Les ventes d horlogerie-bijouterie en France en 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les ventes d horlogerie-bijouterie en France en 2014"

Transcription

1 Ecostat Numéro Février 2015 Les ventes d horlogerie-bijouterie en France en ,08 milliards d euros TTC en 2014 (- 1 % par rapport à 2013) Source : Société 5 A noter que le chiffre d affaires du 2 ème semestre 2014 a quant à lui augmenté de 3 % par rapport au 2 ème semestre Chiffre d affaires de la distribution d horlogerie-bijouterie, tous produits et tous circuits confondus Structure du CA en milliards d Évolution annuelle du CA Montres 26,6 % Autres 0,29 (Bracelets de montres, 0,53 réveils, réparations...) 0,07 5,7 % Bijoux fantaisie 10,4 % Bijoux en plaqué or 1,4 % 1,35 0,72 Bijoux en argent 14,2 % Bijoux en or ,0 % 1,57 0,55 Bijoux en or ,7 % +5 % +2 % +2 % +3 % +1 % -1 % -1 % -2 % -2 % -2 % -4 % d horlogerie-bijouterie Principaux produits Montres 12,960 12,780-1 % % stable Bijoux en or tous titres 9,355 8,867-5 % % % - en or 750 4,108 3, % % % - en or 375 5,247 5,214-1 % % % Bijoux en argent 18,752 18, % % stable Toutes les évolutions présentées dans ce bulletin sont calculées à partir des valeurs réelles non arrondies. Ventes d horlogerie-bijouterie p. 1 à 3 Principales tendances 2014 p. 3 Ventes de montres p. 4 Ventes de bijoux précieux et fantaisie p. 5 Sommaire Plus d infos : Ventes de bijoux en or tous titres p. 6 à 9 Ventes de bijoux en argent p. 10 et 11 Ventes de bijoux en plaqué or p. 11 Derniers chiffres de la profession p. 12 COMITÉ FRANCÉCLAT Comité Professionnel de Développement de l Horlogerie, de la Bijouterie, de la Joaillerie, de l Orfèvrerie et des Arts de la Table 22 Avenue Franklin Roosevelt Paris - Tél. : Fax : Toute reproduction totale ou partielle à des fins commerciales, sans l accord exprès et préalable du Comité Francéclat, est formellement interdite. Pour toute autre utilisation des chiffres publiés dans ce bulletin, la source «Comité Francéclat / Ecostat» doit être citée sans ambiguïté.

2 L année 2014 vue par Hubert Lapipe, Directeur Général de la Société 5 Après la crise de , la reprise de et la rechute de , le marché français est repassé dans le vert au 2 ème semestre 2014 : + 3 % par rapport au 2 ème semestre Cette évolution positive est d autant plus remarquable que le 1 er semestre 2014 avait amplifié, à - 5 %, le mouvement de recul enregistré en 2013 (- 4 %). En définitive, à 5,1 milliards d euros, les ventes de montres et de bijoux en 2014 ont été quasiment stables (- 1 %). Selon M. Lapipe, une fois de plus, la courbe des ventes de bijoux et celle de l indice de confiance des ménages paraissent suivre des évolutions similaires. La relative stabilité du marché français de l horlogerie-bijouterie le distingue par ailleurs du marché britannique ou d autres marchés européens. Derrière l apparence d une année étale en termes de chiffre d affaires (les ventes de montres et de bijoux enregistrant la même variation de - 1%), des évolutions significatives sont néanmoins à relever : - par circuits, les bijouteries fantaisies connaissent une progression significative de leur chiffre d affaires (+ 3 %) tandis que les grandes surfaces reculent une nouvelle fois : - 5 % en 2014 après - 10 % en 2013 et - 7 % en 2012 ; - l évolution positive des «autres circuits» cache de réelles disparités entre, par exemple, les artisans, touchés notamment par la baisse du cours de l or qui a impacté leur activité traditionnelle de rachat d or, et les ventes sur internet qui ont connu une forte reprise au 2 ème semestre. En horlogerie, la part de marché des ventes à distance s établit ainsi à 7 % (essentiellement des modèles à moins de 250 ) contre 5 % pour les bijoux, avec de nombreux nouveaux sites ouverts en 2014, de la part de pure players comme d enseignes ; - le nombre de points de vente HBJO s est nettement contracté, passant de en 2013 à en 2014 (+ 20 en centre commercial contre en centre-ville), pas moins de 500 indépendants ayant arrêté leur activité l année dernière ; - un nouvel équilibre se construit en bijouterie : les bijoux en or 750 consolident leur première place en valeur, soutenus par le succès des bijoux à plus de (+ 4 %) et des bijoux avec diamant et pierres précieuses (+ 4 %), tandis que ceux en or 375 ont vu leur extraordinaire envolée stoppée. Après 4 ans d une progression continue qui leur a permis de conquérir la 1 ère place en volume sur le segment des bijoux en or, les ventes de bijoux en or 375 se sont en effet stabilisées sur l année 2014, avec même un 2 ème semestre plus difficile, à rebours des autres catégories de produits ; - la part de marché des bijoux en argent s est encore améliorée en 2014 à la faveur du développement des ventes tant de bijoux empierrés (+ 10 %) que de «beads», «charms» et pendentifs (+ 14 %) ; - les ventes de montres ont connu un retournement plus marqué, le mois de décembre, qui peut peser jusqu à 30 % du chiffre d affaires annuel pour certains points de vente, s étant avéré particulièrement positif pour ce secteur : + 6 %. Les montres à plus de ont bien résisté et le milieu de gamme (prix de 100 à ) se singularise par une hausse de 2 % de ses ventes. Les montres Après les fortes poussées de et de , le rayon montres a maintenu ses positions en 2014 : millions d euros en 2014 contre millions d euros en 2013 (-1 %) pour un nombre de montres là aussi quasi équivalent d une année sur l autre. La part de marché des montres dans le chiffre d affaires total ressort ainsi à 26,6 % en 2014 comme en M. Lapipe souligne que le marché de l horlogerie est marqué par un grand dynamisme dans l innovation, comme en témoigne le développement des montres connectées, mais également par une polarisation et une forte différenciation entre les segments diffusion et luxe, tant en termes de prix moyens que de distribution, le luxe connaissant un mouvement de concentration des acteurs et de forte intégration des groupes. La catégorie des montres à plus de reste prédominante en valeur (29,3 % en 2014 comme en 2013) malgré un 1 er semestre 2014 en recul de 10 % par rapport à la même période de La catégorie des montres de à a connu une évolution similaire mais dans des proportions moindres (- 3 % puis + 3 %) alors que l amplitude a été maximale pour la catégorie des montres de 300 à 999 : - 8 % au 1 er semestre puis + 11 % au 2 ème semestre 2014! La progression de la tranche a été plus modeste mais aussi plus régulière (successivement + 1 % et + 3 % pour les deux semestres 2014). A l inverse, la baisse est constante sur toute l année pour les catégories de produits d un prix inférieur à 99, une baisse à rapprocher, selon la Société 5, des difficultés rencontrées par les grandes surfaces et de la désaffection des consommateurs pour les montres de couleur. 2

3 n février 2015 Ecostat Les bijoux L analyse des ventes de bijoux fait apparaître la même quasi stabilité du marché français que pour les ventes de montres : - 1 % à millions d euros en 2014 contre millions d euros en Conséquence du coup d arrêt à l envolée des ventes de bijoux en or 375, les positions relatives ont peu évolué en 2014 entre ceux-ci et les bijoux en or 750, que ce soit en valeur où l or 750 reste très largement prédominant (à 45,8 % du total) ou en volume où pour la 2 ème année consécutive, la part des bijoux en or 375 (8,8 %) est supérieure à celle du «haut titre» (6,1 %). M. Lapipe rappelle qu il existe entre les bijoux en or 750 et ceux en or 375 un rapport de près de 1 à 4 au niveau du prix moyen et de 1 à 3 pour les ventes en valeur. D après son analyse, l or 375 est ainsi à un tournant. La baisse du cours de l or enregistrée en 2014 a eu un effet déflationniste sur le rayon or 375 chez de nombreux distributeurs et, après deux ou trois années d expérimentation, une partie d entre eux renoncent à ce segment ou en réduisent l importance, faute d avoir réussi à développer une activité satisfaisante en termes de chiffres d affaires et de rentabilité. L or 750 a profité de la hausse des ventes de bijoux à plus de (4 % des bijoux en volume mais 41 % du marché en valeur) et de bijoux tout diamant qui représentent 41,3 % des ventes de bijoux en or tous titres (en hausse de 4 % au 2 nd semestre 2014), loin devant les bijoux tout or à 29,8 % (en baisse de 4 % au 2 ème semestre 2014) et les bijoux avec pierres précieuses (8,9 % du total). Le prix moyen ressort en hausse à 432 au 2 ème semestre 2014 pour cette dernière catégorie, la seule à afficher une progression avec celle des bijoux diamant dont le prix moyen est de 797 au cours de la même période. L or blanc reste la couleur principale pour les deux titres d or, avec une émergence de l or rose pour les bijoux en or 750 qui ne représente cependant qu un petit segment à l heure actuelle. Globalement, les ventes de bijoux en or représentent toujours près des 2/3 du marché bijou en valeur. Si on y ajoute le poids des ventes de bijoux en argent et en plaqué or, la part des bijoux en métaux précieux s inscrit en progression, à 84,7 % du total en valeur du marché français de la bijouterie-joaillerie. En effet, les ventes de bijoux en argent ont enregistré un nouveau record en 2014 à 723 millions d euros (+ 1 %). Si la vogue des bijoux personnalisables, «beads» et «charms» tout particulièrement, soutient le développement de ce marché, M. Lapipe attire l attention sur l évolution de la répartition des ventes entre bijoux tout argent (- 9 %) et bijoux en argent empierrés (+ 10 %) qui représentent désormais 58 % du total du marché français des bijoux en argent. Principales tendances 2014 En hausse En baisse Montres Circuits de distribution Tranches de prix Bijouteries en ville réalisant un chiffre d'affaires de 300 à 750 K Vente à distance Montres de 100 à (en valeur mais aussi en quantité) Ventes globales (-1 % en volume et en valeur) Bijouteries en ville réalisant un chiffre d'affaires inférieur à 300 K ou supérieur à 750 K Bijouteries de centre commercial et grandes surfaces Montres de moins de 100 ainsi que de plus de (en volume et en valeur) Bijoux en or tous titres Circuits de distribution (+ 3 %), en particulier des bijoux en or 750 (+ 9 %) Bijoux en or 375 (en valeur seulement) Bijoux avec diamants, autres pierres précieuses ou pierres fines (en valeur) Bijouteries en ville réalisant un chiffre d'affaires supérieur à 300 K Ventes en volume (- 5 %) et en valeur (- 2 %) Bijoux en or 750 (en volume et en valeur) Bijoux tout or ou avec perles (en volume et en valeur) Bijouteries en ville réalisant un chiffre d'affaires inférieur à 300 K Bijouteries de centre commercial et vente à distance Grandes surfaces Tranches de prix Bijoux de plus de (en valeur seulement) Bijoux de moins de (en volume et en valeur) Familles de produits Toutes les familles de produits (unités comme valeur) Bijoux en argent Familles de produits Ventes globales (+ 1 % en volume et en valeur) Bijoux en argent empierrés (unités et valeur) Pendentifs, charms et beads (+ 13 % en volume et + 14% en valeur) Bijoux tout argent (en quantité et en valeur) Colliers et boucles d'oreilles (en volume et en valeur) Retrouvez la synthèse des ventes 2014 et les évolutions sur 10 ans sur 3

4 Ventes de montres en ,35 milliard d euros TTC : - 1 % par rapport à 2013 de montres par tranches de prix Montres de moins de 50 7,543 7,472-1 % % % Montres de 50 à 100 3,053 2,918-4 % % stable Montres de 100 à 300 1,967 1, % % % Montres de 300 à ,265 0, % % % Montres de à ,068 0, % % stable Montres de plus de ,064 0,062-2 % % % TOTAL 12,960 12,780-1 % % stable Moins de 50 De 50 à 100 Plus de ,0 % De 300 à ,1 % De 100 à ,6 % 58,5 % 22,8 % Moins de 50 16,0 % 12,1 % 29,3 % 23,5 % 9,8 % 9,3 % De 100 à 300 De 300 à De 50 à 100 Plus de De à de montres par circuits de distribution Bijouteries en ville, CA < 300 K 13,0 % 12,0 % 8,0 % 7,1 % Bijouteries en ville, CA 300/750 K 6,5 % 7,5 % 7,9 % 9,4 % Bijouteries en ville, CA > 750 K 10,3 % 9,8 % 43,8 % 42,7 % Bijouteries de centre commercial 21,7 % 20,9 % 22,8 % 22,6 % Grandes surfaces 20,1 % 18,8 % 4,1 % 4,0 % Autres 28,4 % 31,0 % 13,4 % 14,2 % y compris les grands magasins. ventes à distance, magasins de prêt-à-porter, bureaux de tabac, marchés Retrouvez le détail des ventes de montres par tranches de prix sur Évolution comparée des ventes d horlogerie-bijouterie (en millions d ) Bijoux en or tous titres Montres Bijoux en argent 4

5 n février 2015 Ecostat Ventes de bijoux précieux et fantaisie en ,44 milliards d euros TTC : - 2 % par rapport à 2013 Total bijoux précieux Or ,3 % 8,8 % Argent Or ,7 % 6,1 % Plaqué or 2,7 % Fantaisie 50,7 % Fantaisie 15,3 % Or ,8 % Argent 21,1 % Total bijoux précieux 84,7 % Or ,8 % Plaqué or 2,0 % de bijoux précieux et fantaisie Total bijoux précieux et fantaisie % % % Bijoux en or 750 6,7 % 6,1 % -11 % 46,4 % 45,8 % -3 % % Bijoux en or 375 8,6 % 8,8 % -1 % 15,5 % 15,8 % +1 % % Total bijoux en or tous titres 15,3 % 14,9 % -5 % 61,9 % 61,6 % -2 % % Bijoux en argent 30,7 % 31,7 % +1 % 20,5 % 21,1 % +1 % stable Bijoux en plaqué or 2,8 % 2,7 % -7 % 2,1 % 2,0 % -4 % % Bijoux fantaisie 51,2 % 50,7 % -3 % 15,5 % 15,3 % -3 % stable les évolutions portent sur les données en valeur absolue données estimées par recalcul Évolution du cours de l or et de l argent COURS DU LINGOT D'OR EN COURS DE L'ONCE D'ARGENT EN $ 20,71 15,05 13,44 14,61 11,41 6,63 7,33 35,11 31,15 23,83 19, Source : Banque de France / Comptoir National de l Or Source : Bourse de New York / 24hgold.com 5

6 Ventes de bijoux en or en ,12 milliards d euros TTC : - 2 % par rapport à 2013 de bijoux en or Or 750 4,108 3, % % % Or 375 5,247 5,214-1 % % % TOTAL 9,355 8,867-5 % % % Or ,2 % Or ,8 % Or ,7 % Or ,3 % Bijoux en or , Bijouteries en ville, CA < 300 K 13,1 % 10,8 % 8,9 % 6,7 % , Bijouteries en ville, CA 300/750 K 14,0 % 15,4 % 10,0 % 10,2 % Évolution -11 % -3 % +9 % Bijouteries en ville, CA > 750 K 18,5 % 20,1 % 38,4 % 40,6 % Bijouteries de centre commercial 12,8 % 11,8 % 8,9 % 7,8 % Grandes surfaces 26,1 % 24,0 % 9,5 % 9,6 % Autres 15,5 % 17,9 % 24,3 % 25,1 % Bijoux en or , Bijouteries en ville, CA < 300 K 8,6 % 7,4 % 10,2 % 8,5 % , Bijouteries en ville, CA 300/750 K 7,2 % 9,8 % 8,3 % 10,6 % Évolution -1 % +1 % +1 % Bijouteries en ville, CA > 750 K 5,8 % 6,6 % 7,7 % 8,4 % Bijouteries de centre commercial 48,1 % 50,1 % 51,3 % 52,8 % Grandes surfaces 21,7 % 17,9 % 13,9 % 11,6 % Autres 8,6 % 8,2 % 8,6 % 8,1 % y compris les grands magasins. artisans, ventes directes, ventes à distance... 6

7 n février 2015 Ecostat de bijoux en or par tranches de prix de bijoux en or tous titres par tranches de prix Bijoux de moins de 300 7,950 7,506-6 % % % Bijoux de 300 à ,084 1,042-4 % % stable Bijoux de plus de ,321 0,319-1 % % % TOTAL 9,355 8,867-5 % % % Moins de 300 Plus de ,6 % 11,8 % 84,6 % Moins de ,2 % 40,5 % 25,3 % De 300 à De 300 à de bijoux en or tous titres par circuits de distribution Bijouteries en ville, CA < 300 K 10,5 % 8,8 % 9,3 % 7,2 % Bijouteries en ville, CA 300/750 K 10,2 % 12,1 % 9,6 % 10,3 % Bijouteries en ville, CA > 750 K 11,4 % 12,2 % 30,7 % 32,3 % Bijouteries de centre commercial 32,6 % 34,3 % 19,5 % 19,3 % Grandes surfaces 23,6 % 20,4 % 10,6 % 10,1 % Autres 11,7 % 12,2 % 20,3 % 20,8 % y compris les grands magasins. artisans, ventes directes, ventes à distance Plus de de bijoux en or par circuits de distribution de bijoux en or par familles de produits de bijoux en or tous titres par principales familles de produits Bagues 2,012 1,910-5 % % % Colliers 1,647 1,565-5 % % % Bracelets 1,176 1,099-7 % % % Boucles d'oreilles 3,281 3,092-6 % % % Pendentifs 1,080 1,042-3 % % % Autres 1,8 % Pendentifs Bagues 11,8 % 21,5 % Colliers 17,6 % 12,4 % 34,9 % Bagues Bracelets 44,8 % Autres 0,6 % 6,6 % 20,7 % Pendentifs 15,7 % 11,6 % Colliers Boucles d'oreilles Boucles d'oreilles Bracelets Retrouvez le détail des ventes de bijoux en or tous titres par tranches de prix et par familles de produits sur 7

8 de bijoux en or par types de produits de bijoux en or tous titres par types de produits Bijoux tout or 4,163 4,002-4 % % % Bijoux en or tout diamant 1,167 1,139-2 % % % Autres bijoux en or empierrés 4,025 3,726-7 % % % - avec rubis, saphirs et émeraudes 0,443 0,433-2 % % % - avec pierres fines 0,363 0, % % stable - avec pierres synthétiques 2,539 2, % % % - avec perles de culture 0,680 0,629-7 % % % Bijoux tout or 45,1 % Bijoux tout or 29,8 % 42,0 % 12,9 % Bijoux tout diamant 28,9 % 41,3 % Bijoux tout diamant Autres bijoux empierrés Autres bijoux empierrés Bijoux tout or , Bijouteries en ville, CA < 300 K 11,3 % 10,0 % 13,1 % 11,0 % , Bijouteries en ville, CA 300/750 K 13,6 % 15,6 % 15,6 % 16,8 % Évolution -4 % -5 % -2 % Bijouteries en ville, CA > 750 K 11,8 % 12,3 % 19,4 % 19,8 % Bijouteries de centre commercial 32,2 % 32,9 % 23,5 % 23,6 % Grandes surfaces 22,1 % 18,7 % 15,7 % 14,9 % Autres 9,0 % 10,5 % 12,7 % 13,9 % Bijoux en or tout diamant , Bijouteries en ville, CA < 300 K 8,5 % 6,6 % 6,0 % 4,5 % , Bijouteries en ville, CA 300/750 K 7,7 % 9,2 % 6,2 % 6,9 % Évolution -2 % +2 % +4 % Bijouteries en ville, CA > 750 K 18,1 % 19,3 % 41,4 % 43,4 % Bijouteries de centre commercial 28,4 % 29,1 % 13,8 % 13,4 % Grandes surfaces 14,5 % 13,1 % 5,7 % 5,4 % Autres 22,8 % 22,7 % 26,9 % 26,4 % Autres bijoux en or empierrés , Bijouteries en ville, CA < 300 K 10,3 % 8,2 % 9,7 % 7,1 % , Bijouteries en ville, CA 300/750 K 7,4 % 9,2 % 7,8 % 8,4 % Évolution -7 % -4 % +4 % Bijouteries en ville, CA > 750 K 9,1 % 9,8 % 28,3 % 29,5 % Bijouteries de centre commercial 34,3 % 37,4 % 23,0 % 23,4 % Grandes surfaces 28,0 % 24,5 % 11,8 % 11,8 % Autres 10,9 % 10,9 % 19,4 % 19,8 % y compris les grands magasins. artisans, ventes directes, ventes à distance 8

9 Répartition des ventes de bijoux en or empierrés (autres que tout diamant) Rubis, saphirs et émeraudes Pierres fines 10,0 % 11,6 % 16,9 % 61,5 % Rubis, saphirs et émeraudes 30,9 % 21,4 % 13,4 % 34,3 % Pierres fines Perles de culture Perles de culture Pierres synthétiques Pierres synthétiques Bijoux en or avec rubis, saphirs et émeraudes , Bijouteries en ville, CA < 300 K 12,2 % 9,8 % 8,8 % 7,3 % , Bijouteries en ville, CA 300/750 K 7,9 % 8,9 % 7,3 % 7,2 % Évolution -2 % +1 % +3 % Bijouteries en ville, CA > 750 K 13,0 % 13,6 % 38,8 % 39,1 % Bijouteries de centre commercial 28,3 % 30,0 % 15,5 % 15,7 % Grandes surfaces 20,7 % 21,0 % 6,5 % 8,7 % Autres 17,9 % 16,7 % 23,1 % 22,0 % Bijoux en or avec pierres fines , Bijouteries en ville, CA < 300 K 8,2 % 5,8 % 6,9 % 4,4 % , Bijouteries en ville, CA 300/750 K 7,6 % 8,9 % 7,9 % 8,6 % Évolution +2 % +2 % stable Bijouteries en ville, CA > 750 K 13,6 % 13,6 % 32,3 % 32,4 % Bijouteries de centre commercial 33,7 % 31,7 % 22,0 % 20,1 % Grandes surfaces 18,8 % 20,8 % 7,7 % 10,9 % Autres 18,1 % 19,2 % 23,2 % 23,6 % Bijoux en or avec pierres synthétiques , Bijouteries en ville, CA < 300 K 10,6 % 8,6 % 12,7 % 9,0 % , Bijouteries en ville, CA 300/750 K 7,4 % 9,4 % 9,0 % 10,1 % Évolution -10 % -9 % +1 % Bijouteries en ville, CA > 750 K 6,6 % 7,4 % 14,6 % 16,1 % Bijouteries de centre commercial 36,0 % 40,9 % 32,3 % 34,9 % Grandes surfaces 32,2 % 27,4 % 20,0 % 17,8 % Autres 7,2 % 6,3 % 11,4 % 12,1 % y compris les grands magasins. artisans, ventes directes, ventes à distance Bijoux en or avec perles de culture , Bijouteries en ville, CA < 300 K 9,0 % 7,1 % 7,6 % 5,3 % , Bijouteries en ville, CA 300/750 K 6,9 % 9,0 % 6,3 % 7,1 % Évolution -7 % -6 % +1 % Bijouteries en ville, CA > 750 K 13,4 % 13,9 % 34,8 % 35,6 % Bijouteries de centre commercial 32,0 % 32,9 % 18,2 % 18,1 % Grandes surfaces 21,7 % 18,5 % 7,8 % 7,4 % Autres 17,0 % 18,6 % 25,3 % 26,5 %

10 n février 2015 Ecostat Ventes de bijoux en argent en ,72 milliard d euros TTC : + 1 % par rapport à 2013 de bijoux en argent Bijoux tout argent 9,327 8,592-8 % % % Bijoux en argent empierrés 9,425 10, % % % TOTAL 18,752 18, % % stable de bijoux en argent par circuits de distribution de bijoux en argent par circuits de distribution y compris les grands magasins. ventes à distance, magasins de prêt-à-porter, marchés Bijouteries en ville 21,4 % 22,4 % 29,7 % 29,7 % Bijouteries de centre commercial 16,8 % 17,4 % 19,1 % 19,3 % Bijouteries fantaisie 10,9 % 11,5 % 13,1 % 14,1 % Grandes surfaces 19,9 % 18,6 % 14,5 % 14,0 % Autres 31,0 % 30,1 % 23,6 % 22,9 % de bijoux en argent par familles de produits de bijoux en argent par principales familles de produits Bagues 3,072 3,029-1 % % % Colliers 4,253 3,977-6 % % % Bracelets 3,672 3, % % % Boucles d'oreilles 3,696 3,666-1 % % % Pendentifs 3,709 4, % % % Bagues 16,0 % Autres 1,8 % 22,1 % Colliers 21,1 % 19,6 % 19,4 % Bracelets Bagues 19,2 % Autres 1,3 % 20,2 % Pendentifs Colliers 22,4 % 22,7 % 14,2 % Bracelets Pendentifs Boucles d'oreilles Boucles d'oreilles Retrouvez le détail des ventes de bijoux en argent par familles de produits sur 10

11 de bijoux en argent par types de produits Bijoux tout argent Bijoux tout argent 45,5 % 42,4 % 54,5 % 57,6 % Bijoux empierrés Bijoux empierrés Bijoux tout argent % en volume % en valeur , Bijouteries en ville 21,1 % 22,1 % 29,8 % 30,2 % , Bijouteries de centre commercial 14,7 % 15,4 % 16,4 % 17,3 % Évolution -8 % -9 % -1 % Bijouteries fantaisie 13,9 % 11,7 % 18,3 % 15,9 % Grandes surfaces 18,7 % 17,8 % 13,2 % 12,8 % Autres 31,6 % 33,0 % 22,3 % 23,8 % Bijoux en argent empierrés , Bijouteries en ville 21,9 % 22,7 % 29,7 % 29,3 % , Bijouteries de centre commercial 18,8 % 19,0 % 21,5 % 20,8 % Évolution +9 % +10 % +1 % Bijouteries fantaisie 7,9 % 11,3 % 8,4 % 12,8 % Grandes surfaces 21,0 % 19,3 % 15,7 % 14,9 % Autres 30,4 % 27,7 % 24,7 % 22,2 % Ventes de bijoux en plaqué or en , Bijouteries en ville 28,2 % 28,3 % 32,6 % 32,0 % , Bijouteries de centre commercial 29,3 % 27,5 % 29,3 % 27,2 % Évolution -7 % -4 % +3 % Bijouteries fantaisie 3,6 % 4,7 % 3,6 % 7,0 % Grandes surfaces 22,1 % 22,2 % 18,2 % 18,3 % Autres 16,8 % 17,3 % 16,3 % 15,5 % y compris les grands magasins. ventes à distance, magasins de prêt-à-porter, marchés 11

CHIFFRES CLÉS H O R L O G E R I E - B I J O U T E R I E - J O A I L L E R I E F É V R I E R 2 0 1 4

CHIFFRES CLÉS H O R L O G E R I E - B I J O U T E R I E - J O A I L L E R I E F É V R I E R 2 0 1 4 CHIFFRES CLÉS H O R L O G E R I E - B I J O U T E R I E - J O A I L L E R I E DOSSIER DE PRESSE F É V R I E R 2 0 1 4 Reproduction interdite à des fins commerciales sauf accord exprès du Comité Francéclat.

Plus en détail

CHIFFRES CLÉS CONTACTS PRESSE. Comité Francéclat Contact : Yves Mahé Tél : 01 53 77 29 00 E-mail : y.mahe@franceclat.fr

CHIFFRES CLÉS CONTACTS PRESSE. Comité Francéclat Contact : Yves Mahé Tél : 01 53 77 29 00 E-mail : y.mahe@franceclat.fr CHIFFRES CLÉS H O R L O G E R I E - B I J O U T E R I E - J O A I L L E R I E DOSSIER DE PRESSE F É V R I E R 2 0 1 5 CONTACTS PRESSE Comité Francéclat Contact : Yves Mahé Tél : 01 53 77 29 00 E-mail :

Plus en détail

Club Saint Eloi. étude Panel 5 Comité Francéclat

Club Saint Eloi. étude Panel 5 Comité Francéclat Club Saint Eloi étude Panel 5 Comité Francéclat Paris le 26 mars 2013 panel5@club-internet.fr Etude Etude Comité Panel5 Francéclat RAPPEL : LA DEMANDE POUR DES MARQUES Comme nous l'avions présenté lors

Plus en détail

Comité Francéclat - Société 5 GfK. Montres et bijoux précieux Synthèse des ventes France 2009

Comité Francéclat - Société 5 GfK. Montres et bijoux précieux Synthèse des ventes France 2009 Comité Francéclat - Société 5 GfK Montres et bijoux précieux Synthèse des ventes France 2009 Paris le 9 février 2010 Etude Comité Francéclat Toute publication ou diffusion de résultats extraits de cette

Plus en détail

Union française de la Bijouterie, Joaillerie, Orfèvrerie des Pierres et des Perles

Union française de la Bijouterie, Joaillerie, Orfèvrerie des Pierres et des Perles Union française de la Bijouterie, Joaillerie, Orfèvrerie des Pierres et des Perles Etude Panel5 pour le Comité Francéclat Paris le 16 décembre 2013 Société 5 5, Avenue de Fouilleuse 92210 SAINT-CLOUD Tel

Plus en détail

Les ventes d horlogerie-bijouterie en France en 2015

Les ventes d horlogerie-bijouterie en France en 2015 Ecostat Numéro 153 - Mars 2016 Les ventes d horlogerie-bijouterie en France en 5,7 milliards d euros TTC en (+ 3 % par rapport à 2014) Source : Société 5 Distribution d'horlogerie-bijouterie, tous produits

Plus en détail

LES VENTES D HORLOGERIE-BIJOUTERIE EN FRANCE EN 2016

LES VENTES D HORLOGERIE-BIJOUTERIE EN FRANCE EN 2016 N 163 I Mars 2017 LES VENTES D HORLOGERIE-BIJOUTERIE EN FRANCE EN 2016 Les ventes d horlogerie-bijouterie en France en 2016 5,6 milliards d euros TTC en 2016 (- 2 % par rapport à 2015) Résultats globaux

Plus en détail

-2-5-5-3-5-4-4-3-4. Mai 2013/Mai 2012: +7% (Mai 2013/Mai 2011: -10%)

-2-5-5-3-5-4-4-3-4. Mai 2013/Mai 2012: +7% (Mai 2013/Mai 2011: -10%) Baromètre Comité Francéclat/Société 5-GfK Chiffre d'affaires tous produits bijouterie-horlogerie % Évolution mensuelle à un an d'intervalle* +7 +2 +2 -Juin i Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

+3 +1. Avril 2012/2011: -2% (rappel Avril 2011/2010: +3%)

+3 +1. Avril 2012/2011: -2% (rappel Avril 2011/2010: +3%) Baromètre Comité Francéclat/Société 5-GfK Chiffre d'affaires tous produits bijouterie-horlogerie % Évolution mensuelle à un an d'intervalle* +1 +4 +6 +3 +4 Juillet +3 +1 Novembre +4 = 20-1 Mai Juin Août

Plus en détail

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012)

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012) PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE www.ffps.fr 2013 (données 2012) 1 SOMMAIRE Données économiques La Parfumerie Sélective p 3 Le marché de la Parfumerie Sélective p 3 L organisation du marché p 5

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 L ASF (Association Française des Sociétés Financières) regroupe l ensemble des établissements de crédit spécialisés :

Plus en détail

L année a incontestablement été marquée par l impact de

L année a incontestablement été marquée par l impact de Une année marquée par l'impact de Lille 2004 L année a incontestablement été marquée par l impact de «Lille 2004 - Capitale européenne de la culture». Cet évènement a eu des répercussions très importantes

Plus en détail

23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Mercredi 6 avril 2011-1 La diffusion des crédits recule toujours

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF. L activité des établissements spécialisés en 2014

TABLEAU DE BORD ASF. L activité des établissements spécialisés en 2014 TABLEAU DE BORD ASF L activité des établissements spécialisés en 2014 Février 2015 Le financement des investissements des entreprises et des professionnels Le financement des investissements d équipement

Plus en détail

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 23 Avec près de 96 milliards d euros de crédits nouveaux à l habitat distribués, l année 23 marque une nouvelle étape dans le cycle de hausse débuté en

Plus en détail

Bijouterie 2012-2013

Bijouterie 2012-2013 Bijouterie 2012-2013 Sommaire Synthèse 5 Présentation de la profession 6 1. Définition...6 2. Accès à la profession...6 3. Typologie des intervenants...7 Analyse économique 9 1. Principales données économiques

Plus en détail

CADEAUX LE NOËL DE NOVEMBRE DU 12 AU 29 NOVEMBRE 2014. boucles cristaux de synthèse, or jaune 0,75 g

CADEAUX LE NOËL DE NOVEMBRE DU 12 AU 29 NOVEMBRE 2014. boucles cristaux de synthèse, or jaune 0,75 g boucles cristaux de synthèse, or jaune 0,75 g 42 CADEAUX DU 12 AU 29 NOVEMBRE 2014 LE NOËL DE NOVEMBRE 21 56,40 2 62,80 1 89,20 20 152,00 19 110,00 5 89,70 3 75,20 64 bague, taille 54, or jaune 1,42 g

Plus en détail

DEUX-SÈVRES. F é v r i e r 2015. Viséo 79,

DEUX-SÈVRES. F é v r i e r 2015. Viséo 79, Viséo 79, L O B S E R VAT O I R E D É PA R T E M E N TA L F é v r i e r 2015 L ÉQUIPEMENT EN DE LA PERSONNE DEUX-SÈVRES Chambre de Commerce et d Industrie des Deux-Sèvres Observatoire Economique, Viséo

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 4 mars BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE TAUX D INTÉRÊT DES BANQUES DE LA ZONE EURO : JANVIER L indicateur composite du coût de l emprunt pour les nouveaux prêts accordés aux sociétés

Plus en détail

% Évolution mensuelle à un an d'intervalle* +21 +7 +6 = -1-2 -1-2 -1

% Évolution mensuelle à un an d'intervalle* +21 +7 +6 = -1-2 -1-2 -1 Baromètre Comité Francéclat/Société 5-GfK Chiffre d'affaires tous produits bijouterie-horlogerie % Évolution mensuelle à un an d'intervalle* +21 +7 +6-7 -7 note importante : les évolutions -Juin Juillet

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

OBSERVATOIRE ÉCONOMIQUE

OBSERVATOIRE ÉCONOMIQUE LES DERNIERS RÉSULTATS DE LA CONSOMMATION D ARTICLES D HABILLEMENT ET TEXTILES Léger recul au mois d avril Au mois d avril, les chiffres d affaires des distributeurs se sont repliés de 1,8 % en valeur,

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

Le secteur informatique

Le secteur informatique Mai 2014 Le secteur informatique Service Etudes CCI Indre Le secteur informatique Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE SECTEUR INFORMATIQUE EN FRANCE Etablissements

Plus en détail

Thème : La consommation des ménages

Thème : La consommation des ménages Thème : La consommation des ménages Vous effectuez votre période de PFMP au sein du magasin ZARA, grande surface spécialisée dans le prêt-à-porter féminin, implantée dans le centre commercial Cap 3000

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

Progression des résultats en 2015 La Fnac en position très favorable pour aborder de nouveaux défis

Progression des résultats en 2015 La Fnac en position très favorable pour aborder de nouveaux défis Ivry, le 17 février 2016 Progression des résultats en 2015 La Fnac en position très favorable pour aborder de nouveaux défis Stabilité du chiffre d affaires consolidé en 2015 Poursuite de la croissance

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

FABRICATION DE BIJOUX, JOAILLERIE, ORFÈVRERIE

FABRICATION DE BIJOUX, JOAILLERIE, ORFÈVRERIE FABRICATION DE BIJOUX, JOAILLERIE, SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA FABRICATION DE BIJOUX, JOAILLERIE,... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA FABRICATION DE BIJOUX, JOAILLERIE,... 4 L'ACTIVITÉ DE LA FABRICATION DE BIJOUX,

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse Immobilier de haut de gamme : explosion du nombre de ventes et des prix dans le monde. En total décalage en 2013, Paris rebondit finalement en ce début 2014 Cette étude porte sur les

Plus en détail

Contribution des industries créatives

Contribution des industries créatives RÉSUMÉ - Septembre 2014 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes de PIB et d emploi Évolution 2008-2011 2 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes

Plus en détail

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi.

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. 2 ème trimestre 20 Juillet 20 - N 21 >> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. Alors que 20 s annonçait comme l année de la reprise, l évolution de l activité

Plus en détail

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE 1997

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE 1997 LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE Selon les données communiquées par les établissements participant à l enquête-titres de la Banque de France, l encours des capitaux placés

Plus en détail

Les tendances de l hôtellerie Progresser dans des environnements complexes. Vendredi 13 février 2015

Les tendances de l hôtellerie Progresser dans des environnements complexes. Vendredi 13 février 2015 Les tendances de l hôtellerie Progresser dans des environnements complexes Vendredi 13 février 2015 Bilan et perspectives de l hôtellerie en France Progresser dans des environnements complexes 1. Bilan

Plus en détail

RÉPARATION DE MATÉRIEL ÉLECTRIQUE ET ÉLECTRONIQUE

RÉPARATION DE MATÉRIEL ÉLECTRIQUE ET ÉLECTRONIQUE RÉPARATION DE MATÉRIEL ÉLECTRIQUE ET ÉLECTRONIQUE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA RÉPARATION DE MATÉRIEL ÉLECTRIQUE ET ÉLECTRONIQUE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA RÉPARATION DE MATÉRIEL ÉLECTRIQUE ET ÉLECTRONIQUE...

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014 Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014 Avril 2015 898 SYNTHESE La valeur des stocks investis en actions cotées à la bourse de Casablanca par les investisseurs

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

BIJOUX. bague céramique et diamants 0,02 ct, taille 54, or jaune et rhodié 1,12 g ÉTÉ 2014

BIJOUX. bague céramique et diamants 0,02 ct, taille 54, or jaune et rhodié 1,12 g ÉTÉ 2014 BIJOUX 115 bague céramique et diamants 0,02 ct, taille 54, or jaune et rhodié 1,12 g ÉTÉ 2014 1 LE MANÈGE À BIJOUX Des modèles uniques issus de créateurs. "Le Manège à Bijoux " cultive la différence, la

Plus en détail

Confirmation de l amélioration de tendance du chiffre d affaires au 1 er trimestre

Confirmation de l amélioration de tendance du chiffre d affaires au 1 er trimestre Ivry, le 24 avril 2014 Confirmation de l amélioration de tendance du chiffre d affaires au 1 er trimestre Bonne résistance du chiffre d affaires au 1 er trimestre : -1,5% (à taux de change constants et

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

Rapport de Gestion Exposé Sommaire. Assemblée Générale Ordinaire et Extraordinaire Annuelle des Actionnaires. SOCIETE BIC Jeudi 3 juin 2004

Rapport de Gestion Exposé Sommaire. Assemblée Générale Ordinaire et Extraordinaire Annuelle des Actionnaires. SOCIETE BIC Jeudi 3 juin 2004 Rapport de Gestion Exposé Sommaire Assemblée Générale Ordinaire et Extraordinaire Annuelle des Actionnaires SOCIETE BIC Jeudi 3 juin 2004 SOCIÉTÉ BIC 14, rue Jeanne d Asnières 92116 Clichy Cedex, France

Plus en détail

Mariage. Du 8 janvier au 31 décembre 2014. www.lemanegeabijoux.com. nos bijoux en un seul clic

Mariage. Du 8 janvier au 31 décembre 2014. www.lemanegeabijoux.com. nos bijoux en un seul clic Mariage Du 8 janvier au 31 décembre 2014 nos bijoux en un seul clic www.lemanegeabijoux.com 2 1 3 5 4 6 7 9 8 10 TOUS NOS BIJOUX SONT GARANTIS 2 ANS 11 12 13 14 15 16 Bagues de fiançailles, la plus précieuse

Plus en détail

La Fnac progresse en 2013 : Résultat opérationnel courant en progression de 13% Résultat net positif

La Fnac progresse en 2013 : Résultat opérationnel courant en progression de 13% Résultat net positif Ivry, le 27 février 2014 La Fnac progresse en 2013 : Résultat opérationnel courant en progression de 13% Résultat net positif Progression du résultat opérationnel courant à 72 m (+13,3%) Résultat net positif

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Baromètre France générosités- CerPhi Evolution des dons des particuliers et du profil des donateurs - 2010 & 2011

Baromètre France générosités- CerPhi Evolution des dons des particuliers et du profil des donateurs - 2010 & 2011 Baromètre France générosités- CerPhi Evolution des dons des particuliers et du profil des donateurs - 2010 & 2011 Baromètre établi à partir des sources suivantes: 2010 - Données transmises par la Direction

Plus en détail

PRESENTATION DU 8 ème «PROFIL FINANCIER DU CAC 40»

PRESENTATION DU 8 ème «PROFIL FINANCIER DU CAC 40» Communiqué de presse 24 juin 2014 PRESENTATION DU 8 ème «PROFIL FINANCIER DU CAC 40» Les entreprises du CAC 40 ont souffert en 2013 de l euro fort Paris, le 24 juin 2014 Ricol Lasteyrie Corporate Finance

Plus en détail

Indicateur d activité de vente cavistes Enquête Email Janvier 2012

Indicateur d activité de vente cavistes Enquête Email Janvier 2012 Indicateur d activité de vente cavistes Le moral des cavistes est bon en ce début d année, suite de fêtes de fin d année apparemment réussies. Tous les indicateurs semblent particulièrement au vert début

Plus en détail

Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation

Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation 1 Numéro 201, juin 2013 Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation I) Immobilier : un premier trimestre en forte croissance Une partie de la croissance

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015 n 47 juin 2015 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 Synthèse générale Le niveau des taux de revalorisation servis aux assurés appelle une vigilance

Plus en détail

Exercice 2.9. Cailloux 1. Problèmes et solutions

Exercice 2.9. Cailloux 1. Problèmes et solutions Date : Août 2004 Exercice 2.9 Cailloux 1 Vous venez d être engagé comme commis-comptable à la bijouterie Cailloux inc. La fin d exercice de la société s est terminée le 30 septembre 2001, soit deux semaines

Plus en détail

Paris, le 10 mars 2011 Résultats 2010 du GROUPE LA POSTE

Paris, le 10 mars 2011 Résultats 2010 du GROUPE LA POSTE COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 10 mars 2011 Résultats 2010 du GROUPE LA POSTE DES RESULTATS EN PROGRES UN MODELE STRATEGIQUE SOLIDE DES POSTIERS ASSOCIES A LA QUALITE DE SERVICE ET A LA PERFORMANCE Réuni

Plus en détail

Note de l Institut d émission

Note de l Institut d émission en Nouvelle-Calédonie entre 1999 et 26 AGENCE DE NOUMÉA Octobre 26 Note de l Institut d émission Établissement public Dotation 1 - SIRET 78 43 111 1 APE 651 A Siège social : 5 rue Roland Barthes 75598

Plus en détail

RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE. En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création

RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE. En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 18 mars 2009 RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création 2010 : mise en marché d activités

Plus en détail

BIJOUX HIVER 2014. bague diamants 0,07 ct, taille 54, or jaune et rhodié 1,93 g

BIJOUX HIVER 2014. bague diamants 0,07 ct, taille 54, or jaune et rhodié 1,93 g BIJOUX HIVER 2014 145 bague diamants 0,07 ct, taille 54, or jaune et rhodié 1,93 g LE MANÈGE À BIJOUX Des modèles uniques issus de créateurs. "Le Manège à Bijoux " cultive la différence, la créativité,

Plus en détail

H O R L O G E R I E - B I J O U T E R I E - J O A I L L E R I E DOSSIER DE PRESSE F É V R I E R COMITÉ FRANCÉCLAT

H O R L O G E R I E - B I J O U T E R I E - J O A I L L E R I E DOSSIER DE PRESSE F É V R I E R COMITÉ FRANCÉCLAT COMITÉ FRANCÉCLAT 2009 CHIFFRES CLÉS H O R L O G E R I E - B I J O U T E R I E - J O A I L L E R I E DOSSIER DE PRESSE F É V R I E R 2 0 1 0 COMITÉ FRANCÉCLAT COMITÉ PROFESSIONNEL DE DÉVELOPPEMENT DE L

Plus en détail

Bilan général de l année 2009

Bilan général de l année 2009 Bilan général de l année 2009 2009 : l économie Conséquences de la crise financière Récession dans les économies évoluées, et ralentissement dans les économies émergentes Incertitude, et recherche de sécurité

Plus en détail

Evolution des risques sur les crédits à l habitat

Evolution des risques sur les crédits à l habitat Evolution des risques sur les crédits à l habitat n 5 février 2012 1/17 SOMMAIRE 1. PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DE LA PRODUCTION... 4 2. ANALYSE DÉTAILLÉE DES INDICATEURS DE RISQUE... 8 2.1 Montant moyen

Plus en détail

LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES

LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES R E P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E mercredi 14 février 2007 LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES Communication de M. Philippe Marini, rapporteur général

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

L évolution du marché des fonds à fin décembre

L évolution du marché des fonds à fin décembre L évolution du marché des fonds à fin décembre Le marché de la gestion collective plie de -4,5% en décembre, l équivalent de 38,9 milliards d euros de moins par rapport à fin novembre. L encours total

Plus en détail

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Contact : Fabien LALLEMENT - 05 57 14 27 13 Avril 2012 Sommaire 1. Périmètre de l analyse... Page 1 2. Définition des termes utilisés...

Plus en détail

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE MINISTERE DELEGUE A LA COHESION SOCIALE ET A LA PARITE V E I L L E S T A T I S T I Q U E service des droits des femmes et de l'égalité V E I L L E S T A T I S T I Q U E LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

Plus en détail

AXA Winterthur: croissance et nouvelle augmentation de la rentabilité en 2010

AXA Winterthur: croissance et nouvelle augmentation de la rentabilité en 2010 Communiqué de presse Winterthur, le AXA Winterthur: croissance et nouvelle augmentation de la rentabilité en 2010 L exercice 2010 s est soldé par un résultat très satisfaisant pour AXA Winterthur. Le volume

Plus en détail

LE MARCHÉ FRANÇAIS DU MEUBLE DE SALLE DE BAINS 2013-2020 BON DE COMMANDE

LE MARCHÉ FRANÇAIS DU MEUBLE DE SALLE DE BAINS 2013-2020 BON DE COMMANDE LE MARCHÉ FRANÇAIS DU MEUBLE DE SALLE DE BAINS 2013-2020 Une grande étude IPEA Vous voulez cerner le marché du meuble de salle de bains et explorer les pistes prospectives à l horizon 2020? A partir de

Plus en détail

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 1 2 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services Contenu 1.

Plus en détail

L Exploitation des films recommandés Art et Essai. en salles, à la télévision, en vidéo

L Exploitation des films recommandés Art et Essai. en salles, à la télévision, en vidéo L Exploitation des films recommandés Art et Essai en salles, à la télévision, en vidéo octobre 2006 Centre National de la Cinématographie Service des études, des statistiques et de la prospective 12, rue

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

PRINCIPAUX INDICATEURS

PRINCIPAUX INDICATEURS 30 juin 2006 RESULTAT DE L DE L EXERCICE 2005 2005-200 2006 (Période du 1 er avril 2005 au 31 mars 2006) PRINCIPAUX INDICATEURS Chiffres Chiffres Chiffres En millions d euros consolidés consolidés consolidés

Plus en détail

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE Juillet-août-septembre 2012 Note trimestrielle N 40 Lettre trimestrielle d information UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE CONJONCTURE Détérioration plus marquée au cours de

Plus en détail

Le marché de l hôtellerie en France

Le marché de l hôtellerie en France Le marché de l hôtellerie en France Georges DAHAN - 21 mars 2013 Sommaire Introduction Comment mesurer les performances hôtelières? L offre hôtelière en France Le parc hôtelier en France La part des chaînes

Plus en détail

Les Travaux sur Bâtiments Existants en Ile-de-France

Les Travaux sur Bâtiments Existants en Ile-de-France Les Travaux sur Bâtiments Existants en Ile-de-France 2013 Octobre 2014 FFB GRAND PARIS Direction des Affaires Economiques et Juridiques 10 rue du Débarcadère 75852 PARIS Cedex 17 Téléphone 01 40 55 10

Plus en détail

ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013

ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013 ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013 Enquête réalisée par mail sur la période du 6 au 13 juin 2013 Préambule : Depuis fin 2011, la Chambre de métiers et de l artisanat réalise une enquête de conjoncture

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

>> Baisse continue de l activité

>> Baisse continue de l activité 4 ème trimestre 20 Janvier 2013 - N 15 >> continue de l activité Dans les services comme dans l industrie, le climat des affaires reste dégradé au quatrième trimestre 20 et il s établit nettement en dessous

Plus en détail

Croissance des ventes en France et amélioration de la génération de free cash flow

Croissance des ventes en France et amélioration de la génération de free cash flow Ivry, le 30 juillet 2014 Croissance des ventes en France et amélioration de la génération de free cash flow Stabilisation du chiffre d affaires du Groupe au 2 nd trimestre : -0,3% à magasins comparables,

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco - n 194 Semaine du 16 au 20 février 2015

MEDEF Actu-Eco - n 194 Semaine du 16 au 20 février 2015 MEDEF Actu-Eco - n 194 Semaine du 16 au 2 février 215 SOMMAIRE FRANCE 1. Financement des ETI et des grandes entreprises en février 215 : situation de trésorerie d exploitation inchangée 2. Créations d

Plus en détail

Observatoire de l artisanat Les artisans en Poitou-Charentes au 30 juin 2012. Région Poitou-Charentes

Observatoire de l artisanat Les artisans en Poitou-Charentes au 30 juin 2012. Région Poitou-Charentes Observatoire de l artisanat Les artisans en Poitou-Charentes au 30 juin 2012 Région Poitou-Charentes Edito Avec les chiffres clés de l artisanat au 30 juin 2012, l observatoire économique régional de l

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Juin 2014 Page 1 898 SYNTHESE En 2013, le nombre des investisseurs étrangers en actions cotées à la Bourse de Casablanca a enregistré une hausse ; il est

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont stabilisés pour à

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF. La production des établissements de crédit spécialisés en 2011

TABLEAU DE BORD ASF. La production des établissements de crédit spécialisés en 2011 TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2011 Mars 2012 - 2-1. Le financement des entreprises Le financement des investissements d équipement : le rebond de l activité

Plus en détail

*** Confirmation de l objectif 2009 de résultat avant impôt entre 400 et 450 millions d euros

*** Confirmation de l objectif 2009 de résultat avant impôt entre 400 et 450 millions d euros Communiqué de presse Paris, le 19 janvier 2010 Chiffre d affaires 2009 : -7,9% en données comparables Dans un environnement économique encore sévèrement touché par la crise, Chiffre d affaires des Services

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

BIJOUX ÉTÉ 2015. bague améthyste et diamants 0,02 ct, taille 54, or rose 1,89 g. bague laque, améthyste et diamants 0,02 ct, taille 54, or rose 1,63 g

BIJOUX ÉTÉ 2015. bague améthyste et diamants 0,02 ct, taille 54, or rose 1,89 g. bague laque, améthyste et diamants 0,02 ct, taille 54, or rose 1,63 g BIJOUX 129 bague laque, améthyste et diamants 0,02 ct, taille 54, or rose 1,63 g 129 bague améthyste et diamants 0,02 ct, taille 54, or rose 1,89 g ÉTÉ 2015 LE MANÈGE À BIJOUX Des modèles uniques issus

Plus en détail

FICHES THÉMATIQUES. Le commerce et la réparation automobile

FICHES THÉMATIQUES. Le commerce et la réparation automobile FICHES THÉMATIQUES Le commerce et la réparation automobile 2.1 Commerce, entretien et réparation automobile Le commerce de véhicules automobiles compte près de 24 entreprises en 4. Plus de 68 % des entreprises

Plus en détail

LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998

LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998 LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998 Les crédits de ce type mis en force au cours du premier semestre 1998 ont atteint 154,1 milliards de francs (données brutes non corrigées

Plus en détail

DOSSIER : LE MARCHE Les produits surgelés

DOSSIER : LE MARCHE Les produits surgelés DOSSIER : LE MARCHE Les produits surgelés Sommaire -Définition, qu est ce qu un produit surgelé? -principe du surgelé -Politique produits et stratégie croissante -Les chiffres, parts de marché en tableau

Plus en détail

Résultats semestriels 2007 et perspectives. SQLI, solutions et services e-business 17 septembre 2007

Résultats semestriels 2007 et perspectives. SQLI, solutions et services e-business 17 septembre 2007 Résultats semestriels 2007 et perspectives SQLI, solutions et services e-business 17 septembre 2007 Résultats semestriels 2007 lundi 17 septembre 2007 Résultats semestriels 2007 Stratégie et modèle économique

Plus en détail

CHAPITRE 71. Page 1 of 5. PERLES FINES OU DE CULTURE, PIERRES GEMMES OU SIMILAIRES, METAUX PRECIEUX, PLAQUES OU DOUBLES DE METAUX Notes.

CHAPITRE 71. Page 1 of 5. PERLES FINES OU DE CULTURE, PIERRES GEMMES OU SIMILAIRES, METAUX PRECIEUX, PLAQUES OU DOUBLES DE METAUX Notes. PERLES FINES OU DE CULTURE, PIERRES GEMMES OU SIMILAIRES, METAUX PRECIEUX, PLAQUES OU DOUBLES DE METAUX PRECIEUX ET OUVRAGES EN CES MATIERES; BIJOUTERIE CHAPITRE 71 PERLES FINES OU DE CULTURE, PIERRES

Plus en détail

Observatoire des effectifs scolaires du 1 er et 2 nd degrés 10 e édition

Observatoire des effectifs scolaires du 1 er et 2 nd degrés 10 e édition Agglomération de la Région de Compiègne Observatoire des effectifs scolaires du 1 er et 2 nd degrés 10 e édition Années scolaires 1992 à 2012 Mars 2013 Agence d urbanisme et de développement Oise-la-Vallée

Plus en détail

La Fnac accélère sa transformation Forte progression des résultats en 2014

La Fnac accélère sa transformation Forte progression des résultats en 2014 Ivry, le 27 février 2015 La Fnac accélère sa transformation Forte progression des résultats en 2014 Accélération de la dynamique des ventes en 2014 Chiffre d affaires consolidé en croissance de +0,9% au

Plus en détail

Conférence de presse 16 janvier 2013

Conférence de presse 16 janvier 2013 Conférence de presse 16 janvier 2013 Sommaire 1- Les attentes des Français en matière de logement par rapport à leur commune 2- Immoprêt : bilan 2013 et projets 2014 3- Marché : constats 2013 4 - Perspectives

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Résumé L excédent commercial suisse affiche un nouveau record en 2013, à 26,6 Mds CHF (environ 4,5% du PIB). Recevant près de 55% des exportations suisses, l

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Résultats du 1er trimestre 2014 de Numericable Group

Résultats du 1er trimestre 2014 de Numericable Group Communiqué de presse 13 mai 2014 Résultats du 1er trimestre 2014 de Numericable Group Progression de la base totale d abonnés de 4,3% et de l ARPU à 42,1 5,4 millions de foyers déjà équipés en fibre optique

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail