Douleurs séquellaires après traitement du cancer du sein. CETD Institut Bergonié Bordeaux

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Douleurs séquellaires après traitement du cancer du sein. CETD Institut Bergonié Bordeaux"

Transcription

1 Douleurs séquellaires après traitement du cancer du sein CETD Institut Bergonié Bordeaux

2 consultation Consulter terme créer en 1410 Consultation XIV éme (Bersuire) Signifient aussi «délibérer délibération» du XVI éme au XVIII éme Emprunté au latin consultare, consultatio qui ont les deux sens Dérivés: consultant 1584, consultatif 1608, consulteur XVéme Sens d abord juridiques puis médicaux

3 La chirurgie du sein peut entraîner des douleurs chroniques séquellaires «Syndrôme Douloureux Post-Mastectomie» (SDPM) ou syndrome post-dissection axillaire et les douleurs du sein fantôme. On peut y ajouter les douleurs myofasciales des ceintures scapulaires, souvent rencontrées au décours de ces interventions et les douleurs thoraciques cicatricielles et non spécifiques.

4 Prévalence Une revue systématique en 2000 retrouve après chirurgie du sein : 11 à 57% de douleurs thoraciques ou cicatricielles, 13 à 24% de douleurs de sein fantôme, 12 à 51% de douleurs du bras ou l épaule, 30 à 50% de SDPM.

5

6 Mejdahl MK et coll. : Persistent pain and sensory disturbances after treatment for breast cancer: six year nationwide follow-up study. BMJ 2013; 346: f1865doi: /bmj.f1865. Cancer du sein : après la chirurgie, persiste la douleur Chaque année plus de 1 million de nouveaux cas de cancer du sein sont diagnostiqués à travers le monde. douleurs persistantes ne sont pas rares, à distance des traitements, la fréquence allant de 25 à 60 % selon les études.

7 étude, danoise, a été réalisée en plusieurs temps et a inclus 12 modes de prise en charge, selon le type de chirurgie et les traitements associés. exclues les femmes ayant bénéficié d une chirurgie reconstructive patientes opérées d un cancer du sein en 2005 et 2006 avaient été interrogées en 2008 sur les séquelles à type de douleurs persistantes ou de troubles sensitifs sur le territoire opéré. Un deuxième questionnaire leur a été adressé en 2012 et c est l analyse de ces dernières réponses qui est publiée par le British Medical Journal.

8 étude, danoise, a été réalisée en plusieurs temps et a inclus 12 modes de prise en charge, selon le type de chirurgie et les traitements associés. Un tiers en effet d entre elles rapporte la persistance de douleurs 5 à 7 ans après le traitement, et pour 16 % de celles-ci, la douleur peut être modérée à sévère. La moitié signale des troubles sensitifs sur le territoire opéré. Parmi les patientes qui rapportaient des douleurs dans le questionnaire de 2008, 36 % déclarent qu elles ont disparu en 2012, mais 11 % estiment que l intensité des douleurs a au contraire augmenté.

9 étude, danoise, a été réalisée en plusieurs temps et a inclus 12 modes de prise en charge, selon le type de chirurgie et les traitements associés. 15 % des patientes qui ne se plaignaient d aucune douleur en 2008 disent en éprouver 4 ans après, dont 5 % l évaluent comme étant sévère.

10 étude, danoise, a été réalisée en plusieurs temps et a inclus 12 modes de prise en charge, selon le type de chirurgie et les traitements associés. deux facteurs semblant augmenter le risque de persistance de la douleur à distance de l intervention curage ganglionnaire axillaire, qui confère un risque plus important que la biopsie du ganglion satellite (Odds ratio [OR] 2,04 ; intervalle de confiance à 95 % [IC] 1,60 à 2,61) et un âge inférieur ou égal à 49 ans (OR : 1,78 ; IC : 1,25 à 2,54). pas décelé de facteurs associés à une augmentation de la douleur entre les deux questionnaires.

11 Un parcours clinique Une dame de 63 ans, institutrice en retraite, présente une tumeur de 4 cms de diamètre au niveau du sein gauche. Elle subit une mastectomie avec évidement axillaire après confirmation extemporanée de la malignité. L histologie montre un CCI de grade intermédiaire. Une adénopathie sur 13 est envahie. Récepteurs hormonaux positifs +++. Irradiation: pariétale, chaîne mammaire interne, région susclaviculaire homolatérale. Tamoxifène 20 mg pour 5 ans

12 Première consultation à 3 mois : douleurs pariéto-thoraciques antérieures intenses. Douleurs intenses sans intervalle libre, antérieures thoraciques, Brûlures, coup d aiguilles, Éclair, électrique, picotement Irradiation face interne bras gauche; région postérieure de l épaule et irradiation pointe de l omoplate. Dysesthésies face interne du bras, région axillaire.

13 Le chirurgien s interroge sur l origine de la douleur et un avis «algologique» est requis : BOBOLOGIE Docteur ALGO

14 Une femme sur 8-10 développe un cancer du sein. 60% bénéficient d'un traitement chirurgical avec ou sans reconstruction (ACS, Cancer Facts and Figures. American Cancer Society, Atlanta, GA,1992). Plus de 30% des patientes opérées d'un cancer du sein présentent des douleurs. Dans de nombreux cas celles-ci persistent des mois voire des années (Maunsell E, Brisson J, Deschesnes L. Arm problems and psychological distress after surgery for breast cancer. Can J Surg 1992 ; 36 : ).

15 Après chirurgie du sein Reconnue par l IASP: Douleurs aiguës post-opératoires Sein fantôme Syndrôme Douloureux Post Mastectomie (SDPM ou syndrôme douloureux post dissection axillaire) Scar pain International Association for the Study of Pain. Task Force on Taxonomy. Classification of chronic pain : descriptions of chronic pain syndromes and definition of pain terms, 2nd ed. Seattle : IASP Press, 1994

16 Définition SDPM (IASP) «Une douleur chronique débutant immédiatement ou précocement après une mastectomie ou une tumorectomie affectant le thorax antérieur, l aisselle et/ou le bras dans sa moitié supérieure» Décrit par Wood en 1978 Douleur complexe, invalidante Séquelle la plus fréquente de ce type de chirurgie

17 Douleurs neuropathiques chroniques après chirurgie du sein pour cancer Classification (Jung B.F Pain 2003) 1. Douleur du sein fantôme 2. Névralgie intercostobrachiale (incluant SDPM) 3. Douleur de névrome (incluant douleur cicatrice) 4. Autre douleur (autre nerf)

18 Critères diagnostiques Pas de critères standards Macdonald L. Br J Cancer 2005;92: Symptomatologie : engourdissement, aiguilles, épingles, coup de poignard, brûlure 2. Homolatérale à chirurgie : paroi thoracique, creux axillaire, membre supérieur 3. Persistante depuis 3 mois, continue ou intermittente

19 SDPM: critères diagnostiques Le SDPM a été décrit en 1989 par Watson et associe les critères diagnostiques suivants : absence de maladie récurrente locale, après élimination des autres causes de douleurs post-mastectomie, présence de douleurs à type de dyesthésies ipsilatérales à la mastectomie, localisées à la région thoracique antérieure et/ou à la région axillaire et/ou à la partie supérieure et antéro-interne du bras, douleurs persistantes depuis au moins 3 mois, avec à l'examen clinique, au niveau de la région douloureuse, la présence d'une allodynie et/ou d'une hyperesthésie et/ou de paresthésies. Watson CPN, Evans RA, Watt VR. The post-mastectomy pain syndrome and the effect of topical capsaicin. Pain 1989 ; 38 :

20 Fréquence du SDPM 30 et 50% Selon définition et critères d évaluation Etudes Critères Incidence Smith WCS Mastectomie < 50 ans 65 % Mastectomie > 70 ans 26 % Stevens PE Mastectomie 20 % Wallace MS Mastectomie 31 % Mastectomie+reconstruction 49 % Amichetti M Chirurgie pour cancer du sein 43 % 10 à cas/an en France (50000 mastectomies) Macdonald L. Br J Cancer 2005 : 43% de SDPM A long terme (7-12 ans) : 52% persistance SDPM - Réduction QOL si SDPM Etude INCa 2006 : 140 patientes - 46% SDPM

21 En pratique clinique Douleur ou paresthésies à type de brûlure, de cuisson dans le thorax ou le bras. «Coup d aiguilles, coup de poignard», «Etau, serrement, compression» «Décharges électriques». Facteur déclenchant (frottement, mouvement, efforts ) Examen clinique Zone gâchette 2ème espace intercostal homolatéral, scapulaire Névrome cicatriciel Irradiations C7-D1 Allodynie axillaire Hypo ou anesthésie face interne bras Hyperesthésie Lymphoedeme membe sup ++

22 L examen montre des troubles neurologiques des sensibilités

23 Signe clinique à l examen neurologique Anesthésie 6,4% Hypoesthésie au frottement 47,1% Hypoesthésie à la pression 40% Hyperesthésie 10% Allodynie au frottement 29,3% Lymphoedème 37% Allodynie à la pression 27,9% Zone gâchette 15,0% Localisation de la symptomatologie dans au moins une zone Creux axillaire 66,67% Sein (quadrant supéro-interne) 18,12% Bras (face antéro-interne) 10,87% Cicatrice 5,07%

24 SDPM: physiopathologie L atteinte du 2ème nerf inter-costo-brachial Hypothèse la plus admise Vecht CJ. Pain br innerve l'aisselle - 1 br innerve la partie sup-int du bras BCI Anastomose de Hyrtl NICB relié par 2 rameaux aux ganglions du sympathique thoracique Autres structures nerveuses N. thoraco-dorsaux N. pectoraux (musculature profonde et la paroi thoracique)

25 Mais des cas décrits dans Technique Ganglion Sentinelle Miguel RM et Al. The Effect of Sentinel Node Selective Axillary Lymphadenectomy on the Incidence of Postmastectomy Pain Syndrome. Cancer Control 2001; 8: Shrenk P et Al. Morbidity following Sentinel Lymph Node Biopsy versus Axillary Lymph Node Dissection for Patients with Breast Carcinoma. Cancer 2000; 88: Préservation du nerf Ischémie, Compression, Dissection, Névrome à l origine d un dysfonctionnement du nerf Salmon RJ et al. Preservation versus section of intercostal-brachial nerve (IBN) in axillary dissection for breast cancer-a prospective randomized trial. European Journal of Surgical Oncology 1998;24: Abdullah TI et al. Prospective randomized controlled trial of preservation of the intercostobrachial nerve during axillary node clearance for breast cancer. Br J Surg 1998;85:

26 SDPM: Facteurs de risques Certains auteurs proposent comme facteurs de risque : la durée du drainage postopératoire, les complications postopératoires, la dissection axillaire, le nombre de ganglions enlevés, variables psychologiques : syndrome dépressif, anxiété dispositionelle, répression des émotions, alexithymie la présence de douleurs avant la chirurgie, la DPO la radiothérapie postopératoire, l âge : un âge supérieur à 60 ans et jeune âge (sein fantôme)

27 Prise en charge Prise en charge thérapeutique Antidépresseur Amitryptiline Ou Imipramine Ou Clomipramine Ou Duloxetine Anticonvulsivant Gabapentine Ou Clonazepam Ou Pregabaline Drainage Lymphatique Manuel Support et Bilan psychologique yes Allodynie? no Lidocaine transcutanée Evaluation à un mois

28 Avis du psy

29 La patiente douloureuse Antécédents de santé: Patiente de 63 ans, mariée Douleurs apparues dès l opération Cancer récent Antécédents de périodes anxiodépressives avec hospitalisations Antécédents de vie: Fils décédé ( suicide) avant diagnostic du cancer Cancer soigné sans prise de conscience de la maladie, ni «dépression», «comme si c était pas moi!» Relation d interdépendance étroite avec enfants adultes de différents lits Histoire d enfance faite de non-dits relations de fusion /intrusion avec les parents 29

30 Prise en charge psychologique: pourquoi? L aspect psychologique du SDPM s installe souvent: sur la base de deuils difficiles à dépasser dans la vie psychique des patients le cancer est traumatisme a instauré une rupture dans la continuité sociale, psychique et somatique de la patiente a bouleversé les repères en place Travail psychique important 30

31 Prise en charge psychologique: pourquoi? Accepter le manque du sein et/ou renoncer à un sein en bonne santé à l image antérieure de soi «Deuil» d une vie antérieure sans la maladie, ni la douleur reconnaitre la maladie bilan de vie Travailler les pertes multiples décès du fils notamment Le renoncement à une vie professionnelle, sociale et parfois affective «normale» assistante sociale 31

32 Prise en charge psychologique: pourquoi? But «idéal» de la prise en charge proposée: acceptation et intégration de la maladie comme un évènement dans le fil continu de l histoire de vie «Pour le médecin, la guérison est visée dans l axe d un traitement approprié, pour le malade, elle est un événement de vie. Pour le médecin, elle est une valeur biologique, pour le malade une valeur existentielle» ( Canguilhem) 32

33 Le patient interdisciplinaire Le patient parle au médecin dans l ordre du psy Le patient parle au psy dans l ordre du médical Le patient se réunifie par capillarité dans le «secret partagé» Devient acteur dans le réseau de soins IMPORTANCE d une prise en charge à plusieurs entrées concertées Fonction d enveloppes psychosomatiques 33

34 Le patient commun Souffrance entendue par le médecin Dans le rapport au patient Dans la pensée interdisciplinaire à propos du patient Échanges créent un espace commun, une culture commune où le patient devient UN Permet une «entente» qui anime le médecin pour orienter et soutenir la prise en charge psychologique 34

35 Non à la «patate chaude» La réflexion construite: Patient n est pas une addition de parties corporelles et psychiques à manipuler et coordonner Crée un «nouveau» patient qui va répondre au nouveau corps du patient L impuissance parlée et acceptée Passer du faire au penser permet au patient de faire de même Aide le patient à penser et parler en lieu et place de la douleur 35

36 Un modèle du vivant L articulation dynamique et thérapeutique Donne un cadre, un «modèle» du vivant possible à l intérieur du patient Enveloppe psychocorporelle Relie les parties de soi fragmentées par la maladie Réduit les clivages corps/psychisme Souffrance acceptée par le psychisme libère une partie de la douleur-souffrance prise en charge par le corps Permet une meilleure réponse aux soins somatiques 36

37 somaticien Concertation avec le BOBOLOGIE Docteur ALGO

38 Prise en charge (suite) Prise en charge thérapeutique Antidépresseur Amitryptiline Ou Imipramine Ou Clomipramine Ou Duloxetine Anticonvulsivant Gabapentine Ou Clonazepam Ou Pregabaline Drainage Lymphatique Manuel Support et Bilan psychologique yes Allodynie? no Lidocaine transcutanée Evaluation à un mois

39 Drainage Lymphatique manuel

40 définition des objectifs et mise en place du traitement Faisabilité Contrat avec la patiente qui doit s engager à avoir un traitement suivi et régulier Objectifs réalisables avec nécessité d un certain nombre de séances pour obtenir un résultat (douleur et qualité de vie

41 Le drainage lymphatique manuel Conseils d hygiène de vie Surveiller son bras : consulter si vous observez une enflure, des démangeaisons, une augmentation de température du bras Protégez votre bras : Évitez les infections, les traumatismes et changements brusques de température portez des gants protecteurs pour le jardinage ou le ménage refuser toute injection,toute mesure de pression artérielle sur le bras atteint ne portez pas de charge lourde

42 Le drainage lymphatique manuel Conseils d hygiène de vie Eviter le garrot, la prise de tension, Vérifier l absence de lésion cutanée Attention aux piqûres Cuticule des ongles Crevasses de doigt Eviter les mouvements en force et répétitifs Ménager vos effort de «ménage»

43

44

45

46

47

48

49

50

51 Concertation avec le médecin

52 Diagnostic Douleur chronique après chirurgie mamaire non DN4 * > 4? oui Compression locale Lymphangite Lymphocèle Pathologie épaule oui Critères cliniques? non Névralgie ervico-brachiale Douleur sein fantôme Névrome Rechute locale Plexite brachiale Evaluation d un SDPM * DN4 score: Bouhassira D, Attal N, Fermanian J et al (2004). Development and validation of the Neuropathic Pain Symptom Inventory. Pain 108:

53 Bilan Bilan SDPM typique Clinicien Psychologue Assistante sociale Interrogatoire ouvert et semi-directif Histoire et évolution de la douleur Traitements pris Examen clinique Bilan psycho-affectif Evaluation sommeil Evaluation de la QDV Evaluation sociale Pas d examen complémentaire Score SDPM Grade de 1 à 4 Traitement D un SDPM

54 Intensité et sévérité: score SDPM Objectif: quantifier la sévérité des SDPM 7 items: EN Brûlure: 0-10 Nbre d ADP: 1:1-5, 2: 5-10, 3: >10 Surface allodynie: 1: circonscrite, 2: étendue, 3: majeure EN allodynie: 0-10 Perturbation du sommeil: 0-3 Perturbation de l humeur: 0-5 Perturbation de la QD vie: 0-5 Total sur 39 Grade 1 : Score inférieur ou égal à 15 SDPM léger Grade 2 : Score de 16 à 23 SDPM modéré Grade 3 : Score de 24 à 32 SDPM sévère Grade 4 : Score supérieur à 33 SDPM intense

55

56 Traitement Prise en charge thérapeutique Clinicien Kinésithérapeute Psychologue Antidépresseur Amitryptiline Ou Imipramine Ou Clomipramine Ou Duloxetine Anticonvulsivant Gabapentine Ou Clonazepam Ou Pregabaline Drainage Lymphatique Manuel Support et Bilan psychologique yes Allodynie? no Lidocaine transcutanée Evaluation à un mois

57 Evaluation et suivi Evaluation à 1 mois Clinicien Psychologue Kinésithérapeute Assistante sociale Anesthésiste Drainage Lymphatique Manuel Support et Bilan psychologique oui Poursuite du Traitement 3 mois Efficacité ET bonne tolérance? non Rotation AD clomipramine imipramine citalopram venlafaxine duloxetine 2 ème Anticonvulsivant ou rotation Anticonvulsivant et/ou Tramadol non Echec 3 mois plus tard, Grade 3 ou 4? oui Opioide et/ou Anesthésie Loco-régionale

58 Bloc Paravertébral Objectif: soulager durablement un ou plusieurs territoires neuropathiques après traitement usuel bien conduit: SDPM rebelle (EVA>7) après au moins 6 mois de traitement standard (recommandation SFETD) bien suivi ou Grade SDPM > 3 Qualité de vie très affectée «Épuisement personnel» Accepte le geste.

59 Protocole bpv Hospitalisation en début de semaine Pose du cathéter, naropeïne 0.3 à 0.5 ml/h Evaluation quotidienne: EN, effets indésirables, % soulagement Sortie en fin de semaine Evaluation à un mois Echelle numérique % de soulagement Durée soulagement Grade SDPM Satisfaction de la technique Satisfaction du séjour

60 Anatomie de l espace paravertébral

61 D4 multimétamérique

62 Evolution naturelle Evolution classique Réactivation temporaire Evolution rebelle BPV Total score sévère intense modéré léger Diag 1 mois 2 mois 3 mois 4 mois 6 mois contrariété BPV 1 mois 2 mois

63 Existe-t-il des attitudes thérapeutiques préventives? Faut-il informer les patientes de ce problème potentiel post mastectomie? 1. L'altération des sensations tactiles est constante même s'il n'existe pas de douleur à proprement parler et la découverte de ces troubles est génératrice d'angoisse et de moindre confiance dans les traitements ultérieurs. 2. Le syndrome post-mastectomie est fréquent (40%) et entre dans le cadre des douleurs chroniques avec leurs conséquences péjoratives psychosociales constantes. 3. La perspective systématique d'une récidive doit être minorée par l'information de survenue d'un syndrome neurogène que le praticien expliquera à la patiente dans le cadre d'une "preemptive analgesia" psychologique. 4. Des techniques d'ajustement aux situations de stress utilisées avant et très tôt après l'intervention pourraient diminuer l'incidence de ces syndromes. 5. La réactivation du syndrôme neurogène peut être expliqué par des évènements contrariants. L information préalable au patient est nécéssaire.

64 LES ORGANES FANTÔMES ET LA DOULEUR SANS MATIÈRE?

65 Douleurs fantômes Fantôme = issu du grec ionien phantagma «apparition, vision» Introduit en français sens: illusion trompeuse: Apparition surnaturelle d un mort Idée, être imaginaire et dérivés: fantasme, fantastique, fantomatique, fantomal, fantasmagorique ( de phantasma et allégorie=représentations plastiques)

66 Les douleurs du sein fantôme sensation anormale ressentie au niveau de la région corticale du sein, qui peut devenir angoissante pour certaines patientes. Cette «hallucinose» intéresse surtout l aréole, beaucoup plus souvent que le sein entier

67 Les douleurs du sein fantôme Ce syndrome survient en moyenne trois semaines après une mastectomie et se retrouve suivant les séries dans 15 à 25 % des cas, jusqu à 48 mois après entre 1 et 17 % des femmes mastectomisées sont concernées par ce type de douleur.

68 Les douleurs du sein fantôme Il existe un lien statistique entre la douleur de sein fantôme et divers facteurs : existence d une douleur préopératoire ; jeune âge (< 50 ans) ; symptomatologie dépressive. En revanche, il ne semble pas exister de lien avec certains autres facteurs : existence de séquelles postopératoires autres que douloureuses type de traitement antitumoral administré importance de la dissection axillaire La technique de préservation du nerf intercostobrachial, lors du curage axillaire, semble avoir diminué la fréquence des seins fantômes douloureux

69 Les douleurs du sein fantôme Les sensations liées aux syndromes du sein fantôme sont décrites comme des picotements, des coups d aiguilles, parfois des brûlures intéressant surtout la zone aréolaire et le téton virtuel pouvant irradier vers le reste du sein virtuel, voire le thorax. Ces dysesthésies ou hyperesthésies, typiquement neuropathiques, sont sans rythme précis, sans facteurs déclenchant ou soulageant. L intensité peut aller d un simple désagrément jusqu à des douleurs vécues comme très sévères, avec d importantes répercussions sur la qualité de vie.

70 Sunderland 1978 Les douleurs du sein fantôme Selon la sévérité de la douleur et son retentissement fonctionnel * Groupe I : Paresthésies modérées et/ou intermittentes Pas de retentissement activité, travail et sommeil * Groupe II : Paresthésies modérées fréquentes Pas de retentissement sur activité et sommeil * Groupe III : Paresthésies +++ en intensité, fréquence et/ou durée Retentissement fonctionnel intermittent * Groupe IV : Douleur sévère quasi permanente Altère le sommeil et les activités normales Groupe I and II # sensation fantôme (selon les patients)

71 Maladie de Mondor l Académie de chirurgie du 6 décembre 1939, Henri Mondor décrivait 4 cas de «Tronculite sous-cutanée subaiguë de la paroi thoracique antéro-latérale» Mondor H (1939) Tronculite sous-cutanée subaigüe de la paroi thoracique antérolatérale. Mém Acad Chir 65:

72 Maladie de Mondor la maladie de Mondor est aussi liée aux brides aponévrotiques rétractiles cicatricielles observées après curage axillaire pour cancer du sein et/ou à la section des lymphatiques au niveau du creux axillaire. R.J. Salmon, J.P. Hamelin Maladie de Mondor : vers une nouvelle explication physio-pathologique et son traitementoncologie (2004) 6:

73 Maladie de Mondor La rupture manuelle de brides au prix d une douleur brève permet une récupération fonctionnelle immédiate et la disparition tout Aussi immédiate des douleurs. R.J. Salmon, J.P. Hamelin Maladie de Mondor : vers une nouvelle explication physio-pathologique et son traitementoncologie (2004) 6:

74 Maladie de Mondor Traitements à visée physio-pathologique anti-coagulants, antiagrégants plaquettaires ou antiinflammatoires per os ou locaux = inefficaces La disparition des symptômes et en particulier des douleurs en 2-3 mois

75 Le traitement d un cancer du sein quelqu en soit la nature entraîne des anomalies au niveau des aponévroses thoracique, axillaire et brachiale associées à des modifications de la circulation lymphatique de cette région. La réalisation d un curage axillaire impose une section de l aponévrose clavi-pectoroaxillaire et la section de multiples voies lymphatiques axillaires, l irradiation entraîne une inflammation de l aponévrose thoracique antérieure ; isolés ou en association, ces traumatismes peuvent être la cause d une cicatrisation rétractile, entraînant alors soit une bride axillaire rétractant l aponévrose brachiale, soit une bride thoracique antérieure responsable d une maladie de Mondor.

76 bride du sillon sous-mammaire douloureuse à la mobilisation du sein et limitant sa mobilité R.J. Salmon, J.P. Hamelin Maladie de Mondor : vers une nouvelle explication physio-pathologique et son traitementoncologie (2004) 6:

77 bride rétractant le coude, voire le poignet avec une gêne fonctionnelle douloureuse majeure Avant, rupture manuelle des brides aponévrotiques pendant après rupture manuelle des brides aponévrotiques R.J. Salmon, J.P. Hamelin Maladie de Mondor : vers une nouvelle explication physio-pathologique et son traitementoncologie (2004) 6:

78 Aponévroses de l aisselle Maladie de Mondor =rétractions aponévrotiques cicatricielles thoracobrachiales et/ou d une pathologie lymphatique après section chirurgicale ou sténose postradiothérapique dans le cadre des traitements du cancer du sein. R.J. Salmon, J.P. Hamelin Maladie de Mondor : vers une nouvelle explication physiopathologique et son traitementoncologie (2004) 6:

79

«Docteur j ai encore mal, est ce normal?»

«Docteur j ai encore mal, est ce normal?» «Docteur j ai encore mal, est ce normal?» Journée de formation médicale en cancérologie. Angers 5 mars 2015 Dr Thierry Delorme Département anesthésie réanimation douleur (ICO- Paul Papin) Exemple clinique

Plus en détail

CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL

CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL Olivier Bréhant DESC Viscéral CHU ANGERS Poitiers 24-25 juin 2004 INTRODUCTION Cancer fréquent (40 000 nv x cas/an) Cancer grave (12 000 DC/an) Traitement loco-régional

Plus en détail

Pecs blocks. DAR CHU Antoine Béclère. PARROT Adrien 03/07/2014 Staff junior

Pecs blocks. DAR CHU Antoine Béclère. PARROT Adrien 03/07/2014 Staff junior Pecs blocks PARROT Adrien 03/07/2014 Staff junior Indications Prothèse mammaire Anesthesia, 2011 The pecs block : a novel technique for providing analgesia after breast surgery: R. Blanco PAC, pacemaker

Plus en détail

Cancer du Sein: Parlons des Douleurs Séquellaires

Cancer du Sein: Parlons des Douleurs Séquellaires Cancer du Sein: Parlons des Douleurs Séquellaires Dr Estelle Botton Algo-Cancérologue Mont Saint-Michel, 17 Avril 2013 Pourquoi en parler? 1 Parce qu elles sont, parfois (souvent?) Non évoquées, non entendues

Plus en détail

L évaluation du creux axillaire

L évaluation du creux axillaire L évaluation du creux axillaire Journées DESC-SCVO Poitiers, Juin 2007 Marc-Henri JEAN, Nantes Cancer du sein : Introduction (1) 30 000 nouveaux cas / an 11 000 décès / an Problème de santé publique Pronostic

Plus en détail

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN Calformed, 09/02/2007, Dr J.M Loez, Calais INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN I - RAPPEL DE LA CLASSIFICATION CLINIQUE DES CANCERS DU SEIN A - TUMEUR PRIMITIVE Tx non déterminé To pas de

Plus en détail

Chirurgie du Cancer du sein chez la femme agée Unité de chirurgie du sein Clinique Sainte-Elisabeth NAMUR

Chirurgie du Cancer du sein chez la femme agée Unité de chirurgie du sein Clinique Sainte-Elisabeth NAMUR Chirurgie du Cancer du sein chez la femme agée Unité de chirurgie du sein Clinique Sainte-Elisabeth NAMUR Dr Emmanuel Bollue - Dr Pierre Marchettini Introduction 1)Validation du traitement conservateur

Plus en détail

Stimulation médullaire et douleur neuropathique. Brochure d information destinée aux patients

Stimulation médullaire et douleur neuropathique. Brochure d information destinée aux patients Stimulation médullaire et douleur neuropathique Brochure d information destinée aux patients La douleur neuropathique et ses conséquences Cette brochure vous a été remise par votre médecin : Les différents

Plus en détail

Après un cancer du sein, retrouvez une vie active et votre féminité avec votre kiné

Après un cancer du sein, retrouvez une vie active et votre féminité avec votre kiné Après un cancer du sein, retrouvez une vie active et votre féminité avec votre kiné Le cancer du sein touche 1 femme sur 9 * au cours de sa vie. Si la prévention, la recherche et les traitements font d

Plus en détail

ITINERAIRE CLINIQUE du SEIN

ITINERAIRE CLINIQUE du SEIN ITINERAIRE CLINIQUE du SEIN Je dois subir une intervention chirurgicale, Pourquoi? La chirurgie Pour traiter le cancer du sein, il faut enlever ou détruire les cellules cancéreuses. La chirurgie est souvent

Plus en détail

ÉVOLUTION DES PRATIQUES CHIRURGICALES DANS LE TRAITEMENT DU CANCER DU SEIN : DU CURAGE AXILLAIRE AU GANGLION SENTINELLE

ÉVOLUTION DES PRATIQUES CHIRURGICALES DANS LE TRAITEMENT DU CANCER DU SEIN : DU CURAGE AXILLAIRE AU GANGLION SENTINELLE ÉVOLUTION DES PRATIQUES CHIRURGICALES DANS LE TRAITEMENT DU CANCER DU SEIN : Dr Séverine ALRAN 1 Dr Rémy SALMON 1 RÉSUMÉ La chirurgie est le plus ancien des traitements des cancers. Son but a d abord été,

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques - juin 2005 - CARCINOMES INTRA-CANALAIRES Diagnostic Dépistage (le plus souvent examen clinique normal ; parfois tumeur,

Plus en détail

Vantomme Patrick, septembre 2002 LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR: Rôle infirmier.

Vantomme Patrick, septembre 2002 LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR: Rôle infirmier. Vantomme Patrick, septembre 2002 LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR: Rôle infirmier. La douleur est un phénomène complexe et subjectif Définition: «Expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée

Plus en détail

Chirurgie du sein. Simple tumorectomie. This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11

Chirurgie du sein. Simple tumorectomie. This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11 This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11 Chirurgie du sein Simple tumorectomie Un examen récent, par palpation, a révélé une masse à un sein. Il est prévu

Plus en détail

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE SURVEILLANCE DU CANCER DU SEIN TRAITE ( VIVIANE FEILLEL) SURVEILLANCE LOCOREGIONALE - Séquelles post-thérapeutiques - Récidive homolatérale - Cancer du sein controlatéral SURVEILLANCE GENERALE - Effets

Plus en détail

Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement. Mathias VIDON

Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement. Mathias VIDON Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement Mathias VIDON Définition Passage d une partie du contenu gastrique dans l oesophage En pratique clinique : symptômes ou lésions oesophagienne en rapport

Plus en détail

La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein. EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman

La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein. EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman Définitions Chirurgie ambulatoire: définition en France Chirurgie

Plus en détail

Comité de l évolution des pratiques en oncologie (CÉPO)

Comité de l évolution des pratiques en oncologie (CÉPO) Guide sur l utilisation d un fractionnement accéléré de radiothérapie pour le traitement du cancer du sein Comité de l évolution des pratiques en oncologie (CÉPO) Février 2006 Ce guide constitue un outil

Plus en détail

CLINIQUE DU SEIN. Quelles étapes vais-je franchir pour établir mon bilan? Qui vais-je rencontrer?

CLINIQUE DU SEIN. Quelles étapes vais-je franchir pour établir mon bilan? Qui vais-je rencontrer? CLINIQUE DU SEIN Quelles étapes vais-je franchir pour établir mon bilan? Qui vais-je rencontrer? SOMMAIRE 2 LE BILAN...............................................................................................3

Plus en détail

RTC 3D ORGANE Radiothérapie conformationnelle du cancer du sein. pn+

RTC 3D ORGANE Radiothérapie conformationnelle du cancer du sein. pn+ RTC 3D ORGANE Radiothérapie conformationnelle du cancer du sein Après mastectomie Après mastectomie pn+ Patiente de 64 ans Antécédents personnels: - Ménarche à 15 ans HISTOIRE DE LA MALADIE - 2 enfants

Plus en détail

Traitement chirurgical des cancers du sein. Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne

Traitement chirurgical des cancers du sein. Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne Traitement chirurgical des cancers du sein Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne 2008 1 I- GENERALITES Fréquence : 1 femme sur 11 En France 33 000 nouveaux cas par an Le cancer le plus

Plus en détail

La prise en charge non médicamenteuse Hypnoanalgésie dans le soin : comment faire en pratique?

La prise en charge non médicamenteuse Hypnoanalgésie dans le soin : comment faire en pratique? La prise en charge non médicamenteuse Hypnoanalgésie dans le soin : comment faire en pratique? Caterina REGIS IFH Infirmière Ressource Douleur CETD CHU Montpellier Déclaration publique d intérêts Je soussignée

Plus en détail

32 Syndrome du tunnel cubital

32 Syndrome du tunnel cubital 32. Syndrome du tunnel cubital 201 32 Syndrome du tunnel cubital SYNDROME CLINIQUE Le syndrome du tunnel cubital est une cause rare de douleur et de faiblesse de la partie latérale de l avant-bras qui

Plus en détail

CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN

CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN FORMATION IDE ONCOLOGIE-HÉMATOLOGIE «Connaissance de la maladie cancéreuse» T. de Lapparent, unité de pathologie mammaire, CHBM PLAN Définitions Place de la chirurgie

Plus en détail

Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique

Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique Pierre Lèguevaque CHU Rangueil Toulouse Intérêt de la démarche qualité: L amélioration de la qualité des pratiques professionnelles est devenue nécessaire

Plus en détail

UNE INTERVENTION CHIRURGICALE AU NIVEAU DU SEIN

UNE INTERVENTION CHIRURGICALE AU NIVEAU DU SEIN UNE INTERVENTION CHIRURGICALE AU NIVEAU DU SEIN Informations générales Pour vous, pour la vie Cette brochure vise à vous fournir des informations générales concernant l intervention chirurgicale que vous

Plus en détail

Imagerie mammaire: et après le cancer? S.Dechoux, A. Morel, I.Thomassin-Naggara, J.Chopier

Imagerie mammaire: et après le cancer? S.Dechoux, A. Morel, I.Thomassin-Naggara, J.Chopier Imagerie mammaire: et après le cancer? S.Dechoux, A. Morel, I.Thomassin-Naggara, J.Chopier Les problématiques rencontrées Détection de reliquat tumoral Detection récidive Patiente asymptomatique Patiente

Plus en détail

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires.

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Environ 300 hommes par an sont diagnostiqués comme ayant un cancer du sein. L'âge moyen

Plus en détail

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia Plan Buts de la chirurgie Chirurgie au sein: Y-a-t-il toujours un choix? Reconstruction simultanée?

Plus en détail

Le traitement endoscopique du canal carpien. Dr Jean Luc PELLAT

Le traitement endoscopique du canal carpien. Dr Jean Luc PELLAT Le traitement endoscopique du canal carpien Dr Jean Luc PELLAT Généralités 2 Intervention la plus pratiquée après la chirurgie de la cartaracte À l Instititut : 7 000 interventions endoscopiques en 10

Plus en détail

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 Cancer du sein 1 2 Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 1er cancer en fréquence et en mortalité de la femme 48.763 nouveaux cas 31,5 % des nouveaux cas de cancers de la femme 50 % des cancers

Plus en détail

Introduction. La mastectomie. L accompagnement des femmes mastectomisées : quel rôle infirmier?

Introduction. La mastectomie. L accompagnement des femmes mastectomisées : quel rôle infirmier? Bonjour, je m appelle Joël Blin, infirmier au Centre René Huguenin de Saint-Cloud (centre de lutte contre le cancer spécialisé entre autres dans la pathologie mammaire). Le comité organisateur a demandé

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

Introduction. Méthodes de reconstruction du volume mammaire

Introduction. Méthodes de reconstruction du volume mammaire Introduction La reconstruction d un sein après amputation (ou mastectomie) pour un cancer ou une autre pathologie, fait partie des techniques de chirurgie plastique les plus satisfaisantes. Elle fait partie

Plus en détail

Les douleurs neuropathiques

Les douleurs neuropathiques Les douleurs neuropathiques Dr LALLIER Emmanuelle Hôpital Louis Pasteur DOLE 1 Thérapeutiques médicamenteuses (1) : les traitements locaux Cibles d actions : décharges ectopiques et sensibilisation des

Plus en détail

Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre!

Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre! Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre! La Clinique du sein du CHPLT Pour vous et pour votre famille Centre Hospitalier Peltzer - La Tourelle de Verviers Le cancer du sein : nous pouvons le vaincre!

Plus en détail

Retombées du développement de la Chirurgie Ambulatoire au Sein de l etablissement Hospitalier. Evolution vers l U²

Retombées du développement de la Chirurgie Ambulatoire au Sein de l etablissement Hospitalier. Evolution vers l U² Retombées du développement de la Chirurgie Ambulatoire au Sein de l etablissement Hospitalier Evolution vers l U² Docteur F Dravet ICO NANTES Reunion ARS septembre 2013 Intime conviction intérêt pour malades

Plus en détail

Passeport de chirurgie ambulatoire

Passeport de chirurgie ambulatoire Passeport de chirurgie ambulatoire Sommaire Informations sur la chirurgie ambulatoire... 3 Vos droits... 4 Les conditions de sortie... 5 Réunion de Concertation Pluridisciplinaire... 6 Préparation cutanée...

Plus en détail

Anesthésie loco-régionale dans la chirurgie du sein

Anesthésie loco-régionale dans la chirurgie du sein Anesthésie loco-régionale dans la chirurgie du sein Dr Aline Albi-Feldzer Département d anesthésie Hôpital René Huguenin Institut Curie Saint-Cloud Journée CLCC,22/05/2015 Plan 1. Les profils de douleurs

Plus en détail

Juillet 2015 DOSSIER DE PRESSE

Juillet 2015 DOSSIER DE PRESSE www.monkinevoitrose.fr Le nouveau portail LPG entièrement dédié au cancer du sein! Déjà très impliquée dans la prise en charge post-chirurgie des patientes atteintes d un cancer du sein, LPG Systems met

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

Les balafrés du corps Comment se reconstruire? Exemple du cancer du sein

Les balafrés du corps Comment se reconstruire? Exemple du cancer du sein Les balafrés du corps Comment se reconstruire? Exemple du cancer du sein Dr Reich Michel Équipe de Psycho-Oncologie Centre Oscar Lambret (Lille) Congrès AFSOS, Paris 17 septembre 2010 Introduction Dans

Plus en détail

Les soins des douleurs chroniques dans les TMS Les échecs thérapeutiques

Les soins des douleurs chroniques dans les TMS Les échecs thérapeutiques Les soins des douleurs chroniques dans les TMS Les échecs thérapeutiques France MARCHAND Nagi MIMASSI Psychologue clinicienne stagiaire doctorante Praticien hospitalier Consultation des douleurs chroniques

Plus en détail

Élaboré dans le cadre de la

Élaboré dans le cadre de la Traitements et soins Cancer du sein C O L L E C T I O N Recommandations Outil d aide à la décision Consensus d experts à partir de recommandations internationales Focus sur les indications de la radiothérapie

Plus en détail

Toux psychogène? Dr Bertrand DELAISI Unité de Pneumologie Pédiatrique Hôpital Robert Debré - Paris

Toux psychogène? Dr Bertrand DELAISI Unité de Pneumologie Pédiatrique Hôpital Robert Debré - Paris Toux psychogène? Dr Bertrand DELAISI Unité de Pneumologie Pédiatrique Hôpital Robert Debré - Paris Conflits d intérêt Pour la communication présentée: Bénéfice d un des auteurs par une firme : - Soit directement

Plus en détail

PRENDRE SOIN DE VOUS APRÈS UN ACTE DE CHIRURGIE MAMMAIRE ET/OU AXILLAIRE

PRENDRE SOIN DE VOUS APRÈS UN ACTE DE CHIRURGIE MAMMAIRE ET/OU AXILLAIRE UNITÉ RÉADAPTATION FONCTIONNELLE DÉPARTEMENTS CHIRURGIE SOINS DE SUPPORT PRENDRE SOIN DE VOUS APRÈS UN ACTE DE CHIRURGIE MAMMAIRE ET/OU AXILLAIRE Après votre intervention chirurgicale, votre corps va peu

Plus en détail

Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012

Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012 Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012 Qu'est-ce-que la douleur? La douleur est une sensation désagréable et complexe (sensorielle et émotionnelle). Cette sensation provient de l'excitation

Plus en détail

Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon)

Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon) Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon) Le cancer du sein Risque estimé de développer un cancer du sein selon l âge Age 30 ans 40 ans 50 ans 60 ans 70 ans 80 ans Risque estimé 1/2212

Plus en détail

Établissement certifié par la Haute Autorité de Santé en 2007

Établissement certifié par la Haute Autorité de Santé en 2007 Le CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL Établissement certifié par la Haute Autorité de Santé en 2007 Collection livrets d information pour les personnes malades & leurs proches Le Centre Paul Strauss

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 108 Version n 1 Crée le 01-02-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITIONS Organiser et protocoliser

Plus en détail

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme)

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme) La migraine 1/Introduction : Céphalée primaire (sans lésion sous-jacente). Deux variétés principales: Migraine sans aura (migraine commune). Migraine avec aura (migraine accompagnée). Diagnostic: interrogatoire

Plus en détail

Mammographie douteuse : Macrobiopsie: un diagnostic sûr, rapide, sans cicatrice*

Mammographie douteuse : Macrobiopsie: un diagnostic sûr, rapide, sans cicatrice* Mammographie douteuse : Macrobiopsie: un diagnostic sûr, rapide, sans cicatrice* De la mammographie de dépistage au prélèvement Le cancer du sein est le cancer féminin le plus fréquent. Une femme sur 9

Plus en détail

AGRES Hugues IADE RD LA ROCHE / YON

AGRES Hugues IADE RD LA ROCHE / YON Douleurs neuropathiques périphériques de l adulte non diabétique : De l étiologie au rôle de l infirmier AGRES Hugues IADE RD LA ROCHE / YON La douleur neuropathique Définition [1] C est est une douleur

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES DOULEURS DU POST-PARTUM ET DES DOULEURS POST-CHIRURGICALES MARTINE CORNILLET-BERNARD

PRISE EN CHARGE DES DOULEURS DU POST-PARTUM ET DES DOULEURS POST-CHIRURGICALES MARTINE CORNILLET-BERNARD PRISE EN CHARGE DES DOULEURS DU POST-PARTUM ET DES DOULEURS POST-CHIRURGICALES MARTINE CORNILLET-BERNARD Douleurs du post-partum : Douleurs cicatricielles (déchirures ou épisio) Dyspareunies orificielles

Plus en détail

L'EVALUATION DE LA DOULEUR PAR L INFIRMIERE EN CANCEROLOGIE Mme PELLETIER, IDE à l'igr, 2010 1 LA DOULEUR HIER AUJOURD HUI Une Fatalité Sous estimée Ignorée Donnée Majeure de la pratique des soins Une

Plus en détail

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 AUTOEXAMEN MAMMAIRE non préconisé si demande de la patiente : se rapprocher du gynécologue pour apprentissage

Plus en détail

Mme R est une patiente de 52 ans.

Mme R est une patiente de 52 ans. CAS CLINIQUE N 3 Mme R est une patiente de 52 ans. Atcd chir: Hystérectomie totale Atcd med:hta 3 enfants, ménopausée à 48 ans, sans THS Palpation par son médecin traitant d une induration QSI sein droit

Plus en détail

La douleur post opératoire dans la chirurgie du rachis

La douleur post opératoire dans la chirurgie du rachis La douleur post opératoire dans la chirurgie du rachis JLAR 2008 Dr A. Lafanechère, service d anesthésie neurochirurgicale Pôle d anesthésie réanimation, Hôpital Roger Salengro, CHRU Lille La douleur post

Plus en détail

Syndrome du canal carpien Pr. Philippe PELISSIER

Syndrome du canal carpien Pr. Philippe PELISSIER Syndrome du canal carpien Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Anatomie Clinique Traitement Etiologies Récidive Anatomie Clinique

Plus en détail

Cancer Du Sein Cancer Du Sein

Cancer Du Sein Cancer Du Sein Cancer Du Sein Canal normcanal normal Le cancer est une maladie de la cellule. Il arrive parfois qu une cellule se multiplie de manière incontrôlée pour former une masse appelée «tumeur». Si une tumeur

Plus en détail

Chirurgie Prophylactique: Qui, quand, comment?

Chirurgie Prophylactique: Qui, quand, comment? Centre des Maladies du sein Mise à jour 2014 Chirurgie Prophylactique: Qui, quand, comment? Christine Desbiens md Chirurgienne oncologue professeure agrégée de clinique septembre 2014 Mastectomie prophylactique

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique Caroline Karras-Guillibert Rhumatologue, Hôpital Saint Joseph, Marseille La lombalgie chronique : le «mal du siècle»?

Plus en détail

Traitement chirurgical et néo-adjuvant des cancers du sein. Le cancer mammaire. Atelier 5. Bases des traitements chirurgicaux de la tumeur mammaire

Traitement chirurgical et néo-adjuvant des cancers du sein. Le cancer mammaire. Atelier 5. Bases des traitements chirurgicaux de la tumeur mammaire Traitement chirurgical et néo-adjuvant des cancers du sein Le cancer mammaire Atelier 5 Pr Carole Mathelin, Pr Bellocq Jean Pierre CHRU Strasbourg Bases des traitements chirurgicaux de la tumeur mammaire

Plus en détail

RÉFÉRENTIELS SEIN. Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010

RÉFÉRENTIELS SEIN. Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010 RÉFÉRENTIELS SEIN Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010 1 A- Cancers infiltrants 2 Traitements loco-régionaux 3 Traitements loco-régionaux T > 4 cm non inflammatoire N0/N1 et 1 des

Plus en détail

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE Etape n 1 : Faire l état des lieux Identifier la situation

Plus en détail

Troubles de l humeur et capacité fonctionnelle

Troubles de l humeur et capacité fonctionnelle Troubles de l humeur et capacité fonctionnelle Marie-Josée Filteau, MD, FRCP(C) Patricia Gravel Clinique Marie-Fitzbach Plan Stress au travail Burnout Trouble de l adaptation Dépression majeure Troubles

Plus en détail

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge 1. Données épidémiologiques du syndrome de loge chronique d effort de jambe - a. La prédominance masculine est très nette, allant

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du sein

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du sein G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer du sein Juin 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer sur

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Cancer du sein Quelques chiffres

Cancer du sein Quelques chiffres Radiothérapie dans le cancer du sein en Oncogériatrie Laurent Quéro Service de Cancérologie - Radiothérapie Hôpital Saint Louis, Paris Cancer du sein Quelques chiffres Premier cancer en terme d incidence

Plus en détail

Cancers de l hypopharynx

Cancers de l hypopharynx Cancers de l hypopharynx A- GENERALITES 1) Epidémiologie Cancer fréquent et de pronostic grave du fait de son évolution insidieuse et de son caractère lymphophile. C est quasiment toujours un carcinome

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Introduction Diagnostic précoce / Dépistage Nombre relatif stable de cancers de la prostate (CaP) localement avancés Meilleure stadification

Plus en détail

LA RECONSTRUCTION MAMMAIRE

LA RECONSTRUCTION MAMMAIRE LA RECONSTRUCTION MAMMAIRE Le sein Symbole de féminité Symbole de la maternité LA RECONSTRUCTION MAMMAIRE Mastectomie = 20 à 30% du traitement chirurgical du cancer du sein Taux de reconstruction après

Plus en détail

Syndrome du canal carpien. Marie-Noémie PLAT

Syndrome du canal carpien. Marie-Noémie PLAT Syndrome du canal carpien Marie-Noémie PLAT ANATOMIE Canal ostéofibreux INEXTENSIBLE Formé par: Une gouttière osseuse postérieure Le ligament annulaire antérieur en avant Contenant: Les tendons des muscles

Plus en détail

Démarche de prévention des TMS et outils pour l action

Démarche de prévention des TMS et outils pour l action Démarche de prévention des TMS et outils pour l action Ce document a pour objet de présenter de manière synthétique la démarche de prévention des TMS du membre supérieur avec des outils opérationnels permettant

Plus en détail

Les outils qui peuvent soulager ou faciliter la vie quotidienne

Les outils qui peuvent soulager ou faciliter la vie quotidienne Les outils qui peuvent soulager ou faciliter la vie quotidienne L adaptation de l environnement Ceci concerne les objets usuels adaptés pour limiter les efforts afin de ne pas se luxer : des ouvres bouteilles,

Plus en détail

Troubles de base de la sensibilité cutanée lors de lésions neurologiques : définitions, évaluation & rééducation...30

Troubles de base de la sensibilité cutanée lors de lésions neurologiques : définitions, évaluation & rééducation...30 TABLE DES MATIÈRES Contributeurs...11 Remerciements...12 Préface de cette 2 ème édition : Ronald Melzack...13 Préface de l édition anglaise : A. Lee Dellon...15 Préface de la 1 ère édition : Jean-Pierre

Plus en détail

LE CANAL CARPIEN «en quelques mots POURQUOI FAUT-IL TRAITER LES DIFFERENTS TRAITEMENTS L INTERVENTION LE POST-OPERATOIRE LE RESULTAT LES RISQUES

LE CANAL CARPIEN «en quelques mots POURQUOI FAUT-IL TRAITER LES DIFFERENTS TRAITEMENTS L INTERVENTION LE POST-OPERATOIRE LE RESULTAT LES RISQUES LE CANAL CARPIEN «en quelques mots POURQUOI FAUT-IL TRAITER LES DIFFERENTS TRAITEMENTS L INTERVENTION LE POST-OPERATOIRE LE RESULTAT LES RISQUES 1 LE CANAL CARPIEN Le nerf médian est comprimé dans le canal

Plus en détail

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN INTRODUCTION RECOMMANDATIONS INCA NOV 2008 Schéma standard: o 50 Gy en 25 fractions sur 33 jours

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

Séminaire d Oncologie Gynécologique Libreville 26 octobre 2012 CANCER DU SEIN. Pr Jean LEVEQUE. Service de Gynécologie - CHU Anne de Bretagne

Séminaire d Oncologie Gynécologique Libreville 26 octobre 2012 CANCER DU SEIN. Pr Jean LEVEQUE. Service de Gynécologie - CHU Anne de Bretagne Séminaire d Oncologie Gynécologique Libreville 26 octobre 2012 CANCER DU SEIN Pr Jean LEVEQUE Service de Gynécologie - CHU Anne de Bretagne Département d Oncologie Chirurgicale - CRLCC Eugène Marquis Faculté

Plus en détail

Vous ressentez des fourmillements dans la main? Le syndrome du canal carpien. Déc. 2013 / DSS / 118-13

Vous ressentez des fourmillements dans la main? Le syndrome du canal carpien. Déc. 2013 / DSS / 118-13 Déc. 2013 / DSS / 118-13 Le syndrome du canal carpien Vous ressentez des fourmillements dans la main? 2202013_SyndromeCanalCarpien_BrochurePatient.indd 3 02/12/13 12:26 Le syndrome du canal carpien Ce

Plus en détail

avec atteinte ganglionnaire

avec atteinte ganglionnaire Le mélanome avec atteinte ganglionnaire Comprendre La maladie et son traitement Le mélanome avec atteinte ganglionnaire Mieux comprendre votre maladie, pour mieux vivre avec Conseil scientifique en dermatologie

Plus en détail

Traitement du carcinome intracanalaire du sein

Traitement du carcinome intracanalaire du sein Traitement du carcinome intracanalaire du sein Eric SEBBAN 241 rue du faubourg St Honoré, Paris INTRODUCTION 20% des tumeurs mammaires malignes appartiennent à la famille du carcinome intra canalaire et

Plus en détail

MICRO OU MACROBIOPSIE MAMMAIRE

MICRO OU MACROBIOPSIE MAMMAIRE MICRO OU MACROBIOPSIE MAMMAIRE Dr Philippe de Vanssay de Blavous Sénologie interventionnelle Clinique des ORMEAUX AHFMC 2 avril 2015 EPIDEMIOLOGIE DU CANCER DU SEIN 50 000 nouveaux cas/an 11 000 décès/an

Plus en détail

M LACOSTE et MP ROSIER Service de Neurologie CH de NIORT

M LACOSTE et MP ROSIER Service de Neurologie CH de NIORT M LACOSTE et MP ROSIER Service de Neurologie CH de NIORT Maladie inflammatoire, chronique, «démyélinisante» du système nerveux central. Décrite pour la première fois par Charcot en 1866. Apparition «successive

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

Cancer du sein chez les femmes âgées. Docteur André MATHIEU Réseau Onco-LR

Cancer du sein chez les femmes âgées. Docteur André MATHIEU Réseau Onco-LR Cancer du sein chez les femmes âgées Docteur André MATHIEU Réseau Onco-LR NARBONNE Données du problème Le cancer du sein chez la femme agée est un problème de santé publique 50 % des cancers à un stade

Plus en détail

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes AIDE À LA PRATIQUE Cancer du sein Quelles modalités de dépistage, pour quelles femmes? Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie.

Plus en détail

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Drainage du LCR Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Service de Chirurgie Vasculaire Pôle Cardio-Thoracique et Vasculaire Hôpital de la Timone, Marseille Ischémie médullaire après TEVAR

Plus en détail

RÔLE DE L IDE DANS L APPROCHE DU PATIENT DOULOUREUX

RÔLE DE L IDE DANS L APPROCHE DU PATIENT DOULOUREUX RÔLE DE L IDE DANS L APPROCHE DU PATIENT DOULOUREUX Ph.TETARD ( CH Saint Camille) M.T. GATT ( CHU Avicenne) PTETARD 2009 1 1 - LÉGISLATIONPROFESSIONNELLE A. le rôle de l infirmière est fondé sur le décret

Plus en détail

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral RECOMMANDATIONS POUR LA PRATIQUE CLINIQUE Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral - Aspects paramédicaux - Synthèse des recommandations JUIN 2002 Service des

Plus en détail

Traitement cancer du sein invasif H Marret -JLansac Département de Gynécologie Obstétrique CHU Bretonneau Tours France Le cancer du sein en France 37000 nouveaux cas en 1998 11000 décès dont 4000 < 65

Plus en détail

Etude réalisée en collaboration avec le service. Odontologie des Hôpitaux Civils de Colmar.

Etude réalisée en collaboration avec le service. Odontologie des Hôpitaux Civils de Colmar. Page 1 sur 8 Etude réalisée en collaboration avec le service Odontologie des Hôpitaux Civils de Colmar. Effectuée en 2013-2014 OBJECTIF : mesurer l efficacité l effet thérapeutique de l Eau thermale de

Plus en détail

L HYPNOSE et l Analgésie

L HYPNOSE et l Analgésie L HYPNOSE et l Analgésie IFSI- 2013 Dr Jean-Marc BENHAIEM Responsable D. U. d Hypnose Médicale - Paris VI, Pitié-Salpêtrière Centres d'evaluation et de Traitement de la Douleur Hôpital Ambroise Paré (92

Plus en détail

APPROCHE DE LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR NEUROPATHIQUE EN MEDECINE GENERALE

APPROCHE DE LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR NEUROPATHIQUE EN MEDECINE GENERALE APPROCHE DE LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR NEUROPATHIQUE EN MEDECINE GENERALE Céline Poncin-Mattioda Président: Pr GEORGE Bernard Directeur: Pr HUAS Dominique INTRODUCTION La douleur est le motif de

Plus en détail

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES PARTICULARITÉS ÉPIDÉMIOLOGIQUES 40 000 nouveaux cas/an en France, 11 000 décès 45% des femmes atteintes ont plus de 65 ans La fréquence s accroît avec l âge, aux USA:

Plus en détail

Les reconstructions mammaires après un cancer du sein. Nicole DROGUE Docteur en Pharmacie

Les reconstructions mammaires après un cancer du sein. Nicole DROGUE Docteur en Pharmacie Les reconstructions mammaires après un cancer du sein Nicole DROGUE Docteur en Pharmacie Ø Les techniques d oncoplastie ont rendu la conservation du sein souvent possible mais la mastectomie est encore

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail