Effet de la qualité du service perçue sur la relation client-banque

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Effet de la qualité du service perçue sur la relation client-banque"

Transcription

1 Effet de la qualité du service perçue sur la relation client-banque Imen, FOURATI DAOUD Doctorante en Marketing Route de Téniour, Chihia 3041 Sfax, Tunisie. Laboratoire de Recherche en Marketing, Faculté des Sciences Économiques et de Gestion de Sfax, Route de l Aéroport Km 4 Sfax 3018 Tunisie Route de Téniour, Chihia 3041 Sfax, Tunisie Imen KOUAS BEN AOUN Doctorante en Marketing Route de Gremda, km 13, Poste Al Awebed, BP n 2, 3074, Sfax, Tunisie. Laboratoire de Recherche en Marketing, Faculté des Sciences Économiques et de Gestion de Sfax, Route de l Aéroport Km 4 Sfax 3018 Tunisie

2 Résumé Effet de la qualité du service perçue sur la relation client-banque Le marketing relationnel occupe une place importante dans le secteur des services, ce qui représente le champ de recherche de ce travail. L objectif primordial de cette communication est d étudier les effets de la qualité perçue, de la satisfaction ainsi que la confiance sur l engagement du client envers un établissement bancaire. Pour cela, une recherche quantitative est menée afin d identifier les liens directs et indirects entre ces variables. Mots clés : Qualité perçue, Satisfaction, Confiance, Engagement, Service bancaire. Abstract Effect of service quality perceived on the bank-client relationship Relationship marketing has an important place in the services sector, which represents the search field of that work. The main objective of this paper is to study the effects of perceived quality, satisfaction and trust on the customer's commitment to the banking institution. For this, a quantitative research is conducted to identify direct and indirect links between these variables. Key words: Perceived quality, Satisfaction, Trust, Commitment, Banking service. Resumen Efecto de la calidad de servicio percibida en la relación banco-cliente El marketing relacional tiene un lugar importante en el sector servicios, que representa el campo de búsqueda de ese trabajo. El objetivo principal de este trabajo es estudiar los efectos de la percepción de la calidad, la satisfacción y la confianza en el acuerdo del cliente a un banco. Para ello, se llevó a cabo una investigación cuantitativa para identificar las relaciones directas e indirectas entre estas variables. Palabras clave: Calidad percibida, Satisfacción, Confianza, Compromiso, servicio de Banca.

3 Effet de la qualité du service perçue sur la relation client-banque Introduction générale Il est toujours admis que l accroissement de la concurrence, l homogénéité des produits et services et la maturité des marchés empêchent les entreprises du même secteur de se différencier (M. Wetzels et al., 1998). Ainsi, face à cette évolution rapide de l environnement concurrentiel et face à cette stabilité du marché, les entreprises ont pensé qu il est vital d identifier des actions spécifiques. Ces actions les aident à construire de fortes relations avec leurs clients (M. Dertouzos et al., 1989) et favorisent leur rétention à long terme (R-N. Bolton, 1998) afin d améliorer la compétitivité et de réduire les coûts (P-M. Doney et J-P. Canon, 1997). A. Parasuraman et al. (1991) ont affirmé que la préoccupation majeure des responsables marketing est d attirer et de retenir les clients. D ailleurs, le domaine du marketing relationnel est principalement fondé sur la satisfaction du client (C. Fornell, 1992 et E. Garbarino et M-S. Johnson, 1999), la qualité perçue du service (A. Parasuraman et al., 1994), la confiance (F. Dwyer et al., 1987; R-M. Morgan et S-D. Hunt 1994 et P-M. Doney et J-P. Canon, 1997) et l'engagement envers l'organisation (R-M. Morgan et S-D. Hunt 1994 ; S. Curth et al., 2014 et M. Wetzels et al., 1998). Dans cet ordre d idée, T. Jones et S. Taylor (2012) ont suggéré que les relations entre les prestataires de services et leurs clients représentent un capital social qui renforce l entreprise et participe à sa continuité. Cependant, ces relations restent largement inexplorées (S. Curth et al., 2014) et peu sont les recherches qui se sont focalisées sur l effet de ces variables sur la nature de la relation avec l entreprise de service (R-T. Rust et A-J. Zahorik, 1993 et R. Bolton, 1998). Parmi ces services, nous citons la prestation de services financiers et plus précisément les banques qui se sont imposées comme un service indispensable à toute société. L objectif principal de notre recherche est d étudier la relation entre la qualité perçue, la satisfaction, la confiance et l engagement envers la banque. Pour cela, nous posons la

4 question centrale suivante : Comment la qualité perçue, la satisfaction et la confiance expliquent-t-elles l engagement envers la banque? 1. Revue de la littérature Dans la revue de la littérature, nous présenterons les définitions des concepts et nous fonderons les hypothèses de la recherche Qualité perçue et satisfaction vis-à-vis des services bancaires Le concept de la qualité de service a été reconnu d'une importance irréfutable, ainsi de remarquables efforts scientifiques lui ont été consacrés pour améliorer sa compréhension (J-J. Cronin et T-A. Taylor, 1992; E. Anderson et al., 1994; S-A. Taylor et T-L. Baker, 1994 ) et lui formuler de multiples formes de mesure (M. Wetzels et al., 1998). J. Vanhamme (2002, p.61) a considéré la qualité perçue comme «un jugement évaluatif global vis-à-vis d un produit/service portant sur la supériorité relative de ce dernier (S-A. Taylor et T-L. Baker, 1994 ; R-T. Rust et R-L. Oliver, 1994) ou, plus exactement, une évaluation relative à l excellence du produit/service (R-L. Oliver, 1997)». Dans le cas de notre travail de recherche, nous abordons la qualité du service bancaire qui a été définie par K. Bahia et J. Nantal (2000) comme la différence entre les perceptions des clients vis-à-vis des services offerts par la banque et leurs attentes. De nombreuses opérationnalisations ont traité de la qualité de service. D abord, U. Lehtinen et J-R. Lehtinen (1982) suggèrent trois lignes directrices pour la qualité de service à savoir la qualité physique, la qualité d'entreprise et la qualité interactive. Ensuite, G. LeBlanc (1992) présente six facteurs de la perception de la qualité de service par les clients, par ordre d'importance, qui sont l image de l'entreprise, la compétitivité, la courtoisie, la réactivité, l accessibilité et la compétence. En outre, Ch. Grönroos (2000) propose un modèle de qualité de service sur la base de sept dimensions: le professionnalisme et les compétences, les attitudes et les comportements, l'accessibilité et la souplesse, la reprise du service, l'atmosphère, la réputation et la crédibilité (J-C. Chang, 2009). Enfin, l opérationnalisation la plus réputée de la qualité perçue est celle de A. Parasuraman et al. (1988). Cette mesure est composée à priori de 10 dimensions qui sont la fiabilité, la réactivité, la compétence, l'accès, la courtoisie, la communication, la crédibilité, la sécurité, la compréhension et le corporel (A. Parasuraman et al., 1988). Ces auteurs, ont constaté un degré élevé de corrélation, d'une part, entre la communication, la compétence, la courtoisie, la crédibilité et la sécurité et, d'autre part, entre l'accès et la compréhension pour former deux grandes dimensions qui sont

5 l'assurance et l'empathie. Ils ont ensuite utilisé les cinq dimensions à savoir la tangibilité, la fiabilité, la réactivité, l'assurance et l'empathie comme base pour la mesure de la qualité de service (A. Parasuraman et al., 1988 et V. Zeithaml et al., 1990 ). La qualité perçue et la satisfaction ont été considérées comme deux concepts voisins (J-L. Moulins et al., 2010 ; J. Vanhamme, 2002) qui partagent une relation considérablement étroite (M-J. Bitner et al., 1994; J-J. Cronin et T-A. Taylor, 1992 et S-A. Taylor et T-L. Baker, 1994). Néanmoins, il existe toujours des points de différences qui résident tout d abord dans le fait que la satisfaction est plus interne que la qualité perçue et elle se réfère au client et non pas à l'expérience de consommation de service. Ensuite, la satisfaction est le résultat d une l expérience concrète faite par le client tandis que la qualité perçue peut être formée sans avoir essentiellement passé par cette expérience. Enfin, la satisfaction représente un aspect cognitif et affectif alors que la qualité est une évaluation cognitive (S. Llosa, 1997). Pour mieux présenter le concept de la satisfaction nous allons adopter la définition de R-T. Rust et R-L. Oliver (1994) décrivent la satisfaction dans la littérature du marketing des services comme un sommaire cognitif et une réaction affective dû à l expérience de consommation de service et à la comparaison de cette expérience avec ce qui a été attendu (S- A. Taylor et T-L. Baker, 1994). La littérature portant sur ces deux concepts clés, à savoir la satisfaction et la qualité de service perçue, soulève un consensus qui affirme que ces deux construits partagent une relation étroite (M-J. Bitner et al 1994; J-J. Cronin et T-A. Taylor, 1992 et S-A. Taylor et T-L. Baker, 1994). Cette relation entre la qualité du service perçue et la satisfaction de la clientèle a reçu beaucoup d'attention (M. Wetzels et al, 1998). En effet, plusieurs travaux de recherche en marketing comme par exemple ceux de E. Anderson et al. (1994) et A. Parasuraman et al (1994) ont affirmé que «la satisfaction est le résultat direct de la qualité perçue» (A. Boyer et A. Nefzi, 2008, p.42). Dans le même cadre de recherche, J. Otto et J-R. Ritchie (1995) et J-J. Cronin et T-A. Taylor (1992) ont souligné que la qualité perçue est l antécédent logique de la satisfaction. Ainsi, à partir de ce qui précède nous pouvons déduire que la majorité des travaux de recherches affirme que la satisfaction et la qualité de service perçue sont fortement liées. Cependant, il est à noter que certains auteurs discutent l'ordre de causalité (M.. Wetzels et al., 1998) et s opposent sur le sens de cette relation (J-L. Moulins et al., 2010). D où, nous posons la première hypothèse. H1 : La qualité perçue a un effet positif sur la satisfaction.

6 Désormais, l accent se déplace d autant plus vers le marketing relationnel d où les variables qui influencent le comportement du consommateurs se sont diversifiées pour intégrer de nouveaux construits tels que la confiance (Ch. Moorman et al., 1993 et R-M. Morgan et S-D. Hunt 1994) et l'engagement (F. Dwyer et al., 1987; R-M. Morgan et S-D. Hunt 1994 ; et E. Garbarino et M-S. Johnson, 1999) Confiance vis-à-vis de la banque La confiance est généralement considérée comme un facteur déterminant dans la réussite des relations (F. Dwyer et al., 1987; Ch. Moorman et al., 1993 et R-M. Morgan et S-D. Hunt, 1994). En effet, les caractéristiques du personnel de contact et la confiance qu elles inspirent aux clients, sont d une importance particulière dans une relation (D-H. Maister, 1993 et D-J. Teece, 2003). Ceci est d autant plus pertinent dans le cadre des établissements financiers notamment les banques (D-H. Maister, 1993; R. Bergeron et al., 2003 ; D-J. Teece, 2003 et E. Furtmueller et al., 2011). La confiance est «à la fois un concept dynamique et multidimensionnel» (G. N Goala, 2010, p.10). Pour cette raison elle a été présentée, tout d abord, par E. Anderson et B. Weitz (1992) comme la croyance d'une partie que ses besoins seront remplies au futur par les actions de l'autre partie. Ensuite, J. Anderson et J. Narus (1990) se sont concentrés sur les résultats perçus pour la définir comme la croyance d une partie qu'une autre va effectuer des actions qui aboutiront à des résultats positifs et que cette partie ne prendra pas des mesures inattendues qui vont induire à des résultats (R-M. Morgan et S-D. Hunt, 1994). Enfin, R-M. Morgan et S-D.Hunt (1994), ainsi que Ch. Moorman et al. (1993) ont conditionné son existence par la fiabilité et l'intégrité des partenaires d'échange (M. Wetzels et al., 1998). Face à la diversité des définitions accordées à la confiance, nous avons choisi, dans la suite de notre travail, d adopter le point de vue de Sh. Ganesan et R. Hess (1997) et de G. N Goala (2010), puisque ces derniers ont étudié l effet de la confiance sur la nature de la relation dans le secteur des services bancaires. Ces auteurs ont stipulé que la confiance se compose de deux dimensions. La première dimension, la crédibilité, est basée à la fois sur l'intention et la capacité d'un partenaire de tenir à ses promesses dans la prestation de services et d être prévisible dans son comportement. La bienveillance, comme deuxième dimension, est basée sur les qualités et les caractéristiques données au partenaire qui démontrent une réelle préoccupation et dépasse un but lucratif purement égocentrique (Sh. Ganesan et R. Hess, 1997).

7 Traitant de la relation entre la qualité perçue et la confiance, A. Boyer et A. Nefzi (2008, p.42) ont affirmé que «la confiance ne mentionne pas explicitement la qualité du service comme un antécédent». Cependant, il est à noter que la majorité des antécédents de la confiance, ont été assimilés à des dimensions de la qualité de service (A. Boyer et A. Nefzi, 2008). A ce propos, L. Sirieix et P-L. Dubois (1999) par exemple, ont stipulé dans leurs études que le niveau de la confiance accordé par le consommateur se fait sur la base de la qualité retrouvée dans l expérience de consommation (J-L. Moulins et al., 2010). Ainsi nous posons la deuxième hypothèse. H2 : La qualité perçue a un effet positif sur la confiance vis-à-vis de la banque Pour ce qui est de la relation entre la satisfaction et la confiance, plusieurs travaux dans différents domaines de recherche en marketing ont traité cette relation. Dans le domaine du marketing industriel, F. Selnes (1993) a déduit que la satisfaction favorise la confiance dans une relation fournisseur-client. Dans le domaine du comportement du consommateur, E. Garbarino et M.S. Johnson (1999) ont prouvé que la satisfaction du consommateur vis-à-vis de la marque a un effet sur la confiance. De même, L. Sirieix et P-L. Dubois (1999, p 7) ont affirmé que «la satisfaction peut être considérée à la fois comme un élément de résultat et de renforcement de la confiance». Dans le domaine du marketing de service nous avons pu déterminer une certaine contradiction. En effet, D. Bachelet et al (2012, p.28) ont trouvé que «la satisfaction a une influence positive significative sur le degré de confiance envers l établissement hospitalier». Au contraire, J-B. Macdonald et K. Smith (2004) ont affirmé dans leur travail de recherche qu un consommateur satisfait vis-à-vis des services offerts par l entreprise ne lui accorde pas essentiellement sa confiance. D où, nous allons vérifier cette relation et nous posons la troisième hypothèse : H3: La satisfaction a un effet positif sur la confiance vis-à-vis de la banque Engagement envers la banque Dans le domaine du marketing de services, A. Parasuraman et al. (1990) ont soutenu que «les relations sont fondées sur la base d'un engagement mutuel». Ainsi, l'engagement est reconnu comme un élément essentiel pour tisser des relations fructueuses à long terme (F. Dwyer et al, 1987 et R-M. Morgan et S-D. Hunt 1994). En effet, l engagement a été défini par Ch. Moorman et al., (1992) comme un désir permanent de maintenir une relation. Dans le même sens, J. Scanzoni (1979) a déclaré que l'engagement est la phase la plus avancée de l'interdépendance des partenaires. Aussi, F. Dwyer et al. (1987) ont défini l'engagement comme une promesse implicite ou explicite de la continuité de la relation entre les partenaires

8 d'échange (M. Wetzels et al, 1998). Récemment, G. N Goalla (2010, p.3) l a présenté comme «Le maintien de relations durables et exclusives avec les clients». La littérature du comportement organisationnel a distingué entre deux dimensions de l engagement à savoir l engagement affectif et l engagement calculé (N-P. Meyer et J-P. Allen, 1991). L engagement affectif est basé sur un sentiment et un attachement émotionnel des clients à une relation qui repose sur le sentiment d affiliation et d identification vis-à-vis des valeurs de l entreprise. Ce type d engagement est le plus efficace pour développer et maintenir mutuellement des relations bénéfiques entre les partenaires (R-M. Morgan et S-D. Hunt, 1994 ; M. Wetzels et al., 1998; E. Garbarino et M-S. Johnson, 1999 et G. N Goala, 2010). L'autre dimension de l'engagement est présentée comme étant comportementale. Cette forme est appelée l engagement calculé et découle d'une évaluation cognitive de la valeur instrumentale d'une relation continue (R-M. Morgan et S-D. Hunt, 1994). Dans ce cas, l engagement constitue une motivation négative pour continuer la relation, car dans ce genre d engagement on maintien la relation rien que pour éviter les coûts associés à sa rupture (I. Geyskens et al., 1996). En raison de l'importance de l'engagement dans le développement des relations qui sont souvent dynamique et trop complexe (M. Wetzels et al., 1998). Les recherches qui portent sur ce sujet de l'engagement envers les entreprises et notamment envers les entreprises de services peuvent toujours générer de nouvelles connaissances (S. Curth et al., 2014). Nous allons dans ce qui suit essayer d expliciter, à partir de la revue de la littérature, certaines variables qui peuvent influencer l engagement des clients envers leurs banques. De prime à bord, nous avons constaté dans plusieurs recherches (E. Anderson et B. Weitz, 1992 : J. Anderson et J. Narus, 1990; Ch. Moorman et al.,1992 ; Ch. Moorman et al, 1993 ; Ganesan, 1994; R-M. Morgan et S-D. Hunt, 1994 ; I. Geyskens et J-B. Steenkamp, 1995; Kumar et al., 1995 et M. Wetzels et al., 1998) que la qualité des interactions entre le client et l entreprise ou le prestataire de service à un effet sur son engagement dans cette relation. Nous allons vérifier cette relation dans le contexte de notre recherche et nous posons ainsi la quatrième hypothèse. H4 : La qualité perçue a un effet positif sur l engagement envers la banque. Ensuite, sur cette alignée M-C. Lichtlé et V. Plichon (2008) ont souligné que la littérature suggère que la satisfaction joue un rôle très important dans le développement de la relation avec le client et ce par l'intermédiaire de certains variables telles que l'engagement (J-P. Galan et L. Maubisson, 2009). Néanmoins, nous avons tout de même souligné que E.

9 Garbarino et M-S. Johston (1999) ont nié cette relation. En outre, E. Furtmueller et al (2011) ont élancé que peu d'études se sont interrogées à traiter l effet de la satisfaction sur l engagement dans le cas des services financiers. D où, l intérêt de vérifier cette hypothèse. H5 : La satisfaction a un effet positif sur l engagement envers la banque. Tout comme la satisfaction, R-E. Spekmam (1988) a trouvé que la confiance est la «pierre angulaire» des relations à long terme (D. Sirdeshmukh et al., 2002). D ailleurs, la littérature du marketing relationnel accorde un intérêt particulier au rôle de la confiance dans la promotion des relations solides notamment dans le cadre des prestations de service. La centralité de la confiance dans le développement des relations à long terme a été soulignée tant de fois dans la littérature (F. Dwyer et al., 1987; E. Anderson et B. Weitz, 1989; Ch. Moorman et al, 1992 ; R-M. Morgan et S-D. Hunt, 1994 ; I. Geyskens et al, 1996 et D. Sirdeshmukh et al, 2002). En effet, dans le modèle de R-M. Morgan et S-D. Hunt (1994), par exemple, la confiance précède et détermine l engagement selon un enchaînement qui a fait l objet de plusieurs affirmations conceptuelles (B. Nooteboom et al.1997) et empiriques (E. Garbarino et M-S. Johnson, 1999; H-S. Bansal et al., 2004). Nous allons vérifier si ce lien sera toujours respecté dans notre contexte et nous posons la sixième hypothèse comme suit : H6 : La confiance a un effet positif sur l engagement envers la banque. La figure suivante (Figure 1) résume les différentes hypothèses de recherche avancées cidessous. H2 Qualité perçue H1 Satisfaction H3 Confiance H4 H5 H6 Engagement Figure 1 : Modèle de recherche

10 2. Méthodologie de la recherche Pour tester le modèle de recherche sur le terrain, nous avons procédé à une recherche quantitative. La démarche adoptée dans cette recherche se focalise sur la présentation des mesures des variables, la méthode d échantillonnage et la méthode de collecte des données Mesures des variables La qualité perçue est opérationnalisée via l échelle SERVPERF (J-J. Cronin et T-A. Taylor, 1992) adoptée de l échelle SERVQUAL développée par A. Parasuraman et al. (1988) comportant cinq dimensions (éléments tangibles, fiabilité, serviabilité, assurance et empathie). Ces dimensions sont mesurées à partir de vingt-deux items. La satisfaction est mesurée en se basant sur l échelle unidimensionnelle de G-B. Voss et al. (1998) ayant trois items. L échelle retenue pour opérationnaliser la confiance est bidimensionnelle (crédibilité perçue et bienveillance perçue) développée par Sh. Ganesan (1994) et Sh. Ganesan et R. Hess (1997) comportant huit items. Enfin, l engagement est mesuré par l échelle bidimensionnelle de G. N Goala (2010). Ces deux dimensions, à savoir l engagement affectif et l engagement calculé, sont opérationnalisées par six items. Toutes ces échelles sont opérationnalisées via l échelle de Likert à cinq points allant de totalement désaccord jusqu à totalement d accord. Les échelles de mesures sont présentées dans l annexe Collecte des données La collecte de données est établie sur la base d un questionnaire auto-administré auprès de 155 personnes possédant un compte bancaire. L échantillon est constitué en se basant sur la méthode non probabiliste de convenance. Cet échantillon est caractérisé par 62,6% de genre masculin. La tranche d âge la plus dominante est entre 30 et 59 ans. Le niveau d instruction supérieur représente 60,6% de l échantillon. Dans un premier temps, nous avons opté pour une collecte de données en envoyant le questionnaire par des mails électroniques. Cependant, nous avons reçu un nombre limité de réponses. Ce qui nous a empêchées de continuer avec cette procédure de collecte de données. Cette limite nous a conduites à changer cette méthode et procéder à l administration du questionnaire en face à face.

11 3. Analyse, interprétation et discussion des résultats Dans cette partie, nous nous intéressons, dans un premier temps, à l analyse factorielle exploratoire et l analyse factorielle confirmatoire. Dans un second temps, nous procédons à la vérification des hypothèses et à la discussion des résultats Analyse factorielle exploratoire L analyse factorielle exploratoire, établie en utilisant le logiciel SPSS 15, est réalisée en appliquant une analyse en composantes principales sur les données brutes précédée par un test de normalité. Les coefficients de symétrie de Skewness et de concentration de Kurtosis trouvés, respectent bien les seuils et n ont pas dépassés en valeur absolue respectivement 3 et 8 (P. Roussel et al., 2002). L analyse en composantes principales a conduit à l élimination de certains items ayant des communalités inférieures à 0,5 (SERVQ9, SERVQ13, SERVQ22, CONF3, CONF8 et ENGAG4). Le tableau 1 illustre la factorisation issue de l analyse en composantes principales pour les variables de notre recherche ainsi que le test de fiabilité via l indice «α de Cronbach» (Churchill, 1979). Tableau 1 : Résultats de l analyse factorielle exploratoire Construits Satisfaction Qualité perçue Items Communalités Contributions Factoriel les KMO % de l iner tie récu pérée % de l iner tie récu pérée cumu lée α de Cron bach SATISF1 0,799 0,894 SATISF2 0,782 0,884 0,725 77,031 77,031 0,850 SATISF3 0,731 0,855 SERVQ4 0,590 0,618 SERVQ5 0,733 0,733 SERVQ6 0,698 0,673 37,117 SERVQ7 0,815 0,758 0,864 SERVQ8 0,751 0,703 SERVQ14 0,634 0,477 SERVQ17 0,503 0,513 SERVQ10 0,737 0,764 SERVQ11 0,776 0,835 0,854 66,329 SERVQ12 0,731 0,752 9,016 0,869 SERVQ20 0,627 0,668 SERVQ21 0,738 0,696 SERVQ1 0,619 0,722 7,924 SERVQ2 0,805 0,835 0,736 SERVQ3 0,693 0,666 SERVQ18 0,802 0,859 6,683 SERVQ19 0,853 0,896 0,783

12 Confiance Engagement SERVQ15 0,670 0,783 5,590 SERVQ16 0,744 0,601 0,572 CONF1 0,681 0,825 CONF2 0,689 0,830 CONF4 0,796 0,892 CONF5 0,826 0,909 0,901 76,736 76,736 0,949 CONF6 0,831 0,912 CONF7 0,793 0,891 CONF8 0,755 0,869 ENGAG1 0,814 0,902 0,650 50,964 79,318 0,872 ENGAG2 0,783 0,884 ENGAG3 0,825 0,874 ENGAG5 0,772 0,864 28,354 0,669 ENGAG6 0,772 0,879 Ce tableau montre que l échelle de mesure de la qualité perçue est composée de cinq dimensions ce qui représente le même nombre de dimensions de l échelle SERVPERF. Cependant, les items associés à chaque dimension ne sont pas les mêmes. Il y a une distribution différente par rapport à la littérature. En plus nous n avons gardé que quatre dimensions à cause du problème de fiabilité. Notre recherche n est pas la première qui diverge avec les résultats de J-J. Cronin et T-A. Taylor (1992) et A. Parasuraman et al. (1990), mais c est le même cas de D-W. Finn et C-W. Lamb (1991). Quant à la variable confiance, elle est composée principalement de deux dimensions à savoir la crédibilité perçue et la bienveillance perçue. L analyse en composantes principales a permis de générer une seule dimensions pour la confiance. Ceci peut être expliqué par l homogénéité des réponses et la signification des items. En d autres termes, un conseiller qui sait résoudre les problèmes est un conseiller compétent. Pour la variable engagement, l analyse en composantes principales a généré les mêmes dimensions que la littérature à savoir l engagement affectif et l engagement calculé Analyse factorielle confirmatoire Dans cette phase, nous présentons l analyse factorielle confirmatoire basée sur la méthode des équations structurelles en utilisant le logiciel AMOS 16. a- Évaluation de la qualité d ajustement du modèle de mesure global Une première évaluation du modèle de mesure global a montré une qualité d ajustement inacceptable, ce qui nécessite l apport de plusieurs modifications. Le tableau 2 montre la qualité d ajustement du modèle de mesure final. Tableau 2 : Qualité d ajustement du modèle de mesure Chi2 316,426 dl 180

13 Chi2 normé 1,758 p 0,000 GFI 0,852 AGFI 0,792 TLI 0,913 CFI 0,932 NFI 0,859 RMSEA 0,070 RMR 0,064 Les résultats de la qualité d ajustement du modèle sont acceptables car ils sont proches des seuils recommandés. L étape suivante consiste à tester la multi-normalité des variables. Le coefficient Mardia est 57,801 (ratio critique 11,072 supérieur à 1,96) montre une violation de la multi-normalité. Ce résultat nécessite le recours au test de Bootstrap de Bollen-stine qui permet de corriger l erreur standardisée et les statistiques d ajustements biaisés issue de la violation de la normalité des données (C-K. Enders, 2005). La valeur de significativité «p» est de 0,026 acceptable au seuil de 5%. D où, nous adoptons la méthode de maximum de vraisemblance dans l interprétation des résultats. La fiabilité selon le Rhô de Joreskog est vérifiée. De même, la validité convergente et discriminante est vérifiée en appliquant la méthode de C. Fornell et Larker (1981) (Annexe 2) b- Évaluation de la qualité d ajustement du modèle de structure L évaluation de la qualité d ajustement du modèle de structure montre que les résultats sont acceptables. Le tableau 3 illustre la qualité d ajustement du modèle de structure. Tableau 3 : Qualité d ajustement du modèle de structure Chi2 400,010 dl 168 Chi2 normé 2,381 p 0,000 GFI 0,810 AGFI 0,739 TLI 0,852 CFI 0,881 NFI 0,815 RMSEA 0,095 RMR 0, Vérification des hypothèses de recherche et discussion

14 Le test de la confirmation des hypothèses est évalué en se basant sur l interprétation des coefficients de régression et leurs significativités qui sont présentés dans l annexe 3. H1 : La qualité du service perçue a un effet positif sur la satisfaction. Selon les coefficients de régression et le test significativité, cette hypothèse est vérifiée. La qualité perçue à travers ses quatre dimensions a un effet positif sur la satisfaction. Ce lien positif était validé par un certain nombre de recherches notamment celle de J-J. Cronin et T- A. Taylor en 1992, J. Otto et J-R. Ritchie en 1995 et A. Boyer et A. Nefzi (2008). H2 : La qualité perçue a un effet positif sur la confiance vis-à-vis de la banque. Le lien positif entre la qualité du service perçue et la confiance est vérifié pour trois dimensions de la qualité perçue. La dimension pour laquelle le lien n est pas vérifié concerne les éléments tangibles de la banque à savoir les installations matérielles et l aspect vestimentaires des employés. Cette absence de relation est logique puisque ces éléments ne peuvent pas avoir un impact sur le degré de la confiance accordée à la banque. Ce résultat est conforme aux résultats trouvés par J-L. Moulins et al. (2010) et A Boyer et A. Nefzi (2010) qui ont trouvé un effet positif de la qualité perçue sur la confiance. H3: La satisfaction a un effet positif sur la confiance vis-à-vis de la banque. Le lien positif entre la satisfaction et la confiance est jugé non significatif au seuil de significativité de 5% (p = 0,084). Cette absence de lien entre la satisfaction et la confiance est constatée aussi par J-B. Macdonald et K. Smith (2004). H4 : La qualité perçue a un effet positif sur l engagement envers la banque. La qualité perçue se décompose en quatre dimensions, l engagement est constitué de deux dimensions ; ce qui a généré huit sous hypothèses. L effet positif de la qualité perçue sur l engagement envers la banque n est pas vérifié. Les résultats de notre recherche ont permis de dégager que seulement la quatrième dimension de la qualité perçue, s intéressant à l attention accordée par l employé au client, agit positivement sur l engagement calculé envers la banque. Ces résultats convergent avec ceux de M. Wetzels et al. (1998) qui ont constaté que la qualité perçue n a pas un effet sur l engagement affectif et sur l engagement calculé. H5 : La satisfaction a un effet positif sur l engagement envers la banque. La satisfaction agit positivement sur l engagement affectif avec une significativité de 0,022 (inférieure à 5%). Cependant le lien positif entre la satisfaction et l engagement calculé n est

15 pas vérifié. L effet positif qu engendre la satisfaction sur l engagement affectif est approuvé aussi par M. Wetzels et al. (1998). H6 : La confiance a un effet positif sur l engagement envers la banque. Comme la satisfaction, la confiance a un effet positif sur l engagement affectif envers la banque. L effet positif de la confiance sur l engagement calculé n est pas validé. Ce résultat est contradictoire avec les résultats de J-L. Moulins et al. (2010) qui ont trouvé que la confiance a un effet positif sur l engagement calculé. Analyse des effets indirects À côté de la vérification des effets directs, nous avons procédé à la vérification des effets indirects entre les variables de recherche. Cette vérification est établie en se basant sur la méthode bootstrap, figurant sur le logiciel AMOS, qui permet de donner la significativité des coefficients de régression des liens indirects (annexe 4). Les résultats du bootsrap ont montré que les dimensions de la qualité perçue ont un effet indirect sur l engagement. Cette relation n est pas vérifiée pour une seule dimension (qualité perçue 3) avec l engagement affectif. Les variables qui ont un effet médiateur dans la relation entre la qualité perçue et l engagement calculé sont la satisfaction et la confiance. Cette double médiation de la satisfaction et la confiance montre bien l importance de ces variables dans la détermination de l engagement du client envers sa banque via la perception de la qualité du service fourni. Ce résultat est très pertinent puisqu il montre bien que la qualité perçue n a pas d effet direct sur l engagement du client mais ceci est établi à travers la satisfaction et la confiance. L effet médiateur de la satisfaction entre la qualité perçue et la confiance n est pas vérifié pour toutes les dimensions de la qualité perçue. Ceci est dû à l absence de lien entre la satisfaction et la confiance. De même, la confiance n a pas d effet médiateur entre la satisfaction et l engagement puisque la satisfaction n a pas un impact sur la confiance accordée à la banque. Conclusion Dans ce travail, nous avons étudié les relations entre plusieurs variables à savoir la qualité perçue, la confiance et leurs influences sur l engagement du client envers le prestataire du service bancaire. Nos résultats montrent des divergences avec certains auteurs. Malgré ces divergences que nous considérons un facteur d enrichissement, nous avons pu identifier, à travers la vérification des hypothèses envisagées, la méthodologie adoptée et les résultats obtenus, les différents facteurs ayant un impact sur l engagement du client envers le

16 prestataire du service bancaire et déterminer l importance de chacune de ces variables sur cette relation et ce à travers les effets directs et indirects qu exercent chacune de ces variables les unes sur les autres. En effet, nous avons trouvé que la qualité perçue a un effet positif sur la satisfaction mais elle reste toujours sans effet direct sur la confiance et l engagement. Cependant, la satisfaction et la confiance du client sont aptes à l engager envers la banque. D où, nous pouvons conclure que la qualité des services est nécessaire pour maintenir une relation à long terme à travers la satisfaction et la confiance. Ce qui montre l effet indirect de la qualité perçue sur l engagement en passant par la satisfaction et la confiance. Sur la base de ces résultats, nous recommandons aux banques d offrir un service de qualité répondant aux besoins des clients afin de garantir leur satisfaction. Les banques doivent préserver le capital de satisfaction et inspirer la confiance afin d engager les clients à long terme et contribuer à la pérennité et à l évolution de tout établissement bancaire. Comme tout travail de recherche, le notre n échappe pas à quelques failles. La première limite concerne la taille de l échantillon que nous recommandons d être plus important. En plus, nous aurions dû inclure d autres variables qui peuvent expliquer encore mieux la nature de la relation comme l attachement et la fidélité. Pour cela nous envisageons dans les futurs travaux de recherche d inclure des variables qui peuvent expliquer d autant plus la relation entre le client et le prestataire du service bancaire.

17 Bibliographie ANDERSON, Erin et WEITZ, Barton. The use of pledges to build and sustain commitment in distribution channels. Journal of marketing research, 1992, p ANDERSON, Eugene W., FORNELL, Claes, et LEHMANN, Donald R. Customer satisfaction, market share, and profitability: Findings from Sweden.The Journal of Marketing, 1994, p ANDERSON, James C. et NARUS, James A. A model of distributor firm and manufacturer firm working partnerships. the Journal of Marketing, 1990, p BACHELET, Daniel, BADIANG, Alphonse Mefoute, SAMBA, Ibrahima, et al.cahiers 240 DÉCEMBRE REVUE FRANÇAISE DU MARKETING, 2012, no 240-5, p. 5. BAHIA, Kamilia et NANTEL, Jacques. A reliable and valid measurement scale for the perceived service quality of banks. international journal of bank marketing, 2000, vol. 18, no 2, p BANSAL, Harvir S., IRVING, P. Gregory, et TAYLOR, Shirley F. A three-component model of customer to service providers. Journal of the Academy of marketing Science, 2004, vol. 32, no 3, p BERGERON, Raymond J., HUANG, Guangfei, SMITH, Richard E., et al. Total synthesis and structure revision of petrobactin. Tetrahedron, 2003, vol. 59, no 11, p BITNER, Mary Jo, BOOMS, Bernard H., et MOHR, Lois A. Critical service encounters: the employee's viewpoint. The Journal of Marketing, 1994, p BOLTON, Ruth N. A dynamic model of the duration of the customer's relationship with a continuous service provider: the role of satisfaction.marketing science, 1998, vol. 17, no 1, p BOYER, André et NEFZI, Ayoub. La relation entre la perception de la qualité et la fidélité. La Revue des Sciences de Gestion, 2008, vol. 234, no 6, p CHANG, Jui-Chi. Taiwanese tourists' perceptions of service quality on outbound guided package tours: A qualitative examination of the SERVQUAL dimensions. Journal of Vacation Marketing, 2009, vol. 15, no 2, p CRONIN JR, J. Joseph et TAYLOR, Steven A. Measuring service quality: a reexamination and extension. The journal of marketing, 1992, p

18 CURTH, Susanne, UHRICH, Sebastian, et BENKENSTEIN, Martin. How commitment to fellow customers affects the customer-firm relationship and customer citizenship behavior. Journal of Services Marketing, 2014, vol. 28, no 2, p DERTOUZOS, Michael L., LESTER, Richard K., et SOLOW, Robert M. the MIT Commission on Industrial Productivity (1989). Made in America: Regaining the productive edge, 1989, p DONEY, Patricia M. et CANNON, Joseph P. An examination of the nature of trust in buyerseller relationships. the Journal of Marketing, 1997, p DWYER, F. Robert, SCHURR, Paul H., et OH, Sejo. Developing buyer-seller relationships. The Journal of marketing, 1987, p ENDERS, Craig K. An SAS macro for implementing the modified Bollen-Stine bootstrap for missing data: Implementing the bootstrap using existing structural equation modeling software. Structural Equation Modeling, 2005, vol. 12, no 4, p FINN, David W. et LAMB, Charles W. An evaluation of the SERVQUAL scales in a retailing setting. Advances in consumer research, 1991, vol. 18, no 1, p FORNELL, Claes. A national customer satisfaction barometer: The Swedish experience. the Journal of Marketing, 1992, p FURTMUELLER, Elfi, VAN DICK, Rolf, et WILDEROM, Celeste. Service behaviours of highly committed financial consultants. Journal of Service Management, 2011, vol. 22, no 3, p GALAN, Jean-Philippe et MAUBISSON, Laurent. Rôle de l immersion et de la qualité perçue dans l évaluation d un festival de musique Jazz: une étude exploratoire. Congrès International de l Association Française du Marketing, 2009 vol. 25. MEYER, John P. et ALLEN, Natalie J. A three-component conceptualization of organizational commitment. Human resource management review, 1991, vol. 1, no 1, p GANESAN, Shankar et HESS, Ron. Dimensions and levels of trust: implications for commitment to a relationship. Marketing letters, 1997, vol. 8, no 4, p GANESAN, Shankar. Determinants of long-term orientation in buyer-seller relationships. the Journal of Marketing, 1994, p GARBARINO, Ellen et JOHNSON, Mark S. The different roles of satisfaction, trust, and commitment in customer relationships. the Journal of Marketing, 1999, p

19 GEYSKENS, Inge et STEENKAMP, Jan-Benedict. An investigation into the joint effects of trust and interdependence on relationship commitment. In :Proceedings of the 24th Annual Conference of the European Marketing Academy p GEYSKENS, Inge, STEENKAMP, Jan-Benedict EM, SCHEER, Lisa K., et al.the effects of trust and interdependence on relationship commitment: A trans-atlantic study. International Journal of research in marketing, 1996, vol. 13, no 4, p GRÖNROOS, Christian. Service management and marketing: customer management in service competition. John Wiley et Sons, JONES, Tim et TAYLOR, Shirley F. Service loyalty: accounting for social capital. Journal of Services Marketing, 2012, vol. 26, no 1, p KUMAR, Nirmalya, SCHEER, Lisa K., et STEENKAMP, Jan-Benedict EM. The effects of perceived interdependence on dealer attitudes. Journal of marketing research, 1995, p LEBLANC, Gaston. Factors affecting customer evaluation of service quality in travel agencies: An investigation of customer perceptions. Journal of Travel Research, 1992, vol. 30, no 4, p LEHTINEN, Uolevi et LEHTINEN, Jarmo R. Service quality: a study of quality dimensions. Service Management Institute, LICHTLÉ, Marie-Christine et PLICHON, Véronique. Mieux comprendre la fidélité des consommateurs. Recherche et Applications en Marketing, 2008, vol. 23, no 4, p LLOSA, SYLVIE. L'analyse de la contribution des éléments du service à la satisfaction: un modèle tétraclasse. Décisions Marketing, 1997, p MACDONALD, Jason B. et SMITH, Kirk. The effects of technology-mediated communication on industrial buyer behavior. Industrial Marketing Management, 2004, vol. 33, no 2, p MAISTER, David H. Managing the professional service firm. Simon and Schuster, MAYER, Roger C., DAVIS, James H., et SCHOORMAN, F. David. An integrative model of organizational trust. Academy of management review, 1995, vol. 20, no 3, p MOORMAN, Christine, DESHPANDE, Rohit, et ZALTMAN, Gerald. Factors affecting trust in market research relationships. the Journal of Marketing, 1993, p MOORMAN, Christine, ZALTMAN, Gerald, et DESHPANDE, Rohit. Relationships between providers and users of market research: The dynamics of trust. Journal of marketing research, 1992, vol. 29, no 3, p

20 MORGAN, Robert M. et HUNT, Shelby D. The commitment-trust theory of relationship marketing. the journal of marketing, 1994, p MOULINS, Jean-Louis, PHAN, Kim Ngoc, et PHILIPPE, Jean. De la qualité de service à la fidélité des clients. Une investigation sur le secteur bancaire au Vietnam. 9ème Conférence Internationale Tendance Marketing, Janvier 2010, Venise, N'GOALA, Gilles. À la découverte du côté sombre des relations de service ou pourquoi les relations durables et exclusives s' autodétruisent. Recherche et Applications en Marketing, 2010, vol. 25, no 1, p NOOTEBOOM, Bart, BERGER, Hans, et NOORDERHAVEN, Niels G. Effects of trust and governance on relational risk. Academy of management journal, 1997, vol. 40, no 2, p OLIVER, Richard L. Satisfaction: A behavioral perspective on the consumer. ME sharpe, OTTO, Julie E. et RITCHIE, JR Brent. The service experience in tourism.tourism Management, 1996, vol. 17, no 3, p PARASURAMAN, A., ZEITHAML, Valarie A., et BERRY, Leonard L. SERVQUAL: une échelle multi-items de mesure des perceptions de la qualité de service par les consommateurs. Recherche et Applications en Marketing, 1990, vol. 5, no 1, p PARASURAMAN, Arun, ZEITHAML, Valarie A., et BERRY, Leonard L. Reassessment of expectations as a comparison standard in measuring service quality: implications for further research. the Journal of Marketing, 1994, p PARASURAMAN, Arun, BERRY, Leonard L., et ZEITHAML, Valarie A. Refinement and reassessment of the SERVQUAL scale. Journal of retailing, PARASURAMAN, Arun, ZEITHAML, Valarie A., et BERRY, Leonard L. Servqual. Journal of retailing, 1988, vol. 64, no 1, p ROUSSEL, Patrice, DURRIEU, François, et CAMPOY, Eric. Méthodes d'équations structurelles: recherche et applications en gestion. Economica, RUST, Roland T. et OLIVER, Richard L. (ed.). Service quality: New directions in theory and practice. Sage Publications, RUST, Roland T. et ZAHORIK, Anthony J. Customer satisfaction, customer retention, and market share. Journal of retailing, 1993, vol. 69, no 2, p SCANZONI, John. Social exchange and behavioral interdependence. Social exchange in developing relationships, 1979, p

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin 1 ENQUETE ENTREPRISES ET TIC 2008 : TIC ET INNOVATION : LE CAS DES PME BRETONNES Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin Ces dix dernières années, la majorité des entreprises a massivement investi

Plus en détail

Master MPS LE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ DANS LES SERVICES N 2 MURIEL JOUGLEUX 2014/2015

Master MPS LE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ DANS LES SERVICES N 2 MURIEL JOUGLEUX 2014/2015 Master MPS 1 LE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ DANS LES SERVICES N 2 MURIEL JOUGLEUX 2014/2015 Construire une politique qualité dans les services Les différentes définitions de la qualité Une approche globale

Plus en détail

Les facteurs explicatifs de l engagement du client envers sa banque : la nature du client est-elle un facteur de différenciation?

Les facteurs explicatifs de l engagement du client envers sa banque : la nature du client est-elle un facteur de différenciation? Les facteurs explicatifs de l engagement du client envers sa banque : la nature du client est-elle un facteur de différenciation? Jean-Charles Rico Maître de Conférences Université de La Rochelle jean-charles.rico@univ-lr.fr

Plus en détail

Restaurer la confiance? Etudes Empiriques Conclusion et ouverture

Restaurer la confiance? Etudes Empiriques Conclusion et ouverture Restaurer la confiance des investisseurs : une exploration expérimentale systématique de l effet des politiques d investissement socialement responsable. Marco Heimann Sous la direction de Jean-François

Plus en détail

le: Comment retenir ses clients lorsqu ils expérimentent un problème de service? Association de la recherche et d intelligence d Par Martin Savard

le: Comment retenir ses clients lorsqu ils expérimentent un problème de service? Association de la recherche et d intelligence d Par Martin Savard Les stratégies marketing de rétention r de clientèle: le: Comment retenir ses clients lorsqu ils expérimentent un problème de service? Association de la recherche et d intelligence d marketing Par Martin

Plus en détail

LA QUALITÉ DU SERVICE LES MODÈLES CONCEPTUELS

LA QUALITÉ DU SERVICE LES MODÈLES CONCEPTUELS LA QUALITÉ DU SERVICE LES MODÈLES CONCEPTUELS Paraschivescu Andrei Octavian Universitatea George Bacovia, Facultatea de Management i administra ie public. 6 Margaretelor street, Bacau, Romania, 0745306475,

Plus en détail

Christophe Fournier. Clinique de Thuys. Aunége - Christophe Fournier

Christophe Fournier. Clinique de Thuys. Aunége - Christophe Fournier Christophe Fournier Clinique de Thuys Aunége - Christophe Fournier 2 Table des matières Information sur l'échantillon 3 Structure de l'échantillon...4 Point méthodologique 6 Point méthodologique...7 Représentativité

Plus en détail

«La satisfaction globale peut elle être expliquée par les normes de Macneil? Une étude empirique dans le secteur bancaire des particuliers»

«La satisfaction globale peut elle être expliquée par les normes de Macneil? Une étude empirique dans le secteur bancaire des particuliers» «La satisfaction globale peut elle être expliquée par les normes de Macneil? Une étude empirique dans le secteur bancaire des particuliers» «Can the global satisfaction be explained by the Macneil s norms?

Plus en détail

Chapitre V : Résultats. 5.1 Présentation des résultats obtenus. 5.1.1 Interprétation des corrélations

Chapitre V : Résultats. 5.1 Présentation des résultats obtenus. 5.1.1 Interprétation des corrélations Chapitre V : Résultats Les corrélations présentées par la suite, sont celles qui correspondent aux chiffres choisis (corrélation de 0,13 ou 0,13), et celles que nous avons jugées les plus significatifs

Plus en détail

Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME

Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME Novembre 2009 Dans le cadre d une recherche doctorale en Management de l innovation

Plus en détail

Bien-être et performance au travail

Bien-être et performance au travail Bien-être et performance au travail Synthèse des résultats de l enquête «Parlons bienêtre au travail» en Suisse romande Cette enquête porte sur 723 employés de Suisse romande. Elle s est déroulée sous

Plus en détail

CIGI 2011 L engagement en milieu industriel: concept et proposition d une échelle de mesure

CIGI 2011 L engagement en milieu industriel: concept et proposition d une échelle de mesure CIGI 2011 L engagement en milieu industriel: concept et proposition d une échelle de mesure ADEL ALOUI 1, NAOUEL MAKAOUI 2 1 ISTEC 12 rue Alexandre Parodi 75010 Paris 2 ICD 12 rue Alexandre Parodi 75010

Plus en détail

Les déterminants des systèmes d information comptables dans les PME : une recherche empirique dans le contexte tunisien

Les déterminants des systèmes d information comptables dans les PME : une recherche empirique dans le contexte tunisien Manuscrit auteur, publié dans "27ÈME CONGRES DE L'AFC, Tunisie (2006)" Les déterminants des systèmes d information comptables dans les PME : une recherche empirique dans le contexte tunisien Kaïs LASSOUED

Plus en détail

B) METHODOLOGIE ET HYPOTHESES

B) METHODOLOGIE ET HYPOTHESES B) METHODOLOGIE ET HYPOTHESES 1.1 Méthodologie Ce mémoire contient deux méthodologies différentes. La première correspond à la revue de la littérature et a pour objectif la documentation dans des sources

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

La fidélité coopérative : point d aboutissement des relations inter-organisationnelles

La fidélité coopérative : point d aboutissement des relations inter-organisationnelles La fidélité coopérative : point d aboutissement des relations inter-organisationnelles Naouel MAKAOUI Enseignante-chercheuse à l Ecole de Management de Normandie makaoui.n@hotmail.fr Cet article vise à

Plus en détail

Psychosociologie des organisations INTRODUCTION

Psychosociologie des organisations INTRODUCTION 1 INTRODUCTION Le phénomène de groupe a attiré plusieurs chercheurs et il a fait l objet d énormes recherches en psychosociologie des organisations vu l importance q il revêt ce phénomène ans la vie de

Plus en détail

Mis à jour : Décembre 2007. Catherine VOYNNET FOURBOUL. La confiance

Mis à jour : Décembre 2007. Catherine VOYNNET FOURBOUL. La confiance Mis à jour : Catherine VOYNNET FOURBOUL Décembre 2007 La confiance Bibliographie Ouvrages : A. Duluc(2000),Leadership et confiance, édition DUNOD Revue : Lewicki R. J. et Bunker B. B. (1995), Trust in

Plus en détail

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire -

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Juin 2009 1 Objectifs Réalisée par CROP pour le compte de l Association québécoise d établissements

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

PRENOM : HALA. Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice

PRENOM : HALA. Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice Nice, le 16 juin 2014 NOM : JA BARY E-MAIL PRENOM : HALA HALAJABARY@YAHOO.COM Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice Page 1 :

Plus en détail

> CAHIER DE RECHERCHE WORKING PAPER

> CAHIER DE RECHERCHE WORKING PAPER ACCREDITED > CAHIER DE RECHERCHE WORKING PAPER E D H E C B u s i n e s s S c h o o l - L i l l e - N i c e 03/2004 : LA QUALITÉ DE LA RELATION EXPERT-COMPTABLE/CLIENT : PROPOSITION ET TEST D UN MODÈLE

Plus en détail

La fidélisation des employés atypiques: les intérimaires

La fidélisation des employés atypiques: les intérimaires 47 ème congrès de l ACRI/colloque international du CRIMT La fidélisation des employés atypiques: les intérimaires Isabelle GALOIS, ESC Chambéry Savoie Alain LACROUX, Université du Sud Toulon Var IUT de

Plus en détail

,,ÉTUDES ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS LE MUNICIPE DE CONSTANŢA

,,ÉTUDES ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS LE MUNICIPE DE CONSTANŢA RESUMÉ Mots clés : marketing, produits alimentaires, stratégies La thèse de doctorat intitulée,,études ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS

Plus en détail

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés Les nouveaux enjeux et défis du marché immobilier : comment y contribuer? Chaire Ivanhoé Cambridge ESG UQÀM Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la

Plus en détail

La qualité comme déterminant de la satisfaction des clients en business-tobusiness. Une application dans le domaine de la téléphonie

La qualité comme déterminant de la satisfaction des clients en business-tobusiness. Une application dans le domaine de la téléphonie La qualité comme déterminant de la satisfaction des clients en business-tobusiness. Une application dans le domaine de la téléphonie Ruben Chumpitaz C. 1 Professeur Associé, Institut d Economie Scientifique

Plus en détail

MÉTHODES STATISTIQUES D ÉVALUATION II

MÉTHODES STATISTIQUES D ÉVALUATION II PLAN DE COURS ENP7138 MÉTHODES STATISTIQUES D ÉVALUATION II Frédérick Philippe Chargé de cours Région : Montréal Session : Hiver 2011 Coordonnées HIVER 2011 Chargé de cours Frédérick Philippe Département

Plus en détail

L IMPACT DE LA SATISFACTION SUR LA CONFIANCE DES CONSOMMATEURS A L ENSEIGNE DE DISTRIBUTION

L IMPACT DE LA SATISFACTION SUR LA CONFIANCE DES CONSOMMATEURS A L ENSEIGNE DE DISTRIBUTION Journal of Global Management Research 55 L IMPACT DE LA SATISFACTION SUR LA CONFIANCE DES CONSOMMATEURS A L ENSEIGNE DE DISTRIBUTION THE IMPACT OF SATISFACTION ON CONSUMER CONFIDENCE TO RETAIL COMPAGNIES

Plus en détail

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE PENSÉE ET VISION STRATÉGIQUE Avoir une perspective globale des enjeux actuels et futurs du client ainsi que de définir des orientations visant

Plus en détail

Recommandations pour MS event!

Recommandations pour MS event! Recommandations pour MS event! I) BILAN ET DIAGNOSTIC A- BILAN MS com!, agence de communication spécialisée dans l édition et la communication globale, souhaite mettre en place une stratégie de communication

Plus en détail

TECHNIQUES D ENQUETE

TECHNIQUES D ENQUETE TECHNIQUES D ENQUETE Le Système d Information Marketing L étude de marché Les différentes sources d informations Méthodologie d enquête BENSGHIR AFAF ESTO 1 Plan d'apprentissage du cours " Méthodologie

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SEPTEMBRE 2008 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 SONDAGE ET ÉCHANTILLONNAGE... 3 SONDAGE... 3 ÉCHANTILLONNAGE... 4 COMPILATION DES RÉSULTATS... 4

Plus en détail

FORMATION 2015 : Qualification aux fonctions de maître de conférences en Sciences de gestion.

FORMATION 2015 : Qualification aux fonctions de maître de conférences en Sciences de gestion. Julien Grobert IAE de Toulouse 2 rue du Doyen Gabriel Marty 31042 Toulouse, cedex 9 Julien.grobert@iae-toulouse.fr Poste actuel Enseignant-Associé IAE de Toulouse CHAMPS DE RECHERCHES - Marketing sensoriel

Plus en détail

ETUDE DE PERCEPTION PRODUIT

ETUDE DE PERCEPTION PRODUIT 2010 ETUDE DE PERCEPTION PRODUIT Que reprochent les applicateurs au mortier de plâtre projeté Lafarge? UNIVERSITE MONTPELLIER I Faculté d Administration et de Gestion des Entreprises Rapport d étude Master

Plus en détail

RELATIONS AGENTS-APPRENANTAPPRENANT. Processus: Modeling, renforcement, interaction sociale.. Agents: Parents, pairs, école, médias

RELATIONS AGENTS-APPRENANTAPPRENANT. Processus: Modeling, renforcement, interaction sociale.. Agents: Parents, pairs, école, médias Université de Lyon II Janvier 2014 Choix de la méthode de recherche: Aspects pratiques Marie J. Lachance Professeure titulaire Sciences de la consommation Université Laval, Québec Question et problématique

Plus en détail

COMPTE RENDU DE CONFERENCE

COMPTE RENDU DE CONFERENCE COMPTE RENDU DE CONFERENCE Maîtrise des effectifs et développement des clubs. Quels enjeux et stratégies motivationnelles? Présentation de Julie Doron et du cadre de son intervention. Elle a la volonté

Plus en détail

Facteurs d utilisation des Technologies Internet dans les PME : une étude exploratoire

Facteurs d utilisation des Technologies Internet dans les PME : une étude exploratoire International Journal of Business & Economic Strategy International Conference on Innovation in Business, Economics & Marketing Research (IBEM 14) Vol.2 Facteurs d utilisation des Technologies dans les

Plus en détail

Introduction La méthodologie

Introduction La méthodologie Direction des soins infirmiers et de la qualité 1 Introduction À l automne 2013, le Centre de santé et de services sociaux (CSSS) du Lac-des- Deux-Montagnes a fait des sondages dans le but d estimer la

Plus en détail

Validité prédictive des questionnaires Cebir. Etude 1 : validité critérielle dans le secteur du gardiennage

Validité prédictive des questionnaires Cebir. Etude 1 : validité critérielle dans le secteur du gardiennage Validité prédictive des questionnaires Cebir Introduction Dans le domaine de la sélection, il est particulièrement intéressant de déterminer la validité prédictive d un test. Malheureusement, les occasions

Plus en détail

Antécédents et conséquences de la fidélité au programme relationnel et la fidélité à la marque

Antécédents et conséquences de la fidélité au programme relationnel et la fidélité à la marque Antécédents et conséquences de la fidélité au programme relationnel et la fidélité à la marque Latifa Ayoubi, Doctorante/Université Nice Sophia Antipolis Laboratoire GRM ayoubilatifa.uns@gmail.com Cette

Plus en détail

Habilitation à Diriger les Recherches

Habilitation à Diriger les Recherches FACULTE JEAN MONNET Habilitation à Diriger les Recherches présentée et soutenue publiquement le 28 juin 2011 Résumé des travaux de recherche Hajer Kéfi Jury : Professeur Ahmed Bounfour Université Paris-Sud

Plus en détail

LA CONFIANCE DANS LES RELATIONS ACHETEUR-VENDEUR : LE RÔLE MODERATEUR DU CYCLE DE VIE RELATIONNEL

LA CONFIANCE DANS LES RELATIONS ACHETEUR-VENDEUR : LE RÔLE MODERATEUR DU CYCLE DE VIE RELATIONNEL LA CONFIANCE DANS LES RELATIONS ACHETEUR-VENDEUR : LE RÔLE MODERATEUR DU CYCLE DE VIE RELATIONNEL Denis Bories denis.bories@esc-clermont.fr Professeur Permanent Ecole Supérieure de Commerce Clermont-Ferrand

Plus en détail

Enquête satisfaction client

Enquête satisfaction client Enquête satisfaction client Cas de l entreprise (X) de nettoyage d entretien et Actions de partenariat Préparée et rédigée par : M.I.CHIKHI SOMMAIRE I/ INTRODUCTION II/ FORMULATION DU PROBLEME III/ RECHERCHE

Plus en détail

ISO 9000 SYSTÈME QUALITÉ ISO 9000 SYSTÈME MANAGEMENTQUALITÉ =? TOUT ce qui a un impact sur la qualité du IND2501 : INGÉNIERIE DE LA QUALITÉ SYSTÈME

ISO 9000 SYSTÈME QUALITÉ ISO 9000 SYSTÈME MANAGEMENTQUALITÉ =? TOUT ce qui a un impact sur la qualité du IND2501 : INGÉNIERIE DE LA QUALITÉ SYSTÈME IND2501 : INGÉNIERIE DE LA QUALITÉ PRINCIPES DU MANAGEMENT DE LA QUALITÉ MÉTHODES DE L INGÉNIERIE DE LA QUALITÉ SYSTÈME QUALITÉ ISO 9000 SYSTÈME MANAGEMENTQUALITÉ =? ISO =? FAMILLE ISO 9000 4 MODÈLES GUIDE

Plus en détail

Dossier de présentation

Dossier de présentation Dossier de présentation 1 En quelques mots A propos du : Ce baromètre combine deux mesures de performances : la satisfaction client et l ancrage de la culture de service chez les collaborateurs. La conception

Plus en détail

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES Bertrand Quélin Professeur HEC François Duhamel Etudiant du Doctorat HEC Bertrand Quélin et François Duhamel du Groupe HEC ont mené,

Plus en détail

(Statistical Package for the Social Sciences)

(Statistical Package for the Social Sciences) Initiation à l utilisation de SPSS (Statistical Package for the Social Sciences) 1 SPSS 2 3 Plan de l exposé Faire une recherche (bibliographique) sur le test; Définir le test à mesurer; Expliquer les

Plus en détail

Taux de recommandation net ou le ressenti des clients

Taux de recommandation net ou le ressenti des clients Cet article provient de la banque des meilleures pratiques de la Fondation européenne de la qualité. Taux de recommandation net ou le ressenti des clients Introduction Le taux de recommandation net est-il

Plus en détail

Environnement et management stratégique des PME : le cas du secteur Internet

Environnement et management stratégique des PME : le cas du secteur Internet Résumé de la thèse de doctorat en sciences de gestion Environnement et management stratégique des PME : le cas du secteur Internet par Gaël GUEGUEN Université Montpellier I, soutenue le 19 décembre 2001,

Plus en détail

Analyse du comportement multi canal du client en termes de satisfaction : quels sont les facteurs influençant sa satisfaction globale?

Analyse du comportement multi canal du client en termes de satisfaction : quels sont les facteurs influençant sa satisfaction globale? Analyse du comportement multi canal du client en termes de satisfaction : quels sont les facteurs influençant sa satisfaction globale? Anne Marianne SECK Maître de conférences en Sciences de gestion Université

Plus en détail

L efficacité des programmes de fidélisation dans le secteur hôtelier : proposition d un cadre conceptuel

L efficacité des programmes de fidélisation dans le secteur hôtelier : proposition d un cadre conceptuel Business School W O R K I N G P A P E R S E R I E S Working Paper 2014-259 L efficacité des programmes de fidélisation dans le secteur hôtelier : proposition d un cadre conceptuel Lubica Hikkerova Jean-Michel

Plus en détail

Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec

Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec Programme de bourses Fonds commémoratif Louise-Montpetit-Morisseau Développement et validation de l échelle de mesure

Plus en détail

FACULTÉ DES SCIENCES DE L ADMINISTRATION UNIVERSITÉ LAVAL MARKETING RELATIONNEL MRK-22339

FACULTÉ DES SCIENCES DE L ADMINISTRATION UNIVERSITÉ LAVAL MARKETING RELATIONNEL MRK-22339 FACULTÉ DES SCIENCES DE L ADMINISTRATION UNIVERSITÉ LAVAL Trimestre : Hiver Responsable du cours : Michel Zins 1. INTRODUCTION MARKETING RELATIONNEL MRK-22339 Ce cours est obligatoire pour les étudiants

Plus en détail

Actes du 24 e colloque de l Adméé-Europe L évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel

Actes du 24 e colloque de l Adméé-Europe L évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel EN QUOI LES DONNÉES LONGITUDINALES PERMETTENT-ELLES DE MIEUX ÉVALUER LES RETOURS SUR LES INVESTISSEMENTS EN FORMATION AU SEIN DES ORGANISATIONS? Amélie Bernier * * TÉLUQ (Université du Québec), bernier.amelie@teluq.ca

Plus en détail

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO Auteur Baguinébié Bazongo 1 Ingénieur Statisticien Economiste Chef de l Unité de recherche à l Institut national

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Why Software Projects Escalate: The Importance of Project Management Constructs

Why Software Projects Escalate: The Importance of Project Management Constructs Why Software Projects Escalate: The Importance of Project Management Constructs Why Software Projects Escalate: The Importance of Project Management Constructs 1. Introduction 2. Concepts de la gestion

Plus en détail

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE Introduction 1. L économie et la société bénéficient des performances de haute qualité des experts-comptables qui contribuent à l imputation et à

Plus en détail

satisfaction client Relation client : satisfaction? fidélisation?

satisfaction client Relation client : satisfaction? fidélisation? Relation client : satisfaction? fidélisation? Un pilier fondamental de la GRC : la satisfaction client La gestion de la relation client Les missions de l entreprise Créer de la valeur pour les clients

Plus en détail

Proposition d un modèle explicatif de la fidélisation des seniors vis-à-vis des services hôteliers : intégration des variables relationnelles

Proposition d un modèle explicatif de la fidélisation des seniors vis-à-vis des services hôteliers : intégration des variables relationnelles Proposition d un modèle explicatif de la fidélisation des seniors vis-à-vis des services hôteliers : intégration des variables relationnelles Najeh DHIAB FEKIH Doctorante à la Faculté des Sciences Economiques

Plus en détail

Cours OMAV L enquête de satisfaction

Cours OMAV L enquête de satisfaction Cours OMAV L enquête de satisfaction Introduction Elle sert à mesurer la satisfaction des clients. L enquête de satisfaction est un outil précieux de prévention de l attrition, bien que la relation entre

Plus en détail

Theme Sensorial marketing, from stores to Internet : retailers and sensorial marketing integration in multichannel distribution management.

Theme Sensorial marketing, from stores to Internet : retailers and sensorial marketing integration in multichannel distribution management. Les enseignes spécialisées et l intégration du marketing sensoriel dans l approche multicanale de leur distribution. Fanny NOYELLE Année Universitaire 2007 / 2008 ESUPCOM Lille Directeurs de mémoire :

Plus en détail

MOI-questionnaire sur le concept de soi

MOI-questionnaire sur le concept de soi MOI-questionnaire sur le concept de soi Wilfrid LAROCHELLE QUEBEC conseiller d'orientation Atelier de pratique :français / Workshop of practices :French Nom des intervenants & Institutions d appartenance

Plus en détail

RÉSUMÉ DE RECHERCHE. Fondé sur un rapport de recherche préparé pour l IB par : Ling Tan et Yan Bibby, Australian Council for Educational Research

RÉSUMÉ DE RECHERCHE. Fondé sur un rapport de recherche préparé pour l IB par : Ling Tan et Yan Bibby, Australian Council for Educational Research RÉSUMÉ DE RECHERCHE Comparaison des résultats d élèves issus ou non d établissements dispensant les programmes de l IB au programme ISA d évaluation des écoles internationales, et au questionnaire sur

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

MARKETING AGROALIMENTAIRE

MARKETING AGROALIMENTAIRE 13 ème COLLOQUE INTERNATIONAL DE L ASSOCIATION TUNISIENNE DE MARKETING sous le thème MARKETING AGROALIMENTAIRE 03 et 04 Avril 2015 SFAX TUNISIE APPEL A COMMUNICA TIONS Le 13 ème Colloque International

Plus en détail

DE LA QUALITE DE SERVICE A LA FIDELITE DES CLIENTS Une investigation sur le secteur bancaire au Vietnam

DE LA QUALITE DE SERVICE A LA FIDELITE DES CLIENTS Une investigation sur le secteur bancaire au Vietnam DE LA QUALITE DE SERVICE A LA FIDELITE DES CLIENTS Une investigation sur le secteur bancaire au Vietnam Jean-Louis Moulins, Professeur Université de la Méditerranée Cret-Log jean-louis.moulins@univmed.fr

Plus en détail

Chapitre VI Échantillonages et simulations

Chapitre VI Échantillonages et simulations Chapitre VI Commentaires : Récursivement, les commentaires ne sont pas à l attention des élèves.. Fluctuation d échantillonnage Définition : En statistiques, un échantillon de taille n est la liste des

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes?

Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes? Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes? KPMG ENTREPRISES - ÉTUDE 2008-1ères conclusions de l étude PME et croissance Conférence de presse Mardi 16 septembre 2008 Sommaire

Plus en détail

Un modèle pour l évaluation et l auto-positionnement des dispositifs hybrides

Un modèle pour l évaluation et l auto-positionnement des dispositifs hybrides Un modèle pour l évaluation et l auto-positionnement des dispositifs hybrides N.Andrew Vernyuy, Université du Luxembourg Réginald Burt, Université du Luxembourg Giovanna Mancuso, Université du Luxembourg

Plus en détail

Le Marketing au service des IMF

Le Marketing au service des IMF Le Marketing au service des IMF BIM n 06-20 février 2002 Pierre DAUBERT Nous parlions récemment des outils d étude de marché et de la clientèle créés par MicroSave-Africa, qui s inscrit dans la tendance

Plus en détail

Guide d entretien de développement des seniors

Guide d entretien de développement des seniors Guide d entretien de développement des seniors 1. Introduction Ce document s inscrit dans une approche d entretiens de développement réguliers de tous les salarié(e)s de l entreprise. Il tient compte de

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

lendrevie levy ca tor 11 e édition à l ère numérique accédez aux compléments en ligne testez vos connaissances en ligne

lendrevie levy ca tor 11 e édition à l ère numérique accédez aux compléments en ligne testez vos connaissances en ligne mer lendrevie levy 11 e édition ca tor tout le marketing Tout à l ère le marketing numérique à l ère numérique accédez aux compléments en ligne testez vos connaissances en ligne Réalisation de la couverture

Plus en détail

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY I- Le processus de risk management selon ISO 27001(2005), NSIT : 8000 (2002) et Frosdick (1997) : Ce processus inclut

Plus en détail

PRÉPARATION D UNE ÉVALUATION DE LA PERFORMANCE

PRÉPARATION D UNE ÉVALUATION DE LA PERFORMANCE PRÉPARATION D UNE ÉVALUATION DE LA PERFORMANCE Formulaire des gestionnaires Janvier 2013 Guide du participant Page 1 Page 2 Rédaction d une évaluation du rendement Table des matières Introduction... 5

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Quelques réflexions introductives sur le rôle de la confiance dans le travail collaboratif

Quelques réflexions introductives sur le rôle de la confiance dans le travail collaboratif Quelques réflexions introductives sur le rôle de la confiance dans le travail collaboratif Laurent KARSENTY CRTD-CNAM (Paris) ErgoManagement (Toulouse) www.ergomanagement.fr Plan de la présentation 1.

Plus en détail

4th International Congress Marketing Trends. Annabel SALERNO

4th International Congress Marketing Trends. Annabel SALERNO 4th International Congress Marketing Trends Annabel SALERNO Maître de Conférences. IAE, Université de Lille I 104, avenue du Peuple Belge, 59043 Lille Cedex France E-mail : ansalerno@aol.com Le rôle de

Plus en détail

M W Q O c t o b r e 2 0 1 0

M W Q O c t o b r e 2 0 1 0 Certification ISO 9001 Enquête «entrants» et «sortants» M W Q O c t o b r e 2 0 1 0 MWQ/MESURER/Enquêtes sur la certification/2010/iso 9001 1 1. Introduction Le document «Baromètre Qualité Bilan 2008»

Plus en détail

Méthodes de prévision des ventes

Méthodes de prévision des ventes Méthodes de prévision des ventes Il est important pour toute organisation qui souhaite survivre dans un environnement concurrentiel d adopter des démarches de prévision des ventes pour anticiper et agir

Plus en détail

ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE D ALGER

ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE D ALGER MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE D ALGER PROGRAMME DE LICENCE EN SCIENCES COMMERCIALES ET FINANCIERES OPTION : GESTION ( applicable à partir

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

Introduction. Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1

Introduction. Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1 Introduction Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1 Marketing des services de l information Vos attentes Redéfinir clairement à qui vous vous adressez Mieux connaître les attentes de votre

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Cahier des charges pour la réalisation d une étude Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Sommaire Sommaire...2 Article 1 Objet du marché...3 Article 2 Contexte...3

Plus en détail

IMPACT DE LA PERSONNALITE DE LA MARQUE

IMPACT DE LA PERSONNALITE DE LA MARQUE IMPACT DE LA PERSONNALITE DE LA MARQUE SUR LA SATISFACTION ET LA FIDELITE DU CONSOMMATEUR Didier Louis (Groupe ESC Rouen) et Cindy Lombart (Audencia, Nantes. Ecole de Management) Didier Louis Professeur

Plus en détail

Note de service À : De :

Note de service À : De : À : De : Note de service Tous les Fellows, affiliés, associés et correspondants de l Institut canadien des actuaires et autres parties intéressées A. David Pelletier, président Conseil des normes actuarielles

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

FONDEMENTS D UN NOUVEAU PARADIGME COOPÉRATIF

FONDEMENTS D UN NOUVEAU PARADIGME COOPÉRATIF FONDEMENTS D UN NOUVEAU PARADIGME COOPÉRATIF Quelles incitations pour les acteurs clés? par Daniel Côté (*) (*) Professeur de stratégie, HEC Montréal. L auteur poursuit la présentation de ses travaux d

Plus en détail

Loyauté perçue et réelle dans les coopératives de services financiers : Quels sont les principaux déterminants?

Loyauté perçue et réelle dans les coopératives de services financiers : Quels sont les principaux déterminants? Loyauté perçue et réelle dans les coopératives de services financiers : Quels sont les principaux déterminants? André Leclerc Chaire des caisses populaires acadiennes en gestion des coopératives Université

Plus en détail

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité Documentation C Autoévaluation des compétences sociales et personnelles Vous avez rempli le justificatif des prestations fournies pour l année relatif à votre travail concernant la prise en charge de votre

Plus en détail