RESEAU AFRICAIN D INFORMATION SUR L ENVIRONNEMENT DIRECTIVES POUR LA MISE EN ŒUVRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RESEAU AFRICAIN D INFORMATION SUR L ENVIRONNEMENT DIRECTIVES POUR LA MISE EN ŒUVRE"

Transcription

1 RESEAU AFRICAIN D INFORMATION SUR L ENVIRONNEMENT DIRECTIVES POUR LA MISE EN ŒUVRE ***** P R O J E T *****

2 Table des matières SECTION I INTRODUCTION Rappel des faits Objectif des directives Principaux aspects de la structure du RAIE Objectifs de la phase Résultats attendus Domaines d activité pour la phase Renforcement des réseaux d information environnementale Amélioration de la capacité analytique Conditionnement et diffusion de l information... 8 SECTION II CONTEXTE DE LA GESTION DE L INFORMATION Cadre national de gestion de l environnement Etablissement de rapports sur l environnement Evaluations intégrées et établissement de rapports Rapports opérationnels Rapports concernant les accords multilatéraux sur l environnement SECTION III STRATEGIE DE GESTION DE L INFORMATION Nécessité d un cadre stratégique Stratégie de gestion de l information Guide pour la mise au point de la stratégie d information Vision Objectifs Principes fondamentaux Politiques et procédures internes Données multisources Etablissement de réseaux Politique d échange de données environnementales Métadonnées SECTION IV SYSTEME D'INFORMATION SUR LA GESTION DE L'ENVIRONNEMENT Concepts et considérations relatives au système Composantes Module de communication Module de gestion des opérations Module d'information sur la gestion Module analytique Module d'établissement de rapports Module exécutif Développement et mise en œuvre Outils pour la gestion de l'information Infrastructure de réseau SECTION V MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DU RAIE Inventaire et évaluation des besoins Plans nationaux de mise en œuvre Cadre institutionnel pour la coordination et la gestion Cadre pour la constitution de réseaux Réseau africain d information sur l environnement Directives pour la mise en oeuvre

3 5.3.2 Comité directeur international Rôle du PNUE Rôle des centres de collaboration AEO/GEO Nœud national du RAIE Rôle des partenaires Cadres nationaux de mise en œuvre Comité directeur national Centres de données du RAIE Groupe de travail sur l information environnementale Mécanismes de soutien au niveau national SECTION VI GERER LE CHANGEMENT Questions structurelles Normes et pratiques organisationnelles Renforcement des capacités Externalités Réseau africain d information sur l environnement Directives pour la mise en oeuvre

4 SECTION I 1. INTRODUCTION 1.1 Rappel des faits Le PNUE a élaboré une proposition-cadre pour l établissement d un Réseau africain d information sur l environnement (RAIE), conçu comme un programme de renforcement des capacités visant à assurer et à améliorer l accès à l information et à la connaissance aux fins de la gestion des ressources environnementales de l Afrique, considérées comme des atouts pour le développement durable. Il s agit avant tout de développer la capacité des pays africains d utiliser des informations de qualité sur les biens environnementaux de façon à faire des choix avisés en matière d investissement aux niveaux national et sous-national et à gérer ces biens sur une base durable. Un objectif essentiel de l initiative est de mettre en place les moyens nécessaires à l établissement des bases de données indispensables pour soutenir les actions de développement durable au niveau national, eu égard notamment aux aspects environnementaux. L initiative, qui se situe dans le prolongement direct du processus de préparation du rapport sur l Avenir de l environnement en Afrique (AEO), a été approuvée par la Conférence ministérielle africaine sur l environnement (CMAE) afin de favoriser l accès aux données et l harmonisation de celles-ci dans la région de l Afrique et de servir de cadre au «suivi des changements environnementaux sur la base d indicateurs quantitatifs axés sur les besoins nationaux». 1 Dans cette optique, le RAIE vise avant tout à renforcer les capacités requises pour l évaluation intégrée de l environnement et l établissement de rapports au niveau national. Il devrait aussi accroître l aptitude à utiliser au niveau national les derniers outils de gestion de l information, de façon à mieux cerner les ressources environnementales et comprendre les processus complexes ainsi que les interactions entre les problèmes d environnement et de développement. Grâce à cette activité de renforcement des capacités, le RAIE devrait permettre d alimenter en données et informations le processus AEO. La CMAE sert de plate-forme pour la mise en œuvre et le suivi du volet sur l environnement du Nouveau Partenariat pour le développement de l Afrique (NEPAD). Le processus AEO, considéré par la CMAE à sa neuvième session comme «un instrument de suivi pour la gestion du développement durable et aussi comme un cadre pour l évaluation environnementale intégrée et l établissement de rapports aux niveau national et sous-régional», constituera donc l un des mécanismes de rapport du NEPAD. Ainsi, l initiative RAIE devrait également contribuer à la mise en œuvre du NEPAD. 1.2 Objectif des directives L objectif de ces directives est de faciliter la mise en œuvre du RAIE au niveau national, en s attachant à répondre aux priorités nationales spécifiques, dans un cadre régional cohérent et en utilisant des approches harmonisées. Les directives s articulent autour de six thèmes, dont chacun exige sa propre sous-stratégie (graphique 1), afin de mettre en lumière et de différencier les besoins et problèmes spécifiques concernant la gestion de l information, les systèmes d information et les technologies de l information : Nécessité d une vision de l information sur la gestion de l environnement, qui délimite le contexte stratégique et trace la voie à suivre, en faisant clairement apparaître l importance cruciale de l information pour le mandat de l organisation ; 1 Déclaration de Kampala, neuvième session de la Conférence ministérielle africaine sur l environnement, Kampala 1-5 juillet Réseau africain d information sur l environnement Directives pour la mise en œuvre Page 1

5 Définition des besoins d information pour la gestion de l environnement, eu égard à la pratique suivie dans ce domaine et aux obligations d établissement de rapports, ce qui suppose une évaluation des ressources en matière d information, c est-à-dire un inventaire du fonds documentaire de l organisation ; Graphique 1 : Cadre pour l élaboration des directives Processus de gestion des ressources informationnelles, à savoir conserver et vérifier l information en tant qu atout stratégique dont dispose l organisation environnementale pour soutenir son «activité centrale» de gestion de l environnement ; Systèmes nécessaires pour mettre l information au service des activités organisationnelles, en prenant en compte les divers éléments interconnectés qui collectent, manipulent et diffusent les données et informations, et pour faciliter le partage des connaissances de façon à réaliser les objectifs en matière de gestion et de politique de l environnement ; Technologies de l information et des communications, pour assurer la gestion souhaitée de l information, en veillant notamment à assurer le déploiement et la gestion des technologies appropriées et en faisant en sorte que les technologies elles-mêmes fonctionnent de façon efficiente et efficace ; et Gestion du changement associé à l introduction de nouvelles politiques, technologies et procédures, y compris la diversité des questions concernant la culture organisationnelle et la formation. Cette approche a aussi été adoptée par souci de complétude et pour mettre en évidence les différents aspects du RAIE. Il est admis, toutefois, que les pays sont à divers stades de développement et que certains des éléments peuvent ne pas être pertinents pour certains d entre eux. 1.3 Principaux aspects de la structure du RAIE La structure du RAIE, qui est décrite en détail dans «Proposal for the Establishment of an Africa Environment Information Network Framework for Capacity Building in Integrated Environmental Assessments and Reporting in Africa», devrait être consultée en parallèle avec le présent document. Les concepts exposés ici ont pour objet de préciser le contexte. Réseau africain d information sur l environnement Directives pour la mise en œuvre Page 2

6 La structure comporte trois plates-formes principales (graphique 2), qui correspondent aux domaines d activité. Plate-forme de l évaluation environnementale intégrée et de l établissement de rapports : Renforcer les capacités pour la mobilisation des compétences professionnelles et l exploitation des méthodologies aux fins de l analyse des données, de la génération d informations environnementales ciblées et opérationnelles et de la prise en compte de ces informations dans les décisions relatives au développement durable ; DEVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUES ET ACTIVITES PLATE-FORME DE L EVALUATION ENVIRONNEMENTALE ET L ETABLIS- SEMENT DE RAPPORTS ANALYSES ENVIRONNEMENTALES DES POLITIQUES EVALUATIONS THEMATIQUES EVALUATIONS INTEGREES PRODUITS ET SERVICES SERVICES TECHNIQUES PLATE-FORME DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DES COMMUNICATIONS RESEAUTIQUE OUTILS DE GESTION DES BASES DE DONNEES OUTILS DE GESTION DES GEO-INFORMATIONS CARTOGRAPHIE DE L INTERNET ET DU WEB STOCKAGE DES DONNEES COMMUNES ET SERVICES DOCU MENTATION ET REFERENCES DONNEES SPATIALES DONNEES SOCIO- ECONOMIQUES INFORMATION DES GROUPES DE TRAVAIL CENTRE DE DONNEES PLATE-FORME D ECHANGE DE DONNEES Graphique 2. Eléments de la structure du RAIE Plate-forme d échange et de développement des données : Apporter un soutien et servir de catalyseur à la constitution de réseaux et au développement de l infrastructure et des mécanismes d appui nécessaires à une base de données complète et harmonisée sur le développement durable au niveau national, en accordant la priorité aux séries de données centrales pour les évaluations environnementales intégrées et l établissement de rapports ; Plate-forme des technologies de l information et des communications (TIC) : Renforcer l aptitude à utiliser les technologies de l information et des communications (TIC) afin de gérer et de conditionner les données et informations environnementales, d en faciliter l accès et de les communiquer aux décideurs à différents niveaux de la société ainsi qu à l ensemble du public, sous une forme conviviale. Réseau africain d information sur l environnement Directives pour la mise en œuvre Page 3

7 1.4 Objectifs de la phase 1 La première phase de la mise en œuvre ( ) vise essentiellement à faire la démonstration de la validité du concept, en mettant l accent sur l objectif central de l établissement du RAIE, tel que défini dans la Déclaration de Kampala de la CMAE. Dans cette optique, le PNUE concentrera son effort de mise en œuvre sur l évaluation environnementale intégrée et l établissement de rapports, en vue de la production du deuxième numéro de l Avenir de l environnement en Afrique (AEO-2). Une hypothèse de base déterminant l échelonnement de la mise en œuvre du RAIE est que certains éléments du programme sont peut-être déjà en place dans plusieurs pays. Ainsi, la stratégie de mise en œuvre pour la phase 1 présuppose que certaines données existent sous une forme ou l autre, quelque part. Il s agira donc de tester cette hypothèse, tout en réalisant diverses activités pilotes concernant la constitution de réseaux, l établissement de mécanismes pour l harmonisation des informations, l élaboration de séries de données centrales, les produits prototypes, les services d information et les outils et méthodologies à privilégier pour appuyer les activités du RAIE. Les principaux points à couvrir sont notamment les suivants : Quels sont les problèmes relatifs aux séries de données centrales? Quel cadre organisationnel et institutionnel conviendrait le mieux pour les activités de coordination et de mise en œuvre? Quelles sont les capacités requises et comment peut-on répondre à ces besoins? Les objectifs immédiats pour la mise en œuvre de la phase 1 sont les suivants : a) Renforcer les capacités en vue du développement et de la gestion de séries de données centrales pour les évaluations environnementales intégrées et l établissement de rapports au niveau national; b) Apporter un appui et servir de catalyseur à la constitution de réseaux et au renforcement des capacités au niveau institutionnel pour la gestion des données et des informations aux échelons sous-national, national, sous-régional et régional. Les objectifs spécifiques seront les suivants : Evaluer l état des activités de constitution de réseaux d information sur l environnement dans les différents pays africains; Renforcer les réseaux (échange de données/informations, partage de connaissances/expertise etc.) aux niveaux national et sous-régional; Mettre au point des outils de gestion de l information, rassembler des données et établir des recueils et d autres produits à partir des sources de données existantes; Elaborer des indicateurs quantitatifs de l évolution environnementale pour cerner les problèmes émergents et évaluer les incidences de ces changements sur la vulnérabilité humaine aux niveaux national et sous-régional; Améliorer l aptitude à utiliser des outils de gestion de l information et des méthodologies pour la production ou le (re-)conditionnement des informations à l intention de divers groupes cibles. Le concept «d espaces partagés», intégrant les réseaux institutionnels et une Plate-forme d échange de données, est au centre de la stratégie du RAIE et servira de base à la mise en œuvre des activités Réseau africain d information sur l environnement Directives pour la mise en œuvre Page 4

8 techniques ainsi qu au renforcement institutionnel, à la collaboration et à la formation. Les activités visent à consolider la base de travail pour la production de AEO-2 en Résultats attendus Les principaux résultats attendus de la phase 1 sont les suivants : Structures pour la gestion du programme RAIE, y compris des directives et des procédures de mise en œuvre et un comité directeur international Rapports nationaux sur l état d avancement de la SIE et stratégies de mise en œuvre du RAIE pour 12 pays pilotes Outils de gestion de l information environnementale comprenant : Des annuaires/profils des institutions nationales impliquées dans la gestion de l environnement et des institutions s occupant des risques hydrologiques Catalogue des besoins d informations et des obligations en matière d établissement de rapports découlant des Conventions Catalogue des données et des ressources informationnelles Fichier des experts et des installations Système de documentation (bibliographique) Mécanismes d échange d informations Directives/guide pour l analyse des politiques d environnement Directives pour l établissement de rapports harmonisés sur l état de l environnement Série d indicateurs environnementaux Produits intermédiaires et informations techniques conditionnées comprenant : Des recueils de données et des produits connexes (résumés thématiques, graphiques thématiques de base, etc.) Synthèses Feuilles d information Scripts vidéo thématiques Prototype du système d information sur les bassins versants africains Rapports nationaux sur l état de l environnement pour 12 pays pilotes Portée et structure de l AEO-2 Stratégie de communication du RAIE Plus grande sensibilisation des décideurs à haut niveau aux Principes de la Convention d Aarhus Plans d action nationaux pour la mise en œuvre du Principe 10 dans quatre pays Plan provisoire approuvé pour la phase II du projet. 1.6 Domaines d activité pour la phase Renforcement des réseaux d information environnementale Les partenaires nationaux recevront une aide pour la création et la mise en place de Portails nationaux d information sur l environnement, dont l objectif est de fournir à un large éventail d utilisateurs des informations structurées, complètes, cohérentes, exactes, actualisées et validées/autorisées et de leur donner plus facilement accès à des données et à des ressources informationnelles indispensables sur l environnement et le développement durable. Il s agira notamment de renforcer l aptitude des principaux partenaires nationaux contribuant au processus d évaluation intégrée et d établissement de rapports à développer et à entretenir des bases de données fonctionnelles et opérationnelles au niveau institutionnel, avec les bases de métadonnées correspondantes, et à intégrer ces bases de données dans un réseau national de centres de données et d informations pour l évaluation de l état de l environnement. Pour faciliter la mise en place des portails nationaux, on établira une Plate-forme d échange de données, qui servira de cadre institutionnel et technique pour le traitement et la communication de données et Réseau africain d information sur l environnement Directives pour la mise en œuvre Page 5

9 d informations harmonisées venant de différentes sources dans chaque pays. La Plate-forme intègrera des dispositifs et des mécanismes de collaboration, notamment des normes, ainsi que des accords d échange d informations indispensables à l adoption d une approche unifiée pour le développement, l harmonisation, l échange et l application de données multisources aux niveaux national et sous-régional (graphique 3). o Constitution de réseaux o Procédures o Protocoles o Normes o Série de données de référence o Métadonnées o Infrastructure de base o Centres de documentation Plate-forme de «stockage» et d échange Base de données institutionnelles Utilisateurs Les données doivent être collectées et harmonisées, et leur qualité doit être assurée, avant d être mises à la disposition des utilisateurs et incorporés dans de multiples produits Graphique 3 : Plate-forme d échange de données Vision Les efforts porteront avant tout sur les séries de données centrales nécessaires aux évaluations environnementales intégrées et à l établissement de rapports, tout en visant également à apporter un appui et servir de catalyseur à la mise en réseau et au développement de mécanismes de soutien pour la constitution d une base nationale de données complète et harmonisée sur le développement durable. Le résultat des activités sera un cadre de réseaux institutionnels, impliquant des personnes et des institutions animées du même esprit, défendant la même cause et partageant les mêmes principes, ainsi qu une politique d échange d informations porteuse permettant de remédier à divers problèmes liés au partage de l information et incorporant les Principes d Aarhus sur l accès à l information. Ainsi, l objectif plus large de cette Plate-forme est d établir les fondements d une Infrastructure nationale de données spatiales réagissant rapidement aux besoins nationaux d informations complètes sur le développement du pays. On espère donc que les partenaires nationaux du RAIE ne ménageront aucun effort pour impliquer toutes les parties prenantes potentielles, en particulier celles qui peuvent participer à la mise en œuvre des divers initiatives et projets sur la gestion de l information. Lorsqu un cadre existe déjà, une collaboration étroite sera établie afin de créer des synergies. S agissant de l accès aux données et à l information, le RAIE utilisera la technologie de l Internet pour solutionner les problèmes de propriété et de contrôle de l information, qui constituent des obstacles sérieux à la circulation de l information entre les institutions en Afrique, en particulier entre les institutions du secteur public. Les concepts de «communautés d information» et d «espaces partagés» permettront aux collaborateurs d instaurer un climat de confiance entre eux et d encourager la transparence dans l utilisation de l information. Réseau africain d information sur l environnement Directives pour la mise en œuvre Page 6

10 Portails externes Centre des services techniques Métadonnées (Annuaires des sources d informations) «Espaces» pays Liens partenaires PNUE PNUD UNITAR CEANU OSS FAO USGS GSDI SIE-AFRIQUE WRI Etc. Réseaux externes Portail national d information sur l environnement Site web des partenaires nationaux Ressources partagées (Série de données centrales) Page web institutionnelles Espace institutionnel Bases de données institutionnelles Métadonnées, Bases données de donné rapports es institu cartographiques, images, statistiques, Graphique 4 : Espaces partagés Au départ, l «espace partagé» serait un forum de recherche du consensus où les membres de la communauté pourraient débattre de problèmes d intérêt commun. Les partenaires oeuvreront à la création d une «place commune» où l on pourra venir chercher des informations faisant autorité. Ils créeront un annuaire commun contenant les informations validées, faisant foi et sûres qui ont été générées par divers producteurs au sein de la communauté, sur la base de normes et de méthodes harmonisées. L Internet sera la principale voie par laquelle les producteurs de l information mettront en ligne l annuaire des sources d information, établissant un «portail» pour le partage de l information avec le reste du monde. Eu égard à la déficience des infrastructures dans certains cas ou aux contraintes concernant le haut débit, d autres supports comme des CD-ROM et des annuaires sur copie papier seront produits. Le premier niveau d activité se situera dans l «espace» institutionnel, où la capacité des institutions partenaires identifiées comme contribuant directement au processus d évaluation intégrée et d établissement de rapports sera renforcée aux fins du développement et de la maintenance de bases de données opérationnelles qui répondent à leurs propres besoins fonctionnels et qui contribuent aux séries de données centrales. Le deuxième niveau d activité appuiera le développement d un cadre ou «espace pays», dans lequel les «espaces» institutionnels seront reliés, sur la base de structures permettant l harmonisation, de façon à créer un portail commun d information. Chaque institution partenaire aura son propre «espace», où elle postera ses informations, soit en utilisation restreinte, soit en accès ouvert au public. Les institutions auront la même visibilité et établiront une présence Internet sous leur propre identité grâce au portail. Les «espaces» publics hébergeront des informations institutionnelles, des ressources documentaires, des produits d information, des services et des ressources techniques, comme l expertise disponible. Des métadonnées sur toutes les ressources disponibles seront saisies, stockées et maintenues par les gardiens respectifs des données. Un mécanisme d échange de données sera établi pour faciliter l accès aux métadonnées qui peuvent être situées en différents endroits. Lorsqu il est impossible ou inefficace du point de vue opérationnel de distribuer une base de métadonnées, ces dernières seront stockées dans une base de données centrale gérée par un centre de service technique. Réseau africain d information sur l environnement Directives pour la mise en œuvre Page 7

11 Des liens seront établis avec des réseaux externes d information, y compris des sites et/ou portails web Amélioration de la capacité analytique L objectif central du RAIE est de renforcer l aptitude nationale à intégrer les informations environnementales dans la prise de décisions et la formulation de politiques. Les activités correspondantes de développement des capacités visent en priorité l évaluation environnementale intégrée et l établissement de rapports et sont axées sur les compétences et les méthodologies nécessaires à l analyse des politiques et à l analyse des données pluridimensionnelles/temporelles, la production d évaluations nationales et régionales et de rapports sur l état de l environnement à partir d indicateurs et la contribution au processus AEO. Les outils et les méthodologies qui ont été élaborés dans le cadre de la préparation des rapports sur l état de l environnement et des rapports AEO/GEO serviront de base à ces activités. La formation portera essentiellement sur l analyse qualitative et quantitative des tendances environnementales et des forces motrices sous-jacentes, sur l évaluation des politiques liées à l environnement et l étude des options offertes aux pouvoirs publics dans le cadre de scénarios d avenir intégrés Conditionnement et diffusion de l information Le RAIE distingue trois grands niveaux de décision sur lesquels l information doit être ciblée : le niveau stratégique (décideurs), le niveau intermédiaire (cadres) et le niveau opérationnel (acteurs en première ligne). Ces «acteurs» n ont pas besoin de même degré de détail pour ce qui est de l information (contenu), des analyses et des interprétations (contexte et pertinence) et du cadre temporel (échéance). La matrice cidessous indique la diversité des produits et services d information qui sera assurée par le RAIE pour les divers utilisateurs aux différents niveaux. Décideurs Types d informations utiles Produits/services du RAIE Décideurs : données stratégiques (Vision et objectifs à long terme dans l optique du développement durable) Cadres Organismes de planification et de mise en œuvre Objectifs tactiques/administratifs (Mise en œuvre des objectifs, en faisant en sorte que les ressources disponibles soient utilisées de manière efficiente pour réaliser les objectifs définis). «Acteurs» en première ligne : Contrôle opérationnel (Utiliser les installations et les Prévisions prospectives Scénarios et options Analyses de contingence Progrès vers la réalisation des objectifs Synopsis/évaluations environnementales stratégiques Scénarios et options Analyse de contingence Analyses des politiques et de leurs conséquences Tendances fondées sur les indicateurs Evaluations comparatives Prévisions à moyen terme Rapports spéciaux Analyses de situation Rapports d étape ou mises à jour Données primaires Agrégations thématiques Rapports de situation Synthèses Graphiques essentiels (résumés) Applications spécifiques d aide à la décision Extraits thématiques Séminaires à l intention des responsables Rapports sur l environnement et le développement à tous les niveaux, établis à partir des indicateurs Rapports thématiques établis à partir des indicateurs Extraits thématiques Graphiques essentiels (résumés) Etudes de cas InfoKiosks Rapports d évaluation établis à partir des indicateurs (Etat de l environnement, AEO, etc.) Réseau africain d information sur l environnement Directives pour la mise en œuvre Page 8

12 Décideurs Types d informations utiles Produits/services du RAIE ressources disponibles de façon à ce que les activités spécifiques soient ciblées sur la réalisation des objectifs) Informations et procédures opérationnelles Fiches d information Autres informations de niveau transactionnel Annuaires des données sur l environnement Catalogues des métadonnées et informations Séries de données et bases de données InfoKiosks Outre les produits et services d information ciblés, des produits génériques seront aussi générés pour l ensemble du public dans les cadres cohérents, harmonisés et systématisés utilisés pour l évaluation et l établissement de rapports. Les centres nationaux d information sur l environnement seront renforcés afin d améliorer l accès du public aux informations sur l environnement. Des mécanismes permettant de diffuser les informations sur l Internet seront établis et des points d accès à l information seront installés au niveau communautaire en utilisant des «télé-centres». Le renforcement des capacités visera le développement et le conditionnement de produits d information répondant aux besoins des différents «acteurs» et permettant de soutenir les différents niveaux de décision. Réseau africain d information sur l environnement Directives pour la mise en œuvre Page 9

13 SECTION II 2. CONTEXTE DE LA GESTION DE L INFORMATION 2.1 Cadre national de gestion de l environnement Lorsqu on examine le contexte de la gestion de l information, il est intéressant de commencer par examiner les cadres nationaux respectifs mis en place dans ce domaine. L élaboration des Plans nationaux d action sur l environnement (PNAE) au milieu des années 80 dans l ensemble des pays africains a permis d introduire des approches définissant des stratégies intégrées de gestion des ressources environnementales dans l optique du développement durable. Les PNAE instauraient des mécanismes globaux formels ainsi que des dispositifs d intervention, au sein des structures de l Etat, pour faire face aux problèmes d environnement du pays, en partenariat avec les diverses parties prenantes. Il s agissait là d un net changement par rapport au principe de «réaction et correction» qui prévalait dans le domaine de la protection de l environnement ainsi qu à la stricte philosophie non interventionniste des efforts antérieurs de conservation des ressources. Il s agissait aussi d un changement par rapport aux approches classiques de gestion des ressources, à orientation sectorielle et mettant l accent sur des catégories de ressources spécifiques et leur potentiel. En matière de gestion de l environnement, la pratique consiste aujourd hui à répondre aux besoins et aux souhaits de la société dans un contexte de développement particulier, en recherchant les moyens de ne pas nuire à l intégrité des ressources environnementales. Il s agit d une approche à la fois multisectorielle et transectorielle. Elle exige d envisager différemment la prise de décisions et appelle une planification stratégique à long terme visant à la préservation de l intégrité de l environnement. Elle exige aussi la coordination des ressources et des efforts, et une totale implication des diverses parties prenantes agissant dans le cadre de leurs mandats respectifs. Forces motrices Forces motrices Mandat (Politiques, Législation) Parties prenantes (Exécutif, legislatif, partenaires, clients, citoyens) Cadre organisationnel (Structure et culture) Vision, Mission, Objectifs Programmes (Objectifs opérationnels, réglementations, procédures Intrants, Procédés, Produits Etat de l environnement Produits Services Graphique 5 : Cadre typique de la gestion de l environnement Réseau africain d information sur l environnement Directives pour la mise en œuvre Page 10

14 Le graphique 5 présente les principaux éléments d un système national typique de gestion de l environnement dans lesquels il y a traitement de l information. Les «limites» du système sont un mandat et un résultat final souhaité au niveau politique. Le mandat est défini dans une politique environnementale nationale, souvent étayée par une législation. Les parties prenantes établissent des cadres organisationnels, des objectifs, des buts et procédures opérationnels et des procédés avec intrants et produits, dans tous les cas afin d arriver à l état de l environnement souhaité, par rapport auquel les résultats sont mesurés. Une circulation efficiente de l information est totalement indispensable dans un système aussi dépendant de l information et s appuyant sur des connaissances pluridisciplinaires. Ce système appelle une synthèse des sciences biologiques et physiques, associées aux sciences sociales et économiques, interclassées de manière à permettre l évaluation des différentes options sur la base des conséquences prévues et des possibilités qui existent d éviter les problèmes ou d y remédier. Une distinction devrait être faite entre l information environnementale, qui permet de mieux comprendre l environnement proprement dit, et l information relative à la gestion, qui permet d évaluer la réalisation des objectifs fixés par les autorités. Les deux sont liées, toutefois, et sont l une comme l autre indispensables à la réalisation de l état souhaité de l environnement. Ainsi, les mesures stratégiques, opérationnelles et de gestion destinées à résoudre un problème ne peuvent être formulées que si l ensemble des informations requises pour comprendre le problème et mettre en œuvre les mesures correctrices sont disponibles. Dans l idéal, un rapport technique sur l état de l environnement devrait être associé à un rapport administratif ou de gestion sur les ressources (intrants) et les procédés utilisés pour arriver à l état indiqué. Ce processus complet de présentation de rapports constituerait un meilleur mécanisme pour le suivi des performances et l allocation des ressources et un meilleur critère de mesure des progrès vers la réalisation des objectifs, tout en permettant à toutes les parties prenantes d évaluer l efficacité et l efficience avec laquelle les ressources ont été déployées pour réaliser leurs mandats respectifs. C est là l approche de la gestion de l environnement qui est envisagée par le RAIE et qui devrait être poursuivie afin d assurer que des informations de bonne qualité sur les actifs environnementaux sont utilisées pour faire des choix d investissement judicieux et suivre les progrès vers les objectifs de développement en Afrique. Elle exige que soient repensées les activités de gestion de l information, ce qui suppose l examen et l ajustement des politiques et procédures établies pour la collecte, le stockage, l analyse intégrée, l interprétation et la synthèse dans le contexte stratégique approprié. Ainsi, l ensemble des informations liées à l environnement et à la façon dont il est géré encourage des attitudes, comportements et actions positifs en faveur de l environnement parmi les décideurs, au sein des structures publiques, dans le secteur privé, dans les ONG et en fait dans le public en général. Encadré 1 : Guide pour l action Principes : Les informations doivent être adaptées aux objectifs stratégiques et de gestion. Les informations doivent refléter toute la complexité des préoccupations environnementales dans le contexte plus large du développement durable. Questions à examiner Quelles sont les principales questions et les principales forces motrices intéressant la formulation des politiques de développement durable et leur application dans le pays? Quel est le cadre de la gestion de l environnement? Dans quelle mesure l information sur l environnement est-elle intégrée dans le processus d ensemble de planification nationale pour le développement? L annexe illustre ce que peut être une brève description du cadre de gestion de l environnement en Ethiopie. Réseau africain d information sur l environnement Directives pour la mise en œuvre Page 11

15 2.2 Etablissement de rapports sur l environnement Evaluations intégrées et établissement de rapports Les approches encouragées par le PNUE ces dernières années se démarquent de la production des rapports périodiques sur l état de l environnement et privilégient un processus qui suppose une analyse intégrée d une grande diversité de données ou d informations ainsi que de larges consultations avec les diverses parties prenantes. Les rapports traditionnels sur l état de l environnement ont été utiles pour mettre en évidence les tendances et les conditions environnementales. Souvent, il s est agi de projets isolés, exécutés par des experts désignés. A mesure que le processus de rapports sur l état de l environnement a évolué, il est devenu nécessaire d associer l analyse de l état de l environnement à une évaluation des principales politiques et forces motrices qui suscitent ou influencent les tendances environnementales identifiées. Ainsi, si les analyses figurant dans les rapports sur l état de l environnement corroborent les affirmations sur l état de l environnement, les évaluations au niveau politique mettent en évidence les principaux points sur lesquels peuvent influer les décideurs. 2 L évaluation environnementale intégrée et l établissement de rapports ont été définis comme «un processus de production et de communication d informations utiles à l action des pouvoirs publics sur les interactions clés entre l environnement naturel et la société». 3 Sont ainsi identifiés un ensemble de méthodes et de procédés permettant de produire des informations scientifiquement crédibles et opérationnellement pertinentes sur l environnement et de les mettre à la disposition d un large public. Ce processus repose pour l essentiel sur des analyses quantitatives et qualitatives des tendances environnementales et des forces motrices sous-jacentes, sur l évaluation des politiques liées à l environnement et sur l étude des options offertes aux pouvoirs publics eu égard à des scénarios d avenir intégrés. Quatre questions fondamentales sont posées en matière de gestion : Qu arrive-t-il à l environnement? Pourquoi cela arrive-t-il? Que fait-on pour y remédier (mesures prises par les pouvoirs publics)? Quelles sont les trajectoires de développement envisageables pour l avenir en fonction de différentes décisions des autorités? Le processus débouche sur une série de produits qui informent, sensibilisent aux problèmes, servent de base à la fourniture de conseils aux gouvernements et présentent les options pour de nouvelles politiques ou l ajustement des politiques existantes. Les produits de l évaluation environnementale intégrée et de l établissement de rapports peuvent être considérés comme le résultat faisant autorité et médiatisé du travail collectif de l agence de l environnement, marquant le point culminant des activités de gestion, d analyse et de rapport. Le changement de paradigme exige que le processus soit internalisé aux niveaux politique et stratégique dans l agence de l environnement et qu il soit considéré comme une activité de programme permanente, centrale, multidisciplinaire et intégrée, impliquant toutes les unités de l agence, et non pas comme un projet. Par souci d efficacité, il est recommandé que la gestion du processus se fasse à un très haut niveau dans la structure institutionnelle concernée, afin d assurer la pleine exploitation des ressources et des intrants répartis entre toutes les diverses unités et l intégration et l institutionnalisation adéquates du processus dans les opérations de l agence. 2 3 László Pintér, Kaveh Zahedi et David R. Cressman, Capacity Building for Integrated Environmental Assessment and Reporting Training Manual, deuxième édition, ISSD/PNUE, 2000, p. 5. Ibid, p. ix Réseau africain d information sur l environnement Directives pour la mise en œuvre Page 12

16 Les activités d évaluation environnementale intégrée et d établissement de rapports sont réalisées à de nombreux niveaux : mondial, régional, national et municipal. Le rapport sur l Avenir de l environnement mondial (GEO) est la principale activité et la publication phare du PNUE dans le domaine de l évaluation environnementale intégrée, alors que l AEO est devenu un produit phare de la CMAE, avec l appui technique du PNUE. De fait, la raison d être du RAIE est le renforcement des capacités nationales pour la réalisation d évaluations environnementales intégrées dans le cadre de l activité nationale d établissement de rapports sur l état de l environnement, qui doit être étroitement reliée aux actions nationales en faveur du développement durable, comme les stratégies de réduction de la pauvreté, le Plan d action de Johannesburg, le NEPAD et les objectifs du Millénaire pour le développement, qui utilisent les mêmes méthodologies. Encadré 2 : Guide pour l action Le processus d évaluation environnementale intégrée et d établissement de rapports est décrit de façon détaillée ailleurs, avec des directives visant à aider les pays à adopter la bonne méthodologie. S agissant de l information sur la gestion de l environnement, le point essentiel souligné ici est que ce processus doit permettre d évaluer à la fois l état de l environnement, les conséquences des diverses mesures correctrices et l efficacité du système de gestion de l environnement mis en place à divers niveaux, local à mondial, pour préserver l environnement. Le processus devrait donc être intégré en tant qu activité permanente d évaluation et de suivi de l environnement. Au lieu d être entrepris sous la forme de projets, financés au cas par cas, comme cela arrive souvent dans la pratique actuellement, l évaluation environnementale intégrée et l établissement de rapports devraient faire partie intégrante de l établissement d un bilan ou d un bulletin rendant compte des efforts de gestion de l environnement réalisés par l organisme chef de file, avec la participation de toutes les parties prenantes dans le cadre de mécanismes plurisectoriels, participatifs et consultatifs Rapports opérationnels Le rapport sur l état de l environnement est un rapport périodique de prestige, produit parfois à des intervalles pouvant aller jusqu à cinq ans. Dans certains cas, il s agit d une obligation stipulée dans la législation environnementale. Les participants au système de gestion de l environnement, qu il s agisse des partenaires qui fournissent les services ou des «clients» qui en bénéficient, opèrent à différents niveaux et auront certainement des besoins différents en matière d établissement de rapports pour diverses raisons. Pour ces parties prenantes, il est nécessaire d élaborer divers types de rapports pour la communication de l information. Il peut s agir de rapports d activité, de rapports de situation sur l environnement, de rapports sur l état des ressources ou des évolutions etc. concernant certains sujets particuliers, ou bien d études spéciales et de rapports d «étape» sur des problèmes et des secteurs spécifiques ou sur des interventions correctrices en cours. Encadré??? Guide pour l action??? Quels sont les types de rapports requis par le système de gestion de l environnement dans votre pays? Quels autres produits et services d information sont requis? Réseau africain d information sur l environnement Directives pour la mise en œuvre Page 13

17 2.2.3 Rapports concernant les accords multilatéraux sur l environnement L un des objectifs du RAIE est de rationaliser les obligations nationales en matière d établissement de rapports au titre des divers accords multilatéraux sur l environnement, comme la Convention sur la diversité biologique, la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques et la Convention sur la lutte contre la désertification dans les pays gravement touchés par la sécheresse, auxquels le pays a accédé, en fournissant un cadre harmonisé pour faciliter la notification des diverses mesures prises au titre de ces conventions. L idéal serait que ces processus puissent utiliser les mêmes sources d informations que le RAIE et les mêmes données «centrales». Les activités courantes et futures d évaluation environnementale et d établissement de rapports pourraient ainsi être intégrées dans un programme national d ensemble évitant les doubles emplois et le gaspillage de ressources nationales rares. Réseau africain d information sur l environnement Directives pour la mise en œuvre Page 14

18 SECTION III 3. STRATEGIE DE GESTION DE L INFORMATION 3.1 Nécessité d un cadre stratégique Il semble qu il y ait quelques difficultés de la part des organisations environnementales en Afrique à différencier adéquatement leurs besoins concernant la gestion de l information, les systèmes d information et les technologies de l information, qu il faut distinguer des activités de constitution de réseaux d information sur l environnement. La gestion de l information intéresse les systèmes d information (éléments interdépendants qui collectent, traitent et diffusent les données et les informations et facilitent le partage des connaissances pour répondre à un objectif) 4, alors que les technologies de l information ont trait à la façon dont les systèmes sont mis en œuvre et gérés. La gestion de l information représente la convergence entre des informations, des personnes et des technologies aux fins de la réalisation des objectifs «de l entreprise». La stratégie de gestion de l information concerne le rôle à long terme de l information en tant que support des activités opérationnelles centrales visant la réalisation de larges objectifs stratégiques et fonctionnels. S agissant de la gestion de l environnement, la stratégie de gestion de l information recouvre les modalités selon lesquelles l ensemble des informations concernant l environnement, l expertise, les installations, les systèmes de gestion et les partenariats doivent être gérées afin de préserver l environnement. Cette stratégie doit définir une politique concernant la nature et l utilisation des informations en tant que ressource, et décrire les moyens de tirer parti des avantages que représente l accès à ces informations. Plusieurs organisations environnementales en Afrique ont pour habitude de collecter systématiquement différents types d informations de qualité et sont intimement persuadées que ces informations leur appartiennent. Cependant, la plupart d entre elles n ont pas de stratégies qui leur permettent de passer de la propriété et de l utilisation occasionnelle pour des questions pressantes spécifiques à une utilisation systématique et stratégique pour la gestion de l environnement et la prise de décisions en connaissance de cause. Il est donc tout à fait urgent de remédier à cette lacune. Pour commencer, il est important et instructif de revoir le concept de système d information sur l environnement (SIE), initialement défini au début des années 90 comme «tout système organisé pour la gestion des données sur l environnement, y compris les systèmes d informations géographiques contenant des séries de données environnementales.» Dans la pratique, une nouvelle définition a été forgée au fil du temps et le SIE est désormais considéré comme un cadre institutionnel et technique indispensable pour l amélioration de la circulation et de l utilisation des informations sur la gestion de l environnement. Ce cadre a été défini de façon à couvrir les stratégies, les politiques, les procédures, la gestion des données, les instruments de communication et les mécanismes de constitution de réseaux, qui assureront l accès aux données pertinentes sur l environnement à un large éventail d utilisateurs potentiels à différents niveaux. Par définition, donc, le SIE incorporait des stratégies et des systèmes de gestion de l information ainsi que les technologies nécessaires pour collecter, intégrer, partager et analyser les données sur l environnement, et pour diffuser les produits correspondants et les utiliser pour faciliter la prise de décisions. Il semble que beaucoup des efforts faits pour développer les SIE dans le passé récent aient été consacrés aux aspects technologiques, institutionnels et «humains» (c est-à-dire les partenariats et la constitution de réseaux). Des systèmes ont été établis et une formation a été fournie dans le cadre d efforts de renforcement des capacités. Plusieurs projets ont contribué à la mise en place de bases de données 4 Stair, Ralph M. et Reynolds, George W., Principles of Information Systems, cinquième édition, Course Technology ; p Réseau africain d information sur l environnement Directives pour la mise en œuvre Page 15

19 environnementales et à la fourniture d ordinateurs pour réaliser des objectifs spécifiques. En outre, il existe dans plusieurs pays des réseaux institutionnels d une forme ou l autre pour la recherche d un consensus concernant l échange d informations. Cependant, il n y a pratiquement pas de systèmes d information opérationnels. En tirant parti des efforts réalisés par le passé, il est donc urgent de faire en sorte que les autres aspects soient adéquatement pris en compte. Il faut des systèmes de type transactionnel qui répondent aux besoins internes de gestion des données et de l information, de façon à faciliter les tâches régulières de gestion de l environnement et à tirer parti des données et des informations des réseaux institutionnels. Les bases de données existantes et nouvelles doivent être intégrées et la gestion de l information sur l environnement doit être améliorée, afin de faciliter l utilisation régulière des ressources en matière d information pour la gestion au jour le jour. Pour commencer, les agences nationales de l environnement doivent clairement identifier les besoins en matière de gestion des données et informations et mener ainsi à bien leurs propres processus opérationnels internes. Elles doivent développer leurs propres systèmes de gestion de l information, en s attachant à l intégration, à l analyse et l interprétation des données concernant les problèmes d environnement identifiés et les options s offrant aux pouvoirs publics. Les institutions environnementales doivent ensuite expressément définir leurs besoins de données spécifiques et élaborer une stratégique pour répondre à ces besoins à partir du réseau national d informations sur l environnement. 3.2 Stratégie de gestion de l information Dans la structure du RAIE, la mise en place d un système de gestion de l information fait partie intégrante du processus national d évaluation environnementale intégrée et d établissement de rapports, qui culmine à son tour dans la préparation du rapport sur l Avenir de l environnement en Afrique, considéré comme un instrument de contrôle de la gestion de l environnement en Afrique. Cette approche vise à améliorer l utilisation et le partage des ressources en matière d information environnementale d une institution, tout en fournissant un cadre pour l intégration, l analyse, la synthèse et l établissement de rapports à divers niveaux. L information constitue un atout «opérationnel» très précieux. Le reconnaître et l utiliser sont deux facteurs déterminants du succès de toute entreprise, y compris la gestion de l environnement. Cette reconnaissance doit venir du plus haut niveau de la hiérarchie de l institution chef de file dans le domaine de l environnement. Elle exige : une vision claire, une impulsion et une direction à haut niveau une compréhension des enjeux dans l ensemble de l institution, un engagement, le soutien des parties prenantes et un sentiment d appropriation l ajustement des stratégies, procédures et procédés opérationnels une politique interne délibérée d obtention et d utilisation d informations de bonne qualité à tous les niveaux de la gestion de l environnement ou de la prise de décisions en tant que partie intégrante d une «culture d entreprise». Pour ce qui est des institutions environnementales qui gèrent un bien commun, l information doit être reconnue comme la base des transactions et des interactions avec les diverses parties prenantes. Le processus d évaluation environnementale intégrée et d établissement de rapports sert de cadre d action pour la gestion de l information eu égard aux priorités nationales et permet de gérer l information de façon à satisfaire aux obligations en matière d établissement de rapports sur l environnement et de favoriser la sensibilisation et l éducation pour modifier les perceptions et les attitudes. Les données et les informations venant de sources internes et externes doivent être organisées en un flux cohérent, assurant un soutien informationnel aux activités de contrôle et aux divers processus de gestion environnementale et permettant la récupération rapide des informations, la simplification de la production des rapports et la présentation Réseau africain d information sur l environnement Directives pour la mise en œuvre Page 16

20 d informations traitées, qui peuvent être incorporées dans les processus d évaluation environnementale et d établissement de rapports. La stratégie devrait mettre l accent sur les avantages et sur la «culture» du partage de l information, en particulier au plus haut niveau de l administration publique. Enfin, elle devrait servir de fondement à un système national de gestion de l information environnementale, qui soit opérationnel et qui recouvre le réseau de producteurs et d utilisateurs d informations, et constituer la base du plan national de mise en œuvre du RAIE. 3.3 Guide pour la mise au point de la stratégie d information Vision Une vision stratégique définit l orientation générale et les ambitions en matière de gestion de l information au sein de l institution. La direction de l institution doit œuvrer avec les membres du personnel et d autres parties prenantes dans le cadre de processus consultatifs appropriés, ouverts et participatifs afin de formuler une déclaration claire d objectifs précisant les points suivants. Le rôle stratégique de l information pour la gestion de l environnement dans le contexte national du développement durable La façon dont la gestion et l utilisation de l information peuvent devenir des éléments centraux de la prise de décisions sur l environnement. La déclaration d objectifs doit être formulée de manière à présenter une vision partagée par toutes les parties prenantes. Elle est importante comme moyen d obtenir l engagement de tous et d aligner les principes de la gestion de l information sur les aspects plus larges de la gestion de l environnement. La déclaration d objectifs doit faire ressortir l importance cruciale de l information pour la réalisation des objectifs de gestion environnementale et pour les opérations de l organisation. Elle doit aussi faire comprendre l importance de l esprit d initiative requis pour assurer que les technologies de l information, et le système d information qu elles permettent d établir, soient effectivement déployés et utilisés par l institution pour s acquitter de son mandat. Encadré 3 : Exemple Déclaration d objectifs pour la stratégie d information sur la gestion environnementale au Ghana L Agence de protection de l environnement doit devenir le gardien des connaissances indispensables au développement durable. L Agence doit se positionner en tant qu organisation à forte intensité de connaissances et utilisant des informations de bonne qualité constituant un atout stratégique central. En tant qu organisation à forte intensité de connaissances, l Agence de protection de l environnement doit s efforcer d utiliser des informations de bonne qualité comme base des transactions et interactions avec les parties prenantes et les clients. L Agence de protection de l environnement doit avoir une infrastructure dynamique pour que la gestion, la diffusion et la communication d informations puissent effectivement contribuer à la prise de décisions et à la recherche de solutions aux problèmes d environnement, aux niveaux national, régional et mondial. Réseau africain d information sur l environnement Directives pour la mise en œuvre Page 17

STRATEGIE DE MISE EN PLACE

STRATEGIE DE MISE EN PLACE LE RESEAU AFRICAIN D INFORMATION ENVIRONNEMENTALE STRATEGIE DE MISE EN PLACE PREMIERE ETAPE : 2003 à 2004 DERNIER AVANT-PROJET, Version 2.1 DERNIER AVANT-PROJET, Version 2.1 Table des matières 1. Contexte...

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) PRÉSENTATION

PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) PRÉSENTATION 35 C 35 C/7 27 août 2009 Original anglais Point 3.3 de l ordre du jour provisoire PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) Source : Résolution 29 C/87. PRÉSENTATION Antécédents

Plus en détail

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 13 avril 2015 Français Original: anglais E/ECE/1471/Rev.1 Commission économique pour l Europe Soixante-sixième session Genève, 14-16 avril 2015

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique

Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique Cadre et Plan d action pour la création des capacités nécessaires à l application effective du Protocole de Cartagena sur la prévention des risques biotechnologiques Secrétariat de la Convention sur la

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/21/12 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 1 ER JUILLET 2013 Comité du programme et budget Vingt et unième session Genève, 9 13 septembre 2013 RAPPORT SUR L ÉTAT D AVANCEMENT DE LA MISE EN ŒUVRE D UN SYSTÈME

Plus en détail

PRINCIPES APPLICABLES À DES ORGANES COMMUNS AGISSANT EFFICACEMENT POUR LA COOPÉRATION RELATIVE AUX EAUX TRANSFRONTIÈRES

PRINCIPES APPLICABLES À DES ORGANES COMMUNS AGISSANT EFFICACEMENT POUR LA COOPÉRATION RELATIVE AUX EAUX TRANSFRONTIÈRES Convention sur la protection et l utilisation des cours d eau transfrontières et des lacs internationaux WG.1/2015/INF.2 Groupe de travail de la gestion intégrée des ressources en eau Dixième réunion Genève,

Plus en détail

Lettre de mission. Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours de la Stratégie de l UIP 2012-2017

Lettre de mission. Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours de la Stratégie de l UIP 2012-2017 UNION INTERPARLEMENTAIRE INTER-PARLIAMENTARY UNION 5, CHEMIN DU POMMIER CASE POSTALE 330 1218 LE GRAND-SACONNEX / GENÈVE (SUISSE) Lettre de mission Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Conception des projets de coopération technique de l AIEA à l aide de la méthodologie du cadre logique

Conception des projets de coopération technique de l AIEA à l aide de la méthodologie du cadre logique Conception des projets de coopération technique de l AIEA à l aide de la méthodologie du cadre logique Guide pratique www.iaea.org/technicalcooperation Table des matières 1. INTRODUCTION... 1 2. PROGRAMME

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC 1. INTRODUCTION 2. ETAT DES LIEUX PLAN 3. PROBLEMATIQUE DE LA DEGRADATION DES TERRES ET DE LA

Plus en détail

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 ISO l Organisation internationale de normalisation L ISO comprend 163* membres qui sont les instituts nationaux de normalisation de pays

Plus en détail

Services informatiques aux organisations

Services informatiques aux organisations I. APPELLATION DU DIPLÔME II. CHAMP D'ACTIVITÉ Services informatiques aux organisations Spécialité «Solutions logicielles et applications métiers» Spécialité «Solutions d infrastructure, systèmes et réseaux»

Plus en détail

Faits saillants du Cadre des profils de compétences en TIC

Faits saillants du Cadre des profils de compétences en TIC Développer aujourd hui la main-d œuvre de demain Information and Communications Technology Council Conseil des technologies de l information et des communications Faits saillants du Cadre des profils de

Plus en détail

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES PPB-2006-8-1-CPA ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES Introduction 0. Base légale 1. Le contrôle interne 1.1. Définition et éléments constitutifs 1.2. Mesures

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Plénière de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur

Plus en détail

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 18 juin 2008 Session ministérielle OCDE 2008 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 5 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES CRITÈRES DE SÉLECTION DES PROGRAMMES PILOTES NATIONAUX ET RÉGIONAUX AU TITRE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENT FORESTIER I. CADRE GÉNÉRAL 1. On s accorde de plus en plus

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

5ème P L A T E F ORME REGIONALE AFRICAINE ET C A T A S T R OPHE

5ème P L A T E F ORME REGIONALE AFRICAINE ET C A T A S T R OPHE 5ème P L A T E F ORME REGIONALE AFRICAINE ET 3 è m e REUNION MINISTERIELLE P OUR LA R E D U C T I ON DES RISQUES DE CATASTROPHE DU 13 AU 16 MAI 2014 ABUJA (NIGERIA) DECLARATION SOMMAIRE C ONTRIBUTION AFRICAINE

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session 197 EX/PG/Recommandations PARIS, le 24 septembre 2015 Original anglais/français RECOMMANDATIONS ADRESSÉES PAR LE GROUPE PRÉPARATOIRE À LA 197 e SESSION

Plus en détail

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD PRÉSENTATION POWER POINT Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD Cheikh FOFANA, Assistant au Secrétaire Exécutif, Secrétariat

Plus en détail

Évaluation : rapport annuel

Évaluation : rapport annuel CONSEIL EXÉCUTIF EB137/7 Cent trente-septième session 8 mai 2015 Point 8.2 de l ordre du jour provisoire Évaluation : rapport annuel 1. Le Conseil exécutif à sa trente et unième session a approuvé la politique

Plus en détail

APERCU DE LA MISE EN OEUVRE DE L ACTION DE LA CONFERENCE MINISTERIELLE AFRICAINE SUR L ENVIRONNEMENT RELATIVE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES EN AFRIQUE

APERCU DE LA MISE EN OEUVRE DE L ACTION DE LA CONFERENCE MINISTERIELLE AFRICAINE SUR L ENVIRONNEMENT RELATIVE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES EN AFRIQUE APERCU DE LA MISE EN OEUVRE DE L ACTION DE LA CONFERENCE MINISTERIELLE AFRICAINE SUR L ENVIRONNEMENT RELATIVE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES EN AFRIQUE (Décembre 2009) I. Résumé Compte tenu des défis majeurs

Plus en détail

Guide de travail pour l auto-évaluation:

Guide de travail pour l auto-évaluation: Guide de travail pour l auto-évaluation: Gouvernance d entreprise comité d audit Mars 2015 This document is also available in English. Conditions d application Le Guide de travail pour l auto-évaluation

Plus en détail

Système de management H.A.C.C.P.

Système de management H.A.C.C.P. NM 08.0.002 Norme Marocaine 2003 Système de management H.A.C.C.P. Exigences Norme Marocaine homologuée par arrêté du Ministre de l'industrie, du Commerce et des Télécommunications N 386-03 du 21 Février

Plus en détail

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965)

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) Objectif du fonds Réalisation de l objectif Continuité de l exploitation Rôles et responsabilités L objectif

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/5/7 REV. ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 21 JUILLET 2010 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Cinquième session Genève, 26 30 avril 2010 PROJET RELATIF À LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU)

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU) MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU) STRATEGIE NATIONALE DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES, DE L APPRENTISSAGE ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES POUR FAVORISER UN

Plus en détail

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la gouvernance ministérielle. Rapport final

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la gouvernance ministérielle. Rapport final BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ Vérification de la gouvernance ministérielle Division de la vérification et de l évaluation Rapport final Le 27 juin 2012 Table des matières Sommaire... i Énoncé d assurance...iii

Plus en détail

COMMISSARIAT À LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE DU CANADA. Vérification de la gestion des ressources humaines

COMMISSARIAT À LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE DU CANADA. Vérification de la gestion des ressources humaines COMMISSARIAT À LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE DU CANADA Vérification de la gestion des ressources humaines 13 mai 2010 Préparée par le Centre de gestion publique Inc. TABLE DES MATIÈRES 1.0 Sommaire...

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

Développement rural 2007-2013. Document d orientation

Développement rural 2007-2013. Document d orientation Développement rural 2007-2013 MANUEL RELATIF AU CADRE COMMUN DE SUIVI ET D EVALUATION Document d orientation Septembre 2006 Direction générale de l agriculture et du développement rural TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

CADRE DE COMPÉTENCES EN COMMERCE D INTÉGRATION

CADRE DE COMPÉTENCES EN COMMERCE D INTÉGRATION CADRE DE COMPÉTENCES EN COMMERCE D INTÉGRATION Étude sur les ressources humaines du commerce international du FITT d intérêts et de connaissances. Toutefois, compte tenu de la nature du commerce d intégration,

Plus en détail

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Principaux défis et facteurs de réussite Dans le cadre de leurs plans stratégiques à long terme, les banques cherchent à tirer profit

Plus en détail

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données La force de l engagement MD POINT DE VUE Impartition réussie du soutien d entrepôts de données Adopter une approche globale pour la gestion des TI, accroître la valeur commerciale et réduire le coût des

Plus en détail

CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP

CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP La Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio +20) a

Plus en détail

Le Cadre de référence 2010-2020 pour l e-parlement

Le Cadre de référence 2010-2020 pour l e-parlement Rapport mondial 2010 sur l e-parlement Chapitre 10 Le Cadre de référence 2010-2020 pour l e-parlement La première édition du Rapport mondial sur l e-parlement a montré qu en 2008 seulement quelques assemblées

Plus en détail

A/RES/58/172. sect. A. 5 Résolution 58/4, annexe. sect. A.

A/RES/58/172. sect. A. 5 Résolution 58/4, annexe. sect. A. Nations Unies A/RES/58/172 Assemblée générale Distr. générale 11 mars 2004 Cinquante-huitième session Point 117, b, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la

Plus en détail

Politique de gestion documentaire

Politique de gestion documentaire Politique de gestion documentaire Responsabilité de gestion : Secrétariat général Date d approbation : 24 avril 1979 C.A. C.E. Direction générale Direction Date d'entrée en vigueur : 24 avril 1995 Date

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Distribution limitée IFAP-2008/COUNCIL.V/3 4 février 2008 Original anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Conseil intergouvernemental du Programme Information

Plus en détail

Cent huitième session. Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL

Cent huitième session. Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL Août 2011 F COMITÉ DU PROGRAMME Cent huitième session Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL Résumé Le présent document fait suite à une demande formulée

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

Gestion des bassins hydrographiques : orientations additionnelles et cadre pour l analyse des études de cas

Gestion des bassins hydrographiques : orientations additionnelles et cadre pour l analyse des études de cas 9 e Session de la Conférence des Parties à la Convention sur les zones humides (Ramsar, Iran, 1971) «Les zones humides et l eau : richesse pour la vie, richesse pour en vivre» Kampala, Ouganda, 8 au 15

Plus en détail

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L=AFRIQUE DE L=OUEST ECONOMIC COMMUNITY OF WEST AFRICAN STATES Réunion de lancement du programme de comparaison Internationale pour l Afrique Addis Abéba, 2-4 décembre

Plus en détail

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Document d orientation aux organismes publics Annexe A Rôles et responsabilités détaillés des

Plus en détail

CTOC/COP/WG.1/2010/2. I. Introduction

CTOC/COP/WG.1/2010/2. I. Introduction Distr. générale 29 décembre 2009 Français Original: anglais Réunion intergouvernementale d experts à composition non limitée sur les mécanismes d examen à envisager pour l application de la Convention

Plus en détail

ITIL V3. Transition des services : Principes et politiques

ITIL V3. Transition des services : Principes et politiques ITIL V3 Transition des services : Principes et politiques Création : janvier 2008 Mise à jour : août 2009 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL V3 a été réalisé

Plus en détail

Document final de la Réunion régionale d application de l Afrique pour les Processus de suivi Post-Rio+20

Document final de la Réunion régionale d application de l Afrique pour les Processus de suivi Post-Rio+20 Document final de la Réunion régionale d application de l Afrique pour les Processus de suivi Post-Rio+20 Union africaine Banque africaine de développement Document final de la Réunion régionale d application

Plus en détail

Etat de la mise en oeuvre des recommandations du Commissaire aux Comptes

Etat de la mise en oeuvre des recommandations du Commissaire aux Comptes ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE COMMISSION DE VERIFICATION DES COMPTES DU CONSEIL EXECUTIF Septième réunion Point 2.1 de l ordre du jour provisoire EBAC7/2 30 décembre 2002 Etat de la mise en oeuvre

Plus en détail

Fonds pour la recherche en Ontario

Fonds pour la recherche en Ontario Chapitre 4 Section 4.10 Ministère de la Recherche et de l Innovation Fonds pour la recherche en Ontario Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2009 Contexte

Plus en détail

AGENCE DE PLANIFICATION ET DE COORDINATION DU NEPAD

AGENCE DE PLANIFICATION ET DE COORDINATION DU NEPAD AGENCE DE PLANIFICATION ET DE COORDINATION DU NEPAD AVIS DE RECRUTEMENT: CHEF DE BUREAU RÉGIONAL, RÉSEAU AFRICAIN D EXPERTISE EN BIOSÉCURITÉ (ABNE) NO.VA/NPCA/22 L Union Africaine (UA), créée en tant qu

Plus en détail

Gestion du capital Rapport de vérification final Rapport n o 13/13 17 février 2014

Gestion du capital Rapport de vérification final Rapport n o 13/13 17 février 2014 Gestion du capital Rapport de vérification final Rapport n o 13/13 17 février 2014 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière

Plus en détail

La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre!

La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre! La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre! Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de

Plus en détail

L évolution vers la virtualisation

L évolution vers la virtualisation L évolution vers la virtualisation Dépassez vos attentes en matière de solutions TI. L évolution vers la virtualisation En 2009, la majorité des entreprises québécoises ne s interrogent plus sur la pertinence

Plus en détail

Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations gouvernementales Tél. : 613-688-2064 Téléc. : 613-852-9696 smith@electricity.

Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations gouvernementales Tél. : 613-688-2064 Téléc. : 613-852-9696 smith@electricity. Proposition prébudgétaire 2015 de l Association canadienne de l électricité (ACÉ) présentée au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations

Plus en détail

Consultation sur le projet de mise à jour des indicateurs PEFA, 7 août 2014

Consultation sur le projet de mise à jour des indicateurs PEFA, 7 août 2014 Consultation sur le projet de mise à jour des indicateurs PEFA, 7 août 2014 Madame, Monsieur Le Programme «Dépenses publiques et Responsabilité financière» (PEFA), lancé en 2001, a mis en place un cadre

Plus en détail

Votre guide 2013 pour la gestion des déplacements et frais professionnels

Votre guide 2013 pour la gestion des déplacements et frais professionnels Votre guide 2013 pour la gestion des déplacements et frais professionnels La majorité des organisations comptent sur les voyages d affaires pour réaliser leurs objectifs opérationnels, qu il s agisse de

Plus en détail

(Guinée EX.CL/671 (XIX)

(Guinée EX.CL/671 (XIX) AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 32433 Telephonee 517700 Cables: OAU, ADDIS ABA ABA Website: www.africa u union.org CONSEIL EXECUTIF Dix-neuvième session ordinaire

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation.

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation. COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation Manuel Gestion du Cycle de Projet Programmation Evaluation Identification Mise en œuvre Instruction Financement Mars

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/772

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/772 Nations Unies A/AC.105/772 Assemblée générale Distr.: Générale 7 décembre 2001 Français Original: Anglais Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Rapport du deuxième Atelier

Plus en détail

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement Groupe de la Banque africaine de développement ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement AU SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES SERVICES DE LA BANQUE

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE OMPI PCIPD/1/4 ORIGINAL : anglais DATE : 4 mai 1999 F ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ PERMANENT DE LA COOPÉRATION POUR LE DÉVELOPPEMENT EN RAPPORT AVEC LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

Feuille de route du Caire "Les TIC et la durabilité de l'environnement"

Feuille de route du Caire Les TIC et la durabilité de l'environnement Ministère d'etat pour les affaires environnementales Ministère des communications et des technologies de l'information Cinquième colloque de l'uit "Les TIC, l'environnement et les changements climatiques"

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

PNUD. I. Information sur le poste

PNUD. I. Information sur le poste PNUD Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Direction Générale du Développement Régional Direction Générale des Ressources Humaines Termes de référence pour

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2001 PFA

Conseil d administration Genève, mars 2001 PFA BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.280/PFA/2 280 e session Conseil d administration Genève, mars 2001 Commission du programme, du budget et de l'administration PFA DEUXIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR Suite

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude:

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude: RÉSUMÉ Contexte de l étude Le 4 septembre 2003, le Parlement européen a adopté une résolution contenant des recommandations à la Commission sur les langues européennes régionales et moins répandues les

Plus en détail

Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76)

Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76) Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76) 1. Qu est-ce que le SDET : schéma directeur des espaces numériques de travail?

Plus en détail

DOUZIÈME CONFÉRENCE DE NAVIGATION AÉRIENNE PROJET DE RAPPORT DU COMITÉ SUR LE POINT 3 DE L ORDRE DU JOUR

DOUZIÈME CONFÉRENCE DE NAVIGATION AÉRIENNE PROJET DE RAPPORT DU COMITÉ SUR LE POINT 3 DE L ORDRE DU JOUR 23/11/12 Révision 26/11/12 DOUZIÈME CONFÉRENCE DE NAVIGATION AÉRIENNE Montréal, 19 30 novembre 2012 PROJET DE RAPPORT DU COMITÉ SUR LE POINT 3 DE L ORDRE DU JOUR Le projet ci-joint de rapport sur le point

Plus en détail

Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie et des Finances Québec, Septembre 2008

Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie et des Finances Québec, Septembre 2008 Le Budget Genre au Maroc, une perspective stratégique pour l égalité des sexes et l habilitation des femmes Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ Avril 2009 Table des matières Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application... 5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour... 6 1. Cadre de gestion de la conformité...

Plus en détail

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1 GUIDE DES POINTS FOCAUX NATIONAUX RSI Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1. Introduction Le Règlement sanitaire international (2005) (RSI(2005)) définit un point focal national

Plus en détail

La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT

La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT SOMMAIRE Introduction... 2 I. Aperçu sur le fondement de la gestion axée sur les résultats... 3 1.1. De nouveaux

Plus en détail

RECOMMANDATIONS OPÉRATIONNELLES SUR LES RESPONSABILITÉS DES CHEFS DE FILE SECTORIELS ET D OCHA EN MATIÈRE DE GESTION DES INFORMATIONS

RECOMMANDATIONS OPÉRATIONNELLES SUR LES RESPONSABILITÉS DES CHEFS DE FILE SECTORIELS ET D OCHA EN MATIÈRE DE GESTION DES INFORMATIONS RECOMMANDATIONS OPÉRATIONNELLES SUR LES RESPONSABILITÉS DES CHEFS DE FILE SECTORIELS ET D OCHA EN MATIÈRE DE GESTION DES INFORMATIONS Des recommandations détaillées sur l approche de responsabilité sectorielle

Plus en détail

Harmonisation des politiques forestières et fiscales en Afrique centrale : Défis et perspectives

Harmonisation des politiques forestières et fiscales en Afrique centrale : Défis et perspectives Harmonisation des politiques forestières et fiscales en Afrique centrale : Défis et perspectives Système de communication du réseau COMIFAC Une Stratégie TIC au Service de la mise en œuvre du Plan de Convergence

Plus en détail

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME)

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) Latifa ECHIHABI (Directeur Général, ANPME, 10, rue Ghandi, BP : 211, Rabat,

Plus en détail

DOSSIER SOLUTION CA Service Assurance Mai 2010. assurez la qualité et la disponibilité des services fournis à vos clients

DOSSIER SOLUTION CA Service Assurance Mai 2010. assurez la qualité et la disponibilité des services fournis à vos clients DOSSIER SOLUTION CA Service Assurance Mai 2010 assurez la qualité et la disponibilité des services fournis à vos clients est un portefeuille de solutions de gestion matures et intégrées, qui contribue

Plus en détail

Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM)

Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM) Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM) FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PN-PTFM I. INFORMATIONS

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières. Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration

Bureau du surintendant des institutions financières. Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration Bureau du surintendant des institutions financières Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration Avril 2014 Table des matières 1. Contexte... 3 2. Objectif, délimitation

Plus en détail

EUROPEAN TRADE UNION COMMITTEE FOR EDUCATION COMITE SYNDICAL EUROPEEN DE L EDUCATION

EUROPEAN TRADE UNION COMMITTEE FOR EDUCATION COMITE SYNDICAL EUROPEEN DE L EDUCATION EUROPEAN TRADE UNION COMMITTEE FOR EDUCATION COMITE SYNDICAL EUROPEEN DE L EDUCATION Document énonçant la position du CSEE sur la proposition de recommandation du Parlement européen et du Conseil établissant

Plus en détail

Harmonisation pour la santé en Afrique (HHA) Cadre d action

Harmonisation pour la santé en Afrique (HHA) Cadre d action Bureau régional pour l Afrique Harmonisation pour la santé en Afrique (HHA) Cadre d action - 2 - Historique 1.1 En Afrique, sous l effet conjugué de la pauvreté et des faibles investissements dans la santé,

Plus en détail

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 Comité préparatoire de la Conférence des Parties chargée d examiner le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires en 2010 NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 15 mai 2009 Français Original : anglais Troisième

Plus en détail

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face La professionnalisation des gestionnaires de chaîne logistique de santé publique pour de meilleurs résultats en matière de santé Livre blanc n 1 Coalition pour les Produits de Santé de la Procréation Défis

Plus en détail

Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT?

Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT? Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT? Le plan d investissement pour l Europe sera constitué d un ensemble de mesures visant à libérer au moins 315 milliards d euros d investissements publics et privés

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 24 janvier 2014 Français Original: anglais ECE/CES/2014/7 Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Soixante-deuxième

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières. Rapport de vérification interne sur le Groupe de l assurance-vie Conglomérats

Bureau du surintendant des institutions financières. Rapport de vérification interne sur le Groupe de l assurance-vie Conglomérats Bureau du surintendant des institutions financières Groupe de l assurance-vie Conglomérats Juin 2012 Table des matières 1. Contexte... 2 2. Objectif, portée et méthodologie... 3 3. Conclusion... 4 4. Réponse

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail