestion contractuelle Décembre 2010 (modifiée juin 2011) Table des matières SECTION 1 : Objectifs, définitions et champs d application...3 1.1 Objectifs...3 1.2 Éthique...3 1.3 Portée...4

Plus en détail

Le régime des responsabilités professionnelles des acteurs de la construction en quelques lignes

Le régime des responsabilités professionnelles des acteurs de la construction en quelques lignes 2009 Le régime des responsabilités professionnelles des acteurs de la construction en quelques lignes 1. Fondement du régime des responsabilités a. Le régime général des responsabilités des acteurs de

Plus en détail

Demande de citation ou de création de site du patrimoine. Ville de Montréal

Demande de citation ou de création de site du patrimoine. Ville de Montréal Demande de citation ou de création de site du patrimoine Ville de Montréal Le présent formulaire permet de réaliser une demande de citation ou de constitution d un site du patrimoine. Vous trouverez en

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

AVANT PROJET DE LOI INSTITUANT LE NOUVEAU CODE DE PROCÉDURE CIVILE

AVANT PROJET DE LOI INSTITUANT LE NOUVEAU CODE DE PROCÉDURE CIVILE CI 049M C.G. Code de procédure civile MÉMOIRE Février 2012 AVANT PROJET DE LOI INSTITUANT LE NOUVEAU CODE DE PROCÉDURE CIVILE Présenté à la Commission des institutions par L OACIQ, UN ORGANISME AYANT POUR

Plus en détail

LES CRÉDITS D IMPÔT PROVINCIAL ET FÉDÉRAL POUR LA RÉNOVATION DOMICILIAIRE OFFERTS PAR LES GOUVERNEMENTS

LES CRÉDITS D IMPÔT PROVINCIAL ET FÉDÉRAL POUR LA RÉNOVATION DOMICILIAIRE OFFERTS PAR LES GOUVERNEMENTS LES CRÉDITS D IMPÔT POUR LA RÉNOVATION DOMICILIAIRE OFFERTS PAR LES GOUVERNEMENTS PROVINCIAL ET FÉDÉRAL QUE SONT CES CRÉDITS D IMPÔT? Les tableaux comparatifs qui suivent ont été préparés à partir des

Plus en détail

LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES

LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 CHAMP D APPLICATION...

Plus en détail

Conditions générales de vente

Conditions générales de vente Chez LOU 4 rue de Pouilly 51100 Reims Conditions générales de vente ARTICLE 1 CHAMP D'APPLICATION ET OBJET Les présentes conditions générales de vente à distance (ci-après «CGV») régissent la relation

Plus en détail

dans l affaire de la dispense d inscription pour les opérations relatives à certains placements dispensés de prospectus

dans l affaire de la dispense d inscription pour les opérations relatives à certains placements dispensés de prospectus VU LA LOI SUR LES VALEURS MOBILIÈRES, L.T.N.-O. 2008, ch. 10, DANS SA VERSION À JOUR - et - dans l affaire de la dispense d inscription pour les opérations relatives à certains placements dispensés de

Plus en détail

Parallèlement, la Société a prévu des procédures visant la soumission confidentielle et anonyme de telles plaintes. 3. NATURE DE LA PLAINTE

Parallèlement, la Société a prévu des procédures visant la soumission confidentielle et anonyme de telles plaintes. 3. NATURE DE LA PLAINTE Politique et procédures à suivre pour la soumission de plaintes concernant la comptabilité, les contrôles comptables internes, l audit, l environnement et d autres questions 1. OBJECTIFS ET PORTÉE Groupe

Plus en détail

Conditions générales

Conditions générales Conditions générales 1. Conditions générales du vendeur 1.1. Les conditions générales de la SA EvoBus Belgium, ci-après dénommée «EvoBus», sont d application à la présente convention à l exclusion de toutes

Plus en détail

bulletin Kenneth A. Nason Secrétaire de l Association

bulletin Kenneth A. Nason Secrétaire de l Association bulletin Personne-ressource : Prière de transmettre aux intéressés dans votre société Jane Tan Analyste de l information, Politique réglementaire (416) 943-6979 BULLETIN N 3491 Le 9 décembre 2005 Statuts

Plus en détail

La crise de la Légionellose et le gestionnaire immobilier. Bruno Turcotte Directeur Administration Placements immobiliers

La crise de la Légionellose et le gestionnaire immobilier. Bruno Turcotte Directeur Administration Placements immobiliers La crise de la Légionellose et le gestionnaire immobilier Bruno Turcotte Directeur Administration Placements immobiliers 1 Colloque annuel du comité énergie et gestion technique, 22 mars 2013 Votre partenaire

Plus en détail

Offre d achat propriété résidentielle*

Offre d achat propriété résidentielle* Offre d achat propriété résidentielle* (unifamiliale, copropriété ou terrain) 1. IDENTIFICATION DES PARTIES ACHETEUR 1 : Téléphone (jour) : ACHETEUR 2 : VENDEUR 1 : Téléphone (jour): Téléphone (jour):

Plus en détail

Enquête sur les allégations visant l Association des

Enquête sur les allégations visant l Association des Enquête sur les allégations visant l Association des pompiers autochtones du Manitoba 2014 Contexte La Direction générale des services d examen et d enquête du Ministère a reçu des allégations de détournement

Plus en détail

SOMMAIRE : COMITÉ SPÉCIAL ASSURANCE DE LA COPROPRIÉTÉ

SOMMAIRE : COMITÉ SPÉCIAL ASSURANCE DE LA COPROPRIÉTÉ SOMMAIRE : COMITÉ SPÉCIAL ASSURANCE DE LA COPROPRIÉTÉ TABLE DES MATIÈRES Présentation...3 Méthodologie...3 Aperçu de certaines problématiques relevées...4 Conclusion...6 Chambre de l assurance de dommages

Plus en détail

ACHETEUR 2 / PAR VENDEUR 2 / PAR. L acheteur promet d acheter, aux prix et conditions ci-dessous décrites, l immeuble du vendeur suivant :

ACHETEUR 2 / PAR VENDEUR 2 / PAR. L acheteur promet d acheter, aux prix et conditions ci-dessous décrites, l immeuble du vendeur suivant : OFFRE D ACHAT - IMMEUBLE UNIFAMILIAL 1 / PAR 2 / PAR nom, adresse, téléphone et courriel de l acheteur 1 nom, adresse, téléphone et courriel de l acheteur 2 ci-dessous collectivement nommés «acheteur»

Plus en détail

08. RESSOURCES FINANCIÈRES DISPONIBLES

08. RESSOURCES FINANCIÈRES DISPONIBLES 08. RESSOURCES FINANCIÈRES DISPONIBLES La présente section du coffre à outils répertorie diverses formes d aide financière pouvant être offertes aux propriétaires de biens patrimoniaux (programmes d aide,

Plus en détail

Examen des marchés publics

Examen des marchés publics Tribunal canadien du commerce extérieur Canadian International Trade Tribunal TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR Examen des marchés publics Tribunal canadien du commerce extérieur Examen des marchés

Plus en détail

COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE?

COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE? COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE? Information à l intention des personnes salariées travaillant dans une entreprise de 10 à 49 personnes salariées La Loi sur l équité

Plus en détail

Les services offerts par le courtier collaborateur

Les services offerts par le courtier collaborateur Les services offerts par le courtier collaborateur C est le courtier qui représente l acheteur AOÛT 2014 PM114 LES OBLIGATIONS Au Québec, la loi provinciale impose aux courtiers immobiliers certaines obligations

Plus en détail

ÉVALUATION FONCIÈRE DE TERRAINS À DES FINS DE CONSERVATION 12 OCTOBRE 2012

ÉVALUATION FONCIÈRE DE TERRAINS À DES FINS DE CONSERVATION 12 OCTOBRE 2012 ÉVALUATION FONCIÈRE DE TERRAINS À DES FINS DE CONSERVATION 12 OCTOBRE 2012 PRÉSENTATION DE Jack Miller, AACI, Président du Comité d'examen des évaluations Programme des dons écologiques Luc Robillard,

Plus en détail

PROFIL NATIONAL DES COMPÉTENCES POUR LES AVOCATS ET LES NOTAIRES DU QUÉBEC DÉBUTANTS

PROFIL NATIONAL DES COMPÉTENCES POUR LES AVOCATS ET LES NOTAIRES DU QUÉBEC DÉBUTANTS 1 PROFIL NATIONAL DES COMPÉTENCES POUR LES AVOCATS ET LES NOTAIRES DU QUÉBEC DÉBUTANTS 1. CONNAISSANCE DU DROIT SUBSTANTIF Tous les candidats doivent démontrer une compréhension générale des concepts juridiques

Plus en détail

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers.

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers. GUIDE DE PRÉSENTATION D UNE DEMANDE D AUTORISATION AU MINISTRE DES FINANCES CONCERNANT L ATTRIBUTION OU LE TRANSFERT D ACTIONS AVEC DROIT DE VOTE PAR UNE COMPAGNIE D ASSURANCE À CHARTE QUÉBÉCOISE Mars

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE 1. OBJET Le présent document, ci-après «Conditions Générales de Vente», s applique à toutes les offres de formations proposées par la société KOOLYA sur son Internet www.koolya.fr

Plus en détail