L impact du Web 2.0 sur les organisations

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L impact du Web 2.0 sur les organisations"

Transcription

1 COLLECTION ESPACES NUMÉRIQUES dirigée par Ahmed Bounfour Coordination éditoriale : Sébastien Tran Albert David, Nicolas Monomakhoff, Amir Hasnaoui, Sébastien Damart, Luisa Zibara, Sonia Abdennadher Cheffi L impact du Web 2.0 sur les organisations

2 L impact du Web 2.0 sur les organisations

3 Springer Paris Berlin Heidelberg New York Hong Kong Londres Milan Tokyo

4 L impact du Web 2.0 sur les organisations Coordination éditoriale : Sébastien Tran Albert David, Nicolas Monomakhoff, Amir Hasnaoui, Sébastien Damart, Luisa Zibara, Sonia Abdennadher Cheffi

5 Coordination éditoriale : Sébastien Tran (École de Management de Normandie et chercheur associé à M-Lab, DRM - Université Paris Dauphine) Albert David (M-Lab, DRM Université Paris Dauphine) ; Nicolas Monomakhoff (MNM Consulting) ; Amir Hasnaoui (Groupe Sup de Co La Rochelle) ; Sébastien Damart (Université de Rouen) ; Luisa Zibara (IMRI, Université Paris Dauphine) ; Sonia Abdennadher Cheffi (Université de Rouen) ISBN Springer Paris Berlin Heidelberg New York Springer-Verlag France, Paris, 2013 Springer-Verlag France est membre du groupe Springer Science + Business Media Cet ouvrage est soumis au copyright. Tous droits réservés, notamment la reproduction et la représentation la traduction, la réimpression, l exposé, la reproduction des illustrations et des tableaux, la transmission par voie d enregistrement sonore ou visuel, la reproduction par microfilm ou tout autre moyen ainsi que la conservation des banques de données. La loi française sur le copyright du 9 septembre 1965 dans la version en vigueur n autorise une reproduction intégrale ou partielle que dans certains cas, et en principe moyennant le paiement des droits. Toute représentation, reproduction, contrefaçon ou conservation dans une banque de données par quelque procédé que ce soit est sanctionnée par la loi pénale sur le copyright. L utilisation dans cet ouvrage de désignations, dénominations commerciales, marques de fa brique, etc. même sans spécification ne signifie pas que ces termes soient libres de la législation sur les marques de fabrique et la protection des marques et qu ils puissent être utilisés par chacun. La maison d édition décline toute responsabilité quant à l exactitude des indications de dosage et des modes d emplois. Dans chaque cas il incombe à l usager de vérifier les informations données par comparaison à la littérature existante. Maquette de couverture : Nadia Ouddane Illustration de couverture : kentoh Fotolia.com Mise en page : DESK Saint-Berthevin

6 Table des matières Chapitres Note de synthèse... 1 Introduction... 3 PARTIE I WEB 2.0 ET ORGANISATIONS : UNE PROBLÉMATIQUE COMPLEXE 1. Web 2.0 et organisations : une problématique complexe I. Le Web 2.0 sur la toile La technologie La relation Les modèles d affaires Intelligence collective II. Web 2.0 et SI : des applications multiples autour de propriétés spécifiques Typologie des applications du Web 2.0 et fonctionnalités majeures Des caractéristiques communes du point de vue des SI III. Web 2.0 et entreprise : une revue de littérature Présentation de la méthodologie de la revue de la littérature en sciences de gestion sur le Web Une synthèse de la revue de littérature par thèmes Many-to-many : d une notion d analyse des systèmes à une caractérisation des échanges sur le Web IV. Synthèse de la partie I : les quatre visages du Web Le Web 2.0 et l entreprise : l image de la plateforme Le 2.0 comme la possibilité d un réseau complet de communication : l image du «many-to-many»... 45

7 VI L impact du Web 2.0 sur les organisations Le 2.0 comme généralisation du collaboratif : l image du communautaire Le 2.0 comme réintroduction de l émergent au cœur des processus : l image de la structure informelle, auto-reconfigurable et évolutive PARTIE II WEB 2.0 ET ORGANISATIONS : RETOURS D EXPÉRIENCES 2. Web 2.0 et organisation : retours d expériences I. Études de cas Le cas Starwood Hotels and Resort : les communautés virtuelles au service de l innovation Le cas Valeo : la transformation sans rupture Le cas de Dream Orange Des «bulletins boards» nouvelle génération : utiliser le Web 2.0 pour repenser les modalités et les contenus de la relation client Le cas Bouygues Telecom : l Intranet à l ère du 2.0 pour un meilleur travail collaboratif et un partage de bonnes pratiques Le cas Lockheed Martin : «What s in it for me?» Le cas British Telecom : l utilisation des médias et des réseaux sociaux pour la communication et le partage de connaissances Utilisation des technologies Web 2.0 et Web 3.0 pour la résolution des problèmes sur les plateformes d Open Innovation : le cas Hypios. 82 II. Ce que les managers pensent Chez Valeo Chez Hypios III. Synthèse de la partie II : repenser le management et l organisation de l entreprise PARTIE III LE WEB 2.0 EN UNIVERS GOUVERNÉ 3. Le Web 2.0 en univers gouverné I. Comment piloter «un nuage»?

8 VII II. La gouvernance de l émergent Une «fabrique» différente de l intelligence collective au travers de groupes émergents S adapter à la coopétition et à l interopérabilité Maîtriser le langage de la collaboration étendue Cultiver des champs de création de valeur pour demain III. Web 2.0 et mythes de l organisation participante PARTIE IV PERSPECTIVES POUR UN MANAGEMENT EN Perspectives pour un management en I. La hiérarchie, la communauté, l émergent : trois fausses évidences revisitées II. Les quatre défis pour un management orienté Associer one-to-many ET many-to-many Mobiliser le «collectif» Maîtriser une organisation «méta-dimensionnelle» Valoriser l individu et le protéger III. Comment «piloter un nuage» : quatre priorités pour les SI et leurs managers Le pilotage multidimensionnel et les référentiels enrichis La gestion des communautés La gestion de l organisation et des droits et la gouvernance de l information La gestion des capacités organisationnelles Conclusion générale Références Annexes Équipe de Recherche

9 VIII L impact du Web 2.0 sur les organisations Table des matières Figures Figure 1 Le Web 2.0 tel qu utilisé dans les entreprises... 6 Figure 2 Carte heuristique des thèmes liés à la dimension technologique du Web Figure 3 Carte heuristique des thèmes liés aux relations dans le Web Figure 4 Carte heuristique des thèmes liés aux modèles d affaires dans le Web Figure 5 Carte heuristique des thèmes liés à l intelligence collective dans le Web Figure 6 Relations entre les thèmes du Web 2.0 à partir de la revue de littérature Figure 7 Les différents types de relations entre entités Figure 8 Exemple visuel d une roadmap de management dans la plateforme informatique Matrix SI Figure 9 Le processus d Hypios en trois phases Table des matières Tableaux Tableau 1 Différences entre Web 1.0 et Web 2.0 (source O Reilly, 2005) Tableau 2 Les fonctionnalités et les applications du Web 2.0 au niveau des entreprises Tableau 3 Tableau croisé des thèmes de recherche consacrés au Web Tableau 4 Comparaison collaboration 1.0 et 2.0 (traduit et extrait de Turban et al., 2011) Table des matières Annexes Annexe 1 Tableau de correspondance des thèmes sur le Web 2.0 à partir de la revue de littérature Annexe 2 Guide d entretien

10 Note de synthèse Les technologies de l information évoluent rapidement. Il incombe aux Directions des Systèmes d Information (DSI) de maintenir l entreprise en situation de veille et d engager les investissements techniques et organisationnels à temps. L exercice de veille est nécessaire mais complexe. En effet, le champ technologique ne peut être complètement exploré si le champ des usages ne l est pas également. Certaines évolutions (technologiques et / ou des usages) s enracinent profondément dans les organisations et entraînent avec elles un changement dans leur pilotage, modes de coordination, stratégies, modèles d affaires, etc. D autres évolutions s avèrent plus éphémères ou présentent un potentiel d impact beaucoup plus faible. C est l un des facteurs clefs de succès des DSI que de faire la part entre ces deux catégories d évolutions et d orienter avec clairvoyance les investissements (humains, financiers, etc.) et les pratiques. Nous avons tenté, dans cet ouvrage, de poser la question de l impact du «2.0» sur les organisations, de façon à intégrer dans une même conception les dimensions communautaires et de réseaux sociaux émergents, les ressorts et enjeux de gouvernance des organisations et la dimension pilotage et systèmes d information. Pour ce faire, nous nous sommes appuyés sur une veille sur le Web, une revue de littérature académique et plusieurs cas emblématiques d entreprises. Notre analyse permet de présenter le «2.0» selon quatre points de vue complémentaires la plateforme, le many-to-many, le communautaire et l émergent. Nous avons montré comment les «univers gouvernés», s ils adoptaient les pratiques du 2.0 au service des objectifs qu ils visent, devaient intégrer une «fabrique» différente de l intelligence collective au travers de groupes émergents, comment ils devaient s adapter à la coopétition et à l interopérabilité

11 2 L impact du Web 2.0 sur les organisations et maîtriser le langage de la collaboration étendue, et comment le 2.0 pouvait permettre de cultiver des champs de création de valeur pour demain. Des idées reçues et de fausses évidences autour de la hiérarchie, de la participation, du communautaire et de l émergent ont été revisitées, et quelques enjeux critiques pour le «passage au 2.0» identifiés : associer one-to-one et many-to-many, mobiliser le collectif, valoriser une organisation «méta-dimensionnelle» et valoriser et protéger l individu. Enfin, nous avons vu que pour «piloter le nuage», le système d information était central et notre réflexion débouche sur l hypothèse que l enjeu pour les DSI était de pouvoir progresser dans la maîtrise de quatre leviers : le pilotage multidimensionnel et les référentiels enrichis, la gestion des communautés, la gestion de l organisation, des droits et de la gouvernance de l information, le pilotage des capacités organisationnelles.

12 Introduction I. SYSTÈMES D INFORMATION, VEILLE ET NOUVELLES TECHNOLOGIES Face à l évolution rapide des technologies de l information, il incombe aux directions des systèmes d information (DSI) de maintenir l entreprise en situation de veille et d engager les investissements techniques et organisationnels à temps. L exercice de veille est nécessaire mais complexe. En effet, le champ technologique ne peut être complètement exploré si le champ des usages ne l est pas également. Certaines évolutions (technologiques et / ou des usages) s enracinent profondément dans les organisations et entraînent avec elles un changement dans leur pilotage, modes de coordination, stratégies, modèles d affaires, etc. D autres évolutions s avèrent plus éphémères ou présentent un potentiel d impact beaucoup plus faible. C est l un des facteurs clefs de succès des DSI que de faire la part entre ces deux catégories d évolutions et d orienter avec clairvoyance les investissements (humains, financiers, etc.) et les pratiques. II. LE WEB 2.0 EST LA MARQUE D UNE ÉVOLUTION Le «Web 2.0» est une dénomination reprenant les codes utilisés dans la programmation informatique pour identifier les différents niveaux de versions d un code ou d un logiciel, suggérant une nouvelle version d Internet, une deuxième version qui succéderait à une première version. Le terme «2.0» évoque une évolution majeure, par opposition à une évolution mineure qui n aurait été signalée que par

13 4 L impact du Web 2.0 sur les organisations un 1.1 ou 1.x c est comme cela que des versions correspondant à des évolutions mineures d un logiciel sont dénommées. La qualification d «évolution majeure» peut correspondre à des réalités très différentes selon que l on considère que les changements sont quantitatifs (un très grand nombre de nouvelles technologies de l information faisant leur apparition au même moment) ou que les changements sont également liés à des variations majeures des usages et des visions qui sous-tendent les technologies utilisées par et sur Internet. III. LES DIFFICULTÉS À DÉFINIR LE WEB 2.0 Il est difficile de donner une définition de ce que désigne le Web 2.0. La difficulté est de plusieurs ordres : tout d abord, le terme «Web 2.0» a une généalogie complexe et incertaine (même si certains revendiquent la paternité du terme et avec cela, la paternité de la «découverte» des évolutions à venir liées aux technologies d Internet) ; l appréciation du genre des technologies, des usages, du rattachable au Web 2.0, etc. n est ni totalement consensuelle ni entièrement stabilisée (comme le serait une connaissance encyclopédique traditionnelle par exemple) ; il est ardu de distinguer les évolutions majeures et réelles que désigne le Web 2.0 des effets de mode et des évolutions technologiques d apparence révolutionnaires (parce que vendues comme telles) mais ne revisitant nullement des usages passés ou des théories anciennes de la performance des entreprises ; enfin, derrière la question de terminologie et de définition se pose celle de la légitimité des acteurs (dont les DSI) qui prennent position et donnent leurs définitions du Web 2.0. Définir le Web 2.0 n est pas juste un souci de l homme d académie d avancer dans la stabilisation de connaissances. C est également un enjeu pour les acteurs du Web en particulier, les entreprises qui participent

14 Introduction 5 à l élaboration du Web et qui ont naturellement intérêt à s inscrire en pionnier sur telle ou telle technologie, modèle d affaire ou usage pour établir durablement un avantage concurrentiel. Il faut donc parvenir à faire le tri dans la définition du Web 2.0 entre d un côté, les effets de mode, les révolutions qui n en sont pas, les argumentaires commerciaux, les modèles et théories réutilisés mais non revisités, et d un autre côté, les évolutions technologiques majeures, les bouleversements dans les usages d Internet et des technologies de l information, les évolutions qui impacteront très fortement les fonctionnements des entreprises, leurs configurations organisationnelles, leurs modèles d affaires et leurs stratégies. IV. QUELQUES TENDANCES Ces difficultés n empêchent cependant pas d observer quelques tendances semblant dessiner les contours d un Web de deuxième génération. Dans son numéro de février 2008, la revue Harvard Business Review classait les technologies «collaboratives» (sites de réseaux sociaux, mondes virtuels, jeux en réseaux, économie peer-to-peer, etc.) comme l une des 20 plus importantes évolutions dans le monde des affaires. Une étude de The McKinsey Quarterly réalisée auprès de managers en juin 2008 (cf. graphique ci-dessous) montre une augmentation très significative de l utilisation des applications dites du Web 2.0 dans les entreprises sur les 12 derniers mois (blogs, flux RSS, plateformes wikis, etc.). En 2006, l entreprise Motorola comptait déjà plateformes wikis et blogs (Scarff, 2006). Selon le cabinet d études Forrester Research, le marché professionnel du Web 2.0 représentera 4,6 milliards de dollars en Si les contours du Web 2.0 sont difficiles à définir ex nihilo, ces chiffres montrent néanmoins une évolution du Web vers des

15 6 L impact du Web 2.0 sur les organisations Réponses à la question : "Votre entreprise utilise-t-elle les technologies ou outils suivants?" (% répondants) Figure 1 Le Web 2.0 tel qu utilisé dans les entreprises (extrait traduit de MacKinsey Global Survey Results, The MacKinsey Quarterly, juillet 2008) technologies à modèle d utilisation collaboratif. Les technologies et applications évoquées plus haut ont en commun de donner à l utilisateur une place inédite puisqu il est à la fois utilisateur et en partie concepteur des contenus diffusés sur le Web. Une plateforme wiki correspond, en effet, à une application sur Internet permettant à un groupe d utilisateurs de créer ensemble un contenu (une encyclopédie, un site Internet, etc.). De même, un réseau social du type de Facebook n existe que par ses utilisateurs et l intégralité des contenus diffusés sur ce média y est «poussée» par les utilisateurs (les membres des réseaux constitués). V. PERTINENCE D UNE RECHERCHE SUR LES IMPACTS DU WEB 2.0 SUR LES ORGANISATIONS Ces exemples de technologies ou outils du Web 2.0 sont des supports d interactions. Dans les entreprises, l informatique est

16 Introduction 7 omniprésente et il est donc pertinent de se poser la question des impacts du Web 2.0 sur les entreprises. Ceci est d autant plus vrai que les entreprises sont en perpétuelle reconfiguration de leurs chaînes de valeur et que pour partie, la création de valeur est dépendante de la performance des dispositifs mis en place pour que les membres de l organisation (et également les acteurs de son environnement) communiquent, interagissent, se coordonnent et coopèrent. Nous nous intéressons d ailleurs principalement à ces dimensions organisationnelles du lien entre Web 2.0 et création de valeur, laissant de côté les problématiques strictement techniques (standards, interopérabilité, interfaces, architecture SI, etc.), bien qu elles soient également importantes mais non abordées dans cet ouvrage. Par ailleurs, les entreprises, comme vu plus haut, ont déjà largement investi dans le champ du Web 2.0 sans qu elles aient pu nécessairement compter sur un recul suffisant pour juger des impacts possibles de ces technologies et outils sur les organisations. VI. LES IMPACTS DU WEB 2.0 À TRAVERS PLUSIEURS PRISMES Le périmètre du Web 2.0 est difficile à circonscrire et la problématique organisation / Web 2.0 est complexe. Nous le montrons dans la première partie de cet ouvrage. Nous nous appuyons sur une exploration des thèmes et idées fréquemment associés dans les blogs et forums sur le sujet sur Internet. Nous le montrons également à travers une revue de littérature académique dont la synthèse nous conduit à identifier quatre perspectives à partir desquelles il est possible de qualifier l entreprise 2.0 ou entreprise qui mobilise les technologies, outils du Web 2.0. Les applications qui ont été faites de ces technologies par les entreprises sont également éclairantes sur la complexité de cette question

17 8 L impact du Web 2.0 sur les organisations de recherche. Nous en présentons un certain nombre, dans la seconde partie de cet ouvrage, montrant pour chaque entreprise étudiée, les enjeux, les potentiels et les risques associés au Web 2.0. Pour certains des cas présentés, nous nous appuyons également sur les discours des managers sur le Web 2.0, fruits d entretiens réalisés auprès de managers. En grande partie, l un des enjeux que nous mettons en évidence est la difficulté de piloter des dispositifs collaboratifs d un genre nouveau dans des univers les entreprises par définition gouvernés. Nous consacrons la troisième partie de cet ouvrage à montrer les différents niveaux de questions que ce point soulève. Ce faisant, nous sommes conduits, dans la quatrième et dernière partie à mettre en perspective les quatre défis du management en univers 2.0.

18 Partie I Web 2.0 et organisations : une problématique complexe

19 1 Web 2.0 et organisations : une problématique complexe Les travaux académiques et professionnels suggèrent que le concept de Web 2.0 n est pas fondé uniquement sur une évolution de la technologie mais également sur une logique socio-organisationnelle. Il correspond en théorie au prolongement du paradigme réseau dans les Systèmes d Information (SI) avec une migration réelle des systèmes centralisés vers des systèmes décentralisés ou répartis (Akoka, 1999). Cette migration semble suivre par ailleurs l évolution des entreprises, caractérisée par des structures hiérarchiques, et s orientant aujourd hui vers des structures moins formelles et plus réactives (Laudon et Laudon, 2000), notamment afin de faire face à un environnement de plus en plus concurrentiel où l agilité et la réactivité semblent constituer des facteurs clés de succès. Cette configuration de l entreprise agile et des SI représente un «modèle idéal» pour les décideurs et les acteurs de l organisation. Le concept de Web 2.0 pourrait donc amener une transformation des processus organisationnels que nous tenterons de décrypter dans cette étude en faisant également la part de ce qui peut relever d un énième phénomène de mode dans le domaine des nouvelles technologies. Il n existe pas de définition officielle du Web 2.0 ou de définition faisant l unanimité, mais on retrouve dans la plupart d entre elles une liste d applications et quelques standards techniques au niveau de l architecture de ces dernières. Nous chercherons également à sortir d une logique purement technique ou technologique pour nous concentrer sur les aspects organisationnels et managériaux propres à «la logique 2.0».

20 12 L impact du Web 2.0 sur les organisations I. LE WEB 2.0 SUR LA TOILE Nous avons choisi dans un premier temps d éclairer notre recherche sur le concept en réalisant une veille sur Internet et quelques blogs de références. Une lecture de «ce que le Web dit à propos du Web 2.0» est intéressante à plusieurs titres : les acteurs qui s expriment sur le Web à travers différents médias (blogs et forums par exemple) semblent former un ensemble hétérogène et donc varié et riche : consultants, journalistes, praticiens, DSI, utilisateurs avertis du Web et des technologies de l information, leaders d opinion, etc. ; par ailleurs, les médias évoqués sont généralement ouverts, car construits sur un mode collaboratif (par définition) : la connaissance n y est pas poussée par un détenteur unique de la connaissance encyclopédique ; elle est construite par plusieurs acteurs ; il est enfin relativement aisé de faire une revue large des thèmes évoqués et des mots clefs rattachés par les participants à ces médias à la notion de Web 2.0. Ainsi, le recours aux moteurs de recherche permet de faire apparaître les expressions, mots, idées ou thèmes récurrents sur les blogs qui traitent du Web 2.0. Ci-dessous, nous indiquons une synthèse des thèmes ou expressions que nous avons rencontrées sur les blogs au sujet du Web 2.0. LA TECHNOLOGIE La carte heuristique ci-après (Figure 2) montre que la plus grande partie des références au Web 2.0 est technologique. Le Web 2.0 est d abord caractérisé par la multiplication des capteurs de données que les technologies associées permettent d envisager. Les utilisateurs (par définition en grand nombre) génèrent de la donnée (ils sont d ailleurs perçus comme centraux dans le Web 2.0, comme indiqué ci-après) et fournissent des quantités massives de données. Le Web 2.0 est un Web à l écoute de ces «émissions de données». L évolution du Web (la version 3.0) est ainsi

21 Web 2.0 et organisations : une problématique complexe 13 Figure 2 Carte heuristique des thèmes liés à la dimension technologique du Web 2.0 naturellement vue comme la marche vers une génération d Internet qui apprend, les machines devenant capables d interpréter toutes les données circulant sur le Web et émises par les utilisateurs. Le Web 2.0 fait également référence dans les blogs à des technologies centrées sur l utilisateur. Cela signifie que l ergonomie des interfaces est soignée et rendue accessible par tous, mais également que les technologies permettent que les contenus soient générés par les utilisateurs. LA RELATION Une autre partie des références au Web 2.0 faite par les blogs et forums concerne les questions des relations entre utilisateurs d Internet (Figure 3). Le Web 2.0 est vu comme réseau mais pas uniquement au sens technique du terme : il s agit plutôt d un outil qui permet de générer du lien social entre utilisateurs. Il laisse envisager des possibilités importantes d expression et de modes de participation du citoyen ordinaire aux changements du monde (au sens du citoyen activiste, dans l action) et ainsi des formes et des natures de réseaux sociaux divers et innovants. Le Web 2.0 est également présenté comme une plateforme, c est-àdire un support d accueil de différents types de relations, permises

22 14 L impact du Web 2.0 sur les organisations Figure 3 Carte heuristique des thèmes liés aux relations dans le Web 2.0 parce qu il y a confiance et volonté de partager des choses entre utilisateurs présents sur la plateforme. Notons que ces relations sont parfois décrites comme des formes de coopération ou de collaboration faibles et apparaissant de façon émergente dans des univers non nécessairement gouvernés. Les blogs décrivent donc le Web 2.0 comme une génération ambitieuse de l Internet allant jusqu à bouleverser les processus de formation des liens sociaux et de constitution de collectifs (communautés, groupes, etc.). Ce bouleversement concerne jusqu à l individu dans son intimité et la façon dont il peut se vivre tel qu il se projette sur le Web 2.0. Il peut y nouer des relations en y travestissant son identité, s y singulariser, y tester des relations aux autres, etc. LES MODÈLES D AFFAIRES Les blogs traitent également assez naturellement la question des modèles d affaires (Figure 4).

23 Web 2.0 et organisations : une problématique complexe 15 Figure 4 Carte heuristique des thèmes liés aux modèles d affaires dans le Web 2.0 Deux questions sont récurrentes : Le Web 2.0 permet-il d envisager des modèles d affaires innovants? Le Web 2.0 permet-il de renouveler les sources de création de valeur? Différentes tentatives de caractérisation des modèles d affaires sont faites dont la plupart s accordent sur le fait que le Web 2.0 conduit à des modèles légers, c est-à-dire simples et s appuyant notamment sur des monétisations de l audience innovantes (par la publicité, mais pas uniquement). Les enjeux liés à la création de valeur sont perçus comme étant situés au niveau du contrôle des données circulant sur le Web (et générées pour la plupart par les utilisateurs) et donc au contrôle ou à la mise en place des capteurs tels que définis plus haut. INTELLIGENCE COLLECTIVE L utilisateur est placé au centre du Web 2.0. Il est donc élément clef de génération de contenus et de données, comme vu précédemment. Il se crée de façon émergente des collectifs capables d œuvres collectives. Les blogs parlent d un nouveau paradigme au sens d une rupture importante : des collectifs d individus capables d intelligence collective (Figure 5).

24 16 L impact du Web 2.0 sur les organisations Figure 5 Carte heuristique des thèmes liés à l intelligence collective dans le Web 2.0 L intelligence collective suggère que les collectifs sont capables d apprentissages et c est en ce sens qu il y a rupture car c est bien de groupes se formant spontanément et de façon émergente dont il est question et non d organisations gouvernées pour lesquelles le concept d apprentissage organisationnel a déjà été étudié. II. WEB 2.0 ET SI : DES APPLICATIONS MULTIPLES AUTOUR DE PROPRIÉTÉS SPÉCIFIQUES Nous avons souligné précédemment qu il était difficile de trouver une définition précise du Web 2.0. Nous proposons plutôt une typologie des applications possibles qui sont rattachées au Web 2.0 et nous cherchons à déterminer leurs fonctionnalités majeures qui traduisent les propriétés du concept. Cette typologie n est pas exhaustive et pourra être enrichie des innovations et des nouvelles applications qui seront susceptibles d apparaître. L intérêt réside dans l identification des fonctionnalités permises par ces différentes technologies qui peuvent impacter les organisations et les outils de gestion. Cette première typologie est assez proche de certaines qu on peut retrouver dans la littérature académique. Les SI déjà présents dans les organisations sont également à intégrer dans cette réflexion d adoption et d appropriation de nouvelles applications.

25 Web 2.0 et organisations : une problématique complexe 17 Nous présentons donc les caractéristiques communes propres aux applications du Web 2.0 du point de vue des SI. TYPOLOGIE DES APPLICATIONS DU WEB 2.0 ET FONCTIONNALITÉS MAJEURES L expression «Web 2.0» a été médiatisée en 2003 par Dale Dougherty de la société O Reilly Media. Ce dernier a suggéré que le Web était dans une période de renaissance ou mutation, avec un changement de paradigme et une évolution des modèles d entreprise. Musser et O Reilly (2006) contextualisent le Web 2.0 de la manière suivante : the business revolution in the computer industry caused by the move to the Internet as platform, and an attempt to understand the rules for success on that new platform. Chief among those rules is this: build applications that harness network effects to get better the more people use them. Cette phrase souvent reprise dans les articles montre que le Web 2.0 est d abord et avant tout pensé à partir des propriétés d Internet et que la masse critique d utilisateurs est une des conditions de succès des applications, sousentendant dès lors les concepts de «foule», «many-to-many», de «collectif», etc. Il est également commun de considérer que le Web 2.0 est une évolution du Web première génération appelé 1.0 mais cela signifie également que le Web 2.0 serait une phase de transition vers un Web dit «3.0», appelé aussi parfois Web sémantique. On serait alors en présence d un stade d évolution du Web qui ne serait que transitoire vers le modèle idéal de l entreprise agile. Pour revenir à notre recherche, les différences entre le Web 2.0 et le Web 1.0 sont synthétisées dans le tableau ci-dessous. Le Web 2.0 ne peut se réduire à une technologie ou une partie d un SI tant il recouvre de nombreuses applications. De nombreuses innovations apparaissent encore sous ce concept, que ce soit au niveau des technologies, des langages de programmation, voire des modèles d affaires. Plusieurs applications matérialisent le concept

Business models, coproduction de valeur et systèmes d information

Business models, coproduction de valeur et systèmes d information Business models, coproduction de valeur et systèmes d information Springer Paris Berlin Heidelberg New York Hong Kong Londres Milan Tokyo Business models, coproduction de valeur et systèmes d information

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

L alcool, moi et les autres

L alcool, moi et les autres L alcool, moi et les autres Springer Paris Berlin Heidelberg New York Hong Kong Londres Milan Tokyo Jérôme Hoessler L alcool, moi et les autres Jérôme Hoessler 6, rue Claude-Chahu 75116 Paris ISBN : 978-2-287-98829-5

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle

La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle Comment répondre aux nouveaux enjeux des DRH du 21 ème siècle? Besoin n 1 : innover et développer de nouveaux usages métier en décloisonnant les différents

Plus en détail

Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise)

Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise) Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise) Développer la communication et le travail collaboratif pour mieux servir le citoyen Thomas Coustenoble

Plus en détail

Illustration de couverture : Denis Tangney Jr - istock.com

Illustration de couverture : Denis Tangney Jr - istock.com Illustration de couverture : Denis Tangney Jr - istock.com Dunod, Paris, 2014 ISBN 978-2-10-071039-3 Table des matières Avant-propos................................................................ IX Chapitre

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

Panorama des outils de veille. Myriel Brouland I-Expo 17 Juin 2009

Panorama des outils de veille. Myriel Brouland I-Expo 17 Juin 2009 Panorama des outils de veille Myriel Brouland I-Expo 17 Juin 2009 1 La veille s est affirmée en tant que discipline : Elle s inscrit dans un démarche d optimisation du management de l information au sein

Plus en détail

De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes

De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes Le 13 mars 2008 Introduction 2 Le développement de la pratique collaborative dans les entreprises et les

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES

CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES 1 CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES Cécile AYERBE Michel BERNASCONI L a création d entreprises innovantes a fait l objet d attention de la part des chercheurs du fait de la complexité

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Plate-forme de formation ouverte et à distance du CTEU de Lille 3

Plate-forme de formation ouverte et à distance du CTEU de Lille 3 Plate-forme de formation ouverte et à distance du CTEU de Lille 3 Des choix technologiques et pédagogiques sous l angle des apprentissages F. Fenouillet & M. Déro Directeur Sciences de l Éducation Apprentissage

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

Digital Workplace et Gestion des connaissances Concepts et mise en oeuvre

Digital Workplace et Gestion des connaissances Concepts et mise en oeuvre Avant-propos 1. Objectif du livre 17 2. Illustrations des exemples de ce livre 18 2.1 Office 365 comme plateforme technologique pour une digital workplace 18 2.2 SharePoint et Yammer à l honneur 18 3.

Plus en détail

Drive your success. «Un écosystème complexe implique une capacité de gestion temps réel des aléas» www.imagina-international.com

Drive your success. «Un écosystème complexe implique une capacité de gestion temps réel des aléas» www.imagina-international.com Drive your success «Un écosystème complexe implique une capacité de gestion temps réel des aléas» www.imagina-international.com ATEN, dix avantages au service de votre entreprise Qualité de mise en œuvre

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

Conférence OCP Facteurs-clés de succès d une veille scientifique et technique : Objectifs, Méthodologie, Organisation, Solutions

Conférence OCP Facteurs-clés de succès d une veille scientifique et technique : Objectifs, Méthodologie, Organisation, Solutions Conférence OCP Facteurs-clés de succès d une veille scientifique et technique : Objectifs, Méthodologie, Organisation, Solutions Qwam Content Intelligence Denis Guedez Consultant Qwam Content Intelligence

Plus en détail

IEMA-4. Appel à participation

IEMA-4. Appel à participation Appel à participation Les tendances, méthodes et outils de mise en place des cellules de veille et d intelligence économique Sensible aux nouveaux enjeux en matière de veille, d intelligence économique

Plus en détail

Déjeuner EIM 360 - Enterprise Information Management. Mardi 16 novembre 2010 Restaurant l Amourette Montreuil Thomas Dechilly CTO Sollan

Déjeuner EIM 360 - Enterprise Information Management. Mardi 16 novembre 2010 Restaurant l Amourette Montreuil Thomas Dechilly CTO Sollan Déjeuner EIM 360 - Enterprise Information Management Mardi 16 novembre 2010 Restaurant l Amourette Montreuil Thomas Dechilly CTO Sollan (Extract du livre blanc) Introduction... 2 Continuité des pratiques

Plus en détail

Technologies et Knowledge Management. Knowledge Management. Panorama des technologies. Gilles Balmisse. Journée EGIDE - 4 mars 2003 1

Technologies et Knowledge Management. Knowledge Management. Panorama des technologies. Gilles Balmisse. Journée EGIDE - 4 mars 2003 1 Journée EGIDE - 4 mars 2003 1 Knowledge Management Panorama des technologies Journée EGIDE - 4 mars 2003 2 AU SOMMAIRE Introduction PARTIE 1 Panorama des technologies PARTIE 2 Portail de KM Conclusion

Plus en détail

Projet PHARES. Note de cadrage sur la production de livrables en phase finale du projet

Projet PHARES. Note de cadrage sur la production de livrables en phase finale du projet Projet PHARES Note de cadrage sur la production de livrables en phase finale du projet L.Brami, S.Damart, M. Detchessahar, M. Devigne, J. Habib, F. Kletz, C. Krohmer. Document joint à l avenant au contrat

Plus en détail

Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1

Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1 Liste des cas d entreprise............................................................ Liste des figures..................................................................... Liste des tableaux...................................................................

Plus en détail

Transformation cœur de métier de Pôle emploi Programme Offre de Service Digitale

Transformation cœur de métier de Pôle emploi Programme Offre de Service Digitale Transformation cœur de métier de Pôle emploi Programme Offre de Service Digitale CCE du 12 février 2015 La révolution numérique bouleverse les usages sur le marché du travail Principaux constats Chiffres-clé

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

LE TRAVAIL COLLABORATIF

LE TRAVAIL COLLABORATIF LE TRAVAIL COLLABORATIF I. Le développement du travail collaboratif Le travail collaboratif, entendu comme situation de travail et de communication de groupe impliquant coopération et coordination, est

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

ITSM - Gestion des Services informatiques

ITSM - Gestion des Services informatiques Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ ITSM - Gestion des Services informatiques Copyright 2011 CXP. 1 ITSM - Gestion des Services informatiques L'étude a été réalisée par : Dalila Souiah OBJECTIF DU DOCUMENT.

Plus en détail

Congrès AGRH 2013. Conférences sur le thème de la connaissance praticable. Nature du document

Congrès AGRH 2013. Conférences sur le thème de la connaissance praticable. Nature du document Congrès AGRH 2013 Conférences sur le thème de la connaissance praticable Nature du document Paris, le 28 novembre 2013 Document3/fmr Congrès AGRH 2013 Catherine VOYNNET FOURBOUL Directrice Master Executive

Plus en détail

Réussir un projet Intranet 2.0

Réussir un projet Intranet 2.0 Frédéric Créplet Thomas Jacob Réussir un projet Intranet 2.0 Écosystème Intranet, innovation managériale, Web 2.0, systèmes d information, 2009 ISBN : 978-2-212-54345-2 Sommaire Démarche générale de l

Plus en détail

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23 Introduction......................................................................... 1 1. Définition........................................................................ 2 1.1 Le CRM comme processus

Plus en détail

Synthèse. Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» :

Synthèse. Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» : Synthèse Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» : 1. Les études d acceptabilité : exemple du tableau blanc interactif (TBI) par Philippe WOLF. 2. Etwinning, une

Plus en détail

La conduite du changement

La conduite du changement point de vue stratégie et gouvernance des systèmes d'information La conduite du changement dans les projets SI 1 En préambule Devant les mutations économiques, sociales et technologiques engagées depuis

Plus en détail

Valoriser vos bases de connaissances avec AMI Help Desk. AMI Enterprise Discovery version 3.9

Valoriser vos bases de connaissances avec AMI Help Desk. AMI Enterprise Discovery version 3.9 Valoriser vos bases de connaissances avec AMI Help Desk AMI Enterprise Discovery version 3.9 Février 2005 Sommaire 1 Objectifs d AMI Help Desk...3 2 Principes de fonctionnement...3 2.1 Mode de travail

Plus en détail

Modèles et pratiques pour le canal de distribution

Modèles et pratiques pour le canal de distribution DOSSIER Modèles et pratiques pour le canal de distribution sous la direction de Marc Filser Gilles Paché INTRODUCTION MARC FILSER IAE Dijon, université de Bourgogne GILLES PACHÉ Université Aix-Marseille

Plus en détail

IAFACTORY. sommaire MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS. étude marketing, expérience utilisateur, ergonomie étude de faisabilité. principes.

IAFACTORY. sommaire MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS. étude marketing, expérience utilisateur, ergonomie étude de faisabilité. principes. sommaire principes p objectifs méthode prestation, livrable, tarif aperçu visuel à propos d MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS conseil en architecture de l information www.iafactory.fr contact@iafactory.fr

Plus en détail

Digital Workplace. et Gestion. Concepts et mise en œuvre. Gilles BALMISSE. des connaissances

Digital Workplace. et Gestion. Concepts et mise en œuvre. Gilles BALMISSE. des connaissances Digital Workplace et Gestion des connaissances Gilles BALMISSE Table des matières 1 Avant-propos 1. Objectif du livre.......................................... 17 2. Illustrations des exemples de ce livre.........................

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif

Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif 1. Définition, notions voisines et lexique de termes techniques Travail collaboratif, coopératif ou encore travail de capitalisation, autant de termes dont

Plus en détail

Ko Learning Engine KLE. KLE Visio, KLE 3D. Outil de création d e-learning, serious game et video-learning

Ko Learning Engine KLE. KLE Visio, KLE 3D. Outil de création d e-learning, serious game et video-learning Visio, 3D Outil de création d e-learning, serious game et video-learning L OUTIL Qu est-ce que? est un moteur développé par STRASS PRODUCTIONS et sa filiale de développement KOKOPELLI qui permet de produire

Plus en détail

Solutions Linux 2010. Industrialisation des développements à l'aide d'une forge logicielle open-source

Solutions Linux 2010. Industrialisation des développements à l'aide d'une forge logicielle open-source Solutions Linux 2010 Industrialisation des développements à l'aide d'une forge logicielle open-source Principes, bénéfices et actualités autour du projet Coclico Nicolas Guérin Xerox http://www.codendi.com

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE!

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! Le 5 mars 2014 A quelques jours de la Journée Internationale de la Femme, l Observatoire International de l Equilibre Hommes

Plus en détail

Prendre la bonne décision, au bon moment, sur le bon sujet, sur la base des meilleures analyses, pour agir sur le bon indicateur.

Prendre la bonne décision, au bon moment, sur le bon sujet, sur la base des meilleures analyses, pour agir sur le bon indicateur. 2 Toute entreprise dispose d un capital informationnel qui, s il est efficacement géré, contribue à sa valeur et à sa performance. La société RHeport, propose une solution logicielle : RH&View, innovante,

Plus en détail

Référence Etnic Architecture des applications

Référence Etnic Architecture des applications Référence Etnic Architecture des applications Table des matières 1. Introduction... 2 2. Architecture... 2 2.1 Démarche générale... 2 2.2 Modèle d architecture... 3 2.3 Découpe d une architecture applicative...

Plus en détail

Contrôle de gestion. Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier

Contrôle de gestion. Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier 1. Rôle et place du Contrôle de Gestion dans l organisation Au début du XXème siècle, l émergence de la structure divisionnelle

Plus en détail

INTRODUCTION A LA VEILLE METHODE ET OUTILS. Christophe GINESY - Cyril PEREIRA

INTRODUCTION A LA VEILLE METHODE ET OUTILS. Christophe GINESY - Cyril PEREIRA INTRODUCTION A LA VEILLE METHODE ET OUTILS Christophe GINESY - Cyril PEREIRA PLAN GENERAL I INTRODUCTION Définition : veille, IE, recherches d information II NOTRE APPROCHE Constats, retours d expérience

Plus en détail

Le Réseau Social d Entreprise : Y-avezvous bien pensé?

Le Réseau Social d Entreprise : Y-avezvous bien pensé? Le Réseau Social d Entreprise : Y-avezvous bien pensé? Retour d expérience d un Intégrateur Octobre 2010 Edifixio : Michel Bolze Président Directeur Général Rodolphe Magnin-Feysot - Directeur du Pôle Portail

Plus en détail

Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme

Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme Synthèse des principaux enseignements Octobre 2012 sfrbusinessteam.fr FICHE TECHNIQUE DE L ETUDE Echantillon : 300 entreprises de 20 à

Plus en détail

Travail collaboratif. Glossaire

Travail collaboratif. Glossaire Glossaire Ajax Traduction anglaise : Ajax (Asynchronous JavaScript And XML) AJAX est un combiné de différents langages de développement Web comme XHTML, JavaScript ou XML, il est fréquemment utilisé pour

Plus en détail

Chapitre 3.2 Les outils pédagogiques numériques, de la conception à la réalisation de la formation

Chapitre 3.2 Les outils pédagogiques numériques, de la conception à la réalisation de la formation Chapitre 3.2 Les outils pédagogiques numériques, de la conception à la réalisation de la formation A. Introduction.......................................................... 171 B. La diffusion des modules

Plus en détail

Sideal vous accompagne pour la mise en place de systèmes d information évolués et intelligents, ainsi que pour la mise en

Sideal vous accompagne pour la mise en place de systèmes d information évolués et intelligents, ainsi que pour la mise en JANVIER 2010 [Concepteur Sideal vous accompagne pour la mise en place de systèmes d information évolués et intelligents, ainsi que pour la mise en œuvre et l optimisation i de votre stratégie té de communication

Plus en détail

CA Clarity PPM. Résumé. Avantages. agility made possible

CA Clarity PPM. Résumé. Avantages. agility made possible FICHE PRODUIT CA Clarity PPM agility made possible CA Clarity Project & Portfolio Management (CA Clarity PPM) vous permet d innover avec agilité, de transformer votre portefeuille en toute confiance et

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

«Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de

«Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de 1 2 «Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de Copie, seules les références bibliographiques peuvent

Plus en détail

Analyse des coûts projetés de la plate-forme SAP HANA

Analyse des coûts projetés de la plate-forme SAP HANA Étude Total Economic Impact réalisée par Forrester Pour SAP Directrice du projet : Shaheen Parks Avril 2014 Analyse des coûts projetés de SAP HANA Économies réalisables en migrant vers SAP HANA Synthèse

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 4: l approche processus et le management du système d informations

Plus en détail

DOSSIER DE PARTICIPATION

DOSSIER DE PARTICIPATION DOSSIER DE PARTICIPATION VALORISEZ VOTRE OUTIL COLLABORATIF ET SON IMPACT EN PARTICIPANT AU PRIX DE L ENTREPRISE COLLABORATIVE INTRANETS RH, PORTAILS, RESEAUX SOCIAUX Il y a dix-huit ans, le Groupe Cegos

Plus en détail

«La visualisation de l information au service de la veille, la recherche et la découverte d information sur le web»

«La visualisation de l information au service de la veille, la recherche et la découverte d information sur le web» «La visualisation de l information au service de la veille, la recherche et la découverte d information sur le web» Social Computing est spécialisé dans les domaines de l accès à l information, des réseaux

Plus en détail

L Avenue Digital Media. Visualisation de processus industriels par l image 3D. créateur de mondes virtuels

L Avenue Digital Media. Visualisation de processus industriels par l image 3D. créateur de mondes virtuels L Avenue Digital Media Visualisation de processus industriels par l image 3D créateur de mondes virtuels L Avenue Digital Media En quelques mots L Avenue Digital Media est spécialisée dans les créations

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Définition. Caractéristiques. - Du partage des ressources : espace de stockage, imprimantes, lignes de communication.

Définition. Caractéristiques. - Du partage des ressources : espace de stockage, imprimantes, lignes de communication. CONNECTER LES SYSTEMES ENTRE EUX L informatique, au cœur des tâches courantes, a permis de nombreuses avancées technologiques. Aujourd hui, la problématique est de parvenir à connecter les systèmes d information

Plus en détail

La biométrie au cœur des solutions globales

La biométrie au cœur des solutions globales www.thalesgroup.com GESTION D IDENTITÉ SÉCURISÉE La biométrie au cœur des solutions globales Risques et solutions Explosion de la mobilité des personnes et des échanges de données, croissance des flux

Plus en détail

L apprentissage à distance. Mise en scène des contenus Innovation pédagogique et NTIC

L apprentissage à distance. Mise en scène des contenus Innovation pédagogique et NTIC L apprentissage à distance Mise en scène des contenus Innovation pédagogique et NTIC Les enjeux e-learning une nouvelle forme d apprentissage (défis culturel et pédagogique) avec des contenus non-linéaires

Plus en détail

Méthodologie de conceptualisation BI

Méthodologie de conceptualisation BI Méthodologie de conceptualisation BI Business Intelligence (BI) La Business intelligence est un outil décisionnel incontournable à la gestion stratégique et quotidienne des entités. Il fournit de l information

Plus en détail

Licence Gestion des ressources humaines

Licence Gestion des ressources humaines Licence Gestion des ressources humaines Objectif de la formation : La licence en Gestion des Ressources Humaines a pour objectif de former des collaborateurs en gestion des ressources humaines assurant

Plus en détail

SILPROD. silprod. La solution adaptée à votre métier

SILPROD. silprod. La solution adaptée à votre métier SILPROD silprod La solution adaptée à votre métier SILPROD L ERP SILPROD est le logiciel utilisé par les TPE et PME modernes confrontées à la mondialisation et aux contraintes multiples (sécurité, multi-sites,

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 La sécurité ferroviaire demande de réinterroger périodiquement

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

Le management territorial à l ère des réseaux

Le management territorial à l ère des réseaux Collection service public dirigée par Geneviève Jouvenel Jean-Yves Prax Le management territorial à l ère des réseaux, 2002 ISBN : 2-7081-2802-7 TABLE DES MATIÈRES Guide de lecture.........................................................

Plus en détail

Présidentielle 2012. Enjeux, objectifs, méthodologie. En partenariat avec

Présidentielle 2012. Enjeux, objectifs, méthodologie. En partenariat avec Présidentielle 2012 Enjeux, objectifs, méthodologie En partenariat avec 0 La révolution de l Internet appelle une révolution dans la manière d étudier l opinion C est désormais une évidence, Internet a

Plus en détail

Libérez votre intuition

Libérez votre intuition Présentation de Qlik Sense Libérez votre intuition Qlik Sense est une application nouvelle génération de visualisation de données en libre-service qui permet à chacun de créer facilement des visualisations

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Informatique de l Université Lille 1 Sciences et technologies - USTL Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

Le Réseau Professionnel des Enseignants

Le Réseau Professionnel des Enseignants Le Réseau Professionnel des Enseignants Objectifs des journées ESENESR des 20 et 21 mai Faciliter l opérationnalisation du projet pédagogique et numérique de chaque ESPÉ. amorcer le travail en réseau académie-espé.

Plus en détail

www.cadredesanté.com «En quoi les espaces de réflexion permettent-ils aux soignants de dispenser des soins de qualité?».

www.cadredesanté.com «En quoi les espaces de réflexion permettent-ils aux soignants de dispenser des soins de qualité?». Une pratique réflexive pour des soins de qualité Descriptif : Une recherche clinique, réalisée auprès d infirmières et de puéricultrices, illustre l enrichissement des pratiques de soins par la création

Plus en détail

Esarc - Pôle formations à distance

Esarc - Pôle formations à distance Esarc - MASTER EUROPEEN EN COMMUNICATION STRATEGIES PUBLICITAIRES ET COMMUNICATION NUMERIQUE BAC+5 - MCOM Le Master Européen est un diplôme Bac+5, délivré par la FEDE (Fédération Européenne des Écoles).

Plus en détail

Mobilités : connaître pour mieux agir. Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe

Mobilités : connaître pour mieux agir. Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe Mobilités : connaître pour mieux agir Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe 1 A propos mobi-lise est un projet de recherche qui vise à : Accroître la compréhension des pratiques

Plus en détail

ibelem Solutions d EMM : l accompagnement d un partenaire expert, clef du succès du projet Livre blanc IBELEM - Enterprise Mobility Management

ibelem Solutions d EMM : l accompagnement d un partenaire expert, clef du succès du projet Livre blanc IBELEM - Enterprise Mobility Management ibelem ENJOY MOBILITY Solutions d EMM : l accompagnement d un partenaire expert, clef du succès du projet Livre blanc IBELEM - Enterprise Mobility Management De l art de bien choisir «Devine, si tu peux,

Plus en détail

Transformation IT de l entreprise ANALYTIQUE: L ÈRE WATSON

Transformation IT de l entreprise ANALYTIQUE: L ÈRE WATSON Transformation IT de l entreprise ANALYTIQUE: L ÈRE WATSON L analytique joue un rôle désormais primordial dans la réussite d une entreprise. Les pouvoirs qu elle délivre sont incontestables, cependant

Plus en détail

PÉRENNISER LA PERFORMANCE

PÉRENNISER LA PERFORMANCE PÉRENNISER LA PERFORMANCE La recherche de performance est aujourd hui au cœur des préoccupations des organisations : succession des plans de productivité et de profitabilité, plans de reprise d activités,

Plus en détail

CRÉER ET ANIMER UN BLOG

CRÉER ET ANIMER UN BLOG CRÉER ET ANIMER UN BLOG Objectifs : Créer un blog avec le logiciel wordpress, savoir le gérer, en modifier la structure, l ergonomie et les principales fonctionnalités de manière autonome 1.Définition

Plus en détail

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base SOA et Services Web 23 octobre 2011 1 SOA: Concepts de base 2 Du client serveur à la SOA N est Nest pas une démarche entièrement nouvelle: années 1990 avec les solutions C/S Besoins d ouverture et d interopérabilité

Plus en détail

Réseaux sociaux et community management : la prévention à la rencontre des publics

Réseaux sociaux et community management : la prévention à la rencontre des publics Téléphone, internet, réseaux sociaux : quelle efficacité en prévention pour la santé? Réseaux sociaux et community management : la prévention à la rencontre des publics David Heard Chef du dpt des campagnes,

Plus en détail

PLAN 1. A PROPOS 2. EXPERTISE 3. NOS RÉFÉRENCES 4. TECHNOLOGIES 5. CONTACT

PLAN 1. A PROPOS 2. EXPERTISE 3. NOS RÉFÉRENCES 4. TECHNOLOGIES 5. CONTACT PLAN 1. A PROPOS 2. EXPERTISE 3. NOS RÉFÉRENCES 4. TECHNOLOGIES 5. CONTACT A PROPOS D EMENCIA QUI SOMMES NOUS? Emencia est une société de services en logiciels libres (SSLL) spécialisée dans l intégration

Plus en détail

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire Recommandations organisationnelles Outils et guides Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Mai 2013 Le document source est téléchargeable

Plus en détail

Les Living Labs, le Forum LLSA Thématique : Ecosystème et modèles économiques des LL

Les Living Labs, le Forum LLSA Thématique : Ecosystème et modèles économiques des LL Animateurs Myriam Le Goff-Pronost et Fabien Harel Les Living Labs, le Forum LLSA Thématique : Ecosystème et modèles économiques des LL Dans une démarche d innovation ouverte, le Living Lab favorise de

Plus en détail

Webinar EBG Nouvelles perspectives d'exploitation des données clients avec le big data

Webinar EBG Nouvelles perspectives d'exploitation des données clients avec le big data Webinar EBG Nouvelles perspectives d'exploitation des données clients avec le big data Approches & opportunités face aux enjeux de volume, variété et vélocité France, 2012-2014 28 mars 2013 Ce document

Plus en détail

Dispositif d innovation mis en place dans le projet École éloignée en réseau

Dispositif d innovation mis en place dans le projet École éloignée en réseau Dispositif d innovation mis en place dans le projet École éloignée en réseau Préambule : L innovation vise l appropriation d une invention technique par un milieu particulier (nouvelles pratiques des acteurs,

Plus en détail

TdB Informatique de l'acv: dictionnaire des indicateurs

TdB Informatique de l'acv: dictionnaire des indicateurs TdB Informatique de l'acv: dictionnaire des indicateurs Informations générales sur le document Type de document Stratégie Standard Document de référence Exigence d application Obligatoire Recommandé Domaine

Plus en détail

la sécurité change avec Orange développez vos activités en toute sérénité, nous protégeons vos systèmes d information

la sécurité change avec Orange développez vos activités en toute sérénité, nous protégeons vos systèmes d information la sécurité change avec Orange développez vos activités en toute sérénité, nous protégeons vos systèmes d information 2 à nouveau contexte, nouvelle vision de la sécurité Nouveaux usages et nouvelles technologies,

Plus en détail

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE DAMIEN PÉAN ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE LES GUIDES PRATIQUES GESTION - COMPTABILITÉ - FINANCE Comprendre les comptes annuels et améliorer la situation financière de l entreprise

Plus en détail

JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE. Jaspersoft et le paysage analytique 1

JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE. Jaspersoft et le paysage analytique 1 JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE Jaspersoft et le paysage analytique 1 Ce texte est un résumé du Livre Blanc complet. N hésitez pas à vous inscrire sur Jaspersoft (http://www.jaspersoft.com/fr/analyticslandscape-jaspersoft)

Plus en détail

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Préambule Méthodologie Structures observées Les recherches ont porté sur toutes les entreprises entrant dans la composition de l indice CAC 40 au 1 er juillet

Plus en détail

La gestion des flux d information : EDI

La gestion des flux d information : EDI La gestion des flux d information : EDI Introduction EDI (définition, composants, types et domaines d application) Les enjeux de l EDI La mise en œuvre de l EDI Conclusion Introduction Tâches Création

Plus en détail

Référentiel IFIC/AUF 1/7

Référentiel IFIC/AUF 1/7 Annexe 1 : Référentiel des compétences L objet de ce référentiel est de couvrir la majeure partie des compétences requises lors de l organisation d une formation massive, c est-à-dire s adressant à des

Plus en détail