Une revue de littérature sur le Web 2.0 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Une revue de littérature sur le Web 2.0 1"

Transcription

1

2 Une revue de littérature sur le Web Sébastien TRAN EM Normandie 9 rue Claude Boch, Caen Cedex 4 Chercheur associé à M Lab (DRM CNRS UMR 7088) normandie.fr Résumé : Dans son numéro de février 2008, la revue Harvard Business Review (HBR) classait les technologies «collaboratives» (sites de réseaux sociaux, mondes virtuels, jeux en réseaux, économie peer to peer ) comme l une des 20 plus importantes évolutions dans le monde des affaires. Une étude de The McKinsey Quarterly realisée auprès de managers en juin 2008 montre une augmentation très significative de l utilisation des applications du Web 2.0 dans les entreprises sur les 12 derniers mois (blogs, flux RSS, plateformes wikis ). La prolifération des articles dans la presse, les médias et sur Internet démontrent un véritable intérêt pour le phénomène du Web 2.0. Bien que l on soit pour l instant au stade exploratoire, le Web 2.0 semble présenter des potentialités intéressantes pour améliorer les organisations et leurs différents processus. Dans le cadre de cette recherche menée pour le compte du CIGREF, nous avons choisi de faire une revue de littérature afin de mieux comprendre le concept du Web 2.0 au niveau des organisations. Nous chercherons donc dans une première partie à déterminer ce que recouvre le Web 2.0 du point de vue des technologies et des systèmes d information avec une typologie en termes de fonctionnalités. Ensuite, nous proposerons une synthèse détaillée de la revue de la littérature en Sciences de Gestion sur le Web 2.0 en démontrant la dimension transversale du concept et sa logique socio organisationnelle. Mots clés : Web 2.0, TIC, innovation, revue de littérature. Classification JEL : L22, M15 1 Cette recherche a été réalisée dans le cadre de l appel à projet de la fondation CIGREF (Club Informatique des Grandes Entreprises Françaises). Nous tenons donc à remercier le CIGREF pour son soutien à cette recherche exploratoire Page1

3 A literature review on Web 2.0 Abstract: In its February 2008 issue, the Harvard Business Review (HBR) classified collaborative technologies (social networking sites, virtual worlds, multiplayer games, the peer to peer economy) as one of the 20 most important developments in the business world. A study from The McKinsey Quarterly carried out on managers in June 2008 shows a very significant increase in the use of Web 2.0 applications within companies over the last 12 months (blogs, RSS feeds, wiki platforms ). The proliferation of articles in the press, media and on the Internet demonstrates a real interest in the Web 2.0 phenomenon. Although we may still be at the exploratory stage, Web 2.0 seems to offer interesting possibilities when it comes to improving organizations and their different processes. In the context of this research carried out on behalf of the CIGREF, we have chosen to carry out a literature review in order to better understand the Web 2.0 concept as it applies to organizations. In the first part, we will therefore seek to determine what the term Web 2.0 covers from the point of view of technologies and information systems using a typology based on functionalities. Then, we will propose a detailed synthesis of the review of the literature on Web 2.0 in Management Sciences, demonstrating the transversal dimension of the concept and its socioorganizational logic. Keywords: Web 2.0, ICT, innovation, literature review Page2

4 Introduction Dans son numéro de février 2008, la revue Harvard Business Review (HBR) classait les technologies «collaboratives» (sites de réseaux sociaux, mondes virtuels, jeux en réseaux, économie peer to peer ) comme l une des 20 plus importantes évolutions dans le monde des affaires. Une étude de The McKinsey Quarterly realisée auprès de managers en juin 2008 (cf. graphique ci dessous) montre une augmentation très significative de l utilisation des applications du Web 2.0 dans les entreprises sur les 12 derniers mois (blogs, flux RSS, plateformes wikis ). En 2006, l entreprise Motorola comptait déjà 2000 plateformes wikis et 2700 blogs (Scarff, 2006). Selon le cabinet Forrester Research, le marché professionnel du Web 2.0 représentera 4,6 milliard de dollars en Ces quelques chiffres et la prolifération des articles dans la presse, les médias et sur Internet démontrent un véritable intérêt pour le phénomène du Web 2.0. Bien que l on soit pour l instant au stade exploratoire, le Web 2.0 semble présenter des potentialités intéressantes pour améliorer les organisations et bénéficie d un réel engouement de la part des managers. Page3

5 Les travaux académiques et professionnels suggèrent que le concept de Web 2.0 n est pas fondé uniquement sur une évolution de la technologie mais également sur une logique socio organisationnelle. Il correspond en théorie au prolongement du paradigme réseau dans les Systèmes d Information (SI) avec une migration réelle des systèmes centralisés vers des systèmes décentralisés ou répartis (Akoka, 1999). Cette migration semble suivre par ailleurs l évolution des entreprises, caractérisée par des structures hiérarchiques, et s orientant aujourd hui vers des structures moins formelles et plus réactives (Laudon et Laudon, 2000), notamment afin de faire face à un environnement de plus en plus concurrentiel où l agilité et la réactivité semblent constituer des facteurs clés de succès. Cette configuration de l entreprise agile et des SI représente un «modèle idéal» pour les décideurs et les acteurs de l organisation. Nous chercherons donc à voir également en quoi le Web 2.0 et ses applications peuvent améliorer les processus des organisations et renforcer l avantage concurrentiel des entreprises. Dans le cadre de cette recherche menée pour le compte du CIGREF, nous avons chois de faire une revue de littérature afin de mieux comprendre le concept du Web 2.0 au niveau des organisations. Nous chercherons donc dans une première partie à déterminer ce que recouvre le Web 2.0 du point de vue des technologies et des Systèmes d Information (SI) avec une typologie en termes de fonctionnalités et une première réflexion sur les propriétés intrinsèques des différentes applications. Ensuite, nous proposerons une synthèse détaillée de la revue de la littérature en Sciences de Gestion sur le Web 2.0 à partir des principales bases de données et d une méthodologie de classification des articles selon une logique de thèmes clés. 1. Qu est ce que le Web 2.0? Des applications multiples autour de propriétés spécifiques Nous avons vu en introduction qu il était difficile de trouver une définition précise du Web 2.0. Nous proposons plutôt une typologie des applications possibles qui sont rattachées au Web 2.0 et nous chercherons à déterminer leurs fonctionnalités majeures qui traduisent les propriétés du concept. Cette typologie n est pas exhaustive et pourra être enrichie des innovations et des nouvelles applications qui seront susceptibles d apparaître. L intérêt Page4 réside dans l identification des fonctionnalités permises par ces différentes technologies qui peuvent impacter les organisations et les outils de gestion. Cette première typologie est

6 assez proche de certaines qu on peut retrouver dans la littérature académique. Les SI déjà présents dans les organisations sont également à intégrer dans cette réflexion d adoption et d appropriation de nouvelles applications Typologie des applications du Web 2.0 et fonctionnalités majeures Il est très difficile de trouver une définition du Web 2.0 faisant l'unanimité dans la presse, les blogs spécialisés ou les communautés académiques. L'expression a été médiatisée en 2003 par Dale Dougherty de la société 'Reilly Media. Ce dernier a suggéré que le web était dans une période de renaissance ou mutation, avec un changement de paradigme et une évolution des modèles d entreprise. Musser et Reilly (2006) contextualisent le Web 2.0 de la manière suivante : the business revolution in the computer industry caused by the move to the Internet as platform, and an attempt to understand the rules for success on that new platform. Chief among those rules is this : build applications that harness network effects to get better the more people use them. Cette phrase souvent reprise dans les articles montre que le Web 2.0 est d abord et avant tout pensé à partir des propriétés d Internet et que la masse critique d utilisateurs est une des conditions de succès des applications, sousentendant dès lors les concepts de «foule», «many to many», de «collectif», «d externalités de réseau», etc. Il est également commun de considérer que le Web 2.0 est une évolution du Web première génération appelé 1.0 mais cela signifie également que le Web 2.0 serait une phase de transition vers un Web dit «3.0» appelé aussi parfois Web sémantique. n serait alors en présence d un stade d évolution du Web qui ne serait que transitoire vers le modèle idéal de l entreprise agile. Le Web 2.0 ne peut se réduire à une technologie ou une partie d un SI tant il recouvre de nombreuses applications. Des innovations apparaissent encore sous ce concept, que ce soit au niveau des technologies, des langages de programmation, voire des business models. Plusieurs applications matérialisent le concept de Web 2.0 comme les flux RSS, les plateformes wikis, les blogs, les réseaux sociaux, les mashups n retrouve souvent les mêmes types d applications dans les différents travaux. Le point commun est qu elles reposent sur des technologies simples et légères fondées sur les nouveaux standards et protocoles du Web (ML, Javascript, Ajax, protocoles open sources ). Ces applications sont généralement accessibles en ligne, possèdent un degré d interopérabilité technique assez Page5

7 développé et sont souvent hébergées en mode ASP 2 (avec maintenant le développement du cloud computing dans cette logique d hébergement et d accès hors du périmètre de l entreprise). Il est donc très difficile de classer les applications du Web 2.0 car nous sommes encore dans une phase d innovation et de développement. Dans tous les cas, Internet apparaît comme une plateforme de conception des applications et constitue une partie de l essence du concept de 2.0. Cela signifie que les applications du Web 2.0 reposent sur une logique de trajectoire technologique et d usages par rapport au Web 1.0. n peut néanmoins distinguer plusieurs grandes fonctionnalités concernant les différentes applications au niveau des entreprises à partir des différentes lectures et des cas d entreprises médiatisés par les cabinets de conseil et les SSII. Le tableau ci dessous recense les fonctionnalités et les applications associées qu on retrouve dans la plupart des articles académiques et les classifications sur les différents supports consacrés au Web 2.0. Il est important de noter que certaines applications peuvent conjuguer plusieurs fonctionnalités. Les fonctionnalités et des applications du Web 2.0 au niveau des entreprises Fonctionnalités Applications Description Communication et information en mode synchrone ou quasisynchrone Travail collaboratif en mode séquentiel et/ou synchrone Agrégateurs de contenus utils de micro blogging tels que Yammer, Twitter Plateformes wikis, Google sites, espaces de travail collaboratifs comme Basecamp Netvibes, flux RSS, mashups, folksomies Diffusion de messages et d information à des groupes définis ou des communautés en temps réel ou quasi synchrone Diffusion d information, partage et travail en temps asynchrone ou synchrone de plusieurs individus sur des documents électroniques (interactivité des échanges) Agrégation de contenus personnalisés et de veille sur différents sujets, création de métadonnées à partir de plusieurs sources identifiées et sélectionnées par les utilisateurs selon leurs besoins et leurs préférences. Une fois en ligne, ils deviennent aussi des outils de diffusion de l information Page6 2 Application Service Provider.

8 Matching relationnel (intermédiation) et social networking Univers virtuels (mondes persistants), serious games Sites communautaires et de rencontres professionnelles (Viadeo, LinkedIn, Feedback 2.0 ) Univers et espaces de collaboration en 3D comme Second Life, There, Habo Diffusion et échanges d information, de données professionnelles, voire de connaissances via des sites spécialisés qui permettent une fonction de rencontre à partir de critères définis ou de centres d intérêts communs Plateformes relationnelles et de simulation avec des projections identitaires plus ou moins conformes à la réalité des individus selon les scénarios via les avatars (v learning ) Cette typologie n est pas exhaustive car l innovation permanente du Web 2.0 génère l apparition d applications et les usages sont ne sont pas encore stabilisés. Pour autant, il semble évident que toutes les applications ne vont pas rencontrer le même succès dans les entreprises. L histoire des Technologies de l Information et de la Communication (TIC) démontre qu après une phase d émergence de très nombreuses applications, les entreprises vont en sélectionner et ne conserver qu une partie. Parmi les différents critères, la masse critique d utilisateurs sera un critère important dans le choix des applications Des caractéristiques communes du point de vue des SI et de leur diffusion Pour comprendre quelles sont les technologies du Web 2.0 qui vont s encastrer durablement dans les organisations, il est nécessaire d approfondir la réflexion sur les caractéristiques intrinsèques des applications sous l angle des SI en comprenant que l individu devient l élément central de la réflexion, que ce soit en termes de génération de contenus ou de besoins informationnels et de coordination. n peut identifier des invariants au niveau des caractéristiques du point de vue des SI. D une part, les applications du Web 2.0 se situent dans un environnement où les points d accès sont multiples et non plus mono poste, et permettent ainsi une jonction continuelle entre l organisation et les individus dans un cadre de mobilité spatiale et temporelle étendu, et cela bien au delà des frontières de l organisation. Cela signifie également dans la conception des applications et leur mode de diffusion un détachement très marqué et accentué entre le support (hardware) et les applications (software). n retrouve l idée d une logique de l accès (Rifkin et Saint Upéry, 2000), en opposition à une logique de propriété des Page7

9 biens. L interopérabilité des systèmes associée à la multiplication des points d accès à Internet renforce l intérêt des applications hébergées sur le réseau pour les utilisateurs. L intégration des applications du Web 2.0 se fait donc de manière simple et peu coûteuse pour les entreprises mais pose la question du contrôle des applications et des outils de travail des individus au sein de l organisation 3. Ce point est important car il va déplacer la réflexion vers le développement et/ou l assemblage de services qui peuvent constituer une forme d innovation pour les concepteurs ou les DSI qui deviennent alors des agrégateurs d applications dans un contexte organisationnel souvent singulier. Cela peut également questionner les droits d accès pour des applications hors des frontières de l organisation et la logique d investissement dans des systèmes propriétaires souvent coûteux et difficiles à mettre en place. Les possibilités de contournement des applications propriétaires, et donc de l utilisation des données et de leur traçabilité, peut poser des problèmes au sein des organisations en fonction de leur sensibilité, d autant qu il est difficile de contrôler l accès à certaines applications lorsqu elles sont hébergées sur des serveurs externes. Enfin, cela ouvre le champ à une accessibilité étendue à partir de différents terminaux (tablettes, portables, mobiles ) mais nécessitant dès lors un travail sur l ergonomie compte tenu de la taille des écrans, de la portabilité du terminal, de ses capacités techniques Les problématiques d interface hommes machines doivent être repensées dans le cadre des applications du Web 2.0 avec la question d une interface unifiée et dynamique. D autre part, les applications du Web 2.0 généralisent un modèle de co conception en constante évolution au gré des innovations techniques, souvent avec les utilisateurs qui sont intégrés dans certaines phases du développement. Cette caractéristique génère une généralisation continue du versioning des applications, autrement dit «la version bêta devient la règle». Les fonctionnalités des applications évoluent rapidement et ne sont pas stabilisées. Les modules supports des applications dites 2.0 sont souvent légers et relativement simples grâce aux nouveaux langages comme SAP, AJA, REST L ergonomie des applications devient alors essentielle, ainsi que l intuitivité des interfaces pour les utilisateurs car l appropriation doit se faire de manière très rapide et très simple, l objectif Page8 3 La notion de bureau nomade ou bureau virtuel est un thème de recherche actuel chez plusieurs prestataires de service comme range par exemple

10 étant de minimiser les coûts d entrée et d apprentissage. Cette ergonomie des applications du Web 2.0 s appuie également très largement sur les propriétés et le fonctionnement d Internet : moteur de recherche, indexation automatique, ranking des recherches selon des algorithmes, liens HTML. La capacité d intuitivité 4 devient un critère d adoption et d appropriation très important chez les utilisateurs des applications du Web 2.0. L utilisation à grande échelle d Internet et la diffusion de l informatique ont contribué à formater les capacités cognitives des utilisateurs et les dernières innovations renforcent de nouvelles logiques d appropriation des technologies (capteurs 3D, écrans tactiles, gestion automatique des droits d accès, interopérabilité des applications ). Les utilisateurs d applications du Web 2.0 doivent donc être capables d utiliser de manière très opérationnelle dès la première fois l interface développée et sans avoir été nécessairement formés au préalable. Les propriétés du Web 1.0 constituent aussi une trajectoire technologique et une forme de dépendance du sentier pour le Web 2.0 mais on peut aussi s interroger sur le fait que ce dernier ne se limite pas uniquement à des propriétés techniques mais sous tendent de nouvelles logiques organisationnelles sur lesquelles nous reviendrons. Le développement des applications du Web 2.0 se réalise actuellement par rapport aux interfaces déjà existantes qui ont généré des effets d apprentissage chez les utilisateurs. Ce phénomène est accentué car les applications du Web 2.0 confirment aussi un phénomène croissant et inéluctable, à savoir la pénétration et la généralisation d outils de la sphère domestique vers la sphère de l entreprise, ce qui constitue un retournement de logique important et une réelle problématique pour les DSI en matière de choix de technologies. En effet, c est l utilisateur qui choisit sa solution technologique ou du moins sa configuration, cette dernière étant plus ou moins interopérable avec les autres applications, même de conception propriétaire. Les effets d apprentissage engendrés par l utilisation d applications domestiques transposées aux organisations peuvent amener les individus dans une situation de dépendance du sentier (Arthur, 1989) dont il est très difficile de sortir en raison des coûts de verrouillage. Reste à savoir si les applications du Web 2.0 peuvent atténuer ces coûts de verrouillage ou au contraire les renforcer bien que les standards soient plus ouverts. Par ailleurs, la capacité de personnalisation est une des caractéristiques du Web 2.0, de même 4 L intuitivité peut se définir comme «une proposition évidente en soi et qui ne nécessite aucune démonstration» (encyclopédie Encarta) Page9

11 que la possibilité laissée aux utilisateurs de générer du contenu sans que ce dernier ne fasse forcément l objet d une validation avant diffusion. L un des apports fondamentaux du Web 2.0 dans la conception et le déploiement des SI réside dans la possibilité de maintien, voire même d émergence de constructions représentatives plurielles à moindre coût. Les différentes logiques existantes, ambigües et multiples, ne sont donc plus perçues comme des contraintes qu il convient d optimiser pour arriver à une convergence de sens. Certains travaux ont ainsi souligné la difficile adéquation de lier le design de l interface SI et les nombreux «styles cognitifs» des utilisateurs (McCarthy, 2000). Il y a donc une accentuation du déplacement de la logique d adoption favorable aux utilisateurs : c est désormais les SI qui doivent s adapter aux utilisateurs et non l inverse, logique qui prédominait encore largement jusqu à aujourd hui. La variable la plus importante devient alors le besoin de l utilisateur mais cela soulève des questions en matière d administration du réseau, de contrôle et de gestion des droits d accès, de format de données, de principes de sécurité en matière d accès aux données et de sauvegarde... L adoption d applications du Web 2.0 est par ailleurs difficilement contrôlable dans les organisations car cela peut être des applications hébergées sur Internet qui peuvent être installées par les utilisateurs sur leur poste de travail ou accessibles en ligne. n prête souvent dans les revues professionnelles et sites dédiés une plus grande flexibilité aux applications relevant du Web 2.0. Il existe donc un réel risque de substitution, voire de concurrence avec les TIC déployées dans les organisations conduisant à un effet millefeuille (Boukef et Kalika, 2006). Cette superposition des applications peut entraîner des problèmes organisationnels et de coordination, notamment au niveau des managers. 2. Une revue de littérature en sciences de gestion sur le Web 2.0 Dans le cadre de cette recherche menée pour le CIGREF, nous avons réalisé une revue de littérature académique essentiellement basée sur les travaux des Sciences de Gestion. Cette première étape est indispensable pour faire un état de l art des travaux déjà réalisés sur le thème du Web 2.0 et identifier les problématiques déjà posées par les applications dans les organisations. Cette revue de littérature a été également l objet d une phase de Page10 mutualisation des connaissances entre les différents participants au projet de recherche. En parallèle, une veille active a été menée sur la littérature grise, notamment à partir des blogs,

12 sites Internet spécialisés, forums. Nous ne présentons uniquement qu une revue de littérature à partir des articles académiques pour des raisons d homogénéité des supports Présentation de la méthodologie de la revue de la littérature en Sciences de Gestion La revue de littérature a été réalisée entre juin et décembre 2010 (première phase de notre recherche) sans mettre de limite de date quant à la parution des articles. Nous avons réalisé cette première phase à partir des bases de données académiques les plus utilisées (Jstor, Proquest, Econlit, Cairn, Elsevier, Emerald ). Les deux principaux mots clés utilisés ont été «Web 2.0» et «Entreprise 2.0», en français et en anglais avec une recherche sur le titre, les mots clés et le résumé des articles. Compte tenu de notre périmètre de recherche, nous avons volontairement exclu les articles relevant de la sphère des sciences de l éducation où beaucoup d articles ont été réalisés, notamment sur la manière d enseigner avec ces nouveaux outils et sur l évolution du profil des apprenants. Nous nous sommes focalisés dans nos recherches sur les disciplines relevant uniquement des Sciences de Gestion dans les bases de données. Les articles ont tous fait l objet systématiquement d une fiche de lecture et d une classification dans les principaux thèmes autours du Web 2.0 que nous avons sélectionné à partir des différentes lectures et de leur récurrence. Nous avons ainsi identifié 7 thèmes à partir de nos premières lectures pour classer les articles de recherche sur le Web 2.0 : réseaux sociaux, organisation, management, marketing, systèmes d information, business models et divers (cette catégorie concerne des articles généralistes traitant de plusieurs thèmes de manière assez équilibrée ou d autres catégories que nous n avons pas listé). Ces thèmes permettent d englober l ensemble des articles et couvrent également des domaines de recherche bien identifiés en Sciences de Gestion d où leurs choix. Les articles ont été classés à partir d un résumé réalisé pour chaque fiche identifiant les différents thèmes et des mots clés sélectionnés par les auteurs. Le tableau en annexe A recense l ensemble des articles et les différents thèmes pour chacun en distinguant le thème principal de l article défini à partir du titre, du résumé et du contenu et les thèmes annexes. Ce tableau a été utilisé pour réaliser un tableau de correspondances entre les différents thèmes abordés afin de construire une cartographie des références bibliographiques et de cerner les liens entre les thèmes des applications du Web 2.0. Page11

13 Notre recherche dans les bases de données montre que le Web 2.0 reste un concept émergent dans la littérature par rapport à d autres thèmes de recherche. n trouve plusieurs dizaines articles dans les bases de données avec une approche méthodologique souvent de nature qualitative. Le nombre relativement limité de références et l utilisation majoritairement de ce type de méthodologie montre que la recherche est encore à un stade exploratoire, à savoir la définition de concepts clés et l identification des problématiques posées par les applications du Web 2.0. Peu d articles sont parus dans les revues majeures des différentes disciplines en Sciences de Gestion, que ce soit au niveau national ou international mais cela est aussi le fait des délais de publication. Nous avons cherché les liaisons entre les différents thèmes dans les articles consacrés au Web 2.0 à partir des fiches de lecture réalisées et qui sont dans la bibliographie de ce document. Ce travail nous a permis de réaliser un tableau croisé des thématiques présenté ci dessous. La lecture se fait en ligne pour chaque thème listé. Par exemple, pour les six articles classés dans le thème «réseaux sociaux», deux d entre eux évoquaient clairement le thème organisation et business models. Les liaisons avec les thèmes connexes au thème principal ont été déterminées à partir de la lecture de chaque article, incluant l importance donné à chaque autre thème, que cela soit au niveau de la problématique, des hypothèses de recherche, de la méthodologie ou des résultats. Au total 58 articles ont été analysés en détail et classés. Tableau croisé des thèmes de recherche consacrés au Web 2.0 Réseaux Sociaux KM SI BM rganisation Marketing Innovation Management Réseaux sociaux rganisation Marketing KM Innovation SI Business models Management Divers Total Divers Page12 La revue de littérature réalisée permet de voir que le champ des systèmes d information s est relativement peu emparé des questions posées par le développement et l adoption des

14 applications du Web 2.0. L une des explications réside dans la difficulté d accès au terrain étant donné la faible diffusion de ces applications dans les organisations. n trouve plus de recherche (au sens quantitatif du nombre d articles) dans les champs du marketing, des réseaux sociaux, de l organisation et du Knowledge Management. La variété des champs concernés par les applications du Web 2.0 illustre que les problématiques sont plus d ordre socio organisationnel que simplement technique ou technologique. n constate également avec ce tableau que les articles évoquent souvent plusieurs thèmes (jusque 3 ou 4 pour certains) soulignant un aspect très transversal aux applications du Web 2.0. Nous avons résumé les relations entre les différents thèmes dans un schéma en partant du thème le plus cité autre que le thème principal de l article. Le graphique ci dessous résume les liaisons entre les différents thèmes de la revue de littérature. Les chiffres entre parenthèses dans chaque case recensent le nombre d articles classé dans le thème concerné. Schéma des relations entre les thèmes du Web 2.0 à partir de la revue de littérature Marketing (13) 3 Business Model (3) SI (3) Réseaux sociaux (8) 2 rganisation (9) KM (7) Innovation (5) 2 Management (2) Légende : nombre de fois le plus important où un thème a été développé dans les articles le chiffre entre parenthèses indique le nombre d articles classé dans la catégorie n constate avec ce schéma que le thème organisation est très central aux différents aux articles traitant du Web 2.0. Cela confirme bien que les problématiques du Web 2.0 s inscrivent bien dans une logique socio organisationnelle et qu elles dépassent souvent la Page13

15 dimension des SI. Notre schéma met en évidence des thèmes centraux comme l innovation, l organisation, les réseaux sociaux et des associations assez logiques et intuitives entre les différents thèmes concernant les applications du Web 2.0 : «marketing et business models» ; «KM et management» ; «marketing et réseaux sociaux». La plupart des articles de la revue de littérature concernaient un ou plusieurs autres thèmes, certains allant même jusqu à aborder 3 thèmes retenus dans notre classification. Il y a très peu d articles concernant un seul thème. Cela signifie que le Web 2.0 a une forte dimension transversale dans l organisation et que la compréhension des mécanismes d adoption et d appropriation ne peut se faire que dans une logique systémique. Nous proposons dans la partie suivante une synthèse de chaque thème concernant le Web Une synthèse de la revue de littérature par grands thèmes Comme nous l avons mentionné précédemment, notre revue de littérature montre qu il y a peu d articles en SI sur le Web 2.0 et que les problématiques traitées restent relativement classiques par rapport aux autres générations de technologie. Quelques articles utilisent les modèles développés en SI, plus particulièrement le TAM (Technology Acceptance Model), pour revisiter en quoi les propriétés des applications favorisent leur adoption et leur appropriation par les utilisateurs. Les propriétés des applications influenceraient positivement la facilité d utilisation et d utilité perçue par les utilisateurs (Shin, 2008 ; Shin et Kim, 2008). Bien que parfois considérées comme de simples variables modératrices dans les recherches, elles contribuent à un élément essentiel du succès de la diffusion des applications, à savoir l atteinte très rapidement d une masse critique d utilisateurs. Toutefois, les recherches menées sous un angle SI indiquent que, même si les propriétés des applications du Web 2.0 libèrent certaines contraintes du point de vue de l utilisateur individuel, le succès de l implémentation repose sur les dimensions organisationnelles et culturelles de l entreprise (Trkman et Trkman, 2009). n retrouve des facteurs clés de succès classiques en SI (support de la direction, implication des utilisateurs dans la conception, formation ) pour les applications du Web 2.0. Elles ne se diffusent que lorsque leurs bénéfices dans les processus métiers sont visibles mais elles renforcent également la dimension plus personnelle et individuelle des utilisateurs qui vont trouver un moyen de Page14 reconnaissance et de légitimation supplémentaire quant à l adoption de certaines technologies.

16 Le thème le plus développé d un point de vue quantitatif dans notre revue de littérature est celui du marketing. Les nombreuses possibilités offertes par les applications du Web 2.0 ont permis de développer au niveau des entreprises des services où l utilisateur tient un rôle central, soit en tant que producteur de contenu, soit en tant que maillon du réseau, voire même en tant que promoteur de la marque ou du produit (Cooke et Buckley, 2008 ; Eccleston et Griseri, 2008). Ce qui semble intéressant est que les applications du Web 2.0 facilitent le passage d un rôle à un autre. Le rôle central de l individu a été accentué par le développement des réseaux sociaux avec en toile de fond le besoin de reconnaissance et d estime des individus qui se traduit également par l importance croissante des communautés d utilisateurs. Ces évolutions ne sont pas sans posées de problèmes en termes de réputation et d image car le degré de viralité des informations s est accentué et il est impossible pour les marques de contrôler tout ce qui est dit sur elle (Viot, 2010). Certains travaux évoquent ainsi les rôles de la confiance et des normes subjectives dans la diffusion et le succès des applications du Web 2.0 (Shin, 2008). n peut également souligner la problématique récurrente dans certains articles de la sécurité/confidentialité des informations (Ruchaud, 2006 ; Viot, 2010), ainsi que celle du respect de la vie privée. Le droit doit donc également évoluer pour accompagner la diffusion des données dans certaines applications comme les réseaux sociaux. Les propriétés des applications du Web 2.0 et l évolution des techniques marketing sont à la base de nouveaux business models dont on peut trouver parfois des typologies (Wirt et al., 2010) : génération de contenus, assemblage de données diverses, mise en relation et intermédiation... n peut citer l exemple des plateformes two sided market, des sites proposant des offres de niches avec le principe de la long tail (Anderson, 2006) ou des sites s appuyant sur les réseaux sociaux. Le second point concerne l implication et la meilleure prise en compte des consommateurs dans le processus de génération d idées et d évolution des produits ou services à partir de plateformes sur Internet telles que Ideastorm de Dell ou Connect and Develop de Procter & Gamble pour ce citer que ces deux exemples. Certains consommateurs sont également impliqués dans la construction de messages publicitaires au niveau de la communication (Mencarelli et Pulh, 2009). Ces évolutions s inscrivent dans le mouvement d pen Innovation qui consiste à impliquer à certaines étapes clés du processus d innovation les individus disposant des compétences appropriées (Chakravorti, 2010). Les Page15

17 individus deviennent alors des participants actifs dans le processus de conception ou d évolution du produit ou du service, ce qui doit se traduire par un engagement plus fort visà vis de la marque et une meilleure analyse et prise en compte des tendances pour les entreprises. Ces dernières doivent néanmoins adapter leurs processus internes (incitations, transparence, communication interne ) afin que les individus participent aux outils mis en place (Chakravorti, 2010). Enfin, la diffusion croissante des applications du Web 2.0 nécessite une évolution des outils du marketing, que ce soit en termes d études ou bien d analyse du comportement du consommateur avec une approche favorisant la dimension qualitative et ethnographique. L apparition de techniques telles que la netnographie (Kozinets, 2002) qui consiste à écouter les échanges au sein des communautés virtuelles et des réseaux sociaux constitue un exemple parmi d autres. Les entreprises doivent alors passer d une posture de questionnement à une posture d écoute avec de nouvelles méthodes d études mixant les approches qualitatives et quantitatives (Cooke, 2008 ; Laurent, 2008). Quelques articles concernent l impact des applications du Web 2.0 sur le processus d innovation avec une vision très positive quant à leurs conséquences sur ce dernier. Elles sont considérées comme procurant une amélioration des processus internes de développement des innovations, notamment dans les phases amont (Dahan et al., 2010) comme la génération d idées, l identification des signaux faibles et des tendances émergentes... mais elles ne font pas une intégration complète du processus d innovation. L un des avantages souvent cités repose sur l utilisation du principe de la foule (Surowiecki, 2004) et du crowdsourcing en faisant appel aux clients ou à des acteurs externes à l organisation pour générer ou sélectionner les idées les plus pertinentes (concept de créativité collaborative). n retrouve une hypothèse forte dans les apports du Web 2.0 et de ce type d applications, à savoir que la créativité serait meilleure à partir du moment où l organisation fait appel à l intelligence collective reposant donc sur une masse critique de participants. Le second aspect relève d une dimension de partage et de création des connaissances de type Knowledge Management (Caby Guillet et al., 2009 ; Ribière et Tuggle, 2010). Les processus d innovation s avèrent être ainsi plus efficaces avec la dimension collaborative des applications du Web 2.0 : certaines telles que les wiki permettent un Page16 meilleur partage des informations entre les différents acteurs du processus d innovation (capitalisation et diffusion des connaissances tacites et explicites), mais peuvent être aussi à

18 l origine de l émergence d informations et de nouvelles connaissances, voire même de nouvelles connections entre les acteurs. Les applications du Web 2.0 apparaissent alors comme étant des facilitateurs du processus d innovation, que ce soit au niveau de la vitesse du processus, de l échelle de la recherche ou de sa flexibilité (Dahan et al., 2010). Sur la thématique du management et du Web 2.0, on trouve assez peu d articles traitant directement du thème dans les revues académiques mais les autres thèmes abordent souvent le management comme un élément explicatif de l adoption et du succès des applications, notamment en questionnant le rôle des managers, de la direction et la culture de l entreprise. Les réflexions portent notamment sur deux points. Le premier concerne le passage d un management d individus ou d équipes vers le management de groupes ou de communautés avec la remise en cause de certains principes ou d éléments traditionnels aux organisations (la hiérarchie, les incitations, les méthodes d animation, les indicateurs de performance ). Cela peut faire évoluer les rôles des managers dans les organisations qui doivent être capables de se muer en gestionnaire de groupes, modérateur, porte parole Le second point concerne la remise en cause du lien hiérarchique et de subordination entre l entreprise et le salarié. La notion d entreprise est donc ré interrogée au travers des évolutions possibles issues du Web 2.0 comme le crowdsourcing ou le développement de l pen Innovation à partir de certaines technologies. La relation de salariat traditionnelle basée sur la hiérarchie et le contrat de travail peut être susceptible d évoluer vers des formes plus flexibles et mieux adaptées à la dilution des frontières de la firme (multisalariat, contrats à durée déterminée ). n voit donc réapparaître un débat lié à l apparition des TIC dans les organisations et reposant sur les concepts de coûts de transaction et de théorie de l agence. Ces deux phénomènes sont accentués par l arrivée également de la génération «digital natives» dans les entreprises. Au final, l entreprise dite «2.0» serait donc la concrétisation de ses évolutions managériales associant les technologies et la remise en cause de certains principes de management. L une des thématiques centrales dans notre revue de littérature porte sur les business models qui sont liés au Web 2.0 avec un lien récurrent avec la thématique du marketing qui s explique par la question centrale de la création de valeur dans une «économie de la gratuité» et où il est nécessaire de monétiser au bon endroit de la chaîne de valeur le service offert (Chen, 2009). Cette question est d autant plus importante que des doutes Page17

19 subsistent encore sur la viabilité économique de certains modèles d affaires. Plusieurs articles suggèrent que les applications liées au Web 2.0 s appuient sur des business models déjà existant avec les Technologies de l Information et de la Communication (modèle de courtage avec le crowdsourcing, de l infomédiaire, modèle communautaire ) mais multipliant les opportunités d affaires (Beuscart et Mellet, 2008). Les possibilités de combiner plusieurs applications au sein d une même et unique plateforme pour fournir un service permettent de faciliter la monétisation des services proposés avec une adaptation aux besoins de chaque utilisateur (exemple des two sided markets, création de contenus par et pour les utilisateurs, l identification et l accroissement des liens faibles ). Les propriétés des plateformes et des applications comme les externalités de réseau, le rating des utilisateurs, les folksomies, le principe de la «long tail» (Anderson, 2006) sont également des opportunités pour la mise en place de business models centrés sur des niches ou des services particuliers mieux adaptés parfois à une hyper segmentation au niveau des consommateurs. En revanche, d autres reposent sur une masse critique d utilisateurs (business models fondés sur les revenus publicitaires ), ce qui conditionne des stratégies spécifiques pour générer une audience importante et rapidement. Les réseaux sociaux apparaissent comme l un des thèmes les plus importants dans notre revue de littérature, que ce soit au niveau du nombre d articles qui traitent directement du sujet ou en y faisant référence. La question centrale est leur transposition dans une organisation hiérarchique et les motivations sous jacentes à leur utilisation par les membres. Les réseaux sociaux médiatés par les applications du Web 2.0 font apparaître des logiques d acteurs non visibles par l organisation, notamment avec la multiplication des liens faibles, ce qui signifie également qu il n y a pas de superposition exacte avec les réseaux sociaux existants. De plus, les réseaux sociaux comportent une forte dimension collaborative et de partage des connaissances avec une approche décloisonnée qui peut perturber les managers. Le développement de ces applications réinterrogent les pratiques de travail dans les organisations, voire même la culture managériale. En effet, les acteurs peuvent passer un temps important sur les réseaux sociaux, ce qui soulève les questions de leur productivité (les échanges favorisent ils l atteinte des objectifs assignés au poste? etc), des incitations Page18 (importance de la réputation), de la motivation à collaborer entre les individus (appartenance à un groupe ou une communauté) La structuration des réseaux sociaux

20 devient donc centrale dans les organisations qui doivent maintenir une dynamique en trouvant un équilibre entre la multiplication des réseaux formels et informels et un nombre suffisamment important de participants pour la pérennité de chaque réseau. Les réseaux sociaux sont vus également comme un espace de convergence des motivations professionnelles et personnelles des individus (Aguiton et Cardon, 2007). Les différents rôles sociaux des individus se trouvent ainsi mélangés et interagissent au gré des interactions et des situations. Dans certains cas, la représentation présente alors un caractère distinctif par son alimentation (Facebook, Viadeo ). n peut dès lors constater en parallèle le déplacement d une identité déclarative à une identité calculée qui se manifeste par des variables quantitatives (nombre d amis, nombre de groupes d appartenance ) issues du système (Georges, 2009). D après notre cartographie de la revue de littérature, l organisation est la thématique centrale (cf. schéma). De très nombreux articles suggèrent ainsi que les applications du Web 2.0, même si elles sont destinées à des objectifs précis, impliquent une évolution de l organisation. Nous avons regroupé dans cette thématique les articles qui font de l organisation un point central et qui abordent souvent plusieurs thèmes en montrant les relations entre chacun. Certains articles évoquent ainsi le concept «d entreprise 2.0» qui apparaît comme un modèle idéal (Wijaya et al., 2010) où l avantage concurrentiel serait basé sur l innovation, la productivité et la flexibilité issues des applications du Web 2.0. La compréhension de la performance et de l appropriation des applications ne peut se faire que dans une logique systémique et à partir du moment où l organisation s est également adaptée. Certains articles basés sur l organisation évoquent aussi la possibilité d aboutir à de nouveaux agencements organisationnels (Adebanjo et Michaelides, 2010) aussi bien sur les dimensions temporelles que spatiales, les mondes virtuels tels que Second Life étant un exemple poussé de la virtualisation de ces agencements. Les applications du Web 2.0 permettraient alors de maintenir des niveaux de coordination et de décentralisation de l autorité suffisant pour reconfigurer les organisations selon les besoins de leur environnement. L organisation serait donc en perpétuelle optimisation afin de maintenir son avantage concurrentiel avec comme logique celle de l alignement entre la stratégie, les objectifs et les ressources (d autant plus lorsqu elles sont immatérielles comme les connaissances ou les compétences). Bien que les articles faisant référence à l organisation Page19

Le Web 2.0 comme nouveau paradigme de l entreprise? 1

Le Web 2.0 comme nouveau paradigme de l entreprise? 1 Le comme nouveau paradigme de l entreprise? 1 TRAN Sébastien EM Normandie 9 rue Claude Bloch 14000 Caen s.tran@em-normandie.fr Chercheur associé à M-Lab (DRM), Université Paris Dauphine (UMR CNRS 7088)

Plus en détail

L impact du Web 2.0 sur les organisations

L impact du Web 2.0 sur les organisations COLLECTION ESPACES NUMÉRIQUES dirigée par Ahmed Bounfour Coordination éditoriale : Sébastien Tran Albert David, Nicolas Monomakhoff, Amir Hasnaoui, Sébastien Damart, Luisa Zibara, Sonia Abdennadher Cheffi

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

Quelles configurations organisationnelles pour le Web 2.0? 1

Quelles configurations organisationnelles pour le Web 2.0? 1 Quelles configurations organisationnelles pour le Web 2.0? 1 Sébastien TRAN Ecole de Management de Normandie Chercheur associé à M-Lab (DRM UMR CNRS 7088) s.tran@em-normandie.fr Résumé : Les nombreux articles

Plus en détail

«Technologies de l informationl & management»

«Technologies de l informationl & management» e-management Cours DEA e-management DEA «e-management : concepts & méthodesm thodes» Cours «Technologies de l informationl & management» Enseignants : Henri Isaac, Robert Nickerson e-management Objectifs

Plus en détail

Le SI et ses utilisa-tueurs Perspectives sur la stratégie IT des organisations à l heure du Cloud Computing

Le SI et ses utilisa-tueurs Perspectives sur la stratégie IT des organisations à l heure du Cloud Computing Le SI et ses utilisa-tueurs Perspectives sur la stratégie IT des organisations à l heure du Cloud Computing Sébastien Tran ISC Paris, chercheur associé à Mlab, Université Paris Dauphine Emmanuel Bertin

Plus en détail

Articuler logiques de service et logiques éditoriales : quels choix pour le développement du portail du REIT?

Articuler logiques de service et logiques éditoriales : quels choix pour le développement du portail du REIT? Articuler logiques de service et logiques éditoriales : quels choix pour le développement du portail du REIT? Anne PIPONNIER, Université de Bordeaux3, GRESIC Résumé Le programme de transfert prévoit le

Plus en détail

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message.

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message. RÉSUMÉ Au cours des dernières années, l une des stratégies de communication marketing les plus populaires auprès des gestionnaires pour promouvoir des produits est sans contredit l utilisation du marketing

Plus en détail

DOSSIER SPÉCIAL TRAVAIL COLLABORATIF ET GESTION DE CONTENU COMMENT AMÉLIORER LA COLLABORATION ET LA COMMUNICATION AU SEIN DE VOTRE ORGANISME?

DOSSIER SPÉCIAL TRAVAIL COLLABORATIF ET GESTION DE CONTENU COMMENT AMÉLIORER LA COLLABORATION ET LA COMMUNICATION AU SEIN DE VOTRE ORGANISME? DOSSIER SPÉCIAL TRAVAIL COLLABORATIF ET GESTION DE CONTENU COMMENT AMÉLIORER LA COLLABORATION ET LA COMMUNICATION AU SEIN DE VOTRE ORGANISME? AUTEUR : HEFAIEDH MYRIAM DOSSIER TRAVAIL COLLABORATIF ET GESTION

Plus en détail

La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle

La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle Comment répondre aux nouveaux enjeux des DRH du 21 ème siècle? Besoin n 1 : innover et développer de nouveaux usages métier en décloisonnant les différents

Plus en détail

Regard sur hybridation et infogérance de production

Regard sur hybridation et infogérance de production Regard sur hybridation et infogérance de production Février 2014 édito «comment transformer l hybridation des infrastructures en levier de performances?» Les solutions d infrastructure connaissent depuis

Plus en détail

«Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de

«Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de 1 2 «Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de Copie, seules les références bibliographiques peuvent

Plus en détail

Processus d innovation Business Model dans l industrie du jeu vidéo

Processus d innovation Business Model dans l industrie du jeu vidéo Processus d innovation Business Model dans l industrie du jeu vidéo Chahira MEHOUACHI DRM, Université Paris-Dauphine Email : chahira.mehouachi@dauphine.fr Patrick COHENDET Mosaic, HEC Montréal ; BETA,

Plus en détail

COLLABORATION ET RESEAUX SOCIAUX D ENTREPRISE POURQUOI COMMENT

COLLABORATION ET RESEAUX SOCIAUX D ENTREPRISE POURQUOI COMMENT SOCIETE GENERALE COMMUNICATION Entreprises & Médias COLLABORATION ET RESEAUX SOCIAUX D ENTREPRISE POURQUOI COMMENT 28/11/2014 (SOCIAUX) 28/11/2014 P.2 QUELQUES CHIFFRES POUR COMMENCER Evolution comparée

Plus en détail

e need L un des premiers intégrateurs opérateurs Cloud Computing indépendants en France

e need L un des premiers intégrateurs opérateurs Cloud Computing indépendants en France e need L un des premiers intégrateurs opérateurs Cloud Computing indépendants en France Sommaire Cloud Computing Retours sur quelques notions Quelques chiffres Offre e need e need Services e need Store

Plus en détail

Technologies et Knowledge Management. Knowledge Management. Panorama des technologies. Gilles Balmisse. Journée EGIDE - 4 mars 2003 1

Technologies et Knowledge Management. Knowledge Management. Panorama des technologies. Gilles Balmisse. Journée EGIDE - 4 mars 2003 1 Journée EGIDE - 4 mars 2003 1 Knowledge Management Panorama des technologies Journée EGIDE - 4 mars 2003 2 AU SOMMAIRE Introduction PARTIE 1 Panorama des technologies PARTIE 2 Portail de KM Conclusion

Plus en détail

Section 2 : Contrôle de gestion, Stratégie et Performance. 1. Concepts de base. 1.1. Stratégie

Section 2 : Contrôle de gestion, Stratégie et Performance. 1. Concepts de base. 1.1. Stratégie Section 2 : 1. Concepts de base 1.1. Stratégie Une définition : «Avec pour objectifs la réponse aux attentes des parties prenantes, l obtention d un avantage concurrentiel et la création de valeur pour

Plus en détail

BUSINESSOBJECTS EDGE PREMIUM

BUSINESSOBJECTS EDGE PREMIUM PRODUITS BUSINESSOBJECTS EDGE PREMIUM Avantages de la Business Intelligence Assurer une visibilité intégrale des activités Identifier de nouvelles opportunités Détecter et résoudre les problèmes Remplacer

Plus en détail

Le cloud conçu pour votre organisation.

Le cloud conçu pour votre organisation. Le cloud conçu pour votre organisation. C est le Cloud Microsoft. Chaque organisation est unique. De la santé à la grande distribution, de l industrie à la finance - il n y a pas deux organisations qui

Plus en détail

Travail collaboratif. Glossaire

Travail collaboratif. Glossaire Glossaire Ajax Traduction anglaise : Ajax (Asynchronous JavaScript And XML) AJAX est un combiné de différents langages de développement Web comme XHTML, JavaScript ou XML, il est fréquemment utilisé pour

Plus en détail

142 L impact du Web 2.0 sur les organisations

142 L impact du Web 2.0 sur les organisations Références Adebanjo D, Michaelides R (2010) Analysis of Web 2.0 enabled e-clusters: A case study. Technovation 30(4): 238-48 Aguiton C, Cardon D (2007) The Strength of Weak Copperation: an Attempt to Understand

Plus en détail

MESURER LA VALEUR ET LE ROI D UN PROJET DE RÉSEAU SOCIAL D ENTREPRISE

MESURER LA VALEUR ET LE ROI D UN PROJET DE RÉSEAU SOCIAL D ENTREPRISE Livre Blanc MESURER LA VALEUR ET LE ROI D UN PROJET DE RÉSEAU SOCIAL D ENTREPRISE Une méthode opérationnelle proposée par un groupe de professionnels (DSI et experts des RSE) pour analyser la valeur d

Plus en détail

ÉVÉNEMENT «DYNAMISEZ VOTRE INTRANET» INTRANET, PANORAMA 2012 ET NOUVELLES TENDANCES WWW.CROSS-SYSTEMS.CH JÉRÔME BAILLY WWW.CROSS-SYSTEMS.

ÉVÉNEMENT «DYNAMISEZ VOTRE INTRANET» INTRANET, PANORAMA 2012 ET NOUVELLES TENDANCES WWW.CROSS-SYSTEMS.CH JÉRÔME BAILLY WWW.CROSS-SYSTEMS. ÉVÉNEMENT «DYNAMISEZ VOTRE INTRANET» INTRANET, PANORAMA 2012 ET NOUVELLES TENDANCES JÉRÔME BAILLY 10.10.2012 CONTACT JÉRÔME BAILLY CROSS AGENCY JBAILLY@CROSS-SYSTEMS.CH +41 78 878 78 26 SKYPE: JEROME.BAILLY

Plus en détail

Les Fonctions SI et Organisation au service des Métiers. Optimiser la création de valeur pour l entreprise

Les Fonctions SI et Organisation au service des Métiers. Optimiser la création de valeur pour l entreprise Les Fonctions SI et Organisation au service des Métiers Synthèse Dans un contexte de forte transformation de l entreprise, le Système d information (SI) prend une place de plus en plus stratégique dans

Plus en détail

Concevoir des services technologiques adaptés aux besoins d une communauté d enseignants universitaires

Concevoir des services technologiques adaptés aux besoins d une communauté d enseignants universitaires Concevoir des services technologiques adaptés aux besoins d une Platteaux Hervé et Moura Ana Centre de Didactique Universitaire, Université de Fribourg Centre de Didactique Universitaire - Université de

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE L ENVIRONNEMENT... 11 M. JANSSENS-UMFLAT

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE L ENVIRONNEMENT... 11 M. JANSSENS-UMFLAT TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS................................................................... 7 PRÉFACE............................................................................ 9 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

Position du CIGREF sur le Cloud computing

Position du CIGREF sur le Cloud computing Position du CIGREF sur le Cloud computing Septembre 2010 Cette position est le fruit d un groupe de réflexion ayant rassemblé les Directeurs des Systèmes d Information de grandes entreprises, au premier

Plus en détail

L Entreprise sur les Médias Sociaux :

L Entreprise sur les Médias Sociaux : L Entreprise sur les Médias Sociaux : Quels enjeux et quels leviers? Plusieurs notions à comprendre WEB 2.0 Evolution du Web USAGES Web Social / Médias Sociaux TECHNOLOGIES RSS, Widgets, AJAX, Tags...

Plus en détail

Étude : les PME à l heure du Cloud

Étude : les PME à l heure du Cloud Étude : les PME à l heure du Cloud Synthèse des principaux enseignements 27 avril 2012 1 FICHE TECHNIQUE DE L ETUDE Echantillon : 301 entreprises de 20 à 499 salariés. Représentativité assurée par des

Plus en détail

Sideal vous accompagne pour la mise en place de systèmes d information évolués et intelligents, ainsi que pour la mise en

Sideal vous accompagne pour la mise en place de systèmes d information évolués et intelligents, ainsi que pour la mise en JANVIER 2010 [Concepteur Sideal vous accompagne pour la mise en place de systèmes d information évolués et intelligents, ainsi que pour la mise en œuvre et l optimisation i de votre stratégie té de communication

Plus en détail

La Gestion Electronique des Documents

La Gestion Electronique des Documents La Gestion Electronique des Documents La mise en place d une solution La gestion de l information est devenue un enjeu stratégique majeur à l intérieur des organisations. D après l observation des projets

Plus en détail

ANGULAR JS AVEC GDE GOOGLE

ANGULAR JS AVEC GDE GOOGLE ANGULAR JS AVEC GDE GOOGLE JUIN 2015 BRINGING THE HUMAN TOUCH TO TECHNOLOGY 2015 SERIAL QUI SUIS-JE? ESTELLE USER EXPERIENCE DESIGNER BUSINESS ANALYST BRINGING THE HUMAN TOUCH TO TECHNOLOGY SERIAL.CH 2

Plus en détail

Cloud Computing, discours marketing ou solution à vos problèmes?

Cloud Computing, discours marketing ou solution à vos problèmes? Cloud Computing, discours marketing ou solution à vos problèmes? Henri PORNON 3 avril 2012 IETI Consultants 17 boulevard des Etats-Unis - F-71000 Mâcon Tel : (0)3 85 21 91 91 - fax : (0)3 85 21 91 92-

Plus en détail

Le SI et ses utilisa-tueurs Perspectives sur la stratégie IT des organisations à l heure du Cloud Computing

Le SI et ses utilisa-tueurs Perspectives sur la stratégie IT des organisations à l heure du Cloud Computing Le SI et ses utilisa-tueurs Perspectives sur la stratégie IT des organisations à l heure du Cloud Computing Sébastien Tran ISC Paris Emmanuel Bertin Orange Labs Telecom SudParis introduction évolution

Plus en détail

Le cloud qui transforme les données en décisions stratégiques.

Le cloud qui transforme les données en décisions stratégiques. Le cloud qui transforme les données en décisions stratégiques. L essor des technologies sociales, mobiles et cloud a créé un monde de données en perpétuelle croissance. Comment tirer le meilleur parti

Plus en détail

Business Process Management

Business Process Management Alain Darmon Responsable Avant-Vente BPM, IBM 1 er mars 2011 Business Process Management Améliorez l agilité de l entreprise avec la gestion des processus métier Les processus sont partout! Ouverture de

Plus en détail

Stage Ingénieur en développement logiciel/modélisation 3D

Stage Ingénieur en développement logiciel/modélisation 3D Ingénieur en développement logiciel/modélisation 3D Schlumberger recrute un(e) stagiaire ingénieur en modélisation 3D pour la plate-forme Petrel. Vous serez intégré(e) au sein d une équipe innovante, Petrel

Plus en détail

PRESTATIONS 2012-2013 Nouvelles technologies éducatives

PRESTATIONS 2012-2013 Nouvelles technologies éducatives PRESTATIONS 2012-2013 Nouvelles technologies éducatives Unité des nouvelles technologies éducatives Faculté des sciences de l éducation Université Saint-Joseph de Beyrouth Les prestations UNTE 2012-2013

Plus en détail

L entreprise virtuelle

L entreprise virtuelle L entreprise virtuelle 1 2 Vers l entreprise virtuelle. Quel management de l entreprise virtuelle? L entreprise virtuelle L entreprise virtuelle. Conventional Organization Virtual Organization Technologies

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Gestion de la relation Client (CRM)

Gestion de la relation Client (CRM) Gestion de la relation Client (CRM) Les meilleures pratiques pour gérer vos équipes de vente et marketing Claude Rose, président de Gestisoft Ordre du jour de la présentation Objectif d une solution CRM?

Plus en détail

«La visualisation de l information au service de la veille, la recherche et la découverte d information sur le web»

«La visualisation de l information au service de la veille, la recherche et la découverte d information sur le web» «La visualisation de l information au service de la veille, la recherche et la découverte d information sur le web» Social Computing est spécialisé dans les domaines de l accès à l information, des réseaux

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

Big Data et l avenir du décisionnel

Big Data et l avenir du décisionnel Big Data et l avenir du décisionnel Arjan Heijmenberg, Jaspersoft 1 Le nouveau monde des TI L entreprise en réseau de McKinsey McKinsey sur le Web 2.0 McKinsey Global Institute, décembre 2010 Emergence

Plus en détail

PRATIQUES ET USAGES DU NUMÉRIQUE DANS LES PME ET TPE

PRATIQUES ET USAGES DU NUMÉRIQUE DANS LES PME ET TPE PRATIQUES ET USAGES DU NUMÉRIQUE DANS LES PME ET TPE ETUDE RHÔNE Septembre 2015 CCI LYON - DIRECTION DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL ET TERRITORIAL Page 1 I CCI DDIT Page 2 I CCI DDIT ommaire Avant-propos page

Plus en détail

Cahier des charges. «Application Internet pour le portail web i2n» Direction du Développement numérique du Territoire

Cahier des charges. «Application Internet pour le portail web i2n» Direction du Développement numérique du Territoire Direction du Développement numérique du Territoire Cahier des charges «Application Internet pour le portail web i2n» Direction du Développement Numérique du Territoire Maître d Ouvrage : REGION BASSE-NORMANDIE

Plus en détail

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque»

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» avec Communiqué de presse Paris, le 22 octobre 2014 Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» «A l heure où la marque devient

Plus en détail

Notre vision. 6 clés d un programme de professionnalisation efficace & réussi. La formation sur mesure : un levier de la performance de l entreprise

Notre vision. 6 clés d un programme de professionnalisation efficace & réussi. La formation sur mesure : un levier de la performance de l entreprise objectif professionnalisation # La formation sur mesure : un levier de la performance de l entreprise Notre vision Les besoins en formation au sein des entreprises sont croissants et pleinement justifiés.

Plus en détail

Elles énumèrent les connaissances qui doivent être acquises par les élèves à l issue de la classe terminale.

Elles énumèrent les connaissances qui doivent être acquises par les élèves à l issue de la classe terminale. Annexe 5 SCIENCES DE GESTION - CLASSE TERMINALE SPÉCIALITÉ : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Présentation Les technologies de l information et de la communication contribuent à la construction d'une

Plus en détail

Les 5 étapes clés d une stratégie d optimisation online réussie

Les 5 étapes clés d une stratégie d optimisation online réussie Les 5 étapes clés d une stratégie d optimisation online réussie Un Livre Blanc Maxymiser d Oracle Livre Blanc Nov 2015 www.maxymiser.fr À l heure où le mobile est devenu monnaie courante et les services

Plus en détail

Petit guide pour choisir une solution CRM

Petit guide pour choisir une solution CRM Petit guide pour choisir une solution CRM Trouvez la solution qui vous convient» Nos clients sont plus performants. www.update.com Avant-propos Le CRM est en passe de devenir le principal logiciel de l

Plus en détail

La formation expérientielle Explorer de nouveaux territoires de développement des compétences

La formation expérientielle Explorer de nouveaux territoires de développement des compétences La formation expérientielle Explorer de nouveaux territoires de développement des compétences 3 février 2011 A l origine de cette réflexion Collaboration avec Charles JENNINGS Conférences communes sur

Plus en détail

Transformation IT de l entreprise CLOUD ET AGILITÉ AVEC L APPROCHE PAAS

Transformation IT de l entreprise CLOUD ET AGILITÉ AVEC L APPROCHE PAAS Transformation IT de l entreprise CLOUD ET AGILITÉ AVEC L APPROCHE PAAS Les, solutions D éjà 33 % des décideurs de DSI assurent privilégier des hybrides dans leurs entreprises. Dans un contexte où le «Cloud

Plus en détail

Quels Usages et Pratiques des Directions Marketing B2B sur les Médias Sociaux?

Quels Usages et Pratiques des Directions Marketing B2B sur les Médias Sociaux? Quels Usages et Pratiques des Directions Marketing B2B sur les Médias Etude appliquée aux entreprises B2B, dans l Industrie IT. May 15 2013 ETUDE Leila Boutaleb-Brousse leilabfr@gmail.com btobconnected.com

Plus en détail

Perspectives pour l entreprise. Desktop Cloud. JC Devos IBM IT Architect jdevos@fr.ibm.com. 2010 IBM Corporation

Perspectives pour l entreprise. Desktop Cloud. JC Devos IBM IT Architect jdevos@fr.ibm.com. 2010 IBM Corporation Perspectives pour l entreprise Desktop Cloud JC Devos IBM IT Architect jdevos@fr.ibm.com Principe technique Disposer d un poste de travail virtuel accessible par la plupart des terminaux disponibles Ce

Plus en détail

Assurance et Protection sociale Les enjeux du Digital Commerce

Assurance et Protection sociale Les enjeux du Digital Commerce Assurance et Protection sociale Les enjeux du Digital Commerce Sortir des murs, démultiplier les contacts 2013 T A L E N T E D T O G E T H E R Unissons nos Talents 1 Introduction Entre discours incantatoires

Plus en détail

Le Cloud Computing et le SI : Offre et différentiateurs Microsoft

Le Cloud Computing et le SI : Offre et différentiateurs Microsoft Le Cloud Computing désigne ces giga-ressources matérielles et logicielles situées «dans les nuages» dans le sens où elles sont accessibles via Internet. Alors pourquoi recourir à ces centres serveurs en

Plus en détail

L école Lécole 3.0. Joanne Tremblay Benoit Brosseau Pierre Drouin Société GRICS. c Société GRICS 2009 1

L école Lécole 3.0. Joanne Tremblay Benoit Brosseau Pierre Drouin Société GRICS. c Société GRICS 2009 1 L école Lécole 3.0 Par : Joanne Tremblay Benoit Brosseau Pierre Drouin Société GRICS c Société GRICS 2009 1 Le monde change Écriture en Mésopotamie Source: Wikipédia c Société GRICS 2009 2 Le monde change

Plus en détail

Panorama des outils de veille. Myriel Brouland I-Expo 17 Juin 2009

Panorama des outils de veille. Myriel Brouland I-Expo 17 Juin 2009 Panorama des outils de veille Myriel Brouland I-Expo 17 Juin 2009 1 La veille s est affirmée en tant que discipline : Elle s inscrit dans un démarche d optimisation du management de l information au sein

Plus en détail

Management des Systèmes d Information

Management des Systèmes d Information Spécialité Réseaux (RES) UE: Management des systèmes d'information [mnsi, NI303] M2IRT 2012 1 ère année Management des Systèmes d Information Unité 2 - Les principaux types de SI dans l entreprise Gilles

Plus en détail

Enquête PME 2015 : Tour d horizon numérique des PME bretonnes

Enquête PME 2015 : Tour d horizon numérique des PME bretonnes Enquête PME 15 : Tour d horizon numérique des PME bretonnes Nicolas DEPORTE Observatoire du GIS M@rsouin Au cours du premier trimestre 15, 1550 PME bretonnes ont répondu à l «Enquête PME 15» en ligne ou

Plus en détail

Gestion de la configuration et contrôle du code source

Gestion de la configuration et contrôle du code source MGL7460 Automne 2015 Gestion de la configuration et contrôle du code source Guy Tremblay Professeur Département d informatique UQAM http://www.labunix.uqam.ca/~tremblay 10 septembre 2015 Parmi les premières

Plus en détail

Repenser le SI à l'ère du numérique : apports des solutions de big data, cloud computing et confiance numérique

Repenser le SI à l'ère du numérique : apports des solutions de big data, cloud computing et confiance numérique Repenser le SI à l'ère du numérique : apports des solutions de big data, cloud computing et confiance numérique Extraits d analyses publiées par MARKESS International Emmanuelle Olivié-Paul epaul@markess.com

Plus en détail

Data 2 Business : La démarche de valorisation de la Data pour améliorer la performance de ses clients

Data 2 Business : La démarche de valorisation de la Data pour améliorer la performance de ses clients Data 2 Business : La démarche de valorisation de la Data pour améliorer la performance de ses clients Frédérick Vautrain, Dir. Data Science - Viseo Laurent Lefranc, Resp. Data Science Analytics - Altares

Plus en détail

Forthcoming Database

Forthcoming Database DISS.ETH NO. 15802 Forthcoming Database A Framework Approach for Data Visualization Applications A dissertation submitted to the SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY ZURICH for the degree of Doctor of

Plus en détail

Les Fiches thématiques Jur@tic. Services et Logiciels à distance Cloud Computing, ASP, SaaS

Les Fiches thématiques Jur@tic. Services et Logiciels à distance Cloud Computing, ASP, SaaS Les Fiches thématiques Jur@tic Services et Logiciels à distance Cloud Computing, ASP, SaaS Les Fiches thématiques Jur@TIC 1. Le principe du «Cloud» Qu on les appelle Application Service Provider (ASP),

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

«L utilisation d un intranet permet-il la mise en place d un travail collaboratif et/ou coopératifs? Pour quelles compétences?»

«L utilisation d un intranet permet-il la mise en place d un travail collaboratif et/ou coopératifs? Pour quelles compétences?» «L utilisation d un intranet permet-il la mise en place d un travail collaboratif et/ou coopératifs? Pour quelles compétences?» Introduction Le travail que nous présentons ici repose sur une expérience

Plus en détail

Cloud Computing et SaaS

Cloud Computing et SaaS Cloud Computing et SaaS On a vu fleurir ces derniers temps un grands nombre de sigles. L un des premiers est SaaS, Software as a Service, sur lequel nous aurons l occasion de revenir. Mais il y en a beaucoup

Plus en détail

Une charte éthique pour le Big Data

Une charte éthique pour le Big Data Une charte éthique pour le Big Data Primavera De Filippi To cite this version: Primavera De Filippi. Une charte éthique pour le Big Data. Documentaliste - Sciences de l Information, ADBS, 2013, pp.8-9.

Plus en détail

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Le capital Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs social capital An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Présentation des participants participants presentation Fondation Dufresne et Gauthier

Plus en détail

Introduction : du management au e-management.

Introduction : du management au e-management. Introduction : du management au e-management. Henri Isaac, Université Paris dauphine, Observatoire du e-management Dauphine-Cegos. L émergence du terme e-management a suscité de nombreuses interrogations

Plus en détail

ATELIERS OCOVA ALPMEDNET

ATELIERS OCOVA ALPMEDNET ATELIERS OCOVA ALPMEDNET OCOVA AlpMedNet un projet ALCOTRA pour le développement des entreprises & la valorisation des territoires porté par la Régie Micropolis, financé par l Europe, l Etat français &

Plus en détail

LE DISPLAY RÉVOLUTION. De l achat d espace publicitaire classique à la gestion d audience ciblée. Janvier 2012 LIVRE BLANC ACXIOM.

LE DISPLAY RÉVOLUTION. De l achat d espace publicitaire classique à la gestion d audience ciblée. Janvier 2012 LIVRE BLANC ACXIOM. LIVRE BLANC ACXIOM LE DISPLAY EN PLEINE RÉVOLUTION De l achat d espace publicitaire classique à la gestion d audience ciblée Janvier 2012 Frédéric GRELIER Directeur Europe développement produits Acxiom

Plus en détail

Solution. collaborative. de vos relations clients.

Solution. collaborative. de vos relations clients. Solution collaborative de vos relations clients. Le Collaborative Relationship Management : une autre vision du CRM L un des enjeux majeurs dans les relations qu une entreprise entretient avec ses clients

Plus en détail

Cinq raisons d aller encore plus loin avec votre environnement de virtualisation

Cinq raisons d aller encore plus loin avec votre environnement de virtualisation Cinq raisons d aller encore plus loin avec votre environnement de virtualisation Selon une étude, l ajout de puissantes fonctions de gestion améliorerait de 20 à 40 % les mesures de performances clés.

Plus en détail

Guide de recherche documentaire à l usage des doctorants. Partie 1 : Exploiter les bases de données académiques

Guide de recherche documentaire à l usage des doctorants. Partie 1 : Exploiter les bases de données académiques Guide de recherche documentaire à l usage des doctorants Partie : Exploiter les bases de données académiques Sylvia Cheminel Dernière mise à jour : décembre 04 PANORAMA DES SOURCES DOCUMENTAIRES ACADEMIQUES...

Plus en détail

Directions Marketing : réussir vos challenges stratégiques et opérationnels d aujourd hui

Directions Marketing : réussir vos challenges stratégiques et opérationnels d aujourd hui Directions Marketing : réussir vos challenges stratégiques et opérationnels d aujourd hui Transformation et maturité digitale de l entreprise : quelles avancées? Quels leviers pour gagner en performance?

Plus en détail

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL :

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : ANALYSE CONCURRENTIELLE ET STRATEGIE MARKETING INTERNATIONAL : L entreprise a le choix entre 3 grands types de stratégie : La standardisation

Plus en détail

Le CRM en BFI : une approche du pilotage stratégique

Le CRM en BFI : une approche du pilotage stratégique Le CRM en BFI : une approche du pilotage stratégique Sébastien Pasquet, Responsable de missions Le CRM (Customer Relationship Management) s est développé depuis 10 ans essentiellement par l intégration

Plus en détail

Assemblée générale Aristote

Assemblée générale Aristote Assemblée générale Aristote Panorama 2011-2012 Philippe d Anfray Philippe.d-Anfray@cea.fr CEA DSM-Saclay CNES 5 juillet 2012 Assemblée générale Aristote CNES 5 juillet 2012 1 / 21 Comité de programme (1)

Plus en détail

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1) 0rientations générales L enseignement de «management et sciences de gestion» intègre des approches

Plus en détail

CPG. Kerensen for CPG. + 1 ère solution Salesforce dédiée aux industriels de la grande consommation. CCAN Founding. Consumer Packaged Goods.

CPG. Kerensen for CPG. + 1 ère solution Salesforce dédiée aux industriels de la grande consommation. CCAN Founding. Consumer Packaged Goods. CPG Consumer Packaged Goods Kerensen for CPG + 1 ère solution Salesforce dédiée aux industriels de la grande consommation CCAN Founding Member Kerensen for CPG permet d accélérer la mise en œuvre de la

Plus en détail

LA COOPÉRATION MÉDIATISÉE PAR INTERNET : LE CAS DU SITE «LA MAIN À LA PÂTE»

LA COOPÉRATION MÉDIATISÉE PAR INTERNET : LE CAS DU SITE «LA MAIN À LA PÂTE» LA COOPÉRATION MÉDIATISÉE PAR INTERNET : LE CAS DU SITE «LA MAIN À LA PÂTE» David Wilgenbus Société Française de physique La main à la pâte MOTS-CLÉS : COOPERATION INTERNET COMMUNAUTES SCIENCES LA MAIN

Plus en détail

Sage Online, les solutions qui me ressemblent. sécurité simplicité mobilité expertise métier. Les solutions de gestion Cloud pour les PME

Sage Online, les solutions qui me ressemblent. sécurité simplicité mobilité expertise métier. Les solutions de gestion Cloud pour les PME Sage Online, les solutions qui me ressemblent sécurité simplicité mobilité expertise métier Les solutions de gestion Cloud pour les PME Le choix du Cloud : une solution clés en main pour la gestion de

Plus en détail

Mise en œuvre de solutions d IT Service Management. Samia Benali Responsable des offres de services d IT Service Management

Mise en œuvre de solutions d IT Service Management. Samia Benali Responsable des offres de services d IT Service Management Mise en œuvre de solutions d IT Service Management Samia Benali Responsable des offres de services d IT Service Management Global Technology Services Sommaire 1 Des meilleures pratiques à la mise en oeuvre

Plus en détail

Management de l Innovation

Management de l Innovation Management de l Innovation Mention du Master Sciences et Technologies de l Université Pierre et Marie Curie Directeur du Département de Formation : Patrick Brézillon Contact secrétariat : 01 44 39 08 69

Plus en détail

Le développement de services aux entreprises : les enjeux de la proximité pour les territoires industriels

Le développement de services aux entreprises : les enjeux de la proximité pour les territoires industriels Le développement de services aux entreprises : les enjeux de la proximité pour les territoires industriels AUTEURS Fabienne PICARD, Nathalie RODET-KROICHVILI, Nafaa HAMZA-SFAXI RÉSUMÉ L objectif de cette

Plus en détail

Solution. collaborative. de vos relations clients.

Solution. collaborative. de vos relations clients. Solution collaborative de vos relations clients. Le Collaborative Relationship Management : une autre vision du CRM L un des enjeux majeurs dans les relations qu une entreprise entretient avec ses clients

Plus en détail

Retour d expérience. Le rôle du Business Analyst chez Orange. Nadia Magarino & Christophe Dufour 29 avril 2015

Retour d expérience. Le rôle du Business Analyst chez Orange. Nadia Magarino & Christophe Dufour 29 avril 2015 Retour d expérience Le rôle du Business Analyst chez Orange Nadia Magarino & Christophe Dufour 29 avril 2015 Plus de 161 000 salariés à votre service mobile entreprises internet et fixe Plus de 161 000

Plus en détail

AGENTS ET TIC : JOUER PERSO OU COLLECTIF?

AGENTS ET TIC : JOUER PERSO OU COLLECTIF? AGENTS ET TIC : JOUER PERSO OU COLLECTIF? Organisateur EDENRED Animateur Anne GRILLON, Directrice, Mercure local L introduction des Technologies de l Information et de la Communication (TIC) dans les organisations

Plus en détail

Qu est-ce que le «cloud computing»?

Qu est-ce que le «cloud computing»? Qu est-ce que le «cloud computing»? Par Morand Studer eleven Octobre 2011 Qu est-ce que le «cloud computing»? - Morand Studer eleven Octobre 2011 www.eleven.fr 1 Aujourd hui, la démocratisation de l informatique

Plus en détail

Le Display En Pleine Révolution

Le Display En Pleine Révolution Le Display En Pleine Révolution De l achat d espace publicitaire classique à la gestion d audience ciblée Better connections. Better results. Livre Blanc Acxiom Le Display En Pleine Révolution De l achat

Plus en détail

Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif

Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif 1. Définition, notions voisines et lexique de termes techniques Travail collaboratif, coopératif ou encore travail de capitalisation, autant de termes dont

Plus en détail

Le DRH 2.0 Leviers des technologies 2.0 au service de l innovation RH

Le DRH 2.0 Leviers des technologies 2.0 au service de l innovation RH Le DRH 2.0 Leviers des technologies 2.0 au service de l innovation RH Salon Solutions Ressources Humaines 10 mars 2011 Yourcegid, C est pour vous, ça vous ressemble. Le DRH 2.0, leviers des technologies

Plus en détail

Description de Service

Description de Service AMI Smart Horizons SPD-AMISH-2.0-v1.0 Février 2015 Logiciels pour l'intelligence d'entreprise Go Albert SA 46, Avenue Daumesnil 75012 Paris France http://www.amisw.com/ Phone +33 (0)1 42 97 10 38 Fax +33

Plus en détail

LE TRAVAIL COLLABORATIF

LE TRAVAIL COLLABORATIF LE TRAVAIL COLLABORATIF I. Le développement du travail collaboratif Le travail collaboratif, entendu comme situation de travail et de communication de groupe impliquant coopération et coordination, est

Plus en détail

IBM Cognos TM1. Fiche Produit. Aperçu

IBM Cognos TM1. Fiche Produit. Aperçu Fiche Produit IBM Cognos TM1 Aperçu Cycles de planification raccourcis de 75 % et reporting ramené à quelques minutes au lieu de plusieurs jours Solution entièrement prise en charge et gérée par le département

Plus en détail