Apprendre tout au long de la vie: la contribution des systèmes éducatifs des États membres de l Union européenne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Apprendre tout au long de la vie: la contribution des systèmes éducatifs des États membres de l Union européenne"

Transcription

1 EURYDICE Apprendre tout au long de la vie: la contribution des systèmes éducatifs des États membres de l Union européenne 2 ÉDUCATION ET CULTURE COMMISSION EUROPÉENNE ENQUÊTES EURYDICE

2 Apprendre tout au long de la vie: la contribution des systèmes éducatifs des États membres de l Union européenne RÉSULTATS DE L ENQUÊTE EURYDICE Document préparé par l unité européenne d EURYDICE pour la Conférence ministérielle de lancement des programmes SOCRATES II, LEONARDO DA VINCI II et JEUNESSE, les 17 et 18 mars 2000 à Lisbonne

3 Ce document est publié par l unité européenne d Eurydice avec le financement de la Commission européenne (Direction générale de l éducation et de la culture). Disponible en FR, EN (Titre anglais: Lifelong Learning: the contribution of education systems in the Member States of the European Union) et PT (Aprendizagem ao longo da vida: a contribuição dos sistemas educativos dos Estados Membros da União Europeia). D/2000/4008/4 ISBN Ce document est également disponible sur Internet (http://www.eurydice.org). Sauf à des fins commerciales, le contenu de cette publication peut être reproduit partiellement avec la mention, en toutes lettres, au début de l extrait, de «Eurydice, le réseau d information sur l éducation en Europe», suivie de la date d édition du document. Toute demande de reproduction de l entièreté du document doit être adressée à l unité européenne. EURYDICE Unité européenne Rue d Arlon 15 B-1050 Bruxelles Tél. (32-2) Fax (32-2) URL:

4 SOMMAIRE Préface 5 I. Contextes, définitions, enjeux 7 1. Apprendre tout au long de la vie: un concept qui fait son entrée dès Une définition qui se cherche mais place désormais la responsabilité de l individu au centre du processus Les défis propres aux systèmes éducatifs 12 II. Résultats de l enquête Contexte et méthodologie Apprendre tout au long de la vie: la question de la définition Les objectifs et les stratégies à chaque niveau du système éducatif 20 III. En guise de conclusion 29 IV. Références bibliographiques 31 V. Objectifs, politiques et stratégies: fiches par pays 33 Annexe: Questionnaire de collecte des données 167 Remerciements 173

5 «On se lasse de tout, excepté d apprendre» Virgile (70 19 Av. J.- C.)

6 Préface PRÉFACE L éducation et la formation sont aujourd hui les pierres angulaires d une Union européenne qui privilégie l'intégration sociale, politique et économique de tous les citoyens. Réaliser cet objectif implique que l'éducation et la formation se poursuivent au-delà d'une période initiale et accompagnent l'individu tout au long de sa vie, en fonction de ses besoins personnels et professionnels. Les objectifs, les contenus, les méthodes et l'ensemble des modalités des systèmes d'éducation et de formation doivent être profondément revus en conséquence. C'est dans cette optique que les États membres ont inscrit l'objectif d'apprendre tout au long de la vie à leur agenda politique et que la Commission européenne s'est engagée à renforcer la coopération européenne en la matière. L'Année européenne de l'éducation et de la formation tout au long de la vie en 1996 était un premier pas dans ce sens, aujourd'hui relayé et étendu à travers les programmes SOCRATES, LEONARDO DA VINCI et JEUNESSE. 5 La présente enquête donne un premier aperçu des actions engagées dans les États membres pour concrétiser un objectif aussi vaste et ambitieux. L'accent est mis sur les initiatives prises à tous les niveaux du système éducatif. Son originalité est de dépasser les discours rhétoriques et les déclarations d'intentions pour recenser les stratégies mises en oeuvre, à des degrés divers selon les pays, et livrer une première photographie de la dynamique enclenchée. Les systèmes d'éducation sont en effet d'ores et déjà engagés dans cette évolution. De nouveaux publics, jeunes et moins jeunes, se présentent à leurs portes avec des attentes et des besoins très différents. Des mesures sont ainsi prises, à tous les niveaux des systèmes, pour relever le défi. Les systèmes d'éducation et de formation ne sont pas les seuls acteurs présents sur le terrain de l'éducation et de la formation tout au long de la vie. De nombreuses initiatives sont mises en oeuvre en partenariat avec le monde du travail, les acteurs économiques et les partenaires sociaux. La contribution de l'éducation mérite toutefois une attention particulière dans la mesure où il est désormais établi que les individus qui s'engagent dans des activités d'éducation et de formation tout au long de leur vie sont ceux qui ont vécu une première expérience positive en la matière. La capacité de l'éducation à transmettre, au plus grand nombre, le goût d'apprendre et les compétences clés nécessaires au fondement de tout apprentissage ultérieur prend dans ce contexte toute son importance.

7 Cette enquête est le résultat, par le biais du réseau Eurydice, d'une étroite collaboration entre les ministères en charge de l'éducation dans les États membres et la Commission européenne. Sa publication sous la Présidence portugaise du Conseil à l'occasion de la conférence ministérielle de lancement des programmes SOCRATES II, LEONARDO DA VINCI II et JEUNESSE à Lisbonne les 17 et 18 mars 2000, ouvre la voie et témoigne du besoin de poursuivre et d'approfondir l'analyse. Circonscrite cette fois à l'éducation, nous souhaitons qu'elle serve de point de départ à d'autres entreprises ultérieures dans ce domaine, en partenariat avec les autres secteurs concernés. Viviane Reding Commissaire Éducation et Culture Mars

8 Contextes, définitions, enjeux I. CONTEXTES, DÉFINITIONS, ENJEUX 1. Apprendre tout au long de la vie: un concept qui fait son entrée dès 1970 Dans un contexte de remise en cause générale des systèmes éducatifs, et dans la foulée des événements de mai 1968, une succession de rapports et de publications introduisent une notion dont découle l actuel concept d apprendre tout au long de la vie Paul Lengrand 1 présente dans le cadre d une Conférence de l Unesco un rapport intitulé Une introduction à l éducation tout au long de la vie. Suite à ce rapport, l Unesco crée une Commission internationale sur le développement de l éducation, composée de sept sages venant de différents pays mais intervenant à titre individuel, et présidée par Edgar Faure 2. Une enquête internationale sur l état de l éducation leur est confiée Cette Commission publie le résultat de ses travaux sous la forme d un rapport intitulé Learning to be: The world of Education Today and Tomorrow. Confirmant le droit et le besoin de chaque individu d apprendre tout au long de sa vie, le rapport prône l intégration des contextes formels et informels d apprentissage, une distribution équitable des ressources entre les deux ainsi qu entre les activités d éducation destinées aux plus jeunes et celles au profit des plus âgés. L accent est mis non pas sur le type de système dans lequel l apprenant est formé, mais sur la qualité de la formation qu il reçoit. Une plus grande flexibilité au niveau des prérequis est recommandée. Le rapport affirme son orientation en faveur d une démocratisation de l éducation par la suppression des barrières qui empêchent l accès des moins favorisés à l éducation. Il se prononce également en faveur d une plus grande participation des apprenants dans la conception et la gestion des processus éducatifs auxquels ils participent L OCDE publie le rapport Recurrent education: A strategy for lifelong learning qui positionne le débat par rapport aux exigences de l économie globale et de la compétitivité, et s intéresse surtout à l apprentissage en liaison avec les activités professionnelles et à l apprentissage individuel. Même s il reconnaît le rôle de l enseignement initial et donne lieu à plusieurs rapports sur la formation des enseignants, le concept d éducation récurrente concerne principalement l éducation et la formation postobligatoires. Le concept franchit la porte des organisations internationales et retient l attention de différents experts dont par exemple Husén T. (1974), The learning society et 1 Ancien responsable de la Division de l Éducation des Adultes, Secteur de l Éducation, Unesco. 2 Ministre de l éducation en France de 1968 à 1969, ayant occupé de nombreuses autres charges officielles et au nom duquel le rapport en question sera fréquemment associé.

9 Apprendre tout au long de la vie: la contribution des systèmes éducatifs des États membres de l Union européenne Botkin J. et al. (1979): No limits to learning: bridging the human gap. A report to the Club of Rome 3. Largement inspiré par le rapport Faure, le document propose un projet de société porté par des individus capables d analyser et de transformer tant les nouvelles connaissances que l information disponible, et basé sur des valeurs et des attitudes responsables. Victimes de la récession et des restrictions budgétaires publiques dès le milieu des années 70, le concept et ses variantes s éclipsent du devant de la scène. Entre-temps, les transformations sociales et économiques se poursuivent en profondeur, et lorsque le concept renaît dans les années 90, il se positionne par rapport à un contexte totalement différent de celui qui l a vu éclore. La lutte contre le chômage, et la compétitivité invoquée pour le résorber, sont les premières priorités à l agenda des décideurs politiques. 8 Certains parlent d éducation tout au long de la vie. D autres préfèrent désormais utiliser le terme d apprentissage tout au long de la vie, notamment pour ne pas évoquer les réminiscences parfois négatives liées à l éducation initiale des apprenants potentiels. Boshier (1998) souligne d ailleurs la profonde différence entre les deux concepts. La notion d apprentissage renvoie directement à la responsabilité de l individu vis-à-vis de l évolution de son parcours éducatif. Il y va de la responsabilité de chacun de consommer, en piochant selon ses besoins, dans l offre d éducation et de formation mise à sa disposition pour maintenir son employabilité. Accéder à l éducation et à la formation nécessite toutefois la mise en place de conditions sociales qui rendent possible un tel projet. L arrangement de ces conditions requiert qu un acteur gouvernemental ou autre développe des politiques et accorde des ressources qui s inscriront idéalement tant dans un contexte formel (c est-à-dire lié aux systèmes d éducation et de formation), que non formel (c est-à-dire en dehors des systèmes mais en lien avec des organisations de la société civile) ou informel (toute activité organisée par l individu lui-même). L expression «éducation tout au long de la vie» est donc porteuse de l exigence d une politique publique très présente et d actions délibérées. L expression «apprendre tout au long de la vie» a aujourd hui pris le pas sur celle d «éducation tout au long de la vie». Les différentes orientations de départ de ces concepts en fonction des organisations qui les ont développés, la profonde transformation du contexte socio-économique dans lequel ils s inscrivent aujourd hui et la diversité observée entre les systèmes nationaux d éducation et de formation expliquent un certain flou dans les définitions en vigueur et leur caractère souvent très abstrait. 3 Club de Rome: organisation internationale informelle, établie en 1968, dont l objectif est de promouvoir une meilleure compréhension de l interdépendance des systèmes économique, politique, naturel et social. Ses membres regroupent des industriels, des économistes et des chercheurs scientifiques. Le nombre de membres est limité à 100. L organisation vise à initier de nouvelles politiques et actions pour résoudre certains problèmes globaux auquel l humanité doit faire face et que les organisations nationales traditionnelles et les politiques à court terme ne sont pas en mesure d aborder efficacement.

10 Contextes, définitions, enjeux 2. Une définition qui se cherche mais place désormais la responsabilité de l individu au centre du processus Dans les années 70, des appellations différentes permettaient peut-être de mieux situer les différentes approches. Aujourd hui, le concept d apprendre tout au long de la vie a gagné la bataille terminologique. Il n a pas pour autant clarifié la signification de la notion, ni engendré sa totale harmonisation. Le rapport de l Unesco «L éducation, un trésor est caché dedans», appelé aussi rapport Delors, continue de prôner le concept d éducation tout au long de la vie et en donne la définition suivante: «À la veille du XXIème siècle, les missions assignées à l éducation et les multiples formes qu elle peut revêtir lui font englober, de l enfance à la fin de la vie, toutes les démarches qui permettent à chaque personne d accéder à une connaissance dynamique du monde, des autres et d elle-même en combinant avec souplesse les quatre apprentissages fondamentaux décrits au chapitre précédent 4. C est ce continuum éducatif, coextensif à la vie et élargi aux dimensions de la société, que la Commission 5 a choisi de désigner, dans le présent rapport, sous le nom d éducation tout au long de la vie. Elle y voit la clé de l entrée dans le XXIème siècle, ainsi que la condition, bien au-delà d une adaptation nécessaire aux exigences du monde du travail, d une maîtrise accrue des rythmes et des temps de la personne humaine». Dans la foulée du rapport Faure, le cadre de référence du rapport Delors ne vise pas prioritairement le bon déroulement de la vie active, mais prône un développement beaucoup plus ambitieux de la personne humaine. Ce rapport, traduit dans plus de 40 langues, a rencontré un large succès éditorial et donné lieu à de nombreuses conférences. Toutefois, il semble que la plupart des enceintes où il est question d opérationnaliser le concept d apprendre tout au long de la vie soient imprégnées d une définition plus orientée vers le bon déroulement de la vie active tel que le conçoit par exemple l OCDE. 9 L OCDE définit le concept d apprendre tout au long de la vie de la manière suivante 6 : «Cette conception de l apprentissage recouvre le développement personnel et social sous toutes ses formes et dans tous les contextes aussi bien formels à l école, dans les établissements d enseignement professionnel, tertiaire et pour adultes qu informels à la maison, au travail et dans la collectivité. Il s agit d une approche systémique qui s attache aux niveaux de connaissances et de compétences à acquérir par tous, quel que soit l âge. Elle met l accent sur la nécessité de préparer et d inciter tous les enfants dès leur plus jeune âge à s instruire durant toute leur vie et oriente les efforts de manière à ce que tous les 4 Ces quatre piliers sont: apprendre à connaître, apprendre à faire, apprendre à vivre ensemble et à vivre avec les autres, apprendre à être. 5 C est en tant que Président de la Commission internationale sur l éducation pour le vingt et unième siècle de l Unesco que Jacques Delors s exprime ici, et c est en conséquence à cette Commission qu il est fait référence. 6 OCDE (1996), Apprendre à tout âge, Paris, p. 15.

11 Apprendre tout au long de la vie: la contribution des systèmes éducatifs des États membres de l Union européenne adultes, qu ils aient un emploi ou soient chômeurs, qu ils aient besoin d améliorer leurs qualifications ou de suivre un recyclage, aient la possibilité de le faire». Le concept initial d éducation récurrente a évolué en intégrant également les dispositifs informels d apprentissage. Le rôle important attribué aux pouvoirs publics dans l organisation, la gestion et le financement du système est désormais remplacé par des modèles de partenariat et de partage des responsabilités laissant une responsabilité accrue aux entreprises et aux apprenants. La subordination de l enseignement de base au bon déroulement de la vie active future reste prédominante. L accent demeure de facto sur l éducation et la formation postobligatoire et celles des adultes, même si l influence de l éducation de base est reconnue. Les récents travaux de l OCDE sur le financement de l apprentissage tout au long de la vie mettent également en évidence la contribution attendue de la part de l individu lui-même et du secteur privé dans cette nouvelle approche des systèmes d éducation et de formation. 10 Apprendre tout au long de la vie est également aujourd hui un des principes centraux de la politique de l Union européenne. Notion déjà présente dans le rapport Janne 7 en 1973, elle réapparaît dans les Mémorandums sur l enseignement supérieur dans la Communauté européenne et sur l apprentissage ouvert et à distance, parus en Le premier d entre eux mise sur la contribution des universités au marché unique grâce à une main-d oeuvre hautement qualifiée. Il recommande un accès élargi aux qualifications élevées et le développement des opportunités nécessaires à la mise à jour et au renouvellement des connaissances et des compétences. Il accorde une importance particulière au rôle de l enseignement supérieur dans l expansion des secteurs de l éducation continue et de la formation (Hake, 1999). Le second présente l apprentissage ouvert et à distance comme un important moyen d élargir l accès à l éducation et à la formation tout au long de la vie. Au fil du temps, l apprentissage ouvert et à distance sera de plus en plus souvent évoqué dans les textes communautaires en tant qu opportunités pour résoudre les problèmes de compétitivité, d emploi et de croissance. En 1995, le Livre blanc Enseigner et apprendre Vers la société cognitive est publié et constitue la référence essentielle en matière de politique communautaire dans le domaine de l apprentissage tout au long de la vie. S il ne livre pas de définition du concept, il place la responsabilité de l individu au centre du processus. Sa parution a lieu à la veille du lancement de l Année européenne de l éducation et de la formation tout au long de la vie en 1996 qui tire elle-même son origine d une proposition avancée dans le Livre blanc de la Commission Croissance, compétitivité, emploi. Ce lien direct ne signifie pas selon Gass (1996) 8 que les valeurs éducatives soient subordonnées à des considérations de 7 Ce rapport (voir références bibliographiques pour références complètes) a servi de fondement au premier programme d action dans le domaine de l éducation de Gass (1996) p. 5.

12 Contextes, définitions, enjeux rentabilité industrielle. L auteur précise en effet que «en approuvant la proposition de la Commission, le Parlement européen et le Conseil ont adhéré à l approche selon laquelle l éducation et la formation tout au long de la vie relèvent tout autant de l épanouissement personnel de l individu et de l acquisition de la capacité d exercer ses droits de citoyen que de la réalisation d objectifs économiques». En 1997, la communication de la Commission intitulée Pour une Europe de la connaissance relie l objectif d apprendre tout au long de la vie à ses propositions de programmes en matière d éducation et de formation pour la période Le programme Socrates II met en oeuvre au 1er janvier 2000 une nouvelle action, appelée Grundtvig, qui met spécifiquement l accent sur la promotion de l apprentissage tout au long de la vie. Le Traité d Amsterdam inscrit, sans toutefois le définir, l apprentissage tout au long de la vie comme le principe guidant dorénavant la politique communautaire en matière d éducation et de formation, et introduit cette notion à titre complémentaire dans d autres domaines de la politique européenne, tel l emploi. Les lignes directrices pour l emploi, en matière d apprentissage tout au long de la vie, se basent quant à elle sur une définition qui a été élaborée pour permettre à terme de renforcer le développement d une main-d oeuvre qualifiée, tout en tenant compte des circonstances propres à chaque État membre. La notion d apprentissage tout au long de la vie y est à cette fin définie «comme recouvrant toute activité d apprentissage délibérée, formelle ou informelle, entreprise sur une base continue dans l objectif d améliorer les connaissances, les compétences et les qualifications» 9. Seule une définition aussi générique et abstraite pouvait de toute évidence rencontrer les différentes réalités nationales. Elle s avère toutefois d un usage particulièrement épineux lorsqu il s agit d opérationnaliser un tel concept pour mettre en oeuvre des solutions politiques concrètes et déterminer des indicateurs pour mesurer les progrès accomplis. 11 De concept visionnaire universel et humaniste (rapport Faure), l éducation tout au long de la vie est devenue une composante des politiques nationales et internationales. Ce qui, comme le souligne Griffin (1998), ne peut se faire sans entraîner une certaine ambiguïté. Le questionnement qui demeure quant à la définition du concept en atteste. Jarvis (1998) note que depuis sa réapparition dans les années 90, la notion d apprendre tout au long de la vie a été très rapidement tenue pour acquise et célébrée comme telle par de nombreuses publications. Peu de travaux de recherche ont gratté la surface du phénomène pour en découvrir ses réels fondements. Comme dans le cas d autres ambitions sociales désirables, un fossé existe entre l idéal et la réalité, entre la théorie et la pra- 9 Commission des Communautés européennes, Setting targets for lifelong learning in Europe. Le texte original, rédigé en anglais, reprend la formulation suivante: as encompassing all purposeful learning activity, whether formal or informal, undertaken on an ongoing basis with the aim of improving knowledge, skills and competencies ; la traduction française est proposée à titre indicatif sous la responsabilité de l unité européenne d Eurydice.

13 Apprendre tout au long de la vie: la contribution des systèmes éducatifs des États membres de l Union européenne tique, entre les promesses et les résultats. Quelle est la mesure de ce fossé? Comment les politiques publiques mettent-elles néanmoins en oeuvre un concept aussi complexe par sa nature même? Les résultats de l enquête Eurydice, présentés plus loin, apportent un début de réponse au moins en ce qui concerne les systèmes éducatifs formels des États membres de l Union. 3. Les défis propres aux systèmes éducatifs La nature de la présente enquête et les délais impartis pour sa réalisation, sur un sujet par ailleurs aussi vaste, ne nous permettent pas de faire un tour d horizon exhaustif des recherches engagées dans le domaine, loin de là. Celles-ci sont en tous cas encore trop peu nombreuses, qu il s agisse de l analyse du concept d apprentissage tout au long de la vie ou de la portée des politiques qui visent sa mise en oeuvre. Sur base des définitions évoquées précédemment, un élément commun se dégage parmi d autres, à savoir le fait que l individu apprend à tous les stades de son existence et que, en conséquence, tous les niveaux des systèmes d éducation et de formation sont susceptibles de contribuer à un tel projet. 12 Renforcer les apprentissages fondamentaux Aux niveaux de l enseignement préscolaire et de l enseignement obligatoire, très peu de recherches en lien direct avec l objectif d apprendre tout au long de la vie semblent être entreprises. Cette situation s explique sans doute par le fait qu en matière d apprentissage tout au long de la vie beaucoup de stratégies politiques se focalisent en priorité sur les plus de 16 ans. Néanmoins, l OCDE (1996) indique qu un des domaines essentiels pour la réussite de l apprentissage tout au long de la vie est le renforcement des apprentissages fondamentaux. Toujours selon l OCDE (1996), ce renforcement passe par la lutte contre l échec et le décrochage scolaires, l amélioration de l accès et de la qualité de l enseignement, l offre de parcours plus personnalisés, l introduction de nouvelles technologies et de méthodes pédagogiques, l interdisciplinarité, la transmission du goût d apprendre, la revalorisation du corps enseignant, le développement de liens avec le secteur non formel et la coopération avec les parents. La contribution de l enseignement de base à l objectif d apprendre tout au long de la vie concerne donc en réalité des domaines sur lesquels les systèmes éducatifs se penchent depuis un certain temps. La différence est que dans le cas qui nous occupe, ces thèmes sont envisagés idéalement de manière articulée les uns par rapport aux autres et au service d une plus grande cohérence de l ensemble du système. Pris individuellement et en tant que tels, il n en reste pas moins que ces domaines ont déjà fait l objet de nombreuses recherches. L échec scolaire, les compétences clés et plus récemment les nouvelles technologies appliquées à l éducation, pour n en citer que quelques-uns, ont déjà fait couler beaucoup d encre et donné lieu à une pléthore d études, de rapports et de recommanda-

14 Contextes, définitions, enjeux tions. Peut-être dans un proche avenir seront-ils revisités selon de nouveaux paradigmes de recherche propres à l objectif d éducation ou d apprentissage tout au long de la vie. Faciliter l accès et diversifier l offre dans l enseignement supérieur Les transitions école/vie active et formation initiale/formation continue sont l objet de recherches plus nombreuses en lien avec le fait d apprendre tout au long de la vie. Il en est de même pour l enseignement supérieur. Compte tenu du champ de compétence d Eurydice et du fait que les deux premiers sujets sont abordés notamment par différentes publications du Cedefop qui a pleine compétence en la matière, nous ne mentionnerons ici que quelques échos de la recherche concernant l enseignement supérieur. La Direction générale de la recherche de la Commission européenne a lancé des études sur les conditions d accès à l enseignement supérieur de groupes de populations qui y sont habituellement sous représentés. Tel était le sujet du projet financé dans le cadre du programme TSER 10 «University adult access policies and practices across the European Union, and their consequences for the participation of non traditional adults». Dans le même ordre d idées, le programme Socrates a soutenu des projets, tel le projet APEL (Assessment of prior experiential learning), qui se sont penchés sur les questions d évaluation des apprentissages non formels. 13 D autres types de travaux s intéressent aux apprenants de manière générale et à leurs besoins. Rowley et al. (1998) soulignent à quel point les apprenants de la société de la connaissance ont des besoins différents de ceux de leurs prédécesseurs. Pour satisfaire leur demande, il s agit de proposer des formations hic et nunc, de définir de plus petites unités de contenu, d utiliser des méthodes faisant place à une plus grande participation de l apprenant et de prévoir des mises à jour régulières des qualifications délivrées tant sur des savoirs de base que sur des savoirs spécialisés. Quant aux exigences en matière de prérequis, elles doivent être largement revues soit à la baisse soit en développant des systèmes d équivalences. Pour répondre à ces besoins, l enseignement supérieur devrait donc devenir lui-même une organisation apprenante ouverte sur son environnement et jouer la carte de la complémentarité avec des partenaires (entreprise, initiative privée, ) eux-mêmes parfois producteurs de savoir et ayant leurs propres instituts de formation. 10 TSER: programme de recherche socio-économique finalisée dans le cadre du 4ème programme cadre ( ) de recherche de la Commission européenne (Direction générale de la recherche).

15 Apprendre tout au long de la vie: la contribution des systèmes éducatifs des États membres de l Union européenne 14 Dans le cadre de cette évolution, les universités ont été soumises à de nombreuses pressions au cours des dernières années. Edward Thomas 11 rappelle que dans un contexte de concurrence croissante, elles ont été encouragées à augmenter le nombre de leurs étudiants avec peu de moyens supplémentaires, à accroître le contenu technique et professionnel de leurs cours et à réduire la taille de ces derniers au bénéfice d une plus grande modularisation. L objectif d apprendre tout au long de la vie et la société de la connaissance ne font que renforcer ces tendances annonciatrices. Dans cette perspective, les universités doivent progressivement apprendre à enseigner à des étudiants plus âgés et plus expérimentés sans doute plus exigeants, élargir leur offre de formation pour répondre à des besoins plus divers et délivrer leur enseignement de manière plus flexible. La demande de la société vis-à-vis des universités, dans le sens d un rapprochement croissant avec la vie professionnelle, est telle que se pose néanmoins la question de la compatibilité avec ses missions de base que sont l enseignement et la recherche. Se pose aussi la question de ses rapports et de ses frontières avec les autres types d établissements et de filières de l enseignement supérieur. Jónasson (1999) attire à cet égard l attention sur le conflit potentiel entre les caractéristiques considérées comme les plus typiques de l université, à savoir la rigueur de la connaissance académique théorique et la combinaison entre recherche et enseignement. Il souligne le conflit entre d une part le savoir académique et d autre part l immédiateté et la pertinence à court terme des qualifications pour laquelle les étudiants, l industrie et les gouvernements font pression. Le même type de contradiction s observe entre l enracinement établi des disciplines traditionnelles et la demande de programmes interdisciplinaires. D autre part, Jónasson identifie quatre grands groupes d apprenants: les étudiants traditionnels de premier et deuxième cycle, en formation initiale; les étudiants plus âgés (souvent à temps partiel dans le cadre de la combinaison avec une activité professionnelle) qui sont attirés par les formules de type université ouverte ou par les programmes d éducation des adultes; les étudiants qui ont déjà un premier diplôme de l enseignement supérieur, y compris de troisième cycle, et qui sont à la recherche de développements professionnels très spécialisés de niveau avancé; les apprenants cherchant la diversification professionnelle (dans des domaines tels que l informatique et la gestion) pour aborder de nouveaux horizons professionnels et recherchent des cours assez généraux dans ces matières. Face à des motivations et des besoins tellement divers, Jónasson pose la question de l adéquation d un système unifié pour prendre en compte une telle diver- 11 Communication du professeur Edward Thomas, Secrétaire général d EUCEN (Réseau européen de formation continue universitaire) lors du colloque F2000 European Higher Education Expert Forum organisé à Bruxelles les 24 et 25 février 2000 Titre de la communication: «Développer la formation tout au long de la vie dans l enseignement supérieur européen: défis et possibilités».

16 Contextes, définitions, enjeux sité de publics. S il recommande une intégration des programmes d éducation continue au sein des programmes universitaires, il le fait en prônant une séparation bien nette des deux au sein de l institution pour pleinement profiter des dynamiques positives que les nouveaux apprenants peuvent apporter. Rowley et al. rejoignent une optique assez proche lorsqu il mettent en garde contre l objectif d un modèle unique d université, mais prônent au contraire la coexistence d établissements ayant choisi diverses orientations. Cette diversité des établissements, outre le fait qu elle contribuerait à réduire la concurrence directe entre institutions, permettrait de mieux s adresser à un public plus vaste et plus diversifié en variant les styles et les modèles, et aiderait chaque établissement à mieux trouver son positionnement stratégique. Beaucoup d autres travaux mériteraient d être mentionnés. À travers ceux qui viennent d être cités, notre objectif était d identifier quelques-uns des problèmes liés à la mise en oeuvre de l objectif d apprendre tout au long de la vie. Notre ambition n était en aucun cas d épuiser le débat ni de le trancher. Un des grands enjeux de l objectif d apprendre tout au long de la vie est lié au fait qu il s agit d enseigner mieux, à plus d individus et dans de plus nombreux contextes, alors que dans le même temps les budgets publics se réduisent ou stagnent (Dohmen, 1998). Beaucoup d efforts et de réflexions tentent en fait de résoudre cette équation. Si une approche strictement en termes de coût à sa raison d être, la recherche sur l amélioration de la qualité et de l efficacité pédagogique du système ne doit pas y être nécessairement conditionnée. Elle mériterait au contraire d être amplement soutenue. Tant sur le plan politique que sur celui de la recherche, le besoin existe de continuer à explorer le concept et les pratiques qu il suscite. Des travaux récents de l OCDE/CERI (1996) plaident pour que ces recherches incluent le niveau scolaire. C est entre autres à cet objectif que l enquête menée par Eurydice souhaite contribuer en présentant les résultats qui suivent. 15

17

18 Résultats de l enquête II. RÉSULTATS DE L ENQUÊTE 1. Contexte et méthodologie Dans le cadre des Présidences finlandaise et portugaise, l unité européenne d Eurydice s est engagée à préparer un document de travail donnant une première vue d ensemble de la contribution des systèmes éducatifs formels des États membres à l objectif d apprendre tout au long de la vie. Pour ce faire, elle a construit en collaboration avec les Présidences susmentionnées et la Commission européenne un questionnaire de collecte d informations (voir annexe). Ce questionnaire a été envoyé, fin septembre 1999, aux unités nationales du réseau Eurydice situées au sein des ministères en charge des questions d éducation ou au sein d organes qui leur sont étroitement associés. Les contributions nationales ont été préparées dans le cadre de partenariat entre les unités nationales et les départements et services concernés des ministères. Elles ont ensuite été transmises, dans le courant du mois de novembre 1999, à l unité européenne qui a procédé à leur analyse et réalisé le présent document. Une première version provisoire de ce texte a été présentée au Comité de l éducation lors de ses réunions des janvier et février 2000 à Bruxelles, ainsi qu aux unités nationales du réseau pour validation. Compte tenu des délais impartis pour la collecte et le traitement de l information, il ne peut s agir ici que d une première vue d ensemble. La complexité et l ampleur du sujet, sa dimension politique et son évolution constante sont autant d éléments qui plaident pour une approche ultérieure plus approfondie et une mise à jour régulière. 17 Eu égard au champ couvert par l enquête, c est la dynamique réciproque entre l évolution des systèmes éducatifs et la réalisation de l objectif d apprendre tout au long de la vie qui fait l objet de notre attention. Les politiques économiques, de formation professionnelle et d emploi, pour ne citer que les plus directement concernées, ont une contribution au moins aussi importante à apporter à cet ambitieux objectif désormais à l agenda de nombreux pays et organisations internationales. La présente enquête n a néanmoins pas abordé ces secteurs 12, tant pour des raisons de faisabilité évidentes que compte tenu du domaine de compétence propre d Eurydice, en tant que réseau d information sur l éducation en Europe. Toutefois en fonction de l organisation du système national ou du type de stratégie mis en place par les États membres, des informations se rapportant à la formation professionnelle initiale, et parfois à la formation professionnelle continue, sont également présentées dans les descriptions par pays. 12 Le lecteur se référera, entre autres, aux publications du Cedefop (Centre européen pour le développement de la formation professionnelle) et de la Direction générale de l emploi et des affaires sociales de la Commission européenne, pour de plus amples informations et analyses dans ces domaines.

19 Apprendre tout au long de la vie: la contribution des systèmes éducatifs des États membres de l Union européenne 2. Apprendre tout au long de la vie: la question de la définition Y a-t-il autant de définitions que d États membres? Ces définitions ont-elles un caractère officiel? Quelles sont leurs principales orientations? Apprendre tout au long de la vie, formation continue ou permanente et éducation des adultes sontils des concepts interchangeables ou y a-t-il parfois confusion? Ces questions, récurrentes à toute analyse ou simple questionnement lié au concept d apprendre tout au long de la vie, ont été abordées par l enquête pour tenter d y voir plus clair sur base de l examen des informations recueillies au plan national. Des définitions plus souvent usuelles qu officielles 18 Tous les États membres se réfèrent à une définition du concept, qui sans être toujours formelle inspire en tous cas les initiatives et les réformes mises en place au cours des dernières années. Cette définition fait parfois directement référence aux Plans nationaux pour l emploi (Irlande), aux documents et prises de position de la Commission européenne (Pays-Bas), aux retombées nationales de l Année européenne de l apprentissage tout au long de la vie (Italie) ou encore aux travaux entrepris dans le cadre de l OCDE (Communauté française de Belgique et Suède). Le Danemark, l Irlande, les Pays-Bas, le Portugal, la Finlande et le Royaume-Uni 13 ont par ailleurs publié plusieurs documents officiels (Livre blanc, Livre vert, etc.) spécifiquement ou partiellement sur le sujet et y ont exposé leur vision de la question. Ces documents s attardent rarement sur la question de la définition, et détaillent surtout les raisons justifiant la mise en place d une telle stratégie et les avantages attendus. D une manière générale, il est manifeste que la réflexion est toujours en cours et que le stade de maturation des idées liées à la définition du concept varie nettement d un pays à l autre. Les Communautés flamande et germanophone de Belgique, la France, le Luxembourg et l Autriche indiquent clairement que, dans leur contexte national, apprendre tout au long de la vie est souvent assimilé à un autre concept, qui s en trouve parfois élargi. Il est dans ce cas fait référence à la formation continue ou permanente et à l éducation des adultes, ces concepts recouvrant eux-mêmes des réalités différentes d un pays à l autre. Il n est donc pas tant question de confusion terminologique, mais plutôt d une appropriation du concept d apprendre tout au long de la vie en fonction des spécificités du système d éducation/formation et de la réalité nationale. 13 Lorsque le Royaume-Uni est mentionné sans autre précision, l information évoquée concerne à la fois l Angleterre, le pays de Galles, l Irlande du nord et l Écosse. Cette remarque s applique à l ensemble du présent document.

20 Résultats de l enquête Des définitions larges et globales, des références communes mais abstraites Selon les précisions apportées quant à la signification nationale que les États membres donnent au concept, apprendre tout au long de la vie fait référence aux éléments suivants: l individu apprend à tous les stades de sa vie; tous les types de compétences sont concernés: générales, professionnelles, personnelles (les pays qui rapprochent le concept d apprendre tout au long de la vie de ceux de formation permanente ou continue et d éducation des adultes mettent ici l accent sur les compétences professionnelles); tant les systèmes formels d éducation et de formation que les activités non formelles organisées en dehors de ces systèmes ont leur contribution à apporter dans le cadre d une coopération public/privé, particulièrement au niveau de l éducation des adultes; la nécessité d une base solide, acquise au cours de l éducation de base, est mise en avant, au même titre que la transmission du goût et de la motivation à apprendre. Les définitions données par les États membres apparaissent ainsi peu éloignées les unes des autres 14. Elles se réfèrent néanmoins à des éléments abstraits et génériques qui impliquent un système dans sa totalité sans nécessairement préciser la contribution de chacune de ses parties. Ces définitions doivent en conséquence être interprétées à la lumière des stratégies et des politiques concrètement mises en oeuvre ou en cours d élaboration à chaque niveau d éducation. Cette analyse, comme nous le verrons dans les chapitres suivants, révèle des différences plus significatives. 19 Une grande priorité pour tous les États membres: améliorer l employabilité De la Suède à la Grèce, quelles que soient les traditions et les orientations antérieures, par exemple en matière d éducation populaire, un accent prioritaire est mis aujourd hui de manière unanime sur une meilleure adéquation entre éducation, formation et emploi, ainsi que sur les impératifs d employabilité de la main-d oeuvre et de croissance économique. Tous les niveaux d éducation et de formation, et toutes les occasions non formelles d apprentissage (sur le lieu de travail, à domicile, etc.), sont appelés à apporter leur contribution. Les politiques, initiatives et projets pilotes s adressant aux plus de 16 ans sont toutefois particulièrement sollicités, peut-être parce qu ils laissent espérer des résultats visibles et concrets à plus court terme. Les constats qui précèdent montrent à quel point les réflexions et discussions en cours, tant au niveau national qu européen, sont nécessaires pour affiner 14 Toujours à l exception des pays mentionnés précédemment qui associent apprendre tout au long de la vie à la formation continue/permanente ou à l éducation des adultes.

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE European University Association Association Européenne de l'université Copyright 2008 par l Association Européenne de l Université

Plus en détail

Processus de Bologne 2020 L espace européen de l enseignement supérieur au cours de la prochaine décennie

Processus de Bologne 2020 L espace européen de l enseignement supérieur au cours de la prochaine décennie -Version FR Processus de Bologne 2020 L espace européen de l enseignement supérieur au cours de la prochaine décennie Communiqué de la Conférence des ministres européens chargés de l Enseignement supérieur,

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

De la formation continue à la formation tout au long de la vie

De la formation continue à la formation tout au long de la vie De la formation continue à la formation tout au long de la vie Enjeux et débats pour les universités en Europe Michel Feutrie Président de EUCEN Une grande confusion dans les termes utilisés Sous le terme

Plus en détail

L assurance qualité N 4. Décembre 2014

L assurance qualité N 4. Décembre 2014 N 4 L assurance qualité Décembre 2014 L es investissements dans les systèmes et services d orientation tout au long de la vie (OTLV) doivent démontrer le bénéfice pour les individus, les communautés et

Plus en détail

with the support of EFMET cooperation partners:

with the support of EFMET cooperation partners: Recommandations à la Commission Européenne sur le rôle de l enseignement musical et de la formation musicale professionnelle dans le nouveau programme européenne pour la culture with the support of EFMET

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie.

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie. Jeunes demandeurs d asile tchétchènes jouant au centre d accueil de BialaPodlaska(Pologne). Albanie France Monaco Saint-Marin Allemagne Grèce Norvège Saint-Siège Andorre Hongrie Pays-Bas Slovaquie Autriche

Plus en détail

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS FR PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS Déclarons 2012 Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations The European Older People s Platform La Plate-forme européenne

Plus en détail

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL Plan : Introduction I.- Le Dialogue Social européen et son cadre La négociation européenne : - pour l entreprise - pour les partenaires sociaux Les

Plus en détail

RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement

RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement La recherche à l Université Sainte-Anne L Université Sainte-Anne, par son emplacement géographique,

Plus en détail

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France)

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Résumé du rapport réalisé par EUROPA pour la DATAR DATAR EUROPA Etude sur les maisons des services publics en Europe Résumé du rapport

Plus en détail

Bourse de recherche Jeff Thompson. Politique et procédures

Bourse de recherche Jeff Thompson. Politique et procédures Bourse de recherche Jeff Thompson Politique et procédures Table des matières Objet et contexte... 2 Financement... 2 Candidats admissibles... 3 Processus de sélection et d attribution de la bourse... 4

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE

LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE Ce qui définit «le changement» préscolaire primaire secondaire Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2005-05-00511 ISBN 2-550-45274-7 (version

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal.

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal. Indicateur Quels sont les domaines d études les plus attractifs pour les étudiants? Les femmes sont majoritaires dans l effectif d étudiants et de diplômés dans la quasi-totalité des pays de l OCDE, et

Plus en détail

L apprentissage tout au long de la vie, une perspective européenne.

L apprentissage tout au long de la vie, une perspective européenne. L apprentissage tout au long de la vie, une perspective européenne. Erasmus + : enjeux et opportunités pour l Enseignement supérieur en Bretagne Brest, Rennes, 27 novembre 2013 Jean-Marie Filloque Vice-président

Plus en détail

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 La CONFEMEN a adhéré à l initiative «l Éducation avant tout» du Secrétaire général

Plus en détail

Master Etudes françaises et francophones

Master Etudes françaises et francophones Master Etudes françaises et francophones 1. modèle scientifique et profilage des contenus de la filière / Présentation et spécificités de la filière Les études romanes à Leipzig sont considérées comme

Plus en détail

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 RÈGLEMENT (UE) N o 1259/2010 DU CONSEIL du 20 décembre 2010 mettant en œuvre une coopération renforcée dans le domaine de la loi applicable au

Plus en détail

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude:

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude: RÉSUMÉ Contexte de l étude Le 4 septembre 2003, le Parlement européen a adopté une résolution contenant des recommandations à la Commission sur les langues européennes régionales et moins répandues les

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

Communiqué de la Conférence des Ministres européens chargés de l Enseignement Supérieur, Londres, 17-18 Mai 2007

Communiqué de la Conférence des Ministres européens chargés de l Enseignement Supérieur, Londres, 17-18 Mai 2007 Communiqué de Londres 18 mai 2007 Communiqué de la Conférence des Ministres européens chargés de l Enseignement Supérieur, Londres, 17-18 Mai 2007 VERS L ESPACE EUROPEEN DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : REPONDRE

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

et la validation des acquis

et la validation des acquis La validation des acquis en Europe : un sujet d actualité Une enquête du Cedefop a permis d identifier trois contextes différents de mise en œuvre de la validation des acquis dans les pays de l UE. Comment

Plus en détail

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Contribution de l Institut de coopération pour l éducation des adultes (ICÉA) Juin 2014 2 Table des

Plus en détail

Le programme de prêts pour les études à temps partiel. Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études

Le programme de prêts pour les études à temps partiel. Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études Le programme de prêts pour les études à temps partiel Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études Décembre 2001 1 Introduction Une revendication vieille de plus de dix ans

Plus en détail

Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010

Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010 Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010 RAPPORT FINAL DE SYNTHÈSE Haute Ecole Galilée Comité des experts : M. Pascal LARDELLIER, président Mme Martine SIMONIS, MM. Mihai COMAN, Bruno

Plus en détail

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie 1 Le cap fixé : - le projet académique 2011-2015 - et sa lecture par et pour l action des médecins et infirmier(e)s de l E.N Deux postulats : Le

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

Politique des stages. Direction des études

Politique des stages. Direction des études Direction des études Service des programmes et de la réussite scolaire Politique des stages Recommandée par la Commission des études du 6 décembre 2011 Adoptée par le conseil d administration du 15 mai

Plus en détail

Égalité des chances pour toutes et tous

Égalité des chances pour toutes et tous Égalité des chances pour toutes et tous L égalité des chances pour toutes les personnes vivant en Suisse et un des piliers centraux d une société juste et solidaire. L égalité des chances signifie d abord

Plus en détail

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire Guide du programme Juin 2008 Attributs du diplômé de la Colombie-Britannique Au cours de consultations qui se sont échelonnées sur toute une année dans l ensemble de la province, des milliers de citoyens

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse Institut de la jeunesse Madrid Les débuts de toute chose sont toujours petits. Cicéron La

Plus en détail

2. Eléments de langage/speaking points

2. Eléments de langage/speaking points A10278 - Mme Quintin participe à la conférence "Gérer les transitions: l'orientation tout au long de la vie dans l'espace européen." Lyon, 17-18 septembre 2008 2. Eléments de langage/speaking points [Salutations

Plus en détail

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques?

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Rencontre professionnelle 4 Ont participé à cet atelier : David ALCAUD,

Plus en détail

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Union européenne Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Une nouvelle politique de cohésion en réponse aux défis

Plus en détail

RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS. Faculté des lettres et sciences humaines

RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS. Faculté des lettres et sciences humaines RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS Faculté des lettres et sciences humaines PRÉAMBULE Ce règlement facultaire sur la reconnaissance des acquis s inscrit dans le cadre de la Politique

Plus en détail

Commission Consultative Sous-Régionale du Dispositif Intégré d Insertion Socio- Professionnelle de Mons

Commission Consultative Sous-Régionale du Dispositif Intégré d Insertion Socio- Professionnelle de Mons Commission Consultative Sous-Régionale du Dispositif Intégré d Insertion Socio- Professionnelle de Mons Projet d action d animation visant à développer des pratiques collectives d écoute et de participation

Plus en détail

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail

Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études

Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études Mai 2013 PRÉAMBULE... 3 1. DISTRIBUER LA BONIFICATION DE 25M$... 4 2. OPTIMISER L AFE... 5 3. AMÉLIORER LA SENSIBILISATION DES

Plus en détail

L attitude : la nouvelle compétence désormais reconnue dans le sport

L attitude : la nouvelle compétence désormais reconnue dans le sport Communiqué de presse Rolle, le 13.11.13 L attitude : la nouvelle compétence désormais reconnue dans le sport Education 4 Peace, Fondation Suisse basée à Rolle, en collaboration avec l UEFA, publie le premier

Plus en détail

Bienvenue à l UCL, dans une

Bienvenue à l UCL, dans une Bienvenue à l UCL, dans une des 9 universités de la Communauté française des 3300 universités de l Union européenne des 4000 universités européennes (4194 aux USA) des 17000 universités dans le monde Bologne

Plus en détail

C O N T E X T. Mesures C h a péducatives spécifiques pour la promotion de tous. les talents en Europe. Document de travail. Juin 2006 E U RYD I C E

C O N T E X T. Mesures C h a péducatives spécifiques pour la promotion de tous. les talents en Europe. Document de travail. Juin 2006 E U RYD I C E E U RYD I C E Direction générale de l éducation et de la culture C h a péducatives t e r A : spécifiques pour la promotion de tous C O N T E X T les talents en Europe Document de travail Juin 2006 Commission

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 18 juin 2008 Session ministérielle OCDE 2008 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 5 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE

Plus en détail

Programme de travail académique des inspecteurs 2009-2010 INSPECTION. novembre 2009. Rectorat 3, boulevard de Lesseps Versailles www.ac-versailles.

Programme de travail académique des inspecteurs 2009-2010 INSPECTION. novembre 2009. Rectorat 3, boulevard de Lesseps Versailles www.ac-versailles. novembre 2009 Programme de travail académique des inspecteurs 2009-2010 Rectorat 3, boulevard de Lesseps Versailles www.ac-versailles.fr INSPECTION COMMUNICATION Sommaire Les finalités du Programme de

Plus en détail

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Juillet 2005 Pour aller de l avant : L apprentissage et la garde des jeunes enfants Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Introduction En novembre 1999, le gouvernement du Manitoba a confirmé son

Plus en détail

«Identifier et définir le besoin en recrutement»

«Identifier et définir le besoin en recrutement» «Identifier et définir le besoin en recrutement» LES ETAPES DU RECRUTEMENT Le recrutement est une démarche structurée qui comporte plusieurs étapes aux quelles il faut attacher de l importance. La majorité

Plus en détail

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mobilisation contre le décrochage scolaire Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mercredi 8 janvier 2014 SOMMAIRE Introduction : la Nation mobilisée contre le

Plus en détail

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL Bill Pattinson Division de la politique de l information, de l informatique et de la communication

Plus en détail

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse CONSTRUCTION IDENTITAIRE DES ENSEIGNANTS EN FORMATION INTIALE : ENTRE REPRESENTATIONS PARTAGEES ET ELEMENTS DE DIFFERENCIATION DANS LE RAPPORT AU METIER 1. Problématique L étude

Plus en détail

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 Comité préparatoire de la Conférence des Parties chargée d examiner le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires en 2010 NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 15 mai 2009 Français Original : anglais Troisième

Plus en détail

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO concernant le suivi de la mise en œuvre des engagements de CONFINTEA VI Le 19 janvier 2012 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne

Plus en détail

proposant des formations et enseignements professionnels

proposant des formations et enseignements professionnels proposant des formations et enseignements professionnels proposant des formations et enseignements professionnels Sommaire Introduction 5 Le contexte et les enjeux 5 La cible du guide 6 La valeur-ajoutée

Plus en détail

Nos sociétés du troisième millénaire, leur nature, L enseignement supérieur et l innovation technologique : les enjeux pour Europe LES NOUVEAUX DÉFIS

Nos sociétés du troisième millénaire, leur nature, L enseignement supérieur et l innovation technologique : les enjeux pour Europe LES NOUVEAUX DÉFIS 094-100 Figel 13/10/06 11:15 Page 94 L enseignement supérieur et l innovation technologique : les enjeux pour Europe Le problème fondamental auquel se trouve confrontée l Union européenne en matière d

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

Un cours d introduction à la démarche mathématique. Martine De Vleeschouwer, Suzanne Thiry

Un cours d introduction à la démarche mathématique. Martine De Vleeschouwer, Suzanne Thiry Aide à la transition dans une formation universitaire d un mathématicien en Belgique Un cours d introduction à la démarche mathématique Martine De Vleeschouwer, Suzanne Thiry Université de Namur, Unité

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION

REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION Regards sur l éducation Rapport intermédiaire Mise à jour des indicateurs relatifs

Plus en détail

SCIENCES DE L ÉDUCATION

SCIENCES DE L ÉDUCATION UniDistance 1 Centre d Etudes Suisse Romande Formation universitaire SCIENCES DE L ÉDUCATION En collaboration avec L Université de Bourgogne à Dijon Centre de Formation Ouverte et A Distance CFOAD UniDistance

Plus en détail

Le communiqué de Bruges sur la coopération européenne renforcée en matière d enseignement et de formation professionnels pour la période 2011-2020

Le communiqué de Bruges sur la coopération européenne renforcée en matière d enseignement et de formation professionnels pour la période 2011-2020 Le communiqué de Bruges sur la coopération européenne renforcée en matière d enseignement et de formation professionnels pour la période 2011-2020 Communiqué des ministres européens de l enseignement et

Plus en détail

Devenir ingénieur. Faculté des Sciences, de la Technologie et de la Communication. Faculté des Sciences, de la Technologie et de la Communication

Devenir ingénieur. Faculté des Sciences, de la Technologie et de la Communication. Faculté des Sciences, de la Technologie et de la Communication Faculté des Sciences, de la Technologie et de la Communication Devenir ingénieur Faculté des Sciences, de la Technologie et de la Communication Notre offre de formations Devenir ingénieur Fascination pour

Plus en détail

PROGRAMME DE MATHEMATIQUES ANNEES 4 à 7 DU SECONDAIRE

PROGRAMME DE MATHEMATIQUES ANNEES 4 à 7 DU SECONDAIRE Ecoles européennes Bureau du Secrétaire Général Ref. : 2010-D-441-fr-5 Orig. : FR PROGRAMME DE MATHEMATIQUES ANNEES 4 à 7 DU SECONDAIRE Préambule aux programmes SUIVI DU COMITE PEDAGOGIQUE MIXTE DES 9,

Plus en détail

Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe

Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe Un cadre d action commun des partenaires sociaux européens du secteur de l électricité I. Introduction

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie

Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie Position et propositions d amendements de l UNIOPSS Octobre 2004 Mme Marie-Anne Montchamp, secrétaire d'état aux

Plus en détail

»»»» CONCILIATION FAMILLE-TRAVAIL OU COMMENT RÉCONCILIER LES DEUX MONDES DANS LESQUELS NOUS ÉVOLUONS? DÉFINITION

»»»» CONCILIATION FAMILLE-TRAVAIL OU COMMENT RÉCONCILIER LES DEUX MONDES DANS LESQUELS NOUS ÉVOLUONS? DÉFINITION 5 Fiche de sensibilisation CONCILIATION FAMILLE-TRAVAIL OU COMMENT RÉCONCILIER LES DEUX MONDES DANS LESQUELS NOUS ÉVOLUONS? Il nous arrive fréquemment de nous interroger sur notre façon de faire les choses

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Science politique de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées.

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées. Nom Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/49 14/2/12 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 2 : 2.2 Examen de questions

Plus en détail

L enquête Adult Education Survey (AES) 2011-2012

L enquête Adult Education Survey (AES) 2011-2012 L enquête Adult Education Survey (AES) 2011-2012 Patrick Pommier Département Formation professionnelle et insertion professionnelle des jeunes CNIS Formation emploi revenus du 31 mars 2009 AES : une enquête

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture Plan d action de développement durable 2009-2015 Le développement durable, une question de culture Révisé en mars 2013 Note importante Le gouvernement du Québec a autorisé le 29 février 2013 par décret

Plus en détail

Les GU comme outil pour améliorer l accessibilité et la qualité des services. Alternative aux services publics existants?

Les GU comme outil pour améliorer l accessibilité et la qualité des services. Alternative aux services publics existants? Rôle d avant-garde ou lieu d expérimentation avant réforme des services? Alternative aux services publics existants? Modification profonde et durable de l offre de services publics et/ou de la relation

Plus en détail

Qui sont les enseignants?

Qui sont les enseignants? Extrait de : Regards sur l'éducation 2008 : Panorama Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264040649-fr Qui sont les enseignants? Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE (2009),

Plus en détail

Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes. En vigueur à compter du 1 er janvier 2014

Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes. En vigueur à compter du 1 er janvier 2014 Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes En vigueur à compter du 1 er janvier 2014 Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes En vigueur à compter du 1 er

Plus en détail

Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010

Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010 Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010 RAPPORT FINAL DE SYNTHÈSE Université de Liège (ULg) Comité des experts : M. Pascal LARDELLIER, président, M. Mihai COMAN, M. Frank PEETERS,

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ ET DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS 1. Introduction Placer la «bonne personne au bon endroit» représente

Plus en détail

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif»

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Chaque parcours pourra compléter ce cadrage général par un cadrage spécifique au parcours prenant

Plus en détail

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Commentaires du Conseil du patronat du Québec dans le cadre de la consultation sur l accessibilité

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE 45

PROJET PEDAGOGIQUE 45 PROJET PEDAGOGIQUE 45 1. OBJECTIFS GÉNÉRAUX a) L enseignement spécialisé secondaire professionnel a pour objectif de donner aux élèves une formation générale, sociale et professionnelle les amenant à s

Plus en détail

Fonds pour la recherche en Ontario

Fonds pour la recherche en Ontario Chapitre 4 Section 4.10 Ministère de la Recherche et de l Innovation Fonds pour la recherche en Ontario Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2009 Contexte

Plus en détail

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada.

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada. Énoncé de position LA PLANIFICATION NATIONALE DES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ POSITION DE L AIIC L AIIC croit qu une planification réussie des ressources humaines de la santé au Canada passe par un

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE Un problème de recherche est l écart qui existe entre ce que nous savons et ce que nous voudrions savoir à propos d un phénomène donné. Tout problème de recherche

Plus en détail

Journée de réflexion sur la formation à la recherche 30 avril 2013. Document de synthèse

Journée de réflexion sur la formation à la recherche 30 avril 2013. Document de synthèse Journée de réflexion sur la formation à la recherche 30 avril 2013 Document de synthèse Service de la planification et de la performance, 2 mai 2013 1 Table ronde : Besoins futurs de la société et débouchés

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation.

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation. COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation Manuel Gestion du Cycle de Projet Programmation Evaluation Identification Mise en œuvre Instruction Financement Mars

Plus en détail

Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi

Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi Éléments principaux de Passeport pour ma réussite Passeport pour ma réussite

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail