La détermination de l'impôt sur les sociétés

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La détermination de l'impôt sur les sociétés"

Transcription

1 La détermination de l'impôt sur les sociétés Publié le 30 octobre Dernière mise à jour le 26 février 2017 Le résultat imposable FICHE PRATIQUE L assiette de l IS est le résultat fiscal. Pour l obtenir, on part du résultat comptable, que l on corrige de certains retraitements imposés par le code général des impôts. Résultat fiscal = Résultat comptable avant impôt + Réintégrations extra-comptables - Déductions extra-comptables Les réintégrations extra-comptables correspondent pour la plupart aux charges rejetées fiscalement par le code général des impôts. Ces réintégrations augmentent le résultat fiscal et donc le montant de l impôt sur les sociétés. Exemple de réintégration extra-comptable : les amendes fiscales, sociales et pénales. Les déductions extra-comptables correspondent notamment aux produits rejetés fiscalement par le code général des impôts ou imposés à un taux d IS plus favorable. Il y a peu de déductions extra-comptables. La détermination de l impôt sur les sociétés Les taux d impôt sur les sociétés Il existe plusieurs taux d IS : > un taux normal fixé à 33,1/3 %, > > un taux réduit de 15%, applicable aux plus-values à long terme sur cessions et concessions de brevets, sous certaines conditions, les PME bénéficient de plein droit d un taux réduit d IS de 15%, dans la limite de par période de 12 mois, hors plus-value à long terme. Le régime d imposition au taux réduit des petites et moyennes entreprises Pour bénéficier du taux réduit de l IS, les PME doivent respecter les conditions suivantes : > elles doivent être soumises à l IS, > elles doivent avoir intégralement libéré leur capital social à la clôture de l exercice, > le chiffre d affaires HT annuel doit être inférieur à , > leur capital doit être détenu de manière continue, pour 75 % au moins, par des personnes physiques (ou par des sociétés n ayant pas la qualité de société mère). Loi de finances pour 2017 : réduction du taux d'is L'article 11, I, 1 de la loi de finances pour 2017 a instauré une baisse progressive du taux d'is de 33,1/3% à 28%, de manière progressive, entre 2017 et Dès 2017, ce taux profitera aux PME au

2 sens communautaire, jusqu'à de résultat fiscal, sans remise en cause du bénéfice du taux réduit à 15% pour les PME éligibles. En outre, l'article 11, I, 1 b du CGI élargit le champ d'application des sociétés bénéficiant de ce taux à 15%. Jusqu'en 2018, les règles actuelles sont conservées. Pour les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2019, le seuil de chiffre d'affaires permettant de bénéficier du taux d'is à 15% est porté de 7,63 à 50 millions. Tableau récapitulatif Exercices ouverts à compter du 1er janvier... PME bénéficiant du taux d'is à 15% (CA < 7,63 M jusqu'en 2018, et CA < 50 millions à compter de 2019) PME au sens communautaire ne bénéficiant pas du taux d'is à 15% Autres entreprises 2016 IS à 15% jusqu'à de résultat fiscal IS à 33,1/3% pour la fraction au-delà IS à 33,1/3% sur la totalité du bénéfice 2017 IS à 15% jusqu'à de résultat fiscal IS à 28% entre et IS à 33,1/3% pour la fraction au-delà IS à 28% jusqu'à IS à 33,1/3% pour la fraction au-delà IS à 33,1/3% sur la totalité du bénéfice 2018 IS à 15% jusqu'à de résultat fiscal IS à 28% entre et IS à 33,1/3% pour la fraction au-delà IS à 28% jusqu'à IS à 33,1/3% pour la fraction au-delà 2019 IS à 15% jusqu'à de résultat fiscal IS à 28% pour la fraction au-delà IS à 28% sur la totalité du bénéfice IS à 28% sur la totalité du bénéfice pour les sociétés dont le CA 1 milliard Si CA > 1 milliard : - IS à 28% jusqu'à IS à 33,1/3% pour la fraction au-delà 2020 IS à 15% jusqu'à de résultat fiscal IS à 28% pour la fraction au-delà IS à 28% sur la totalité du bénéfice La détermination de l IS réellement dû L impôt brut est obtenu par le calcul suivant : Résultat fiscal x taux d IS Pour obtenir l IS réellement dû, il faut procéder à l imputation des éléments suivants (en respectant l ordre) :

3 Imputations des créances Contenu / observation 1 Imputation des créances non reportables et non restituables 2 Imputation des créances reportables Les crédits d impôts attachés aux dividendes des sociétés étrangères notamment On trouve notamment : > le montant du report en arrière des déficits, > le montant de la réduction d impôt au titre du mécénat, le crédit d impôt recherche, le crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE). Si ces créances n ont pas pu être imputées en totalité sur le solde de l IS, elles peuvent être déduites de l IS des exercices suivants ou être déduites des acomptes d IS futurs. 3 Imputation des créances non reportables et restituables On trouve notamment le crédit d impôt formation et le crédit d impôt famille. Si le montant des créances est supérieur à l IS, les sommes non imputées sont remboursées. Les contributions et impositions additionnelles à l IS La contribution sociale de 3,3 % sur les bénéfices (CSB) Sont imposables à la contribution sociale de 3,3%, les sociétés soumises à l IS et ayant un chiffre d affaires HT supérieur à Cette contribution ne s applique donc pas aux PME bénéficiant du taux d IS à 15%. CSB = (IS au taux normal et réduit avant crédits d impôt ) x 3.3% Compte tenu du mode de calcul de la contribution sociale, seule les sociétés ayant un IS avant crédits d impôt supérieur à sont redevables de cette contribution. La contribution exceptionnelle La contribution exceptionnelle a été mise en place dans le cadre de la 2 ème loi de finance rectificative Sont imposables, les sociétés soumises à l IS ayant un chiffre d affaires HT supérieur à 250 millions. Contribution exceptionnelle = (IS taux normal et réduit avant crédits d'impôt et autres déductions) x 10,7% La loi de finances pour 2014 a porté le taux de cette contribution additionnelle de 5% à 10,7% à compter des excices clos au 31 décembre Le chiffre d affaires à retenir s entend au niveau du groupe fiscal (intégration fiscale), hors éléments exceptionnels et financiers. Tout comme l IS et la CSB, la contribution exceptionnelle constitue une charge non déductible du résultat fiscal, donc à réintégrer extra-comptablement. Elle s applique jusqu'aux exercices clos au 30/12/2016. La loi de finances pour 2016 n'a pas prévu de prolonger cette contribution. Les sociétés clôturant leurs comptes au 31 décembre paieront donc la

4 contribution exceptionnelle pour la dernière fois au titre de leur exercice Exemple : Exercice clos au 31/12/2015. CA HT = 300 millions. Résultat imposable au taux normal : Crédit impôt recherche 2015 : IS brut = x 33,1/3% = et IS net = = Le CA HT excède 250 millions d euros donc l entreprise est soumise à la contribution exceptionnelle. Contribution exceptionnelle = x 10,7% = La CSB est non due car le montant de l IS avant imputation des crédits d impôt est inférieur à La contribution additionnelle à l IS de 3% sur les distributions Les organismes soumis à l'is sont également redevables d'une contribution additionnelle à l'is de 3 %. Cette contribution est assise sur les distributions décidées en assemblée générale et sur les revenus réputés distribués (principalement, les dividendes). Ne sont pas soumis à cette contribution : > les PME au sens communautaire (PME indépendantes employant moins de 250 salariés et dont le chiffre d'affaires n'excède pas 50 millions ou dont le total du bilan est inférieur à 43 millions ), > les sociétés ou organismes de placement collectif, > les distributions réalisées entre sociétés membres d'un même groupe intégré fiscalement. La contribution est à payer en même que l'acompte d'is suivant le mois de la mise en paiement de la distribution. Ainsi, doit être réglée au 15 mars 2017, la contribution additionnelle à l IS de 3% relative aux distributions mises en paiement entre le 1 er décembre 2016 et le 28 février La contribution sur les revenus locatifs Les sociétés soumises à l'is, sont également redevables de la CRL. Cette contribution s élève à 2,5% des revenus de locations perçus. Certains locaux font l objet d une exonération. La CRL fait l objet d un versement d'un acompte unique avec le dernier acompte d'is de l'exercice, égal à 2,5 % des recettes nettes perçues au cours de l'exercice précédent. Ainsi, les sociétés qui ont clôturé leur exercice en novembre 2016 doivent verser un acompte au 15 mars Les redevables de la CRL sont dispensées de l'acompte lorsque celui-ci n'excède pas 100. Ils peuvent également limiter le versement de leur acompte au montant de la CRL estimé pour l exercice en cours. Les modalités de règlement de l IS et des contributions Les acomptes de l impôt sur les sociétés Base de calcul Acomptes année N = Résultat de référence année N-1, hors plus-values à long terme sur les titres de participation et les cessions de brevets x 8,1/3% et/ou 3,75%

5 Les taux de 8,1/3 % et 3,75% correspondent aux taux d IS de 33,1/3% (taux normal) et 15% (taux réduit PME et taux réduit sur concessions de brevets), divisés par 4 acomptes. L entreprise utilise, pour le calcul du 1er acompte, le bénéfice de l année N-2. Une régularisation est alors effectuée lors du versement de l acompte suivant. Date de paiement des acomptes Si l exercice comptable coïncide avec l année civile, les paiements des acomptes doivent être effectués au plus tard les 15 mars, 15 juin, 15 septembre et 15 décembre de chaque année. Si l exercice comptable ne coïncide pas avec l année civile, les dates de versement des acomptes sont identiques, seul l ordre des acomptes change, en fonction de la date de clôture de l exercice comptable. Date de clôture comprise entre 1 er acompte 2 ème acompte 3 ème acompte 4 ème acompte 20/11 et 19/02 15 mars 15 juin 15 septembre 15 décembre 20/02 et 19/05 15 juin 15 septembre 15 décembre 15 mars 20/05 et 19/08 15 septembre 15 décembre 15 mars 15 juin 20/08 et 19/11 15 décembre 15 mars 15 juin 15 septembre Dispenses de versement d acomptes Les acomptes ne sont pas exigibles dans les situations suivantes : > l exercice de référence est fiscalement déficitaire, > l IS de l exercice de référence n excède pas 3.000, > les sociétés, au titre de leur première période d imposition à l IS. Relevé d acompte d IS Depuis le 1 er octobre 2012, toutes les sociétés soumises à l IS doivent télépayer l IS (en mode EFI ou EDI). Le relevé d'acompte, le formulaire 2571 (version papier), continue néanmoins d être adressé par l'administration aux redevables d'acomptes. Le relevé d acompte sert pour le paiement des acomptes d IS, de l IFA et de toutes les contributions préalablement évoquées. Les données sont calculées par l administration et n ont qu une valeur indicative. Le verso de l imprimé constitue un outil d aide au calcul des acomptes dus (facultatif). Les redevables peuvent régler leur acompte en y imputant les crédits d impôts ou créances suivantes : > crédit d impôt recherche, > crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE), > créance née du report en arrière des déficits,

6 > crédit d'impôt pour certains investissements réalisés et exploités en Corse, > crédit d'impôt en faveur des sociétés créées dans une zone d'investissement privilégiée. Dernier acompte des grandes entreprises Les grandes entreprises sont soumises à des règles spécifiques en ce qui concerne le dernier acompte de l IS si elles répondent aux 2 conditions cumulatives suivantes : > Chiffre d affaires hors taxes supérieur à 250 millions > Impôt sur les sociétés estimé au titre de l exercice en augmentation par rapport à N-1 L'article 12 de la loi de finances pour 2017 a augmenté le montant de ce dernier acompte d'is. Entreprises concernées CAHT compris entre 250 millions et 1 milliard Résultat N estimé supérieur de 33,33% au Résultat N-1 CAHT compris entre 1 et 5 milliards Résultat N estimé supérieur de 17,65% au Résultat N-1 CAHT supérieur à 5 milliards Résultat N estimé supérieure de 5,26% au Résultat N-1 Calcul du dernier acompte : législation actuelle 75% IS N estimé - Acomptes déjà versés 85% IS N estimé - Acomptes déjà versés 95% IS N estimé - Acomptes déjà versés Calcul du dernier acompte (article 12 de la loi de finances pour 2017) 80% IS N estimé - Acomptes déjà versés 90% IS N estimé - Acomptes déjà versés 98% IS N estimé - Acomptes déjà versés En cas de fortes erreurs d appréciation, les entreprises sont redevables d une majoration de 5% et d intérêts de retard. Le solde de l'impôt sur les sociétés La détermination du solde d IS Solde IS = Montant IS à payer Acomptes d IS versés Le paiement du solde de l IS doit être effectué au plus tard le 15 du quatrième mois qui suit la clôture de l exercice (15/04/N+1 en cas de clôture au 31/12/N). Si l entreprise dégage un excédent de versement d IS par rapport au solde dû, elle peut en demander soit le remboursement, soit l imputation sur les acomptes à venir. Déclaration et règlement du solde d IS. Le solde d IS et de la contribution sociale est déterminé par le redevable sur l imprimé n Depuis le 1 er octobre 2012, toutes les sociétés soumises à l IS doivent télépayer l IS. Les acomptes et soldes d IS peuvent être réglés par imputation de réductions et crédits d impôt. Peuvent

7 être imputés, le crédit d impôt pour dépenses de recherche, la créance née du report en arrière des déficits, le crédit d impôt pour certains investissements réalisés et exploités en Corse. L entreprise peut demander une compensation entre les divers impôts recouvrés par l Administration fiscale. Un trop versé d IS peut être utilisé pour acquitter la TVA. La modulation des acomptes d IS Si l entreprise considère que le montant des acomptes déjà versés est suffisant pour couvrir l impôt dû, elle peut se dispenser de verser l acompte considéré ou limiter ses paiements, à l IS estimé après imputation des crédits d impôt sur valeurs mobilières. Le paiement de la contribution sociale sur les bénéfices (CSB) Acomptes de CSB 4 acomptes de 0,825 % (soit 3,3% / 4) doivent être payés selon les mêmes modalités que les acomptes de l impôt sur les sociétés. Acompte CSB = (IS au taux normal et réduit avant crédit d impôt ) x 0,825% Si la période d imposition est inférieure à 12 mois, l'abattement de est ajusté au prorata du temps. La modulation des acomptes est également possible. Solde et liquidation de la contribution Le solde de la contribution est exigible avec le solde de l IS. Si le montant des acomptes versés excède le montant de la CSB finalement due, l excédent est restitué dans les 30 jours. Les crédits d impôt, la créance née du report en arrière des déficits, ne sont pas imputables sur cette contribution. Pénalités en cas de retard Un intérêt de retard (0,40% par mois de retard), et une majoration de 5 % sont applicables au montant non versé à la date limite de paiement pour les acomptes et la liquidation de l IS. Le paiement de la contribution exceptionnelle de 10,7% La contribution exceptionnelle ne fait pas l objet d acompte. Elle est à régler le même jour que le solde de l IS, soit le 15 du 4 ème mois suivant la clôture de l exercice. Néanmoins, pour les exercices clos depuis le 31 décembre 2012, les redevables de cette contribution sont tenus d'effectuer un versement anticipé à la date prévue pour le paiement du dernier acompte d'is de l'exercice. Ainsi, les redevables qui ont clôturé leur exercice entre le 20 février et le 19 mai 2015 doivent réaliser un versement anticipé pour le 15 mars Le versement anticipé de la contribution exceptionnelle varie en fonction du chiffre d affaires du dernier

8 exercice clos (ramené s il y a lieu sur 12 mois) : Chiffre d affaires du dernier exercice clos Montant du versement anticipé 250 millions CA HT 1 milliard 75 % de la contribution estimée au titre de l'exercice. CA HT > 1 milliard 95 % de la contribution estimée au titre de l'exercice. Le paiement de la Contribution additionnelle à l IS de 3% sur les distributions La contribution est à payer en même que l'acompte d'is suivant le mois de la mise en paiement de la distribution. Par exemple, doit être réglée au 15 mars 2016, la contribution additionnelle à l IS de 3% relative aux distributions mises en paiement entre le 1 er décembre 2015 et le 28 février Exemple de synthèse Enoncé La société anonyme IPSON est spécialisée dans le traitement des déchets. Elle clôture ses comptes au 31 décembre. Le responsable administratif et financier vous charge de déterminer le montant des versements relatifs à l'impôt sur les sociétés. Vous disposez des informations suivantes : Résultat fiscal provisoire (hors retraitement des PVLT sur titres de participations et revenus des brevets Plus-values nettes à long terme sur titres de participation Résultat net de concession des brevets Le chiffre d'affaires pour l'exercice 2015 s'est élevé à En 2012, aucune moins-value à long terme sur titres de participation n'a été constatée. Travail à faire : 1- Déterminer la base de l'is au taux normal pour 2013, 2014 et La société est-elle redevable de la contribution exceptionnelle de 10,7%? 3- Calculer l'is dû au titre de 2013, 2014 et 2015 ainsi que la contribution sociale sur les bénéfices. 4- Déterminer le montant des acomptes versés en 2015 ainsi que le solde de l'is au titre de Correction

9 1- Déterminer la base de l'is au taux normal pour 2013, 2014 et Résultat fiscal provisoire Déduction extra-comptable PVNLT sur titres de participation Réintégration Quote-part des PVNLT : 12% Déduction extra-comptable Résultat net de concession des brevets (imposables à 15%) Base de l'is à taux normal La société est-elle redevable de la contribution exceptionnelle de 10,7%? Le chiffre d'affaires de la SA IPSON étant inférieur à 250 millions d'euros, elle n'est pas redevable de la contribution exceptionnelle. 3- Calculer l'is dû au titre de 2013, 2014 et 2015 ainsi que la contribution sociale sur les bénéfices. Exercice 2013 Base Taux Montant IS au taux normal ,1/3% IS au taux réduit sur résultat net de concession de brevet % Total IS CSB ,30% Total IS + CSB Exercice 2014 Base Taux Montant IS au taux normal ,1/3% IS au taux réduit sur résultat net de concession de brevet % Total IS CSB ,30% Total IS + CSB Exercice 2015 Base Taux Montant IS au taux normal ,1/3% IS au taux réduit sur résultat net de concession de brevet % Total IS

10 CSB ,30% Total IS + CSB Déterminer le montant des acomptes versés en 2015 ainsi que le solde de l'is au titre de er acompte (15/03/2015) Base Taux Montant Acompte sur IS taux normal ,1/3% Acompte sur revenus de concessions ,75% 375 Acompte sur CSB ,825% Total 1er acompte ème acompte (15/06/2015) Base Taux Montant Acompte sur IS taux normal ,1/3% Acompte sur revenus de concessions ,75% 281 Acompte sur CSB ,825% ème acompte hors régul Régularisation 1er acompte Total 2nd acompte ème acompte (15/09/2015) Base Taux Montant Acompte sur IS taux normal ,1/3% Acompte sur revenus de concessions ,75% 281 Acompte sur CSB ,825% ème acompte ème acompte (15/12/2015) : idem 3ème acompte Total acomptes Solde IS 2015 (15/05/2016) IS et CSB dûs au titre de Somme acomptes Solde IS Le principe de gestion du déficit

11 Les déficits fiscaux réalisés au cours d un exercice par une société passible de l impôt sur les sociétés peuvent faire l objet d une imputation : > Sur les bénéfices passés non distribués (report en arrière ou carry-back). Il est limité dans le temps. > Sur les bénéfices futurs (report en avant). Il n est pas limité dans le temps. La 2 ème loi de finances rectificative 2011 a réformé le report en avant et le report en arrière des déficits, en instaurant un plafond d imputation. Le projet de loi de finances 2013 a également réduit le plafond d imputation des déficits reportables en avant pour les exercices clos à compter du 31 décembre Déterminer la base de l'is au taux normal pour 2013, 2014 et Résultat fiscal provisoire Déduction extra-comptable PVNLT sur titres de participation Réintégration Quote-part des PVNLT : 12% Déduction extra-comptable Résultat net de concession des brevets (imposables à 15%) Base de l'is à taux normal La société est-elle redevable de la contribution exceptionnelle de 10,7%? Le chiffre d'affaires de la SA IPSON étant inférieur à 250 millions d'euros, elle n'est pas redevable de la contribution exceptionnelle. 3- Calculer l'is dû au titre de 2013, 2014 et 2015 ainsi que la contribution sociale sur les bénéfices. Exercice 2013 Base Taux Montant IS au taux normal ,1/3% IS au taux réduit sur résultat net de concession de brevet % Total IS CSB ,30% Total IS + CSB

12 Exercice 2014 Base Taux Montant IS au taux normal ,1/3% IS au taux réduit sur résultat net de concession de brevet % Total IS CSB ,30% Total IS + CSB Exercice 2015 Base Taux Montant IS au taux normal ,1/3% IS au taux réduit sur résultat net de concession de brevet % Total IS CSB ,30% Total IS + CSB Déterminer le montant des acomptes versés en 2015 ainsi que le solde de l'is au titre de er acompte (15/03/2015) Base Taux Montant Acompte sur IS taux normal ,1/3% Acompte sur revenus de concessions ,75% 375 Acompte sur CSB ,825% Total 1er acompte ème acompte (15/06/2015) Base Taux Montant Acompte sur IS taux normal ,1/3% Acompte sur revenus de concessions ,75% 281 Acompte sur CSB ,825% ème acompte hors régul Régularisation 1er acompte

13 Total 2nd acompte ème acompte (15/09/2015) Base Taux Montant Acompte sur IS taux normal ,1/3% Acompte sur revenus de concessions ,75% 281 Acompte sur CSB ,825% ème acompte ème acompte (15/12/2015) : idem 3ème acompte Total acomptes Solde IS 2015 (15/05/2016) IS et CSB dûs au titre de Somme acomptes Solde IS Le site est le leader independant sur la fiscalité de l entreprise et du patrimoine.

L IS exigible. Section 1 re : L établissement de l IS. La déclaration des résultats permet de calculer l IS. I Déclaration du résultat

L IS exigible. Section 1 re : L établissement de l IS. La déclaration des résultats permet de calculer l IS. I Déclaration du résultat L IS exigible Contrairement aux entrepreneurs individuels et assimilés dont le revenu global relève de la fiscalité des ménages, les sociétés passibles de l IS calculent elles-mêmes leur impôt et l acquittent

Plus en détail

COMPTABILISATION DE L'IMPÔT SUR LES SOCIETES (IS) Objectif(s) : o Particularités des traitements comptables relatifs aux impôts sur les sociétés.

COMPTABILISATION DE L'IMPÔT SUR LES SOCIETES (IS) Objectif(s) : o Particularités des traitements comptables relatifs aux impôts sur les sociétés. COMPTABILISATION DE L'IMPÔT SUR LES SOCIETES (IS) Objectif(s) : o Particularités des traitements comptables relatifs aux impôts sur les sociétés. Pré-requis : o Connaissances fiscales : IS et IFA. Modalités

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 4 A-1-09 N 3 du 9 JANVIER 2009 DISPOSITIONS DIVERSES (BIC, IS, DISPOSITIONS COMMUNES) (Loi de finances rectificative pour 2008 remboursement

Plus en détail

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 - TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE Première partie : TVA déductible au titre de septembre 2008 1.1. Définir le coefficient de déduction et ses trois

Plus en détail

PARTIE 2.7 LES CREDITS D IMPOT ET LES REDUCTIONS D IMPOT

PARTIE 2.7 LES CREDITS D IMPOT ET LES REDUCTIONS D IMPOT I/Le crédit d impôt recherche PARTIE 2.7 LES CREDITS D IMPOT ET LES REDUCTIONS D IMPOT Le crédit d impôt recherche a été conçu pour inciter les entreprises à développer leurs activités de recherche ; il

Plus en détail

L AFFECTATION DES RESULTATS. Affecter un résultat selon la forme juridique de l'entreprise (individuelle ou société).

L AFFECTATION DES RESULTATS. Affecter un résultat selon la forme juridique de l'entreprise (individuelle ou société). L AFFECTATION DES RESULTATS Objectif(s) : o Affecter un résultat selon la forme juridique de l'entreprise (individuelle ou société). Pré-requis : o Double détermination du résultat. Modalités : o o o Principes,

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 FM/AMA 25 janvier 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 Les principales mesures de la Loi de Finances pour 2013 et des Lois de Finances rectificatives pour 2012, sont

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

IMPOSITION DES DIVIDENDES DISTRIBUES EN 2012

IMPOSITION DES DIVIDENDES DISTRIBUES EN 2012 IMPOSITION DES DIVIDENDES DISTRIBUES EN 2012 Les lois de finances de la fin 2012 ont modifié sur de nombreux points le mode d'imposition des dividendes des SARL et des EURL à l'i.s S'agissant des dividendes

Plus en détail

www.ducellier-avocats.fr Loi de finances 2009 et les récentes r dispositions fiscales

www.ducellier-avocats.fr Loi de finances 2009 et les récentes r dispositions fiscales Loi de finances 2009 et les récentes r dispositions fiscales Fiscalité des entreprises Fiscalité du patrimoine Procédures fiscales : le rescrit valeur 2 FISCALITE DES ENTREPRISES 3 Relance de l économie

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE4 DROIT FISCAL - session 2014 Proposition de CORRIGÉ 2014 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE - 5 points 1.

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE SAISIE DES FORMULAIRES 2572 ET 2573 Millesime 2015

FICHE TECHNIQUE SAISIE DES FORMULAIRES 2572 ET 2573 Millesime 2015 FICHE TECHNIQUE SAISIE DES FORMULAIRES 2572 ET 2573 Millesime 2015 CONSTATS Les entreprises redevables de l'impôt sur les sociétés procèdent spontanément, à l'aide du relevé de solde (formulaire 2572),

Plus en détail

Credit d impôt pour dépenses de prospection commerciale Présentation du 16/12/13. Crédit d'impôt de prospection commerciale

Credit d impôt pour dépenses de prospection commerciale Présentation du 16/12/13. Crédit d'impôt de prospection commerciale Credit d impôt pour dépenses de prospection Présentation du 16/12/13 1 Les références Loi 2004-1484 du 30/12/2004 C.G.I. article 244 quater H Instruction fiscale du 18/04/2005 2 Objet de la loi Instaurer

Plus en détail

Livret fiscal du créateur d entreprise. Bénéfices agricoles

Livret fiscal du créateur d entreprise. Bénéfices agricoles Livret fiscal du créateur d entreprise Bénéfices agricoles Régime du forfait Ce régime s'applique lorsque la moyenne des recettes (TVA comprise) mesurée sur deux années consécutives ne dépasse pas 76 300

Plus en détail

N 20 14 / 001 14/02/2014

N 20 14 / 001 14/02/2014 N 20 14 / 001 14/02/2014 Origine : Direction de la Règlementation et des Affaires Juridiques Contact : Département de la Règlementation du Recouvrement Draj.reglementationrecouvrement@rsi.fr Annexes :

Plus en détail

DROIT FISCAL. DCG - Session 2008 Corrigé indicatif

DROIT FISCAL. DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DROIT FISCAL DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DOSSIER 1-1- Régime d imposition - Quel est le régime d imposition à la de la SA Habitat? La SA Habitat réalise des ventes (menuiseries) et des prestations

Plus en détail

ENTREPRISE ET CREDITS D IMPOT. Salon des entrepreneurs 5 février 2014

ENTREPRISE ET CREDITS D IMPOT. Salon des entrepreneurs 5 février 2014 Salon des entrepreneurs 5 février 2014 Quelle est la différence entre une réduction d impôt et un crédit d impôt? La réduction d impôt vient en déduction de l impôt. Dans le cas où le montant de la réduction

Plus en détail

SOCIETE : CHL AUDIT GESTION FINANCES. xx/xx/xxxx. Date de Cloture : Collaborateur : CHL AUDIT. hervelombaerde@free.fr. Bureaux :

SOCIETE : CHL AUDIT GESTION FINANCES. xx/xx/xxxx. Date de Cloture : Collaborateur : CHL AUDIT. hervelombaerde@free.fr. Bureaux : SOCIETE : Date de Cloture : Collaborateur : CHL AUDIT xx/xx/xxxx hervelombaerde@free.fr Bureaux : Cabinet Lombaerde E-C Tél : 09.53.17.90.56. 28, avenue de la gare Fax : 09.58.17.90.56. 44119 TREILLIERES

Plus en détail

Livret fiscal du créateur d entreprise. Bénéfices agricoles

Livret fiscal du créateur d entreprise. Bénéfices agricoles Livret fiscal du créateur d entreprise Bénéfices agricoles Mars 2012 Régime du forfait Ce régime s'applique lorsque la moyenne des recettes (TVA comprise) mesurée sur deux années consécutives ne dépasse

Plus en détail

IS /BIC : gestion des déficits (ex n 11) Dramé Adama, Gires Maxence, Berrada Baby Hakim Licence 3 Gestion TD1

IS /BIC : gestion des déficits (ex n 11) Dramé Adama, Gires Maxence, Berrada Baby Hakim Licence 3 Gestion TD1 IS /BIC : gestion des déficits (ex n 11) Dramé Adama, Gires Maxence, Berrada Baby Hakim Licence 3 Gestion TD1 R appel de cours I D éc la ration de l im pôt : Les entreprises doivent déposer spontanément

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 5 novembre 2013 Experts Comptables Commissaires aux Comptes 43, rue de Liège 75008 Paris Tél. : 33 (0) 1 44 90 25 25 Fax 33 (0) 1 42 94 93 29 E-mail : contact@caderas-martin.com PROJET DE LOI DE FINANCES

Plus en détail

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 4. Droit fiscal 6 ÉDITION. Jean-Luc Mondon Jean-Yves Jomard. Sup FOUCHER

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 4. Droit fiscal 6 ÉDITION. Jean-Luc Mondon Jean-Yves Jomard. Sup FOUCHER LMD COLLECTION Expertise comptable Le meilleur du DCG 4 Droit fiscal e 6 ÉDITION Jean-Luc Mondon Jean-Yves Jomard Sup FOUCHER «Le photocopillage, c est l usage abusif et collectif de la photocopie sans

Plus en détail

DOSSIER 1 IMPOSITION DES BÉNÉFICES (IS/BIC)

DOSSIER 1 IMPOSITION DES BÉNÉFICES (IS/BIC) DCG session 2013 UE4 Droit fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 IMPOSITION DES BÉNÉFICES (IS/BIC) 1) Calculer le résultat fiscal de l exercice 2012 pour la société GODARD Résultat fiscal (IS) Opérations

Plus en détail

DCG session 2011 UE4 Droit fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 : TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE ET CONTROLE FISCAL

DCG session 2011 UE4 Droit fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 : TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE ET CONTROLE FISCAL DCG session 2011 UE4 Droit fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 : TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE ET CONTROLE FISCAL 1. Quelles sont les composantes et la valeur des coefficients de déduction applicables : -

Plus en détail

Tous les entreprises en France s appliquent aux l IS. Ils sont tous à la fois redevable et contribuable.

Tous les entreprises en France s appliquent aux l IS. Ils sont tous à la fois redevable et contribuable. DROIT FISCAL Section 1 Intro : Tous les entreprises en France s appliquent aux l IS. Ils sont tous à la fois redevable et contribuable. Les entreprises en France payent la majorité de leur impôt à l étrange.

Plus en détail

Dossier page 2 à 5. Brèves en page 6. Investir en Girardin pour réduire son impôt sur les sociétés

Dossier page 2 à 5. Brèves en page 6. Investir en Girardin pour réduire son impôt sur les sociétés VOTRE CONSEILLER Newsletter d informations juridiques et fiscales Fippatrimoine.com ÉLÉPHANT PATRIMOINE Gérard CHIQUOT 9 rue de Courtalin - Marne La Vallée 77700 Magny Le Hongre g.chiquot@fippatrimoine.com

Plus en détail

REUNION DU 10 DECEMBRE 2013 GERANT MAJORITAIRE : LA NOUVELLE DONNE FISCALE 2013

REUNION DU 10 DECEMBRE 2013 GERANT MAJORITAIRE : LA NOUVELLE DONNE FISCALE 2013 REUNION DU 10 DECEMBRE 2013 GERANT MAJORITAIRE : LA NOUVELLE DONNE FISCALE 2013 Timing de la réunion 1. Tour de table 2. Présentation 3. Questions 4. Une clôture conviviale 2 Sommaire 1. Quels avantages

Plus en détail

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015.

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015. L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015 intervenante: Karine SALVAT CONSEILLER en INVESTISSEMENT FINANCIER 1 Objectif

Plus en détail

Les principales dispositions de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 du 29 décembre 2012

Les principales dispositions de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 du 29 décembre 2012 Les principales dispositions de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 du 29 décembre 2012 FISCALITÉ IMMOBILIÈRE Taxe sur certaines plusvalues immobilières CGI. art. 1609 nonies G Instauration

Plus en détail

CREDIT D IMPOT POUR LA COMPETITIVITE ET L EMPLOI

CREDIT D IMPOT POUR LA COMPETITIVITE ET L EMPLOI CREDIT D IMPOT POUR LA COMPETITIVITE ET L EMPLOI Dans le cadre du Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi, l article 66 de la loi n 2012-1510 du 29 décembre 2012 de finances rectificative

Plus en détail

M2 Entreprenariat FISCALITE. NCG - Maryline HOCDE

M2 Entreprenariat FISCALITE. NCG - Maryline HOCDE M2 Entreprenariat FISCALITE NCG - Maryline HOCDE 1. Imposition des bénéfices PLAN DU COURS FISCALITE DES ENTREPRISES Les Bénéfices Industriels et Commerciaux Les Bénéfices réalisés par les sociétés 2.

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant Janvier 2015 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Plus en détail

LOCATION MEUBLÉE NON PROFESSIONNELLE

LOCATION MEUBLÉE NON PROFESSIONNELLE LOCATION MEUBLÉE NON PROFESSIONNELLE Contribuables concernés : Propriétaires bailleurs de locations meublées dont les recettes locatives annuelles sont inférieures à 23 000 (150 870,11 F). Type d avantage

Plus en détail

Livret fiscal du créateur d entreprise. Bénéfices industriels et commerciaux et impôt sur les sociétés

Livret fiscal du créateur d entreprise. Bénéfices industriels et commerciaux et impôt sur les sociétés Livret fiscal du créateur d entreprise Bénéfices industriels et commerciaux et impôt sur les sociétés Régime micro BIC Régime d'imposition de plein droit des entreprises individuelles dont le chiffre d'affaires

Plus en détail

Sommaire L ACCORD D INTERESSEMENT... 1 LE SUPPLEMENT D INTERESSEMENT... 4 LE CREDIT D IMPOT EN FAVEUR DE L INTERESSEMENT... 5

Sommaire L ACCORD D INTERESSEMENT... 1 LE SUPPLEMENT D INTERESSEMENT... 4 LE CREDIT D IMPOT EN FAVEUR DE L INTERESSEMENT... 5 Eres a créé cette fiche pour vous aider à mettre en place dans les meilleures conditions un accord d intéressement au sein d une entreprise. En effet, l accord d intéressement nécessite un certain formalisme,

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE. Corrigé. (Durée 2H)

UNIVERSITÉ DE SFAX ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE. Corrigé. (Durée 2H) UNIVERSITÉ DE SFAX ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE Matière : Fiscalité I Corrigé Auditoire : 2 ème année Sciences Comptables Année universitaire 1997/1998 Session de contrôle (Durée 2H) Question de cours

Plus en détail

SESSION 2011 DROIT FISCAL. Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1

SESSION 2011 DROIT FISCAL. Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 1110004 DCG SESSION 2011 DROIT FISCAL Document autorisé : Néant. Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 Matériel autorisé : Une calculatrice de poche à fonctionnement autonome sans imprimante

Plus en détail

Crédit d impôt en faveur de la compétitivité et de. Chambre d'agriculture - Moulins - 18 juin 2013

Crédit d impôt en faveur de la compétitivité et de. Chambre d'agriculture - Moulins - 18 juin 2013 Crédit d impôt en faveur de la compétitivité et de l emploi (CICE) Chambre d'agriculture - Moulins - 18 juin 2013 Les étapes de la création du crédit d impôt en faveur de la compétitivité et de l emploi

Plus en détail

CIRCULAIRE D INFORMATION

CIRCULAIRE D INFORMATION Siège social 33 Rue Gustave Eiffel- ZAC Ravine à Marquet - 97419 LA POSSESSION Tél. 02 62 43 10 43 Fax 02 62 43 16 04 / E-mail : acorex@acorexsa.com Bureau de Saint-Gilles Tél. 02 62 22 58 02 Fax 02 62

Plus en détail

Lois de finances 2013

Lois de finances 2013 Lois de finances 2013 Actualité Fiscale 1. Mesures relatives aux entreprises 2. Mesures relatives aux particuliers LF 2013 Modification du calcul de la quote-part de frais et charges sur plus-value de

Plus en détail

1.1. Restitution accélérée du crédit d impôt recherche. 1.2. Restitution accélérée de la créance de report en arrière de déficits

1.1. Restitution accélérée du crédit d impôt recherche. 1.2. Restitution accélérée de la créance de report en arrière de déficits 1.1. Restitution accélérée du crédit d impôt recherche 1.2. Restitution accélérée de la créance de report en arrière de déficits 1.3. Accélération du remboursement des excédents d acomptes d impôt sur

Plus en détail

LETTRE FISCALE. Point de vue d experts AVRIL 2013

LETTRE FISCALE. Point de vue d experts AVRIL 2013 Point de vue d experts LETTRE FISCALE AVRIL 2013 Parmi les rares mesures favorables issues des dernières lois de finances, l instauration du CICE constitue une bouffée d oxygène appréciable pour les entreprises.

Plus en détail

DIMINUTION DU DÉFICIT PUBLIC : LES REFORMES ENVISAGEES. 26 Août 2011.

DIMINUTION DU DÉFICIT PUBLIC : LES REFORMES ENVISAGEES. 26 Août 2011. DIMINUTION DU DÉFICIT PUBLIC : LES REFORMES ENVISAGEES 26 Août 2011. Introduction 2 Introduction Le Gouvernement a annoncé le 24 août 2011, suite au Conseil des ministres, des mesures afin de réduire le

Plus en détail

Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013

Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013 Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013 La loi de finances pour 2014 a été publiée le 30 décembre 2013 au Journal Officiel de la République Française. Nous verrons dans les développements

Plus en détail

Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013

Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013 Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013 Les Intérêts des Comptes Courants d Associés- Généralités 2 PAGES Généralités 3 Champs d application 5 La libération totale du capital 6 Le taux

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

LES CRÉDITS D IMPÔT EN FAVEUR

LES CRÉDITS D IMPÔT EN FAVEUR LES CRÉDITS D IMPÔT EN FAVEUR DES ENTREPRISES Mercredi 4 février 2015 Salon des entrepreneurs Intervenants Jérôme REBISCOUL o Expert-comptable, commissaire aux comptes o Membre du Comité Innovation des

Plus en détail

Morvilliers Sentenac Avocats

Morvilliers Sentenac Avocats Newsletter n 13... Février 2013 Morvilliers Sentenac Avocats Actualités fiscales Les lois de finance votées en fin d année modifient sensiblement le paysage fiscal en accroissant les charges fiscales pesant

Plus en détail

M. BONUS Louis. mercredi 15 octobre 2014. Le 10/11/2014

M. BONUS Louis. mercredi 15 octobre 2014. Le 10/11/2014 M. BONUS Louis mercredi 15 octobre 2014 1 Sommaire Sommaire... 2 La méthode de raisonnement... 3 Le graphique... 4 Le tableau de synthèse... 4 Les données saisies... 19 Les tableaux intermédiaires de calcul...

Plus en détail

LE CREDIT D IMPÔT RECHERCHE FRANCAIS (article 244 quater B du CGI)

LE CREDIT D IMPÔT RECHERCHE FRANCAIS (article 244 quater B du CGI) LE CREDIT D IMPÔT RECHERCHE FRANCAIS (article 244 quater B du CGI) Ce dispositif constitue un véritable atout pour l attraction d activités de recherche en France. Le vote de La loi de finances 2011 a

Plus en détail

Chiffres clés pour 2013

Chiffres clés pour 2013 Chiffres clés pour 2013 Certains produits d investissement et d épargne peuvent vous procurer un bel avantage fiscal. Que ce soit l épargne-pension, votre compte d épargne, retrouvez un tableau récapitulatif

Plus en détail

Fiscalité approfondie : Corrigé série de révision n 3 (Impôt sur les sociétés)

Fiscalité approfondie : Corrigé série de révision n 3 (Impôt sur les sociétés) Université de Sfax Ecole Supérieure de Commerce de Sfax Année universitaire : 2010-2011 Fiscalité approfondie : Corrigé série de révision n 3 (Impôt sur les sociétés) Auditoire : 1 ère année Mastère Professionnel

Plus en détail

Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES. 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003

Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES. 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003 Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003 2. MEXIQUE - Impôt sur les actifs Déductibilité des dettes 3. FRANCE - Dividendes Avoir Fiscal

Plus en détail

SESSION 2009 UE4 - DROIT FISCAL. Durée de l'épreuve 3 heures Coefficient : 1

SESSION 2009 UE4 - DROIT FISCAL. Durée de l'épreuve 3 heures Coefficient : 1 910004 DCG SESSION 2009 UE4 - DROIT FISCAL Durée de l'épreuve 3 heures Coefficient : 1 Matériel autorisé Une calculatrice de poche à fonctionnement autonome sans imprimante et sans aucun moyen de transmission,

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie LOI DE FINANCES POUR 2011

Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie LOI DE FINANCES POUR 2011 Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie FISCAL Date : 21/01/2011 N : 01.11 LOI DE FINANCES POUR 2011 La loi de Finances pour 2011 a été définitivement adoptée le 15 décembre 2010 et publiée

Plus en détail

Les caractéristiques de votre projet

Les caractéristiques de votre projet Les caractéristiques de votre projet Cette simulation tient compte des dispositions légales (loi de finances 2011) et contractuelles en vigueur. Votre situation initiale REVENU, compte tenu de votre situation

Plus en détail

---------------------------

--------------------------- F I S C A L I T E A P P L I C A B L E A U X D I V I D E N D E S P A Y E S P A R D E X I A Principe général : Les dividendes d actions payés par des sociétés belges à leurs actionnaires, quelque soit leur

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

Formation Repreneurs MODULE FISCALITE

Formation Repreneurs MODULE FISCALITE Formation Repreneurs MODULE FISCALITE Fiscalité I. Les différents régimes fiscaux II. La TVA III. Imposition des bénéfices IV.Taxes diverses et exonérations fiscales V. Les Centres de Gestion Agréés I.

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33 F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

PRINCIPALES MESURES FISCALES PROPOSEES PAR LE GOUVERNEMENT. (sur base des informations connues au 11/12/2011)

PRINCIPALES MESURES FISCALES PROPOSEES PAR LE GOUVERNEMENT. (sur base des informations connues au 11/12/2011) PRINCIPALES MESURES FISCALES PROPOSEES PAR LE GOUVERNEMENT (sur base des informations connues au 11/12/2011) 1. TAXATION DES REVENUS DU PATRIMOINE Précompte mobilier - Principes : le taux de base du précompte

Plus en détail

DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES

DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES SUPPLEMENT JANVIER 2012 DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES DISPOSITIONS FISCALES CONCERNANT LES ENTREPRISES (B.I.C., I.S. ET AGRICOLE) DATE DE DEPOT DES DECLARATIONS FISCALES

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 3 D-2-09 N 11 DU 4 FEVRIER 2009 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE. REMBOURSEMENT MENSUEL DES CREDITS DE TAXE DEDUCTIBLE NON IMPUTABLE. (C.G.I.,

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion Réf.

Plus en détail

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus Newsletter Fiscalité Janvier 2013 Sommaire Fiscalité des personnes physiques Page 3 Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les

Plus en détail

REEL D'IMPOSITION I. LE REGIME DU REEL NORMAL II. LE REGIME DU REEL SIMPLIFIE

REEL D'IMPOSITION I. LE REGIME DU REEL NORMAL II. LE REGIME DU REEL SIMPLIFIE REEL D'IMPOSITION 02/08/2012 Il existe aujourd hui trois modes d imposition des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) qui sont fonction du volume d affaires de l entreprise : le régime du bénéfice

Plus en détail

BIC Bénéfices Industriels et Commerciaux. BA Bénéfices Agricoles X X X

BIC Bénéfices Industriels et Commerciaux. BA Bénéfices Agricoles X X X Quel que soit son régime d imposition, chaque exploitant a le choix entre 2 assiettes pour le calcul de ses cotisations sociales : soit la moyenne triennale des revenus professionnels des années N-3 /

Plus en détail

MEDEF Loi de finances pour 2013

MEDEF Loi de finances pour 2013 MEDEF Loi de finances pour 2013 Commission fiscalité 1 octobre 2012 Loi de finances pour 2013 Fiscalité des personnes physiques Commission fiscalité 1 octobre 2012 Fiscalité du Patrimoine : ISF (1) Aujourd

Plus en détail

Les Dividendes Octobre 2013

Les Dividendes Octobre 2013 Les Dividendes Octobre 2013 2 PAGES Généralités 3 Régime fiscal Abattement de 40% 4 Prélèvement à la source de 21% 5 Régime social Dividendes assujettis à cotisations sociales 6 Dividendes non assujetties

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

Accompagnement et aides financières de Pôle Emploi

Accompagnement et aides financières de Pôle Emploi Découvrez tous les leviers fiscaux pour votre entreprise Maître Guillaume PAINSAR, Notaire associé à RENNES Président association "Ouest Notaires Entreprise" Membre association "Notaires Conseils d'entrepreneurs"

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011 Loi de finances pour 2011 La loi de finances pour 2011 ne bouleverse pas notre fiscalité. Les principales dispositions sont relatives

Plus en détail

Crédit d impôt pour dépenses de formation des dirigeants

Crédit d impôt pour dépenses de formation des dirigeants Crédit d impôt pour dépenses de formation des dirigeants Crédit d impôt pour dépenses de formation des dirigeants 2 Sommaire 2 Champ d application 3-4 Entreprises bénéficiaires 4 Notion de dirigeant 4

Plus en détail

LA LOCATION MEUBLEE. Les loyers issus des locations en meublé à usage d'habitation sont généralement exonérés de TVA.

LA LOCATION MEUBLEE. Les loyers issus des locations en meublé à usage d'habitation sont généralement exonérés de TVA. LA LOCATION MEUBLEE La location meublée d'appartements est une activité commerciale, qui relève au titre de l'impôt sur le revenu de la catégorie des BIC (bénéfices industriels et commerciaux) et non de

Plus en détail

Présentation du dispositif fiscal : Article 217 undecies du CGI

Présentation du dispositif fiscal : Article 217 undecies du CGI Présentation du dispositif fiscal : Article 217 undecies du CGI Pour les entreprises soumises à l Impôt sur les Sociétés, le dispositif Girardin Société 100 % permet de déduire du résultat imposable la

Plus en détail

la fiscalité des valeurs mobilières en 2015

la fiscalité des valeurs mobilières en 2015 la fiscalité des valeurs mobilières en 2015 loi de finances 2015 loi n 2014-1654 du 29 décembre 2014 web conference - 10-02-2015 1 les lois de finances 2013 et 2014 régime des plus values simplification

Plus en détail

ETAFI. Millésime 2015 (v.27.1 03/2015)

ETAFI. Millésime 2015 (v.27.1 03/2015) ETAFI Millésime 2015 (v.27.1 03/2015) Sommaire 1. Les modifications suite à la mise à jour 2015... 3 2. La mise à jour fiscale 2015 - Liasse fiscale... 4 Cerfa, agrément et envoi papier supprimés (régimes

Plus en détail

La nouvelle fiscalité des coopératives d Hlm à partir du 1 er janvier 2006

La nouvelle fiscalité des coopératives d Hlm à partir du 1 er janvier 2006 La nouvelle fiscalité des coopératives d Hlm à partir du 1 er janvier 2006 Paris le 20 mars 2006 Programme de la journée e : La mise en place de l impôt l sur les sociétés s dans le secteur Hlm Démarrage

Plus en détail

SESSION 2013 UE 4 DROIT FISCAL. Durée de l épreuve : 3 heures coefficient : 1

SESSION 2013 UE 4 DROIT FISCAL. Durée de l épreuve : 3 heures coefficient : 1 SESSION 2013 UE 4 DROIT FISCAL Durée de l épreuve : 3 heures coefficient : 1 Document autorisé Néant Matériel autorisé Aucun matériel n est autorisé. En conséquence, tout usage d une calculatrice est interdit

Plus en détail

Espace FAQ du loueur en meublé

Espace FAQ du loueur en meublé Espace FAQ du loueur en meublé - Quels sont les avantages de l adhésion à un CGA? - Faut-il tenir une comptabilité? - Quelles sont les obligations suite à l adhésion à un CGA? - Comment bénéficier de la

Plus en détail

LE CICE. Le Crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi

LE CICE. Le Crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi LE CICE Le Crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi Le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi prévu par l article 244C quater du CGI est entré en vigueur le 1er janvier 2013 CHAMPS D

Plus en détail

Aperçu des principales modifications à la formule de déclaration ainsi qu'aux annexes fiscales pour l'exercice d'imposition 2015

Aperçu des principales modifications à la formule de déclaration ainsi qu'aux annexes fiscales pour l'exercice d'imposition 2015 Aperçu des principales modifications à la formule de déclaration ainsi qu'aux annexes fiscales pour l'exercice d'imposition 2015 Le modèle de la formule de déclaration pour l exercice d imposition 2015

Plus en détail

512 Bq 1196 4151 avances et acompte reçu 1196. 44580 TVA à régulariser 196 44571 TVA collectée 196

512 Bq 1196 4151 avances et acompte reçu 1196. 44580 TVA à régulariser 196 44571 TVA collectée 196 K = 50 000 euros Vente prestation et entretien = 4 000 euros 15/03/n+1 Acompte du 25 15/034/n+1 Facturation 15/04/n+1 Règlement 30 jours fin de mois Réception de l acompte : 512 Bq 1196 4151 avances et

Plus en détail

La rémunération de l apprenti :

La rémunération de l apprenti : F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

N 4 NOVEMBRE 2012 LOI DE FINANCES POUR 2013 PRINCIPALES REFORMES IMPOT SUR LES SOCIETES (IS)

N 4 NOVEMBRE 2012 LOI DE FINANCES POUR 2013 PRINCIPALES REFORMES IMPOT SUR LES SOCIETES (IS) N 4 NOVEMBRE 2012 Le projet de loi de finances pour 2013 (PLF 2013) a été déposé par le gouvernement le 28 septembre 2012 à la présidence de l Assemblée nationale. Plusieurs objectifs sont poursuivis par

Plus en détail

Impôts 2015. Revenus des valeurs et capitaux mobiliers. les revenus imposables. les revenus exonérés d impôt sur le revenu. quelle imposition?

Impôts 2015. Revenus des valeurs et capitaux mobiliers. les revenus imposables. les revenus exonérés d impôt sur le revenu. quelle imposition? Impôts 2015 Revenus des valeurs et capitaux mobiliers les revenus imposables les revenus exonérés d impôt sur le revenu quelle imposition? abattements, crédits d impôt, prélèvements sociaux Les revenus

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

http://www.impots.gouv.fr/portal/dgi/public/calendrier?espid=2&pageid=prof_cal_gene&sfid= 210

http://www.impots.gouv.fr/portal/dgi/public/calendrier?espid=2&pageid=prof_cal_gene&sfid= 210 http://www.impots.gouv.fr/portal/dgi/public/calendrier?espid=2&pageid=prof_cal_gene&sfid= 210 1 Vos échéances en 2014 13 janvier Entreprises soumises à la TVA Date limite de dépôt de la DEB (déclaration

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE QUI SOUSCRIT CETTE DECLARATION?

NOTICE EXPLICATIVE QUI SOUSCRIT CETTE DECLARATION? N 51 275 # 01 2777-D-Not DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS PRÉLÈVEMENT FORFAITAIRE LIBÉRATOIRE ET PRELEVEMENTS SOCIAUX DUS A LA SOURCE SUR LES REVENUS DISTRIBUES ET

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 63 DU 26 JUIN 2009 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 13 L-8-09 INSTRUCTION DU 11 JUIN 2009 EXTENSION DU CONTROLE SUR DEMANDE EN MATIERE DE CREDIT D IMPOT RECHERCHE

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : PRINCIPES GENERAUX DE L IMPOT SUR LE REVENU

PREMIERE PARTIE : PRINCIPES GENERAUX DE L IMPOT SUR LE REVENU COURS DE FISCALITE DES PERSONNES PHYSIQUES PREMIERE PARTIE : PRINCIPES GENERAUX DE L IMPOT SUR LE REVENU PLAN 1.Définition et caractéristiques 2. la territorialité 3.Les revenus imposables 31 Les revenus

Plus en détail

RSA - Pensions et rentes viagères - Détermination du revenu net imposable - Prestations de retraites en capital

RSA - Pensions et rentes viagères - Détermination du revenu net imposable - Prestations de retraites en capital Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-RSA-PENS-30-10-20-20121211 DGFIP RSA - Pensions et rentes viagères - Détermination

Plus en détail

Optimisation de l impôt sur les sociétés. 18, boulevard Montmartre 75009 Paris

Optimisation de l impôt sur les sociétés. 18, boulevard Montmartre 75009 Paris INVESTIS Optimisation de l impôt sur les sociétés 18, boulevard Montmartre 75009 Paris INVEST IS - Page 0 tél : 01 43 29 02 02 - fax : 01 43 29 02 12 - e-mail : info@fineiffel.com - www.fineiffel.com FINEIFFEL

Plus en détail

SESSION 2015 UE 4 DROIT FISCAL

SESSION 2015 UE 4 DROIT FISCAL 1510004 DCG SESSION 2015 UE 4 DROIT FISCAL Durée de l'épreuve : 3 heures Coefficient : 1 DCG 2015 UE4 Droit fiscal Page 1/7 1510004 DCG SESSION 2015 UE 4 DROIT FISCAL Document autorisé : Néant Durée de

Plus en détail

Présentation de la loi de finances 2013

Présentation de la loi de finances 2013 Expertise Comptable Audit Social Juridique Notre vocation est de mesurer la valeur Notre ambition, vous aider à la créer Conseils Présentation de la loi de finances 2013 Actualités sociales et fiscales

Plus en détail

Saint Brieuc le 24 septembre 2013

Saint Brieuc le 24 septembre 2013 Saint Brieuc, le 24 septembre 2013 Direction Départementale des Finances Publiques des Côtes d'armor 17 rue de la Gare - CS 82366 22000 SAINT-BRIEUC CEDEX 1 ddfip22@dgfip.finances.gouv.fr Organisation

Plus en détail

Notice explicative. Qui souscrit cette déclaration?

Notice explicative. Qui souscrit cette déclaration? Notice explicative L option pour le prélèvement forfaitaire libératoire, prévue à l article 117 quater du code général des impôts (CGI), est applicable à certains revenus distribués (de source française

Plus en détail