IMMUNOGENETIQUE 1) INTRODUCTION LA VACCINATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "IMMUNOGENETIQUE 1) INTRODUCTION LA VACCINATION"

Transcription

1 IMMUNOGENETIQUE LA VACCINATION 1) INTRODUCTION Certaines maladies sont contagieuses, elles peuvent être contractées par rapport à un sujet malade, et ceci par la transmission d un agent infectieux. Le fait qu une première atteinte par l une de ces maladies protège les patients d une deuxième attaque restait une idée un peu vague autrefois. Si la première atteinte était bien surmontée, il n y avait plus de risque de contracter à nouveau cette maladie.cependant le phénomène restait plein d incertitude puisque l on observe des récidives, par exemple : le rhume ou encore la grippe. Le mot vaccination dérive du latin «vaccinae» c'est- à- dire de la vache qui signifie étymologiquement en vachement. Ce terme est apparu vers 1880 et est utilisé pour la première fois par Louis Pasteur. Il s est basé sur les travaux d un anglais Edward Jenner qui avait immunisé des individus saints contre la variole de la vache (virus du Cowpox), il les a également immunisés contre la variole commune. Il fait des prélèvements de pustules et les a inoculés à l Homme. La variole de la vache a une faible pathogénicité mais garde une fonction immunogène. La vaccination n est pas à proprement parler d une découverte en elle- même. En effet, elle était déjà pratiquée en Turquie depuis longtemps. En, effet les turques vaccinaient déjà contre la variole. C est ainsi, que lorsque Pasteur prépara le premier vaccin antibiotique dirigé contre la maladie du charbon en 1881 (anthrax) il utilisa des germes atténués de cette maladie. Ce principe de l atténuation fut mis en œuvre par Pasteur lors de la préparation de son fameux vaccin contre la rage en Le virus a été injecté d un animal à l autre successivement. Il y a eu injection de broyat de moelle épinière de lapin infecté, et ce broyat de moelle épinière de lapin a été préalablement gardé à l air sec. Ces expérimentations furent uniquement testées sur des chiens. En 1885, on présenta un enfant à Pasteur du nom de Joseph Mayster, qui avait été mordu par un chien enragé. Pasteur expérimentera le vaccin sur l enfant et effectua environ 13 injections de broyat de moelle épinière de lapin, et ceci une fois par jour.

2 L enfant survécu, la vaccination moderne était née. Jenner et Pasteur ont démontré que des composés étrangers, encore appelés agents infectieux, atténués, sont capables de produire des anticorps capable d enrayer les maladies, mais aussi de protéger l individu contre toute infection ultérieure. Le principe de la vaccination est basé sur le principe que les antigènes injecté induisent l expansion clonale, une prolifération de lymphocytes T, mais essentiellement les lymphocytes B, ce qui va entrainer une population de lymphocytes mémoires. Ainsi lors d une seconde exposition au même antigène, il y aura une réponse secondaire plus rapide et plus efficace que la réponse primaire.l immunité adaptative est spécifique et est alors mise en place. Il existe des vaccins contre différents types de maladies : diphtérie, hépatite, varicelle, rougeole, tétanos. La vaccination est un moyen pu couteux pour prévenir la maladie, ainsi depuis 1977 l OMS n a pas détecté un cas de variole dans le monde. Le dernier cas de polio, maladie qui peut entrainer une paralysie totale, affectant généralement les enfants de moins de 5 ans, est apparu en 1991 au Pérou, on en dénombre plus grâce à la vaccination. Cependant il existe des maladies pour lesquelles il n y a pas de vaccin, c est le cas de la tuberculose, ainsi que le paludisme. Pour développer un vaccin efficace pouvant être développé a grande échelle, il faut beaucoup de temps d où la recherche en laboratoire. Le vaccin devra être testé préalablement sur des animaux de laboratoires, puis sur des populations différentes, afin de prouver son efficacité. Il peut arriver que les vaccins puissent entrainer des effets secondaires ou entrainer la maladie. Le but des chercheurs est de garder un équilibre entre les effets secondaires et les bénéfices potentiels du vaccin. Il y a des principes bien arrêtés concernant une préparation vaccinale idéale. Le vaccin doit présenter les caractéristiques suivantes : - Il doit être sans danger pour les populations, il doit présenter le moins possible d effet secondaire. - Il doit être facile à administrer, voie sous cutanée généralement. - Il doit donner une immunité protectrice, adaptative, dès la première dose. - Il doit être abordable pour tout le monde en matière de prix, et doit aussi être capable d être pris en charge par la sécurité sociale. - Il doit être stable à la chaleur.

3 L immunisation sauve des milliers de vie surtout lorsque l on sait que les infections à pneumocoques, tuent près de 1,2 millions d enfants, celle de la rougeole tue environ 1 million d enfants, et celle de la coqueluche près de 0,4 millions de personnes dans le monde. En conclusion : Vaccin = immunisation active Fournit à l organisme des antigènes entrainant la formation d anticorps Sérum = immunisation passive Apporte des anticorps d origine extérieure 2) Immunité passive L immunisation passive, consiste a injecté au patient des anticorps étrangers appelés sérums thérapeutiques, ces sérums proviennent de personnes qui ont déjà eu la maladie ou qui ont étés vaccinés avec succès. Les anticorps peuvent provenir de la mère via la grossesse en intra utérine, ou lors de l allaitement, lors du premier lait appelé colostrum. Ces anticorps maternels vont agir contre différents microbes, ces anticorps vont procurer une protection au fœtus contre, la rubéole, oreillons, polio, diphtérie, tétanos. Ces anticorps peuvent également provenir de sérums de chevaux, préalablement immunisé contre un antigène donné.l individu qui va recevoir ces anticorps aura donc des injections d anticorps d origine chevaline. Ces anticorps peuvent provenir d une anatoxine (c est- à- dire une partie d une toxine) cette anatoxine va garder son immunogénécité, mais qui va perdre sa toxicité.ces anticorps peuvent être des anticorps dits humanisés selon différents procédés et techniques de biologie moléculaire. Il existe 3 cas, ou l on fait intervenir une immunisation passive chez certains patients : - Le patient présente une déficience dans la synthèse d anticorps, cette déficience peut être congénitale ou acquise, dans le cas d immunodéficience en lymphocytes B. - L exposition a une maladie qui peuvent produire des complications immunitaires, c est le cas de patients atteint de leucémie, on va leur inoculer les anticorps.

4 - Infection par des pathogènes qui peuvent être améliorés par l injection d anticorps, c est le cas du tétanos, il y aura alors des injections de sérum de cheval. L immunisation passive est souvent utilisée pour certaines maladies telles que l hépatite, la diphtérie, le tétanos, la rage, mais aussi les piqures d insectes, morsures de serpents, ainsi que les infections à répétitions chez les enfants. Ces anticorps étrangers peuvent immédiatement s attaquer à l agent pathogène, atténuer l évolution, de la maladie, ou même empêcher la maladie de se déclencher, néanmoins l immunisation passive reste un procédé transitoire, puisqu elle n apporte aucune réponse mémoire. Ces anticorps étrangers à l organisme, au bout de quelques semaines, ne peuvent pas produire une immunité propre à l organisme et vont être éliminés via le système immunitaire. Cette immunisation passive est donc de courte durée, et ne fournit pas de protection contre une deuxième infection. Récemment, les chercheurs ont utilisés 2 anticorps monoclonaux pour traiter des infections respiratoires au virus VRS (virus respiratoire syncitial), ce virus est la cause la plus fréquente dans le monde des infections respiratoires des jeunes enfants, c est un virus très contagieux et qui infecte principalement les nourrissons âgés de moins de 2 ans. Chez l adulte l infection à VRS est bénigne. Ces anticorps monoclonaux (mab) sont produits chez la souris, ainsi pour éviter les phénomènes de rejet et d attaque, ces mab ont étés humanisés. Ces anticorps humanisés contiennent uniquement la petite partie variable murine qui est en contact direct avec l antigène. La partie constante est d origine humaine. Les anticorps chimériques eux, sont constitués de toute la partie variable murine, reconnaissant un agent pathogène greffé sur la partie constante humaine. On partira de deux plasmides, un plasmide qui code pour la chaine légère de l anticorps chimérique, et l autre qui codera pour la chaine lourde de l anticorps chimérique. La technique utilisée est la transfection. On va transfecter les chaines lourdes et légères dans les plasmides. Les plasmides qui contiennent les chaines, vont être ensuite insérés dans des cellules tumorales de souris, appelées myélomes, toujours par le même procédé à savoir la transfection. Les clones obtenus seront sélectionnés selon leur production d anticorps, les anticorps obtenus sont des anticorps chimériques. On peut avoir une population d IgE, ces IgE vont se fixer sur les fragments Fc des mastocytes, et provoquer l activation d enzymes membranaires ainsi que la dégranulation des cellules. C est une réaction allergique, on parle alors d hypersensibilité de type 1.

5 Très forte réaction allergique = choc anaphylactique. Cas 2 : Augmentation d IgG et d IgM, ce qui permet la réaction de fixation du complément : hypersensibilité de type 2. Cas 3 : Fixation de complexe immun (anticorps- antigènes) sur les tissus épithéliaux : hypersensibilité de type 3. Cas 4 : Hypersensibilité retardée a médiation cellulaire, soit hypersensibilité de type 4, les lymphocytes T vont réagir soit par cytotoxicité directe, soit par l intermédiaire de lymphokines. 3) IMMUNITE ACTIVE a) Antigènes utilisés L antigène est injecté dans un organisme. L antigène peut être sous différentes formes : - micro- organisme atténué - micro- organisme inactif ou inerte ou tué - macromolécules microbiennes purifiées - antigènes microbiens clonés : protéines recombinées - complexes multivalents - toxines non toxiques ayant gardé leur pouvoir immunogène : anatoxines Un vaccin contenant une majorité d antigène d un micro- organisme donné devrait être efficace. Les vaccins vivants attenues sont plus efficace que les vaccins inactivés ou tués sauf dans le cas de toxines, où on peut utiliser une toxine modifiée c'est- à- dire anatoxine pour la vaccination. Les techniques de génie génétique prenant donc de plus en plus d importance pour la fabrication de vaccins modernes ceci en utilisant l ADN recombinant on parle de vaccins à ADN. b) Vaccins vivants Deux grands types de vaccins vivants :

6 - Vaccins atténués - Vaccins vectorisés Au niveau des vaccins atténués, une souche de l antigène pathogène est injecté ou bien un antigène infectieux dense mais possédant un pouvoir pathogène faible ou nul pour l espèce de destination. Au niveau des vaccins vectorisés, on injecte un agent infectieux non pathogène nommé vecteur. Ce vecteur a subit une modification du génome afin d inclure un ou plusieurs gènes codants pour des protéines immunogènes d un agent pathogène cible. Les souches vaccinales atténuées sont avirulentes et donc injectables, elles se multiplient dans l organisme sans induire l effet de la maladie. Il y a une durée de vie longue et une mise en place d une réponse immunitaire complète et durable. Ces antigènes atténués utilises pour la fabrication de vaccins vivants peuvent provenir soit d une souche spontanément avirulente avec une très faible pathogénicité, soit d une souche qu on a attenue par des procédés conventionnels. *Les souches spontanément atténuées : Certaines souches isolées sont spontanément avirulentes, Jenner en 1978 a pu faire vacciner l homme contre la variole en utilisant le virus cowpox ayant une très faible pathogénicité. L herpès, virus du dindon, qui permet de vacciner les volailles contre la maladie de MAREK, elle provoque des tumeurs, qui se fixent dans le corps de l animal. En fonction de l endroit où se fixent les tumeurs, elles provoquent des paralysies. Le Pox virus du fibrome de SHOPE utilisé pour vacciner le lapin contre la myxomatose qui entraine des symptômes tels que : la conjonctivite, une inflammation des organes génitaux, un écoulement oculaire, et un gonflement cutané sur la tête, gonflement des parties génitales. *Les souches atténuées : Le principe de sélections de souches virales atténuées par des procédés conventionnels, est d isoler parmi une population virale initiale un clone de virulence atténué. Ce principe a été vu avec PASTEUR mais également avec les travaux de CALMETTE- GUERIN sur une souche bovine de M.tuberculosis qui a été atténué la souche, en procédant a des passages successifs sur un milieu de culture in vitro qui a permis au bout de 13 ans d obtenir une souche appelé bacille CALMETTE- GUERIN ( le BCG) vaccin anti- tuberculineux. Ces passages successifs ont permis d atténuer la virulence du micro- organisme. Ce principe a aussi été utilisé pour le virus de la fièvre jaune, la polio, la rubéole et etc.

7 La sélection de souches non pathogènes peut être réalisée par d autres techniques, tel que le passage successif sur une espèce animale différente de l espèce cible à vacciner. La multiplication a température inférieure à 37 C permettant d obtenir des souches dites thermosensibles et donc incapable de se multiplier a une température corporelle normale, la souche reste donc avirulente. Les observations ont montré que l atténuation contribuait à l apparition de mutation au hasard sous l influence du milieu mais il existe une technique d atténuation appelé mutagénèse dirigée, qui permet d introduire des mutations ponctuelles ciblées dans des sites précis d ADN de micro- organismes ou d introduire la délétion d un gène codant pour un facteur de virulence, on obtient donc différents types de souches atténuées et la présentation antigéniques de ce type de souche est optimale pour miner une infection naturelle et induire une infection durable ; cas du vaccin contre la polio ( vaccin de SABIN ) où il suffit d une seule injection pour être vacciné. Ces vaccins peuvent se répliquera et entrainer une réponse a médiation cellulaire. c) Vaccins inactivés *vaccins vectorisés : les techniques de la biologie moléculaire n ont pas seulement permis d identifier certains gènes de virulence, elles ont aussi permis d identifier les protéines majeures contre lesquelles la réponse immune de l hôte est dirigée. En effet, si la plupart des protéines d un antigène pathogène peut être reconnu par le système immunitaire, la réponse immune contre un petit nombre d entre elle voire une seule, peux permettre une protection complète. Le gène de ces protéines voire une séquence génique codant pour une petite fraction de ces protéines peut être alors transféré dans un autre micro- organisme (virus ou bactérie). Le virus ou la bactérie prend le nom de vecteur car elle porte la séquence. Ce vecteur possèdera des caractéristiques adéquates d efficacité et de sécurité pour l administration du vaccin.ce micro- organisme après son administration a l hôte va induire une réponse immune spécifique contre la protéine étrangère. Cette approche vaccinale vectorisée est satisfaisante au plan de la biosécurité mais elle a des limites, elle nécessite des concentrations en vecteurs élevées pour être efficace. Néanmoins de grands progrès ont été réalisés, les doses efficaces infectées peuvent être désormais inférieures à celles que l on utilisait. Les antigènes de ces vaccins sont incapables de se multiplier aussi bien in vitro qu in vivo.

8 Ils sont obtenus par exposition d un agent pathogène à un agent physique : la chaleur. On utilise maintenant un agent chimique : le formol, ou le β- propioloactone, qui entraine la perte totale d infectivité mais en garde le pouvoir immunogène. Pour obtenir une réponse immune satisfaisante, ce vaccin doit contenir une masse importante d agents pathogènes et nécessite fréquemment la présence d adjuvants, ce sont des substances ajoutées à un vaccin pour accélérer et renforcer la réponse immunitaire. Ces deux facteurs expliquent le cout de production plus élevé que les vaccins vivants qui ont été modifiés ou atténués. Ces vaccins sont habituellement très sur car les procédures d inactivation mises en place sont correctement définis, contrôles. Les principaux vaccins a virus inactives utilise chez l homme sont le vaccin antipolio myelitiques injectables de SALK, les vaccins contre la grippe, l hépatite A, l encéphalite japonaise, l encéphalite à tiques, le bacille du choleras. Les vaccins peuvent être administrés par voie sous cutanée intradermique ou intramusculaire. En général une seule dose suffit. Ce type d antigènes tues induit une réponse humorale c est à dire l intervention d anticorps. Une excellente tolérance au niveau de l organisation qui permet de vacciner les femmes enceintes. Les connaissances actuelles sur les agents pathogènes peuvent conduire à identifier les protéines cibles principales de la réponse immune de l hôte. Ces infos peuvent permettre de développer des vaccins vectorisés (vivants) mais aussi des vaccins inertes sub- unitaires c est à dire des vaccins constitués uniquement de ces antigènes. Les Antigènes sont soit purifiés à partir de l agent pathogène, soit obtenus de façon conventionnelle produit in vitro par les techniques du génie génétique. Parmi ces vaccins inertes on dénombre : - les vaccins à protéines recombinées - les vaccins à peptides de synthèse Les protéines pathogènes ou des fragments subcellulaires des antigènes pathogènes sont produits par des techniques de biologie moléculaire pour obtenir une protéine recombinée. L expérience de ces protéines s effectue dans les cellules de levures ou de mammifères. Exemple : le virus de l hépatite B humain qui est exprimé dans les cellules de levures, puis elles seront multipliées dans des fermenteurs et la protéine du virus de l hépatite B va s accumuler dans les levures et sera libéré sous une pression élevée.

9 La protéine sera purifiée suivant les techniques de biochimie connues telle que la chromatographie. Elle sera alors injectée et va induire la production d anticorps et induire une réponse immune à médiation humorale. L aboutissement ultime de la démarche réductionnelle constituant à définir de plus en plus finement les cibles de la réponse immune donc les constituants nécessaire d un vaccin est représenté par les vaccins peptidiques. La réponse immune de l hôte est surtout dirigée contre certaines protéines de l agent pathogène. Cette réponse n est pas dirigée contre toute la protéine mais contre des petits fragments de la protéine, les épitopes, ils correspondent à quelques acides aminés : des peptides. Certains épitopes ou peptides sont dits conformationnels c est à dire qu ils ne seront pas reconnus s ils adoptent une conformation spatiale différente de celle qu ils avaient dans la protéine native. D autres sont dits linéaires car ils sont reconnus par le système immunitaire même si leur structure dans l espace est modifié. Ils sont synthétisables par simple synthèse chimique du peptide correspondant de manière à obtenir une immunogénécité correcte, car ces peptides doivent être comptes le plus souvent après synthèse a une protéine porteuse comme l ovalbumine ou à un adjuvant. De tels peptides de synthèses ont pu être utilisés avec succès pour vacciner des bovins contre des sérotypes du virus de la fièvre aphteuse. On a pu vacciner le chien contre la maladie de la PARVOVIROSE canine qui conduit à des gastroentérites hémorragiques. Même si cette approche semble efficace, pour l instant elle n a pas pu déboucher sur un vaccin commercialisé. d) vaccins anatoxines Lorsque les symptômes les plus graves d une maladie sont dus à la production de toxines par l agent pathogène ou infectieux, il est possible de produire des vaccins uniquement à partir de ces toxines, en les inactivant, soit physiquement par la chaleur ou chimiquement par le formol. Cette toxine ayant perdu son pouvoir toxine et ainsi rendue inoffensive est appelée anatoxine. Cette anatoxine a gardé les épitopes de la toxine et est fortement immunogène. Le système immunitaire de la personne à qui on injecte l anatoxine réagira plus vite ou plus intensément au contact de la toxine. Ceci avec la formation de lymphocytes mémoires. Le tétanos et la diphtérie sont deux maladies dont les symptômes sont dus à une toxine, il y a alors mise au point de vaccins anatoxines qui entrainent une réponse immunitaire humorale.

10 e) Vaccins polysaccharidiques Les capsules polysaccharidiques bactériennes sont utilisées comme vaccin, et ce sont souvent les bactéries de pneumonie «les streptococcus pneumoniae» ou encore les bactéries de la méningite, les «neisseria meningitidis». Ce sont les deux sites de bactéries ainsi c est au niveau de ses capsules qu on essaie de faire des vaccins. Avec ce type de vaccin, on ne peut induire qu une réponse humorale, intervention de lymphocytes B et production d anticorps, ce sont des immunoglobulines M (IgM). en dépit de cette réponse, peut de lymphocytes mémoire sont produit ; on lie les antigènes a une anatoxine (antigène au niveau des capsules),il y a une augmentation du pouvoir immunogène de l antigène et ajout d un adjuvant qui augmentera également la réponse immune du vaccin. f) Vaccins a ADN Les vaccinations à ADN représentent les derniers vaccins mis en place, c est la dernière génération. Elle induit une réponse immunitaire complète, c est à dire une réponse humorale, et une réponse a médiation cellulaire. Cette vaccination est basée sur l introduction dans les tissus cellulaires par voie intramusculaire d un plasmide purifié d ADN (parfois par voie intradermique) contenant une séquence codant pour un antigène pathogène donné. Rappel : en général les antigènes pathogènes que rencontrent l organisme, se multiplient (antigène provenant de bactéries, virus...) et sont synthétisés a l intérieur des cellules car ils utilisent la machinerie cellulaire, c est a dire tout ce qui est transcription, traduction, et etc.... Ils seront ensuite découpé en courtes séquences peptidiques, et ces séquences seront présentés a la surface des cellules en association avec les molécules du CMH de classe 1. Ainsi la cellule qui viendra la détruire est le lymphocyte T mais les CD8 plus, spécifique à l antigène qui seront actives après contact avec le complexe antigène peptidique CMH 1. Ce n est qu à ce moment que les lymphocytes T acquièrent leurs fonctions cytotoxiques. Il y aura dégradation, lyse des cellules contenant l agent, l antigène pathogène. Ces cellules présentatrices d antigènes sont souvent des cellules dendritiques, par contre les antigènes pathogènes extracellulaire sont capturés et dégradés par des cellules spécialisées comme les cellules présentatrices d antigènes, macrophages. La cellule va capter les antigènes pathogènes extracellulaire, elles seront présentés, migré a la surface de la cellule sous forme de peptide en association avec les CMH de type 2.

11 On obtient un complexe de peptide qui active les lymphocytes T helper (auxiliaire), qui sont des CD4+ qui vont secrété des cytokines qui vont réguler toutes les cellules du système immunitaire. Les cellules T helper peuvent être divisées en deux sous population : les lymphocytes T helper 1 et les lymphocytes T helper 2. Ceci se fait en faveur des cytokines qu elles secrètent. Les lymphocytes T helper 1 vont secréter des cytokines qui vont stimuler l immunité a médiation cellulaire. Exemple : IL- 2 Par contre les lymphocytes T helper 2 vont secréter des cytokines qui favorisent l immunité humorale. Exemple : IL- 4, IL- 6 De manière générale, une forte immunité humorale est requise pour lutter contre les infections bactériennes et l immunité cellulaire requise pour lutter contre les infections virales. L injection directe d Adn plasmidique contenant la séquence codant pour l antigène pathogène, cette injection intramusculaire va permettre d obtenir la synthèse de protéine pathogène via la machinerie cellulaire. Ces protéines vont subir des modifications post traductionnelles. Elles vont subir des dégradations, coupures et on aura des morceaux d Antigènes (peptides antigéniques). On peut retrouver dans le sang circulant, dans le milieu extracellulaire des antigènes pathogènes et on obtiendra deux types de médiations. L avantage de ce type de vaccination est complète. Les protéines sont exprimées sous leur forme naturelle. la réaction immunitaire se fait contre l antigène naturel, ce qui induit l expression a long terme de l antigène, ce qui permet d obtenir une réaction immunitaire plus soutenue qui permet d avoir une immunité mémoire, et permet donc de supprimer les injections de rappel. Ils sont facilement conservables. Ces vaccins a ADN sont utilisés dans le cas du sida, contre le VIH, virus de l herpès, la tuberculose, la malaria et le paludisme. Des essais sont aussi en cours en cancérologie, pour le traitement des allergies. il y a de bon s espoirs et des faibles couts de fabrication, ils sont stabilisés a température ambiante. g) vaccins a sous unités multivalentes les vaccins ont tendance a être faiblement immunogène et devient donc indispensable de construire un vaccin peptidique synthétique qui contient des épitopes de l antigène pathogène, permettant à la fois l activation des lymphocytes B et des lymphocytes T.

12 Ces nouveaux vaccins sont nommés vaccins multivalents, car ils peuvent présenter de multiples copies d un peptide donné ou un mélange de peptide pour le système immunitaire. Une approche consiste à préparer une matrice solide anticorps/antigène, c est ce que l on appelle ASAM. Une matrice complexe permettant de lier des anticorps monoclonaux aux particules solides de la matrice et de saturer ensuite l anticorps avec l antigène désiré. Les complexes qui en résulte sont donc utilises comme vaccins. On peut ainsi attaché différemment les anticorps monoclonaux a la matrice solide, il est donc possible de lier un mélange de peptide qui peuvent se lier a des complexes, composés d épitopes immunodominant qui pourront activer les cellules T ou des cellules B. Ce complexe multivalent induira à la fois une forte immunité humorale et une forte immunité cellulaire. Cette forte immunogénécité favorisera, la phagocytose. Il existe d autre moyens pour former des vaccins multivalents, soit l utilisation d un détergent qui va incorporer les antigènes sous forme protéique/peptidique synthétique et se fera dans des micelles de protéines ou dans des vésicules lipidiques (liposomes), soit au niveau d ISCOM 1) micelle Elles sont formées en mélangeant des antigènes protéiques membranaires avec le détergent. On aura une orientation qui se déroulera. Les protéines vont s orienter. Avec la partie hydrophile va être orienté vers le milieu extérieur alors que la partie hydrophobe va s orienter vers le centre, c est à dire vers le milieu intérieur, ce qui conduira a une formation de micelles. 2) liposomes Les liposomes et les ISCOM fusionnent directement avec les membranes cellulaires, et livrés ainsi les antigènes dans le cytoplasme des CPA qui peuvent ainsi présenter ces antigènes qui ont utilises la machinerie cellulaire a leurs surface pour se multiplier et créant un complexe CMH 1. +A) liposomes ils contiennent des peptides antigéniques préparés en mélangeant des peptides avec une suspension de phospholipides afin que les vésicules formés soient délimités par une bicouche lipidique. les protéines s incorporent dans la bicouche en s orientant, la partie hydrophile du coté extérieur et la partie hydrophobe du coté intérieur.

13 +B) ISCOM ce sont des micelles lipidiques contenant des peptides antigéniques dans du détergent + QUILA qui est un glycoside, ce qui fait que les peptides qui sont piégés dans les ISCOM pourront être libérés dans le cytoplasme du CPA, ce qui permet au peptide d être transporté dans le Réticulum endoplasmique où il subira toutes les modifications post traductionnelle et s associe au CMH 1, vont migrer a la surface présente au lymphocyte T CD8+ cytotoxiques. Les protéines membranaires de divers agents pathogènes y compris le virus influenza (grippe), la rougeole, hépatite B, VIH, ont été incorpores dans des vaccins multivalents ( micelle, liposome, ISCOM) et ils sont maintenant en cours d évaluation en tant que vaccin potentiel. En plus de leurs immunogénécité accrue, les liposomes, ISCOM fusionnent facilement avec la membrane plasmique pour finir l antigène traité au niveau du cytoplasme pour donner une réponse a médiation cellulaire. 4) Efficacité d un vaccin Un vaccin doit être régulièrement contrôle car il doit répondre a un certain nombre de critères. Il doit être : Abordable, faible cout Apporte une réponse immunitaire adaptée Une forte réponse immunitaire protectrice Peu d effet secondaire Doit être facilement injectable Stable à la conservation Certains vaccins peuvent être contaminés par d autres protéines indésirables ou par des virus. C est ce que l on appelle des révertants qui peuvent se retrouver dans des vaccins attenues (atténuation mal produit), conséquence grave sur le patient. L état du patient joue un rôle sur l efficacité du vaccin. Quelqu un d immunodéprimé, on utilise une vaccination passive. Les vaccins contre les maladies parasites font toujours l objet de recherche en laboratoire. il existe en effet, de nombreuses maladies ou il n y a pas de vaccin établit : (VIH), mais de grands espoirs demeure via les nouveaux vaccins.

14 L utilisation d adjuvant (réactifs de Freund = mélange lipidique, d eau et aussi de bactéries tuées ; hydroxyde d aluminium, phosphore, et du calcium. Voir calendrier des vaccins.

15

Numéro d Étudiant. Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie

Numéro d Étudiant. Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie Nom : Numéro d Étudiant Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 1. Lequel

Plus en détail

Guide des vaccinations Édition 2012. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations

Guide des vaccinations Édition 2012. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations Guide des vaccinations Édition 2012 Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations 351 Principes et bases immunologiques de la vaccination GÉNÉRALITÉS DÉFINITION ET OBJECTIFS GÉNÉRAUX

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407.

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407. PB : Comment sont éliminées les cellules reconnues comme étrangères. (infectées, cancéreuses, greffées.) L'organisme dispose d'autres moyens de défense que les anticorps pour se débarasser d'un intrus.

Plus en détail

vaccination? Qu est-ce qu un vaccin? Fiche technique n 8 2 ème édition Qu est-ce que la

vaccination? Qu est-ce qu un vaccin? Fiche technique n 8 2 ème édition Qu est-ce que la Fiche technique n 8 2 ème édition Qu est-ce que la vaccination? C est en 1796 qu Edward Jenner, médecin britannique, met au point la première «vaccination». Il s agissait d inoculer à un enfant un liquide

Plus en détail

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi Table des matières v Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi 1 L immunité innée, 1 Les obstacles externes à l infection, 1 Les cellules phagocytaires tuent les micro-organismes,

Plus en détail

Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal

Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal Généralités En introduction aux interventions de : M. Pasquet : vaccinations (enfant) et TTT par Ig P. Massip : vaccinations (adulte)

Plus en détail

Quel est le risque infectieux?

Quel est le risque infectieux? Conflits d intérêts de l orateur (en rapport avec le thème de la conférence) Participation à des actions de formation organisés par des industriels (symposium, congrès, ateliers): Oui Immunosuppresseurs

Plus en détail

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2 Le complément I_ Généralités A. Découverte Les anticorps ont été découverts en 1890. La fixation d'anticorps ne suffit pas à détruire l'antigène. Pfeiffer et Bordet ont démontré qu'un système complémentaire

Plus en détail

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie 1977 - Terme utilisé par Jonas Salk. 1983 - Rassemble tous les aspects des vaccinations : biologiques, immunologiques et cliniques ainsi

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points)

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) Lycée M hamdia Année scolaire : 2011/2012 Prof : Saïd Mounir Date : 17/05/2012 Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) EXERCIE N O 1: (4 points) : 1 : a-b 2 : b 3 : a-b 4 : d 5 : d 6 :

Plus en détail

Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire

Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire Problème n 1 : Comment le corps réagit-il lors d une infection? Rappel : une infection se caractérise par la multiplication

Plus en détail

Les défenses de notre organisme

Les défenses de notre organisme Les défenses de notre organisme Intro : Si nos barrières naturelles ou nos moyens de prévention n'ont pas pu empêcher une contamination, notre corps dispose d'un «système» assurant la défense de notre

Plus en détail

Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique

Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique Gen2Bio 2010 Saint-Malo, mardi 30 mars 2010 Un partenariat Demandeur PADAM In Cell Art Projet Anticorps monoclonaux Gen2Bio 2010 Saint-Malo,

Plus en détail

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins»

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Bernard Duval Institut National de Santé Publique du Québec 18 avril 2002 Objectifs Grands axes de la réponse immunitaire Conjugaison

Plus en détail

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Partie I : A l aide des informations du logiciel Immunologie

Plus en détail

Chapitre 5 : lutter contre l infection

Chapitre 5 : lutter contre l infection Chapitre 5 : lutter contre l infection Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : Contrat-élève 3 ème Chapitre 5 :

Plus en détail

L IMMUNITE ADAPTATIVE PROLONGEMENT DE L IMMUNITE INNEE

L IMMUNITE ADAPTATIVE PROLONGEMENT DE L IMMUNITE INNEE Chap 13 Ts spécifique thème 3 L IMMUNITE ADAPTATIVE PROLONGEMENT DE L IMMUNITE INNEE 4 semaines - Acteurs du système immunitaire Photo lymphocytes au contact cellule cancéreuse http://artic.ac-besancon.fr/svt/act_ped/svt_lyc/eva_bac/s-bac2005/images/ltc.jpg

Plus en détail

Question 2 : Décrivez deux fonctions effectrices des anticorps. Illustrez par un schéma.

Question 2 : Décrivez deux fonctions effectrices des anticorps. Illustrez par un schéma. Bio II - Ex. IV Question 1 : Lors d une réponse inflammatoire (ex. blessure de la peau avec une aiguille souillée par des bactéries), A) préciser les rôles respectifs des neutrophiles, des mastocytes,

Plus en détail

Résultats d une analyse de sang effectué sur un enfant atteint d une déficience innée

Résultats d une analyse de sang effectué sur un enfant atteint d une déficience innée Chap. 7- Doc. 2 Déterminez le rôle et l origine des lymphocytes Pour cela : - Comparez la quantité de lymphocytes chez un enfant bulle et chez un individu normal. - Mettez en relation le nombre de lymphocytes

Plus en détail

Un regard sur la vaccination équine

Un regard sur la vaccination équine Un regard sur la vaccination équine Les chevaux doivent-ils vraiment être vaccinés? La réponse est OUI, sans la moindre hésitation! Aujourd hui encore, les vaccins représentent le moyen le plus efficace

Plus en détail

vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé)

vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) EMA/90006/2015 EMEA/H/C/001104 Résumé EPAR à l intention du public vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) Le présent document est un résumé du rapport européen public d évaluation

Plus en détail

Prévenir... par la vaccination

Prévenir... par la vaccination Prévenir... par la vaccination 6 La vaccination...... Soit c est OBLIGATOIRE (2)... Les vaccinations obligatoires pour l ensemble de la population et dont les lois sont inscrites dans le Code de la Santé

Plus en détail

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Le phénotype immunitaire d un individu caractérise sa capacité à répondre, grâce aux effecteurs de l immunité adaptative, aux différents agents

Plus en détail

Votre passeport vers une meilleure prévention des infections Pour vous, pour la vie

Votre passeport vers une meilleure prévention des infections Pour vous, pour la vie LA VACCINATION POST-GREFFE DE CELLULES HÉMATO-POÏÉTIQUES Votre passeport vers une meilleure prévention des infections Pour vous, pour la vie Pourquoi me faire vacciner suite à une greffe de cellules hématopoïétiques

Plus en détail

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Vaccins et grossesse Vaccins et immunité Dr Odile Launay Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Atelier Vaccins, GERES, 18 mai 2011 COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL

Plus en détail

TRANSMISSION DES VIRUS ET CYCLE DE MULTIPLICATION

TRANSMISSION DES VIRUS ET CYCLE DE MULTIPLICATION TRANSMISSION DES VIRUS ET CYCLE DE MULTIPLICATION II. 1 Généralités II.2 Transmission des Virus II.3 Grandes étapes de Cycle de Multiplication Attachement Pénétration Réplication Libération II. 1 Généralités

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes. Injection d ADN étranger dans une cellule animale

Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes. Injection d ADN étranger dans une cellule animale Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes Injection d ADN étranger dans une cellule animale Comment amplifier un gène d intérêt? Amplification in vivo à l aide du clonage d ADN L ensemble formé

Plus en détail

CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ

CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ Les mécanismes de reconnaissance et d élimination des molécules du non soi font intervenir un système diffus d organes, de tissus, de cellules et de molécules qui

Plus en détail

La vaccination chez l enfant

La vaccination chez l enfant Conseil santé La vaccination chez l enfant www.omnimut.be La vaccination chez l enfant La vaccination chez l enfant Nous ne les voyons pas, mais ils sont bien là! De nombreux virus et bactéries peuvent

Plus en détail

Place des anticorps monoclonaux dans la prise

Place des anticorps monoclonaux dans la prise Place des anticorps monoclonaux dans la prise en charge des hémopathies malignes Bases fondamentales et mécanismes d action des anticorps monoclonaux Aliénor Xhaard Association des Internes en Hématologie

Plus en détail

Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr

Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr 1 Cellules Présentatrices d Antigène (CPA) Cellules dendritiques Monocytes / Macrophages Lymphocytes

Plus en détail

A : Vrai : La biotechnologie est l'ensemble des techniques qui utilisent des microorganismes,

A : Vrai : La biotechnologie est l'ensemble des techniques qui utilisent des microorganismes, Ecurie du 1/02/12 1: AE A : Vrai : La biotechnologie est l'ensemble des techniques qui utilisent des microorganismes, des cellules animales, végétales ou leurs constituants à des fins industrielles (agro

Plus en détail

La production de médicaments par les OGM

La production de médicaments par les OGM La production de médicaments par les OGM L.M. HOUDEBINE Unité de biologie du Développement et Biotechnologies INRA 78352 Jouy-en-Josas Cedex Depuis les temps les plus reculés, les communautés humaines

Plus en détail

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive.

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Pr Jean Beytout Service des maladies infectieuses et tropicales CHU de Clermont-Ferrand. Comité Technique des Vaccinations Conclusion Le principal

Plus en détail

TSSIBG Immunoglobulines et récepteurs pour l'antigène des lymphocytes B et T

TSSIBG Immunoglobulines et récepteurs pour l'antigène des lymphocytes B et T 14/10/2013 MARIANI Natacha L2 TSSIBG G. Pommier 8 pages TSSIBG Immunoglobulines et récepteurs pour l'antigène des lymphocytes B et T Immunoglobulines (Ig/AC) Récepteurs pour l'antigène des lymphocytes

Plus en détail

Guide technique. vaccins et autres médicaments immunologiques humains. Pharmacopée Européenne

Guide technique. vaccins et autres médicaments immunologiques humains. Pharmacopée Européenne Guide technique pour l élaboration des monographies de vaccins et autres médicaments immunologiques humains Pharmacopée Européenne Direction Européenne de la Qualité du Médicament & Soins de Santé Edition

Plus en détail

RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : Le risque infectieux

RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : Le risque infectieux RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : Le risque infectieux Qu est ce qu un microbe? Comment les microbes peuvent-ils nous rendre malade? Microbe : virus et microorganismes unicellulaires

Plus en détail

Quelles sont les maladies contre lesquelles mon enfant devrait recevoir une protection?

Quelles sont les maladies contre lesquelles mon enfant devrait recevoir une protection? Qu est-ce que l immunisation? L immunisation est un processus qui permet au corps de lutter contre les maladies causées par certains virus et bactéries. L un des moyens d être immunisé est de recevoir

Plus en détail

LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL

LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL DES ADOLESCENTS ET DES ADULTES MIS À JOUR EN MARS 2011 313-52711-B État des données : mars 2011 Ce guide calendrier vaccinal comporte le carnet de vaccination. SOMMAIRE LA

Plus en détail

Les infections nosocomiales

Les infections nosocomiales Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire Les infections nosocomiales Formation pour les représentants d usagers Caen 30 mai 2011 CCLIN Ouest Antenne Régionale Basse Normandie Les relations entre

Plus en détail

La grippe en 2011 : questions et réponses

La grippe en 2011 : questions et réponses La grippe en 2011 : questions et réponses 1. Pourquoi vacciner contre la grippe? La vaccination est la seule manière de se protéger contre la grippe, et surtout contre ses complications. La grippe est

Plus en détail

5. Essais immunologiques

5. Essais immunologiques 5. Essais immunologiques Les essais immunologiques sont basés sur la réaction spécifique entre un antigène et un anticorps, les biomolécules impliquées dans le système immunitaire, pour la détection et

Plus en détail

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE)

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Cycle de réplication virale du VIH Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Pourquoi est-ce important de comprendre le

Plus en détail

Immunologie de la grossesse

Immunologie de la grossesse Immunologie de la grossesse LI UE8S : Unité fœtoplacentaire Dr ANDRÉ Gwenaëlle 1 Introduction Immunité Ensemble des mécanismes permettant Reconnaître et tolérer «le soi» Reconnaître et rejeter «le non

Plus en détail

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre :

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre : LA VACCINATION, UNE BONNE PROTECTION En faisant vacciner votre enfant, vous lui offrez la meilleure protection contre certaines maladies graves. Comment agissent les vaccins? Les vaccins amènent nos cellules

Plus en détail

Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly

Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly 1 Vendredi 25 janvier 2008 : Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly 2 Immunité et exposition aux rayonnements ionisants Professeur Michel

Plus en détail

Des réponses. Vaccination

Des réponses. Vaccination Des réponses à vos questions sur la Vaccination Vacciner permet de réduire considérablement le nombre de malades et de décès par maladies infectieuses. C est un geste médical à part entière, sur lequel

Plus en détail

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de Mabsolut-DEF-HI:Mise en page 1 17/11/11 17:45 Page1 le département prestataire de services de MABLife de la conception à la validation MAB Solut intervient à chaque étape de vos projets Création d anticorps

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours Biologie cellulaire Perfectionnement à la culture cellulaire durée : 4 jours ingénieurs, chercheurs et chefs de projet connaissances de base en culture cellulaire ou validation du module «initiation à

Plus en détail

Immunité et grossesse

Immunité et grossesse MODULE de MAIEUTIQUE Unité foetoplacentaire (Coordonateur Pr Janky) Immunité et grossesse Dr. Nadia Prisant 1 Points essentiels : Le système immunitaire, à travers ses deux principales composantes, l immunité

Plus en détail

La leucémie lymphoïde chronique (LLC)

La leucémie lymphoïde chronique (LLC) La leucémie lymphoïde chronique (LLC) La plus fréquente des hémopathies : 3 nouveaux cas / 100000 habitants / an Pas de facteur favorisant connu Adultes âgés (>65 ans), sexratio = 2/1 Accumulation de lymphocytes

Plus en détail

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire Vaccination des étudiants du Baccalauréat en Médecine de Lausanne INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire La vaccination du personnel de santé est recommandée par l Office fédéral

Plus en détail

La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a

La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? La vaccination n est pas seulement pour les enfants. Les adultes

Plus en détail

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable.

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable. SAISON 2011/2012 Quels virus en 2011/2012 Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) Virus A (H3N2) Virus B Virus A (H1N1) est stable. Les 3 types de virus de la grippe Virus grippal Type A Type B Type C Espèces

Plus en détail

Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010

Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010 Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010 CCLIN Ouest Antenne Régionale Pays de la Loire Visibles au microscope optique (de

Plus en détail

Biosimilaires. Les médicaments à l arc-en-ciel. Opportunités thérapeutiques grâce à une nouvelle génération de médicaments

Biosimilaires. Les médicaments à l arc-en-ciel. Opportunités thérapeutiques grâce à une nouvelle génération de médicaments Une brochure à l intention du public intéressé Biosimilaires Opportunités thérapeutiques grâce à une nouvelle génération de médicaments Les médicaments à l arc-en-ciel 1 Table des matières De la fabrication

Plus en détail

28 Complément et inflammation

28 Complément et inflammation 28 Complément et inflammation Introduction Le complément est un système de protéines sériques qui comporte une trentaine de constituants, solubles et membranaires. Il est impliqué dans la réponse innée

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME Département des situations d urgence sanitaire Personne chargée du dossier : Evelyne FALIP/Nicole BOHIC Tél : 01 40 56 59 65/02 32 18 31 66 evelyne.falip@sante.gouv.fr MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mars 2010 PREVENAR 13 0,5 ml, suspension injectable vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) Boîte de 1 seringue pré-remplie avec aiguille

Plus en détail

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport Service d ambulance Normes de soins aux patients et de transport Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Direction des services de santé d urgence Avril 2000 (Mise à jour : octobre 2002) Soins

Plus en détail

félins peuvent-ils être vaccinés?

félins peuvent-ils être vaccinés? Fiche technique n 6 2 ème édition Contre quelles maladies nos félins peuvent-ils être vaccinés? La vaccination est une des armes les plus efficaces dans la lutte contre certaines maladies infectieuses.

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Biochimie Mme Botti et Mme tchillian Le 22/10/07 Defresne Diane TD N 3 DE BIOCHIMIE LES ANTICORPS 2

Biochimie Mme Botti et Mme tchillian Le 22/10/07 Defresne Diane TD N 3 DE BIOCHIMIE LES ANTICORPS 2 Biochimie Mme Botti et Mme tchillian Le 22/10/07 Defresne Diane TD N 3 DE BIOCHIMIE LES ANTICORPS 2 1 DOMAINE D UTILISATION DES ANTICORPS IN VITRO ET IN VIVO B)Utilisation des Anticorps in vitro - dosages

Plus en détail

Le système du Complément

Le système du Complément Le système du Complément Marie-Agnès Dragon-Durey, Jean Yves Cesbron, Alain Chevailler, Christian Drouet, Béatrice Uring-Lambert I-Introduction... 2 II-Les voies d activation du Complément... 2 II-1.La

Plus en détail

Contacts Presse Leem : Stéphanie Bou-Fleurot - Tél : 01 45 03 88 38-06 60 46 23 08 - sfleurot@leem.org Virginie Pautre - Tél : 01 45 03 88 87 -

Contacts Presse Leem : Stéphanie Bou-Fleurot - Tél : 01 45 03 88 38-06 60 46 23 08 - sfleurot@leem.org Virginie Pautre - Tél : 01 45 03 88 87 - 50 QUESTIONS SUR LES VACCINS Contacts Presse Leem : Stéphanie Bou-Fleurot - Tél : 01 45 03 88 38-06 60 46 23 08 - sfleurot@leem.org Virginie Pautre - Tél : 01 45 03 88 87 - vpautre@leem.org 1 Les vaccins,

Plus en détail

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES Classement NABM : non inscrit code : non codé DÉCEMBRE 2006 Service évaluation des actes professionnels

Plus en détail

Les vaccinations du personnel hospitalier

Les vaccinations du personnel hospitalier Les vaccinations du personnel hospitalier Isabelle Buisson-Vallès Service de médecine du travail du personnel hospitalier Pr Brochard - CHU de Bordeaux 7ème JNI - Bordeaux 9 juin 2006 Introduction La majorité

Plus en détail

Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015

Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015 Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015 Dossier de presse LA VACCINATION AU COURS DE LA VIE : Conseils et réponses aux questions du quotidien, pour être à jour CONTACTS PRESSE INPES Inpes : Sandra

Plus en détail

Introduction. Sommaire. Quelques définitions

Introduction. Sommaire. Quelques définitions Le Guide : Vaccination et Travail Association Interprofessionnelle de Santé au Travail Sommaire Introduction page 3 Quelques définitions Risques infectieux et vaccination page 4 les agents responsables

Plus en détail

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY)

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) Lise Vézina, technicienne de laboratoire Michel Lacroix, agronome-phytopathologiste Direction de l innovation scientifique et technologique Au Laboratoire

Plus en détail

Études cliniques sur les essais de thérapies cellulaires et géniques de phase précoce

Études cliniques sur les essais de thérapies cellulaires et géniques de phase précoce Études cliniques sur les essais de thérapies cellulaires et géniques de phase précoce DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait aux études cliniques précoces portant sur les thérapies cellulaires et géniques.

Plus en détail

Développement de proteines thérapeutiques et d'anticorps monoclonaux des phases R&D à la production de lots cliniques

Développement de proteines thérapeutiques et d'anticorps monoclonaux des phases R&D à la production de lots cliniques Développement de proteines thérapeutiques et d'anticorps monoclonaux des phases R&D à la production de lots cliniques Les Services de Recherche et de Production de Protéines Recombinantes Chaque programme

Plus en détail

Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE

Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE e Au XVII siècle, l invention du microscope a permis d observer des êtres vivants de toute petite taille: les micro-organismes (ou microbes). Comment les microbes déclenchent-ils

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

BL01 : Environnement agro-industriel et cancer

BL01 : Environnement agro-industriel et cancer Note : ce document n est qu une prise de note rédigée pendant le cours de BL01. Il ne peut donc se substituer au cours d autant plus qu il est souvent incomplet (la 2 ème heure était souvent celle de la

Plus en détail

SYNDROME D HYPER-IgM

SYNDROME D HYPER-IgM SYNDROME D HYPER-IgM Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible : AGAMMAGLOBULINÉMIE

Plus en détail

La maladie de Lyme mars 2014

La maladie de Lyme mars 2014 La maladie de Lyme mars 2014 Il y a sur l internet beaucoup d information erronée et soi disant scientifique concernant la maladie de Lyme. Efforcons nous de mettre les choses au clair. Résumé La maladie

Plus en détail

Infections et déficit immunitaire secondaire (DIS) dans la LLC. A-t-on des armes thérapeutiques utiles?

Infections et déficit immunitaire secondaire (DIS) dans la LLC. A-t-on des armes thérapeutiques utiles? Infections et déficit immunitaire secondaire (DIS) dans la LLC. A-t-on des armes thérapeutiques utiles? Au cours du dernier congrès de la Société Française d Hématologie s est tenue une séance dédiée à

Plus en détail

Maladies infectieuses - Coqueluche

Maladies infectieuses - Coqueluche Maladies infectieuses - Coqueluche Document d info La coqueluche 1 Introduction La coqueluche est une maladie aiguë et contagieuse des voies respiratoires provoquée par la bactérie Bordetella pertussis.

Plus en détail

PROGRAMME NATIONAL DE VACCINATION

PROGRAMME NATIONAL DE VACCINATION LE PROGRAMME NATIONAL DE VACCINATION REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE Direction des Soins de Santé de Base PROGRAMME NATIONAL DE VACCINATION Manuel à l Usage des Professionnels de la

Plus en détail

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions TRANSFUSION SANGUINE Des réponses à vos questions Des réponses à vos questions La présente brochure s adresse aux personnes qui pourraient avoir besoin d une transfusion de sang ou de produits sanguins

Plus en détail

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement I- Les microbes dans notre environnement Qu est-ce qu un microbe? Où se trouvent-ils?

Plus en détail

Traitements futurs. Traitements de la SP 2014-10-01. I. Prévention de la maladie II. Prévention des poussées III. Neuroprotection et remyélinisation

Traitements futurs. Traitements de la SP 2014-10-01. I. Prévention de la maladie II. Prévention des poussées III. Neuroprotection et remyélinisation Traitements futurs Dr François Grand Maison, neurologue et directeur, clinique Neuro Rive Sud Traitements de la SP I. Prévention de la maladie II. Prévention des poussées III. Neuroprotection et remyélinisation

Plus en détail

3: Clonage d un gène dans un plasmide

3: Clonage d un gène dans un plasmide 3: Clonage d un gène dans un plasmide Le clonage moléculaire est une des bases du génie génétique. Il consiste à insérer un fragment d'adn (dénommé insert) dans un vecteur approprié comme un plasmide par

Plus en détail

RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE

RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE De très nombreuses raisons peuvent conduire un enfant ou un adulte à être en retard par rapport au calendrier vaccinal idéal. Parmi ces raisons, la

Plus en détail

Consultation II Lira District Questions et Réponses

Consultation II Lira District Questions et Réponses Consultation II Lira District Questions et Réponses Les questions suivantes ont été demandées à la population de Moroto County au cours des interviews à domicile. Dans la deuxième consultation, les participants

Plus en détail

L ABC DES PETITES MALADIES DE LA VIE COURANTE pour mieux utiliser les antibiotiques

L ABC DES PETITES MALADIES DE LA VIE COURANTE pour mieux utiliser les antibiotiques D Angine à Vaccin, de Bactéries à Viral : 28 mots pour se préparer à l hiver. Ce guide vous aidera à mieux comprendre les maladies de la vie courante comme le rhume ou la bronchite. Parce que face à ces

Plus en détail

Toxo KO: Un vaccin recombinant vivant pour la prévention de la toxoplasmose congénitale de la brebis

Toxo KO: Un vaccin recombinant vivant pour la prévention de la toxoplasmose congénitale de la brebis Toxo KO: Un vaccin recombinant vivant pour la prévention de la toxoplasmose congénitale de la brebis UMR INRA-Université 0483, Immunologie Parasitaire et Vaccinologie, Biothérapies Anti-infectieuses, 37200

Plus en détail

Fiche d information sur la vaccination destinée aux parents des enfants scolarisés en collège ou en lycée

Fiche d information sur la vaccination destinée aux parents des enfants scolarisés en collège ou en lycée Fiche d information sur la vaccination destinée aux parents des enfants scolarisés en collège ou en lycée La France est confrontée à une pandémie grippale due à un virus de la famille A/H1N1 mais qui est

Plus en détail

Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes

Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes 1. Origine des lymphocytes - les lymphocytes proviennent d'une cellule souche hématopoïétique multipotentielle (= totipotente)

Plus en détail

Coline Plé IPL. Les Immunoglobulines de type E (IgE) Classes d Immunoglobulines. Structure de l IgE (1) Structure de l IgE : Fragments Fab et Fc (2)

Coline Plé IPL. Les Immunoglobulines de type E (IgE) Classes d Immunoglobulines. Structure de l IgE (1) Structure de l IgE : Fragments Fab et Fc (2) Les Immunoglobulines de type E (IgE) Classes d Immunoglobulines 1. Structure 2. Synthèse 3. Récepteurs 4. Fonctions Division des Immunoglobulines en 5 classes en fonction de leurs propriétés structurales

Plus en détail

Lignée lymphocytaire

Lignée lymphocytaire Lignée lymphocytaire I-INTRODUCTION : LES LYMPHOCYTES: Support cellulaire de la défense immunitaire spécifique 25 40 % des globules blancs dans le sang périphérique Moins de 20 % dans le myélogramme. 3

Plus en détail