Modèle d analyse de présentations de prix d offres de cartes bancaires pour les ans

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Modèle d analyse de présentations de prix d offres de cartes bancaires pour les 18-25 ans"

Transcription

1 Modèle d analyse de présentations de prix d offres de cartes bancaires pour les ans Christine Lambey-Checchin Maître de Conférences IUT TC Montluçon Avenue Aristide Briand BP2235, MONTLUCON CEDEX Section de rattachement : 6ème Secteur : Tertiaire RÉSUMÉ. L intérêt de cet article est de proposer une approche innovante au niveau de la présentation écrite des prix des services, fondée sur le comportement des consommateurs. Une synthèse de la littérature permet d identifier les indicateurs utilisés dans les supports de communication. Le choix du champ d investigation s est porté sur les offres de cartes bancaires destinées aux jeunes âgés de ans. L étude a consisté à comparer les présentations écrites de ces offres sur les sites web de huit banques. Les résultats permettent de distinguer les établissements en trois types selon l utilisation des outils de la communication du prix. Ce modèle d analyse peut servir de base à un outil d aide à la veille sur les prix. MOTS-CLÉS : présentation du prix consommateurs comportement - offres groupées veille concurrentielle- services bancaires - carte de paiement - étudiants. 1

2 Introduction L article s intéresse à la communication du prix par les prestataires de service. L enjeu de la présentation écrite du prix est stratégique en raison de son influence sur l image et le positionnement des entreprises mais aussi tactique au niveau des techniques utilisées pour communiquer les offres promotionnelles. Pour de nombreux services (location de voiture, services bancaires, voyages, etc.), la tarification est complexe, impliquant des différences de prix pour un même service (Durrande-Moreau 2002 ; Hoffman et al., 2002). Ainsi les présentations écrites du prix peuvent être confuses, rendant l évaluation de la valeur par les consommateurs difficile (Estelami 1999). A partir des travaux sur les théories comportementales du prix, l auteur regroupe dans cet article les différentes présentations sous trois niveaux d analyse : prix de l offre, information prix-promotion et caractéristiques de l offre promotionnelle. Le domaine d application choisi est celui des services bancaires, et notamment les offres de cartes de paiement à destination des jeunes adultes (18-25 ans). Il correspond aux interrogations actuelles des praticiens de ce secteur concernant la tarification des prix dans une optique marketing (consommateur). Ce champ d investigation a été peu exploité, voire nullement ; aussi le travail proposé ne peut être qu exploratoire. Une étude des sites internet est menée pour huit banques traditionnelles, nationales et régionales. L analyse des indicateurs sur la présentation des prix semble montrer que les banques étudiées ont des stratégies de communication du prix différentes. La première partie de l article est consacrée à la littérature sur la présentation écrite des prix. La méthodologie de recherche est exposée dans la deuxième partie. En troisième partie, les résultats et quelques implications sont issus de l analyse. 1. Les critères d analyse d une présentation de prix Nous nous référons à deux articles, celui de Stafford (Stafford et al., 2005) dans le domaine des services et celui de Krishna (Krishna et al. 2002), méta-analyse sur l impact de la présentation du prix sur les gains perçus. Ces deux travaux permettent de distinguer trois groupes de critères d analyse d une présentation de prix : le prix de vente, l information promotionnelle et les caractéristiques de l offre. 1.1.Le prix de vente Nous considérons l analyse du prix de vente comme un élément important en raison de son rôle au niveau du jugement de la valeur (Monroe 1990 ; Desmet et al., 1997 ; Lambey 2000). Sa présence dans une publicité peut indiquer que l offre est attractive ou que le service proposé est de qualité supérieure. Une fois le constat effectué, il s agit d identifier à quoi et à qui correspond le prix affiché : prix d un service ou prix pour un ensemble de services ; prix spécial en fonction de l individualité du client ou d autres 2

3 critères du barème des écarts de prix (conditions tarifaires, temps, canal de distribution, etc.). Le deuxième élément sur lequel peut porter l analyse de la présentation d un prix est son format, qui comprend la terminaison des prix (ou encore le concept des «prix cassés ou impairs») et la nature multidimensionnelle du prix. La technique du prix de vente situé juste en dessous du prix rond tels que 99 euros ou 4,95 euros est étudiée dans la littérature au travers deux orientations de recherche : l'importance de la pratique et l'évaluation de son efficacité (Martin et al., 1991 ; Schlinder et al., 1997 ; Schlinder et al., 2001 ; Guéguen et al., 2004). Les conclusions montrent que les prix ronds (1 euro par exemple) constitueraient une barrière psychologique dissuasive lors de la décision d'achat. La nature multidimensionnelle du prix correspond à un prix divisé en plusieurs éléments qui oblige le consommateur à procéder à des calculs arithmétiques pour obtenir le prix de vente final. Ce terme peut prendre deux significations : - le prix de vente est composé d un prix de base qui est à multiplier par un nombre de mensualités (Estelami 1999) : c est le cas du crédit ; - le prix de vente est divisé en prix de base et «surcharges» (Morwitz et al., 1998) ou «prix périphériques» (Lambey-Checchin 2003) : c est le cas de l achat d un produit avec la possibilité d être livré ou d une assurance supplémentaire. Cette tactique est appelée généralement dans la littérature «prix partitionné» L information promotionnelle Les travaux de Krishna (Krishna et al., 2002) et de Stafford (Stafford et al., 2005) considèrent l information promotionnelle comme un élément important dans la présentation de l offre. Ils l analysent sous plusieurs aspects que nous avons regroupés en deux points : sa nature et son format. La nature de l information promotionnelle s intéresse aux techniques de réduction de prix : coupons, vente groupée avec tarif spécial, réduction de prix, cadeau gratuit, 2 pour le prix de 1 (ou 3 pour le prix de 2). En ce qui concerne le format de l information promotionnelle, le prix de l offre spéciale peut être présenté seul ou sous la forme de prix barrés et/ou d économies réalisées (en euros/dollars ou en pourcentage). Les prix barrés font référence à la littérature sur les prix de référence. Le consommateur juge les prix en comparaison avec un autre, appelé prix de référence, qui peut être un prix de référence interne (PRI), stocké dans la mémoire du consommateur (dernier prix payé, prix attendu, etc.) et/ou un prix de référence externe (PRE), prix proposés dans l'environnement d'achat, comme le prix des autres produits, le prix avant la promotion (Zollinger 2004). 3

4 1.3. Les caractéristiques de l offre Les auteurs de la méta-analyse (Krishna et al., 2002) étudient une catégorie de variables appelée «deal characteristics». Dans cette catégorie vont être regroupés des indicateurs liés à l offre groupée (taille, nombre de produits dans l offre), au nombre d informations prix et promotions, aux caractéristiques d une offre promotionnelle (durée, fréquence). Le développement des tactiques de prix et des promotions complexes (Lee et al., 2002 ; De Pechpeyrou et al., 2006) nous amènent à prendre également en compte les offres liées et autres avantages monétaires. Notre travail n est pas un travail de recherche déductive. Nous ne définissons pas dans un premier temps d hypothèses. Nous proposons un modèle d analyse de présentations de prix pouvant servir comme outil d aide à la veille. Une application est maintenant proposée pour les services financiers. 2. La méthodologie de recherche L objet de la recherche n est pas d identifier la meilleure offre du marché (comme le fait certaines sources d information, internet ou revues hebdomadaires). Fondée sur les critères de présentation du prix, la comparaison a été faite en suivant un processus de catégorisation et dans un souci d objectivité Choix du domaine d application Le domaine d application choisi est celui des cartes bancaires à destination des jeunes adultes (18-25 ans). Plusieurs raisons ont motivé ce choix. La banque de détail en France est un secteur concurrentiel dans lequel la mise en place d une veille marketing a toute son importance (Zollinger et al., 2004). Les publications autour de la tarification bancaire et l obligation d afficher ses tarifs (décret de 1984) amènent les clients des réseaux bancaires à être vigilants sur les prix. Les cartes bancaires sont devenues le moyen de paiement préféré des français : elles représentent 36 % du montant total des dépenses (Randoux 2006) et sont citées au rang numéro un par 56,40 % des personnes interrogées (Croustche et al., 2005). Les jeunes utilisateurs sont une population intéressante du point de vue des organismes financiers pour le potentiel qu ils représentent Collecte des données Dans le cadre d un travail d étude au cours de l année , 138 étudiants âgés de 18 à 22 ans à l IUT de Montluçon (Université Blaise Pascal) ont accepté de répondre à un questionnaire portant sur la banque et les jeunes. Ce travail a permis d identifier les établissements financiers dans lesquels les étudiants avaient souscris une 4

5 carte de paiement. Il s agit du Crédit Agricole (31,88 % des étudiants interrogés possédaient une carte de paiement au CACF), de la Caisse d Epargne (19,56%), de la Société Générale (15,22%), de La Banque Postale (15,22%), de la BNP-Paribas (10,15%), de la Banque Populaire (8,7%), du Crédit Mutuel (4,35%), du LCL (ex Crédit Lyonnais) (3,62%) et d autres (2,9%). La prise en compte de ces huit banques nous a semblé une base correcte pour notre analyse, au regard du taux de pénétration des dépôts à vue dans la tranche d âge ans qui correspond à notre typologie (source : Crédit Agricole). Les établissements étudiés font partie du réseau de banques traditionnelles dont quatre sont régionales (Crédit Agricole Centre France ; La Banque Populaire du Massif Central ; Caisse d Epargne d Auvergne et du Limousin ; Crédit Mutuel Massif Central) et quatre sont nationales (Société Générale ; La Banque Postale ; BNP-Paribas ; Crédit Lyonnais). Les informations ont été obtenues sur les sites internet des banques sélectionnées durant les mois d été 2007, période intervenant après les changements de sites, de tarifs et de promotions. Une analyse du contenu a été effectuée par l auteur de ce papier avec une grille d analyse découpée en fonction des indicateurs de présentation du prix. Des consignes ont été respectées concernant la recherche des tarifs sur le site internet. Le recueil des données s est fait de manière manuscrite. Le choix du média, plutôt qu une étude de brochures d information ou autres publicités écrites, s est justifié tout d abord par des raisons de temps et de commodité. Mais, cette option peut se motiver aussi par des raisons liées au comportement des banques et de leurs usagers (sondage de Mediamétrie Netratings, mai 2006). 3. Résultats et implications 3.1. Résultats Les résultats de l examen des sites internet des banques montrent que les prix ne sont pas toujours indiqués ou sont difficiles à trouver. Quatre établissements sur huit ne communiquent pas leurs tarifs dans les pages spéciales pour jeunes. Par ailleurs, les établissements bancaires communiquent sur le prix de l offre groupée, appelée convention ou compte, et moins sur celui de la carte bancaire. Ainsi, les jeunes adultes ne sont pas ou très peu exposés aux prix proposés. Cette pratique correspond aux travaux de Hoffman (Hoffman et al., 2002) dans le domaine des services. Pour eux, les consommateurs ont des difficultés pour comparer les offres en raison d un manque d information sur les prix et de la procédure longue et compliquée à mettre en œuvre. Le manque de prix, et notamment de prix de référence externes, la complexité des offres groupées présentées sur les sites des banques n incitent pas les jeunes adultes à mettre en concurrence les offres proposées par les divers établissements. Ils seraient plus aptes à utiliser leur mémoire implicite ou des heuristiques pour juger la valeur des services (Lambey-Checchin 2003). 5

6 En ce qui concerne le format du prix indiqué, la pratique des prix cassés est utilisée par l ensemble des banques (sauf LCL) mais la terminaison est en 5 ou en 0, ce qui est peu commun pour les services (Stafford et al., 2005). Chaque banque présente un prix mutlidimensionnel sous forme de tarification mensuelle ou trimestrielle (La Banque Postale), sous forme de prix partitionné (Société Générale, LCL, Crédit Mutuel) ou de prix promotionnel (BPMC, Caisse d Epargne). De plus, le format du tarif de la carte de paiement et de quelques autres services additionnels n est plus en euros par mois mais en euros par an. L analyse des offres de prix des banques permet de constater que si le prix de vente est peu souvent indiqué, la promotion est plus largement communiquée (six sur huit). L information promotionnelle peut prendre différentes formes et donc multimécanismes : - un prix spécial pour le segment des jeunes de ans, concernant à la fois la carte bancaire et la vente groupée (BPMC, Caisse d Epargne). Le prix de référence externe et la présentation de l économie en euros sont peu employés comme techniques de présentation du prix spécial (Société Générale) ; - une réduction supplémentaire pour la première souscription (LCL, BPMC) ; - des réductions ou avantages liés à l utilisation de la carte bancaire (Crédit Agricole), à la souscription de l offre groupée (Crédit Agricole, Société Générale, LCL, La Banque Postale). Les types et les formats sont variés : réductions mentionnées en %, en euros, points de fidélité, gains de centimes, coupons de réductions. Les banques proposent et communiquent sur les avantages monétaires autres que le prix spécial de l offre groupée. Pour les établissements BPMC et BNP-Paribas, les promotions ne sont proposées qu à certains étudiants. Enfin, les banques élargissent le segment «jeunes» aux ans (effet de la conduite accompagnée, d un début d émancipation) et aux ou 29 ans permettant ainsi d accompagner les étudiants engagés dans une voie longue et les jeunes Implications Il semble se dégager de l analyse ci-dessus trois types de communication : - communication dite «complète» non ciblée (LCL, Société Générale et La Banque Postale), caractérisée par des informations sur le prix spécial et sur les promotions (pouvant être de nature et de formes différentes) ; - communication promotionnelle non ciblée (Crédit Mutuel, CACF, Caisse d Epargne) qui consiste à communiquer sur la promotion sous forme de prix réduit de l offre groupée (Caisse d Epargne) ou d autres avantages monétaires liés à la souscription de l offre groupée (Crédit Mutuel, CACF) ; - communication promotionnelle ciblée (BPMC, BNP), c est-à-dire destinée à certains jeunes selon des caractéristiques de segmentation liées à leur statut 6

7 étudiant (étudiants IUFM, étudiants à l étranger) ou à leur choix mutualiste (LMDE ou Smerra). Cette typologie est intéressante dans la mesure où elle semble montrer quelques oppositions dans leurs stratégies : la première entre banques nationales et banques régionales, une deuxième concernant les banques affinant la segmentation jeunes de celles qui ne le font pas et une troisième entre banques selon leur politique tarifaire (pénétration, orientée valeur ou écrémage). Conclusion L analyse des techniques de présentation du prix dans les publicités permet de proposer un modèle d aide à la veille concurrentielle. Ce papier illustre la complexité de l évaluation du prix et de la valeur par la comparaison des offres de cartes bancaires à destination des jeunes de 18 à 25 ans. L étude est exploratoire et comporte quelques limites liées à la méthodologie : l analyse du contenu n a porté que sur certains éléments de la présentation de l offre et à partir des sites internet uniquement (et non les brochures commerciales). Enfin, l étude ne tient pas compte de l ergonomie du site des banques. Des pistes de recherche découlent de cette communication. Un premier travail serait de vérifier auprès des responsables marketing des huit banques sélectionnées leurs stratégies de communication et de prix. Une analyse de contenu portant sur les signaux relatifs au prix peut être intéressante à effectuer pour mieux appréhender la stratégie de communication des prix des banques. Une étude exploratoire auprès des étudiants est envisagée pour tester différentes présentations du prix et proposer ainsi aux établissements des suggestions précises. Enfin, ce travail peut être étendu à d autres services pour lesquels le prix est complexe comme les transports. Bibliographie Croutsche J.J., Roux M., «La fixation du prix des produits et services bancaires», Banque Stratégie, n 229, septembre, p Desmet P., Zollinger M, Le prix : de l analyse conceptuelle aux méthodes de fixation, Gestion, Ed. Economica, Paris, Durrande-Moreau A., «Services et tactiques de prix : quelles spécificités?», Décisions Marketing, vol. 25, janvier-février 2002, p Estelami H., Presentation and Media Effects in Service Price Advertising, Journal of Professional Services Marketing, Vol 18, No 2, 1999, p Guéguen N, Legoréhel P., Numerical Encoding and Odd-ending Prices: The Effect of a Contrast in Discount perception, European Journal of Marketing, vol. 38, 2004, p

8 Hoffman, K., Turleyand L., Kelley S., Pricing Retail Services, Journal of Business Research, vol. 55, n 12, 2002, p Krishna A., Briesch R., Lehmann D. R., Yuan H., A meta-analysis of the impact of price presentation on perceived savings, Journal of Retailing, Vol.78, n 2, Summer 2002, p Lambey C., «Le prix dans son rôle négatif», Actes du Congrès International Tendances du Marketing en Europe, Venise, novembre Lambey-Checchin C., «Le sacrifice perçu : le cas d acheteurs de voitures neuves», Actes du Congrès International Tendances du Marketing en Europe, Paris, janvier Lambey-Checchin C., «The Perceived Monetary Price of a Complex Offer», Proceedings of the Fordham University Behavioral Pricing Conference, 2003, New-York, p Martin E., Védrine J.P., «Le odd-pricing : une étude sur la pratique en France», Revue Française du Marketing, vol. 135, Mai 1991, p Monroe K.B., Pricing : Making Profitable Decisions, McGraw-Hill Book Company, Second Edition, Morwitz Vicki G., Greenleaf Eric A., Johnson Eric J., Divide and Prosper: Consumers Reactions to Partitioned Prices, Journal of Marketing Research, vol. XXXV, November 1998, p Randoux Y., «Les comportements des consommateurs à la loupe», Revue Banque, n 677, février 2006, p Schindler R., Kibarian T., Increased Consumer Sales Response Though Use of 99-ending Prices, Journal of Retailing, vol. 72, 1996, p Schindler R., Kirby P., Patterns of Rightmost Digits Used in Advertised Prices: Implications for Nine-ending Effects, Journal of Consumer Research, vol. 24, 1997, p Stafford M.R., Kilburn A.J., Allen C.A, The Use of Pricing Information in Service Advertisements: A Comparison of Retail versus Professional Services, Services Marketing Quaterly, vol. 27, n 1, 2005, p Zeithaml V.A., «Consumer Perceptions of Price, Quality and Value : A Means-end Model and Synthesis Analysis», Journal of Marketing, vol. 52, july 1988, p Zollinger M., «Le jugement comparatif des prix par le consommateur», Recherche et Applications en Marketing, vol. 19, n 2, 2004, p Zollinger M., Lamarque E., Marketing et stratégie de la banque, Dunod, 4 ème édition, Paris,

Les offres de cartes bancaires des jeunes de 18-25 ans en France : Problématiques autour d une présentation de prix

Les offres de cartes bancaires des jeunes de 18-25 ans en France : Problématiques autour d une présentation de prix Les offres de cartes bancaires des jeunes de 18-25 ans en France : Problématiques autour d une présentation de prix Christine LAMBEY-CHECCHIN Assistant Professor in Marketing Université Blaise Pascal Centre

Plus en détail

Marketing. Printemps 2014

Marketing. Printemps 2014 Marketing Printemps 2014 «Le marketing est à la fois l activité, l ensemble des institutions et des processus visant à créer, communiquer, délivrer et échanger les offres qui ont de la valeur pour les

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE

GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE MICHEL BADOC EN COLLABORATION AVEC ISABELLE SELEZNEFF GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3215-6 SOMMAIRE Remerciements... 11 Table des

Plus en détail

SOMMAIRE. Présentation 3. Marketing de l offre 15 Marketing de la demande 16 Marketing de l échange 16

SOMMAIRE. Présentation 3. Marketing de l offre 15 Marketing de la demande 16 Marketing de l échange 16 Présentation 3 Chapitre 1 Le concept de marketing 15 1 Définitions 15 Marketing de l offre 15 Marketing de la demande 16 Marketing de l échange 16 2 Principaux outils du marketing 16 3 Les critiques envers

Plus en détail

Les critères de segmentation Critères Variables retenues Description Exemple Pays, région, ville, Chauffage,

Les critères de segmentation Critères Variables retenues Description Exemple Pays, région, ville, Chauffage, SYNTHÈSE DU CHAPITRE 11 : LA SEGMENTATION DE LA DEMANDE. La segmentation. La segmentation de la demande consiste à définir des groupes de clients (des segments de clientèle) ayant des comportements homogènes

Plus en détail

Conférence de presse 28 janvier 2008. 2008 Encore plus d innovations et de services. dans la stratégie et l offre de. monabanq.

Conférence de presse 28 janvier 2008. 2008 Encore plus d innovations et de services. dans la stratégie et l offre de. monabanq. Conférence de presse 28 janvier 2008 1 Conférence de presse 28 janvier 2008 2008 Encore plus d innovations et de services dans la stratégie et l offre de monabanq. 2 Introduction Thierry Vittu Président

Plus en détail

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin 1 ENQUETE ENTREPRISES ET TIC 2008 : TIC ET INNOVATION : LE CAS DES PME BRETONNES Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin Ces dix dernières années, la majorité des entreprises a massivement investi

Plus en détail

" La démarche stratégique :

 La démarche stratégique : ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES Module : Marketing Fondamental Année Académique : 2014/2015 Niveau : 1 ère année Master (TC) Enseignant : KHERRI Abdenacer Groupes : 12, 13, 14, 15 et 16 Site web :

Plus en détail

Enquête annuelle de satisfaction des agences de voyage françaises vis-à-vis de leurs fournisseurs

Enquête annuelle de satisfaction des agences de voyage françaises vis-à-vis de leurs fournisseurs Enquête annuelle de satisfaction des agences de voyage françaises vis-à-vis de leurs fournisseurs Tours-opérateurs - Transporteurs - Hôteliers Croisiéristes - Loueurs - Assureurs - GDS Promotions Site

Plus en détail

Les banques en ligne et les services bancaires par internet modèle économique et évolution des plaintes de consommateurs de 2008 à 2012

Les banques en ligne et les services bancaires par internet modèle économique et évolution des plaintes de consommateurs de 2008 à 2012 N 15 Juin 2013 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Les banques en ligne et les services bancaires

Plus en détail

Enquête sur les taux des crédits au logement Année 1998

Enquête sur les taux des crédits au logement Année 1998 Enquête sur les taux des crédits au logement Année 1998 La baisse des taux des crédits au logement distribués par les établissements de crédit s est poursuivie tout au long de l année 1998, après le tassement

Plus en détail

Présentation 5. Chapitre 1 La démarche marketing 19 1 Définitions 19

Présentation 5. Chapitre 1 La démarche marketing 19 1 Définitions 19 S ommaire Présentation 5 Chapitre 1 La démarche marketing 19 1 Définitions 19 A. Le marketing de l offre 19 B. Le marketing de la demande 20 C. Le marketing de l échange 21 2 Une histoire du marketing

Plus en détail

Les internautes face aux services financiers

Les internautes face aux services financiers Les internautes face aux services financiers Banque, Finance, Assurance & Crédit en ligne 4 4ème baromètre des comportements multicanaux des internautes pour la gestion, la recherche d information et la

Plus en détail

Comment utiliser la stratégie du mixed price bundling? Le cas des packages bancaires pour les étudiants

Comment utiliser la stratégie du mixed price bundling? Le cas des packages bancaires pour les étudiants Comment utiliser la stratégie du mixed price bundling? Le cas des packages bancaires pour les étudiants Christine Lambey-Checchin CRCGM EA 3849 - Clermont Université christine.lambey@moniut.univ-bpclermont.fr

Plus en détail

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23 Introduction......................................................................... 1 1. Définition........................................................................ 2 1.1 Le CRM comme processus

Plus en détail

PRÉSENTATION. L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation. Sophie Vincent, 22 janvier 2015

PRÉSENTATION. L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation. Sophie Vincent, 22 janvier 2015 PRÉSENTATION L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation Sophie Vincent, Spécialiste en recherche consommateurs et évaluation sensorielle 22 janvier 2015 CINTECH

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits -

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - PollingVox 67, rue Saint-Jacques 75005 Paris pollingvox.com SOMMAIRE Note technique... 3 Synthèse des résultats...

Plus en détail

Comment bien développer d. idées, astuces et solutions. FÉDÉRATION DES AUTO-ENTREPRENEURS - contact@fedae.fr - www.federation-auto-entrepreneur.

Comment bien développer d. idées, astuces et solutions. FÉDÉRATION DES AUTO-ENTREPRENEURS - contact@fedae.fr - www.federation-auto-entrepreneur. Comment bien développer d son activité en auto-entrepreneur : idées, astuces et solutions. FÉDÉRATION DES AUTO-ENTREPRENEURS - contact@fedae.fr - www.federation-auto-entrepreneur.fr 1 1- Le marketing ou

Plus en détail

12.2.5. La Banque de données santé publique (BDSP)

12.2.5. La Banque de données santé publique (BDSP) 12. Approfondir ses connaissances autour d un sujet droit ou qu un accord avec l éditeur autorise les gestionnaires de la base à pointer vers le document original. Les bases de données bibliographiques

Plus en détail

NOM DE L ENTREPRISE NO, RUE MUNICIPALITÉ (QUÉBEC) CODE POSTAL Téléphone d entreprise

NOM DE L ENTREPRISE NO, RUE MUNICIPALITÉ (QUÉBEC) CODE POSTAL Téléphone d entreprise NOM DE L ENTREPRISE NO, RUE MUNICIPALITÉ (QUÉBEC) CODE POSTAL Téléphone d entreprise Nom du promoteur Terminé le : insérer DATE TABLE DES MATIÈRES NOTE AU LECTEUR...4 1. LE PROJET...5 1.1 RÉSUMÉ DU PROJET...5

Plus en détail

Enquête annuelle de satisfaction des agences de voyage suisses. www.invescomm.com

Enquête annuelle de satisfaction des agences de voyage suisses. www.invescomm.com Enquête annuelle de satisfaction des agences de voyage suisses Promotions Site B to B Qualité Workshops Attaché commercial Rémunération Publicités Incentives Brochures Affichettes Technologie Produits

Plus en détail

Achats en ligne. et conversion. Le marketing à la performance, du premier affichage au dernier clic. tradedoubler.com

Achats en ligne. et conversion. Le marketing à la performance, du premier affichage au dernier clic. tradedoubler.com Achats en ligne et conversion Le marketing à la performance, du premier affichage au dernier clic tradedoubler.com Lorsqu il s agit de choisir une marque ou un produit à acheter, les consommateurs européens

Plus en détail

Cahier des charges pour la réalisation d une enquête de satisfaction des utilisateurs de l informatique institutionnelle de l Inra

Cahier des charges pour la réalisation d une enquête de satisfaction des utilisateurs de l informatique institutionnelle de l Inra Direction de l Innovation et des Systèmes d Information Systèmes informatiques Cahier des charges pour la réalisation d une enquête de satisfaction des utilisateurs de l informatique institutionnelle de

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

Caisse d Epargne Rhône Alpes Licence Econométrie Lyon 2

Caisse d Epargne Rhône Alpes Licence Econométrie Lyon 2 Caisse d Epargne Rhône Alpes Licence Econométrie Lyon 2 22 Novembre 2013 - Valérie Rousvoal Direction Etudes Commerciales Sommaire de la rencontre Présentation de la Caisse d épargne Rhône Alpes Présentation

Plus en détail

Sommaire. Introduction à la 11 e édition... Chapitre 1 Le rôle du marketing est de créer de la valeur... 1. Première partie Étudier les marchés...

Sommaire. Introduction à la 11 e édition... Chapitre 1 Le rôle du marketing est de créer de la valeur... 1. Première partie Étudier les marchés... Sommaire Introduction à la 11 e édition... X Chapitre 1 Le rôle du marketing est de créer de la valeur... 1 Section 1 Qu est-ce que le marketing?... 2 Section 2 Comment le marketing crée de la valeur...

Plus en détail

FORMATION 2015 : Qualification aux fonctions de maître de conférences en Sciences de gestion.

FORMATION 2015 : Qualification aux fonctions de maître de conférences en Sciences de gestion. Julien Grobert IAE de Toulouse 2 rue du Doyen Gabriel Marty 31042 Toulouse, cedex 9 Julien.grobert@iae-toulouse.fr Poste actuel Enseignant-Associé IAE de Toulouse CHAMPS DE RECHERCHES - Marketing sensoriel

Plus en détail

10 Yield Management. Figure 1. Système de Yield Management (d après [JON 00]) Enquêtes de consommateurs. Processus de

10 Yield Management. Figure 1. Système de Yield Management (d après [JON 00]) Enquêtes de consommateurs. Processus de INTRODUCTION Le Yield Management est apparu lors de la déréglementation des transports aériens aux Etats-Unis, à la fin des années 1970. Dans un contexte de concurrence exacerbée, les compagnies aériennes

Plus en détail

Fidéliser ses clients

Fidéliser ses clients Marketing stratégique Fidéliser ses clients Connaître et évaluer sa clientèle (BDD...) Optimiser le service clients CRM et e-crm : les facteurs clés Mardi 20 et mercredi 21 janvier 2009 DE L INFORMATION

Plus en détail

Sarl Sodestel Edition Informatique. Pour plus Plus de performance dans vos activités d agent immobilier. Estimation. Mandats de vente au juste prix

Sarl Sodestel Edition Informatique. Pour plus Plus de performance dans vos activités d agent immobilier. Estimation. Mandats de vente au juste prix PRESENTATION L EXPERIMMO, logiciel d évaluation de la valeur vénale d un bien immobilier Sarl Sodestel Edition Informatique Pour plus Plus de performance dans vos activités d agent immobilier Estimation

Plus en détail

Révisions : définir et expliquer

Révisions : définir et expliquer Révisions : définir et expliquer 1. Fondements du marketing et études de marché 1) Notions de valeurs perçues par le client? Rapport qualité prix. 2) Quels sont les leviers d actions qui crée de la valeur?

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Cours du Marketing approfondi

Cours du Marketing approfondi Cours du Marketing approfondi Le marketing direct Le marketing direct est un marketing interactif qui utilise un ou plusieurs médias en vue d obtenir une réponse et / ou une transaction. «Le marketing

Plus en détail

Numéro de dossier : 001. Caisse d Epargne Côte d Azur

Numéro de dossier : 001. Caisse d Epargne Côte d Azur Numéro de dossier : 001 Caisse d Epargne Côte d Azur SOMMAIRE Introduction Analyse de la situation Plan d action Réalisation du dossier de recommandations dans le but de devenir la banque référence pour

Plus en détail

Délibération. 1. Contexte

Délibération. 1. Contexte Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 2 octobre 2014 portant proposition relative aux charges de service public liées à l achat de biométhane et à la contribution unitaire

Plus en détail

STRATEGIES MARKETING. Licence 3 2010-2011. S7 : politique de prix

STRATEGIES MARKETING. Licence 3 2010-2011. S7 : politique de prix STRATEGIES MARKETING Licence 3 2010-2011 S7 : politique de prix Professeur : Alain Debenedetti Alain.debenedetti@univ-mlv.fr Qu est-ce qu un prix? Introduction somme d argent coûts non monétaires Introduction

Plus en détail

RESUME DE LA PRESENTATION

RESUME DE LA PRESENTATION RESUME DE LA PRESENTATION Mercredi 17.9.2014 Prix ou valeur, faites la différence pour positionner votre image et vos produits 1 But du forum des Entrepeneurs Une manière dynamique de progresser pour les

Plus en détail

PRÉVENIR LES RISQUES DE DÉFAUT ET OPTIMISER VOTRE FILIERE RECOUVREMENT

PRÉVENIR LES RISQUES DE DÉFAUT ET OPTIMISER VOTRE FILIERE RECOUVREMENT PRÉVENIR LES RISQUES DE DÉFAUT ET OPTIMISER VOTRE FILIERE RECOUVREMENT DANS UN ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE MARQUÉ PAR UNE FORTE MONTÉE DES RISQUES, LA CAPACITÉ À ANTICIPER ET À «METTRE SOUS TENSION» L ENSEMBLE

Plus en détail

1 LE SECTEUR DU TOURISME: ACTEURS, TENDANCES, CONCEPTS 5

1 LE SECTEUR DU TOURISME: ACTEURS, TENDANCES, CONCEPTS 5 Remerciements Introduction 1 xi 1 LE SECTEUR DU TOURISME: ACTEURS, TENDANCES, CONCEPTS 5 l. Secteurs et acteurs de l'industrie touristique 5 1.1 Tendances 5 1.2 Secteurs et acteurs 9 2. Produits, concepts,

Plus en détail

FD/AM N 1-18325 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Adeline Merceron Tél : 01 45 84 14 44 adeline.merceron@ifop.com. pour

FD/AM N 1-18325 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Adeline Merceron Tél : 01 45 84 14 44 adeline.merceron@ifop.com. pour FD/AM N 1-18325 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Adeline Merceron Tél : 01 45 84 14 44 adeline.merceron@ifop.com pour Les Français et leur de santé Résultats détaillés Février 2010 Sommaire - 1 - La méthodologie...

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

Crédit Bureaux. des PME. Alger, le 12 mars 2009 Margherita GALLARELLO

Crédit Bureaux. des PME. Alger, le 12 mars 2009 Margherita GALLARELLO Le rôle des Crédit Bureaux pour l accès au crédit des PME 2009 Agenda L activité des Crédit Bureaux Sujets critiques pour les PME Crédit Bureaux: quels avantages pour les PME? Exemple d évaluation Conclusion

Plus en détail

Plan d affaires. Nom de l'entreprise. Nom du promoteur. par. Fait en collaboration avec le. Adresse complète. No de téléphone.

Plan d affaires. Nom de l'entreprise. Nom du promoteur. par. Fait en collaboration avec le. Adresse complète. No de téléphone. Nom de l'entreprise par Nom du promoteur Fait en collaboration avec le Adresse complète No de téléphone No de télécopie Courriel Site Internet Date SOMMAIRE EXÉCUTIF Description de l entreprise (ou du

Plus en détail

L AVENIR S E D É C I D E A U J O U R D H U I

L AVENIR S E D É C I D E A U J O U R D H U I L AVENIR S E D É C I D E A U J O U R D H U I CHIFFRES CLÉS GROUPE EXPERTISE OFFRE sommaire s o m m a i r e préambule l avenirsedécideaujourd hui Depuis toujours l immobilier d investissement fait partie

Plus en détail

Les Français et l or

Les Français et l or Les Français et l or Vague 4 Sondage Ifop pour AuCoffre.com Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Alexandre Bourgine Département Opinion et Stratégies d'entreprise 01 45 84 14 44 prenom.nom@ifop.com 2 décembre

Plus en détail

Mercator 8 e édition, 2006, Cinquième partie - Chapitre 19 : Je me teste sur Le marketing des services

Mercator 8 e édition, 2006, Cinquième partie - Chapitre 19 : Je me teste sur Le marketing des services Mercator 8 e édition, 2006, Cinquième partie - Chapitre 19 : Je me teste sur Le marketing des services Ce chapitre comporte un quiz de 35 questions de difficulté variable, disponible sur le CD-ROM des

Plus en détail

Les cabinets d'expertise-comptable et la sous-traitance de la Paie. Livre Blanc 2012-2013

Les cabinets d'expertise-comptable et la sous-traitance de la Paie. Livre Blanc 2012-2013 Les cabinets d'expertise-comptable et la sous-traitance de la Paie Livre Blanc 2012-2013 Eriaxis-FocusPaie, 2012 Pourquoi externaliser la Paie? Préambule La Paie est une source de coûts et de risques,

Plus en détail

Le prix et les conditions commerciales

Le prix et les conditions commerciales CHAPITRE 5 Le prix et les conditions commerciales CONTEXTE p. 41 Mission 1 Comprendre les conditions commerciales (annexe 1) 1. Calculez les taux de réduction accordés grâce aux cartes pour chaque durée

Plus en détail

Communication stratégique

Communication stratégique Programme de formation pour les étudiants de DEESCOM de l IEC Pau Communication stratégique Objectif pédagogique : Acquérir une démarche stratégique et rigoureuse en vue d occuper un poste à responsabilité

Plus en détail

RÉALISER L ÉTUDE DE MARCHÉ DE SON PROJET D ENTREPRISE, Catherine Léger-Jarniou, Paris, Dunod, coll. «Entrepreneurs», 3 e édition, 2007, 272 p.

RÉALISER L ÉTUDE DE MARCHÉ DE SON PROJET D ENTREPRISE, Catherine Léger-Jarniou, Paris, Dunod, coll. «Entrepreneurs», 3 e édition, 2007, 272 p. Compte rendu Ouvrage recensé : RÉALISER L ÉTUDE DE MARCHÉ DE SON PROJET D ENTREPRISE, Catherine Léger-Jarniou, Paris, Dunod, coll. «Entrepreneurs», 3 e édition, 2007, 272 p. par William Menvielle Revue

Plus en détail

quels enjeux pour le secteur financier?

quels enjeux pour le secteur financier? Préambule 2 Auteurs de l enquête Cette étude a été conduite par le pôle développement durable d Equinox Consulting Sophie Madet, associée Blandine Sébileau, senior manager Sybille Brugues et Sophie Pornin,

Plus en détail

Les Français et la consommation cross-canal. Septembre 2012

Les Français et la consommation cross-canal. Septembre 2012 Les Français et la consommation cross-canal Septembre 2 Note méthodologique Étude réalisée pour : Generix Échantillon : Echantillon de 00 personnes, représentatif de la population française âgée de 8 ans

Plus en détail

La convention AERAS en 10 points-clés

La convention AERAS en 10 points-clés La convention AERAS en 10 points-clés Signée par les pouvoirs publics, les fédérations professionnelles de la banque, de l assurance et de la mutualité et les associations de malades et de consommateurs,

Plus en détail

Les Français et le découvert bancaire

Les Français et le découvert bancaire Les Français et le découvert bancaire Octobre 2014 Contacts Presse : Héloïse Guillet / 01 75 43 33 82 / heloise@lanouvelle-agence.com Sommaire Méthodologie de l étude Sondage complémentaire de l étude

Plus en détail

EXPÉRIENCE CLIENT. Saison 1 # Baromètre du secteur bancaire

EXPÉRIENCE CLIENT. Saison 1 # Baromètre du secteur bancaire EXPÉRIENCE CLIENT Saison 1 # Baromètre du secteur bancaire Etude réalisée par INIT Marketing pour Akio Software en avril 2014 sur un échantillon représentatif de la population française de 1002 panélistes

Plus en détail

Coûts de transfert de compte bancaire

Coûts de transfert de compte bancaire LA MOBILITE BANCAIRE La concurrence ne peut fonctionner que si la mobilité du client est assurée. Avec 2 %, le marché français semble présenter un des taux les plus faibles d attrition au niveau des marchés

Plus en détail

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles Étude auprès de la génération X Le paiement virtuel et la gestion des finances Rapport Présenté à Madame Martine Robergeau Agente de Développement et des Communications 11 octobre 2011 Réf. : 1855_201109/EL/cp

Plus en détail

Publicité comportementale. Etudes de marché à l international

Publicité comportementale. Etudes de marché à l international Publicité comportementale Etudes de marché à l international Emergence concept en 2007 Modification profonde de la stratégie des annonceurs E-publicité en plein essor et de mieux en mieux adaptée aux consommateurs

Plus en détail

LES DÉMARCHES DE QUALITÉ DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : QUELS CHOIX MÉTHODOLOGIQUES FONDAMENTAUX?

LES DÉMARCHES DE QUALITÉ DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : QUELS CHOIX MÉTHODOLOGIQUES FONDAMENTAUX? N 335 - SYLIN Michel, DELAUSNAY, Nathalie LES DÉMARCHES DE QUALITÉ DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : QUELS CHOIX MÉTHODOLOGIQUES FONDAMENTAUX? S interroger sur le sens des démarches qualité dans l enseignement

Plus en détail

Les Français et leur relation aux enseignes traditionnelles et aux «pure players»

Les Français et leur relation aux enseignes traditionnelles et aux «pure players» Les Français et leur relation aux enseignes traditionnelles et aux «pure players» Janvier 2013 1 1 La méthodologie 2 Note méthodologique Etude réalisée pour : Bonial Echantillon : Echantillon de 1007 personnes,

Plus en détail

sous réserve de validation des modifications DROIT ECONOMIE GESTION SCIENCES DU MANAGEMENT MARKETING

sous réserve de validation des modifications DROIT ECONOMIE GESTION SCIENCES DU MANAGEMENT MARKETING sous réserve de validation des modifications Niveau : MASTER Année Domaine : Mention : DROIT ECONOMIE GESTION SCIENCES DU MANAGEMENT M1 Parcours : MARKETING 60 ES Volume horaire étudiant : 262 h 154 h

Plus en détail

Les instruments de la politique monétaire

Les instruments de la politique monétaire Chapitre 4 Les instruments de la politique monétaire Introduction (1/3) Distinguer aspects stratégiques et aspects tactiques de la politique monétaire Aspects stratégiques : la BC détermine le niveau des

Plus en détail

Les milieux Sinus au Credit Suisse

Les milieux Sinus au Credit Suisse Les milieux Sinus au Credit Suisse Dr.Marion Schäfer Table des matières: Introduction Segmentation dans le secteur financier Les milieux Sinus dans le secteur bancaire Critères de détermination des groupes-cibles

Plus en détail

Indications de contenus, commentaires, recommandations pédagogiques

Indications de contenus, commentaires, recommandations pédagogiques Document d accompagnement du référentiel de formation Inspection de l'enseignement Agricole Mercatique Objectif général du module : Participer à la démarche mercatique de l entreprise Indications de contenus,

Plus en détail

GUIDE DES SOLUTIONS DE PAIEMENT SECURISE

GUIDE DES SOLUTIONS DE PAIEMENT SECURISE GUIDE DES SOLUTIONS DE PAIEMENT SECURISE ALLIANCE RESEAUX 26, rue Saint Exupéry - BP 144 73303 Saint Jean de Maurienne Cedex Tél : 04 79 64 07 72 Email : support@alliance-reseaux.com 1 I - SYSTEMES PROPOSES

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Les partenariats de marketing contribuent à augmenter les taux de conversion de ventes La campagne de services à domicile de Home Depot donne des résultats remarquables

Plus en détail

Le financement de l ESS par la BPI en France

Le financement de l ESS par la BPI en France 1 Le financement de l ESS par la BPI en France Encourager un moteur du développement urbain local Cette fiche utile se propose de revenir sur l importance de l Economie Sociale et Solidaire pour les territoires

Plus en détail

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010)

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Réforme de la loi sur les crédits à la consommation (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Introduction Le crédit est utile et nécessaire à la vie des ménages. Ce

Plus en détail

Guide des solutions de paiement sécurisé

Guide des solutions de paiement sécurisé Guide des solutions de paiement sécurisé Solutions de paiement sécurisé compatibles Open System Alliance Réseaux - v10/02/2014 Alliance Réseaux 26, rue Saint Exupéry - BP 144 73303 Saint Jean de Maurienne

Plus en détail

LA FIDELISATION DE LA CLIENTELE DANS LA BANQUE ET L ASSURANCE

LA FIDELISATION DE LA CLIENTELE DANS LA BANQUE ET L ASSURANCE Certificat n QUAL/2008/33149 du 15 décembre 2008 délivré par AFNOR CERTIFICATION LA FIDELISATION DE LA CLIENTELE DANS LA BANQUE ET L ASSURANCE VOLET 1 : Analyse des comportements et attentes des consommateurs.

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE

CONFÉRENCE DE PRESSE CONFÉRENCE DE PRESSE Marie-Claire Capobianco, Membre du Comité Exécutif de BNP Paribas et Directeur des Réseaux France Bernard Roy, Directeur de la Stratégie de La Banque Postale Laurent Goutard, Directeur

Plus en détail

ILE DE FRANCE brochures tarifaires en vigueur au 1er février 2013

ILE DE FRANCE brochures tarifaires en vigueur au 1er février 2013 ILE DE FRANCE A l aide des brochures tarifaires en vigueur au 1 er février 2013, nous avons relevé, pour nos trois profils types les tarifs des produits à la carte et ceux du package le plus avantageux

Plus en détail

Eléments clés d une Stratégie Omni canal

Eléments clés d une Stratégie Omni canal Eléments clés d une Stratégie Omni canal Pascal BIZZARI, Groupe AVISIA Conseil en stratégie marketing relationnel Préambule Pourquoi une tribune aujourd hui? Fondé en 2007 le Groupe AVISIA est un acteur

Plus en détail

L INTERMEDIATION EN BIENS DIVERS (œuvres d art) L affaire Marble Art Invest

L INTERMEDIATION EN BIENS DIVERS (œuvres d art) L affaire Marble Art Invest L INTERMEDIATION EN BIENS DIVERS (œuvres d art) L affaire Marble Art Invest SOMMAIRE I ANALYSE DE LA DECISION MARBLE ART 1. ETAPES DE LA COMMERCIALISATION 2. LE RAISONNEMENT TENU PAR L AMF II LE REGIME

Plus en détail

TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques»

TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques» Avant-propos Mode d emploi du guide TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques» Chapitre 1 Les PME : Spécificités et problématiques liées au développement 1.1 Le monde méconnu des

Plus en détail

Réduire les coûts de communication. Votre guide SMS

Réduire les coûts de communication. Votre guide SMS Réduire les coûts de communication Votre guide SMS Le SMS face à l e-mail Rentabiliser la communication est un enjeu important pour les entreprises, qu il s agisse de multinationales ou de PME. Le défi

Plus en détail

Attention : Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr.

Attention : Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr. Document mis à disposition par : www.marketing-etudiant.fr Attention : Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr. En conséquence croisez vos sources

Plus en détail

LE PRIX DE PRODUIT DU POINT DE VUE DU CONSOMMATEUR ANALYSE MARKETING

LE PRIX DE PRODUIT DU POINT DE VUE DU CONSOMMATEUR ANALYSE MARKETING LE PRIX DE PRODUIT DU POINT DE VUE DU CONSOMMATEUR ANALYSE MARKETING Abdelkader BOUROUMANA Université SAAD DAHLEB de Blida brmnaekd@yahoo.fr Résumé L importance accordée au prix du produit, soit par les

Plus en détail

Relation banques et clients Comment regagner durablement la confiance des clients? 9 Avril 2013

Relation banques et clients Comment regagner durablement la confiance des clients? 9 Avril 2013 Relation banques et clients Comment regagner durablement la confiance des clients? 9 Avril 2013 Objectifs et méthodologie de l étude L objectif de cette troisième édition est de mesurer le niveau de confiance

Plus en détail

La tarification vue par les commissaires aux comptes

La tarification vue par les commissaires aux comptes La tarification vue par les commissaires aux comptes Journées d études IARD - Institut des Actuaires Niort, 20 & 21 Mars 2014 Cédric FONTAN Groupe Y Audit Département Actuariat 1 Sommaire Les obligations

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change 2015-R-04 du 2 mars 2015 1. Contexte de la recommandation 2012-R-01 publiée le 6 avril 2012 Des établissements

Plus en détail

Auchan Consumer Zoom 600 000 clients pour mesurer et optimiser vos actions marketing. Une offre unique au service des industriels.

Auchan Consumer Zoom 600 000 clients pour mesurer et optimiser vos actions marketing. Une offre unique au service des industriels. marchés-test, efficacité publicitaire et promotionnelle, modélisation Auchan Consumer Zoom 600 000 clients pour mesurer et optimiser vos actions marketing. Une offre unique au service des industriels.

Plus en détail

CHAPITRE VIII : ASSAINISSEMENT PATRIMONIAL ET RESTRUCTURATION DES BILANS DES BANQUES PUBLIQUES : UNE RETROSPECTIVE

CHAPITRE VIII : ASSAINISSEMENT PATRIMONIAL ET RESTRUCTURATION DES BILANS DES BANQUES PUBLIQUES : UNE RETROSPECTIVE CHAPITRE VIII : ASSAINISSEMENT PATRIMONIAL ET RESTRUCTURATION DES BILANS DES BANQUES PUBLIQUES : UNE RETROSPECTIVE VIII.1 - ASSAINISSEMENT PATRIMONIAL DES BANQUES AU COURS DE LA PÉRIODE 1991-2012 Le processus

Plus en détail

Marketing Mix: Promotion

Marketing Mix: Promotion Marketing Mix: Promotion 1 Les objectifs d apprentissage de ce module visent à: comprendre les étapes pour développer une stratégie de marketing définir le marketing mix déterminer les principes directeurs

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

INSTITUT NATIONAL DES LANGUES ET CIVILISATIONS ORIENTALES

INSTITUT NATIONAL DES LANGUES ET CIVILISATIONS ORIENTALES INSTITUT NATIONAL DES LANGUES ET CIVILISATIONS ORIENTALES LICENCE: LANGUES, CULTURES ET SOCIETES DU MONDE SPECIALITE : COMMUNICATION INTERCULTURELLE ET LANGUES DU MONDE (CILM) Design graphique et multimédia

Plus en détail

LES CONSEQUENCES DE L ANI

LES CONSEQUENCES DE L ANI LES CONSEQUENCES DE L ANI Chantier : connaissance des conséquences de l ANI sur les mutuelles Les conséquences de l ANI sur chaque mutuelle seront différentes selon son marché ou son positionnement. Il

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

Intranet et les salariés : les clefs pour un outil efficace

Intranet et les salariés : les clefs pour un outil efficace 99 rue de l Abbé Groult 75015 Paris 01 53 68 28 28 420 rue St Honoré - 75008 Paris - 01 47 03 68 00 Intranet et les salariés : les clefs pour un outil efficace Comportements d utilisation, satisfaction

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Assurance et Internet : Comment agissent les internautes?

DOSSIER DE PRESSE. Assurance et Internet : Comment agissent les internautes? DOSSIER DE PRESSE Assurance et Internet : Comment agissent les internautes? 5 avril 2007 Contact presse : Hmael.resch@empruntis.com 01.55.80.58.66 Empruntis.com en partenariat avec Market Audit a mené

Plus en détail

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE Etat des lieux et perspectives Contexte de l étude Plus de 30 000 courtiers et agents généraux en France sont au cœur des transformations en cours dans le secteur de l

Plus en détail

MARKETING MIX. Politique Produit. Les composantes d un produit POLITIQUE PRODUIT

MARKETING MIX. Politique Produit. Les composantes d un produit POLITIQUE PRODUIT MARKETING MIX POLITIQUE PRODUIT Sandrine Monfort Politique Produit! Les composantes d un produit! Les classifications produit! Lancement produit! Politique de gamme! Politique de marque Les composantes

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

LA POLITIQUE DE PRIX

LA POLITIQUE DE PRIX LA POLITIQUE DE PRIX Politique complémentaire à la politique produit, puisqu'elle va situer le produit : - dans une gamme produit bas ou haut de gamme - sur un marché par rapport à la concurrence positionnement

Plus en détail

Révision stratégique de votre régime d assurance collective : il est temps!

Révision stratégique de votre régime d assurance collective : il est temps! ARTICLES PROFESSIONNELS PROFESSIONAL ARTICLES Assurances et gestion des risques, vol. 76(2), juillet 2008, 283-287 Insurance and Risk Management, vol. 76(2), July 2008, 283-287 Révision stratégique de

Plus en détail

Offre Partenaire Membres Amicale des Personnels de la Ville et de la Communauté Urbaine de Strasbourg Membres de moins de 25 ans

Offre Partenaire Membres Amicale des Personnels de la Ville et de la Communauté Urbaine de Strasbourg Membres de moins de 25 ans Annexe n 2 Offres Commerciales de la Convention Votre offre spéciale! (1) Offre Partenaire Membres Amicale des Personnels de la Ville et de la Communauté Urbaine de Strasbourg Membres de moins de 25 ans

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

UFC-Que Choisir de Bretagne

UFC-Que Choisir de Bretagne Tarifs et mobilité bancaire UFC-Que Choisir de Bretagne Une double actualité sur la banque 1 - Frais : Rapport de la Commission Européenne sur les frais bancaires : fin septembre 2009 Rapport Pauget/Constans

Plus en détail