Qu est-ce que le réseau MedPAN?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Qu est-ce que le réseau MedPAN?"

Transcription

1 Qu est-ce que le réseau MedPAN? Le réseau MedPAN est coordonné par le WWF-France The MedPAN network is coordinated by WWF-France MedPAN est le réseau des gestionnaires d aires marines protégées de Méditerranée. Ce projet d une durée de trois ans ( ) est financé par l initiative Interreg IIIC zone Sud. Il rassemble 23 partenaires de 11 pays du pourtour méditerranéen, dont 14 partenaires européens (France, Italie, Grèce, Espagne, Malte, Slovénie) et 9 partenaires de pays non européens (Maroc, Tunisie, Algérie, Croatie, Turquie). Ces partenaires gèrent plus de 20 aires marines protégées et travaillent la création de plusieurs sites. Le réseau a pour objectif de faciliter les échanges entre aires marines protégées méditerranéennes afin d améliorer l efficacité de la gestion de ces territoires. En particulier, le réseau permet de : promouvoir le partage d expériences et de bonnes pratiques entre gestionnaires ; proposer des solutions aux problèmes de gestion des aires marines protégées ; améliorer les compétences des gestionnaires ; faire connaître le rôle des aires marines protégées et favoriser leur reconnaissance ; diffuser des messages communs à l ensemble des aires marines protégées. Le réseau organise plusieurs ateliers thématiques chaque année sur des problématiques de gestion communes à l ensemble des aires marines protégées. Le réseau finance la réalisation d études. Le réseau a pour vocation de produire des outils méthodologiques destinés à aider les gestionnaires dans leur travail quotidien. Le réseau publie également le Répertoire global des aires marines protégées de Méditerranée. Crédits photo / Photo credits: (c) WWF-Canon / Michel GUNTHER Rapport d évaluation de l impact de la protection du milieu marin sur les activités socio-économiques présentes au sein des Aires Marines Protégées de Méditerranée Etude Réseau des gestionnaires d aires marines protégées en Méditerranée The Network of Managers of Marine Protected Areas in the Mediterranean Etude Rapport d évaluation de l impact de la protection du milieu marin sur les activités socio-économiques présentes au sein des Aires Marines Protégées de Méditerranée Docteur en sciences de gestion Expert près la Cour d Appel de Bastia Professeur associé à l Université de Corse 25 bis, rue Luce de Casabianca Bastia Tél. (495)

2 Rapport d évaluation de l impact de la protection du milieu marin sur les activités socioéconomiques présentes au sein des Aires Marines Protégées de Méditerranée Version finale Vendredi 28 septembre 2007 Docteur en sciences de gestion Expert près la Cour d Appel de Bastia Professeur associé à l Université de Corse 25 bis, rue Luce de Casabianca Bastia tel. (495)

3 Sommaire 1. Quelques éléments de méthodologie Les objectifs de l étude La méthodologie employée Les différentes phases de la mission Les sources d information Les limites de la démarche d investigation Vers un cadre général d analyse pour les AMP L AMP : un mode de gestion singulier Une définition pragmatique des AMP de Méditerranée Le périmètre organisationnel et institutionnel Les retombées socioéconomiques : un cadre méthodologique en devenir Les enjeux socioéconomiques L impact sur la pêche La dimension touristique Des retombées plus larges? Une modélisation des retombées La perspective des acteurs de terrain La conduite d une enquête qualitative Les conditions de réalisation de l enquête L analyse contextuelle Les thématiques essentielles Les enseignements qualitatifs Un contrepoint pratique sur les effets sectoriels Les hypothèses socioéconomiques proposées La conduite d une enquête quantitative La conduite des opérations techniques de mesure La rédaction du questionnaire 66 2

4 Les aspects pratiques Les résultats empiriques Le régime de protection Les activités présentes au sein des AMP La gestion des AMP Vers un cadre analytique global L élaboration d un canevas analytique global Des pratiques de management en devenir Le management des AMP La place du partenariat 110 BIBLIOGRAPHIE 116 Liste des tableaux 119 Liste des figures 121 Annexes 122 3

5 1. Quelques éléments de méthodologie Il semble important, à ce stade initial de l exposé de l évaluation, de détailler les conditions dans lesquelles ont été conduites l étude : outre la présentation traditionnelle du périmètre du travail effectué par les consultants, qui est nécessaire à la compréhension des résultats exposés, cette étape revêt, dans ce cas précis, un rôle et un intérêt particuliers, en raison du caractère exigeant de la méthodologie employée et de la qualité très hétérogène des informations statistiques utilisées Les objectifs de l étude La mission confiée à notre cabinet, qui avait pour objet la réalisation d une évaluation des retombées socioéconomiques au sein des AMP, a obéi à un double impératif : Sérier et quantifier, tout d abord, les mécanismes producteurs de synergies économiques et sociales ; Et, sur cette base, définir un cadre productif d échanges avec les acteurs privés et publics des AMP, en rationalisant la gestion des moyens employés. Ce travail se différencie ainsi d une traditionnelle évaluation de politiques publiques, en ce sens qu elle ne tend pas à mesurer les conditions de réalisation des objectifs premiers d une organisation en l occurrence une Aire Marine Protégée- mais bien à déterminer son impact sur son environnement humain en étudiant les complémentarités induites. L environnement dans lequel doit s effectuer cette étude est marqué par une forte spécificité issue : Du caractère particulier des missions assumées par les Aires Marines Protégées et de la réglementation nationale et internationale qui y régule en conséquence l activité ; 4

6 De la déclinaison originale de ces missions au sein de la zone méditerranéenne ; De l intégration de ces AMP dans le programme européen Medpan ce qui achève de les solidariser et de les singulariser. Dans ce contexte, les AMP doivent réconcilier des activités parfois partiellement antinomiques, telles que la préservation de l environnement qui les intéresse au premier chef et les activités humaines, constituées notamment par le tourisme, qui peut adopter des formes très intensives, ou les activités d exploitation du milieu marin telles que la pêche professionnelle La méthodologie employée La présentation de la méthodologie portera successivement sur les différentes phases de la mission puis sur les sources d informations consultées qui ont conditionné la délimitation du périmètre de l étude. On notera que la mise en œuvre de cette méthodologie s est effectuée sous le contrôle continu des services de l OEC par le biais d échanges de mails, de contacts téléphoniques et de réunions ponctuelles Les différentes phases de la mission Conformément aux indications du cahier des charges, trois phases essentielles ont été distinguées dans la réalisation de la mission. Phase n 1. La définition de la dimension socioéconomique des AMP Il s est agi, dans un premier temps, d étudier la problématique socioéconomique des AMP afin : a) de tracer ses contours Le travail initial a donc consisté à étudier les interactions systématiquement constatées entre le niveau d activité économique et de développement social, d une part, et le programme de préservation environnementale développé par les AMP. On a porté particulièrement attention : aux secteurs économiques concernés 5

7 à la dimension des acteurs privés implantés sur la zone à la relation entre les initiatives structurantes des gestionnaires des aires et les développements économiques observés. Cette démarche permet de disposer d une embase analytique partagée, qui sera employée comme source d inspiration méthodologique. b) puis de définir une méthodologie d analyse spécifique. Le cadre ainsi élaboré a facilité la formulation d hypothèses de travail qui seront situées au cœur de la démarche d investigation préconisée par le cahier des charges. Les aspects clefs des interrelations entre politique environnementale et activités économiques ont été recensés dans le questionnaire diffusé auprès des responsables des AMP. Phase n 2. La conduite d une enquête systématique Cette enquête devra permettre d atteindre deux objectifs complémentaires : a) Dresser une typologie opérationnelle des AMP Il s agit de répartir les AMP sur le fondement des diverses configurations socioéconomiques rencontrées en s attachant à établir des correspondances entre caractéristiques de la politique environnementale et niveau de développement observé. b) Analyser la qualité des dispositions mises en œuvre Une démarche de comparaison systématique a ici permis d évaluer les mérites respectifs des systèmes mis en place, en prenant notamment en compte les arbitrages éventuels entre bénéfices environnementaux et bénéfices économiques, qu ils soient publics ou privés. Ce travail débouchera sur l identification de bonnes pratiques qui constitueront le socle des préconisations de la phase suivante. Phase n 3. La synthèse exploratoire L ensemble des analyses qui précèdent indique clairement des pistes d amélioration et de réforme du système actuel. Il s agit de les colliger dans le but de définir des axes de travail et une méthode organisationnelle correspondante, en se 6

8 fondant sur les leçons de l expérience internationale tout en inventoriant les investigations complémentaires nécessaires à une meilleure connaissance du phénomène. Le schéma présenté page suivante reprend l articulation de ces divers aspects du travail en explicitant leur insertion dans le corps du rapport Les sources d information Plusieurs démarches concomitantes ont été conduites afin de combiner les sources d information. Source n 1. Les recherches documentaires Cette tâche repose sur une synthèse documentaire et une analyse statistique de sources secondaires disponibles auprès des divers intervenants institutionnels. Les études publiques et les publications scientifiques portant sur les interactions entre sphères économique et environnementale dans le cadre des zones naturelles préservées en général, ont servi à la définition du cadre général d analyse des retombées socioéconomiques, en vue de l appliquer ensuite au cas très spécifique des AMP. Il s est agi ensuite, pour le cabinet missionné, de procéder à la collecte et au tri des informations statistiques existantes, par exemple à l Agence du Tourisme de la Corse (ATC), et auprès des Offices du Tourisme concernés (fréquentation, demandes d information, motifs des séjours). Le traitement statistique de ces informations sera effectué en fonction de leur qualité. 7

9 Analyse documentaire et statistique (chapitre 2) L étude qualitative (chapitre 3) Les processus de management du secteur Les facteurs bloquants Les hypothèses de l étude quantitative L étude quantitative (Chapitre 4) Réalisation de l étude Typologie des acteurs Validation des hypothèses Figure 1. L articulation méthodologique Synthèse exploratoire et pistes d études (Chapitre 5) Investigations complémentaires Bonnes pratiques identifiées 8

10 Deux types de résultats étaient attendus de ces démarches : Les caractéristiques essentielles des AMP (une bonne compréhension des contraintes réglementaires est indispensable à la conduite d une évaluation de cet ordre) ; La définition du cadre général de la relation entre AMP et développement socioéconomique. On souhaitait ici obtenir des éléments très pragmatiques, notamment relatifs à la pêche professionnelle ou à la problématique touristique en général : comment se répartissent flux touristiques spécifiques dans le temps (saisonnalité) et dans l espace (impact territorial)? De quel type de consommation procèdent-ils (caractéristiques de la demande touristique, type de produits, etc.)? Quelles sont les implications en matière de plaisance? Source n 2. Une étude qualitative Il s agissait par ce biais de décrire de façon lisible, notamment à partir de l étude de deux AMP, l ensemble de l offre environnementale pouvant concourir au développement économique. Au moyen d une lecture longitudinale, on a donc traité suivant les recommandations du commanditaire, des AMP de la Réserve Naturelle de Scandola (gestionnaire PNRC) et de la Réserve Naturelle des Bouches de Bonifacio (gestionnaire O.E.C.), susceptible de préfigurer le futur Parc Marin International entre la Corse et la Sardaigne. Pour chacun de ces deux territoires, il s est agi : D identifier les contours de la politique de gestion mise en œuvre De sérier les choix de développement effectués De recenser les moyens mobilisés et les partenariats développés D estimer enfin les résultats obtenus. Cette phase d investigation de terrain constitue également le préalable indispensable à la conduite d une enquête quantitative plus large, dont l ambition est de traiter des problématiques managériales et économiques complexes. Parmi les interlocuteurs retenus, on a souhaité rencontrer à la fois des acteurs institutionnels, qui jouissent d une vision transversale de la 9

11 problématique du développement, et des acteurs privés qui représentent les «praticiens» de la filière, percevant à ce titre plus directement les conséquences socioéconomiques liées à l effet réserve. Afin de conduire à bien cette consultation, on a donc procédé selon la technique des entretiens dits semi-directifs, en recourant à des guides d entretien spécifiques. Les guides d entretien utilisés pour la réalisation de cette enquête ont donc revêtu une grande importance et sont reproduits à l annexe n 1 du rapport. On notera que ces éléments ont irrigué toute la réflexion méthodologique aval débouchant sur la réalisation de l enquête quantitative. Ils ont permis l élaboration d un cadre d interprétation global des mesures statistiques directes réalisées par la suite. Si les contours méthodologiques essentiels de la démarche sont esquissés dans le cahier des charges et dans cette proposition, le travail qui précède semble indispensable à la mise en œuvre du processus d évaluation en raison même du caractère exploratoire de l étude conduite. L apport des volets précédents peut s envisager à l aune d une double contribution : a) Une contribution conceptuelle La méthode de l enquête socioéconomique suppose en effet la définition d hypothèses de travail propres à la problématique étudiée. Il peut s agir d hypothèses descriptives ou explicatives qui, en fonction de leur validation éventuelle dans le cadre des étapes ultérieures, conditionneront l évaluation. b) Une contribution opérationnelle A chaque hypothèse de travail correspond une série de mesures économiques destinée à validation empirique, sur la base de l échantillon retenu. La pertinence de ces mesures est étroitement conditionnée par le contexte. Le schéma présenté page suivante illustre le rôle essentiel de cette étape dans la méthodologie globale. Figure 2. Les étapes de la méthodologie (1 ère partie) 10

12 Analyse première des informations existantes Recherche documentaire : éléments administratifs, économiques, Collecte et retraitement des informations secondaires : statistiques diverses (brutes ou exploitées) La formulation d hypothèses économiques Recherches qualitatives Elaboration de guides d entretien spécifiques Réalisation des entretiens (logique de réplication) Collecte des documents spécifiques Synthèse globale Détermination d un corps d hypothèses Se prêtant à vérification empirique Mettant en relation les caractéristiques des aires et leur impact socioéconomique La réalisation de l étude quantitative 11

13 Source n 3. Une étude quantitative L ensemble des informations collectées a donc permis d affiner les contours de la démarche et de s orienter résolument vers une mesure empirique des phénomènes au moyen d une étude quantitative. Dans le prolongement de la modélisation supra, le schéma page suivante reprend les diverses phases de cette étape, en soulignant son articulation avec l étape 4. On soulignera ici que le questionnaire employé devait répondre à certain nombre d exigences techniques : il constitue en effet un des éléments essentiels de l enquête. Il est l instrument d enregistrement et de stockage de l information. C est pourquoi il convient d accorder beaucoup de soin à sa préparation et minimiser ainsi les biais statistiques (erreurs qui orientent les résultats d une enquête et sont susceptibles de fausser les conclusions) en rendant le questionnaire facile à remplir et incitatif. Son élaboration doit tenir compte d un certain nombre de contraintes : par exemple, les objectifs de la recherche, la méthode de recueil adoptée, la population interrogée, les possibilités du programme de traitement des données. Un questionnaire doit donc répondre à des règles bien précises. Le pré-test qui a précédé son administration a permis d ajuster cet outil de recueil des informations aux exigences manifestes du terrain. Figure 3. Les étapes de la méthodologie (2 ème partie) 12

14 Réalisation d un questionnaire Prise en compte de tous les phénomènes à mesurer Formulation des items et intégration de variables de contrôle Les opérations de mesure statistique : Phénomènes économiques et portaittype Corrections éventuelles Réalisation d un pré-test Vérification de la cohérence et de l efficacité du questionnaire Administration du questionnaire Détermination d échantillons représentatifs Administration par Relances L interprétation des résultats et le lien avec les conclusions exploratoires Analyse statistique des résultats obtenus Saisie et lissage des données Traitement des résultats par des logiciels spécialisés (SPSS) Interprétation statistique des résultats Validation des hypothèses économiques Synthèse économique Réintroduction des variables étudiées dans le contexte institutionnel et économique Elaboration d une grille d interprétation des phénomènes mesurés 13

15 Cette étape du travail doit permettre de recenser de manière systématique en Méditerranée : i) Les activités présentes au sein des AMP, leurs principales caractéristiques et leurs évolutions récentes ii) Les politiques spécifiques conduites par les gestionnaires des AMP, en prenant soin de distinguer le volet environnemental et le volet économique iii) Les liens pouvant être établis entre i) et ii). On prêtera ainsi une attention particulière à la prise en compte explicite de la dimension socioéconomique dans les politiques de gestion environnementale : est-elle développée? Possède-t-elle des impacts établis sur le développement? Les limites de la démarche d investigation La problématique socioéconomique, si elle est bien prise en compte de manière croissante en tant que composante supplémentaire de l effet réserve et au motif d une intégration des activités environnementales et économiques toujours croissante, a jusqu à lors été abordée de manière très limitée : Soit par ce que le mode de traitement a été partiel ou spécifique ; Soit parce que la lecture proposée demeure essentiellement descriptive, à l instar de l atlas des activités humaines liées à la Réserve Naturelle de la mer d Iroise. L ambition de ce travail est à ce titre double : il s agit de participer tout d abord à la formation d une image globale des retombées socioéconomiques des AMP de Méditerranée, organisées au sein de MedPAN, et ensuite de contribuer à la compréhension de la causalité des mesures de protection de l environnement. Les conditions, méthodologiques, chronologiques et budgétaires, présidant à la réalisation de cette mission circonscrivent son rôle au domaine exploratoire. Les implications de cette affirmation seront explicitées tout au long du rapport et notamment dans l interprétation des résultats de l enquête par questionnaire. 14

16 Enfin, le problème de la causalité socioéconomique demeure d un abord particulièrement compliqué à ce stade de l étude de la problématique : les espaces protégés sont érigés en tant que tels en tenant compte de leur identité socioéconomique ; dès lors, identifier leur impact sur la répartition sectorielle des activités par exemple revêt un caractère partiellement artificiel. On abordera donc avec prudence l interprétation de ces phénomènes. 15

17 2. Vers un cadre général d analyse pour les AMP Cette partie permet de dresser le cadre institutionnel de l analyse, puis de délimiter les contours du périmètre de l étude et ce, à deux niveaux distincts : En définissant les termes institutionnels et environnementaux de l évaluation ; Et en proposant une première analyse transversale des moyens de gestion à disposition des AMP concernées par l étude L AMP : un mode de gestion singulier La délimitation du périmètre de l étude constitue une étape nécessaire qui permet de resituer l originalité de l objet d analyse et de tirer les conséquences de celle-ci pour le reste de la démarche Une définition pragmatique des AMP de Méditerranée Le cadre juridique relatif aux AMP apparaît d emblée complexe car procédant simultanément de droits nationaux fort divers et, pour partie, du droit communautaire. Ainsi, en France, la coordination en matière d'amp sera assurée par l'agence des Aires Marines Protégées créée en 2006 par la loi n du 14 avril 2006 relative aux parcs nationaux, aux parcs naturels marins et aux parcs naturels régionaux (cf. infra). L approche internationale ou transnationale ainsi promue par le dispositif MedAN se heurte en pratique à une première série d écueils réglementaires. A ceux-ci, se surajoutent des obstacles organisationnels et logistiques issus des fortes disparités économiques caractérisant les zones d implantations des aires. Afin de ne retenir que les éléments convergents, on rappellera qu on appelle aire marine protégée (AMP) (de l'anglais : marine protected area, MPA) une zone exclusivement ou 16

18 majoritairement marine où des mesures particulières de gestion sont mises en œuvre, dans un objectif de protection du milieu marin. Le concept a été généralisé par la Convention sur la Diversité Biologique (CDB), qui recommande de protéger par des mesures spécifiques les zones marines et côtières particulièrement menacées, mais la plupart des conventions régionales pour la protection de l'environnement marin (OSPAR, Convention de Barcelone, etc.) préconisent la création de telles zones de protection. L'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) a défini des catégories numérotées de 1 à 6, qui peuvent caractériser chaque AMP suivant l'intensité de la protection (de 1 : protection totale à 6 : gestion des activités humaines dans un objectif de protection). Au total, la finalité du dispositif aire marine protégé unit l ensemble de ces démarches au-delà de leur disparités juridiques : la création de tels périmètres vise donc la protection durable de la grande diversité spécifique de la mer Méditerranée. Parmi les espèces emblématiques les plus représentatives du phénomène, on cite fréquemment la posidonie, le corail rouge, le mérou brun, le grand dauphin, le rorqual commun, le phoque moine, la tortue caouanne, les trottoirs à Lithophyllum Le succès du dispositif se mesure au nombre de création de telles aires : dans les 21 pays bordiers, on décompte aujourd hui 75 aires marines protégées et une trentaine de projets de création. Sur un plan scientifique, si l'on exclut les espèces à grande envergure de déplacement, les aires marines protégées sont reconnues comme plus aptes à protéger les espèces menacées qu'un statut réglementaire spécifique, dans la mesure où elles protègent l'ensemble des écosystèmes et biotopes dont dépend l'espèce menacée et où elles permettent une surveillance renforcée et efficace impossible à mettre en œuvre à une plus grande échelle. Il est intéressant de noter que la vulnérabilité de la zone méditerranéenne procède, au sens des promoteurs du dispositif AMP, de la pression anthropique croissante qui s exerce suivant diverses modalités : démographie, déchets, exploitation accrue des ressources, tourisme et transport maritime. De ce point de vue, une contradiction structurelle semble caractériser les rapports entre l écosystème que les AMP ambitionnent de protéger et l homme comme acteur économique organisé. 17

19 Le périmètre organisationnel et institutionnel Différents niveaux d organisation interagissent pour former l environnement institutionnel des AMP et plus particulièrement de celles membres du réseau MedPAN. a) Les organisations gouvernementales à l échelle mondiale et européenne Quelques acteurs mondiaux remarquables doivent être succinctement cités et présentés, en ce qu ils favorisent un abord global de la problématique environnementale et majorent par là ses retombées socioéconomiques. i) Les institutions internationales Le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), a été établi en 1972 pour encourager le développement durable dans le monde entier. Ses activités couvrent de nombreuses thématiques en relation avec l'atmosphère et les écosystèmes terrestres, la promotion de la science environnementale et l'information. Il a également la capacité de réagir et d'intervenir en cas d'urgence environnementale ; Le Plan d Action pour la Méditerranée (PAM), a pour objectif de protéger l'environnement et de stimuler le développement dans le bassin méditerranéen. Il a été adopté à Barcelone, en Espagne, en 1975, par 16 Etats méditerranéens et par l'ue, dans le cadre du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE). Son cadre juridique est réglé par la Convention de Barcelone, adoptée en 1976 et révisée en 1995, et ses six protocoles couvrant plusieurs aspects spécifiques de protection de l'environnement ; Deux protocoles relatifs aux aires marines protégées ont été ratifiés : Le protocole relatif aux aires spécialement protégées de la Méditerranée Adopté à Genève le 3 avril Ratifié par la France le 2 septembre En vigueur le 23 mars

20 Le protocole relatif aux aires spécialement protégées et à la diversité biologique en Méditerranée Adopté à Barcelone le 10 juin Ratifié par la France le 16 avril En vigueur le 12 décembre Bien que n étant pas expressément prévue par la Convention de Barcelone, la question de la création de zones protégées a paru suffisamment importante pour faire l objet d un accord spécial. L objet du protocole de 1982 réside dans la protection des territoires et des ressources naturelles par la création d aires particulièrement protégées dans les eaux sous souveraineté exclusive des Etats, eaux intérieures et mer territoriale ; les Parties contractantes peuvent également désigner des zones humides ou des zones côtières. Il s agit donc de compléter les mesures de lutte contre la pollution par la détermination de zones marines nécessitant une protection particulière en vertu de leurs intérêts biologique, scientifique, esthétique, historique, archéologique, culturel et éducatif. L élaboration des règles relatives au choix, à la création et à la gestion de ces espaces est confiée aux Etats parties qui devront prendre en compte les lignes de conduite proposées par le texte. Le protocole adopté le 10 juin 1995 connaît un champ d application géographique étendu ; ainsi, il s applique à présent aux eaux sous souveraineté des Etats parties, aux zones côtières terrestres désignées par les Etats, aux zones humides et également en haute mer. Les Etats sont invités à créer des aires spécialement protégées (ASP) dans les zones marines et côtières soumises à leur souveraineté ou leur juridiction ; dans l hypothèse où la zone en question est contiguë à la frontière d un autre Etat, partie ou non à la Convention, les deux Etats doivent s efforcer de collaborer. Par ailleurs, les Etats peuvent établir des aires spécialement protégées d importance méditerranéenne (ASPIM) lorsque les sites dont il s agit ont une valeur particulière pour la région. L innovation du nouveau protocole tient à ces ASPIM qui peuvent être instituées en haute mer. Le texte gagne en cohérence puisque l institution d aires marines protégées dans les seuls espaces sous souveraineté ou juridiction étatiques avait un intérêt limité. Le Centre d Activités Régionales pour les Aires Spécialement Protégées (CAR/ASP), basé à Tunis dans le cadre d'un accord de siège signé en 1991 entre la Tunisie et le PNUE, a été établi par les Parties contractantes à la Convention de Barcelone en vue d'assister les pays méditerranéens dans la 19

21 mise en œuvre du Protocole relatif aux aires spécialement protégées et à la diversité biologique en Méditerranée (entrée en vigueur en décembre 1999) ; Le Centre d Activités Régionales pour le Programme d Actions Prioritaires (CAR/PAP), créé en 1978, représente un des constituants clés du Plan d'action pour la Méditerranée (PAM) du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE). Le CAR/PAP, en tant qu'un des six Centres d'activités Régionales du PAM, a bâti une réputation globale due à sa compétence dans la Gestion Intégrée des Zones Côtières (GIZC). Le CAR/PAP est un grand réseau d'experts et d'institutions de la Méditerranée ; La Commission Générale des Pêches pour la Méditerranée (CGPM) a été créée en 1949 par un accord international conclu en vertu de l'article XIV de la constitution de la FAO. Sa zone de compétence est la Méditerranée, la mer Noire et leurs eaux adjacentes. Les principales fonctions de la CGPM sont la promotion du développement, de la conservation et de la gestion des ressources marines vivantes, la formulation et la recommandation des mesures de conservation, et la promotion de projets coopératifs de formation ; L Organisation des Nations Unies pour l Education, la Science et la Culture (UNESCO) enfin, née le 16 novembre ii) Les institutions européennes La Commission Européenne, fait partie, avec le Parlement européen et le Conseil de l'union Européenne, des trois principales institutions de l'union Européenne. Instituée par le Traité de Fusion (1967), elle est composée de 27 commissaires. Sa fonction principale consiste à proposer et mettre en œuvre les politiques communautaires qui comportent d importants volets environnementaux. b) Les organisations non gouvernementales Le WWF. Ainsi que le précise le site de l organisation, «les actions du WWF- France ont deux principaux objectifs : augmenter le nombre et la surface des aires marines protégées en s'assurant qu'elles sont représentatives de l'ensemble des écosystèmes marins ; améliorer la gestion des aires marines protégées en augmentant leurs moyens humains et techniques, en s'assurant 20

VII RÉUNION DES MINISTRES DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM DÉCLARATIONS FINALES

VII RÉUNION DES MINISTRES DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM DÉCLARATIONS FINALES VII RÉUNION DES MINISTRES DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM DÉCLARATIONS FINALES 1. L agriculture et la pêche sont des secteurs essentiels pour le développement social et économique

Plus en détail

La Ville de Marseille organise le 3ème Congrès Mondial des Aires Marines Protégées en octobre 2013

La Ville de Marseille organise le 3ème Congrès Mondial des Aires Marines Protégées en octobre 2013 Lundi 6 juin 2011 La Ville de Marseille organise le 3ème Congrès Mondial des Aires Marines Protégées en octobre 2013 Historique du Congrès : Après l Australie (Geelong, octobre 2005) et les USA (Washington,

Plus en détail

Le réseau des gestionnaires d aires marines protégées en Méditerranée

Le réseau des gestionnaires d aires marines protégées en Méditerranée Le réseau des gestionnaires d aires marines protégées en Méditerranée Une mer en danger Endémisme et zones vitales Mosaïque de cultures riche et hétérogène L intensification de la pression humaine est

Plus en détail

Conditions techniques d acceptabilité des projets par la profession :

Conditions techniques d acceptabilité des projets par la profession : ----------------- Position des Comités Régionaux et du Comité National des Pêches Maritimes et des Elevages Marins à l égard du développement des énergies renouvelables en mer La directive européenne du

Plus en détail

Livre bleu. Vers une politique maritime nationale intégrée

Livre bleu. Vers une politique maritime nationale intégrée Livre bleu Vers une politique maritime nationale intégrée Rouen, 30 mars 2010 France et politique maritime Jusqu en 2009, pas de véritable politique maritime en France superposition de politiques sectorielles,

Plus en détail

LE CONCEPT DE CAPITAL IMMATERIEL : OUTIL DE PILOTAGE DES POLITIQUES PUBLIQUES

LE CONCEPT DE CAPITAL IMMATERIEL : OUTIL DE PILOTAGE DES POLITIQUES PUBLIQUES LE CONCEPT DE CAPITAL IMMATERIEL : OUTIL DE PILOTAGE DES POLITIQUES PUBLIQUES CONFERENCE DE LA FONDATION D ATTIJARIWAFA BANK CASABLANCA, 23 OCTOBRE 2014 M. Mohammed Tawfik MOULINE Directeur Général, Institut

Plus en détail

PROGRAMME VILLES VERTES

PROGRAMME VILLES VERTES PROGRAMME VILLES VERTES FINALITÉ DU PROGRAMME L OCDE a lancé un programme intitulé Villes vertes afin d évaluer dans quelle mesure les politiques de croissance verte au sein des villes et de développement

Plus en détail

Point 11 de l ordre du jour : Table ronde sur le financement de projets/activités prioritaires du PAS BIO

Point 11 de l ordre du jour : Table ronde sur le financement de projets/activités prioritaires du PAS BIO NATIONS UNIES UNEP(DEPI)/MED WG.408/7 PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR L ENVIRONNEMENT PLAN D ACTION POUR LA MÉDITERRANÉE 11 Mai 2015 Français Original: Anglais Douzième Réunion des Points Focaux pour

Plus en détail

MEDPAN NORD. Un projet transnational pour améliorer l efficacité de la gestion des aires marines protégées du Nord de la Méditerranée

MEDPAN NORD. Un projet transnational pour améliorer l efficacité de la gestion des aires marines protégées du Nord de la Méditerranée Le Projet MedPAN Nord est mené dans le cadre du réseau MedPAN Isaac VEGA / WWF-Spain - Falaise de la plage de Monsul, Parc Naturel de Cabo de Gata, Espagne MEDPAN NORD Un projet transnational pour améliorer

Plus en détail

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME)

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) Latifa ECHIHABI (Directeur Général, ANPME, 10, rue Ghandi, BP : 211, Rabat,

Plus en détail

Gestion intégrée des Aires Marines Protégées Parc Marin International des Bouches de Bonifacio

Gestion intégrée des Aires Marines Protégées Parc Marin International des Bouches de Bonifacio Gestion intégrée des Aires Marines Protégées Parc Marin International des Bouches de Bonifacio Marie Hélène LUCIANI Office de l Environnement de la Corse www.oec.fr 4 ème Rencontres de la Coopération décentralisée

Plus en détail

Processus de Barcelone: Union pour la Méditerranée

Processus de Barcelone: Union pour la Méditerranée Processus de Barcelone: Union pour la Méditerranée Communication relative au premier forum euro-méditerranéen de l enseignement technique et de la formation professionnelle Marseille, 18 décembre 2008

Plus en détail

Fonds pour l environnement mondial. 20 avril 2000 PROGRAMME D OPÉRATIONS N 12 GESTION INTÉGRÉE DES ÉCOSYSTÈMES

Fonds pour l environnement mondial. 20 avril 2000 PROGRAMME D OPÉRATIONS N 12 GESTION INTÉGRÉE DES ÉCOSYSTÈMES Fonds pour l environnement mondial 20 avril 2000 PROGRAMME D OPÉRATIONS N 12 GESTION INTÉGRÉE DES ÉCOSYSTÈMES INTRODUCTION 1. Les systèmes écologiques ou écosystèmes sont responsables des fonctions de

Plus en détail

Premier symposium régional sur la pêche artisanale durable en Méditerranée et en mer Noire

Premier symposium régional sur la pêche artisanale durable en Méditerranée et en mer Noire CONTACTS ET LIENS Pour toute information supplémentaire sur le symposium, consulter le site internet: www.ssfsymposium.org Secrétariat de la CGPM Via Vittoria Colonna 1 00193 Rome, Italie tél. +39 06 57055730

Plus en détail

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification 1 sur 5 04/03/2014 16:06 Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification Intitulé MASTER : MASTER Master recherche et professionnel Sciences de la

Plus en détail

Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi

Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi Traduction juridique du concept de réserve de biosphère en droit national Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi Ce projet de modèle de loi a été

Plus en détail

Les projets de piscine 2012-2016

Les projets de piscine 2012-2016 Les projets de piscine 2012-2016 1. Le cadre institutionnel Article L. 112-1 à L. 112-5 du code de l éducation Article L. 122-1-1 du code l éducation Article D 122-1, D 122-2, D 122-3 et article annexe

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l environnement

Programme des Nations Unies pour l environnement EP Programme des Nations Unies pour l environnement UNEP(DEPI)/MED WG.382/Inf 2 26 Juin 2013 FRANCAIS ORIGINAL: ANGLAIS / FRANCAIS PLAN D'ACTION POUR LA MEDITERRANEE Onzième Réunion des Points Focaux pour

Plus en détail

Schéma régional de développement du tourisme et des loisirs. [ pour un tourisme innovant et durable ]

Schéma régional de développement du tourisme et des loisirs. [ pour un tourisme innovant et durable ] Schéma régional de développement du tourisme et des loisirs [ pour un tourisme innovant et durable ] Sommaire Un véritable enjeu Construire un tourisme innovant et durable Engager une démarche participative

Plus en détail

COMMISSION GÉNÉRALE DES PÊCHES POUR LA MÉDITERRANÉE. Trente-cinquième session. Rome, Italie, 9-14 mai 2011

COMMISSION GÉNÉRALE DES PÊCHES POUR LA MÉDITERRANÉE. Trente-cinquième session. Rome, Italie, 9-14 mai 2011 Mars 2011 GENERAL FISHERIES COMMISSION FOR THE MEDITERRANEAN COMMISSION GÉNÉRALE DES PÊCHES POUR LA MÉDITERRANÉE F COMMISSION GÉNÉRALE DES PÊCHES POUR LA MÉDITERRANÉE Trente-cinquième session Rome, Italie,

Plus en détail

La communication sur les AMP dans le réseau MedPAN

La communication sur les AMP dans le réseau MedPAN La communication sur les AMP dans le réseau MedPAN Qui est MedPAN Un réseau de personnes: depuis 1990, MedPANfédère les gestionnaires d AMP et les soutient dans leurs activités de gestion Objectif : contribuer

Plus en détail

Les Français sont interrogés depuis plusieurs années sur leur perception et leur attachement à la mer, sur

Les Français sont interrogés depuis plusieurs années sur leur perception et leur attachement à la mer, sur ACTIVITES ECONOMIQUES LITTORALES ET MARITIMES Les Français et la mer : perceptions et attachements Analyse socio-économique générale A RETENIR Les Français sont interrogés depuis plusieurs années sur leur

Plus en détail

Enjeux du réseau d AMP en Méditerranée Rôle et actions du réseau MedPAN

Enjeux du réseau d AMP en Méditerranée Rôle et actions du réseau MedPAN Enjeux du réseau d AMP en Méditerranée Rôle et actions du réseau MedPAN Importance des réseaux écologiques d AMP Au-delà du rôle reconnu des AMP : Un consensus commence à se dégager de la communauté de

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Ensemble, écrivons le Parc de demain Elaboration de la Charte de PNR : Volet 3 : Boite à idées issue des Ateliers 2009-2010

Ensemble, écrivons le Parc de demain Elaboration de la Charte de PNR : Volet 3 : Boite à idées issue des Ateliers 2009-2010 Projet de Parc naturel régional Rance-Côte d Emeraude Commissions de travail mai-juin 2013 Ensemble, écrivons le Parc de demain Elaboration de la Charte de PNR : Volet 3 : Boite à idées issue des Ateliers

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS»

APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS» APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS» 1/ LE CONTEXTE 1.1 VERS UNE NOUVELLE POLITIQUE TOURISTIQUE DES TERRITOIRES Le règlement d intervention 2007-2013 proposait

Plus en détail

Syndicat Mixte du Pays de la Provence Verte ELABORATION DE LA CHARTE DU PAYS DE LA PROVENCE VERTE

Syndicat Mixte du Pays de la Provence Verte ELABORATION DE LA CHARTE DU PAYS DE LA PROVENCE VERTE Syndicat Mixte du Pays de la Provence Verte ELABORATION DE LA CHARTE DU PAYS DE LA PROVENCE VERTE Rapport de FAT Jean Accart Septembre 2004 CNFPT ENACT DE MONTPELLIER 1 INTRODUCTION Créé en 1997, le Syndicat

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Thierry WIEDEMANN-GOIRAN Frédéric PERIER François LÉPINEUX Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Préface de Frédéric Tiberghien Président de l ORSE (Observatoire sur

Plus en détail

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES L ENVIRONNEMENT EN FRANCE 2 FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES des initiatives locales et des actions de long terme VERS UN RAPPROCHEMENT DES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES ET DE L ENVIRONNEMENT? INTRODUCTION L OBSERVATION

Plus en détail

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe ÉTUDES L externalisation des activités bancaires en France et en Europe Si l externalisation des activités (outsourcing) est un phénomène courant au sein des entreprises non financières en Europe, comme

Plus en détail

J. Localisation des zones d activité de la pêcherie artisanale marocaine sud Atlantique à partir d une base de connaissances

J. Localisation des zones d activité de la pêcherie artisanale marocaine sud Atlantique à partir d une base de connaissances J. Localisation des zones d activité de la pêcherie artisanale marocaine sud Atlantique à partir d une base de connaissances Abdellah Belkhaouad, INRH - Casablanca (Maroc) Marc Taconet, FAO Rome (Italie)

Plus en détail

Réalisation d'une étude de test d'un projet de plate-forme de loisirs nautiques. Note de synthèse des résultats

Réalisation d'une étude de test d'un projet de plate-forme de loisirs nautiques. Note de synthèse des résultats Réalisation d'une étude de test d'un projet de plate-forme de loisirs nautiques Introduction L'Agence Économique de Bretagne et un groupe de travail composé de professionnels de la filière Nautique ont

Plus en détail

Ministère de l'emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère de la santé et des solidarités

Ministère de l'emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère de la santé et des solidarités 1 Direction générale de l action sociale Sous direction de l animation territoriale et locale Bureau action et synthèse territoriale Personne chargée du dossier : Martine Dhalluin Direction de la recherche,

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

Intervention au Colloque international Euro-Méditérranée, Toulon 20 et 21 novembre 2007

Intervention au Colloque international Euro-Méditérranée, Toulon 20 et 21 novembre 2007 Intervention au Colloque international Euro-Méditérranée, Toulon 20 et 21 novembre 2007 M le Président directeur général de l Ifremer, M. le Directeur de l INSU, Mesdames et Messieurs les délégués nationaux

Plus en détail

LES PME/TPE DANS LE DEVELOPPEMENT DES TERRITOIRES AQUITAINS

LES PME/TPE DANS LE DEVELOPPEMENT DES TERRITOIRES AQUITAINS CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL Séance Plénière du 23 octobre 2007 RÉGIONAL D AQUITAINE AVIS DU CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL REGIONAL D AQUITAINE LES PME/TPE DANS LE DEVELOPPEMENT DES TERRITOIRES AQUITAINS

Plus en détail

Séminaire «services écosystémiques et sécurité alimentaire quelles solutions pour des systèmes de production durables» (11/01/2011 MAEE)

Séminaire «services écosystémiques et sécurité alimentaire quelles solutions pour des systèmes de production durables» (11/01/2011 MAEE) Séminaire «services écosystémiques et sécurité alimentaire quelles solutions pour des systèmes de production durables» (11/01/2011 MAEE) Relevé de conclusions & questionnaire en vue de la réunion du mois

Plus en détail

plan du chapitre L'approche intégrée et multisectorielle NIVEAU I VII.1

plan du chapitre L'approche intégrée et multisectorielle NIVEAU I VII.1 CHAPITRE VII L'approche intégrée et multisectorielle NIVEAU I plan du chapitre Diapo 1 L approche intégrée et multisectorielle Niveau I Diapo 2 Deux traditions méthodologiques Niveau II Diapo 3 Le tout

Plus en détail

Rémunération des Professionnels du Capital Investissement Lignes Directrices

Rémunération des Professionnels du Capital Investissement Lignes Directrices Rémunération des Professionnels du Capital Investissement Lignes Directrices 1. Contexte Les travaux du groupe de travail de place constitué au début de l année 2009 à la demande des pouvoirs publics ont

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/3/L.8 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Distr. : limitée 17 janvier 2015 Français Original : anglais Plénière

Plus en détail

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1) 0rientations générales L enseignement de «management et sciences de gestion» intègre des approches

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE TYPES D UNE EVALUATION RETROSPECTIVE DECENTRALISEE

TERMES DE REFERENCE TYPES D UNE EVALUATION RETROSPECTIVE DECENTRALISEE TERMES DE REFERENCE TYPES D UNE EVALUATION RETROSPECTIVE DECENTRALISEE Ce document décrit le canevas recommandé par la Division de l évaluation et de la capitalisation pour rédiger les termes de référence

Plus en détail

Projet de cahier des charges «Développement économique»

Projet de cahier des charges «Développement économique» - 1 - Préambule Projet de cahier des charges «Développement économique» L Etat et la Collectivité Territoriale de Corse engagent, dans le cadre du Contrat de Plan, une démarche d évaluation à mi parcours

Plus en détail

Evaluation Finale du Projet / Atlas Award ID: 00051803

Evaluation Finale du Projet / Atlas Award ID: 00051803 REPUBLIQUE DE LA GUINEE EQUATORIALE MINISTERE DE LA PÊCHE ET DE L ENVIRONNEMENT Direction Générale de l Environnement Evaluation Finale du Projet / Atlas Award ID: 00051803 Titre du projet: Renforcement

Plus en détail

Soutenir le développement durable des quartiers sensibles

Soutenir le développement durable des quartiers sensibles FONDS EUROPEEN DE DEVELOPPEMENT REGIONAL (FEDER) AQUITAINE PROGRAMME OPERATIONNEL REGIONAL 2007-2013 Soutenir le développement durable des quartiers sensibles Cahier des charges de l appel à projet régional

Plus en détail

CONSTRUCTION DU PROGRAMME OPERATIONNEL PLURIRE GIONAL PLAN RHO NE 2014-2020

CONSTRUCTION DU PROGRAMME OPERATIONNEL PLURIRE GIONAL PLAN RHO NE 2014-2020 Contribution CCI de région PACA CONSTRUCTION DU PROGRAMME OPERATIONNEL PLURIRE GIONAL PLAN RHO NE 2014-2020 Le Plan Rhône un projet de territoire intégré La CCIR PACA soutient cet outil de cohésion économique,

Plus en détail

UNCTAD Single-year Expert Meeting on Tourism s Contribution to Sustainable Development

UNCTAD Single-year Expert Meeting on Tourism s Contribution to Sustainable Development UNCTAD Single-year Expert Meeting on Tourism s Contribution to Sustainable Development Geneva, Palais des Nations, Salle XXVI, 14-15 March 2013 Ahmed Sid Ministère du Tourisme et de l Artisanat, Algérie

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

Dossier de Presse relatif à la formation «Green banking»

Dossier de Presse relatif à la formation «Green banking» Dossier de Presse relatif à la formation «Green banking» Cadre général : 24-25 avril 2012, Hôtel NOVOTEL -Tunis Depuis le rapport du Club de Rome sur les limites de la croissance en 1972, l opinion publique

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 04/2007/CM/UEMOA PORTANT CREATION ET MODALITES DE FONCTIONNEMENT DU COMITE CONSULTATIF SUR L

Plus en détail

SOUTIEN A LA DYNAMIQUE DES CLUSTERS. Cahier des charges

SOUTIEN A LA DYNAMIQUE DES CLUSTERS. Cahier des charges SOUTIEN A LA DYNAMIQUE DES CLUSTERS Cahier des charges 1 Appel à projets L amélioration des perspectives de croissance et de compétitivité de l économie marocaine passe, notamment, par le soutien à l innovation

Plus en détail

Introduction à la méthodologie de la recherche

Introduction à la méthodologie de la recherche MASTER DE RECHERCHE Relations Économiques Internationales 2006-2007 Introduction à la méthodologie de la recherche geraldine.kutas@sciences-po.org Les Etapes de la Recherche Les étapes de la démarche Etape

Plus en détail

Fiche projet La révision du projet d aménagement d une station touristique future Version du 26 novembre 2010

Fiche projet La révision du projet d aménagement d une station touristique future Version du 26 novembre 2010 République Tunisienne Ministère de l Environnement et du Développement Durable Coopération Technique Allemande Elaboration de la stratégie nationale d adaptation au changement climatique du secteur touristique

Plus en détail

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France)

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Résumé du rapport réalisé par EUROPA pour la DATAR DATAR EUROPA Etude sur les maisons des services publics en Europe Résumé du rapport

Plus en détail

SOMMAIRE SOMMAIRE 7 INTRODUCTION GENERALE...11

SOMMAIRE SOMMAIRE 7 INTRODUCTION GENERALE...11 SOMMAIRE SOMMAIRE 7 INTRODUCTION GENERALE...11 - PARTIE I - Organisation de trésorerie du régime général et principes d optimisation de la régulation des positions de trésorerie à très court terme...15

Plus en détail

Coopération transfrontalière

Coopération transfrontalière 2007 Instrument européen de voisinage et de partenariat Coopération transfrontalière Document de stratégie 2007-2013 Programme indicatif 2007-2010 Résumé Le document de stratégie 2007-2013 de la coopération

Plus en détail

Gouvernance de la mer et du littoral

Gouvernance de la mer et du littoral Séminaire «Gestion de l environnement marin et côtier» Gouvernance de la mer et du littoral 20 octobre 2011 Biarritz 1 La gestion intégrée de la mer et du littoral, promue par le travail du Grenelle de

Plus en détail

Projet partenarial - 1 er volet "Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante"

Projet partenarial - 1 er volet Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante Projet partenarial - 1 er volet "Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante" Projet partenarial, piloté par l'arpe, en co-réalisation avec l'orm -observatoire

Plus en détail

La directive inondation

La directive inondation La directive inondation Stratégies locales de gestion des risques d inondation Bassin Seine-Normandie 2013 Les dispositions de la directive européenne sur le risque inondation se mettent progressivement

Plus en détail

Actions régionales expérimentales d accompagnement des mutations économiques pour les territoires, les filières ou les entreprises en Bretagne.

Actions régionales expérimentales d accompagnement des mutations économiques pour les territoires, les filières ou les entreprises en Bretagne. Actions régionales expérimentales d accompagnement des mutations économiques pour les territoires, les filières ou les entreprises en Bretagne. Préambule : L accompagnement des mutations économiques est

Plus en détail

Gestion des écosystèmes

Gestion des écosystèmes Gestion des écosystèmes Programme des Nations Unies pour l environnement Aperçu Le bien-être dépend de la santé des écosystèmes. Un écosystème peut se définir comme un ensemble dynamique constitué de plantes,

Plus en détail

1. LES OBJECTIFS PRIORITAIRES DE L EPRT

1. LES OBJECTIFS PRIORITAIRES DE L EPRT Dernière mise à jour : 12 novembre 2013 ENTENTE DE PARTENARIAT RÉGIONAL EN TOURISME DE CHARLEVOIX 2013-2015 Catégorie FESTIVALS ET ÉVÉNEMENTS L EPRT de Charlevoix partenaire du développement touristique

Plus en détail

Direction du réseau DRH réseau. Elaboration concertée d une méthodologie d analyse du changement

Direction du réseau DRH réseau. Elaboration concertée d une méthodologie d analyse du changement Direction du réseau DRH réseau Elaboration concertée d une méthodologie d analyse du changement INC du 23 avril 2014 1 Afin de lancer la démarche d élaboration d une méthodologie concertée d analyse du

Plus en détail

Réunion d information du samedi 13 juin 2015 à Etretat

Réunion d information du samedi 13 juin 2015 à Etretat Projet de parc éolien en mer de Fécamp Réunion d information du samedi 13 juin 2015 à Etretat ************************* OUVERTURE DE LA REUNION Plus d une vingtaine de personnes étaient réunies le samedi

Plus en détail

PREFECTURE DE LA REGION NORD PAS-DE-CALAIS

PREFECTURE DE LA REGION NORD PAS-DE-CALAIS PREFECTURE DE LA REGION NORD PAS-DE-CALAIS Charte Qualité Gestion Février 2004 Contexte d élaboration de la Charte Pour s inscrire dans un développement durable La préservation des ressources naturelles

Plus en détail

LES ZONES HUMIDES POTENTIELLEMENT : Projet de guide ZH Agence de l Eau Loire-Bretagne - Ouest-Aménagement Colloque SAGE M.

LES ZONES HUMIDES POTENTIELLEMENT : Projet de guide ZH Agence de l Eau Loire-Bretagne - Ouest-Aménagement Colloque SAGE M. LES ZONES HUMIDES POTENTIELLEMENT : Espaces de forte valeur patrimoniale (faune et flore) : - refuges de biodiversité (nombreuses espèces végétales et animales) - milieux («habitats naturels») favorables

Plus en détail

Guide d interprétation sur la règlementation concernant le débarquement. Parc national des Calanques

Guide d interprétation sur la règlementation concernant le débarquement. Parc national des Calanques Guide d interprétation sur la règlementation concernant le débarquement Parc national des Calanques 2 Débarquement Guide d interprétation Guide d interprétation sur la règlementation concernant le débarquement

Plus en détail

Programme Observatoire ESSpace

Programme Observatoire ESSpace Programme Observatoire ESSpace Observatoire ESSpace est un projet interrégional conduit par les 4 Chambres régionales de l économie sociale et solidaire (ESS) des régions de Franche-Comté et Rhône-Alpes

Plus en détail

Copyright DGAFP - http://bjfp.fonction-publique.gouv.fr - 06/10/2012 21:24:02

Copyright DGAFP - http://bjfp.fonction-publique.gouv.fr - 06/10/2012 21:24:02 Circulaire du 19 décembre 2007 d application du décret n 2007-1470 du 15 octobre 2007 relatif à la formation professionnelle tout au long de la vie des fonctionnaires de l Etat. MINISTERE DU BUDGET, DES

Plus en détail

FSE 2007-2013. Groupe de travail A Objectif convergence volet «emploi»

FSE 2007-2013. Groupe de travail A Objectif convergence volet «emploi» FSE 2007-2013 Groupe de travail A Objectif convergence volet «emploi» 1) Rappel du cadre stratégique européen La stratégie de Lisbonne qui vise, à l horizon 2010, à faire de l Union européenne «l économie

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Ocean indien : géographie et histoire de l Université de la Réunion Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

Plan d action pour la mise en œuvre du Protocole GIZC en Méditerranée 2012-2019

Plan d action pour la mise en œuvre du Protocole GIZC en Méditerranée 2012-2019 Plan d action pour la mise en œuvre du Protocole GIZC en Méditerranée 2012-2019 PROJET SEPTEMBRE 2011 1 2 I. Introduction Le Plan d Action pour la Méditerranée de la Convention de Barcelone a ouvert la

Plus en détail

Processus de planification et de gestion : la coopération sectorielle et territoriale

Processus de planification et de gestion : la coopération sectorielle et territoriale Processus de planification et de gestion : la coopération sectorielle et territoriale University of Newcastle Department of Marine Sciences and Coastal Management mars 1999 Contrat No: ERDF 98.00.27.060

Plus en détail

Pôle Développement Social Territorial

Pôle Développement Social Territorial Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale Rhône-Alpes Tél. : 04 78 60 40 40 Fax : 04 78 60 40 61 Lyon, le Pôle Développement Social Territorial CAHIER DES CHARGES Réalisation

Plus en détail

Grenelle de l environnement. Propositions des Chambres d agriculture sur la traduction législative

Grenelle de l environnement. Propositions des Chambres d agriculture sur la traduction législative Grenelle de l environnement Propositions des Chambres d agriculture sur la traduction législative 1. Projet de loi Grenelle 1 Le Groupe Chambres d agriculture propose, concernant le projet de loi Grenelle

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

AVIS DU BUREAU POLITIQUE DE LA CRPM (Approuvé par le Bureau Politique de la CRPM 3 juin 2011 Angra do Heroísmo, Açores-PT)

AVIS DU BUREAU POLITIQUE DE LA CRPM (Approuvé par le Bureau Politique de la CRPM 3 juin 2011 Angra do Heroísmo, Açores-PT) CRPMPPP110017 B0 CONFERENCE DES REGIONS PERIPHERIQUES MARITIMES D EUROPE CONFERENCE OF PERIPHERAL MARITIME REGIONS OF EUROPE 6, rue Saint-Martin 35700 RENNES - F Tel. : + 33 (0)2 99 35 40 50 - Fax : +

Plus en détail

Fiche action 3 : Création, mise en réseau et transmission d entreprises

Fiche action 3 : Création, mise en réseau et transmission d entreprises Fiche action 3 : Création, mise en réseau et transmission d entreprises Enjeu stratégique : Créer des emplois par l innovation et le partenariat *** Précision préalable : le terme «entreprise» comprend

Plus en détail

Structure du dossier de candidature. Destinations européennes d Excellence en Wallonie 2015. Tourisme & Gastronomie locale

Structure du dossier de candidature. Destinations européennes d Excellence en Wallonie 2015. Tourisme & Gastronomie locale Structure du dossier de candidature Destinations européennes d Excellence en Wallonie 2015 Tourisme & Gastronomie locale 1. ÉLIGIBILITÉ DANS CE DOSSIER, JE Démontre en quelques lignes au jury que ma destination

Plus en détail

Trente-huitième session de la Commission. FAO HQ, Rome, Italie, 19-24 mai 2014

Trente-huitième session de la Commission. FAO HQ, Rome, Italie, 19-24 mai 2014 F GENERAL FISHERIES COMMISSION FOR THE MEDITERRANEAN COMMISSION GÉNÉRALE DES PÊCHES POUR LA MÉDITERRANÉE Trente-huitième session de la Commission FAO HQ, Rome, Italie, 19-24 mai 2014 Proposition de plan

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES CRITÈRES DE SÉLECTION DES PROGRAMMES PILOTES NATIONAUX ET RÉGIONAUX AU TITRE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENT FORESTIER I. CADRE GÉNÉRAL 1. On s accorde de plus en plus

Plus en détail

Le plan régional pour le climat et son articulation avec l Agenda21. METROPOLIS 15 décembre 2010

Le plan régional pour le climat et son articulation avec l Agenda21. METROPOLIS 15 décembre 2010 Le plan régional pour le climat et son articulation avec l Agenda21 METROPOLIS 15 décembre 2010 Vue d ensemble de la démarche Plan Climat 2 Livre Vert Etat des lieux des enjeux Information et implication

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Gouvernance de l environnement. Programme des Nations Unies pour l environnement

Gouvernance de l environnement. Programme des Nations Unies pour l environnement Gouvernance de l environnement Programme des Nations Unies pour l environnement Aperçu Gérer la richesse et la diversité des ressources naturelles de notre planète est un défi dont la complexité va croissant.

Plus en détail

Feuille de route régionale pour la promotion de la GPECT

Feuille de route régionale pour la promotion de la GPECT Feuille de route régionale pour la promotion de la GPECT ************ Introduction : Pourquoi cette feuille de route régionale? La promotion et le développement des démarches de GPECT se trouvent au cœur

Plus en détail

CASTRIES (STE. LUCIE) DÉCLARATION SUR LA PÊCHE ILLICITE, NON DÉCLARÉE ET NON RÉGLEMENTÉE

CASTRIES (STE. LUCIE) DÉCLARATION SUR LA PÊCHE ILLICITE, NON DÉCLARÉE ET NON RÉGLEMENTÉE CASTRIES (STE. LUCIE) DÉCLARATION SUR LA PÊCHE ILLICITE, NON DÉCLARÉE ET NON RÉGLEMENTÉE Nous, États membres du Mécanisme régional de gestion des pêches des Caraïbes, RECONNAISSONS que toute pêche illicite,

Plus en détail

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE 05 janvier 2012 BUTS DE L ATELIER C est aider à mieux faire comprendre la décision du Conseil Municipal

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi Thème : Société de la connaissance et développement socio-économique Orientation : S adapter aux changements structurels de l économie et répondre aux défis de la mondialisation Le taux de création et

Plus en détail

MASTER MANAGEMENT PUBLIC

MASTER MANAGEMENT PUBLIC MASTER MANAGEMENT PUBLIC - MASTER 1 : Management public environnemental - MASTER 2 : anagement euro-méditerranéen et développement durable couvmasters_a5_01.indd 1 17/01/12 10:08 Le Management Public et

Plus en détail

A. Secteur des services aux entreprises

A. Secteur des services aux entreprises A. Secteur des services aux entreprises 1 Services Aux Entreprises I. Diagnostic sectoriel Services Aux Entreprises 1. Contexte des entreprises Démographie des entreprises 382 417 499 286 1845 1838 1271

Plus en détail

Programmation de développement rural hexagonal 2007-2013 APPEL A PROJETS «ANIMATION DU RESEAU RURAL ET PERIURBAIN POUR LA REGION ÎLE-DE-FRANCE»

Programmation de développement rural hexagonal 2007-2013 APPEL A PROJETS «ANIMATION DU RESEAU RURAL ET PERIURBAIN POUR LA REGION ÎLE-DE-FRANCE» Programmation de développement rural hexagonal 2007-2013 APPEL A PROJETS «ANIMATION DU RESEAU RURAL ET PERIURBAIN POUR LA REGION ÎLE-DE-FRANCE» 1. Contexte L article 68 du Règlement (CE) n 1678/2005 du

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

FORUM AFRICAIN SUR L ECONOMIE VERTE et L ECO-MANAGEMENT & SALON DE L INNOVATION et DES METIERS VERTS EN AFRIQUE

FORUM AFRICAIN SUR L ECONOMIE VERTE et L ECO-MANAGEMENT & SALON DE L INNOVATION et DES METIERS VERTS EN AFRIQUE Le réseau Panafricain AIDE21 en partenariat avec le cabinet de conseil S2 Services Sarl Avec le soutien du Gouvernement Camerounais, le réseau panafricain AIDE21 présente le : FORUM AFRICAIN SUR L ECONOMIE

Plus en détail

Cadre d Intervention Transversal 2013-2016

Cadre d Intervention Transversal 2013-2016 Cadre d Intervention Transversal 2013-2016 BIODIVERSITE Présentation aux parties prenantes françaises 10 juin 2013 Calendrier Elaboration inter services AFD Discussion avec les administrations françaises

Plus en détail

Le FEDER interviendra plus spécifiquement sur des actions de formation individuelles et élaborées suite à un diagnostic précis.

Le FEDER interviendra plus spécifiquement sur des actions de formation individuelles et élaborées suite à un diagnostic précis. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 11/12/2014. ALSACE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Le Programme

Plus en détail

A10 AU CAS OÙ : LE RISK MANAGER, ACTEUR INCONTOURNABLE

A10 AU CAS OÙ : LE RISK MANAGER, ACTEUR INCONTOURNABLE A10 AU CAS OÙ : LE RISK MANAGER, ACTEUR INCONTOURNABLE Organisateur SIDS ALPES-MARITIMES Coordinateur Frédéric TOURNAY, responsable du pôle de compétences sapeurs-pompiers et risques majeurs, CNFPT Animateur

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011 Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement 1. La présente note d orientation a pour objet d exposer l approche plus vaste

Plus en détail