Economie & Culture Parce qu il nous faut repenser l économie des structures artistiques et culturelles

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Economie & Culture Parce qu il nous faut repenser l économie des structures artistiques et culturelles"

Transcription

1 Rencontres professionnelles organisées par Le COUAC Collectif Urgence d'acteurs Culturels de l'agglomération toulousaine L'Institut des Villes L'UFISC Union Fédérale d'intervention des Structures Culturelles Economie & Culture Parce qu il nous faut repenser l économie des structures artistiques et culturelles le vendredi 6 (14h>18h) et le samedi 7 (9h30>17h) octobre 2006 à la Grainerie Fabrique des arts du cirque Balma En soirée : programmation artistique sous chapiteau Programme complet sur Illustrations - Poisson Sec DOSSIER DOCUMENTAIRE avec le soutien Le Couac Collectif Urgence d Acteurs Culturels 12, rue Ferdinand Lassalle Toulouse Tél.fax : / Mobile : Mél : / Site web :

2 Rencontres professionnelles «Economie et Culture» organisées par le Couac, l Ufisc et l Institut des Villes 6 & 7 octobre 2006 à La Grainerie (Balma) Le Couac reçoit une aide du Ministère de la Culture dans le cadre des mesures pour l'emploi au titre du développement artistique et culturel territorial et bénéficie d'une aide au fonctionnement de la Ville de Toulouse. Dossier documentaire réalisé par le Couac - septembre 2006 p.2

3 Rencontres professionnelles «Economie et Culture» organisées par le Couac, l Ufisc et l Institut des Villes 6 & 7 octobre 2006 à La Grainerie (Balma) Sommaire Avant-propos 5 Programme des rencontres professionnelles Economie solidaire et culturelle vendredi 6 6 Economie et Nouveaux Territoires de l art samedi 7 7 Les partenaires : Le Couac, l Institut des Villes, l Ufisc 8 Economie solidaire et culturelle 13 Les concepts clés de l économie solidaire (Fédurok) 15 Culture et économie solidaire (fiche pratique Opale) 26 Déclaration des initiatives artistiques et culturelles de l économie solidaire (Opale) 29 Economie et «Nouveaux Territoires de l Art» 37 Contributions de Philippe Henry - Une bibliographie indicative 39 - Les espaces-projets artistiques : une utopie concrète? (script d exposé 2003) 40 Contributions de l INNEF Le lexical des NEF et NOT (Nouvelles formes d emploi et nouvelles organisations du travail) 47 Données contextuelles de nouvelles organisations du travail Pourquoi? Comment? 49 Contributions de Jean-Louis Sagot Duvauroux - De la Gratuité (Avertissement) 51 - Un front historique pour le dépassement du marché 52 Positionnement et préconisations des prestataires culture des DLA (Opale - mai 2005) 54 Repérage de 20 fondations d entreprises pouvant intervenir en faveur d associations 61 culturelles de proximité (Opale Cnar Culture juin 2005) Loi mécénat (objectifs et tableau comparatif des mesures nouvelles - site du ministère) 75 Ressources transversales 77 Agences, organismes de recherche et dispositifs d accompagnement AVISE Agence de Valorisation des Initiatives Socio-Economiques 79 zoom sur les DLA Dispositifs d accompagnement locaux CNAR Culture - Centre National d'appui et de Ressources sur la filière culture 82 INNEF - Institut National des Nouvelles Formes d Emploi 84 LISE - Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique 85 OPALE - Organisation pour Projets ALternatifs d'entreprises 86 Fédérations, réseaux d acteurs culturels, structures associatives Autre(s)pARTs 90 La commission Lieux du Couac 92 Fiches synthétiques : La Grainerie, Mix Art Myrys, L Usine 94 Ufisc les structures membres 97 Tribunes 103 Et si notre Produit Intérieur Brut devenait plus Doux 105 Texte de Frédéric Kahn (site de la Friche la Belle de Mai) Projet de manifeste de l UFISC (document de travail) 107 Pour une autre relation à l art et aux populations - Des principes politiques 114 pour une nouvelle époque de l action artistique et culturelle Texte d Autre(s)pARTs Et si on commençait à mutualiser nos organisations, camarades? 117 Texte de Vincent Bady, président du Synavi (Syndicat des Arts Vivants) Ouvrages 120 Nouveaux territoires de l'art - paroles d'élus", éd. Sujet/objet Nouveaux territoires de l art Propos recueillis par Fabrice Lextrait et Frédéric Kahn Glossaire des sigles sur la problématique Emploi et Culture. Réalisation CNAR Culture/Fédurok/Avise 122 Coordonnées des participants aux rencontres professionnelles 130 Dossier documentaire réalisé par le Couac - septembre 2006 p.3

4 Rencontres professionnelles «Economie et Culture» organisées par le Couac, l Ufisc et l Institut des Villes 6 & 7 octobre 2006 à La Grainerie (Balma) Dossier documentaire réalisé par le Couac - septembre 2006 p.4

5 Rencontres professionnelles «Economie et Culture» organisées par le Couac, l Ufisc et l Institut des Villes 6 & 7 octobre 2006 à La Grainerie (Balma) Octobre Couac Depuis longtemps nous tournions, avec Claude Renard, chargée de mission «Nouveaux Territoires de l Art» à l Institut des Villes, autour de l idée d organiser à Toulouse un temps fort, une façon de faire le point et de valider la collaboration entre la commission "Lieux" du Couac et l Institut des villes. La nécessité de rendre visibles un nombre certain de questionnements culturels dans la période qui s ouvre a fini de nous décider. Nous savions d autre part que l UFISC, Union Fédérale d Intervention des Structures Culturelles, souhaitait organiser à la rentrée un temps de travail-restitution de leurs travaux centrés plus précisément sur les questions économiques. Il nous a paru intéressant de proposer à l UFISC d organiser cette rencontre à Toulouse en la juxtaposant à la journée organisée en partenariat avec l Institut des Villes et par là même de se donner la possibilité de créer des ponts qui fassent sens, de croiser différentes approches, différentes structures, au sein d une même (et vaste) question : comment repenser l économie des structures artistiques et culturelles? Le croisement étant par ailleurs d autant plus facilité qu il existe déjà bien évidemment des connexions, des passerelles (valeurs promues et défendues, modes d organisation des structures, champs d implication et de recherche, personnes...) entre ces réseaux même si les membres de l UFISC ne partagent pas l ensemble des problématiques abordées par les Nouveaux Territoires de l Art et que, réciproquement, tous les NTA ne sont pas sur les "modèles" uniques de l économie solidaire. Il sera particulièrement pertinent d aborder les deux textes-manifestes, l un émanant de l UFISC, l autre rédigé lors d une réunion de travail en juin 2006 à 3bisF - Aix-en-Provence intitulé "Pour une autre relation à l art et aux populations". A l organisation de journées professionnelles, les acteurs culturels du Couac ont souhaité allier une programmation culturelle et artistique présentée sous chapiteau, dans un mélange de formes et de styles, déclinée sur deux soirées : un Cabaret Ciné Guinguette orchestré par les Vidéophages avec une série de projections thématiques, des numéros de cirque, théâtre, musiques... et un plateau éclectique of Musiques Actuelles concocté par les structures "musiques actuelles" du Couac et le réseau Rem-i (réseau des musiciens indépendants). Une installation plastique de K-tia, Nadi.H.cas et Nataly Nato (collectif Mix Art Myrys) sera également exposée sur ces deux jours. Remerciements Le Couac tient à remercier bien évidemment L Institut des Villes et l Ufisc pour leur partenariat, ainsi que : la Cie les Têtes en l'air, les artistes et les structures du Couac qui n'ont pas ménagé leur enthousiasme : L'Agit, L'Apiamp, La Grainerie, Jeux de Mômes, Mix'Art Myrys, Music'Halle, Les Musicophages, Samba Résille, le Tactikollectif, L'Usine, Les Vidéophages et toutes les personnes volontaires qui se sont engagées dans ce projet. Laurie Blazy coordinatrice Fred Ortuño chargé de communication Dossier documentaire réalisé par le Couac - septembre 2006 p.5

6 Rencontres professionnelles «Economie et Culture» organisées par le Couac, l Ufisc et l Institut des Villes 6 & 7 octobre 2006 à La Grainerie (Balma) Vendredi 6 octobre en partenariat avec l UFISC Union Fédérale d Intervention des Structures Culturelles Economie solidaire et culturelle Modérateur-accélérateur : Philippe Berthelot, directeur de la Fédurok 13h45 - Accueil des participants 14h00 Introduction par Laurie Blazy, coordinatrice du Couac et Philippe Berthelot, secrétaire de l UFISC 14h15 - Shirley Harvey, administratrice, membre du CITI - Centre international pour le théâtre itinérant Présentation du manifeste de l UFISC 14h35 - Arthur Gautier, Attaché d'études à l'agence ORAMA - Doctorant en sciences de gestion au Laboratoire Interdisciplinaire pour la Sociologie Economique (CNAM/CNRS) Introduction à l'économie solidaire 14h55 - Bruno Colin, Directeur d Opale (Organisation pour Projets ALternatifs d'entreprises) Enjeux de l économie solidaire dans le champ artistique et culturel 15h15 - Echanges avec la salle 16h00 Pause 16h15 - Témoignage d Actes-IF Réseau solidaire de lieux culturels intermédiaires franciliens par Frédéric Hocquard* ou Gwennaëlle Roulleau*, (respectivement Président et coordinatrice d Actes-IF) 16h35 - Témoignage de Samba Résille, Centre d Initiative Culturelle et Citoyenne par Hamza Medkouri, directeur. 17h15 18h00 - Débat 16h55 - Echanges avec la salle La problématique de structuration des acteurs associatifs, artistiques et culturels. Quels liens construire entre le national et le local? * sous réserve de la disponibilité des intervenants Programmation artistique sous chapiteau vendredi 6 : Participation libre et nécessaire / buvette et restauration sur place 19h00 - Couscous du Couac 20h30 - Cabaret ciné guinguette Projections, cirque, théâtre, musiques avec les Vidéophages, Cridacompany, les SanS nom - Jeux de Mômes, le Carré circulaire Dossier documentaire réalisé par le Couac - septembre 2006 p.6

7 Rencontres professionnelles «Economie et Culture» organisées par le Couac, l Ufisc et l Institut des Villes 6 & 7 octobre 2006 à La Grainerie (Balma) Samedi 7 octobre en partenariat avec l Institut des Villes Economie et Nouveaux Territoires de l Art Modérateur-accélérateur : Frédéric Kahn, journaliste et consultant L objectif étant d ouvrir des pistes et de produire de la ressource, nous expérimentons un enchaînement que nous espérons dynamique : 9h00 - Accueil des participants 9h30 - Introduction par Laurie Blazy, coordinatrice du Couac et Claude Renard, chargée de la mission «Nouveaux Territoires de l Art» à L Institut des Villes 9h55 - Philippe Henry, Maître de conférence au département d étude théâtrale de l université Paris 8ème / St Denis. L'économie des projets artistiques et culturels des Nouveaux territoires de l'art? : Quelques éléments pour préciser le débat 10h15 - Echanges avec la salle 10h55 - Claude Renard, Paroles d'élus 11h05 - Joelle Maccioni, directrice de l INNEF - Institut national des nouvelles formes d emploi : Les modes d'organisation des structures culturelles et artistiques 11h25 - Echanges avec la salle 12h05 - Jean-Louis Sagot-Duvauroux, Philosophe, journaliste, homme de théâtre, auteur de Pour la gratuité (Editions de l éclat 2006) : La gratuité 12h25 - Echanges avec la salle 13h00 - Buffet sur place (sur réservation) 14h30 - Bruno Colin, Directeur d Opale : L'emploi 14h50 - Echanges avec la salle 15h30 - Claude Renard, Paroles d'élus 15h40 - François-Xavier Tramond, enseignant à Sciences-Po, Master Management de la culture et des médias, a fondé l agence Lizarine, spécialisée en conseil en mécénat culturel : les financements des activités culturelles et artistiques 16h00-17h00 - Echanges avec la salle (fin) Programmation artistique sous chapiteau samedi 7 : Participation libre et nécessaire / buvette et restauration sur place 19h30 - Plateau éclectique of Musiques Actuelles concocté par les structures «Musiques Actuelles» du Couac et le Rém-i (réseau des musiciens indépendants) avec Avrile, Malick, Toma (L Air de Rien), Guitarkestra, les Bubblies, Funky Pythons Dossier documentaire réalisé par le Couac - septembre 2006 p.7

8 Rencontres professionnelles «Economie et Culture» organisées par le Couac, l Ufisc et l Institut des Villes 6 & 7 octobre 2006 à La Grainerie (Balma) 12, rue Ferdinand Lassalle Toulouse Tel/fax : Site : Coordination, Laurie Blazy Attaché à la communication, Fred Ortuño Le Collectif Urgence d Acteurs Culturels de l agglomération toulousaine, plus communément appelé COUAC est une association de type collégiale qui réunit une cinquantaine d acteurs culturels de ce territoire. L association a été fondée sur le constat qu il n y avait pas, dans l agglomération toulousaine, de lieu de réflexion et de coordination, ni d outil de proposition en matière de développement de la politique culturelle dans les champs non couverts et pris en charge par l institution. Une association dont l objet porte sur 4 axes de réflexion et d action : La proximité, l accessibilité, la démocratie de la culture et de l acte artistique La reconnaissance de la culture en tant que service d utilité publique et la défense de sa dimension non marchande L ouverture de lieux, de création, de diffusion, de formation et d échanges La redéfinition du rapport des institutions aux acteurs culturels Un mouvement fédéré et fédérateur : Au fil du temps et des expériences, le Couac est ainsi devenu le seul opérateur culturel agissant sur un champ aussi large, outil indispensable et fédérateur, qui favorise un travail de proximité dans tous les domaines qu il recouvre. Les structures professionnelles membres du Couac ont trouvé là un lieu nécessaire d échanges avec les partenaires professionnels sur la ville, facteur d un équilibre sain entre des acteurs agissant dans des domaines très sectorisés. Le Couac, est ainsi devenu pour les institutions et les collectivités un interlocuteur incontournable en développant une plateforme de mise en relation d expériences et de projets, en favorisant la concertation des réseaux. Communication professionnelle et institutionnelle : Au-delà des projets en cours, des rencontres régulières sont organisées entre les membres du collectif afin de favoriser la réflexion, l échange et une dynamique de construction et de proposition. Le Couac c est aussi une liste de discussion sur internet ouverte à tous, la Couac_list, qui favorise les échanges et le débat, tant sur les questions de politiques culturelles que sur l agenda culturel. Et un site : destiné à relayer l'information auprès des adhérents et du grand public: missions et fonctionnement du collectif, actualité des groupes de travail... Transmission : Le Couac intervient pour différents organismes dans le cadre de formations aux métiers artistiques et culturels. Le Couac promoteur de projets culturels et citoyens : la «Mascarade» qui a rassemblé 15 OOO personnes dans les rues autour d une trentaine d équipes artistiques, Escale, qui a fédéré une quarantaine d équipes artistiques et permis la réalisation d un événement ambitieux donnant à voir la diversité et la richesse de la création toulousaine et de sa région à un large public, les Cabarets du Couac qui permettent la rencontre entre une équipe artistique et un lieu, rencontre avec un public qui devient acteur de la soirée... La collégiale 2006 se compose de : Paul Chiesa pour L Apiamp (Association des Producteurs Indépendants Audiovisuels de Midi-Pyrénées) Geo Martinez pour la Grainerie Catherine Pechoux pour Jeux de Mômes Joël Lécussan pour Mix Art Myrys Philippe Metz pour Music Halle Nicolas Bordes pour les Musicophages Dossier documentaire réalisé par le Couac - septembre 2006 p.8

9 Rencontres professionnelles «Economie et Culture» organisées par le Couac, l Ufisc et l Institut des Villes 6 & 7 octobre 2006 à La Grainerie (Balma) Hamza Medkouri et Audrey Campourcy pour Samba Résille Tayeb Cherfi et Salah Amokrane pour le Tactikollectif Mathieu Maisonneuve pour l Usine Perrine Crubilé pour les Vidéophages - le site Ressources du Couac Créé durant l été 2003, le site du Couac a évolué et s est enrichi au fil des ans pour devenir un outil important d information au service des membres du collectif et du grand public. Le site est visité par un nombre croissant d internautes (entre 2500 et 3000 visiteurs par mois). L arborescence Le site est conçu sur le modèle d une plateforme offrant quatre grandes portes d entrée évidentes : > Kéza Couac présentation du collectif (missions, fonctionnement, présentation de la collégiale, des membres actifs, statuts, partenaires) > Commi Couac présentation et actualité des différentes commissions de travail (commission «Lieux-NTA», commission «Musiques Actuelles», commission «Ressources» dont les travaux seront mis en ligne prochainement ). Les acteurs de l audiovisuel membres du Couac, même s ils ne sont pas réunis en commission, apportent également un certain nombre de contributions > Couac il arrive actualité culturelle et artistique (agenda, revue de presse, emploi et intermittence, dossiers d actualité : Avignon, Frichettes, Marathon des Mots ) > Couac othèque espace orienté directement «ressource», rassemblant différents types de documents (dossiers, rapports d information, mémoires, liens ) référencés au fur et à mesure des collaborations que le Collectif établit et entretient avec d autres acteurs culturels, collectivités, chercheurs, éditeurs C est ici que se trouve par exemple le dossier complet sur l expérimentation de décentralisation culturelle ; c est encore dans cet espace qu est présentée la Communauté d agglo du Grand Toulouse (CAGT) : contrat d agglomération du Grand Toulouse, délibérations concernant les trois lieux reconnus d intérêt communautaire (la Grainerie, Mix Art Myrys, L Usine) Cet espace comme les trois précédents est à enrichir, notamment avec la réalisation prochaine d un annuaire d acteurs culturels Chaque espace est ensuite divisé sur le principe d une arborescence à la fois intuitive et complexe offrant plusieurs possibilités de navigation. Le traitement des différents dossiers constitue la réelle valeur ajoutée du site : recadrage historique, explication du contexte, actualité, documents mis à disposition, liens renvoyant l internaute vers des ressources externes (site des membres du Couac, sites institutionnels, articles de presse sur un thème particulier, etc ). Il ne s agit pas d être exhaustif mais d offrir au visiteur la possibilité de se faire une idée aussi complète que possible des tenants et aboutissants de tel ou tel sujet. Veille culturelle au quotidien L actualisation du site est quotidienne. Une sélection volontairement généraliste d articles de presse est mise en ligne chaque matin à partir des sites des grands quotidiens nationaux et de la presse spécialisée. Suivant la même logique de mise à disposition des sources d information, les pages «culture» des journaux et de la presse magazine sont directement référencées sur le site et par le système de la syndication, chacun peut en temps réel et de manière automatique avoir un aperçu des principaux articles du jour. Outre les grands organes de presse nationaux et les rares titres de presse locaux ou régionaux, une veille culturelle est opérée à partir : - des abonnements aux listes de diffusion (presse, sites culturels, maisons d édition, organismes de recherche, organismes de formation, réseaux, institutions, centres d information, observatoires, syndicats ) une centaine de courriers électroniques à trier chaque jour ; - de la lecture régulière des principaux titres de la presse locale, facilitée par la revue de presse quotidienne réalisée et mise à disposition sur site par la Médiathèque de Toulouse. - de la visite régulière des sites web professionnels (artistiques, culturels, administratifs, fonction publique, associations ) régionaux, nationaux et internationaux. - de la mise au pot commun de l ensemble des membres du Couac lors de chaque réunion Dossier documentaire réalisé par le Couac - septembre 2006 p.9

10 Rencontres professionnelles «Economie et Culture» organisées par le Couac, l Ufisc et l Institut des Villes 6 & 7 octobre 2006 à La Grainerie (Balma) La mission Nouveaux Territoires de l Art de L Institut des Villes Créée pour répondre aux préconisations du rapport "Une nouvelle étape de l action culturelle" confié à Fabrice Lextrait en octobre 2000, par Michel Dufour, ancien secrétaire d Etat au patrimoine et à la décentralisation culturelle, l équipe interministérielle des NTA a rejoint l Institut des Villes. Annoncée au cours de la rencontre internationale "Nouveaux territoires de l art" à Marseille en février 2002, par Edmond Hervé, président de l Institut des Villes, et les représentants des ministères de la culture, de la ville et de l économie solidaire. Cette équipe pluridisciplinaire est associée à un réseau d expertise mobilisant les capacités des différentes administrations et des opérateurs de terrain. Elle doit répondre à la diversité des questions et des situations observées qui interpellent les domaines de l économique, de l urbain, du social et de l éducatif. Mise en place pour une durée de trois ans, ses principales missions sont : l accompagnement des projets, l appui aux collectivités locales et aux services déconcentrés, notamment dans le cadre des expérimentations des processus de décentralisation culturelle, le soutien à la mise en place d une réflexion transversale au sein des ministères. Lieu de débats, de mutualisation des compétences et de recherches nationales et internationales, elle met en œuvre des groupes de travail pour explorer en priorité les questions foncières et architecturales, les modes juridiques de gestion des lieux et les nouvelles démarches de production artistique qui inscrivent ces initiatives dans des projets de territoires qui participent au développement de la démocratie locale. Quelles sont les missions de l Institut des Villes? L Institut des Villes est un lieu de débats, d échanges, de concertation et de propositions intéressant les questions essentielles du développement des villes, un centre de ressources ouvert à tous. La mise en réseau des différents partenaires de la ville - et tout spécialement des associations d élus - doit permettre une expression constructive de leur diversité et l enrichissement d une culture urbaine, socle du XXIe siècle. Par son intermédiaire, la France peut participer à l élaboration d une réflexion européenne sur la ville, donnant ainsi sens à l Europe des villes. Edmond Hervé, ancien ministre, maire de Rennes. Des missions stratégiques Faire naître une culture urbaine commune entre l Etat, les collectivités locales et leurs partenaires Favoriser la concertation et promouvoir des échanges constructifs entre les différents acteurs des politiques urbaines, responsables institutionnels à tous niveaux du développement urbain, décideurs socio-économiques, milieux professionnels, responsables associatifs, universitaires... Animer les réseaux que constituent ces différents acteurs, en organisant des rencontres et des débats, des conférences. Mutualiser les savoirs et les savoir-faire sur la ville et les politiques urbaines. Participer aux travaux menés dans les instances européennes et internationales, faire connaître les pratiques étrangères et constituer une vitrine des savoir-faire français. Collaborer à l organisation de la Conférence des villes, manifestation annuelle. Des missions de service Faire circuler l information en favorisant l accessibilité réciproque aux différentes données Mettre en communication l ensemble des acteurs des politiques urbaines. Constituer un Observatoire des villes, par la mise en réseau des informations, études, expertises, travaux de recherche, formations, savoir-faire... Capitaliser, valoriser et diffuser les études, les savoirs et savoir-faire sur les politiques urbaines, et promouvoir les recherches urbaines. Dossier documentaire réalisé par le Couac - septembre 2006 p.10

11 Rencontres professionnelles «Economie et Culture» organisées par le Couac, l Ufisc et l Institut des Villes 6 & 7 octobre 2006 à La Grainerie (Balma) L UFISC Union Fédérale d Intervention des Structures Culturelles L UFISC est une structure fédérative d aide à la structuration et au développement des organisations qui la composent, et est dans une vision prospective du secteur du spectacle vivant d économie non lucrative de marché. L action de l UFISC respecte le principe de subsidiarité. Celle-ci ne remplace en aucun cas les organisations membres dans leurs missions, mais vise à une mutualisation des ressources et à une cristallisation des consensus entre ses adhérents sur des enjeux et sujets communs du secteur. Les objectifs principaux de l UFISC sont donc les suivants : - La mise en place d espaces de réflexions collectives sur des problématiques communes à l ensemble du secteur. - La production d analyses partagées découlant des travaux collectifs et permettant aux organisations qui composent l union d avancer ensemble sur des problématiques précises. - Une circulation régulière de l information entre les différentes organisations membres sur leurs activités et leurs adhérents, grâce à divers outils de communication (site internet, liste de diffusion, newsletter,...). - Une représentation unifiée des organisations membres permettant de porter plus efficacement des revendications communes. Historique de la démarche L U-FISC, qui regroupe depuis 1999 des fédérations de lieux de musiques actuelles et amplifiées et de jazz, de compagnies de théâtre, de cirque et des arts de la rue, est née d une mobilisation de nombreux représentants du spectacle vivant face à l instruction du 15 septembre 1998 relative à la fiscalité des associations loi de Lourde de conséquences pour les structures du secteur, cette instruction a entraîné la mise en synergie d organisation professionnelle afin de négocier et obtenir du ministère de l Economie et des Finances des aménagements au travers de la rédaction de «fiches techniques» sur la notion de «lucrativité» des associations de création artistique ou exploitant des lieux de spectacle vivant. La dynamique impulsée par cette négociation s est ensuite élargie à des débats internes sur le positionnement des associations du spectacle vivant par rapport aux problématiques d une économie spécifique et revendiquée. En mars 1999, une réflexion collective entre plusieurs fédérations du spectacle vivant a été engagée en réaction à la mise en œuvre, par le SYNDEAC et le ministère de la Culture, d une «fiche technique» à l intention du ministère de l Economie et des Finances fixant l assujettissement aux impôts commerciaux comme unique solution pour les associations exerçant, de manière professionnelle, leur activité dans le domaine du spectacle vivant. Au sortir de cette réflexion, l opportunité s est présentée d une rencontre avec les services fiscaux de Bercy pour approfondir la question, qui débouchera quelques mois plus tard sur l élaboration et la diffusion, par le ministère de l Economie et des Finances en septembre 2000, de deux fiches techniques. Outre la finalisation réussie d une négociation, est né de ce processus l U-FISC (Union Fédérale d Intervention des Structures Culturelles), avec comme structures fondatrices la Fédération des Arts de la Rue, le Syndicat des Nouvelles Formes et Arts du Cirque, la Fédercies (fédération des compagnies indépendantes du spectacle vivant), et la Fédurok (fédération de lieux de musiques actuelles et amplifiées). Les ont rejoint depuis la fédération des Scènes de jazz, le réseau Chaînon, le CITI (Centre International du Théâtre Itinérant), le réseau actes if, le RIF, et dernièrement le SMA (Syndicat nationale des petites et moyennes structures non lucratives de Musiques Actuelles). Les travaux se sont poursuivis sur le terrain de la fiscalité, de l emploi, des modes de gestion, mais surtout l affirmation d un espace socioéconomique spécifique («économie non lucrative de marché» ou «tiers secteur»). En plus du travail de production collective, dès le départ de la dynamique commune, l UFISC s est retrouvé positionné sur le terrain politique et professionnel ; ce qui l a conduit à se doter de la fonction professionnelle d employeur à titre subsidiaire (Réforme statutaire en ACE le 12 octobre 2004). En effet les organisations décident de regrouper leurs énergies revendicatives au travers de l UFISC à des fins de cohérence, d efficacité et de rentabilité de l action politique sur des sujets communs. Ce qui en aucun cas ne les exonère de leur responsabilité par ailleurs, ni d une implication à leur niveau. L exemple du conflit relatif à l intermittence en est une bonne illustration, où l implication est collective via l UFISC au sein du comité de suivi à l assemblée nationale. Dossier documentaire réalisé par le Couac - septembre 2006 p.11

12 Rencontres professionnelles «Economie et Culture» organisées par le Couac, l Ufisc et l Institut des Villes 6 & 7 octobre 2006 à La Grainerie (Balma) Depuis 2003 Au-delà des réflexions menées dans les commissions ou groupes de travail mis en place au sein de l UFISC, il est important de noter quelques actions spécifiques menées par l union : 2 juin 2003 : Communication publique du texte Pour une prise en compte du Tiers secteur du Spectacle Vivant dans le devenir du régime intermittent présentant l état de notre réflexion sur la spécificité de notre secteur. Réflexion sur la problématique de la représentativité professionnelle de l UFISC (question de la transformation de l union en syndicat). Implication dans le comité de suivi à l Assemblée Nationale. Implication dans la mise en place du CNAR/culture. Présence au Conseil National des Professionnels du Spectacle. L Ufisc regroupe : la Fédération professionnelle des Arts de la Rue, la Fédération des Scènes de Jazz et de Musiques Improvisées, la Fédurok, le SYNAVI (Syndicat des Arts Vivants), le Syndicat du Crique de Création, le CITI (Centre International pour le Théâtre Itinérant), Actes IF, le RIF, le Réseau Chaînon le SMA Vous trouverez une présentation de chacune de ces structures dans la partie «Ressources transversales» (p.) Adresse : UFISC 11 rue des Olivettes Nantes Tél : Fax : N SIRET : Code NAF : 913 E Dossier documentaire réalisé par le Couac - septembre 2006 p.12

13 Rencontres professionnelles «Economie et Culture» organisées par le Couac, l Ufisc et l Institut des Villes 6 & 7 octobre 2006 à La Grainerie (Balma) Economie solidaire et culturelle en partenariat avec l UFISC documents présentés dans cette partie 1- Les concepts clés de l économie solidaire (Fédurok) 2 - Culture et économie solidaire (fiche pratique Opale) 3 - Déclaration des initiatives artistiques et culturelles de l économie solidaire (Opale) également accessibles sur Dossier documentaire réalisé par le Couac - septembre 2006 p.13

14 Rencontres professionnelles «Economie et Culture» organisées par le Couac, l Ufisc et l Institut des Villes 6 & 7 octobre 2006 à La Grainerie (Balma) Dossier documentaire réalisé par le Couac - septembre 2006 p.14

15 Fédération de lieux de musiques amplifiées/actuelles Les concepts clé de l économie sociale et solidaire Document de synthèse Sommaire : Introduction 2 Economie plurielle 3 Economie solidaire 5 Economie sociale 6 Tiers secteur 7 Utilité sociale 8 Pour aller plus loin 10 Les concepts clé de l économie sociale et solidaire page 1/11

16 Fédération de lieux de musiques amplifiées/actuelles Introduction Voici un document de synthèse qui vous permettra d appréhender rapidement les grands concepts de l économie sociale et solidaire. Le but est de se familiariser avec des mots et des notions, développées souvent par des universitaires, qui reviennent régulièrement dans les discours et dans les écrits de toutes sortes. Ces concepts, parfois flous ou obscurs, concernent directement toute association à but non-lucratif, comme les lieux membres de la Fédurok. Effectivement, par son statut associatif, un lieu de musiques amplifiées est un acteur pertinent de l économie sociale sur un territoire. Depuis cinq ans, des pistes de réflexion ont été engagées et des relations se sont mises en place entre la fédération et les représentations de l économie sociale et solidaire. Ce rapprochement trouve son origine au niveau des structures adhérentes : de statut associatif, proposant un mode de gestion démocratique, elles proposent une réelle alternative qui s inscrit entre le «tout marché» et le «tout Etat». Au regard des études et observations réalisées sur le terrain, ainsi que des différentes déclarations officielles, les structures ont manifesté une identité «solidaire» que l on retrouve également dans le secteur de l économie sociale et solidaire. A l occasion de constructions collectives dont l UFISC est le meilleur exemple, le besoin d affirmer des valeurs fortes dans le secteur s est concrétisé : économie non-lucrative de marché, inscription dans un tiers-secteur culturel, responsabilité, rôle sur le territoire, lien social Il y a donc de nombreux questionnements communs à la fédération et au secteur de l économie sociale et solidaire, qui n ont pas pu être affirmés et suffisamment consolidés en pratique. Une actualité pressante et certaines urgences ont effectivement retardé les avancées en la matière, et empêché les adhérents d en avoir une meilleure lisibilité. Ce document vise à aborder des «concepts clé» en économie sociale et solidaire, qui pourront être utiles à tous les adhérents. Raviver les réflexions sur le sujet nous semble plus que jamais d actualité, au vu notamment des débats actuels sur la structuration de notre secteur d activité et de l affirmation de son positionnement. Bonne lecture! Les concepts clé de l économie sociale et solidaire page 2/11

17 Fédération de lieux de musiques amplifiées/actuelles Economie plurielle Le concept d économie plurielle renvoie à la lecture tripolaire de l économie que propose Karl Polanyi (voir bibliographie). Il se base pour cela sur de nombreuses études ethnologiques pour distinguer trois grands principes de comportement économique chez l individu, que l on retrouve dans toute société :! le principe de marché (rencontre entre l offre et la demande de biens, en vue de réalisations d échanges et sur une base de contrat, à des fins d intérêt financier).! le principe de redistribution (présence d une autorité centrale qui a la responsabilité de répartir la production en fonction de mécanismes de prélèvement et d affectation).! le principe de réciprocité (prestations entre individus en vue de créer ou manifester un certain lien social entre eux). En se référant à ces principes, l économie contemporaine peut-être décomposée en trois pôles complémentaires : 1) une économie marchande, dans laquelle la distribution de biens et de services est essentiellement (mais pas uniquement) établie par le principe de marché. La pensée libérale résume l économie à cette seule économie marchande, qui a tendance à devenir autonome vis-à-vis des dimensions sociales de la société. Cette autonomisation peut être dangereuse car elle s érige ainsi en principe régulateur de la société contemporaine. 2) une économie non-marchande, dans laquelle la distribution de biens et de services est essentiellement (mais pas uniquement) établie par redistribution. C est très souvent le rôle de l Etat dans nos sociétés contemporaines. Cette économie nonmarchande a tendance à pallier les manques de l économie marchande, en agissant en tant que «pansement social» aux conséquences néfastes du marché. 3) une économie non-monétaire, dans laquelle la distribution de biens et de services est essentiellement (mais pas uniquement) établie par réciprocité. L économie nonmonétaire est souvent considérée comme la part «résiduelle» de l économie, celle qui n est ni prise en compte par le marché, ni par l Etat. On retrouve ici les activités de bénévolat, de don et de troc, qui sont totalement négligés par la vision libérale de l économie contemporaine. L économie plurielle est une vision de l économie «avec marché», en se démarquant d une «société de marché» dans laquelle le marché serait le seul principe de régulation des échanges. Les trois grands pôles de l économie cités juste au-dessus s y rencontrent, s hybrident et se complètent harmonieusement pour une meilleure construction Les concepts clé de l économie sociale et solidaire page 3/11

18 Fédération de lieux de musiques amplifiées/actuelles économique de la société. Il s agit là d une vision qui dépasse l économie pure, car elle prend en compte le rôle politique qui consiste à aménager cette hybridation. Pour illustrer cette notion d économie plurielle ou tripolaire, la décomposition de l activité d un lieu de musiques amplifiées est réellement pertinente :! Aspect marchand : autofinancement par vente de billets et recettes réalisées au bar.! Aspect non-marchand : conventions avec les partenaires publics (ville, région, Etat ), caractérisées par des subventions et des aides diverses.! Aspect non-monétaire : implication plus ou moins indispensable de bénévoles dans la vie associative, investissement «militant» des salariés. La lecture tripolaire et plurielle de l économie semble donc très bien coïncider avec les réalités d un lieu de musiques amplifiées, dont les activités ne relèvent pas uniquement d une «marchandisation» des échanges. C est également dans ce schéma d économie plurielle que s inscrit la perspective de l économie solidaire. Les concepts clé de l économie sociale et solidaire page 4/11

19 Fédération de lieux de musiques amplifiées/actuelles Economie solidaire L économie solidaire est un mouvement remontant au XIXe siècle, qui a été fortement réactivé en Europe depuis la fin des années 1970, face à la crise économique marquant la fin des Trente Glorieuses. L économie solidaire représente de nos jours une réaction à l ultra libéralisme, à l individualisme croissant de notre société et à la perte de sens de nombreuses activités économiques. Cela concerne donc un ensemble assez vaste d initiatives économiques venant de citoyens qui souhaitent répondre à des besoins pour lesquels ni le marché ni l Etat ne semblent qualifiés. Il y a donc une double dimension : à la fois économique (coconstruction de l offre et de la demande, hybridation des financements) et politique (améliorer la société, proposer une alternative à la «société de marché» ultra-libérale et ses effets néfastes). L économie solidaire est donc un ensemble d actions collectives d initiative citoyenne, visant à instaurer de nouvelles régulations à plusieurs échelles, du local (régies de quartier, garderies d enfants) à l international (commerce équitable, microcrédits dans les pays du Sud). Ses domaines d application sont très variés, et ont en commun de mettre l activité économique au service de finalités solidaires. Les différents représentants affirment que certaines activités culturelles répondent parfaitement à cette perspective d économie solidaire. Les lieux de musiques amplifiées du réseau Fédurok sont selon nous réellement concernés par cette problématique. Les concepts clé de l économie sociale et solidaire page 5/11

20 Fédération de lieux de musiques amplifiées/actuelles Economie sociale On regroupe sous le terme d économie sociale des organisations qui ne sont ni publiques, ni privées à but lucratif. Ce sont, en France, des groupements de personnes (et non de capitaux, comme les entreprises «classiques» comme la SARL, la SA ) s associant dans un but autre que de réaliser un profit. Ces organisations ont le droit de dégager un «bénéfice», mais l affectation de cet excédent est limité à la constitution de réserves afin d être réinvesti ; on ne distribue pas le bénéfice aux actionnaires, comme en SA, par exemple. Ces organisations regroupent trois statuts, reconnus officiellement sous la bannière «économie sociale» par le législateur en 1981 :! les coopératives (agricoles, de consommation, ouvrières, bancaires ).! les mutuelles (d'assurance ou de réalisations sanitaires et sociales).! la plupart des associations gestionnaires, dont les fondations sont un cas particulier. Ce sont donc les statuts qui déterminent principalement l appartenance à l économie sociale. Cependant, les organisations concernées doivent impérativement appliquer les principes de gestion suivants pour être en règle avec la loi : liberté d'adhésion, nonlucrativité individuelle, indépendance à l'égard des pouvoirs publics, gestion démocratique selon le principe «une personne, une voix» et enfin, primauté des personnes et du travail sur le capital. Ces principes fondateurs différencient grandement l économie sociale de l entreprise privée. L économie sociale a une longue histoire en France, que l on peut faire remonter au Moyen-Âge. Aujourd hui, économie sociale et économie solidaire se rencontrent, se confondent et s assimilent souvent. C est tout simplement parce que les initiatives récentes d économie solidaire trouvent les statuts de l économie sociale particulièrement adaptés à leurs activités. Les acteurs des deux «branches» se sont regroupées en France dans les années 1980 sous le vocable économie sociale et solidaire, qui est aujourd hui largement utilisé. Les concepts clé de l économie sociale et solidaire page 6/11

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Lucile Manoury Chargée d études, Collège coopératif, Aix-en-Provence Bonjour à tous. Je vais vous faire une présentation un peu théorique

Plus en détail

Les grands centres ressources nationaux du spectacle vivant

Les grands centres ressources nationaux du spectacle vivant Fiche Mémo Ressources juridiques dans Ressources le spectacle vivant Vous travaillez dans le spectacle vivant et vous avez besoin d une information juridique? Voici une liste de ressources disponibles

Plus en détail

Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social

Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social Université de Caen - Master 2 : Entrepreneuriat UFR - Sciences Economiques et de Gestion Février 2009

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015

Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015 Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015 MAI 2011 1 Sommaire 1. Eléments de contexte... 3 1.1 L économie sociale et solidaire à Lille, Lomme et Hellemmes en quelques chiffres..4

Plus en détail

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DEES * DOSSIER DE PRÉSENTATION *Certification Professionnelle Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale Niveau I -enregistré au RNCP

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

Conso-Solidaires.org. Plateforme web multi-boutiques. dédiée à la consommation responsable en Rhône-Alpes. www.conso-solidaires.

Conso-Solidaires.org. Plateforme web multi-boutiques. dédiée à la consommation responsable en Rhône-Alpes. www.conso-solidaires. Conso-Solidaires.org Plateforme web multi-boutiques dédiée à la consommation responsable en Rhône-Alpes contact@conso-solidaires.org / Tel : 04 76 49 07 72 Sommaire 1. Qu est-ce que Conso-Solidaires? Le

Plus en détail

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche 2015 1 PRESENTATION DE LA STRUCTURE RAViV est un réseau solidaire de compagnies et structures franciliennes de spectacle vivant

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire

L Economie Sociale et Solidaire 1 L Economie Sociale et Solidaire L ESS EST UNE ÉCONOMIE QUI SE VEUT ÊTRE DIFFÉRENTE DE L ÉCONOMIE CLASSIQUE. DES PRINCIPES FONDAMENTAUX ONT ÉTÉ DÉFINIS ET CONSTITUENT LES PILIERS DE CE SECTEUR. 2 LES

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale LE CRÉS DU CENTRE-DU-QUÉBEC SE VEUT UN LIEU DE CONCERTATION ET D HARMONISATION, UN LIEU DE PLANIFICATION DU DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL, UN LIEU D INTERFACE ET D ARRIMAGE

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques La loi ESS, enjeux et opportunités (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso) La loi relative à l Economie Sociale et Solidaire (ESS), qui était tant attendue par

Plus en détail

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE 4 MAI 2004 LA SITUATION DE L EMPLOI ET DE LA CONJONCTURE ECONOMIQUE EN REGION D ILE-DE-FRANCE

Plus en détail

Projet de pôle de développement de l Économie Sociale et Solidaire

Projet de pôle de développement de l Économie Sociale et Solidaire Projet de pôle de développement de l Économie Sociale et Solidaire Étude de préfiguration Restitution aux acteurs 15 octobre 2008 Dossier remis aux participants 1 Version n 3 Sommaire Méthodologie Priorités

Plus en détail

Livret d accueil. Présentation de l économie sociale et solidaire à destination de ses acteurs. S associer coopérer mutualiser

Livret d accueil. Présentation de l économie sociale et solidaire à destination de ses acteurs. S associer coopérer mutualiser Livret d accueil Présentation de l économie sociale et solidaire à destination de ses acteurs S associer coopérer mutualiser PRÉAMBULE Accueillir au sein des structures de l Économie Sociale et Solidaire

Plus en détail

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques?

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Rencontre professionnelle 4 Ont participé à cet atelier : David ALCAUD,

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

Les valeurs et les acteurs de l économie sociale et solidaire : une culture de réseaux pour développer le tiers secteur

Les valeurs et les acteurs de l économie sociale et solidaire : une culture de réseaux pour développer le tiers secteur Les valeurs et les acteurs de l économie sociale et solidaire : une culture de réseaux pour développer le tiers secteur L économie sociale et solidaire se caractérise par une manière différente d entreprendre

Plus en détail

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national de S l économie ociale & olidaire entrée libre innover et entreprendre créer son emploi FondeR son association epargner

Plus en détail

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction de la qualité et du fonctionnement des établissements de santé - Bureau E1 Dossier suivi par : Annick Van Herzèle Téléphone

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L économie sociale et solidaire désigne une manière d entreprendre qui place l être Humain au cœur de la démarche économique - Elle regroupe des milliers d initiatives pour

Plus en détail

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap.

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. D é l é g a tion d é p a rtementale ardéchoise Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. Rhône-Alpes-Auvergne,

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

l économie sociale et solidaire, c est

l économie sociale et solidaire, c est l économie sociale et solidaire, c est 10 % des emplois en Rhône-Alpes et en France une grande diversité de secteurs professionnels et de métiers un champ sous-estimé de débouchés une autre façon de travailler

Plus en détail

Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE)

Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE) Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE) Février 2008 SOMMAIRE Communiqué de presse de synthèse... 3 1. Le Bureau d accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE)........

Plus en détail

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie MARDI Contact presse Ministère de la Culture et de la Communication Délégation à l information et à

Plus en détail

Contribuer au Développement de Territoires Solidaires

Contribuer au Développement de Territoires Solidaires Contribuer au Développement de Territoires Solidaires des entreprises en mouvement! Les 500 adhérents* COORACE défendent depuis 1985 le droit au travail pour tous. Ils participent sur l ensemble du territoire

Plus en détail

ComparEthic, un outil de MèTIS, Fonds de dotation

ComparEthic, un outil de MèTIS, Fonds de dotation ComparEthic, un outil de MèTIS, Fonds de dotation MèTIS est un fonds de dotation à But Non Lucratif au service du financement de l Economie Sociale et Solidaire 15 rue Buffon 75005 Paris jftaieb@hotmail.com

Plus en détail

amplifier le financement des entreprises et structures de l Économie sociale et solidaire

amplifier le financement des entreprises et structures de l Économie sociale et solidaire 1 amplifier le financement des entreprises et structures de l Économie sociale et solidaire 1 - Amplifier le financement des entreprises et structures de l Économie sociale et solidaire Les entreprises

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Un portail énergie / climat parisien

DOSSIER DE PRESSE Un portail énergie / climat parisien DOSSIER DE PRESSE Un portail énergie / climat parisien «En vue de la grande Conférence de l ONU Paris Climat 2015, le dispositif Solutions COP 21 lancé par le Comité 21 avec le Club France Développement

Plus en détail

RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement

RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement La recherche à l Université Sainte-Anne L Université Sainte-Anne, par son emplacement géographique,

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE Définitions Un peu d histoire Quelques chiffres, les acteurs La finance solidaire Définitions L économie sociale et solidaire (ESS) rassemble deux concepts, rappelé dans

Plus en détail

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 ARTICLE 1 : CONTEXTE Dans le prolongement de son Agenda 21 qui s intègre dans une logique de développement durable,

Plus en détail

mission Le conflit des «gars de Lapalme»,

mission Le conflit des «gars de Lapalme», composition Le conflit des «gars de Lapalme», à l origine du CIMM Le 1 er mai 1970, la CSN, la CEQ et la FTQ organisaient, à Montréal, une manifestation en appui aux travailleurs et à la travailleuse de

Plus en détail

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Déposé à la Commission de l aménagement du territoire de l Assemblée nationale du Québec Dans le cadre

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ET DES TERRITOIRES

MASTER 1 MANAGEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ET DES TERRITOIRES MASTER 1 MANAGEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ET DES TERRITOIRES Libellé de l UE (Unité d enseignement) et de l EC (Elément constitutif) SEMESTRE 1 S1 : UE OBLIGATOIRES Management public et stratégie

Plus en détail

«Challenging social reality, inspiring experiences»

«Challenging social reality, inspiring experiences» «Challenging social reality, inspiring experiences» Cornélia Federkeil-Giroux Mutualité Française représentante de l Association internationale de la mutualité (AIM) 1 L Association internationale de la

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

Communication. Séance Plénière du 20 Juin 2014. L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi 19/06/2014 1

Communication. Séance Plénière du 20 Juin 2014. L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi 19/06/2014 1 Communication L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi Séance Plénière du 20 Juin 2014 19/06/2014 1 Comment définir l ESS? Le préambule de la loi sur L Economie Sociale et Solidaire

Plus en détail

Appel à projets «Culture numérique» Cahier des charges

Appel à projets «Culture numérique» Cahier des charges 1 Contexte Appel à projets «Culture numérique» Cahier des charges L émergence de nouvelles formes d innovation, de médiation et d accès à la culture via l usage croissant des technologies de l information

Plus en détail

Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010

Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010 Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010 RAPPORT FINAL DE SYNTHÈSE Université Catholique de Louvain (UCL) Comité des experts : M. Pascal LARDELLIER, président Mme Martine SIMONIS,

Plus en détail

Contribution du Secrétariat National Economie Sociale et Solidaire à la Convention Egalité Réelle du Parti Socialiste

Contribution du Secrétariat National Economie Sociale et Solidaire à la Convention Egalité Réelle du Parti Socialiste Contribution du Secrétariat National Economie Sociale et Solidaire à la Convention Egalité Réelle du Parti Socialiste L ESS OU LA PRATIQUE DE L EGALITE REELLE DANS L ECONOMIE Les entreprises de l ESS ont

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

Mutualisation, structuration et emploi dans le secteur culturel Rencontre le 15 janvier 2010 à Lyon

Mutualisation, structuration et emploi dans le secteur culturel Rencontre le 15 janvier 2010 à Lyon Mutualisation, structuration et emploi dans le secteur culturel Rencontre le 15 janvier 2010 à Lyon Modération par Gentiane Guillot (HorsLesMurs) et Christophe Dubois Intervention de Réjane Sourisseau/

Plus en détail

Dossier. Mécénat 2013. Ensemble, construisons un monde solidaire et responsable!

Dossier. Mécénat 2013. Ensemble, construisons un monde solidaire et responsable! Dossier Mécénat 2013 Ensemble, construisons un monde solidaire et responsable! 1 Table des matières Prquoi devenir mécène? 3 Carte d identité : 4 Origines 4 Qui sommes ns? 4 Nos valeurs 5 Une reconnaissance

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) par Benjamin Coudriet

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) par Benjamin Coudriet L Economie Sociale et Solidaire (ESS) par Benjamin Coudriet Introduction Définitions L Economie Sociale Les familles Les principes communs L Economie Solidaire : filiation historique Le mouvement ouvrier

Plus en détail

Investir, Épargner et Produire durablement :

Investir, Épargner et Produire durablement : Investir, Épargner et Produire durablement : les territoires relèvent le défi Repères pour l action LES CAHIERS DE L OBSERVATOIRE N 7 Investir, Épargner et Produire durablement : les territoires relèvent

Plus en détail

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique»

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Intitulé de la formation Programme de formation «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Organisateur Organisme de formation : ARMETI : Email : armetiformations@gmail.com

Plus en détail

Conférence de Presse jeudi 19 mars 2015 Salon Mondial du Tourisme

Conférence de Presse jeudi 19 mars 2015 Salon Mondial du Tourisme Conférence de Presse jeudi 19 mars 2015 Salon Mondial du Tourisme Sommaire Edito Présentation du Welcome City Lab Le Welcome City Lab: les chiffres Paris&CO La nouvelle promotion de startups L état rentre

Plus en détail

Axes de travail et plan d action 2015

Axes de travail et plan d action 2015 19 novembre 2014 Axes de travail et plan d action 2015 SOMMAIRE Introduction... 3 Partager l information sur les métiers, l emploi et la formation professionnelle en LR ; être plus utile et plus accessible...

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

Introduction : reconnaître et développer

Introduction : reconnaître et développer Introduction : reconnaître et développer l Économie sociale et solidaire Qu est-ce que l ESS? chiffres clés z 200000 structures z 2,4 milions de salariés z + 23 % d emplois créés depuis 10 ans Coopératives

Plus en détail

Rendez-vous de l ESS régionale. Chambre Régionale de l Économie Sociale Poitou-Charentes 60-68 rue Carnot 86000 POITIERS www.cres-pch.

Rendez-vous de l ESS régionale. Chambre Régionale de l Économie Sociale Poitou-Charentes 60-68 rue Carnot 86000 POITIERS www.cres-pch. Rendez-vous de l ESS régionale Chambre Régionale de l Économie Sociale Poitou-Charentes 60-68 rue Carnot 86000 POITIERS www.cres-pch.org %! "! $!!" # % " Les entreprises d économie sociale et solidaire

Plus en détail

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire Contexte régional Créé en 2010 par l Atelier Centre de ressources régional de l économie sociale et solidaire et la Chambre régionale

Plus en détail

LE PROJET. Contexte. Constat des acteurs. Identité du projet

LE PROJET. Contexte. Constat des acteurs. Identité du projet Dossier de présentation 2014-2016 LE PROJET Contexte L'avancée en âge de la population, dû à l'allongement de l'espérance de vie, et l'intégration en milieu ordinaire, nécessitent une évolution des modes

Plus en détail

Élaborer son. production. En coédition avec le BUDGET GÉNÉRAL, RÉPÉTITIONS, COÛT DU PLATEAU, DÉFRAIEMENTS... AVEC DES EXEMPLES COMMENTÉS

Élaborer son. production. En coédition avec le BUDGET GÉNÉRAL, RÉPÉTITIONS, COÛT DU PLATEAU, DÉFRAIEMENTS... AVEC DES EXEMPLES COMMENTÉS Élaborer son budget de production En coédition avec le BUDGET GÉNÉRAL, RÉPÉTITIONS, COÛT DU PLATEAU, DÉFRAIEMENTS... AVEC DES EXEMPLES COMMENTÉS Édito Conçu par le Pôle juridique du Centre national du

Plus en détail

N 15 - juillet 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane. Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié

N 15 - juillet 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane. Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié Pages économiques et sociales des Antilles-Guyane N 15 - juillet 2012 Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié En 2009, en Guyane, 3

Plus en détail

GUIDE DU BENEVOLE. Mai 2011

GUIDE DU BENEVOLE. Mai 2011 Mai 2011 GUIDE DU BENEVOLE Le présent document précise les engagements de tout adhérent 1 à Electriciens sans frontières. Ces engagements déclinent de manière opérationnelle les valeurs et principes énoncées

Plus en détail

Protocole d accord sur l Observatoire prospectif des métiers et des qualifications du Spectacle Vivant

Protocole d accord sur l Observatoire prospectif des métiers et des qualifications du Spectacle Vivant Protocole d accord sur l Observatoire prospectif des métiers et des qualifications du Spectacle Vivant Préambule Dans le cadre de la réforme de la formation professionnelle tout au long de la vie, et conformément

Plus en détail

Sécurisation de l hébergement et de la maintenance du plateau collaboratif d échange (PCE) du plan Loire III

Sécurisation de l hébergement et de la maintenance du plateau collaboratif d échange (PCE) du plan Loire III Sécurisation de l hébergement et de la maintenance du plateau collaboratif d échange (PCE) du plan Loire III Depuis 2008, l Etablissement assure la mise en place du plateau collaboratif d échange Intranet/Internet

Plus en détail

Fiscalité des associations du secteur du spectacle vivant

Fiscalité des associations du secteur du spectacle vivant Fiscalité des associations du secteur du spectacle vivant Annexe 10 1. Association de création artistique Question : Dans quels cas les activités des associations de création artistique sont-elles exonérées

Plus en détail

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Le projet de socle de connaissances, de compétences et de culture,

Plus en détail

Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ»,

Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ», Partenaires fondateurs DOSSIER DE PRESSE Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ» «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ», Construisons ensemble des voies nouvelles pour un sport utile à tous

Plus en détail

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Strasbourg, le 14 novembre 2014. Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Philippe Richert, Président du Conseil Régional d Alsace, Ancien Ministre, a ouvert

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

L IDEX DE TOULOUSE EN BREF

L IDEX DE TOULOUSE EN BREF L IDEX DE TOULOUSE EN BREF Pourquoi des Initiatives D EXcellence (IDEX)? Depuis 18 mois, les universités, les grandes écoles et les organismes de recherche ont travaillé ensemble pour répondre à l appel

Plus en détail

Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010

Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010 Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010 RAPPORT FINAL DE SYNTHÈSE Université Libre de Bruxelles (ULB) Comité des experts : M. Pascal LARDELLIER, président, M. Mihai COMAN, M. Frank

Plus en détail

Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité.

Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité. Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité. Sous titre: Projet d appui aux mutuelles de santé et incidence

Plus en détail

Le guide pour comprendre

Le guide pour comprendre ENTREPRISES D INSERTION ENTREPRENEURS SOCIAUX Le guide pour comprendre Une loi sur l Economie Sociale et Solidaire (ESS) pour permettre son changement d échelle Après plus de deux ans de travaux, la loi

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF :

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : Complément au chapitre VII «Valorisation du Patrimoine Régional et Projets Innovants» du cadre d intervention régional sur l habitat et le logement, adopté par délibération

Plus en détail

Elaboration du plan France Numérique 2020

Elaboration du plan France Numérique 2020 Paris, le 30 septembre 2011 Elaboration du plan France Numérique 2020 Réponse de l ARPP à la consultation publique Organisme de régulation professionnelle de la publicité en France, l Autorité de Régulation

Plus en détail

La loi sur l économie sociale et solidaire. Les principales dispositions et quelques angles de vue

La loi sur l économie sociale et solidaire. Les principales dispositions et quelques angles de vue La loi sur l économie sociale et solidaire Les principales dispositions et quelques angles de vue La loi ESS du 31 juillet 2014 les racines de l ESS Un peu d histoire: Des lois sur les coopératives, les

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN NOUS SOMMES DES PROFESSIONNELS DU DSU Nous sommes des professionnels du développement territorial ou local, du développement social urbain,

Plus en détail

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE 17 juillet 2013 LABEL RSE SCOP BTP PRÉAMBULE La Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) est la contribution des organisations au développement durable

Plus en détail

LOI DU 31 JUILLET 2014 RELATIVE A L ESS 25 JUIN 2015

LOI DU 31 JUILLET 2014 RELATIVE A L ESS 25 JUIN 2015 LOI DU 31 JUILLET 2014 RELATIVE A L ESS 25 JUIN 2015 POINTS CLES DATES - 2000 Guy Hascoët - 1 er secrétaire d Etat à l ESS propose une loi - 2010 premier rapport par Francis Vercamer - 2011 Benoit Hamont

Plus en détail

Table des matières. 1. Le projet Ina Global, la revue de tous les médias. 1.1. Présentation générale 1.2. Ligne éditoriale 1.3. Direction artistique

Table des matières. 1. Le projet Ina Global, la revue de tous les médias. 1.1. Présentation générale 1.2. Ligne éditoriale 1.3. Direction artistique Dossier de presse Table des matières 1. Le projet Ina Global, la revue de tous les médias 1.1. Présentation générale 1.2. Ligne éditoriale 1.3. Direction artistique 2. Ina Global, la revue de tous les

Plus en détail

Un projet d'entreprise sociale et solidaire?

Un projet d'entreprise sociale et solidaire? Un projet d'entreprise sociale et solidaire? Programme Qu'est-ce qu'une entreprise sociale et solidaire? Objectif : repérer les éléments fondateurs de ce type de projets Les réponses de l'adress Objectif

Plus en détail

Suivi Post-Accompagnement DLA 37

Suivi Post-Accompagnement DLA 37 D Indre-et-Loire Suivi Post-Accompagnement DLA 37 STRUCTURE : XXXXX Diagnostic initial effectué le : 15/10/2004 Diagnostic de Suivi post Accompagnement effectué le : 10/04/2007 Etape 1 : Identification

Plus en détail

Développer la sensibilisation et la formation de tous les utilisateurs à la sécurité informatique

Développer la sensibilisation et la formation de tous les utilisateurs à la sécurité informatique PREMIER MINISTRE SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DE LA DÉFENSE NATIONALE DOSSIER DE PRESSE PORTAIL D INFORMATION «TOUT PUBLIC» Développer la sensibilisation et la formation de tous les utilisateurs à la sécurité informatique

Plus en détail

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France)

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Résumé du rapport réalisé par EUROPA pour la DATAR DATAR EUROPA Etude sur les maisons des services publics en Europe Résumé du rapport

Plus en détail

Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, magali.bastelica@fehap.fr, 06 45 55 50 12 Nathalie PERPINIAL,

Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, magali.bastelica@fehap.fr, 06 45 55 50 12 Nathalie PERPINIAL, Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, magali.bastelica@fehap.fr, 06 45 55 50 12 Nathalie PERPINIAL, nathalie.perpinial@fehap.fr, 06 74 72 73 78 SOMMAIRE Pourquoi la FEHAP intervientelle

Plus en détail

Les Fondations du groupe Bouygues

Les Fondations du groupe Bouygues Les Fondations du groupe Bouygues Depuis près de 20 ans, le groupe Bouygues participe au développement économique et social des régions et pays dans lesquels il est implanté, que ce soit par des initiatives

Plus en détail

POUR RAPPEL. L'ACEGAA recrute

POUR RAPPEL. L'ACEGAA recrute 1 sur 10 31/07/2015 13:57 Vous recevez cette Newsletter suite à votre inscription sur notre site acegaa.org, ou une publication au Journal Officiel. Plus intéressé? Désinscription instantanée. Dans cette

Plus en détail

ORIGINES ET CONTOURS, FONDEMENTS ET TRAJECTOIRE DES ENTREPRISES COLLECTIVES AU QUÉBEC ET DANS LE MONDE

ORIGINES ET CONTOURS, FONDEMENTS ET TRAJECTOIRE DES ENTREPRISES COLLECTIVES AU QUÉBEC ET DANS LE MONDE CHAPITRE 1 ORIGINES ET CONTOURS, FONDEMENTS ET TRAJECTOIRE DES ENTREPRISES COLLECTIVES AU QUÉBEC ET DANS LE MONDE L enjeu théorique COOPÉRATION ET ÉCONOMIE SOCIALE : UNE SYNTHÈSE INTRODUCTIVE L initiative

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE 1 APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE Nous, signataires, acteurs culturels en Bretagne, individuels et associations, demandons aux élus et institutionnels de soutenir

Plus en détail

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant Les métiers du spectacle vivant Filière : artistique Domaine : art chorégraphique Appellations voisines : artiste chorégraphique Autres métiers du domaine : chorégraphe, maître de ballet, notateur Danseur

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

Cahier des charges - Refonte du site internet www.sciencespo- rennes.fr

Cahier des charges - Refonte du site internet www.sciencespo- rennes.fr Cahier des charges Refonte du site internet www.sciencesporennes.fr Procédure d achat conformément à l article 28 alinéa I du Code des marchés publics 1. Présentation de la structure Reconnu pour son excellence

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014 Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville Août 2014 2014, année de la nouvelle loi de programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

RAPPORT MORAL. du Président Greg GERMAIN pour l année 2014

RAPPORT MORAL. du Président Greg GERMAIN pour l année 2014 Association de préfiguration de l Agence de promotion et de diffusion des cultures de l Outre-mer RAPPORT MORAL du Président Greg GERMAIN pour l année 2014 Pour mémoire, je vous rappelle les missions de

Plus en détail

SEA SUN & ESS LES CAHIERS DE VACANCES DU CJDES CAHIER #1 SUR LE STATUT DE MUTUELLE EUROPEENNE TOUT COMPRENDRE #SME #EUROPE #MUTUELLES #ESS

SEA SUN & ESS LES CAHIERS DE VACANCES DU CJDES CAHIER #1 SUR LE STATUT DE MUTUELLE EUROPEENNE TOUT COMPRENDRE #SME #EUROPE #MUTUELLES #ESS SEA SUN & ESS LES CAHIERS DE VACANCES DU CJDES CAHIER #1 TOUT COMPRENDRE SUR LE STATUT DE MUTUELLE EUROPEENNE #SME #EUROPE #MUTUELLES #ESS LE JEU DE QUESTIONS REPONSES A LA LE STATUT DE MUTUELLE EUROPEENNE,

Plus en détail

Guide Leader + 16 pages 12/07/05 11:20 Page 1. En Pays Portes de Gascogne l Europe est partenaire de vos projets LEADER +

Guide Leader + 16 pages 12/07/05 11:20 Page 1. En Pays Portes de Gascogne l Europe est partenaire de vos projets LEADER + Guide Leader + 16 pages 12/07/05 11:20 Page 1 En Pays Portes de Gascogne l Europe est partenaire de vos projets LEADER + Guide Leader + 16 pages 12/07/05 11:20 Page 2 LEADER + Qu est-ce que c est? Liaison

Plus en détail

Synthèse de l étude d opportunité et de faisabilité pour la création d une école de cinéma et d audiovisuel en région Rhône-Alpes

Synthèse de l étude d opportunité et de faisabilité pour la création d une école de cinéma et d audiovisuel en région Rhône-Alpes Synthèse de l étude d opportunité et de faisabilité pour la création d une école de cinéma et d audiovisuel en région Rhône-Alpes Étude établie par le troisième pôle 2014 ETUDE D OPPORTUNITÉ ET DE FAISABILITÉ

Plus en détail

MASTER PROFESSIONNEL MÉDIATION ET MODÈLES DE DÉVELOPPEMENT. Description des UE, semestres 3 et 4 2011-2012

MASTER PROFESSIONNEL MÉDIATION ET MODÈLES DE DÉVELOPPEMENT. Description des UE, semestres 3 et 4 2011-2012 MASTER PROFESSIONNEL MÉDIATION ET MODÈLES DE DÉVELOPPEMENT Description des UE, semestres 3 et 4 2011-2012 UE 1 Médiation et communication dans les organisations 40h CM, 20h TD - 6 ECTS, coefficient 2 Session

Plus en détail

Les contributions. services enrichie. Etude logo Proposition 4 bis

Les contributions. services enrichie. Etude logo Proposition 4 bis Les contributions des CARIF-OREF au CPRDFP : une offre de services enrichie Etude logo Proposition 4 bis Juillet 2013 Les contributions des CARIF-OREF au CPRDFP : une offre de services enrichie En janvier

Plus en détail