Connaître les volumes des segments corporels est

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Connaître les volumes des segments corporels est"

Transcription

1 Savoirs Contribution originale Validation de la mesure périmétrique des membres inférieurs Étude de la reproductibilité de la mesure JEAN-PIERRE SCHILTZ (1), GILLES PÉNINOU (2), JEAN-CLAUDE PINEAU (3), BERTRAND DIGONNET (1) Afin de contrôler et de quantifier les résultats obtenus par stimulation manuelle veino-lymphatique lors d un traitement de l insuffisance veineux des membres inférieurs, nous avons testé la reproductibilité des mesures réalisées à l aide d un mètreruban de couturière. Il s avère que la reproductibilité est bonne si certaines conditions sont respectées lors de son utilisation. MOTS CLÉS Drainage lymphatique manuel Œdème Lymphœdème Mesure périmétrique centimétrique Stimulation manuelle veino-lymphatique RÉSUMÉ SUMMARY Déterminer la circonférence d un membre par sa mesure périmétrique et suivre l évolution de celui-ci lors d un traitement veino-lymphatique est la finalité de cette étude. Les auteurs, après s être entraînés, ont déterminé la reproductibilité de leurs mesures circonférentielles, après s être assurés de la qualité de leur outil de mesure : un mètre-ruban spécialement étalonné. L étude porte sur une population saine d étudiantes en masso-kinésithérapie : 36 sujets pour la mesure intra-praticien et 10 sujets pour la mesure inter-praticiens. Les résultats montrent qu il existe une différence suivant le niveau de la mesure sur le membre inférieur, ainsi qu entre les praticiens. Cette différence reste faible et permet d utiliser ce type de mesure pour évaluer les progrès d un traitement par stimulation manuelle veino-lymphatique. The purpose of this study was to use a perimetric method to determine the circumference of the lower limb and follow changes in the measurement in patients undergoing lymphatic drainage. After a learning phase, the reproducibility of circumference measurements made with a tape measure was validated. Fortysix healthy female students participated in the study: 36 to determine intraobserver reproducibility and 10 to determine interobserver reproducibility. The results demonstrated a difference in circumference depending on the height of the measurement on the lower limb. There was also a difference between observers. This difference remained minimal so that this type of measurement can be used to assess progress achieved with manual lymphatic drainage. Measurement of lower limb circumference : validation and reproducibility. J EAN-PIERRE S CHILTZ, GILLES P ÉNINOU, JEAN-CLAUDE P INEAU, BERTRAND DIGONNET. N Novembre-décembre 2005/p (1) MK. 36 Boulevard du général Leclerc, Clichy. (2) MK. MC. Docteur en Biomécanique. Laboratoire d analyse du mouvement EFOM, 118 bis rue de Javel, Paris. (3) Statisticien, Dr es Sciences. CNRS, UPR 2147, Dynamique de l évolution humaine, 44 rue de l Amiral Mouchez, Paris. Correspondance : Jean-Pierre Schiltz Article reçu le 25/11/04 Modifié le 29/03/05 Accepté le 07/07/05 Connaître les volumes des segments corporels est une nécessité clinique au regard de nombreuses pathologies de type veino-lymphatique, cela permet d en suivre les variations et d apprécier l évolution des traitements [1, 2]. La méthode pour connaître les volumes des segments se réalise en deux temps. Le premier temps est la mesure centimétrique périmétrique du segment. Le deuxième temps est celui de l analyse mathématique à partir de la mesure centimétrique. Analyse mathématique qui peut être aidée par un logiciel. 25

2 JEAN-PIERRE SCHILTZ ET AL. L objet de notre travail s est porté sur la reproductibilité de la mesure centimétrique et donc sur la fiabilité de cette donnée dont se sert ensuite l analyse mathématique. Cette méthode de mesure qui est simple, a déjà fait l objet d une publication mais avec une population restreinte [3], elle utilise un mètre-ruban courant dans l activité de chacun. Elle est basée sur le principe de la mesure circonférentielle d un segment dans le plan transversal et à des niveaux différents. Il existait cependant une incertitude : la fiabilité de la mesure avec des mètres rubans différents. Ainsi la possibilité d erreur dans notre étude nous commandait d utiliser des matériels qui permettaient d éliminer ce facteur d erreur potentielle. Figure 1. Mètres étalonnés Matériel et méthode Matériel Pour éviter ces erreurs dues au matériel, nous avons fait appel à un laboratoire de métrologie de la région parisienne accrédité par le Laboratoire National d Essai. Ce laboratoire(*) a réalisé un mètre-ruban souple et étalonné. L étalonnage a été réalisé en 5 points répartis sur les 700 premiers millimètres. Trois mètres-rubans étalonnés ont été fabriqués spécialement pour l étude interpraticiens, permettant de ce fait une constance dans la mesure quelle que soit la longueur (figure 1). La population engagée dans les deux types d expériences, intra et inter-praticiens, se composait de sujets du sexe féminin. Méthode L environnement La pièce dans laquelle s est déroulée l expérience était une salle des travaux pratiques de l EFOM, nous disposions ainsi de plusieurs tables identiques, d un thermomètre et d un hygromètre : la température de la pièce au moment des expériences se situait dans une fourchette de 23 à 25 C, le degré d hygrométrie au moment de l expérience était de 56 %. La connaissance de ces deux paramètres répondait au respect du cahier des charges établi par le laboratoire lors de la confection des mètres ruban étalonnés. * Metland Labo, Laboratoire de Métrologie Accrédité, 98 rue Grande, Champagne sur Seine Figure 2. Milieu de la patella (Prise pollici-digitale). La technique de mesure Elle a pour finalité de déterminer le périmètre du segment de membre, de façon étagée sur l ensemble du membre, sans donner de préférence au segment jambier ou fémoral. La rotule, considérée comme centre du membre inférieur, les étages sont déterminés à partir de son milieu. Le repère du centre est déterminé par une prise pollici-digitale sur les extrémités supérieure et inférieure de la patella, ce qui permet aisément de visualiser le centre (figure 2). À partir de ce centre, les étages sont déterminés tous les 10 cm vers les extrémités du membre (proximale et distale). Ce sont au total 6 étages qui ont été déterminés : 20 cm au-dessus du centre de la patella (+20) 10 cm au-dessus du centre de la patella (+10) centre de la patella (0) 10 cm au-dessous du centre de la patella (-10) 20 cm au-dessous du centre de la patella (-20) 30 cm au-dessous du centre de la patella (-30) La position du sujet Le sujet est en décubitus dorsal strict, sans surélévation. Le membre à mesurer est le côté droit, et afin d éviter une torsion musculaire nous avons placé le membre inférieur avec une angulation d abduction de 15 en rotation neutre. De cette façon nous étions en course articulaire moyenne dans le plan frontal et avec une torsion de repos relatif des muscles de ce plan et en particulier des adducteurs. Le placement en abduction de 15 a été obtenu à l aide d un goniomètre standard (figure 3). La mesure proprement dite A partir du point zéro (centre de la patella), nous marquons sur la peau les repères longitudinaux des étages successifs en plaçant la marque sur la face antérieure du membre. Sur le repère, à chaque étage, nous installons le mètre-ruban étalonné en vue de la mesure périmétrique. 26

3 Validation de la mesure périmétrique des membres inférieurs Figure 3-5. Exemples de mesure circonférentielle réalisée dans un cabinet qui a servi de modèle à la méthode. Le praticien se place du même côté que le membre à mesurer et place ainsi son regard à la verticale du point de repère de l étage considéré. Il peut alors contrôler visuellement le positionnement du mètre-ruban et en particulier s assurer qu il est bien placé transversalement à l axe du membre (figure 4). Le placement du mètre-ruban se défini comme étant simplement posé sur le plan cutané sans effet de serrage, le bord (supérieur) gradué du mètre-ruban est au contact du point de repère. Le ruban est préalablement placé autour du segment, puis réaligné visuellement pour être transversal à celui-ci. Enfin il est réalisé une tension de serrage pour obtenir le contact régulier avec la peau, sans pour autant produire un effet de dépression cutanée visible (figure 5). Le résultat est immédiatement lu et transcrit sur une feuille prévue et conçue à cet effet. Cette feuille comporte deux types de renseignements : 1. concernant le sujet participant à l expérience ; 2. concernant l environnement de l expérience. Ces mesures serviront dans un deuxième temps à l analyse mathématique et statistique. Les résultats de ces analyses seront ensuite interprétés et préciseront le degré de reproductibilité des mesures. La population Elle est composée d étudiantes en première année de kinésithérapie de l EFOM, qui étaient toutes des sujets volontaires, saines et sans plaintes particulières. Leur âge est en moyenne de 21 ans, leur taille moyenne de 165 cm, avec un poids moyen de 57 kg. Ces valeurs sont tout à fait en relation avec les données anthropométriques des populations de cet âge en Île de France (Rebiffe) [4]. Pour la mesure intra-praticien, ce sont 36 étudiantes qui ont participé à l étude. Pour la mesure inter-praticiens, ce sont 10 étudiantes qui auront été mesurées par chacun des 3 praticiens. Résultats Les résultats ont été analysés à l aide d un tableur qui nous a permis les comparaisons entre les différentes mesures intra et inter-praticiens, puis nous avons utilisé un logiciel d analyse statistique (Statistica ). Pour un même praticien (mesure intra-praticien) nous avons associé l ensemble des mesures réalisées soit n = 648. Pour les mesures inter-praticiens nous avons associé les 6 mesures, soit n = 60. Étude : intra-praticien Les résultats en intra-praticien portent sur les différences observées, après avoir mesuré 36 patientes 3 fois de suite aux 6 étages différents, soit pour chaque série de mesure, N = 36. Pour cette étude nous avons calculé les paramètres statistiques : moyenne, écart-type pour chaque étage (tableau I). Nous avons effectué une analyse de la variance des mesures répétées pour chaque étage entre les 3 séries (tableau II). De plus, nous avons comparé les valeurs moyennes des séries en utilisant le test «t» de Student dans le cas d échantillons appariés (tableau III). Le seuil de signification est indiqué précisément. L analyse de la variance (avec Statitica ) a porté sur la comparaison des valeurs moyennes entre les 3 séries Tableau I. Paramètres statistiques des mesures répétées intra praticien aux 6 étages de +20 cm à -30 cm. Étages Série 1 Série 2 Série ,39 ± 5,65 51,32 ± 5,60 51,37 ± 5, ,58 ± 4,64 42,57 ± 4,66 42,56 ± 4, ,28 ± 2,82 36,26 ± 2,78 36,24 ± 2, ,04 ± 3,34 36,01 ± 3,35 35,98 ± 3, ,69 ± 3,65 31,62 ± 3,58 31,60 ± 3, ,61 ± 2,88 22,63 ± 2,82 22,57 ± 2,89 27

4 JEAN-PIERRE SCHILTZ ET AL. Tableau II. Analyse de la variance pour les mesures répétées intra-praticien aux 6 étages de +20 cm à -30 cm. Étages «F» de Snédecor Seuil de probabilité +20 0,89 0,42 NS +10 0,20 0,82 NS 0 0,85 0,43 NS -10 4,83 0,011 S -20 3,54 0,034 S -30 1,86 0,16 NS Tableau III. «t» de Student et seuil de probabilité pour les 6 étages. Étages S1/S2 P S1/S3 P S2/S3 P +20 2,09 0,044 S 0,32 0,75 NS - 0,85 0,40 NS +10 0,35 0,72 NS 0,58 0,56 NS 0,30 0,76 NS 0 0,88 0,38 NS 1,30 0,20 NS 0,42 0,67 NS -10 1,32 0,19 NS 3,28 0,002 S 1,83 0,08 NS -20 1,69 0,10 NS 2,49 0,02 S 0,80 0,43 NS -30-0,63 0,53 NS 1,35 0,19 NS 1,72 0,09 NS Tableau IV. Paramètres statistiques des mesures interpraticiens aux 6 étages. Étages Praticien 1 Praticien 2 Praticien ,96 ± 8,40 51,81 ± 8,05 56,64 ± 8, ,52 ± 6,31 43,25 ± 6,93 43,54 ± 6, ,82 ± 3,59 37,09 ± 4,00 37,11 ± 3, ,81 ± 5,75 37,07 ± 5,64 37,20 ± 5, ,73 ± 5,86 33,42 ± 5,77 33,54 ± 5, ,56 ± 4,31 23,76 ± 4,56 24,11 ± 4,47 Tableau V. Analyse de la variance pour les mesures répétées inter-praticiens aux 6 étages de + 20 cm à - 30 cm. Étages «F» de Snédecor Seuil de probabilité ,7 0,0005 HS ,73 0,0002 HS 0 2,51 0,11 NS -10 8,75 0,002 S ,4 0,00003 HS -30 4,79 0,021 S dans le cas de mesures répétées par le test du «F» de Snédecor (tableau II). Elle permet d apprécier la dispersion des mesures et le «F» de Snédecor permet de vérifier sur l ensemble des séries la différence significative (S) ou non (NS). La comparaison des valeurs moyennes à l aide du «t» de Student dans le cas d échantillons appariés aboutit aux résultats présentés dans le tableau III. Le test de student permet de déterminer entre les groupes deux à deux la différence significative (S) ou non (NS). La limite qui détermine (S) est établie à partir d une valeur de P < 0,05. Étude inter-praticiens La comparaison des mesures des périmètres interpraticiens a été réalisée en considérant 10 patientes mesurées simultanément par 3 praticiens (P1, P2, P3) aux 6 étages de +20 cm à -30 cm. Soit pour chaque praticien 10 sujets x 6 mesures d étages, N = 10. Les paramètres statistiques pour chaque étage sont indiqués dans le tableau IV. L analyse de la variance a permis de tester les écarts entre les mesures répétées entre les mesureurs à chaque étage (tableau V). De la même façon que pour l étude intra praticien, nous avons calculé le «t» de Student entre les praticiens à chaque étage et précisé le seuil de signification du test dans le cas d échantillons appariés. L analyse de la variance a porté sur le calcul du «F» de Snédecor et du seuil de probabilité dans le cas de mesures répétées à chaque étage (+20 cm à -30 cm). La comparaison des valeurs moyennes à l aide du «t» de Student dans le cas d échantillons appariés nous conduit aux résultats indiqués dans le tableau VI. Les résultats de l étude de la reproductibilité intra-praticien montre que globalement la mesure reste fiable à l exception des niveaux -10 et -20 cm au-dessous de la patella (tableau II). Pour ces niveaux, le test «t» de Student ne présente pas de différence significative si l on considère les séries deux à deux (tableau III). En ce qui concerne l étude de la reproductibilité interpraticiens, il apparaît des différences statistiquement significatives pour l ensemble des étages à l exception du centre de la patella (niveau 0, tableau V). Cependant, la comparaison des valeurs moyennes par le test «t» de Student dans les échantillons appariés (tableau VI) indique que les praticiens P2 et P3 ne présentent pas de 28

5 Validation de la mesure périmétrique des membres inférieurs Tableau VI. «t» de Student et seuil de probabilité entre les praticiens pour les 6 étages. Étages P1/P2 P P1/P3 P P2/P3 P +20 0,70 0,50 NS - 4,84 0,0009 HS - 4,46 0,0016 HS +10-2,83 0,019 S - 6,25 0,0001 HS - 2,08 0,07 NS 0-1,57 0,15 NS - 2,52 0,032 S - 0,14 0,89 NS -10-2,51 0,033 S - 4,39 0,002 HS - 1,41 0,19 NS -20-5,86 0,0002 HS - 4,81 0,00009 HS - 0,92 0,38 NS -30-1,70 0,12 NS - 2,49 0,034 S - 1,88 0,09 NS S : différence significative NS : différence non significative HS : différence hautement significative différences significatives (sauf pour +20 cm) et que P1 et P2 présentent une alternance de différences significatives (+10 cm, -10 cm et -20 cm). Les plus grands écarts concernent les praticiens P1 et P3 où toutes les mesures sont statistiquement significatives ou hautement significatives. Discussion Est-ce que chaque mètre-ruban est identique et dans le cas contraire, comment éviter une erreur? Pour répondre à cette interrogation après avoir vérifié que les mètres-rubans du commerce présenteraient des variables, nous avons décidé de confier à une société accréditée de métrologie la conception et l étalonnage de ces mètres-rubans. Cet étalonnage présente plusieurs questions : combien de temps après combien de mesures l étalonnage reste-t-il fiable? Il y a bien une inconnue mais pendant notre étude de quelques mois nous avons eu tout loisir de vérifier à l aide de nos 3 mètres rubans que les distances ne variaient pas de façon visible. Nous ne pouvons pas présumer de cette constance dans le temps et il y a là une question qui nécessitera une vérification. La fiabilité des marques et repères sur la peau Tous les 10 cm nous avons noté la distance à laquelle s effectuerait la mesure centimétrique. Une petite difficulté existe pour le repère du point référent (milieu de la patella), le point est apprécié à l aide d une prise pollici-digitale, tenant la patella à son bord supérieur et à sa pointe inférieure. La prise doit déprimer la peau, le tissu de comblement sous-cutané (qui est parfois important), puis les tendons quadricipital et patellaire au moins sur la partie superficielle. Survient la dextérité du praticien, une erreur de l évaluation de la distance peut venir de la pression de l appui sur le rebord osseux et non sur une structure molle d accompagnement. C est surtout au niveau de la base de la patella que cette difficulté peut exister. Dans notre étude c est toujours le même praticien qui a déterminé le point de repère référent, nous avons pu ainsi éviter les variables de placement de ces repères en inter-praticiens. En effet nous n avons pas déterminé qu elle était l erreur possible de ces marquages entre praticiens (ceci pourrait faire l objet d un travail). Notre étude était délibérément orientée vers la mesure centimétrique et nous avons ainsi évité une inconnue. Le placement du mètre-ruban La difficulté consiste à placer le mètre-ruban sur un plan perpendiculaire à l axe du segment. Pour bien placer ce ruban chacun des praticiens était livré à son évaluation visuelle personnelle. Afin d éviter trop de variable, la consigne était de placer le regard à la verticale du ruban et dans l axe du membre. Une petite variable existe cependant. En accord avec la littérature [5], les résultats montrent un écart-type qui tend à augmenter au fur et à mesure que le segment s élargit et que le relief morphologique est moins constant. Nous n avons pas rencontré dans notre population estudiantine des pratiques cosmétiques qui auraient rendu plus difficile cet ajustement (onction d huiles essentielles). La pression sur la peau La consigne donnée était de poser le mètre-ruban sans effet d étirement. Cette consigne ne peut être respectée dans un premier temps. Le praticien doit tout d abord placer le mètre-ruban, s assurer de sa stabilité, ce qui impose de réaliser une pression cutanée. C est seulement au relâchement de cette pression cutanée, que la pression de mesure est acquise. Il existe lors de l appréciation de cette pression une erreur indiscutable entre praticiens. C est probablement là que se situe la plus grande variable. Pour minorer ce fait, il existe deux éléments d entraînement entre les praticiens. Tout d abord, il s agit de praticiens avertis, ensuite ils ont bien vérifié ensemble qu ils pratiquaient la même technique en relevant leurs différences et en essayant de les réduire. La question de la variable dans cette pression peut se présenter avec des praticiens novices. Il serait intéressant de vérifier cette interrogation. 29

6 JEAN-PIERRE SCHILTZ ET AL. Les résultats ont montré, comme habituellement dans ce type d étude, que 2 mesures identiques n existent qu exceptionnellement. Néanmoins la différence reste faible mais statistiquement présente dans plusieurs cas. En revanche la différence est significative lorsque la circonférence est grande (haut de la cuisse et de la jambe). Plusieurs explications peuvent étayer ces constatations. Tout d abord lorsque le segment présente une forme marquée en cône, le placement orthogonal du mètreruban est plus délicat. Ensuite, ces portions volumineuses sont formées par des volumes de masse plus molle, pour lesquelles une variable de très faible pression peut entraîner une différence significative de longueur de la circonférence. Plusieurs analyses complèteront cette étude : Quelle est la variable de la mesure par rapport à une mesure étalon? Pour répondre à cette interrogation une étude comparant la mesure manuelle avec une mesure instrumentale est envisagée et fera l objet d une publication à venir. Comment déterminer la valeur de la mesure inter-praticiens? Une analyse des résultats sur des populations de patients permettra de comparer les effets d une séance (avant et après), puis d un groupe de séances. Nous pourrons ainsi relativiser les progrès et faire abstraction de l erreur possible de mesure inter-praticiens. Conclusion La mesure circonférentielle des membres inférieurs avec un mètre-ruban est possible avec un taux très faible d erreur, tant en intra-praticien qu en inter-praticiens confirmés. Nous pouvons ainsi estimer avoir un outil clinique qui nous permet d évaluer des valeurs à travers la mesure de 2 circonférences. Il existe un outil mathématique mis au point par Auvert et Vayssairat [6] qui ont repris les travaux de Kosir [7] et qui permet d utiliser ces données de mesures centimétriques et d en déduire le volume du tronc de cône entre les 2 repères. Le fait d avoir utilisé un mètre-ruban étalonné pour l étude expérimentale n impose pas au praticien le même niveau d exigence, compte tenu que la mesure intra-praticien est finalement très fiable ; l erreur de mesure qui pourrait résulter d un mètre-ruban du commerce habituel doit être considérée comme négligeable. La seule précaution est qu une différence minime peut très bien être interprétée comme non significative. La population étudiée N = 36 permet d avoir le chiffre moyen et son écart type qui peuvent servir de références à tout un chacun pour apprécier qualitativement si un sujet se rapproche ou non de la moyenne. REFERENCES [1] Vayssairat M, Maurel A, Gouny P, Baudot N, Gaitz JP, Nussaume O. La volumétrie : une méthode précise de quantification en phlébologie. J Mal Vasc 1994;19: [2] Auvert JF, Vayssairat M. La volumétrie : un examen complémentaire indispensable en lymphologie. Rev Méd Interne 2002;23: [3] Chavoutier PL, Bouchet JY, Richaud C. Reproductibilité et fiabilité des mesures périmétriques d un membre inférieur sain. Ann. Kinésithérapie 2000;27:3-7. [4] Rebiffé R, Guillien J, Pasquet P. Enquête anthropométrique sur les conducteurs français. RNUR Ed. 1 vol.1982, 234p. [5] Lardry JM, Raupp JC, Dammas P. Etude morphologique de la cuisse. Kinésithérapie, les cahiers N 26-27, Févriermars 2004, p [6] Galland., Auvert JF, Flahault A, Vayssairat M. Why and how post-mastectomy edema should be quantified in patients with breast cancer. Breast Cancer Research and treatment 2002;75:87-9. [7] Kosir MA, Rymal C, Koppulu P, et al. Surgical outcomes after breast cancer surgery : measuring acute lymphedema. J Surg Res 2001;95: NOTE DE LA RÉDACTION Les tests statistiques qui évaluent la «concordance» entre des séries de mesures sont différents s il s agit de données quantitatives ou de données qualitatives. Pour l article présenté, le test statistique actuellement le plus utilisé devrait être le «coefficient de corrélation intra-classe». Il indique un chiffre qui permet d évaluer le niveau de concordance des données entre elles. Ce test n a pas été utilisé dans l article. Ces tests sont peu utilisés en kinésithérapie en France. Nous devons essayer de développer davantage leur utilisation qui permet d évaluer la reproductibilité. 30

Mesures et incertitudes

Mesures et incertitudes En physique et en chimie, toute grandeur, mesurée ou calculée, est entachée d erreur, ce qui ne l empêche pas d être exploitée pour prendre des décisions. Aujourd hui, la notion d erreur a son vocabulaire

Plus en détail

EVOLUTION DE LA FORCE MUSCULAIRE DURANT LA REEDUCATION PERINEALE

EVOLUTION DE LA FORCE MUSCULAIRE DURANT LA REEDUCATION PERINEALE 1 EVOLUTION DE LA FORCE MUSCULAIRE DURANT LA REEDUCATION PERINEALE Etude prospective effectuée sur 200 patientes et patients consécutivement traités pour des troubles divers de la fonction périnéo-sphinctérienne.

Plus en détail

Echographie et Ceinture Pelvienne

Echographie et Ceinture Pelvienne Echographie et Ceinture Pelvienne Centre d imagerie ostéo-articulaire Clinique du sport de Mérignac Philippe MEYER avril 2005 Echographie et Ceinture Pelvienne En complément du bilan radiographique Bilatérale

Plus en détail

FICHE 9 : ASSISTANCE AUX RESEAUX

FICHE 9 : ASSISTANCE AUX RESEAUX FICHE 9 : ASSISTANCE AUX RESEAUX 99 100 1. Assistance aux réseaux pour l obtention de l accréditation 1.1. Programme ACQEN Le programme ACQEN a pour but de fournir des outils d assistance à l accréditation

Plus en détail

Chapitre 3 : Mesure et Incertitude.

Chapitre 3 : Mesure et Incertitude. Chapitre 3 : Mesure et ncertitude. Le scientifique qui étudie un phénomène naturel se doit de faire des mesures. Cependant, lors du traitement de ses résultats ce pose à lui la question de la précision

Plus en détail

LA MUSCULATION AU LYCEE

LA MUSCULATION AU LYCEE LA MUSCULATION AU LYCEE 1 LA MUSCULATION permet de développer la force d un muscle grâce a des contractions musculaires répétées. Elle répond a 3 objectifs différents: être plus développé être plus performant

Plus en détail

PRESCRIPTION PAR LE KINÉSITHÉRAPEUTE EN RÉÉDUCATION VEINO-LYMPHATIQUE : FAISONS LE POINT

PRESCRIPTION PAR LE KINÉSITHÉRAPEUTE EN RÉÉDUCATION VEINO-LYMPHATIQUE : FAISONS LE POINT PRESCRIPTION PAR LE KINÉSITHÉRAPEUTE EN RÉÉDUCATION VEINO-LYMPHATIQUE : Agnès BOURASSIN 1 1 Kinésithérapeute libéral Évry (91) Texte issu de la 1 ère Journée de rééducation vasculaire de l AKTL Hôpital

Plus en détail

Région du genou 1. Observation statique et dynamique 2. Palpation

Région du genou 1. Observation statique et dynamique 2. Palpation Région du genou 1. Observation statique et dynamique 2. Palpation 1. a) Observation statique a) Debout, plans frontal, sagittal et horizontal Attitude antalgique une douleur dans la région du genou induit

Plus en détail

L ÉCHOLOCATION CHEZ LES CHAUVES-SOURIS SESSION 2014 BACCALAURÉAT SÉRIE S. Épreuve de PHYSIQUE CHIMIE Évaluation des compétences expérimentales

L ÉCHOLOCATION CHEZ LES CHAUVES-SOURIS SESSION 2014 BACCALAURÉAT SÉRIE S. Épreuve de PHYSIQUE CHIMIE Évaluation des compétences expérimentales BACCALAURÉAT SÉRIE S Épreuve de PHYSIQUE CHIMIE Évaluation des compétences expérimentales Sommaire I. DESCRIPTIF DU SUJET DESTINÉ AUX PROFESSEURS... 2 II. LISTE DE MATÉRIEL DESTINÉE AUX PROFESSEURS ET

Plus en détail

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron?

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? ÉTIREMENTS Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives, quels que soient l âge et le niveau

Plus en détail

Introduction à l'analyse statistique des données

Introduction à l'analyse statistique des données INTRODUCTION À L'ANALYSE STATISTIQUE DES DONNÉES CONCEPTS DE BASE Un certain nombre de concepts, préalables indispensables à la compréhension des analyses présentées, sont définis ici. De même pour quelques

Plus en détail

LE STRETCHING 1. Maryse BECKERS LEDENT

LE STRETCHING 1. Maryse BECKERS LEDENT LE STRETCHING 1 Maryse BECKERS LEDENT Maryse LEDENT est licenciée en éducation physique (ULg, prom. 1991). Elle occupe actuellement les fonctions d assistante dans le service de pédagogie des activités

Plus en détail

La reprise de la vie active

La reprise de la vie active Prothèse de hanche Les conseils de votre chirurgien La reprise de la vie active Vous êtes aujourd hui porteur d une prothèse de hanche ; elle va vous permettre de reprendre vos activités sans gène ni douleur.

Plus en détail

Le mouvement vitalité! Un pas vers la forme! Sport-Santé. Acti March

Le mouvement vitalité! Un pas vers la forme! Sport-Santé. Acti March Le mouvement vitalité! Un pas vers la forme! Sport-Santé Acti March Une Fédération pour votre forme Moyen de déplacement à la portée de tous, quel que soit son âge, la marche est une forme d activité physique

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE RAKOTOMALALA Hoby Nomena RALANDISON Stéphane La Rhumatologie au Quotidien, mars 2014 Association des Praticiens en Rhumatologie à Madagascar (APR) 1 Introduction Hanche: ceinture

Plus en détail

DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR

DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR C Andreux et F L Huillier H Guerini, A Feydy, X Poittevin, F Thevenin, R Campagna, JL Drapé, A Chevrot Hôpital COCHIN, Paris, France OBJECTIF Proposer

Plus en détail

Back2Flow. La fluidité retrouvée. Manuel d utilisation. www.healthylifefactory.com

Back2Flow. La fluidité retrouvée. Manuel d utilisation. www.healthylifefactory.com Back2Flow Manuel d utilisation La fluidité retrouvée www.healthylifefactory.com Back2Flow Manuel d utilisation Qu est-ce que le BACK2FLOW? Back2Flow est un appareil générant des exercices passifs qui offrent

Plus en détail

Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER

Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER Le présent document fait partie des documents élaborés par la Société Française (SOFMER) et la Fédération Française

Plus en détail

Quel que soit le matériel d ostéosynthèse, un certain nombre de principes permettent de bien conduire le geste chirurgical

Quel que soit le matériel d ostéosynthèse, un certain nombre de principes permettent de bien conduire le geste chirurgical Information supplémentaire 3 Quel que soit le matériel d ostéosynthèse, un certain nombre de principes permettent de bien conduire le geste chirurgical Installation Sur table normale, en décubitus dorsal

Plus en détail

DETERMINATION DE L INCERTITUDE DE MESURE POUR LES ANALYSES CHIMIQUES QUANTITATIVES

DETERMINATION DE L INCERTITUDE DE MESURE POUR LES ANALYSES CHIMIQUES QUANTITATIVES Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Administration des Laboratoires Procédure DETERMINATION DE L INCERTITUDE DE MESURE POUR LES ANALYSES CHIMIQUES QUANTITATIVES Date de mise en application

Plus en détail

La mécanique sous le capot

La mécanique sous le capot La mécanique sous le capot L ergonomie Comment éviter et diminuer les TMS aux membres supérieurs Pourquoi vos articulations vous font-elles souffrir? De nombreux travailleurs souffrent de troubles musculo-squelettiques

Plus en détail

Comment mieux se tenir sans peine. ( ou presque sans peine )

Comment mieux se tenir sans peine. ( ou presque sans peine ) Comment mieux se tenir sans peine ( ou presque sans peine ) Notre structure rigide est le squelette, composé de nombreux segments mobiles les uns par rapport aux autres. Et maintenu dans l espace par le

Plus en détail

ENDERMOTHÉRAPIE THÉRAPIE TISSULAIRE, ARTICULAIRE ET MUSCULAIRE

ENDERMOTHÉRAPIE THÉRAPIE TISSULAIRE, ARTICULAIRE ET MUSCULAIRE ENDERMOTHÉRAPIE THÉRAPIE TISSULAIRE, ARTICULAIRE ET MUSCULAIRE 1 Endermothérapie THÉRAPIE TISSULAIRE, ARTICULAIRE ET MUSCULAIRE DEPUIS PLUS DE 25 ANS, LPG SYSTEMS ACCOMPAGNE LES KINÉSITHÉRAPEUTES DANS

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

LipomassageTM BY ENDERMOLOGIE. Expertise

LipomassageTM BY ENDERMOLOGIE. Expertise LipomassageTM BY ENDERMOLOGIE Expertise FR Scientifi c Research Department LPG Systems, Sophia-Antipolis, France Copyright 2008 LE CELLU M6 : 22 ANS D EXPÉRIENCE ET DES PREUVES SCIENTIFIQUES Utilisé initialement

Plus en détail

Validation d une méthode de chimie analytique

Validation d une méthode de chimie analytique Validation des méthodes d analyse quantitative par le profil d exactitude Validation d une méthode de chimie analytique Application au dosage des anions fluorure, chlorure, nitrite, bromure, nitrate, phosphate

Plus en détail

Qualité en production

Qualité en production Daniel DURET et Maurice PILLET Qualité en production De l ISO 9000 à Six Sigma Troisième édition Éditions d Organisation, 1998, 2001, 2005 ISBN : 2-7081-3388-8 Sommaire INTRODUCTION... 17 Première partie

Plus en détail

FAQ s EXEMPLES REMARQUE

FAQ s EXEMPLES REMARQUE Si vous avez des questions concernant la mise en oeuvre de votre système de qualité, des suggestions pour ce site ou si vous avez besoin de toute autre information pertinente, veuillez envoyer un message

Plus en détail

Tests de comparaison de moyennes. Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique»

Tests de comparaison de moyennes. Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique» Tests de comparaison de moyennes Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique» Test de Z ou de l écart réduit Le test de Z : comparer des paramètres en testant leurs différences

Plus en détail

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation PAR Alireza MOGHADDAM TUTEUR : Guy HÉDELIN Laboratoire d Épidémiologie et de Santé publique, EA 80 Faculté de Médecine de Strasbourg

Plus en détail

LE TRICEPS BRACHIAL (face postérieure du bras)

LE TRICEPS BRACHIAL (face postérieure du bras) LE TRICEPS BRACHIAL (face postérieure du bras) Origine : la longue portion : tubercule sous-glénoïdien de l omoplate. Le vaste externe : partie supérieure de la face postérieure de l humérus. Le vaste

Plus en détail

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Table des matières. Introduction....3 Mesures et incertitudes en sciences physiques

Plus en détail

Jaargetijdenweg 4 7532 SX Enschede The Netherlands Toll Free 00800 2806 2806 FAX +31 (0)53 20 30 305 Email: info@freedom-innovations.

Jaargetijdenweg 4 7532 SX Enschede The Netherlands Toll Free 00800 2806 2806 FAX +31 (0)53 20 30 305 Email: info@freedom-innovations. Jaargetijdenweg 4 7532 SX Enschede The Netherlands Toll Free 00800 2806 2806 FAX +31 (0)53 20 30 305 Email: info@freedom-innovations.eu R-720-068 Manchon Parydonn, Notice, Rev. C I. INTRODUCTION Merci

Plus en détail

Le stretching. 3 Le stretching. 1. Définition. 2. Répertoire gestuel. Etirements de la chaîne postérieure au sol

Le stretching. 3 Le stretching. 1. Définition. 2. Répertoire gestuel. Etirements de la chaîne postérieure au sol 3 Le stretching 1. Définition Le stretching, traduction anglaise pour étirement est une technique de préparation du corps, de maintien ou de remise en forme basée sur l amélioration des amplitudes articulaires

Plus en détail

- Au contact gauche, le lanceur bascule sa ligne d épaules en abaissant et fixant son coude gauche à la hanche (1), il entame le face avant.

- Au contact gauche, le lanceur bascule sa ligne d épaules en abaissant et fixant son coude gauche à la hanche (1), il entame le face avant. Former un jeune lanceur de javelot : cultiver le paradoxe! Le lancer de javelot est tout à fait remarquable tant visuellement que par les données biomécaniques et balistiques. Rythme, explosivité et souplesse

Plus en détail

Le bilan diagnostique Kinésithérapique

Le bilan diagnostique Kinésithérapique Le bilan diagnostique Kinésithérapique «La kinésithérapie prévient, réduit, restaure ou compense les mouvements pathologiques au niveau des déficiences, des limitations fonctionnelles, incapacités et des

Plus en détail

Protocole de rééducation des syndromes fémoro-patellaires

Protocole de rééducation des syndromes fémoro-patellaires 1 Protocole de rééducation des syndromes fémoro-patellaires Dans la grande majorité des cas, les syndromes fémoro-patellaires (SFP) guérissent avec un traitement médical bien conduit. Pour être efficace,

Plus en détail

DOCUMENT ALEX PATIRAS OSTEOPATHE CSSM BASKET ALTKIRCH. Etirement spécifique à la pratique du basket

DOCUMENT ALEX PATIRAS OSTEOPATHE CSSM BASKET ALTKIRCH. Etirement spécifique à la pratique du basket DOCUMENT ALEX PATIRAS OSTEOPATHE CSSM BASKET ALTKIRCH Etirement spécifique à la pratique du basket 1 : Tension du cou.2 Durée : 14 minutes Penchez la tête d un côté. Gardez les épaules relâchées. Laissez

Plus en détail

Biométrie foetale. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 01/071011. - Support de Cours (Version PDF) -

Biométrie foetale. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 01/071011. - Support de Cours (Version PDF) - Biométrie foetale Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf Date de création du document 01/071011 Table des matières I Techniques de biométrie...3 I.1 Mesure de la longueur cranio-caudale...3 I.2 Mesure

Plus en détail

Le rôle des kinésithérapeutes n a cessé de

Le rôle des kinésithérapeutes n a cessé de Kinésithérapie des opérées du sein RÉSUMÉ I SUMMARY La multiplication des cancers du sein augmente le nombre de patientes prises en charge en kinésithérapie. La rééducation postopératoire s oriente autour

Plus en détail

Dr FOUGERAIS Guillaume, formateur Génération Implant, Nantes.

Dr FOUGERAIS Guillaume, formateur Génération Implant, Nantes. La photographie intra buccale : méthode de réalisation. Dr FOUGERAIS Guillaume, formateur Génération Implant, Nantes. La photographie numérique est un formidable outil de communication pour nos patients

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Plombémie Plombémie 07PLO1 ; 07PLO2 ; 07PLO3 et 07PLO4 2007 Edition : décembre 2008 Afssaps -143/147, Bd Anatole France F-93285

Plus en détail

Etirement des adducteurs

Etirement des adducteurs Etirement des adducteurs En cyclisme, les muscles adducteurs de la hanche sont principalement sollicités en montée, lorsque l on se met en danseuse. Consigne d étirement : debout, jambes écartées d environ

Plus en détail

Actes du 25 ème colloque de l ADMEE-Europe Fribourg 2013 : Evaluation et autoévaluation, quels espaces de formation?

Actes du 25 ème colloque de l ADMEE-Europe Fribourg 2013 : Evaluation et autoévaluation, quels espaces de formation? Les qualités psychométriques de l évaluation de l enseignement par les étudiantes et les étudiants : impacts des modalités pédagogiques et de passation Léon Harvey, leon_harvey@uqar.ca, Université du Québec

Plus en détail

Exemplaire n Opacimètres BOSCH 3.110, 3.015 et BEA 150

Exemplaire n Opacimètres BOSCH 3.110, 3.015 et BEA 150 Epreuve de substitution Exemplaire n Opacimètres BOSCH 3.110, 3.015 et BEA 150 RBFR / 9 989 161 923 / 06-10-2000 1. Matériel nécessaire 1.1. Contrôle des dimensions de la sonde: - Un pied à coulisse, échelon

Plus en détail

Titre : K-Taping et kinésithérapie sportive. Auteur(s) : Mr Arnaud DAUFRENE. Catégorie : Traumatologie du Sport

Titre : K-Taping et kinésithérapie sportive. Auteur(s) : Mr Arnaud DAUFRENE. Catégorie : Traumatologie du Sport Titre : K-Taping et kinésithérapie sportive Auteur(s) : Mr Arnaud DAUFRENE Catégorie : Traumatologie du Sport Date : Novembre 2012 17 ème Congrès IRBMS K-Taping et Kinésithérapie sportive Arnaud DAUFRENE

Plus en détail

CLARTE NUCALE Docteurs Marc TORRENT, stéphane SAULT

CLARTE NUCALE Docteurs Marc TORRENT, stéphane SAULT CLARTE NUCALE Docteurs Marc TORRENT, stéphane SAULT LONGUEUR CRANIO-CAUDALE (LCC, DCC) C est la mesure de la taille du fœtus entre le vertex et les fesses. 1 ) Approche technique : Critères de réussite

Plus en détail

VARIATION DES CARACTÉRISTIQUES DES FIBRES DE LAINE, SELON LES RÉGIONS DU CORPS CHEZ LE MOUTON

VARIATION DES CARACTÉRISTIQUES DES FIBRES DE LAINE, SELON LES RÉGIONS DU CORPS CHEZ LE MOUTON VARIATION DES CARACTÉRISTIQUES DES FIBRES DE LAINE, SELON LES RÉGIONS DU CORPS CHEZ LE MOUTON P. Charlet, A. M. LEROY, P. CATTINVIDAL To cite this version: P. Charlet, A. M. LEROY, P. CATTINVIDAL. VARIATION

Plus en détail

FACULTE DE MEDECINE D ANGERS. Polycopié de cours pour les 1 e et 2 e cycles des études médicales Préparation à l examen national classant

FACULTE DE MEDECINE D ANGERS. Polycopié de cours pour les 1 e et 2 e cycles des études médicales Préparation à l examen national classant FACULTE DE MEDECINE D ANGERS Polycopié de cours pour les 1 e et 2 e cycles des études médicales Préparation à l examen national classant Année scolaire 2007-2008 SANTE PUBLIQUE ET MEDECINE SOCIALE Responsable

Plus en détail

Parlons «BASSIN» Petite séance d étirements

Parlons «BASSIN» Petite séance d étirements Parlons «BASSIN» Petite séance d étirements pour faciliter le relâchement et l ouverture du bassin Lors d une séance d étirements, beaucoup de coureurs à pied auront tendance à privilégier surtout certaines

Plus en détail

BLESSURES DE SURUTILISATION

BLESSURES DE SURUTILISATION INTRODUCTION Monsieur Sansouci est un fervent amateur de course à pied et de natation. Voulant participer à une course de 10 km dans quelques semaines, il a augmenté son volume d entraînement. Par contre,

Plus en détail

Attention les articulations La meilleure prévention.

Attention les articulations La meilleure prévention. Attention les articulations La meilleure prévention. Suva Caisse nationale suisse d assurance en cas d accidents Case postale 6002 Lucerne Téléphone 041 419 51 11 Fax 041 419 59 17 (pour commandes) Internet

Plus en détail

BACCALAURÉAT ÉPREUVE D ÉTIREMENTS

BACCALAURÉAT ÉPREUVE D ÉTIREMENTS BACCALAURÉAT ÉPREUVE D ÉTIREMENTS Contrôle adapté BAC EPS Séries générales et technologiques PRÉSENTATION DE L ÉPREUVE D ÉTIREMENTS PRINCIPE D ÉLABORATION DE L ÉPREUVE : Le candidat dispose de 10 à 15

Plus en détail

Muscles sollicités : Muscles de la cuisse (Quadriceps, Psoas iliaque )

Muscles sollicités : Muscles de la cuisse (Quadriceps, Psoas iliaque ) Muscles sollicités : Muscles de la cuisse (Quadriceps, Psoas iliaque ) Vaste interne Premier adducteur Grand adducteur Vaste externe Droit antérieur Assis, jambes pliées, les fesses en appui sur les talons,

Plus en détail

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire CHAPITRE 3 Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire Parmi les analyses statistiques descriptives, l une d entre elles est particulièrement utilisée pour mettre en évidence

Plus en détail

Ambassade de France au Maroc - Service de coopération et d action culturelle Bureau des examens et concours BACCALAURÉAT EPS

Ambassade de France au Maroc - Service de coopération et d action culturelle Bureau des examens et concours BACCALAURÉAT EPS Ambassade de France au Maroc - Service de coopération et d action culturelle Bureau des examens et concours BACCALAURÉAT EPS ÉPREUVE D ÉTIREMENTS Stretching Contrôle adapté Séries générales et technologiques

Plus en détail

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1 TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité I Loi uniforme sur ab ; ) Introduction Dans cette activité, on s intéresse à la modélisation du tirage au hasard d un nombre réel de l intervalle [0 ;], chacun

Plus en détail

1000 m, 2000 m, 3000 m, 5000 m, 10 000 m : Quand il y a plus de 12 athlètes dans une course, ils peuvent être divisés en deux groupes: un

1000 m, 2000 m, 3000 m, 5000 m, 10 000 m : Quand il y a plus de 12 athlètes dans une course, ils peuvent être divisés en deux groupes: un PISTE ET COULOIRS La piste devra mesurée 400 m. La piste ne devra pas mesurer moins de 7,32 m de largeur et son côté intérieur sera garni si possible d une bordure de béton ou d un autre matériau approprié

Plus en détail

Evaluation d un appareil quantitatif ultrasonore utilisant des matrices (Beam scanner):précision standardisée

Evaluation d un appareil quantitatif ultrasonore utilisant des matrices (Beam scanner):précision standardisée Evaluation d un appareil quantitatif ultrasonore utilisant des matrices (Beam scanner):précision standardisée M-A Gomez, M Nasser-Eddin, M Defontaine, B Giraudeau, F Jacquot, F Patat INTRODUCTION L ostéoporose

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Intérêt du shiatsu chez des patients cancéreux traités par chimiothérapie

Intérêt du shiatsu chez des patients cancéreux traités par chimiothérapie Savoirs Contribution originale Intérêt du shiatsu chez des patients cancéreux traités par chimiothérapie DOMINIQUE CHEVALIER Après le dossier que nous avons publié sur le Shiatsu (numéro 34), voici un

Plus en détail

ASSURER LA QUALITE DES RESULTATS D ESSAI ET D ETALONNAGE Assuring the quality of test and calibration results

ASSURER LA QUALITE DES RESULTATS D ESSAI ET D ETALONNAGE Assuring the quality of test and calibration results ASSURER LA QUALITE DES RESULTATS D ESSAI ET D ETALONNAGE Assuring the quality of test and calibration results Soraya Amarouche Armelle Picau Olivier Pierson Raphaël Deal Laboratoire National de Métrologie

Plus en détail

1998.02 Composition d un portefeuille optimal. Dinh Cung Dang

1998.02 Composition d un portefeuille optimal. Dinh Cung Dang 199802 Composition d un portefeuille optimal Dinh Cung Dang Docteur en gestion de l IAE de Paris Ingénieur Conseil Résumé : Dans ce travail, le risque est défini comme étant la probabilité de réaliser

Plus en détail

COUP DE PROJECTEUR Précision de mesure

COUP DE PROJECTEUR Précision de mesure Traçabilité de la puissance RF à Le présent article, émanant de l institut national de métrologie allemand (Physikalisch-Technische Bundesanstalt PTB), montre comment la mesure «Puissance haute fréquence»,

Plus en détail

ÉTUDE DE MORTALITÉ DANS LES RENTES INDIVIDUELLES ANNÉE D ASSURANCE 1995-1996

ÉTUDE DE MORTALITÉ DANS LES RENTES INDIVIDUELLES ANNÉE D ASSURANCE 1995-1996 ÉTUDE DE MORTALITÉ DANS LES RENTES INDIVIDUELLES ANNÉE D ASSURANCE 1995-1996 Document 20131 1. INTRODUCTION Les travaux sur l étude de mortalité dans les rentes individuelles se sont poursuivis. Cette

Plus en détail

Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière. Place de la thérapie manuelle

Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière. Place de la thérapie manuelle Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière Place de la thérapie manuelle Définition Il est habituel de parler de syndrome du piriforme L étude anatomique de la région laisse penser que

Plus en détail

LIPOASPIRATION DU VENTRE ET DES HANCHES

LIPOASPIRATION DU VENTRE ET DES HANCHES FR É D É R I C SA U V E U R S A R FAT I Ancien Interne des Hôpitaux de Paris Ancien Chef de Clinique à l Hôpital Saint-Louis Fellow of the Endoscopic Plastic Surgery Center Baltimore U.S.A. C H I R U R

Plus en détail

SAVOIR S'ÉCHAUFFER POURQUOI FAUT-IL S ÉCHAUFFER?

SAVOIR S'ÉCHAUFFER POURQUOI FAUT-IL S ÉCHAUFFER? SAVOIR S'ÉCHAUFFER POURQUOI FAUT-IL S ÉCHAUFFER? Pour préparer son corps à subir une activité physique importante sans se blesser (contracture, déchirure, claquage, entorse...). Les muscles et les tendons

Plus en détail

TVP fémorale. Systématisation. La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier. Thrombus mobile

TVP fémorale. Systématisation. La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier. Thrombus mobile Systématisation VCI Fémorale Superf. 3/4 Iliaque Poplitée La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier Mars 2015 Fémorale Sural Difficultés et Pièges: écho-doppler Veineux

Plus en détail

Fiche AP5 - Les étirements :

Fiche AP5 - Les étirements : Fiche AP5 - Les étirements : pourquoi faut-il s étirer quand on fait du sport? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien

Plus en détail

lité et Justesse Essais inter-laboratoires

lité et Justesse Essais inter-laboratoires Fidélit lité et Justesse Essais inter-laboratoires Objectif : Définir les méthodes m pour évaluer l incertitude l de mesure d un d résultat r quantitatif. SANCHEZ Erick - Responsable Assurance Qualité

Plus en détail

Cédric Cattenoy Sébastien thierry FOOTBALL. Une saison pour les U15. Planification et Séances. 27 rue Saint-André des Arts - 75006 PARIS

Cédric Cattenoy Sébastien thierry FOOTBALL. Une saison pour les U15. Planification et Séances. 27 rue Saint-André des Arts - 75006 PARIS FOOTBALL Une saison pour les U15 Planification et Séances Cédric Cattenoy Sébastien thierry 27 rue Saint-André des Arts - 75006 PARIS SOMMAIRE AVANT-PROPOS...5 LES CARACTÉRISTIQUES DE LA CATÉGORIE U15...6

Plus en détail

Exercices de mise en forme avec ballon

Exercices de mise en forme avec ballon Exercices de mise en forme avec ballon 1 Contenu de la présentation 1. 1. Avantages de de l entraînement nement avec ballon 2. 2. Qu est-ce que le le «core training»? 3. Choix du ballon et précautions

Plus en détail

Mesure de la marche et du mouvement

Mesure de la marche et du mouvement Mesure de la marche et du mouvement Olivier Rémy-Néris Mathieu Lempereur Sylvain Brochard CHRU de Brest INSERM U650 olivier.remyneris@chu-brest.fr Synopsis Connaitre les différents moyens d analyse quantifiée

Plus en détail

REF01 Référentiel de labellisation des laboratoires de recherche_v3

REF01 Référentiel de labellisation des laboratoires de recherche_v3 Introduction Le présent référentiel de labellisation est destiné aux laboratoires qui souhaitent mettre en place un dispositif de maîtrise de la qualité des mesures. La norme ISO 9001 contient essentiellement

Plus en détail

B14 - CAT devant un lymphœdème

B14 - CAT devant un lymphœdème B14-1 B14 - CAT devant un lymphœdème Le lymphœdème est la conséquence d'une stase lymphatique dans le tissu interstitiel. Celle-ci peut être consécutive à une malformation constitutionnelle du système

Plus en détail

Vous accueille et vous informe. 1, avenue Jean-Poulhès - TSA 50032-31059 Toulouse Cedex 9. Ce que vous devez savoir sur le Lymphoedème

Vous accueille et vous informe. 1, avenue Jean-Poulhès - TSA 50032-31059 Toulouse Cedex 9. Ce que vous devez savoir sur le Lymphoedème L équipe de soins Vous accueille et vous informe Service de Médecine Vasculaire Professeur Alessandra Bura-Rivière, Chef de Service Hôpital Rangueil 1, avenue Jean-Poulhès - TSA 50032-31059 Toulouse Cedex

Plus en détail

L évaluation du creux axillaire

L évaluation du creux axillaire L évaluation du creux axillaire Journées DESC-SCVO Poitiers, Juin 2007 Marc-Henri JEAN, Nantes Cancer du sein : Introduction (1) 30 000 nouveaux cas / an 11 000 décès / an Problème de santé publique Pronostic

Plus en détail

Rééducation de l équilibre et de la marche et neuropathies. Centre de référence des maladies neuromusculaires

Rééducation de l équilibre et de la marche et neuropathies. Centre de référence des maladies neuromusculaires Rééducation de l équilibre et de la marche et neuropathies Philippe THOUMIE Centre de référence des maladies neuromusculaires Hôpital Rothschild Troubles de l équilibre et neuropathies Ce dont se plaint

Plus en détail

Le TRAVAIL sur ÉCRAN. Comment bien s installer à son poste de travail. w w w. s t c - q u i m p e r. o r g

Le TRAVAIL sur ÉCRAN. Comment bien s installer à son poste de travail. w w w. s t c - q u i m p e r. o r g Le TRAVAIL sur ÉCRAN Comment bien s installer à son poste de travail w w w. s t c - q u i m p e r. o r g ERGONOMIE DU POSTE DE TRAVAIL Bien se positionner > Assis au fond du siège face à son écran, dos

Plus en détail

J. Manelfe, E. Desportes, B. Dallaudière, P. Copin, G. Juillien, P. Loriaut, E. Schouman- Claeys, P. Ou

J. Manelfe, E. Desportes, B. Dallaudière, P. Copin, G. Juillien, P. Loriaut, E. Schouman- Claeys, P. Ou J. Manelfe, E. Desportes, B. Dallaudière, P. Copin, G. Juillien, P. Loriaut, E. Schouman- Claeys, P. Ou Service de Radiologie Hôpital Bichat Claude-Bernard Université Paris VII Les fractures de l extrémité

Plus en détail

ANALYSE DU MOUVEMENT EXEMPLE : LE SQUAT

ANALYSE DU MOUVEMENT EXEMPLE : LE SQUAT PACOUIL Christophe1 Option culturisme 2012-2013 ANALYSE DU MOUVEMENT 1. Nous étudions les articulations concernées 2. Nous analysons la mécanique 3. Nous cherchons les muscles sollicités au plan moteur,

Plus en détail

Entretenir la condition physique des seniors

Entretenir la condition physique des seniors Entretenir la condition physique des seniors Réalisation : A. TERLICOQ, Assistante Technique Département Oise, sous la direction de l équipe technique nationale, Fédération française EPMM Sports pour Tous

Plus en détail

PROGRAMME D ÉQUITÉ SALARIALE DE L INRS FOIRE AUX QUESTIONS 1

PROGRAMME D ÉQUITÉ SALARIALE DE L INRS FOIRE AUX QUESTIONS 1 PROGRAMME D ÉQUITÉ SALARIALE DE L INRS FOIRE AUX QUESTIONS 1 Liste des questions 1. Pourquoi parle-t-on toujours du 21 novembre 2001? 2. Qui est couvert par le présent affichage? 3. Quelle est la différence

Plus en détail

Deux approches peuvent être. Analyse de données. Dossier : Audit

Deux approches peuvent être. Analyse de données. Dossier : Audit Dossier : Audit Analyse de données Mathieu Laubignat CISA, Auditeur informatique Les techniques d analyse des données, utilisées depuis 1998 au sein de l Audit Informatique du Groupe La Poste, constituent

Plus en détail

Méthode d étalonnage de mini capteurs enregistreurs de température et d humidité relative pour utilisation in situ

Méthode d étalonnage de mini capteurs enregistreurs de température et d humidité relative pour utilisation in situ Cah. Tech. Inra, 2010, 70, 5-16 Méthode d étalonnage de mini capteurs enregistreurs de température et d humidité relative pour utilisation in situ Laurent Burnel 1, Audrey Alignier 1, Pierre Perrin 2 Résumé

Plus en détail

PRISE EN CHARGE MASSO- KINÉSITHÉRAPIQUE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE : MODALITÉS DE PRESCRIPTION MAI 2005

PRISE EN CHARGE MASSO- KINÉSITHÉRAPIQUE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE : MODALITÉS DE PRESCRIPTION MAI 2005 PRISE EN CHARGE MASSO- KINÉSITHÉRAPIQUE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE : MODALITÉS DE PRESCRIPTION MAI 2005 Service ALD et accords conventionnels - 1 - SYNTHÈSE ET PERSPECTIVES I. INTRODUCTION Les lombalgies

Plus en détail

2.3 Le contrôle qualité de la saisie

2.3 Le contrôle qualité de la saisie 2.3 Le contrôle qualité de la saisie L objectif du contrôle qualité est de valider la travail de saisie réalisé par le prestataire. Cette validation se fait au niveau de chaque lot de saisie et elle comprend

Plus en détail

MESURE ET PRECISION. Il est clair que si le voltmètre mesure bien la tension U aux bornes de R, l ampèremètre, lui, mesure. R mes. mes. .

MESURE ET PRECISION. Il est clair que si le voltmètre mesure bien la tension U aux bornes de R, l ampèremètre, lui, mesure. R mes. mes. . MESURE ET PRECISIO La détermination de la valeur d une grandeur G à partir des mesures expérimentales de grandeurs a et b dont elle dépend n a vraiment de sens que si elle est accompagnée de la précision

Plus en détail

Les postures, l appareillage Point de vue du médecin MPR. Dr. P. LUBLIN MOREL CMPR de COUBERT 2011

Les postures, l appareillage Point de vue du médecin MPR. Dr. P. LUBLIN MOREL CMPR de COUBERT 2011 Les postures, l appareillage Point de vue du médecin MPR Dr. P. LUBLIN MOREL CMPR de COUBERT 2011 Introduction Le rôle du médecin MPR : poser les indications Réflexion pluridisciplinaire Définir les objectifs

Plus en détail

09 2011 R EPÈRES «LES CHARGES. de copropriété» SE LOGER AUTEURS GENEVIÈVE PRANDI, XUAN NGUYEN OBSERVATOIRE DES LOYERS DE LA RÉGION PARISIENNE

09 2011 R EPÈRES «LES CHARGES. de copropriété» SE LOGER AUTEURS GENEVIÈVE PRANDI, XUAN NGUYEN OBSERVATOIRE DES LOYERS DE LA RÉGION PARISIENNE 09 2011 R EPÈRES SE LOGER «LES CHARGES de copropriété» AUTEURS GENEVIÈVE PRANDI, XUAN NGUYEN OBSERVATOIRE DES LOYERS DE LA RÉGION PARISIENNE INTRODUCTION La connaissance du niveau des charges de copropriété

Plus en détail

Travailler de manière optimale avec deux écrans ou plus

Travailler de manière optimale avec deux écrans ou plus Travailler de manière optimale avec deux écrans ou plus Conseils pratiques et récapitulatif clair des conséquences sur les performances et la santé de l utilisateur. Introduction L utilisation simultanée

Plus en détail

Lesétirements : Quand, Comment, Pourquoi?

Lesétirements : Quand, Comment, Pourquoi? Lesétirements : Quand, Comment, Pourquoi? Généralités : Pour exécuter un geste efficace, au «Imaginons un bateau à voile handball ou ailleurs, il faut d abord être qui prépare sa course : le bien placé,

Plus en détail

Gestion du secteur maxillaire antérieur par prothèse implanto et dento-portée

Gestion du secteur maxillaire antérieur par prothèse implanto et dento-portée Gestion du secteur maxillaire antérieur par prothèse implanto et dento-portée Dr Thierry ROUACH D.U d Implantologie Chirurgicale et Prothétique Paris 7 Attaché, service de Prothèse, Université Paris 5

Plus en détail

ATTESTATION D ACCREDITATION. N 2-1528 rév. 2

ATTESTATION D ACCREDITATION. N 2-1528 rév. 2 Convention N 1478 Section Laboratoires ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 2-1528 rév. 2 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

Bonjour, je m appelle Jen Dalke et je travaille comme thérapeute agréée en lymphœdème au Centre de santé du sein de l Office régional de la santé de

Bonjour, je m appelle Jen Dalke et je travaille comme thérapeute agréée en lymphœdème au Centre de santé du sein de l Office régional de la santé de Bonjour, je m appelle Jen Dalke et je travaille comme thérapeute agréée en lymphœdème au Centre de santé du sein de l Office régional de la santé de Winnipeg. Je suis l une des deux thérapeutes qui s occupent

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Charge virale de l Hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 05VHC1 mars 2005 Edition : novembre 2006 Annales ARN-VHC 05VHC1 1 / 14 ARN-VHC

Plus en détail

Manutentions manuelles Statistique nationale / Ile de France 1992

Manutentions manuelles Statistique nationale / Ile de France 1992 Unité d Ergonomie Faculté de Médecine Pitié-Salpêtrière 91, bd de l Hôpital 75 634 Paris cedex 13 www.ergonomie.chups.jussieu.fr DIPLÔME D ERGONOMIE ET DE PHYSIOLOGIE DU TRAVAIL option1 Ergonomie du travail

Plus en détail

FRANCAIS MANUEL D UTILISATION THERMOMETRE MEDICAL SANS CONTACT A INFRAROUGE MODELE LX-26

FRANCAIS MANUEL D UTILISATION THERMOMETRE MEDICAL SANS CONTACT A INFRAROUGE MODELE LX-26 MANUEL D UTILISATION FRANCAIS THERMOMETRE MEDICAL SANS CONTACT A INFRAROUGE MODELE LX-26 www.thermo-flash.com APPRENTISSAGE RAPIDE DU THERMOFLASH LX-26 Le ThermoFlash LX-26 est pré-paramétré en sortie

Plus en détail

Les principales pathologies du cycliste

Les principales pathologies du cycliste Les principales pathologies du cycliste Très peu de personnes qui pratiquent le cyclisme ont de véritables pathologies liées à un problème physique Les douleurs ressenties par le cycliste sont souvent

Plus en détail