PubGe sous les auspices du Gouvernement de la RBpublique Malgache. Genre Orthopodomyia. et de la r&ion afrotropicale. Par

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PubGe sous les auspices du Gouvernement de la RBpublique Malgache. Genre Orthopodomyia. et de la r&ion afrotropicale. Par"

Transcription

1 FAUNE DE MADAGASCAR PubGe sous les auspices du Gouvernement de la RBpublique Malgache 85 INSECTES CULICIDAE DIPTERES CULICINAE Genre Orthopodomyia de la sous-r&ion malgache et de la r&ion afrotropicale Par J. BRUNHES et J.-P. HERVY Entomologistes mhdicaux de Z ORSTOM PublG avec le concours de 1 Institut frarqais de Recherche scientifique pour le Dbveloppement en Coopkation Mu&m national d Histoire naturelie Paris 1995

2 FAUNE DE MADAGASCAR Collection fondke en 1956 par M. le Recteur Renaud PAULIAN Correspondant de 1 Institut (alors Directeur adjoint de I IRSM) Collection honorke du soutien du Minis&e de la Coopkation Corn& de patronage M. le Dr RAKOTO RATSIMAMANGA, membre correspondant de l Institut, Paris. - M. le Ministre de 1 Education nationale, Tananarive. - M. le Prksident de l Acad&nie Malgache, Tananarive. - M. le Recteur de l universitb de Madagascar, Tananarive. - M. le Professeur de Zoologie de l universitb de Madagascar, Tananarive. - M. le Directeur du CNRS, Paris. - M. le Directeur g&x%-al de I ORSTOM, Paris. MM. le Professeur J. DORST, membre de l Institut, Paris ; J.-M. P~RI?s, membre de l Institut, Marseille ; J. CARAYON, Paris ; A. CHABAUD, Paris ; M. RAKOTO- MARIA, Tananarive. Comitk de lecture : M. R. PAULIAN, Prksident ; MM. Ch-P. BLANC, A. CROSNIER, R.-P. PECHAMBRE, J. GIJTIERREZ, L. MATILE, J.-J. PETTER, G. RAMANANTSOAVINA, P. ROEDERER, P. VIETTE (secrbtaire). 0 FAUNE DE MADAGASCAR Tous droits de traduction, d adaptation et de reproduction par tous proccdcs r&em% pour tous pays.

3 FAUNE DE MADAGASCAR Publibe sous les auspices du Gouvemement de la RBpublique Malgache 85 INSECTES DIPTkRES a/hp CULICIDAE CULICINAE Genre Orthopodomyia de la sow-r&ion malgache et de la r&ion afrotropicale J. BRUNHES et J.-P HERVY Entornokgistes tidicaux de Z ORSTOM Pub& avec le concours de 1 Institut fran$ais de Recherche scientifique pour le Dkveloppement en Coopkration Mu&urn national d Histoire haturelle Paris 1995

4 i. Jacques BRUNHES & Jean-Paul HERVY Adresse actuelle : UR Maladies infectieases et parasitaires, Centre ORSTOM, 911, avenue Agropolis, B. P. 5045, Montpellier cedex 1

5 SOMMAIRE P&face _... P- 5 Introduction p. 7 Matdriel et mdthodes p. 9 Historique de la dbouverte du genre Orthopodomyia p. 10 Les caractkes morphologiques du genre Orthopodomyia... p. 12 Femelle... p. 12 Mile... p. 13 Nymphe... p. 13 Larve au 4e stade... p. 13 Le point sur les Orthopodomyia de la sous-r&ion malgache... p. 14 Historique des dccouvertes... p. 14 Position taxonomique de quelques espcces malgaches... p. 15 Le point sur les Orthopodomyia du continent africain p. 17 Historique des dccouvertes et &at des connaissances... p. 17 Les Orthopodomyiu d Afrique et de la sous-r&ion malgache... p. 18 Clis dichotomiques d identification... p. 19 Presentation des diffcrentes espices... p. 21 Or. ambremontis n. sp.... p. 21 Or. ankaratrensis n. sp.... p. 27 Or. arboricollis (de Charmoy, 1908)... p. 30 Or. aureoantennata Ferrara, p. 37 Or. comorensis Brunhes, p. 40 Or. fontenillei n. sp.... p. 46 Or. joyoni Brunhes, p. 53 Or. milloti Doucet, p. 60 Or. nkolbissonensis Rickenbach et Hamon, p. 67 Or. pulchripalpis (Rondani, 1872)... p. 72 Or. rajaonariveloi n. sp.... p. 75 Or. ravaonjanaharyi n.sp.... p. 78 Or. reunionensis n. sp.... p. 82 Or, rodhaini n. sp.... p. 89 Or. vernoni Van Someren, p. 92 3

6 4 t R. L. PETERSON, J. L. EGER & L. MITCHELL Considirations g&&ales... Biologie... Systematique... Comparaison des ailes... Comparaison des genitalia miles... Comparaison de l ornementation des pattes... Reflexions sur l ornementation du corps et sur la morphologie des genitalia msles... Propositions pour la section Orthopodomyia... Dynamique du genre Orthopodomyia en Afrique et dans la sousregion malgache....i... Remerciements p. 100 p. 100 p. 102 p. 102 p. 103 p. 104 p. 104 p. 105 p. 106 p. 107 Rdfhrences bibliographiques p. 109 Planches et cartes p. 113 Index alphabhtique p. 119

7 PREFACE I Le travail de MM. Brunhes et Hervy offrant, avec une etude des Orthopodomyia afro-malgaches, la description de sept nouvelles especes dans un genre gui ne comptait jusqu ici, et sur l ensemble des regions intertropicales, qu une trentaine d especes, fournit une precieuse contribution a la connaissance des Culicides de la region. Aprbs les deux volumes de la Faune de Madagascar consacres par A. Grjebine aux Anopheles et aux FicaZ& ce travail apporte les descriptions d&.ijlees et les illustrations precises des trois stades de diveloppement d un autre genre de Culicides et il con&me l originalite et la richesse de la faune malgache. Par la mise en evidence de la richesse de cette faune, pas moms de six especes nouvelles sont decrites sur un total de huit especes existant dans l ae, l etude con&me l importance primordiale des phytotehnes dans le developpement des formes aquatiques a Madagascar. Cette etude a aussi le merite de poser en termes clairs le probleme du polymorphisme larvaire qui se revele particulierement impressionnant pour les formes des Mascareignes et ne peut, semble-t-il, &tre ramene a un probleme de metabolisme ; elle suggere aussi des recherches sur le fonctionnement de la corbeille de soies cephaliques larvaires dans la recherche de la nourriture ; on sait l importance de ces caracteres chez les Simulies du Pacifique, et l intense speciation ecologique qui accompagne les variations morphologiques du filtre buccal. Mais l inter~t majeur de cette etude est sans doute de poser en termes renouveles le probleme des afftites orientales de la faune malgache. Alors que les recherches de la periode d intense prospection faunistique de l ae, de 1946 a 1974, avaient mis en evidence la preponderance des elements africains dans le peuplement de Madagascar, tant pour ce qui concernait les elements anciens gue pour les formes de penetration plus recente, contrairement aux opinions defendues au debut du siecle, les recherches de la derniere decennie ont fait apparaitre, dans des groupes divers (Lepidopteres, Melolonthides, Ptinides, Ficalbia et aujourd hui Orthopodomyia), la presence d elements anciens, a afftites orientales. L interpretation de cette contradiction, en termes biogeographiques, ne pourra Gtre proposee gue lorsque les geophysiciens auront fix6 avec certitude les dates relatives des deux fractures des plaques afro-malgache et indo-malgache. Mais il est important de savoir que le probleme est pose. R. PAULIAN.

8

9 INTRODUCTION Le genre Orthopodomyiu ne compte, dans le monde entier, qu une trentaine d especes qui sont, pour la plupart d entre elles, localisees dans les regions intertropicales d Asie et du Nouveau Monde. Dans la region afrotropicale, la partie continentale appara it remarquablement pauvre en Orthopodomyia, et ceci malgre une prospection importante. Seules, en effet, deux especes rarissimes (Or. nkolbissonensis et Or. aureoantennata), provenant toutes deux du Cameroun, y ont et&, a ce jour, signalees. Au contraire, la seule sous-region malgache, qu.i compte actueilement 7 especes, se montre d une grande richesse biologique. Cette apparente diversite, pour importante qu elle soit, nous a semble cependant sous-e&n&e car nous avons decele, dans les collections, de non&reuses determinations incertaines et des localisations surprenantes. Ces observations nous ont montre que les etudes consacrees aux Orthopodomyiu de cette sous-region etaient encore tres insuffisantes eu egard a la grande diversite des zones climatiques representees a Madagascar et au morcellement insulaire de la region. Par ailleurs, une seule espece, Or. pulchripalpis (Rondani, 1872), se rencontre dans la region palearctique occidentale, depuis le Maghreb jusqu en Angleterre et du Portugal jusqu en Hongrie et en Grece. 11 nous a done paru opportun d effectuer, pour l ensemble de la region afrotropicale, et tout particulierement pour la sous-region malgache, une r&ision generale de ce genre en utilisant comme references les nombreux types conserves au Centre ORSTOM de Montpellier (France) et divers exemplaires appartenant a d autres collections gue nous avons pu examiner. 7

10

11 MATERIEL ET METHODES Cette &vision des Orthopodomyia d Afrique, de Madagascar et des iles voisines se fonde tout d abord sur la collection de Culicidae deposes au Centre ORSTOM de Montpellier (France). Dans cette collection se trouvent les types des deux se& Orthopodomyia signal& en Afrique subsaharienne (Or. aureoantennata et Or. nkozbi.ssonensis) et de nombreux exemplaires d Or. pulchripalpis &colt& au Maroc par notre coll&gue Helene Bailly-Choumara. Au tours d un sejour de six ans (1966 a 1972) dans la sous-region malgache, l un d entre nous (J. Brunhes) a largement prospecte Madagascar et l archipel des Comores. Les larves d Orthopodomyiu r&colt&es ont 6th mises en elevage aussi souvent que possible, si bien que l on est generalement en mesure de relier les trois stades de developpement de chaque espece identifiee. I I En outre, la collection conservee au Centre ORSTOM de Montpellier, qui comportait des Orthopodomyia &colt&s par J. Hamon sur l?le Maurice et quelques autres recoltes a Madagascar par A. Grjebine, D. Fontenille, R. Subra et Ch. Ravaonjanahary, nous a fourni des ad&es, des larves, mais sans qu il soit gen&alement possible d etablir un lien certain entre les differents stades. Ce materiel nous a permis d identifier une espece nouvelle r&colt&e a l etat larvaire par A. Grjebine dans le massif de 1 Ankaratra (Madagascar) et une autre &colt&e dans le nord-est de Madagascar par Ch. Ravaonjanahary. Pour cette derniere espece, se& les ad&es, issus de la mise en elevage des larves, nous sont parvenus. Dans ces differents cas, le lieu de recolte &ant connu avec precision, de nouvelles prospections devraient permettre de retrouver rapidement les stades manquants. Par ailleurs, des larves et nymphes recoltees par M. Isautier sur l tie de la R&mion, ainsi que les adultes issus des elevages effect&s, nous ont permis de signaler la presence d une espece nouvelle pour la science sur cette ile des Mascareignes.! Les descriptions d especes nouvelles, que nous donnons ici, sont fondles sur l examen de l ensemble du materiel de la s&e-type ainsi que sur l ensemble des topotypes a notre disposition. Cette description composite, associee A la designation de types les plus representatifs possibles, permet de mieux cerner les variations intraspecifiques que ne le ferait la seule description du type. Pour effectuer nos descriptions nous avons adopt6 la nomenclature des pieces anatomiques et des soies telle qu elle est proposee de fagon synthetique par Harbach et Knight (1980). Les planches d illustrations d ailes ont ete r&ah&es grace a une technique in&lite associant prise de vue en micro-video et traitement numerique de l image. 9

12 10 J. BRUNHES & J.-P. HERVY Une cl& informatisbe des Orthopodomyia de la r&ion afrotropicale est actuellement en prhparation. Ce logiciel, analogue dans son principe & celti Gali& sur les Mouches T&-t& par Brunhes et al., 1994, permettra une identification plus s&-e et plus conviviale tout en dhgageant les liens de parent& qui existent entre les esphces. BMNH British Museum (Natural History) / Natural History Museum, Londres. IP Institut Pasteur, Paris. LTV Laboratoire de Taxonomie des Vecteurs, Centre ORSTOM de Montpellier (34), France. MNHN Mu&urn national d IIistoire naturelle, Paris. NMNH National Museum of Natural History / Smithsonian Institution, Washington. NOMS DE LOCALIT~S UTILEI% A Madagascar, les noms de non&reuses local& ont 6th char&s entre la p&iode oti les &coltes ont &t& effect&es et la date de rbdaction de cet ouvrage. Les btiquettes dhsignant les Orthopodomyia de Madagascar comportent, dans la grande major& des cas, d anciens noms de localit&. Nous mentionnerons en prior% le nom figurant sur les Etiquettes d origine ; pour aider le lecteur, les noms de lieux actuellement utilis~s seront mention&s entre parenth&ses. HISTORIQUE DE LA DkCOUVERTE DU GENRE ORTHOPODOMYIA Orthopodomyiu Theobald, 1904 : Theobald a cr& le genre Orthopodomyia en se fondant sur l esp&e-type albipes que Leicester avait d&rite en 1904, sans lti donner de nom de genre, et dans la meme publication que celle de Theobald, Local&type : Kuala Lumpur, Malaisie. Lectotype m$le d&g& par Zavortink, Bancroftia Lutz, 1904 : Esphce-type du genre : Bancroftiu albicosta Lutz, Au premier abord, l ant&ioritb d Orthopodomyia sur Bancroftia ne nous semble pas facile & btablir ; nous nous en remettons done & la dhcision de nos pr&d&cesseurs qui a 6th consacrbe par l usage. Local&type : Serra da Cantareira (Sao Paulo) B&s& Pneumaculex Dyar, 1905 : 46. EspGce-type : Culex signifera Coquillett, 1896 : 43. Localit&type : Washington (U.S.A.). Newsteadina Theobald, 1909 : 297. Esphce-type : Culex arboricollis Charmoy, Local&type : Vacoas, Maurice. Thomasina Newstead et Carter, 1911 : 553. EspGce-type : Mansonia lon-

13 DIPT~RES CULICIDAE CULICINAE 11 g-ipalpis Newstead et Thomas, 19IO : 145. Local&type Br&l. : Manaos, Amazone, Le premier Orthopodomyia a 6th dhcouvert en Italie par Rondani (1872) et d&c& sous le nom de Culex pulchripalpis. Le second fut captu& aux U.S.A. et d&rit par Coquillett en 1896 sous le nom de CuZex si&nzjsra. Quelques an&es plus tard, en 1903, GiIes prksente sous le nom de Mansonia anophe- Zoides un autre Orthopodomyia capturk aux Indes. Afin de classer ces Moustiques d&&s d un peu partout dans le monde 2 l int&ieur d un taxon permettant de souligner leur incontestable parent&, Theobald (1904) p ro p ose la crbation du genre Orthopodomyiu. 11 en d&ftit les caract&res en prenant comme esp&e type Orthopodomyia albipes que Leicester (1904) venait de dhcouvrir en Malaisie. Une certaine impr&ision sur I btendue, et I universalita des caracteres dkflnissant ce nouveau genre, en particulier h tous ses stades de d&eloppement, n a cependant pas permis d &iter de nouvelles descriptions d orthopodomyia sous des noms de genres t&s variks. C est ainsi qu ont 6th c&&s au moins quatre genres qui ont 6th ensuite progressivement pla& en synonymie : Bancroftia Lutz 1904, PneumacuZex Dyar 1905, Newsteadina Theobald 1909 et Thomasina Newstead et Carter En 1-920, apri% la mise en synomymie par Edwards du dernier Aide, le genre Orthopodomyia compte 19 esp&ces ou vari&s. genre non A cette phase de caract&isation du genre et de regroupement dans un mgme taxon, succhde bientgt une nouvelle phase de mise en &idence des original& morphologiques partagbes par certaines de ces esp&ces. Cette phase centrifuge aboutit rapidement i la d&&ion de nouveaux taxa infrag&&iques tels que les groupes-esp&es. Ainsi, en 1932, Edwards propose-t-il la crhation de 2 groupes distincts : le groupe A ou Orthopodomyia et le groupe B ou Bdncroftia. Ce mouvement centrifuge se poursuit avec la crhation par Knight et Mattingly (1950) du sous-groupe anopheloides dans le groupe A d Edwards. Be&in (1962) reconnait dans le genre Orthopodomyia 8 groupes distincts : groupe aalbipes (9 esp&es), groupe signifera (6 espkces), groupe nkolbissonensis (1 esp&ce), groupe Thomasina (2 espi%ces), groupe vernoni (2 espkces), groupe albicosta (1 esphce), groupe arboricollis (1 esphce) et groupe FoZicoZue (1 esp&ce). En 1968, lorsque Zavortink publie sa r&&ion du genre Orthopodomyia il existe 24 esphces valides et cet auteur propose de subdiviser le genre en 3 sections comportant chacune de 1 h 4 groupes. Depuis cette &vision du genre, il est admis de subdiviser les Orthopodomyia en 4 sections et 6 groupes. Section Orthopodomyiu groupe albipes groupe arboricollis groupe %kozbissonensis groupe vernoni Asie Maurice Afrique Madagascar

14 12 J. BRUNHES & J.-P. HERVY Section Bancrofti groupe azbicos ta groupe signifera Section Thomasina Section Folicolue Region neotropicale Region holarctique et neotropicale. Region neotropicale Region neotropicale La mise en place d une telle architecture taxonomique, dans laquelle chaque groupe de taxa se trouve etroitement local&e dans une zone geographique particuliere, met en evidence, soit l anciennete du genre qui a eu le temps de s adapter aux conditions ecologiques de chacune des regions ecologiques qu il occupe, soit les vestiges d un genre autrefois beaucoup plus largement reparti et diver&e et dont il ne resterait aujourd hui gue des temoins &pars. Nous essaierons de discuter cette question apres avoir present& les Orthopodomyia de la region afrotropicale. LES CARACTkRES MORPHOLOGIQUES DU GENRE ORTHOPODOMYIA Les caracteres sur lesquels se fondent l appartenance au genre ont et& pour la premiere fois proposes par Theobald (1904). Cette premiere definition etait fondee sur l examen d Orthopodomyia albipes Leicester, Plus recemment, apt-es avoir examine la plupart des Orthopodomyia du monde, Zavortink (1968, 1971) a p r&i& les caracteres morphologiques attribues a ce genre. Parmi cetix proposes, nous avons retenu comme etant particnlierement constants pour la region concern&e, les caracteres suivants : Femelle TkTE Vertex et occiput largement recouverts d &Glles blanches, jaunes ou noires ; les ecailles fourchues dress&es pouvant ctre plus ou moins sombres mais les anterieures &ant t&s generalement plus claires que les posterieures. Labium legerement renfle dans la partie distale ; de couleur noire, portant toujours dans sa partie mediane au moins un anneau clair (jaune ou blanc) dont la largeur peut stre variable. Palpes maxillaires atteignant approximativement la moitie de la longueur du labium et form& de 4 ou 5 segments (I), parfois difficiles a distinguer ; ils presentent un apex clair et 1 ou 2 anneaux blancs entourant, ou bordant, les zones articulaires. Pedicelle de l antenne portant des ecailles pales sur sa partie interne ; les 2 ou 3 premiers flagellomeres sont aussi or&s de quelques ecailles blanches. (1) La terminologie utili&e par les auteurs est largement d inspiration anglosaxonne (proboscis A la place de trompe, par exemple). he mot segment, trouve lors de la description des palpes maxillaires ou des tarses, correspond i ce qui est normalement nomme article en franqais et n a rien i voir avec les segments thoraciques ou segments abdominaux (NDLR).

15 DIPT~RES CULICIDAE CULICINAE 13 THORAX Scutum or& de non&reuses &Ales aux couleurs contrast&es (blanc, c&me, jaune, noir) qui forment des dessins plus ou moins dkftis. PZeures portant de non&reuses plages d &aiiies blanches spat&es. Pattes toujours pourvues, et parfois sur toute leur longueur, d anneaux noirs et blancs auxquels s ajoutent parfois des touffes de longues &Ales noires. Tarsomkes 1-I et l-11 aussi longs que l ensemble des segments r&mis. Tarsomkes 4-I et 4-11 particulikement courts ; cette singular& morphologique constitue un excellent caractkre permettant, & lui seul, de distinguer le genre Orthopodomyia. Griffes simples. Nervures des ailes g&k-alement recouvertes d &Al.les blanches et noires qui, regroupges par places, forment des taches plus ou moins non&reuses. ABDOMEN Tergites et sternites recouverts d kailles noires et blanches ; la couleur dominante &ant t&s gkkalement le noir mais les taches blanches toujours prkentes dans les angles antkieurs peuvent se rejoindre pour former une bande continue qui borde toute la partie antkrieure du tergite ; taches d &caiiies blanches souvent pksentes au milieu des tergites 2 A 7. Le m&le est analogue A la femelle. Palpes maxillaires atteignant 0,7 A 0,9 fois la longueur du proboscis ; le cinqui&me segment blanc, les trois premiers segments portant des kailles blanches p&s des articulations. Antenne t&s plumeuse ; les flagellom&-es 1 i 4 portent gknkralement de longues Gcailles blanches vrillkes. Terminalia : tergite VIII dkveloppant sur son bord postkieur une expansion mkliane dont les formes et l ornementation sont souvent spkiflques ; tergite IX or& de quelques soies dont le nombre est t&s variable mgme chez les individus d une mgme espke. Gonocoxites, longs et coniques, montrant une ornementation g&&ralement peu varihe, form&e d une rang&e de fortes soies basales-internes dispokes en croissant. Gonostyle long, portant de non&reuses soies dorsales et une forte dent terminale. Ed&age dont les deux moitk, faiblement assemblhes, portent des denticulations distales et des expansion post&o-mklianes plus ou moins dkvelopp&es. Nymphe Soies ckphalothoraciques 6 et 7-C t&s proches l une de l autre ; soies 8 et 9-C ins&&es nettement en arrike des trompettes respiratoires dont la forme est assez variable mais qui ne sont jamais longues. Soie abdominale 1-I t&s buissonnante ; 9-VII d&elopp&e et form&e de 5 A 10 branches aciculbes et en &entail ; 9-VIII formant g&kalement un long &entail d au moins 10 branches aciculkes. Palette natatoire sans spicules distaux, 1-P prkente mais le plus souvent modeste, 2-P absente. Larve au quatriitme stade Globuleuse. Mentum dkveloppk. Soie 1-A in&ke sur la moiti6 basale de l antenne. Thorax et abdomen pksentant, sur les larves vivantes ou mortes

16 14 J. BRUNHES & J.-P. HERW depuis ment. peu de temps, une coloration rouge brique due a la presence d un Pig- ABDOMEN Presence, sur le segment VIII, d une paire de plaques scl&ifiees asymetriques qui se &unissent parfois dorsalement. Deux ran&es de dents formant un double peigne sont inserees p&s de ces plaques. Soies 6-I et 6-11 form&es de 3 a 8 branches fortes, aciculees et arquees ; soies a 6-VI simples ou doubles mais toujours t&s longues. Siphon aux proportions variables, sans peigne basal ; 1-S developpee. Segment X entoure par une selle complete et non spiculee sur son bord distal, 4-X form&e de 7 paires de soies longuement spat&es a la base. Historique des dccouvertes LE POINT SUR LES ORTHOPODOMYIA DE LA SOUS-RkGION MALGACHE La premiere espece signal&e dans la sous-region malgache a 6th Orthopodomyiu arboricollis. De Charmoy (1908) 1 a d ecouverte a Maurice et d&rite a partir d un adulte obtenu apres la mise en elevage d une larve capturee dans un creux d arbre. Placee d abord dans le genre Culex, cette espece allait ensuite gtre rangee dans le genre Newsteadina puis dans le genre Orthopodomyia apres la mise en synonymie de Newsteadina par Edwards. La deuxieme mention d une espece appartenant au genre Orthopodomyiu est due a E. Van Someren (1949) qui a d&it le m&le d Or. vernoni ainsi qu une larve &colt&e dans la m&me region que l adulte et qu elle considerait (la suite prouva qu elle avait raison) comme le stade pr&maginal d Or. vernoni. Cette nouvelle espece avait et& recoltee dans l extrsme nord de Madagascar, a Sakaramy, p&s de la ville de Diego-Suarez (Antsiranana). En 1950, Doucet a attribue a Or. vernoni une larve provenant de la Montagne d Ambre. 11 en a dessine la t$te, le mentum et les trois derniers segments mais sans faire d autres commentaires. Compte tenu du lieu de provenance et des especes connues en 1950, cette identification se justifiait pleinement. Nous avons retrouve cette larve montee dans le baume ; sa tgte a ete dissequee pour mettre en evidence le mentum. Bien qu elle soit en assez mauvais &tat il nous semble qu il s agit plus probablement d une larve d Or. mizzoti (taille des soies 5-C, longueur des antennes). L identification de cette larve demeure incertaine car, au niveau de la Montagne d Ambre, se cotoient les especes orientales et occidentales de Madagascar ainsi qu une espece endemique. Compte tenu de la peu frequente sympatrie des Orthopodomyzk, il aurait 6th probablement possible de l identifier si le lieu de capture avait ete plus precisement indique. Zavortink (1968), qui ne disposait que de 2 larves r&colt&es dans la local&+-type (Sakaramy), n a propose dans sa monographie sur les Orthopodomyia qu une description t&s breve du stade larvaire d Or. vernoni ; par contre il a present& une redescription fort precise du male. La femelle et le stade nymphal ont et& d&-its par Rodhain et Boutonnier (1983) qui ont ainsi complete la connaissance d Or. vernoni 2 tous ses stades de developpement.

17 DIPTI?RES CULICIDAE CULICINAE 15 Apr& une &tude de la faune culicidienne de la foret tropicale humide de la c&e orientale malgache r&ion de P&net (Andasibe), Doucet (1951) a d&x-it et dessi& une nouvelle esp&e : Or. mizzoti. Sa local&type se trouve & 900 m d altitude, au sommet de la premi&re falaise de la &te orientale malgache. Cette esp&ce allait etre plus minutieusement d&rite et illustrbe par Zavortink (1968) grgce & 4 mfiles et 1 femelle provenant de la zone &i&e i Sakondroely, Sous-Prhfecture F&&ive (Fenoarivo Atsinanana), Province de Tamatave (Toamasina) et & une larve r&colt&e dans la local&type. Ce mat&e1 avait 6th fourni par A. Gjrebine. Le stade nymphal d Or. miuoti a & d&x+ en 1983 par Rodhain et Boutonnier. Cinq ans apr& la description du m$le d Or. mill& et & la suite de r&oltes effect&es sur la c&e occidentale s&he de Madagascar r&ion de Majunga (Mahajanga), A. Grjebine (1954) d &xit Orthopodomyia geberti en se fondant sur la morphologie d une larve. L int%t pour l btude des Orthopodomyia de la sous-r&ion malgache btait relanch en 1977 avec la description de 2 esp&es nouvelles allopatriques (Or. comorensis et Or. joyoni) d&ouvertes dans trois?les de l archipel des Comores (Brunhes 1977). Quelques an&es plus tard, Rodhain et Boutonnier (1983) publient une r&ision des Orthopodomyia de Madagascar et d&xivent 5 cette occasion 2 nouvelles esp&es : Or. antanosyorum et Or. madecassorum. Malgr6 ces apports success&, les non&reuses d&terminations qui demeuraient encore douteuses nous ont &it&s i reprendre l ensemble du probeme PO& par l identification des Orthopodomyia de la sous-r&ion biogkographique malgache. Nous tenterons de faire progresser leur connaissance en klargissant leur &ude i toute la r&ion afrotropicale. Position taxonomique de quelques espitces malgaches Or. geberti Grjebine, 1954 Au moment de la description d Or. geberti, Grjebine ne disposait, pour identifier son matbriel, que de la tr&s b&e description d Or. vernoni faite par Van Someren et du dessin proposh par Doucet qui repr&entait t&s probablement une larve d Or. mizzoti sous le nom d Or. vernoni. Nous avons retrouvh l holotype larvaire qui a servi & la description d Or. geberti et, apr& consultation de la collection de F. Rodhain et de l abondant mathriel que nous avons nous msme r&olt& et mis en Glevage, nous consid&ons Or. geberti, non plus comme un nomen dubium (Zavortink 1968), mais comme un synonyme d Or. vernoni. Or. madecassorum Rodhain et Boutonnier, 1984 Les auteurs ont fond6 la distinction de cette esp&ce sur la description d une femelle capturbe dans la station de Pkrinet, Sous-Prkfecture de Moramanga, Province de Tamatave (Toamasina). Cette esp&ce se reconnait & la pr&

18 16 J. BRUNHES & J.-P. HERVY sence, sur la patte III, d un cinquieme article tarsal entierement blanc. Ce meme article est noir chez Or. milloti. Tous les autres caracteres morphologiques d Or. madecassorum sont t&s proches sinon identiques a ceux gue l on peut observer chez Or. milloti. A notre avis, plusieurs observations nous incitent a proposer la mise entre parentheses de ce taxon : - il a 6th decouvert dans la local&type d Or. milloti oh cette espece est largement hegemonique et alors que les Orthopodomyiu sont rarement sympatriques ; - la larve, la nymphe et le msle sont inconnus ; - l holotype femelle a accidentellement perdu ses tarses posterieurs alors que ceux-ci constituent un element decisif pour l identification de l espece. En consequence et dans l attente de nouvelles captures, nous proposons done qu Or. madecassorum soit consideree comme un nomen dubium probablement synonyme d Or. milloti. Or. antanosyorum Rodhain et Boutonnier, 1984 Les auteurs de cette espece ont effect& leur description en se fondant sur deux femelles conservees a set et sur un m%le conserve en alcool. 11s ont souligne aussi la t&s grande parent6 d Or. antanosyorum avec Or. vernoni. Les convergences morphologiques apparaissent particul.izrement nettes en ce qui concerne les pattes et les genitalia m&les de ces 2 especes. La cl& de determination proposee par ces auteurs signale qu il y a 5 a 6 soies laterales sur le tergite VIII d Or. vernoni alors qu il n en existe que 3 sur celm d Or. antanosyorum. Les femelles de ces 2 especes peuvent se distinguer gr&ce a une disposition legerement differents des ecailles color&es, en particulier de celles qui se trouvent sur le scutum et sur la face posterieure des femurs de la patte anterieure. Les stades pr&maginaux de ces 2 especes sont aussi tres difficilement distinguables : chez Or. vernoni, la soie 5-VI ne depasse pas le bord posterieur du segment VII alors gue chez Or. antanosyorum cette mgme soie atteint le bord posterieur du segment VII. L examen d une dizaine de genitalia m%les d Or. vernoni nous a montre la t&s grande variabilite du nombre de soies portees par le tergite VIII. Cette ornementation est en effet peu constante aussi bien chez les msles issus du larvaire que sur le cot& droit ou gauche d un mgme individu. Ce caractere nous a aussi semble &ninemment variable chez toutes les especes de la region afrotropicale. Dans l etat actuel de nos connaissances, et compte tenu de la t&s grande proximite morphologique des larves, des nymphes et de l ornementation des pattes d Or. vernoni et d Or. antanosyorum, nous preferons considerer Or. antanosyorum comme un synonyme d Or. vernoni.

19 DIPTI?RES CULICIDAE CULICINAE 17 LE POINT SUR LES ORTHOPODOMYIA DU CONTINENT AFRICAIN Historique des dkouvertes et &at des co~aissances La plus ancienne espbce d Orthopodomyia connue a &tb captu&e et d&rite en Italie par Rondani en Ce Culex puz&r&zlpis qui devait devenir Orthopodomyia puzchripazpis apr& que Theobald etit d&fti les caract&es morphologiques communs aux Orthopodomyia, se rencontre non seulement dans toute 1 Europe occidentale mais aussi dans tout le Maghreb. Elle ne franchit cependant pas la barri&re des dkserts qui &parent la r&ion palharctique de la r&ion afrotropicale. Cet Orthopodomyia prbsente les caract&res morphologiques propres au groupe signifera tel que les a d&finis Zavortink (1968) mais il se disting-ue suffisamment de ce groupe pour Gtre plack dans le sous-groupe pulchripalpis dont il est l unique reprhsentant. Sur la portion du continent africain qui fait partie da la r+$on afrotropicale, seules 2 esp2ces ont &tk d&rites i ce jour ; elles proviennent toutes deux de la meme foret relicte de Nkolbisson qui se trouve & quelques kilom&res de Yaoundk (Rkpublique du Cameroun). Orthopodomyia nkolbissonensis a 6th dbcouvert i l htat imaginal par Rickenbach et Hamon (1965) q ni ont d&wit la morphologie du m$le et de la femelle g-&e & un lot de 7 mgles et 3 femelles. Quelques an&es plus tard, la larve d Or. nkolbissonensis &ait d&rite par Ferrara (1968) & partir d une seule larve immature qu il avait obtenue apr& qu une femelle egt pondu au laboratoire. Malheureusement cette larve n a pas atteint le stade IV et la morphologie pr&imaginale d Or. nkolbissonensis reste done largement mkconnue. Le stade nymphal n a &tb ni observk ni dkcrit. Orthopodomyia aureoantennata, d&wit en 1973 par Ferrara n est encore connu que grsce 2 l holotype msle. Cette esp&ce est profondbment diff&ente d Or. nkolbissonensis. L &dkage de cet holotype, month au baume du Canada, est malheureusement disposk en biais ce qui n en facilite pas l interprbtation. Assez curieusement, les deux seuls Orthopodomyia connus de la r&ion afrotropicale proviennent done de la meme for%-relicte camerounaise des environs de Yaound& 11s sont par ailleurs si profond&ment diffhrents l un de l autre que l on n hhsiterait pas & les placer dans deux groupes distincts. Nous reviendrons dans la discussion sur le probl&me que posent la rareth et la sympatrie de ces deux espgces.

20 18 J. BRUNHES & J.-P. HERVY LES ORTHOPODO,MYIA D AFRIQUE ET DE LA SOUS-REGION MALGACHE Nous proposons ci-apres la description et les illustrations des parties anatomiques les plus caractkistiques de sept nouvelles especes dont six se developpent a Madagascar et une dans l ile de la Reunion. Pour faciliter l identification et la comparaison entre elles des differentes especes de la region afrotropicale, nous avons partiellement red&-it et redessine les cinq Orthopodomyiu deja connus. Cette revision du genre Orthopodomyzkz dans la region afrotropicale a et6 facilitee par le presence dans la collection du Laboratoire de Taxonomie des Vecteurs de I ORSTOM, a Montpellier, de quatre holotypes sur les cinq especes connues dans la region. Pour 2tre complet, nous proposons aussi une description complementaire - et de nouvelles illustrations - de la seule espece presente sur le continent africain mais qui ne se rencontre gue dans la sous-region m&literraneenne (Region palearctique). Les differents stades de developpement des 15 especes signalees sur le continent africain et dans la sous-region malgache ne sont pas tous connus. Le tableau I recapitule, pour chaque espece, les stades et les sexes d&its. r*ll Description sur Stade III Description complete Tableau I. - Etat des connaissances concernant les 15 espikes valides d Orthopodomyia signal&es dans la r&ion afrotropicale, la sous-r&ion malgacbe et la r&ion palbarctique occidentale. (Les esphes nouvelles d&rites dans cet ouvrage apparaissent en caracthes &ZE)

21 DIPTI?RES CULICIDAE CULICINAE 19 CL&S DICHOTOMIQUES D'IDENTIFICATION CL6 DES LARVES 1. Papilles anales a extrknite arrondie Papilles anales a extr&nite lanceolee Soie cephalique 9-C simple... 0 r. reunionensis n.sp. - Soie cephalique 9-C double ou triple... OK arboricollis 3. Siphon t&s court (indice c 2,5).... Or. ankaratrensis n.sp. - Siphon de taille moyenne a grande Soie ciphalique 5-C form&e de 3 a 4 branches Soie cephalique 5-C form&e de plus de 4 branches Antenne longue, mince, arquee (rapport L/l > 9) Antenne moins longue, plus large a la base (rapport L/l < 7) Soie cephalique 9-C form&e au plus de 3 branches... Or. milloti - Soie cephalique 9-C form&e au moins de 4 branches r. ambremontis nsp. 7. Soie abdominale 5-VII form&e de 6 a 9 branches ; plaques laterales du segment VIII reliees par un pont dorsal Or. joyoni - Soie abdominale 5-VII formed de 10 branches et plus ; plaques laterales du segment VIII non reliees par un pont dorsal. Or. fontenillei n.sp. 8. Siphon long (indice L/l > 6)... Or. rodhaini n.sp. - Siphon plus court (indice L/l < 5) Soie cephalique 9-C form&e de 2 a 3 branches epaisses... Or. comorensis - Soie cephalique 9-C simple Siphon court (indice L/l voisin de 2) r. nkolbissonensis - Siphon long (indice L/I compris entre 4 et 5).... Or. vernoni CL& DES NYMPHES 1. Extrknite de la soie abdominale 5-VI atteignant le bord distal du segment VIII Extr&nite de la soie abdominale 5-VI atteignant a peine le bord distal du segment VII Soie cephalique 12-C simple ou double.....i... 0 r. vernoni - Soie ckphalique 12-C form&e de 3 a 6 branches Soie abdominale lo-vi atteignant presque le bord distal du segment VII Or. rodhaini. n.sp. - Soie abdominale lo-vi atteignant au plus la moitie du segment VII

22 J. BRUNHES & J.-P HERVY Soies 5-IV et 5-V simples et t&s longues Or. milloti Soies 5-IV et 5-V doubles ou triples et plus courtes.. Or. fontenillei n.sp Soie 10-C simple... Or. reunionensis n.sp. Soie 10-C a branches multiples... 6 Soies 9-VII et 9-VIII t&s courtes (L inferieure a l/4 de la longueur des segments respectifs) Or. ambremontis n.sp. Soies 9-VII et 9-VIII normales (L au moins &ale a l/3 de la longueur des segments respectifs) Soies 4-C et 5-C simples, au moins a leur base... OK arboricollis Soies 4-C et 5-C aux branches multiples CLi Soie 7-C double et 2 fois plus longue que la trompette respiratoire Or. joyoni Soie 7-C simple a la base puis ran&be, a peine aussi longue que la trompette respiratoire Or. comorensis DES ADULTES Tibias des 3 paires de pattes or&s chacun de 3 anneaux noirs Or. nkolbissonensis Tibias differents Pattes I et II : tarses or&s seulement d un anneau blanc etroit port& par la base du premier tarsomere Or. pulchripalpis Pattes I et II : tarses ornes differemment Pattes II et III : femurs et tibias jaunatres, ne presentant, au plus, qu un anneau noir basal et un autre apical..... Or. aureoantennata Pattes II et III : femurs et tibias a teinte sombre dominante Patte III : tarsomere 3 entierement blanc ; tarsomere 4 noir a l apex Patte III : tarsomeres 3 et 4 presentant au plus un anneau blanc basal Patte I : tarse orne d un seul anneau blanc... Or. milloti Patte I : tarse or& de 3 anneaux blancs..... Or. rajaonariveloi n.sp. Patte III : tarsomere 1 sans anneau blanc basal..... Or. joyoni Patte III : tarsomere 1 or& d un anneau blanc basal... 7 Patte III : tarsomere 1 sans anneau blanc apical... 8 Patte III : tarsomere 1 avec un anneau blanc apical Patte I : tarsomere 2 entierement noir ou avec seulement quelques ecailles blanches a sa base Patte I : tarsomere 2 presentant un anneau blanc basal bien visible

23 DIPTI~RES CULICIDAE CULICINAE Patte I : apex du tibia et base du tarsomke 1 blancs. Or. fontenillei n.sp. Patte I : apex du tibia noir et base du tarsom&e 1 ne p&entant qu un anneau blanc 6troit Or. ambremontis n.sp. Patte I : tarsomke 3 portant un anneau blanc qui occupe la moiti6 basale du segment OK ravaonjanaharyi n. sp. Patte I : tarsomke 3 noir ou seulement orn6 de quelques kaille blanches Or. vernoni Patte I : tarsomhre 3 or& d un anneau blanc basal Or. comorensis Patte I : tarsom&re 3 entiikement noir Patte III : tarsomke 5 enti&ement noir Or. arboricollis Patte III : tarsomke 5 blanc & la base et parfois aussi A l apex Or. reunionensis n. sp. PRESENTATION DES DIFF~RENTES ESP~CES Orthopodomyia ambremontis n. sp. (fig. 1, fig. 2, planche 1, carte 1) SCrie-type L holotype m81e portant le nunkro T. 957 JB a 6th r&olt&, en mars 1983, par Didier Fontenille. Cette capture a 6t6 effectuhe au sommet de la Montagne d Ambre, Province de DGgo-Suarez (Antsiranana), Madagascar. PCdotypes. Le 19 avril 1980, le Professeur F. Rodhain a &colt& sur la mgme montagne, 2 environ 1100 m&res d altitude, des larves et des nymphes qui ne ressemblent A aucune espke connue. Compte tenu de la t&s grande proximitk des lieux oti D. Fontenille et F. Rodhain ont respectivement effect& leurs &coltes, nous prenons le risque de considker ces stades pr&naginaux et l holotype msle d Or. ambremontis comme appartenant A la mgme esp&ce. PCdotypes et topotypes examinks. La s&e des phdotypes comprend 4 nymphes, 21 larves au stade IV et 7 larves aux stades II ou III. Ces phdotypes, rkolt& par F. Rodhain, sont ktiquet& n 1394, 19/04/1980 ; Montagne d Ambre ; altitude m&res. Ils proviennent d une cavit6 creus6e dans un tronc d arbre tomb6 & terre. Par ailleurs, F. Rodhain a r&colt6 10 larves (topotypes) ayant atteint le stade IV ainsi que 29 larves mortes aux stades II et III ; ce mat&e1 est &iquetk n 1379, Montagne d Ambre ; altitude mktres ; il provient d un creux d arbre dont l identitk n est pas p&i&e. De p6t des types. L holotype msle, 1 pkdotype nymphal, 5 phdotypes larvaires seront conservk au Laboratoire de Taxonomie des Vecteurs, Centre ORSTOM de Montpellier (34), F rance. Un pkdotype nymphal, 5 pbdotypes larvaires seront conservks A 1 Institut Pasteur de Paris. Cinq phdotypes larvaires seront conserv& au MNHN (Paris). Trois phdotypes larvaires seront confi~s au BMNH (Londres) et trois autres pbdotypes larvaires seront con& au NMNH (Washington).

24 22 J. BRUNHES & J.-P HERVY Cette espece a i&e nomme umbremontis car, dans l etat actuel de nos connaissances, son aire de repartition semble local&e a la Montagne d Ambre. Ce massif montagneux se trouve a l extreme nord de Madagascar ; il c&nine a metres, isole des autres massifs montagneux malgaches par des regions basses, chaudes et seches, dont les altitudes se situent aux environs de 250 metres. Description de l espkce Holotype m2le (fig. 1). - Espece relativement grande : longueur de la patte III = 13,7 mm. TkTE Le kzbium noir presente un anneau median etroit de couleur blanc argente se prolongeant sur la face dorsale par une ligne blanche etroite mais bien visible qui atteint la base du labium. Palpe maxikzire : segment 1 noir, segments 2 et 3 noirs mais presentant des anneaux blancs a la base et a l apex ; segment 4 noir, segment 5 blanc. Vertex : tegument sombre presentant une tache d ecaihes spat&es sombres sur l occiput ; cette tache est suivie d une plage occipitale d krilles argentees. Regions postoculaire et interoculaire recouvertes d kailles falciformes blanches inclinees vers l avant. THORAX - Prothorax. Tkgument du prothorax clair. Patte I : longueur = 9,5 mm ; trochanter et base du femur blancs ; la teinte grisatre de la partie m&bane du femur est due au melange d ecailles claires et sombres qui la recouvre. La partie terminale du femur est nettement plus sombre gue le reste du segment. Tibia et tarse noirs a l exception de deux petits anneaux blancs : l un se trouve sur la base du tibia et l autre sur la base du premier article du tarse. - Mhothorax. T&nnent sombre. Scutum. Zone acrosticale portant une double rangee de soies longues m%es a une bande d ecailles falciformes pales ; region dorso-cent&e marquee elle aussi par une rangee de longues soies inserees dans une bande d ecailles piliformes blanchatres. Entre ces 3 lignes pgles, les killes sont plus rares et plus pgles. L aire situee en avant de la fossette prescutellaire est nettement plus blanche gue le reste du scutum ; elle est cependant marquee par 3 petites taches sombres, l une mediane, placee juste avant l aire prescutellaire, les 2 autres sit&es a l extknite posterieure des bandes dorsocentrales. Ces 3 taches distinctes forment un V dont la pointe est orientee vers l avant. Scutehm : les 3 lobes sont recouverts d &AlIes spatulees argentees. Pleures. Antepronotum recouvert dans sa partie superieure de quelques ecailles falciformes jaunatres alors que la partie inferieure est recouverte d kailles spatulees argentees. Membrane postcoxale Claire largement recouverte, comme la coxa I, d kailles spat&es et argentees. Mesepisternum presque entierement recouvert dans la moitie superieure d &Glles spatulles argentees et ne portant qu une bande verticale d ecailles argentees sur le bord post&o-inferieur ; ces 2 plages d ecaihes blanches sont s&par&es par une zone glabre. Coxa II sombre recouverte d ecaihes noires dans sa partie superieure. Mesepimeron glabre dans ses 2/3 basaux et portant une tache tri-

25 DIPT~RES CULICIDAE CULICINAE 23 T 0,l mm I 5 ml m I 1. - Adulte d Orthopodomyia ambremontis n. sp. - A : d&ail du tergite VIII. %I* : gonostyle. - C : phaliosome vu de face. - D : phallosome vu de profi. - E : pattes I, II et III.

26 24 J. BRUNHES & J.-P. HERVY angulaire d ecailles argentees dans sa partie ant&on&bane ainsi que quelques ecailles plus isolees dans la partie apico-anterieure. Patte II : longueur = 10,7 mm ; trochanter largement recouvert d killes sombres. Femur presentant une tache blanche sur sa partie ventro-basale et une touffe apico ventrale d ecailles noires et longues. Le reste du femur est recouvert d ecaihes claires et sombres m616es. Tibia clair a la base et a l apex ; p&s de la base un anneau plus sombre est nettement visible. Les segments 1, 2 et 3 du tarse portent un anneau blanc basal ; toutes les autres parties des tarses sont noires. Les ail& sont plutot petites (4 mm) et les ecailles qui recouvrent les nervures sont g&&alement courtes et de couleurs contrast&es ; des ecailles longues et etroites sont cependant presentes sur la partie distale des nervures medianes et cubitales. Le bord costal de l aile est marque par 4 taches pales de tailles decroissantes de la base vers l apex de l aile. La premiere tache se poursuit posterieurement et barre toute la partie basale de l aile. La deuxieme est interrompue posterieurement par la nervure cubitale mais elle rkapparait au niveau de la nervure anale sur laquelle elle forme une tache blanche mediane contrastee. Les troisieme et quatrieme taches blanches costales forment posterieurement des bandes claires moins nettement d&n&es. L apex de l aile est blanc. Le bord posterieur de la membrane alaire n est pas soulign6 par une bande d ecaihes sombres (ecailles de la troisieme bande) comme cela se prod& chez la plupart des especes afrotropicales (pl. 3). - M&athorax. Metepisternum a tegument brun et glabre. Halt&e blanche portant de non&reuses ecailles argentees. Patte III : longueur = 13,7 mm ; coxa et trochanter dont le t&gument brun sombre est presque entierement depourvu d ecaihes blanches. Femur grisatre a l exception de la base et de l apex qui sont sombres. Tibia a dominante Claire mais presentant un anneau noir bien marque p&s de sa base ainsi qu un autre anneau plus sombre p&s de l apex ; extrsme apex blanc. Bases des tarsomeres 1 et 2 or&es d un petit anneau blanc. Segment 3 et 4 blancs sur leur moitie basale et noirs distalement. Segment 5 entierement noir. ABDOMEN L abdomen est noir, sans bandes apicales blanches et sans plages bien defties d ecailles claires en position m&bane. Tergite I avec quelques ecailles pales medianes ; les autres tergites abdominaux sont noirs avec quelques &Ales grisatres m&banes qui ne forment pas de dessins bien nets ; presence de plages d ecailles argentees peu ktendues sur les bords lateraux anterieurs des tergites II a VII. Sternites I et II largement recouverts d ecailles pales ; sternites III a VII noirs or&s d &,aiiles claires laterales. Genitalia r&&s. Partie distale du tergite VIII profondement echancree en forme de V dont la membrane interne n est pas frangee et dont l apex des branches est a peine bossele. GonostyZe long et fin, termine par nne longue &pine denticulee en peigne. E&age : la partie dorso-mediane presente un long crochet arque et arrondi a l apex ; partie apicale portant, sur une partie plus sckifiee, 1 ou 2 rang&es de dents longues et ace&es

27 DIPT~RES CULICIDAE CULICINAE 25 1 mm 1 mm Fig Larve et nymphe d Orthopodomyia ambremontis n. sp. - A: antenne. - B : tgte face ventrale 2 gauche, face dorsale SI droite. - C : derniers segments abdominaux. - D : mktathorax et abdomen, face dorsale i gauche, face ventrale i droite. - E : ckphalothorax.

28 26 J. BRUNHES & J.-P. HERVY Nymphe (fig. 2) Cl?PHALOTHORAX Soie 1-C et 3-C bifides, aciculees et de tailles moyennes ; 2-C simple ; 4- C bifide et courte ; 5-C formee de 3 ou 4 branches aciculees de tailles i&gales ; 6-C tres courte, pectinee a l apex ; 7-C formee de 2 long-ties branches aciculees ; 8-C et 9-C simples ou fourchues, aciculees et de tailles moyennes. Soie 10-C formee de 8 a 10 branches ; 11-C simple ; 12-C formee de 3 branches. Trornpette respiratoire sombre mais presentant une etroite bande Claire bordant sa partie terminale. ABDOMEN A un faible grossissement, l abdomen de la larve semble glabre ; B plus fort grossissement, seules apparaissent les soies 5 et les 9-W et 9-VIII. Toutes les autres soies sont petites et minces, difficilement visibles. Soies 3, 6 et 7-I longues, fmes, simples ou fourchues. Soies l-11, III, IV, V, VI t&s petites et t&s fines ; elles passent de 5 a 10 branches sur le segment I, a seulement 3 branches sur le segment VI ; la soie l-vii n est plus formee que d une branche simple. Soies 3-11 et simples et relativement longues ; 3-IV et 3-V longues, aciculees et doubles ou fourchues ; 3-VI et 3-VII plus courtes et fourchues. Soie 9-W formee de 8 branches aciculees, courtes et en &entail ; 9-VIII : 13 branches aciculees, courtes et fines mais formant neanmoins un large &entail Palette natatoire etroite et longue ; soie 1-P t&s petite. Larve (fig.2) petites soies. - Tegument du thorax et de l abdomen recouvert de TkTE Soie 4-C : 10 a 12 branches plus courtes gue ceiles de 6-C ; soie 5-C : 4 branches longues, d&passant nettement l apex de l antenne ; 6-C : 9 a 11 branches aussi longues que l antenne ; 7-C : 17 ii 18 branches plus courtes que l antenne ; 8-C simple, longue et Kgerement aciculee ; 9-C : 3 a 7 branches t&s longuement aciculees ; 10-C simple, longue et aciculee ; 11-C : 6 a 7 branches courtes ; 12-C : 2 a 3 branches fines et courtes ; 13-C : 12 a 13 branches longuement aciculees et disposees en &entail. Antenne longue, mince et legerement arquee ; rapport L/l compris entre 12 et 13 ; elie est de teinte son&we sauf au niveau de l apex qui est nettement plus clair. Soie 1-A : 7 a 8 branches longuement et abondamment aciculees ; 2 et 4-A : longues et fines. THORAX - Prothorax. Soie 1-P : 5 A 6 branches fortes, aciculees et de tailles i&gales ; 2-P : simple, longue et souple, lisse ou t&s peu aciculee ; 5 et 6-P t&s longues et simples ; 7-P : 9 a 10 branches en etoile ; 14-P : simple et petite. - M&othorax. M-l : 15 ii 16 branches fortes, aciculees et en etoile ; 2-M courte et bifide ; 3, 4, 5, 6 et 7-M simples et de plus en plus longues de la partie mediane vers les parties laterales ; 14-M : 12 & 14 branches fortes et en etoile. - Mhtathorax. 1-T : 11 A 14 branches fortes et en etoile ; 2-T simple, aciculee et longue ; 3-T : 7 a 8 branches longues et en etoile ; 4-T : 5 branches en etoile ; 5-T : simple, courte et lisse ; 6-T : simple, longue et lisse ; 13-T :

DESCRIPTION DU MALE, DE LA LARVE ET DE LA NYMPHE DE F_ rcai;b1a

DESCRIPTION DU MALE, DE LA LARVE ET DE LA NYMPHE DE F_ rcai;b1a Cab. ORSTOM, s6r. Ent. mid., vol. V, 11~ 4, 1967. DESCRIPTION DU MALE, DE LA LARVE ET DE LA NYMPHE DE F_ rcai;b1a (ETORLEPTIOMJ!IA) XdRTIIHOZONA VAN SOMEREN, 1948 (Diptera, Culicidae) Par J.-P. EOUZAN

Plus en détail

NOTES SUR DEUX NOUVEAUX ACARIENS COMMENSAUX DE CHIROPTERES (SARCOPTIFORMES : ROSENSTEINIIDAE) A. FAIN.

NOTES SUR DEUX NOUVEAUX ACARIENS COMMENSAUX DE CHIROPTERES (SARCOPTIFORMES : ROSENSTEINIIDAE) A. FAIN. NOTES SUR DEUX NOUVEAUX ACARIENS COMMENSAUX DE CHIROPTERES (SARCOPTIFORMES : ROSENSTEINIIDAE) PAR A. FAIN. Au cours d'une mission scientifique effectuée au Cameroun en 1971, Mr PUYLAERT, attaché au Musée

Plus en détail

ÉTUDE DES OPILIONS CYPHOPHTALMES (ARACHNIDES) DU PORTUGAL : - DESCRIPTION D'ODONTOSIRO LUSITANICUS G. N., SP. N.

ÉTUDE DES OPILIONS CYPHOPHTALMES (ARACHNIDES) DU PORTUGAL : - DESCRIPTION D'ODONTOSIRO LUSITANICUS G. N., SP. N. ÉTUDE DES OPILIONS CYPHOPHTALMES (ARACHNIDES) DU PORTUGAL : - DESCRIPTION D'ODONTOSIRO LUSITANICUS G. N., SP. N. Par C. JUBERTHIE 'BULLETIN DU MUSÉUM NATIONAL D'HISTOIRE NATURELLE 2e Série - Tome 33 -

Plus en détail

CLÉ D IDENTIFICATION DES NÉMATOCÈRES

CLÉ D IDENTIFICATION DES NÉMATOCÈRES CLÉ D IDENTIFICATION DES NÉMATOCÈRES D après Borror, Triplehorn et Johnson Illustrations Manual of Nearctic Diptera Biosystematics Res. Cent., Agric. Canada, Ottawa, Ont., Canada. Gilles Bourbonnais Cégep

Plus en détail

Clé d identification des ordres d insectes adultes D après Borror et White 1970

Clé d identification des ordres d insectes adultes D après Borror et White 1970 Clé d identification des ordres d insectes adultes D après Borror et White 1970 1.0 Les ailes sont évidentes. Les ailes antérieures ont la même texture que les ailes postérieures. Elles peuvent être membraneuses

Plus en détail

Jean-Marie KLEIN (l), Fransois RIVIBRE 01 Yves SBCHAN f2) R&urn& Mots 4~s : Diptera - Culicidae - Culex (C&es) toviiensis n. sp. - lles Marquises.

Jean-Marie KLEIN (l), Fransois RIVIBRE 01 Yves SBCHAN f2) R&urn& Mots 4~s : Diptera - Culicidae - Culex (C&es) toviiensis n. sp. - lles Marquises. Une nouvelle esp6ce de moustique (Diptera : Culicidae) des iles Marquises (Poly&sie Franqaise) : C&x (Culex) toviiensis n. sp. Description de la larve et de la nymphe Jean-Marie KLEIN (l), Fransois RIVIBRE

Plus en détail

(Decapoda Brachyura Xanthidae)

(Decapoda Brachyura Xanthidae) Bull. Mus. natn. Hist, nat., Paris, 4 e sér., 9, 1987, section A, n 1 : 249-253. Etisus bargibanti, espèce nouvelle de Nouvelle-Calédonie (Decapoda Brachyura Xanthidae) par Alain CROSNIER Résumé. Une plongée

Plus en détail

Les Goliaths. par Patrice BONAFONTE *

Les Goliaths. par Patrice BONAFONTE * Les Goliaths par Patrice BONAFONTE * Les Goliaths (genre Goliathus) sont des insectes coléoptères de la famille des Scarabaeidae, sous-famille des Cetoniinae (cétoines), tribu des Goliathini. Toutes les

Plus en détail

Descriptions de nouvelles espèces de Noctuelles africaines (Lépidoptères)

Descriptions de nouvelles espèces de Noctuelles africaines (Lépidoptères) BULLETIN DU MUSÉUM NATIONAL D'HISTOIRE NATURELLE 3 e série, n 59, juillet-août 1972, Zoologie 45 Descriptions de nouvelles espèces de Noctuelles africaines (Lépidoptères) par Bernard LAPORTE * Résumé.

Plus en détail

VII. Description des imagos, de la nymphe et de la larve de CI&~ (Euna~lanon~yid) bwnguesi sp. n.. (1)

VII. Description des imagos, de la nymphe et de la larve de CI&~ (Euna~lanon~yid) bwnguesi sp. n.. (1) Cu&ides de Madagascar. VII. Description des imagos, de la nymphe et de la larve de CI&~ (Euna~lanon~yid) bwnguesi sp. n.. (1) J. BRUNHES Ch. RAVAONJANAHARY Entomologiste médical de l O.R.S.T.O.M., B.P.

Plus en détail

Identification des principaux ordres d'insectes

Identification des principaux ordres d'insectes Identification des principaux ordres d'insectes Ailes bien apparentes quand l'insecte est au repos------------------------------------ A Ailes peu évidentes quand l'insecte est au repos. Ailes antérieures

Plus en détail

- 330 - NOCTUELLES QUADRIFIDES DE MADAGASCA R NOUVELLES OU PEU CONNUES, IX * [LEP. NOCTUIDAE] par Pierre VIETTE.

- 330 - NOCTUELLES QUADRIFIDES DE MADAGASCA R NOUVELLES OU PEU CONNUES, IX * [LEP. NOCTUIDAE] par Pierre VIETTE. - 330 - NOCTUELLES QUADRIFIDES DE MADAGASCA R NOUVELLES OU PEU CONNUES, IX * [LEP. NOCTUIDAE] par Pierre VIETTE. On trouvera principalement dans cette note, comme dans les précédentes d e cette série,

Plus en détail

<Les symphytes : des guêpes sympathiques qui ne piquent pas> par Henri Savina Les hyménoptères symphytes, appelées aussi tenthrèdes ou encore «mouches à scie», sont bien des guêpes et non des mouches,

Plus en détail

L évaluation biologique de la qualité des eaux par les macro-invertébrés.

L évaluation biologique de la qualité des eaux par les macro-invertébrés. La qualité des eaux peut être évaluée par une méthode biologique basée sur l analyse et le dénombrement des divers invertébrés qui peuplent les eaux courantes. Dans un ruisseau à courant rapide, la diversité

Plus en détail

Étude de cycles chez les insectes : holométabole ou hémimétabole?

Étude de cycles chez les insectes : holométabole ou hémimétabole? Activités autonomes 9 et 10H La biologie des organismes et de leur anatomie s aborde très bien par la morphologie particulière des insectes. Cette activité définit le terme de caractère et la notion de

Plus en détail

Odile ORGER MARCHAL 1

Odile ORGER MARCHAL 1 Odile ORGER MARCHAL 1 ***1*** - Dessus gris ou brun avec des taches blanches dans les aires discales et postdiscales. - Dessous de l aile antérieure gris ou noir avec des taches blanches --> 2 - Franges

Plus en détail

Étape 4 : Exploiter les résultats obtenus afin de faire évoluer le problème posé initialement

Étape 4 : Exploiter les résultats obtenus afin de faire évoluer le problème posé initialement Obligatoire THEME 1 Chapitre 3 Fiche sujet candidat TD6 De la diversification des êtres vivants à l'évolution de la biodiversité L'évolution est difficile à percevoir car les changements auxquels elle

Plus en détail

Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada

Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada F É D É R A T I O N D E L H A B I T A T I O N C O O P É R A T I V E D U C A N A D A Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada Rapport produit par Will Dunning Inc. pour la Fédération de l habitation

Plus en détail

Ce manuel d identification des bois de Polynésie est le résultat

Ce manuel d identification des bois de Polynésie est le résultat Avant-propos Ce manuel d identification des bois de Polynésie est le résultat d une fructueuse collaboration interdisciplinaire menée au sein du groupement de recherche GDR 1170 du Cnrs. Les auteurs, Pierre

Plus en détail

à BUlumbura (Burundi)

à BUlumbura (Burundi) (Rev. Zool. afr., 92, n 4). (A paru le 29 décembre 1978). Austroglycyphagus asthmaticus spec. nov. (Acari) Glycyphagidae) vivant dans le guano de chiroptères à BUlumbura (Burundi) PAR A. FAIN (Anvers)

Plus en détail

Approche codicologique

Approche codicologique Quatre registres comptables de la seigneurie de Cysoing 1437-1440 Archives départementales du Nord J472 / 310 Approche codicologique Support Composition des registres Réglure Mise en page et disposition

Plus en détail

Présentation générale de la drosophile du cerisier, Drosophilasuzukii: description, biologie, cycle, plantes-hôtes et dégâts

Présentation générale de la drosophile du cerisier, Drosophilasuzukii: description, biologie, cycle, plantes-hôtes et dégâts Présentation générale de la drosophile du cerisier, Drosophilasuzukii: description, biologie, cycle, plantes-hôtes et dégâts J. Zini, M. Dubrulle, E. Bullen, GFWasbl C. Fassotte, CRA-W D. suzukii- taxonomie

Plus en détail

Nain de couleurs (NC)

Nain de couleurs (NC) Nain de couleurs (NC) Race naine de couleurs diverses Poids minimum 1,1 kg Poids idéal 1,25-1,4 kg Poids maximum 1,5 kg Hérédité nette Hérédité divisée : Gris fer, hotot, martre Pays d origine Angleterre

Plus en détail

«La lutte contre le moustique s organise à la Martinique!»

«La lutte contre le moustique s organise à la Martinique!» Concours Cgenial collège Dossier 5 ème option scientifique Collège E.L VALARD «La lutte contre le moustique s organise à la Martinique!» Avec le partenariat du centre de démoustication de la Martinique

Plus en détail

Canard colvert. Anas platyrhynchos

Canard colvert. Anas platyrhynchos Canard colvert Anas platyrhynchos Alain Frèmond Canards colverts. Brenne France. Principaux caractères spécifiques Le colvert est un canard de grande taille, d une longueur de 50 à 65 cm pour une envergure

Plus en détail

CULEX GUIARTI Blanchard, 1905,

CULEX GUIARTI Blanchard, 1905, PRl%ENCE DE CULEX PHILIPI Edwards, 1929, CULEX GUIARTI Blanchard, 1905, ET DE CULEX SITIENS Wiedemann, 1828 AU CAMEROUN. COMPLgMENT A L BTUDE EC~L~GIQUE DES CULICIDES LARVAIRES DANS LA Rl?GION DE YAOUNDfi.

Plus en détail

La caille de Chine. «Cotumix chinensis chinensis»

La caille de Chine. «Cotumix chinensis chinensis» La caille de Chine «Cotumix chinensis chinensis» NL : Chinese Dwergkwartel D : Chinesische Zwergwachtel GB : Chinese painted Quail F : autres noms : caille peinte caille peinte de Chine Origine : Inde,

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS

ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS CAROLINE PROVOST, MANON LAROCHE, MAUD LEMAY LES OBJECTIFS Objectif principal:

Plus en détail

Incisive centrale maxillaire permanente

Incisive centrale maxillaire permanente Incisive centrale maxillaire permanente Fig.1 : Coupe mésio-distale, vue vestibulaire de 21 Noter l épaisseur d émail M et D, le noyau dentinaire et la pulpe dentaire dans sa cavité simple (pas de séparation

Plus en détail

www.lutinbazar.fr Sources : www.adalia.be http://saint-leonard-eco.spip.acrouen.fr/spip.php?article299

www.lutinbazar.fr Sources : www.adalia.be http://saint-leonard-eco.spip.acrouen.fr/spip.php?article299 Pilier n 7 : L autonomie et l initiative (palier n 1) Domaine : Découverte du monde Unité d apprentissage : Elevage de papillons Compétence(s) : Observer et décrire pour mener des investigations. Capacité(s)

Plus en détail

Clé des genres de la super-famille des Apoidea

Clé des genres de la super-famille des Apoidea Clé des genres de la superfamille des Apoidea D après Erwin Scheuchl (2000) Illustrierte Bestimmungstabellen der Wildbienen Deutschlands und Österreichs Band I : ANTHOPHORIDAE 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. Aile

Plus en détail

A Elytres échancrées latéralement, mésosternum avec une saillie dilatée :

A Elytres échancrées latéralement, mésosternum avec une saillie dilatée : Une cllé iillllusttrée des Cettoniiiidae de France Pierre ZAGATTI et Anne GUY OPIE BP 30-78041 Guyancourt Cedex A Elytres échancrées latéralement, mésosternum avec une saillie dilatée :. H (Cetoniinae)

Plus en détail

Identification des grands goélands adultes de l ESEM

Identification des grands goélands adultes de l ESEM Identification des grands goélands adultes de l ESEM Préambule par Fanny Ellis et Philippe Deflorenne La reconnaissance des différentes espèces de goélands est souvent un casse-tête pour n importe quel

Plus en détail

Patrimoine Architectural et Archéologique

Patrimoine Architectural et Archéologique Patrimoine Architectural et Archéologique Université de Strasbourg / Master 2 Couleur, Architecture - Espace Recherche et analyse de la coloration historique et architecturale Adresse du site: 3 rue du

Plus en détail

17. LES TROPHÉES. Manuel pratique pour la gestion cynégétique durable des populations de mouflons à manchettes

17. LES TROPHÉES. Manuel pratique pour la gestion cynégétique durable des populations de mouflons à manchettes 17. LES TROPHÉES Le trophée principal du mouflon à manchettes est constitué par ses cornes. Un trophée arrangé avec goût est un souvenir très important pour le chasseur. Le trophée est le résultat de la

Plus en détail

Morphologie et vocabulaire

Morphologie et vocabulaire Objectif : cette clé a pour but d'aider les débutants à mémoriser les principaux critères d'identification utiles sur le terrain et à suivre un chemin logique pour procéder à l'identification des odonates.

Plus en détail

Comment les indicateurs bibliométriques. nous renseignent-ils sur la production scientifique

Comment les indicateurs bibliométriques. nous renseignent-ils sur la production scientifique Bulletin de l ISU sur les statistiques de la science et de la technologie Numéro 2, septembre 2005 Comment les indicateurs bibliométriques nous renseignent-ils sur la production scientifique mondiale?

Plus en détail

DEUX NOUVEAUX HYPOPES VIVANT EN ASSOCIATION PHORÉTIQUE SUR DES PUCES DE CARNIVORES (ACARINA : SARCOPTIFORMES) A. FAIN et J. C. BEAUCOURNU.

DEUX NOUVEAUX HYPOPES VIVANT EN ASSOCIATION PHORÉTIQUE SUR DES PUCES DE CARNIVORES (ACARINA : SARCOPTIFORMES) A. FAIN et J. C. BEAUCOURNU. DEUX NOUVEAUX HYPOPES VIVANT EN ASSOCIATION PHORÉTIQUE SUR DES PUCES DE CARNIVORES (ACARINA : SARCOPTIFORMES) PAR A. FAIN et J. C. BEAUCOURNU. L'association phorétique «puces-hypopes» est loin d'être rare

Plus en détail

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007.

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. Pour mieux comprendre les résultats ici une petit plan où il y a signalées les différentes

Plus en détail

FEDERATION CYNOLOGIQUE INTERNATIONALE (AISBL) SECRETARIAT GENERAL: 13, Place Albert 1 er B 6530 Thuin (Belgique) 18.04.1997 / FR.

FEDERATION CYNOLOGIQUE INTERNATIONALE (AISBL) SECRETARIAT GENERAL: 13, Place Albert 1 er B 6530 Thuin (Belgique) 18.04.1997 / FR. FEDERATION CYNOLOGIQUE INTERNATIONALE (AISBL) SECRETARIAT GENERAL: 13, Place Albert 1 er B 6530 Thuin (Belgique) 18.04.1997 / FR Standard FCI N 30 PORCELAINE Cette illustration ne représente pas forcément

Plus en détail

Sommaire. introduction. chapitre 1. chapitre 2. chapitre 3. chapitre 4. chapitre 5

Sommaire. introduction. chapitre 1. chapitre 2. chapitre 3. chapitre 4. chapitre 5 Sommaire introduction 6 «Tu connais cette nature-là, des arbres superbes pleins de majesté et de sérénité [ ].» chapitre 1 12 Une passion pour les arbres chapitre 2 32 Les arbres des Pays-Bas chapitre

Plus en détail

Association Terroir et Nature en Yvelines

Association Terroir et Nature en Yvelines Association Terroir et Nature en Yvelines Hors Série Le bulletin des adhérents Les Batraciens ou Amphibiens sont des vertébrés tétrapodes (4 membres) à la peau nue (absence d écailles, de poils ou de plumes

Plus en détail

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années.

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. 1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. La figure ci-dessous présente la moyenne sur la France des températures minimales et maximales de l'été (période du 1 er juin

Plus en détail

Exercices de révision pour l examen 2

Exercices de révision pour l examen 2 Exercices de révision pour l examen 2 1) Lors d une étude sur la rainette aux yeux rouges (une grenouille vivant au sud du Mexique), nous avons observé un échantillon de 150 grenouilles pour mesurer la

Plus en détail

SUR UN NOUVEAU GROUPE D'ACARIENS, DANS LA FAMILLE PYROGLYPHIDAE (ASTIGMATES), INFÉODÉ AUX PICS AFROTROPICAUX DES FAMILLES CAPITONIDAE ET PICIDAE

SUR UN NOUVEAU GROUPE D'ACARIENS, DANS LA FAMILLE PYROGLYPHIDAE (ASTIGMATES), INFÉODÉ AUX PICS AFROTROPICAUX DES FAMILLES CAPITONIDAE ET PICIDAE SUR UN NOUVEAU GROUPE D'ACARIENS, DANS LA FAMILLE PYROGLYPHIDAE (ASTIGMATES), INFÉODÉ AUX PICS AFROTROPICAUX DES FAMILLES CAPITONIDAE ET PICIDAE PAR A. FAIN 1 et J. GAUD 2 PYROGLYPHIDAE SUR OISEAUX NOUVEAUX

Plus en détail

ARC DE III+;IiI IIII!;\ Et) I 1'flllilÀ L

ARC DE III+;IiI IIII!;\ Et) I 1'flllilÀ L MINISTÈRE DIS: L' INSTRU( :'l'ion PI1i3LIQU E MISSION I)U SERVICE GÉOGRAPHIQUE UE L'ATHÉ E l'i)ui; LÀ 1111?SURF. D ' U N ARC DE III+;IiI IIII!;\ Et) I 1'flllilÀ L EN AMÉRIQUE DU SU D SOUS LE CONTRÔLE SCIENTIFIQUE

Plus en détail

La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR

La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR Etude statistique des données fournies par MEDIAFOR Avant-propos Cette étude a été réalisée par l

Plus en détail

Par François Meurgey.

Par François Meurgey. - 1 - CLE DE DETERMINATION DES ODONATES DE GUADELOUPE ET DE MARTINIQUE. Par François Meurgey. 1 Ailes antérieures et postérieures semblables. Corps gracile (fig. A, B). Mâles pourvus d une paire d appendices

Plus en détail

EP 1 614 841 A1 (19) (11) EP 1 614 841 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (51) Int Cl.: E05D 11/10 (2006.01)

EP 1 614 841 A1 (19) (11) EP 1 614 841 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (51) Int Cl.: E05D 11/10 (2006.01) (19) Europäisches Patentamt European Patent Office Office européen des brevets (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (11) EP 1 614 841 A1 (43) Date de publication: 11.01.2006 Bulletin 2006/02 (1) Int Cl.: E0D

Plus en détail

78 JAîE\B, ICJfjd 0. p. s*i.u* \Ji. kurh\a Dwurara$~dg Rev. fr. Ent., (N.S.), 3 (i), 1981.

78 JAîE\B, ICJfjd 0. p. s*i.u* \Ji. kurh\a Dwurara$~dg Rev. fr. Ent., (N.S.), 3 (i), 1981. 13 COLÉOPTÈRES CERAMB YCIDAE RÉCOLTÉS EN AFRIQUE ORIENTALE PAR P.-C. ROUGEOT. PAR René Michel QUENT~ pt André VILLIERS R.M.Q. : O.R.S.T.O.M., Entomologie, S.S.C., 70, route d Aulnay, F-93140 Bondy AV.

Plus en détail

RESEAU D'EPIDEMIO-SURVEILLANCE Bulletin n 12 du 30 août 2015 SITUATION

RESEAU D'EPIDEMIO-SURVEILLANCE Bulletin n 12 du 30 août 2015 SITUATION SITUATION Le Dollar spot reste très actif pour cette rentrée! L incidence du Dollar spot ne semble pas avoir ralenti, les intendants et gestionnaires sont confrontés à des attaques répétées sur toutes

Plus en détail

La richesse faunistique de la région chilio-andine ne

La richesse faunistique de la région chilio-andine ne Article available at http://www.parasite-journal.org or http://dx.doi.org/10.1051/parasite/2011183241 DEUX ESPÈCES NOUVELLES DE PUCES (SIPHONAPTERA : CTENOPHTHALMIDAE & RHOPALOPSYLLIDAE) DU CHILI BEAUCOURNU

Plus en détail

... Cicindela sylvatica b labre ivoire, (devenant souvent couleur de miel dans les collections), non caréné ... 2 ... 3 ... 5 ...

... Cicindela sylvatica b labre ivoire, (devenant souvent couleur de miel dans les collections), non caréné ... 2 ... 3 ... 5 ... genre Cicindela cllé de détterrmiinattiion des espèces.. 1 a labre noir avec une carène longitudinale... Cicindela sylvatica b labre ivoire, (devenant souvent couleur de miel dans les collections), non

Plus en détail

Les outils de représentations paysagères

Les outils de représentations paysagères Les outils de représentations paysagères Les outils de représentation paysagère sont dans un entre-deux : entre l observateur du paysagère qui, par l outil graphique, donne corps à sa compréhension subjective

Plus en détail

Calopteryx vierge Mâle et femelle ne se ressemblent pas. Le mâle du Calopteryx vierge a des ailes brun noir foncé veinées de bleu. Ce redoutable prédateur reste perché sur des plantes de la berge ou sur

Plus en détail

Les volcans vus du ciel.

Les volcans vus du ciel. 24 février 2015 Les volcans vus du ciel. Par Charles Frankel Géologue Sommaire Les volcans vus du ciel.... 1 I. L Etna :... 1 II. Le Stromboli :... 2 III. Volcanisme terrestre :... 2 IV. Le Santorin :...

Plus en détail

La mathématique des drapeaux

La mathématique des drapeaux Congrès SBPMef Mardi 25 Août 2015 Introduction Lors d un concours radiophonique, la question suivante a été posée : Tous les drapeaux européens sont-ils rectangles? Réponse donnée : oui Réponse attendue

Plus en détail

Guêpe Poliste - Évaluation de l intérêt comme auxiliaire naturelle des cultures sous abri -

Guêpe Poliste - Évaluation de l intérêt comme auxiliaire naturelle des cultures sous abri - Guêpe Poliste - Évaluation de l intérêt comme auxiliaire naturelle des cultures sous abri - 2008 Mise en place, suivi de l essai et rédaction : Céline MANDIN (CDA38-GDMI) Partenariat : Ctifl/SERAIL (Christian

Plus en détail

par Janine CASEVITZ-WEULERSSE 1, rue Samson F-75013 Paris - jaweulersse@gmail.com

par Janine CASEVITZ-WEULERSSE 1, rue Samson F-75013 Paris - jaweulersse@gmail.com Le bulletin d Arthropoda n 47 1er trimestre 2014 A propos des fourmis de la Corse : Plagiolepis delaugerrei n. sp., parasite de Plagiolepis taurica Santschi, 1920 (Insecta : Hymenoptera : Formicidae :

Plus en détail

Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats

Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats Textes de référence : articles L. 621-7 du code monétaire et financier et 221-4

Plus en détail

Statistiques descriptives (1/2)

Statistiques descriptives (1/2) Statistiques descriptives (1/2) Anita Burgun 2011-2012 http://www.med.univ-rennes1.fr Introduction! Statistique: méthode scientifique qui consiste à réunir des données chiffrées sur des ensembles d individus

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

Axalta Coating Systems publie son rapport 2013 sur la popularité des teintes

Axalta Coating Systems publie son rapport 2013 sur la popularité des teintes Communiqué de presse Axalta Coating Systems Christbusch 25 42285 Wuppertal Allemagne Axaltacoatingsystems.com Contact Chantal Bachelier-Moore DA Public Relations Tel: +44 207 692 4964 Email: chantal@dapr.com

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2013 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S Durée de l'épreuve : 3h30 Coefficient : 6 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L'usage de la calculatrice n'est pas autorisé. Dès que le

Plus en détail

REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 1952. par EMILIA MAS SON

REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 1952. par EMILIA MAS SON REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 952 par EMILIA MAS SON. C'est pendant sa campagne de 952 à Enkomi que M. Porphyrios Dikaios a trouvé un petit fragment de

Plus en détail

UNE FOURMI UNICOLONIALE

UNE FOURMI UNICOLONIALE FICHE ENSEIGNANT UNE FOURMI UNICOLONIALE EN UN CLIN D OEIL THÈME DURÉE NIVEAU MÉTIERS VISÉS PRÉREQUIS SUPPORTS UTILISÉS OBJECTIF GÉNÉRAL OBJECTIF STRUCTURE OBJECTIF LEXICAL TÂCHE FINALE Biologie 2 heures

Plus en détail

Gens d affaires immigrants Entrepreneurs Résultats tirés de la base de données longitudinales sur les immigrants (BDIM)

Gens d affaires immigrants Entrepreneurs Résultats tirés de la base de données longitudinales sur les immigrants (BDIM) Documents de recherche de la BDIM 2008 Catégorie économique Pour usage interne seulement Profils des catégories d immigration d après la BDIM 2008 Gens d affaires immigrants Entrepreneurs Résultats tirés

Plus en détail

Ciblez votre recherche à l aide de filtres pertinents affichés au centre de la page.

Ciblez votre recherche à l aide de filtres pertinents affichés au centre de la page. L objectif du présent document consiste à offrir une vue d ensemble des caractéristiques du nouveau site Web de Richelieu. Notre principale tâche au niveau de la conception du site visait à rendre les

Plus en détail

LA MAISON RURALE, Adaptée au relief, l habitation est. Regards sur l habitat. Les espaces extérieurs

LA MAISON RURALE, Adaptée au relief, l habitation est. Regards sur l habitat. Les espaces extérieurs Regards sur l habitat 5 Regards sur l habitat LA MAISON RURALE, Situées dans les villages, les hameaux, et à la périphérie des bourgs, les maisons rurales de la Haute Vallée de Chevreuse s affilient par

Plus en détail

CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE.

CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE. CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE. Jacques Picard School of Business Administration, Netanya Academic College École des Sciences de la Gestion, Université du Québec à Montréal I Introduction.

Plus en détail

Description de Stilestrongylus manni n. sp. (Nematoda : Heligmosomidae) parasite de différents Cricétidés du Chili

Description de Stilestrongylus manni n. sp. (Nematoda : Heligmosomidae) parasite de différents Cricétidés du Chili Description de Stilestrongylus manni n. sp. (Nematoda : Heligmosomidae) parasite de différents Cricétidés du Chili par Marins Abékoué DENKE et Roberto MURUA * Résumé. n. sp., parasite de divers Cricétidés

Plus en détail

Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles

Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles Quantiles En statistique, pour toute série numérique de données à valeurs dans un intervalle I, on définit la fonction quantile Q, de [,1] dans

Plus en détail

2.3 Le contrôle qualité de la saisie

2.3 Le contrôle qualité de la saisie 2.3 Le contrôle qualité de la saisie L objectif du contrôle qualité est de valider la travail de saisie réalisé par le prestataire. Cette validation se fait au niveau de chaque lot de saisie et elle comprend

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

Gens d affaires immigrants Travailleurs autonomes Résultats tirés de la base de données longitudinales sur les immigrants (BDIM)

Gens d affaires immigrants Travailleurs autonomes Résultats tirés de la base de données longitudinales sur les immigrants (BDIM) Documents de recherche de la BDIM 2008 Catégorie économique Pour usage interne seulement Profils des catégories d immigration d après la BDIM 2008 Gens d affaires immigrants Travailleurs Résultats tirés

Plus en détail

CHAPITRE 2. Genre, structure du ménage et conditions de vie

CHAPITRE 2. Genre, structure du ménage et conditions de vie CHAPITRE 2 Genre, structure du ménage et conditions de vie Le type de ménage dans lequel vit une personne peut avoir une influence sur son accès aux ressources, telles que la nourriture, les médicaments,

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 Cadre 47/2 : enchaînements dans le carré central La direction technique de la fédération vous propose une série de fiches dédiées au cadre 47/2. Les situations de jeu proposées

Plus en détail

- 1320 - Cordonniers, sigans

- 1320 - Cordonniers, sigans click for previous page - 1320 - Cordonniers, sigans Corps ovale, très comprimé latéralement et couvert de petites écailles. Bouche petite, avec une seule rangée serrée de petites dents incisiformes. Nageoire

Plus en détail

Sensibilité et résistance à divers insecticides organophosphorés chez Culex pipiens fafigans Wied. en milieu urbain 2r Madagascar.

Sensibilité et résistance à divers insecticides organophosphorés chez Culex pipiens fafigans Wied. en milieu urbain 2r Madagascar. f Sensibilité et résistance à divers insecticides organophosphorés chez Culex pipiens fafigans Wied. en milieu urbain 2r Madagascar. C. RAVAONJANAHARY et J. BRUNHES. I I Culex pìpiens fafigans est le moustique

Plus en détail

Concevoir et analyser des tâches mathématiques dans un environnement logiciel : Quels objectifs d apprentissage? Quels choix de conception?

Concevoir et analyser des tâches mathématiques dans un environnement logiciel : Quels objectifs d apprentissage? Quels choix de conception? Concevoir et analyser des tâches mathématiques dans un environnement logiciel : Quels objectifs d apprentissage? Quels choix de conception? Semaine 2, auteurs Maha Abboud-Blanchard (ESPE de Versailles,

Plus en détail

Les recrutements universitaires de jeunes mathématiciens en 2002 Michèle Audin 1

Les recrutements universitaires de jeunes mathématiciens en 2002 Michèle Audin 1 SECTION 01 SESSION D OCTOBRE 2002 81 Bilan des recrutements Nous remercions Michèle Audin pour son étude sur les recrutements 2002 (voir texte suivant). Après avoir pris connaissance de cette étude, nous

Plus en détail

Intérêt de cet article pour la Trame Verte et Bleue :

Intérêt de cet article pour la Trame Verte et Bleue : Comment prévoir un réseau écologique, une trame verte et bleue, adaptée aux déplacements d espèces liés au changement climatique. La réflexion menée sur la côte pacifique des USA et du Canada propose une

Plus en détail

Les oiseaux des zones humides

Les oiseaux des zones humides Les oiseaux des zones humides Buse variable Comme son nom l indique, la Buse peut présenter des plumages très variables allant du blanc pur au brun sombre. On peut remarquer la présence d un croissant

Plus en détail

Campanienne A. [Michel Py]

Campanienne A. [Michel Py] LATTARA 6 1993 Campanienne A [Michel Py] La campanienne A est l une des céramiques campaniennes dites universelles, à cause d une part de sa large diffusion, et d autre part de sa place parmi les trois

Plus en détail

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON J. RHAZI, S. NAAR Groupe de Recherche sur l Auscultation et l Instrumentation Département de génie civil

Plus en détail

3. Analyse exploratoire

3. Analyse exploratoire Bilan de l étude de faisabilité «prévention des traumatismes d origine accidentelle» Mouloud Haddak, INRETS-UMRESTTE 1 / Handicap International 1. Préambule Il faut d abord souligner que cette étude de

Plus en détail

Les notes des candidats aux épreuves du baccalauréat général

Les notes des candidats aux épreuves du baccalauréat général Les notes des candidats aux épreuves du baccalauréat général Session 2001 Naghmeh ROBIN Ministère de la Jeunesse, de l Éducation nationale et de la Recherche Direction de la programmation et du développement

Plus en détail

4.6 Analyses d aiguilles siliceuses en terrain gneissique

4.6 Analyses d aiguilles siliceuses en terrain gneissique 4.6 Analyses d aiguilles siliceuses en terrain gneissique 4.6.1 Introduction C est à quelques kilomètres au nord de la ville de Yaoundé, à proximité du village de Nkolondom qu a été décrite la grotte du

Plus en détail

Les caractéristiques démographiques des étrangers arrivant en Hongrie. Comparaison avec la structure de la population hongroise

Les caractéristiques démographiques des étrangers arrivant en Hongrie. Comparaison avec la structure de la population hongroise Les caractéristiques démographiques des étrangers arrivant en Hongrie. Comparaison avec la structure de la population hongroise Éva GÁRDOS, Annamária SÁROSI Bureau Central de la Statistique de Hongrie

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. 1080, chemin Saint-Louis, Sillery, C. P. 1907, succursale Terminus, Québec (Québec) G1K 7M3 www.inalco.com

COMMUNIQUÉ. 1080, chemin Saint-Louis, Sillery, C. P. 1907, succursale Terminus, Québec (Québec) G1K 7M3 www.inalco.com COMMUNIQUÉ L INDUSTRIELLE ALLIANCE TERMINE L ANNÉE 2002 EN FORCE : AUGMENTATION DU REVENU DE PRIMES DE 20 % ET RENDEMENT ANNUALISÉ SUR LES CAPITAUX PROPRES DE 14,5 % POUR LE QUATRIÈME TRIMESTRE Québec,

Plus en détail

ATELIER STATISTIQUES - PROBABILITES

ATELIER STATISTIQUES - PROBABILITES ATELIER STATISTIQUES - PROBABILITES I/ INTRODUCTION Extraits du document Ressources pour la classe de seconde Probabilités et Statistiques - : «L enseignement de la statistique et des probabilités constitue

Plus en détail

Sépultures du Paléolithique au Mésolithique

Sépultures du Paléolithique au Mésolithique Sépultures du Paléolithique au Mésolithique Je vais aujourd hui évoquer rapidement l état des connaissances sur les sépultures et les rites funéraires. Tout d abord, il convient de préciser que si on reconnaît

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

- 101 - par Roger DAJOZ. Coleoptera of Madagasca r 9 : Description of a new species of Brachymoschiu m (Coleoptera, Tenebrionidae )

- 101 - par Roger DAJOZ. Coleoptera of Madagasca r 9 : Description of a new species of Brachymoschiu m (Coleoptera, Tenebrionidae ) - 101 - COLEOPTERES DE MADAGASCAR 9. DESCRIPTION D'UN BRACIIYMOSCHIUM NOUVEAU ET CLE DE DETERMINATION DES ESPECES DU GENR E (COLEOPTERES, TENEBRIONIDAE) 1 par Roger DAJOZ. Coleoptera of Madagasca r 9 :

Plus en détail

Discutons des moustiques...

Discutons des moustiques... Discutons des moustiques... Activité 26 Niveau : 6 e année Matières scolaires : sciences, français Objectifs de l ERE : les connaissances, l état d esprit, les compétences. Objectif : Connaître les moustiques.

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

VOYAGE A RODRIGUES LA BIODIVERSITE

VOYAGE A RODRIGUES LA BIODIVERSITE VOYAGE A RODRIGUES LA BIODIVERSITE SOMMAIRE I- LE MILIEU MARIN 1- Etat des lieux 2- Les problèmes 3- Les solutions apportées II- LE MILIEU TERRESTRE 1-La réserve François Leguat 2-La réserve de Grande

Plus en détail

L éruption du volcan Grimsvötn en Islande

L éruption du volcan Grimsvötn en Islande BRGM PDG/JV Orléans, le 22 mai 2011, 17h L éruption du volcan Grimsvötn en Islande Le samedi 21 mai 2011, à 21h (heure de Paris), le volcan islandais Grimsvötn est entré en éruption, et le souvenir de

Plus en détail

Quelques exemples d Hyménoptères floricoles communs présents dans la clé :

Quelques exemples d Hyménoptères floricoles communs présents dans la clé : Hyménoptères et Diptères Ce sont des insectes (6 pattes) qui font partie de l ordre des Hyménoptères. On compte environ 8 000 espèces en France. Reconnaître une abeille Les Hyménoptères ont 2 paires d'ailes

Plus en détail