M u r s e n m a ç o n n e r i e

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "M u r s e n m a ç o n n e r i e"

Transcription

1 M u r s e n m a ç o n n e r i e d e t e r r e c u i t e Isolation acoustique

2 Murs en maçonnerie de terre cuite: isolation acoustique

3

4 TABLE DES MATIERES 1 1 Introduction 5 2 Le bruit Qu est-ce que le bruit? Généralités Source de bruit, transmission du bruit, récepteur du bruit Passer des variations de pression acoustique à des niveaux de pression acoustique Comment entendons-nous? Comment réagissons-nous au bruit? Types de bruit et chemins de propagation du bruit Murs de briques et bruits aériens L indice d affaiblissement acoustique des parois en terre cuite Causes d une diminution de l isolation acoustique des parois de séparation Diminution de l isolation acoustique suite à des bruits aériens transmis le long des chemins latéraux Fonctionnement d un mur dédoublé Bruit dans un local Absorption Temps de réverbération La norme acoustique NBN S Réglementation en Belgique NBN S : Critères acoustiques pour des immeubles d habitation Isolation acoustique aux bruits aériens Isolation acoustique aux bruits de contact Bruits des installations Aperçu des normes existantes en matière d acoustique 34 novembre

5 1 4. Exécution: L importance des détails Comment améliorer l isolation acoustique contre les bruits aériens? Points d attention lors de l exécution d un mur double Solution pour les maisons de rangée Solutions pour les appartements Appartements avec dalles discontinues Appartements avec dalles continues Habitations unifamiliales Comment améliorer l isolation acoustiqe aux bruits de contact? Cahier des charges 44 4

6 INTRODUCTION 1 A une époque où les téléviseurs, les instruments de musique,. sont de plus en plus puissants, où les installations de home-cinéma ont le vent en poupe et où les amplificateurs renforcent encore le bruit, la nuisance sonore de nos habitations s accroît et l isolation acoustique s en trouve placée à l avant-plan de nos préoccupations. Dans le même temps, les exigences auxquelles sont soumises les habitations sont, à juste titre, revues à la hausse. Comprendre ou entendre ce que dit le voisin n est plus acceptable! Cette évolution amène l acoustique, à côté d autres thèmes importants tels que l isolation thermique ou la stabilité, à conquérir progressivement sa place en tant qu élément décisif dans la conception et la construction d un bâtiment. Et à raison semble-t-il, car les solutions apportées a posteriori dans un bâtiment terminé se révèlent souvent onéreuses et moins efficaces. Des mesures préventives telles qu un choix judicieux pour la disposition d un local particulier ou un concept technique bien défini peuvent éviter bien des difficultés ultérieures au maître d ouvrage. Dans la norme acoustique NBN S , on va plus loin que la simple imposition de limites à l isolation acoustique des parois. De façon plus générale, on étend la notion à l isolation acoustique entre locaux. L architecte en porte la responsabilité. Comme cela sera expliqué dans ce manuel, l isolation acoustique des parois n est qu un élément de l isolation acoustique entre locaux. Fuites sonores, points faibles dans les parois, bruits de circulation, bruits des voisins, définiront de manière radicale l isolation acoustique réelle. L isolation acoustique des parois représente la limite supérieure réalisable; les conditions annexes réduisent le résultat final. En tant que fabricants de briques, nous ne pouvons nous engager que sur l isolation acoustique des murs en briques construits selon les règles de l art. Les conditions annexes sont dictées par le concept global du bâtiment, le choix des détails et la qualité de l exécution. Par cette brochure, nous souhaitons vous aider à y voir un peu plus clair grâce à quelques règles simples de conception. L obtention d une bonne isolation acoustique dépend de nombreux paramètres et surtout de petits détails. Le choix de la brique reste un aspect certes important mais même en choisissant une brique à haut pouvoir d isolation acoustique, il se peut qu on n atteigne cependant pas la qualité d isolation acoustique souhaitée. Pour comprendre et appliquer correctement des règles simples de conception, il est nécessaire de savoir comment naît le bruit, quels chemins il peut suivre, Nous traiterons d abord de ces notions avant d aborder la norme acoustique et les détails d un projet de bonne conception acoustique. 5

7 1

8 LE BRUIT Qu est-ce que le bruit? Généralités L acoustique, et l acoustique du bâtiment en particulier, est une science spécifique et difficile. On peut expliquer cette matière à l aide de formules mathématiques et de principes complexes de la physique. En ce qui concerne le bruit, on peut cependant l expliquer au moyen d une comparaison simple. Lorsqu un wagon de chemins de fer frappe un train à l arrêt pour s y rattacher, cela donne lieu à une onde longitudinale qui se déplace lentement à travers le train. Chaque wagon répercute la collision sur le suivant, repoussant parfois le dernier wagon. Le bruit provient d une onde longitudinale semblable. Quelque part dans l espace, une surface, la source de bruit, se met à vibrer. A chaque fois que la surface fait un mouvement vers l avant, les particules d air de cette surface sont comprimées, de sorte que la pression de l air augmente localement. Lorsque la surface fait à nouveau marche arrière, les particules d air reçoivent plus d espace et la pression de l air diminue. Cette variation de pression de l air est schématisée simplement dans la figure 1.Toutes ces particules d air en vibration se transmettent leur mouvement les unes aux autres et forment une onde sonore: Répartition de densité dans une situation calme Répartition de densité dans une situation de son pur Figure 1: Répartition de densité dans une situation de calme et lors de la naissance d un bruit 7

9 Source de bruit, transmission du bruit, récepteur du bruit Pour que naisse un bruit, il faut que trois éléments soients présents: la source de bruit, la transmission du bruit et le récepteur. Chaque élément se définit par ses caractéristiques. La source produit un bruit qui va se propager vers le récepteur. La façon dont le bruit se propage peut se décrire théoriquement comme un phénomène ondulatoire, mais en tant que constructeurs, ce qui nous intéresse surtout, c est ce qu on entend, comment on peut le caractériser et intervenir sur les caractéristiques pour éventuellement diminuer le bruit. Comme expliqué ci-avant, la pression d équilibre va être modifiée suite à une perturbation et les particules d air vont entrer en vibration. Toutes ces particules en vibration qui se transmettent leur mouvement, forment une onde acoustique, qui est caractérisée par une longueur d onde, une amplitude et une période, comme l illustre la figure 2. p période p longueur d onde amplitude temps distance Figure 2: Longueur d onde, période et amplitude d une onde sonore L intensité d un son est définie par son amplitude; le timbre par sa fréquence. Amplitude: la variation maximale de pression d une onde sonore. L unité est Pa (1 Pa = 1 N/m²). L oreille est sensible à des variations de pression allant de 2*10-5 Pa (seulement 5 milliardièmes de la pression atmosphérique!) jusqu à 100 Pa. Plus l amplitude est grande, plus le son est fort. Fréquence: le nombre de variations de pression d une onde sonore en 1 seconde. L unité est le Hertz. L oreille humaine peut percevoir des ondes sonores entre 20 et Hz. Plus fréquents se font les mouvements d aller et retour des particules, plus élevé sera le ton. 8

10 2 Une onde sonore consistant en particules d air qui ne vibrent qu à une seule fréquence est perçue comme un son pur. Dans la pratique, les sons purs ne sont que peu fréquents. On peut se représenter la plupart des sons comme la somme d un grand nombre de sons purs qui ont chacun une amplitude et une fréquence. Par l analyse fréquentielle, on définit de quelle manière le son est réparti sur différentes bandes de fréquences. On peut faire la comparaison avec la lumière solaire d un blanc pur qui, au travers d un prisme, se décomposera en un spectre de couleurs (arc-en-ciel). Chaque couleur représente une onde de lumière d une autre fréquence Passer des variations de pression acoustique à des niveaux de pression acoustique En raison de la sensibilité humaine à des variations de pression fort divergentes (on atteint 10 7, ce qui va d un bruissement à un bruit d avion), on est passé d une échelle linéaire à une échelle logarithmique, comme le montre la figure 3. Seuil de sensibilité à la douleur Avion à réaction Camion poids-lourd Bureau Marteaupiqueur Bibliothèque Bruissement de feuilles Seuil de perception Figure 3: Echelle en db, comparée aux valeurs exprimées en unités de pression 9

11 2 Le bruit est défini par le niveau de pression acoustique Lp. L p = 10 log p2 eff, exprimé en db p 2 ref avec p eff2 = variation moyenne de pression d un bruit en Pa, au cours d une certaine période de mesure p ref = pression acoustique de référence Pa (correspond environ à la plus faible pression acoustique audible à 1000 Hz, pour un jeune n ayant pas de déficience de l ouïe) Etant donné que le niveau de pression acoustique est un rapport, la grandeur est sans unité. db n est en conséquence pas une unité non plus et n est seulement utilisé, comme par exemple le %, que pour faire référence à la conversion en logarithme Comment entendons-nous? Comment réagissons-nous au bruit? La sensibilité de l oreille humaine ne répond pas à des caractéristiques linéaires. On réagit à des changements de niveaux sonores de façon logarithmique. C est aussi la raison pour laquelle une échelle logarithmique a été choisie pour le niveau de pression acoustique L p. Quelques règles empiriques expliquent la manière dont réagit notre oreille à des changements de niveaux de pression acoustique: une différence de 1 db n est pratiquement pas audible une différence de 3 db est tout juste perceptible une différence de 10 db correspond à un doublement de la sonorité 10

12 2 L oreille perçoit mieux des tonalités de hautes fréquences que des tonalités de basses fréquences. La sonorité d un ton pour l oreille humaine semble aussi bien dépendre du niveau de pression acoustique L p que de la fréquence, comme le montre la figure 4. Le niveau de pression acoustique est exprimé en db le long de l axe vertical tandis que sur l axe horizontal, les fréquences sont exprimées selon une échelle logarithmique. Cette échelle est adaptée afin de tenir compte du caractère non linéaire de l ouïe humaine. Il apparaît ainsi clairement que, par exemple, une différence de hauteur de ton passant de 100 Hz à 200 Hz a le même effet qu une différence passant de 1000 Hz à 2000 Hz. Niveau de pression acoustique L p seuil de sensibilité à la douleur zone audible par l homme musique parole seuil de perception fréquence Figure 4: Perception de l oreille humaine en fonction de Lp et de la fréquence 11

13 2 La sensibilité non linéaire de l oreille a été démontrée par Fletcher et Munson. Une série de courbes de même sonorité (isophones) a été dressée pour des sons purs, sur base d un programme de tests sur un grand échantillon de personnes, dans un diagramme fréquence / niveau de pression acoustique, comme l illustre la figure 5. Ces isophones sont désignées par la valeur en db à 1000Hz et exprimées en phon x [db]. Les isophones nous montrent que: L oreille humaine est relativement moins sensible aux bruits de basse fréquence La sensibilité maximale se situe à 4 khz Les isophones au-delà de 1000 Hz sont pratiquement parallèles. niveau de pression acoustique L p fréquence Figure 5: Isophones de Fletcher et Munson 12

14 2 Si l on change le nombre de sources de bruit, on ne peut pas simplement les additionner, vu qu on calcule en db (1+1 ne vaut pas 2). Un doublement de l intensité sonore engendre une augmentation du niveau sonore de 3 db. Pour augmenter le niveau sonore de 10 db, dix fois plus de sources sont nécessaires, comme le montre la figure 6. x 2 50 db db x db db Figure 6: Calculer en db 13

15 2 La figure 7 peut être utilisée pour déterminer le niveau de pression acoustique provoqué simultanément par deux sources. L c en db Δ L = L p1 -L p2 en db, avec L p1 >L p2 Figure 7: Calcul du niveau de pression acoustique de deux sources de bruit simultanées Exemple Deux sources de bruit avec L p1 =50dB; L p2 =46dB Demandé: L p total? Δ L = 4dB; sur la figure 7 on peut lire L c =1.5dB L p total =L p1 + L c =51.5dB 14

16 Types de bruit et chemins de propagation du bruit Vos voisins peuvent provoquer différents types de bruits: des bruits aériens, des bruits de contact et des bruits liés aux équipements. La voix d une personne, les amplificateurs, les instruments de musique font vibrer l air et créent des bruits aériens. Les pas des voisins du dessus, des coups de marteau font vibrer un objet, un mur ou un plancher qui, à son tour, fait vibrer l air et propage une onde sonore. Il s agit là de bruits de contact. Souvent, on observe une combinaison des deux types de bruit. Par exemple, une foreuse en fonctionnement qui n a pas encore pénétré la paroi, produit seulement un bruit aérien. Une fois qu elle entre en contact avec la paroi, on entend aussi bien un bruit aérien qu un bruit de contact. Le bruit des équipements peut également provoquer des nuisances (ventilation mécanique, appareils sanitaires). La norme acoustique NBN S impose différentes exigences en fonction du type de bruit. Un bruit aérien se propage via différents «chemins», du logement de vos voisins au vôtre. Le bruit ne pénètre pas uniquement dans votre living ou votre chambre par un plancher ou un mur mitoyen (transmission directe du bruit) mais également par des transmissions latérales du bruit et des fuites sonores. La figure 8 montre les différents «chemins» que peut emprunter un bruit aérien: - Chemins de transmission directe Dd - Chemins de transmission latérale: Ff, Fd et Df Figure 8: Chemins de transmission potentiels pour un bruit aérien 15

17 2 Lorsque les quatre murs délimitant une pièce se prolongent vers la pièce du dessus, on distingue alors quatre noeuds avec à chaque fois trois chemins de transmission latérale. En plus du chemin de transmission directe du bruit, on compte ainsi douze chemins potentiels de transmission latérale du bruit. Pour un bruit de contact, on peut également opérer une distinction entre les chemins de transmission directe d un bruit de contact et les chemins de transmission latérale, comme le montre la figure 9. - Chemins de transmission directe Dd - Chemins de transmission latérale Df Le nombre de chemins de transmission latérale est plus limité que pour la transmission d un bruit aérien. On ne compte ici que quatre chemins de transmission latérale. Figure 9: Chemins potentiels pour un bruit de contact La transmission directe de bruit peut être réduite au moyen d un revêtement de sol souple (par exemple un tapis) ou d une chape flottante conçue et réalisée correctement d un point de vue acoustique. La transmission du bruit le long des chemins latéraux augmentera donc d autant plus que les murs ayant un contact rigide avec la dalle sont légers. 16

18 Murs de briques et bruits aériens De façon simple, on peut dire qu au plus une paroi est lourde, au plus la transmission directe d un bruit au travers d un mur est atténuée. Il en va de même si l on fait usage d un système de murs dédoublés. Tout comme il est beaucoup plus facile de secouer une voiture légère qu un camion poids lourd, une paroi de séparation légère vibrera beaucoup plus facilement sous l effet d une onde de bruit. Pour obtenir une isolation acoustique plus élevée, il faut dédoubler la paroi L indice d affaiblissement acoustique des parois en terre cuite L efficacité acoustique d une paroi en terre cuite peut être mesurée dans un laboratoire acoustique où l on pourra déterminer l indice d affaiblissement acoustique R. Cette propriété nous renseigne sur la qualité de l isolation des parois de séparation. Pour réaliser des mesures sonores, on divise l ensemble du spectre en une série de bandes de fréquences. Ceci implique que l indice d affaiblissement acoustique R est également exprimé par bande de fréquence 1. Une telle approche n est pas pratique pour comparer des murs entre eux. La norme EN ISO 717 a de ce fait introduit un indicateur unique avec des termes modificatifs R w (C;C tr ). Il s agit d un indice d affaiblissement acoustique pondéré qui se rapporte à l ensemble du spectre. avec R w = (weighed) indice d affaiblissement acoustique mesuré C = terme correctif de spectre pour des sources de bruit où les basses fréquences ne prédominent pas (des enfants qui jouent, des activités vivantes (parler, radio, tv ), un trafic routier rapide, C tr = (trafic) terme correctif de spectre pour des sources de bruit où les basses fréquences prédominent, comme la musique de discothèque, un trafic routier lent, 1 Il existe deux répartitions principales pour répartir le spectre en bandes de fréquences : l octave ou le tiers d octave (bandes tierces). Pour les musiciens, l octave correspond à l intervalle entre deux tons. La fréquence d un ton est alors précisément le double de celle de l autre ton. 17

19 2 Exemples d usage: Vitrage de type a: R w (C;C tr ) = 43 (-3;-9) db Vitrage de type b: R w (C;C tr ) = 41 (-2;-4) db Vitrage type c: R w (C;C tr ) = 38 (-1;-3) db Globalement, le type a enregistre le meilleur score, le plus haut R w. Pour le bruit basse fréquence, p.ex. un trafic routier urbain modéré, le type b est le meilleur. R w + C tr = 37 db, ce qui est la valeur la plus élevée. Pour le bruit de haute fréquence, p.ex. la proximité d une autoroute, le type a se révèle meilleur. R w + C = 40 db, ce qui est la valeur la plus élevée. 18

20 Causes d une diminution de l isolation acoustique des parois de séparation Coïncidence Le mur a une fréquence préférentielle à laquelle il vibre plus facilement. Lorsqu une onde sonore fait vibrer le mur à cette fréquence, l isolation acoustique est mauvaise. Dans le cas d une paroi lourde en briques snelbouw, cette coïncidence se produit dans la zone de basse fréquence qui se trouve en dehors de la limite d audition. Dans le cas d une paroi légère en maçonnerie, la coïncidence tombe dans la zone de la parole (± 400Hz). L isolation contre la parole est alors mauvaise. Geluidsisolatie R Isolation acoustique R Blocs Zware rigides buigstijve lourds ex. blokken briques bvb. SB zware lourdes snelbouw Plaques Licht, buigslap souples plaatmateriaal et légères ex. bvb. plaque gipsplaat de plâtre Blocs Lichte rigides buigstijve légers blokken ex. blocs bvb. cellulaires, cellenbeton, briques lichte snelbouw SB légères 100 Hz 400 Hz 2500 Hz Fréquence Frequentie Figure 10: Isolation acoustique en fonction de la fréquence Solution en cas de blocs de construction légers: Dédoublement du mur. Recours à des murs d épaisseurs différentes ou de poids différents, de sorte que les fréquences de coïncidence des deux «feuilles» constitutives du mur dédoublé ne soient pas les mêmes. 19

21 2 Résonance Lorsque deux éléments de mur se font face, ils se comportent pour certaines fréquences comme un système masse-ressort-masse. Pour une onde sonore à la fréquence de résonance du système, la vibration du premier mur est transmise en étant amplifiée par le second mur. Cette fréquence de résonance est calculée pour un mur mitoyen en maçonnerie de snelbouw: Mur dédoublé en maçonnerie de snelbouw de 14 cm d épaisseur (88 % de surface en briques ρ = 1200 kg/m 3, 12 % de surface de joints ρ = 1900 kg/m 3 ), plâtre de 1 cm avec ρ = 1300 kg/m 3 et un creux de 6 cm. masse 1 = masse 2 = (0,88 * ,12 * 1900) * 0, * 0,01 = 193 kg/m² f résonance = = + largeur creux ( masse masse ) 0,06 ( ) = 31 Hz Cette valeur tombe en dehors du champ audible. Conclusion: La résonance ne pose pas de problème dans le cas d un mur constitué de deux parois en maçonnerie de briques. 20

22 2 Un élément plus faible dans le mur Souvent, un mur en briques est interrompu par une porte ou une fenêtre. Ces éléments ont généralement une isolation acoustique moindre qui diminuera fortement l isolation acoustique totale du mur. Ici prévaut le fait que l isolation acoustique d un mur dans son ensemble est définie par l élément le plus faible. L isolation acoustique R w d un mur dans son ensemble est calculée: Mur plâtré des deux côtés en maçonnerie de briques de 14 cm d épaisseur, d une longueur de 4 m et d une hauteur de 2,5 m avec R w du mur 49 db. Porte d une largeur de 85 cm et d une hauteur de 2 m, R w de la porte 20 db. Surface de la porte S porte : 0,85 x 2 = 1,7 m 2 Surface du mur S mur : 4 x 2,5 1,7 = 8,3 m 2 Surface totale S tot : 4 x 2,5 = 10 m 2 R totale = 10 log S S mur tot 10 + S = 10 log 8, , Rmur / 10 porte R porte /10 49 / / 10 S tot 10 = 27,7dB On constate que la valeur initiale de l isolation acoustique du mur est fortement diminuée. 21

23 Diminution de l isolation acoustique suite à des bruits aériens transmis le long des chemins latéraux Bruits aériens transmis par les parois latérales Outre les murs de séparation entre deux pièces, tous les autres murs participent aussi à la transmission du bruit. Ces murs/planchers latéraux dans le local d émission sont également amenés à vibrer, sollicités par les ondes sonores et transmettent ces vibrations aux murs dans le local de réception. Solutions: Une bonne isolation acoustique des murs latéraux eux-mêmes: ceux-ci vibrent plus difficilement. Dissocier les murs latéraux. De cette façon, les vibrations sonores ne peuvent pas être transmises. réception émission direct latéral Figure 11: Dissocier les murs latéraux 22

24 2 Prévoir une atténuation de la vibration à la jonction du mur de séparation et du mur latéral. Il existe un facteur d atténuation qui mesure l assourdissement du bruit à la croisée des murs, dépendant du poids des murs. Une paroi lourde en vibration peut facilement entraîner une paroi légère à vibrer avec lui. A l inverse, une paroi légère qui vibre ne peut que très difficilement amener une paroi lourde à vibrer également. La figure 12 donne une estimation de la diminution d isolation par des bruits transmis latéralement, en fonction du poids des parois: m 1 = m 2 m 1 1,5 m 2 m 1 1,7 m 2 diminution 2 à 3 db diminution 5 à 6 db diminution > 10 db Figure 12: Diminution de l isolation suite à la transmission latérale du bruit et en fonction du poids des murs 23

25 2 Bruits transmis via des locaux adjacents Le bruit peut se propager le long d espaces adjacents si le «parcours» jusqu à ces espaces environnants est insuffisamment isolé. Il s agit d identifier ces espaces dès la réception émission conception afin de prévoir une isolation suffisante. Figure13: Bruits transmis via des locaux adjacents Voici quelques exemples de tels espaces: vide entre le voligeage de la toiture et les tuiles faux plafond en contact avec deux espaces contigus gaines pour ascenseur ou conduites qui jouxtent différentes pièces cage d escalier avec portes (plus faibles d un point de vue acoustique) comme liaison entre les locaux bruit via l environnement extérieur ou la coulisse du mur creux, caissons de volets, fenêtres et grilles de ventilation, 24

26 Fonctionnement d un mur dédoublé Un mur dédoublé, composé de deux parois distinctes en briques perforées («snelbouw»), conduit à une meilleure isolation acoustique qu une seule paroi d épaisseur double. La largeur de la coulisse joue ici un rôle important. Celle-ci aura une influence sur la fréquence de résonance du mur dédoublé (voir aussi «résonance»). masse masse Figure 14: Mur dédoublé en maçonnerie de terre cuite A partir d une fréquence de résonance (voir (2)Résonance) jusqu à une certaine fréquence qui est fonction de la largeur du vide entre les parois composant le mur double, le bruit traverse la paroi selon le principe de «masse-ressort-masse». Pour ces fréquences, l isolation acoustique augmente rapidement (beaucoup plus rapidement que pour une paroi simple dont le poids serait doublé). Les pressions changeantes dans le creux transmettent la vibration. Pour les fréquences plus élevées, les parois vibrent indépendamment l une de l autre, le creux forme un tampon entre les deux locaux. Ceci est appelé le modèle «transmission à 3 phases», comme le montre la figure 15. modèle massif modèle masseressort-masse R(m 1 )+R(m 2 ) (12 db pente/octave) 18 db helling/octaf transmission à 3 phases avec remplissage d absorbant sans remplissage d absorbant règle de masse 6 db par octave chute de coïncidence (quand 2 mêmes murs, sinon moins marquée 6 db fréquence de résonance masse-ressort-masse Figure 15: Isolation acoustique en fonction de la fréquence 25

27 Bruit dans un local Absorption Dans un local vide, le bruit résonne durant une certaine période, de sorte que l audibilité décroît (effet cocktail). La cause réside dans le manque d absorption. Dans un local, une partie des ondes sonores est toujours absorbée par les parois, le mobilier, les tapis, une deuxième partie est renvoyée vers le local et une plus petite partie traverse la paroi. Dans un espace avec peu d absorption, le bruit incident sera réfléchi plusieurs fois et continuera de résonner. En formule: I inc. = intensité sonore incidente I incidente I réfl. = intensité sonore réfléchie I trans. = intensité sonore transmise I abs. = intensité sonore absorbée I transmise I inc. = I réfl. + I trans. + I abs. I réfléchie sonore non réfléchie ou Le coefficient d absorption α représente l énergie α = I réfl. + I abs I inc Figure 16: Bruit incident Le coefficient d absorption α est un nombre sans dimension, compris entre 0 et 1, dépendant de la direction et de la fréquence de l onde de bruit et de la nature du matériau de construction. α = 0 signifie que tous les bruits sont réfléchis. C est souvent le cas sur du béton lisse ou une plaque de métal. α = 1 signifie que tous les bruits sont absorbés ou transmis (par exemple une fenêtre ouverte). 26

28 2 Coefficient d absorption du bruit α Fréquence [Hz] Maçonnerie apparente en briques 0,03 0,03 0,04 0,05 Plâtrage, béton 0,01 0,02 0,02 0,03 Tapis sur plancher de recouvrement 0,02 0,04 0,15 0,35 Liège, bois, linoléum sur plancher de recouvrement 0,02 0,03 0,03 0,04 Rideaux 0,1 0,25 0,3 0,35 Personne assise (m 2 /personne) 0,4 0,6 0,75 0,85 Fenêtre fermée 0,04 0,03 0,02 0,02 Fenêtre ouverte (= maximum) Tableau 1: Coefficient α d absorption du bruit pour différents matériaux Il est possible de réaliser une paroi absorbante avec des briques perforées en maçonnant les briques de sorte que les perforations se placent de manière visible. Une autre possibilité consiste en une maçonnerie de briques avec joints verticaux ouverts. Derrière la paroi absorbante en maçonnerie, on place un matelas de laine minérale ou l on prévoit une coulisse. Les valeurs données dans le tableau 1 pour le coefficient d absorption sont des valeurs indicatives Temps de réverbération Le temps de réverbération T mesure le temps durant lequel le bruit résonne dans un local. T = 1 V exprimé en secondes. 6 A avec V = volume du local, en m 3 A = absorption totale du local, en m 2 L absorption totale A est la somme de toutes les surfaces de parois et de planchers multipliée par leur coefficient d absorption α. A = α 1 S 1 + α 2 S 2 + = Σα i S i, exprimée en m 2 équivalent de fenêtre ouverte. 27

29 2

30 LA NORME ACOUSTIQUE NBN S Réglementation en Belgique En matière d isolation acoustique, il n existe dans notre pays aucune loi ou décret imposant des exigences minimales. Ici prévaut la jurisprudence qui dit qu un bâtiment doit être conçu selon «les règles de l art». Ce que ces «règles de l art» impliquent véritablement est décrit dans la nouvelle norme belge NBN S : 2008: «Critères acoustiques pour les immeubles d habitation». Cette norme belge spécifie le niveau de qualité qui peut être normalement attendu d une construction actuelle. Cette norme forme la base de jugement en cas de contestations éventuelles. La norme NBN S :2008 remplace la NBN S qui datait de Une adaptation de l ancienne norme était nécessaire pour les raisons suivantes. Les recommandations de l ancienne norme ont été basées sur les résultats de tests datant des années soixante et début septante. Depuis lors, les sources de bruit, tant intérieures qu extérieures ont considérablement changé. Les recommandations de la norme n étaient donc plus adaptées. Par ailleurs, au niveau européen, on développe également de nouvelles normes EN et 2. Dans ces normes européennes, l isolation acoustique d une paroi est donnée au moyen d une valeur unique R w (C; C tr ). L utilisation de ce R w permet de décrire un mur de la même façon dans toute l Europe. En travaillant de cette nouvelle façon, les catégories belges (Ia, Ib, IIa, IIb, IIIa, IIIb, Iva et IVb) définies dans la norme de 1977 formaient un obstacle à la libre circulation des produits. 29

31 NBN S : «Critères acoustiques pour les immeubles d habitation» Oubliées donc les catégories belges (Ia, Ib, IIa, IIb, IIIa, IIIb, IVa et IVb) définies dans l ancienne norme belge NBN S La nouvelle norme est telle qu elle est entièrement harmonisée avec les normes européennes existantes (série EN ISO 140, série EN ISO 717 et série EN 12354). La norme distingue deux niveaux de performance: les exigences pour un confort acoustique normal et les exigences pour un confort acoustique supérieur dans une situation normale de charge sonore aérienne ou de contact. Les deux niveaux de prestation sont liés aux coûts et au confort acoustique. Les exigences pour un confort acoustique normal sont le fruit d un compromis entre coûts de construction et confort acoustique. Ce niveau de performance vise à ce que 70% des utilisateurs soient satisfaits de l isolation acoustique. Les exigences pour un confort acoustique supérieur visent quant à elles à ce que 90% des utilisateurs soient satisfaits de l isolation acoustique. La norme définit les critères acoustiques exigés pour le bâtiment fini, pour l un des niveaux de performance. Les exigences posées sont liées au bâtiment fini dans son ensemble et ne distinguent plus les éléments constructifs en catégories comme c était le cas dans l ancienne norme. Les exigences imposées dans la nouvelle norme forment le point de départ à la conception d un projet. Elles interviennent donc lors de la conception, dans les détails, dans les modes de réalisation et le choix des matériaux. 30

COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT. Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE

COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT. Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT Chapitre 1 : NOTIONS DE BASE Chapitre 2 : LES SOURCES DE BRUIT Chapitre 3 : ISOLATION ACOUSTIQUE DES PAROIS Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE Chapitre

Plus en détail

4.11 Acoustique. Introduction

4.11 Acoustique. Introduction 4. CARACTÉRISTIQUES PHYSIQUES ET MÉCANIQUES 4.11 Acoustique Introduction Les nuisances sonores gagnent en importance. La circulation s intensifie, les voisins et les enfants disposent d installations hi-fi

Plus en détail

L isolation acoustique

L isolation acoustique L isolation acoustique Ricardo Atienza Suzel Balez Nicolas REMY CRESSON École Nationale Supérieure d Architecture de Grenoble Typologie des bruits On distingue 2 familles de bruits! les bruits aériens

Plus en détail

ACOUSTIQUE REGLEMENTATION ISOLEMENT AUX BRUITS AÉRIENS ISOLEMENT AUX BRUITS DE CHOCS

ACOUSTIQUE REGLEMENTATION ISOLEMENT AUX BRUITS AÉRIENS ISOLEMENT AUX BRUITS DE CHOCS ACOUSTIQUE REGLEMENTATION Dans les exigences réglementaires, on distingue l isolement aux bruits aériens (voix, télévision, chaîne-hifi...) et l isolement aux bruits d impact (chocs). ISOLEMENT AUX BRUITS

Plus en détail

Sommaire. La nouvelle norme NBN S 01-400-1. Critères acoustiques pour les immeubles d habitation. 2 e édition (janvier 2008)

Sommaire. La nouvelle norme NBN S 01-400-1. Critères acoustiques pour les immeubles d habitation. 2 e édition (janvier 2008) La nouvelle norme NBN S 01-400-1 Critères s pour les immeubles d habitation Supplément à CSTC-Contact N 13 1 er trimestre 2007 CENTRE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE DE LA CONSTRUCTION Sommaire La nouvelle norme

Plus en détail

ANNEXE 2 L ACOUSTIQUE

ANNEXE 2 L ACOUSTIQUE ANNEXE 2 L ACOUSTIQUE LE BRUIT DÉFINITION Niveaux de l ambiance sonore résultant des activités Bruit admissible et confort à l intérieur L ISOLATION ACOUSTIQUE L INDICE D AFFAIBLISSEMENT ACOUSTIQUE PONDÉRÉ

Plus en détail

B2.- Performances acoustiques de divers éléments de construction

B2.- Performances acoustiques de divers éléments de construction B2.- Performances acoustiques de divers éléments de construction B2.1.- Caractéristiques d absorption B2.1.1.- Coefficients d absorption de surfaces couvertes par différents éléments Maçonnerie et enduits

Plus en détail

Acoustique et thermique

Acoustique et thermique Chapitre 3 Acoustique et thermique 1. Préambule 2. Étude de systèmes constructifs 29 Chapitre 3 Acoustique et thermique 1. Préambule Les bonnes solutions thermiques n améliorent pas forcément l acoustique!

Plus en détail

Protection contre les bruits intérieurs au bâtiment

Protection contre les bruits intérieurs au bâtiment Réglementations Thermique Acoustique Aération Fiche d application Acoustique Départements d Outre-Mer Version 1.1 Protection contre les bruits intérieurs au bâtiment BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS Ministère

Plus en détail

Les fenêtres peuvent comporter une, deux ou trois vitres. L isolation phonique est-elle meilleure lorsque l on double ou triple le vitrage?

Les fenêtres peuvent comporter une, deux ou trois vitres. L isolation phonique est-elle meilleure lorsque l on double ou triple le vitrage? Les fenêtres peuvent comporter une, deux ou trois vitres. L isolation phonique est-elle meilleure lorsque l on double ou triple le vitrage? Comment isoler une pièce du bruit? À l issue de ce chapitre,

Plus en détail

Généralité sur le bruit

Généralité sur le bruit Généralité sur le bruit (Sources : http://www.bruitparif.fr, http://www.sante.gouv.fr et http://www.afsse.fr ) DRASS Rhône Alpes Groupe Régional Bruit 2009 1. Le son Le son est un phénomène physique qui

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE - SEPTEMBRE 2004. Avec Armstrong, l acoustique a ses solutions!

COMMUNIQUÉ DE PRESSE - SEPTEMBRE 2004. Avec Armstrong, l acoustique a ses solutions! COMMUNIQUÉ DE PRESSE - SEPTEMBRE 2004 Avec Armstrong, l acoustique a ses solutions! Découvrez : SABBIA, solution optimale pour maîtriser le bruit dans les Etablissements Scolaires. OPTIMA, fleuron des

Plus en détail

04-001-B-rp02 Etude de faisabilité pour application du système DOREAN à des bâtiments collectifs

04-001-B-rp02 Etude de faisabilité pour application du système DOREAN à des bâtiments collectifs RAPPORT D ETUDE Référence projet: 04-001-B N de document: 04-001-rp02 Diagnostic DOREAN Date: 20-01-2005 Nombre de page: 8 Annexe(s): 0 04-001-B-rp02 Etude de faisabilité pour application du système DOREAN

Plus en détail

Plaka dbreak Amélioration du confort acoustique des constructions en béton et maçonneries

Plaka dbreak Amélioration du confort acoustique des constructions en béton et maçonneries Plaka dbreak Amélioration du confort acoustique des constructions en béton et maçonneries Plaka dbreak Crochets acoustiques Les crochets acoustiques sont conçus pour réaliser les liaisons nécessaires à

Plus en détail

3 / Interventions à réaliser, à éviter

3 / Interventions à réaliser, à éviter 3 / Interventions à réaliser, à éviter dans le bâti ancien, hauts et bas Ils ont un rôle très semblable à celui des murs verticaux dans la gestion thermique et hydrique de la maison. Ensemble, ils déterminent

Plus en détail

Formation 2013 Bâtiment Durable

Formation 2013 Bâtiment Durable Formation 2013 Bâtiment Durable ACOUSTIQUE Bruxelles Environnement LES MATÉRIAUX UTILISÉS EN ISOLATION ACOUSTIQUE Sophie MERSCH, Ir arch. CENTRE URBAIN 25 avril 2013 Formation mise en œuvre par le Centre

Plus en détail

Formation 2013 Bâtiment Durable

Formation 2013 Bâtiment Durable Formation 2013 Bâtiment Durable ACOUSTIQUE Bruxelles Environnement ISOLATION ACOUSTIQUE DES FAÇADES Debby WUYTS, Ir CSTC-WTCB GUIDANCE ÉCO-CONSTRUCTION ET DÉVELOPPEMENT DURABLE 2 mai 2013 Formation mise

Plus en détail

par Jacques DURANDEAU Ingénieur de l École Nationale Supérieure d Arts et Métiers Directeur de SETRADEX Conseil

par Jacques DURANDEAU Ingénieur de l École Nationale Supérieure d Arts et Métiers Directeur de SETRADEX Conseil Escaliers mécaniques Trottoirs roulants par Jacques DURANDEAU Ingénieur de l École Nationale Supérieure d Arts et Métiers Directeur de SETRADEX Conseil 1. Définitions... C 3 726-2 2. Constitution... 3

Plus en détail

2.- Fiche «menuisiers d intérieur»

2.- Fiche «menuisiers d intérieur» 1 2.- Fiche «menuisiers d intérieur» Le menuisier intervient dans des travaux visant une isolation aux bruits aériens, une isolation aux bruits de chocs ou une correction acoustique de locaux et parfois

Plus en détail

Doublages thermo-acoustiques Placostil

Doublages thermo-acoustiques Placostil 01 Doublages sur ossature métallique Placostil Doublages thermo-acoustiques Placostil Description Les doublages Placostil renforcent les caractéristiques thermiques et acoustiques des parois auxquelles

Plus en détail

Bien concevoir l acoustique des locaux accueillant les enfants pour préserver leur santé. > Étude réalisée en collaboration avec

Bien concevoir l acoustique des locaux accueillant les enfants pour préserver leur santé. > Étude réalisée en collaboration avec Pôle éducatif et culturel d Andelnans. Bien concevoir l acoustique des locaux accueillant les enfants pour préserver leur santé > Étude réalisée en collaboration avec Préambule Sommaire Les agressions

Plus en détail

Communication parlée L2F01 TD 7 Phonétique acoustique (1) Jiayin GAO 20 mars 2014

Communication parlée L2F01 TD 7 Phonétique acoustique (1) Jiayin GAO <jiayin.gao@univ-paris3.fr> 20 mars 2014 Communication parlée L2F01 TD 7 Phonétique acoustique (1) Jiayin GAO 20 mars 2014 La phonétique acoustique La phonétique acoustique étudie les propriétés physiques du signal

Plus en détail

Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques

Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques DERNIÈRE IMPRESSION LE er août 203 à 7:04 Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques Table des matières Onde périodique 2 2 Les ondes sinusoïdales 3 3 Les ondes acoustiques 4 3. Les sons audibles.............................

Plus en détail

L isolation acoustique dans le bâtiment et le bâtiment métallique : quand le silence est d or...

L isolation acoustique dans le bâtiment et le bâtiment métallique : quand le silence est d or... L isolation acoustique dans le bâtiment et le bâtiment métallique : quand le silence est d or... C O N T E N U Contenu. L isolation acoustique dans le bâtiment et le bâtiment métallique: Quand le silence

Plus en détail

Le bruit. Le bruit Page 1 sur 10

Le bruit. Le bruit Page 1 sur 10 Le bruit Le bruit Page 1 sur 10 Introduction Les ambiances de travail (bruits, éclairage, ambiance thermique ) sont des éléments essentiels pour une bonne exécution d une tâche, tant leur impact sur l

Plus en détail

Cours d Acoustique. Niveaux Sonores Puissance, Pression, Intensité

Cours d Acoustique. Niveaux Sonores Puissance, Pression, Intensité 1 Cours d Acoustique Techniciens Supérieurs Son Ière année Aurélie Boudier, Emmanuelle Guibert 2006-2007 Niveaux Sonores Puissance, Pression, Intensité 1 La puissance acoustique Définition La puissance

Plus en détail

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK Guide de mise en œuvre Liant ProKalK Applications Confort Caractéristiques du produit Caractéristiques physiques Dosage et conseil d utilisation Isolation du sol en béton de chanvre ProKalK Isolation pour

Plus en détail

PRÉGYMÉTALTM. Mise en œuvre CONTRE-CLOISONS PRINCIPES DE POSE POINTS SINGULIERS ACCROCHAGES & FIXATIONS LOCAUX HUMIDES LOCAUX TRÈS HUMIDES

PRÉGYMÉTALTM. Mise en œuvre CONTRE-CLOISONS PRINCIPES DE POSE POINTS SINGULIERS ACCROCHAGES & FIXATIONS LOCAUX HUMIDES LOCAUX TRÈS HUMIDES PRÉGYMÉTALTM Mise en œuvre Caractéristiques techniques pages 90 à 9 PRINCIPES DE POSE A POINTS SINGULIERS 7 A 0 ACCROCHAGES & FIXATIONS LOCAUX HUMIDES LOCAUX TRÈS HUMIDES TRAÇAGE ET POSE DES RAILS CONTRE-CLOISONS

Plus en détail

RAL 7015 gris ardoise. RAL 9002 blanc gris

RAL 7015 gris ardoise. RAL 9002 blanc gris La laine de roche Les couleurs Les couleurs standard disponibles sont les suivantes : RAL 1015 ivoire claire RAL 7015 gris ardoise RAL 5008 bleu gris RAL 7022 gris terre d ombre RAL 7032 gris silex RAL

Plus en détail

Un jeu d enfant? Pas vraiment!

Un jeu d enfant? Pas vraiment! Texte: Eric Cloes Un jeu d enfant? Pas vraiment! Si vous pensez encore qu isoler les parois extérieures d une maison en bois se résume à remplir une ossature à l aide d un produit isolant, cet article

Plus en détail

10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010

10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010 10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010 IOLEMENT AU BRUIT AERIEN IN ITU INCERTITUDE QUANT AUX METHODE PREVIIONNELLE Julien COENCA 1, Christophe EJOURNE 1 1 Acoustique & Conseil, 17/19

Plus en détail

ACOUSTIQUE 3 : ACOUSTIQUE MUSICALE ET PHYSIQUE DES SONS

ACOUSTIQUE 3 : ACOUSTIQUE MUSICALE ET PHYSIQUE DES SONS Matériel : Logiciel winoscillo Logiciel synchronie Microphone Amplificateur Alimentation -15 +15 V (1) (2) (3) (4) (5) (6) ACOUSTIQUE 3 : ACOUSTIQUE MUSICALE ET PHYSIQUE DES SONS Connaissances et savoir-faire

Plus en détail

La modularité des espaces de bureaux

La modularité des espaces de bureaux La modularité des espaces de bureau Marie Laure COCOUAL ALHYANGE ACOUSTIQUE - 6, Cité de l ameublement 75011 PARIS mcocoual@alhyange.com A partir d'un bref état des lieu des normes et certifications (mise

Plus en détail

Chape sèche FERMACELL

Chape sèche FERMACELL Chape sèche Des systèmes reconnus dans la construction sèche présentant des qualités coupefeu et d isolation phonique. Descriptif : Chape sèche de haute qualité adaptée à divers domaines d utilisation,

Plus en détail

Mur double - appui plancher béton sur linteau Cellumat. 1/Détail: mur double appui hourdis béton sur linteau Cellumat

Mur double - appui plancher béton sur linteau Cellumat. 1/Détail: mur double appui hourdis béton sur linteau Cellumat Détails 1. Mur double - appui plancher béton sur linteau Cellumat 1/Détail: mur double appui hourdis béton sur linteau Cellumat Crochet type mur sec Mortier Membrane d'étanchéite Chaînage béton Brique

Plus en détail

ouate acoustique chanvre isolation thermique www.ecobati.be écologique Performante et Durable Isolation ouate

ouate acoustique chanvre isolation thermique www.ecobati.be écologique Performante et Durable Isolation ouate Thermique Acoustique Solutions Toiture Murs Cloisons écologique chanvre ouate isolation thermique acoustique Isolation Performante et Durable ouate Caractéristiques techniques Composition ou a te on ti

Plus en détail

CATALOGUE MP ACOUSTIQUE CATALOGUE MP ACOUSTIQUE 2011/2012. Plafonds acoustiques. Traitement absorbant mural. Cloisons acoustiques

CATALOGUE MP ACOUSTIQUE CATALOGUE MP ACOUSTIQUE 2011/2012. Plafonds acoustiques. Traitement absorbant mural. Cloisons acoustiques CATALOGUE MP ACOUSTIQUE 2011/2012 Plafonds acoustiques Traitement absorbant mural Cloisons acoustiques 1 Table des matières Présentation de la société :... 3 Proposition de MP Acoustique :... 3 Qu est-ce

Plus en détail

Principes d établissement de plans pour ouvrages en briques de parement en terre cuite et clinker

Principes d établissement de plans pour ouvrages en briques de parement en terre cuite et clinker Principes d établissement de plans pour ouvrages en briques de parement en terre cuite et clinker Sommaire Principes d établissement de plans Formats de briques Appareillages de maçonnerie Construction

Plus en détail

Cours de Structures en béton

Cours de Structures en béton Cours de Structures en béton Chapitre 12 DETAILS DE CONSTRUCTION Section 12.3 Les murs 12.3.1 Le mur extérieur en béton armé 12.3.2 Le mur extérieur en maçonnerie traditionnelle 12.3.3 Le mur extérieur

Plus en détail

ISOLATION PAR L INTÉRIEUR ET PAR L EXTÉRIEUR

ISOLATION PAR L INTÉRIEUR ET PAR L EXTÉRIEUR ISOLATION PAR L INTÉRIEUR ET PAR L EXTÉRIEUR solutions résidentielles en isolation www.greensun.be Greensun: la société Isolez avec Greensun L isolation de votre habitation ou appartement, par l intérieur

Plus en détail

«Tous les sons sont-ils audibles»

«Tous les sons sont-ils audibles» Chapitre 6 - ACOUSTIQUE 1 «Tous les sons sont-ils audibles» I. Activités 1. Différents sons et leur visualisation sur un oscilloscope : Un son a besoin d'un milieu matériel pour se propager. Ce milieu

Plus en détail

ISOLER LE SOL AU-DESSUS DES ESPACES NON CHAUFFÉS

ISOLER LE SOL AU-DESSUS DES ESPACES NON CHAUFFÉS Lisez aussi : Fiche 1 INTRODUCTION + Fiche 2 MAÎTRISER L ÉTANCHÉITÉ ET PROTÉGER L ISOLANT + Fiche 10 AMÉLIORER LA VENTILATION RÉNOVER POUR CONSOMMER MOINS D ÉNERGIE : GUIDE PRATIQUE ISOLER LE SOL AU-DESSUS

Plus en détail

Styrodur C, un XPS exempt de CFC, HCFC et HFC. De l air, tout simplement. Ecologique, tout simplement.

Styrodur C, un XPS exempt de CFC, HCFC et HFC. De l air, tout simplement. Ecologique, tout simplement. Styrodur C, un XPS exempt de CFC, HCFC et HFC. De l air, tout simplement. Ecologique, tout simplement. Isolation thermique plus qu une simple protection de l environnement Une isolation thermique optimale

Plus en détail

Notions d acoustique contexte réglementaire et solutions de prévention

Notions d acoustique contexte réglementaire et solutions de prévention Réduire le bruit au travail : des solutions de prévention 29 octobre 2008 Notions d acoustique contexte réglementaire et solutions de prévention Hubert FINCK Ingénieur Conseil Les enjeux Le bruit concerne

Plus en détail

Laine à insuffler. Remplissage de laine de roche en vrac pour la rétro-isolation de murs creux

Laine à insuffler. Remplissage de laine de roche en vrac pour la rétro-isolation de murs creux Laine à insuffler Remplissage de laine de roche en vrac pour la rétro-isolation de murs creux RETRO-ISOLATION: PLUS DE CONFORT, MOINS DE FRAIS Dans les maisons qui ont été construites avant la crise de

Plus en détail

Insonorisation des logements proches des aéroports

Insonorisation des logements proches des aéroports Insonorisation des logements proches des aéroports NOTE TECHNIQUE Points de repères Octobre 2006 direction générale de l Aviation civile service technique de l Aviation civile Insonorisation des logements

Plus en détail

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Responsable: Dr. GHOMARI Fouad COMPORTEMENT AU FEU DU BETON. Le feu est

Plus en détail

Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB Formation développée dans le cadre de PATHB2010

Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB Formation développée dans le cadre de PATHB2010 Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB Formation développée dans le cadre de PATHB2010 PROGRAMME DE FORMATION Dans le cadre du PROJET PAThB2010 Practical Approach for Thermal Bridges 2010 AVEC

Plus en détail

ISOLER LA TOITURE INCLINÉE

ISOLER LA TOITURE INCLINÉE Lisez aussi : Fiche 1 INTRODUCTION + Fiche 2 MAÎTRISER L ÉTANCHÉITÉ ET PROTÉGER L ISOLANT + Fiche 10 AMÉLIORER LA VENTILATION RÉNOVER POUR CONSOMMER MOINS D ÉNERGIE : GUIDE PRATIQUE ISOLER LA TOITURE INCLINÉE

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Construction : avant 1971 ou inconnu Version du protocole: 17/07/2013

Plus en détail

Les registres coupe-feu

Les registres coupe-feu Les registres coupe-feu Installez avec soin Comment assurer une installation conforme Pour obtenir des exemplaires de cette publication, adressez-vous à la Direction des communications de la Régie du bâtiment

Plus en détail

Isolement acoustique et résistance au feu des ensembles comportant des coupe-feu

Isolement acoustique et résistance au feu des ensembles comportant des coupe-feu Solution constructive n o 16 Isolement acoustique et résistance au feu des ensembles comportant des coupe-feu par T.R.T. Nightingale et M.A. Sultan Cet article porte sur différentes techniques coupe-feu

Plus en détail

ANALYSE DE LA QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE D UNE RÉHABILITATION DE BÂTIMENT

ANALYSE DE LA QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE D UNE RÉHABILITATION DE BÂTIMENT ANALYSE DE LA QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE D UNE RÉHABILITATION DE BÂTIMENT Réhabilitation du bâtiment «Mendès France» à Auch 12 logements au standard «BBC Effinergie Rénovation» pour l OPH 32 Octobre 2011

Plus en détail

Mur Hybride, bien plus qu un simple mur

Mur Hybride, bien plus qu un simple mur Mur Hybride, bien plus qu un simple mur Correction des ponts thermiques Maçonnerie de type a RT 2012 Mur Hybride R = 1,45 Pose rapide Porotherm GF R20 Th+ Mur Hybride énergie économie écologie émotion

Plus en détail

Solutions durables et innovantes pour maisons bois

Solutions durables et innovantes pour maisons bois Concept Solutions durables et innovantes pour maisons bois Des solutions techniques et performantes pour l univers de la construction Construire plus naturellement, c est concevoir des maisons saines et

Plus en détail

Grilles acoustiques. Type NL 6/6/F/2

Grilles acoustiques. Type NL 6/6/F/2 Grilles acoustiques Type NL //F/ Sommaire Description Description Exécutions Dimensions et poids Constructions modulaires Options Installation 5 Données techniques, type NL Données techniques type, NL

Plus en détail

CONFORME ERP 2006. Parement couverture en panneau de particules de bois hydrofuge.

CONFORME ERP 2006. Parement couverture en panneau de particules de bois hydrofuge. Les secrets du panneau 9 avantages principaux Parement couverture en panneau de particules de bois hydrofuge. Les chevrons ils servent de raidisseur du panneau et remplacent les chevrons d une charpente

Plus en détail

Nombre de m 2 / colis. Nombre de colis/ palette

Nombre de m 2 / colis. Nombre de colis/ palette easyrock Rouleau revêtu d un pare-vapeur kraft polyéthylène utilisé en rénovation. Echelle de densité + le + produit : la performance et la simplicité, avec un R = 5,10 m 2.K/W en 200 mm mono couche. le

Plus en détail

Fiche Technique pour un bâtiment modulaire à ossature en bois de 54 m²

Fiche Technique pour un bâtiment modulaire à ossature en bois de 54 m² Fiche Technique pour un bâtiment modulaire à ossature en bois de 54 m² Cahier de charge NON définitif. Adaptations possibles selon l arrivée de nouveaux matériaux bois ou la mise en œuvre de techniques

Plus en détail

La protection contre l incendie Des détails à ne pas sous-estimer

La protection contre l incendie Des détails à ne pas sous-estimer Journée d étude Les Nœuds Constructifs La protection contre l incendie Des détails à ne pas sous-estimer Y. Martin CSTC Division Enveloppe du Bâtiment et Menuiserie Bruxelles, Confédération Construction

Plus en détail

Vu le dahir du 7 kaada 1371 (30 Juillet 1952) relatif à l urbanisme et, notamment, son article 18 ;

Vu le dahir du 7 kaada 1371 (30 Juillet 1952) relatif à l urbanisme et, notamment, son article 18 ; Décret n 2-64-445 du 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964) définissant les zones d habitat économique et approuvant le règlement général de construction applicable à ces zones. (B.O. n 2739 du 28-4-1965,

Plus en détail

ISOLATION DES TOITURES EN TUILES ET EN ARDOISES AUX BRUITS AÉRIENS

ISOLATION DES TOITURES EN TUILES ET EN ARDOISES AUX BRUITS AÉRIENS P R A I Q U E IOLAION DE OIURE EN UILE E EN ARDOIE AUX BRUI AÉRIEN Une protection efficace du logement vis-à-vis des nuisances acoustiques, par le biais de la toiture et des façades, est une exigence de

Plus en détail

(B.O. n 2739 du 28-4-1965, page 489) LE PREMIER MINISTRE,

(B.O. n 2739 du 28-4-1965, page 489) LE PREMIER MINISTRE, DECRET N 2-64-445 DU 21 CHAABANE 1384 (26 DECEMBRE 1964) DEFINISSANT LES ZONES D HABITAT ECONOMIQUE ET APPROUVANT LE REGLEMENT GENERAL DE CONSTRUCTION APPLIABLE A CES ZONES (B.O. n 2739 du 28-4-1965, page

Plus en détail

Eurotoit, le panneau haute performance pour l isolation thermique des toitures par l extérieur

Eurotoit, le panneau haute performance pour l isolation thermique des toitures par l extérieur Eurotoit, le panneau haute performance pour l isolation thermique des toitures par l extérieur Adapté au marché du neuf et de la rénovation en climat de plaine et de montagne. isolation thermique par l

Plus en détail

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN Bureau d Etudes Thermiques SCHLIENGER 45, rue de Mulhouse 68210 BALSCHWILLER Tél. 03.89.25.91.95 Fax 03.89.25.91.95 E-mail : sschlienger@free.fr SOMMAIRE

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 24/06/1992 Numéro de référence du permis : 92/39 Construction : 1993 Version

Plus en détail

CODE DE SÉCURITÉ SAFETY CODE. Publié par: Le Directeur général Date de publication: 1993 Original: français PROTECTION CONTRE LE BRUIT

CODE DE SÉCURITÉ SAFETY CODE. Publié par: Le Directeur général Date de publication: 1993 Original: français PROTECTION CONTRE LE BRUIT Edms 335722 CERN CODE DE SÉCURITÉ SAFETY CODE A 8 Publié par: Le Directeur général Date de publication: 1993 Original: français PROTECTION CONTRE LE BRUIT Table des matières 1 Base juridique 2 Objet 3

Plus en détail

2.000 Kg DESCRIPTION TECHNIQUE

2.000 Kg DESCRIPTION TECHNIQUE «La solution» 2.000 Kg DESCRIPTION TECHNIQUE SP2-F et SP4-F 295/310 SP2-F et SP4-F 295/310 MODELE H DH SP2/4-F 295 295 163 SP2/4-F 310* 310 163 *Standard Garage avec porte frontale devant parking mécanique

Plus en détail

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti .0 RISQUES GEOLOGIQUES DU SITE NOTES. LIQUÉFACTION : On ne doit pas trouver de sols granulaires liquéfiables, lâches, saturés, ou qui pourraient compromettre la performance sismique du bâtiment, dans des

Plus en détail

Concilier confort acoustique et santé des occupants. Choix des vitrages

Concilier confort acoustique et santé des occupants. Choix des vitrages Concilier confort acoustique et santé des occupants Choix des vitrages 2010 1 Le verre : ses spécificités Le verre : permet la vision vers l extérieur laisse pénétrer, dans les bâtiments, la lumière naturelle.

Plus en détail

Le pavillon. Électrothermie. Chauffage électrique

Le pavillon. Électrothermie. Chauffage électrique PAGE 1 DE 10 SOUS / Objectif Énoncer les différents procédés de chauffage (direct et indirect). Énoncer les principes de fonctionnement. Identifier les éléments constitutifs. Savoir technologique visé

Plus en détail

fire-line DE COENE Securité anti-incendie certifiée! De Coene Products Europalaan 135 BE-8560 Gullegem www.decoeneproducts.be

fire-line DE COENE Securité anti-incendie certifiée! De Coene Products Europalaan 135 BE-8560 Gullegem www.decoeneproducts.be DE COENE PRODUCTS Securité anti-incendie certifiée! fire-line L incendie de l Innovation à Bruxelles (1967) a entraîné une législation incendie innovante et extrêmement rigoureuse pour les bâtiments publiques

Plus en détail

INSTALLATION DU BARDEAU DE CÈDRE BLANC

INSTALLATION DU BARDEAU DE CÈDRE BLANC MISE EN GARDE Si un produit est défectueux, ne le posez pas. Les matériaux défectueux seront remplacés sous garantie uniquement si vous en faites la demande avant l installation et si les conditions d

Plus en détail

BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK

BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK 1 BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK Les problématiques environnementales dues à une trop grande consommation d énergie ne peuvent plus être négligées aujourd hui. La

Plus en détail

Bâtiment SHS - Université Paris Ouest Nanterre la Défense

Bâtiment SHS - Université Paris Ouest Nanterre la Défense 5 ème Forum International Bois Construction FBC 2015 Bâtiment SHS - Université Paris Ouest Nanterre la Défense P. Gontier 1 Bâtiment SHS - Université Paris Ouest Nanterre la Défense Pascal Gontier Architecte

Plus en détail

ECRANS ACOUSTIQUES DURABLES

ECRANS ACOUSTIQUES DURABLES FICHE TECHNIQUE : CASSETTE ACOUSTIQUE ABSORBANTE P9507 A3/B3 (DLα 8 db/dl R 33 db) CODES P9507 : L = 0.00 3.00m P9371 : L = 3.01 4.00m (avec renforcement interne) P9372 : L = 4.01 5.00m (avec renforcement

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

7.2. Isolation phonique sur solivage

7.2. Isolation phonique sur solivage 50 7.2. Isolation phonique sur solivage Désignation abrégée (plancher de base) : 2 E 32 (2) (3) 2 E 32 (2) (3) 2 E 34 (2) (2) (3) 2 E 35 Construction Sans plaques de sol + 10 mm + 10 mm + mm fibres de

Plus en détail

Sika ComfortFloor pour votre maison

Sika ComfortFloor pour votre maison Sika ComfortFloor pour votre maison LA PERFECTION N A JAMAIS ÉTÉ AUSSI PROCHE Vivre avec perfection Sika ComfortFloor à la maison Sika ComfortFloor est bien plus qu un revêtement de sol. C est également

Plus en détail

Une introduction aux modèles de perception et de raisonnement

Une introduction aux modèles de perception et de raisonnement Une introduction aux modèles de perception et de raisonnement Courriel : {prenom.nom}@univ-lorraine.fr .. Lecture La perception humaine. . Lecture La perception humaine.. Partie 1. 1. La et les espaces

Plus en détail

La Règue Verte 54 logements THPE à structure béton et enveloppe à ossature bois

La Règue Verte 54 logements THPE à structure béton et enveloppe à ossature bois Forum Bois Construction Beaune 2011 La Règue verte - 54 logements THPE à structure béton et enveloppe à ossature bois B. Dayraut 1 La Règue Verte 54 logements THPE à structure béton et enveloppe à ossature

Plus en détail

fermacell Newsletter Des sols robustes et faciles à poser. 2/2015 I Fermacell Sàrl Suisse

fermacell Newsletter Des sols robustes et faciles à poser. 2/2015 I Fermacell Sàrl Suisse fermacell Newsletter 2/2015 I Fermacell Sàrl Suisse Des sols robustes et faciles à poser. Systèmes de sol fermacell adaptés à tous les supports p. 3 fermacell Therm38 Les tout derniers systèmes de chauffage

Plus en détail

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 27/05/2005 Numéro de référence du permis : PU 2005/067 Construction : 2006 Version

Plus en détail

Matériaux d'isolation

Matériaux d'isolation Produits d'étanchéité et d'isolation Matériaux d'isolation Definition Caractéristiques Fabrication Références normatives Spécifications Marquage C.E Certifications Acquis environnementaux Définition :

Plus en détail

Acoustique des salles

Acoustique des salles Acoustique des salles Nicolas REMY CRESSON école d architecture de Grenoble Nicolas REMY - L5C - école d architecture de Grenoble Acoustique des salles L acoustique des salles vise à offrir la meilleure

Plus en détail

Thierry Gallauziaux et David Fedullo LE GRAND LIVRE DE L ISOLATION. Groupe Eyrolles, 2009, ISBN 978-2-212-12404-0

Thierry Gallauziaux et David Fedullo LE GRAND LIVRE DE L ISOLATION. Groupe Eyrolles, 2009, ISBN 978-2-212-12404-0 Thierry Gallauziaux et David Fedullo LE GRAND LIVRE DE L ISOLATION Groupe Eyrolles, 2009, ISBN 978-2-212-12404-0 Pourquoi isoler? La thermique dans l habitat 14 Les performances thermiques des matériaux

Plus en détail

Garde-corps. bfu bpa upi. Base: norme sia 358. Les bâtiments doivent répondre à un besoin humain fondamental, celui de se sentir en sécurité.

Garde-corps. bfu bpa upi. Base: norme sia 358. Les bâtiments doivent répondre à un besoin humain fondamental, celui de se sentir en sécurité. bfu bpa upi Mb 9401 Garde-corps Base: norme sia 358 Les bâtiments doivent répondre à un besoin humain fondamental, celui de se sentir en sécurité. Habitations, magasins, bâtiments administratifs, écoles

Plus en détail

Pourquoi isoler? Réduire l'usage d'énergie Economiser les frais de chauffage Protéger l'environnement Augmenter la valeur des bâtiments

Pourquoi isoler? Réduire l'usage d'énergie Economiser les frais de chauffage Protéger l'environnement Augmenter la valeur des bâtiments Thème Pourquoi isoler? Pourquoi isoler? Réduire l'usage d'énergie Economiser les frais de chauffage Protéger l'environnement Augmenter la valeur des bâtiments Les indications, illustrations, informations

Plus en détail

En mars 2001, à l occasion d une journée

En mars 2001, à l occasion d une journée Solutions Cetiat MESURES ACOUSTIQUES TROIS NORMES POUR MESURER LE BRUIT DES MACHINES La chasse au bruit oblige les fournisseurs à tenir compte des caractéristiques acoustiques de leurs matériels de plus

Plus en détail

Annexe vade-mecum Règles Pratiques en matière de sécurité incendie

Annexe vade-mecum Règles Pratiques en matière de sécurité incendie Annexe vade-mecum Règles Pratiques en matière de sécurité incendie La nouvelle réglementation concernant la réaction au feu (Annexe 5 AR 12/07/2012). Prescriptions concernant les traversées résistantes

Plus en détail

Principe : de tous côtés, la meilleure isolation thermique.

Principe : de tous côtés, la meilleure isolation thermique. Principe : de tous côtés, la meilleure isolation thermique. Chaque élément de construction a un effet déterminant Qu il s agisse du toit, d un mur extérieur ou de la cave, une bonne qualité thermique des

Plus en détail

B1 Cahiers des charges

B1 Cahiers des charges B1 Cahiers des charges B1 cahiers des charges 35 B.1 Cahiers des charges Ce chapitre contient les cahiers des charges. Pour plus d informations, nous réfèrons au paragraphe B.3. Mise en oeuvre et B.4 Détails

Plus en détail

Isolation grâce à l air immobile

Isolation grâce à l air immobile Principes / La structure idéale 44 La structure idéale Schutz im Winter Rücktrocknung im Sommer L efficacité de toutes les isolations thermiques repose sur les inclusions d air dans le matériau isolant

Plus en détail

La laine de verre pour l isolation de toiture : Multifit, multi-gains! -10% Multifit 035 -10% (épaisseurs : de 160 à 260 mm) Primes

La laine de verre pour l isolation de toiture : Multifit, multi-gains! -10% Multifit 035 -10% (épaisseurs : de 160 à 260 mm) Primes La laine de verre pour l isolation de toiture : Multifit, multi-gains! 09/2013 Multifit 032-15% Déduction fiscale de 30% (épaisseurs : 120, 140 et 160 mm) Pare-vapeur LDS et accessoires -10% Multifit 035-10%

Plus en détail

Contenu : Pose d escalier préfabriqué monobloc en béton Rédaction : Hediger Damien / Etudiant ETC 3 ème année Date : 1 er octobre 2008

Contenu : Pose d escalier préfabriqué monobloc en béton Rédaction : Hediger Damien / Etudiant ETC 3 ème année Date : 1 er octobre 2008 Page 1 / 5 Rapport technique / domaine du bâtiment Contenu : Pose d escalier préfabriqué monobloc en béton Rédaction : Hediger Damien / Etudiant ETC 3 ème année Date : 1 er octobre 2008 Introduction Dans

Plus en détail

Les étapes d un dossier MOB dans l entreprise

Les étapes d un dossier MOB dans l entreprise Les étapes d un dossier MOB dans l entreprise 1 Les étapes d un dossier MOB au bureau d études: 1. La réalisation du devis 2. Passage en commande du dossier 3. La demande d éléments 4. Le plan d implantation

Plus en détail

Arrêté Royal du 7 juillet 1994 fixant les normes de base en matière de prévention contre l incendie et l explosion : Notice explicative

Arrêté Royal du 7 juillet 1994 fixant les normes de base en matière de prévention contre l incendie et l explosion : Notice explicative Arrêté Royal du 7 juillet 1994 fixant les normes de base en matière de prévention contre l incendie et l explosion : Notice explicative A n n e x e 1 Annexe 1 1.2.1 hauteur d un bâtiment La hauteur h d'un

Plus en détail

Résidence Les chemins de Berroueta

Résidence Les chemins de Berroueta Résidence Les chemins de Berroueta Quartier Berroueta 64122 URRUGNE DESCRIPTIF SOMMAIRE DU COLLECTIF Edition du 20/03/2014 1 A)APPARTEMENTS Gros oeuvre 1) Démolition, nettoyage du terrain. 2) Fondations

Plus en détail

Etanchéité à l air et isolation

Etanchéité à l air et isolation Etanchéité à l air et isolation Pourquoi? Comment? André BAIVIER 12 juin 2012 CCBC apparition de condensation la cause fréquente de dégâts à la construction : l air chaud qui se refroidit dépose une partie

Plus en détail

Les dimensions mentionnées sont pour la plupart reprises dans la réglementation (STS54, NBN EN 3509), RGPT, arrêté royal du 07/07/97)

Les dimensions mentionnées sont pour la plupart reprises dans la réglementation (STS54, NBN EN 3509), RGPT, arrêté royal du 07/07/97) Préliminaires Les dimensions mentionnées sont pour la plupart reprises dans la réglementation (STS54, NBN EN 3509), RGPT, arrêté royal du 07/07/97) Ces obligations assurent la sécurité dans les escaliers

Plus en détail