Les Prix Nobel de Physique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les Prix Nobel de Physique"

Transcription

1 Revue des Questions Scientifiques, 2013, 184 (3) : Les Prix Nobel de Physique Plongée au cœur du monde quantique Bernard Piraux et André Nauts Institut de la Matière Condensée et des Nanosciences (IMCN) Université catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve Résumé En octobre 2012, le Prix Nobel de Physique a été attribué conjointement à Serge Haroche, professeur au Collège de France et directeur de recherche au Laboratoire Kastler Brossel de l École normale supérieure de Paris et à David Wineland, chercheur de l Institut américain des étalons et de la technologie (NIST) à Boulder aux États-Unis pour le développement de méthodes expérimentales innovantes permettant la mesure et la manipulation de systèmes quantiques [1]. La mécanique quantique a profondément bouleversé notre vision du monde physique. En même temps, elle a généré des débats très animés qui divisent toujours les théoriciens sur la question de son interprétation. Dans ce contexte, les travaux expérimentaux des deux Prix Nobel apportent un éclairage nouveau et un début d arbitrage sur cette question. Dans ce qui suit, nous tentons en quelques pages la tâche n est pas aisée de revenir sur les principales difficultés conceptuelles de la mécanique quantique avant de montrer comment les expériences des deux Prix Nobel contribuent à mieux les appréhender.

2 232 revue des questions scientifiques Fig. 1 Serge Haroche et David Wineland Étrangeté du monde quantique La mécanique quantique est une des plus grandes sinon la plus grande construction de l esprit humain. Elle est à la base de notre compréhension de très nombreux phénomènes comme par exemple, la stabilité des atomes, les réactions chimiques, ou la supraconductivité. Elle est universelle : les raies d émission d un atome d hydrogène que nous mesurons dans nos laboratoires, sont les mêmes que celles émises par un atome d hydrogène situés à 22 années lumière d ici! Elle donne des phénomènes, une description extrêmement précise. À titre d exemple, la mesure expérimentale du moment magnétique de l électron coïncide à neuf chiffres avec la valeur prédite par la théorie! Enfin, elle a conduit à une révolution technologique sans précédent : le développement des lasers, des ordinateurs, des techniques de résonance magnétique nucléaire, des horloges atomiques ne sont que quelques exemples parmi d autres. Et pourtant, la mécanique quantique est très étrange Mais d où vient ce caractère si étrange? Comme Dirac le souligne dans l introduction de son livre «The Principles of Quantum Mechanics» [2], il provient de la dualité onde corpuscule et surtout, du principe de superposition. Considérons tout d abord la dualité onde corpuscule. Suite aux travaux de Huygens (1678) et Fresnel (1816) sur la diffraction de la lumière, le modèle ondulatoire de la lumière s est rapidement imposé. Maxwell a ensuite démontré en 1865, la nature électromagnétique de ces ondes. Toutefois, en 1905, Einstein a été obligé d introduire un modèle corpusculaire de la lu-

3 nobel de physique : plongée au cœur du monde quantique 233 mière pour expliquer l effet photoélectrique 1. Dans ce modèle, la lumière se compose de grains d énergie, appelés photons par la suite, et se déplaçant à la vitesse de la lumière. D autre part, en étudiant les fluctuations de l énergie de la radiation du corps noir, Einstein a démontré que l expression mathématique de ces fluctuations se compose de deux termes, l un découlant du caractère ondulatoire et l autre du caractère corpusculaire de la lumière. Il en a conclu que les descriptions ondulatoire et corpusculaire ne peuvent plus être considérées comme mutuellement incompatibles [3]. Quelques années plus tard, en 1924, Louis de Broglie a étendu la dualité onde corpuscule à toute particule matérielle. Pour expliciter le principe de superposition, considérons le cas d une particule dans une boîte [4]. Du point de vue de la mécanique classique, la particule se trouve à un endroit donné, par exemple, en r 1, r 2 ou r 3 à l intérieur de la boîte. En mécanique quantique, la particule peut se trouver dans l état (notation de Dirac) r i, «position de la particule en r i», mais aussi dans une superposition d états : ψ(r 1 ) r 1 + ψ(r 2 ) r 2 + ψ(r 3 ) r 3 + où les coefficients ψ(r 1 ), ψ(r 2 ) et ψ(r 3 ) sont des nombres complexes qu on peut représenter par un vecteur dans un plan, vecteur caractérisé par sa grandeur et par un angle, appelé la phase, et déterminant sa direction. Cette superposition d états confère à la particule la propriété d ubiquité : celle-ci se trouve simultanément dans les trois états r 1, r 2 et r 3. ψ(r) est la fonction d onde de la particule qui est solution de l équation de Schrödinger 2 déterminant son évolution dans le temps et ψ(r) 2 représente la probabilité de trouver cette particule en r. Un exemple de superposition d états est celui des orbitales atomiques ou moléculaires bien connues en chimie. La particule reste dans la superposition d états, c.-à-d. «suspendue de façon schizophrénique entre plusieurs états» tant qu il n y a pas de mesure. La mesure de la position de cette particule détruit la superposition d états en «choisissant» de manière aléatoire un des états r 1, r 2 ou r 3 avec une probabilité donnée par le carré du module des coefficients. On dit qu il y a réduction ou effondrement du paquet 1. On sait maintenant que c est l effet Compton et non l effet photoélectrique qui rend compte du caractère corpusculaire de la lumière. 2. Le principe de superposition en mécanique quantique résulte du caractère linéaire de l équation de Schrödinger.

4 234 revue des questions scientifiques d ondes. Cette situation contraste singulièrement avec la mécanique classique où la connaissance précise des conditions initiales permet de connaître avec certitude l évolution du système alors que la mécanique quantique est essentiellement probabiliste. Une des conséquences importantes de ce principe de superposition est l interférence quantique. Pour l illustrer, revenons à l expérience de Young dans laquelle des particules émises par une source, produisent une succession de franges claires et sombres sur un écran après avoir traversé une paroi percée de deux fentes et située entre la source et l écran. Si les particules sont émises une à une par la source, on observe sur la Fig. 2 que les franges d interférence apparaissent après un temps suffisamment long pour qu un très grand nombre de particules aient atteint l écran. Étant donné que chacune de ces particules «sait» qu elle ne peut pas produire d impact sur l écran (point blanc sur la figure) dans une zone correspondant à une frange sombre, nous sommes obligés d admettre que chaque particule passe par les deux fentes en même temps, donnant lieu à une interférence des ondes associées à chacun de ces deux chemins. Par ailleurs, si nous éclairons une des fentes, une particule passant par cette dernière va créer, par diffusion, un flash lumineux qui permettra de savoir par quelle fente est passée la particule. Dans ces conditions, l interaction de la particule avec la lumière détruit la superposition d états et les franges d interférence sur l écran disparaissent. Ceci a conduit Niels Bohr à énoncer son principe de complémentarité qui précise que les deux aspects, corpusculaire et ondulatoire, en l occurrence, l information sur le chemin et l existence des franges Fig. 2 Franges d interférence produites sur un écran par des particules émises une à une par une source et passant par les deux fentes d une paroi située entre la source et l écran. Les points blancs correspondent à l impact des particules sur l écran. Quand on passe du panneau a au panneau e, le nombre de particules arrivant sur l écran augmente laissant apparaître les franges d interférence. Figure tirée de la référence [5].

5 nobel de physique : plongée au cœur du monde quantique 235 d interférence sont exclusifs et complémentaires. L un et l autre peuvent s observer mais pas en même temps. Pour observer l un ou l autre, il faut un montage expérimental spécifique. L expérience de Young a été réalisée avec différents types de particules. En 1909, G.I. Taylor a réalisé l expérience de Young avec des photons après avoir réduit au maximum l intensité de la lumière émise par la source pour qu on puisse raisonnablement supposer que les photons arrivent un à un sur la paroi percée de deux fentes [6]. L expérience de Young a ensuite été réalisée dans les années 20 avec des électrons, dans les années 50 avec des neutrons et dans les années 80 avec des atomes. Plus récemment, Zeilinger [7] a obtenu des franges d interférence avec des molécules massives de C₇₀. Dans cette expérience, la distance entre deux molécules de C₇₀ est grande devant la portée des forces intermoléculaires pour éviter tout phénomène d interférence produit par l interaction des molécules entre elles. À chaque instant, il n y a donc qu une seule molécule de C₇₀ qui passe par les deux fentes. Enfin, il faut souligner qu aucune frange d interférence n a jamais été observée dans le cas d objets macroscopiques comme des billes ou des boules de billard. Exploration virtuelle du monde quantique Les difficultés conceptuelles liées au principe de superposition qui étaient bien connues des pères de la mécanique quantique ont donné lieu à des débats très animés. Ces débats «ont tourné» autour des fameuses expériences de pensée (Gedankenexperiment) qui sont des expériences virtuelles dans lesquelles on isole en pensée une ou un petit nombre de particules dans l espace, particules qu on force, en les manipulant, à exhiber de façon évidente des propriétés purement quantiques. Les objectifs étaient de mettre en évidence les contradictions internes de la théorie et de mieux comprendre les subtilités du monde quantique. Parmi ces expériences de pensée, deux ont marqué les esprits et font toujours l objet de nombreuses discussions. Il s agit du paradoxe EPR élaboré par Einstein, Podolsky et Rosen et du paradoxe du chat de Schrödinger. Ces deux paradoxes qui mettent en jeu des systèmes de particules traduisent le malaise que certains physiciens comme Einstein et Schrödinger avaient vis à vis des nouveaux concepts de la physique quantique. En 1952, Schrödinger écrivait à ce propos [8] : «We never experiment with just one electron or atom or (small) molecule. In thought experiments we

6 236 revue des questions scientifiques sometimes assume that we do ; this invariably entails ridiculous consequences». Dans ce qui suit nous décrivons de manière simplifiée ces deux paradoxes qui jouent un rôle crucial dans les travaux de nos deux Prix Nobel. Le paradoxe EPR porte sur la notion d intrication quantique et de non localité physique. Pour l illustrer, considérons deux atomes, l atome 1 dans l état + et l atome 2 dans l état [4]. Supposons ensuite que ces deux atomes effectuent une collision élastique. Puisque l énergie est conservée, le système atomique ne peut suivre que deux chemins lors de la collision : soit les atomes 1 et 2 émergent de la collision dans leur état initial, respectivement + et, soit ils échangent leur état et se retrouvent dans les états respectivement et +. En d autres termes, après la collision, le système atomique se trouve dans une superposition linéaire ψ d états donnée par : ψ = α +, + β,+ où α 2 représente la probabilité de trouver l atome 1 dans l état + et donc l atome 2 dans l état après la collision tandis que β 2 représente la probabilité de trouver l atome 1 dans l état et donc l atome 2 dans l état +. Le point important qui ressort de cette équation est le fait qu on ne peut plus écrire l état ψ du système comme un produit d un état ψ 1 de l atome 1 et ψ 2 de l atome 2. Mathématiquement, il y a non-séparabilité : il existe une fonction d onde pour le système des deux atomes mais plus pour chaque atome en particulier. Sur le plan physique, les états des atomes 1 et 2 sont intriqués. Cette intrication introduit des corrélations entre les propriétés physiques observées des deux atomes. Si à la suite d une mesure, on trouve l atome 1 dans l état +, alors nous savons avec certitude que l atome 2 se trouve dans l état. Par conséquent, si une mesure dont le résultat est aléatoire, est effectuée sur un des atomes en un point donné, celle-ci affecte la réalité physique au point où se trouve l autre atome et ce, quel que soit l éloignement des deux points. En d autres termes, la non-séparabilité mathématique entraîne la non localité physique. Le problème de cette non-localité en mécanique quantique a été discuté et reformulé mathématiquement de manière plus précise par John Bell [9] dans les années 60. Les expériences qui ont suivi, en particulier, celles d Alain Aspect [10] sur des paires de photons intriqués semblent confirmer que la nature obéit bien aux lois quantiques. Le paradoxe du chat de Schrödinger pose le problème de l intrication du monde microscopique au monde macroscopique et plus spécifiquement, celui

7 nobel de physique : plongée au cœur du monde quantique 237 de la mesure puisqu en général, l appareil de mesure est un objet macroscopique. Schrödinger a imaginé une expérience dans laquelle un chat est enfermé dans une boîte contenant également un noyau radioactif et un mécanisme qui, lors de la désintégration du noyau, libère un gaz mortel tuant le chat. Pour des temps qui ne sont pas trop longs par rapport au temps de vie du noyau radioactif, la mécanique quantique nous indique que le système noyau chat se trouve dans un état ψ qui est une superposition linéaire des deux états suivants : ψ = α noyau non désintégré, chat vivant + β noyau désintégré, chat mort. En d autres termes, tant que la boîte n est pas ouverte, les lois de la mécanique quantique mènent à la conclusion absurde que le chat est à la fois mort et vivant. En corollaire, il est aussi légitime de se poser la question de la transition du monde microscopique au monde macroscopique. Quand et comment se fait cette transition? Le chat est un être macroscopique qui obéit manifestement aux lois de la mécanique classique mais en même temps, il est fait d un très grand nombre de molécules qui, elles, obéissent aux lois de la mécanique quantique. Pour tenter de résoudre le paradoxe du chat de Schrödinger, plusieurs pistes théoriques ont été proposées. Parmi ces pistes, deux retiennent ici notre attention : l approche pragmatique de l école de Copenhague et la théorie de la décohérence. Pour la clarté et la cohérence de l exposé, nous examinons ces deux pistes plus en détail avant de voir dans quelle mesure elles apportent une réponse satisfaisante au paradoxe du chat de Schrödinger. Les postulats de base de la mécanique quantique qui sont souvent regroupés sous la dénomination «interprétation de Copenhague» ont bouleversé notre vision du monde physique et sont en rupture radicale avec les présupposés de la physique classique sur de nombreux points. Ces postulats sont présentés plus ou moins explicitement dans les premiers chapitres de tout ouvrage de mécanique quantique. Un exposé assez complet et pédagogique en est donné dans la leçon 5 de la référence [11]. On peut aussi consulter, par exemple, les chapitres 4 et 6 de la référence [12] pour un exposé plus approfondi. Passons rapidement en revue ces postulats en les commentant.

8 238 revue des questions scientifiques L état d un système est représenté par un vecteur d état ψ d un espace vectoriel abstrait et toute combinaison linéaire de vecteurs d états est encore un vecteur d état (principe de superposition). En d autres termes, toute l information que l on a sur un système physique est contenue dans ses vecteurs d état. De plus, les grandeurs physiques, qui n ont plus d existence intrinsèque, ne peuvent être que des résultats de mesure. En effet, à toute grandeur physique a correspond une observable  représentée par un opérateur linéaire agissant sur les vecteurs d état ψ. Les seuls résultats possibles de mesure sont les valeurs propres a n de l observable  :  φ n = a n φ n (équation aux valeurs propres) avec φ n le vecteur d état propre de  correspondant à la valeur propre a n. Par ailleurs, les résultats d une mesure ne sont plus obtenus avec certitude. Un facteur aléatoire se glisse dans la description du système physique par le truchement de ce qu il est convenu d appeler la règle de Born : la probabilité d obtenir la valeur a n lors d une mesure de  pour un système de vecteur d état ψ, est donnée par φ n ψ 2 où le produit scalaire φ n ψ est appelé amplitude de probabilité. Instantanément après une mesure ayant fourni le résultat a n, le système se trouve dans l état propre φ n. Cette évolution discontinue du vecteur d état est la fameuse «réduction» ou «effondrement» du paquet d ondes. D autre part, dans l intervalle de temps séparant deux mesures, l évolution de l état du système ψ(t) est régie par l équation de Schrödinger dépendant du temps iħ d ψ(t) /dt = Ĥ ψ(t) où Ĥ est l observable «énergie» (opérateur hamiltonien). Nous sommes donc en présence de la situation peu satisfaisante d un double régime d évolution du système : d une part, continue (unitaire) et déterministe, entre deux mesures, d autre part, discontinue (non unitaire) et probabiliste durant le processus de mesure. Enfin et surtout, l interprétation de Copenhague postule un dualisme fondamental entre le système mesuré, considéré comme quantique et microscopique, et l appareil de mesure, considéré comme classique et macroscopique. Une telle position pouvait être défendue dans les années 30 lorsque Schrödinger a imaginé son paradoxe du chat vu que les phénomènes quantiques, tels les effets d interférence, étaient uniquement observés dans le domaine microscopique. D ailleurs, pour les te-

9 nobel de physique : plongée au cœur du monde quantique 239 nants de l interprétation de Copenhague, et en particulier pour Bohr et Heisenberg, le paradoxe du chat n en est pas un. L état ψ ne décrit pas la réalité en elle même mais uniquement ce que nous connaissons de celle ci. Les lois quantiques sont utiles pour prédire le résultat d une expérience mais pas pour décrire la réalité. L état ψ du système noyau chat n est pas un état réel. Pour savoir dans quel état se trouve le chat, il faut faire une observation en ouvrant la boîte. Il n y a donc pas vraiment de paradoxe. Aujourd hui, notre façon de voir les choses a radicalement changé. Des effets quantiques ont été observés en laboratoire bien au delà du domaine microscopique puisque des phénomènes d interférence ont été observés pour des molécules composées de plusieurs dizaines d atomes de carbone [7]. L interprétation de Copenhague apparaît dès lors de plus en plus artificielle et il serait plus satisfaisant que la mécanique quantique soit une théorie physique universelle et que la physique classique en soit un cas limite. Notons cependant que le dualisme «classique quantique» faisait problème pour certains dès les premières années de la mécanique quantique. En 1932 déjà, John von Neumann introduisit une description de la mesure qui considère d emblée que l appareil de mesure, bien que macroscopique, est soumis aux lois de la mécanique quantique. Toutefois, ce modèle conduit également à des difficultés de type «chat de Schrödinger» et requiert de postuler une évolution non unitaire du type «réduction du paquet d ondes». La situation n évolua guère jusqu au début des années 70 lorsque Zeh [13] et Zurek [14] en particulier, prirent conscience que l hypothèse d un système physique isolé, qui s était avérée si féconde en physique classique et qui avait été tout naturellement adoptée en physique quantique, constituait un obstacle de taille pour comprendre la transition quantique classique. Ils envisagèrent de prendre en considération l inévitable intrication quantique de l appareil de mesure avec son environnement. Ce fut le point de départ de la théorie de la décohérence qui commence à apporter des réponses, certes encore partielles, au fameux problème de la mesure en mécanique quantique et à celui de la transition quantique classique. Dans ce qui suit, nous tentons d esquisser cette théorie d une manière très succincte. Commençons tout d abord par décrire rapidement le modèle de von Neumann de la mesure. Dans ce modèle, le système S à mesurer et l appareil de mesure M sont traités comme des systèmes quantiques et l évolution du

10 240 revue des questions scientifiques système S+M est régie par une équation de Schrödinger dépendant du temps (évolution unitaire). Soit { φ n } une base orthonormée de l espace des états de S associée à l observable  (i.e.  φ n = a n φ n ) et soit { ϕ n } une base orthonormée de l espace des états de M avec ϕ 0 l état neutre de l appareil de mesure (aiguille en position «0»). Notons que la condition d orthonormalité ϕ n ϕ m =δ nm est l expression du fait que les états «pointeurs» ϕ n de l appareil de mesure M sont macroscopiquement discernables. Pour que M réalise une mesure idéale c-à-d non destructive correspondant à l observable Â, le couplage entre S et M doit définir une évolution unitaire de S+M caractérisée par un opérateur d évolution U(t) qui laisse chaque état φ n de S inchangé et lui fait correspondre (univoquement) un état «pointeur» final φ n. En d autres termes, durant ce qu il est convenu d appeler la «pré-mesure» c-à-d l évolution unitaire avant réduction du paquet d ondes, on a : Ce processus n a rien d étonnant et est assez analogue à ce qui se passe en physique classique. Des propriétés typiquement quantiques vont cependant se manifester lorsque l état initial de S est une superposition linéaire n c n φ n. Dans ce cas, nous avons : ce qui signifie qu à l issue de la pré mesure, l état du système S+M est un état intriqué et le rôle du chat de Schrödinger est maintenant joué par l appareil de mesure M! Pour le chat de Schrödinger, on se pose la question de savoir comment le chat «bascule» d un état superposé «mort vivant» vers l état soit «vivant» soit «mort». De même, dans le problème de la mesure selon von Neumann, se pose la question de savoir par quel mécanisme la superposition n c n φ n ϕ n se réduit à un seul de ses termes, à savoir φ n ϕ n. C est à ce niveau que von Neumann a dû postuler un mécanisme non unitaire de réduction du paquet d ondes. Diverses interprétations ont été avancées pour tenter de rendre compte de cette réduction du paquet d ondes. Pour un large tour d horizon, voir les références [16].

11 nobel de physique : plongée au cœur du monde quantique 241 Dans les années 70, Zeh [13] et Zurek [14] ont été à l origine d une approche innovante du problème de la mesure en jetant les bases de la théorie de la décohérence qui, en s affranchissant de l hypothèse du système isolé omniprésent en physique classique, prend en considération le fait que l appareil de mesure s intrique à son tour avec l environnement E (par exemple, le rayonnement thermique, l air etc ) de sorte que l état final du système S+M+E s écrit : où E n est un état de l environnement qui se couple «de manière robuste» avec l état ϕ n de l appareil de mesure M. En fait, l état E n de l environnement décrit un nombre énorme de sous systèmes microscopiques qui le composent et l intrication, en s étendant à l environnement, semble aggraver la situation. Il n en est rien, bien au contraire. Voyons ceci d un peu plus près. Une manière parlante d écrire un état de superposition comme ψ final est de faire appel à la notion d opérateur densité (aussi appelé opérateur statistique) bien connue en mécanique quantique (voir par exemple la référence [12]) et défini pour un cas pur, c-à-d décrit par un seul vecteur d état ψ, comme l opérateur de projection suivant : où c n 2 représente la population de l état φ n ϕ n E n et c n c * m, un terme d interférence appelé communément cohérence. Remarquons que les populations sont exactement les probabilités introduites dans la règle de Born vue précédemment dans les postulats de l interprétation de Copenhague. D autre part, on comprend que si on peut, d une manière ou d une autre, éliminer les cohérences c n c * m c.-à-d. «introduire de la décohérence», on transforme le cas pur correspondant à l état de superposition ψ final en un mélange statistique où l on sait seulement que le système est dans un des états φ n ϕ n E n avec

12 242 revue des questions scientifiques une probabilité égale à c n 2. L inévitable couplage de l appareil de mesure avec l environnement est certes fondamental. Cependant, il est important de constater que cet environnement E compte une myriade de degrés de liberté dont on ne peut pas et dont on ne veut pas connaître l état vu qu on ne s intéresse qu au système S+M. Il faut donc «moyenner» sur tous les degrés de liberté de l environnement E, ce qui, dans le langage de l opérateur densité, revient à «prendre la trace partielle sur l environnement». On peut assez facilement montrer qu elle s écrit comme suit [12] : Pour les nombreux modèles plus ou moins réalistes et étudiés depuis maintenant plus de trente ans (voir référence [15] pour un large panorama), on arrive à montrer [14] qu en des temps de décohérence extrêmement brefs, le produit scalaire E m E n δ mn de sorte que : c-à-d un mélange statistique d états φ n ϕ n de S+M avec une probabilité c n 2. Les cohérences c n c * m (m n) ont disparu! En fait, les cohérences disparaissent localement du système S+M et sont délocalisées vers l environnement E mais ne sont pas globalement détruites. Le comportement d un objet macroscopique nous apparaît classique car nous sommes en pratique limités à des observations locales, ce qui constitue déjà un résultat important dans la compréhension de la transition quantique classique. Il faut cependant souligner que contrairement à ce que certains auteurs laissent parfois entendre, la théorie de la décohérence ne résout pas entièrement le problème de la mesure. Ainsi, elle ne résout pas le problème du choix ultime d un seul des états du mélange statistique auquel elle conduit, ce qui est une manifestation du caractère irréductiblement probabiliste de la mécanique quantique. En d autres termes, la théorie de la décohérence nous permet de dire que le chat est soit mort, soit vivant mais elle ne permet pas de savoir laquelle des deux issues se réalisera effectivement (voir E. Joos et al. [13] et F. Laloë [16]).

13 nobel de physique : plongée au cœur du monde quantique 243 Expériences de pensée réalisées en laboratoire Comme nous l avons souligné au début de cette contribution, la mécanique quantique a engendré des progrès technologiques extraordinaires. C est grâce à ces derniers que, depuis une vingtaine d années, les fameuses expériences de pensée que nous venons de décrire brièvement, sont devenues réalisables en laboratoire. C est ici qu entrent en scène nos deux lauréats. Comme l a souligné Serge Haroche dans son exposé Nobel [17], isoler une seule particule dans l espace et la manipuler pour qu elle exhibe ses propriétés purement quantiques revient à faire de la physique in vivo par contraste avec la physique post-mortem pratiquée au CERN où les physiciens s intéressent aux débris de collisions entre particules. Les travaux de Serge Haroche et David Wineland sont en fait les deux faces d une même pièce : manipuler de manière non destructive, un seul photon ou un petit nombre de photons avec des atomes, dans le cas de Serge Haroche, et un seul ion ou un petit nombre d ions avec des photons, dans le cas de David Wineland. Leurs travaux ont une quadruple motivation [18] ; en premier lieu, il s agit de tester les aspects les plus contre intuitifs de la théorie quantique. Ensuite, étudier la zone frontière entre les mondes quantique et classique et le passage de l un à l autre. La troisième motivation est d exploiter les aspects contre intuitifs des lois quantiques pour traiter l information suivant une logique non classique. Et enfin, sur le plan pédagogique, fournir une approche cohérente des phénomènes quantiques, approche qui confronte systématiquement théorie et expérience. Dans les expériences de nos deux lauréats, le mode opératoire est pratiquement toujours le même. C est ce dernier que nous décrivons plus en détail dans ce qui suit, notre objectif étant de montrer comment il permet de pratiquer de la physique in vivo. Nous ne pouvons pas donner ici, un compte rendu détaillé des résultats expérimentaux qui ont fait l objet de publications. Nous tentons cependant d analyser les conséquences sur le plan conceptuel des principales expériences réalisées par les deux lauréats.

14 244 revue des questions scientifiques a) Les expériences de Serge Haroche et ses collaborateurs La pièce centrale du montage expérimental utilisé par S. Haroche et ses collaborateurs est une cavité (notée C sur la Fig. 3) de très haute qualité qui a demandé plus de vingt années de mise au point. Fig. 3 Schéma du montage expérimental utilisé par S. Haroche et ses collaborateurs. La cavité C à miroirs supraconducteurs et les deux cavités R 1 et R 2 forment un interféromètre de Ramsey. Cet interféromètre est traversé par un faisceau d atomes de rubidium produit dans le four O. Les atomes sont portés dans un état de Rydberg circulaire e dans la boîte B. Dans la cavité R 1, une impulsion micro-onde porte les atomes dans une superposition linéaire de l'état e avec l'état de Rydberg circulaire adjacent g. Ces atomes interagissent de manière non résonante avec le champ présent dans la cavité C. Dans la cavité R 2, une seconde impulsion micro-onde mélange à nouveau les états e et g qui sont détectés respectivement par D e et D g en appliquant un champ électrique statique. Cette figure est une adaptation de [19]. Elle se compose de deux miroirs qui se font face. Ces deux miroirs sont en cuivre et sont recouverts d une fine couche de niobium supraconducteur. La cavité C est portée à une température de 0,8 K et sa fréquence de résonance est de 51,1 GHz. Dans cette cavité qui a un facteur de qualité Q = 4, , le temps de vie des photons est de 130 ms correspondant à 1,5 milliard de rebonds du photon sur les miroirs et à une distance parcourue de km (circonférence de la terre) [20]. C est grâce à ce facteur de qualité très élevé que S. Haroche, et ses collaborateurs ont été en mesure d étudier le comportement dans la cavité d un ou plusieurs photons et ce, pendant des temps relativement longs. Pour étudier ce comportement, il faut effectuer un très grand nombre de mesures quantiques non destructives ce qui exclut les techniques de détection usuelles fondées sur l effet photoélectrique puisque dans

15 nobel de physique : plongée au cœur du monde quantique 245 ce cas, le photon est détruit lors de sa détection. S. Haroche et ses collaborateurs ont utilisé un faisceau d atomes de rubidium. Ces derniers possèdent un seul électron de valence qui se comporte de manière très similaire à celui de l hydrogène atomique. À la sortie du four O (voir Fig.3), ces atomes sont sélectionnés en vitesse par pompage optique. Ils sont ensuite portés dans un état circulaire de Rydberg de nombre quantique principal n=51 et que nous notons e dans la suite. Cette opération a lieu dans la boîte B représentée sur la Fig. 3. L orbitale atomique associée à cet état stationnaire e est circulaire avec un rayon de l ordre de 0,1 µm. Toutefois, dans cet état e, l électron est délocalisé ; le moment dipolaire électrique de l atome est donc nul empêchant tout couplage avec la lumière. À la sortie de la boîte B, les atomes de rubidium pénètrent dans la cavité R 1 où il interagissent de manière résonante avec une impulsion micro onde amenant ces atomes dans une superposition linéaire ( e + g )/ 2 où g est l état de Rydberg circulaire adjacent à e de nombre quantique principal n=50. Cette superposition d états s apparente à un état purement classique dans lequel l électron suit une trajectoire circulaire dans un plan perpendiculaire à l axe de quantification. Ces états ont des propriétés remarquables et notamment le fait de posséder un moment dipolaire électrique non nul. Rappelons que le moment dipolaire électrique est un vecteur reliant deux charges de signe opposé, celles du cœur et de l électron. La grandeur de ce vecteur est donnée par le produit de la charge (positive) et de la distance entre les deux charges. Dans le cas présent, le fait que l orbite électronique ait un rayon très élevé donne lieu à un très grand moment dipolaire électrique et donc, à un couplage fort avec la lumière. Le vecteur moment électrique dipolaire qui tourne à une fréquence de 51 Ghz peut être considéré comme l aiguille d une horloge. Après la cavité R 1, les atomes pénètrent dans la cavité C. Pour éviter tout échange de photon entre les atomes et la cavité, il faut impérativement que la fréquence de cette dernière diffère de la fréquence de transition g e. Dans la suite, nous notons δ ce désaccord de fréquence. Cependant, même hors résonance, les atomes interagissent avec le ou les photons de la cavité. Les niveaux d énergie des états g et e se déplacent de manière adiabatique en suivant le profil gaussien du mode de la cavité. Plus précisément, l énergie de l état g diminue et celle de l état e augmente. Cette variation d énergie des niveaux conduit à une variation de la phase du moment dipolaire électrique de l atome. En d autres termes, la présence d un ou plusieurs photons dans la

16 246 revue des questions scientifiques cavité fait retarder l horloge. Il faut également souligner que le déplacement des niveaux d énergie des atomes dans la cavité s accompagne d une variation de la fréquence de la cavité. Ceci se comprend aisément dans la mesure où le couplage de deux oscillateurs, en l occurrence, l atome et le champ dans la cavité, modifie leur fréquence propre respective. Sur le plan quantique, l état du système atome photon est un état intriqué. À la sortie de la cavité C, la cohérence atomique est sondée dans la cavité R 2 (voir Fig. 3) où les atomes interagissent à nouveau de manière résonante avec une impulsion micro onde. Ils sont ensuite détectés de façon sélective dans les états g et e par respectivement D g et D e. Ces deux détecteurs fonctionnent sur le principe de l ionisation par champ électrique statique. La combinaison de R 1, R 2 et des détecteurs représente un interféromètre de Ramsey. La probabilité de détecter l atome dans l état g est une fonction sinusoïdale de la phase relative des champs dans R 1 et R 2. En l absence de photon dans la cavité C, la vitesse des atomes est ajustée pour que ces derniers ressortent dans l état g. Le montage expérimental représenté sur la Fig. 3 et que nous venons de décrire brièvement a permis d observer des sauts quantiques de lumière témoignant de la naissance, la vie et la mort d un seul photon thermique dans la cavité C [20]. Dans cette expérience, le désaccord δ entre la fréquence de transition atomique et la fréquence de la cavité est ajusté de manière à ce que le retard de phase du moment dipolaire électrique de l atome soit égal à π et que les atomes de rubidium sortent de R 2 dans l état e lorsqu un seul photon thermique se trouve dans la cavité C. À la température de 0,8 K, la probabilité de trouver deux photons thermiques dans la cavité C n est que de 0,3%. On peut donc raisonnablement supposer que la cavité contient 0 ou 1 photon thermique. 900 atomes de rubidium traversent la cavité C par seconde. Suivre en fonction du temps le nombre d atomes détectés dans l état e revient à déterminer les périodes de temps pendant lesquelles la cavité C contient un photon thermique. S. Haroche et ses collaborateurs ont observé des sauts quantiques de lumière c.-à-d. l apparition soudaine d un photon thermique dans la cavité suivie après un certain intervalle de temps de sa disparition tout aussi soudaine. Nous invitons le lecteur à consulter la référence [20] pour une description claire et passionnante des résultats de cette expérience. L expérience précédente a été généralisée, à l aide du même montage, au cas où la cavité C est initialement occupée par un état cohérent du champ correspondant à un nombre moyen de photons entre 3 et 4. Dans un état

17 nobel de physique : plongée au cœur du monde quantique 247 cohérent, la phase du champ est bien définie alors que le nombre de photons présents ne l est pas en vertu de la relation d incertitude temps énergie. En fait, l état cohérent du champ peut s écrire comme une superposition d états de Fock n caractérisés par un nombre n bien défini de photons. Selon la mécanique quantique, mesurer le nombre de photons dans la cavité revient à projeter l état cohérent du champ sur un état de Fock n. Cette mesure donne lieu à une évolution irréversible de l état du champ qui correspond à l effondrement de cet état cohérent. Dans le cas présent, S. Haroche et ses collaborateurs ont montré que cet effondrement de l état du champ peut être progressif lorsqu il est induit par une succession de mesures non destructives du nombre de photons dans la cavité. Comme dans l expérience précédente, le moment dipolaire électrique des atomes qui traversent la cavité subit un retard de phase. Le désaccord δ entre la fréquence de transition atomique et la fréquence de la cavité ainsi que le temps de vol des atomes dans la cavité C sont ajustés de manière à ce que ce retard de phase soit de π/4 par photon présent dans la cavité. Par ailleurs, dans le contexte de l expérience, les atomes de rubidium peuvent être considérés comme des atomes à deux niveaux dont l évolution est décrite en terme de la rotation d un spin sur la sphère de Bloch (voir [18] pour plus de détails sur ce formalisme). À la sortie de la boîte B, les atomes sont dans l état e correspondant au spin le long de l axe Z. L action de l impulsion micro onde dans la cavité R 1 est de créer une superposition linéaire des états e et g qui équivaut à un basculement du spin dans le plan équatorial de la sphère de Bloch. Durant la traversée de la cavité C par l atome, le spin subit, par photon, un déphasage de π/4 de sa précession dans le plan équatorial. On peut donc dire que, dans la cavité C, l état du système photon atome est intriqué, un nombre donné de photons correspondant à une direction particulière du spin. Comme les différents états de spin ne sont pas mutuellement orthogonaux, toute mesure du spin dans une direction donnée ne fournit qu une information partielle à savoir, la projection de ce spin le long de la direction de mesure. Notons que la mesure du spin le long d une direction donnée s effectue en faisant interagir les atomes avec une impulsion micro onde dans la cavité R 2, impulsion dont la phase est définie de manière à faire correspondre la direction de mesure avec celle de l axe Z sur la sphère de Bloch [18]. La procédure utilisée par S. Haroche et ses collaborateurs est la suivante : lorsqu un premier atome traverse la cavité C, on peut calculer la probabilité qu il y ait n photons dans la cavité à partir de la probabilité conditionnelle de trouver j, la valeur du spin (0 pour la position «down» et 1 pour

18 248 revue des questions scientifiques la position «up») le long d une direction donnée lorsqu il y a n photons dans la cavité. On envoie ensuite un grand nombre d atomes dans la cavité C en faisant varier la direction dans laquelle le spin est mesuré et en recalculant pour chaque atome la probabilité qu il y ait n photons dans la cavité. Après une longue séquence d atomes, S. Haroche et ses collaborateurs ont observé que la probabilité qu il y ait n photons dans la cavité C devient très piquée autour d une valeur entière de n qui représente le nombre de photons dans la cavité C : il y a donc eu effondrement progressif de l état cohérent initial du champ avec également une perte progressive d information sur la phase de cet état cohérent. Remarquons que dans l interprétation de Copenhague, l effondrement de l état cohérent se fait de manière instantanée lors de la mesure. Dans le cas présent, l effondrement de l état cohérent est progressif et peut être considéré comme un processus physique réel. Comme précédemment, nous invitons le lecteur à consulter la référence [21] pour un compte rendu détaillé et fascinant de cette expérience. La dernière expérience [19,22] que nous aimerions brièvement discuter ici date de Elle est donc moins récente que les deux expériences que nous venons de décrire. Le montage expérimental est quasi le même que précédemment mais le facteur de qualité de la cavité C est moins élevé, 5, correspondant à un temps de vie des photons de 160 µs et sa température est de 0,6 K. Cette troisième expérience illustre le principe de complémentarité ainsi que le paradoxe du chat, ou plutôt du chaton de Schrödinger. Ce qui joue le rôle du chaton ou, en fait, d un appareil de mesure, est un état cohérent du champ dans la cavité C, état qui est une superposition mésoscopique d états de Fock, le nombre de photons étant de l ordre de 10. Sur la Fig. 4, nous donnons la représentation de Fresnel d un tel état cohérent. Ce dernier est caractérisé par deux paramètres : son amplitude qui est donnée par la longueur du vecteur et sa phase ϕ. Comme le nombre de photons est relativement faible (superposition mésoscopique), il faut tenir compte des fluctuations quantiques de l amplitude et de la phase. Le cercle bleu sur la Fig. 4, appelé cercle d incertitude, définit l ampleur des fluctuations sur la phase et l amplitude du champ. Nous savons à présent que le couplage non résonant de l état

19 nobel de physique : plongée au cœur du monde quantique 249 Fig. 4 Représentation de Fresnel d un état cohérent d un champ de radiation. ϕ est la phase de l état cohérent et la longueur du vecteur représente son amplitude. Puisque le nombre de photons dans cet état est petit, il faut tenir compte des fluctuations quantiques sur l amplitude et la phase. La pointe du vecteur peut donc se déplacer dans le cercle gris qu on appelle le cercle d incertitude. C est ce type d état qui se rapproche le plus d un état classique du champ de radiation. cohérent du champ avec les atomes de rubidium dans une superposition linéaire des états e et g conduit à un déphasage du champ qui dépend des niveaux atomiques ce qui produit un état intriqué atome champ dans la cavité C. Lorsque l atome est dans l état e, le champ subit un déphasage ϕ>0 tandis que si l atome est dans l état g, le champ subit un déphasage ϕ<0. Lorsque les atomes sont dans une superposition linéaire des états e et g, l état cohérent du champ subit en même temps deux déphasages distincts, l un positif et l autre négatif ; sa représentation de Fresnel est donnée sur la Fig. 5. Fig. 5 Représentation de Fresnel d un état cohérent du champ ayant subi à la fois un déphasage positif et négatif. Les deux vecteurs peuvent être considérés comme les deux aiguilles d un appareil de mesure. Le déphasage ϕ dépend du désaccord de fréquence δ : pour les grandes valeurs de δ, c.-à-d. loin de la résonance, le déphasage ϕ est

20 250 revue des questions scientifiques très petit tandis que ϕ augmente lorsque δ diminue. Pour illustrer le principe de complémentarité, S. Haroche et ses collaborateurs ont mesuré la probabilité P g que les atomes de rubidium dans l état e à l entrée de l interféromètre R 1 C R 2, en sortent dans l état g et ce, pour différentes valeurs de δ, et en fonction de la fréquence ν de la source micro onde qui alimente les cavités R 1 et R 2. La fréquence ν varie autour de ν 0 qui est la fréquence de transition atomique. Dans le cas où la cavité C est vide, la probabilité P g (ν) oscille avec la fréquence ν. Ces oscillations proviennent d une interférence quantique : pour effectuer la transition e g, les atomes de rubidium peuvent suivre deux chemins puisque cette transition a lieu soit dans la cavité R 1 soit dans la cavité R 2. Lorsqu un champ cohérent occupe la cavité C, la phase de ce champ varie en fonction de l état des atomes dans la cavité C. Dans ces conditions, le champ se comporte comme un détecteur susceptible de révéler le chemin suivi par les atomes dans l interféromètre. Quand le déphasage ϕ est plus petit que les fluctuations de la phase du champ initial et donc, trop petit pour distinguer sans ambiguïté les deux chemins, les oscillations de P g (ν) subsistent. Par contre, pour des grandes valeurs de ϕ, il n y a plus d ambiguïté quant au chemin suivi par les atomes. S. Haroche et ses collaborateurs ont observé dans ce cas, la disparition des oscillations. Par conséquent, même si aucune mesure n est effectuée sur le champ, le simple fait que l on puisse avoir une information sur l état de l atome en mesurant le déphasage ϕ, suffit à faire disparaître les interférences! Venons en à présent au chaton de Schrödinger. Dans ce qui suit, nous résumons la discussion clairement argumentée de la référence [22]. Ce qui joue le rôle du chaton est donc l état cohérent du champ dans la cavité C. Cet état du champ est intriqué avec celui de l atome que nous supposons dans une superposition linéaire des états e et g. Le déphasage ϕ à la fois positif et négatif du champ correspond aux états «vivant» et «mort» du chaton. La question qui se pose à présent est de savoir combien de temps subsiste la superposition de ces deux états du champ. Pour répondre à cette question, il faut analyser plus en détail la nature de «l environnement» du champ. Pour le champ, les pertes sont essentiellement dues à la diffusion de photons sur les imperfections de surface des miroirs de la cavité. On peut donc décrire cet environnement comme étant l espace libre autour de la cavité, espace qui peut être occupé par des photons issus de la cavité C suite à une diffusion. Si la cavité contient en moyenne n moyen photons, un petit champ contenant un

Photons, expériences de pensée et chat de Schrödinger: une promenade quantique

Photons, expériences de pensée et chat de Schrödinger: une promenade quantique Photons, expériences de pensée et chat de Schrödinger: une promenade quantique J.M. Raimond Université Pierre et Marie Curie Institut Universitaire de France Laboratoire Kastler Brossel Département de

Plus en détail

LE PHYSICIEN FRANCAIS SERGE HAROCHE RECOIT CONJOINTEMENT LE PRIX NOBEL DE PHYSIQUE 2012 AVEC LE PHYSICIEN AMERCAIN DAVID WINELAND

LE PHYSICIEN FRANCAIS SERGE HAROCHE RECOIT CONJOINTEMENT LE PRIX NOBEL DE PHYSIQUE 2012 AVEC LE PHYSICIEN AMERCAIN DAVID WINELAND LE PHYSICIEN FRANCAIS SERGE HAROCHE RECOIT CONJOINTEMENT LE PRIX NOBEL DE PHYSIQUE 0 AVEC LE PHYSICIEN AMERCAIN DAVID WINELAND SERGE HAROCHE DAVID WINELAND Le physicien français Serge Haroche, professeur

Plus en détail

La physique quantique couvre plus de 60 ordres de grandeur!

La physique quantique couvre plus de 60 ordres de grandeur! La physique quantique couvre plus de 60 ordres de grandeur! 10-35 Mètre Super cordes (constituants élémentaires hypothétiques de l univers) 10 +26 Mètre Carte des fluctuations du rayonnement thermique

Plus en détail

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir?

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? exposé UE SCI, Valence Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? Dominique Spehner Institut Fourier et Laboratoire de Physique et Modélisation des Milieux Condensés Université

Plus en détail

Information quantique

Information quantique Information quantique J.M. Raimond LKB, Juin 2009 1 Le XX ème siècle fut celui de la mécanique quantique L exploration du monde microscopique a été la grande aventure scientifique du siècle dernier. La

Plus en détail

Puissance et étrangeté du quantique Serge Haroche Collège de France et Ecole Normale Supérieure (Paris)

Puissance et étrangeté du quantique Serge Haroche Collège de France et Ecole Normale Supérieure (Paris) Puissance et étrangeté du quantique Serge Haroche Collège de France et Ecole Normale Supérieure (Paris) La physique quantique nous a donné les clés du monde microscopique des atomes et a conduit au développement

Plus en détail

Etrangeté et paradoxe du monde quantique

Etrangeté et paradoxe du monde quantique Etrangeté et paradoxe du monde quantique Serge Haroche La physique quantique nous a donné les clés du monde microscopique des atomes et a conduit au développement de la technologie moderne qui a révolutionné

Plus en détail

Atome et lumière. Le monde qui nous entoure est peuplé d atomes. Les deux atomes les plus abondants dans l Univers

Atome et lumière. Le monde qui nous entoure est peuplé d atomes. Les deux atomes les plus abondants dans l Univers Atome et lumière Le monde qui nous entoure est peuplé d atomes. electron proton Hydrogène (H) Les deux atomes les plus abondants dans l Univers Hélium (He) et l essentiel de l information que nous en recevons

Plus en détail

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir?

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? exposé Ateliers de l information Bibliothèque Universitaire, Grenoble Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? Dominique Spehner Institut Fourier et Laboratoire de Physique et

Plus en détail

Aucune frontière entre. Jean-Louis Aimar

Aucune frontière entre. Jean-Louis Aimar Jean-Louis Aimar Aucune frontière entre la Vie et la Mort 2 2 «Deux systèmes qui se retrouvent dans un état quantique ne forment plus qu un seul système.» 2 3 42 Le chat de Schrödinger L expérience du

Plus en détail

1. L idée de quanta 2. La dualité onde-corpuscule 3. L équation d onde des quanta 4. Le principe de superposition 5. L indéterminisme s invite en

1. L idée de quanta 2. La dualité onde-corpuscule 3. L équation d onde des quanta 4. Le principe de superposition 5. L indéterminisme s invite en Le monde quantique 1. L idée de quanta 2. La dualité onde-corpuscule 3. L équation d onde des quanta 4. Le principe de superposition 5. L indéterminisme s invite en physique 6. Le spin Rayonnement dans

Plus en détail

Chapitre 12 Physique quantique

Chapitre 12 Physique quantique DERNIÈRE IMPRESSION LE 29 août 2013 à 13:52 Chapitre 12 Physique quantique Table des matières 1 Les niveaux d énergie 2 1.1 Une énergie quantifiée.......................... 2 1.2 Énergie de rayonnement

Plus en détail

Puissance et étrangeté de la physique quantique

Puissance et étrangeté de la physique quantique Puissance et étrangeté de la physique quantique S.Haroche, Collège de France et ENS La théorie quantique nous a ouvert au XX ème siècle le monde microscopique des particules et des atomes..et nous a ainsi

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

Paire Amplitude de l onde 1 Amplitude de l onde 2 Différence de phase A 3 mm 6 mm π rad B 5 mm 1 mm 0 rad C 9 mm 7 mm π rad D 2 mm 2 mm 0 rad

Paire Amplitude de l onde 1 Amplitude de l onde 2 Différence de phase A 3 mm 6 mm π rad B 5 mm 1 mm 0 rad C 9 mm 7 mm π rad D 2 mm 2 mm 0 rad 1. Laquelle des affirmations suivantes est fausse? A) Pas toutes les ondes ne sont des ondes mécaniques. B) Une onde longitudinale est une onde où les particules se déplacent de l avant à l arrière dans

Plus en détail

Histoire des sciences : La Mécanique Quantique

Histoire des sciences : La Mécanique Quantique Histoire des sciences : La Mécanique Quantique «Personne ne comprend vraiment la physique quantique.» Richard Feynman Plan Chapitre I : Introduction I. Définition de la mécanique quantique II. Applications

Plus en détail

Électromagnétisme et Optique Physique

Électromagnétisme et Optique Physique Électromagnétisme et Optique Physique Dr.R.Benallal DÉPARTEMENT DE PHYSIQUE École Préparatoire en Sciences et Techniques de Tlemcen Physique 4 Fevrier-Juin 2013 Programme du module I Électromagnétisme

Plus en détail

6. Ondes électromagnétiques et rayons lumineux

6. Ondes électromagnétiques et rayons lumineux 6. Ondes électromagnétiques et rayons lumineux Ce chapitre contient des rappels d optique géométrique et vise à faire le lien entre les notions d ondes étudiées au début du cours et l optique géométrique.

Plus en détail

La physique quantique, 100 ans de questions

La physique quantique, 100 ans de questions La physique quantique, 100 ans de questions Thierry Masson Chargé de Recherche au CNRS 10 mars 2004 1. Qu est-ce que la physique quantique? La physique quantique est née en 1900 lorsque le physicien allemand

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I. Les quanta s invitent

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I. Les quanta s invitent TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS III CHAPITRE I Les quanta s invitent I-1. L Univers est en constante évolution 2 I-2. L âge de l Univers 4 I-2.1. Le rayonnement fossile témoigne 4 I-2.2. Les amas globulaires

Plus en détail

Voir un photon sans le détruire

Voir un photon sans le détruire Voir un photon sans le détruire J.M. Raimond Université Pierre et Marie Curie UPMC sept 2011 1 Un siècle de mécanique quantique: 1900-2010 Planck (1900) et Einstein (1905): Quanta lumineux la lumière est

Plus en détail

Complément : les gaz à effet de serre (GES)

Complément : les gaz à effet de serre (GES) Complément : les gaz à effet de serre (GES) n appel «gaz à effet de serre» un gaz dont les molécules absorbent une partie du spectre du rayonnement solaire réfléchi (dans le domaine des infrarouges) Pour

Plus en détail

Cours S8 Introduction au monde quantique

Cours S8 Introduction au monde quantique Cours S8 Introduction au monde quantique Image originally created by IBM Corporation David Malka MPSI 2015-2016 Lycée Saint-Exupéry http://www.mpsi-lycee-saint-exupery.fr Table des matières 1 Le monde

Plus en détail

Chapitre I PHENOMENE DE FLUORESCENCE ORIGINE ET PROCESSUS. * hυ hυ

Chapitre I PHENOMENE DE FLUORESCENCE ORIGINE ET PROCESSUS. * hυ hυ Rayons Rayons X Ultra-violets Infra-rouges Micro-ondes Ondes radio 1 Chapitre I PHENOMENE DE FLUORESCENCE ORIGINE ET PROCESSUS Définitions * hυ hυ La fluorescence ou luminescence est l émission d énergie

Plus en détail

L expérience de Stern et Gerlach. ~ k3. Chapitre 8

L expérience de Stern et Gerlach. ~ k3. Chapitre 8 L expérience de Stern et Gerlach ~ k3 Chapitre 8 Quiz de bienvenue Si vous avez changé de canal, tapez: [Ch]-[4]-[1]-[Ch] ou [Go]-[4]-[1]-[Go] On considère un aimant placé dans un champ magnétique homogène.

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Le chat de Schrödinger

Le chat de Schrödinger Le chat de Schrödinger Louis Marchildon, Département de physique, UQTR Résumé La mécanique quantique, développée il y a 80 ans, a donné lieu à d innombrables applications comme le laser, le transistor,

Plus en détail

PHYSIQUE GENERALE III. Mécanique quantique. Notes du cours PHY 1222 Année académique 2006-2007

PHYSIQUE GENERALE III. Mécanique quantique. Notes du cours PHY 1222 Année académique 2006-2007 PHYSIQUE GENERALE III Mécanique quantique Auteur Jacques WEYERS Lecteur Fabio MALTONI Notes du cours PHY 1222 Année académique 2006-2007 Université catholique de Louvain, Faculté des Sciences Département

Plus en détail

Comment réaliser physiquement un ordinateur quantique. Yves LEROYER

Comment réaliser physiquement un ordinateur quantique. Yves LEROYER Comment réaliser physiquement un ordinateur quantique Yves LEROYER Enjeu: réaliser physiquement -un système quantique à deux états 0 > ou 1 > -une porte à un qubitconduisant à l état générique α 0 > +

Plus en détail

Courant électrique et distributions de courants

Courant électrique et distributions de courants Cours d électromagnétisme Courant électrique et distributions de courants 1 Courant électrique 1.1 Définition du courant électrique On appelle courant électrique tout mouvement d ensemble des particules

Plus en détail

Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux

Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux Université Pierre et Marie Curie Master de sciences et technologie Interaction matière-rayonnement Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux Introduction On considère un système atomique

Plus en détail

Ouverture au monde quantique

Ouverture au monde quantique Ouverture au monde quantique I Les forces newtoniennes Les forces d interaction gravitationnelle et électrostatique ont une propriété commune : leur 1 valeur est proportionnelle à, où r représente la distance

Plus en détail

Le Monde Quantique L3 PHYTEM Bases de la Mécanique Quantique Cours d introduction

Le Monde Quantique L3 PHYTEM Bases de la Mécanique Quantique Cours d introduction Le Monde Quantique L3 PHYTEM Bases de la Mécanique Quantique Cours d introduction C. Fabre fabre@spectro.jussieu.fr rdres de grandeur - échelle terrestre : d 7 10 m 25 10 Kg - échelle terrestre : d 7 10

Plus en détail

Energie. L intérêt de ce milieu amplificateur est que la fréquence de la transition laser, ν 0 = E 2 E 1

Energie. L intérêt de ce milieu amplificateur est que la fréquence de la transition laser, ν 0 = E 2 E 1 1 Université Paris XI Centre d Orsay Master 1 de Physique Fondamentale Magistère de Physique Fondamentale 2 ième année Examen de Physique des Lasers Examen de 2 ieme cycle Première session 2011-2012 Épreuve

Plus en détail

Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser»

Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser» Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser» Objectifs : en relation avec le cours sur les ondes, les documents suivants permettent de décrire le fonctionnement d un laser en termes de système

Plus en détail

Introduction à la physique du laser. 1ère partie : les caractéristiques des faisceaux gaussiens.

Introduction à la physique du laser. 1ère partie : les caractéristiques des faisceaux gaussiens. Introduction à la physique du laser. 1ère partie : les caractéristiques des faisceaux gaussiens. Objectifs Connaître les caractéristiques de la structure gaussienne d un faisceau laser (waist, longueur

Plus en détail

1 Formalisme de la Mécanique Quantique

1 Formalisme de la Mécanique Quantique Théorie Spectrale et Mécanique Quantique Christian Gérard Département de Mathématiques, Bât. 425 UMR 8628 du CNRS Université de Paris-Sud F-91405 Orsay Cédex FRANCE email : Christian.Gerard@math.u-psud.fr

Plus en détail

INTERFÉROMÈTRE DE MICHELSON

INTERFÉROMÈTRE DE MICHELSON INTERFÉROMÈTRE DE MICHELSON ATTENTION! LASER ET LAMPE À MERCURE : DANGER! - Ne jamais regarder directement le faisceau Laser, sous peine de brûlures irréversibles de la rétine. - Ne jamais regarder directement

Plus en détail

L INTERFEROMETRE DE MICHELSON

L INTERFEROMETRE DE MICHELSON L INTERFEROMETRE DE MICHELSON Chappuis Emilie (chappue0@etu.unige.ch) Fournier Coralie (fournic0@etu.unige.ch) . Introduction.. But de la manipulation. INTERFEROMETRE DE MICHELSON Lors de ce laboratoire,

Plus en détail

TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique CORRECTION Séance n 3 Semaine du 28/09/2015

TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique CORRECTION Séance n 3 Semaine du 28/09/2015 TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique CORRECTION Séance n 3 Semaine du 28/09/2015 Optique 2 Mariano-Goulart QCM n 1 : A, C A. Vrai. Hz.m -1.s => B. Faux.. C. Vrai. L'équation donnée montre que l onde électrique

Plus en détail

La physique quantique : un voyage au cœur de la réalité

La physique quantique : un voyage au cœur de la réalité La physique quantique : un voyage au cœur de la réalité 1 Daniel Fortier Table des matières Introduction 2 Première partie. La science 5 Chapitre 1 Réalité, théorie et données 5 Chapitre 2 L état d un

Plus en détail

S 5 : Introduction au monde quantique

S 5 : Introduction au monde quantique : PCSI 2015 2016 I Confrontation entre la mécanique classique et l epérience 1. Mécanique classique Vers la fin du XIX e siècle et le début du XX e, les physiciens utilisent la mécanique (Newton) et l

Plus en détail

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de

Plus en détail

Introduction à l optique : approche ondulatoire

Introduction à l optique : approche ondulatoire PCSI1-Lycée Michelet 2015-2016 Introduction à l optique : approche ondulatoire I. Bref historique La nature de la lumière a fait l objet d une controverse dès le XVII eme siècle : Descartes puis Newton

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

obs.5 Sources de lumières colorées exercices

obs.5 Sources de lumières colorées exercices obs.5 Sources de lumières colorées exercices Savoir son cours Mots manquants Chaque radiation lumineuse peut être caractérisée par une grandeur appelée longueur d onde dans le vide. Les infrarouges ont

Plus en détail

NOTICE DOUBLE DIPLÔME

NOTICE DOUBLE DIPLÔME NOTICE DOUBLE DIPLÔME MINES ParisTech / HEC MINES ParisTech/ AgroParisTech Diplômes obtenus : Diplôme d ingénieur de l Ecole des Mines de Paris Diplôme de HEC Paris Ou Diplôme d ingénieur de l Ecole des

Plus en détail

Chapitre 4 - Lumière et couleur

Chapitre 4 - Lumière et couleur Choix pédagogiques Chapitre 4 - Lumière et couleur Manuel pages 64 à 77 Ce chapitre reprend les notions introduites au collège et en classe de seconde sur les sources de lumières monochromatiques et polychromatiques.

Plus en détail

5.1 Équilibre électrostatique d un conducteur

5.1 Équilibre électrostatique d un conducteur 5 CONDUCTEURS À L ÉQUILIBRE 5.1 Équilibre électrostatique d un conducteur Dans un isolant, les charges restent à l endroit où elles ont été apportées (ou enlevées). Dans un conducteur, les charges sont

Plus en détail

Optique Quantique en région parisienne

Optique Quantique en région parisienne Optique Quantique en région parisienne Antoine Heidmann Laboratoire Kastler Brossel Ecole Normale Supérieure, Université P. et M. Curie http://www.lkb.ens.fr/information-et-optique-quantique Pourquoi utiliser

Plus en détail

Lentilles Détermination de distances focales

Lentilles Détermination de distances focales Lentilles Détermination de distances focales Résumé Les lentilles sont capables de faire converger ou diverger un faisceau lumineux. La distance focale f d une lentille caractérise cette convergence ou

Plus en détail

- 1 - Expérience no 21 ELEMENTS D OPTIQUE 1. INTRODUCTION

- 1 - Expérience no 21 ELEMENTS D OPTIQUE 1. INTRODUCTION - 1 - Expérience no 21 1. INTRODUCTION ELEMENTS D OPTIQUE Dans cette expérience les principes de l optique géométrique sont applicables car les obstacles traversés par la lumière sont beaucoup plus grands

Plus en détail

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses Etude expérimentale sur les interférences lumineuses La lumière est une onde électromagnétique. Deux ondes sont à même d interagir en se sommant. Dans certains cas particuliers, notamment pour deux rayons

Plus en détail

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 )

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 ) Faisceau gaussien 1 Introduction La forme du faisceau lumineux émis par un laser est particulière, et correspond à un faisceau gaussien, ainsi nommé car l intensité décroît suivant une loi gaussienne lorsqu

Plus en détail

Les sources de lumière.

Les sources de lumière. Les sources de lumière. 1. La lumière. La lumière fait partie des ondes électromagnétiques qui vont des rayons cosmiques aux ondes radar. Ces ondes se différencient par leur longueur d onde et par l énergie

Plus en détail

Observatoire astronomique de la Pointe du diable

Observatoire astronomique de la Pointe du diable Observatoire astronomique de la Pointe du diable 2. Le coronographe de Lyot Le coronographe est un système optique assez complexe conçu pour observer les protubérances solaires en réalisant une sorte «d

Plus en détail

EXAMEN #2 ONDES ET PHYSIQUE MODERNE 20% de la note finale

EXAMEN #2 ONDES ET PHYSIQUE MODERNE 20% de la note finale EXAMEN #2 ONDES ET PHYSIQUE MODERNE 20% de la note finale Automne 2011 Nom : Chaque question à choix multiples vaut 3 points 1. Une lentille convergente dont l indice de réfraction est de 1,5 initialement

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE

TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE DÉPARTEMENT DE PHYSIQUE DOSSIER POUR RAPPORT D EXPÉRIENCE Date : 26 mars 2009 Section : Physique Groupe No : 7 Nom : Jérôme Dufour Sascha Jörg Manipulation : F4 - Instrument

Plus en détail

Hélium superfluide. Applications aux procédés de Cryogénie. Physique des solides - 22 mai 2006 1

Hélium superfluide. Applications aux procédés de Cryogénie. Physique des solides - 22 mai 2006 1 Hélium superfluide Applications aux procédés de Cryogénie Physique des solides - 22 mai 2006 1 Introduction L Hélium Z = 2. Point de fusion très bas. Chimiquement inerte. Deux isotopes naturels Physique

Plus en détail

Comment peut-on bloquer les réflexions de la lumière sur la surface de l eau pour mieux voir ce qu il y a sur le fond de la mer?

Comment peut-on bloquer les réflexions de la lumière sur la surface de l eau pour mieux voir ce qu il y a sur le fond de la mer? Comment peut-on bloquer les réflexions de la lumière sur la surface de l eau pour mieux voir ce qu il y a sur le fond de la mer? www.digital-photography-tips.net/stay_focussed-newsletter-march-2013.html

Plus en détail

Les Frontières du Monde quantique

Les Frontières du Monde quantique Les Frontières du Monde quantique J.M. Raimond Université Pierre et Marie Curie Institut Universitaire de France Laboratoire Kastler Brossel Département de Physique Ecole Normale Supérieure IUF, Lille,

Plus en détail

Notre système solaire. Le soleil Les planètes Telluriques Les planètes gazeuses

Notre système solaire. Le soleil Les planètes Telluriques Les planètes gazeuses Notre système solaire Le soleil Les planètes Telluriques Les planètes gazeuses Les tailles et les distances des planètes ne sont pas respectées 150 millions de km - 1 u.a. 0.38 u.a. 0.72 u.a. 1.5 u.a.

Plus en détail

TD 9 Problème à deux corps

TD 9 Problème à deux corps PH1ME2-C Université Paris 7 - Denis Diderot 2012-2013 TD 9 Problème à deux corps 1. Systèmes de deux particules : centre de masse et particule relative. Application à l étude des étoiles doubles Une étoile

Plus en détail

5/ Fonctionnement du laser

5/ Fonctionnement du laser 5/ Fonctionnement du laser La longueur d onde du laser est de 532 nanomètres (532x10-9 m) soit dans le vert. Le choix de cette longueur d onde n est pas fait au hasard car la matière va interagir avec

Plus en détail

Propriétés ondulatoires du son

Propriétés ondulatoires du son Propriétés ondulatoires du son But de la manipulation : Illustrer le caractère ondulatoire du son. Introduction : Pour se convaincre que le son est une onde, il suffit de montrer que son comportement est

Plus en détail

TABLES DES MATIÈRES DE LIVRES. Partie I Vibrations et mouvement ondulatoire... 1

TABLES DES MATIÈRES DE LIVRES. Partie I Vibrations et mouvement ondulatoire... 1 Références TABLES DES MATIÈRES DE LIVRES SERWAY, Raymond A. (1992). Physique III : optique et physique moderne, 3 e édition, Laval, Éditions Études Vivantes, 760 p. Table des matières Partie I Vibrations

Plus en détail

( )*& + $ $,!*!&% ' - )-$ ). / $).! " #*&.,!! *

( )*& + $ $,!*!&% ' - )-$ ). / $).!  #*&.,!! * " #$ "%& '# ( )*& + $ $,* &% ' - )-$ ). / $). " #*&., * &.0 "# NOTIONS ET CONTENUS Exemples de champs scalaires et vectoriels : pression, température, vitesse dans un fluide. Champ magnétique : sources

Plus en détail

CHAPITRE IV : La charge électrique et la loi de Coulomb

CHAPITRE IV : La charge électrique et la loi de Coulomb CHAPITRE IV : La charge électrique et la loi de Coulomb IV.1 IV.1 : La Force électrique Si on frotte vigoureusement deux règles en plastique avec un chiffon, celles-ci se repoussent. On peut le constater

Plus en détail

LEÇONS DE PHYSIQUE 2004

LEÇONS DE PHYSIQUE 2004 LEÇONS DE PHYSIQUE 2004 1. Utilisation des intégrales premières du mouvement en mécanique. Exemples et applications. 2. Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU) 3.

Plus en détail

Plan du chapitre «Milieux magnétiques»

Plan du chapitre «Milieux magnétiques» Plan du chapitre «Milieux magnétiques» 1. Sources microscopiques de l aimantation en régime statique 2. Etude macroscopique de l aimantation en régime statique 3. Aimantation en régime variable 4. Les

Plus en détail

Cours CH1. Structure électronique des atomes

Cours CH1. Structure électronique des atomes Cours CH1 Structure électronique des atomes David Malka MPSI 2015-2016 Lycée Saint-Exupéry http://www.mpsi-lycee-saint-exupery.fr Table des matières 1 L atome et l élément chimique 1 1.1 Constitution de

Plus en détail

Physique quantique au lycée

Physique quantique au lycée Physique quantique au lycée Une expérience au Liceo di Locarno Christian Ferrari Cours de formation CRP/CPS Champéry, 23 septembre 2011 Plan de l exposé 1 1 L expérience dans l option spécifique (OS) et

Plus en détail

D U G A Z P A R F A I T M O N O A T O M I Q U E A U X F L U I D E S R E E L S E T A U X P H A S E S C O N D E N S E E S

D U G A Z P A R F A I T M O N O A T O M I Q U E A U X F L U I D E S R E E L S E T A U X P H A S E S C O N D E N S E E S THERMODYNAMIQUE Lycée F.BUISSON PTSI D U G A Z P A R F A I T M O N O A T O M I Q U E A U X F L U I D E S R E E L S E T A U X P H A S E S C O N D E N S E E S Ce chapitre pourrait s appeler du monde moléculaire

Plus en détail

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS SPECTROSCOPIE RAMAN La spectroscopie Raman est une technique d analyse non destructive, basée sur la détection des photons diffusés inélastiquement suite à l interaction de l échantillon avec un faisceau

Plus en détail

Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique

Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique (1) (2) (3) (4) (5) (6) Classe de TS Partie D-chap 16 Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique Connaissances et savoir-faire exigibles : Connaître les expressions

Plus en détail

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE I LE PHENOMENE DE DISPERSION 1 Expérience 2 Observation La lumière émise par la source traverse le prisme, on observe sur l'écran le spectre de la lumière blanche.

Plus en détail

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème.

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème. Mathématiques - classe de 1ère des séries STI2D et STL. 1. Analyse On dote les élèves d outils mathématiques permettant de traiter des problèmes relevant de la modélisation de phénomènes continus ou discrets.

Plus en détail

Induction électromagnétique

Induction électromagnétique Induction électromagnétique Sommaire I) Théorie de l induction électromagnétique..2 A. Introduction 2 B. Notion de force électromotrice 3 C. Loi de Faraday..5 D. Quelques applications.7 Spire circulaire

Plus en détail

GRANDEURS PHYSIQUES et EQUATIONS AUX DIMENSIONS

GRANDEURS PHYSIQUES et EQUATIONS AUX DIMENSIONS GRANDEURS PHYSIQUES et EQUATIONS AUX DIMENSIONS Par Silicium 628 La physique décrit la matière et l espace, leurs propriétés et leurs comportements. Les propriétés mesurables sont nommées GRANDEURS PHYSIQUES.

Plus en détail

Le monde des sons du 3e millénaire

Le monde des sons du 3e millénaire Le monde des sons du 3e millénaire I Le son transformé en froid 1. Introduction Si l on doit se rappeler deux inventions qui ont modifié profondément le mode de vie du 20e siècle, citons l automobile et

Plus en détail

Principes de la Mécanique

Principes de la Mécanique Chapitre 1 Principes de la Mécanique L expérience a montré que tous les phénomènes observés dans la nature obéissent à des lois bien déterminées. Ces lois peuvent être, en plus, déterministes ou indéterministes.

Plus en détail

Collège de Physique et de Philosophie Séance du 14 mars 2011 à l Institut de France Exposé de Jean-Michel Raimond (Département de Physique de l ENS)

Collège de Physique et de Philosophie Séance du 14 mars 2011 à l Institut de France Exposé de Jean-Michel Raimond (Département de Physique de l ENS) 1 Collège de Physique et de Philosophie Séance du 14 mars 2011 à l Institut de France Exposé de Jean-Michel Raimond (Département de Physique de l ENS) Bernard d Espagnat. Nous allons avoir le plaisir d

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

PHYSIQUE 2 - Épreuve écrite

PHYSIQUE 2 - Épreuve écrite PHYSIQUE - Épreuve écrite WARIN André I. Remarques générales Le sujet de physique de la session 010 comprenait une partie A sur l optique et une partie B sur l électromagnétisme. - La partie A, à caractère

Plus en détail

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Quebec PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Direction de la formation générale

Plus en détail

L oscillateur OSCILLATEUR HARMONIQUE. Chapitre 1. I. Introduction, définitions. I.1. Exemple. I.2. Caractérisation du mouvement

L oscillateur OSCILLATEUR HARMONIQUE. Chapitre 1. I. Introduction, définitions. I.1. Exemple. I.2. Caractérisation du mouvement Chapitre 1 OSCILLATEUR HARMONIQUE harmonique étudié dans ce chapitre est un oscillateur mécanique constitué d un ressort et d une masse. Cet exemple simple permettra L oscillateur d introduire le concept

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - 1 Suite énoncé des exos du Chapitre 14 : Noyaux-masse-énergie I. Fission nucléaire induite (provoquée)

Plus en détail

La Résonance Magnétique Nucléaire (RMN) Dr. Julien Furrer 1

La Résonance Magnétique Nucléaire (RMN) Dr. Julien Furrer 1 La Résonance Magnétique Nucléaire (RMN) Dr. Julien Furrer 1 La Résonance Magnétique Nucléaire (RMN) 1. Qu est-ce? 1) C est une spectroscopie rien à voir avec l énergie nucléaire La résonance magnétique

Plus en détail

COMPOSITION DE PHYSIQUE. Quelques aspects de la fusion contrôlée par confinement magnétique

COMPOSITION DE PHYSIQUE. Quelques aspects de la fusion contrôlée par confinement magnétique ÉCOLE POLYTECHNIQUE FILIÈRE MP CONCOURS D ADMISSION 2007 COMPOSITION DE PHYSIQUE (Durée : 4 heures) L utilisation des calculatrices est autorisée pour cette épreuve. Quelques aspects de la fusion contrôlée

Plus en détail

Peut-on mesurer une variation de longueur de quelques nanomètres des interférences lumineuses?

Peut-on mesurer une variation de longueur de quelques nanomètres des interférences lumineuses? Peut-on mesurer une variation de longueur de quelques nanomètres en utilisant des interférences lumineuses? Il a fallu attendre le début des années 1980 pour «voir» pour la première fois des atomes de

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO n 4 du 29 avril 2010

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO n 4 du 29 avril 2010 Document du professeur 1/13 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie LA REFRACTION : LOIS DE SNELL- DESCARTES Programme : BO n 4 du 29 avril 2010 L UNIVERS NOTIONS ET CONTENUS COMPETENCES ATTENDUES

Plus en détail

Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière. E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse

Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière. E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse La température, source de «désordre» ou source «d ordre»? Plan Température source de «désordre» Température

Plus en détail

Concours National Commun d Admission aux Grandes Écoles d Ingénieurs

Concours National Commun d Admission aux Grandes Écoles d Ingénieurs ROYAUME DU MAROC Ministère de l Éducation Nationale et de la Jeunesse Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Formation des Cadres et de la Recherche Scientifique Concours National Commun d Admission

Plus en détail

Les machines de traitement automatique de l information

Les machines de traitement automatique de l information L ordinateur quantique : un défi pour les epérimentateurs Fonder un système de traitement de l information sur la logique quantique plutôt que sur la logique classique permettrait de résoudre infiniment

Plus en détail

2 Les pions dans les collisions d ions lourds ultra relativistes

2 Les pions dans les collisions d ions lourds ultra relativistes 2 Les pions dans les collisions d ions lourds ultra relativistes Dans notre étude des données de l expérience WA98, nous nous sommes principalement intéressés aux pions. Parmi les hadrons, ce sont les

Plus en détail

Le moteur asynchrone triphasé

Le moteur asynchrone triphasé Cours d Electricité 2 Électrotechnique Le moteur asynchrone triphasé I.U.T Mesures Physiques Université Montpellier 2 Année universitaire 2008-2009 Table des matières 1 Définition et description 2 2 Principe

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 2 heures (10h-12h)

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 2 heures (10h-12h) DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ CONCOURS BLANC calculatrice: autorisée durée: 2 heures (10h-12h) Sujet Vaisseau spatial... 2 I.Vaisseau spatial dans un champ newtonien... 2 II.Vitesse de libération...3 A.Option

Plus en détail

Chap. III : Le modèle quantique de l atome

Chap. III : Le modèle quantique de l atome Monde atomique beaucoup trop petit pour la physique classique de Newton et Maxwell développement d une nouvelle physique, la physique dite quantique Le français Louis de Broglie (prix Nobel de physique

Plus en détail