Sous l'égide DU MINISTERE DE L'INDUSTRIE. Le Centre National du Cuir. t i la Chaussure. en Partenariat avec

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sous l'égide DU MINISTERE DE L'INDUSTRIE. Le Centre National du Cuir. t i la Chaussure. en Partenariat avec"

Transcription

1 Sous l'égide DU MINISTERE DE L'INDUSTRIE «* Le Centre National du Cuir et de la Chaussure & en Partenariat avec IMEQCQ» Organisent LE CONCOURS EURO-MEDITERRANEEN "Créatif 2013" Les 13 et 14 Mai 2013 Ayant pour thème : Ri, 4c*tt#ée et $9* tiahuel» CNCC, ded c44hfiéte*tt&i eue èenvice dcé méu&iâ du cuùi f m*h : botwncdntlwin 4>Ôput1C SEVII, Cuir News N 108 Mar-Avr-2013 Bulletin d'information mensuel publié par Le Centre [National du Cuir t i la Chaussure

2 1 eu ^H 05 E E o in 02 Editorial 0 3 VieduCNCC Plan d'action Stratégique du CNCC 2013 POUR LE SECTEUR DES ICC UZL Recherche / Innovation U 5 Statistiques -Démarrage d'un nouveau projet de STATISTIQUES 2012 recherche : PNRIPUetEVA -Management de la valeur et analyse fonctionnelle U Statistiques STATISTIQUES 2012 U 7 Statistiques STATISTIQUES 2012 Cuir News Directeur respon; able de la publicdtit >n Amor BOUZOUADA O R Statistiques STATISTIQUES 2012 U Q Technique Les différents types de cuir : comment s'y retrouver? Q Technique Coopération avec l'afrique 1 Créatif 2013 Séminaire technique Editorial L'année 2013 sera certainement d'influence extrême pour l'avenir du pays et par ricochet pour l'économie nationale. Des élections seraient organisées au terme de cet exercice et donneraient lieu à de nouveaux gouvernants pour une période (à déterminer) permettant de planifier, dans le temps, les orientations aussi bien politiques qu'économiques et sociales qui imprégneront le proche futur de notre Tunisie. Et bien que tributaire des conditions générales du pays, ce qui nous intéresse le plus ici, c'est les aspects et l'atmosphère économiques qui marqueront notre secteur des industries du cuir. o Est-ce que les importations sauvages seraient maîtrisées? o Est-ce que le marché parallèle s'estomperait? O Est-ce que le secteur informel serait organisé? o Est-ce que nos professionnels verraient renaître la confiance en l'avenir de leur secteur? o Et est-ce que les investissements reprendraient? Des questions qu'on se pose au niveau du CNCC et dont les réponses, même si-elles sont négatives, ne freineraient pas notre effort pour toujours venir en aide à nos professionnels et au secteur au quel nous croyons fortement. Des questions qu'on se pose au niveau du CNCC et dont les réponses, même si-elles sont négatives, ne freineraient pas notre effort pour toujours venir en aide à nos professionnels et au secteur au quel nous croyons fortement. D'ailleurs en jetant un coup d'œil sur notre programme d'actions, aussi bien au niveau des investissements prévus qu'à celui des activités ou des recrutements projetés, l'on s'aperçoit que le CNCC reste optimiste. Certes, le secteur des ICC progresse, désormais, à double vitesse, une pour la branche off-shore et la seconde pour le marché local, mais leur avenir est quelque part commun. Il suffit de répondre positivement aux questions ci-haut posées, de s'organiser en conséquence et surtout de croire en nos capacités intrinsèques pour redémarrer de plus belle l'envolée de notre secteur. Le marché existe en Tunisie et ailleurs, encore faut-il saisir les occasions qui s'offrent à nous et lorgner, par exemple, du côté de nos voisins à l'ouest et au Sud, pour jauger les grandes opportunités que nous nous devons d'exploiter et qui nous sont accessibles à conditions d'y croire et d'y mettre les moyens nécessaires. Editorial Cuir News N 108 Mar-Avr 2013 Page 2

3 Plan d'action Stratégique du CNCC 2013 Dans une dynamique nouvelle liée au développement et à la promotion du secteur ICC en Tunisie, le CNCC a mis en place un plan d'action pour l'année 2013 qui consolide et valorise ses atouts au profit du secteur, et ce à partir de l'analyse du bilan de l'environnement interne (points forts & points faibles) ainsi que l'environnement externe du CNCC (opportunités & menaces). Les actions retenues comme prioritaires sont orientées autour de ces quartes grandes objectives : Objectif 1 Assurer une bonne surveillance du marché Le cuir et chaussures est un secteur très diversifié et comprend plusieurs activités. Ainsi, a protéger le secteur et assurer une concurrence loyale» constitue un enjeu majeur dans notre plan d'action stratégique. Le diagnostic de l'environnement du secteur ICC en Tunisie a mis en avant les menaces dont-il souffre tel que la dominance du marché parallèle. Les circuits informels de l'importation et de la distribution des produits en cuir ne sont pas encore maîtrisés. Pour contrôler ce phénomène le CNCC envisage la mise en place d'une cellule interne chargée de la réglementation régissant le secteur en partant de l'actualisation de l'arrêté du 16 Janvier En parallèle à cet objectif le CNCC doit achever les travaux d'extension et de réaménagement du laboratoire du CNCC qui sera en mesure d'abriter les nouveaux équipements de haute technologie. Cette orientation est motivée par la capacité de ces équipements à répondre aux besoins du secteur en termes de conformité de ses produits aux réglementations et directives nationales et internationales. Objectif 2 Garantir une bonne expertise Ce plan d'action s'inscrit dans une vision long-terme au profit du secteur ICC, il prévoir l'amélioration des prestations du CNCC et de son appui au secteur en se plaçant en tant que leader technique et technologique. Le CNCC a su. à cet effet, mettre en place une stratégie de contrôle qui permet de développer des actions structurantes en amont par «la constitution de fiches techniques pour le marché publique», «la formation des contrôleurs du Ministère du commerce» et en aval par «la formation des vendeurs des grandes surfaces». Objectif 3 Développer les compétences au sein des entreprises En 2012, CNCC a assuré la formation et le perfectionnement des cadres et techniciens du secteur ICC dans des thèmes (technique & horizontale) d'environ 80 entreprises (inter- et intra-entreprises) pour plus de 330 bénéficiaires. Les thèmes de formations sont identifiés à travers les diagnostics stratégiques, les interventions en entreprises et les besoins exprimés par la profession Pour cela le CNCC a préparé un nouveau guide de formation sans oublier de mettre à jours les supports pédagogiques de formation. Objectif 4 Améliorer les performances du secteur L'objectif est d'améliorer les performances du secteur à travers l'augmentation de la valeur ajoutée en exploitant les potentialités au niveau de la matière première grâce à: - La mise en place d'une banque de données matières premières, - La préparation d'un guide de bonnes pratiques de la conservation, - La constitution d'un comité de réflexion sur la valorisation du potentiel Tunisien en peaux. Ceci sera certainement, pour les années à venir, source d'opportunités supplémentaires pour le secteur, dont il convient de se saisir. Dans ce même objectif le CNCC va continuer son rôle «incitatif & attractif», dans le domaine de l'assistance technique et l'accompagnement dans les programmes nationaux (PCAM-MAN- ITP-& autres), pour aider les entreprises à adopter de nouvelles techniques et technologies. Le recours aux projets de recherche et d'innovation nationaux et internationaux (PNRI, VRR, PCRD, coopérations bilatérales / autres ) constitue aussi un facteur déterminant pour le maintien de la compétitivité et la performance du secteur et ce dans le but de surmonter les problèmes environnementaux, d'aider les entreprises du secteur à maîtriser les coûts et utiliser les nouvelles technologies et les nouveaux intrants. Avec la mise en œuvre de son plan d'actions stratégique «Action 2013». le CNCC a l'ambition de renforcer son soutien au secteur avec une bonne notoriété en se rapprochant plus des industriels par : - L'organisation de deux tables rondes, - L'organisation d'une journée sur le secteur ICC «Réalités & Perspectives», - La planification de visite de prospection et de sensibilisation des entreprises. - L'actualisation de la base de données des entreprises, - Et la dynamisation de son site web (ajout de liens utiles.., etc.) - Et enfin la réalisation d'une étude sur la notoriété du CNCC auprès des entreprises du secteur. Henia JLASSI / Département financier Vie du CNCC Cuir News N 108 Mar-Avr 2013 Page 3

4 Démarrage d'un nouveau projet de recherche : PNRIPUetEVA Après l'accord officiel de financement du Ministère de l'industrie et suite à la signature de la convention entre les différents partenaires, la Direction de Recherche et Innovation a démarré en Janvier 2013 un nouveau projet de recherche intitule» Récupération et valorisation des déchets solides : PU et EVA utilisés dans les semelles de marche en Tunisie» financé par le Programme National de Promotion de l'innovation Technologique (PNRI). Ce projet sera réalisé en collaboration entre le Centre National du Cuir et de la Chaussure, étant la structure porteuse du projet, le partenaire de recherche l'ecole Nationale d'ingénieurs de Sfax (Laboratoire Eau, Energie et Environnement) et le partenaire industriel la société El Médina. L'Objectif du présent projet est de développer des techniques de traitement chimiques et mécaniques des déchets de semelles à base de polyuréthane (PU) et de polyéthylène acétate de vinyle (EVA) en vue de les recycler et de mettre au point de nouveaux produits. En effets, ces matières, de part leur structure réticulée, ne peuvent pas être fondues et remodelées. Alors, ils ne sont pas recyclables directement par traitement thermique contrairement aux matériaux thermoplastiques (PVC, TPU, caoutchouc thermoplastique (TR)...). Ce projet vise à proposer des solutions pour la gestion des déchets de semelles à base de PU et EVA générés par les industries de chaussures en Tunisie à des quantités considérables. Ces techniques de recyclage et de valorisation vont être par la suite exploitées dans le secteur des indutries du cuir ou dans d'autres secteurs. Une équipe pluridisciplinaire du CNCC veillera à fa bonne réalisation de ce projet en collaboration avec le partenaire de recherche et les filières industrielles concernées. ChirazGORGIHILA/DRI Management de la valeur et analyse fonctionnelle La compétitivité dans le secteur concurrentiel et la rationalité économique dans le secteur non concurrentiel sont devenues les indicateurs majeurs de gestion des organismes et les conditions premières de leur pérennité et de leur développement. Tout organisme est donc à la recherche permanente de compromis lui permettant de proposer la réponse optimale attendue par son marché et les parties prenantes. Le concept de valeur qui exprime la relation entre la contribution d'une activité, produit ou service et les ressources consommées pour la générer permet d'apprécier l'efficience de ce compromis. Les enjeux auxquels peut répondre le management par la valeur proviennent de l'évolution de la Société, des marchés ou du contexte industriel. Le management par la valeur favorise la création et le développement de la valeur et de la compétitivité durable et acceptable par les différentes parties intéressées. Pour cela il apporte des réponses méthodologiques et managériales permettant à l'organisme de mieux maîtriser les enjeux de son secteur d'activité. La finalité du management par la valeur est d'apporter une réponse ou des informations fiables pour la prise de décision. Globalement le management par la valeur répond à différentes préoccupations : fonctionnelle : pour bien poser le problème, technique : pour la recherche de solutions et la réalisation de l'offre, économique : pour optimiser l'utilisation de ressources, financière : pour orienter ou valider une décision d'investissement. Son application vise à l'obtention d'un développement durable. Les concepts mis en œuvre vont bien au-delà des seules dimensions d'utilité. Les concepts de fonction et de valeur prennent également en compte des aspects tels que les ressources humaines, les partenariats, la connaissance. C'est une approche transverse reliant les différents secteurs d'un organisme pour qu'il assure dans les meilleures conditions de service la finalité qui justifie son existence. Pour chaque activité, processus ou projet de l'organisme, le management par la valeur incite à : en apprécier la valeur, c'est-à-dire évaluer ou estimer l'apport créé ou attendu pour les différentes parties prenantes au regard des ressources à mobiliser ou mobilisées dans l'activité, le processus ou le projet concerné ; utiliser des méthodes et outils pour maximiser cette valeur créée sous diverses contraintes, locales ou globales : - de ressources (humaines, techniques, financières), - de niveau de risque, Il apporte ainsi une contribution effective à la préparation des décisions (de gestion, d'allocation de ressources, de pilotage des activités et projets, de choix de conception, etc.). Mahmoud MANSOURI / DRI Recherche/Innovation Cuir News N 108 Mar-Avr 2013 Page 4

5 STATISTIQUES , nous a quitté, laissant des séquelles sur la vie sociale, économique et politique du tunisien. Certes, ces séquelles sont en général négatives mais, n'était-ce pas prévisible après une révolution qui n'a vécu que son deuxième exercice? Pour le secteur des industries du cuir, cette année a été marquée par un léger fléchissement des échanges commerciaux au niveau international. Ainsi, les exportations des ICC ont chuté de 4,2% passant de 1044 MDT en 2011 à 1001 MDT en 2012 ; et c'est essentiellement, les branches de la chaussure et des tiges qui en sont les causes. Les chutes enregistrées au niveau de ces deux branches sont respectivement de 25,5 MDT et 17,8 MDT soit -4,3% et -8%. Les importations du secteur, ont par contre gardé le même volume enregistré lors de l'exercice 2011 soit environ 670 MDT. Cependant, il y a lieu de noter que les importations de produits finis tels que les chaussures et les articles de maroquinerie ont fortement progressé (47,2% pour les chaussures et 46,6% pour la maroquinerie). Ce phénomène trouve son explication à travers la profusion des importateurs de fortune qui envahissent le marché local, sans compter la mutation, en commerçants nets de nombre de producteurs et de marques. Les exportations du secteur tunisien des ICC, ont été à concurrence de 97%, l'œuvre des entreprises off-shore. Les chaussures représentent à elles seules 56% des réalisations du secteur ; suivent ensuite les tiges de chaussures avec 20%, les articles de maroquinerie avec 13% et les cuirs et peaux avec 7,6%. La typologie des produits exportés par le secteur des ICC, s'oriente de plus en plus vers les articles finis, et rien que cette orientation, nous laisse optimiste quant à l'avenir de notre secteur. Balance Commerciale Désignations Exportations Répartition Importations Répartition Soldes Taux de couverture Cuirs, peaux et pelleterie % % % Chaussures % % % Tigas de chaussures 203,9 20.4% % % Maroquinerie % % % Habillement en cuir % % % Accessoires et composants % % % Total % 670,3 100% 330, % Au terme de l'année 2012, la balance commerciale du secteur des ICC a affiché un taux de couverture des importations par les exportations de 149,3%. Les exportations du secteur ont totalisé 1000,9 MDT, quant aux importations, elles ont cumulé 670,3 MDT, pour dégager un solde commercial à hauteur de 330,6 MDT. Comme toujours, le secteur des ICC est exportateur de produits finis qui ont atteint 706,6 MDT en 2012, ce qui représente 70,6% des exportations globales. Le reste des exportations qui sont de 294,3 MDT concerne les cuirs et peaux, les tiges de chaussures ainsi que les accessoires et composants. 1*00.0 1O0O ioo.o reo.o 0.0 «M Balance Commerciale hi 6 1 M * ,9 IT w m «iw. J010 AIV>«B7011 Aivi» >01J i luruiiom bnpqriiiinr» Statistiques Cuir News N 108 Mar-Avr 2013 Page 5

6 STATISTIQUES 2012 La filière chaussures domine toutes les branches de production avec un solde commercial remarquable (508.9 MDT) et une valeur des exportations de 561,9 MDT, soit 56,1% des exportations de l'année. Du côté des importations, 82,3% des réalisations totales, soit 551,9 MDT concernent l'importation des produits intrants tels que les cuirs et peaux, les tiges de chaussures et les accessoires et composants. Ces importations sont en majeure partie destinées aux entreprises totalement exportatrices dans le cadre de l'admission temporaire. Evolution des exportations Unilé. MDT Evolution % j Désignation Année 2010 Année 2011 Année 2012 Années Années 2010/ /2012 Cuirs, peaux et pelleterie % 16.3% Chaussures % -4.3% Tiges de chaussures % -8% Maroquinerie % 4% Habillement en cuir % -25% Accessoires et composants ,5 22,9% -9.9% Total ,9 8% -4,2% Les exportations du secteur ont reculé de -4,2% entre les années 2011 et 2012 pour passer de 1044,4 MDT à 1000,9 MDT. Entre 2010 et 2011, elles ont augmenté de 8%. Cette régression est, d'une part, le résultat des effets de la révolution sur l'économie d'une façon générale et sur les activités industrielles d'une façon particulière qui ont connu des chutes remarquables sur tous les niveaux (production, exportations, importations...), et d'autre part une des conséquences de la crise internationale qui touche presque tous les pays et tous les secteur dont celui des ICC avec 561,9 MDT, soit 56,1% des réalisations globales du secteur. Les tiges de chaussures viennent ensuite avec 203,9 MDT, puis les articles de maroquinerie avec 133,6 MDT. Côté opérateurs, les exportations de l'année 2012 ont été réalisées par 766 entreprises différentes. Presque la moitié du volume des exportations soit 463 MDT est réalisée par seulement une dizaine d'opérateurs. Exportations par Pays En 2012, les cuirs, peaux et pelleterie sont la seule filière qui a connu une augmentation dans leurs exportations par rapport à 2011 (16,3%). Toutes les autres filières ont enregistré une baisse de leur performance avec -4,1% pour tes chaussures, o-'. pour les tiges de chaussures, jusqu'à -25% pour l'habillement en cuir. 134.S 119.» ratiï tfrance ALLEW.Afî\E Aulrai piga Malgré une diminution entre 2011 et 2012, les filières chaussures reste toujours la base des exportations des ICC 3<H. Statistiques Cuir News N 108 Mar-Avr 2013 Page 6

7 STATISTIQUES 2012 Evolution des exportations par pays Unsé:MDT Classement Pays Evolution Evolution Répartition Année Année Année Année Aimées Années 2010/ / ITALIE % : 43.5% 2 FRANCE % 2.5% 30 2% 3 ALLEMAGNE 124, % 13% 134% 4 ESPAGNE , e ;, 6,5% 1,8% 5 HONG-KONG % -31.6% 0.7% 6 SUISSE % 225% 0,6% 7 ROUMANIE ,5 52.1% -11% 0.6% 8 ROYAUME UNI % 25% 0.5% 9 YEMEN DEMOCRATIQUE ,8 90% 152,6% 0,5% 10 BELGIQUE 2.8 2, % 57 7% 0.4% Autres pays % -9.9% 7.7% Total 967, ,9 8% -4,2% 100% En les exportations du secteur sont acheminées vers 95 pays du monde entier. L'Italie, la France et l'allemagne demeurent les destinations privilégiées des produits tunisiens du secteur à l'export. Ceci est dû au nombre et à la taille des entreprises installées en Tunisie appartenant à ces pays. Les exportations sont en grande partie réalisées par ces entreprises dans le cadre du régime off-shore. Ces trois pays ont cumulé, à eux seuls, 871,4 MOT, soit 87,1% des réalisations de l'année en matière d'export. Au niveau de l'italie et la France, on remarque, entre les années 2011 et 2012 des régressions des exportations, respectivement de -10.4% et -2,5%. Cela peut être expliqué par le fait que les entreprises étrangères installées en Tunisie rencontrent beaucoup de difficultés liées aux conditions économiques et sociales apparues après la révolution, et résultant des perturbations que connaît le marché européen. Ainsi, le rythme de production devient irrégulier, et par la suite le volume des exportations baisse. Après ces trois pays, l'espagne suit de loin avec 17.9 MOT, soit seulement 1,8% des exportations totales du secteur. Parmi les dix premières destinations, on retrouve par ordre d'importance des exportations, le Hong Kong, la Roumanie, la Suisse et le Royaume Uni avec des valeurs allant de 5,5 MOT à 6,7 MOT. Il y a lieu de constater que la Belgique réintègre la liste du top ten après une absence de quelques années. Les exportations vers ce pays ont totalisé 4,1 MOT en 2012 contre 2,6 MDT en 2011, soit une croissance de 57,7%. Il est à remarquer aussi que le Yémen Démocratique a rejoint le groupe des destinations privilégiées avec 4,8 MDT en 2012 contre 1,9 MDT en 2011, soit une évolution de 152/ Le Belgique et le Yémen Démocratique sont des pays à suivre, les résultats sont prometteurs, des actions sont à entreprendre et des efforts sont à encourager sur ces deux marchés. Statistiques Cuir News Ni 08 Mar-Avr 2013 Page 7

8 STATISTIQUES 2012 Evolution des importations Unité MOT Evolution Désignations Année 2010 Année 2011 Année 2012 Années 2010/2011 Années 2mi/20n Cuirs, peaux et pelleterie % -3% Chaussures ,5% 47,2% Tiges de chaussures 85,2 91,1 69,9 6 9 o -23,3% Maroquinerie 34,6 39,5 57,9 14,2% 46,6% Habillement en cuir 67 7, % 1.4% Accessoires et composants ,7 119,7-1,1% -1,6% Total 632,6 669,3 670,3 5,8% 0.1% Au terme de l'année 2012, les importations du secteur ont atteint 670,3 MDT contre 669,3 MDT en 2011 et 632,6 MDT en 2010, soit une évolution de 5,8% entre 2010 et 2011, puis 0,1% entre 2011 et Les intrants cuirs et peaux, tiges de chaussures et accessoires et composants sont les produits les plus importés avec une valeur totale de 551,9 MDT, ce qui correspond à 82,3% des importations globales de l'année. Les importations sont généralement l'œuvre des entreprises off-shore. Ces intrants, et malgré l'importance de leur part dans les importations du secteur, ont baissé entre 2011 et 2012 de -3% pour les cuirs et peaux,-23,3% pour les tiges de chaussures et -1,6% pour les accessoires et composants. Ces régressions peuvent être la conséquence du ralentissement qu'ont connu les entreprises off-shore dans leur production suite à la révolution qui a touché, entre autres, toutes les activités industrielles. Il est à préciser que l'importation des produits finis tels que les chaussures et les articles de maroquinerie, a affiché des taux d'évolution remarquables respectivement de 47,2% et 46,6% entre les années 2011 et Désignations Répartition par régime d'activité Exportations Valeur Part% Umtê MDT Importations Valeur Part % Entreprises offshore % ,2% Entreprises on Shore % % Total 1 000,9 100% 670,3 100% IchrafGUEDDICHE/DIC Statistiques Cuir News N 108 Mar-Avr 2013 Page 8

9 Les différents types de cuir : comment s'y retrouver? Appelons un chat, un chat : le cuir n'est rien d'autre que de la peau qui fait l'objet d'un traitement (tannage) pour résister dans le temps et s'adapter aux différentes formes qu'on lui fait prendre (vêtements, chaussures, sacs à main...). Or si la définition du cuir est somme toute assez simple, ses déclinaisons sont nombreuses. Voilà de quoi vous aider à y voir plus clair. Généralement en parle de trois types de cuir : vachette, veau ou cuir de buffle : La vachette, issue de différents bovins adultes (bœuf, taureau, vache etc.), est le plus couramment utilisé, elle possède un grain relativement marqué et une très bonne tenue à l'usage. Pour toute utilisation excepté les semelles de chaussure. Le veau, d'un grain plus fin que celui de la vachette ou du taureau, doit sa souplesse et sa douceur exceptionnelles à la jeunesse de sa peau. Le cuir de buffle est un cuir, dont le relief est plus important, son grain est à la fois naturel et irrégulier. Ces caractéristiques en font un matériau particulièrement résistant et qualitatif, qui lui vaut le surnom de " diamant du cuir ". Il existe divers types de cuir qui se différent par leur caractéristiques spécifiques en matière d'épaisseur, texture, mode de fabrication (tannage et finition). Le cuir pleine fleur C'est la forme la plus noble du cuir Cuir ayant conservé sa surface d'origine «la fleur», dans son intégralité, d'où son nom, laissant apparaitre les caractéristiques de la peau : grain naturel et rides. Très résistant et imperméable, il est garant d'un produit d'excellente qualité. Dans la catégorie du cuir pleine fleur, on trouve : Le cuir plongé : la peau d'agneau est colorée par immersion mais n'est pas protégée. Seules les très belles peaux subissent ce traitement. Elles sont souples, très douces mais aussi plus fragiles tant que les peaux ne sont pas patinées. Ce sont les plus beaux cuirs, mais aussi les plus chers. Moins épais et moins résistant que le cuir pleine fleur, il est aussi plus abordable. On distingue la croûte velours d'aspect externe fibreux {croûte poncée) de la croûte enduite d'apparence lisse. Cette finition de cuir donne souvent des articles premier prix et bas de gamme : de semelles, de ceintures ou pour le revêtement des de meuble, Le cuir nappa / voilé : pleine fleur, souple et moelleuse, obtenue à partir de diverses peaux de faible épaisseur ayant subit un traitement de surface protecteur. Le cuir nappa se distingue par son exceptionnelle souplesse et résistance. Il utilisé dans la ganterie et le vêtement, et aussi pour la fabrication de tiges d'articles chaussants souples. Le cuir lave : la peau subil Ull traitement qui donne un aspect hétérogène à la teinte. Ce cuir se patine avec le temps. Le cuir graine : peau ayant subit un traitement qui fait ressortir le grain de la peau. Le cuir vieilli : peau pleine fleur pigmentée et ombragée en surface afin de donner un "aspect patiné" au cuir. Le cuir nubuck Le nubuck est un ponçage de la fleur de diverses peaux leur donnant une apparence velours et un toucher exceptionnelle douceur. d'une La fleur du cuir est grattée au papier de verre ou à la meule pour obtenir une peau hyper souple, souvent moins fragile, facile à travailler, et à l'aspect mat et patiné avec un grain plus fin et plus uni. On trouve différentes finitions de nubuck : Le cuir skipper : cuir teintée avec de la cire. La finition donne un effet marbré et mat. Le cuir destroy : cuir principalement de chèvre teinté avec de la cire et feutré. Le grain de la chèvre étant irrégulier, le dessus du grain apparaît brillant. Le cuir huilé : cuir nubuck teinté avec une huile pour obtenir un aspect brillant. Le cuir "daim" Peau travaillée sur l'envers et poncées coté chair afin de leur donner un "aspect velours". La matière première est de meilleure qualité que celle des traitements en croûte de cuir. Technique Cuir News N 108 Mar-Avr 2013 Page 9

10 La croûte de cuir C'est la partie la moins noble de la famille des cuirs provenant de la refente des cuirs épais. Il s'agit de la feuille inférieure qui contient la chair du cuir. contrairement à la feuille supérieure qui contient la fleur utilisée pour le cuir pleine fleur. Le "cuir retourné" Peau de mouton poncée coté chair pour lui donner un aspect velours tandis que la laine est conservée à l'intérieur du vêtement. Les produits en mouton retourné procurent chaleur et respirabilité, et sont à la fois souples et robustes. Souvent utilisé pour les collections hivernales, on le retrouve dans les chaussures et les manteaux, Coopération avec l'afrique Cuir sellier C'est un cuir rare, pleine fleur et pleine épaisseur (2 mm minimum). Un tannage mixte, minéral et végétal, le dote d'une résistance et d'un toucher exceptionnel. Travaillé dans la masse comme le cuir des selles de cavalier, chaque pièce est aussi piquée façon "Sellier", à l'aide de fils tissés très résistants, Cuir fleur corrigée Cuir ayant subi un légei ponçage de la fleur dan? le but d'er homogénéiser la surfact et de supprimei certaines marques et défauts trop prononcés. La partie côté fleur est quant à elle plus précieuse Abir NAKIB/DCA Source : Dans le cadre de la coopération bilatérale entre la Tunisie et l'organisation des Nations Unies pour le développement industriel, une délégation représentant le secrétariat du groupe du comité Afrique de l'est, présidée par Madame Ngyen TASS, chef de l'unité de la compétitivité pour la promotion industrielle et la partenariat, a effectué une visite de travail en Tunisie du 10 au 14 Décembre 2012, Et dans l'objectif de s'enquérir de l'expérience tunisienne dans le domaine de la réhabilitation et la promotion industrielle, la délégation a visité certaines institutions d'appui dont le Centre National du Cuir et de la Chaussure pour discuter des moyens de coopération dans ce domaine. Une séance de travail a rassemblé la délégation avec le Directeur Général et quelques cadres du Centre pour prendre connaissance de l'activité du Centre et ses missions. La délégation a également fait une visite, sur terrain, des laboratoires d'analyses et essais, des laboratoires de métrologie et de l'espace mode du CNCC. De bonnes perspectives de coopération avec des pays de l'afrique de l'ouest se profilent pour le CNCC, ainsi que pour les professionnels du secteur des ICC qui doivent prospecter au niveau de ces potentiels marchés. CNCC, CN( partenaire des entreprises industrielles et artisanales du secteur du cuir *rh*h\ cnccleather. nal tn Technique Cuir News N 108 Mar-Avr 2013 Page 10

11 Séminaire technique Comme de coutume, les jeunes étudiants tunisiens et internationaux en design et modélisme et les professionnels du domaine du cuir et de la chaussure seront au rendez vous pour une nouvelle édition du concours «Créatif» le «Talon de Cristal». qu'organise annuellement le Centre National du Cuir et de la Chaussure (CNCC) en collaboration avec la fédération Nationale du Cuir et de la Chaussure (FNCC) et en partenariat avec ses homologues de la France. l'italie et l'espagne. En concomitance avec le concours" Créatif 2013» et en parallèle avec l'exposition organisée à cette occasion, le Centre National du Cuir et de la Chaussure organise au profit des industriels du secteur des ICC un séminaire technique sous le thème «Les laboratoires du CNCC, vecteur de croissance et d'innovation *> et ce le Mardi 14 Mai 2013 au Siège de l'utica. Ci-dessous le programme de cette manifestation : CREATIF 2013 Les 13 et 14 Mai 2013 Séminaire : Les laboratoires d'analyses et d'essaies, vecteur de croissance et d'innovation Mardi 14 Mai Siège UTICA - PROGRAMME 14H30 Allocution de bienvenue : Président de la FNCC Ouverture officielle du séminaire : DirecteurGénéralduCNCC 14H45 15 H 00 15H15 15 H H H H H 30 Les laboratoires d'analyses et d'essaies du CNCC Les laboratoires métrologie du CNCC Communication CTC-Lyon PCAM : Pour l'amélioration de la compétitivité des entreprises Discussion Clôture par Mr. Le ministre de l'industrie Cérémonie de délibération du concours «Créatif 2013» Cocktail de clôture Créatif 2013 Cuir News N 108 Mar-Avr 2013 Page 11

12 l7.raeddcairzj.siailâdgz033llégrtae WrBflflBB ra:*2l6ïl43!88a I! HHH.t:il. UIM. i.rh.r.n.uiii^i.

Panneaux de particules et panneaux de fibres

Panneaux de particules et panneaux de fibres de particules et panneaux de fibres De création récente puisque la première usine de fabrication de panneaux de particules a été construite en France en 1953, cette industrie a connu un essor remarquable.

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil :

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : Journée de l Ingénieur Tunisien Tunis, 30 octobre 2010

Plus en détail

Résultat du commerce extérieur

Résultat du commerce extérieur Publication Statistique P 0104 Résultat du commerce extérieur Octobre 2012 Prochaine publication Novembre 2012 06 Décembre 2012 Date prévue de parution Pour plus de détails, contacter l unité information

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

Chambre de Commerce et d Industrie de Sfax

Chambre de Commerce et d Industrie de Sfax Chambre de Commerce et d Industrie de Sfax 1 C'est une visite à dominance économique que la Chambre de Commerce et d'industrie de Sfax vient d'effectuer au Mali et au Burkina Faso à la tête d'une importante

Plus en détail

Termes de références de l Appel d Offre National PAQ-CG N 01/2011

Termes de références de l Appel d Offre National PAQ-CG N 01/2011 MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE Programme d'appui à la Qualité - Capacité de Gestion (PAQ-CG) Intitulé du Projet: '' Programme d'harmonisation de l'administration,

Plus en détail

Stratégie Nationale sur le Changement Climatique

Stratégie Nationale sur le Changement Climatique Publié par la En collaboration avec le Ministère de l Equipement, de l Aménagement du Territoire et du Développement Durable Stratégie Nationale sur le Changement Climatique Synthèse Publié par Bureau

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004

OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004 OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004 DIRECTION DE L'EXPANSION ECONOMIQUE DIVISION DES STATISTIQUES ET DES ETUDES ECONOMIQUES SOMMAIRE Pages PREAMBULE 1 CHAPITRE n 1 - LES RESULTATS ANNUELS 3

Plus en détail

Thème : La consommation des ménages

Thème : La consommation des ménages Thème : La consommation des ménages Vous effectuez votre période de PFMP au sein du magasin ZARA, grande surface spécialisée dans le prêt-à-porter féminin, implantée dans le centre commercial Cap 3000

Plus en détail

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Luxembourg, le 21 avril 211 Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Dans la mesure où le Service Central de la Statistique et des Etudes Economiques (STATEC) n'est pas encore à

Plus en détail

2. L'économie et la politique de transport de marchandises comme déterminants du marché de la logistique suisse

2. L'économie et la politique de transport de marchandises comme déterminants du marché de la logistique suisse 2. L'économie et la politique de transport de marchandises comme déterminants du marché de la logistique suisse Vue d'ensemble des principaux faits La Suisse compte, avec un produit intérieur brut de 603

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

Les Jeudis de la Reprise. Programme de Formation

Les Jeudis de la Reprise. Programme de Formation Les Jeudis de la Reprise Programme de Formation 1. Les objectifs : L'objectif fondamental de ce dispositif est d'aider un repreneur potentiel à reprendre une. Ce dispositif s'engage à accroître la capacité

Plus en détail

MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE MEM. Avril 2014

MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE MEM. Avril 2014 MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE Avril 2014 Éditeur BAKBASEL Rédaction Florian Zainhofer Esteban Lanter Max Künnemann Adresse BAK Basel Economics AG Güterstrasse 82 CH-4053 Basel T +41 61 279 97 00 F +41

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L INDUSTRIE DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L INDUSTRIE DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L INDUSTRIE DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT Titre du projet «Appui à la mise en œuvre de la stratégie

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION AUVERGNE

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION AUVERGNE TENDANCES RÉGIONALES RÉGION AUVERGNE NOVEMBRE 28 Tous les commentaires s appliquent à des données corrigées des variations saisonnières Auvergne Tendances régionales novembre 28 Page 1 sur 8 Vue d ensemble

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Termes de références de la Formation PAQ-CG N 01/2012

Termes de références de la Formation PAQ-CG N 01/2012 MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE Programme d'appui à la Qualité - Capacité de Gestion (PAQ-CG) Intitulé du Projet: '' Programme d'harmonisation de l'administration,

Plus en détail

Caractéristiques de la Plateforme de formation Fegems

Caractéristiques de la Plateforme de formation Fegems Caractéristiques de la Plateforme de formation Fegems Organisation La Plateforme de formation de la Fegems est au bénéfice d une subvention de l Etat depuis juin 2003. Cette aide s est inscrite dans le

Plus en détail

La diplomatie économique et la promotion économique du Maroc à l étranger

La diplomatie économique et la promotion économique du Maroc à l étranger Conseil National du Commerce Extérieur La diplomatie économique et la promotion économique du Maroc à l étranger Anticiper Partager Agir 2000 www.cnce.org.ma Sommaire INTRODUCTION 1. LE NOUVEAU CONTEXTE

Plus en détail

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger!

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Programme de formation Méthode pédagogique Le parcours «Chef d entreprise, votre métier c est diriger!» se compose de 18 journées de formation collective

Plus en détail

«Méthodes d évaluation du Système de Management Qualité et de la sécurité informatique»

«Méthodes d évaluation du Système de Management Qualité et de la sécurité informatique» MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE Programme d'appui à la Qualité - Capacité de Gestion (PAQ-CG) Intitulé du Projet: '' Programme d'harmonisation de l'administration,

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 21 2. GESTION DES RESSOURCES HUMAINES La gestion des ressources humaines a pour objectif de mettre l institution en mesure de réaliser au mieux ses choix stratégiques dans un environnement en mutation.

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Rapport de planification stratégique

Rapport de planification stratégique Comité sectoriel de la main-d œuvre du commerce de l alimentation Rapport de planification stratégique Décembre 2009 Comité sectoriel de main-d'oeuvre de l'industrie du caoutchouc du Québec 2035, avenue

Plus en détail

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

Cartographie de compétences d un entrepreneur

Cartographie de compétences d un entrepreneur Cartographie de compétences d un entrepreneur Mission générale L entrepreneur définit la stratégie générale de l entreprise et supervise sa mise en œuvre Principales activités L entrepreneur fixe les objectifs

Plus en détail

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible.

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible. Mars 2010 Synthèse de l étude de faisabilité sur la mise en place d une offre structurée de formation continue en matière de design, répondant aux besoins des entreprises I- L état des lieux fait le constat

Plus en détail

INNOVATIONS & FOURNISSEURS

INNOVATIONS & FOURNISSEURS Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. INNOVATIONS & FOURNISSEURS «La prise en charge de l innovation fournisseur

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

Épreuve n 11 : contrôle de gestion

Épreuve n 11 : contrôle de gestion Épreuve n 11 : contrôle de gestion Nature : épreuve écrite portant sur l étude d une ou de plusieurs situations pratiques et/ou un ou plusieurs excercices et/ou une ou plusieurs questions. Durée : 4 heures.

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

MISE EN ŒUVRE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS POUR L AMELIORATION DE LA PERFORMANCE DES PROGRAMMES ET PROJETS

MISE EN ŒUVRE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS POUR L AMELIORATION DE LA PERFORMANCE DES PROGRAMMES ET PROJETS Ministère des Affaires Étrangères et de la Coopération Programme des Nations Unies pour le Développement MISE EN ŒUVRE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS POUR L AMELIORATION DE LA PERFORMANCE DES PROGRAMMES

Plus en détail

Catalogue des cours en BTS Assistant de Manager

Catalogue des cours en BTS Assistant de Manager Catalogue des cours en BTS Assistant de Manager MATIÈRES 1 ère année de formation 2 ème année de formation Horaire ECTS Horaire ECTS Culture générale et expression 60 h 4 60 h 4 Langue vivante A : Anglais

Plus en détail

Présentation des Résultats 2006

Présentation des Résultats 2006 Présentation des Résultats 2006 Réunion SFAF du 28 mars 2007 Une année 2006 brillante en terme de résultats Aubay a encore sur performé son marché sur tous les indicateurs : Un CA de 120,8 M en croissance

Plus en détail

2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES

2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES Version intégrale 2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES Par rapport aux séries 2 publiées l'année précédente sur le stock de capital (SDC) et les amortissements, trois adaptations méthodologiques ont été pratiquées

Plus en détail

Guide d élaboration du business plan

Guide d élaboration du business plan Guide d élaboration du business plan Vous avez un projet d'entreprise innovante, Sherpa Finance, structure du Groupe SAHAM, dédiée à l'accompagnement des porteurs de projet et à la promotion de la création

Plus en détail

IEMA-4. Appel à participation

IEMA-4. Appel à participation Appel à participation Les tendances, méthodes et outils de mise en place des cellules de veille et d intelligence économique Sensible aux nouveaux enjeux en matière de veille, d intelligence économique

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Programme d appui à la compétitivité des entreprises et à la facilitation de l Accès au Marché «PcAM» PCAM

Programme d appui à la compétitivité des entreprises et à la facilitation de l Accès au Marché «PcAM» PCAM 1 EDITORIAL Depuis l engagement de la Tunisie dans la politique de libéralisation économique, et la signature de l accord d association avec l Union européenne, le Ministère de l Industrie s est lancé

Plus en détail

premier pays producteur mondial de cacao avec environ 1, 4 million de tonnes chaque année, soit 40% de l offre mondiale

premier pays producteur mondial de cacao avec environ 1, 4 million de tonnes chaque année, soit 40% de l offre mondiale 10 ème ANNIVERSAIRE Contexte et justification L économie ivoirienne est basée sur son agriculture. Le secteur agricole qui comprend les productions végétales, animales et les industries agroalimentaires,

Plus en détail

Secrets de la réussite des PME

Secrets de la réussite des PME Secrets de la réussite des PME Avril 2015 Si vous êtes l un des nombreux propriétaires de PME qui cherchent des façons d accroître leur profit, le moment est peut-être idéal pour croître. Un récent sondage

Plus en détail

- 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat. Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul.

- 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat. Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul. - 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul. Définition

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR L EMERGENCE DE L AFRIQUE

NOTE DE PRESENTATION DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR L EMERGENCE DE L AFRIQUE NOTE DE PRESENTATION DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR L EMERGENCE DE L AFRIQUE (Version de Janvier 2015) ABIDJAN, 18-20 MARS 2015 Union Discipline Travail Version du 220115_09h00 1 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION

Plus en détail

Gestionnaire de petite ou moyenne structure. Programme de Formation

Gestionnaire de petite ou moyenne structure. Programme de Formation Gestionnaire de petite ou moyenne structure Programme de Formation 1. Le public A travers ce dispositif de formation, la CCI de l Oise souhaite accompagner : Les jeunes créateurs souhaitant développer

Plus en détail

Votre Revue de Presse Du 14 / 11 /2014 N 276. www.conect.org.tn

Votre Revue de Presse Du 14 / 11 /2014 N 276. www.conect.org.tn conect Votre Revue de Presse Du 14 / 11 / By N 276 Suivez nos actualités www.conect.org.tn technique.conect@hexabyte.tn // technique@conect.org.tn tel : +216 71231 402 // Fax : +216 71231059 CONECT: Partenariat

Plus en détail

(Dakar, du 18 au 21 avril 2005) LA PLACE DE LA STATISTIQUE DANS LES ACTIVITES DE LA BCEAO : PRODUCTION ET UTILISATIONS

(Dakar, du 18 au 21 avril 2005) LA PLACE DE LA STATISTIQUE DANS LES ACTIVITES DE LA BCEAO : PRODUCTION ET UTILISATIONS BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L AFRIQUE DE L OUEST SEMINAIRE D INFORMATION ORGANISE PAR PARIS21 POUR LES CONSULTANTS FRANCOPHONES SUR LA STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE DANS LES PAYS

Plus en détail

Rétrospective sur le projet de démonstration, en partenariat stratégique et portant sur le développement des transports urbains en Chine

Rétrospective sur le projet de démonstration, en partenariat stratégique et portant sur le développement des transports urbains en Chine Rétrospective sur le projet de démonstration, en partenariat stratégique et portant sur le développement des transports urbains en Chine LIU Liya, Directrice de bureau à la NDRC (Commission nationale du

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Etude. du metier de responsable clientele

Etude. du metier de responsable clientele Etude du metier de responsable clientele decembre 2008 Sommaire Creation de l observatoire Outils de l observatoire prospectif des metiers et des qualifications... [ 3 ] Rappel des objectifs Logique de

Plus en détail

Pôle de compétitivité Aerospace Valley

Pôle de compétitivité Aerospace Valley Pôle de compétitivité Aerospace Valley Performances Industrielles Formations Collectives (PIFOCO) Cahier des charges pour une offre de sessions de formation lean. N 271 Sommaire Sommaire... 2 1-Aerospace

Plus en détail

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC o CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LA CREATION D UN CENTRE D'EXCELLENCE FRANCO xxxxxxxxxxxx DE FORMATION AUX METIERS DE XXXXXXXXXX LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC A) MISSION

Plus en détail

Planification stratégique chez RCGT

Planification stratégique chez RCGT Planification stratégique chez RCGT 1 2 3 4 «Où sommes-nous?» «Où voulons-nous être?» «Comment s y rendre?» du plan stratégique Environnement Marchés et clients Concurrence Avantage concurrentiel Performance

Plus en détail

Global sourcing : Externalisation et Centres de Services Partagés, les nouvelles stratégies des Directions Financières

Global sourcing : Externalisation et Centres de Services Partagés, les nouvelles stratégies des Directions Financières Global sourcing : Externalisation et Centres de Services Partagés, les nouvelles stratégies des Directions Financières Conférence IDC Ernst & Young Thierry Muller, Associé «Technologies, management et

Plus en détail

EXPANDING SERVICES AND GROWING : INSTITUT AFRICAIN DE GESTION URBAINE

EXPANDING SERVICES AND GROWING : INSTITUT AFRICAIN DE GESTION URBAINE EXPANDING SERVICES AND GROWING : INSTITUT AFRICAIN DE GESTION URBAINE L IAGU est une ONG internationale spécialisée dans la recherche/action, l appui technique et l information dans le domaine de l environnement

Plus en détail

Chambre Commerce et d Industrie de Sfax

Chambre Commerce et d Industrie de Sfax Chambre Commerce et d Industrie de Sfax 1 Cette visite avait été initiée et programmée par la Chambre de Commerce et d'industrie de Sfax avec la collaboration de la Chambre de Commerce de Bucarest, l'ambassade

Plus en détail

Agence Tunisienne de la Formation Professionnelle

Agence Tunisienne de la Formation Professionnelle République Tunisienne Ministère de la Formation Professionnelle et de l Emploi Agence Tunisienne de la Formation Professionnelle MISSIONS Crée en 1999 par le Ministère de la formation Professionnelle et

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Gérer les Ressources Humaines au plus près des Projets de l'entreprise

Gérer les Ressources Humaines au plus près des Projets de l'entreprise Gérer les Ressources Humaines au plus près des Projets de l'entreprise Par Annie GUILLEMIN et Jean-Pierre ROLLET Directeurs associés d'axiales Introduction En cette fin de siècle, une des caractéristiques

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

MINISTERE DE L ENERGIE ET DU PETROLE

MINISTERE DE L ENERGIE ET DU PETROLE MINISTERE DE L ENERGIE ET DU PETROLE Pétrole et l organisation de l administration Centrale de son département. ARTICLE PREMIER : Le Ministre de l Energie et du Pétrole a pour mission générale d élaborer,

Plus en détail

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Contact : Fabien LALLEMENT - 05 57 14 27 13 Avril 2012 Sommaire 1. Périmètre de l analyse... Page 1 2. Définition des termes utilisés...

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT DIAGNOSTIC DE L INNOVATION ET DE L ETAT DE LA VALORISATION DES RESULTAS DE LA RECHERCHE AU SENEGAL 1/8 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Levier essentiel

Plus en détail

DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR BEDOUMA ALAIN YODA MINISTRE D ETAT, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DE LA COOPERATION REGIONALE, A LA

DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR BEDOUMA ALAIN YODA MINISTRE D ETAT, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DE LA COOPERATION REGIONALE, A LA DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR BEDOUMA ALAIN YODA MINISTRE D ETAT, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DE LA COOPERATION REGIONALE, A LA CEREMONIE D OUVERTURE DES TRAVAUX DE LA SIXIEME SESSION DE

Plus en détail

SEMINAIRE DE FORMATION A LA CARTE. «Management de la très haute performance» Pour Managers et Cadres Dirigeants. Du 29 Septembre au 04 Octobre 2014

SEMINAIRE DE FORMATION A LA CARTE. «Management de la très haute performance» Pour Managers et Cadres Dirigeants. Du 29 Septembre au 04 Octobre 2014 SEMINAIRE DE FORMATION A LA CARTE «Management de la très haute performance» Pour Managers et Cadres Dirigeants. Du 29 Septembre au 04 Octobre 2014 CDP_1D 1302 Page 1 Sommaire I. CONTEXTE DE L OFFRE...

Plus en détail

EXECUTIVE SUMMARY ENQUETE SUR LES SYSTEMES D'INFORMATION DECISIONNELS DANS L'ASSURANCE

EXECUTIVE SUMMARY ENQUETE SUR LES SYSTEMES D'INFORMATION DECISIONNELS DANS L'ASSURANCE EXECUTIVE SUMMARY ENQUETE SUR LES SYSTEMES D'INFORMATION DECISIONNELS DANS L'ASSURANCE 21 novembre 2003 Sommaire Objectifs de l'enquête et méthodologie Tendances des SID (Systèmes d'information Décisionnels)

Plus en détail

Pack Print Tunisia. Salon International de l Emballage et de l Imprimerie. du 24 au 27 Avril 2013

Pack Print Tunisia. Salon International de l Emballage et de l Imprimerie. du 24 au 27 Avril 2013 Pack Print Tunisia Salon International de l Emballage et de l Imprimerie du 24 au 27 Avril 2013 I/ L INDUSTRIE DE L EMBALLAGE ET DE L IMPRIMERIE EN TUNISIE Le Secteur de l Emballage et de l Imprimerie

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET AUPRES DES CHEFS DE FILE DE GROUPE THEMATIQUE FONDS D APPUI AUX INITIATIVES TRANSNATIONALES FAIT

APPEL A MANIFESTATION D INTERET AUPRES DES CHEFS DE FILE DE GROUPE THEMATIQUE FONDS D APPUI AUX INITIATIVES TRANSNATIONALES FAIT PROGRAMME DE DEVELOPPENT DES RESEAUX POUR L EDUCATION EN AFRIQUE DE L OUEST COMITE NATIONAL DE DEVELOPPEMENT DES RESEAUX POUR L EDUCATION EN AFRIQUE DE L OUEST CNDREAO SENEGAL APPEL A MANIFESTATION D INTERET

Plus en détail

PLATEFORME HORIZONS EMPLOI. Métiers et professions

PLATEFORME HORIZONS EMPLOI. Métiers et professions PLATEFORME HORIZONS EMPLOI Métiers et professions Organisateur informaticien/organisatrice informaticienne (32341 ) Informations sur le groupe de métiers Les métiers du groupe Chef de projet informatique........................................

Plus en détail

Projet Collect+ LIFE 11 INF/FR/000730

Projet Collect+ LIFE 11 INF/FR/000730 PLAN DE COMMUNICATION APRÉS-LIFE Projet Collect+ LIFE 11 INF/FR/000730 Sensibilisation au recyclage des produits usagés SECTION I: APERCU DU PROJET LE PROJET Le projet COLLECT+ est mené par l un des leaders

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

Réforme du dispositif d aide à l internationalisation des entreprises

Réforme du dispositif d aide à l internationalisation des entreprises Réforme du dispositif d aide à l internationalisation des entreprises D O S S I E R D E P R E S S E O c t o b r e 2 0 0 8 Information journalistes : Dominique Picard, Responsable Relations presse, UBIFRANCE

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national.

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national. - 1 - APPEL A PROJETS TEPOS QU EST-CE QU UN TERRITOIRE A ÉNERGIE POSITIVE? Contexte L énergie, nécessaire à tous les domaines et besoins de la vie quotidienne, devient, du fait de sa raréfaction, de plus

Plus en détail

Innovation et valorisation industrielle : quelles informations pour quels enjeux? 21 septembre 2012

Innovation et valorisation industrielle : quelles informations pour quels enjeux? 21 septembre 2012 Innovation et valorisation industrielle : quelles informations pour quels enjeux? 21 septembre 2012 Plan 1. Pourquoi l intelligence économique? 2. Intelligence économique pour innover et valoriser 3. Comment

Plus en détail

"Gestion de la qualité Idées du Bureau fédéral d administration" Allemagne Par son Vice-Président Giso Schütz

Gestion de la qualité Idées du Bureau fédéral d administration Allemagne Par son Vice-Président Giso Schütz 1 "Gestion de la qualité Idées du Bureau fédéral d administration" Allemagne Par son Vice-Président Giso Schütz 1. Introduction au Bureau fédéral d administration Le Bureau fédéral d administration est

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

Programme détaillé DIPLÔME SPECIALISE MARKETING DES PRODUITS INDUSTRIELS. Objectifs de la formation. Les métiers. Niveau et durée de la formation

Programme détaillé DIPLÔME SPECIALISE MARKETING DES PRODUITS INDUSTRIELS. Objectifs de la formation. Les métiers. Niveau et durée de la formation Programme détaillé Objectifs de la formation Le diplôme spécialisé en Marketing des Produits Industriels est une formation de niveau BAC +5. Il valide votre qualification professionnelle et votre aptitude

Plus en détail

Note mensuelle de conjoncture wallonne

Note mensuelle de conjoncture wallonne Note mensuelle de conjoncture wallonne Août 2012 L IWEPS est un institut scientifique public d aide à la prise de décision à destination des pouvoirs publics. Par sa mission scientifique transversale,

Plus en détail

Présentation du «Guide de planification stratégique»

Présentation du «Guide de planification stratégique» Commission de développement économique des Premières Nations du Québec et du Labrador Présentation du «Guide de planification stratégique» Préparé par Raymond Chabot Grant Thornton Août 2011 Mise en contexte

Plus en détail

L affacturage : trois services

L affacturage : trois services L affacturage : trois services Toute entreprise cherche à optimiser ses résultats. Il est clair que l affacturage y contribue efficacement en proposant des réponses aux 3 principaux besoins générés par

Plus en détail

L observatoire de conjoncture et de compétitivité de l industrie alimentaire

L observatoire de conjoncture et de compétitivité de l industrie alimentaire Conseil National du Commerce Extérieur L observatoire de conjoncture et de compétitivité de l industrie alimentaire Anticiper Partager Agir 2005 www.cnce.org.ma CHAPITRE I : Sommaire LES INDICATEURS DE

Plus en détail

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Santé

Plus en détail

FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGRAMME TACC

FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGRAMME TACC République du Sénégal Un Peuple Un But Une Foi Ministère de la Décentralisation et des Collectivités locales Direction de la Coopération Décentralisée Programme des Nations Unies pour le Développement

Plus en détail

Les entreprises et le Développement durable. FEDERE 23 mars 2010

Les entreprises et le Développement durable. FEDERE 23 mars 2010 Les entreprises et le Développement durable FEDERE 23 mars 2010 Fiche technique Mode de recueil Échantillon Dates du terrain Enquête par téléphone (sur système CATI) 200 décideurs en entreprises > 500

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT D UN EXPERT EN COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE

TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT D UN EXPERT EN COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE Recrutement d un expert en communication institutionnelle Page 1 TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT D UN EXPERT EN COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE 1. CADRE GENERAL DU PROGRAMME Le Programme d Appui au Commerce

Plus en détail

Directeur de la Gestion des projets et du portefeuille. 1. Informations générales Titre du poste:

Directeur de la Gestion des projets et du portefeuille. 1. Informations générales Titre du poste: Directeur de la Gestion des projets et du portefeuille 1. Informations générales Titre du poste: Directeur de la Gestion des projets et du portefeuille Grade: D1 Département: Gestion de projet et de portefeuille

Plus en détail

coaching pour les cadres dirigeants développement du leadership PDG alignement de l'organisation coaching de prise de poste

coaching pour les cadres dirigeants développement du leadership PDG alignement de l'organisation coaching de prise de poste coaching pour les cadres dirigeants intégration communautés de talents marque employeur croissance succession développement du leadership diversité PDG comité de direction stratégie de gestion des talents

Plus en détail

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière Séminaire Démarche de clustering : Stratégie et animation 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière En partenariat avec la Grappe d entreprises INOVAGRO et animé par France Clusters L innovation agroalimentaire

Plus en détail

Notre avenir énergétique. Plan de la Nouvelle-Écosse en matière d électricité 2015-2040

Notre avenir énergétique. Plan de la Nouvelle-Écosse en matière d électricité 2015-2040 Notre avenir énergétique Plan de la Nouvelle-Écosse en matière d électricité 2015-2040 Notre avenir énergétique Plan de la Nouvelle-Écosse en matière d électricité 2015-2040 Résumé Contexte La Nouvelle-Écosse

Plus en détail

Bases de l économie d entreprise Examen

Bases de l économie d entreprise Examen Examen modulaire SVF-ASFC Edition Printemps 2010 Bases de l économie d entreprise Examen Durée de l examen: 60 minutes Moyens auxiliaires autorisés: Calculatrice standard non programmable Collez ici votre

Plus en détail

CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP

CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP La Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio +20) a

Plus en détail

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit EXPERTISE COMPTABLE (1/3) Les cabinets de grande taille sont affectés par des évolutions similaires à celles qui touchent les cabinets de petite taille. Cette page reprend la description donnée pour les

Plus en détail