La physique aujourd hui : objet, énigmes et défis

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La physique aujourd hui : objet, énigmes et défis"

Transcription

1 O. FASSI-FEHRI - La physique aujour d hui : objet, énigmes et défis 85 La physique aujourd hui : objet, énigmes et défis Omar FASSI-FEHRI (*) 1. Introduction Le sujet dont je vais essayer de vous entretenir concerne la physique, la science physique, mon but étant entre autres de vous inviter à réfléchir sur l importance de l intervention de cette discipline à différents niveaux de notre vie quotidienne; derrière chaque objet fabriqué par l homme, du plus ordinaire au plus sophistiqué, comme derrière chaque objet naturel, il existe beaucoup de physique, de sciences physiques, pour le fabriquer dans un cas ou pour comprendre sa nature dans l autre. Nous baignons consciemment ou non dans la physique. Essayons d abord d en donner une définition; je ne vais rien inventer, je vais rappeler celle de l encyclopédie et de la plupart des ouvrages de référence. 2. Objet de la physique et son rapport aux autres disciplines La physique a pour objet l étude des propriétés de la matière et des lois qui la régissent, c està-dire de l ensemble des règles et lois qui gouvernent le monde matériel qui nous entoure. Par rapport aux autres disciplines précisons que la matière vivante est traditionnellement exclue du domaine de la physique malgré les liens de plus en plus nombreux qui existent entre la physique et la biologie (la biophysique applique justement les principes et les lois de la physique à l analyse des structures et des mécanismes de la matière vivante). Les relations entre physique et chimie, physique et sciences de la terre, physique et espace (astronomie - astrophysique) sont très étroites; celles avec les mathématiques sont des relations privilégiées; mieux ces deux disciplines ont progressé et évolué de pair. Beaucoup de découvertes et d avancées en physique ont été possibles grâce à des théories mathématiques, inversement des développements en physique ont permis ou facilité l élaboration de nouvelles théories mathématiques (exemple la théorie mathématique des distributions due à Laurent Schwartz); en fait à partir du XVII ième siècle la physique moderne est fondée à la fois sur la formulation mathématique et le recours à l expérimentation; on peut citer comme exemple celui des théories de la relativité restreinte et de la relativité générale, qu Einstein a mises au point l une en 1905 (on a célébré en 2005 son centenaire en décidant que cette année soit l année mondiale de la physique en hommage à Einstein) l autre en 1915; une validation très forte de ces théories l a été après la publication par Einstein des résultats théoriques, par différents (*) Secrétaire Perpétuel de l Académie Hassan II des Sciences et Techniques. Professeur de Mécanique à la Faculté des Sciences de Rabat (Université Mohamed V-Agdal, Rabat).

2 86 Conférences données dans le cadre des journées «les jeunes et la science» (2006) tests expérimentaux; on peut citer la vérification expérimentale de la relativité restreinte: équations de la mécanique relativiste testées en laboratoire, dans les accélérateurs de particules, expérience montrant la dilatation du temps s appuyant sur la durée de vie des mésons π; ainsi que les tests classiques de la relativité générale: avance du périhélie des planètes-on y reviendra-, déviation des rayons lumineux par un champ de gravitation (1919-Eddington), décalage vers le rouge des raies spectacles dans un champ gravitationnel; on peut aussi considérer les conséquences cosmologiques déduites de la relativité générale qui corroborent le modèle du big bang et de l expansion de l univers (découverte du rayonnement à 2.7 K du fond du ciel en 1965 par Penzias et Wilson; la fuite des galaxies découverte par Hubble en 1929; aujourd hui il semble qu on a réussi à observer aussi l existence des ondes gravitationnelles, prévues par la relativité générale. Figure 1: Le laboratoire de l Institut polytechnique de Zurich, où Einstein entreprit ses premières recherches. Figure 2: Le Périhélie de la planète Mercure (photographiée ici devant le disque solaire) tourne de par siècle, dont 5557 sont expliquées par la théorie de Newton. La différence 43 par siècle, a pu être expliquée par la théorie de la Relativité générale.

3 O. FASSI-FEHRI - La physique aujour d hui : objet, énigmes et défis 87 Figure 3 : Phénomène de déviation de la lumière d une étoile située derrière le soleil, et mesure de l angle de déviation. Figure 4 : La grande nébuleuse d Andromède, l une de nos plus proches voisines: c est une galaxie spirale semblable à la nôtre.

4 88 Conférences données dans le cadre des journées «les jeunes et la science» (2006) Figure 5 : Gravure extraite d un mémoire d Ismaël Bouillaud de En 964, Abd-al-rahman al-sûfi porta sur une carte céleste la faible lueur qui, un millénaire plus tard, devait nous révéler le monde des galaxies. On peut, par une nuit sans lune, percevoir faiblement la nébuleuse d Andromède. Elle est le seul astre extragalactique visible à l œil nu dans l hémisphère boréal. Abd-al-rahman al-sûfi la repéra au dixième siècle. Sur cette gravure extraite d un mémoire d Ismaël Bouillaud de 1667, elle est figurée par le petit nuage elliptique sous le bras d Andromède, devant la bouche du poisson. C est en 1923 seulement, après l avènement des grands télescopes, qu Edwin Hubble reconnut sa vraie nature, celle d une galaxie semblable à la nôtre, et ouvrit alors le domaine de la cosmologie La physique a un rapport particulier à l ensemble des disciplines scientifiques naturelles, puisque presque toutes les méthodes de mesure, quelle que soit la discipline, sont fondées sur des principes de physique; et très souvent l affinement des mesures et des appareillages conduit à découvrir des lois encore méconnues; le gain d un ordre de grandeur sur la précision de la mesure met souvent en évidence des phénomènes nouveaux qui conduisent à une amélioration et parfois à une mise en question de lois précédemment admises. 3. Physique fondamentale et physique appliquée Quand on réfléchit aux progrès de la physique, on s aperçoit que ses avancées ont été possibles certes grâce au génie de quelques uns (Newton - Einstein - Planck...), mais aussi au travail de quelques autres qui cherchent à exploiter ces idées, les mettre en œuvre; ces derniers sont amenés à construire des appareils et des montages expérimentaux susceptibles de trouver des voies pour aller plus loin encore, c est le cas d expérimentateurs tels Galilée (avec sa lunette entre autres), Hertz (ondes radioélectriques), Michelson et Morley ( vitesse de la lumière), Thomson (existence de l électron), Penzias et Wilson Prix Nobel 1978 (observation en 1965 du rayonnement micro-onde de l univers à 2.7 K). Ainsi se trouve posé (ou reposé) le traditionnel débat entre la physique dite fondamentale et celle dite appliquée ou expérimentale, et plus généralement entre la recherche fondamentale et la recherche appliquée; en fait on s accorde aujourd hui à dire que les

5 O. FASSI-FEHRI - La physique aujour d hui : objet, énigmes et défis 89 deux domaines sont indissociables; si les progrès et avancées de la physique fondamentale permettent des applications nouvelles de plus en plus pointues, à titre d exemple le système GPS (réseau de satellites), utilisé pour se repérer (en particulier par la plupart des taxis dans les grandes métropoles), a été perfectionné grâce aux résultats de la relativité restreinte (contraction des longueurs et dilatation du temps), les données fournies par l expérience permettent à leur tour très souvent l ouverture d horizons nouveaux. Les sciences physiques, et les sciences en général d ailleurs, élaborent des modèles représentatifs et prédictifs selon une méthodologie rigoureuse; ils sont conçus soit par une démarche expérimentale mettant en œuvre de manière constitutive le doute méthodique et l esprit critique et débouchant sur une loi, soit surtout dans les disciplines les plus évoluées, à partir de quelques concepts et énoncés de base, par voie mathématique développant un ensemble de résultats; qu un seul de ces résultats soit infirmé par l expérience et la théorie qui le sous-tend doit être corrigé ou même abandonnée. 4. Les grandes avancées du XIX e et du XX e siècle Le XIX ème siècle a été le siècle de la chaleur (les lois de la thermodynamique avec Boltzmann, Helmotz et Gibbs), de l électricité (équations de Maxwell), de la lumière, avec la découverte de son aspect à la fois ondulatoire et corpusculaire (avec Fresnel, Huygens, Louis De Broglie). A la fin du XIX e siècle les physiciens croyaient qu ils étaient près de tout comprendre. Très vite il fallait déchanter car dès l aube du XX ème siècle on assista à de nouvelles et très grandes révolutions en physique avec la mise au point des théories quantiques et les travaux d Einstein sur la relativité; grâce à Bohr, Schrödinger, Heisenberg, Dirac, De Broglie et d autres on a pu expliquer le comportement des atomes, des molécules, de la lumière; les prédictions des théories quantiques sont conformes aux résultats en laboratoire. Ces théories nous enseignent comme l explique Hubert Reeves «à chaque cause correspond non pas un et un seul effet, mais plusieurs effets possibles; celui qui se réalisera ne peut pas être prévu par des équations mathématiques; on peut tout au plus en calculer la probabilité; le futur n est pas complètement inscrit dans le présent»; quant aux travaux d Einstein, ils allaient bouleverser beaucoup de concepts qui semblaient jusque là immuables comme les notions d espace (contraction des longueurs) et de temps (dilatation du temps), l équivalence masse-énergie (E = mc 2 ). Remarquons toutefois : certes la théorie d Einstein permettait d expliquer beaucoup de points que la mécanique de Newton n arrivait pas à expliquer, par exemple l avance du périhélie (c est-à-dire le sommet de l orbite le plus voisin du soleil) de la planète Mercure, que la relativité générale arrive à calculer, (la théorie relativiste aboutit à une avance séculaire (un siècle) de 42 9 alors que l observation donne une valeur de 42 56) et que la loi de Newton n arrive pas à expliquer cette avance; mais pour autant peut-on dire que Newton avait tort et Einstein avait raison; non, car la théorie de Newton reste valable et utilisable pour les mouvements de vitesse petite par rapport à celle de la lumière, et comme l explique encore Hubert Reeves «On peut comprendre plus de choses avec Einstein qu avec Newton»; dans le cas d espèce si on veut étudier les mouvements à grande vitesse il faut recourir à la théorie d Einstein. Au milieu de toutes ces avancées scientifiques, ce qui va distinguer spécialement le dernier siècle (20 ème ), c est le développement fantastique de l électronique qui a eu

6 90 Conférences données dans le cadre des journées «les jeunes et la science» (2006) l influence la plus profonde sur notre vie de tous les jours et ouvert la porte à la réalisation concrète des machines opérationnelles, au développement de toute l informatique moderne, et à la révolution des techniques de communication. En conséquence, à l aube du nouveau siècle (21 ème ), nous ne pouvons que constater, combien, malgré les immenses progrès accomplis avant le 20 ème siècle, l impression qu on avait à son début et selon laquelle «on était près de tout comprendre» était erronée. En fait beaucoup de questions restent encore ouvertes en physique. A travers quelques énigmes et quelques exemples, on va essayer d illustrer ce propos. 5. Exemples de défis et d énigmes Le premier exemple concerne la notion de repère absolu ou galiléen, en liaison avec le principe de Mach. D après ce principe, ce qui est responsable de l inertie d une masse serait «l ensemble des autres masses présentes dans l univers». Ce principe en fait, bien que non explicitement démontré, n est pas non plus infirmé par les théories physiques actuellement admises. L expérience concerne le pendule de Foucault. Une telle expérience a été réalisée à Paris en accrochant au sommet de la coupole du Panthéon en 1851 un pendule de longueur 67 m; la masse de la boule munie d une pointe en bas est de 28 kg; sur le sol on dispose d un anneau de sable (diamètre 6 m), et en faisant osciller le pendule on s aperçoit que la pointe du pendule laisse une trace sur l anneau de sable aux deux extrémités de la course du pendule et que cette trace change avec le mouvement du pendule. A cette époque on savait que la terre était sphérique et que, à partir d observations célestes, elle tournait; mais personne ne l a démontré sur terre; l expérience du pendule va le faire. Au cours du temps, le plan dans lequel le pendule se déplace, le plan d oscillation, tourne autour de l axe vertical. Lancé, par exemple, dans le plan est-ouest, le pendule va s orienter progressivement vers le plan nord-sud et continuera en revenant vers son plan initial. Le monticule de sable balayé par la pointe du pendule témoigne de son mouvement. Pourquoi ce mouvement du pendule? On est tenté de répondre que c est la terre qui tourne et non le plan d oscillation. Le plan reste fixe; il semble tourner à cause du mouvement de la terre; le problème n est pas résolu pour autant, et il y a une question que l on se pose légitimement: de la terre ou du plan d oscillation lequel tourne? et par rapport à quoi? Si l on s amuse à faire démarrer le pendule de telle façon que le soleil soit dans le plan d oscillation, celui-ci va tourner comme pour rester orienté vers lui. Toutefois, si l on prolonge la durée de l expérience, on constate que le soleil dérive lentement hors du plan pendulaire, après un mois il en est éloigné de 15. On essaie d améliorer, en orientant le plan vers une étoile brillante, Sirius par exemple. Toutefois lentement mais inexorablement les étoiles, après quelques années d oscillation, quittent le plan du pendule. On essaie d aller plus loin; on considère le centre de la galaxie, ou la galaxie d Andromède; elles finissent toutes, après des temps très longs par dériver du plan d oscillation. Ces corps finissent tous, après des temps très longs il est vrai, par dériver hors du plan d oscillation. Plus la galaxie est loin, plus longue est la période de fidélité. On obtiendrait un alignement stable en choisissant comme ultime repère un ensemble de galaxies situées à plusieurs milliards d années-lumière.

7 O. FASSI-FEHRI - La physique aujour d hui : objet, énigmes et défis 91 Tout se passe comme si le plan d oscillation était contraint de rester immobile par rapport à l univers dans son ensemble => «tout l univers est présent à chaque endroit et à chaque instant». La dynamique newtonienne postule l existence d un espace absolu indépendant des corps qui s y trouvent et d un temps universel qui coule uniformément; elle repose sur le principe fondamental de la dynamique (PFD) qui postule qu il existe un repère d espace T gal et une mesure de temps constituant un repère dit galiléen par rapport auquel le mouvement d un système matériel quelconque S s effectue de façon qu à chaque instant, le torseur des quantités d accélération de S/T gal en tout point (torseur dynamique) est égal au torseur des forces appliquées à S; et l on sait que tout repère en translation rectiligne uniforme est lui-même galiléen. Le PFD est donc un postulat d existence (de repère galiléen). Pour étudier le mouvement d un corps par rapport à tout autre repère que le repère galiléen on devra tenir compte des forces d inertie d entraînement et de coriolis; les repères par rapport auxquels les torseurs de ces forces sont négligeables à côté des torseurs des forces appliquées au système, peuvent être considérés comme approximativement galiléens; c est ainsi qu on considère pour certains mouvements qu un système lié à la terre est pratiquement galiléen, pour d autres cas un repère lié au système solaire est galiléen (étude des marées), pour d autres on considérera comme galiléen le repère d origine le centre de gravité du système solaire et des axes orientées vers trois étoiles éloignées (repère de Copernic). L énigme posé par le pendule de Foucault est qu il semble que pour l étudier rigoureusement il faut considérer un repère lié à l univers dans sa totalité. Un autre exemple intéressant à propos de la notion de repère galiléen, c est celui de la rotation de la terre. Nous savons tous que la terre tourne autour du soleil avec une vitesse d environ 30km/s qui est une vitesse très grande (songez que celle des projectiles d artillerie les plus rapides n atteint pas 3 km/s); Cette rotation se fait dans le sens contraire des aiguilles d une montre de plus elle tourne sur elle-même en 24 heures autour de l axe des pôles dans le sens de l ouest vers l est; ce sens dépend bien entendu des conditions initiales qui prévalaient à la naissance du système solaire il y a 4.5 milliards d années, (notons en passant que le soleil possède également un mouvement autour du centre de la galaxie avec une vitesse de 250 km/s, mouvement qui nous entraîne aussi, et il décrit son orbite en 200 millions d années). Revenons au mouvement de la terre autour du soleil à la vitesse qu on a vue de 30 km/s; elle met une année pour accomplir son orbite; pendant un temps court, quelques heures, même un jour, on peut considérer ce mouvement comme uniforme et rectiligne, comme un mouvement de translation. La terre dans cette translation possède (momentanément) les propriétés d un système galiléen par rapport à des axes fixés au soleil et dirigés vers des étoiles lointaines; le principe de relativité galiléen qui dit que «les lois de la mécanique sont les mêmes dans tous les systèmes galiléens» est donc applicable à ce mouvement de la terre, si rapide qu il soit; des expériences mécaniques faites sur terre sont incapables de le déceler. Non seulement nous n avons pas conscience de cette course vertigineuse dans le vide (30 km/s) mais les expériences de mécanique au laboratoire n en portent aucun signe. En fait, la mécanique se montre incapable de distinguer le système de Copernic où la terre se meut de celui de Ptolémée où elle est immobile au centre du monde.

8 92 Conférences données dans le cadre des journées «les jeunes et la science» (2006) Les théories physiques s expriment à travers des lois et équations où l on retrouve toujours des constantes numériques caractéristiques de l objet étudié et qui entrent dans les lois d interaction dites constantes universelles, par exemple la constante de Boltzmann k = 1.88 x erg/degré, s il s agit d un problème thermodynamique, ou la constante de Planck, s il s agit de problèmes quantiques. Qu est ce qu une constante universelle? quel est le nombre de ces constantes? sont-elles dimensionnées? ou sont-ce des paramètres sans dimension exprimées à partir de rapports entre constantes dites fondamentales, et on pense alors aux 3 constantes : - c, vitesse de la lumière ( ms -1 ) - G, constante de gravitation : G = x m 3.kg -1.s -2 - et h, constante de Planck : h = x J.s, qu on détermine toutes expérimentalement. Remarquons encore qu à partir de ces trois 1/2 constantes on forme une longueur l p = Gh = 1.6x10-35 m, 2πc 3 dite longueur de Planck à partir de laquelle on détermine le temps de Planck t p = l p = 5.3x10-44 s ; ces grandeurs avec la température de Planck (10 32 degrés) c et la masse de Planck (40 μg), définissent ce qu on appelle le «mur de Planck», au-delà duquel nous n avons pas de théorie capable de décrire la matière à ces dimensions, l objectif étant de développer une théorie unifiant à la fois la gravité et la physique quantique (théorie des super cordes entre autres). Beaucoup d interrogations liées à ces constantes universelles restent encore ouvertes. Ces constantes ont-elles varié au cours du temps? Si certains vont jusqu à envisager la possibilité d une réduction du nombre de constantes fondamentales à 2, voire à 0 et arriver à une physique sans constante comme le soutient Duff, d autres estiment le nombre des constantes indépendantes bien plus important, en particulier lorsqu on prend comme théorie de référence la physique des particules qui comporte 26 paramètres libres. Signalons pour la petite anecdote quelques coïncidences troublantes entre certains nombres sans dimension construits à partir des constantes de la physique: F = intensité de la gravitation = f intensité de la force électrique T = âge de l univers = t période de l électron 1039 D = diamètre de l univers (observable) = d diamètre du proton M = masse de matière dans l univers observable = = (10 39 ) 2 m masse du proton Les salles de T.P. de certains de nos lycées possèdent aujourd hui non seulement la célèbre table de Mendeleiev des éléments chimiques, mais aussi une table des particules élémentaires de la matière, qui a été distribuée cette année par la société française de

9 O. FASSI-FEHRI - La physique aujour d hui : objet, énigmes et défis 93 physique à certains lycées. Avec le démarrage en 2007, au CERN près de Genève, du LHC (Large Hadron Collider) gigantesque collisionneur de protons (Hadron), le plus puissant des accélérateurs de particules, on espère percer de nouveaux mystères de la nature de la matière, de l énergie, de l espace et du temps, en espérant arriver à attraper le fameux boson de Higgs, et à unifier les quatre interactions fondamentales (électromagnétique, gravitationnelle, nucléaire forte, nucléaire faible) A quand, la grande théorie unifiant les quatre interactions et en particulier la gravitation et la théorie quantique? Une autre question : arrivera-t-on à construire des ordinateurs quantiques, différents de ceux que nous connaissons aujourd hui et dont les portes logiques sont ou ouvertes ou fermées? La mécanique quantique autorise d autres combinaisons que ces deux états; les prouesses en mémoire en particulier de tels ordinateurs seraient bien plus grandes, et ouvriraient la voie à l information quantique. Autre question, la taille des composants électroniques, il existe une loi empirique selon laquelle leur taille est divisée par deux tous les 18 mois; cette progression a permis le développement extraordinaire de la microélectronique et des technologies de la communication - mais bientôt la limite de la taille des atomes sera atteinte - inventera-ton alors d autres processus physiques pour aller plus loin? Dans le domaine médical, l imagerie a fait de grands progrès grâce à la physique et à l informatique (scanner à rayon X, IRM, échographie ultra sonore). La physique permet maintenant de visualiser et de manipuler les atomes un par un, d étudier comment les molécules biologiques se déploient et se répliquent - des perspectives sans doute énormes s offrent à la médecine, grâce à ces avancées. Comme énigme et défi, songeons encore aux découvertes les plus récentes faites en astrophysique grâce au télescope Hubble qui indiquent que 95% de la matière contenue dans l univers est une «matière noire» invisible aux télescopes et encore inconnue; comment une telle déduction a-t-elle pu être faite? La matière ordinaire, celle qui nous est perceptible par nos détecteurs (observation-photo), parvient grâce à la lumière émise; cette matière représente 5% de l Univers. Mais on peut aussi détecter de manière indirecte la présence de matière par l action de la gravité, c-à-d par l influence qu exerce toute matière, qu elle émette ou non de la lumière, sur les corps voisins; si ceux-ci émettent de la lumière on peut postuler indirectement l existence de matière noire non visible qui les attire. Par ailleurs en déterminant le mouvement des étoiles et de leurs systèmes dans la galaxie, en calculant la masse visible d une galaxie on s aperçoit qu il faudrait à peu près dix fois plus de matière entre les étoiles et le centre de la galaxie pour maintenir celles-ci sur leur orbite autour de ce centre, sans qu elles s échappent dans l espace intergalactique; c est là une autre manière de détecter la présence de matière invisible (matière noire). Et le problème se complique encore si l on sait qu il existe deux sortes de «matière noire», la matière noire dont on a parlé et l énergie noire qui exerce un effet de répulsion des galaxies et qui serait responsable de l accélération constatée des galaxies. On se rend bien compte à partir de ces quelques observations combien, malgré toutes les avancées réalisées, de questions restent ouvertes et encore sans réponse. Un autre défi posé aux physiciens est l étude des phénomènes supraconducteurs, avec comme perspective transporter le courrant sans perte d énergie (sans effet joule), ou encore l étude des corps superfluides avec la perspective de produire des liquides sans aucune viscosité.

10 94 Conférences données dans le cadre des journées «les jeunes et la science» (2006) Il n est pas jusqu aux questions liées à l écologie qui ne peuvent trouver de solution que dans le développement de la recherche en physique la question du réchauffement de la planète pourrait trouver sa solution dans la maîtrise de l énergie et notre capacité à trouver de nouveaux modes de production d énergie en optimisant les piles à hydrogène, en produisant l énergie solaire à des coûts abordables, ou en maîtrisant la fusion thermo nucléaire signalons la signature cette semaine de l accord sur le projet ITER qui doit être construit à Cadarache (France), et nécessite un investissement estimé à 10 milliards d Euros. 6. CONCLUSION Je m arrêterai à ces quelques exemples qui donnent un aperçu sur certaines des questions qui restent ouvertes; ces exemples même en nombre volontairement limité donnent une idée sur les problèmes scientifiques que les chercheurs affrontent aujourd hui. L histoire montre que les grandes découvertes ne peuvent être planifiées, et il est pour le moins hasardeux, si ce n est prétentieux, d orienter les recherches vers seulement quelques théories prioritaires, même si nous avons conscience que l évolution de la physique est soumise aujourd hui à trois pressions, la première d ordre cognitif émane de la volonté de développer nos connaissances, la deuxième vient des applications de la science et des besoins de nos sociétés, et la troisième émane des sciences voisines (biologie, médecine, environnement, géologie ). Pour ma part j insisterai en guise de conclusion sur cette réflexion du grand Einstein: «qu est ce qui nous pousse à inventer des théories l une après l autre? et pourquoi même les imaginons-nous? La réponse est simple: parce que nous avons de la joie à comprendre». BIBLIOGRAPHIE 1- Cours de mécanique générale, H. Cabannes (Edit. Dunod) 2- Mécanique générale, Joseph Pérès (Masson et cie) 3- Histoire de la physique et des physiciens de Thalès au boson de Higgs, par Jean Claude Boudenot (Ellipses) 4- Patience dans l azur, Hubert Reeves (Seuil) 5- Travaux de l Académie des Sciences (France) (Année Mondiale de la Physique) 6- Les Dossiers de la recherche 7- Sciences et Avenir (Janvier 2005) 8- Introduction à l Etude des cosmologies, H. Andrillat (Colin) 9- Verifications expérimentales de la relativité générale, Marie-Antoinette Tonnelat (Masson) 10- Théorie électromagnétique et relativité, M.A. Tonnelat (Masson) 11- Quatre conférences sur la théorie de la relativité, A. Einstein (éd. Jacques Gabay) 12- Les Sciences, N 161 (Grande Encyclopédie des Sciences et des Techniques) 13- Introduction à la cosmologie, Jean Heidmann ( P.U.F.) 14- Encyclopedia Universalis

Le second nuage : questions autour de la lumière

Le second nuage : questions autour de la lumière Le second nuage : questions autour de la lumière Quelle vitesse? infinie ou pas? cf débats autour de la réfraction (Newton : la lumière va + vite dans l eau) mesures astronomiques (Rœmer, Bradley) : grande

Plus en détail

Quelques liens entre. l'infiniment petit et l'infiniment grand

Quelques liens entre. l'infiniment petit et l'infiniment grand Quelques liens entre l'infiniment petit et l'infiniment grand Séminaire sur «les 2» au CNPE (Centre Nucléaire de Production d'électricité) de Golfech Sophie Kerhoas-Cavata - Irfu, CEA Saclay, 91191 Gif

Plus en détail

Principes de la Mécanique

Principes de la Mécanique Chapitre 1 Principes de la Mécanique L expérience a montré que tous les phénomènes observés dans la nature obéissent à des lois bien déterminées. Ces lois peuvent être, en plus, déterministes ou indéterministes.

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

FORMATION DES PERSONNES-RESSOURCES EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE LE CYCLE DU JOUR ET DE LA NUIT (CYCLE DIURNE)

FORMATION DES PERSONNES-RESSOURCES EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE LE CYCLE DU JOUR ET DE LA NUIT (CYCLE DIURNE) FORMATION DES PERSONNES-RESSOURCES EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE LE CYCLE DU JOUR ET DE LA NUIT (CYCLE DIURNE) Pierre Chastenay astronome Planétarium de Montréal Source : nia.ecsu.edu/onr/ocean/teampages/rs/daynight.jpg

Plus en détail

La physique quantique couvre plus de 60 ordres de grandeur!

La physique quantique couvre plus de 60 ordres de grandeur! La physique quantique couvre plus de 60 ordres de grandeur! 10-35 Mètre Super cordes (constituants élémentaires hypothétiques de l univers) 10 +26 Mètre Carte des fluctuations du rayonnement thermique

Plus en détail

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler Compétences exigibles : - Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse en utilisant l effet Doppler. - Exploiter l expression du

Plus en détail

Photons, expériences de pensée et chat de Schrödinger: une promenade quantique

Photons, expériences de pensée et chat de Schrödinger: une promenade quantique Photons, expériences de pensée et chat de Schrödinger: une promenade quantique J.M. Raimond Université Pierre et Marie Curie Institut Universitaire de France Laboratoire Kastler Brossel Département de

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif - 70 Chapitre 8 : Champ de gravitation - Satellites I. Loi de gravitation universelle : (

Plus en détail

Comment dit-on qu'une étoile est plus vieille qu'une autre ou plus jeune qu'une autre?

Comment dit-on qu'une étoile est plus vieille qu'une autre ou plus jeune qu'une autre? Comment dit-on qu'une étoile est plus vieille qu'une autre ou plus jeune qu'une autre? Comment peut-on donner un âge à l'univers? Dans l'univers, il y a beaucoup de choses : des étoiles, comme le Soleil...

Plus en détail

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir?

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? exposé Ateliers de l information Bibliothèque Universitaire, Grenoble Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? Dominique Spehner Institut Fourier et Laboratoire de Physique et

Plus en détail

INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE

INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE Table des matières 1 Introduction : 2 2 Comment obtenir un spectre? : 2 2.1 Étaller la lumière :...................................... 2 2.2 Quelques montages possibles

Plus en détail

Le Soleil. Structure, données astronomiques, insolation.

Le Soleil. Structure, données astronomiques, insolation. Le Soleil Structure, données astronomiques, insolation. Le Soleil, une formidable centrale à Fusion Nucléaire Le Soleil a pris naissance au sein d un nuage d hydrogène de composition relative en moles

Plus en détail

Exercices. Sirius 1 ère S - Livre du professeur Chapitre 15. Champs et forces. Exercices d application. 5 minutes chrono!

Exercices. Sirius 1 ère S - Livre du professeur Chapitre 15. Champs et forces. Exercices d application. 5 minutes chrono! Exercices Exercices d application 5 minutes chrono 1. Mots manquants a. scalaire b. aimants/courants c. aiguille aimantée d. électrostatique. e. uniforme/ parallèles. f. la verticale/la Terre g. gravitation/la

Plus en détail

Panorama de l astronomie. 7. Spectroscopie et applications astrophysiques

Panorama de l astronomie. 7. Spectroscopie et applications astrophysiques Panorama de l astronomie 7. Spectroscopie et applications astrophysiques Karl-Ludwig Klein, Observatoire de Paris Gilles Theureau, Grégory Desvignes, Lab Phys. & Chimie de l Environement, Orléans Ludwig.klein@obspm.fr,

Plus en détail

Le nouveau programme en quelques mots :

Le nouveau programme en quelques mots : Le nouveau programme en quelques mots : Généralités Le programme est constituéde trois thèmes qui doivent tous être traités. L ordre de traitement des trois thèmes est libre, tout en respectant une introduction

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

La diversité du monde et l émergence de la complexité. Jean-Philippe UZAN

La diversité du monde et l émergence de la complexité. Jean-Philippe UZAN La diversité du monde et l émergence de la complexité Jean-Philippe UZAN Nous observons un univers structuré à toutes les échelles. Pourquoi les lois fondamentales de la nature permettent-elles l émergence

Plus en détail

TD 9 Problème à deux corps

TD 9 Problème à deux corps PH1ME2-C Université Paris 7 - Denis Diderot 2012-2013 TD 9 Problème à deux corps 1. Systèmes de deux particules : centre de masse et particule relative. Application à l étude des étoiles doubles Une étoile

Plus en détail

Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire

Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire - Notre Galaxie - Amas stellaires - Milieu interstellaire - Où sommes-nous? - Types de galaxies - Interactions entre galaxies Notre Galaxie

Plus en détail

Chap 8 - TEMPS & RELATIVITE RESTREINTE

Chap 8 - TEMPS & RELATIVITE RESTREINTE Chap 8 - TEMPS & RELATIVITE RESTREINTE Exercice 0 page 9 On considère deux évènements E et E Référentiel propre, R : la Terre. Dans ce référentiel, les deux évènements ont lieu au même endroit. La durée

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - 1 Suite énoncé des exos du Chapitre 14 : Noyaux-masse-énergie I. Fission nucléaire induite (provoquée)

Plus en détail

PHYSIQUE Discipline fondamentale

PHYSIQUE Discipline fondamentale Examen suisse de maturité Directives 2003-2006 DS.11 Physique DF PHYSIQUE Discipline fondamentale Par l'étude de la physique en discipline fondamentale, le candidat comprend des phénomènes naturels et

Plus en détail

NOTICE DOUBLE DIPLÔME

NOTICE DOUBLE DIPLÔME NOTICE DOUBLE DIPLÔME MINES ParisTech / HEC MINES ParisTech/ AgroParisTech Diplômes obtenus : Diplôme d ingénieur de l Ecole des Mines de Paris Diplôme de HEC Paris Ou Diplôme d ingénieur de l Ecole des

Plus en détail

Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites

Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites I- Les trois lois de Kepler : Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites Les lois de Kepler s'applique aussi bien pour une planète en mouvement

Plus en détail

Le pâle écho lumineux du Big Bang vu par le satellite Planck

Le pâle écho lumineux du Big Bang vu par le satellite Planck Le pâle écho lumineux du Big Bang vu par le satellite Planck Alain Riazuelo Institut d astrophysique de Paris riazuelo AT iap.fr Gap, 21 août 2014 Préc. Suiv. FS Fin Plan 1. Introduction (rapide!) à la

Plus en détail

LA TERRE TOURNE-T-ELLE VRAIMENT? Ernst Mach, le pendule de Foucault et l origine des forces d inertie

LA TERRE TOURNE-T-ELLE VRAIMENT? Ernst Mach, le pendule de Foucault et l origine des forces d inertie LA TERRE TOURNE-T-ELLE VRAIMENT? Ernst Mach, le pendule de Foucault et l origine des forces d inertie Plan 1. 1851 : le temps des certitudes 2. L espace absolu 3. Les critiques de Mach 4. L interprétation

Plus en détail

Acoustique Étude des phénomènes liés à la propagation des sons dans l air et dans d autres milieux.

Acoustique Étude des phénomènes liés à la propagation des sons dans l air et dans d autres milieux. Sciences qui cherchent à formuler les lois du monde qui nous entoure. Elles tentent de comprendre l'essence de concepts fondamentaux : la matière, le temps, le mouvement, les forces, l'énergie, la chaleur,

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Étude et modélisation des étoiles

Étude et modélisation des étoiles Étude et modélisation des étoiles Étoile Pistol Betelgeuse Sirius A & B Pourquoi s intéresser aux étoiles? Conditions physiques très exotiques! très différentes de celles rencontrées naturellement sur

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

L histoire de la Physique, d Aristote à nos jours: Evolution, Révolutions

L histoire de la Physique, d Aristote à nos jours: Evolution, Révolutions L histoire de la Physique, d Aristote à nos jours: Evolution, Révolutions Martial Ducloy Président Société Française de Physique & Laboratoire de Physique des Lasers Institut Galilée & CNRS Université

Plus en détail

Usage personnel uniquement. 2008 R. BALDERACCHI Page 1 DICTIONNAIRE DES TERMES UTILISES EN SCIENCES PHYSIQUES AU COLLEGE

Usage personnel uniquement. 2008 R. BALDERACCHI Page 1 DICTIONNAIRE DES TERMES UTILISES EN SCIENCES PHYSIQUES AU COLLEGE Abscisse : dans un graphique, l abscisse est l axe parallèle au bord inférieur de la feuille ou au horizontal au tableau. On représente généralement le temps sur l abscisse. Air : l air est un mélange

Plus en détail

SYSTEME DE PARTICULES. DYNAMIQUE DU SOLIDE (suite) Table des matières

SYSTEME DE PARTICULES. DYNAMIQUE DU SOLIDE (suite) Table des matières Physique Générale SYSTEME DE PARTICULES DYNAMIQUE DU SOLIDE (suite) TRAN Minh Tâm Table des matières Applications de la loi de Newton pour la rotation 93 Le gyroscope........................ 93 L orbite

Plus en détail

2.1 Vocabulaire à apprendre à maîtriser après ce chapitre

2.1 Vocabulaire à apprendre à maîtriser après ce chapitre 2.1 Vocabulaire à apprendre à maîtriser après ce chapitre L atome Atome Elément Proton Neutron Nucléons Electron Nuage Particule (subatomique) Symbole (complet) Charge électrique relative Tableau périodique

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Une calculatrice, une règle et du papier quadrillé sont nécessaires au bon fonctionnement

Plus en détail

Forces et Interactions

Forces et Interactions Février 2013 Cours de physique sur les Forces et les Interactions page 1 1 Objectifs Forces et Interactions Le but de ce cours est d'introduire la notion de force et d'étudier la statique, c'est-à-dire

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir?

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? exposé UE SCI, Valence Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? Dominique Spehner Institut Fourier et Laboratoire de Physique et Modélisation des Milieux Condensés Université

Plus en détail

Si la source se rapproche alors v<0 Donc λ- λo <0. La longueur d onde perçue est donc plus petite que si la source était immobile

Si la source se rapproche alors v<0 Donc λ- λo <0. La longueur d onde perçue est donc plus petite que si la source était immobile Red shift or blue shift, that is the question. a) Quand une source d onde se rapproche d un observateur immobile, la longueur d onde λ perçue par l observateur est-elle plus grande ou plus petite que λo

Plus en détail

La Mesure du Temps. et Temps Solaire Moyen H m.

La Mesure du Temps. et Temps Solaire Moyen H m. La Mesure du Temps Unité de temps du Système International. C est la seconde, de symbole s. Sa définition actuelle a été établie en 1967 par la 13 ème Conférence des Poids et Mesures : la seconde est la

Plus en détail

Les ondes au service du diagnostic médical

Les ondes au service du diagnostic médical Chapitre 12 Les ondes au service du diagnostic médical A la fin de ce chapitre Notions et contenus SAV APP ANA VAL REA Je maitrise Je ne maitrise pas Signaux périodiques : période, fréquence, tension maximale,

Plus en détail

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

Seconde Sciences Physiques et Chimiques Activité 1.3 1 ère Partie : L Univers Chapitre 1 Correction. Où sommes-nous?

Seconde Sciences Physiques et Chimiques Activité 1.3 1 ère Partie : L Univers Chapitre 1 Correction. Où sommes-nous? Où sommes-nous? Savoir où nous sommes dans l Univers est une question fondamentale à laquelle les scientifiques de toutes les époques ont apporté des réponses, grâce aux moyens qui étaient les leurs. Pour

Plus en détail

La gravitation universelle

La gravitation universelle La gravitation universelle Pourquoi les planètes du système solaire restent-elles en orbite autour du Soleil? 1) Qu'est-ce que la gravitation universelle? activité : Attraction universelle La cohésion

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Découvrir la voûte céleste c est avant tout une balade dans le ciel qui nous entoure. Mais pour se promener d une étoile ou d une galaxie à une

Découvrir la voûte céleste c est avant tout une balade dans le ciel qui nous entoure. Mais pour se promener d une étoile ou d une galaxie à une Patrice Octobre 2012 Découvrir la voûte céleste c est avant tout une balade dans le ciel qui nous entoure. Mais pour se promener d une étoile ou d une galaxie à une autre, il faut savoir où regarder dans

Plus en détail

Le satellite Gaia en mission d exploration

Le satellite Gaia en mission d exploration Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Secrétariat d Etat à la formation, à la recherche et à l innovation SEFRI Division Affaires spatiales Fiche thématique (16.12.2013)

Plus en détail

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Introduction : On ne peut ni aller sur les étoiles, ni envoyer directement des sondes pour les analyser, en revanche on les voit, ce qui signifie qu'on reçoit

Plus en détail

Parcours Astronomie. Cher Terrien, bienvenue à la Cité des sciences et de l industrie! Voici tes missions :

Parcours Astronomie. Cher Terrien, bienvenue à la Cité des sciences et de l industrie! Voici tes missions : Parcours Astronomie Dossier pédagogique pour les enseignants Cher Terrien, bienvenue à la Cité des sciences et de l industrie! Voici tes missions : Explore les expositions «Objectifs Terre» et «le Grand

Plus en détail

a) Quelle est la durée du voyage selon Ginette? b) Quelle est la durée du voyage selon Tony? Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre.

a) Quelle est la durée du voyage selon Ginette? b) Quelle est la durée du voyage selon Tony? Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. Ginette reste sur Terre pendant que Tony va vers une étoile située à 4,6 années-lumière de la Terre. La vitesse du vaisseau de Tony est de 8% de la vitesse de la lumière. www.how-to-draw-cartoons-online.com/cartoon-earth.html

Plus en détail

LE VIDE ABSOLU EXISTE-T-IL?

LE VIDE ABSOLU EXISTE-T-IL? Document professeur Niveau : Seconde LE VIDE ABSOLU EXISTE-T-IL? Compétences mises en œuvre : S approprier : extraire l information utile. Communiquer. Principe de l activité : La question posée à la classe

Plus en détail

La vie des étoiles. La vie des étoiles. Mardi 7 août

La vie des étoiles. La vie des étoiles. Mardi 7 août La vie des étoiles La vie des étoiles Mardi 7 août A l échelle d une ou plusieurs vies humaines, les étoiles, que l on retrouve toujours à la même place dans le ciel, au fil des saisons ; nous paraissent

Plus en détail

La physique nucléaire et ses applications

La physique nucléaire et ses applications La physique nucléaire et ses applications I. Rappels et compléments sur les noyaux. Sa constitution La représentation symbolique d'un noyau est, dans laquelle : o X est le symbole du noyau et par extension

Plus en détail

LLP. Seconde Univers TP Étude de mouvements ETUDE DE MOUVEMENTS

LLP. Seconde Univers TP Étude de mouvements ETUDE DE MOUVEMENTS ETUDE DE MOUVEMENTS I) OBSERVATION DU MOUVEMENT DE MARS Le mouvement de Mars dans le ciel a été observé depuis l Antiquité, notamment par les babyloniens. Les grecs avaient également observé le phénomène,

Plus en détail

Celestia. 1. Introduction à Celestia (2/7) 1. Introduction à Celestia (1/7) Université du Temps Libre - 08 avril 2008

Celestia. 1. Introduction à Celestia (2/7) 1. Introduction à Celestia (1/7) Université du Temps Libre - 08 avril 2008 GMPI*EZVI0EFSVEXSMVIH%WXVSTL]WMUYIHI&SVHIEY\ 1. Introduction à Celestia Celestia 1.1 Généralités 1.2 Ecran d Ouverture 2. Commandes Principales du Menu 3. Exemples d Applications 3.1 Effet de l atmosphère

Plus en détail

L éther et la théorie de la relativité restreinte :

L éther et la théorie de la relativité restreinte : Henri-François Defontaines Le 16 octobre 2009 L éther et la théorie de la relativité restreinte : Univers absolu ou relatif? Imaginaire ou réalité? «Ether : PHYS. Anc. Fluide hypothétique, impondérable,

Plus en détail

M6 MOMENT CINÉTIQUE D UN POINT MATÉRIEL

M6 MOMENT CINÉTIQUE D UN POINT MATÉRIEL M6 MOMENT CINÉTIQUE D UN POINT MATÉRIEL OBJECTIFS Jusqu à présent, nous avons rencontré deux méthodes pour obtenir l équation du mouvement d un point matériel : - l utilisation du P.F.D. - et celle du

Plus en détail

Galiléo. Galiléo : le système européen de positionnement par satellite

Galiléo. Galiléo : le système européen de positionnement par satellite Galiléo Voici quelques informations sur une situation concrète où le caractère relatif du temps est à prendre en compte. Plutôt que sur le système américain GPS, pourquoi ne pas travailler autour du système

Plus en détail

Panorama de l astronomie

Panorama de l astronomie Panorama de l astronomie 7. Les étoiles : évolution et constitution des éléments chimiques Karl-Ludwig Klein, Observatoire de Paris Gaël Cessateur & Gilles Theureau, Lab Phys. & Chimie de l Environnement

Plus en détail

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide I Rappels : Référentiel : Le mouvement d un corps est décris par rapport à un corps de référence et dépend du choix de ce corps. Ce corps de référence

Plus en détail

MOND avec ou sans matière noire

MOND avec ou sans matière noire MOND avec ou sans matière noire Luc Blanchet Institut d Astrophysique de Paris, GRECO, 98 bis boulevard Arago, 75014 Paris, France Françoise Combes Observatoire de Paris, LERMA, 61 avenue de l Observatoire,

Plus en détail

Les objets très lointains

Les objets très lointains Les objets très lointains Lorsque les étoiles sont proches il est possible de mesurer la distance qui nous en sépare par une méthode dite abusivement directe, la trigonométrie, qui permet de déduire les

Plus en détail

Introduction à la relativité générale

Introduction à la relativité générale Introduction à la relativité générale Bartolomé Coll Systèmes de référence relativistes SYRTE - CNRS Observatoire de Paris Introduction à la Relativité Générale Préliminaires Caractère théorique (formation)

Plus en détail

DM n o 8 TS1 2012 Physique 10 (satellites) + Chimie 12 (catalyse) Exercice 1 Lancement d un satellite météorologique

DM n o 8 TS1 2012 Physique 10 (satellites) + Chimie 12 (catalyse) Exercice 1 Lancement d un satellite météorologique DM n o 8 TS1 2012 Physique 10 (satellites) + Chimie 12 (catalyse) Exercice 1 Lancement d un satellite météorologique Le centre spatial de Kourou a lancé le 21 décembre 200, avec une fusée Ariane, un satellite

Plus en détail

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons Formation Interuniversitaire de Physique Option de L3 Ecole Normale Supérieure de Paris Astrophysique Patrick Hennebelle François Levrier Sixième TD 14 avril 2015 Les étoiles dont la masse initiale est

Plus en détail

TS Physique Satellite à la recherche de sa planète Exercice résolu

TS Physique Satellite à la recherche de sa planète Exercice résolu P a g e 1 Phsique atellite à la recherche de sa planète Exercice résolu Enoncé Le centre spatial de Kourou a lancé le 1 décembre 005, avec une fusée Ariane 5, un satellite de météorologie de seconde génération

Plus en détail

COTTAZ Céline DESVIGNES Emilie ANTHONIOZ-BLANC Clément VUILLERMET DIT DAVIGNON Nicolas. Quelle est la trajectoire de la Lune autour de la Terre?

COTTAZ Céline DESVIGNES Emilie ANTHONIOZ-BLANC Clément VUILLERMET DIT DAVIGNON Nicolas. Quelle est la trajectoire de la Lune autour de la Terre? COTTAZ Céline DESVIGNES Emilie ANTHONIOZ-BLANC Clément VUILLERMET DIT DAVIGNON Nicolas Quelle est la trajectoire de la Lune autour de la Terre? Terminale S1 Lycée Elie Cartan Olympiades de Physiques 2003-2004

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

Notes sur le temps en physique (classique)

Notes sur le temps en physique (classique) Notes sur le temps en physique (classique) Titre : Jean-Philippe Uzan Institut d Astrophysique de Paris Le sujet imposé par Annick était le temps en cosmologie. Ce qu un physicien peut faire, c est parler

Plus en détail

Rayonnements dans l univers

Rayonnements dans l univers Terminale S Rayonnements dans l univers Notions et contenu Rayonnements dans l Univers Absorption de rayonnements par l atmosphère terrestre. Etude de documents Compétences exigibles Extraire et exploiter

Plus en détail

Stage : "Développer les compétences de la 5ème à la Terminale"

Stage : Développer les compétences de la 5ème à la Terminale Stage : "Développer les compétences de la 5ème à la Terminale" Session 2014-2015 Documents produits pendant le stage, les 06 et 07 novembre 2014 à FLERS Adapté par Christian AYMA et Vanessa YEQUEL d après

Plus en détail

Session de Juillet 2001. Durée 2 H Documents interdits.

Session de Juillet 2001. Durée 2 H Documents interdits. Session de Juillet 2001 Durée 2 H Documents interdits. Exercice 1 : Oscillations forcées de dipôles électriques Lors d une séance de travaux pratiques, les élèves sont conduits à étudier les dipôles en

Plus en détail

Correction ex feuille Etoiles-Spectres.

Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Exercice n 1 1 )Signification UV et IR UV : Ultraviolet (λ < 400 nm) IR : Infrarouge (λ > 800 nm) 2 )Domaines des longueurs d onde UV : 10 nm < λ < 400 nm IR : 800

Plus en détail

Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition. Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 10 11 m 3 kg 1 s 2

Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition. Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 10 11 m 3 kg 1 s 2 Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 1 11 m 3 kg 1 s 2 Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition Page xxv (dernier tiers de page) le terme de Coriolis est supérieur à 1% du poids) Chapitre 1 Page

Plus en détail

LE MONDE QUANTIQUE. Michel Le Bellac. Extrait de la publication

LE MONDE QUANTIQUE. Michel Le Bellac. Extrait de la publication LE MONDE QUANTIQUE Michel Le Bellac Préface d Alain Aspect Collection «Une Introduction à» dirigée par Michèle Leduc et Michel Le Bellac Le monde quantique Michel Le Bellac Préface d Alain Aspect 17, avenue

Plus en détail

Lycée français La Pérouse TS. L énergie nucléaire CH P6. Exos BAC

Lycée français La Pérouse TS. L énergie nucléaire CH P6. Exos BAC SVOIR Lycée français La Pérouse TS CH P6 L énergie nucléaire Exos BC - Définir et calculer un défaut de masse et une énergie de liaison. - Définir et calculer l'énergie de liaison par nucléon. - Savoir

Plus en détail

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU)

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU) 0 leçon 2 Leçon n 2 : Contact entre deu solides Frottement de glissement Eemples (PC ou er CU) Introduction Contact entre deu solides Liaisons de contact 2 Contact ponctuel 2 Frottement de glissement 2

Plus en détail

Orbites et coniques : Constructions à la ficelle

Orbites et coniques : Constructions à la ficelle Orbites et coniques : Constructions à la ficelle Yves A. Delhaye 10 mai 2015 15 :21 Résumé Le lien entre les orbites des astres dans le système solaire et les coniques est établi. La définition des coniques

Plus en détail

Mesure de la dépense énergétique

Mesure de la dépense énergétique Mesure de la dépense énergétique Bioénergétique L énergie existe sous différentes formes : calorifique, mécanique, électrique, chimique, rayonnante, nucléaire. La bioénergétique est la branche de la biologie

Plus en détail

PHYSIQUE QUANTIQUE ET STATISTIQUE PHYS-H-200

PHYSIQUE QUANTIQUE ET STATISTIQUE PHYS-H-200 UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES Faculté des sciences appliquées Bachelier en sciences de l ingénieur, orientation ingénieur civil Deuxième année PHYSIQUE QUANTIQUE ET STATISTIQUE PHYS-H-200 Daniel Baye revu

Plus en détail

Cours IV Mise en orbite

Cours IV Mise en orbite Introduction au vol spatial Cours IV Mise en orbite If you don t know where you re going, you ll probably end up somewhere else. Yogi Berra, NY Yankees catcher v1.2.8 by-sa Olivier Cleynen Introduction

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Présentation du programme. de physique-chimie. de Terminale S. applicable en septembre 2012

Présentation du programme. de physique-chimie. de Terminale S. applicable en septembre 2012 Présentation du programme de physique-chimie de Terminale S applicable en septembre 2012 Nicolas Coppens nicolas.coppens@iufm.unistra.fr Comme en Seconde et en Première, le programme mélange la physique

Plus en détail

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 Lycée Galilée Gennevilliers L'énergie nucléaire : fusion et fission chap. 6 JALLU Laurent I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 II. Équivalence masse-énergie... 3 Bilan de masse de la

Plus en détail

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique Energie nucléaire Quelques éléments de physique Comment produire 1 GW électrique Nucléaire (rendement 33%) Thermique (38%) Hydraulique (85%) Solaire (10%) Vent : 27t d uranium par an : 170 t de fuel par

Plus en détail

L Évolution de la théorie d élasticité au XIX e siècle

L Évolution de la théorie d élasticité au XIX e siècle Kaouthar Messaoudi L Évolution de la théorie d élasticité au XIX e siècle Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions

Plus en détail

Chapitre 1 Cinématique du point matériel

Chapitre 1 Cinématique du point matériel Chapitre 1 Cinématique du point matériel 7 1.1. Introduction 1.1.1. Domaine d étude Le programme de mécanique de math sup se limite à l étude de la mécanique classique. Sont exclus : la relativité et la

Plus en détail

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de

Plus en détail

6 Les forces mettent les objets en mouvement.

6 Les forces mettent les objets en mouvement. 6 Les forces mettent les objets en mouvement. Tu dois devenir capable de : Savoir expliquer la proportion directe entre la force et l accélération à l aide d un exemple ; expliquer la proportion inverse

Plus en détail

Science et technologie : Le truc de Newton

Science et technologie : Le truc de Newton Science et technologie : Le truc de Newton Une caractéristique fondamentale de la science c est le lien étroit qui l unit à la technologie. La science cherche les règles du monde matériel et la technologie

Plus en détail

ÉNERGIE : DÉFINITIONS ET PRINCIPES

ÉNERGIE : DÉFINITIONS ET PRINCIPES DÉFINITION DE L ÉNERGIE FORMES D ÉNERGIE LES GRANDS PRINCIPES DE L ÉNERGIE DÉCLINAISONS DE L ÉNERGIE RENDEMENT ET EFFICACITÉ DÉFINITION DE L ÉNERGIE L énergie (du grec : force en action) est ce qui permet

Plus en détail

L expérience de Cavendish

L expérience de Cavendish L expérience de Cavendish II- Les expériences de Henry Cavendish et de Sir Charles Vernon Boys. Marie-Laurence Spagnol Observatoire de Lyon Résumé : Suite au premier article paru dans les cahiers Clairaut

Plus en détail

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. scienceblogs.com/startswithabang/2011/02/18/open-wide-what-do-you-mean-my/

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. scienceblogs.com/startswithabang/2011/02/18/open-wide-what-do-you-mean-my/ À quelle distance est une voiture quand on commence à distinguer, à l œil nu, qu il y a deux phares à l avant de la voiture? Les deux phares sont distants de 1.5 m. scienceblogs.com/startswithabang/011/0/18/open-wide-what-do-you-mean-my/

Plus en détail

FORMATION ET FONCTIONNEMENT D'UNE ETOILE

FORMATION ET FONCTIONNEMENT D'UNE ETOILE Comment une étoile évolue-t-elle? Comment observe-t-on l'évolution des étoiles? Quelques chiffres (âges approximatifs) : Soleil : 5 milliards d'années Les Pléiades : environ 100 millions d'années FORMATION

Plus en détail

CNRS/IN2P3 23 2014 FTP 2014, CERN

CNRS/IN2P3 23 2014 FTP 2014, CERN Actions pédagogiques du CNRS/IN2P3 Vers les enseignants et leurs élèves 23 octobre 2014 FTP 2014, CERN Nicolas Arnaud (narnaud@lal.in2p3.fr) Laboratoire de l Accélérateur Linéaire (CNRS/IN2P3 et Université

Plus en détail

MATIE RE DU COURS DE PHYSIQUE

MATIE RE DU COURS DE PHYSIQUE MATIE RE DU COURS DE PHYSIQUE Titulaire : A. Rauw 5h/semaine 1) MÉCANIQUE a) Cinématique ii) Référentiel Relativité des notions de repos et mouvement Relativité de la notion de trajectoire Référentiel

Plus en détail

Contenu pédagogique des unités d enseignement Semestre 1(1 ère année) Domaine : Sciences et techniques et Sciences de la matière

Contenu pédagogique des unités d enseignement Semestre 1(1 ère année) Domaine : Sciences et techniques et Sciences de la matière Contenu pédagogique des unités d enseignement Semestre 1(1 ère année) Domaine : Sciences et techniques et Sciences de la matière Algèbre 1 : (Volume horaire total : 63 heures) UE1 : Analyse et algèbre

Plus en détail

Réponds. Réponds. questions. questions. détermine la relation entre le poids et la masse d un objet

Réponds. Réponds. questions. questions. détermine la relation entre le poids et la masse d un objet ( P P B P C bjectifs distinguer le poids et la masse d un objet utiliser la relation de proportionnalité entre le poids et la masse énoncer et utiliser la condition d équilibre d un solide soumis à deux

Plus en détail