Rapport pour le conseil régional JUIN 2010

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport pour le conseil régional JUIN 2010"

Transcription

1 Rapport pour le conseil régional JUIN 2010 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france POLITIQUE REGIONALE DE SANTE PARCOURS D AUTONOMIE DES JEUNES POLITIQUE REGIONALE EN MATIERE DE SEXUALITE, CONTRACEPTION, AVORTEMENT ET CREATION D UN PASS CONTRACEPTION CR 24-10

2

3 CONSEIL REGIONAL D ILE DE FRANCE 3 RAPPORT N CR Sommaire EXPOSE DES MOTIFS L affirmation des droits à la sexualité et à l IVG La création d un «Pass contraception» destiné en priorité aux jeunes Franciliennes et Franciliens en classe de 2 nde ou en classe d âge ou niveau équivalent pour les jeunes en CFA et en formation sanitaire ou sociale Le «Pass contraception» : un outil au service d une politique bien implantée ANNEXE AU RAPPORT PROJET DE DELIBERATION CRpasscontraception0306dernièreversion-2.doc 03/06/10 17:06:00

4 CONSEIL REGIONAL D ILE DE FRANCE 4 RAPPORT N CR EXPOSE DES MOTIFS La situation contrastée des jeunes en Ile-de-France L Ile-de-France est une région jeune. Au dernier recensement de 2006, les ans représentent plus de 1,9 million de personnes, correspondant à 16,6 % de sa population totale, soit au-dessus de la moyenne de la France métropolitaine qui s établit à près de 15 %. En termes d emploi, si le taux de chômage des ans est faible en Ile-de-France comparé aux autres régions, il n en n est pas moins en forte augmentation ces deux dernières années, augmentation plus rapide qu en dehors de l Ile-de-France. En contraste avec cette situation relativement favorable, c est en matière de pauvreté que la population jeune francilienne se trouve, en revanche, en position critique : le taux de pauvreté est ainsi trois fois plus élevé chez les Franciliens adultes de moins de 30 ans que chez les seniors de 65 ans ou plus ; selon une étude de l INSEE 1 effectuée en 2006, un Francilien sur dix vivrait en dessous du seuil de pauvreté (estimé à 910 /mois en 2010, correspondant à des revenus inférieurs à 60 % du revenu moyen). Une réponse régionale : le parcours d autonomie De ce fait, soucieuse d améliorer les conditions de vie des jeunes Franciliennes et Franciliens, la Région s engage à compter de cette séance plénière dans la mise en place progressive d un parcours favorisant l autonomie des jeunes dans les domaines les plus déterminants de leur vie, notamment : le logement, la santé et le sport Ce parcours se déclinera en actions régionales thématiques nouvelles parmi lesquelles on peut citer aujourd hui : - une aide au financement d une couverture complémentaire santé jusqu à 100 euros, - la création d un «pass contraception», - un chèque permis de conduire jusqu à 600 euros, - une aide à l acquisition d une licence sportive. La priorité «santé» Les difficultés socio-économiques, un système d assurance maladie de moins en moins protecteur, ainsi que l apparition de maladies liées aux nouveaux modes de vie et à un environnement dégradé (asthme, allergies, obésité ) jouent un rôle majeur dans l état de santé des jeunes. A ces constats, s ajoute une méconnaissance du parcours de soins qui conduit de fait à une mauvaise prise en charge de leur santé. Ces inégalités, tant dans l acquisition de bonnes pratiques que dans l accès aux soins, constituent un enjeu primordial que la Région souhaite traiter rapidement, par la création de deux aides régionales qui doivent faciliter et sécuriser le parcours d autonomie des jeunes en les rendant acteurs de leur propre santé : - la création d un «Pass contraception» qui donnera aux jeunes filles et aux jeunes garçons un accès anonyme et gratuit à une contraception, - l aide au financement d une couverture complémentaire santé qui améliorera l accès aux soins des divers publics jeunes. 1 Inégalités de niveau de vie et mesures de la pauvreté en 2006, INSEE 2009 CRpasscontraception0306dernièreversion-2.doc 03/06/10 17:06:00

5 CONSEIL REGIONAL D ILE DE FRANCE 5 RAPPORT N CR L affirmation des droits à la sexualité et à l IVG 1.1. A travers une politique menée depuis d information et d accès aux droits en matière de sexualité, contraception, avortement... Engagée depuis de nombreuses années dans des actions de santé publique qui se sont traduites notamment par la participation au plan régional de santé publique au côté de l Etat et de l assurance maladie, la Région Ile-de-France souhaite affirmer en 2010 toute l importance que revêtent à ses yeux les questions liées à la sexualité et entend réaffirmer le droit à cette liberté fondamentale. Un certain nombre d indicateurs montrent que la Région Ile-de-France est plus touchée que d autres par des situations qui traduisent probablement un accès à l information insuffisant, une méconnaissance de certains risques, mais aussi une réelle difficulté à exercer ses droits, notamment du fait du contexte qui caractérise encore l IVG et influe sur sa prise en charge médicale. C est au vu de ces éléments que la Région Ile-de-France a délibéré le 16 mars 2006 sur un dispositif régional de soutien à la mise en œuvre du droit à la contraception et à l IVG, orientation réaffirmée lors du vote de la délibération du 26 juin La Région souhaite aujourd hui renforcer son accompagnement des jeunes Franciliennes et Franciliens par la mise en place d un «Pass contraception» qui doit leur donner les moyens d une sexualité épanouie qui ne supprime pas toutes les inégalités d accès à l information et à la contraception... L accès à la prévention est aujourd hui en Ile-de-France inégalitaire entre générations, selon le niveau d éducation mais aussi entre hommes et femmes, certaines femmes restant en retrait de la diffusion massive des moyens de contraception. Ainsi, si les politiques de prévention ont eu des effets réels, notamment sur l utilisation du préservatif lors des premiers rapports sexuels, il est aujourd hui nécessaire de créer les conditions d un accès égalitaire à une prévention suivie. Cela passe non seulement par des actions de prévention visant à modifier les déterminants sociaux des pratiques préventives mais également par un accès facilité pour les jeunes à l offre contraceptive. En effet, les jeunes peuvent facilement recourir de façon gratuite et anonyme à la contraception d urgence et à l IVG, mais pas à une contraception régulière, sauf dans les centres d éducation et de planification familiale (CPEF), dont l accessibilité demeure limitée du fait d une implantation irrégulière sur le territoire et de modalités hétérogènes de fonctionnement et qui doit compenser une diminution de l offre de prise en charge en centre IVG Un rapport de l IGAS du 2 février 2010 évaluant les politiques de prévention des grossesses non désirées et de prise en charge des IVG suite à la loi du 4 janvier 2001, indique que la diffusion de la contraception n a pas fait diminuer le nombre des IVG, qui se maintient aux environs de par an et constate que leur prise en charge a marqué de fragiles progrès. En effet, 25 % des IVG en France sont pratiquées en Ile-de-France, mais les conditions d accès se dégradent. Depuis 2000, environ 70 centres ont fermé dans cette région, d où des délais d accès à CRpasscontraception0306dernièreversion-2.doc 03/06/10 17:06:00

6 CONSEIL REGIONAL D ILE DE FRANCE 6 RAPPORT N CR l avortement encore plus longs. Les fermetures de 3 centres IVG franciliens ont récemment marqué l actualité. Il s agit de Jean-Rostand à Ivry-sur-Seine (transfert de l activité vers le centre de Bicêtre), Broussais dans le 14 ème arrondissement de Paris (redéploiement vers Cochin-Saint Vincent de Paul) et Tenon dans le 20 ème arrondissement de Paris (regroupement avec Saint- Antoine). Ainsi, si l assouplissement du régime d autorisation parentale pour les mineures et l allongement du délai légal, porté de 12 à 14 semaines d aménorrhée, ont permis une plus grande fluidité du dispositif, cette amélioration globale de la gestion des délais d accès à l IVG dans les établissements n exclut pas : - la persistance de délais d attente trop importants dans certaines zones de fortes demandes, notamment dans les grandes métropoles, que le lent développement de l IVG médicamenteuse en ville ne suffit pas à résorber ; - une inadéquation des méthodes et pratiques contraceptives avec les attentes et modes de vie des utilisatrices. La couverture contraceptive est constituée à 80 % par des méthodes délivrées sur prescription médicale, avec une forte prédominance de la contraception hormonale orale, ce qui nécessite de la régularité dans l utilisation qui n est pas toujours garantie ; - l impossibilité d accéder au remboursement des soins et des contraceptifs sans passer par la couverture des parents. Alors que la loi garantit un accès autonome des jeunes à la contraception, pour lequel le consentement parental n est plus requis, ce droit leur est dénié de fait lorsqu ils doivent faire appel à la couverture sociale de leurs parents ; - l hétérogénéité des coûts des contraceptifs détermine leur prescription. Le coût de certains produits contraceptifs et leur non remboursement par l Assurance maladie peuvent être considérés comme limitant l accès à la contraception ; - l insuffisant recours à la pilule du lendemain : le recours facilité, surtout pour les jeunes, à la contraception d urgence en cas de rapport mal ou non protégé reste trop faible pour entraîner une diminution du nombre des avortements. La prévention des grossesses non désirées supposerait un recours beaucoup plus systématique à la contraception d urgence. Le rapport de l IGAS conclut positivement sur la portée des opérations de communication menées localement, à l image de la campagne régionale d information «Sexualité, contraception, avortement : un droit, mon choix, notre liberté» et sur l intérêt de leur déclinaison régulière Des comportement responsables qu il convient d encourager L Ile-de-France se caractérise par une couverture contraceptive importante chez les jeunes mais moins élevée que dans le reste de la métropole... Si le paysage social s est transformé au cours des dernières décennies, les évolutions en termes d accès à la contraception médicale et l arrivée du sida ont contribué à modifier les attitudes et les pratiques préventives. Toutefois, comme le montrent certains indicateurs, les échecs de contraception et de prévention restent relativement nombreux, et parmi les jeunes en Ile-de-France davantage que dans les autres régions. Lors des premiers rapports sexuels, les jeunes Franciliennes et Franciliens ont aujourd hui une bonne couverture contraceptive : 87,3 % des jeunes Franciliens et 90,4 % des jeunes Franciliennes utilisent une méthode de contraception lors du premier rapport, le préservatif étant le CRpasscontraception0306dernièreversion-2.doc 03/06/10 17:06:00

7 CONSEIL REGIONAL D ILE DE FRANCE 7 RAPPORT N CR mode le plus utilisé à l entrée dans la sexualité. Il est ensuite abandonné au profit d une autre méthode, généralement la pilule mais des prises de risques qui attestent des failles de la prévention plus importantes Un début de sexualité sans contraception ou de contraception non systématique, une fréquence élevée des interruptions volontaires de grossesse (IVG) et des infections sexuellement transmissibles (IST) sont autant d indicateurs à prendre en compte. L Ile-de-France constitue l une des régions où le recours à l IVG est le plus fréquent (19,2 pour mille en 2006 contre une moyenne de 14,5 pour mille en France métropolitaine) et concerne toutes les femmes, quel que soit leur niveau socio-économique et leur âge. Cette proportion atteint 14,8 pour mille des mineures Franciliennes, contre 12,3 pour mille en France métropolitaine La création d un «Pass contraception» destiné en priorité aux jeunes Franciliennes et Franciliens en classe de 2 nde ou classe d âge ou niveau équivalent pour les jeunes en lycée professionnel, CFA ou en formation sanitaire ou sociale 2.1. Les bénéficiaires La sexualité est souvent instrumentalisée dans les médias, la publicité, le langage Il existe par ailleurs, malgré la démocratisation des moyens de communication, un haut niveau d ignorance en matière sexuelle chez certains jeunes, qui se retrouvent désarmés face à leur propre corps. L accès anonyme et gratuit à la contraception participe par conséquent de l émancipation des individus en permettant à chacun, fille et garçon, de décider de ses actes, d accéder, sans tabou et en toute sécurité, à une sexualité la plus épanouie possible. Dans ces conditions, la Région souhaite, à travers la délivrance d un «Pass contraception», favoriser le parcours d autonomie des jeunes Franciliennes et Franciliens plus particulièrement aux mineures : - en leur permettant de s inscrire dans une démarche de sexualité libre et épanouie, - en les sensibilisant aux comportements à risques et les invitant à adapter leurs pratiques, - en leur offrant un accès anonyme et gratuit à l ensemble des modes contraceptifs existants sur le marché, remboursés par la sécurité sociale et/ou non remboursés (pilules de 3 ème génération, anneaux vaginaux, patch, préservatifs masculins et féminins ) ainsi qu aux démarches médicales nécessaires, - en leur permettant de s intégrer dans une démarche de prévention des grossesses précoces non désirées. Le dispositif régional se décompose en trois volets : - la distribution du «Pass contraception» aux jeunes bénéficiaires, accompagnée de conseils et écoute par les référents santé, dans des conditions de complète confidentialité, 2 De même, depuis le début des années 2000, plusieurs études (InVS «Bilans réguliers de surveillance- Infections sexuellement transmissibles», BEH 5-6/ InVS «Bulletin des réseaux de surveillance des infections sexuellement transmissibles au 31 décembre Rénago, Rénachla, RésIST», Février 2010) attestent d une recrudescence de certaines IST (lymphogranulomatose vénérienne rectale, infections à gonocoques et à chlamydiae) en France comme en Ile-de-France, d abord chez les hommes ayant des rapports avec des hommes, mais également dans la population hétérosexuelle. CRpasscontraception0306dernièreversion-2.doc 03/06/10 17:06:00

8 CONSEIL REGIONAL D ILE DE FRANCE 8 RAPPORT N CR la prise en charge des jeunes par les professionnels de santé dans des conditions de total anonymat et gratuité : dans ce cadre, des consultations permettant aux filles et aux garçons d échanger avec un professionnel de santé sur la sexualité et d obtenir un mode contraceptif seront prises en charge, - le remboursement des professionnels de santé dans des conditions de parfaite fiabilité. Le «Pass contraception» sera composé des éléments suivants : - 1 coupon destiné à la consultation dans un centre de planification et d éducation familiale (CPEF), chez un médecin généraliste ou un gynécologue du secteur 1 ou chez une sagefemme francilien - 1 coupon pour une prise de sang (glycémie et lipides) par une infirmière libérale ou un laboratoire francilien - 1 coupon pour des analyses médicales (glycémie et lipides) par un laboratoire francilien - 1 coupon permettant la délivrance de tous contraceptifs pendant 3 mois (notamment pilule, patch, anneau), à l attention des CPEF ou des pharmacies franciliens - 1 deuxième coupon destiné à la consultation dans un centre de planification et d éducation familiale (CPEF), chez un médecin généraliste ou un gynécologue secteur 1 ou chez une sage-femme francilien - 1 coupon permettant la délivrance de contraceptifs pendant 3 mois (notamment pilule, patch, anneau), à l attention des CPEF ou des pharmacies franciliens et - 1 attestation de remise du «Pass contraception» par le référent santé de l établissement scolaire. Ainsi, le «Pass contraception» offrira un accès à une consultation et à la délivrance d un mode contraceptif, avec suivi médical, pour une durée de 6 mois. Dans un souci de cohérence avec les besoins identifiés en termes de prévention et les actions menées par le CRIPS auprès des lycéens et lycéennes de seconde, le «Pass contraception» pourra être attribué, à partir de l année 2011, aux jeunes Franciliens et Franciliennes fréquentant un lycée d enseignement général et technologique, un lycée professionnel, un centre de formation d apprentis (CFA) ou un institut de formation sanitaire ou sociale (FSS) d Ile-de-France, inscrits en priorité en classe de 2 nde ou classe d âge ou niveau équivalent pour les jeunes en lycées professionnels, CFA ou en formation sanitaire ou sociale, ce qui représente sur la base des données , environ filles et garçons, soit près de personnes. Afin d impliquer ces jeunes dans une démarche active de prévention des risques, il ne leur sera remis qu un seul «Pass contraception» par personne. En effet, le Pass est destiné à initier un parcours d autonomie dans la prévention et la contraception (de la consultation médicale à la délivrance d un contraceptif), et à responsabiliser son bénéficiaire qui poursuivra la démarche initiée, une fois repérés les acteurs incontournables, tels les centres de planification et d éducation familiale. Préalablement à la mise en place effective du Pass, une campagne de communication régionale en lien avec les associations du secteur sera lancée non seulement pour informer l ensemble des jeunes Franciliennes et Franciliens sur ce nouveau dispositif mais également pour impliquer les jeunes hommes dans cette démarche active de prévention Les modalités de mise en œuvre Depuis qu elle intervient dans la prévention, la Région juge essentiel le rôle et la participation forte des professionnels de santé scolaire pour faciliter, en lien avec leurs chefs d établissement et les comités d éducation à la santé et la citoyenneté, la diffusion des messages d information et de sensibilisation. CRpasscontraception0306dernièreversion-2.doc 03/06/10 17:06:00

9 CONSEIL REGIONAL D ILE DE FRANCE 9 RAPPORT N CR De nouveau et plus que jamais, elle s appuiera sur ces référents santé pour favoriser l aboutissement de la démarche. C est par ces professionnels : - infirmière scolaire dans les lycées, - médecin du travail ou structure spécialisée en prévention santé dans les CFA, - directeur-trice ou structure spécialisée en prévention santé dans les instituts de formation sanitaire ou sociale. que la Région entend assurer la distribution des «Pass contraception» et permettre l orientation des jeunes vers les praticiens adéquats : médecins, gynécologues de secteur 1, sage-femmes, laboratoires d analyses médicales, pharmaciens. Ensuite, le professionnel de santé à qui aura été remis un coupon du «Pass contraception» l adressera à la caisse primaire d assurance malade (CPAM) de son département pour être réglé par elle de l acte. A son tour, celle-ci communiquera ensuite à la Région, aux fins de remboursement, l état des règlements effectués. Ainsi, les CPAM d Ile-de-France assureront-elles l interface entre les professionnels de santé et la Région dans la mise en œuvre du dispositif. En amont, les professionnels de santé seront accompagnés par la Région afin de les sensibiliser et de les impliquer dans la mise en œuvre du «Pass contraception» (informations sur le circuit de remboursement, nécessité d adapter les modes de contraception en fonction de chaque personne et d accepter les coupons remis dans le cadre du «Pass contraception», sensibilisation à l observance de la méthode contraceptive et à l accueil des garçons pour toutes questions relatives à la sexualité ). Des formations notamment en direction des médecins généralistes secteur 1 seront mises en place dans ce cadre par les réseaux de santé compétents (REVHO,...). La communauté éducative (conseiller principal d éducation, professeurs, comité d éducation à la santé et à la citoyenneté ) sera par ailleurs mobilisée afin de s assurer de son adhésion au dispositif et de son action de relais auprès des jeunes. Un règlement d intervention précisant les modalités de mise en œuvre du dispositif régional et des conventions-type, fixant les modalités de contractualisation avec l Education nationale et avec l assurance maladie pour permettre le remboursement des actes acquittés par les CPAM aux professionnels de santé consultés, seront soumis au vote d une prochaine Commission permanente. Ce dispositif s accompagnera d un volet communication et de sensibilisation élaboré notamment avec les associations référentes dans les domaines de la sexualité, de la contraception et de la prévention. Le «Pass contraception» sera distribué dès le début de l année 2011, juste après une première campagne de communication. Une évaluation de ce dispositif sera faite dès la fin de l année 2011 en vue de mesurer le degré d appropriation de cette mesure nouvelle. En fonction de ce premier bilan, le dispositif pourra être amené à évoluer, plus particulièrement en ce qui concerne les bénéficiaires ciblés et les lieux de distribution du Pass. Ainsi, par ce dispositif nouveau, la Région complète-t-elle ses interventions traditionnelles dans le domaine de la prévention et de l éducation à la santé de propositions nouvelles qui les renforceront et accroîtront leur cohérence en facilitant l accès des jeunes à la maîtrise de leur sexualité. CRpasscontraception0306dernièreversion-2.doc 03/06/10 17:06:00

10 CONSEIL REGIONAL D ILE DE FRANCE RAPPORT N CR Le «Pass contraception» : un outil au service d une politique bien implantée 3.1. Les actions régionales d information et de prévention en matière de sexualité, contraception et d accès aux droits La santé est l une des préoccupations majeures des Français, mais aussi un domaine où le niveau de revenu et le lieu d habitation ont une incidence importante sur les facilités d un recours à la prévention et aux soins. Dans un paysage institutionnel complexe, qui rassemble des acteurs très anciennement présents, tels que les caisses d assurance maladie, l Etat et certaines collectivités territoriales, notamment les Départements, l engagement des Régions sur cette question apparaît d autant plus légitime que ces territoires sont considérés comme le niveau optimal pour la planification des actions et la coordination des acteurs, comme le montre la création des Agences régionales de santé regroupant justement services de l Etat et de l Assurance maladie, pour leur activité hors remboursement des soins. La Région Ile-de-France s est investie résolument dans le champ de la santé, au travers d interventions, visant à l information et à la prévention mais aussi à l équipement du territoire en structures d accueil et de soins performantes : Informer pour mieux prévenir Par des actions de sensibilisation et de formation menées par le CRIPS dans les établissements scolaires ou de formation mais aussi dans un centre commercial Dès 1988, au travers du soutien au CRIPS, la Région s est engagée en faveur de la prévention du VIH-Sida. Les missions de cet organisme ont fait, à partir de 1996, l objet d élargissements successifs destinés à lui permettre de prendre en compte des problématiques complémentaires, telles que la prévention des toxicomanies et les enjeux spécifiques de la prévention des comportements à risques des jeunes. En 2009, le CRIPS est intervenu directement auprès de jeunes dans le cadre des programmes d éducation pour la santé qu il coordonne dans les lycées, les CFA, les dispositifs ans, ainsi que dans le cadre des accueils et des animations qu il organise au Cybercrips, à la Cité de la santé, au CIDJ et à l occasion des grandes manifestations régionales (Solidays, Salon de l Education). Plus de adultes-relais ont également bénéficié de ces programmes d action. Il a organisé en outre animations d éducation à la santé et à la vie affective et sexuelle dans 470 lycées et 127 CFA franciliens. Pour la même année, il a par ailleurs distribué préservatifs féminins et préservatifs masculins, soit un total de dont pour des associations et pour des particuliers. Pour mener toutes ces actions, le CRIPS reçoit, de la Région Ile-de-France, une subvention qui s élève pour l année 2010 à 3,763 M. Par ailleurs et parallèlement au soutien apporté au CRIPS, la Région a, de 2006 à 2008, contractualisé avec le Département de Seine-Saint-Denis pour participer au financement de deux projets ancrés dans ce territoire, qui est l un de ceux où les indicateurs de santé sont parmi les plus préoccupants d Ile-de-France (voir infra 3.3). Par le soutien au festival Solidays pour que prévention ne rime pas uniquement avec éducation CRpasscontraception0306dernièreversion-2.doc 03/06/10 17:06:00

11 CONSEIL REGIONAL D ILE DE FRANCE RAPPORT N CR Depuis 1998, la Région finance l organisation de Solidays, à hauteur de 0,800 M pour Il s agit d un festival de musique et de solidarité qui réunit, durant trois jours, un public jeune autour d un village associatif international, de spectacles musicaux et d animations culturelles pour le sensibiliser et le motiver aux causes humanitaires et, notamment, à la prévention et à la lutte contre le VIH-Sida. L édition 2009 a accueilli près de festivaliers, mobilisé bénévoles et permis la tenue de plus de 80 concerts, 6 tables rondes et l ouverture de nouveaux espaces d animation et de rencontre. La Région contribue aussi au fonds destiné à l aide aux associations africaines, au titre de sa politique internationale. Par la campagne «Sexualité, contraception, avortement : un droit, mon choix, notre liberté» Conduite tous les ans depuis 2008, le campagne «Sexualité, contraception, avortement : un droit, mon choix, notre liberté», dotée de 0,375 M en 2010, est destinée à aider les Franciliennes et les Franciliens à mieux connaître leurs droits en matière de sexualité, de contraception et d avortement et à inciter les personnes désireuses d obtenir une information à contacter la plateforme du Planning familial, dont le rôle est d informer le public et de l orienter vers les structures proposant un accompagnement contraceptif, un dépistage ou une IVG. Cette campagne rencontre un large écho du fait de sa forte médiatisation (affichage dans les métros, RER, gares en Ile-de-France, mobilisation d Internet, encarts dans la presse écrite, information des acteurs de santé et médico-sociaux et de ceux en contact avec les jeunes ). Par le soutien confirmé au mouvement du Planning familial (voir infra 3.2) Investir pour mieux prendre en charge les personnes Financer l achat d échographes et la création de centres de planification/contraception/ivg pour soutenir les acteurs de ce secteur et offrir un meilleur service Le financement régional important des échographes et travaux et équipements des centres de planification/contraception/ivg est très saluée par les acteurs en ce qu il facilite grandement l amélioration des conditions d accueil dans ces établissements qui connaissent par ailleurs des difficultés de fonctionnement certaines Un partenariat réaffirmé avec le Planning familial Cette période de crise, la Région souhaite apporter un soutien particulier à cette association en lui assurant un financement dans le cadre d une convention pluriannuelle. Rappelons que la Région soutient également d autres associations, dont certaines, qui interviennent en faveur des femmes victimes de violence, complètent les actions du Planning familial. Une convention triennale a été signée en 2009 avec le Planning familial qui agit dans ce cadre pour améliorer l accès à l'information et aux droits en matière de sexualité, contraception, avortement et lutter pour l'élimination de la violence sexiste. Cette convention, qui prévoit un financement annuel à hauteur maximale de , comporte trois axes : - la gestion de la plateforme téléphonique, notamment le surplus d activités occasionné par la campagne régionale d information «Sexualité-contraception-avortement, un droit, CRpasscontraception0306dernièreversion-2.doc 03/06/10 17:06:00

12 CONSEIL REGIONAL D ILE DE FRANCE RAPPORT N CR mon choix, notre liberté». Tenue par les associations départementales des Yvelines, Essonne, Hauts-de-seine, Val-de-Marne et Val-d'Oise, la plateforme a enregistré plus de appels en 2009, soit une augmentation de plus de 6 % par rapport à son activité de La campagne régionale d'information favorise la diffusion du numéro de la plateforme, comme le démontre le pic d'appels relevés à cette période. Les demandes d'information concernent en premier lieu l'ivg puis la contraception, le VIH-Sida et les IST. De nombreux professionnels s'informent également dans le but de renseigner au mieux leurs publics. - La promotion du développement de l IVG par voie médicamenteuse, hors hôpital en centre de planification, afin de faciliter l accès à l IVG. Une enquête est en cours sur la mise en place effective de l'ivg médicamenteuse dans les centres de planification et d'éducation familiale (CPEF) d'ile-de-france afin d établir un état des lieux de cette pratique et de recenser les besoins et difficultés rencontrées dans sa mise en place. - La lutte contre le manque d information, les tabous et représentations stéréotypées, par la création d'un théâtre forum autour de la campagne régionale d'information, dans établissements scolaires. La présentation détaillée du programme mis en œuvre, pour l année 2010, par le Planning familial dans le cadre de cette convention sera soumise à une prochaine Commission permanente Un partenariat renouvelé avec le Département de la Seine- Saint-Denis Une étude longitudinale sur les conduites à risques des ans, menée par le Conseil général de Seine-Saint-Denis en 2004, 2006 et 2008 met en lumière deux grandes tendances : - l absence de corrélation significative entre consommations de produits psychoactifs et milieu social mais un lien directement établi entre conduites à risques, précarisation et conditions de vie, - des problématiques de santé mentale très présentes. Dans ce contexte, et en complément de la politique de prévention des comportements à risques des jeunes qu elle mène au travers des interventions du CRIPS, la Région propose de s associer de nouveau au Département de Seine-Saint-Denis afin de soutenir les activités de la Mission de prévention des conduites à risques. Cette Mission, intégrée au Conseil général de Seine-Saint-Denis a pour objectif de réduire les risques et d en prévenir l exacerbation, en s appuyant sur la compréhension des processus à l œuvre dans leur production. Bien que s adressant à l ensemble de la population, la priorité est donnée aux actions en direction des populations précarisées, vulnérables, fragiles et/ou éloignées des ressources à mobiliser pour s en sortir. La Mission est structurée en deux secteurs d activités : - Un accompagnement des acteurs de prévention effectué par le Centre de ressources pour la prévention des conduites à risques Le centre consacré à la prévention des conduites à risques pour les acteurs du département est situé au 28, rue du Lieutenant-Lebrun à Bobigny. II offre aux professionnels, institutionnels et associatifs, des secteurs social, de l éducation, de la santé, de l insertion désireux d intégrer une dimension préventive dans leur activité, un soutien CRpasscontraception0306dernièreversion-2.doc 03/06/10 17:06:00

13 CONSEIL REGIONAL D ILE DE FRANCE RAPPORT N CR et la mise à disposition de supports aux actions. Il constitue un lieu d échanges entre acteurs de la prévention, privilégiant les approches transversales et pluriprofessionnelles afin de promouvoir une meilleure connaissance des publics et des contextes et agir sur les mécanismes producteurs de conduites à risques. Il capitalise et valorise aussi les expériences, les outils, méthodes et supports de réflexion et d action en les mettant à la portée des acteurs de la prévention. - Une action directe pour le public jeune (13-25 ans) conduite par le «Tête-à-Tête» Le Tête à tête, espace d information à destination des jeunes (13-25 ans), est installé au sein du centre commercial Rosny 2, à Rosny-sous-Bois pour permettre un accès sans rendez-vous. Il compléte, en la renforçant, l offre des dispositifs existants en direction de la jeunesse de Seine- Saint-Denis. Son objectif premier est de permettre à tous les jeunes du département de trouver, à proximité et dans la durée, un espace d information, de prévention et d écoute, attractif, facile d accès et capable de répondre à leurs préoccupations concernant la sexualité, l usage de substances psychoactives, les violences, le mal-être, etc. Un tel partenariat permet à la Région de disposer de relais et de points d appui de proximité nécessaires, vu le poids démographique de l Ile-de-France et la diversité des réalités territoriales. Une coordination sera mise en place avec le CRIPS de façon à ce que les interventions respectives des différentes structures se complètent sans se superposer. La présentation du projet mis en œuvre en 2010 par le Conseil général de Seine-Saint-Denis sera détaillée dans la convention qui sera soumise à une prochaine Commission permanente. A son achèvement, un bilan des actions menées sera effectué pour ajuster les modalités d une éventuelle poursuite de la participation régionale. Je vous prie de bien vouloir en délibérer. Le président du conseil régional d Ile-de-France JEAN-PAUL HUCHON CRpasscontraception0306dernièreversion-2.doc 03/06/10 17:06:00

14 CONSEIL REGIONAL D ILE DE FRANCE RAPPORT N CR ANNEXE AU RAPPORT CRpasscontraception0306dernièreversion-2.doc 03/06/10 17:06:00

15 Nom Complément Nom Complément Nom Rue Codepostal - MFPF 10 rue Vivienne Paris Ville Centre de planification familiale Hôpital Lariboisière Secteur violet - Maternité 2 rue Ambroise Paré Paris Centre de planification familiale Hôpital Saint-Louis Bât. Principal Centre de régulation des naissances 1 avenue Claude Vellefaux Paris Association Horizon 9 rue des Bluets Paris - OSE Centre médico-social Elio Habib 25 boulevard de Picpus Paris Les Bluets - Trousseau 6 rue Lasson Paris Hôpital Saint-Antoine Bât. Centre de planification familiale Couvelaire Consultation Maternité porte rue du Faubourg St-Antoine Paris - MFPF 1er étage Résidence Mantoue 9 villa d'este Paris Hôpital Pitié-Salpêtrière - Div. Service Gynécologie - Centre de planification familiale Mazarin Endocrinologie boulevard de l'hôpital Paris Centre de planification familiale Hôpital Saint Vincent de Paul - Cochin Centre d'orthogénie Bât Pinard Porte avenue Denfert Rochereau Paris cedex 14 Institut Alfred Fournier 25 boulevard Saint Jacques Paris Hôpital Européen Georges Pompidou 2ème étage Pôle D 20 rue Leblanc Paris Centre de planification familiale MGEN Bât. D - Rez-de-chaussée 178 rue de Vaugirard Paris 27 rue Curnonsky Paris Centre de planification familiale et d'orthogénie - Hôpital Bichat Consultation de gynécologie - 1er étage 46 rue Henri Huchard Paris cedex 18 et Pôle Santé Goutte d'or - 2ème étage rue Cavé Paris et Centre Crurial 12 rue Gaston Teissier Paris 15

16 Centre médical enfance et famille Fondation Œuvre Croix Saint- Simon 6 bis rue Clavel Paris Service de gynécologie obstétrique 48 boulevard Serrurier Paris Maison départementale des 25 rue du Gendarme solidarités Castermant Chelles Centre de planification familiale Hôpital Robert Debré Centre hospitalier de Coulommiers Service de gynécologie obstétrique Consultations d'orthogénie 7 rue Gabriel Péri Coulommiers Service Santé et Petite Enfance 15 rue Lafayette Coulommiers Centre de planification familiale Centre de planification familiale Centre de planification familiale Centre de planification familiale Centre de planification familiale Centre Hospitalier de Fontainebleau Service de gynécologieobstétrique 55 boulevard du Maréchal Joffre Fontainebleau Maison départementale des Service de santé Petite solidarités enfance 33 route de la Bonne Dame Fontainebleau Maison départementale des solidarités 15 boulevard Gallieni Lagny-sur-Marne Consultation gynécologie Hôpital de Lagny - Marne la Vallée obstétrique 31 avenue du Général Leclerc Lagny-sur-Marne Maison départementale des solidarités 31 rue du Palais de Justice Meaux 16 Centre de planification familiale Centre hospitalier de Meaux Service de gynécologie 6-8 rue Saint-Fiacre - BP Meaux Unité de planification familiale Centre hospitalier Marc Jacquet RDC - Pavillon Aubergé 2 rue Freteau de Pény Melun Cedex Centre de planification familiale Maison départementale des solidarités 1 avenue du Dauphiné - BP Mitry-Mory Cedex Maison départementale des solidarités 1 rue André Thomas Montereau-Fault- Yonne Centre de planification familiale Maison départementale des solidarités Service de santé Petite enfance 1 rue Beauregard Nemours Centre de planification familiale Maison départementale des solidarités Service de santé et de petite enfance Grande allée des Impressionnistes MARNE LA VALLEE Cedex 2 Maison départementale des solidarités 11 rue de Changis Provins Maison départementale des solidarités 16 rue Antoine Lavoisier Roissy-en-Brie

17 Centre de planification familiale Maison départementale des solidarités Santé et petite enfance 16 place Edmond de Rothschild Tournan-en-Brie Centre de planification familiale Maison départementale des solidarités Melun - Val de Seine 750 rue Saint-Just - ZI Vaux-le-Penil Centre de PMI 2 allée des Vanneaux Achères 17 rue Blaise Pascal Bois-d'Arcy 12 avenue Charles de Gaulle La Celle-Saint- Cloud 1 rue de l'echo Chanteloup-les- Vignes Centre de PMI du Chesnay 2 rue Cimarosa Le Chesnay Irène Joliot-Curie 6 bis avenue Debussy Les Clayes-sous- Bois 19 rue Roger Leroy Conflans-Sainte- Honorine Centre de planification familiale Centre de PMI Hôtel de ville - Rez-de-jardin Avenue Jean Lurçat Fontenay-le-Fleury 15 Mail de Saules Guyancourt Hôpital Local de Houdan 42 rue de Paris Houdan Centre de PMI 21 rue Camille Pelletan Houilles Centre de planification familiale Hôpital François Quesnay Service de gynécoobstétrique 2 boulevard Sully Mantes-la-Jolie Cedex 8 quater av. de la Division Leclerc Mantes-la-Jolie Centre de planification familiale ADO'SPACE Centre de PMI 125 route de Houdan Mantes-La-Ville 5 avenue Amiral Lemonnier Marly-le-Roi Pôle santé 5 square de la Marche Maurepas 17

18 Centre de planification familiale Centre hospitalier intercommunal de Meulan - Les Mureaux 1 rue du Fort Meulan 204 avenue Paul Raoult Les Mureaux Centre de planification Centre polyvalent départemental 26 rue Pasteur Rambouillet Centre de planification Maison des Sports 34 rue Gabriel Péri Saint-Cyr-l'Ecole Centre de planification familiale CHI Poissy - Saint Germain en Laye Site de Saint-Germain 20 rue Armagis Saint-Germain-en- Laye 1 avenue Maurice Berteaux Sartrouville 4 rue Jean Moulin Trappes 59 allée des Capucines Vernouillet 3 bis impasse des Gendarmes Versailles Centre hospitalier du Vésinet 72 avenue de la Princesse Le Vésinet Cedex Porte A 25 bis route d'egly Arpajon Centre de PMI 6 Allée du parc d'ozonville Athis-Mons 5-7 rue Edouard Branly Bretigny-sur-Orge 6-8 rue Olivier Beauregard Chilly-Mazarin 18 Centre de planification familiale Centre hospitalier Sud-Francilien Chemin des Mozarts 59 boulevard Henri Dunant Corbeil-Essonnes Centre de PMI les Tarterêts rue Gustave Courbet Corbeil-Essonnes 1 rue Saint-Pierre Dourdan Centre de planification familiale Centre de la petite enfance Centre de PMI 8 rue Johann Strauss Epinay-sous-Senart

19 Centre de PMI 12 rue Magne Etampes Agora Bâtiment Alpha 11 boulevard de l'europe Evry Centre de planification familiale Centre de PMI Quartier Grande Borne 11 Place aux Herbes Grigny 142 rue Pierre et Marie Curie Longjumeau 16 Allée Albert Thomas Massy Centre de planification familiale Centre de PMI 18 avenue du Buisson Houdard Mennecy Centre de PMI 55 bis avenue de la République Montgeron 31 rue de l'epargne Morsang-sur-Orge Centre de PMI 69 rue de Paris Orsay Centre de PMI 3 bis rue du Mont Palaiseau 19 Centre de planification familiale Centre de PMI du Moulin à Vent 2 rue du Moulin à Vent Ris-Orangis Sainte-Genevièvedes-Bois Centre de PMI 35 rue de Montlhéry Centre de PMI 4 rue Gounod Saint-Michel-sur- Orge Centre des près Saint-Martin 28 rue des Près Saint-Martin Savigny-sur-Orge Centre de planification familiale Centre de PMI du Haut-Vigneux Quartier de l'oly 115 rue Pierre Brossolette Vigneux-sur-Seine Centre de planification familiale Centre de PMI Lamaze Quartier de la Croix Blanche 1 Allée Louis Blériot Vigneux-sur-Seine 2 avenue de Bretagne Viry-Châtillon Centre de PMI 4 rue du Clos des Abbesses Yerres

20 Centre de PMI 20 résidence le Bosquet Les Ulis Centre de PMI 77 rue Prosper Legouté Antony Centre de planification familiale Centre médico-social municipal Des quatre routes 13 avenue Alphonse de Lamartine Asnières-sur-Seine Centre de planification familiale Centre médico-social municipal Louis Pasteur 2 rue Léo Ferré Bagneux Centre municipal de santé 25 rue Jean-Pierre Timbaud Chatillon Centre de Chirurgie Centre de planification familiale Hôpital Antoine Béclère Ambulatoire 157 rue de la Porte de Trivaux Clamart Centre de santé municipal Marc Chagall 3 rue Simonneau Clichy-sur Seine Policlinique Jean Baumann boulevard du Général Centre de planification familiale Hôpital Beaujon RDC Leclerc Clichy-sur Seine Centre municipal de santé 267 bis rue des Gros Grès Colombes Centre de planification familiale Hôpital Louis Mourier Centre de Contraception et d'ivg 178 rue des Renouillers COLOMBES CEDEX 20 Centre de planification familiale Hôpital Courbevoie - Neuilly Consultation de gynécologie 30 rue Kilford Courbevoie Centre municipal de santé 6 rue Antoine Petit Fontenay-aux- Roses 66 rue Pierre Timbaud Gennevilliers Centre de santé municipal 82 avenue Chandon Gennevilliers Centre municipal de santé 27 bis avenue Victor Cresson Issy-les-Moulineaux Orthogénie et planification Centre de planification familiale Hôpital Corentin Celton familiale 4 Parvis Corentin Celton - BP Issy-les-Moulineaux Centre de planification familiale Centre de PMI Franco-britannique 12 bis rue Barbès Levallois-Perret Centre de planification familiale Centre médical et administratif Henri Barbusse 74 rue Jules Guesde Malakoff

Paris. Paris. Paris. Paris. Paris. Paris. Paris. Paris. Paris. Paris. Paris. Paris. Paris. Paris. Paris. Paris

Paris. Paris. Paris. Paris. Paris. Paris. Paris. Paris. Paris. Paris. Paris. Paris. Paris. Paris. Paris. Paris Liste des centres de planification et d'éducation familiale en Île-de-France. Dans le département de (75) Centre de planification et d'éducation familiale- MFPF 01.42.60.93.20-10 rue Vivienne - 75002 Centre

Plus en détail

Consultations de dépistage SIDA. consultations anonymes et gratuites et d information. Île-de-France

Consultations de dépistage SIDA. consultations anonymes et gratuites et d information. Île-de-France Consultations de dépistage SIDA consultations anonymes et gratuites et d information ET HÉPATITE pour tous en C Île-de-France En quoi consiste le test VIH? Sida Info Service 0 800 840 800 appel gratuit

Plus en détail

Fiches pôles d emploi

Fiches pôles d emploi Fiches pôles d emploi DÉCEMBRE 2014 1 Quartier Central des Affaires, 8 e, 9 e 2 4 e, 10 e, 11 e 3 5 e, 6 e, 7 e 4 Gare de Lyon-Bercy 5 13 e 6 Montparnasse 7 La Défense 8 Bobigny, Noisy-le-Sec 9 Bondy 10

Plus en détail

CONSULTATIONS VIH / IST / HÉPATITES B ET C CDAG/CIDDIST D INFORMATION ET DE DÉPISTAGE EN ÎLE-DE-FRANCE

CONSULTATIONS VIH / IST / HÉPATITES B ET C CDAG/CIDDIST D INFORMATION ET DE DÉPISTAGE EN ÎLE-DE-FRANCE CONSULTATIONS D INFORMATION ET DE DÉPISTAGE VIH / IST / HÉPATITES B ET C EN ÎLE-DE-FRANCE CDAG/CIDDIST LE VIH Vous vous posez des questions sur le virus de l immunodéficience humaine (VIH)? Des infirmiers,

Plus en détail

ANNEXE A L ARRETE DSP N 2014/004

ANNEXE A L ARRETE DSP N 2014/004 ANNEXE A L ARRETE DSP N 2014/004 Liste des centres de vaccination désignés pour effectuer la vaccination anti-amarile et délivrer les certificats internationaux de vaccination contre la fièvre jaune Mise

Plus en détail

ANNEXE A L ARRETE DSP N 2014/004

ANNEXE A L ARRETE DSP N 2014/004 ANNEXE A L ARRETE DSP N 2014/004 Liste des centres de vaccination désignés pour effectuer la vaccination anti-amarile et délivrer les certificats internationaux de vaccination contre la fièvre jaune Mise

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 8 P-2-01 N 44 du 2 MARS 2001 8 F.I. / 2 P INSTRUCTION DU 20 FEVRIER 2001 TAXE ANNUELLE SUR LES LOCAUX A USAGE DE BUREAUX, LES LOCAUX COMMERCIAUX

Plus en détail

LA PLANIFICATION FAMILIALE

LA PLANIFICATION FAMILIALE LA PLANIFICATION FAMILIALE Conseil général des Yvelines La mission Planification, une des missions de la PMI Les Centres de Planification et d' Éducation Familiale (CPEF) dépendent du Conseil Général 27

Plus en détail

region guide sante bis:mise en page 1 05/03/13 09:24 Page1 Guide pratique à l attention des professionnels de santé URPS DE BIOLOGIE MÉDICALE PACA

region guide sante bis:mise en page 1 05/03/13 09:24 Page1 Guide pratique à l attention des professionnels de santé URPS DE BIOLOGIE MÉDICALE PACA region guide sante bis:mise en page 1 05/03/13 09:24 Page1 Guide pratique à l attention des professionnels de santé URPS DE BIOLOGIE MÉDICALE PACA region guide sante bis:mise en page 1 05/03/13 09:24 Page2

Plus en détail

Liste des bibliothèques «Les cités-jardins de la banlieue du nord-est parisien»

Liste des bibliothèques «Les cités-jardins de la banlieue du nord-est parisien» Liste des bibliothèques «Les cités-jardins de la banlieue du nord-est parisien» AUBERVILLIERS BIBLIOTHEQUE SAINT-JOHN-PERSE, 6 rue Edouard Poisson Tél. 01 48 34 11 72 Mardi, Jeudi : 14h-18h (jeunesse :

Plus en détail

PUBLICATION D UN NOUVEAU ZONAGE AMBULATOIRE. mars 2015

PUBLICATION D UN NOUVEAU ZONAGE AMBULATOIRE. mars 2015 PUBLICATION D UN NOUVEAU ZONAGE AMBULATOIRE mars 2015 Mars 2015 0 Publication d un nouveau zonage ambulatoire La région Ile-de-France, forte de ses 11,8 millions d habitants, se caractérise par une évolution

Plus en détail

LISTE DES CENTRES DE VACCINATION FRANCILIENS - 2014

LISTE DES CENTRES DE VACCINATION FRANCILIENS - 2014 Centres de vaccination à Paris / 75 Centre Médico Social Figuier 2, rue du Figuier 75004 PARIS Mardi de 16h30 à 18h30 Tél : 01 49 96 62 70 LISTE DES CENTRES DE VACCINATION FRANCILIENS - 2014 Hôtel Dieu

Plus en détail

LE PROGRAMME DÉPARTEMENTAL DE PRÉVENTION BUCCO-DENTAIRE À DESTINATION DES PROFESSIONNELS

LE PROGRAMME DÉPARTEMENTAL DE PRÉVENTION BUCCO-DENTAIRE À DESTINATION DES PROFESSIONNELS LE PROGRAMME DÉPARTEMENTAL DE PRÉVENTION BUCCO-DENTAIRE À DESTINATION DES PROFESSIONNELS Édito Depuis trente ans, le Conseil général a fait de la santé bucco-dentaire une de ses priorités en matière de

Plus en détail

Liste des équipements sportifs concernés par le plan quinquennal de rattrapage 2011-2015

Liste des équipements sportifs concernés par le plan quinquennal de rattrapage 2011-2015 Liste des équipements sportifs concernés par le plan quinquennal de rattrapage 2011-2015 Identification du maître d'ouvrage Aubervilliers Aubervilliers Aulnay-sous-Bois Aulnay-sous-Bois Bobigny Bondy Bondy

Plus en détail

ARRETE Arrêté du 24 juillet 2012 relatif au schéma d'organisation de la transfusion sanguine d'ile-de-france

ARRETE Arrêté du 24 juillet 2012 relatif au schéma d'organisation de la transfusion sanguine d'ile-de-france Page 1 of 6 ARRETE Arrêté du 24 juillet 2012 relatif au schéma d'organisation de la transfusion sanguine d'ile-de-france NOR: AFSP1230427A Version consolidée au 01 août 2012 La ministre des affaires sociales

Plus en détail

ANNEXE A L ARRETE DSP N DSP2015/327

ANNEXE A L ARRETE DSP N DSP2015/327 ANNEXE A L ARRETE DSP N DSP2015/327 Liste des centres de vaccination désignés pour effectuer la vaccination anti-amarile et délivrer les certificats internationaux de vaccination contre la fièvre jaune

Plus en détail

Au 31 décembre 2009, 296 000

Au 31 décembre 2009, 296 000 10 Approche territoriale Différents profils de familles pauvres selon le nombre d enfants et l activité des parents En IledeFrance, un enfant de moins de 18 ans sur cinq vit en situation de pauvreté. Un

Plus en détail

LE GRAND PARIS ET SES FUTURES GARES : OÙ EN EST LE MARCHÉ DU LOGEMENT NEUF AU 1 er TRIMESTRE 2015?

LE GRAND PARIS ET SES FUTURES GARES : OÙ EN EST LE MARCHÉ DU LOGEMENT NEUF AU 1 er TRIMESTRE 2015? LE GRAND PARIS ET SES FUTURES GARES : OÙ EN EST LE MARCHÉ DU LOGEMENT NEUF AU 1 er TRIMESTRE 2015? Dans la continuité de sa note de conjoncture sur le logement neuf en Ile-de-France, l ADIL 75 vous présente

Plus en détail

Pass. contraception. anonyme, gratuit et proche de vous

Pass. contraception. anonyme, gratuit et proche de vous Pass contraception anonyme, gratuit et proche de vous La Région Poitou-Charentes a fait de la santé une de ses priorités pour garantir à tous, particulièrement aux jeunes, l accès à la prévention et aux

Plus en détail

TARIF DE VENTE DE L'EAU ET DES REDEVANCES ANNEXES 1ER TRIMESTRE 2012

TARIF DE VENTE DE L'EAU ET DES REDEVANCES ANNEXES 1ER TRIMESTRE 2012 Syndicat des Eaux d'ile de France TARIF DE VENTE DE L'EAU ET DES REDEVANCES ANNEXES AU 1ER TRIMESTRE 2012 Tableau du prix de l'eau au mètre cube et des redevances annexes par commune sur la base d'une

Plus en détail

Les STATUTS du SIPPEREC ÉDITION NOVEMBRE 2012

Les STATUTS du SIPPEREC ÉDITION NOVEMBRE 2012 ÉNERGIES // TÉLÉCOMMUNICATIONS Les STATUTS du SIPPEREC ÉDITION NOVEMBRE 2012 Les statuts du SIPPEREC 2 Préambule 4 ARTICLE 1 : Composition et dénomination 6 Attributions 6 ARTICLE 2 : Compétences 6 ARTICLE

Plus en détail

MESURES POSTES CLASSES "NON SPECIALISEES" (hors postes classes pour l'accueil des moins de trois ans)

MESURES POSTES CLASSES NON SPECIALISEES (hors postes classes pour l'accueil des moins de trois ans) Direction des services départementaux de l'éducation nationale du Val-de-Marne DRHM - Préparation de l'année scolaire 206-20 /02/206 MESURES POSTES CLASSES "NON SPECIALISEES" (hors postes classes pour

Plus en détail

N agrément Nom de l'établissement Adresse de l'établissement Commune N téléphone

N agrément Nom de l'établissement Adresse de l'établissement Commune N téléphone 08/12/2015 Auto-écoles conventionnées "Permis de conduire à 1 euro par jour" en Seine-Saint-Denis 1 N agrément Nom de l'établissement Adresse de l'établissement Commune N téléphone E 02 093 3006 0 CFR

Plus en détail

Documents à fournir pour une première demande de titre de séjour :

Documents à fournir pour une première demande de titre de séjour : Demande de titre de séjour Pour un séjour supérieur à trois mois, tous les chercheurs étrangers doivent demander un titre de séjour, sauf les ressortissants des 15 anciens de l Union Européenne, ceux des

Plus en détail

MARS 2013 LOGEMENTS EN MULTI PROPOSITION ILE DE FRANCE

MARS 2013 LOGEMENTS EN MULTI PROPOSITION ILE DE FRANCE Seine-et-Marne T 3 Courtry 90 Rue du Gal de Gaulle 910,24 CC 62 m² Courtry 90 Rue du Gal de Gaulle 930,72 CC 82 m² programme neuf - Maj programme neuf - Offre n :655871 Offre n :655872 Yvelines 26-32 rue

Plus en détail

REPARTITION DES VILLES COUVERTES PAR LES DIVERSES ASSOCIATIONS D AIDE A DOMICILE

REPARTITION DES VILLES COUVERTES PAR LES DIVERSES ASSOCIATIONS D AIDE A DOMICILE REPARTITION DES VILLES COUVERTES PAR LES DIVERSES ASSOCIATIONS D AIDE A DOMICILE FA : 01.48.50.33.99 AUBERVILLIERS AULNAY SOUS BOIS BAGNOLET (Mme MAUFFREY) LE BLANC-MESNIL BOBIGNY BONDY LE BOURGET Département

Plus en détail

"alimentaire" des. Saisons. Les marchés du Val-de-Marne

alimentaire des. Saisons. Les marchés du Val-de-Marne "alimentaire" LeTemps des Saisons Les marchés du Val-de-Marne Alfortville Marché de Rome Rue de Rome Marché Central Rue Vaillant Couturier Marché Place Carnot Place Carnot Arcueil Marché de l Hôtel de

Plus en détail

N 801 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 801 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 801 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 13 mars 2013. PROPOSITION DE LOI tendant à pallier le problème du

Plus en détail

La Prévention médico-sociale en Finistère

La Prévention médico-sociale en Finistère ODPE du Finistère La Prévention médico-sociale en Finistère La protection maternelle et infantile (PMI) mène une mission de prévention et de promotion de la L ESSENTIEL santé des futurs parents et des

Plus en détail

Protocole. [anonyme et gratuit] Avec la Région, on en parle, on agit.

Protocole. [anonyme et gratuit] Avec la Région, on en parle, on agit. Protocole [anonyme et gratuit] Avec la Région, on en parle, on agit. 1. 2. Descriptif du dispositif Le contexte... p. 4 Les objectifs... p. 5 Les bénéficiaires... p. 5 Le chéquier et les coupons... p.

Plus en détail

CLUB NOTARIAL IMMOBILIER. Année 2012 : Quel bilan pour l immobilier résidentiel et d entreprise en Ile-de-France? 28 février 2013

CLUB NOTARIAL IMMOBILIER. Année 2012 : Quel bilan pour l immobilier résidentiel et d entreprise en Ile-de-France? 28 février 2013 CLUB NOTARIAL IMMOBILIER Année 2012 : Quel bilan pour l immobilier résidentiel et d entreprise en Ile-de-France? 28 février 2013 Ouverture des travaux Christian BÉNASSE Président de la Chambre des Notaires

Plus en détail

UN GYNECOLOGUE A LA RENCONTRE DES ADOLESCENTS

UN GYNECOLOGUE A LA RENCONTRE DES ADOLESCENTS 2015 UN GYNECOLOGUE A LA RENCONTRE DES ADOLESCENTS FRANCE Membre Fondateur du FSF FSF 91 boulevard de Sébastopol 75002 Paris CONSTATS Ces dernières années de nouvelles méthodes contraceptives sont apparues.

Plus en détail

Horaires des écoles publiques de la Seine-Saint-Denis pour l année scolaire 2015/2016

Horaires des écoles publiques de la Seine-Saint-Denis pour l année scolaire 2015/2016 Horaires des écoles publiques de la Seine-Saint-Denis pour l année scolaire 2015/2016 Horaires validés suite à la consultation du CDEN du 10 avril 2015 8 rue Claude Bernard - 93008 Bobigny cedex 01 43

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE IMMOBILIERE EN ILE DE FRANCE. 4 trimestre 2011. 23 février 2012

CONFERENCE DE PRESSE IMMOBILIERE EN ILE DE FRANCE. 4 trimestre 2011. 23 février 2012 CONFERENCE DE PRESSE IMMOBILIERE EN ILE DE FRANCE 4 trimestre 2011 23 février 2012 Ouverture des travaux Christian LEFEBVRE Président de la Chambre des Notaires de Paris Introduction Thierry DELESALLE

Plus en détail

ARRETE Arrêté du 16 décembre 2011 relatif à l application de l article R. 111-14 du code de la construction et de l habitation NOR: DEVL1131114A

ARRETE Arrêté du 16 décembre 2011 relatif à l application de l article R. 111-14 du code de la construction et de l habitation NOR: DEVL1131114A Le 21 janvier 2012 ARRETE Arrêté du 16 décembre 2011 relatif à l application de l article R. 111-14 du code de la construction et de l habitation NOR: DEVL1131114A Version consolidée au 21 janvier 2012

Plus en détail

édito sommaire Le Conseil des étrangers Edito 1 Accès aux droits 2 Apprendre le français 5 Accès aux soins 6 Citoyenneté 9

édito sommaire Le Conseil des étrangers Edito 1 Accès aux droits 2 Apprendre le français 5 Accès aux soins 6 Citoyenneté 9 avec le soutien de édito sommaire Edito 1 Accès aux droits 2 Apprendre le français 5 Accès aux soins 6 Citoyenneté 9 N Retrouvez au dos les lieux sur le plan Notre ville est riche de sa diversité, qui

Plus en détail

FÉDÉRATION NATIONALE DE L IMMOBILIER

FÉDÉRATION NATIONALE DE L IMMOBILIER FÉDÉRATION NATIONALE DE L IMMOBILIER 11 Septembre 2014 Plafonnement des honoraires de location : La mesure entre en vigueur lundi 15 septembre 2014 Les honoraires perçus auprès des locataires par les agents

Plus en détail

TAUX DE TVA REDUIT POUR LES TRAVAUX REALISES DANS LES LOGEMENTS

TAUX DE TVA REDUIT POUR LES TRAVAUX REALISES DANS LES LOGEMENTS TAUX DE TVA REDUIT POUR LES TRAVAUX REALISES DANS LES LOGEMENTS Mai 2007 I PRESENTATION L'article 279-0 bis du CGI soumet au taux réduit de la TVA les travaux d'amélioration, de transformation, d'aménagement

Plus en détail

Avis et communications

Avis et communications Avis et communications AVIS DE CONCOURS ET DE VACANCE D EMPLOIS MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Avis relatif à la liste de praticien des hôpitaux à temps partiel (postes vacants ou susceptibles

Plus en détail

des territoires et de leurs habitants

des territoires et de leurs habitants des territoires et de leurs habitants 42 500 logements familiaux 11 200 logements résidences services 131 136 personnes logées OSICA, Entreprise Sociale pour l Habitat, filiale du groupe SNI, le pôle d

Plus en détail

Rencontre Conjoncture ORF

Rencontre Conjoncture ORF Rencontre Conjoncture ORF Maître Jérôme CAURO, Chambre des Notaires Paris Ile-de-France Juin 2013 SOMMAIRE 1- Point conjoncture Logement Ile-de-France 2- Le foncier en Ile-de-France LOGEMENTS : VOLUME

Plus en détail

Guide. de la Protection Maternelle et Infantile

Guide. de la Protection Maternelle et Infantile Petite enfance Guide de la Protection Maternelle et Infantile Avant la naissance Après la naissance Tous les services du Conseil général de l Oise pour vous aider à bien accueillir votre bébé L avenir

Plus en détail

Le Conventionnement hospitalier Mutualiste en Ile-de-France Liste des établissements conventionnés avec la Mutualité française Ile-de-France pour la chambre particulière Au 1 er Août 2015, 86 établissements

Plus en détail

RAPPORT AUTORISANT LE PRESIDENT A SIGNER LES POLICES D ABONNEMENT DES RESEAUX DE CHALEUR ALIMENTANT LES EPLE D ILE DE FRANCE

RAPPORT AUTORISANT LE PRESIDENT A SIGNER LES POLICES D ABONNEMENT DES RESEAUX DE CHALEUR ALIMENTANT LES EPLE D ILE DE FRANCE Rapport pour la commission permanente du conseil régional AVRIL 2014 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france RAPPORT AUTORISANT LE PRESIDENT A SIGNER LES

Plus en détail

Population active, emploi, chômage. Les ressources humaines d une capitale économique

Population active, emploi, chômage. Les ressources humaines d une capitale économique Population active, emploi, chômage Les ressources humaines d une capitale économique NOVEMBRE 2013 Directrice de la publication : Dominique Alba Étude réalisée par : Sandra Roger Sous la direction de :

Plus en détail

Un Pass santé contraception. pour les jeunes francilien-ne-s

Un Pass santé contraception. pour les jeunes francilien-ne-s Un Pass santé contraception pour les jeunes francilien-ne-s Mardi 26 avril 2011 Lycée Elisa Lemonnier Contacts Presse Emmanuel Georges-Picot 01.53.85.57.33 emmanuel.georges-picot@iledefrance.fr Véronique

Plus en détail

Vos résidences étudiantes

Vos résidences étudiantes Vos résidences étudiantes à Paris et en Ile-de-France Étudiants, vous êtes bien chez vous. Étudiants, bienvenue chez vous Les Estudines, ce sont 70 résidences en France, dont 26 résidences à Paris et en

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS Arrêté du 31 juillet 2007 relatif au schéma d organisation de la transfusion sanguine de l Ile-de-France

Plus en détail

La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH

La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH www.lmde.com La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. SIREN 431 791 672. Siège

Plus en détail

OBJET : Services de soins infirmiers à domicile (SSIAD) dans le Val de Marne

OBJET : Services de soins infirmiers à domicile (SSIAD) dans le Val de Marne Direction des services aux personnes âgées et aux personnes handicapées Service accueil - information 01.43.99.75.75 OBJET : Services de soins infirmiers à domicile (SSIAD) dans le Val de Marne Texte de

Plus en détail

Evolution du parc de logements sociaux dans les Hauts-de-Seine 2002-2012

Evolution du parc de logements sociaux dans les Hauts-de-Seine 2002-2012 Evolution du parc de sociaux dans les Hauts-de-Seine 2002-2012 Pôle Aménagement du Territoire Direction de l Habitat 1. Les communes «SRU» ont opéré un rattrapage accéléré 2. Les communes ayant un taux

Plus en détail

Liste des Centres Médico-Sportifs et Plateaux Médicaux Techniques

Liste des Centres Médico-Sportifs et Plateaux Médicaux Techniques Liste des Centres Médico-Sportifs et Plateaux Médicaux Techniques PARIS PARIS 13ème Paris 15ème PMT Camille Soula CHU Pitié Salpétrière Service physio. Explo.fonctionnelle et MDS 83/91, Bd de l'hôpital

Plus en détail

Groupement. électroniques. de commandes. communications. pour les services de

Groupement. électroniques. de commandes. communications. pour les services de Groupement pour les services de électroniques Présentation Avec la création de nouveaux services aux usagers et une offre technologique de plus en plus riche et complexe, les budgets télécom de votre collectivité

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

Restitution des résultats de l étude diagnostic sur les déchets organiques

Restitution des résultats de l étude diagnostic sur les déchets organiques Restitution des résultats de l étude diagnostic sur les déchets organiques Sommaire Quelques définitions La démarche du SYCTOM les objectifs Le contenu de l étude Bilan sur la cible déchets des ménages

Plus en détail

ALFORTVILLE / MAISONS-ALFORT CACHAN CHAMPIGNY-SUR MARNE / CHENNEVIÈRES-SUR-MARNE

ALFORTVILLE / MAISONS-ALFORT CACHAN CHAMPIGNY-SUR MARNE / CHENNEVIÈRES-SUR-MARNE ÉQUIPES ACTIVITÉS 3 rue Jules Cuillerier 94410 Alfortville Mob. 07 86 35 22 05 alfortvillemaisonsalfort@secours-catholique.org ALFORTVILLE / MAISONS-ALFORT Mercredi, Samedi de 9h30 à 11h30 Jeudi de 14h30

Plus en détail

Produire de l électricité photovoltaïque sur les bâtiments publics / Solutions proposées par le SIPPEREC 24/06/09 EFE

Produire de l électricité photovoltaïque sur les bâtiments publics / Solutions proposées par le SIPPEREC 24/06/09 EFE Produire de l électricité photovoltaïque sur les bâtiments publics / Solutions proposées par le SIPPEREC 24/06/09 EFE Erwan Cornen 080609 Les Pavillons-sous-bois 1 Le SIPPEREC en quelques dates 1924 :

Plus en détail

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale PREFET DU CANTAL Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale Réunion territoriale - Arrondissement de Saint- Flour autour du VIVRE ENSEMBLE au lycée agricole Louis MALLET Mardi 21 octobre

Plus en détail

Imprimé sur papier 60 % fibres recyclées et 40 % fibres vierges FSC par l imprimerie Delort iso 14001 - Conception : ogham - Photos istock.

Imprimé sur papier 60 % fibres recyclées et 40 % fibres vierges FSC par l imprimerie Delort iso 14001 - Conception : ogham - Photos istock. Département du Lot Les professionnels de la PMI peuvent répondre à vos questions. Vous pouvez les contacter dans les différents CMS du département. Saint-Céré 05 65 53 46 20 Gourdon 05 65 53 47 00 Figeac

Plus en détail

Édito. Ce guide est conçu pour vous informer de toutes ces initiatives, vous orienter et vous aider en matière de handicap et de santé.

Édito. Ce guide est conçu pour vous informer de toutes ces initiatives, vous orienter et vous aider en matière de handicap et de santé. é t n a S n o i La Miss p a c i d n a H & s n a é l r O d e i r de la mai Édito Depuis 2002, la mairie d Orléans s est dotée d un service «Mission Santé et Handicap» avec l objectif de prendre en compte

Plus en détail

Guide santé jeunes. Ma santé 2013-2014

Guide santé jeunes. Ma santé 2013-2014 Guide santé jeunes Ma santé et moi 2013-2014 Sommaire Page 4 Ma santé : comment choisir un médecin traitant, me faire rembourser mes soins? Page 5 Ma santé : comment me faire soigner? Page 6 En cas d urgences

Plus en détail

BROCHURE SIMPLIFIÉE DES ACCIDENTS CORPORELS DE LA CIRCULATION ROUTIÈRE

BROCHURE SIMPLIFIÉE DES ACCIDENTS CORPORELS DE LA CIRCULATION ROUTIÈRE > Retour accueil BROCHURE SIMPLIFIÉE DES ACCIDENTS CORPORELS DE LA CIRCULATION ROUTIÈRE SEINE-SAINT-DENIS - 2006 Bilan et évolution de l accidentologie Répartition des accidents selon le type de conflit

Plus en détail

FONDS DES HYPOTHEQUES

FONDS DES HYPOTHEQUES FONDS DES HYPOTHEQUES REPERTOIRE METHODIQUE DE LA 3EME CONSERVATION DES HYPOTHEQUES DE LA SEINE An VII 1900 Inventaire établi par Marc Echasseriau sous la direction de Patrick Chamouard et Frédéric Douat

Plus en détail

Présentation des expérimentations

Présentation des expérimentations Présentation des expérimentations en cours en Val-de-Marne 2 expérimentations innovantes 1 étude d impact spécifique 1) Enquête qualitative sur les trajectoires d accès au frottis pour la population précarisée

Plus en détail

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien,

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien, Direction des Ressources Humaines PSYCHOLOGUE J PSYCHOLOGUE A LA CELLULE ACCUEIL FAMILIAL ET MISSION ADOPTION POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction des Solidarités Service : Direction

Plus en détail

Avenue Castelnau. Avenue Henri Barbusse

Avenue Castelnau. Avenue Henri Barbusse Drancy Drancy Le charme d une petite ville aux portes de Paris R é s i d e n c e Plein entre Au cœur de la Seine-Saint-Denis, Drancy profite Avenue Castelnau Rue Sadi Carnot Parc de Ladoucette Rue Anatole

Plus en détail

Liste des points d accès gratuits à Internet pour les étudiants à Paris et en Seine-Saint-Denis

Liste des points d accès gratuits à Internet pour les étudiants à Paris et en Seine-Saint-Denis Liste des points d accès gratuits à Internet pour les étudiants à Paris et en Seine-Saint-Denis L objectif de ce document est de fournir aux étudiants une liste de lieux à Paris et en Seine- Saint-Denis

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional

Rapport pour la commission permanente du conseil régional Rapport pour la commission permanente du conseil régional NOVEMBRE 2012 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france LA POLITIQUE REGIONALE POUR LES PERSONNES

Plus en détail

Direction des services aux personnes âgées et aux personnes handicapées 01.43.99.75.75. OBJET : Portage de repas à domicile dans le Val de Marne

Direction des services aux personnes âgées et aux personnes handicapées 01.43.99.75.75. OBJET : Portage de repas à domicile dans le Val de Marne Direction des services aux personnes âgées et aux personnes handicapées 01.43.99.75.75 OBJET : Définition : Le portage de repas est un service mis en place par les mairies, les associations ou les entreprises

Plus en détail

NEUILLY-PLAISANCE. Les soins en libéral Etat des lieux et perspectives

NEUILLY-PLAISANCE. Les soins en libéral Etat des lieux et perspectives NEUILLY-PLAISANCE Les soins en libéral Etat des lieux et perspectives 2008 04/03/2009-15 rue du Maréchal Gallieni - 92 240 MALAKOFF Tél. : 01 46 55 56 41 E-mail : contact@rir-idf.org SOMMAIRE 1. NEUILLY-PLAISANCE

Plus en détail

CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS

CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS DEPARTEMENT DES YVELINES DIRECTION GENERALE DES SERVICES DU DEPARTMENT DIRECTION DE L ENFANCE, DE L ADOLESCENCE DE LA FAMILLE ET DE LA SANTE CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS Entre, d une part, Le département

Plus en détail

PRESENTATION DES ACTIVITES DU CENTRE POUR LE BIEN ETRE DES FEMMES (CBF/GK) «GISELE KAMBOU»

PRESENTATION DES ACTIVITES DU CENTRE POUR LE BIEN ETRE DES FEMMES (CBF/GK) «GISELE KAMBOU» PRESENTATION DES ACTIVITES DU CENTRE POUR LE BIEN ETRE DES FEMMES (CBF/GK) «GISELE KAMBOU» The image part with relationship ID rid2 was not found in the file. BUT: Promotion de la Santé Sexuelle et de

Plus en détail

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants DOSSIER DE PRESSE L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants PARIS Mercredi 29 février 2012 Communiqué de presse p.2 L Association Française des AIDANTS

Plus en détail

Liste des opérateurs d accompagnement NACRE en Région IDF

Liste des opérateurs d accompagnement NACRE en Région IDF Liste des opérateurs d accompagnement NACRE en Région IDF Cette liste a été mise à jour le 21 janvier 2014. Pour vous assurer que la liste ci-dessous des opérateurs d accompagnement nacre actifs dans cette

Plus en détail

MAI 2014 LOGEMENTS EN MULTI PROPOSITION ILE DE FRANCE

MAI 2014 LOGEMENTS EN MULTI PROPOSITION ILE DE FRANCE Document non contractuel Paris T 3 Paris 18 90 bis boulevard Ney 1046,84 CC 76 m² Disponibilité : 25/06/2014 DU : 22000 Offre n :626084 Yvelines 191 Avenue du Général Leclerc 418 CC 19 m² 191 Avenue du

Plus en détail

MARDI 03 JUIN 2014 10H30

MARDI 03 JUIN 2014 10H30 CONFéRENCE DE PRESSE MARDI 03 JUIN 2014 10H30 dépistage du cancer du col de l utérus à mayotte SOMMAIRE 1- présentation de l association Fonctionnement de l association Territoire d intervention Population

Plus en détail

LA CAISSE PRIMAIRE D ASSURANCE MALADIE (CPAM) COMMENT ÇA MARCHE?

LA CAISSE PRIMAIRE D ASSURANCE MALADIE (CPAM) COMMENT ÇA MARCHE? LA CAISSE PRIMAIRE D ASSURANCE MALADIE (CPAM) COMMENT ÇA MARCHE? La CPAM (sécurité sociale) permet d être remboursé entre 15 et 100% en fonction des soins donnés. Une mutuelle peut prendre en charge le

Plus en détail

A. HERICORD, M.-F. WILMOTTE

A. HERICORD, M.-F. WILMOTTE Chapitre 116 La Permanence d Accès aux Soins de Santé A. HERICORD, M.-F. WILMOTTE 1. La loi d orientation du 29 juillet 1998 La loi d orientation du 29 juillet 1998 relative à la lutte contre les exclusions

Plus en détail

Travailler à Ville-Evrard

Travailler à Ville-Evrard Psychiatrie publique en Seine-Saint-Denis Secteurs adultes et adolescents. G01, G02, G03, G04, G05, G06, G09, G10, G11, G12, G13, G14, G15, G16, G18 Secteurs infanto-juvénile I02, I03, I05 Travailler à

Plus en détail

Construction d une méthode pour accompagner les publics en situation de précarité vers le dépistage organisé des cancers

Construction d une méthode pour accompagner les publics en situation de précarité vers le dépistage organisé des cancers Construction d une méthode pour accompagner les publics en situation de précarité vers le dépistage organisé des cancers FORMADOC 2- Loire 2011-2012 Julie Kalecinski Vanessa Dutertre Franck Chauvin Centre

Plus en détail

Données statistiques relatives à l'emploi sur les communes de Seine-Saint-Denis. 4ème trimestre 2013

Données statistiques relatives à l'emploi sur les communes de Seine-Saint-Denis. 4ème trimestre 2013 Données statistiques relatives à l'emploi sur les communes de Seine-Saint-Denis 4ème trimestre 2013 UT 93 de la Direccte d'île-de-france Service Statistiques - Synthèses / LA 30 avril 2014 Sommaire Données

Plus en détail

Données statistiques relatives à l'emploi sur les communes de Seine-Saint-Denis. 3ème trimestre 2013

Données statistiques relatives à l'emploi sur les communes de Seine-Saint-Denis. 3ème trimestre 2013 Données statistiques relatives à l'emploi sur les communes de Seine-Saint-Denis 3ème trimestre 2013 UT 93 de la Direccte d'île-de-france Service Statistiques - Synthèses / LA 06 janvier 2014 Sommaire Données

Plus en détail

Chez les étudiantes consommatrices de cannabis, 2 fois plus de recours à la pilule du lendemain et 4 fois plus d IVG

Chez les étudiantes consommatrices de cannabis, 2 fois plus de recours à la pilule du lendemain et 4 fois plus d IVG Dossier de presse 11 février 2014 Enquête santé / Vie étudiante / Chiffres clés La sexualité des étudiants en 2013 8 ème enquête nationale Chez les étudiantes consommatrices de cannabis, 2 fois plus de

Plus en détail

Liste des auto-écoles agréées permis à un euro par jour dans le département des Hauts-de-Seine (92)

Liste des auto-écoles agréées permis à un euro par jour dans le département des Hauts-de-Seine (92) Liste des auto-écoles agréées permis à un euro par jour dans le département des Hauts-de-Seine (92) A ANTONY Prélude Auto-Moto 200 rue Adolphe Pajeaud 92160 Antony 01 55 59 80 90 Antony Objectif -Moto

Plus en détail

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale PREFET DU CANTAL Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale Réunion territoriale - Arrondissement d Aurillac autour du VIVRE ENSEMBLE à la Préfecture d Aurillac Vendredi 17 octobre

Plus en détail

L'interruption volontaire de grossesse chez la mineure

L'interruption volontaire de grossesse chez la mineure L'interruption volontaire de grossesse chez la mineure Les lois 1975 Loi autorisant l'ivg pour 5 ans dite loi Veil 1979 Prolongation définitive de l'autorisation 1982 Loi Roudy pour le remboursement 2001

Plus en détail

Enfance & Adolescence Établissements

Enfance & Adolescence Établissements LISTE DES ÉTABLISSEMENTS & DES SERVICES MEDICO-SOCIAUX EN SEINE SAINT-DENIS Sommaire Enfance & Adolescence Établissements IME : Définition page 2 page 3 page 4 IME 24 Simple (Neuropsy) ITEP IEM 24 Bis

Plus en détail

AMELIORER L ACCES A L IVG

AMELIORER L ACCES A L IVG Dossier de presse Vendredi 16 janvier 2015 AMELIORER L ACCES A L IVG Programme national d action Contacts presse : cab-ass-presse@sante.gouv.fr SOMMAIRE Éditorial 3 Introduction 4 Axe 1 - Mieux informer

Plus en détail

Plan Local de Santé Publique

Plan Local de Santé Publique Plan Local de Santé Publique Martigues/Port-de-Bouc n 2 2010-2013 Axes et Objectifs prioritaires Atelier Santé Ville Martigues/Port-de-Bouc PLSP2 - Juin 2010 Axes prioritaires (Sont mentionnés en vert

Plus en détail

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif? Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?» Jeudi 21 mars 2013, Maison du sport français (PARIS) Discours

Plus en détail

Soins gratuits à Paris

Soins gratuits à Paris Extrait du Site Antenne Emploi Fagon Soins gratuits à Paris http://emploi.spf75.org/soins-gratuits-a-paris.html Soins gratuits à Paris - Aides Sociales - Santé - Date de mise en ligne : dimanche 26 juillet

Plus en détail

L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque

L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque Geneviève ve Paicheler Centre National de la Recherche Scientifique Que sait-on sur la sexualité des jeunes? Les données des enquêtes Accompagner

Plus en détail

CONSEIL DEPARTEMENTAL DOTATIONS PREVISIONNELLES DE FONCTIONNEMENT DES COLLEGES PUBLICS POUR L'ANNEE 2016 REUNION DU 16 OCTOBRE 2015 DELIBERATION

CONSEIL DEPARTEMENTAL DOTATIONS PREVISIONNELLES DE FONCTIONNEMENT DES COLLEGES PUBLICS POUR L'ANNEE 2016 REUNION DU 16 OCTOBRE 2015 DELIBERATION DEPARTEMENT DES HAUTS-DE-SEINE CONSEIL DEPARTEMENTAL DOTATIONS PREVISIONNELLES DE FONCTIONNEMENT DES COLLEGES PUBLICS POUR L'ANNEE 2016 REUNION DU 16 OCTOBRE 2015 DELIBERATION Le Conseil départemental,

Plus en détail

Recensement de la population

Recensement de la population Recensement de la population s légales en vigueur à compter du 1 er janvier 2016 Arrondissements - cantons - communes 94 VAL-DE-MARNE Recensement de la population s légales en vigueur à compter du 1 er

Plus en détail

La Protection de l enfance

La Protection de l enfance La Protection de l enfance Sommaire 1. Une vision globale de la protection de l enfance et de la pluralité de ses objectifs Définition donnée par la loi du 5 mars 2007 La philosophie de la loi du 5 mars

Plus en détail

BBInformations Régionales

BBInformations Régionales N 08 NOVEMBRE 2015 BBInformations Régionales Lettre Info Action sociale Île-de-France Partenariat entre la Cnav en Île-de-France et les centres sociaux La Fédération des centres sociaux et socioculturels

Plus en détail

MA CONSO ALCOOL, CANNABIS, COCAÏNE, ECSTASY, GHB... OÙ FAIRE LE POINT?

MA CONSO ALCOOL, CANNABIS, COCAÏNE, ECSTASY, GHB... OÙ FAIRE LE POINT? MA CONSO ALCOOL, CANNABIS, COCAÏNE, ECSTASY, GHB... OÙ FAIRE LE POINT? Cela fait quelques semaines, quelques mois, plusieurs années que tu consommes des produits (licites ou illicites) pour faire la fête,

Plus en détail

Collectif Santé Précarité Montpellier. Groupe de travail : Accès aux droits et aux soins CR de la rencontre du 15/10/10, MDM

Collectif Santé Précarité Montpellier. Groupe de travail : Accès aux droits et aux soins CR de la rencontre du 15/10/10, MDM Groupe de travail : Accès aux droits et aux soins CR de la rencontre du 15/10/10, MDM Au menu de la rencontre : préparation du 17/10/10 - Etat des lieux : Alerte dégradation accès aux droits et aux soins

Plus en détail

SIGNATURE DE LA CONVENTION VILLE DE PERPIGNAN, MUTUALITE FRANÇAISE LANGUEDOC-ROUSSILLON, CLINIQUE MUTUALISTE CATALANE AGENCE REGIONALE DE SANTE

SIGNATURE DE LA CONVENTION VILLE DE PERPIGNAN, MUTUALITE FRANÇAISE LANGUEDOC-ROUSSILLON, CLINIQUE MUTUALISTE CATALANE AGENCE REGIONALE DE SANTE SIGNATURE DE LA CONVENTION VILLE DE PERPIGNAN, MUTUALITE FRANÇAISE LANGUEDOC-ROUSSILLON, CLINIQUE MUTUALISTE CATALANE AGENCE REGIONALE DE SANTE DOSSIER DE PRESSE Signature de la convention entre la Ville

Plus en détail

Maternité des Hôpitaux de Saint-Maurice

Maternité des Hôpitaux de Saint-Maurice Dossier de presse Maternité des Hôpitaux de Saint-Maurice Avril 2008 Contact Presse : Service communication des Hôpitaux de Saint-Maurice 14, rue du Val d Osne 94410 Saint-Maurice Sandrine Bodeau, Chargée

Plus en détail