Le bien-être et l'éthique au cœur de la relation homme-animal

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le bien-être et l'éthique au cœur de la relation homme-animal"

Transcription

1 Les activités d élevage constituent un système complexe qui fonctionne et se perpétue en associant les humains et les animaux. Au cours des dernières décennies, les relations homme-animal, tout au moins dans nos civilisations occidentales, ont fortement évolué. D aucuns parlent d une nouvelle alliance entre l homme et animal Entre l homme et l animal = l entente est-elle parfaite ou imparfaite? Peut-on parler d animal modèle ou de modèle animal? Autant d interrogations. Qu en est-il aujourd hui du questionnement éthique, de la perception et de la prise en compte du bien-être animal par les professionnels de l élevage et par la société? Le bien-être et l'éthique au cœur de la relation homme-animal Portetelle D. 1, Bartiaux-Thill N. 2, Théwis A. 3 1 FUSAGx Unité de Biologie animale et microbienne Professeur ordinaire tél 081/ CRA-W - Dept Productions et Nutrition animales - Inspecteur général scientifique tél 081/ FUSAGx Unité de Zootechnie Professeur ordinaire tél 081/ Introduction De multiples annonces de ces derniers mois, souvent bien médiatisées par des groupes de pression, nous ont montré ou rappelé le sort parfois peu enviable de l'animal dans notre société : les maltraitances des bovins sur le marché de Ciney, les animaux sauvages "emprisonnés" dans les cirques, le gavage des canards qui sera désormais interdit en Allemagne, Italie, Pologne et au Danemark, les animaux élevés pour leur fourrure, l'interdiction d'ici peu de la chasse à courre en Grande Bretagne, la suppression des corridas considérées cependant par leurs partisans comme valeur culturelle européenne, Tous ces exemples mettent en évidence tantôt les douleurs ou les souffrances que peuvent encourir les animaux, tantôt les atteintes à leur bien-être, mais surtout une réflexion de la société sur leur sort. Mais qu'est-ce que le bien-être animal? Comment et pourquoi cette notion s'est-elle peu à peu répandue dans nos sociétés? Et comment quantifier, qualifier, identifier cet état chez les animaux d'élevage ou d'expérimentation? Si chacun d'entre nous a une perception intuitive de cette notion, elle demeure confuse, voire difficile à comprendre et sujette à différentes interprétations. Pour nous aider à y voir plus clair, il convient de retracer l'histoire du principe de bien-être animal dans la société, en expérimentation et dans le 1

2 milieu professionnel de l'élevage, et de recenser les éléments qui concourent à sa définition, sa description et son étude scientifique. Nous évoquerons en cours de route quelques exemples de réflexions éthiques dans le secteur animal ainsi que des pistes suivies dans des travaux de recherche menés au Centre wallon de Recherches Agronomiques et à la Faculté Universitaire des Sciences Agronomiques de Gembloux. Au cours de ces dernières décennies, les sciences et les productions animales ont subi de profondes évolutions technologiques. On est passé, à la fin de la seconde guerre mondiale, de la nécessité d'assurer des moyens de subsistance pour tous aux possibilités offertes par divers secteurs de la biologie pour répondre à des objectifs tant quantitatifs que qualitatifs de la production via différents moyens techniques : la sélection, la reproduction in vitro, la nutrition, la lutte contre les maladies, et plus récemment l'avènement du génie génétique, du clonage et de la transgenèse. Sur le plan expérimental, l'animal reste bien souvent un outil de choix avec lequel il est possible de comprendre des mécanismes biologiques (cancer, apoptose, métabolismes, maladies ), de tester l'efficacité ou la toxicité de produits à usage médical ou nutritionnel, de mettre au point des méthodes d'interventions chirurgicales applicables à l'homme, ou de produire pour le futur des molécules d'intérêt thérapeutique ou même des organes de transplantation (xénogreffes). Tout cela est-il acceptable quand on nous présente parfois des images atroces d'animaux mutilés ou garnis d'électrodes? Alors qu'autrefois l'élevage était une affaire de paysans et de son ministère de tutelle, "l'agriculture", le monde de l'élevage d'aujourd'hui se laisse guider par les exigences des consommateurs. Du coup, les critères auxquels doivent répondre les produits alimentaires issus de l'élevage ont évolué. De nos jours, un produit d'origine animale doit non seulement obéir à un certain nombre d'exigences hygiéniques - il doit être sain -, mais également posséder des qualités organoleptiques et avoir, la nouveauté est certainement là, une valeur éthique, c'est à dire répondant à un ensemble de règles de conduite, quant à la manière de les produire. La relation homme-animal prend ainsi une autre dimension dans laquelle le bien-être animal prend une importance toute particulière. 2. Origine de la prise en compte du bien-être animal Dans le mode de l'élevage, le bien-être animal vient de deux courants complémentaires : d'une part, l'évolution même de l'élevage au travers de l'industrialisation; d'autre part, l'évolution du statut de l'animal, en tant qu'être vivant et en tant qu'être sensible Evolution de l'élevage au travers de l'industrialisation Concernant l'évolution de l'élevage, il convient de rappeler combien le monde agricole a évolué, à quel point l'élevage a changé. Nous sommes passés de ces élevages de petite taille, parfois un peu accessoires, assurant un complément de revenu aux paysans, à des élevages spécialisés, industrialisés, où les grandes densités, la claustration, le confinement, l'absence de lumière naturelle sont devenus la norme. Leur fonctionnement en circuits fermés et leurs bâtiments clos apparaissent alors aux yeux du public comme des élevages 2

3 cachés. Or, quand on ne voit pas les choses, on subodore qu'elles ne sont peut-être pas très nettes et deviennent suspectes. Par ailleurs, dans ce contexte de l'élevage intensif, l'environnement global de l'animal est devenu de plus en plus restrictif. Autrefois, les animaux de ferme arrivaient parfois, dans les cours ou dans leurs réduits, à faire ce qu'ils font à l'état naturel, battre des ailes ou prendre un bain de poussière pour une poule, fouir le sol avec son groin pour le porc Tout ceci n'est plus possible dans un univers bétonné ou grillagé. Aujourd'hui, la diminution drastique de la surface allouée à l'animal, l'entravement ou le confinement extrême le privent de la possibilité d'exprimer l'ensemble de son "répertoire comportemental". Sans oublier, la rupture précoce des liens sociaux entre les mères et les jeunes. On est loin de l'image bucolique de la vache et de son veau. Aujourd'hui, le veau est retiré de la mère dès la naissance, mis au seau ou au nourrisseur. Quant aux porcelets des différentes portées, ils sont regroupés par poids pour constituer des lots homogènes et les mener, autant que possible, en même temps à l'abattage, etc. La vie de l'animal, de la naissance à l'abattage, est fractionnée en étapes successives, sans compter toutes les mutilations auxquelles on le soumet afin qu'ils ne s'agressent pas mutuellement dans ces espaces réduits : le débecquage des poules, la section des canines et des queues des porcelets, la castration des porcs mâles L'élevage s'est donc énormément modifié : cette modification s'est essentiellement traduite par l'augmentation des contraintes sur l'être vivant qu'est l'animal Evolution du statut de l'animal Simultanément à cette intensification, une réflexion philosophique et politique s'est instaurée sur la place de l'animal dans la société. La notion de bien-être animal est apparue pour la première fois dans la convention Européenne sur la protection des animaux en élevage (J.O. n L323 du 17/11/1978) convention qui a été ratifiée par l'ensemble des pays membres de la Communauté européenne et qui est à l'origine de l'ensemble des directives européennes qui fixent des normes ou des critères concernant le bien-être des animaux d'élevage. Dans son "Protocole sur la protection et le bien-être des animaux", le traité d'amsterdam, signé le 2 octobre 1997 et entré en vigueur en mai 1999, établit de nouvelles règles fondamentales concernant l'action de l'union européenne dans ce domaine. Il reconnaît officiellement que les animaux sont des êtres sensibles, pour lesquels la mise en œuvre de la politique communautaire dans les domaines de l'agriculture, des transports du marché intérieur et de la recherche doit prendre en compte leurs exigences de bien-être. A ce jour, des directives traitent de la protection des animaux au cours du transport, en élevage, lors de l'abattage et lorsqu'ils sont utilisés à des fins scientifiques. Considérant que l'animal est un être sensible, l'annexe 49 de la Constitution Européenne prévoit que l'union et ses membres seront pleinement attentifs aux exigences du bien-être des animaux dans la formulation et l'application des règlements concernant l'agriculture, la pêche, les transports, la recherche et le développement technologique. Toutefois, les législations relatives aux rites religieux et aux traditions régionales seront respectées. Qualifier un animal d'être sensible, cela veut aussi dire qu'il n'est pas une simple machine à produire, avec des intrants d'un côté et une courbe de performance de l'autre, 3

4 mesurée par un gain quotidien moyen (GQM), un indice de consommation, une courbe de lactation ou bien un nombre d'œufs pondus par an et par poule pondeuse. Cette reconnaissance de la sensibilité nous impose dès lors un "certain respect" pour l'animal, et donc un "certain nombre de devoirs" envers lui. Ainsi dans l'ar du 1 er mars 2000 relatif à la "protection des animaux dans les élevages", résultant de la mise en application de la directive 98/58/CE, il est stipulé entre autres : "9. Méthodes d'élevage a) les méthodes d'élevage naturelles ou artificielles qui causent ou sont susceptibles de causer des souffrances ou des dommages aux animaux concernés ne doivent pas être pratiquées " Par ailleurs, notre attitude vis-à-vis de l'animal diffère selon la "catégorie" à laquelle il appartient. Selon qu'il soit d'élevage, de laboratoire ou de compagnie, selon l'usage que l'on en fait, l'animal ne va pas bénéficier des mêmes égards. Dans toute civilisation, l'animal est défini par son utilité, qui définit son usage, donc ce qui est permissible et ce qui est défendu, ce qui est considéré comme actes de bienveillance ou de cruauté. La société protège l'animal dans le cadre de son utilité, dans le cadre de l'usage pour lequel il a été élevé. Ainsi l'animal de rente est élevé pour être mis à mort, puis être consommé. Le tuer en soi n'est dès lors pas un acte de cruauté, mais sans l'étourdir, le devient. Le maltraiter comme cela a pu être observé sur le marché de Ciney devient cruel, car cela échappe à l'utilité pour laquelle il a été élevé. Gaver un canard est-il cruel? Plusieurs le pensent, à partir du moment où le gavage est pour certains synonyme de la privation de la liberté fondamentale de s'alimenter, à partir du moment où le système de gavage en cages individuelles est pour d'autres cause de stress et de blessures. L'AR du 1 er mars 2000 précise toutefois dans la suite de l'alinéa a du point 9. Méthodes d'élevage : "Cette disposition n'empêche pas le recours à certaines méthodes susceptibles de causer des souffrances minimales ou momentanées, ou de nécessiter une intervention non susceptible de causer un dommage durable". 3. Comment les professionnels de l'élevage ont-ils abordé le bien-être? Les éleveurs comme les agronomes et les vétérinaires, se sont initialement préoccupés du stress et de la souffrance engendrés par les systèmes de production plutôt que du bien-être. C'était le bien-être vu sous son côté négatif, c'est-à-dire l'absence de bien-être que l'on percevait. Avec toutes les répercussions que l'on connaît : la souffrance et le stress ont des conséquences immédiates en termes de sanction sur la carcasse, des répercussions sur la qualité du produit fini, par exemple les problèmes de viande "pisseuse" ou de viande à "coupe sombre" consécutifs au stress trop important des animaux lors des transports vers les lieux d'abattage. On a cherché d'abord à y remédier grâce à l'administration de tranquillisants - sans connaissance alors sur les effets des résidus. On a cherché ensuite à apporter des éléments "correcteurs" sur l'animal, via la sélection génétique et des croisements appropriés, pour aboutir finalement à la sélection d'une nouvelle souche de porc Piétrain REHAL, insensible aux effets de stress des élevages devenus industriels. 4

5 On parle maintenant plus ouvertement du bien-être, dans le sens positif. Sécurité alimentaire, hygiénique, confort physique et "émotionnel", liberté d'exprimer son répertoire comportemental sont des éléments participant à la définition du bienêtre animal mais ils ne suffisent pas à cerner entièrement la complexité de cette notion de bien-être. 4. Les composantes du bien-être animal Le premier facteur, le contexte socioculturel qui définit l'éthique des relations homme-animal, est bien entendu très déterminant pour décrire la notion de bienêtre. Il est évident que la relation entre l'homme et l'animal est différente pour notre civilisation occidentale octroyant un caractère utilitaire à un animal de rente telle que la vache, et pour la civilisation hindoue octroyant un caractère sacré à la vache, temple de la réincarnation des ancêtres. Le chien est apprécié en Occident comme animal de compagnie. Mais notre société est-elle prête à accepter la viande de chien, alors que celle-ci est un met prisé dans d'autres régions du globe? Le deuxième facteur est le système d'élevage, ce qu'il permet ou ne permet pas à l'animal, le degré de contrainte exercé sur celui-ci. Il suffit d'évoquer ici les vastes débats sur les dimensions des cages des poules en batterie, de gavage des canards Le Conseil de l'europe recommande qu'à partir du 1 er janvier 2005, les producteurs de foie gras ne pourront plus installer de nouvelles cages individuelles; ils auront cinq ans à compter de la même date pour supprimer définitivement les cages existantes, jugées trop petites. Le troisième facteur est l'organisme animal lui-même, résultante d'un programme biologique complexe se déroulant dans le corps mais aussi dans le cerveau de l'animal pour réaliser un certain nombre de comportements. En élevage industriel, ces comportements "naturels" disparaissent car la place n'est pas suffisante pour permettre ces comportements spécifiques des animaux. L'animal s'ennuie et va lors s'engager dans un certain nombre de comportements stéréotypés, en prenant toujours la même position ou en répétant le même mouvement ou le même acte (par ex. mordiller la queue de ses congénères, ce qui oblige l'éleveur à une "mutilation" sur l'animal en sectionnant la queue à la naissance). Ce petit exemple permet de préciser ce que sont la souffrance et la douleur dans l'appréciation du bien-être. La souffrance est un état émotionnel aversif, concomitant au "désordre biologique" créé, accompagné ou non de douleur. Cette dernière possède quant à elle des soubassements physiologiques sensoriels bien identifiés, provoquant la sensation douloureuse. 5

6 5. Méthodes scientifiques d'évaluation du bien-être animal en élevage 5.1. Les composantes biologiques du bien-être animal Pour identifier concrètement les systèmes d'élevage les moins contraignants pour l'animal, encore faut-il disposer de critères, d'indices permettant d'évaluer les composantes biologiques du bien-être animal. Celui-ci se retrouve ainsi à la conjonction de plusieurs disciplines scientifiques et de compétences comme : les sciences du comportement (éthologie, biologie du comportement, psychologie). L'observation des animaux conjuguée à la connaissance de leur comportement est une méthode simple, déjà préconisée par des praticiens, pour appréhender et mettre à jour certains problèmes de gestion d'un troupeau. L'observation des animaux s'inscrit dans une démarche globale appelée 3R : Regarder Réfléchir Réagir. Une règle basée aussi sur 3 "autres " R est également d'application en expérimentation animale. la physiologie (indicateurs physiologiques ou neuro-endocrinologiques de la douleur) la zootechnie (observation du taux de mortalité ou des indices de perfomances, niveau de consommation, ) la génétique (quantitative, moléculaire pour apprécier les critères d'adaptation de l'animal aux conditions d'élevage déjà sélectionnés, ou en envisager d'autres) la pathologie clinique et l'épidémiologie (indicateurs sanitaires). Cette notion de bien-être animal peut donc être mesurée, quantifiée, objectivée mais elle reste complexe. Aujourd'hui, nous comparons les différents systèmes d'élevage les uns par rapport aux autres pour essayer de déterminer ceux qui respectent le bien-être et ceux qui retentissent de façon négative sur le bien-être des animaux. 5.2 La demande sociale de la protection des animaux L'analyse des composantes définissant le bien-être animal ne serait pas complète sans la prise en compte de la demande sociale de la protection des animaux : le bien-être animal doit certes correspondre au mieux à la vision attendue par la société dans sa majorité, mais également dans le respect du contexte socio-économique dans lequel ce bien-être est souhaité. La communication entre les producteurs, les scientifiques et les consommateurs doit dès lors alimenter le débat et définir le consensus indispensable entre tous, prenant en compte : la représentation sociale des systèmes d'élevage et l'impact sur le comportement des consommateurs l'évaluation des conséquences économiques du respect du bien-être animal sur le producteur et la société en général. 6

7 La complexité de certaines situations prenant en compte les différents acteurs (animal, producteur, consommateur) peut conduire rapidement à des dilemmes d'ordre éthique. A titre d'exemple, le système de production du foie gras par gavage est-il encore défendable? La césarienne sur le blanc-bleu-belge est-elle une pratique engendrant seulement douleur, trouble et voue-t-elle dès lors la race à sa disparition si comme, certains le veulent, la césarienne devait être abolie? Par ailleurs, que pensez-vous des activistes des "droits des animaux", spécialement actifs en Grande-Bretagne au sein de l'alf (Animal Liberation Front), incendiant des magasins fast-food, plaçant des lettres piégées dans les boîtes aux lettres des défenseurs de la recherche animale, les attaquant même avec des raquettes de base-ball, matraquant des chercheurs par des s odieux, détruisant les cages d'animaux élevés pour leur fourrure, Que penser, face à de telles méthodes, de "leur victoire" sur l'abandon de la construction d'un centre de recherche sur les primates à Oxford, et d'une animalerie à Cambridge? Des réactions cependant apparaissent. D'une part s'est ouvert un site WEB - Victims of Animal Rights Extremism, afin d'assurer support et conseils mutuels entre personnes agressées et de relayer les plaintes vers le gouvernement pour résoudre le problème de l' "extrémisme des droits des animaux". Par ailleurs, les activistes sont maintenant ouvertement qualifiés de terroristes par une partie de la presse britannique. 6. La matrice éthique de Mepham Dans nos sociétés modernes, pluralistes et démocratiques, il existe un réel besoin de disposer d'outils de réflexion pour faciliter la résolution de dilemmes éthiques causés par diverses percées technologiques. Il y a maintenant 10 ans que Ben Mepham, du Centre de bioéthique appliquée de l'université de Nottingham (UK), présentait une méthodologie de travail, la matrice éthique, pour l'analyse des nouvelles biotechnologies agro-alimentaires. Initialement utilisée pour apprécier les techniques d'immunomodulation en productions animales, cet exemple d'analyse méthodologique a aussi été utilisée pour apprécier l'usage de maïs génétiquement modifié. Des aveux même de son concepteur, cette matrice peut faciliter une réflexion éthique plus profonde mais n'est pas apte à trancher les dilemmes éthiques. Elle constitue un compromis pratique entre la rigueur absolue d'une théorie éthique (philosophique?) et le contexte de la casuistique (s'attachant à résoudre les cas de conscience). Elle force ceux qui l'utilisent à traiter un problème donné en considérant de façon pratique pour tous les partenaires impliqués les implications possibles dans une série de perspectives différentes. Suite à l'analyse, il convient de prendre la décision la plus pragmatique possible. Dans cette matrice reproduite ci-dessous, il convient de prendre en considération les acteurs que sont les producteurs, les consommateurs, les organismes traités (animaux dans le cas qui nous préoccupe) et le biote dans lequel se déroule l'événement (l' 7

8 "environnement" au sens large), et ce dans les contextes actuel et futur ("générations futures"). Les trois principaux critères considérés pour apprécier les perspectives d'utilisation sont les notions de "bien-être" (sur les plans physique et moral), d' "autonomie" et d' "équité" ("justice" dans la version initiale de la matrice). En regard de chaque acteur et de chaque critère considéré se trouve un paramètre qu'il convient d'apprécier au mieux, à la lumière de critères scientifiques objectifs. MATRICE ETHIQUE (expérimentation et production animales) (Mepham) Respect de : Bien-être Autonomie Justice (plutôt "équité" - Producteur Revenu et travail donnant satisfaction Liberté organisationnelle Loi du commerce équitable - Consommateur Sécurité et acceptabilité Choix Prix abordable - Organisme traité (ici animal) Bien-être Liberté comportementale Valeur intrinsèque (le "telos" ) - Environnement ("biote") Conservation Biodiversité Durabilité Au niveau de l'animal apparaît la prise en compte du bien-être, de sa liberté comportementale déjà évoquée, et de sa "valeur intrinsèque" impliquant de facto le respect de l'animal. On retrouve ainsi la notion de "telos" évoquée par le philosophe grec Aristote et mieux appréciée par une phrase telle "la porcitude du porc". Un porc transgénique comme donneur de xénogreffes, est-il pour certains toujours un porc? Cette réflexion doit-elle primer sur le bien-être du patient qui se verra sauvé d'une situation désastreuse, suite à une transplantation d'organe en provenance d'un porc "humanisé"? 8

9 Au niveau du consommateur, celui-ci est en droit de revendiquer la sécurité (sûreté) de ses aliments, exempts de tout toxique (par ex. dioxine) ou agent potentiellement dangereux (par ex. prion). Il n'est pas sans rappeler aussi la problématique des antibiotiques comme promoteur de croissance chez les animaux, susceptibles d'engendrer des résistances bactériennes transmissibles à des souches pathogènes chez l'homme et donc d'affecter la santé humaine. L'avoparcine utilisée chez le porc a provoqué des résistances à la vancomycine, antibiotique prescrit chez l'homme. L'interdiction des antibiotiques pourtant jugés efficaces comme promoteur de croissance sera totale d'ici janvier Il est également en droit de choisir ses aliments et de se nourrir avec des aliments répondant à des aspirations légitimes telles que le respect du bien-être animal dans le système de production. Au niveau du producteur, il convient de prendre en compte un revenu et travail décent, sa liberté organisationnelle et les lois du commerce équitable. Ce producteur ne doit pas devenir le servant inconditionnel de multinationales bien organisées. Il doit aussi tenir compte de la demande sociale, du choix du consommateur. Pour les éleveurs surtout, la contradiction est là, car la qualité a un coût, les aménagements pour un meilleur respect du bien-être animal aussi, sauf que le consommateur "moyen" ne semble pas prêt à payer. L'élevage est avant tout une activité économique reposant sur la confrontation de l'offre et de la demande, ce qui se traduit par une exigence de compétitivité à laquelle il n'est pas envisageable de se soustraire. Les incitations économiques en matière de bien-être animal demeurent faibles, et les "moyens" de manœuvre des éleveurs ne sont pas extensibles : il faut pouvoir faire face à la concurrence, celle existante au plan national et celle provenant d'autres pays aux normes moins rigoureuses. Enfin, normes et réglementations peuvent avoir des effets pervers : au regard des investissements requis, seuls les plus gros subsistent sans difficultés. Comment alors maintenir petits et moyens producteurs, garants d'une agriculture familiale? Au niveau de l'environnement dans lequel s'exercent ces pratiques d'élevage, il est inutile de rappeler qu'il convient d'une part d'en être respectueux (conservation du paysage par exemple) mais surtout d'assurer la durabilité du système de production pour les générations futures. Ne s'inquiète-t-on pas à juste titre ici des normes d'épandage de matières organiques, de la teneur en nitrate de ceux-ci et de la mise en place de mesures agro-environnementales susceptibles de diminuer l'impact de ces nitrates. 7. La démarche éthique en recherche animale à Gembloux Les chercheurs du site de Gembloux sont confrontés à veiller au bien-être animal, tant dans les recherches menées dans un cadre expérimental que dans les systèmes de production qu'ils sont à même de proposer aux éleveurs Expérimentation animale et commission d'éthique Dans le cadre de l'expérimentation animale, il importe d'avoir reçu l'agrément d'une commission d'éthique pour la réalisation de toute expérimentation. 9

10 Cette commission fut mise sur pied dès 1998 et est commune entre les trois institutions FUSAGx, CRA-W et FUNDP. Sa composition et ses modalités de fonctionnement sont conformes à la directive européenne 86/609/CEE relative à la protection des animaux utilisés à des fins expérimentales ou à d'autres fins scientifiques, ainsi qu'à la législation belge relative à la protection des animaux d'expérience, précisée initialement par l'ar du 15 novembre 1993 et compilée dans la version coordonnée de l'ar du 31 août Cette commission apprécie la compatibilité entre les protocoles expérimentaux proposés par les maîtres d'expérience et les principes éthiques d'utilisation des animaux d'expérimentation. Il a pour objet de constituer une garantie complémentaire pour la société dans son ensemble, du respect de la vie animale et du bien fondé de la demande d'expérimentation. Pour aider à la réalisation du dossier et à la prise de décision, une matrice d'éthique a été conçue récemment au niveau belge et proposée dès 2005 à toute la communauté scientifique gembloutoise. Elle est conçue en quatre parties visant à : apporter un jugement sur le bien-fondé de l'expérience sur animaux fournir une pondération objective des avantages (intérêts humains) et des désavantages (inconfort procuré aux animaux) vérifier que l'expérience proposée satisfait à une série de conditions de base régissant une utilisation éthique des animaux, en particulier la règle des 3Rs (remplacer, réduire, raffiner). Plusieurs fondations, présentes sur le WEB, visent à promouvoir le développement, la validation et l'adoption de méthodes alternatives à l'animal, dans les secteurs de la recherche biomédicale, le contrôle toxicologique des produits et l'enseignement (par ex. Alternatives to animal testing on the web - Reduction - Refinement Replacement). aider à l'évaluation finale conduisant à l'agrément inconditionnel, conditionnel, limité, ou refus d'agrément temporaire ou total. Cette commission est amenée à se prononcer non seulement dans le domaine de l'expérimentation animale à caractère biomédical ou agro-vétérinaire, mais également dans l'enseignement impliquant la manipulation d'animaux de laboratoire Expérimentation et bien-être mutuel Dans le cas de l'expérimentation, l'animal suscite la plupart du temps la compassion, aussi bien dans le public qu'auprès des chercheurs qui la pratiquent. Mais, cela doit-il conduire forcément à l'extrémisme des activistes des droits des animaux déjà évoqués ci-avant? Pourtant, la réponse limitée des méthodes alternatives (culture cellulaire, tests immunochimiques, modèles mathématiques ; un des trois "R"), ainsi que les risques "éthiques" du scientifique, du médecin) rendent incontournable le recours à l'expérimentation pour faire progresser les connaissances, améliorer le diagnostic et le traitement des maladies, la santé, comprendre et améliorer la santé humaine via la nutrition (cas des probiotiques et des prébiotiques par exemple), et d'une manière générale assurer le bien-être. En expérimentation animale, la notion de "bien-être" jouit d'une réciprocité : l'homme et l'animal "collaborent", dans un respect mutuel des deux parties. 10

11 Un premier exemple illustre à merveille le partenariat entre l'animal et l'homme, en particulier face au cancer. Nouvelle voie de thérapie du cancer par induction de l expression des gènes : du mouton à l'homme Achachi (1), T. Berghmans (2), A. Burny (1), C. Debacq (1), A. Florins (1), N. Gillet (1), P. Kerkhofs (3), R. Kettmann (1), L. Lagneaux (2), A. Lezin (4), C. Mascaux (2), M. Reichert (5), JP Sculier (2), P. Urbain (1), F. Vandermeers (1) et L. Willems (1) (1) Biologie cellulaire et Moléculaire, FUSAGx, Belgique (2) Hôpital Bordet ULB, Belgique (3) Virologie, CERVA, Belgique (4) CHU Fort-de-France, Martinique (5) Institut Vétérinaire, Pulawy, Pologne. Etudier les phénomènes biologiques qui sont liés à l apparition d un cancer peut s avérer utile pour découvrir de nouvelles approches thérapeutiques. Hormis la chirurgie, les thérapies actuelles les plus fréquentes visent à empêcher les cellules cancéreuses de s accumuler en utilisant des molécules toxiques (chimiothérapie) ou via des rayons (radiothérapie). Or, l accumulation de cellules cancéreuses peut résulter d un déséquilibre non seulement au niveau de la prolifération cellulaire mais également au niveau de leur mort. En étudiant les mécanismes fondamentaux qui régissent l apparition d une leucémie provoquée par un virus dénommé BLV (pour virus de la leucémie bovine), nous avons constaté que le défaut de mort des cellules cancéreuses était un paramètre très important de la maladie. L élimination des cellules produites en excès qui sont devenues inutiles à l organisme se réalise normalement par un processus actif de suicide cellulaire appelé mort cellulaire programmée ou apoptose. Lors de la leucémie provoquée par le BLV, les cellules du sang périphérique sont dans un état de latence et semblent incapables d entrer en apoptose. Dans ce contexte, le principe de notre approche thérapeutique repose sur l activation de ces cellules dormantes qui sont engagées mais bloquées sur la voie de l apoptose. Le mécanisme d activation des cellules comporte notamment l induction de l expression des gènes (c est-à-dire de leur transcription). Nous avons découvert une molécule appelée valproate qui provoque la transcription de nombreux gènes cellulaires en modifiant la composition chimique de la chromatine (il s agit d un inhibiteur de déacétylases). Empêcher la fonction des déacétylases avec le valproate provoque donc l expression de gènes qui sont normalement silencieux au sein de la cellule. Le réveil inopiné et forcé des cellules cancéreuses leur permet de poursuivre leur suicide via le processus d apoptose. Dans le cas du virus BLV, l expression du virus provoque également une réaction du système immunitaire qui élimine très rapidement les cellules infectées. C est probablement via de tels mécanismes qu une tumeur solide (i.e. un lymphome) développée par un mouton infecté par le virus BLV fut complètement disloquée suite à l injection de valproate. Récemment, nous avons pu démontrer que cette stratégie était également efficace dans le cadre d un traitement de la leucémie induite par le BLV chez le mouton. C est pourquoi, nous avons entrepris d étudier l effet des inhibiteurs de déacétylases sur des cellules de patients humains infectés par un virus qui ressemble au BLV et qui induit une leucémie incurable chez l homme (il s agit du virus HTLV-1). Nos 11

12 résultats démontrent que le valproate provoque effectivement l apoptose des cellules de patients infectés par HTLV-1. Nos projets actuels visent à appliquer ce principe thérapeutique à d autres maladies cancéreuses telles que la leucémie lymphoïde chronique (la forme de leucémie la plus fréquente chez l adulte dans nos contrées occidentales), le cancer du poumon ou le mésothéliome (le cancer provoqué par l amiante). Les modèles animaux constituent d'autre part de bonnes approches pour évaluer les "bienfaits" de produits naturels en nutrition humaine. Valorisation de peptides bio-actifs du colostrum bovin en tant qu'alicament chez l'homme Boudry C. (1), Halleux C. (1), Buldgen A. (1), Portetelle D. (1), Dehoux J-P. (2), Collard A. (3), Théwis A. (1) Financement : RW, Direction générale des technologies, de la Recherche et de l'energie. (1) FUSAGx, (2) UCL, (3) CER-Marloie. Ce projet vise à obtenir des préparations de molécules biologiquement actives à partir du colostrum bovin afin de les utiliser en tant qu'alicament chez l'homme. En effet, le colostrum bovin est riche en anticorps ainsi qu'en facteurs antimicrobiens et de croissance dont les propriétés biologiques s'avèrent non-spécifiques de l'espèce bovine. Ces fractions pourraient ainsi servir, chez l'homme, à la régénération et au renforcement immunitaire des muqueuses intestinales ou à l'amélioration du statut immunitaire général d'individus affaiblis et réduire l'utilisation d'antibiotiques. Afin de tester l'efficacité de ces fractions, elles seront administrées à des porcelets et à des rats en croissance qui sont d'excellents modèles pour l'homme. De plus, la valorisation de ces fractions de colostrum permettra une valorisation de produits excédentaires ou non valorisables chez le veau nouveau-né, réduisant ainsi le rejet de ce produit organique dans l'environnement. Par ailleurs, cet exemple constitue également une approche intéressante comme alternative à l'utilisation d'antibiotiques en nutrition animale, contribuant par là à l'absence de ces résidus potentiellement dangereux et à une amélioration de la qualité des aliments (voir insertion dans article de P. Dardenne et coll. sur la qualité des aliments). Enfin, il est possible d'envisager au travers de la recherche, la possibilité d'améliorer le bien-être animal (via les probiotiques et les prébiotiques) tout en se fixant comme objectif un meilleur respect de l'environnement (4 e composante de la matrice de Mepham). 12

13 Biodisponibilité des oligo-éléments administrés sous forme organique Delva J. (1), Delroisse J.M. (1), Beckers Y. (2), Renaville R. (1), Vandenbol M. (1) et Portetelle D. (1) (1) Biologie animale et microbienne, (2) Zootechnie, FUSAGx Financement DGA-RW; partim Beldem. L'objectif du projet est d'augmenter la biodisponibilité et, en corollaire, de diminuer les rejets dans l'environnement des oligo-éléments (cuivre et zinc) apportés dans l'alimentation porcine. En d'autres termes, on vise à diminuer les apports alimentaires en ces éléments tout en préservant les performances et l'état sanitaire des animaux. En particulier, on cherche à administrer les oligo-éléments sous forme organique, en les fixant dans des levures de type Saccharomyces cerevisiae. Parallèlement, on suivra les effets des levures vivantes (effets probiotiques) et des levures mortes (effets prébiotiques) à l'aide de mesures des paramètres immunitaires et physiologiques appropriés. Comme modèle expérimental, les essais seront réalisés sur rats Les systèmes de production Un premier aspect de la démarche éthique pratiquée par les chercheurs gembloutois dans ce secteur est d'aborder la demande sociale du bien-être animal via le dialogue avec les consommateurs : celui- ci constitue un maillon essentiel de l'évaluation du bien-être. Futur des produits d origine animale dans notre alimentation, en relation avec la perception du bien-être des animaux de ferme Cl. Lamine (1), P. Stassart (1), J. Wavreille (2), N. Bartiaux-Thill (2), Y. Beckers(3), D. Stilmant (2), et A. Théwis (3) (1) ULg-SEED, (2) CRA-W, (3) FUSAGx Ce projet s inscrit dans le cadre du programme «Alimenter le dialogue» de la Fondation Roi Baudouin (FRB). Il vise à concilier bien-être animal (droits des animaux) et bien-être des consommateurs (droits à l alimentation), mais aussi bien-être des éleveurs. La question du bien-être animal préoccupe notre société mais elle nous semble jusqu à présent traitée de façon trop sectorielle. Dès lors, il convient de construire un débat autour de cette question, en associant des acteurs différents, dont les savoirs sont hétérogènes (éleveurs, consommateurs, acteurs des filières économiques, scientifiques, etc ) ; les institutions scientifiques publiques ayant 13

14 un rôle à jouer, notamment en matière de circulation des compétences et donc aussi de médiation. Un rapport d avancement du projet, intitulé «Alimenter le lien entre consommateur, éleveur et animaux» ULg-SEED, CRA-W, FUSAGx est disponible sur le site de la Fondation Roi Baudouin (http://www.kbsfrb.be/files/db/fr/alimenter_le_dialogue_projet_ulg_rapport1.pdf ). Un second aspect d'une démarche éthique est par exemple de se préoccuper de l'état de stress de truies reproductrices. Diminution des états de stress dans le cadre de truies conduites en groupes dynamiques et alimentées au DAC (station d alimentation électronique) B. Nicks (1), M. Vandenheede (1), J. Wavreille (2), V. Remience (1), P. Canart (1) et N. Bartiaux-Thill (2) (1) ULg-FMV, (2) CRA-W Financement : Projet SPF Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement Division Recherche contractuelle. La prise en compte du bien-être animal dans les dispositions réglementaires s est traduite par une interdiction générale du maintien des truies reproductrices à l attache et la restriction du logement individuel chez les truies gestantes (Directives 2001/88/CE et 2001/93/CE, SVC 1997). Ces directives ont été traduites dans le droit belge par l A.R. du 15 mai 2003 relatif à la protection des porcs dans les élevages porcins. Les groupes dynamiques sont caractérisés par des mélanges répétés d individus issus de bandes successives. Il s en suit une évolution dans la hiérarchie entraînant des états de stress de type aigu lors des phases de regroupement et de type chronique au jour le jour. Dans l hypothèse de pouvoir faciliter l intégration des nouveaux arrivants au sein des groupes nous étudierons plus précisément : -1) L intérêt d un apprentissage préalable des cochettes au DAC, -2) L impact sur l équilibre social du groupe du moment d introduction de nouvelles truies (début d un nouveau cycle quotidien d alimentation ou non) La pression sociale exercée par le groupe sur les individus est une source de stress chronique. Elle est dépendante de la superficie laissée à la disposition des animaux. Mais la surface optimale n est pas encore bien connue, nous testerons deux alternatives (2,75 m²/individu norme réglementaire ; 3,50 m²/individu norme préconisée par les fabricants de DAC). 14

15 8. La démarche éthique en matière d'enseignement dans le secteur animal En matière d'enseignement, des initiatives ont été également envisagées afin de sensibiliser à l'utilisation rationnelle de l'animal à des fins expérimentales et dans le respect de son bien-être. Plusieurs diplômes universitaires ont vu l'obligation légale d'introduire dans leur cursus de candidature 30 heures de cours portant sur les méthodes d'expérimentation alternatives n'utilisant pas l'animal (AECF du ). Des sociétés propices aux droits des animaux (par ex. altweb déjà cité; aussi The international network for humane education) et présentes sur le Net, encouragent et proposent des alternatives à l'animal dans le secteur de l'enseignement (vidéo, modèles synthétiques, CDs, ). D'autre part, l'ar du 21/10/04 modifiant l'ar du 14/11/93 relatif à la protection des animaux d'expérience, précise le degré de formation des personnes effectuant des expériences sur animaux, y participant ou assurant les soins aux animaux utilisés à des fins expérimentales. Plusieurs institutions universitaires proposent cette formation spécifique (par ex. ULg au niveau de sa Faculté de Médecine vétérinaire). Plus spécifiquement à la FUSAGx, les futurs bioingénieurs sont sensibilisés à la problématique du bien-être animal et de l'éthique au travers d'informations dans des cours de base (par ex. Zoologie générale), au travers de séminaires dans des cours de spécialisations (par ex. Productions animales), ainsi que dans des cours spécifiques comme : "Ethique en matière d'expérimentation animale", visant à éveiller l'attention des étudiants à la problématique du respect des droits des animaux, à la recherche de méthodes alternatives à l'utilisation d'animaux et à étendre la réflexion aux productions animales ainsi qu'aux manipulations génétiques des animaux (transgenèse). "Comportement animal et pratiques d'élevage", amenant l'étudiant, par études de cas, à considérer objectivement l'influence des pratiques d'élevage sur le bienêtre des animaux de ferme et à proposer contradictoirement des améliorations ou de nouvelles pratiques d'élevage. Par ailleurs, des informations spécifiques sont fournies dans plusieurs disciplines scientifiques enseignées, susceptibles de mettre en œuvre des méthodes alternatives à l'expérimentation animale (par ex/ Microbiologie générale test de Ames; Culture in vitro de cellules animales cytotoxicité sur cellules, test de qualité apyrogène, lignées génétiquement modifiées ); Immunologie et immunochimie tests ELISA, tests cytokines inflammatoires ). De par leur formation en matière de biostatistiques, les futurs bioingénieurs sont également à même de proposer des plans d'expérimentation, contribuant à la réduction du nombre d'animaux (un des 3"R"). Par ailleurs enfin, le programme européen Aristoteles (AFANet) veille à une harmonisation de l'enseignement de l'éthique animale au niveau des écoles supérieures en sciences agronomiques et vétérinaires. 15

16 9. Conclusions La recherche agronomique, en particulier celle prenant en compte l'expérimentation et les productions animales, est confrontée désormais à de nouveaux et nombreux défis. D'une part, l'animal est désormais reconnu comme un "être sensible" au même titre que l'homme qui l'exploite ou l'expérimente. A ce titre, ils ont le droit d'être respectés et nous avons un devoir envers eux, crelui d'assurer leur "bien-être". Ce bien-être est probablement devenu la composante principale de la réflexion éthique à la base du "contrat domestique" proposés par C. et R. Larrère. "la domestication entraîne un contrat tacite et implicite entre l'homme et les animaux dont il a cherché le concours. Ce "pacte" suppose des échanges de services et des obligations mutuelles. L'animal fournit à l'homme de la viande, du lait, du cuir, du travail, de l'affection ; en contrepartie, l'homme assure à l'animal de la nourriture, une protection contre les prédateurs, un abri, des soins attentifs, etc." En adoptant ce concept, le souhait de bien-être de l'animal ne peut s'envisager sans la prise en compte des autres composantes telles que le producteur ou l'expérimentateur, le consommateur et l'environnement. La matrice de Mepham doit nous aider à aborder ces dilemmes éthiques parfois épineux; le dialogue est indispensable pour cibler la demande légitime de bien-être animal en la replaçant dans un contexte socio-économique et environnemental acceptable par toutes les parties. Il importe aux chercheurs, de mettre en œuvre les disciplines scientifiques complémentaires les unes aux autres, les technologies les plus appropriées pour cerner cette demande et répondre aux multiples attentes en matière de bien-être. Cette réflexion devrait nous amener à repenser plusieurs de nos systèmes de production animale. 16

Annexe 2. LE BIEN-ÊTRE DES \MMAl \ l)'ele\ AGE : UNE DEMANDE SOCIALE FORTE Qlï PÈSE SUR L'ÉCONOMIE DES FILIÈRES

Annexe 2. LE BIEN-ÊTRE DES \MMAl \ l)'ele\ AGE : UNE DEMANDE SOCIALE FORTE Qlï PÈSE SUR L'ÉCONOMIE DES FILIÈRES Annexe 2 LE BIEN-ÊTRE DES \MMAl \ l)'ele\ AGE : UNE DEMANDE SOCIALE FORTE Qlï PÈSE SUR L'ÉCONOMIE DES FILIÈRES Isabelle VEISSIER Laboratoire «Adaptation des Herbivores aux Milieux» de l'inra de Theix Karine

Plus en détail

Création de cours. Responsable et Personne de contact : Jean-Paul Dehoux

Création de cours. Responsable et Personne de contact : Jean-Paul Dehoux Création de cours Partie 1 : Données d identification Nom de la faculté : Faculté de médecine N du dossier : 7.18 Classification : A. Organe chargé de l élaboration de la proposition Organe : Faculté de

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT. accompagnant la

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT. accompagnant la COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 4.10.2012 SWD(2012) 291 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT accompagnant la proposition de règlement du Parlement européen

Plus en détail

Michel Carrier, agr,club Lait Bio, Valacta

Michel Carrier, agr,club Lait Bio, Valacta Michel Carrier, agr,club Lait Bio, Valacta La relation homme animal peut ainsi être définie comme le degré de proximité ou de distance entre l animal et l homme, c est-à-dire la perception mutuelle qui

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE Charte nationale portant sur l éthique de l expérimentation animale* PREAMBULE Considérant que les animaux

Plus en détail

AMENDEMENTS PROPOSES A LA DECLARATION COMMUNE DE LA COORDINATION COE-UE-OIE SUR LE BIEN-ETRE DES ANIMAUX

AMENDEMENTS PROPOSES A LA DECLARATION COMMUNE DE LA COORDINATION COE-UE-OIE SUR LE BIEN-ETRE DES ANIMAUX L Europe pour le bien-être des animaux AMENDEMENTS PROPOSES A LA DECLARATION COMMUNE DE LA COORDINATION COE-UE-OIE SUR LE BIEN-ETRE DES ANIMAUX DEMANDE DE LA FRANCE Si nous voulons clairement intégrer

Plus en détail

UFR de Médecine. Objectifs. Description. Débouchés. Modalités d'accès. Organisation. 3, Rue des Louvels 80036 Amiens Cedex 1

UFR de Médecine. Objectifs. Description. Débouchés. Modalités d'accès. Organisation. 3, Rue des Louvels 80036 Amiens Cedex 1 UFR de Médecine 3, Rue des Louvels 80036 Amiens Cedex 1 Licence Domaine Sciences, Technologies, Santé Mention Sciences pour la santé Parcours type Biologie humaine et technologie de la santé -BHTS (Institut

Plus en détail

Le bien-être animal : fiction ou réalité?

Le bien-être animal : fiction ou réalité? Le bien-être animal : fiction ou réalité? Par Daniel-Mercier Gouin Coll. Denis Beaudoin Définition Plan de la présentation Le point sur la réglementation ici et ailleurs Les implications opérationnelles

Plus en détail

Bachelier en Biologie médicale

Bachelier en Biologie médicale Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier en Biologie médicale Année académique 2014-2015 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch Le projet QualiCarte a été initié par la Conférence suisse de la formation professionnelle en collaboration avec des organisations suisses du monde du travail, et plus particulièrement l Union suisse des

Plus en détail

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification Page 1 sur 5 Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification Intitulé Certificat d Etudes Approfondies Vétérinaires en Gestion de la Santé et de

Plus en détail

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Dr Hervé LECLET Médecin radiologue Consultant et formateur en management, gestion des risques et évaluation des pratiques en

Plus en détail

Qu'est-ce que la normalisation?

Qu'est-ce que la normalisation? NORMALISATION 1 Qu'est-ce que la normalisation? La normalisation est un outil élémentaire et efficace des politiques européennes, ses objectifs étant de : contribuer à la politique visant à mieux légiférer,

Plus en détail

Protection juridique des inventions biotechnologiques

Protection juridique des inventions biotechnologiques BREVETS Protection juridique des inventions biotechnologiques Directive 98/44 CE du Parlement Européen et du Conseil du 6 Juillet 1998 Le Parlement Européen et le Conseil de l' Union Européenne ont arrêté

Plus en détail

PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES

PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES -1- PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES SECTION 1 INTRODUCTION CAC/GL 44-2003 1. Pour de nombreux aliments, le niveau de sécurité sanitaire généralement

Plus en détail

Le point sur la réglementation en expérimentation animale dans le domaine des antiparasitaires et antifongiques

Le point sur la réglementation en expérimentation animale dans le domaine des antiparasitaires et antifongiques Le point sur la réglementation en expérimentation animale dans le domaine des antiparasitaires et antifongiques INRA, UE-1277 PFIE, Centre Val de Loire, 37380 Nouzilly, France Mickaël Riou, Nathalie Kasal

Plus en détail

EXPLORER LE MONDE. Programmes maternelle 2015 SCIENCES EDD 27

EXPLORER LE MONDE. Programmes maternelle 2015 SCIENCES EDD 27 EXPLORER LE MONDE Programmes maternelle 2015 SCIENCES EDD 27 Programmes 2015 Explorer le monde du vivant, des objets, de la matière Explorer le monde Se repérer dans le temps et l espace l espace Découvrir

Plus en détail

SERVICE PUBLIC FEDERAL SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT

SERVICE PUBLIC FEDERAL SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT Publié le : 2006-12-22 Numac : 2006023298 SERVICE PUBLIC FEDERAL SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT 14 DECEMBRE 2006. - Arrêté royal relatif aux médicaments à usage humain

Plus en détail

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS SANTE AU TRAVAIL ET MEDECINE DU TRAVAIL 41 Chemin de la Durance 13300 SALON DE PROVENCE 0 SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 I. GENERALITES... 3 A. Définitions...

Plus en détail

LE BIEN-ÊTRE BOVIN C EST QUOI? Février et mars 2014

LE BIEN-ÊTRE BOVIN C EST QUOI? Février et mars 2014 LE BIEN-ÊTRE BOVIN C EST QUOI? Février et mars 2014 PROGRAMME D APPUI À L IMPLANTATION DE SYSTÈMES DE SALUBRITÉ ALIMENTAIRE, BIOSÉCURITÉ, TRAÇABILITÉ ET SANTÉ ET BIEN-ÊTRE DES ANIMAUX PLAN DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

L éthique dans la société contemporaine

L éthique dans la société contemporaine L éthique dans les entreprises en contexte de gestion de crise dans le secteur agroalimentaire Horizon Marketing agroalimentaire 2009 Jeudi15 octobre 2009 M e Manon Beaumier, DSG-UQTR L éthique dans la

Plus en détail

Rapport de formation (cours interentreprises) Evaluation du niveau de formation de:

Rapport de formation (cours interentreprises) Evaluation du niveau de formation de: Rapport de formation (cours interentreprises) Evaluation du niveau de formation de: Domaine Aide à la consultation 1.1. Relation avec le propriétaire de l animal et administration/connaissances informatiques

Plus en détail

Position d origin sur le futur de la PAC

Position d origin sur le futur de la PAC Position d origin sur le futur de la PAC Ce document constitue la position d origin, Organisation pour un Réseau International d'indications Géographiques, aux questions posées par Dacian Cioloș, Commissaire

Plus en détail

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration 14

Plus en détail

La protection juridique du bien-être animal dans le monde. Sabine BRELS - Doctorante en droit, Université Laval (Québec)

La protection juridique du bien-être animal dans le monde. Sabine BRELS - Doctorante en droit, Université Laval (Québec) La protection juridique du bien-être animal dans le monde Sabine BRELS - Doctorante en droit, Université Laval (Québec) Parcours et Implications Parcours: - Licence de droit public à Montpellier - Master

Plus en détail

Profil d enseignement

Profil d enseignement Profil d enseignement Catégorie Agronomique Bachelier en Agronomie Spécialisation Secteur 3. Sciences et techniques Domaine 18. Sciences agronomiques et ingénierie Biologique Niveau CFC Bachelier professionnalisant,

Plus en détail

Présentationde la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires «LOI SSA» Rabat, le 17 juin 2010

Présentationde la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires «LOI SSA» Rabat, le 17 juin 2010 Présentationde la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires «LOI SSA» Rabat, le 17 juin 2010 Parmi les objectifs tracés par le Plan Maroc Vert : Améliorer la compétitivité

Plus en détail

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL DATE : 1 er juillet 2013 SECTION : Programme NUMÉRO : PG301 PAGES : 6 RESPONSABLE : Direction des ressources humaines

Plus en détail

nutrition humaine (dite "affamés de protéines") et la croissance de la population mondiale enregistrée chaque année. Pour relever ce défi,

nutrition humaine (dite affamés de protéines) et la croissance de la population mondiale enregistrée chaque année. Pour relever ce défi, RÉSUMÉ de la thèse de doctorat "OPTIMISATION DE STRUCTURES DE PRODUCTION EN UNE SOCIÉTÉ INTÉGRÉE DE PRODUCTION DE VIANDE DE POULET" développée par Eng. Codruț CIMPOIAȘ La viande de volaille occupe une

Plus en détail

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE SUJET 1 La phase symptomatique du sida est caractérisée par un taux très faible de lymphocytes T cytotoxiques et de lymphocytes T4. Les patients qui rentrent

Plus en détail

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques Présentation générale des outils 1. Généralités 1.1. Cadre institutionnel Le décret du 24 juillet 1997 sur les missions

Plus en détail

SAVOIR ÊTRE et SAVOIR FAIRE avec les BOVINS

SAVOIR ÊTRE et SAVOIR FAIRE avec les BOVINS SAVOIR ÊTRE et SAVOIR FAIRE avec les BOVINS Un site sur les vaches fait par les vaches car nous ne sommes pas si folles que ça: Sens, Relations, Comportements, Manipulations, Contentions des BOVINS INFLUENCE

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE... Faculté de médecine Bureau de l éthique clinique CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...6 JUSTICE

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP

CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP 2014 / 2015 ACCOMPAGNEMENT DE LA GESTION DU HANDICAP EN ENTREPRISE Syn@pse Consultants 30 Avenue de la Paix 67000 STRASBOURG 03 88 35 10 14 Satisfaire l Obligation d

Plus en détail

DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE»

DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE» DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE» COMMUNICATION RELATIVE AU CADRE REGLEMENTAIRE CONCERNANT LA PREVENTION

Plus en détail

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Le Plan s inscrit dans le défi santé/bien-être de l Agenda stratégique pour la recherche, le transfert et l innovation (France Europe 2020).

Plus en détail

Code de Déontologie et charte de qualité. Code de déontologie du «conseiller canin» et de «l éducateur canin conseiller cynotechnicien»

Code de Déontologie et charte de qualité. Code de déontologie du «conseiller canin» et de «l éducateur canin conseiller cynotechnicien» 2013 Code de Déontologie et charte de qualité Code de déontologie du «conseiller canin» et de «l éducateur canin conseiller cynotechnicien» Le code de déontologie élaboré par Hervé Pupier a pour but de

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Position de la Fédération des Étudiant(e)s Francophones (F.E.F.) discutée puis adoptée lors des Conseils du 25 septembre

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

G R E C A U Rapport sur le mémoire de thèse de doctorat ENSA de Toulouse, INSA, école doctorale MEGeP, Spécialité Génie Civil, En co-tutelle avec l'université de Laval, Québec, Canada présenté par Catherine

Plus en détail

Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD)

Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD) Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD) Mémoire présenté à la Communauté métropolitaine de Montréal Septembre 2011 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

La prescription et la délivrance des médicaments vétérinaires MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE

La prescription et la délivrance des médicaments vétérinaires MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE Pascal Xicluna-http://photo.agriculture.gouv.fr La prescription et la délivrance des médicaments vétérinaires MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

Plus en détail

ANNEXE 1 PRINCIPAUX TYPES DE RETRAIT DES TERRES ET DE GELS AIDES PAR DES FONDS EUROPEENS ET GLOSSAIRE DES TERMES LES PLUS FREQUEMMENTS UTILISES

ANNEXE 1 PRINCIPAUX TYPES DE RETRAIT DES TERRES ET DE GELS AIDES PAR DES FONDS EUROPEENS ET GLOSSAIRE DES TERMES LES PLUS FREQUEMMENTS UTILISES ANNEXE 1 PRINCIPAUX TYPES DE RETRAIT DES TERRES ET DE GELS AIDES PAR DES FONDS EUROPEENS ET GLOSSAIRE DES TERMES LES PLUS FREQUEMMENTS UTILISES Principaux types de gel communautaires Les différents types

Plus en détail

IREPS Pays de la Loire POLE SARTHE. 84-100 rue du miroir 72100 Le Mans. Tel 02 43 78 25 06 fax 02 43 78 21 46. Email: ireps72@irepspdl.

IREPS Pays de la Loire POLE SARTHE. 84-100 rue du miroir 72100 Le Mans. Tel 02 43 78 25 06 fax 02 43 78 21 46. Email: ireps72@irepspdl. Renforcer les compétences psychosociales des enfants et adolescents. Repères pour démarrer un projet Pour tous renseignements concernant le programme MAGALI SEGRETAIN msegretain@irepspdl.org Pour les inscriptions

Plus en détail

Règlement de stage BA en Sciences de l'éducation (domaine I)

Règlement de stage BA en Sciences de l'éducation (domaine I) UNIVERSITE DE FRIBOURG SUISSE dès AA 2006-2007 DEPARTEMENT DES SCIENCES DE L'EDUCATION Rue P.-A. de Faucigny 2 CH - 1700 Fribourg Règlement de stage BA en Sciences de l'éducation (domaine I) I OBJECTIFS

Plus en détail

Mise en place des AI en Classe de première ST2S FAQ complémentaire

Mise en place des AI en Classe de première ST2S FAQ complémentaire Mise en place des AI en Classe de première ST2S FAQ complémentaire Textes de référence concernant les AI : Présentation des Activités Interdisciplinaires (Arrêté du 28 décembre 2011, en lien avec les programmes

Plus en détail

Qu est-ce que le bien-être animal?

Qu est-ce que le bien-être animal? Nouvelles tendances en bien-être animal Sciences, et sensibilisation John Webster Université de Bristol Conférence du CNSAE, Ottawa 2007 Qu est-ce que le bien-être animal? Pour eux? Qu entend-on par protection,

Plus en détail

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document :

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document : Cahier de gestion TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES CODE : Nature du document : Règlement X Politique Directive administrative Procédure Date d adoption : Le 13 juin 2007 X C.A. C.E.

Plus en détail

Avis No 19. Bref Avis sur le projet de loi n 5448 relatif aux tissus et cellules humains utilisés à des fins thérapeutiques

Avis No 19. Bref Avis sur le projet de loi n 5448 relatif aux tissus et cellules humains utilisés à des fins thérapeutiques C.N.E. Avis No 19 délivré le 22 décembre 2005 Bref Avis sur le projet de loi n 5448 relatif aux tissus et cellules humains utilisés à des fins thérapeutiques Commission Consultative Nationale d Ethique

Plus en détail

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise 1 Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise Introduction : La ROAM est un syndicat professionnel créé en 1855, qui a pour

Plus en détail

Direction générale de l offre de soins

Direction générale de l offre de soins Direction générale de l offre de soins Guide pratique de facturation des prestations pour exigence particulière du patient à destination des établissements de santé MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES, DE

Plus en détail

La Gestion globale et intégrée des risques

La Gestion globale et intégrée des risques La Gestion globale et intégrée des risques (Entreprise-wide Risk Management ERM) Une nouvelle perspective pour les établissements de santé Jean-Pierre MARBAIX Directeur Technique Ingénierie Gestion des

Plus en détail

Médecine et société / Le normal et la pathologique; histoire de la médecine

Médecine et société / Le normal et la pathologique; histoire de la médecine O B J E C T I F S Programme llongiitudiinall : Introduction Personne, santé, société (PSS) Cours d introduction - Présentation du cours PSS. - Importance des dimensions psycho-sociales dans la pratique

Plus en détail

Avis n 12-A-08 du 20 mars 2012 relatif au cadre réglementaire concernant l appel à candidature des attributions de fréquences «4 G»

Avis n 12-A-08 du 20 mars 2012 relatif au cadre réglementaire concernant l appel à candidature des attributions de fréquences «4 G» RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 12-A-08 du 20 mars 2012 relatif au cadre réglementaire concernant l appel à candidature des attributions de fréquences «4 G» L Autorité de la concurrence (commission permanente),

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

ARFGA. 7. Dossier de formation. Association Romande pour la Formation des Gardiens d'animaux

ARFGA. 7. Dossier de formation. Association Romande pour la Formation des Gardiens d'animaux 7. Le dossier de formation collecte les rapports d apprentissage et doit être complété régulièrement. Il est très important pour deux raisons : d une part, et selon l'opan, la personne en formation est

Plus en détail

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé PROGRAMME NATIONAL NUTRITION SANTÉ 55 La coordination interministérielle du programme national nutrition santé Le Programme national nutrition santé (PNNS, 2001-2005), financé par l Etat et l assurance

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

Le programme-cadre de développement des SADA

Le programme-cadre de développement des SADA 4 Le programme-cadre de développement SADA L étude de cas ne saurait être complète sans présenter une méthode d élaboration programmes de développement SADA. Les sections suivantes montrent les étapes

Plus en détail

S E R V I C E S. Nactus La nature en action dans votre élevage OFFRES DE

S E R V I C E S. Nactus La nature en action dans votre élevage OFFRES DE OFFRES DE S E R V I C E S Nactus La nature en action dans votre élevage H O M E O P A T H I E L E S F O N D A M E N T A U X Vous êtes le premier témoin de votre élevage, devenez le premier acteur de sa

Plus en détail

Le stress au travail à travers la réglementation

Le stress au travail à travers la réglementation Le stress au travail à travers la réglementation 1 Depuis l Accord National Interprofessionnel du 2 juillet 2008, le stress est reconnu comme faisant partie des risques professionnels que l employeur a

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

Service de la scolarité D.E.G Albi

Service de la scolarité D.E.G Albi Service de la scolarité D.E.G Albi Diplôme d Etablissement DROIT SOCIAL INTERNATIONAL Responsable pédagogique : Philippe DELVIT, Professeur des Universités, Chargé de mission Afrique philippe.delvit@univ-jfc.fr

Plus en détail

Convention concernant les services de sante au travail (Entrée en vigueur: 17 févr. 1988)

Convention concernant les services de sante au travail (Entrée en vigueur: 17 févr. 1988) 1 sur 5 03/12/2014 18:22 Information System on International Labour Standards Recherche Guide de l'utilisateur Convention concernant les services de sante au travail (Entrée en vigueur: 17 févr. 1988)

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Actualisation avril 2011 Afin d aider les femmes et leur chirurgiens dans cette discussion, l Afssaps met à disposition un guide d aide

Plus en détail

Conseil supérieur du logement

Conseil supérieur du logement Conseil supérieur du logement Avis n 012 du 27 juin 2008 du Conseil supérieur du logement portant sur l avant-projet de décret relatif à l Egalité de traitement. En date du 20 juin 2008, le Ministre du

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

L'intérêt de la 27001 pour le CIL

L'intérêt de la 27001 pour le CIL HERVÉ SCHAUER CONSULTANTS Cabinet de Consultants en Sécurité Informatique depuis 1989 Spécialisé sur Unix, Windows, TCP/IP et Internet L'intérêt de la 27001 pour le CIL Frédéric Connes

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar En région Rhône-Alpes, les établissements préparant au BTS GPN rythment leur formation par des périodes de stages. Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche

Plus en détail

AGENDA DES CONSOMMATEURS 2010 DES TROIS ORGANISATIONS DE CONSOMMATEURS ACSI FRC - SKS

AGENDA DES CONSOMMATEURS 2010 DES TROIS ORGANISATIONS DE CONSOMMATEURS ACSI FRC - SKS AGENDA DES CONSOMMATEURS 2010 DES TROIS ORGANISATIONS DE CONSOMMATEURS ACSI FRC - SKS AXE POLITIQUE 1. SANTE Une santé moins chère, mais plus transparente 2. CONCURRENCE Plus de concurrence et une action

Plus en détail

SUPPLEMENT DE 25,00 POUR CHAMBRES EXCEDENTAIRES

SUPPLEMENT DE 25,00 POUR CHAMBRES EXCEDENTAIRES SUPPLEMENT DE 25,00 POUR CHAMBRES EXCEDENTAIRES La réglementation organisant la location des logements gérés par la Société wallonne du Logement ou par les sociétés de logement de service public prévoit

Plus en détail

curité publique pour les établissements recevant du public

curité publique pour les établissements recevant du public Les études de sûrets reté et de sécurits curité publique pour les établissements recevant du public 1 De quelle sûreté parle t on? Le terme «sûreté» concerne ici la prévention des actes de malveillance

Plus en détail

d un réflexe d action chez ce dernier. Garante à la fois de l amélioration de la situation de l usager, de l atténuation de son problème, de la

d un réflexe d action chez ce dernier. Garante à la fois de l amélioration de la situation de l usager, de l atténuation de son problème, de la La pratique professionnelle du travailleur social en Centre de santé et de services sociaux : entre logique thérapeutique et logique d accompagnement. Isabelle Chouinard L importance de la dimension relationnelle

Plus en détail

DIVAGATION DES ANIMAUX DE COMPAGNIE Définition et réglementation

DIVAGATION DES ANIMAUX DE COMPAGNIE Définition et réglementation DIVAGATION DES ANIMAUX DE COMPAGNIE Définition et réglementation Divers textes réglementaires prévoient les modalités de lutte contre la divagation des animaux. Celle-ci peut en effet être source d accidents

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 11.3.2013 SWD(2013) 67 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Résumé de l analyse d impact concernant les dispositions sur l expérimentation animale

Plus en détail

Charte de Paris contre le cancer

Charte de Paris contre le cancer Charte de Paris contre le cancer français french 7 8 Profondément troublés par les répercussions importantes et universelles du cancer sur la vie humaine, la souffrance humaine, et sur la productivité

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS (Décret du 5 Novembre 2001) LE DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS PROLEGIS est une société de Conseil en entreprises. Notre

Plus en détail

L EFFICACITÉ DE L ANALYSE COMPORTEMENTALE

L EFFICACITÉ DE L ANALYSE COMPORTEMENTALE L EFFICACITÉ DE L ANALYSE COMPORTEMENTALE «La vision managériale ne suffit pas à appréhender les situations» Toute action résulte d une prise de décision. Agir c est avoir pris la «décision de...» (consciemment

Plus en détail

DIRECTIVES. DIRECTIVE 2008/119/CE DU CONSEIL du 18 décembre 2008 établissant les normes minimales relatives à la protection des veaux

DIRECTIVES. DIRECTIVE 2008/119/CE DU CONSEIL du 18 décembre 2008 établissant les normes minimales relatives à la protection des veaux 15.1.2009 Journal officiel de l Union européenne L 10/7 DIRECTIVES DIRECTIVE 2008/119/CE DU CONSEIL du 18 décembre 2008 établissant les normes minimales relatives à la protection des veaux (version codifiée)

Plus en détail

La charte déontologique de la Fédération Belge d Ostéopathie Animale

La charte déontologique de la Fédération Belge d Ostéopathie Animale La charte déontologique de la Fédération Belge d Ostéopathie Animale Préambule L ostéopathie pour animaux n étant pas encore reconnue légalement, de nombreux praticiens exercent en Belgique sans cadre

Plus en détail

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 WHA63/200/REC/ WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins... 9 WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 La Soixante-Troisième Assemblée mondiale de la

Plus en détail

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION 1 ère journée Durée : 6 heures sur les expériences de chacun, Travail en sous-groupes et Synthèse collective. 1. Prise de contact Créer les conditions

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Table des matières CONTEXTE...5 OBJET...7 CHAMP D APPLICATION...7 PRINCIPES GÉNÉRAUX ET VALEURS...7 OBJECTIFS GÉNÉRAUX...8 OBJECTIFS PARTICULIERS...8 DISPOSITIONS

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

Règlement Permanent concernant les Formations

Règlement Permanent concernant les Formations Règlement Permanent concernant les Formations Adopté par la décision du Conseil d Administration de l Université CEU Cardenal Herrera à la date du 8 Novembre 2012. I. Dispositions générales Article 1.

Plus en détail

MASTER (M2) DROIT PUBLIC, SPÉCIALITÉ DROIT DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE

MASTER (M2) DROIT PUBLIC, SPÉCIALITÉ DROIT DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE MASTER (M2) DROIT PUBLIC, SPÉCIALITÉ DROIT DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine : Droit et Sciences politiques Présentation Spécificités

Plus en détail

PROCÉDURE VISANT LA CERTIFICATION ÉTHIQUE DES TRAVAUX

PROCÉDURE VISANT LA CERTIFICATION ÉTHIQUE DES TRAVAUX PROCÉDURE VISANT LA CERTIFICATION ÉTHIQUE DES TRAVAUX DE RECHERCHE IMPLIQUANT DES ANIMAUX ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE DE DIRECTION LE 20 DÉCEMBRE 2005 MODIFIÉE PAR L ASSEMBLÉE DE DIRECTION LE 3 JUIN 2008 ET

Plus en détail

Annexe P.1 : Bulletins de vote

Annexe P.1 : Bulletins de vote Annexe P.1 : Bulletins de vote Annexe P.2 : Grille de correction du travail écrit Critères d évaluation Note Introduction du sujet : /6 Définition du clonage Types de clonage Brève explication d une technique

Plus en détail

REGLEMENTATION COMMUNAUTAIRE DE L ETIQUETAGE ALIMENTAIRE ET IMPLICATIONS EN DROIT INTERNE

REGLEMENTATION COMMUNAUTAIRE DE L ETIQUETAGE ALIMENTAIRE ET IMPLICATIONS EN DROIT INTERNE REGLEMENTATION COMMUNAUTAIRE DE L ETIQUETAGE ALIMENTAIRE ET IMPLICATIONS EN DROIT INTERNE PREMIERE PARTIE : UNE REGLEMENTATION GENERALE DE L ETIQUETAGE ALIMENTAIRE DEUXIEME PARTIE : UNE REGLEMENTATION

Plus en détail

LA QUALITÉ DES ALIMENTS D ORIGINE ANIMALE VUE PAR LES PROFESSIONNELS DE LA PRODUCTION, DE LA FABRICATION ET DE LA DISTRIBUTION

LA QUALITÉ DES ALIMENTS D ORIGINE ANIMALE VUE PAR LES PROFESSIONNELS DE LA PRODUCTION, DE LA FABRICATION ET DE LA DISTRIBUTION 1 LA QUALITÉ DES ALIMENTS D ORIGINE ANIMALE VUE PAR LES PROFESSIONNELS DE LA PRODUCTION, DE LA FABRICATION ET DE LA DISTRIBUTION par Gilles Le Pottier 1 Alors que notre alimentation est de plus en plus

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

LES ANIMAUX COMME OBJET DU DROIT :

LES ANIMAUX COMME OBJET DU DROIT : LES ANIMAUX COMME OBJET DU DROIT : VALORISE T ON LA PROTECTION ANIMALE AU QUÉBEC? ALLOCUTION PRÉSENTÉE À LA CONFÉRENCE DES GOUVERNEURS DU 11 DÉCEMBRE 2014 Martine Lachance Directrice, Groupe de recherche

Plus en détail