La physique aujourd hui : objet, énigmes et défis

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La physique aujourd hui : objet, énigmes et défis"

Transcription

1 O. FASSI-FEHRI - La physique aujour d hui : objet, énigmes et défis 85 La physique aujourd hui : objet, énigmes et défis Omar FASSI-FEHRI (*) 1. Introduction Le sujet dont je vais essayer de vous entretenir concerne la physique, la science physique, mon but étant entre autres de vous inviter à réfléchir sur l importance de l intervention de cette discipline à différents niveaux de notre vie quotidienne; derrière chaque objet fabriqué par l homme, du plus ordinaire au plus sophistiqué, comme derrière chaque objet naturel, il existe beaucoup de physique, de sciences physiques, pour le fabriquer dans un cas ou pour comprendre sa nature dans l autre. Nous baignons consciemment ou non dans la physique. Essayons d abord d en donner une définition; je ne vais rien inventer, je vais rappeler celle de l encyclopédie et de la plupart des ouvrages de référence. 2. Objet de la physique et son rapport aux autres disciplines La physique a pour objet l étude des propriétés de la matière et des lois qui la régissent, c està-dire de l ensemble des règles et lois qui gouvernent le monde matériel qui nous entoure. Par rapport aux autres disciplines précisons que la matière vivante est traditionnellement exclue du domaine de la physique malgré les liens de plus en plus nombreux qui existent entre la physique et la biologie (la biophysique applique justement les principes et les lois de la physique à l analyse des structures et des mécanismes de la matière vivante). Les relations entre physique et chimie, physique et sciences de la terre, physique et espace (astronomie - astrophysique) sont très étroites; celles avec les mathématiques sont des relations privilégiées; mieux ces deux disciplines ont progressé et évolué de pair. Beaucoup de découvertes et d avancées en physique ont été possibles grâce à des théories mathématiques, inversement des développements en physique ont permis ou facilité l élaboration de nouvelles théories mathématiques (exemple la théorie mathématique des distributions due à Laurent Schwartz); en fait à partir du XVII ième siècle la physique moderne est fondée à la fois sur la formulation mathématique et le recours à l expérimentation; on peut citer comme exemple celui des théories de la relativité restreinte et de la relativité générale, qu Einstein a mises au point l une en 1905 (on a célébré en 2005 son centenaire en décidant que cette année soit l année mondiale de la physique en hommage à Einstein) l autre en 1915; une validation très forte de ces théories l a été après la publication par Einstein des résultats théoriques, par différents (*) Secrétaire Perpétuel de l Académie Hassan II des Sciences et Techniques. Professeur de Mécanique à la Faculté des Sciences de Rabat (Université Mohamed V-Agdal, Rabat).

2 86 Conférences données dans le cadre des journées «les jeunes et la science» (2006) tests expérimentaux; on peut citer la vérification expérimentale de la relativité restreinte: équations de la mécanique relativiste testées en laboratoire, dans les accélérateurs de particules, expérience montrant la dilatation du temps s appuyant sur la durée de vie des mésons π; ainsi que les tests classiques de la relativité générale: avance du périhélie des planètes-on y reviendra-, déviation des rayons lumineux par un champ de gravitation (1919-Eddington), décalage vers le rouge des raies spectacles dans un champ gravitationnel; on peut aussi considérer les conséquences cosmologiques déduites de la relativité générale qui corroborent le modèle du big bang et de l expansion de l univers (découverte du rayonnement à 2.7 K du fond du ciel en 1965 par Penzias et Wilson; la fuite des galaxies découverte par Hubble en 1929; aujourd hui il semble qu on a réussi à observer aussi l existence des ondes gravitationnelles, prévues par la relativité générale. Figure 1: Le laboratoire de l Institut polytechnique de Zurich, où Einstein entreprit ses premières recherches. Figure 2: Le Périhélie de la planète Mercure (photographiée ici devant le disque solaire) tourne de par siècle, dont 5557 sont expliquées par la théorie de Newton. La différence 43 par siècle, a pu être expliquée par la théorie de la Relativité générale.

3 O. FASSI-FEHRI - La physique aujour d hui : objet, énigmes et défis 87 Figure 3 : Phénomène de déviation de la lumière d une étoile située derrière le soleil, et mesure de l angle de déviation. Figure 4 : La grande nébuleuse d Andromède, l une de nos plus proches voisines: c est une galaxie spirale semblable à la nôtre.

4 88 Conférences données dans le cadre des journées «les jeunes et la science» (2006) Figure 5 : Gravure extraite d un mémoire d Ismaël Bouillaud de En 964, Abd-al-rahman al-sûfi porta sur une carte céleste la faible lueur qui, un millénaire plus tard, devait nous révéler le monde des galaxies. On peut, par une nuit sans lune, percevoir faiblement la nébuleuse d Andromède. Elle est le seul astre extragalactique visible à l œil nu dans l hémisphère boréal. Abd-al-rahman al-sûfi la repéra au dixième siècle. Sur cette gravure extraite d un mémoire d Ismaël Bouillaud de 1667, elle est figurée par le petit nuage elliptique sous le bras d Andromède, devant la bouche du poisson. C est en 1923 seulement, après l avènement des grands télescopes, qu Edwin Hubble reconnut sa vraie nature, celle d une galaxie semblable à la nôtre, et ouvrit alors le domaine de la cosmologie La physique a un rapport particulier à l ensemble des disciplines scientifiques naturelles, puisque presque toutes les méthodes de mesure, quelle que soit la discipline, sont fondées sur des principes de physique; et très souvent l affinement des mesures et des appareillages conduit à découvrir des lois encore méconnues; le gain d un ordre de grandeur sur la précision de la mesure met souvent en évidence des phénomènes nouveaux qui conduisent à une amélioration et parfois à une mise en question de lois précédemment admises. 3. Physique fondamentale et physique appliquée Quand on réfléchit aux progrès de la physique, on s aperçoit que ses avancées ont été possibles certes grâce au génie de quelques uns (Newton - Einstein - Planck...), mais aussi au travail de quelques autres qui cherchent à exploiter ces idées, les mettre en œuvre; ces derniers sont amenés à construire des appareils et des montages expérimentaux susceptibles de trouver des voies pour aller plus loin encore, c est le cas d expérimentateurs tels Galilée (avec sa lunette entre autres), Hertz (ondes radioélectriques), Michelson et Morley ( vitesse de la lumière), Thomson (existence de l électron), Penzias et Wilson Prix Nobel 1978 (observation en 1965 du rayonnement micro-onde de l univers à 2.7 K). Ainsi se trouve posé (ou reposé) le traditionnel débat entre la physique dite fondamentale et celle dite appliquée ou expérimentale, et plus généralement entre la recherche fondamentale et la recherche appliquée; en fait on s accorde aujourd hui à dire que les

5 O. FASSI-FEHRI - La physique aujour d hui : objet, énigmes et défis 89 deux domaines sont indissociables; si les progrès et avancées de la physique fondamentale permettent des applications nouvelles de plus en plus pointues, à titre d exemple le système GPS (réseau de satellites), utilisé pour se repérer (en particulier par la plupart des taxis dans les grandes métropoles), a été perfectionné grâce aux résultats de la relativité restreinte (contraction des longueurs et dilatation du temps), les données fournies par l expérience permettent à leur tour très souvent l ouverture d horizons nouveaux. Les sciences physiques, et les sciences en général d ailleurs, élaborent des modèles représentatifs et prédictifs selon une méthodologie rigoureuse; ils sont conçus soit par une démarche expérimentale mettant en œuvre de manière constitutive le doute méthodique et l esprit critique et débouchant sur une loi, soit surtout dans les disciplines les plus évoluées, à partir de quelques concepts et énoncés de base, par voie mathématique développant un ensemble de résultats; qu un seul de ces résultats soit infirmé par l expérience et la théorie qui le sous-tend doit être corrigé ou même abandonnée. 4. Les grandes avancées du XIX e et du XX e siècle Le XIX ème siècle a été le siècle de la chaleur (les lois de la thermodynamique avec Boltzmann, Helmotz et Gibbs), de l électricité (équations de Maxwell), de la lumière, avec la découverte de son aspect à la fois ondulatoire et corpusculaire (avec Fresnel, Huygens, Louis De Broglie). A la fin du XIX e siècle les physiciens croyaient qu ils étaient près de tout comprendre. Très vite il fallait déchanter car dès l aube du XX ème siècle on assista à de nouvelles et très grandes révolutions en physique avec la mise au point des théories quantiques et les travaux d Einstein sur la relativité; grâce à Bohr, Schrödinger, Heisenberg, Dirac, De Broglie et d autres on a pu expliquer le comportement des atomes, des molécules, de la lumière; les prédictions des théories quantiques sont conformes aux résultats en laboratoire. Ces théories nous enseignent comme l explique Hubert Reeves «à chaque cause correspond non pas un et un seul effet, mais plusieurs effets possibles; celui qui se réalisera ne peut pas être prévu par des équations mathématiques; on peut tout au plus en calculer la probabilité; le futur n est pas complètement inscrit dans le présent»; quant aux travaux d Einstein, ils allaient bouleverser beaucoup de concepts qui semblaient jusque là immuables comme les notions d espace (contraction des longueurs) et de temps (dilatation du temps), l équivalence masse-énergie (E = mc 2 ). Remarquons toutefois : certes la théorie d Einstein permettait d expliquer beaucoup de points que la mécanique de Newton n arrivait pas à expliquer, par exemple l avance du périhélie (c est-à-dire le sommet de l orbite le plus voisin du soleil) de la planète Mercure, que la relativité générale arrive à calculer, (la théorie relativiste aboutit à une avance séculaire (un siècle) de 42 9 alors que l observation donne une valeur de 42 56) et que la loi de Newton n arrive pas à expliquer cette avance; mais pour autant peut-on dire que Newton avait tort et Einstein avait raison; non, car la théorie de Newton reste valable et utilisable pour les mouvements de vitesse petite par rapport à celle de la lumière, et comme l explique encore Hubert Reeves «On peut comprendre plus de choses avec Einstein qu avec Newton»; dans le cas d espèce si on veut étudier les mouvements à grande vitesse il faut recourir à la théorie d Einstein. Au milieu de toutes ces avancées scientifiques, ce qui va distinguer spécialement le dernier siècle (20 ème ), c est le développement fantastique de l électronique qui a eu

6 90 Conférences données dans le cadre des journées «les jeunes et la science» (2006) l influence la plus profonde sur notre vie de tous les jours et ouvert la porte à la réalisation concrète des machines opérationnelles, au développement de toute l informatique moderne, et à la révolution des techniques de communication. En conséquence, à l aube du nouveau siècle (21 ème ), nous ne pouvons que constater, combien, malgré les immenses progrès accomplis avant le 20 ème siècle, l impression qu on avait à son début et selon laquelle «on était près de tout comprendre» était erronée. En fait beaucoup de questions restent encore ouvertes en physique. A travers quelques énigmes et quelques exemples, on va essayer d illustrer ce propos. 5. Exemples de défis et d énigmes Le premier exemple concerne la notion de repère absolu ou galiléen, en liaison avec le principe de Mach. D après ce principe, ce qui est responsable de l inertie d une masse serait «l ensemble des autres masses présentes dans l univers». Ce principe en fait, bien que non explicitement démontré, n est pas non plus infirmé par les théories physiques actuellement admises. L expérience concerne le pendule de Foucault. Une telle expérience a été réalisée à Paris en accrochant au sommet de la coupole du Panthéon en 1851 un pendule de longueur 67 m; la masse de la boule munie d une pointe en bas est de 28 kg; sur le sol on dispose d un anneau de sable (diamètre 6 m), et en faisant osciller le pendule on s aperçoit que la pointe du pendule laisse une trace sur l anneau de sable aux deux extrémités de la course du pendule et que cette trace change avec le mouvement du pendule. A cette époque on savait que la terre était sphérique et que, à partir d observations célestes, elle tournait; mais personne ne l a démontré sur terre; l expérience du pendule va le faire. Au cours du temps, le plan dans lequel le pendule se déplace, le plan d oscillation, tourne autour de l axe vertical. Lancé, par exemple, dans le plan est-ouest, le pendule va s orienter progressivement vers le plan nord-sud et continuera en revenant vers son plan initial. Le monticule de sable balayé par la pointe du pendule témoigne de son mouvement. Pourquoi ce mouvement du pendule? On est tenté de répondre que c est la terre qui tourne et non le plan d oscillation. Le plan reste fixe; il semble tourner à cause du mouvement de la terre; le problème n est pas résolu pour autant, et il y a une question que l on se pose légitimement: de la terre ou du plan d oscillation lequel tourne? et par rapport à quoi? Si l on s amuse à faire démarrer le pendule de telle façon que le soleil soit dans le plan d oscillation, celui-ci va tourner comme pour rester orienté vers lui. Toutefois, si l on prolonge la durée de l expérience, on constate que le soleil dérive lentement hors du plan pendulaire, après un mois il en est éloigné de 15. On essaie d améliorer, en orientant le plan vers une étoile brillante, Sirius par exemple. Toutefois lentement mais inexorablement les étoiles, après quelques années d oscillation, quittent le plan du pendule. On essaie d aller plus loin; on considère le centre de la galaxie, ou la galaxie d Andromède; elles finissent toutes, après des temps très longs par dériver du plan d oscillation. Ces corps finissent tous, après des temps très longs il est vrai, par dériver hors du plan d oscillation. Plus la galaxie est loin, plus longue est la période de fidélité. On obtiendrait un alignement stable en choisissant comme ultime repère un ensemble de galaxies situées à plusieurs milliards d années-lumière.

7 O. FASSI-FEHRI - La physique aujour d hui : objet, énigmes et défis 91 Tout se passe comme si le plan d oscillation était contraint de rester immobile par rapport à l univers dans son ensemble => «tout l univers est présent à chaque endroit et à chaque instant». La dynamique newtonienne postule l existence d un espace absolu indépendant des corps qui s y trouvent et d un temps universel qui coule uniformément; elle repose sur le principe fondamental de la dynamique (PFD) qui postule qu il existe un repère d espace T gal et une mesure de temps constituant un repère dit galiléen par rapport auquel le mouvement d un système matériel quelconque S s effectue de façon qu à chaque instant, le torseur des quantités d accélération de S/T gal en tout point (torseur dynamique) est égal au torseur des forces appliquées à S; et l on sait que tout repère en translation rectiligne uniforme est lui-même galiléen. Le PFD est donc un postulat d existence (de repère galiléen). Pour étudier le mouvement d un corps par rapport à tout autre repère que le repère galiléen on devra tenir compte des forces d inertie d entraînement et de coriolis; les repères par rapport auxquels les torseurs de ces forces sont négligeables à côté des torseurs des forces appliquées au système, peuvent être considérés comme approximativement galiléens; c est ainsi qu on considère pour certains mouvements qu un système lié à la terre est pratiquement galiléen, pour d autres cas un repère lié au système solaire est galiléen (étude des marées), pour d autres on considérera comme galiléen le repère d origine le centre de gravité du système solaire et des axes orientées vers trois étoiles éloignées (repère de Copernic). L énigme posé par le pendule de Foucault est qu il semble que pour l étudier rigoureusement il faut considérer un repère lié à l univers dans sa totalité. Un autre exemple intéressant à propos de la notion de repère galiléen, c est celui de la rotation de la terre. Nous savons tous que la terre tourne autour du soleil avec une vitesse d environ 30km/s qui est une vitesse très grande (songez que celle des projectiles d artillerie les plus rapides n atteint pas 3 km/s); Cette rotation se fait dans le sens contraire des aiguilles d une montre de plus elle tourne sur elle-même en 24 heures autour de l axe des pôles dans le sens de l ouest vers l est; ce sens dépend bien entendu des conditions initiales qui prévalaient à la naissance du système solaire il y a 4.5 milliards d années, (notons en passant que le soleil possède également un mouvement autour du centre de la galaxie avec une vitesse de 250 km/s, mouvement qui nous entraîne aussi, et il décrit son orbite en 200 millions d années). Revenons au mouvement de la terre autour du soleil à la vitesse qu on a vue de 30 km/s; elle met une année pour accomplir son orbite; pendant un temps court, quelques heures, même un jour, on peut considérer ce mouvement comme uniforme et rectiligne, comme un mouvement de translation. La terre dans cette translation possède (momentanément) les propriétés d un système galiléen par rapport à des axes fixés au soleil et dirigés vers des étoiles lointaines; le principe de relativité galiléen qui dit que «les lois de la mécanique sont les mêmes dans tous les systèmes galiléens» est donc applicable à ce mouvement de la terre, si rapide qu il soit; des expériences mécaniques faites sur terre sont incapables de le déceler. Non seulement nous n avons pas conscience de cette course vertigineuse dans le vide (30 km/s) mais les expériences de mécanique au laboratoire n en portent aucun signe. En fait, la mécanique se montre incapable de distinguer le système de Copernic où la terre se meut de celui de Ptolémée où elle est immobile au centre du monde.

8 92 Conférences données dans le cadre des journées «les jeunes et la science» (2006) Les théories physiques s expriment à travers des lois et équations où l on retrouve toujours des constantes numériques caractéristiques de l objet étudié et qui entrent dans les lois d interaction dites constantes universelles, par exemple la constante de Boltzmann k = 1.88 x erg/degré, s il s agit d un problème thermodynamique, ou la constante de Planck, s il s agit de problèmes quantiques. Qu est ce qu une constante universelle? quel est le nombre de ces constantes? sont-elles dimensionnées? ou sont-ce des paramètres sans dimension exprimées à partir de rapports entre constantes dites fondamentales, et on pense alors aux 3 constantes : - c, vitesse de la lumière ( ms -1 ) - G, constante de gravitation : G = x m 3.kg -1.s -2 - et h, constante de Planck : h = x J.s, qu on détermine toutes expérimentalement. Remarquons encore qu à partir de ces trois 1/2 constantes on forme une longueur l p = Gh = 1.6x10-35 m, 2πc 3 dite longueur de Planck à partir de laquelle on détermine le temps de Planck t p = l p = 5.3x10-44 s ; ces grandeurs avec la température de Planck (10 32 degrés) c et la masse de Planck (40 μg), définissent ce qu on appelle le «mur de Planck», au-delà duquel nous n avons pas de théorie capable de décrire la matière à ces dimensions, l objectif étant de développer une théorie unifiant à la fois la gravité et la physique quantique (théorie des super cordes entre autres). Beaucoup d interrogations liées à ces constantes universelles restent encore ouvertes. Ces constantes ont-elles varié au cours du temps? Si certains vont jusqu à envisager la possibilité d une réduction du nombre de constantes fondamentales à 2, voire à 0 et arriver à une physique sans constante comme le soutient Duff, d autres estiment le nombre des constantes indépendantes bien plus important, en particulier lorsqu on prend comme théorie de référence la physique des particules qui comporte 26 paramètres libres. Signalons pour la petite anecdote quelques coïncidences troublantes entre certains nombres sans dimension construits à partir des constantes de la physique: F = intensité de la gravitation = f intensité de la force électrique T = âge de l univers = t période de l électron 1039 D = diamètre de l univers (observable) = d diamètre du proton M = masse de matière dans l univers observable = = (10 39 ) 2 m masse du proton Les salles de T.P. de certains de nos lycées possèdent aujourd hui non seulement la célèbre table de Mendeleiev des éléments chimiques, mais aussi une table des particules élémentaires de la matière, qui a été distribuée cette année par la société française de

9 O. FASSI-FEHRI - La physique aujour d hui : objet, énigmes et défis 93 physique à certains lycées. Avec le démarrage en 2007, au CERN près de Genève, du LHC (Large Hadron Collider) gigantesque collisionneur de protons (Hadron), le plus puissant des accélérateurs de particules, on espère percer de nouveaux mystères de la nature de la matière, de l énergie, de l espace et du temps, en espérant arriver à attraper le fameux boson de Higgs, et à unifier les quatre interactions fondamentales (électromagnétique, gravitationnelle, nucléaire forte, nucléaire faible) A quand, la grande théorie unifiant les quatre interactions et en particulier la gravitation et la théorie quantique? Une autre question : arrivera-t-on à construire des ordinateurs quantiques, différents de ceux que nous connaissons aujourd hui et dont les portes logiques sont ou ouvertes ou fermées? La mécanique quantique autorise d autres combinaisons que ces deux états; les prouesses en mémoire en particulier de tels ordinateurs seraient bien plus grandes, et ouvriraient la voie à l information quantique. Autre question, la taille des composants électroniques, il existe une loi empirique selon laquelle leur taille est divisée par deux tous les 18 mois; cette progression a permis le développement extraordinaire de la microélectronique et des technologies de la communication - mais bientôt la limite de la taille des atomes sera atteinte - inventera-ton alors d autres processus physiques pour aller plus loin? Dans le domaine médical, l imagerie a fait de grands progrès grâce à la physique et à l informatique (scanner à rayon X, IRM, échographie ultra sonore). La physique permet maintenant de visualiser et de manipuler les atomes un par un, d étudier comment les molécules biologiques se déploient et se répliquent - des perspectives sans doute énormes s offrent à la médecine, grâce à ces avancées. Comme énigme et défi, songeons encore aux découvertes les plus récentes faites en astrophysique grâce au télescope Hubble qui indiquent que 95% de la matière contenue dans l univers est une «matière noire» invisible aux télescopes et encore inconnue; comment une telle déduction a-t-elle pu être faite? La matière ordinaire, celle qui nous est perceptible par nos détecteurs (observation-photo), parvient grâce à la lumière émise; cette matière représente 5% de l Univers. Mais on peut aussi détecter de manière indirecte la présence de matière par l action de la gravité, c-à-d par l influence qu exerce toute matière, qu elle émette ou non de la lumière, sur les corps voisins; si ceux-ci émettent de la lumière on peut postuler indirectement l existence de matière noire non visible qui les attire. Par ailleurs en déterminant le mouvement des étoiles et de leurs systèmes dans la galaxie, en calculant la masse visible d une galaxie on s aperçoit qu il faudrait à peu près dix fois plus de matière entre les étoiles et le centre de la galaxie pour maintenir celles-ci sur leur orbite autour de ce centre, sans qu elles s échappent dans l espace intergalactique; c est là une autre manière de détecter la présence de matière invisible (matière noire). Et le problème se complique encore si l on sait qu il existe deux sortes de «matière noire», la matière noire dont on a parlé et l énergie noire qui exerce un effet de répulsion des galaxies et qui serait responsable de l accélération constatée des galaxies. On se rend bien compte à partir de ces quelques observations combien, malgré toutes les avancées réalisées, de questions restent ouvertes et encore sans réponse. Un autre défi posé aux physiciens est l étude des phénomènes supraconducteurs, avec comme perspective transporter le courrant sans perte d énergie (sans effet joule), ou encore l étude des corps superfluides avec la perspective de produire des liquides sans aucune viscosité.

10 94 Conférences données dans le cadre des journées «les jeunes et la science» (2006) Il n est pas jusqu aux questions liées à l écologie qui ne peuvent trouver de solution que dans le développement de la recherche en physique la question du réchauffement de la planète pourrait trouver sa solution dans la maîtrise de l énergie et notre capacité à trouver de nouveaux modes de production d énergie en optimisant les piles à hydrogène, en produisant l énergie solaire à des coûts abordables, ou en maîtrisant la fusion thermo nucléaire signalons la signature cette semaine de l accord sur le projet ITER qui doit être construit à Cadarache (France), et nécessite un investissement estimé à 10 milliards d Euros. 6. CONCLUSION Je m arrêterai à ces quelques exemples qui donnent un aperçu sur certaines des questions qui restent ouvertes; ces exemples même en nombre volontairement limité donnent une idée sur les problèmes scientifiques que les chercheurs affrontent aujourd hui. L histoire montre que les grandes découvertes ne peuvent être planifiées, et il est pour le moins hasardeux, si ce n est prétentieux, d orienter les recherches vers seulement quelques théories prioritaires, même si nous avons conscience que l évolution de la physique est soumise aujourd hui à trois pressions, la première d ordre cognitif émane de la volonté de développer nos connaissances, la deuxième vient des applications de la science et des besoins de nos sociétés, et la troisième émane des sciences voisines (biologie, médecine, environnement, géologie ). Pour ma part j insisterai en guise de conclusion sur cette réflexion du grand Einstein: «qu est ce qui nous pousse à inventer des théories l une après l autre? et pourquoi même les imaginons-nous? La réponse est simple: parce que nous avons de la joie à comprendre». BIBLIOGRAPHIE 1- Cours de mécanique générale, H. Cabannes (Edit. Dunod) 2- Mécanique générale, Joseph Pérès (Masson et cie) 3- Histoire de la physique et des physiciens de Thalès au boson de Higgs, par Jean Claude Boudenot (Ellipses) 4- Patience dans l azur, Hubert Reeves (Seuil) 5- Travaux de l Académie des Sciences (France) (Année Mondiale de la Physique) 6- Les Dossiers de la recherche 7- Sciences et Avenir (Janvier 2005) 8- Introduction à l Etude des cosmologies, H. Andrillat (Colin) 9- Verifications expérimentales de la relativité générale, Marie-Antoinette Tonnelat (Masson) 10- Théorie électromagnétique et relativité, M.A. Tonnelat (Masson) 11- Quatre conférences sur la théorie de la relativité, A. Einstein (éd. Jacques Gabay) 12- Les Sciences, N 161 (Grande Encyclopédie des Sciences et des Techniques) 13- Introduction à la cosmologie, Jean Heidmann ( P.U.F.) 14- Encyclopedia Universalis

Le second nuage : questions autour de la lumière

Le second nuage : questions autour de la lumière Le second nuage : questions autour de la lumière Quelle vitesse? infinie ou pas? cf débats autour de la réfraction (Newton : la lumière va + vite dans l eau) mesures astronomiques (Rœmer, Bradley) : grande

Plus en détail

TD : les lois de Kepler et la détermination de la masse de Jupiter. 1. Les lois de la mécanique céleste dans le système solaire :

TD : les lois de Kepler et la détermination de la masse de Jupiter. 1. Les lois de la mécanique céleste dans le système solaire : TD : les lois de Kepler et la détermination de la masse de Jupiter Objectif : calculer la masse de Jupiter en observant le mouvement de ses satellites et en utilisant la 3ème loi de Kepler 1. Les lois

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Chapitre 10 La relativité du temps

Chapitre 10 La relativité du temps DERNIÈRE IMPRESSION LE 1 er août 2013 à 11:30 Chapitre 10 La relativité du temps Table des matières 1 L invariance de la vitesse de la lumière 2 2 La relativité du temps 2 3 La dilatation des temps 3 4

Plus en détail

Un peu de mécanique. Chaos iii. La pomme et la lune http://www.chaos-math.org

Un peu de mécanique. Chaos iii. La pomme et la lune http://www.chaos-math.org Un peu de mécanique Chaos iii. La pomme et la lune http://www.chaos-math.org Chaos est un film mathématique constitué de neuf chapitres de treize minutes chacun. Il s agit d un film tout public autour

Plus en détail

Gravitation universelle

Gravitation universelle Chapitre 7 Gravitation universelle Révision et Résumé Où commencer? En plus de l apprentissage du cours, que vous devez recopier, réciter, rerecopier, jusqu à en savoir la moindre virgule, refaites les

Plus en détail

Physique, chapitre 3 : La gravitation universelle

Physique, chapitre 3 : La gravitation universelle Physique, chapitre 3 : La gravitation universelle 1. Interaction gravitationnelle 1.1 Le système solaire Le système solaire est composé de l ensemble des astres autour du Soleil. Un étoile est une boule

Plus en détail

Chapitre 3: Dynamique

Chapitre 3: Dynamique Introduction Le mot dynamique désigne ou qualifie ce qui est relatif au mouvement. Il est l opposé du mot statique. Le mouvement d un point matériel est liée à son interaction avec le monde extérieur ce

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 I. La source d énergie du Soleil : calcul de son temps de vie. Question

Plus en détail

Chapitre II : La force centripète

Chapitre II : La force centripète 33 Chapitre II : La force centripète = une force un peu particulière! 1. Explication 1 Il convient de savoir ce que ces deux termes expriment : force et centripète. Une force est, familièrement, la sensation

Plus en détail

Département éducation formation Cité des sciences et de l industrie 30 avenue Corentin-Cariou 75019 Paris www.cite-sciences.

Département éducation formation Cité des sciences et de l industrie 30 avenue Corentin-Cariou 75019 Paris www.cite-sciences. DESINAION LUNE Liens avec les programmes scolaires Proposition d exercices pour les élèves et correction Professeur(e) de collège Département éducation formation Cité des sciences et de l industrie 30

Plus en détail

Chapitre 12 Physique quantique

Chapitre 12 Physique quantique DERNIÈRE IMPRESSION LE 29 août 2013 à 13:52 Chapitre 12 Physique quantique Table des matières 1 Les niveaux d énergie 2 1.1 Une énergie quantifiée.......................... 2 1.2 Énergie de rayonnement

Plus en détail

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler Compétences exigibles : - Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse en utilisant l effet Doppler. - Exploiter l expression du

Plus en détail

Chapitre 3 : Dynamique du point matériel

Chapitre 3 : Dynamique du point matériel Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 3 : Dynamique SMPC1 Chapitre 3 : Dynamique du point matériel I Lois fondamentales de la dynamiques I.1)- Définitions Le Référentiel de Copernic: Le référentiel

Plus en détail

Forces et mouvement. Suite: la dynamique

Forces et mouvement. Suite: la dynamique Les forces Forces et mouvement Tout ce qui se passe dans l Univers est provoqué par des forces. Une force est une poussée ou une traction qui provoque le déplacement ou la rotation des objets. Il faut

Plus en détail

La diversité du monde et l émergence de la complexité. Jean-Philippe UZAN

La diversité du monde et l émergence de la complexité. Jean-Philippe UZAN La diversité du monde et l émergence de la complexité Jean-Philippe UZAN Nous observons un univers structuré à toutes les échelles. Pourquoi les lois fondamentales de la nature permettent-elles l émergence

Plus en détail

THEME 1 : LA TERRE DANS L UNIVERS, LA VIE ET L EVOLUTION : UNE PLANETE HABITEE

THEME 1 : LA TERRE DANS L UNIVERS, LA VIE ET L EVOLUTION : UNE PLANETE HABITEE THEME 1 : LA TERRE DANS L UNIVERS, LA VIE ET L EVOLUTION : UNE PLANETE HABITEE Chapitre 1 : Les conditions de la vie : une particularité de la Terre? Intro : Photo de l environnement du lycée : De quoi

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - 1 Suite énoncé des exos du Chapitre 14 : Noyaux-masse-énergie I. Fission nucléaire induite (provoquée)

Plus en détail

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Quebec PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Direction de la formation générale

Plus en détail

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures U 315 J. 5008 SESSION 2003 Filière MP PHYSIQUE ENS de Paris Durée : 6 heures L usage de calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, non imprimantes et sans document d accompagnement,

Plus en détail

Comment dit-on qu'une étoile est plus vieille qu'une autre ou plus jeune qu'une autre?

Comment dit-on qu'une étoile est plus vieille qu'une autre ou plus jeune qu'une autre? Comment dit-on qu'une étoile est plus vieille qu'une autre ou plus jeune qu'une autre? Comment peut-on donner un âge à l'univers? Dans l'univers, il y a beaucoup de choses : des étoiles, comme le Soleil...

Plus en détail

Le nouveau programme en quelques mots :

Le nouveau programme en quelques mots : Le nouveau programme en quelques mots : Généralités Le programme est constituéde trois thèmes qui doivent tous être traités. L ordre de traitement des trois thèmes est libre, tout en respectant une introduction

Plus en détail

Univers : Détermination de distances dans le Système Solaire

Univers : Détermination de distances dans le Système Solaire Dossier de Physique Niveau 5 ème à 6 ème secondaire Univers : Détermination de distances dans le Système Solaire Bouquelle Véronique Faculté des Sciences Diffusé par Scienceinfuse, Antenne de Formation

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif - 70 Chapitre 8 : Champ de gravitation - Satellites I. Loi de gravitation universelle : (

Plus en détail

Comment mesure-t-on la masse des planètes?

Comment mesure-t-on la masse des planètes? Comment mesure-t-on la masse des planètes? Evidemment, les planètes ne sont pas mises sur une balance. Ce sont les mathématiques et les lois physiques qui nous permettent de connaître leur masse. Encore

Plus en détail

Chap 8 - TEMPS & RELATIVITE RESTREINTE

Chap 8 - TEMPS & RELATIVITE RESTREINTE Chap 8 - TEMPS & RELATIVITE RESTREINTE Exercice 0 page 9 On considère deux évènements E et E Référentiel propre, R : la Terre. Dans ce référentiel, les deux évènements ont lieu au même endroit. La durée

Plus en détail

Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST1

Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST1 Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST Extrait du programme I. Les grandeurs en sciences physiques Définition : une grandeur est une observable du système On peut la mettre en évidence a.

Plus en détail

Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites

Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites I- Les trois lois de Kepler : Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites Les lois de Kepler s'applique aussi bien pour une planète en mouvement

Plus en détail

Photons, expériences de pensée et chat de Schrödinger: une promenade quantique

Photons, expériences de pensée et chat de Schrödinger: une promenade quantique Photons, expériences de pensée et chat de Schrödinger: une promenade quantique J.M. Raimond Université Pierre et Marie Curie Institut Universitaire de France Laboratoire Kastler Brossel Département de

Plus en détail

Principes de la Mécanique

Principes de la Mécanique Chapitre 1 Principes de la Mécanique L expérience a montré que tous les phénomènes observés dans la nature obéissent à des lois bien déterminées. Ces lois peuvent être, en plus, déterministes ou indéterministes.

Plus en détail

Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique

Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique (1) (2) (3) (4) (5) (6) Classe de TS Partie D-chap 16 Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique Connaissances et savoir-faire exigibles : Connaître les expressions

Plus en détail

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir?

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? exposé Ateliers de l information Bibliothèque Universitaire, Grenoble Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? Dominique Spehner Institut Fourier et Laboratoire de Physique et

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Sections : L1 Santé - 1 Olivier CAUDRELIER oc.polyprepas@orange.fr Chapitre 1 : Equations aux dimensions 1. Equation aux dimensions a) Dimension

Plus en détail

Le temps n existe pas (d après Carlo Rovelli) François Dubois 1

Le temps n existe pas (d après Carlo Rovelli) François Dubois 1 Le temps n existe pas (d après Carlo Rovelli) François Dubois 1 Journées Afscet au moulin d Andé samedi 16 mai 2015 1 membre de l Association Française de Science des Systèmes. Carlo Rovelli Physicien

Plus en détail

Éclipse de Lune. qu est-ce qu une éclipse de lune?

Éclipse de Lune. qu est-ce qu une éclipse de lune? ACCUEIL Éclipse de Lune Frédéric Élie, août 2010 La reproduction des articles, images ou graphiques de ce site, pour usage collectif, y compris dans le cadre des études scolaires et supérieures, est INTERDITE.

Plus en détail

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide I Rappels : Référentiel : Le mouvement d un corps est décris par rapport à un corps de référence et dépend du choix de ce corps. Ce corps de référence

Plus en détail

Chap.3 Lentilles minces sphériques

Chap.3 Lentilles minces sphériques Chap.3 Lentilles minces sphériques 1. Les différents types de lentilles minces sphériques 1.1. Les différentes formes de lentilles sphériques 1.2. Lentilles minces Centre optique 1.3. Lentille convergente

Plus en détail

Quelques liens entre. l'infiniment petit et l'infiniment grand

Quelques liens entre. l'infiniment petit et l'infiniment grand Quelques liens entre l'infiniment petit et l'infiniment grand Séminaire sur «les 2» au CNPE (Centre Nucléaire de Production d'électricité) de Golfech Sophie Kerhoas-Cavata - Irfu, CEA Saclay, 91191 Gif

Plus en détail

Les contributions de Copernic et Galilée ou la lente avancée des Sciences...

Les contributions de Copernic et Galilée ou la lente avancée des Sciences... Les contributions de Copernic et Galilée ou la lente avancée des Sciences... Retour sur les étapes clés / pistes d'activités en classe Stage "Le ciel et la Terre" Année 2012-2013 S.Rondi Animateur Sciences

Plus en détail

DM n o 5 TS1 2011 La fusion : énergie des étoiles, énergie d avenir. 1 Fusion dans le Soleil

DM n o 5 TS1 2011 La fusion : énergie des étoiles, énergie d avenir. 1 Fusion dans le Soleil DM n o 5 TS1 11 La fusion : énergie des étoiles, énergie d avenir 1 Fusion dans le Soleil 1.1 Le Soleil Les premiers scientifiques à s interroger sur l origine de l énergie du Soleil furent W. Thomson

Plus en détail

L éclipse de Soleil du 20 mars 2015 comme on la verra en région lyonnaise (et dans le reste de la France)

L éclipse de Soleil du 20 mars 2015 comme on la verra en région lyonnaise (et dans le reste de la France) L éclipse de Soleil du 20 mars 2015 comme on la verra en région lyonnaise (et dans le reste de la France) Pierre Thomas, ENS Lyon Observatoire de Lyon 384 000 km Voici les orbites de la Terre et de la

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique Exercices Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique E. (a) On a 33, 2 0cm et 20 cm. En utilisant l équation 5.2, on obtient 33 0 cm 33 20 cm 858 cm Le chat voit le poisson à 858 cm derrière

Plus en détail

Les phases de la Lune Description de la face visible de la Lune dans le ciel

Les phases de la Lune Description de la face visible de la Lune dans le ciel Les phases de la Lune Description de la face visible de la Lune dans le ciel Nicolas Rambaux Nicolas.Rambaux@imcce.fr (Crédit : Antonio Cidadao) 1 Résumé Ce document décrit le mouvement de la Lune autour

Plus en détail

Pourquoi une telle excitation?

Pourquoi une telle excitation? Pourquoi une telle excitation? Le Higgs R. Jacobsson 1 Qu est-ce que la physique des particules? Une quête pour comprendre: Les constituants fondamentaux de la matière- les particules de matière Les interactions

Plus en détail

Chapitre 2 - Les conditions de la vie : une particularité de la Terre?

Chapitre 2 - Les conditions de la vie : une particularité de la Terre? Chapitre 2 - Les conditions de la vie : une particularité de la Terre? I- Les objets du système solaire Activité : Les objets du système solaire (Livre p12-13-14-15) Observations de photos et participation

Plus en détail

Exercices. Sirius 1 ère S - Livre du professeur Chapitre 15. Champs et forces. Exercices d application. 5 minutes chrono!

Exercices. Sirius 1 ère S - Livre du professeur Chapitre 15. Champs et forces. Exercices d application. 5 minutes chrono! Exercices Exercices d application 5 minutes chrono 1. Mots manquants a. scalaire b. aimants/courants c. aiguille aimantée d. électrostatique. e. uniforme/ parallèles. f. la verticale/la Terre g. gravitation/la

Plus en détail

LE VIRTUEL ET LE POSSIBLE DISCOURS PRONONCE PAR. M. Serge HAROCHE. Délégué de l Académie des sciences

LE VIRTUEL ET LE POSSIBLE DISCOURS PRONONCE PAR. M. Serge HAROCHE. Délégué de l Académie des sciences LE VIRTUEL ET LE POSSIBLE DISCOURS PRONONCE PAR M. Serge HAROCHE Délégué de l Académie des sciences Comme nous le constatons aujourd hui, on peut aborder le virtuel avec l approche du financier, de l architecte,

Plus en détail

Titre : Introduction à la spectroscopie, les raies de Fraunhofer à portée de main

Titre : Introduction à la spectroscopie, les raies de Fraunhofer à portée de main P a g e 1 Titre : Description de l activité : Mieux appréhender l analyse de la lumière par spectroscopie. Situation déclenchante : La décomposition de la lumière par un prisme de verre est connue depuis

Plus en détail

Ouverture au monde quantique

Ouverture au monde quantique Ouverture au monde quantique I Les forces newtoniennes Les forces d interaction gravitationnelle et électrostatique ont une propriété commune : leur 1 valeur est proportionnelle à, où r représente la distance

Plus en détail

La Mesure du Temps. et Temps Solaire Moyen H m.

La Mesure du Temps. et Temps Solaire Moyen H m. La Mesure du Temps Unité de temps du Système International. C est la seconde, de symbole s. Sa définition actuelle a été établie en 1967 par la 13 ème Conférence des Poids et Mesures : la seconde est la

Plus en détail

5 Principes de Newton

5 Principes de Newton 5 Principes de Newton En 1687, Newton 3 énonce ses fameuses trois lois fondamentales de la mécanique concernant les mouvements des corps. 5.1 Première loi de Newton : le principe d inertie Dans la section

Plus en détail

Concours Supélec 2009 Sciences et Technologies dans l Art. Le 30 Décembre 2009 Alain MADY-FETHERSTONE (2007) France HUREAUX (2007)

Concours Supélec 2009 Sciences et Technologies dans l Art. Le 30 Décembre 2009 Alain MADY-FETHERSTONE (2007) France HUREAUX (2007) Concours Supélec 2009 Sciences et Technologies dans l Art Le 30 Décembre 2009 Alain MADY-FETHERSTONE (2007) France HUREAUX (2007) [LE JEU DES 7 ERREURS QUANTIQUES] Introduction à la physique quantique

Plus en détail

THEORIE CLASSIQUE DES CHAMPS

THEORIE CLASSIQUE DES CHAMPS Paris 7 QA 421-422 1992 93 THEORIE CLASSIQUE DES CHAMPS EXAMEN, t 0 = mardi 7 septembre 1993, 8h 30 t = 4 heures Il n est pas totalement inutile de lire l énoncé : les questions sont en principe, et parfois

Plus en détail

INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE

INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE Table des matières 1 Introduction : 2 2 Comment obtenir un spectre? : 2 2.1 Étaller la lumière :...................................... 2 2.2 Quelques montages possibles

Plus en détail

Galiléo. Galiléo : le système européen de positionnement par satellite

Galiléo. Galiléo : le système européen de positionnement par satellite Galiléo Voici quelques informations sur une situation concrète où le caractère relatif du temps est à prendre en compte. Plutôt que sur le système américain GPS, pourquoi ne pas travailler autour du système

Plus en détail

PARTIE 2 : Temps, mouvement et évolution TP 12 La physique de Kepler Comment déterminer la masse de Jupiter?

PARTIE 2 : Temps, mouvement et évolution TP 12 La physique de Kepler Comment déterminer la masse de Jupiter? PARTIE 2 : Temps, mouvement et évolution TP 12 La physique de Kepler Comment déterminer la masse de Jupiter? OBJECTIF : Exploiter la troisième loi de Kepler dans le cas d un mouvement circulaire Document

Plus en détail

Chapitre 5. Le ressort. F ext. F ressort

Chapitre 5. Le ressort. F ext. F ressort Chapitre 5 Le ressort Le ressort est un élément fondamental de plusieurs mécanismes. Il existe plusieurs types de ressorts (à boudin, à lame, spiral etc.) Que l on comprime ou étire un ressort, tel que

Plus en détail

La gravité entre la Terre et la Lune. Qu est-ce que la gravitation?

La gravité entre la Terre et la Lune. Qu est-ce que la gravitation? Il était une fois, un homme du nom d Isaac Newton se promenant dans un verger. Alors qu il se reposait à l ombre sous un pommier, il reçut une pomme sur la tête. Une question lui vint donc à l esprit!

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Une calculatrice, une règle et du papier quadrillé sont nécessaires au bon fonctionnement

Plus en détail

FORCE ET ÉNERGIE FORMATION GÉNÉRALE. Version bêta PHY-5043. DEVOIR 1 Chapitres 1 et 2. Nom de l élève : Résultat : Devoir #1 PHY-5043

FORCE ET ÉNERGIE FORMATION GÉNÉRALE. Version bêta PHY-5043. DEVOIR 1 Chapitres 1 et 2. Nom de l élève : Résultat : Devoir #1 PHY-5043 FORCE ET ÉNERGIE FORMATION GÉNÉRALE Version bêta PHY-5043 DEVOIR 1 Chapitres 1 et 2 Nom de l élève : Résultat : Yves Robitaille Commission Scolaire de Sorel-Tracy septembre 2006 Devoir #1 PHY-5043 page

Plus en détail

Mesure de la dépense énergétique

Mesure de la dépense énergétique Mesure de la dépense énergétique Bioénergétique L énergie existe sous différentes formes : calorifique, mécanique, électrique, chimique, rayonnante, nucléaire. La bioénergétique est la branche de la biologie

Plus en détail

Mouvement de la Terre et des planètes autour du Soleil

Mouvement de la Terre et des planètes autour du Soleil Foire aux questions LA ROTATION DE LA TERRE SUR ELLE-MEME Mouvement de la Terre et des planètes autour du Soleil animation Astre, étoile ou planète? Un astre est un corps céleste naturel visible, à l'œil

Plus en détail

ARISTOTE, GALILÉE ET NEWTON (6 points)

ARISTOTE, GALILÉE ET NEWTON (6 points) ARISTOTE, GALILÉE ET NEWTON (6 points) Pour cet exercice, l'utilisation de la calculatrice est autorisée Trois siècles avant notre ère, le célèbre savant grec Aristote affirmait qu "une masse d or, de

Plus en détail

L observation du Soleil Classe de 4 ème 5, professeur M. Debackère 19/04/2001

L observation du Soleil Classe de 4 ème 5, professeur M. Debackère 19/04/2001 L observation du Soleil Classe de 4 ème 5, professeur M. Debackère 19/04/2001 LES TACHES SOLAIRES En 1611, GALILEE et trois autres observateurs redécouvrent les taches solaires grâce à la lunette (elles

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

La vie des étoiles. La vie des étoiles. Mardi 7 août

La vie des étoiles. La vie des étoiles. Mardi 7 août La vie des étoiles La vie des étoiles Mardi 7 août A l échelle d une ou plusieurs vies humaines, les étoiles, que l on retrouve toujours à la même place dans le ciel, au fil des saisons ; nous paraissent

Plus en détail

Méthodes et pratiques scientifiques : des situations de recherche en astronomie pour la classe de seconde.

Méthodes et pratiques scientifiques : des situations de recherche en astronomie pour la classe de seconde. Colloque CORFEM, 13-14/06/2013, Grenoble Méthodes et pratiques scientifiques : des situations de recherche en astronomie pour la classe de seconde. Dominique Spehner, Michèle Gandit, Christine Kazantsev

Plus en détail

La physique quantique couvre plus de 60 ordres de grandeur!

La physique quantique couvre plus de 60 ordres de grandeur! La physique quantique couvre plus de 60 ordres de grandeur! 10-35 Mètre Super cordes (constituants élémentaires hypothétiques de l univers) 10 +26 Mètre Carte des fluctuations du rayonnement thermique

Plus en détail

Nous nous intéresserons ici à une version simplifiée du modèle corpusculaire pour décrire l optique géométrique.

Nous nous intéresserons ici à une version simplifiée du modèle corpusculaire pour décrire l optique géométrique. OPTIQUE GEOMETRIQUE Définitions : L optique est la science qui décrit les propriétés de la propagation de la lumière. La lumière est un concept extrêmement compliqué et dont la réalité physique n est pas

Plus en détail

Si la source se rapproche alors v<0 Donc λ- λo <0. La longueur d onde perçue est donc plus petite que si la source était immobile

Si la source se rapproche alors v<0 Donc λ- λo <0. La longueur d onde perçue est donc plus petite que si la source était immobile Red shift or blue shift, that is the question. a) Quand une source d onde se rapproche d un observateur immobile, la longueur d onde λ perçue par l observateur est-elle plus grande ou plus petite que λo

Plus en détail

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

Une brève histoire du principe de relativité

Une brève histoire du principe de relativité Une brève histoire du principe de relativité de Galilée à Einstein... Loïc Villain LMPT, Université de Tours LUTH, Observatoire de Paris-Meudon loic.villain@lmpt.univ-tours.fr Lycée Descartes Loïc Villain

Plus en détail

Les satellites de Jupiter : un scénario pour l option MPS en seconde

Les satellites de Jupiter : un scénario pour l option MPS en seconde Groupe MPS Michèle Gandit Les satellites de Jupiter : un scénario pour l option MPS en seconde On présente dans la suite un scenario en trois séances d une heure et demie, en faisant l hypothèse que les

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384 Les microscopes classiques (optiques) permettent d'accéder à des dimensions très petites : on peut ainsi observer des êtres vivants dont la taille est de l'ordre de quelques dixièmes de micromètres. Mais

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

Mesurer l âge de l univers

Mesurer l âge de l univers Mesurer l âge de l univers Objectif : Mesurer l âge de l univers à partir de la vitesse d expansion des galaxies Méthode : A partir d un échantillon réel de galaxies, évaluer par l effet Doppler la vitesse

Plus en détail

6 Les forces mettent les objets en mouvement.

6 Les forces mettent les objets en mouvement. 6 Les forces mettent les objets en mouvement. Tu dois devenir capable de : Savoir expliquer la proportion directe entre la force et l accélération à l aide d un exemple ; expliquer la proportion inverse

Plus en détail

Explorer le monde quantique avec des atomes et des photons

Explorer le monde quantique avec des atomes et des photons Explorer le monde quantique avec des atomes et des photons Serge Haroche Collège de France et Ecole Normale Supérieure, Paris 2 Mars 2010: Atomes et Lumière Puissance et étrangeté du quantique 16 Mars

Plus en détail

TROISIÈME LOI DE KÉPLER : VÉRIFICATIONS ET APPLICATIONS DANS LE SYSTÈME SOLAIRE

TROISIÈME LOI DE KÉPLER : VÉRIFICATIONS ET APPLICATIONS DANS LE SYSTÈME SOLAIRE Gabriel Scherer TS3 TROISIÈME LOI DE KÉPLER : VÉRIFICATIONS ET APPLICATIONS DANS LE SYSTÈME SOLAIRE TPP4.odt 1/6 Rappels : 1 U.A. = 1,497.10 11 m Constante de gravitation universelle G = 6,67.10 11 u.s.i.

Plus en détail

Concours CASTing 2011

Concours CASTing 2011 Concours CASTing 2011 Épreuve de mécanique Durée 1h30 Sans calculatrice Le candidat traitera deux exercices parmi les trois proposés dans le sujet. Dans le cas où les trois exercices seraient traités partiellement,

Plus en détail

«L Expérience de Franck et Hertz : Un regard sur l infiniment petit»

«L Expérience de Franck et Hertz : Un regard sur l infiniment petit» «L Expérience de Franck et Hertz : Un regard sur l infiniment petit» Pr Smain BALASKA Laboratoire de Physique Théorique d Oran Département de Physique, Faculté des Sciences Exactes & Appliquées, Université

Plus en détail

Orbites et coniques : Constructions à la ficelle

Orbites et coniques : Constructions à la ficelle Orbites et coniques : Constructions à la ficelle Yves A. Delhaye 10 mai 2015 15 :21 Résumé Le lien entre les orbites des astres dans le système solaire et les coniques est établi. La définition des coniques

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

6. Ondes électromagnétiques et rayons lumineux

6. Ondes électromagnétiques et rayons lumineux 6. Ondes électromagnétiques et rayons lumineux Ce chapitre contient des rappels d optique géométrique et vise à faire le lien entre les notions d ondes étudiées au début du cours et l optique géométrique.

Plus en détail

Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition. Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 10 11 m 3 kg 1 s 2

Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition. Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 10 11 m 3 kg 1 s 2 Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 1 11 m 3 kg 1 s 2 Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition Page xxv (dernier tiers de page) le terme de Coriolis est supérieur à 1% du poids) Chapitre 1 Page

Plus en détail

Examen de la maturita bilingue de physique. Corrigé officiel

Examen de la maturita bilingue de physique. Corrigé officiel Examen de la maturita bilingue de physique Session de mai 2013 Corrigé officiel Questions de cours Mécanique I. 1a) Référentiel le cadre par rapport auquel on étudie le mouvement. 1b) Réf. terrestre est

Plus en détail

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche Les diodes électroluminescentes (DEL ou LED en anglais) sont de plus en plus utilisées pour l éclairage : affichages colorés, lampes de poche, éclairage

Plus en détail

DOSSIER : LA GRAVITATION

DOSSIER : LA GRAVITATION DOSSIER : LA GRAVITATION Les planètes Pourquoi les planètes restent-elles autour du Soleil? Le Soleil est situé au centre du système solaire. Huit planètes (Mercure, Vénus Terre, Mars, Jupiter, Saturne,

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

Oscillateurs et mesure du temps

Oscillateurs et mesure du temps Oscillateurs et mesure du temps Qu est-ce que le temps? «Qui pourra le définir [le temps]? et pourquoi l'entreprendre, puisque tous les hommes conçoivent ce qu'on veut dire en parlant du temps sans qu'on

Plus en détail

Visages du temps. Loïc Villain. Laboratoire de Mathématiques et Physique Théorique, Univ. Tours loic@lmpt.univ-tours.fr.

Visages du temps. Loïc Villain. Laboratoire de Mathématiques et Physique Théorique, Univ. Tours loic@lmpt.univ-tours.fr. Visages du temps Loïc Villain Laboratoire de Mathématiques et Physique Théorique, Univ. Tours loic@lmpt.univ-tours.fr UE libre Temps Loïc Villain (LMPT) Janvier 2015 1 / 32 Introduction : le temps, concept

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Physique-chimie Exemple d activités de classe Ressources pour le lycée général et technologique Préambule Se positionner grâce aux ondes GPS, horloges et relativité (3) Extrait du programme d enseignement

Plus en détail

ENERGIE SOMBRE ET MATIERE NOIRE

ENERGIE SOMBRE ET MATIERE NOIRE ENERGIE SOMBRE ET MATIERE NOIRE JP. Maratrey - Janvier 2007 Les théories dont il est question sont encore controversées. Tous les spécialistes n en sont pas convaincus, même s ils sont de plus en plus

Plus en détail

FORMATION DES PERSONNES-RESSOURCES EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE LE CYCLE DU JOUR ET DE LA NUIT (CYCLE DIURNE)

FORMATION DES PERSONNES-RESSOURCES EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE LE CYCLE DU JOUR ET DE LA NUIT (CYCLE DIURNE) FORMATION DES PERSONNES-RESSOURCES EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE LE CYCLE DU JOUR ET DE LA NUIT (CYCLE DIURNE) Pierre Chastenay astronome Planétarium de Montréal Source : nia.ecsu.edu/onr/ocean/teampages/rs/daynight.jpg

Plus en détail

2. Déplacement d une charge ponctuelle dans un champ magnétique uniforme stationnaire

2. Déplacement d une charge ponctuelle dans un champ magnétique uniforme stationnaire Chapitre VII Forces électromagnétiques VII.a. Force de Lorentz La force à laquelle est soumis, à un instant t, un point matériel de charge q, situé en M et se déplaçant à une vitesse v(t) par rapport à

Plus en détail

Principe du vélocimètre sanguin à effet Doppler Réflexion des ultrasons et effet Doppler

Principe du vélocimètre sanguin à effet Doppler Réflexion des ultrasons et effet Doppler Nº 761 BULLETIN DE L UNION DES PHYSICIENS 325 Principe du vélocimètre sanguin à effet Doppler Réflexion des ultrasons et effet Doppler par R. MÉLIN Lycée Ernest Bichat - 54301 Luneville Les appareils médicaux

Plus en détail