Modèle d analyse de présentations de prix d offres de cartes bancaires pour les ans

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Modèle d analyse de présentations de prix d offres de cartes bancaires pour les 18-25 ans"

Transcription

1 Modèle d analyse de présentations de prix d offres de cartes bancaires pour les ans Christine Lambey-Checchin Maître de Conférences IUT TC Montluçon Avenue Aristide Briand BP2235, MONTLUCON CEDEX Section de rattachement : 6ème Secteur : Tertiaire RÉSUMÉ. L intérêt de cet article est de proposer une approche innovante au niveau de la présentation écrite des prix des services, fondée sur le comportement des consommateurs. Une synthèse de la littérature permet d identifier les indicateurs utilisés dans les supports de communication. Le choix du champ d investigation s est porté sur les offres de cartes bancaires destinées aux jeunes âgés de ans. L étude a consisté à comparer les présentations écrites de ces offres sur les sites web de huit banques. Les résultats permettent de distinguer les établissements en trois types selon l utilisation des outils de la communication du prix. Ce modèle d analyse peut servir de base à un outil d aide à la veille sur les prix. MOTS-CLÉS : présentation du prix consommateurs comportement - offres groupées veille concurrentielle- services bancaires - carte de paiement - étudiants. 1

2 Introduction L article s intéresse à la communication du prix par les prestataires de service. L enjeu de la présentation écrite du prix est stratégique en raison de son influence sur l image et le positionnement des entreprises mais aussi tactique au niveau des techniques utilisées pour communiquer les offres promotionnelles. Pour de nombreux services (location de voiture, services bancaires, voyages, etc.), la tarification est complexe, impliquant des différences de prix pour un même service (Durrande-Moreau 2002 ; Hoffman et al., 2002). Ainsi les présentations écrites du prix peuvent être confuses, rendant l évaluation de la valeur par les consommateurs difficile (Estelami 1999). A partir des travaux sur les théories comportementales du prix, l auteur regroupe dans cet article les différentes présentations sous trois niveaux d analyse : prix de l offre, information prix-promotion et caractéristiques de l offre promotionnelle. Le domaine d application choisi est celui des services bancaires, et notamment les offres de cartes de paiement à destination des jeunes adultes (18-25 ans). Il correspond aux interrogations actuelles des praticiens de ce secteur concernant la tarification des prix dans une optique marketing (consommateur). Ce champ d investigation a été peu exploité, voire nullement ; aussi le travail proposé ne peut être qu exploratoire. Une étude des sites internet est menée pour huit banques traditionnelles, nationales et régionales. L analyse des indicateurs sur la présentation des prix semble montrer que les banques étudiées ont des stratégies de communication du prix différentes. La première partie de l article est consacrée à la littérature sur la présentation écrite des prix. La méthodologie de recherche est exposée dans la deuxième partie. En troisième partie, les résultats et quelques implications sont issus de l analyse. 1. Les critères d analyse d une présentation de prix Nous nous référons à deux articles, celui de Stafford (Stafford et al., 2005) dans le domaine des services et celui de Krishna (Krishna et al. 2002), méta-analyse sur l impact de la présentation du prix sur les gains perçus. Ces deux travaux permettent de distinguer trois groupes de critères d analyse d une présentation de prix : le prix de vente, l information promotionnelle et les caractéristiques de l offre. 1.1.Le prix de vente Nous considérons l analyse du prix de vente comme un élément important en raison de son rôle au niveau du jugement de la valeur (Monroe 1990 ; Desmet et al., 1997 ; Lambey 2000). Sa présence dans une publicité peut indiquer que l offre est attractive ou que le service proposé est de qualité supérieure. Une fois le constat effectué, il s agit d identifier à quoi et à qui correspond le prix affiché : prix d un service ou prix pour un ensemble de services ; prix spécial en fonction de l individualité du client ou d autres 2

3 critères du barème des écarts de prix (conditions tarifaires, temps, canal de distribution, etc.). Le deuxième élément sur lequel peut porter l analyse de la présentation d un prix est son format, qui comprend la terminaison des prix (ou encore le concept des «prix cassés ou impairs») et la nature multidimensionnelle du prix. La technique du prix de vente situé juste en dessous du prix rond tels que 99 euros ou 4,95 euros est étudiée dans la littérature au travers deux orientations de recherche : l'importance de la pratique et l'évaluation de son efficacité (Martin et al., 1991 ; Schlinder et al., 1997 ; Schlinder et al., 2001 ; Guéguen et al., 2004). Les conclusions montrent que les prix ronds (1 euro par exemple) constitueraient une barrière psychologique dissuasive lors de la décision d'achat. La nature multidimensionnelle du prix correspond à un prix divisé en plusieurs éléments qui oblige le consommateur à procéder à des calculs arithmétiques pour obtenir le prix de vente final. Ce terme peut prendre deux significations : - le prix de vente est composé d un prix de base qui est à multiplier par un nombre de mensualités (Estelami 1999) : c est le cas du crédit ; - le prix de vente est divisé en prix de base et «surcharges» (Morwitz et al., 1998) ou «prix périphériques» (Lambey-Checchin 2003) : c est le cas de l achat d un produit avec la possibilité d être livré ou d une assurance supplémentaire. Cette tactique est appelée généralement dans la littérature «prix partitionné» L information promotionnelle Les travaux de Krishna (Krishna et al., 2002) et de Stafford (Stafford et al., 2005) considèrent l information promotionnelle comme un élément important dans la présentation de l offre. Ils l analysent sous plusieurs aspects que nous avons regroupés en deux points : sa nature et son format. La nature de l information promotionnelle s intéresse aux techniques de réduction de prix : coupons, vente groupée avec tarif spécial, réduction de prix, cadeau gratuit, 2 pour le prix de 1 (ou 3 pour le prix de 2). En ce qui concerne le format de l information promotionnelle, le prix de l offre spéciale peut être présenté seul ou sous la forme de prix barrés et/ou d économies réalisées (en euros/dollars ou en pourcentage). Les prix barrés font référence à la littérature sur les prix de référence. Le consommateur juge les prix en comparaison avec un autre, appelé prix de référence, qui peut être un prix de référence interne (PRI), stocké dans la mémoire du consommateur (dernier prix payé, prix attendu, etc.) et/ou un prix de référence externe (PRE), prix proposés dans l'environnement d'achat, comme le prix des autres produits, le prix avant la promotion (Zollinger 2004). 3

4 1.3. Les caractéristiques de l offre Les auteurs de la méta-analyse (Krishna et al., 2002) étudient une catégorie de variables appelée «deal characteristics». Dans cette catégorie vont être regroupés des indicateurs liés à l offre groupée (taille, nombre de produits dans l offre), au nombre d informations prix et promotions, aux caractéristiques d une offre promotionnelle (durée, fréquence). Le développement des tactiques de prix et des promotions complexes (Lee et al., 2002 ; De Pechpeyrou et al., 2006) nous amènent à prendre également en compte les offres liées et autres avantages monétaires. Notre travail n est pas un travail de recherche déductive. Nous ne définissons pas dans un premier temps d hypothèses. Nous proposons un modèle d analyse de présentations de prix pouvant servir comme outil d aide à la veille. Une application est maintenant proposée pour les services financiers. 2. La méthodologie de recherche L objet de la recherche n est pas d identifier la meilleure offre du marché (comme le fait certaines sources d information, internet ou revues hebdomadaires). Fondée sur les critères de présentation du prix, la comparaison a été faite en suivant un processus de catégorisation et dans un souci d objectivité Choix du domaine d application Le domaine d application choisi est celui des cartes bancaires à destination des jeunes adultes (18-25 ans). Plusieurs raisons ont motivé ce choix. La banque de détail en France est un secteur concurrentiel dans lequel la mise en place d une veille marketing a toute son importance (Zollinger et al., 2004). Les publications autour de la tarification bancaire et l obligation d afficher ses tarifs (décret de 1984) amènent les clients des réseaux bancaires à être vigilants sur les prix. Les cartes bancaires sont devenues le moyen de paiement préféré des français : elles représentent 36 % du montant total des dépenses (Randoux 2006) et sont citées au rang numéro un par 56,40 % des personnes interrogées (Croustche et al., 2005). Les jeunes utilisateurs sont une population intéressante du point de vue des organismes financiers pour le potentiel qu ils représentent Collecte des données Dans le cadre d un travail d étude au cours de l année , 138 étudiants âgés de 18 à 22 ans à l IUT de Montluçon (Université Blaise Pascal) ont accepté de répondre à un questionnaire portant sur la banque et les jeunes. Ce travail a permis d identifier les établissements financiers dans lesquels les étudiants avaient souscris une 4

5 carte de paiement. Il s agit du Crédit Agricole (31,88 % des étudiants interrogés possédaient une carte de paiement au CACF), de la Caisse d Epargne (19,56%), de la Société Générale (15,22%), de La Banque Postale (15,22%), de la BNP-Paribas (10,15%), de la Banque Populaire (8,7%), du Crédit Mutuel (4,35%), du LCL (ex Crédit Lyonnais) (3,62%) et d autres (2,9%). La prise en compte de ces huit banques nous a semblé une base correcte pour notre analyse, au regard du taux de pénétration des dépôts à vue dans la tranche d âge ans qui correspond à notre typologie (source : Crédit Agricole). Les établissements étudiés font partie du réseau de banques traditionnelles dont quatre sont régionales (Crédit Agricole Centre France ; La Banque Populaire du Massif Central ; Caisse d Epargne d Auvergne et du Limousin ; Crédit Mutuel Massif Central) et quatre sont nationales (Société Générale ; La Banque Postale ; BNP-Paribas ; Crédit Lyonnais). Les informations ont été obtenues sur les sites internet des banques sélectionnées durant les mois d été 2007, période intervenant après les changements de sites, de tarifs et de promotions. Une analyse du contenu a été effectuée par l auteur de ce papier avec une grille d analyse découpée en fonction des indicateurs de présentation du prix. Des consignes ont été respectées concernant la recherche des tarifs sur le site internet. Le recueil des données s est fait de manière manuscrite. Le choix du média, plutôt qu une étude de brochures d information ou autres publicités écrites, s est justifié tout d abord par des raisons de temps et de commodité. Mais, cette option peut se motiver aussi par des raisons liées au comportement des banques et de leurs usagers (sondage de Mediamétrie Netratings, mai 2006). 3. Résultats et implications 3.1. Résultats Les résultats de l examen des sites internet des banques montrent que les prix ne sont pas toujours indiqués ou sont difficiles à trouver. Quatre établissements sur huit ne communiquent pas leurs tarifs dans les pages spéciales pour jeunes. Par ailleurs, les établissements bancaires communiquent sur le prix de l offre groupée, appelée convention ou compte, et moins sur celui de la carte bancaire. Ainsi, les jeunes adultes ne sont pas ou très peu exposés aux prix proposés. Cette pratique correspond aux travaux de Hoffman (Hoffman et al., 2002) dans le domaine des services. Pour eux, les consommateurs ont des difficultés pour comparer les offres en raison d un manque d information sur les prix et de la procédure longue et compliquée à mettre en œuvre. Le manque de prix, et notamment de prix de référence externes, la complexité des offres groupées présentées sur les sites des banques n incitent pas les jeunes adultes à mettre en concurrence les offres proposées par les divers établissements. Ils seraient plus aptes à utiliser leur mémoire implicite ou des heuristiques pour juger la valeur des services (Lambey-Checchin 2003). 5

6 En ce qui concerne le format du prix indiqué, la pratique des prix cassés est utilisée par l ensemble des banques (sauf LCL) mais la terminaison est en 5 ou en 0, ce qui est peu commun pour les services (Stafford et al., 2005). Chaque banque présente un prix mutlidimensionnel sous forme de tarification mensuelle ou trimestrielle (La Banque Postale), sous forme de prix partitionné (Société Générale, LCL, Crédit Mutuel) ou de prix promotionnel (BPMC, Caisse d Epargne). De plus, le format du tarif de la carte de paiement et de quelques autres services additionnels n est plus en euros par mois mais en euros par an. L analyse des offres de prix des banques permet de constater que si le prix de vente est peu souvent indiqué, la promotion est plus largement communiquée (six sur huit). L information promotionnelle peut prendre différentes formes et donc multimécanismes : - un prix spécial pour le segment des jeunes de ans, concernant à la fois la carte bancaire et la vente groupée (BPMC, Caisse d Epargne). Le prix de référence externe et la présentation de l économie en euros sont peu employés comme techniques de présentation du prix spécial (Société Générale) ; - une réduction supplémentaire pour la première souscription (LCL, BPMC) ; - des réductions ou avantages liés à l utilisation de la carte bancaire (Crédit Agricole), à la souscription de l offre groupée (Crédit Agricole, Société Générale, LCL, La Banque Postale). Les types et les formats sont variés : réductions mentionnées en %, en euros, points de fidélité, gains de centimes, coupons de réductions. Les banques proposent et communiquent sur les avantages monétaires autres que le prix spécial de l offre groupée. Pour les établissements BPMC et BNP-Paribas, les promotions ne sont proposées qu à certains étudiants. Enfin, les banques élargissent le segment «jeunes» aux ans (effet de la conduite accompagnée, d un début d émancipation) et aux ou 29 ans permettant ainsi d accompagner les étudiants engagés dans une voie longue et les jeunes Implications Il semble se dégager de l analyse ci-dessus trois types de communication : - communication dite «complète» non ciblée (LCL, Société Générale et La Banque Postale), caractérisée par des informations sur le prix spécial et sur les promotions (pouvant être de nature et de formes différentes) ; - communication promotionnelle non ciblée (Crédit Mutuel, CACF, Caisse d Epargne) qui consiste à communiquer sur la promotion sous forme de prix réduit de l offre groupée (Caisse d Epargne) ou d autres avantages monétaires liés à la souscription de l offre groupée (Crédit Mutuel, CACF) ; - communication promotionnelle ciblée (BPMC, BNP), c est-à-dire destinée à certains jeunes selon des caractéristiques de segmentation liées à leur statut 6

7 étudiant (étudiants IUFM, étudiants à l étranger) ou à leur choix mutualiste (LMDE ou Smerra). Cette typologie est intéressante dans la mesure où elle semble montrer quelques oppositions dans leurs stratégies : la première entre banques nationales et banques régionales, une deuxième concernant les banques affinant la segmentation jeunes de celles qui ne le font pas et une troisième entre banques selon leur politique tarifaire (pénétration, orientée valeur ou écrémage). Conclusion L analyse des techniques de présentation du prix dans les publicités permet de proposer un modèle d aide à la veille concurrentielle. Ce papier illustre la complexité de l évaluation du prix et de la valeur par la comparaison des offres de cartes bancaires à destination des jeunes de 18 à 25 ans. L étude est exploratoire et comporte quelques limites liées à la méthodologie : l analyse du contenu n a porté que sur certains éléments de la présentation de l offre et à partir des sites internet uniquement (et non les brochures commerciales). Enfin, l étude ne tient pas compte de l ergonomie du site des banques. Des pistes de recherche découlent de cette communication. Un premier travail serait de vérifier auprès des responsables marketing des huit banques sélectionnées leurs stratégies de communication et de prix. Une analyse de contenu portant sur les signaux relatifs au prix peut être intéressante à effectuer pour mieux appréhender la stratégie de communication des prix des banques. Une étude exploratoire auprès des étudiants est envisagée pour tester différentes présentations du prix et proposer ainsi aux établissements des suggestions précises. Enfin, ce travail peut être étendu à d autres services pour lesquels le prix est complexe comme les transports. Bibliographie Croutsche J.J., Roux M., «La fixation du prix des produits et services bancaires», Banque Stratégie, n 229, septembre, p Desmet P., Zollinger M, Le prix : de l analyse conceptuelle aux méthodes de fixation, Gestion, Ed. Economica, Paris, Durrande-Moreau A., «Services et tactiques de prix : quelles spécificités?», Décisions Marketing, vol. 25, janvier-février 2002, p Estelami H., Presentation and Media Effects in Service Price Advertising, Journal of Professional Services Marketing, Vol 18, No 2, 1999, p Guéguen N, Legoréhel P., Numerical Encoding and Odd-ending Prices: The Effect of a Contrast in Discount perception, European Journal of Marketing, vol. 38, 2004, p

8 Hoffman, K., Turleyand L., Kelley S., Pricing Retail Services, Journal of Business Research, vol. 55, n 12, 2002, p Krishna A., Briesch R., Lehmann D. R., Yuan H., A meta-analysis of the impact of price presentation on perceived savings, Journal of Retailing, Vol.78, n 2, Summer 2002, p Lambey C., «Le prix dans son rôle négatif», Actes du Congrès International Tendances du Marketing en Europe, Venise, novembre Lambey-Checchin C., «Le sacrifice perçu : le cas d acheteurs de voitures neuves», Actes du Congrès International Tendances du Marketing en Europe, Paris, janvier Lambey-Checchin C., «The Perceived Monetary Price of a Complex Offer», Proceedings of the Fordham University Behavioral Pricing Conference, 2003, New-York, p Martin E., Védrine J.P., «Le odd-pricing : une étude sur la pratique en France», Revue Française du Marketing, vol. 135, Mai 1991, p Monroe K.B., Pricing : Making Profitable Decisions, McGraw-Hill Book Company, Second Edition, Morwitz Vicki G., Greenleaf Eric A., Johnson Eric J., Divide and Prosper: Consumers Reactions to Partitioned Prices, Journal of Marketing Research, vol. XXXV, November 1998, p Randoux Y., «Les comportements des consommateurs à la loupe», Revue Banque, n 677, février 2006, p Schindler R., Kibarian T., Increased Consumer Sales Response Though Use of 99-ending Prices, Journal of Retailing, vol. 72, 1996, p Schindler R., Kirby P., Patterns of Rightmost Digits Used in Advertised Prices: Implications for Nine-ending Effects, Journal of Consumer Research, vol. 24, 1997, p Stafford M.R., Kilburn A.J., Allen C.A, The Use of Pricing Information in Service Advertisements: A Comparison of Retail versus Professional Services, Services Marketing Quaterly, vol. 27, n 1, 2005, p Zeithaml V.A., «Consumer Perceptions of Price, Quality and Value : A Means-end Model and Synthesis Analysis», Journal of Marketing, vol. 52, july 1988, p Zollinger M., «Le jugement comparatif des prix par le consommateur», Recherche et Applications en Marketing, vol. 19, n 2, 2004, p Zollinger M., Lamarque E., Marketing et stratégie de la banque, Dunod, 4 ème édition, Paris,

Les offres de cartes bancaires des jeunes de 18-25 ans en France : Problématiques autour d une présentation de prix

Les offres de cartes bancaires des jeunes de 18-25 ans en France : Problématiques autour d une présentation de prix Les offres de cartes bancaires des jeunes de 18-25 ans en France : Problématiques autour d une présentation de prix Christine LAMBEY-CHECCHIN Assistant Professor in Marketing Université Blaise Pascal Centre

Plus en détail

STRATEGIES MARKETING. Licence 3 2010-2011. S7 : politique de prix

STRATEGIES MARKETING. Licence 3 2010-2011. S7 : politique de prix STRATEGIES MARKETING Licence 3 2010-2011 S7 : politique de prix Professeur : Alain Debenedetti Alain.debenedetti@univ-mlv.fr Qu est-ce qu un prix? Introduction somme d argent coûts non monétaires Introduction

Plus en détail

Christine LAMBEY-CHECCHIN Maître de Conférences IUT Montluçon, Université de Clermont-Ferrand

Christine LAMBEY-CHECCHIN Maître de Conférences IUT Montluçon, Université de Clermont-Ferrand Christine LAMBEY-CHECCHIN Maître de Conférences IUT Montluçon, Université de Clermont-Ferrand The perceived sacrifice : the case of new car s buyers Le sacrifice perçu : le cas d acheteurs de voiture neuve

Plus en détail

L attractivité perçue et la propension des clients à répondre aux offres promotionnelles : une application en vente à distance

L attractivité perçue et la propension des clients à répondre aux offres promotionnelles : une application en vente à distance L attractivité perçue et la propension des clients à répondre aux offres promotionnelles : une application en vente à distance Laurent Carpentier Docteur en Sciences de Gestion et Professeur associé à

Plus en détail

LE PRIX DE PRODUIT DU POINT DE VUE DU CONSOMMATEUR ANALYSE MARKETING

LE PRIX DE PRODUIT DU POINT DE VUE DU CONSOMMATEUR ANALYSE MARKETING LE PRIX DE PRODUIT DU POINT DE VUE DU CONSOMMATEUR ANALYSE MARKETING Abdelkader BOUROUMANA Université SAAD DAHLEB de Blida brmnaekd@yahoo.fr Résumé L importance accordée au prix du produit, soit par les

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

Coûts de transfert de compte bancaire

Coûts de transfert de compte bancaire LA MOBILITE BANCAIRE La concurrence ne peut fonctionner que si la mobilité du client est assurée. Avec 2 %, le marché français semble présenter un des taux les plus faibles d attrition au niveau des marchés

Plus en détail

SOMMAIRE. Présentation 3. Marketing de l offre 15 Marketing de la demande 16 Marketing de l échange 16

SOMMAIRE. Présentation 3. Marketing de l offre 15 Marketing de la demande 16 Marketing de l échange 16 Présentation 3 Chapitre 1 Le concept de marketing 15 1 Définitions 15 Marketing de l offre 15 Marketing de la demande 16 Marketing de l échange 16 2 Principaux outils du marketing 16 3 Les critiques envers

Plus en détail

Les internautes face aux services financiers

Les internautes face aux services financiers Les internautes face aux services financiers Banque, Finance, Assurance & Crédit en ligne 4 4ème baromètre des comportements multicanaux des internautes pour la gestion, la recherche d information et la

Plus en détail

Marketing. Printemps 2014

Marketing. Printemps 2014 Marketing Printemps 2014 «Le marketing est à la fois l activité, l ensemble des institutions et des processus visant à créer, communiquer, délivrer et échanger les offres qui ont de la valeur pour les

Plus en détail

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23 Introduction......................................................................... 1 1. Définition........................................................................ 2 1.1 Le CRM comme processus

Plus en détail

Les caractéristiques du secteur bancaire français

Les caractéristiques du secteur bancaire français Les caractéristiques du secteur bancaire français Fiche 1 Objectifs Découvrir le poids du secteur bancaire en France et ses intervenants Prérequis Aucun Mots-clefs Produit intérieur brut (PIB), organismes

Plus en détail

Révisions : définir et expliquer

Révisions : définir et expliquer Révisions : définir et expliquer 1. Fondements du marketing et études de marché 1) Notions de valeurs perçues par le client? Rapport qualité prix. 2) Quels sont les leviers d actions qui crée de la valeur?

Plus en détail

Conférence de presse 28 janvier 2008. 2008 Encore plus d innovations et de services. dans la stratégie et l offre de. monabanq.

Conférence de presse 28 janvier 2008. 2008 Encore plus d innovations et de services. dans la stratégie et l offre de. monabanq. Conférence de presse 28 janvier 2008 1 Conférence de presse 28 janvier 2008 2008 Encore plus d innovations et de services dans la stratégie et l offre de monabanq. 2 Introduction Thierry Vittu Président

Plus en détail

Synthèse de l étude. Les acheteurs à distance et en ligne en 2010

Synthèse de l étude. Les acheteurs à distance et en ligne en 2010 Synthèse de l étude Les acheteurs à distance et en ligne en 2010 Etude réalisée pour la FEVAD, La Poste, Move, Reed exposition A l occasion de la quatorzième édition du salon VAD e-commerce, le rendezvous

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993 Dans un contexte marqué par un repli général des taux d intérêt (d une fin d année à l autre, les taux directeurs ont baissé de près de 300 points

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1996

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1996 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1996 Les taux d intérêt des crédits au logement se sont détendus tout au long de l année 1996, ce mouvement étant particulièrement sensible au premier

Plus en détail

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

Des envies d emménager plein la tête?

Des envies d emménager plein la tête? Solutions Acquisition MGEN Solutions Acquisition MGEN Pour en savoir plus contactez-nous au 36 76 Coût d un appel local depuis un poste fixe, hors coût opérateur, seulement pour la métropole. Consultez

Plus en détail

Christophe BEZES. Formation. Parcours professionnel. Docteur en Sciences de Gestion Professeur-chercheur en marketing Consultant en marketing

Christophe BEZES. Formation. Parcours professionnel. Docteur en Sciences de Gestion Professeur-chercheur en marketing Consultant en marketing Christophe BEZES Docteur en Sciences de Gestion Professeur-chercheur en marketing Consultant en marketing 06.70.94.95.74; cbezes@clickmbrick.net Formation Doctorat en Sciences de Gestion de l Université

Plus en détail

Caisse d Epargne Rhône Alpes Licence Econométrie Lyon 2

Caisse d Epargne Rhône Alpes Licence Econométrie Lyon 2 Caisse d Epargne Rhône Alpes Licence Econométrie Lyon 2 22 Novembre 2013 - Valérie Rousvoal Direction Etudes Commerciales Sommaire de la rencontre Présentation de la Caisse d épargne Rhône Alpes Présentation

Plus en détail

Les Français et le coût de la banque

Les Français et le coût de la banque Les Français et le coût de la banque Septembre 2013 Contact Presse : Héloïse Guillet / 01 75 43 33 82 / heloise@boomerang-rp.com Sommaire Présentation de Panorabanques.com Contacts Méthodologie Recueil

Plus en détail

L'impact économique total (Total Economic Impact ) de PayPal France

L'impact économique total (Total Economic Impact ) de PayPal France L'impact économique total (Total Economic Impact ) de PayPal France Sebastian Selhorst Consultant TEI Forrester Consulting 29 Mars 2011 1 2011 Forrester Research, Inc. Reproduction 2009 Prohibited Forrester

Plus en détail

Les Français et le découvert bancaire

Les Français et le découvert bancaire Les Français et le découvert bancaire Octobre 2014 Contacts Presse : Héloïse Guillet / 01 75 43 33 82 / heloise@lanouvelle-agence.com Sommaire Méthodologie de l étude Sondage complémentaire de l étude

Plus en détail

Enquête sur les taux des crédits au logement Année 1998

Enquête sur les taux des crédits au logement Année 1998 Enquête sur les taux des crédits au logement Année 1998 La baisse des taux des crédits au logement distribués par les établissements de crédit s est poursuivie tout au long de l année 1998, après le tassement

Plus en détail

Pratiques actuelles de gestion en restauration commerciale. 08 juin 2006

Pratiques actuelles de gestion en restauration commerciale. 08 juin 2006 Pratiques actuelles de gestion en restauration commerciale 08 juin 2006 Méthodologie Deux axes méthodologiques complémentaires ont été mis en œuvre dans l étude : 1 Une investigation qualitative exploratoire

Plus en détail

Présentation 5. Chapitre 1 La démarche marketing 19 1 Définitions 19

Présentation 5. Chapitre 1 La démarche marketing 19 1 Définitions 19 S ommaire Présentation 5 Chapitre 1 La démarche marketing 19 1 Définitions 19 A. Le marketing de l offre 19 B. Le marketing de la demande 20 C. Le marketing de l échange 21 2 Une histoire du marketing

Plus en détail

Sommaire. Introduction à la 11 e édition... Chapitre 1 Le rôle du marketing est de créer de la valeur... 1. Première partie Étudier les marchés...

Sommaire. Introduction à la 11 e édition... Chapitre 1 Le rôle du marketing est de créer de la valeur... 1. Première partie Étudier les marchés... Sommaire Introduction à la 11 e édition... X Chapitre 1 Le rôle du marketing est de créer de la valeur... 1 Section 1 Qu est-ce que le marketing?... 2 Section 2 Comment le marketing crée de la valeur...

Plus en détail

MARKETING MIX. Politique Produit. Les composantes d un produit POLITIQUE PRODUIT

MARKETING MIX. Politique Produit. Les composantes d un produit POLITIQUE PRODUIT MARKETING MIX POLITIQUE PRODUIT Sandrine Monfort Politique Produit! Les composantes d un produit! Les classifications produit! Lancement produit! Politique de gamme! Politique de marque Les composantes

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1995

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1995 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1995 Les taux d intérêt des crédits au logement se sont légèrement détendus au cours de l année 1995. Dans un contexte de vive concurrence entre établissements

Plus en détail

L évolution des frais bancaires 2015-2016

L évolution des frais bancaires 2015-2016 L évolution des frais bancaires 2015-2016 Janvier 2016 Contact Presse : Héloïse Guillet / 07 62 58 36 06/ heloise@lanouvelle-agence.com Sommaire Méthodologie de l étude Présentation de Panorabanques.com

Plus en détail

Les mesures pairées : exploration d un outil de collecte de données clients prometteur 1

Les mesures pairées : exploration d un outil de collecte de données clients prometteur 1 Les mesures pairées : exploration d un outil de collecte de données clients prometteur 1 Relation client & Innovations méthodologiques Line Ricard Hélène Sicotte Marc- Antoine Vachon Hélène Vidot Delerue

Plus en détail

Avis et communications

Avis et communications Avis et communications AVIS DIVERS MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Avis d appel public à la concurrence en application du décret n o 2014-1144 du 8 octobre 2014 relatif

Plus en détail

Bientôt plus d'1 Français sur 10 client d'une banque en ligne.

Bientôt plus d'1 Français sur 10 client d'une banque en ligne. www.audirep.fr Bientôt plus d'1 Français sur 10 client d'une banque en ligne. Restitution des résultats d une étude menée par internet sur un échantillon de 1 001 personnes représentatives de la population

Plus en détail

Partenariat FNSIP & BNP Paribas. BDDF RETAIL Marketing Marché des Jeunes Mars 2007

Partenariat FNSIP & BNP Paribas. BDDF RETAIL Marketing Marché des Jeunes Mars 2007 Partenariat FNSIP & BNP Paribas BDDF RETAIL Marketing Marché des Jeunes Mars 2007 Sommaire Les principes du partenariat Présentation générale g de l offrel Volet Privé Gestion des comptes L offre Jeun

Plus en détail

PRENOM : HALA. Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice

PRENOM : HALA. Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice Nice, le 16 juin 2014 NOM : JA BARY E-MAIL PRENOM : HALA HALAJABARY@YAHOO.COM Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice Page 1 :

Plus en détail

Relations banques et clients Fidélité, vous avez dit fidélité?

Relations banques et clients Fidélité, vous avez dit fidélité? Relations banques et clients Fidélité, vous avez dit fidélité? 4 e édition Avril 2014 Sommaire Baromètre Confiance 2014 : statu quo Fidélité clients : mythe ou réalité? 2 Relations banques et clients édition

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

EXPÉRIENCE CLIENT. Saison 1 # Baromètre du secteur bancaire

EXPÉRIENCE CLIENT. Saison 1 # Baromètre du secteur bancaire EXPÉRIENCE CLIENT Saison 1 # Baromètre du secteur bancaire Etude réalisée par INIT Marketing pour Akio Software en avril 2014 sur un échantillon représentatif de la population française de 1002 panélistes

Plus en détail

Les critères de segmentation Critères Variables retenues Description Exemple Pays, région, ville, Chauffage,

Les critères de segmentation Critères Variables retenues Description Exemple Pays, région, ville, Chauffage, SYNTHÈSE DU CHAPITRE 11 : LA SEGMENTATION DE LA DEMANDE. La segmentation. La segmentation de la demande consiste à définir des groupes de clients (des segments de clientèle) ayant des comportements homogènes

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Conseiller-Gestionnaire de clientèle de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

BANQUES SUR INTERNET 2012 LE DIGITAL AU CŒUR DES NOUVELLES STRATÉGIES CLIENT

BANQUES SUR INTERNET 2012 LE DIGITAL AU CŒUR DES NOUVELLES STRATÉGIES CLIENT CONFÉRENCE LE 13 MARS À PARIS BANQUES SUR INTERNET 2012 LE DIGITAL AU CŒUR DES NOUVELLES STRATÉGIES CLIENT 4 formations associées ( - Paris) Avec le concours de Partenaires médias Applications et sites

Plus en détail

Chapitre trois : Etude Empirique CHAPITRE TROIS ETUDE EMPIRIQUE Section I : Méthodologie de l étude 100 Section II : Analyse des résultats de recherche.. 106 99 Chapitre trois : Etude Empirique 100 Après

Plus en détail

PROFESSIONNELS. Gérez. votre activité en toute sérénité

PROFESSIONNELS. Gérez. votre activité en toute sérénité PROFESSIONNELS Gérez votre activité en toute sérénité Sommaire pages 4/5/6 Gérez votre activité en toute sérénité Nos Conventions à votre service Profitez de la rémunération de votre compte courant, dès

Plus en détail

Sujet de bourse de thèse en Sciences de Gestion

Sujet de bourse de thèse en Sciences de Gestion Sujet de bourse de thèse en Sciences de Gestion Parcours de santé de la personne âgée en Auvergne : adéquation et complémentarité de l offre de soins Laboratoire d accueil : Centre de Recherche Clermontois

Plus en détail

I. GESTION DE VOTRE COMPTE DEPOT

I. GESTION DE VOTRE COMPTE DEPOT LE COMPTE DEPOT I. GESTION DE VOTRE COMPTE DEPOT HSBC Ouverture de compte 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Clôture de compte 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Frais de tenue et de fonctionnement de compte 0.50 si >à 15 maxi 30 trimestre

Plus en détail

CAHIER DE RECHERCHE n 2012-011

CAHIER DE RECHERCHE n 2012-011 CAHIER DE RECHERCHE n 2012-011 Qu est-ce qu un prix élevé et un prix bas chez les jeunes? Christine LAMBEY-CHECCHIN Centre de Recherche Clermontois en Gestion et Management EA 38 49 crcgm@u-clermont1.fr

Plus en détail

PRÉSENTATION. L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation. Sophie Vincent, 22 janvier 2015

PRÉSENTATION. L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation. Sophie Vincent, 22 janvier 2015 PRÉSENTATION L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation Sophie Vincent, Spécialiste en recherche consommateurs et évaluation sensorielle 22 janvier 2015 CINTECH

Plus en détail

Les Français et le découvert bancaire

Les Français et le découvert bancaire Les Français et le découvert bancaire Octobre 2014 Contacts Presse : Héloïse Guillet / 01 75 43 33 82 / heloise@lanouvelle-agence.com Sommaire Synthèse de Présentation de Panorabanques.com Contacts Méthodologie

Plus en détail

ILE DE FRANCE brochures tarifaires en vigueur au 1er février 2013

ILE DE FRANCE brochures tarifaires en vigueur au 1er février 2013 ILE DE FRANCE A l aide des brochures tarifaires en vigueur au 1 er février 2013, nous avons relevé, pour nos trois profils types les tarifs des produits à la carte et ceux du package le plus avantageux

Plus en détail

UFC-Que Choisir de Bretagne

UFC-Que Choisir de Bretagne Tarifs et mobilité bancaire UFC-Que Choisir de Bretagne Une double actualité sur la banque 1 - Frais : Rapport de la Commission Européenne sur les frais bancaires : fin septembre 2009 Rapport Pauget/Constans

Plus en détail

FORMATION 2015 : Qualification aux fonctions de maître de conférences en Sciences de gestion.

FORMATION 2015 : Qualification aux fonctions de maître de conférences en Sciences de gestion. Julien Grobert IAE de Toulouse 2 rue du Doyen Gabriel Marty 31042 Toulouse, cedex 9 Julien.grobert@iae-toulouse.fr Poste actuel Enseignant-Associé IAE de Toulouse CHAMPS DE RECHERCHES - Marketing sensoriel

Plus en détail

L image-prix de la gamme de produits: jugement du prix moyen et mémorisation des prix

L image-prix de la gamme de produits: jugement du prix moyen et mémorisation des prix L image-prix de la gamme de produits: jugement du prix moyen et mémorisation des prix www.culture-materielle.com 11 Congrès de L AFM, Reims, 1995, 945-963 Richard LADWEIN Maître de Conférences EREM, IAE

Plus en détail

Petites assurances, grosses dépenses! UFC-Que Choisir de la Côte-d Or, Mai 2013

Petites assurances, grosses dépenses! UFC-Que Choisir de la Côte-d Or, Mai 2013 Petites assurances, grosses dépenses! UFC-Que Choisir de la Côte-d Or, Mai 2013 Les assurances accessoires, un sujet d actualité Projet de loi consommation contenant un volet assurance Notamment des propositions

Plus en détail

Numéro de dossier : 001. Caisse d Epargne Côte d Azur

Numéro de dossier : 001. Caisse d Epargne Côte d Azur Numéro de dossier : 001 Caisse d Epargne Côte d Azur SOMMAIRE Introduction Analyse de la situation Plan d action Réalisation du dossier de recommandations dans le but de devenir la banque référence pour

Plus en détail

DCF, EVA, opportunités d investissement : une clarification

DCF, EVA, opportunités d investissement : une clarification DCF, EVA, opportunités d investissement : une clarification F. Meunier 19 janvier 2015 On précise dans cet article les notions de valorisation d une entreprise par la méthode des flux de trésorerie actualisés

Plus en détail

Master Marketing et Pratiques Commerciales Formation continue

Master Marketing et Pratiques Commerciales Formation continue Master Marketing et Pratiques Commerciales Formation continue 2014/2015 UE1 MARKETING OPÉRATIONNEL/CONCEPTS ET MÉTHODES Ouidade Sabri Familiariser les étudiants aux principaux concepts marketing; Comprendre

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE

GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE MICHEL BADOC EN COLLABORATION AVEC ISABELLE SELEZNEFF GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3215-6 SOMMAIRE Remerciements... 11 Table des

Plus en détail

Etudes de Marché à l Internationale

Etudes de Marché à l Internationale Etudes de Marché à l Internationale Hofstede / Mesurer la culture via 5 indices : - Individualisme vs. Collectivisme - Masculinité vs. Féminité - Incertainty avoidance - Power distance - Court terme vs.

Plus en détail

PLAN. La stratégie prix. La stratégie produit. --> Introduction

PLAN. La stratégie prix. La stratégie produit. --> Introduction COURS N 3 : LA STRATEGIE PRIX/PRODUIT DE L ENTREPRISE COURS DE MARKETING / Cours n 3 : La stratégie Prix/Produit de l entreprise --> MSG / IAE --> Novembre 2005 1 La stratégie prix --> Introduction PLAN

Plus en détail

Cours du Marketing approfondi

Cours du Marketing approfondi Cours du Marketing approfondi Le marketing direct Le marketing direct est un marketing interactif qui utilise un ou plusieurs médias en vue d obtenir une réponse et / ou une transaction. «Le marketing

Plus en détail

1 ère partie Les documents de synthèse à analyser

1 ère partie Les documents de synthèse à analyser Principes comptables 1 1 ère partie Les documents de synthèse à analyser Introduction L information comptable a pour objectif de traduire la réalité économique de l entreprise dans les états financiers.

Plus en détail

PRÉVENIR LES RISQUES DE DÉFAUT ET OPTIMISER VOTRE FILIERE RECOUVREMENT

PRÉVENIR LES RISQUES DE DÉFAUT ET OPTIMISER VOTRE FILIERE RECOUVREMENT PRÉVENIR LES RISQUES DE DÉFAUT ET OPTIMISER VOTRE FILIERE RECOUVREMENT DANS UN ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE MARQUÉ PAR UNE FORTE MONTÉE DES RISQUES, LA CAPACITÉ À ANTICIPER ET À «METTRE SOUS TENSION» L ENSEMBLE

Plus en détail

Les Français et l or

Les Français et l or Les Français et l or Vague 4 Sondage Ifop pour AuCoffre.com Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Alexandre Bourgine Département Opinion et Stratégies d'entreprise 01 45 84 14 44 prenom.nom@ifop.com 2 décembre

Plus en détail

LE MARKETING : INTRODUCTION. Dominique Roux, IUT de Sceaux Membre du PESOR

LE MARKETING : INTRODUCTION. Dominique Roux, IUT de Sceaux Membre du PESOR LE MARKETING : INTRODUCTION Dominique Roux, IUT de Sceaux Membre du PESOR INTRODUCTION AU MARKETING Définitions Champs d application Démarche et mise en oeuvre Evolution et extensions du champ Définitions

Plus en détail

L enseignement d exploration «Les principes fondamentaux de l économie et de la gestion»

L enseignement d exploration «Les principes fondamentaux de l économie et de la gestion» L enseignement d exploration «Les principes fondamentaux de l économie et de la gestion» Fiche n 2 : Comment organiser la progression? 1. Organisation de la progression 2. Choix des thèmes non obligatoires

Plus en détail

COMMENT CONDUIRE UN PROJET DE SITE WEB?

COMMENT CONDUIRE UN PROJET DE SITE WEB? COMMENT CONDUIRE UN PROJET DE SITE WEB? Typologie des sites web Les sites «vitrines» Les sites de «marque» Les sites «catalogues» Les sites marchands Site web et stratégie commerciale Etapes clés de la

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE DES CLIENTS

LA RECONNAISSANCE DES CLIENTS LA RECONNAISSANCE DES CLIENTS DANS LE MILIEU BANCAIRE ETAT DES LIEUX ET RECOMMANDATIONS Page 1/7 Stanwell Consulting SAS 2015, ne pas diffuser sans autorisation écrite Contexte de l étude Les comportements

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 7 bis du 15 septembre 2006 C2006-66 / Lettre du ministre de l économie, des finances et de l industrie du 13 juillet

Plus en détail

Achat immobilier : profil type des acquéreurs en 2012

Achat immobilier : profil type des acquéreurs en 2012 Achat immobilier : profil type des acquéreurs en 2012 1- Profil des acquéreurs, tous dossiers Immoprêt confondus A quel âge achète-t-on, quel est le budget et l apport moyen, seul ou en couple? 2- Profil

Plus en détail

L image des Assureurs auprès des Français

L image des Assureurs auprès des Français Contacts : Alain RENAUDIN / Frédéric ALBERT 2006-6 édition L image des Assureurs auprès des Français Introduction 1 Les objectifs et la méthodologie Cette 6ème édition du baromètre vise à apporter aux

Plus en détail

Moi et mon entreprise 6 h

Moi et mon entreprise 6 h Gérer efficacement son entreprise et coaching Formation : 51 h Coaching : 6 h / pers. Clientèle visée : 2 à 5 ans d existence Coûts : 250$ / pers. + taxes ATELIER 1 Suzanne Lacombe 2015/09/15 Mon bottin

Plus en détail

LA QUALITÉ DU SERVICE LES MODÈLES CONCEPTUELS

LA QUALITÉ DU SERVICE LES MODÈLES CONCEPTUELS LA QUALITÉ DU SERVICE LES MODÈLES CONCEPTUELS Paraschivescu Andrei Octavian Universitatea George Bacovia, Facultatea de Management i administra ie public. 6 Margaretelor street, Bacau, Romania, 0745306475,

Plus en détail

L olivier Assurances Licence 3 Econométrie Lyon II

L olivier Assurances Licence 3 Econométrie Lyon II 15 novembre 2013 L olivier Assurances Licence 3 Econométrie Lyon II Pascal Gonzalvez 1 L olivier Assurances et le Groupe Admiral Segmentation et tarification en assurance auto Autres applications de la

Plus en détail

BANQUE & DIGITAL : Comportement des consommateurs, enjeux et opportunités

BANQUE & DIGITAL : Comportement des consommateurs, enjeux et opportunités ACTIVIS - 1 BANQUE & DIGITAL : Comportement des consommateurs, enjeux et opportunités SOMMAIRE PARTIE 1 : UNE NOUVELLE RELATION À L ARGENT ET À SA BANQUE PARTIE 2 : ENJEUX ET LEVIERS DIGITAUX ET CROSS

Plus en détail

La stratégie de diversification : tentative de clarification

La stratégie de diversification : tentative de clarification La stratégie de diversification : tentative de clarification Par Djamel Fellag (Lycée Robert Schuman Metz) La question des stratégies corporate concernant le développement des entreprises est une question

Plus en détail

LA LETTRE HEBDOMADAIRE D ANTEIS

LA LETTRE HEBDOMADAIRE D ANTEIS 9 LA LETTRE HEBDOMADAIRE D ANTEIS page 4 : un outil de gestion de trésorerie, Octavie 2. La fin de semaine a été marquée par la dégradation de la situation politique en Egypte qui d une part menace la

Plus en détail

Mercator 8 e édition, 2006, Cinquième partie - Chapitre 19 : Je me teste sur Le marketing des services

Mercator 8 e édition, 2006, Cinquième partie - Chapitre 19 : Je me teste sur Le marketing des services Mercator 8 e édition, 2006, Cinquième partie - Chapitre 19 : Je me teste sur Le marketing des services Ce chapitre comporte un quiz de 35 questions de difficulté variable, disponible sur le CD-ROM des

Plus en détail

LA POLITIQUE DE PRIX

LA POLITIQUE DE PRIX LA POLITIQUE DE PRIX Politique complémentaire à la politique produit, puisqu'elle va situer le produit : - dans une gamme produit bas ou haut de gamme - sur un marché par rapport à la concurrence positionnement

Plus en détail

Perceptions et évaluations du lot virtuel par le consommateur. PARGUEL, SABRI-ZAARAOUI, DESMET, et DE PECHPEYROU Cahier n 361 Septembre 2006

Perceptions et évaluations du lot virtuel par le consommateur. PARGUEL, SABRI-ZAARAOUI, DESMET, et DE PECHPEYROU Cahier n 361 Septembre 2006 Perceptions et évaluations du lot virtuel par le consommateur PARGUEL, SABRI-ZAARAOUI, DESMET, et DE PECHPEYROU Cahier n 361 Septembre 2006 Béatrice Parguel Allocataire-Monitrice Paris-Dauphine beatrice.parguel@dauphine.fr

Plus en détail

Chap 12 : Le prix. I. La fixation du prix dans les unités commerciales. A. Les étapes. 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne

Chap 12 : Le prix. I. La fixation du prix dans les unités commerciales. A. Les étapes. 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne Chap 12 : Le prix I. La fixation du prix dans les unités commerciales A. Les étapes 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne En fonction de la cible à atteindre et du positionnement de l enseigne,

Plus en détail

13 Modification de l article L.122-11 du Code de la consommation sur les pratiques commerciales agressives.

13 Modification de l article L.122-11 du Code de la consommation sur les pratiques commerciales agressives. 5. LA PUBLICITÉ Les analyses réalisées ci-après s appuient sur l examen des supports transmis par les prêteurs, sur des recherches sur les sites Internet de ces établissements, sur l observation sur des

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 6 du 21 juin 2006 C2005-107 / Lettre du ministre de l économie, des finances et de l industrie du 15 décembre 2005

Plus en détail

EUROSTEP HORIZON N 3. du 09 octobre 2015 au 28 janvier 2016 avant 12h30 dans le compte-titres ordinaire ou le PEA

EUROSTEP HORIZON N 3. du 09 octobre 2015 au 28 janvier 2016 avant 12h30 dans le compte-titres ordinaire ou le PEA EUROSTEP HORIZON N 3 Fonds à formule de droit français, à capital non garanti. Placement présentant un risque de perte en capital et constituant une alternative risquée à un placement de type actions.

Plus en détail

Antitrust: décision adressé au Groupement des Cartes Bancaires «CB» - les questions les plus fréquemment posées (voir aussi IP/07/1522)

Antitrust: décision adressé au Groupement des Cartes Bancaires «CB» - les questions les plus fréquemment posées (voir aussi IP/07/1522) MEMO/07/413 Bruxelles, le 17 octobre 2007 Antitrust: décision adressé au Groupement des Cartes Bancaires «CB» - les questions les plus fréquemment posées (voir aussi IP/07/1522) La décision n est-elle

Plus en détail

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin 1 ENQUETE ENTREPRISES ET TIC 2008 : TIC ET INNOVATION : LE CAS DES PME BRETONNES Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin Ces dix dernières années, la majorité des entreprises a massivement investi

Plus en détail

Passeport logement étudiant. Jeudi 1 er septembre 2011

Passeport logement étudiant. Jeudi 1 er septembre 2011 Passeport logement étudiant Jeudi 1 er septembre 2011 PASSEPORT LOGEMENT ETUDIANT Laurent WAUQUIEZ, ministre de l Enseignement Supérieur et de la Recherche, initie le passeport logement étudiant, un nouveau

Plus en détail

Banque de détail. Dynamiser votre réseau de distribution et accroître son efficacité commerciale

Banque de détail. Dynamiser votre réseau de distribution et accroître son efficacité commerciale Banque de détail Dynamiser votre réseau de distribution et accroître son efficacité commerciale L évolution de l environnement et les enjeux dans la Banque de détail CENTRES D'APPELS Intensification du

Plus en détail

Evaluation du SCoT. Coût résidentiel : pouvoir d achat des. ménages pour se loger et se déplacer

Evaluation du SCoT. Coût résidentiel : pouvoir d achat des. ménages pour se loger et se déplacer Evaluation du SCoT Coût résidentiel : pouvoir d achat des ménages pour se loger et se déplacer Présentation aux partenaires et aux membres du groupe de travail de l action n 5 du PLH 24/11/2014 Contexte

Plus en détail

ACQUISITION, SERVICES AUX COMMERCANTS : UNE OFFRE DE PLUS EN PLUS DIVERSIFIEE DANS UN MARCHE EN PLEINE MUTATION. Mars 2011

ACQUISITION, SERVICES AUX COMMERCANTS : UNE OFFRE DE PLUS EN PLUS DIVERSIFIEE DANS UN MARCHE EN PLEINE MUTATION. Mars 2011 ETUDE ACQUISITION, SERVICES AUX COMMERCANTS : UNE OFFRE DE PLUS EN PLUS DIVERSIFIEE DANS UN MARCHE EN PLEINE MUTATION Mars 2011 Contexte & enjeux Avec l accélération des évolutions concurrentielles, technologiques

Plus en détail

Guide des solutions de paiement sécurisé

Guide des solutions de paiement sécurisé Guide des solutions de paiement sécurisé Solutions de paiement sécurisé compatibles Open System Alliance Réseaux - v10/02/2014 Alliance Réseaux 26, rue Saint Exupéry - BP 144 73303 Saint Jean de Maurienne

Plus en détail

c est tout de suite plus castoche!

c est tout de suite plus castoche! Vous voulez :. Tout savoir sur votre magasin, un conseil avant de passer commande ou suite à un achat 0 810 104 104 (du lundi au vendredi de 8 h à 20 h - coût variable selon opérateur) ou sur www.castorama.fr

Plus en détail

NOTRE STRATÉGIE DE BANQUE DE DÉTAIL SUR INTERNET. Christian Poirier

NOTRE STRATÉGIE DE BANQUE DE DÉTAIL SUR INTERNET. Christian Poirier NOTRE STRATÉGIE DE BANQUE DE DÉTAIL SUR INTERNET Christian Poirier Journée Société Générale - 20 juin 2000 Sommaire Analyse F.F.O.R. (forces, faiblesses, opportunités et risques) Positionnement / Objectifs

Plus en détail

Banques en ligne : où faut-il souscrire?

Banques en ligne : où faut-il souscrire? Banques en ligne : où faut-il souscrire? Par Léa Billon pour VotreArgent.fr, publié le 11/07/2013 Les banques en ligne séduisent d'abord par leurs services à moindre coût, voire gratuits. Leurs livrets

Plus en détail

Les Français et leur relation aux enseignes traditionnelles et aux «pure players»

Les Français et leur relation aux enseignes traditionnelles et aux «pure players» Les Français et leur relation aux enseignes traditionnelles et aux «pure players» Janvier 2013 1 1 La méthodologie 2 Note méthodologique Etude réalisée pour : Bonial Echantillon : Echantillon de 1007 personnes,

Plus en détail

c est tout de suite plus castoche!

c est tout de suite plus castoche! Je veux :. Tout savoir sur mon magasin, un conseil avant de passer commande ou suite à un achat. Être conseillé sur l utilisation de ma carte. Connaître la position de mon compte. Demander un virement

Plus en détail

Examen des exigences relatives aux cartes prépayées Document de consultation publique et sondage

Examen des exigences relatives aux cartes prépayées Document de consultation publique et sondage Examen des exigences relatives aux cartes prépayées Document de consultation publique et sondage Cette initiative fait partie du plan quinquennal du Manitoba pour une meilleure protection du consommateur.

Plus en détail

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB?

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? Lorraine Pour être efficace, un site web doit être réfléchi et en adéquation avec la stratégie de l entreprise. Cette notice présente les différentes possibilités

Plus en détail

Sarl Sodestel Edition Informatique. Pour plus Plus de performance dans vos activités d agent immobilier. Estimation. Mandats de vente au juste prix

Sarl Sodestel Edition Informatique. Pour plus Plus de performance dans vos activités d agent immobilier. Estimation. Mandats de vente au juste prix PRESENTATION L EXPERIMMO, logiciel d évaluation de la valeur vénale d un bien immobilier Sarl Sodestel Edition Informatique Pour plus Plus de performance dans vos activités d agent immobilier Estimation

Plus en détail