Métrologie de l environnement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Métrologie de l environnement"

Transcription

1 Métrologie de l environnement Méthodes d analyse de l arsenic au laboratoire Patrick Thomas Département Eaux & Environnement Institut Pasteur de Lille

2 L arsenic L arsenic appartient au groupe Va de la classification périodique; Ces propriétés sont intermédiaires entre celles des métaux et des métalloïdes; Son numéro atomique est 33 et sa masse atomique 74,922; On lui connaît 8 isotopes, mais seul l isotope 75 est stable; Sa configuration électronique externe lui permet des valences variant de 3 à +5 qui autorisent des liaisons covalentes avec de très nombreux éléments;

3 L arsenic Mis à part les sulfures et arséniures, les composés minéraux les plus courants sont les combinaisons avec l oxygène: Arsénites (As III) et arséniates (As V); L arsenic forme également des composés organiques très stables tant trivalents que pentavalents: Acide méthylarsonique, acide diméthylarsinique, etc. L arsenic est aussi présent dans la chimie du vivant, sous forme de molécules telles que l arsénobétaïne, l arsénocholine et les arsénoriboses; Son appartenance au groupe Va lui vaut de pouvoir se substituer au phosphore dans de nombreuses molécules organiques; Sur le plan toxicologique, les composés (As III) sont considérés comme toxiques et ont d ailleurs été largement utilisés dans ce but, tandis que l arsénobétaïne et l arsénocholine sont considérés comme inoffensifs.

4 L arsenic La chimie de l arsenic est donc complexe du fait de ses différents états de valence et de l existence de plusieurs anions dont la répartition varie considérablement avec le ph et le EH, et de l existence de composés organo-arséniés. Malgré cette complexité, il existe environ une dizaine de méthodes qui permettent un dosage de l arsenic total. Nous nous intéresserons dans cette présentation aux méthodes les plus couramment utilisées: Dans le domaine de l analyse de l eau; Dans le domaine de l analyse des sols; Pour l étude des différentes formes.

5 Les différentes méthodes de dosage La spectrométrie d absorption moléculaire ou colorimétrie, normalisée en 1967, n est plus utilisée au laboratoire; La polarographie est peu ou pas utilisée en routine au laboratoire; La fluorescence aux rayons X peut- être utilisée, mais la quantification est difficile; La spectrométrie d absorption atomique avec flamme est très interférée et manque de sensibilité; La spectrométrie d absorption atomique avec atomisation électrothermique; La spectrométrie d absorption atomique après génération d hydrure ; La spectrométrie de fluorescence atomique après génération d hydrure; La spectrométrie d émission atomique par plasma d argon ; La spectrométrie de masse couplée à un plasma d argon ; L activation neutronique instrumentale est une méthode qualitative et quantitative. Cette technique est souvent utilisée comme technique de référence pour l analyse des solides. Elle nécessite l accès à un réacteur nucléaire.

6 Schéma d une méthode analytique Échantillonnage Prélèvement : solides ou liquides Détermination Introduction de l analyte et excitation Détection et calcul Selon G.Gottschalk Résultat

7 Analyse des échantillons d eau En France, suite à l abrogation du décret n puis du décret n remplacé par les décrets n et de mai 2003 codifiés dans le Code de santé publique. Il ressort que comme certain paramètre, l arsenic a vu sa limite de qualité baisser de 50 à 10 µg/l. Aux Etats-Unis, depuis février 2002, la Federal Environmental Protection Agency (EPA) a réduit la MCLG de 50 à 10 µg/l. Applicable à partir de En France, l arrêté du 17 septembre 2003 précise les caractéristiques de performances des méthodes d analyse : pour As la justesse et la fidélité sont à 10 % de la valeur paramétrique de 10 µg/l. La limite de détection est également fixée à 10 % de cette valeur soit 1 µg/l.

8 Caractéristiques des méthodes Dynamic range Atomic spectroscopy typical detection limits ICP-MS ICP-AES FAAS ETAAS ICP-MS ETAAS HYG-AFS HYG-AAS ICP-AES Axial ICP-AES Radial FAAS ,1 0,01 0,001 Orders of magnitude of calibration linearity Detection limit range (µg/l) From : Thomas. P. (2003) Metal Analysis in Chemical Analysis of Contaminated Land Edited by K.C.Thompson and C.P. Nathanail. Blackwell CRC Press

9 La spectrométrie d absorption atomique avec atomisation électrothermique Cette technique née en 1967, a été considérablement améliorée grâce au traitement du signal et au développement des systèmes d atomisation. La détermination de l arsenic est plus facile (Super lampe, nacelle, modificateur, effet Zeeman..), les résultats sont plus fiables. La récente norme ISO (2003) donne une limite de détection de 1µg/l et un domaine de travail de 10 à 100 µg/l. ( CVr de 3 à 8 % CVR de 14 à 36 % pour 9 à 80 µg/l ). La méthode EPA 7010 donne les mêmes valeurs de performance. Masse caractéristique 15 pg à 193,7 nm. Pas d influence de la forme sur la réponse

10 La spectrométrie d absorption atomique ou de fluorescence après génération d hydrure Cette technique a été développée en 1969 pour la mesure des éléments formant des hydrures. La détermination de l arsenic nécessite une étape de préréduction. HG-AAS (ISO/CD ) sensibilité (0,0044 Abs) = 0,20 µg/l LOQ : 2 à 5 µg/l Dynamique réduite de 0,5 à 20 µg/l HG-AFS (ISO/CD ) LOD : 0,01 µg/l LOQ : 0,5 à 2 µg/l Dynamique plus importante de 0,02 µg/l à 100 µg/l. La réponse dépend de la forme sous laquelle se trouve l arsenic. Ex: la réponse de As V est 20 à 30 % plus faible que As III.

11 La spectrométrie d émission atomique par plasma d argon ICP-OES Cette technique commercialisée en 1970 a évolué considérablement grâce aux technologies nouvelles. Cependant la détermination de l arsenic reste peu sensible. Trois raies sont utilisable 193,696, 197,197 et 189,042 nm. Interférences de Fe et Al. Les limites de quantification sont de l ordre de 100 µg/l. La norme ISO donne une limite de détection de 1µg/l. ( CVr de 3 à 8 % CVR de 14 à 36 % pour 9 à 80 µg/l ). La méthode EPA donne une LD de 53 µg/l pour la raie à 197,759 nm. La limite de détection instrumentale pour un ICP axial est de l ordre de 3 µg/l et de 12 µg/l pour un radial.

12 La spectrométrie de masse couplée au plasma d argon ICP-MS Cette technique née en 1975 puis commercialisée en 1983, a été considérablement améliorée depuis son développement. La détermination de l arsenic est simple mais l interférence isobarique due aux ions Cl - pose un problème (ArCl, CaCl). La norme ISO (2003) donne une limite d application de 1µg/l. (CVr de 6 % CVR de 14 % pour 7 µg/l) La méthode EPA donne 1,4 µg/l. La limite de détection instrumentale (BEC) se situe au niveau de 0,05 ng/l. Un seul isotope pour M/Z = 75 (abondance 100%

13 Rappels, définitions Exactitude = étroitesse de l accord entre le résultat d analyse et la valeur de référence acceptée Justesse = étroitesse de l accord entre la valeur moyenne obtenue à partir d une large série de résultats d essais et une valeur de référence acceptée Fidélité = étroitesse de l accord entre résultats de mesures répétées indépendantes Exactitude = Justesse + Fidélité

14 Rappels, définitions (suite) Répétabilité et Reproductibilité sont respectivement les bornes inférieures et supérieures de la Fidélité Répétabilité = étroitesse de l accord entre résultats de mesures répétées indépendantes réalisées dans les conditions les plus homogènes qui soient Concrètement, on travaille au sein d une seule et même série analytique ; on modifie le moins possible les conditions de réalisation des analyses. Reproductibilité : étroitesse de l accord entre résultats de mesures répétées indépendantes réalisées dans les conditions les plus hétérogènes qui soient Concrètement, les mesures répétées sont réalisées par des laboratoires différents.

15 Valeurs de fidélité fournies par AGLAE

16 Coefficient de variation de reproductibilité CVR 15 % entre 15 et 50 µg/l 25 % entre 5 et 15 µg/l. Limite de détection annoncée Par 80 % des laboratoires 10 µg/l. Valeurs de fidélité fournies par AGLAE

17 Valeurs de fidélité fournies par AGLAE

18 Analyse des échantillons de sol Analyse directe des solides. Analyse après mise en solution des échantillons solides après attaque acide. Valeur de Définition de Source Sol (VDSS) = 19 mg/kg MS si 10% de la valeur LOQ de 2 mg/kg

19 Détermination de l arsenic total dans un échantillon de sol Mise en solution classique par attaque acide sur plaque ou à reflux. Norme ISO (eau régale) Norme EN ISO (eau- régale) Norme EN (eau régale) Norme EN (HF, HNO3, HCl) Mise en solution par attaque acide en µ- onde fermé. Norme EN ISO Norme EN ou EN Norme EPA 3051 (HNO3 ou HNO3-HCl). Norme EPA 3052 (HCl, HNO 3, HF).

20 Détermination de l arsenic total dans un échantillon de sol ICP-AES 5 à 5000 mg/kg ETAAS 0,25 à 2,5 mg/kg Hydrure 0,05 à 1,0 mg/kg ICP-MS 0,025 à 2,5 mg/kg

21 La spectrométrie de fluorescence X L évolution instrumentale de cette technique permet d atteindre actuellement des niveaux de concentration proches de ceux rencontrés dans le domaine de l environnement. Appareils à dispersion angulaire WDXRF sont principalement utilisés pour déterminer la composition des éléments de numéro atomique <= à 26 Appareils à dispersion d énergie EDXRF As gamme LOD 1.8 ppm As gamme 0,2 412 LOD 1.5 ppm Répétabilité +/- 2 ppm 1954 Contraintes de la technique : Préparation des échantillons Étalonnage et prise en compte des effets de matrice. 2004

22 La spéciation de l arsenic Au cours de ces dix dernières années de nombreuses techniques analytiques permettant la différenciation des formes inorganiques et organiques de l arsenic ont été développées. Ces techniques résultent d un couplage entre une méthode séparative et une méthode de détection spécifique élémentaire. Les techniques de séparation utilisées sont : la chromatographie (HPLC, GC) Adsorption sur phase solide, échange d ions Injection de flux. Les techniques de détection les plus couramment utilisées sont : La SAAF La génération d hydrure L ICP-AES L ICP-MS.

23 La spéciation de l arsenic dans l eau Exemple de chromatogramme obtenu avec couplage HPLC-ICP-MS (X7-CCT). Colonne PRP 1 phase mobile TBAP ph=8.5 injection 20 µl en mode isochratique. M/Z = 75 sensibilité cps/ppb sans CCT. Limite de quantification 1 µg/l en As. 10 µg/l en espèce injecté

24 La spéciation de l arsenic dans un sol Exemple de chromatogramme. PRP X100 injection 10 µl ph = 6,0 Elution en mode isochratique Limite de quantification 1 mg/kg Extraction de 0,3 g de sol par H 3 PO 4 1 M Par µ-onde ouvert à la puissance de 40 W pendant 20 minutes.

25 Les perspectives de recherche Amélioration de la justesse des résultats par le développement de matériaux de référence aussi bien pour la mesure de l arsenic total que pour la mesure des différentes formes de l arsenic. Développer des recherches dans le domaine de la spéciation pour déterminer les limites des méthodes choisies. Développer des protocoles de préconcentration des échantillons d eau afin de réduire les limites de quantification. Continuer à développer les couplages avec détection multiple d éléments tels que l arsenic, le sélénium et l antimoine.

Plan du cours. 1. Généralités sur l analyse chimique. 2. Préparation de l échantillon. 3. Analyse des métaux. 4. Analyse des polluants inorganiques

Plan du cours. 1. Généralités sur l analyse chimique. 2. Préparation de l échantillon. 3. Analyse des métaux. 4. Analyse des polluants inorganiques Plan du cours 1. Généralités sur l analyse chimique 2. Préparation de l échantillon 3. Analyse des métaux 4. Analyse des polluants inorganiques 5. Analyse des polluants organiques 6. Assurance qualité

Plus en détail

Dossier de validation de l analyse multiélémentaire dans les liquides de migration suite au contact avec des ustensiles métalliques (CoE)

Dossier de validation de l analyse multiélémentaire dans les liquides de migration suite au contact avec des ustensiles métalliques (CoE) P. : 1/11 Table des matières 1 Processus de validation...1 2 Validation...2 2.1 Exactitude...2 2.1.1 Critère d acceptation :...2 2.1.2 Résultats :...2 2.1.3 Conclusion :...5 2.2 Fidélité...5 2.2.1 Critère

Plus en détail

Méthode A : dosage du cadmium, chrome, cobalt, cuivre, plomb, manganèse, nickel et zinc par spectrométrie d absorption atomique avec flamme.

Méthode A : dosage du cadmium, chrome, cobalt, cuivre, plomb, manganèse, nickel et zinc par spectrométrie d absorption atomique avec flamme. S-II-2.1V1 DOSAGE DES ELEMENTS METALLIQUES EN TRACE DANS LES EXTRAITS À L EAU RÉGALE : MÉTHODE PAR ABSORPTION ATOMIQUE AVEC FLAMME ET ATOMISATION ÉLECTROTHERMIQUE (AAS/GF) 1. Objet Dosage des éléments

Plus en détail

Spectrométrie de masse Introduction Intérêts de la Spectrométrie de masse :

Spectrométrie de masse Introduction Intérêts de la Spectrométrie de masse : Spectrométrie de masse Introduction Intérêts de la Spectrométrie de masse : Sensibilité, limite de détection faible ( fento mole dans certaines conditions ) Variétés des applications : analyses chimiques

Plus en détail

4. Conditionnement et conservation de l échantillon

4. Conditionnement et conservation de l échantillon 1. Objet S-II-3V1 DOSAGE DU MERCURE DANS LES EXTRAITS D EAU RÉGALE Description du dosage du mercure par spectrométrie d absorption atomique de vapeur froide ou par spectrométrie de fluorescence atomique

Plus en détail

LA MESURE DE MASSE POUR LA DÉTERMINATION DE PÉRIODES RADIOACTIVES

LA MESURE DE MASSE POUR LA DÉTERMINATION DE PÉRIODES RADIOACTIVES LA EURE DE AE POUR LA DÉTERINATION DE PÉRIODE RADIOACTIVE CEA ACLAY, DEN/DAN/DPC ervice d Études Analytiques et de Réactivité des urfaces Laboratoire de développement Analytique Nucléaire Isotopique et

Plus en détail

Fiabiliser les résultats [PROGRAMME] et dans les fours Méthodes de séparation. Préparation de l échantillon. [COORDINATEUR] Pr. R.

Fiabiliser les résultats [PROGRAMME] et dans les fours Méthodes de séparation. Préparation de l échantillon. [COORDINATEUR] Pr. R. 60 ÉCOLE EUROPÉENNE DES SCIENCES ANALYTIQUES Connaissances de base en chimie sur l atome et la lumière 4 jours Être capable de choisir la technique appropriée Fiabiliser les résultats Définitions en absorption

Plus en détail

Méthodes géophysiques et géochimiques

Méthodes géophysiques et géochimiques Méthodes géophysiques et géochimiques 1.3. TD Introduction Il y a 4.567 milliards d années (Ga), au moment où le nuage de gaz et de poussière qui va constituer le système solaire s effondre sur lui même,

Plus en détail

L'analyse élémentaire en "routine"!

L'analyse élémentaire en routine! L'analyse élémentaire en "routine"! Christophe Cloquet SARM- CNRS Basé à Vandoeuvre-lès-Nancy dans le Centre de Recherches Pétrographiques et Géochimiques (CRPG) UMR7358 Le SARM, comme le CRPG font parties

Plus en détail

Problématiques liées à la mise en œuvre du CWEA Audrey Joris, Benoît Renard

Problématiques liées à la mise en œuvre du CWEA Audrey Joris, Benoît Renard Formation continue experts et laboratoires «sols» Problématiques liées à la mise en œuvre du CWEA Audrey Joris, Benoît Renard Jambes 25 novembre 2014 1 Décret Sol : Application des procédures du CWEA Décret

Plus en détail

insti Prestations analytiques Chimie minérale Chimie organique Chimie nucléaire Analyses physico-chimiques

insti Prestations analytiques Chimie minérale Chimie organique Chimie nucléaire Analyses physico-chimiques insti Prestations analytiques Chimie minérale Chimie organique Chimie nucléaire Analyses physico-chimiques Dominique Robin Ricardo Stouvenel Frédéric Jaquenod Gilles Triscone Martina Zsely-Schaffter Des

Plus en détail

Validation des méthodes d'analyse. Journées Qualité et Chimie 2010 Une démarche qualité au service de la chimie Autrans - 14 octobre 2010

Validation des méthodes d'analyse. Journées Qualité et Chimie 2010 Une démarche qualité au service de la chimie Autrans - 14 octobre 2010 Validation des méthodes d'analyse Journées Qualité et Chimie 2010 Une démarche qualité au service de la chimie Autrans - 14 octobre 2010 Marie-Dominique Blanchin Laboratoire de Chimie Analytique Référentiels

Plus en détail

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA)

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Di Pascoli Thomas Mouton Julia (M1 S2 VRV) I) Introduction L eau minérale Contrex est connue pour être riche en minéraux, notamment

Plus en détail

4 èmes Rencontres de la Vilaine

4 èmes Rencontres de la Vilaine 4 èmes Rencontres de la Vilaine Décryptage d une méthode d analyse de micropolluants organiques dans l eau : du développement analytique au bulletin d analyse Fabien Mercier Usine de Férel 19 septembre

Plus en détail

Validation de méthode Dosage de métaux (Cr, Cd, Pb, Ni) sous forme d aérosol dans un échantillon d air

Validation de méthode Dosage de métaux (Cr, Cd, Pb, Ni) sous forme d aérosol dans un échantillon d air Jean de Boutiny M1 STEM Validation de méthode Dosage de métaux (Cr, Cd, Pb, Ni) sous forme d aérosol dans un échantillon d air Maître de stage : Jean-Ulrich Mullot Tuteurs de stage : Aurélie Gollion, Lucien

Plus en détail

dans les échantillons environnementaux : Spéciation et validation

dans les échantillons environnementaux : Spéciation et validation Les composés s toxiques de l Arsenic l dans les échantillons environnementaux : Spéciation et validation M.Leermakers, W.Baeyens M. De Gieter,, B. Smedts C. Meert, H.C. De Bisschop R. Morabito, Ph. Quevauviller

Plus en détail

Examen Méthodes spectroscopiques 2

Examen Méthodes spectroscopiques 2 16 décembre 2010 Examen Méthodes spectroscopiques 2 Durée 2 h Calculatrice et tables spectroscopiques (fournies en début d année) autorisées Exercice 1 (3 pts 10min) Il est possible de doser simultanément

Plus en détail

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010)

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010) Méthode OIV- -MA-AS315-23 Type de méthode : critères Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage (OIV-Oeno 427-2010) 1 Définitions des

Plus en détail

Dosage des Pesticides au Laboratoire Départemental de Martinique

Dosage des Pesticides au Laboratoire Départemental de Martinique Dosage des Pesticides au Laboratoire Départemental de Martinique 1 L Unité des micropolluants Organiques Recrutement du personnel en 28 3 personnes Une ingénieur Deux techniciennes 1 Matériel de l UMPO

Plus en détail

Registre STS Numéro d accréditation : STS 0197

Registre STS Numéro d accréditation : STS 0197 Norme internationale : ISO/CEI 17025:2005 Norme suisse : SN EN ISO/CEI 17025:2005 ABL Analytics SA Rue Victor-Helg 18 2800 Delémont Responsable : Responsable SM : Blaise Allemann Lucas Costato Téléphone

Plus en détail

INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC RAPPORT. Comparaison des limites de détection déterminées par répétabilité et par reproductibilité

INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC RAPPORT. Comparaison des limites de détection déterminées par répétabilité et par reproductibilité INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC RAPPORT Comparaison des limites de détection déterminées par et par AUTEUR Mario Marchand, coordonnateur qualité Direction de la santé environnementale et

Plus en détail

Techniques de Spectrométrie Atomique. Absorption Atomique Flamme Absorption Atomique Four Graphite Emission ICP-OES Spectrométrie ICP-Masse

Techniques de Spectrométrie Atomique. Absorption Atomique Flamme Absorption Atomique Four Graphite Emission ICP-OES Spectrométrie ICP-Masse Techniques de Spectrométrie Atomique Absorption Atomique Flamme Absorption Atomique Four Graphite Emission ICP-OES Spectrométrie ICP-Masse Comparatif Quelle technique choisir? Auteur : B. Faivre Date d'édition

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

S-II-4V3 : DOSAGE DU CHROME(VI)

S-II-4V3 : DOSAGE DU CHROME(VI) 1. Objet S-II-4V3 : DOSAGE DU CHROME(VI) Cette procédure a pour objet de décrire le dosage du Cr(VI) dans les sols (y compris les sédiments), les matières utilisées sur ou dans les sols et les déchets.

Plus en détail

Tableau 1. Limites de quantification pour les différents métaux. Elément Limite de quantification

Tableau 1. Limites de quantification pour les différents métaux. Elément Limite de quantification E-II-1.2.2V1 DOSAGE DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACES DANS LES EAUX MÉTHODE PAR SPECTROMÉTRIE DE MASSE AVEC PLASMA INDUIT PAR HAUTE FRÉQUENCE (ICP-MS) 1. Objet : Dosage des éléments suivants dans l'eau

Plus en détail

Résumé. Introduction

Résumé. Introduction Résumé Dans cette expérience, nous nous sommes familiarisés avec deux différentes techniques. La première méthode consiste à la spectrophotométrie d émission atomique qui permet de doser le Na + et le

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

Terminologie recommandée pour l analyse des métaux

Terminologie recommandée pour l analyse des métaux Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec Terminologie recommandée pour l analyse des métaux 4 e édition : 2012-06-28 Coordination de la rédaction Jean-Pierre Blouin Centre d expertise en

Plus en détail

METAUX: CATALYSEURS (et REACTIFS) 25 octobre 2007 Montpellier/ Société francaise de toxicologie ----------------

METAUX: CATALYSEURS (et REACTIFS) 25 octobre 2007 Montpellier/ Société francaise de toxicologie ---------------- METAUX: CATALYSEURS (et REACTIFS) 25 octobre 2007 Montpellier/ Société francaise de toxicologie ---------------- I. Classification IIa. Catalyse hétérogène IIb. Catalyse homogène IIc. Intérêt comparé des

Plus en détail

SPECTROMETRIE DE MASSE et HORMONOLOGIE : Le futur des immunodosages?

SPECTROMETRIE DE MASSE et HORMONOLOGIE : Le futur des immunodosages? 30 e colloque ACORATA 15 mai 2014 SPECTROMETRIE DE MASSE et HORMONOLOGIE : Le futur des immunodosages? Diane Dufour Pr Guilloteau, Dr Collet, Pr Emond Laboratoire Médecine Nucléaire In-Vitro CHRU Tours

Plus en détail

8.6 CAHIER TECHNIQUE. THÈME 8 Gestion des laboratoires. Méthodes analytiques. pour les contaminants chimiques

8.6 CAHIER TECHNIQUE. THÈME 8 Gestion des laboratoires. Méthodes analytiques. pour les contaminants chimiques CAHIER TECHNIQUE THÈME 8 Gestion des laboratoires 6 Méthodes analytiques pour les contaminants chimiques 8.6 Les cahiers techniques sont des outils destinés aux agents des services publics responsables

Plus en détail

CHROMATOGRAPHE BTEX GC 5000 BTX

CHROMATOGRAPHE BTEX GC 5000 BTX FICHE PRODUIT - Le a été spécialement développé pour la surveillance en continu des polluants organiques dans l air ambiant dans la gamme C4-C12. L instrument se caractérise par son design compact et sa

Plus en détail

L Absorption Atomique Haute Résolution à Source Continue, la nouvelle alternative

L Absorption Atomique Haute Résolution à Source Continue, la nouvelle alternative L Absorption Atomique Haute Résolution à Source Continue, la nouvelle alternative Méthodes pour l analyse élémentaire SAA une méthode bien établie depuis plus de 45 ans Simplicité peu d interférences Robustesse

Plus en détail

LE PLOMB ET LE SATURNISME

LE PLOMB ET LE SATURNISME LE PLOMB ET LE SATURNISME De la recherche aux actions de réduction des expositions 29 Janvier 2015, Paris 29 Janvier 2015, Paris Les méthodes de mesure développées pour le projet Plomb-Habitat Barbara

Plus en détail

Mesures in situ et sur site

Mesures in situ et sur site Mesures in situ et sur site Avantages de la mesure in-situ pas de perturbation du milieu pas d échantillonnage (prélèvement, conditionnement, stockage) mesure en temps réel Senseurs chimiques Biocapteurs

Plus en détail

SCP SCIENCE. ISO 9001:2000 & ISO/IEC 17025:1999 Mise en place chez SCP SCIENCE. Intérêt pour les utilisateurs.

SCP SCIENCE. ISO 9001:2000 & ISO/IEC 17025:1999 Mise en place chez SCP SCIENCE. Intérêt pour les utilisateurs. ISO 9001:2000 & ISO/IEC 17025:1999 Mise en place chez. Intérêt pour les utilisateurs. Sommaire de la présentation Introduction Etalons et raccordement Présentation de l ISO 9001:2000 Présentation de l

Plus en détail

Spectroscopie d émission atomique

Spectroscopie d émission atomique Année Universitaire : 2010 / 2011 Spectroscopie d émission atomique Réalisé par demoiselles: Chadia BOUCHEFRA. Meryem MIMI. 1 PLAN: INTRODUCTION Spectroscopie d émission atomique: Définition. Avantages.

Plus en détail

Dosage des métaux lourds (As, Cd, Cr, Cu, Ni, Pb, Zn et Hg) dans les sols par ICP-MS

Dosage des métaux lourds (As, Cd, Cr, Cu, Ni, Pb, Zn et Hg) dans les sols par ICP-MS Dosage des métaux lourds (As, Cd, Cr, Cu, Ni, Pb, Zn et Hg) dans les sols par ICP-MS Analysis of heavy metals (As, Cd, Cr, Cu, Ni, Pb, Zn et Hg) in soils by ICP-MS Nicolas ALSAC Eurofins Environnement

Plus en détail

1.Présentation du phénomène physique d émission atomique

1.Présentation du phénomène physique d émission atomique analysechimiq/photons/emission-atom JF Perrin maj novembre 2006 page 1/5 Photométrie d émission atomique 1.Présentation du phénomène physique d émission atomique 1.1définition de l émission atomique L

Plus en détail

INRA-DRH Concours externes 2007

INRA-DRH Concours externes 2007 INRA-DRH Concours externes 2007 Page 1 of 2 AI Assistant en techniques d'analyse chimique profil n : AI07-EA-3 emploi-type n : B3C03 Orléans concours : AIB02 Lieu du concours : Orléans :::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Plus en détail

Détermination des métaux dans l eau : méthode par spectrométrie d émission au plasma d argon et détection par spectrométrie de masse

Détermination des métaux dans l eau : méthode par spectrométrie d émission au plasma d argon et détection par spectrométrie de masse Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec MA. 203 Mét. ICP-MS Détermination des métaux dans l eau : méthode par spectrométrie d émission au plasma d argon et détection par spectrométrie

Plus en détail

EPREUVE TECHNIQUE D ADMISSION

EPREUVE TECHNIQUE D ADMISSION CONCOURS EXTERNES IT 2014 EPREUVE TECHNIQUE D ADMISSION Durée : 1 heures 30 Coefficient : 2 CONCOURS N 91 Corps : Technicien de la recherche BAP : B : Analyse chimique Sciences des matériaux Synthèse chimique

Plus en détail

Plateforme d analyse spectrochimique et isotopique

Plateforme d analyse spectrochimique et isotopique Plateforme d analyse spectrochimique et isotopique Présentation Une plateforme est le regroupement sur un même site des équipements et des moyens humains destinés à offrir à une communauté d utilisateurs

Plus en détail

EVOLUTION DES METHODES DE MESURE EN ROUTINE ET EN INTERVENTION

EVOLUTION DES METHODES DE MESURE EN ROUTINE ET EN INTERVENTION EVOLUTION DES METHODES DE MESURE EN ROUTINE ET EN INTERVENTION SFRP Xavier MILLOT SACLAY/LBM 6 OCTOBRE 2015 7 octobre 2015 SFRP NOVEMBRE 2013 PAGE 1 EVOLUTION DES METHODES DE MESURE EN ROUTINE ET EN INTERVENTION

Plus en détail

Fiche de validation de méthode analytique

Fiche de validation de méthode analytique Page : 1/8 Cellule Contaminants Analyte (ou groupe d analytes) PCDD/Fs et DL-PCBs Matrice (ou groupe de matrices) Huile végétale à destination animale Date de création Décembre 2013 Auteur GE, GS Page

Plus en détail

ANALYSES PHYSICO-CHIMIQUES

ANALYSES PHYSICO-CHIMIQUES Alain DODI - Laboratoire d Analyses Radiochimiques et Chimiques 31 JANVIER 2013 Rencontre CEA Industrie pour l innovation et le transfert de technologie Instrumentation 30 JANVIER 2013 Mesure Caractérisation

Plus en détail

Université du Sud Toulon-Var Sciences et Technologies Master CHARME 2010-2011. Présenté par : Madi G. ABAKER

Université du Sud Toulon-Var Sciences et Technologies Master CHARME 2010-2011. Présenté par : Madi G. ABAKER Université du Sud Toulon-Var Sciences et Technologies aster CHARE 2010-2011 Contribution à la validation de la technique d échantillonnage passif DGT (Diffusive Gradient in Thin film) pour la mesure de

Plus en détail

Chimie analytique appliquée à l environnement. Karine Desboeufs Prof Université Paris Diderot, LISA

Chimie analytique appliquée à l environnement. Karine Desboeufs Prof Université Paris Diderot, LISA Chimie analytique appliquée à l environnement Karine Desboeufs Prof Université Paris Diderot, LISA Organisation du cours UE répartie entre : 12h de cours Cours disponible sur portail du master et sur http://www.lisa.univ-paris12.fr/~desboeufs/

Plus en détail

Développement du couplage LC-MALDI-MS/MS pour l analyse des toxines d origine phytoplanctonique

Développement du couplage LC-MALDI-MS/MS pour l analyse des toxines d origine phytoplanctonique Développement du couplage LC-MALDI-MS/MS pour l analyse des toxines d origine phytoplanctonique Christelle DELEUZE Licenciée en Sciences Chimiques Laboratoire de Spectrométrie de Masse Service du Professeur

Plus en détail

Détection et identification de radionucléides et d espèces chimiques à l état d ultratrace dans l environnement

Détection et identification de radionucléides et d espèces chimiques à l état d ultratrace dans l environnement Techniques de mesure en radioprotection et les défis rencontrés dans les milieux industriel et médical Les mesures de traces chez l homme et dans l environnement Mercredi 20 Nov. 2013 UIC - Paris Détection

Plus en détail

Spectrométrie de masse Introduction Intérêts de la Spectrométrie de masse :

Spectrométrie de masse Introduction Intérêts de la Spectrométrie de masse : Spectrométrie de masse Introduction Intérêts de la Spectrométrie de masse : Sensibilité, limite de détection faible ( fento mole dans certaines conditions ) Variétés des applications : analyses chimiques

Plus en détail

PLATE-FORME ANALYSE STRUCTURALE Prestations générales

PLATE-FORME ANALYSE STRUCTURALE Prestations générales PLATE-FORME ANALYSE STRUCTURALE Prestations générales Structuralis est agréé Crédit Impôt Recherche pour l ensemble des prestations décrites. 1-Prestations RMN Les prestations ci-après sont considérées

Plus en détail

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Page : 17/ 77 III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Le choix d un couple donneur-accepteur dépend de la technique utilisée (FRET, TR- FRET, BRET, etc.) et des molécules disponibles pour ces

Plus en détail

Organisation des enseignements Chimie en S3 et S4

Organisation des enseignements Chimie en S3 et S4 Organisation des enseignements Chimie en S3 et S4 Modules d'enseignements de Chimie M3303 : Techniques Spectroscopiques (Johan Alauzun S3) M4104 : Analyses Électrochimiques (Olivier Fontaine fin S3) et

Plus en détail

Acquisition et installation d un couplage chromatographie liquide haute pression et simple spectrométrie de masse

Acquisition et installation d un couplage chromatographie liquide haute pression et simple spectrométrie de masse DOSSIER D APPELS D OFFRES Acquisition et installation d un couplage chromatographie liquide haute pression et simple spectrométrie de masse Laboratoire Biomolécules et Biotechnologies Végétales Faculté

Plus en détail

Méthode de dosage de phtalates dans les vins par couplage en chromatographie gazeuse et spectrométrie de masse (Résolution Oeno 477/2013)

Méthode de dosage de phtalates dans les vins par couplage en chromatographie gazeuse et spectrométrie de masse (Résolution Oeno 477/2013) Méthode OIV-MA-AS323-10 Méthode Type IV (Résolution Oeno 477/2013) 1. DOMAINE D'APPLICATION Cette méthode s applique à la recherche et au dosage de phtalates dans les vins. 2. PRINCIPE L échantillon est

Plus en détail

Ce document est diffusé à titre informatif et est basé sur des résultats et observations d essais interlaboratoires A.G.L.A.E.

Ce document est diffusé à titre informatif et est basé sur des résultats et observations d essais interlaboratoires A.G.L.A.E. Association Générale des Laboratoires d Analyses de l Environnement NOTE TECHNIQUE N 4 Recherche et dénombrement de Legionella spp et de Legionella pneumophila dans les eaux propres : RT-PCR versus Culture

Plus en détail

Analyser des traces en solution par ICP: méthodes et environnement de travail

Analyser des traces en solution par ICP: méthodes et environnement de travail Analyser des traces en solution par ICP: méthodes et environnement de travail Rémi Losno, Sorbonne Paris Cité Université Paris Diderot Laboratoire Interuniversitaire des Systèmes Atmosphériques IPGP: Géochimie

Plus en détail

Comment améliorer l'efficacité d'un système de management de la qualité? Exemple d'une démarche. 1 ère rencontre du réseau qualité en recherche 19 20

Comment améliorer l'efficacité d'un système de management de la qualité? Exemple d'une démarche. 1 ère rencontre du réseau qualité en recherche 19 20 Comment améliorer l'efficacité d'un système de management de la qualité? Exemple d'une démarche. 1 ère rencontre du réseau qualité en recherche 19 20 octobre 2009 - Bordeaux SOMMAIRE Améliorer l efficacité

Plus en détail

NOTE TECHNIQUE N 5. Comparaison des résultats obtenus par ICP/MS avec les autres techniques d analyse pour Fe, Ti et Hg

NOTE TECHNIQUE N 5. Comparaison des résultats obtenus par ICP/MS avec les autres techniques d analyse pour Fe, Ti et Hg NOTE TECHNIQUE N 5 Comparaison des résultats obtenus par avec les autres techniques d analyse pour Fe, Ti et Ce document est diffusé à titre informatif et est basé sur des résultats et observations d essais

Plus en détail

Couplage plasma induit par haute fréquence spectrométrie de masse

Couplage plasma induit par haute fréquence spectrométrie de masse Couplage plasma induit par haute fréquence spectrométrie de masse par Jean-Michel MERMET Ingénieur de l École nationale supérieure de chimie de Strasbourg Docteur ès Sciences Directeur de Recherche au

Plus en détail

1. Laboratoire National de métrologie et d Essais (LNE) 1rue Gaston Boissier 75724 Paris Cedex sebastien.sannac@lne.fr

1. Laboratoire National de métrologie et d Essais (LNE) 1rue Gaston Boissier 75724 Paris Cedex sebastien.sannac@lne.fr IMPORTANCE DE LA PREPARATION DE L ECHANTILLON POUR UNE ANALYSE DE SPECIATION DU SELENIUM PAR HPLC-ID-ICP-MS. DETERMINATION D INCERTITUDES DU RENDEMENT D EXTRACTION AU RESULTAT SUR LA SELENOMETHIONINE.

Plus en détail

Surveillance des nouvelles molécules de pesticides dans les eaux du département des Côtes d Armor

Surveillance des nouvelles molécules de pesticides dans les eaux du département des Côtes d Armor Surveillance des nouvelles molécules de pesticides dans les eaux du département des Côtes d Armor Laboratoire de Développement et d Analyses de Côtes d Armor LDA22 C.Prodhomme 19 mars 2008 WWW.LDA22.com

Plus en détail

Evaluation des performances du spectromètre portable de fluorescence X Niton XL723S (au laboratoire et sur le terrain) BRGM/RP-53377-FR Avril 2005

Evaluation des performances du spectromètre portable de fluorescence X Niton XL723S (au laboratoire et sur le terrain) BRGM/RP-53377-FR Avril 2005 Evaluation des performances du spectromètre portable de fluorescence X Niton XL723S (au laboratoire et sur le terrain) BRGM/RP-53377-FR Avril 25 Evaluation des performances du spectromètre portable de

Plus en détail

SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE

SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE Chapitre IV SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE I INTRODUCTION La spectrométrie d absorption atomique (AAS) est une technique décrite pour la 1 ère fois par Walsh (1955). AAS étudie les absorptions de

Plus en détail

Mesure du flux induit par DGT dans un sol contaminé : effet du ph.

Mesure du flux induit par DGT dans un sol contaminé : effet du ph. Mesure du flux induit par DGT dans un sol contaminé : effet du ph. Julien Rachou Université de Montréal (Montréal, QC, Canada) William Hendershot McGill University (Montréal, QC, Canada) Sébastien Sauvé

Plus en détail

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage M. Prévost Version V2/ nov 2006 Structure du cours Partie 1 : Introduction Partie 2 : Mise en contact de Gaz et de

Plus en détail

Estimation de l'incertitude de mesure intra laboratoire pour les analyses physico-chimiques : exemple de l'analyse de l'atrazine dans l'eau

Estimation de l'incertitude de mesure intra laboratoire pour les analyses physico-chimiques : exemple de l'analyse de l'atrazine dans l'eau Estimation de l'incertitude de mesure intra laboratoire pour les analyses physico-chimiques : exemple de l'analyse de l'atrazine dans l'eau Rapport final BRGM/RP-54734-FR juin 2006 Estimation de l'incertitude

Plus en détail

La LIBS et l analyse de process

La LIBS et l analyse de process La LIBS et l analyse de process François Fariaut Elisabeth Bouriah-Coindre Ali Fortas IVEA : 9 rue Raoul Dautry - escalier C - 91190 Gif sur Yvette 1 Plan 1. Introduction 2. Différentes techniques d analyse

Plus en détail

Apport de l'analyse multiélémentaire associée à une démarche de qualité pour la résolution de problèmes environnementaux

Apport de l'analyse multiélémentaire associée à une démarche de qualité pour la résolution de problèmes environnementaux Apport de l'analyse multiélémentaire associée à une démarche de qualité pour la résolution de problèmes environnementaux R. Losno, Professeur, Université Paris 7 Denis-Diderot, LISA EECA - EUROFINS Alan

Plus en détail

ESSAIS DE COMPARAISON INTERLABORATOIRES CAMPAGNE 2010 ESSAIS SUR ENROBES BITUMIMEUX RAPPORT D EVALUATION

ESSAIS DE COMPARAISON INTERLABORATOIRES CAMPAGNE 2010 ESSAIS SUR ENROBES BITUMIMEUX RAPPORT D EVALUATION LPEE/LNM LABORATOIRE PUBLIC D ESSAIS ET D ETUDES LABORATOIRE NATIONAL DE METROLOGIE Km 7, Route d El Jadida OASIS Casablanca Maroc- Fax +212.522 98-25-72 Tél.+212.522 48-87-28/29/27 E.mail : berrada@lpee.ma

Plus en détail

Données de validation

Données de validation Données de validation Données de validation principales Généralités Substance Existe-t-il une VLEP? VLEP 8h Méthyldiglycol oui 50 mg/m3 Choix du domaine de validation : Le domaine de validation a été choisi

Plus en détail

ABSORPTION ATOMIQUE DE FLAMME : DETERMINATION DE LA TENEUR EN CUIVRE ET FER DANS DE L HUILE DE VIDANGE

ABSORPTION ATOMIQUE DE FLAMME : DETERMINATION DE LA TENEUR EN CUIVRE ET FER DANS DE L HUILE DE VIDANGE TP ANA3 INSA DE ROUEN Laboratoire de chimie analytique ABSORPTION ATOMIQUE DE FLAMME : DETERMINATION DE LA TENEUR EN CUIVRE ET FER DANS DE L HUILE DE VIDANGE Les huiles lubrifiantes sont cruciales pour

Plus en détail

Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique

Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique Marc Chaussidon CRPG-CNRS, Nancy Laboratoire de sonde ionique (laboratoire national INSU-CNRS) (chocho@crpg.cnrs-nancy.fr) http://www.crpg.cnrs-nancy.fr/sonde/intro-sonde.html

Plus en détail

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire Informations de l'unité d'enseignement Implantation Cursus de Institut Paul Lambin Bachelier en chimie Intitulé Chimie analytique 1 C2020 Cycle 1 Bloc 2 Quadrimestre 1 Pondération 1 Nombre de crédits 4

Plus en détail

PHS 3210 - Spectroscopie Plan de cours Hiver 2015

PHS 3210 - Spectroscopie Plan de cours Hiver 2015 PHS 3210 - Spectroscopie Plan de cours Hiver 2015 Description du cours Professeur : Site web du cours : Nombre de crédits : Heures par semaine : Disponibilité : Cours préalables : Sébastien Francoeur B559.6

Plus en détail

Analyse des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP)

Analyse des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) Mon carnet analytique Analyse des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) Chromatographie en phase liquide (SPE en ligne) Chromatographie en phase gazeuse SPE en ligne : optimisez la préparation

Plus en détail

5.1 Microscopies GCH 740 Techniques de caractérisation des matériaux

5.1 Microscopies GCH 740 Techniques de caractérisation des matériaux 1 5.1 Microscopies GCH 740 CHAPITRE 5 ANALYSE ELEMENTAIRE 5.1 ANALYSE CHIMIQUE QUANTITATIVE PAR SPECTROSCOPIE OPTIQUE ATOMIQUE... 2 5.1.1 INTRODUCTION... 2 5.1.1.1 Méthodes de spectroscopie optique...

Plus en détail

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire Informations de l'unité d'enseignement Implantation Institut Paul Lambin Cursus de Intitulé Bachelier en chimie Chimie analytique 2 et inorganique C2100 Cycle 1 Bloc 2 Quadrimestre 2 Pondération 1 Nombre

Plus en détail

Les Techniques Chromatographiques :

Les Techniques Chromatographiques : Conférence Eurocopter 1 er Juin 2006 Les Techniques Chromatographiques : RIENTÉES SUR LES MATÉRIAUX CMPSITES Lionel PANAIVA Responsable Analytique - CATALYSE CATALYSE, Master Park Lot 25, 116 Boulevard

Plus en détail

Validation d une méthode de chimie analytique

Validation d une méthode de chimie analytique Validation des méthodes d analyse quantitative par le profil d exactitude Validation d une méthode de chimie analytique Application au dosage des anions fluorure, chlorure, nitrite, bromure, nitrate, phosphate

Plus en détail

Air intérieur Réglementation Etablissements recevant du public

Air intérieur Réglementation Etablissements recevant du public Air intérieur Réglementation Etablissements recevant du public Version «organismes accrédités» SOMMAIRE Etablissements recevant du public concernés par la surveillance de la qualité de l air intérieur

Plus en détail

Journée de Formation Scientifique en Spectrométrie Atomique (C01) L ICP-MS Haute résolution Element II. Le 1 er avril 2008

Journée de Formation Scientifique en Spectrométrie Atomique (C01) L ICP-MS Haute résolution Element II. Le 1 er avril 2008 Journée de Formation Scientifique en Spectrométrie Atomique (C01) L ICP-MS Haute résolution Element II The world leader in serving science Le 1 er avril 2008 Jean-Luc CAZAUDUMEC Responsable Produits ICP

Plus en détail

Plongez dans une nouvelle dimension : la qualité et l efficacité réunies. Spectrophotomètre DR 6000 UV-VIS

Plongez dans une nouvelle dimension : la qualité et l efficacité réunies. Spectrophotomètre DR 6000 UV-VIS Plongez dans une nouvelle dimension : la qualité et l efficacité réunies Spectrophotomètre DR 6000 UV-VIS Qualité et fonctionnement économiques Le nouveau spectrophotomètre DR 6000 UV-VIS offre des performances

Plus en détail

Chromatographie liquide haute performance (CHLP)

Chromatographie liquide haute performance (CHLP) Chromatographie liquide haute performance (CHLP) La chromatographie liquide haute performance (CHLP en français, HPLC en anglais) est une technique analytique très générale d emploi. Elle correspond à

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

L atome. La composition de la matière. Cocher la (ou les) proposition(s) vraie(s)

L atome. La composition de la matière. Cocher la (ou les) proposition(s) vraie(s) La composition de la matière L atome La composition de la matière L atome Cocher la (ou les) proposition(s) vraie(s) 1. Un atome A. Est électriquement neutre. B. Peut être chargé positivement. C. Peut

Plus en détail

E-II-6V1 : DÉTERMINATION DE L AZOTE NITREUX PAR ANALYSE EN FLUX ET DETECTION SPECTROMETRIQUE

E-II-6V1 : DÉTERMINATION DE L AZOTE NITREUX PAR ANALYSE EN FLUX ET DETECTION SPECTROMETRIQUE E-II-6V1 : DÉTERMINATION DE L AZOTE NITREUX PAR ANALYSE EN FLUX ET DETECTION SPECTROMETRIQUE 1. Objet La présente méthode de référence spécifie une méthode de détermination de l azote nitreux dans l eau

Plus en détail

1 Questions de type examen

1 Questions de type examen 1 Questions de type examen Choix multiple Choisis la réponse qui complète le mieux l énoncé ou qui répond le mieux à la question. Tableau 1.1 Espèces Les isotopes de l hydrogène Nombre de masse Nombre

Plus en détail

Spécifications techniques

Spécifications techniques Spécifications techniques Analyse commerciale pour FX Analyse compétente de vos échantillons Procédés de vérification complets pour la FX Applications Package complet pour le client Installation sur place

Plus en détail

Laboratoire national de métrologie et d essais. 18 mai 2006 Cercle des Sciences Analytiques

Laboratoire national de métrologie et d essais. 18 mai 2006 Cercle des Sciences Analytiques Laboratoire national de métrologie et d essais 1 Justesse des analyses : utilisation des matériaux de référence certifiés et des essais d aptitude Cédric Rivier 18 mai 2006 Justesse - Définition «Etroitesse

Plus en détail

Spectrométrie de masse. Pr. Franck DENAT ICMUB UMR 5260 9, Av. Alain Savary BP 47870 21078 Dijon Franck.Denat@u-bourgogne.fr

Spectrométrie de masse. Pr. Franck DENAT ICMUB UMR 5260 9, Av. Alain Savary BP 47870 21078 Dijon Franck.Denat@u-bourgogne.fr Spectrométrie de masse Pr. Franck DENAT ICMUB UMR 5260 9, Av. Alain Savary BP 47870 21078 Dijon Franck.Denat@u-bourgogne.fr Spectrométrie de masse I. Généralités. Technique analytique permettant de séparer

Plus en détail

Dossier de validation : Analyse des photo-initiateurs dans le liquide de contact ayant été mis en contact avec des emballages multicouches

Dossier de validation : Analyse des photo-initiateurs dans le liquide de contact ayant été mis en contact avec des emballages multicouches P. : 1/7 Table des matières 1 Introduction...2 2 Processus de la validation...2 3 Plan de la validation...3 4 Résultats de la validation...3 4.1 Spécificité...3 4.1.1 Critère d acceptation...3 4.1.2 Résultats...4

Plus en détail

ICP-MS Agilent Série 7700. Une conception hors norme. Des performances inégalées.

ICP-MS Agilent Série 7700. Une conception hors norme. Des performances inégalées. ICP-MS Agilent Série 7700 Une conception hors norme. Des performances inégalées. L ICP-MS Agilent Série 7700 Nouvelle étape en ICP-MS. Simplification de l analyse. Que vous ayez besoin d'augmenter la productivité

Plus en détail

Enseignement secondaire

Enseignement secondaire Enseignement secondaire Classe de IIIe Chimie 3e classique F - Musique Nombre de leçons: 1.5 Nombre minimal de devoirs: 4 devoirs par an Langue véhiculaire: Français I. Objectifs généraux Le cours de chimie

Plus en détail

Journées Techniques 2013 Métrologie Casablanca - MAROC - du 22 au 24 avril 2013

Journées Techniques 2013 Métrologie Casablanca - MAROC - du 22 au 24 avril 2013 PROGRAMME GENERAL SESSION : «Incertitudes de mesure - Applications pratiques» : Georges BONNIER Date : Lundi 22 Avril SESSION : «Statistiques pour la mesure : cartes de contrôles, comparaisons interlaboratoires»

Plus en détail

Identification et dosage de 8 organo-étains par GC/ICP/MS dans les eaux

Identification et dosage de 8 organo-étains par GC/ICP/MS dans les eaux Identification et dosage de 8 organo-étains par GC/ICP/MS dans les eaux Références de la méthode Norme dont est tirée la méthode Niveau de validation selon Norman Code SANDRE de la méthode (suivant niveau

Plus en détail

5.5.5 Exemple d un essai immunologique

5.5.5 Exemple d un essai immunologique 5.5.5 Exemple d un essai immunologique Test de grossesse Test en forme de bâtonnet destiné à mettre en évidence l'hormone spécifique de la grossesse, la gonadotrophine chorionique humaine (hcg), une glycoprotéine.

Plus en détail

SOMMAIRE. CHIMIE GENERALE ET MINERALE... p.47

SOMMAIRE. CHIMIE GENERALE ET MINERALE... p.47 SOMMAIRE REMISE A NIVEAU-NOTIONS NOTIONS DE BASE... p.7 REMISE A NIVEAU PHYSIQUE-CHIMIE-N 1 : STRUCTURE DE LA MATIERE. p.8 I. Structure atomique... p.8 II. La répartition électronique et représentation

Plus en détail

Elaboration des règles pour la codification Sandre

Elaboration des règles pour la codification Sandre Elaboration des règles pour la codification Sandre Nathalie Guigues 12 mars 2010 Séminaire ONEMA : Atelier 4 - AQUAREF 1 Enjeux et mission Aquaref Enjeux : Codification des données pour faciliter les échanges

Plus en détail