Récompenses des ambassadeurs de l artisanat P. 4

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Récompenses des ambassadeurs de l artisanat P. 4"

Transcription

1 LE MONDE DES RETROUVEZ DANS CE NUMÉRO TOUTE L'INFORMATION DE VOTRE CMA rtisans ÉDITION Val d Oise Récompenses des ambassadeurs de l artisanat P. 4 Bimestriel n 66 septembre-octobre INSTITUT DES MÉTIERS DE L ARTISANAT P. 8 STYLE DE VIE UN TORRÉFACTEUR VENU D AILLEURS P.16 CALENDRIER DES FORMATIONS

2

3 P ANORAMA D OSSIER SECTEUR DU BÂTIMENT : ÉVALUEZ VOTRE ENTREPRISE Valorisez l immatériel! P. 29 É DITO Robert Benardeau Président de la CMA du Val d Oise 26 artisans du département ont reçu les médailles de l artisanat. P 4 ÉVÉNEMENT 4 RÉCOMPENSES : des ambassadeurs de l artisanat ACTUALITÉS 6 LE VAL D OISE à votre service 7 LA TRANSMISSION-REPRISE : un dispositif à la loupe AIDES : le service économique vous accompagne 8 AVEC LA PASSION ET LES MAINS, nous créons l avenir LES EXONÉRATIONS du maître d apprentissage 9 JOURNÉE DE PROMOTION de l hôtellerie 12 ASSEMBLÉE GÉNÉRALE, conserver notre identité S TRATÉGIES Philippe investit dans un plus grand local pour installer un salon de dégustation. P 16 STYLE DE VIE 14 RECONVERSION PROFESSIONNELLE c est décidé, je deviens artisan. 16 UN TORRÉFACTEUR venu d ailleurs ÉCLAIRAGE 18 VÉHICULE UTILITAIRE : Choisir le partenaire idéal. Comment réduire le budget carburant? Sécurité : attention VUL nérable! 1 JOUR AVEC 24 PLOMBIER : polyvalence et improvisation. CAS D ENTREPRISE 26 MARBRERIE CARRARA : la croissance grâce à un réseau de cuisinistes. RÉUSSITE 28 ARTISAN DESIGNER, Gabor aux mains d or. BON PLAN UNE REPRISE EN INTERNE Reprendre une entreprise que l on connaît bien, c est encore le meilleur moyen de ne pas se tromper. P. 33 P RATIQUE PRATIQUE 34 PRESTATION DE SERVICE À DOMICILE : que faire quand votre client refuse de régler? 35 DÉPANNAGE À DOMICILE : les règles. 36 BON À SAVOIR : formations SHOPPING 37 PETITES ASTUCES grands bricoleurs. TEST 38 SAVEZ-VOUS FIDÉLISER vos clients? FORUM 40 COURRIER DES LECTEURS : les cotisations sociales. R EGARDS La Vitrailleraie, un jardin pour faire pousser les vitraux. P 42 PRESTIGE 42 JACQUES LOIRE, maître-verrier devenu magicien de la lumière. INITIATIVES 44 REMISE DE PRIX femmes d honneur dans le bâtiment. 45 SUR LES TRACES du Paris-Brest le Paris-Metz! OPINION 46 PIERRE MARTIN, président de l UPA, souhaite replacer l économie de proximité au cœur d un nouveau projet de société. Ce numéro comprend des pages spécifiques entre les pages 1 à 15 et 34 à 48 pour les abonnés du Val d Oise. L actualité est riche et la chambre de métiers et de l artisanat se trouve concernée par la RGPP (Réforme Générale de Politique Publique), dont l objectif est de moderniser notre économie. Le projet de loi de modernisation de l économie (LME) s appuie sur des principes : la simplification et la liberté d entreprendre. Le secteur de l artisanat a toujours eu l occasion de réclamer depuis de nombreuses années ces objectifs. Je veux surtout évoquer dans cette loi le statut de «l auto-entrepreneur» qui risque de déstabiliser le tissu économique représenté par les entreprises artisanales. Les mesures, qui permettraient à certains d effectuer nos métiers sans être artisans, sans qualification, vont nuire totalement à notre secteur et remettront en cause la sécurité du consommateur. Concernant la grande distribution, les dispositions relatives à l urbanisme commercial reposent sur un poncif visant à laisser croire que la multiplication des grandes surfaces serait de nature à réduire les prix et améliorer le pouvoir d achat. Les prix des grandes surfaces sont plus élevés en France que dans la moyenne des pays européens. Il faut préserver l équilibre entre les grands distributeurs et les activités de proximité. Évidemment, cette identité passe par des structures dédiées (chambre de métiers et organisations professionnelles), identifiées et qui fonctionnent par et pour nos artisans. Dans le Val d Oise, nous avons comme projets structurants : - l ouverture d une antenne à Villiers-le-Bel, - le développement de l apprentissage, dans les métiers du bâtiment, en se dotant de nouvelles structures modernes avec la création d un CFA à Cergy et l extension de l Institut des métiers de l artisanat de Villiers-le-Bel. Quelques chiffres significatifs du poids de l artisanat en Val d Oise : l année 2007 a vu la CMA enregistrer l immatriculation nette de entreprises (près de 20% de plus par rapport à 2006), portant le total de l artisanat du département à entreprises (c est plus de entreprises supplémentaires en un an). De plus, 57,6 % des entreprises créées en 2003 sont toujours en activité. C est supérieur à la moyenne nationale. Cela prouve une nouvelle fois que l artisanat constitue toujours une voie pour «se réaliser, tant au plan personnel que professionnel». Dans cette démarche de progrès, vous noterez que l artisanat du Val d Oise se dote d une nouvelle mouture de son journal qui s intitule aujourd hui «Le Monde des artisans» se voulant fidèle à ses valeurs, attentif aux enjeux et porteur d ambitions. Le Monde des artisans n 66 Septembre-octobre 2008 Édition du Val d Oise Éditeur délégué : Stéphane Schmitt Rédaction : ATC-ÉDIMÉTIERS, Charlotte de Saintignon, Tél , fax , Ont collaboré à ce numéro : Irène Aubert, Mélanie Blondiaux, Isabelle Breger, Barbara Colas, Sophie Marchand, Véronique Méot, Olivier Salat, Faustine Sappa, Hélène Sauvage Secrétariat de rédaction : M. Anthony, J. Clessienne, J. Neisse Publicité : ATC-ÉDIMÉTIERS, 84 bd de Sébastopol, Paris Édition nationale : Mathieu Tournier, Tél , fax , Éditions départementales sud-ouest : Thierry (Tél ) et Cédric Jonquières (Tél ), fax , Éditions départementales nord et est : François Bederstorfer, Tél , fax , Photographies : Laurent Theeten, responsable image Conception éditoriale et graphique : TEMA/presse, Tél Fabrication : Pixel image, I. Marlin, J.-M. Tappert, Tél Éditeur : ATC, 23 rue Dupont des Loges, METZ, Tél , fax Directeur de la publication : François Grandidier N commission paritaire : 0311 T Dépôt légal : septembre 2008 Impression : Socos print, route d Archettes, Épinal certifiée PEFC CTP/ Le Monde des artisans est imprimé sur papier PEFC issu de forêts gérées durablement. Le monde des artisans septembre-octobre

4 vénement Val d Oise Représentants du «tissu artisanal», et acteurs «incontournables de l économie de proximité», 26 artisans du département ont reçu, le 9 juin dernier, les médailles de l artisanat au château de Méry-sur-Oise. RÉCOMPENSES Des ambassadeurs de l artis Maçon à Taverny, plombier à Fran con ville, coif feuse à Sannois, es thé ticienne à Bezons, boucher à Pontoise, etc., les métiers de l artisanat du département étaient largement représentés le 9 juin dernier au château de Méry-sur-Oise. Lors de la cérémonie, présidée par Robert Benardeau, président de la CMA, les 26 médaillés de l artisanat 2008 ont été mis à l honneur : présentation du parcours professionnel, suivie d un bilan de l entreprise. Des artisans passionnés, entreprenants et dynamiques, tel a été le visage de l artisanat du Val d Oise le temps d une soirée. «Des femmes et des hommes qui ont su porter haut les couleurs de l artisanat, par leur engagement syndical ou professionnel, et ont acquis la reconnaissance de leurs pairs», voilà les mots de Robert Benardeau. Qu ils soient détenteurs de médailles ou de palmes, qu ils ambitionnent de conquérir des marchés étrangers ou qu ils soient en train de créer leur troisième entreprise, chacun et chacune a un parcours différent dans lequel la CMA a parfois eu un rôle déterminant. En véritables stars Les médaillés d or se sont vus attribuer une place d honneur, avec la projection de huit films les mettant en scène dans leur travail. De l installation électrique à la coiffure, la décoration ou encore la restauration, les artisans ont donc montré leur savoir-faire en images! «C étaient de bonnes illustrations du métier d artisan», commente Françoise Vicainne, 47 ans, conjointe collaboratrice d un plombier-chauffagiste. Mais ce sont tous les artisans présents qui ont été félicités, et cette décoration ne les laisse pas insensibles : «C est une fierté et une véritable reconnaissance, ce qui n est pas courant dans nos métiers», ajoute Françoise Vicainne. Une soirée qui en a comblée plus d un : un peu isolée dans sa branche, la mode, Nathalie Nattier, 44 ans, a apprécié de «pouvoir rencontrer d autres artisans passionnés et voir [qu ils partageaient] beaucoup de [ses] préoccupations.» Le sentiment de partager une identité commune était présent : «On 4 Le monde des artisans septembre-octobre 2008

5 anat se sacrifie tous pas mal pour notre métier, et nous avons des valeurs communes malgré la diversité des profils», ajoute Sylvain Joubert, 42 ans, boulanger pâtissier traiteur. Le tissu social Pour la plupart, créateurs d entreprise, ils participent au dynamisme du département et valorisent l image Photos: Adrien Giroguy Nathalie Nattier reçoit sa médaille de Bronze des mains du président de la CMA. de l artisanat, une des raisons de leur présence pour recevoir cette distinction de la chambre des métiers et de l artisanat du Val d Oise. Qu ils aient commencé leur activité il y a plus de vingt ans ou à peine une dizaine d année, ces chefs d entreprise ont créé de nombreux emplois dans leur secteur et transmettent leur savoir quotidiennement à des jeunes en apprentissage. Ainsi, ils maintiennent «du lien social : avec leurs clients, leurs salariés et tous les autres acteurs économiques», précise Robert Benardeau. Lors de son discours, ce dernier a insisté sur le manque de reconnaissance de l artisan, «un acteur incontournable de l économie de proximité» qui n est «malheureusement pas reconnu à sa juste valeur.» En effet, si certaines branches organisent des concours et des prix pour valoriser leurs meilleurs «éléments», d autres métiers sont rarement mis en avant, comme les bouchers, les plombiers ou les garagistes. «Dans la restauration, une certaine reconnaissance existe depuis quelques années, même à l international, précise Sylbain Joubert, mais c est loin d être le cas pour d autres secteurs.» Ces «ambassadeurs de l artisanat» ont apprécié que, lors de cette soirée, leur rôle actif soit reconnu : «Nous constituons le tissu commercial d une ville et participons largement à son animation. C est donc agréable de se l entendre dire», commente Sylvain Joubert. Les Médaillés de l artisanat 2008 CATÉGORIE BÂTIMENT Bronze Carmelo Scavone, maçon - plombier à Taverny Patrice et Françoise Vicainne, plombier - chauffagiste à Franconville Antonio Domingues, revêtement de sols à Méry-sur-Oise Or Gérard et Nicole Delarue, pose de carrelage, revêtement de sol à Argenteuil Séverino Modena, revêtement de sol et mur à Osny Nicolas Lebret, installations électriques à Saint-Ouen l Aumône CATÉGORIE SERVICES Bronze Nathalie Nattier, modéliste - patronnière à Bessancourt Argent Marie-Laurence Baron, coiffeuse à Montmorency Dominique et Catherine Legris, façonnage de verre à Osny Isabelle Crouzet, esthéticienne à Bezons Michèle Merlos, coiffeuse à Sannois Louis et Patricia Payo, réfection de sièges et création de rideaux à Domont Pierre Terziyan, vente et décoration Florale à Deuil-La-Barre Étienne Noel, garagiste à Herblay Or Giovanni Merlini, coiffeur à Ermont Luc Tricart, restauration et création de meubles à Cergy Gérard Mioque, décorateur d intérieur à Ermont Michel Vue, mécanicien à Le Plessis Bouchard Louis Jeusselin, coiffeur hommes à Bezons CATÉGORIE ALIMENTAIRE Bronze Christophe Boussaud, boucher à Deuil-La-Barre Sylvain Joubert, boulanger pâtissier traiteur à Taverny Lauk Helmut, restaurateur à Louvres Argent Alain Bechet, boucher à Pontoise Jean-Philippe Dubois, charcutiertraiteur à Pontoise Or Marie - Odile Menier, restauratrice à L Isle Adam Christine et Jean-Yves Guillerm, restaurateurs à L Isle-Adam Le monde des artisans septembre-octobre

6 ctualités Val d Oise Le Chiffre 60,2 % des entreprises créées cinq ans plus tôt sont toujours actives. Non seulement le taux de survie des entreprises semble augmenter d année en année, mais depuis 2002, et après quelques années de stagnation, le nombre d immatriculations a vivement augmenté. Jusqu en 2007, ce sont un peu plus de cinq entreprises qui s immatriculent chaque jour en moyenne. Il faut noter que ces immatriculations prennent de plus en plus la forme de créations, et notamment de SARL et d EURL. En 1999, les entreprises artisanales val d oisiennes étaient à 38 % des SARL et à 2 % des EURL, contre respectivement 48 % et 9 % aujourd hui. SECTEUR LE VAL D OISE À VOTRE SERVICE! Avec près de entreprises actives en juillet 2008 et immatriculations en 2007, le Val d Oise est un département artisan. Plus d un tiers des salariés de l artisanat val d oisien sont taxis, coiffeurs, esthéticiennes, fleuristes, garagistes, etc. Bref, ils trouvent leur place dans le secteur des services, qui représente donc 36 % des entreprises artisanales. Une spécificité départementale (et également régionale), puisque la moyenne française n est qu à 32 %. Le secteur du bâtiment est bien représenté à hauteur de 38 %, contre 39 % au niveau régional et 40 % au niveau national. Le secteur de la fabrication est présent, mais il demeure l un des plus fragiles face à la conjoncture. Enfin, seulement 7 % des entreprises artisanales exercent dans l alimentation, qui englobe tous les métiers de bouche (boulangerie, pâtisserie, boucherie, etc.), contre 11 % au niveau national. Un ralentissement de l activité en 2008 Si notre département est riche en entreprises artisanales (une entreprise sur trois), elles sont confrontées, comme les autres, à la baisse du pouvoir d achat et à l augmentation du coût des matières premières. L année passée, elles sont restées dynamiques et actives : 51 % ont vu leur activité augmenter, alors que 13 % l ont vu diminuer. Volume d activité des entreprises NSP Augmentation 51 % 19 % 58 % Stabilité Diminution 26 % 20 % Ceci témoigne notamment de la concurrence importante des centres commerciaux suréquipés en grandes surfaces alimentaires. Une raison de plus de faire la promotion de l artisanat dans notre département sur ce secteur. des carnets de commande sont moins garnis contre 15 % en Côté emploi, on observe le même phénomène : l année dernière, les licenciements ont été plutôt rares et 27 % des entreprises affirment avoir créé des emplois. Au premier semestre 2008, il paraît évident que le ralentissement de l activité observé a constitué un frein à l embauche. Dans le secteur de l alimentation, c est même 70 % qui déclarent une activité plus importante qu en Mais une baisse est visible pour le premier semestre 2008 : 30,5 % 36 % 13 % 23 % 40 % 14 % Année 1 er semestre 2 nd semestre (prévision) Même s il y a une autre explication : parmi les entreprises n ayant pas embauché, 12 % semblent avoir été confrontées à des difficultés de recrutement, et 54 % de celles qui ont embauché en ont également rencontrées. 6 Le monde des artisans septembre-octobre 2008

7 Un dispositif à la loupe : la reprise-transmission d entreprise La CMA est toute l année le partenaire de votre transmissionreprise. Elle accompagne les cédants en leur donnant des conseils sur les différentes modalités de transmission : évaluation de l affaire auprès d un comité d experts, élaboration du plan de transmission en relation avec nos partenaires professionnels (avocats, notaires), aide à la mise en relation avec un repreneur et diffusion de l offre dans notre bourse d entreprises à céder. + Info CONTACT : Flora Chriqui, , «Grâce à la CMA, j ai su mettre en valeur mon projet» Après treize ans dans le métier, Natacha Michelin, 29 ans, souhaitait se lancer. Pour la reprise de son actuel salon de coiffure, à la Frette sur Seine, elle a bénéficié des conseils du service économique : «J avais travaillé avec l ancienne patronne, et l opportunité s est présentée. Je connaissais la clientèle et les salariés, je n ai donc pas eu peur. Mais je ne savais pas par où commencer. J ai alors contacté Flora Chriqui, qui m a été d une grande aide». Natacha est orientée vers un comptable, qui réalise une étude des trois derniers bilans pour évaluer si l affaire est rentable. En parallèle, le service économique la suit et l accompagne dans toutes ses démarches «J ai pu comprendre le fonctionnement des documents comptables, les différentes charges qu il allait falloir payer, etc.» Enfin, elle bénéficie d une aide pour présenter son dossier auprès de sa banque. «Grâce à la CMA, j ai su mettre en valeur mon projet et expliquer clairement mes motivations.» Aujourd hui, le salon, repris en novembre 2006, marche très bien, «même mieux qu avant», et fait travailler une coiffeuse, une apprentie en BP coiffure, et une esthéticienne. L équipe des conseillers économiques Serge Tortora, , chef de service Mickael Atchama, , création d entreprise Flora Chriqui, , transmission entreprise Anne-Marie Cochet, , informatique Yves Cojandassamy, , développement durable, hygiène Isabelle Cot, , chargée de la formation du dirigeant et de ses salariés Paula Domingues, , création d entreprise Mireille Gaya, , conseillère sociale Catherine Glon, , marchés publics Nicolas Quibel, , , détaché sur le Parc naturel régional du Vexin Grace Silvestre, , métiers d art Adrien Giroguy AIDES Le service économique vous accompagne De la création à la transmission de votre entreprise, le service économique est là pour vous épauler et vous apporter les informations dont vous avez besoin. La première étape de la vie d une entreprise est sa création. Le stage de préparation à l installation pour le créateur est un bon moyen de la préparer. «Votre interlocuteur vous conseille sur le choix du statut juridique, les obligations comptables et fiscales, etc.», explique Serge Tortora, chef du service. Étude de projet, financement, analyse du marché, conseil en gestion, rien n est laissé au hasard. Le futur chef d entreprise rencontre alors les acteurs qui s imposent : le banquier, l assureur, l expertcomptable, etc. Tout au long du développement de l entreprise, c est avec le même conseiller que l artisan pourra élaborer une démarche et une stratégie commerciale. De même, il sera épaulé pour la constitution d un dossier financier ou pour obtenir une aide auprès d une collectivité. Pour la mise en place d un mode de gestion de déchets ou la délivrance d une labellisation, le service économique dispose d un conseiller environnemental pour un appui technique. Pérenniser des entreprises Soucieux que les entreprises créées perdurent, le service économique propose une formation continue. Les chefs d entreprise, conjoints et collaborateurs, apprennent les techniques nouvelles dans les domaines liés au développement de l entreprise : informatique, développement durable, gestion comptable et financière, informatique, développement de clientèle, ressources humaines, langues étrangères, etc. Autre mission : la promotion des entreprises avec la participation à des foires, salons ou expositions. Le savoir-faire des artisans d art est notamment mis à l honneur lors de manifestations spécifiques. Maintenir l équilibre L emploi étant une autre priorité de la CMA, le service économique le soutient. «Nous évaluons les possibilités de recrutement, informons sur les mesures d aide à l embauche et organisons des réunions de sensibilisation.» L aménagement urbain et rural est aussi au cœur de ses préoccupations, avec le conseiller détaché sur le Parc naturel régional du Vexin, qui analyse les dossiers et accompagne l artisanat dans cette zone. Enfin, une mission primordiale : favoriser la transmission des entreprises artisanales. Le service économique met donc en relation cédants et repreneurs et les accompagne dans leurs projets. CONTACT SECRÉTARIAT : Nicole Bordage-Guerry, Le monde des artisans septembre-octobre

8 ctualités Val d Oise INSTITUT DES MÉTIERS DE L ARTISANAT (IMA) «AVEC LA PASSION ET LES MAINS, NOUS CRÉONS L AVENIR» L apprentissage est l avenir de l artisanat et la CMA l a bien compris. Les instituts des métiers de l artisanat (IMA) de Cergy, Eaubonne et Villiers-le-bel, rapprochent positivement le monde de l enseignement et le monde de l entreprise. Ils ont donc le soutien de la chambre de métiers, qui informatise les sites ou met aux normes les ateliers, mais participe aussi activement aux projets pédagogiques. «Une très bonne filière» Du CAP jusqu au Bac pro en maintenance des véhicules auto, Maxime Guillaume, 21 ans, illustre bien la dynamique de l apprentissage. Il est désormais en BTS Mava au centre technique Renault de Rueil-Malmaison. «L apprentissage, pour moi, c est une très bonne filière. D abord, on est rémunéré, et on apprend de façon très complète. Dans l entreprise, on découvre ce qu est la vie active, on apprend des choses différentes à l école. Avec le CFA, j ai participé à un projet humanitaire, nous avons apporté des fournitures scolaires à des enfants marocains. Il a fallu faire de la mécanique, mais pas seulement. On a dû monter le projet de A à Z et démarcher des entreprises pour récupérer de l argent. C était une expérience très enrichissante, qui me servira car je ne compte pas rester simple mécano.» Maxime Guillaume a retapé une 4L avec trois de ses camarades, dans le cadre du 4L Trophy, raid humanitaire au Maroc. Les formations L IMA forme aux métiers de l automobile, de la restauration, de l alimentation, des soins à la personne et de la vente : des métiers qui sont et seront particulièrement convoités par les employeurs, en raison d un contexte économique favorable aux apprentis. Alimentation Cuisinier : CPA, CAP, MC cuisinier dessert de restaurant, BP hôtellerie restauration Pâtissier : CPA, CAP, BEP alimentation, MC pâtisserie spécialisée Boulanger : CPA, CAP, BP Automobile Mécanicien : CPA, CAP maintenance véhicules automobile, MC maintenance des systèmes embarqués de l automobile, BEP maintenance des véhicules, BAC PRO maintenance des véhicules Carrossier : CPA, CAP, BEP Peintre en carrosserie : CPA, CAP, BP Soins à la personne Coiffeur : CPA, CAP, MC styliste visagiste, MC coloriste permanentiste, BP coiffure Esthéticienne : CA, BP esthétique cosmétique parfumerie Vente Serveur : CPA, CAP Vendeur : CPA, BEP alimentation, BEP vente action marchande Les exonérations du maître d apprentissage Le maître d apprentissage reçoit une prime régionale de à (selon le cas) et un crédit d impôt de à 2 200, par apprenti et par an. Il se voit exonéré de toutes les cotisations salariales et patronales, à l exception des cotisations supplémentaires d accidents de travail et des cotisations supplémentaires de retraite complémentaire, qui restent exigibles (pour les entreprises inscrites au répertoire des métiers). Il est encore temps de devenir maître d apprentissage L aventure de l apprentissage vous tente? Vous pouvez devenir maître d apprentissage et transmettre votre passion aux plus jeunes. Pour cela, deux services de la CMA vous informent : Bureau du développement de l apprentissage, lien entre les entreprises et les publics en recherche de formation et/ou d emploi. Le service d apprentissage, qui simplifie au maximum toutes les formalités administratives. CONTACT : Le monde des artisans septembre-octobre 2008

9 Chiffres L apprentissage dans le Val d Oise contrats signés en 2007 (+12,3 %) 31 % des apprentis sont dans le bâtiment 27 % dans la coiffure 23 % dans l alimentaire Baisse de 2 % des ruptures de contrat. Foire Saint-Martin L association des boulangers du Val d Oise vous attend à la foire de Pontoise, du 7 au 12 novembre 2008, et à la fête médiévale du 14 au 16 novembre Une boulangerie complète sera installée dans le hall de la foire Saint-Martin. Thé dansant du Gâteau club Le Gâteau club de l ouest parisien (association existant depuis 1988, qui organise des actions bénévoles au profit de la lutte contre la leucémie et les maladies infantiles graves) vous propose un thé dansant le 7 décembre 2008, avec un lunch de noël de 15 heures à 20 heures, à la salle des fêtes de Soisy sous Montmorency. Il sera animé par Roberto Milesi et son orchestre. RENSEIGNEMENTS : , Carnet de rendez-vous du PNR du Vexin Le dernier numéro des carnets de rendez-vous du Parc naturel régional du Vexin français vient de sortir. Il assure la promotion des initiatives locales des acteurs du tourisme sur le territoire du Parc et répertorie plus d une centaine d animations (sorties, randonnées, festivals, rencontres culturelles, etc.) jusqu en décembre Il est intégralement téléchargeable sur le site dans la rubrique «découvrir, se détendre». RENSEIGNEMENTS auprès de Pascal Barriot : Journées des métiers d art 2008 La 4 e édition des Journées des métiers d art se déroulera dans toute la France, du 16 au 19 octobre À cette occasion, plus de ateliers d art ouvriront leurs portes pour faire découvrir au public ces métiers souvent méconnus mais passionnants. La CMA proposera à cette occasion pendant les quatre jours une exposition d artisanat d art (15 stands parmi lesquels des créateurs de bijoux, relieur, vitrailliste, etc.). Entrée libre et gratuite de 10 à 18 heures. Lieu : CMA du Val d Oise, 1 avenue du Parc, Cergy Pontoise Cedex. Journée de promotion de l hôtellerie À l initiative de l association «Espace emploi du côté des femmes», situé à Cergy, une journée de promotion des métiers de l hôtellerie s est déroulée le 10 juillet à la chambre de métiers et de l artisanat du Val d Oise. Communiquer sur les métiers, créer des vocations dans un secteur porteur d emplois, mais en déficit de demande : voilà l objectif précis de la journée. Les intervenants venaient de différents horizons pour présenter leur métier, comme Gérard Cagna, restaurateur et conseiller du président en charge de l insertion à l UMIH, l école de la 2 e chance, Patrick Margery, formateur à l IMA de Villiers-le-Bel, professionnel et ardent défenseur de la cuisine gastronomique ou encore Béatrice Jallad d Etap Hôtel de l INFA, Florence Santuc du Greta de Saint Ouen l Aumône, Monsieur Vermeire de Sodexo, et un nouveau restaurateur «La Cantoche» à Pontoise. Chacun raconte son expérience, son parcours et ses passions. De quoi donner l eau à la bouche! Démystifier l image de l hôtellerie Financée par la région Île-de-France, dans le cadre du PLIE de Cergy, cette journée d échange a atteint ses objectifs : parler, informer, débattre et démystifier l image qui existe sur le secteur de l hôtellerie. Tous les professionnels présents s y sont appliqués. Ainsi, Gérard Cagna a évoqué une règle du jeu plutôt qu une contrainte, trop souvent mise en avant lorsqu on parle de ce domaine d activité. Olivier Mathieu, le nouveau directeur de l IMA, a, quant à lui, parlé de métiers «festifs», un terme plutôt engageant. Le public était diversifié puisque les interventions s adressaient autant aux ans, en quête d une formation initiale, qu aux adultes tentés par la reconversion professionnelle. Il faut dire que le choix est vaste. Si le cuisinier gastronomique peut connaître la gloire, le cuisinier de collectivités, de restauration d entreprise ou scolaire, fait don de son professionnalisme pour la fabrication de repas en grande quantité, une autre vocation. Enfin, les évolutions sont également possibles, puisque certains passent, par exemple, de serveur de restaurant à réceptionniste. Le monde des artisans septembre-octobre

10 ctualités Le bac pro au galop Un bac professionnel en 3 ans plutôt que 4, c est le souhait du ministre de l Éducation, Xavier Darcos, pour revaloriser l enseignement professionnel. D ores et déjà, places ont donc été ouvertes en cursus bac pro en 3 ans, avant la généralisation du dispositif en La réforme, qui consiste à aligner la durée du lycée professionnel sur celle des filières générales, doit améliorer l attractivité de la filière et augmenter ainsi les niveaux de formation. Partenariat Mettre en œuvre des actions communes de promotion et de développement de l ar ti sanat et de ses entreprises. C est le but de la convention signée le 4 juin dernier pour 3 ans entre l APCM et la MNRA (Mutuelle des artisans). Concrètement, si votre CMA s est engagée dans ce partenariat, la MNRA participera à des actions d accompagnement des créateurs et des repreneurs lors de colloques, Salons, manifestations et assurera des permanences dans votre CMA. PARTENARIAT SPORTIF LE HANDBALL COURONNÉ À PÉKIN L artisanat est le premier supporter des équipes de France de handball. La 1 re entreprise de France est fière d accompagner, depuis trois ans, les équipes de France de handball. D autant que ces sportifs de haut niveau viennent de démontrer tout leur talent aux Jeux Olympiques de Pékin. Et nous ont fait partager avec émotion leur passion. Bravo et merci à l équipe masculine, bien sûr, montée avec énergie sur la plus haute marche du podium, pour conquérir, avec la médaille d or, le seul titre qui manquait encore aux palmarès de ses «Experts». Bravo et merci aussi à l équipe féminine, dont la 5 e place, assurée après un quart de finale d anthologie perdu d un petit point face à la Russie, a démontré toute la capacité de ses «Femmes de défi» à se dépasser. Talent, passion, énergie, expertise, défi, dépassement Autant de repères communs entre le Charte de bonne conduite Améliorer les relations quotidiennes entre les experts en automobile et les réparateurs en carrosserie et de ce fait le service apporté aux assurés. Voilà l objectif affiché de la charte signé le 3 juillet dernier sport collectif français le plus titré et le monde de la Première entreprise de France. Savoir-faire de la main, modestie et efficacité, confiance en l homme et travail en équipe : la liste est longue. C est pourquoi en juin dernier, les représentants de l artisanat et le Fonds national de promotion et de communication de l artisanat (FNPCA) ont décidé de renouveler le partenariat avec la Fédération française de handball jusqu en L artisanat les parrainera ainsi jusqu au prochain rendez-vous olympique de Londres. La mise en lumière des valeurs partagées par ces deux «n 1» contribuera à sensibiliser plus fortement encore de nouveaux publics et à susciter de nouvelles vocations. Pour appuyer cette démarche, l artisanat accompagnera tout particulièrement le Championnat de France des moins de 18 ans, désormais nommé «Challenge Artisanat». CONTACT : par l Anea, organisation référence de l expertise en automobile, le CNPA, la FNA et le GNCR. Cette charte vise à régler à l amiable les litiges sur l expertise des véhicules qui surviendraient et à recourir à des procédures alternatives de règlement. Les professionnels de la réparation automobile et les experts étant au cœur des procédures de réparation des véhicules après collision. Sportissimo/stephanepillaud 10 Le monde des artisans septembre-octobre 2008

11 ÉDITION 2008 du 20 au 27 novembre Les Chambres de métiers et de l artisanat, premier réseau d accompagnement des créateurs et des repreneurs. Programme des 200 événements : (0.15 TTC/min) La reprise d entreprise, une opportunité pour tous. - Assemblée Permanente Partenaires of ciels

12 ctualités Val d Oise ASSEMBLÉE GÉNÉRALE CONSERVER NOTRE IDENTITÉ Les conséquences de la RGPP (Réforme générale de politique publique) sur le rôle et la configuration actuelle des chambres des métiers et de l artisanat sont dans tous les esprits. Et lors de l assemblée générale du 9 juin dernier, c était la préoccupation principale. Perdurer pour continuer à représenter «une identité à part entière : l artisanat». Voilà le souhait qu a émis le président de la CMA 95, Robert Benardeau, pendant l assemblée générale. Après avoir lancé un message aux parlementaires concernant les dispositions de la RGPP sur la grande distribution : «Elles reposent sur une propagande mensongère, visant à laisser croire que la multiplication des grandes surfaces serait de nature à réduire les prix et améliorer le pouvoir d achat.» Compte tenu de cette actualité, les propos du représentant du ministre, Hervé Novelli, Jacques Mary, directeur régional du commerce et de l artisanat, ont été les bienvenus. En soulignant la qualité du travail effectué dans le domaine de l accompagnement des entreprises, de la gestion du CFA, des stages de formation continue proposés aux artisans, ainsi que l esprit d initiative (qui a permis la création d un nouveau CFA et d une antenne dans l est du département), il a confirmé que les CMA avaient leur place dans le système actuel. Cependant, il a déploré le «manque de communication autour des actions mises en œuvre». Tout nouveau tout beau Pour renforcer sa présence sur tout le territoire, la CMA crée une nouvelle antenne dans l est du département, à Villiers-le-Bel. Elle ouvrira en Puis, un nouveau CFA va être créé à Cergy et formera notamment aux métiers du bâtiment. Le choix de ce secteur géographique se justifie par la faible offre de formation en apprentissage dans la ville nouvelle. Un secteur cohérent «Parce qu il est uni, homogène et cohérent», le secteur de l artisanat reste un acteur incontournable selon le président de la CMA. C est pourquoi il a mis en garde sur les mesures qui «permettraient à certains d effectuer nos métiers sans être artisans» et qui remettraient en cause le secteur et «la sécurité des consommateurs». Revendiquant toujours cette identité particulière, l assemblée générale a réaffirmé la nécessité de pérenniser le réseau des CMA, ces structures «dédiées, identifiées et qui fonctionnent par et pour nos artisans». S appuyant sur les chiffres 2007 de l artisanat en Val d Oise, le président de la CMA a indiqué son optimisme quant au développement du secteur, et sa volonté d y participer grandement. Le président rappelle que le réseau de l artisanat a déjà fait preuve de son savoir-faire en termes de mutualisation, à travers notamment la gestion du fond d assurance formation régional. Implantation de nouveaux équipements commerciaux Ne pas voir disparaître les petits commerçants et sauvegarder l artisanat : ce sont les préoccupations premières de la CMA. C est pourquoi nous faisons partie de la Commission départementale d équipement commercial (CDEC), qui examine les demandes de permis de construire, de créations et d extensions des équipements commerciaux et hôteliers. Nous nous inquiétons de sa nouvelle mouture, la CDAC, dont le seuil d études est passé de 300 m 2 à 1000 m 2. Voici le bilan des décisions. N dossier /05/08 Désignation de l enseigne Supermarché Leader Price Lieu Monti- gny-les- Cormeilles Objet Surface existante Demande de surface examinée Décision de la CDEC Surface accordée Secteurs S.D.E.C Avis de la CMA Extension Favorable 399,00 RD 14 Favorable : le projet d extension ne viendra pas déséquilibrer l artisanat et le commerce de proximité. Il répond aux préconisations affichées par le Schéma départemental d équipement commercial (SDEC), de renforcer l offre émanant des supermarchés sur le secteur de la RD Le monde des artisans septembre-octobre 2008

13 380 20/05/ /07/ /07/08 Leroy Merlin Intermarché Intermarché station-service 6 points Montsoult Beau- mont-sur- Oise Beau- mont-sur- Oise Extension Favorable 7000,00 RN 1 Défavorable : le projet s inscrit dans un secteur géographique déjà fortement pourvu en surfaces commerciales. La densité commerciale de la zone géographique (RN 1) s affiche à m 2 pour habitants, pour le segment d activité «bricolage avec jardinerie», alors que la densité départementale moyenne s établit à 62 m 2. Le projet n est pas en accord avec le SDEC, pas plus qu avec les préconisations que devrait afficher le prochain Schéma directeur régional d Ile-de-France (SDRIF). Création par transfert Favorable Vallée Oise Défavorable : Beaumont-sur-Oise possède une offre commerciale très complète dans le segment supermarché et supérette, représentant une densité commerciale de 347 m 2, pour habitants. Le projet ne semble pas pouvoir conforter le commerce et l artisanat du centre-ville distant de plus de 1 km. De plus, il semble en contradiction avec les préoccupations actuelles de la municipalité, qui voit son commerce de centre-ville se désagréger. Le projet ne semble pas en correspondance avec les orientations des documents de référence comme le SDEC ou le SDRIF. Création Favorable 228 Vallée Oise Défavorable : l offre actuelle (avec les hypermarchés Carrefour de l Isle-Adam et Leclerc de Persan) satisfait, de notre point de vue, les besoins de la clientèle. La création de ce nouvel équipement ne sera pas sans effet sur la santé économique des stations de centreville de Beaumont-sur-Oise et Persan. Les cahiers de l utilitaire du Val d Oise

14 STYLE de vie Ça y est, c est décidé, ils se lancent! Pourquoi font-ils ce choix? d où viennent-ils? Qui sont-ils? La reconversion professionnelle se fait parfois après un licenciement, mais aussi suite à un choix de vie : le besoin d être indépendant! Les raisons sont multiples, les difficultés parfois décourageantes, mais leurs préférences vont à l artisanat. RECONVERSION PROFESSIONNELLE C est décidé, je deviens artisan Dire stop! S investir dans une passion, visiter d autres horizons professionnels, être indépendant Des souhaits partagés par beaucoup. C est le cas de Frédéric Bouchinet, qui, à 40 ans décide de troquer son cartable d enseignant contre une entreprise de chaudronnerie et mécanique générale. Il explique avoir fait le tour de son métier : «La monotonie s installe, les perspectives d évolutions étaient inexistantes, le travail moins motivant, que je le fasse bien ou mal, mon salaire était identique. J avais besoin de me fixer de nouveaux objectifs.» Il saisit alors l opportunité de reprendre l ensemble de l entreprise de M. Caubet qui part à la retraite, le parc matériel, l atelier de production et les trois emplois. Aujourd hui, il sourit, même s il travaille jour et nuit : «Je bosse pour moi, c est une immense satisfaction.» Et cet exemple n est pas un cas isolé. Ils sont nombreux ces exsalariés à rechercher l indépendance et à se reconvertir dans l artisanat. Des passionnés C est décidé, ils veulent changer de vie et aspirent à de nouveaux défis professionnels. Une nouvelle entreprise? Non! Pour ces nouveaux patrons, il s agit de réaliser leur envie, leur rêve d enfant, une passion enfouie. Ainsi, pour Jean-Luc Auribault, 40 ans, électromécanicien de formation et après un long parcours de responsable de maintenance dans l industrie, décide de concrétiser son rêve à la suite d un licenciement. «Je suis un manuel! Depuis toujours, je suis fasciné par la boulangerie, l ambiance du fournil, les pelles à pain.» Françoise Font «J ai toujours voulu être esthéticienne!» Françoise Font Christine Dubon «Se former sur le tard implique certains sacrifices.» Il décroche son CAP en juin dernier et délocalise sa famille pour reprendre une boulangerie-pâtisserie dans une petite commune rurale de l Allier! Autre passion, autre artisanat, Françoise Philippe, depuis l âge de 9 ans joue au piano. Une formation d ingénieur, de psychothérapeute, quelques déceptions et réflexions plus tard, la voilà restauratrice de piano ancien. Elle répare, vernis, gomme et laque ces objets d art. «Enfin l accomplissement d un projet qui était essentiel à mes yeux, à la hauteur de mes ambitions», précise-t-elle. Pour Françoise Font, esthéticienne à Duras dans le Lot-et-Garonne depuis janvier 2005, c est là aussi la passion qui a motivé son changement de vie. «J ai toujours voulu être esthéticienne! J avais des facilités, alors on m a encouragée à faire des études. J ai obtenu un BTS commerce international et j ai travaillé pendant 15 ans comme assistante commerciale export dans une coopérative viticole. Mais j avais le sentiment d avoir fait le tour, le moment était venu d accomplir mon rêve.» Parcours identique pour Christine Dubon. Elle explique qu elle se sent manuelle depuis toujours. Pendant son congé parental, c est le déclic : le besoin profond d indépendance professionnelle! L occasion se présente de restaurer et recanner des vieilles chaises sorties d un grenier C est décidé : elle sera osiericultrice vannière. Mettant toute leur énergie au service de leur projet, ils ont donné un sens à leur vie professionnelle et s en déclarent satisfaits. «Ne plus être salarié, c est pouvoir développer ses idées, son produit, être libre et créatif», explique Françoise Philippe. Pour tous ces nouveaux artisans, Christine Dubon 14 Le monde des artisans septembre-octobre 2008

15 la sensation d indépendance et de liberté est très forte, ils ne subissent plus une organisation où tout doit être négocié. Mais jouissent au contraire d une large autonomie. Pour Christine Dubon, cette indépendance «c est aussi la possibilité de conjuguer vie de famille et vie professionnelle». Le parcours du combattant Et si tous semblent heureux, ils n en oublient pas moins les difficultés. En effet, avant d atteindre le «nirvana», le parcours n est pas toujours facile. Parfois, le passé de «nonartisan» est un handicap. Frédéric Bouchinet explique que sa casquette de «prof» ne lui a pas facilité la tâche. «On nous colle des étiquettes - les enseignants travaillent 18 heures par semaine, comment peuventils assumer le métier d artisan? - Il faut faire preuve d une motivation à toute épreuve et prouver le contraire.» Et lorsque l on est une femme, explique Françoise Philippe, c est une difficulté supplémentaire. «Les hommes savent mettre la pression, négocier les prix. Leur tenir tête ne fait pas forcément partie de l arsenal féminin.» Entre autres difficultés, la formation, les conseils, les solutions de financement «La création dans mon cas a été une expérience très solitaire», explique Françoise Philippe, qui loin d en faire une généralité, reconnaît que sa spécialité est particulière. Se former demande des sacrifices personnels. Christine Dubon a dû partir pendant un an à 850 km de sa famille, afin d intégrer l école de vannerie de Haute-Marne et décrocher son BPPA d osiericultrice. De plus, les financements ne sont pas une sinécure. F. Philippe explique en effet qu au moment de sa création, elle exerçait la profession de psychothérapeute. À ce titre, elle ne bénéficiait d aucune aide! Miser sur son passé et s entourer Dans ce monde semé d embûches, le passé professionnel constitue le plus souvent une force. Pour F. Bouchinet, être artisan et chef d entreprise suppose d avoir des connaissances, un savoir-faire et surtout des compétences en gestion. Il faut se faire accompagner techniquement et financièrement pour faciliter la concrétisation du projet. «J ai commencé par m entourer d un comptable et d un avocat pour appréhender la faisabilité du projet. Les connaissances et le réseau sont primordiaux, il faut avoir un bon carnet d adresses et surtout bien s entourer. J ai eu la chance d avoir dans mon entourage un parrain, un entrepreneur local reconnu. Ce qui permet d ouvrir un certain nombre de portes plus facilement pour finaliser et concrétiser un tel projet.» Diplômée de l INAPG (Institut national d agronomie de Paris Grignon), puis titulaire d un DESS de psychothérapie, F. Philippe assure que son cursus lui a donné de l aplomb et de la crédibilité. Pour notre esthéticienne du Lot-et- Garonne, ses compétences en gestion lui permettent d appréhender facilement la comptabilité. L expérience d une autre carrière professionnelle, de métiers à responsabilité permet «Mon père était dans l industrie. Naturellement j ai fait comme lui, alors que j avais envie d être boulanger. Aujourd hui j ai 40 ans. Après 13 ans d industrie (titulaire CAP/BEP électro technique) où j étais responsable maintenance, j ai perdu mon emploi après avoir été victime d un accident du travail. Inscrit à l ANPE, je cherchais à me reconvertir en boulangerie. L ANPE m a proposé une EMT (Évaluation dans le monde du travail) en boulangerie : bilan positif. Donc je décide de suivre une formation. On m a alors proposé un stage et mon insertion au CFA s est déroulée par le biais d une information collective, puis d un entretien individuel, tout en tenant compte de mes objectifs. Après la phase découverte, puis celle pré qualifiante, je suis entré dans le dispositif qualifiant pour préparer le CAP : alternance entre les cours au CFA (pratique, technologie aussi d acquérir de la maturité. Autre point clé de la reconversion, le soutien familial. Ils s accordent tous à dire que sans le soutien, la collaboration et l accompagnement familial, le pari est risqué. «Je me suis endetté sur 15 ans. La décision ne se prend pas à l improviste, il faut avoir le soutien de ses proches. Mon épouse travaille, et en acquérant du foncier, je limite le risque», explique F. Bouchinet. Pour J.L Auribault, c est un projet qui implique, entre autres, le renoncement d un emploi stable de sa conjointe, mais toute la famille assume pleinement cette nouvelle vie et ne l appréhende pas du tout. «Je me suis permis d oser ce défi, parce que mon mari faisait bouillir la marmite», explique quant à elle Christine Dubon. Malgré toutes les difficultés, «bonheur et épanouissement» sont le leitmotiv de tous ces nouveaux artisans car tous assurent qu ils ne reviendraient en arrière pour rien au monde. Hélène Sauvage R ENCONTRE AVEC JEAN-LUC AURIBAULT Reconversion possible pour demandeurs d emploi Jean-Luc Auribault, stagiaire «découverte des métiers», passerelle pour l apprentissage, témoigne. À 40 ans, Il prépare un CAP boulanger dans le cadre du Pôle Intégré Qualifiant. professionnelle ) et l entreprise d accueil. Je suis très satisfait car mon niveau scolaire initial est pris en compte, la formation progressive m amène vers l autonomie. Mes objectifs, que sont l obtention de mon CAP d une part et mon projet d installation d autre part, sont en voie de réalisation. Lorsqu on veut se réorienter des établissements comme le CFA qui vous remettent en confiance, vous aident dans votre reconversion, sont indispensables.» Le monde des artisans septembre-octobre

16 STYLE de vie Val d Oise CHANGEMENT DE VIE Un torréfacteur venu d ailleurs Le café, Philippe Fajardo n est pas «tombé dedans quand il était petit», mais il y est arrivé un peu par hasard. «Après treize ans dans les assurances, j ai ressenti un ras-le-bol de mon travail, de Paris et des embouteillages. Alors j ai dit stop», confie-t-il sereinement. En cherchant un métier plus adapté à ses nouvelles attentes, il pense à la torréfaction, et se décide. Huit mois plus tard, en 1997, il ouvre Couleur Café, sa boutique à Saint-Leu-la-Forêt. «J ai rencontré des professionnels qui ont été enthousiasmés par mon projet. Ils m ont transmis leur savoir-faire et leur passion. Tout s est donc fait très vite». Un métier plus humain Aujourd hui, il ne vend «que du plaisir», et est ravi d avoir mis derrière lui les relations tendues qui pouvaient exister entre un assureur et ses assurés. «Onze ans après mes débuts, je vais encore au boulot avec entrain et envie. Artisancommerçant, c est un métier très humain et vraiment enrichissant personnellement.» Même si les temps sont plus durs, «depuis quatre ans, mes ventes baissent légèrement», mais il rebondit : la vente du café et du thé n est pas suffisamment rémunératrice, qu importe, Philippe investit dans un plus grand local pour installer un salon de dégustation à l étage et «proposer des produits bio et plus de choix». Rendezvous donc dans sa nouvelle boutique baptisée Nulle part ailleurs! 16 Le monde des artisans septembre-octobre 2008

17

18 É clairage Souvent perçu comme une source de coûts, le véhicule utilitaire peut pourtant s avérer être un allié très précieux pour la productivité de l entreprise. À condition d être judicieusement choisi. VÉHICULE UTILITAIRE Choisir le partenaire idéal Dossier réalisé en partenariat avec «Solutions Utilitaires» dossier réalisé par Isabelle Breger Longtemps parent pauvre du véhicule de tourisme, l utilitaire léger est devenu un moteur majeur du marché automobile. Année après année, sa part dans les immatriculations totales augmente (16 % en 2003, 18,3 % en 2007). De quoi inciter les constructeurs à renouveler et enrichir leurs gammes. Résultat : ils proposent des véhicules de plus en plus variés, robustes, confortables Une quarantaine de modèles sont actuellement sur le marché et pour chacun d entre eux de multiples options et adaptations sont possibles. Devant un tel foisonnement, difficile d identifier le véhicule idéal. Or, le choix de cet outil de travail essentiel peut influer directement sur les performances de votre entreprise. Hiérarchisez vos besoins Avant de vous intéresser aux catalogues des constructeurs et après avoir déterminé votre budget, concentrezvous sur vos besoins. Définissez-les et hiérarchisez-les très précisément. La taille et la puissance nécessaires sont d abord fonction du type de trajets que vous êtes amené à effectuer. Un petit véhicule se glissera mieux en zone urbaine. Un plus gros et/ou plus puissant offrira un meilleur confort de + Chiffres Un tiers des 3,4 millions de VUL en circulation en France appartiennent à des artisans. Ces véhicules parcourent chacun en moyenne plus de km par an. Les utilitaires sont par définition conçus et aménagés pour transporter des marchandises et/ou des personnes dans un cadre professionnel. Ils sont considérés comme légers quand leur poids total en charge (PTC) n excède pas 3,5 t et peuvent alors être conduits par les possesseurs d un permis B. 18 Le monde des artisans septembre-octobre 2008

19 gement ne sera pas possible. Le plancher-cabine autorise quant à lui une telle ouverture. D aspect plus compact, il gagne en aérodynamisme par rapport au châssis-cabine. Plus bas, son seuil d accès facilite le chargement d objets lourds ou réalisés manuellement. Mais le passage des roues occupe une partie du plancher et rogne ainsi sur le volume utile. Les transformations sur base plancher-cabine sont rares car tous les modèles constructeurs ne sont pas commercialisés dans cette configuration. conduite sur de longues distances ou sur autoroute. Mais il faut aussi tenir compte des produits, outils, matériaux, aménagements ou même des personnes transportées. De leur nature dépendra le type de carrosserie nécessaire : benne, frigo, fourgon tôlé, vitré Et c est leur poids et leur encombrement qui détermineront les dimensions, volume et charge utiles. Un véhicule trop petit vous obligera à faire des trajets supplémentaires. Trop gros, il vous coûtera plus cher à l achat comme à l usage (notamment à la pompe). Choisir la bonne configuration C est en fonction de ce critère de taille que le marché des VUL se présente en trois grandes catégories : les fourgonnettes (jusqu à 2 t de PTC), les fourgons (de 2 à 3,5 t de PTC) et les camions de 3,5 t (qui empruntent leur châssis aux poids lourds). Mais la famille des utilitaires compte aussi des «éléments rapportés» dérivés de voitures particulières ou de pick-up. L offre se décline également en différentes configurations. À côté des «vrais fourgons» fermés (tôlés ou vitrés), les constructeurs proposent certains modèles en versions plancher-cabine et châssiscabine. Dans cette dernière configuration, le véhicule gagne en hauteur intérieure et en volume utile. Le plancher plat facilite le chargement de palettes ou de rolls. En revanche, le seuil de chargement est plus élevé que sur un fourgon d origine. Et la création d un passage direct entre le poste de conduite et le compartiment de char- Du véhicule de série au sur-mesure Benne, plateau à ridelles, plateau bâche, magasin, atelier, cellules frigorifiques, grand volume avec parois rigides (en matériaux composites) ou souples (rideaux coulissants) le type de carrosserie qui vient habiller ces structures est évidemment fonction des produits transportés. Certaines configurations figurent au catalogue des constructeurs, d autres exigent de passer par la case carrossier. Dans tous les cas, de multiples options s offrent encore à ce stade. Selon votre activité, la zone de chargement peut ainsi n être dotée que d ouvrants arrière (avec plusieurs modes ou degrés d ouverture possibles) ou être accessible par une ou deux portes latérales battantes ou coulissantes Un détail tel que le matériau choisi pour constituer les parois peut aussi conditionner la possibilité d y afficher les couleurs de l entreprise. Impossible de faire le tour de toutes les solutions existantes. D autant qu à condition d être homologable, le véhicule peut parfaitement être conçu sur-mesure. Z OOM LES BEST SELLERS DU MOMENT Depuis son lancement sur le marché en 1997, le Renault Kangoo est l utilitaire léger préféré des Français. C est encore le cas en Au cours des six premiers mois, il s en est vendu exemplaires Des détails qui comptent L espace de chargement est évidemment tout aussi personnalisable. Il convient au moins d assurer sa protection (grâce à un simple habillage bois) qui évitera une détérioration prématurée de la carrosserie, de la nature du sol (antidérapant si on y circule), de l adéquation de l éclairage Il est également vivement recommandé de se doter des dispositifs d arrimage, voire de rangements, nécessaires selon le type, la fragilité ou la dangerosité des objets transportés (voir p 22). Prévoir aussi éventuellement des équipements de manutention embarqués adaptés au conditionnement et au volume des colis (diables, hayons élévateurs ) ainsi que des rampes d accès. dans l Hexagone. Le constructeur français monopolise les trois places suivantes du classement avec sa Clio* ( immatriculations), son Master (16 254) et son Trafic (12 424). Peugeot occupe la 5 e place avec son Partner ( ventes). Celui-ci est suivi par le Fiat Ducato ( unités). La marque au lion revient en 7 e position avec sa 207 *. Arrivent ensuite Citroën avec son Berlingo (8 959 ventes) et sa C3* puis Ford avec son Transit (7 992). *Modèles dérivés des véhicules particuliers pour des applications professionnelles Le monde des artisans septembre-octobre

20 É clairage Impossible pour un professionnel de prendre son vélo ou d emprunter les transports en commun pour réduire sa facture carburant. Mais d autres solutions existent. BUDGET CARBURANT Comment réduire la facture? Déjà lourdes pour une voiture de tourisme, les dépenses liées à l utilisation d un VUL le sont encore plus puisque celui-ci roule davantage et généralement dans des conditions plus difficiles. Comment réduire ce budget? La première solution est d opter pour un modèle récent. Les utilitaires qui circulent en France ont une moyenne d âge supérieure à 8,5 ans. Or, un véhicule neuf exige moins de frais d entretien et bénéficie des dernières avancées technologiques des constructeurs en matière de motorisation. Moins gourmands que leurs «ancêtres», les nouveaux VUL proposent aussi des équipements permettant de mieux maîtriser la consommation : régulateurs, limiteurs de vitesse, instruments de navigation Les véhicules dotés d un système de géolocalisation parcourraient en moyenne 50 km de moins par mois. Légèreté et aérodynamisme Attention toutefois à ne pas suréquiper et/ou suraménager le véhicule. Sans sacrifier la sécurité, limitezvous au strict nécessaire. Tous ces éléments peuvent en effet accroître sensiblement non seulement le prix d achat mais également le coût d utilisation du VUL. En l alourdissant, ils réduiront sa charge utile (et par conséquent éventuellement sa productivité) et augmenteront sa consommation, même à vide. De la même manière, entre deux modèles correspondant à vos besoins, préférez le plus petit et le plus léger. Optez aussi pour des déflecteurs, capucines, groupes frigorifiques ou autres éléments extérieurs offrant le maximum d aérodynamisme. Car plus la prise au vent est importante, plus le véhicule demande d énergie. Autre élément déterminant : les pneumatiques. Les manufacturiers ont développé des produits «verts» qui permettent de réaliser jusqu à 5 % d économie sur la facture carburant. Mais quel que soit le type de pneus choisi, ceux-ci doivent être attentivement surveillés. Sous-gonflés ou usés, ils ne présentent pas seulement des risques, ils entraînent aussi une surconsommation importante. Plus malmenés sur un utilitaire que sur un VP, ils exigent d autant plus d attention. Vigilance au quotidien La même vigilance s impose sous le capot : un moteur mal réglé, un filtre encrassé influent sur les performances du véhicule et coûtent cher à la pompe. Pour éviter cela, la tenue d un carnet de suivi (seuls 24,5 % des VUL auraient un tel document) et un entretien régulier s imposent. D autant plus que la prévention augmente très nettement la durée de vie des véhicules. Au quotidien, ne surchargez pas le VUL et évitez aussi de laisser à bord outils, matériaux que vous n utiliserez pas. Et au volant, appliquez les mêmes règles que dans votre voiture personnelle. Oubliez la conduite «accélérateur/frein» pour adopter le mode souplesse qui permet d économiser jusqu à 20 % de carburant. Surveillez votre tableau de bord : c est le régime moteur qui détermine la consommation. Évitez donc les sur-régimes et les sous-régimes. Ne tirez pas sur un moteur froid. Si possible, laissezle même chauffer un court instant avant de rouler. Enfin, coupez-le lors de tout arrêt supérieur à une minute. Les constructeurs ont mis au point un système qui automatise une telle opération mais, pour l heure, ce dispositif n est disponible que sur un utilitaire : le Sprinter Mercedes. 20 Le monde des artisans septembre-octobre 2008

Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2014

Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2014 Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2014 Objet du Marché Contenus formatifs des prestations Déroulement des actions de formation 1 I OBJET DU MARCHE Le présent marché a pour

Plus en détail

DOSSIER PRESSE JOURNÈE PORTES OUVERTES DES CENTRES DE FORMATION SAMEDI 26 MARS 2011 9H - 17H

DOSSIER PRESSE JOURNÈE PORTES OUVERTES DES CENTRES DE FORMATION SAMEDI 26 MARS 2011 9H - 17H DOSSIER PRESSE JOURNÈE PORTES OUVERTES DES CENTRES DE FORMATION SAMEDI 26 MARS 2011 9H - 17H Coordonnées des centres de formation : Centre de Formation Chambre de Métiers et de l Artisanat impasse Morère

Plus en détail

COMMUNIQUE PRESSE. Coordonnées des centres de formation :

COMMUNIQUE PRESSE. Coordonnées des centres de formation : COMMUNIQUE PRESSE Le 4 avril 2009, les centres de formation de la Chambre de Métiers et de l Artisanat et du Bâtiment ouvriront leurs portes aux jeunes et à leur famille. Coordonnées des centres de formation

Plus en détail

LIFI LES. For QUA. cap formations ANTES. spécial. Numéro. Les formations de la Chambre de Métiers et de l Artisanat du Puy-de-Dôme.

LIFI LES. For QUA. cap formations ANTES. spécial. Numéro. Les formations de la Chambre de Métiers et de l Artisanat du Puy-de-Dôme. cap formations Numéro spécial LES 2 è semestre 2014 For ma tions QUA LIFI ANTES Les formations de la Chambre de Métiers et de l Artisanat du Puy-de-Dôme Puy-de-Dôme LE TITRE D ASSISTANT(E) DE DIRIGEANT(E)

Plus en détail

CFA des Arcs. et antenne de FRÉJUS

CFA des Arcs. et antenne de FRÉJUS CFA des Arcs et antenne de FRÉJUS Le Centre de Formation d Apprentis et d Alternance des Arcs a ouvert ses portes en octobre 1974 avec un effectif de 250 apprentis préparant exclusivement l E.F.A.A. et

Plus en détail

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation PAR THEMATIQUE N THEME Présentation A B C D Apprentissage/alternance Formation continue Développement/ investissement Hygiène, sécurité, accessibilité Les conseillères du Service Apprentissage ont pour

Plus en détail

APPRENTISSAGE. Dossier de presse juillet 2014. L APPRENTISSAGE, que d avantages

APPRENTISSAGE. Dossier de presse juillet 2014. L APPRENTISSAGE, que d avantages Dossier de presse juillet 2014 L APPRENTISSAGE, que d avantages Sommaire Introduction : l apprentissage 3 Quelques chiffres 3 Les enjeux 3 Un dispositif plus simple, plus sécurisé, mieux financé 3 1. Pourquoi

Plus en détail

L apprentissage, une chance pour l emploi

L apprentissage, une chance pour l emploi Dossier de presse L apprentissage, une chance pour l emploi Aujourd hui, les entreprises recherchent des jeunes bien formés, diplômés avec une expérience professionnelle C est exactement ce qu apporte

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2013

Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2013 Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2013 Objet du Marché Contenus formatifs des prestations Déroulement des actions de formation 1 I OBJET DU MARCHE Le présent marché a pour

Plus en détail

Créer une entreprise, ça se prépare!

Créer une entreprise, ça se prépare! PARCOURS N 3 Créer son entreprise Les étapes de votre réussite Entretien orientation Entretien conseil Stage de Préparation à l'installation Entretiens spécialisés : étude de faisabilité ou montage des

Plus en détail

Dossier de presse. Témoignage d apprentis : une voie d excellence pour trouver un emploi dans le BTP. 7 MAI 2015 Visite de l entreprise ZANETTO

Dossier de presse. Témoignage d apprentis : une voie d excellence pour trouver un emploi dans le BTP. 7 MAI 2015 Visite de l entreprise ZANETTO Dossier de presse Témoignage d apprentis : une voie d excellence pour trouver un emploi dans le BTP 7 MAI 2015 Visite de l entreprise ZANETTO Contacts : Service interministériel de la communication des

Plus en détail

Conférence «Les femmes dans l Artisanat» Catherine ELIE Directrice des Etudes et du Développement économique à l Institut Supérieur des Métiers

Conférence «Les femmes dans l Artisanat» Catherine ELIE Directrice des Etudes et du Développement économique à l Institut Supérieur des Métiers Conférence «Les femmes dans l Artisanat» Catherine ELIE Directrice des Etudes et du Développement économique à l Institut Supérieur des Métiers L artisanat : de quoi parle-t-on? 1,1 million d entreprises

Plus en détail

Entretien orientation. Demi-journée d information. Stage de Préparation à l'installation Auto-Entreprise. Assistance aux formalités d'immatriculation

Entretien orientation. Demi-journée d information. Stage de Préparation à l'installation Auto-Entreprise. Assistance aux formalités d'immatriculation PARCOURS N 2 Devenir Auto Entrepreneur Prendre un bon départ! Entretien orientation Entretien conseil Demi-journée d information Entretien spécialisé : étude de faisabilité Stage de Préparation à l'installation

Plus en détail

Observatoire de l Artisanat Les Artisans en Poitou-Charentes au 30 juin 2013. Région Poitou-Charentes

Observatoire de l Artisanat Les Artisans en Poitou-Charentes au 30 juin 2013. Région Poitou-Charentes Observatoire de l Artisanat Les Artisans en Poitou-Charentes au 30 juin 2013 Région Poitou-Charentes Edito Comme chaque semestre, je tiens à vous présenter au travers de cette publication la synthèse des

Plus en détail

Dossier de presse. Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales. Du 18 au 25 novembre 2011

Dossier de presse. Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales. Du 18 au 25 novembre 2011 Dossier de presse Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales Du 18 au 25 novembre 2011 2 Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales - 18 au 25 novembre 2011

Plus en détail

Discours d inauguration du Campus des métiers et de l artisanat Lot

Discours d inauguration du Campus des métiers et de l artisanat Lot Discours d inauguration du Campus des métiers et de l artisanat Lot - Vendredi 2014 - Merci Monsieur le Ministre, cher Martin, Monsieur le Sénateur, [Gérard Miquel], Mesdames et Messieurs les Parlementaires,

Plus en détail

2h 30 ÉDITO A25. Sommaire. Paris. Chiffres clés atouts du territoire. km 2 CRÉER ET REPRENDRE. Londres. Bruxelles. Lille

2h 30 ÉDITO A25. Sommaire. Paris. Chiffres clés atouts du territoire. km 2 CRÉER ET REPRENDRE. Londres. Bruxelles. Lille ÉDITO CRÉER ET REPRENDRE Les derniers chiffres de l Insee l affirment : la France bat des records de création d entreprises et notamment grâce aux EN auto-entrepreneurs. FLANDRE INTÉRIEURE Sur Agglopole

Plus en détail

Catalogue formations

Catalogue formations Chambre de Métiers et de l Artisanat de Lot-et-Garonne Catalogue formations 2 nd semestre 2011! À LIRE attentivement Sommaire 1.INFORMATIQUE/INTERNET...p4-5 Word, Excel, power-point, ciel compta, création

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. L ameublement : une filière qui a le vent en poupe PÔLE LORRAIN DE L AMEUBLEMENT BOIS

COMMUNIQUÉ. L ameublement : une filière qui a le vent en poupe PÔLE LORRAIN DE L AMEUBLEMENT BOIS COMMUNIQUÉ L ameublement : une filière qui a le vent en poupe PÔLE LORRAIN DE L AMEUBLEMENT BOIS L ameublement : une filière qui a LE VENT EN POUPE Riche en opportunités de carrière, le secteur de l ameublement

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE PLAN DE RELANCE DE L APPRENTISSAGE

DOSSIER DE PRESSE PLAN DE RELANCE DE L APPRENTISSAGE DOSSIER DE PRESSE PLAN DE RELANCE DE L APPRENTISSAGE Jeudi 25 juin 2015 Centre de Formation d Apprentis (CFA) d ANNONAY CONTACTS PRESSE : Cabinet du préfet Service Départemental de la Communication Interministérielle

Plus en détail

Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE. Les clés pour réussir votre mission

Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE. Les clés pour réussir votre mission Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE Les clés pour réussir votre mission 2 L APPRENTISSAGE, UN PARCOURS «GAGNANT - GAGNANT» Côté entreprise : C est

Plus en détail

M é t e i e t r d s e d l e a l R H e ô s t t a e u l l r e a r t i i e o n N 2 5

M é t e i e t r d s e d l e a l R H e ô s t t a e u l l r e a r t i i e o n N 2 5 M é t i e r s d e l H ô t e l l e r i e e t d e l a R e s t a u r a t i o n N 2 5 Faites de votre D O S S I E R D U M O I S Les Métiers de l Hôtellerie 2 L hôtellerie et la restauration sont des secteurs

Plus en détail

REPRISE - CREATION D ENTREPRISE

REPRISE - CREATION D ENTREPRISE REPRISE - CREATION D ENTREPRISE Stage de préparation à l installation Une équipe de chargés de développement économique à votre écoute Vous souhaitez devenir chef d entreprise, la Chambre de Métiers et

Plus en détail

L Artisanat rhônalpin

L Artisanat rhônalpin L Artisanat rhônalpin Enquête de conjoncture Édito du Président Fort de plus de 119 42 entreprises en Rhône- Alpes, l Artisanat représente 1 entreprise sur 4 de la Région. Présent dans les secteurs de

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

www.cma13.fr b[i iebkj_edi 9C7 ')

www.cma13.fr b[i iebkj_edi 9C7 ') www.cma13.fr b[i iebkj_edi 9C7 ') Permettre à des jeunes de devenir apprentis, c est leur offrir une vraie chance de réussite professionnelle et c est apporter de la richesse à votre entreprise. La Chambre

Plus en détail

L apprentissage : vérités et enjeux

L apprentissage : vérités et enjeux L apprentissage : vérités et enjeux Sommaire 1. Dossier de presse L apprentissage, vérités et enjeux p.2 L enquête en quelques mots p.3 Une tradition dans l artisanat p.5 2. Clef USB Bilan sociétal de

Plus en détail

offre de services tous les professionnels accompagnés par la chambre de métiers et de l artisanat de paris.

offre de services tous les professionnels accompagnés par la chambre de métiers et de l artisanat de paris. offre de services tous les professionnels accompagnés par la chambre de métiers et de l artisanat de paris. powered by 1984 _ www.1x9x8x4.com Une bonne idée est une idee qui voit le jour. édito Avec son

Plus en détail

Guide des aides à l apprentissage

Guide des aides à l apprentissage APPRENTISSAGE Guide des aides à l apprentissage 2015-2016 La Région Languedoc-Roussillon s est engagée à améliorer les conditions de vie des apprentis en participant aux frais liés à leur parcours de formation.

Plus en détail

Groupe Alain Guiboud

Groupe Alain Guiboud Groupe Alain Guiboud A chacun ses objectifs, A chacun son opportunité. Frédéric M, Leader depuis 25 ans en vente directe dans le secteur des Produits de Beauté Naturels, du bien-être, des Parfums et des

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE LA PRE-GARANTIE SIAGI & LA GARANTIE RELAIS. Dispositifs d aide au financement pour les artisans de la Manche

DOSSIER DE PRESSE LA PRE-GARANTIE SIAGI & LA GARANTIE RELAIS. Dispositifs d aide au financement pour les artisans de la Manche DOSSIER DE PRESSE LA PRE-GARANTIE SIAGI & LA GARANTIE RELAIS Dispositifs d aide au financement pour les artisans de la Manche Chambre de Métiers et de l Artisanat de la Manche Avenue Général Patton 50201

Plus en détail

Dossier de presse. La campagne d information sur les métiers de l artisanat, du bâtiment et les métiers de bouche. Synthèse page 2

Dossier de presse. La campagne d information sur les métiers de l artisanat, du bâtiment et les métiers de bouche. Synthèse page 2 Dossier de presse La campagne d information sur les métiers de l artisanat, du bâtiment et les métiers de bouche Synthèse page 2 Le contexte de la campagne page 5 Le déroulement de la campagne page 7 Faits

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE SYNTHESE / Peintures Carrosserie R-M Septembre 2015 LANCEMENT DU CONCOURS NATIONAL BEST PAINTER CONTEST R-M 2016

COMMUNIQUÉ DE SYNTHESE / Peintures Carrosserie R-M Septembre 2015 LANCEMENT DU CONCOURS NATIONAL BEST PAINTER CONTEST R-M 2016 COMMUNIQUÉ DE SYNTHESE / Peintures Carrosserie R-M Septembre 2015 LANCEMENT DU CONCOURS NATIONAL BEST PAINTER CONTEST R-M 2016 Inscription du 15 septembre au 15 octobre 2015 La 13 e édition nationale du

Plus en détail

Atelier Prospectif «Artisanat» Réunion 2

Atelier Prospectif «Artisanat» Réunion 2 Atelier Prospectif «Artisanat» Réunion 2 Contexte de l offre de formation professionnelle initiale Arras le 17 mars 2015 Offre de formation professionnelle initiale La politique de l Education Nationale

Plus en détail

éducation, formation, apprentissage,

éducation, formation, apprentissage, éducation, formation, apprentissage, la Région accompagne les apprenants La Région, créatrice d avenir pour ses habitants octobre 2014 2 région franche-comté éducation, formation, apprentissage, la région

Plus en détail

Document édité par S.P. DPE FREDERICM Groupe AX101 pour reseau83 site info : www.reseau38.com

Document édité par S.P. DPE FREDERICM Groupe AX101 pour reseau83 site info : www.reseau38.com Document édité par S.P. DPE FREDERICM Groupe AX101 pour reseau83 site info : www.reseau38.com A chacun ses objectifs, A chacun son opportunité. Frédéric M, Leader depuis 25 ans en vente directe dans le

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6 NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE Décembre 2014 - N 6 ENQUETE DU 2 nd SEMESTRE 2014 SOMMAIRE Tendance générale Tendance par département Tendance par grand secteur Focus sur les conjoints

Plus en détail

Marché à procédure adaptée (Article 28 du CMP)

Marché à procédure adaptée (Article 28 du CMP) Marché à procédure adaptée (Article 28 du CMP) Marché 02/2012 02/03/2012 Nom et adresse de l organisme acheteur Chambre de Métiers et de l Artisanat du Val d Oise 1 avenue du Parc 95015 CERGY-PONTOISE

Plus en détail

EDITO. Les chiffres clés. L artisanat gersois

EDITO. Les chiffres clés. L artisanat gersois EDITO Les chiffres clés Niveau départemental (au 01.01.2012) : 11 273 entreprises* Alors que les indicateurs économiques se montrent toujours pessimistes, qu en est-il de la santé des entreprises artisanales?

Plus en détail

Rapport d activité 2012

Rapport d activité 2012 79% Hommes 53% Indépendants 5% Créer du lien, favoriser les échanges entre entrepreneurs, rompre la solitude des chefs d entreprise, tels sont les enjeux des Réseaux des créateurs BGE : Oxygène. entreprises

Plus en détail

CIFAM. www.cifam.fr FORMATEUR DE TALENTS. Les Métiers du Tertiaire par l Apprentissage. Je flashe sur les métiers du Tertiaire

CIFAM. www.cifam.fr FORMATEUR DE TALENTS. Les Métiers du Tertiaire par l Apprentissage. Je flashe sur les métiers du Tertiaire CIFAM FORMATEUR DE TALENTS Les Métiers du Tertiaire par l Apprentissage Comptable Gestionnaire Assistant de Gestion PME/PMI Je flashe sur les métiers du Tertiaire www.cifam.fr Sommaire Avec le CIFAM,

Plus en détail

Le contrat d apprentissage

Le contrat d apprentissage Mai 2009 contrats et mesures Le contrat d apprentissage Vous recrutez un jeune tout en bénéficiant d avantages financiers. Vous le préparez à un métier de votre entreprise et à une qualification professionnelle

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE VENDREDI 25 OCTOBRE 2013 11 h 45 à Agneaux (CCI, rue de l Oratoire)

CONFERENCE DE PRESSE VENDREDI 25 OCTOBRE 2013 11 h 45 à Agneaux (CCI, rue de l Oratoire) CONFERENCE DE PRESSE VENDREDI 25 OCTOBRE 2013 11 h 45 à Agneaux (CCI, rue de l Oratoire) Sommaire Journée Créer, reprendre une entreprise en Normandie Une journée consacrée à la création, à la reprise

Plus en détail

CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION. L ANFA a créé ce mode d emploi pour vous accompagner et vous guider tout au long de votre CQP.

CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION. L ANFA a créé ce mode d emploi pour vous accompagner et vous guider tout au long de votre CQP. CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION L ANFA a créé ce mode d emploi pour vous accompagner et vous guider tout au long de votre CQP. Sommaire 1 2 3 4 5 6 7 8 9 Qu est-ce que le CQP? 3 Quels sont les objectifs

Plus en détail

Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile

Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile Vous souhaitez créer votre institut ou devenir indépendante en réalisant des soins à domicile? Vous ne savez pas quelles démarches entreprendre et quelles

Plus en détail

CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS POUR LA MODERNISATION ET LE DEVELOPPEMENT DE L APPRENTISSAGE

CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS POUR LA MODERNISATION ET LE DEVELOPPEMENT DE L APPRENTISSAGE CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS POUR LA MODERNISATION ET LE DEVELOPPEMENT DE L APPRENTISSAGE VU l article L. 118-1 du code du travail ; VU la loi n 2005-32 du 18 janvier 2005 de programmation pour la

Plus en détail

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Synthèse Contrat d Objectifs Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Rédaction Christiane LAGRIFFOUL () Nadine COUZY (DR ANFA

Plus en détail

MIEUX GÉRER ET DÉVELOPPER VOTRE ENTREPRISE, RENFORCER OU ACQUÉRIR DE NOUVELLES COMPÉTENCES.

MIEUX GÉRER ET DÉVELOPPER VOTRE ENTREPRISE, RENFORCER OU ACQUÉRIR DE NOUVELLES COMPÉTENCES. MIEUX GÉRER ET DÉVELOPPER VOTRE ENTREPRISE, RENFORCER OU ACQUÉRIR DE NOUVELLES COMPÉTENCES. Dirigeants d entreprise artisanale, vos responsabilités vous imposent de faire preuve d une grande polyvalence

Plus en détail

Le challenge du renforcement des compétences. La qualité du service après vente : un enjeu stratégique. Un partenariat ambitieux avec l OFPPT

Le challenge du renforcement des compétences. La qualité du service après vente : un enjeu stratégique. Un partenariat ambitieux avec l OFPPT SOMMAIRE Le challenge du renforcement des compétences 2 La qualité du service après vente : un enjeu stratégique 2 Un partenariat ambitieux avec l OFPPT 3 Une meilleure adéquation entre la formation et

Plus en détail

Icam site de Paris Sénart Rencontre Entreprises 30 mai 2013

Icam site de Paris Sénart Rencontre Entreprises 30 mai 2013 Icam site de Paris Sénart Rencontre Entreprises 30 mai 2013 L Icam en Bref De 1898 à nos jours 1898 : création de l Institut Catholique des Arts et Métiers à Lille 1903 : création de la formation professionnelle

Plus en détail

Bouches-du-Rhône LE MONDE DES. www.cma13.fr Un nouveau portail d informations pour les artisans du 13 Lire P. 7 LA FOIRE DE MARSEILLE P.

Bouches-du-Rhône LE MONDE DES. www.cma13.fr Un nouveau portail d informations pour les artisans du 13 Lire P. 7 LA FOIRE DE MARSEILLE P. LE MONDE DES RETROUVEZ DANS CE NUMÉRO TOUTE L'INFORMATION DE VOTRE CMA rtisans ÉDITION Bouches-du-Rhône Bimestriel n 66 septembre-octobre 2008 1 www.cma13.fr Un nouveau portail d informations pour les

Plus en détail

Michaël VIDEMENT m.videment@cma84.fr Tél : 04 90 80 65 43 35 rue Joseph Vernet BP 40208-84009 Avignon Cedex 1

Michaël VIDEMENT m.videment@cma84.fr Tél : 04 90 80 65 43 35 rue Joseph Vernet BP 40208-84009 Avignon Cedex 1 La Chambre de Métiers et de l Artisanat de Vaucluse (CMA 84) et le réseau des Chambres de Métiers de la Région Provence-Alpes-Côte d Azur se mobilisent en 2013. Afin de promouvoir, auprès des jeunes de

Plus en détail

Résultats de l enquête OPALE Outil de Prévision de l Artisanat de Lorraine MOT DU PRÉSIDENT - L artisanat lorrain

Résultats de l enquête OPALE Outil de Prévision de l Artisanat de Lorraine MOT DU PRÉSIDENT - L artisanat lorrain Résultats de l enquête OPALE Outil de Prévision de l Artisanat de Lorraine MOT DU PRÉSIDENT - L artisanat lorrain La fin de l année est l occasion pour chacun de faire le point sur la situation économique

Plus en détail

«Créer et gérer son entreprise»

«Créer et gérer son entreprise» FORMATION CREATION D ENTREPRISE Vous voulez créer ou reprendre une entreprise? (services, commerce, artisanat, activité libérale...) Vous souhaitez vous préparer à votre futur métier de chef d entreprise?

Plus en détail

Avec la formation, concrétisez vos ambitions!

Avec la formation, concrétisez vos ambitions! Avec la formation, concrétisez vos ambitions! Tout au long la de votre vie, CMA 30 est là... 2 Sommaire Compétences de base........................................................ p. 4 Organisation administrative.............................................

Plus en détail

75 questions pour mieux cerner votre projet

75 questions pour mieux cerner votre projet Je crée ma boîte Les bonnes questions à se poser 75 questions pour mieux cerner votre projet Il est essentiel de prendre le temps de se demander au préalable quelle vie on souhaite mener. Il faut voir

Plus en détail

AGASC / BUREAU INFORMATION JEUNESSE 06700 SAINT LAURENT DU VAR Tel : 04.93.07.00.66 bij@agasc.fr www.agasc.fr

AGASC / BUREAU INFORMATION JEUNESSE 06700 SAINT LAURENT DU VAR Tel : 04.93.07.00.66 bij@agasc.fr www.agasc.fr Avant de se former il est indispensable de bien s informer, pour se faire tout un réseau existe afin de pallier à toutes les éventualités ou vos besoins en formation. Pour les acteurs de l orientation

Plus en détail

CIFAM FORMATEUR DE TALENTS

CIFAM FORMATEUR DE TALENTS CIFAM FORMATEUR DE TALENTS Les Métiers du Tertiaire par l Apprentissage Comptable Gestionnaire Assistant de Gestion PME/PMI Retrouvez toutes nos formations sur www.cma-nantes.fr (espace CIFAM) Sommaire

Plus en détail

Mieux vous connaître pour mieux vous accompagner

Mieux vous connaître pour mieux vous accompagner Mieux vous connaître pour mieux vous accompagner 2 cours Monseigneur Roméro - CS 50135 91004 EVRY Cedex Tel: 01.60.79.91.29- Fax : 01.64.97.94.98 Mel : crea-911 Page @essonne.cci.fr 0 www.essonne.cci.fr

Plus en détail

autofocus L insertion professionnelle des jeunes formés aux métiers de l automobile La lettre de l Observatoire de l ANFA

autofocus L insertion professionnelle des jeunes formés aux métiers de l automobile La lettre de l Observatoire de l ANFA autofocus La lettre de l Observatoire de l ANFA N 55 OCTOBRE 2013 L'EMPLOI DES APPRENTIS REPART DOUCEMENT MALGRÉ UNE TENDANCE à la BAISSe En février 2012, 60% des apprentis sortis de formation automobile

Plus en détail

PROJET. La Duchère. Entrepreneurs. La Duchère, un territoire à la hauteur de vos projets

PROJET. La Duchère. Entrepreneurs. La Duchère, un territoire à la hauteur de vos projets PROJET Lyon PROJET Lyon La Duchère La Duchère Entrepreneurs La Duchère, un territoire à la hauteur de vos projets Sur la 3 e colline de Lyon un site accessible, un quartier attractif Au nord-ouest de Lyon,

Plus en détail

DE MÉTIERS ET DE L ARTISANAT DE LA HAUTE-MARNE 9, - CS 12053-52902 CHAUMONT CEDEX

DE MÉTIERS ET DE L ARTISANAT DE LA HAUTE-MARNE 9, - CS 12053-52902 CHAUMONT CEDEX L apprentissage est une forme d éducation alternée. Il a pour but de donner à des jeunes travailleurs ayant satisfait à l obligation scolaire une formation générale, théorique et pratique, en vue de l

Plus en détail

ART AVENIR LE SALON DES METIERS D ART, DE SERVICES ET DE FABRICATION DE MIDI-PYRENEES LUNDI 30 MARS

ART AVENIR LE SALON DES METIERS D ART, DE SERVICES ET DE FABRICATION DE MIDI-PYRENEES LUNDI 30 MARS DOSSIER DE PRESSE ART AVENIR LE SALON DES METIERS D ART, DE SERVICES ET DE FABRICATION DE MIDI-PYRENEES LUNDI 30 MARS 2015 Orientation Emploi Insertion Apprentissage Réussite professionnelle Artisanat

Plus en détail

MERCREDI 16 NOVEMBRE 2011 à 19H

MERCREDI 16 NOVEMBRE 2011 à 19H 1 MERCREDI 16 NOVEMBRE 2011 à 19H Palais Royal Place de L Amirande - AVIGNON LES CONTACTS PRESSE Contacts Presse Banque Populaire Provençale et Corse : - Frédéric DELATTRE - Tel : 04 91 17 66 36 frederic.delattre@bppc.fr

Plus en détail

Conférence de presse Lancement des «Oséades de la création d entreprise»

Conférence de presse Lancement des «Oséades de la création d entreprise» DOSSIER DE PRESSE Conférence de presse Lancement des «Oséades de la création d entreprise» Mardi 9 octobre 2012 CONTACTS PRESSE : CG74 ALEXANDRA CARRAZ 04 50 33 50 02 CCI MAGALI SERRANO 04 50 33 71 30

Plus en détail

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des La piste des métiers Focus sur les métiers administratifs et comptables L es métiers administratifs et comptables représentent environ 20% des emplois de Poitou-Charentes. Ils ne forment pas pour autant

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3309 Convention collective nationale IDCC : 2272. ASSAINISSEMENT ET MAINTENANCE INDUSTRIELLE (1 re édition.

Plus en détail

Accélérateur de Compétences

Accélérateur de Compétences Accélérateur de Compétences progressions professionnalisme pédagogies métiers ressources expériences compétences apprentissages qualifications FORMATIONS DIPLÔMANTES OU QUALIFIANTES > COMMERCE > DISTRIBUTION

Plus en détail

Management de la distribution

Management de la distribution NOUVELLE FORMATION RENTRÉE 2013 Master 2 Alternance Contrat PRO À LYON Management de la distribution C est quoi l IMMD? 30 130 ans d existence enseignants professionnels 4SITES à Roubaix, Lille, Paris,

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT DES PAYS DE LA LOIRE 2nd semestre 2013 - Edition Janvier 2014 Au cours du second semestre, l activité a été contrastée. Même si le nombre d artisans déclarant une hausse

Plus en détail

DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3

DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3 2009 DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3 NEGOCIA et PROCOS se sont engagés avec succès, depuis 9 ans, dans la formation de «Développeur d enseigne». Les chiffres parlent d eux-mêmes :

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE SYNTHESE / Peintures Carrosserie R-M Octobre 2015 CONCOURS NATIONAL BEST PAINTER CONTEST R-M 2016 RECORD DʼINSCRIPTION

COMMUNIQUÉ DE SYNTHESE / Peintures Carrosserie R-M Octobre 2015 CONCOURS NATIONAL BEST PAINTER CONTEST R-M 2016 RECORD DʼINSCRIPTION Press Release COMMUNIQUÉ DE SYNTHESE / Peintures Carrosserie R-M Octobre 2015 CONCOURS NATIONAL BEST PAINTER CONTEST R-M 2016 RECORD DʼINSCRIPTION Inscription du 15 septembre au 30 octobre 2015 La 13e

Plus en détail

Mettez toutes les chances de votre côté pour réussir votre parcours. Le guide

Mettez toutes les chances de votre côté pour réussir votre parcours. Le guide Mettez toutes les chances de votre côté pour réussir votre parcours à l Université de Cergy-Pontoise Le guide du SCUIO-IP Service commun universitaire d information, d orientation et d insertion professionnelle

Plus en détail

LES FORMATIONS. Métiers. A l'issue de cette activité, tu devras être capable de te : Repérer les types de formations.

LES FORMATIONS. Métiers. A l'issue de cette activité, tu devras être capable de te : Repérer les types de formations. 1/7 Observe attentivement les schémas suivants et recopie-les sur une feuille de cours : Les principales voies de formation après la 3 eme CAP : certificat d aptitude professionnelle BEP : brevet d études

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. FESTIBAT 2010 22 Octobre 2010 10h00 à minuit Cité des Sciences & l Industrie à La Villette

DOSSIER DE PRESSE. FESTIBAT 2010 22 Octobre 2010 10h00 à minuit Cité des Sciences & l Industrie à La Villette DOSSIER DE PRESSE FESTIBAT 2010 22 Octobre 2010 10h00 à minuit Cité des Sciences & l Industrie à La Villette Contact Presse MNRA : Elisabeth MARZAT Tél. : 01 53 21 12 44 06 65 59 61 69 Mail : emarzat@mnra.fr

Plus en détail

Créateurs - repreneurs d entreprise

Créateurs - repreneurs d entreprise Créateurs - repreneurs d entreprise L Offre BGE Atlantique-Vendée Loire-Atlantique, 2 ème sem. 2015 Association de conseils et formations en création & développement d entreprises Envie d indépendance?

Plus en détail

NOM : PRENOM : LEA Martin Luther King. Je suis en Terminale CAP Employé de vente spécialisé (option produits alimentaires ) et après, je fais quoi?

NOM : PRENOM : LEA Martin Luther King. Je suis en Terminale CAP Employé de vente spécialisé (option produits alimentaires ) et après, je fais quoi? 60, Rue Georges Corète Tel : 01.47.92.79.68 Je suis en Terminale CAP Employé de vente spécialisé (option produits alimentaires ) et après, je fais quoi? NOM : PRENOM : LEA Martin Luther King 1. Je souhaite

Plus en détail

HÔTELLERIE RESTAURATION

HÔTELLERIE RESTAURATION Edition 2012 Fiche sectorielle HÔTELLERIE RESTAURATION HOTELLERIE/RESTAURATION quantitatives Nombre d emplois (INSEE) - 2009 Nombre d emplois salariés privés (UNISTATIS) - 2011 Evolution annuelle des emplois

Plus en détail

Dossier 2 :La création d entreprise

Dossier 2 :La création d entreprise Dossier :La création d entreprise Corrigé Activité 1 : Les étapes de la création d entreprise 1. D après le document 1, par quelles étapes Philippe est-il passé pour créer son entreprise? Philippe est

Plus en détail

CFA RÉGIONAL DES MÉTIERS 2015 MÉTIERS DE L ENVIRONNEMENT & DU DÉVELOPPEMENT DURABLE EN RÉGION PROVENCE-ALPES-CÔTE D AZUR

CFA RÉGIONAL DES MÉTIERS 2015 MÉTIERS DE L ENVIRONNEMENT & DU DÉVELOPPEMENT DURABLE EN RÉGION PROVENCE-ALPES-CÔTE D AZUR CFA RÉGIONAL DES MÉTIERS 2015 MÉTIERS DE L ENVIRONNEMENT & DU DÉVELOPPEMENT DURABLE EN RÉGION PROVENCE-ALPES-CÔTE D AZUR Qui sommes nous? Le CFA Régional des Métiers de l Environnement et du Développement

Plus en détail

Recruter un(e) apprenti(e) en Pays de la Loire

Recruter un(e) apprenti(e) en Pays de la Loire Recruter un(e) apprenti(e) en Pays de la Loire Édition 2012 Directeur de la publication : Jacques Auxiette Co-directeur de la publication : Marc Farré Rédaction : Direction de l apprentissage Conception

Plus en détail

NATHALIE FORTUNEE DELEGUEE REGIONALE CONSTRUCTYS

NATHALIE FORTUNEE DELEGUEE REGIONALE CONSTRUCTYS NATHALIE FORTUNEE DELEGUEE REGIONALE CONSTRUCTYS Sommaire I. La Présentation du Secteur II. Présentation de l OPCA CONSTRUCTYS Antilles-Guyane III. L Accompagnement des Entreprises du secteur A. La démarche

Plus en détail

www.cauxseine.fr/emploi LA CRÉATION D ENTREPRISE L amorçage du projet

www.cauxseine.fr/emploi LA CRÉATION D ENTREPRISE L amorçage du projet LA CRÉATION D ENTREPRISE L amorçage du projet - Vous êtes demandeur d emploi et cherchez de nouvelles pistes. Vous avez déjà pensé créer votre propre emploi. - Vous exercez une activité professionnelle,

Plus en détail

«Créer et gérer son entreprise»

«Créer et gérer son entreprise» FORMATION CREATION D ENTREPRISE Vous voulez créer ou reprendre une entreprise? (services, commerce, artisanat, activité libérale...) Vous souhaitez vous préparer à votre futur métier de chef d entreprise?

Plus en détail

ils et elles sont fiers de construire

ils et elles sont fiers de construire L A F O R M A T I O N A U X M É T I E R S D U B Â T I M E N T ils et elles sont fiers de construire Les jeunes qui choisissent le bâtiment ont de bonnes raisons de le faire Dans le bâtiment, on se sent

Plus en détail

Coiffure à domicile GUIDE PRATIQUE DE L'ENTREPRISE

Coiffure à domicile GUIDE PRATIQUE DE L'ENTREPRISE Coiffure à domicile GUIDE PRATIQUE DE L'ENTREPRISE 2005 Coiffure à domicile GUIDE PRATIQUE DE L'ENTREPRISE 2005 Editions MCBG 2004-2005 ISBN 2-912929-03-2 Editions MCBG - BP 4171-34092 MONTPELLIER CEDEX

Plus en détail

Communauté d Agglomération du Grand Villeneuvois 1

Communauté d Agglomération du Grand Villeneuvois 1 Communauté d Agglomération du Grand Villeneuvois 1 Les chiffres clés de la création d entreprise 549 138 entreprises créées en France en 2011 Soit 1 nouvelle entreprise par minute 29 455 en Aquitaine 2

Plus en détail

Le développement de la franchise dans le Groupe Casino

Le développement de la franchise dans le Groupe Casino Le développement de la franchise dans le Groupe Casino Dossier de presse 1 Communiqué de presse Le groupe Casino mise sur la franchise pour accélérer le développement de ses enseignes de proximité Mars

Plus en détail

Pari réussi : le visitorat en hausse de 10% valide l attractivité d une programmation renouvelée, marquée par :

Pari réussi : le visitorat en hausse de 10% valide l attractivité d une programmation renouvelée, marquée par : # COMMUNIQUE DE PRESSE // 18 septembre 2014 BILAN DE LA 8 ème EDITION DU SALON CREER Avec 16 192 participants contre 14 830 en 2013 : le Salon Créer «nouvelle formule» clôture une 8 ème édition sous le

Plus en détail

«Mode, luxe, métiers d art : comment transmettre votre PME?» Présentation du guide pratique du cédant

«Mode, luxe, métiers d art : comment transmettre votre PME?» Présentation du guide pratique du cédant Dossier de presse Sommaire «Mode, luxe, métiers d art : comment transmettre votre PME?» : Un guide pratique à l issue du dispositif de soutien aux TPE/PME Conférence du 5 mars 2014 Communiqué de presse

Plus en détail

Sommaire. La Bulgarie, contexte général... 19. Monter un commerce...37. Remerciements...5 Synthèse...7 Information pratique... 11

Sommaire. La Bulgarie, contexte général... 19. Monter un commerce...37. Remerciements...5 Synthèse...7 Information pratique... 11 Sommaire Remerciements............................................................................................5 Synthèse........................................................................................................7

Plus en détail

Soirée remise des diplômes

Soirée remise des diplômes Soirée remise des diplômes CQP Réceptionniste Responsable développement commercial Attaché(e) commercial(e) vendeur(euse) conseiller(e) commercial(e) Tous toqués! Tous toqués! Dossier de presse vendredi

Plus en détail

N 3 EDITO. Madame, Mademoiselle, Monsieur,

N 3 EDITO. Madame, Mademoiselle, Monsieur, N 3 EDITO Madame, Mademoiselle, Monsieur, Depuis plusieurs années, la Communauté de Communes du Pays de Lamastre assure le portage de l Opération Rurale Collective (O.R.C) qui a pour but d aider les commerçants

Plus en détail

L ARTISANAT 1 ère entreprise de France. L apprentissage : Passeport pour l emploi

L ARTISANAT 1 ère entreprise de France. L apprentissage : Passeport pour l emploi L ARTISANAT 1 ère entreprise de France L apprentissage : Passeport pour l emploi le cad de la chambre de Métiers et de l artisanat des conseillers spécialistes de l apprentissage et de l emploi l apprentissage

Plus en détail

CFA création et innovation industrielle

CFA création et innovation industrielle CFA création et innovation industrielle Inauguration à l Ecole de design Nantes Atlantique Atlanpole La Chantrerie Mardi 28 novembre 2006 à 10h45 Communiqué de synthèse p 2 Région des Pays de la Loire

Plus en détail

Le guide des formalités

Le guide des formalités Le guide des formalités Tout au long la de votre vie, CMA 30 est là... Sommaire Quelques rappels importants permettant de faciliter la réalisation des formalités auprès du Service Formalités des Entreprises

Plus en détail

hôtels cafés restaur ants tr aiteurs formation et conseil

hôtels cafés restaur ants tr aiteurs formation et conseil hôtels cafés restaur ants formation tr aiteurs et conseil 2015 ASFOREST, votre partenaire FORmation et conseil ASFOREST, association de formation continue du Synhorcat, conseille et accompagne depuis 1975

Plus en détail

Lycées du Val d Oise préparant au CAP (cliquez sur l établissement pour connaitre les CAP préparés)

Lycées du Val d Oise préparant au CAP (cliquez sur l établissement pour connaitre les CAP préparés) Lycées du Val d Oise préparant au CAP (cliquez sur l établissement pour connaitre les CAP préparés) St O.l Aumône industriel du château d'épluches Lycée Edmond Rostand Chars régional du Vexin Taverny Lycée

Plus en détail