treize comme Le magazine de Cergy-Pontoise I DOSSIER Offre de soins Cergy-Pontoise se porte bien A l intérieur, votre supplément culturel Sortir.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "treize comme Le magazine de Cergy-Pontoise I DOSSIER Offre de soins Cergy-Pontoise se porte bien A l intérieur, votre supplément culturel Sortir."

Transcription

1 OCTOBRE 2012 I N 186 treize comme une Le magazine de Cergy-Pontoise I DOSSIER Offre de soins Cergy-Pontoise se porte bien A l intérieur, votre supplément culturel Sortir.

2 Octobre 2012 l N 186 Boisemont Cergy Courdimanche Eragny-sur-Oise Jouy-le-Moutier Maurecourt Menucourt Neuville-sur-Oise Osny Pontoise Puiseux-Pontoise Saint-Ouen l Aumône Vauréal Directeur de la publication Dominique Lefebvre Directreur de la rédaction Laurent Defrocourt Rédacteur en chef Christophe Curt Chef de rubrique pages Sortir Florence Machu-Dumond Rédaction Agence PCA (Pascal Clouet, Philippe Clouet, Sandrine Cunha, Clémence Fabre, Guillaume Gesret, Laure Morandi, Mareva Tixier), Christophe Curt Graphistes Emma Zermati-Dautriat Joëlle Chalopin Photographes Antoine Devouard, Lionel Pagès, Franck Dejardin Impression Imaye Graphic Distribution Adrexo Sommaire Portrait I Bechir Benmoussa Le sens de l accueil Actu I En bref, les nouvelles de l agglomération Économie I 8 Dossier I L'offre de soins Cergy-Pontoise se porte bien L'offre de soins est une composante essentielle de l'attractivité d'un territoire et de la qualité de vie de ses habitants. Dans ce domaine, l'agglomération de Cergy-Pontoise dispose d'un certain nombre d'atouts. S installer et grandir à Cergy-Pontoise Solidarité I Un centre de thérapie familiale unique en son genre Développement durable I Des Hommes et des idées pour demain Tirage : exemplaires ISSN Dépôt légal à parution 19 Emploi I La BEI aux côtés des demandeurs d emploi 2 I Octobre 2012 n 186

3 20 Sortir I Dominique LEFEBVRE Président de la Communauté d agglomération de Cergy-Pontoise Député, Maire de Cergy Art contemporain p.20 Ses flammes éclairent la nuit blanche Lors de la Nuit Blanche du 6 octobre, Renaud Auguste-Dormeuil figurera, avec des bougies, les étoiles qui seront visibles en 2067 dans le ciel du Grand Centre à Cergy. Théâtre p.22 Viva la vida, un autre regard sur le handicap Une maison en Normandie, ultra moderne utopie Arts de la rue p.24 Théâtre au grand air Musique p.25 Quand l agglo rappe La sélection des bibliothèques p.25 Par l équipe de la bilbliothèque d étude et d information Sport et loisirs p.26 Plongez dans la fête! Water-polo : jetez vous à l eau Cergy-Pontoise Natation en meeting Animer les projets Le Centre national des patrimoines, un des beaux projets portés par le ministère de la Culture et de la Communication, celui de l Enseignement supérieur et de la Recherche, les grands musées nationaux, verra-t-il le jour à Cergy-Pontoise? Oui, peut-être, mais probablement pas sous la forme imaginée à l origine. C est là, hélas, le résultat d années d atermoiements et de pusillanimité du précédent ministre et du précédent gouvernement qui, depuis la décision du 5 octobre 2009 d implanter le Centre à Neuville, n ont pas fait avancer ce grand projet sur le plan politique comme sur le plan financier. Aujourd hui, il faut reprendre ce dossier, avec les acquis que sont le laboratoire d excellence Patrima obtenu par notre Université et les liens étroits que nous avons noués avec Le Louvre, Beaubourg, le Quai Branly et l Institut du Patrimoine mais en tenant compte de la situation des finances publiques désastreuse léguée par la précédente majorité. J ai confirmé au Premier ministre, Jean- Marc Ayrault, et à la ministre de la Culture, Aurélie Filipetti, notre engagement pour la réalisation de ce grand projet scientifique, culturel et d éducation et rappelé l exigence pour le Grand Paris d un tel équipement à Cergy-Pontoise et dans la Confluence Seine-Oise. Ce mois-ci, le dossier de notre magazine porte sur l offre de santé à Cergy-Pontoise. C est un enjeu majeur pour le bien-être des habitants de Cergy-Pontoise, c est aussi un atout important pour l attractivité de notre agglomération. C est pourquoi la Communauté d agglomération est partenaire du forum-concertation «Le Centre Hospitalier René-Dubos, un hôpital public dans son territoire et à votre écoute» tenu le 5 octobre sur le site Saint-Martin de l Université, à l initiative de notre centre hospitalier, l un des meilleurs et des plus importants en Ile-de-France après les hôpitaux de l Assistance Publique. L attractivité de Cergy-Pontoise se joue aussi à travers sa vie économique. Vous découvrirez dans ce magazine, le portrait de quatre entreprises et entrepreneurs qui ont fait le choix, récent ou plus ancien, de notre agglomération pour s y implanter et y développer leurs activités. Rendre attractif le territoire, c est aussi permettre aux jeunes Cergypontains de trouver un emploi proche des villes où ils ont leurs attaches. 27 Pratique

4 Portrait Franck Dejardin 4 I Octobre 2012 n 186

5 n Portrait Bechir Benmoussa Le sens de l accueil Agent d accueil à la Maison de la Justice et du Droit depuis près de cinq ans, Bechir Benmoussa a dû abandonner son premier métier, dans le bâtiment, après un accident de la route. Portrait d un homme déterminé. Aujourd hui, Bechir Benmoussa, 38 ans et deux enfants, suit une session de formation proposée par la Communauté d agglomération, une manière d évoluer dans sa carrière d agent d accueil à la Maison de la Justice et du Droit. «Attention, je suis très bien à mon poste, prévient-il. Mais il est toujours bon d apprendre et d aller plus loin. Pourquoi pas devenir un jour adjoint administratif?». Sa persévérance lui avait déjà permis, plus jeune, d obtenir BEP puis bac pro de plombier chauffagiste, après son CAP. Ecouter, orienter Pour l heure, toujours aimable et ouvert, Bechir Benmoussa prend à cœur sa mission : accueillir, au téléphone et sur place, renseigner et orienter les Cergypontains dans leurs démarches. «Notre public est exigeant, souvent en difficulté. Je dois calmer les impatients, rassurer chacun, quel que soit son problème : conflit du travail ou garde des enfants. Pour savoir ce qui relève d une procédure pénale ou civile, j écoute. Quelqu un va réclamer un avocat alors qu un simple recours gracieux peut tout régler. Je dirigerai une autre personne vers un juriste ou un médiateur assurant une permanence à la Maison, qui conseillera sur la démarche ou recherchera une solution amiable». Curieux, il consulte régulièrement le site du ministère de la Justice. «Je veux connaître les rouages des différentes juridictions, m habituer aux abréviations, parfois vérifier les informations que je donne, pendant que la personne patiente un peu.» Résultat : une satisfaction qui s exprime spontanément. «J apprécie beaucoup que les gens me remercient pour mes conseils. Encore plus génial : au téléphone, certains demandent à me parler personnellement!» «Quand je veux quelque chose, je mobilise tous mes moyens pour y parvenir» J aime ce que je fais aujourd hui Pourtant, jamais il n avait rêvé du milieu de la justice ni de service public. Il adorait même son métier de plombierchauffagiste, «où le travail ne manque pas et où l on gagne bien sa vie». Mais le 5 mars 1999, il n est jamais arrivé sur son dernier chantier. Après plusieurs tonneaux au volant, soldés par quelques jours de coma, le bilan est sans pitié : paralysie partielle du bras gauche. S il est bien reconnu travailleur handicapé à 65 % en 2002, il lui faudra encore du temps pour changer d orientation professionnelle. «Je me suis d abord cru fichu. J étais persuadé de ne savoir faire que mon métier». Progressivement, il renonce à se reconvertir dans le bâtiment comme métreur, dessinateur industriel ou même vendeur en magasin de bricolage. Et début 2005, il entame deux ans de formation administrative des entreprises. Puis, tout s est enchaîné - malgré six mois de candidatures sans réponse - grâce au soutien d un réseau d insertion de travailleurs handicapés et, surtout, à sa détermination sans faille. «Quand je veux quelque chose, je mobilise tous mes moyens pour y parvenir».l épreuve qui a bouleversé sa vie et ses projets est désormais surmontée. «J ai perdu un métier que j ai pris plaisir à exercer. Mais je suis passé à autre chose, et j aime ce que je fais aujourd hui» n LM La Maison s agrandit La Maison de la Justice et du Droit (MJD) de Cergy-Pontoise, qui bénéficie du soutien de la Communauté d agglomération, permet de décharger les tribunaux d affaires pouvant être réglées par conciliation. Elle donne à tous accès au droit via des permanences d avocats, juristes ou associations de consommateurs, organise la réparation pénale de petits litiges et aide les victimes. En 2013, elle doublera sa superficie! Pour plus d information : MJD, 12 place des Institutions à Cergy-Axe majeur-horloge (face à la halle). Tél. : Octobre 2012 n 186 I 5

6 Actu Plus pratique, la collecte en mélange TRI SÉLECTIF I Depuis le 1 er octobre, les habitants d Eragny, Cergy et Saint-Ouen l Aumône trient leurs déchets un peu différemment de leurs voisins (ceux de Jouy-le- Moutier et Vauréal les rejoindront le 1 er novembre) : ils jettent désormais ensemble, dans un seul et même sac ou bac jaune, les emballages ménagers (cartons, bouteilles plastiques, conserves...) et les journaux, magazines et revues. C est ce que l on appelle la collecte en mélange ou bi-flux (par opposition au tri-flux ou emballages, magazines/revues et verre sont collectés séparément). Le verre, lui, continuera d être collecté via les points d apport volontaire. Cette nouvelle organisation présente plusieurs avantages : elle simplifie le tri pour l habitant, elle le rend plus efficace et elle permet de réduire les nuisances sonores et l'impact sur l'environnement (moins de camions en circulation). À l occasion du lancement de ce nouveau mode de collecte, la Communauté d agglomération a édité un mémo-tri à destination des Cergypontains concernés. Explications, consignes, contacts : l essentiel pour bien trier. Eco-Emballages-Pierre Antoine Centre national des patrimoines Cergy-Pontoise ouverte au dialogue DR GRANDS PROJETS I Retenue en 2009 pour l implantation du futur Centre national des patrimoines, l agglomération de Cergy-Pontoise a pris acte des déclarations d Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, le 10 septembre, qualifiant le projet de non financé dans sa forme actuelle. Conscient de l impasse dans laquelle le projet avait été laissé par le précédent gouvernement et des contraintes qui pèsent aujourd hui sur les finances publiques, le président de la Communauté d agglomération, Dominique Lefebvre avait informé dès le mois de mai la ministre de la Culture et le Premier ministre de la nécessité de reprendre ce projet. Dans une lettre adressée le 7 septembre dernier, il a réaffirmé son ouverture au dialogue pour travailler avec l ensemble des partenaires à une redéfinition du périmètre du projet afin qu il puisse être mené à bien. Il a également tenu à rappeler que l actuel projet du Centre national des patrimoines était celui défini à l origine par le Ministère de la Culture et de la Communication et Le Louvre, ajoutant qu il n y avait pas eu de renchérissement de la part de Cergy-Pontoise et de ses partenaires territoriaux, mais qu au contraire, les collectivités avaient décidé d y apporter leur contribution financière en prenant en charge le pôle de médiation et les aménagements du terrain. Découvrez l artisanat d art du Val d Oise ÉVÉNEMENT I Amateurs de belle ouvrage, réjouissez-vous. Du 22 au 25 novembre, la Chambre des métiers et de l artisanat du Val d Oise organise la 4 ème édition de l exposition-vente d artisanat d art Noël avant l heure dans ses locaux à Cergy. Au cours de ces quatre jours, près de cinquante artisans du département présenteront oeuvres uniques et créations originales. Ils n hésiteront pas non plus à dévoiler leur savoir-faire et à transmettre leur passion. Les thèmes représentés seront cette année encore très variés : décoration, bijoux, vêtements, vitraux, céramique et bien d autres encore! Que vous soyez à la recherche de cadeaux originaux et de qualité ou tout simplement curieux de découvrir l artisanat d art, ne manquez pas cette manifestation 100 % locale! Pratique Du 22 au 25 novembre, de 10h à 19h Entrée libre et gratuite Chambre des métiers et de l artisanat, 1 avenue du Parc à CERGY Programme complet et plan d accès sur et sur Facebook. Renseignements au I Octobre 2012 n 186

7 n Actu Trois semaines sans voiture : suivez l aventure en ligne Chauffage : vérifiez bien vos installations! AMÉNAGEMENT I Attention, l hiver approche! Si vous êtes rattachés au réseau de chauffage urbain de l agglomération - qui dessert près de logements collectifs à Cergy-Pontoise - assurez-vous que les installations de chauffage de votre résidence ont été correctement entretenues et sont prêtes à fonctionner. La Communauté d agglomération et son délégataire pour le chauffage urbain, la société Cyel, ont réalisé ces dernières années d'importants travaux de sécurisation sur le réseau principal de chaleur. S ils ont permis, l hiver dernier, d'améliorer globalement le fonctionnement et la qualité de service, ils ont également mis en lumière des dysfonctionnements au niveau des installations privées. Certaines copropriétés se sont ainsi retrouvées sans chauffage au moment des grands froids. Or, c est à l abonné (Syndic de copropriété, ASL,...) qu il revient de s assurer que ses équipements sont utilisés et entretenus selon les règles de l art (les préconisations d usage figurent dans le règlement du service annexé au contrat d'approvisionnement). Soucieuses du fonctionnement du chauffage urbain jusqu'au radiateur de chaque usager, les équipes de Cyel se proposent de vous apporter leur expertise et leurs conseils. Pour toutes vos questions techniques, concernant l'exploitation de vos installations, nous vous invitons à prendre contact avec M. Narme ou Mme Davignon au MOBILITÉ I Ils sont six. Six Cergypontains qui ont accepté, depuis dix jours, de participer à un challenge peu évident pour beaucoup d entre nous : se passer de leur voiture personnelle pendant trois semaines et utiliser d autres moyens de transport. L opération «L agglo sans mon auto», lancée par la Communauté d agglomération en partenariat avec la SNCF, la STIVO, Vélo Services, AutO², VélO² et Vinci Park à l occasion de la Semaine européenne de la mobilité, a pour but de sensibiliser le grand public à l utilisation des modes de déplacements alternatifs (train, bus, vélo, marche...). Elle a débuté symboliquement le 22 septembre, date de la Journée mondiale sans voiture. Le site internet de la Communauté d agglomération vous propose de suivre nos volontaires en vidéo tout au long de ces trois semaines. Si vous voulez voir comment il est possible de vivre sans sa chère auto, rendez-vous sur Courez solidaires! ÉVÉNEMENT I Courir, c est bien. Courir pour des enfants, c est encore mieux. Le 14 octobre, l association Hirondelle de l avenir organise une course à pied à la Base de loisirs de Cergy-Pontoise. Les fonds récoltés lors de la manifestation serviront à financer la construction d un orphelinat au Bénin. L événement - trois courses de 1,5 km, 5 km et 10km - ouvert à tous à partir de 10 ans est parrainé par le champion du monde du 110 m haies, Ladji Doucouré, qui remettra les récompenses. Pour plus d informations (inscription, horaires, tarifs) contactez le ou rendez-vous sur Octobre 2012 n 186 I 7

8 Dossier Au service néonatalogie de l hôpital René-Dubos Lionel Pagès 8 I Octobre 2012 n 186

9 Santé n Dossier Offre de soins Cergy-Pontoise se porte bien L'offre de soins est une composante essentielle de l'attractivité d'un territoire et de la qualité de vie de ses habitants. Dans ce domaine, l'agglomération de Cergy-Pontoise dispose d'un certain nombre d'atouts. Même si quelques points restent encore à améliorer... Même s'ils n'en sont pas la seule composante, les établissements sont le volet le plus visible de l'offre de soins. Difficile de ne pas repérer le centre hospitalier René-Dubos lorsqu'on habite Pontoise ou ses environs! Pas moins de quatre établissements de soins sont ainsi présents sur le territoire de l'agglomération. L'hôpital, navire amiral Le principal est bien sûr l'hôpital de Pontoise. Avec lits - dont 706 en médecine, chirurgie, obstétrique, 173 en psychiatrie et 215 en maison de retraite - le centre hospitalier est l'un des plus importants d'île-de- France. Il offre toutes les disciplines - à l'exception de la neurochirurgie et de la chirurgie cardiaque - et dispose d un plateau technique performant (imagerie médicale, médecine nucléaire, laboratoires, explorations fonctionnelles, etc.). «Le rayonnement de l'hôpital s'étend d'ailleurs bien au-delà de la ville de Pontoise et de l agglomération, avec des patients en provenance du reste du Val d'oise, du nord des Yvelines, du sud de l'oise et de l'est de l'eure», explique Christophe Kassel, son directeur. Quelques chiffres? Chaque année, l'hôpital accueille plus de urgences, soit près de 300 par jour! Il réalise aussi accouchements par an, un nombre qui augmente régulièrement. Pour faire fonctionner cet ensemble, il peut compter sur 500 personnels médicaux et près de personnels soignants, administratifs et hôteliers. Anciens et modernes à la fois L'agglomération compte également deux cliniques, qui font partie depuis longtemps du paysage cergypontain. Créée en 1930 et implantée d'abord à Pontoise, puis à Osny depuis 2005, la clinique Sainte-Marie dispose de 182 lits et compte une centaine de médecins et 250 salariés. Elle propose de nombreuses activités médicales. Pour Jean- Pierre Foulon, son PDG, «ses principaux points forts sont la chirurgie ambulatoire (sans hospitalisation) - qui représente 60 à 70 % de l'activité -, les urgences et la cancérologie, notamment la chirurgie cancérologique lourde». La clinique accueille ainsi environ urgences par an, adressées essentiellement par la médecine de ville. La cancérologie dispose d'un important plateau technique, notamment à travers le Centre de radiothérapie et d'oncologie médicale (CROM) : trois accélérateurs de particules, deux IRM, deux scanners, etc. «Depuis notre installation à Osny, explique le Dr Foulon, nous avons aussi développé, sur le site, un pôle de santé unique en Ile de France. Il regroupe, sur sept hectares, un établissement de soins de suite et de réadaptation, un centre de psychothérapie de 90 lits, une maison de retraite de 100 lits (dont 15 pour les malades d'alzheimer), une maison médicale hébergeant des consultations et des associations spécialisées, une résidence pour personnes âgées ainsi qu une crèche interentreprises». Collaborations Créée en 1957 et installée à Saint-Ouen l'aumône, la clinique médicale du Parc - établissement privé avec délégation de service public - s'est profondément transformée au fil des ans et compte aujourd'hui 140 lits et 11 places d'hôpital de jour, ainsi qu'une équipe de 140 personnes. «Nous sommes d abord un établissement de soins de suite et de réadaptation, avec une spécialisation en cancérologie, en réadaptation locomotrice, mais aussi en addictologie, explique Lionel Pagès Octobre 2012 n 186 I 9

10 Dossier Jean-Yves Caillaud, son directeur. Dans ce cadre, nous travaillons en étroite liaison avec le centre hospitalier et la clinique Sainte- Marie, au sein du réseau ONOF, autrement dit Oncologie du nord-ouest francilien». Mais l'établissement offre aussi d'autres spécialités comme une unité de chimiothérapie, des lits de soins palliatifs et une unité de jour de psychiatrie pour adultes. La clinique ouvre son plateau technique de kinésithérapie et balnéothérapie aux patients externes en fin de journée et accueille également un cabinet d Infirmiers libéraux. Sans oublier une maison de retraite de bientôt 85 places qui héberge dans ses locaux un cabinet de consultation de SOS médecins. Rééducation à tous les étages Créé en 1977 et installé à Menucourt au sein d'un parc d'une vingtaine d'hectares, le centre de rééducation et de réadaptation fonctionnelles La Châtaigneraie est un établissement de statut associatif participant au service public hospitalier. «La durée moyenne de séjour est d'environ un mois, explique Renaud Coupry, son directeur. Nous veillons donc tout particulièrement au cadre et à l'accueil, pour un séjour de qualité, car cela joue sur l'efficacité de la rééducation». Outre ses 100 lits, ses 15 places en ambulatoire - qui permettent de prendre en charge 20 à 25 patients - et son équipe pluridisciplinaire, La Châtaigneraie dispose aussi d'un plateau technique performant, avec en particulier d'importantes installations de balnéothérapie et un parcours pour le choix et l'apprentissage du fauteuil roulant. Et l'établissement ne manque pas de projets : «Nous sommes engagés dans une démarche de modernisation des installations et développons de nouvelles disciplines, comme le traitement de la spasticité, une contraction douloureuse des muscles». La réputation de l'établissement lui permet d'organiser, tous les deux ans, les Journées de Menucourt, une manifestation très courue par les spécialistes de la rééducation n PC Lionel Pagès Hôpital René-Dubos Christophe Kassel Directeur du Centre hospitalier René-Dubos Interview Quels sont les points forts de l'hôpital? En premier lieu, la taille et la qualité du plateau technique, la diversité et lacomplémentarité des spécialités ainsi que la politique dynamique de recrutement médical de ces dernières années. Je citerai aussi notre position géographique, «ni trop près, ni trop loin de Paris». Assez loin pour ne pas subir une concurrence trop forte des établissements de l'assistance publique des hôpitaux de Paris (APHP). Mais assez près pour attirer de bons praticiens. Aujourd'hui, la grande majorité des Cergypontains souhaite être prise en charge localement et avec une qualité de soins appropriée. Quelles vont être les prochaines évolutions du centre hospitalier? Nous allons mieux structurer la filière cancérologique, avec 100 % de patients bénéficiant du dispositif d'annonce, du projet de soins personnalisé, de l'accès au réseau ville/hôpital, etc. Nous allons également travailler sur les délais de prise en charge. Autre priorité : «déshospitaliser» la filière gériatrique, qui n'est pas assez tournée vers l'extérieur. C'est l'un des points faibles du territoire, qui manque de réseaux gériatriques et de structures alternatives. Je citerai aussi notre projet de création d'une unité de pédopsychiatrie pour les 7-12 ans et d'une unité d'hospitalisation médico-psychiatrique pour les urgences, notamment pour la filière anxio-dépressive. Enfin, il nous faudra faire face à la hausse continue du nombre d'accouchements. Nous allons en effet vers les naissances par an. J'entends également développer la procréation médicalement assistée - la PMA -, en liaison avec le centre hospitalier de Saint-Germain-en-Laye, qui dispose d'une autorisation en la matière. Sans parler d'autres projets à venir, comme le développement d'une filière pour les AVC (accidents vasculaires cérébraux), la labellisation de notre activité d'addictologie et, plus globalement, un travail d'échelonnement des soins, en complémentarité avec les établissements hospitaliers du territoire, notamment publics. 10 I Octobre 2012 n 186

11 Santé n Dossier Soins de ville Les médecins vieillissent aussi Si l'on en croit l'atlas régional Île-de- France de la démographie médicale, publié en novembre dernier par le Conseil national de l'ordre des médecins, la situation de l'agglomération en matière d'offre de médecine libérale est correcte, même si la densité médicale y est plus faible que la moyenne de l'île-de-france, en raison de l'attractivité de Paris et de la Petite Couronne. Sur le bassin de vie de Cergy (découpage utilisé par l'atlas), la densité de médecins généralistes est ainsi de 3,7 pour habitants (pour une moyenne régionale de 3,8) et leur âge moyen de 53 ans. Ces chiffres sont respectivement de 3,0 et 57 ans sur le bassin d'eragny, de 3,0 et 51 ans sur celui de Vauréal et de 2,8 et 51 ans sur celui de Saint-Ouen l'aumône. Si l'âge moyen des généralistes est dans l'ensemble inférieur à la moyenne de l'île-de-france (54 ans), la question du remplacement des départs en retraite se posera néanmoins rapidement. Un diagnostic confirmé par le Dr Marc Broudic, médecin généraliste à Saint-Ouen l'aumône, coordonnateur de la commission «Accès aux soins» de l'union régionale des professionnels de santé d'île-de-france (URPS) et membre de la Conférence de territoire du Val d'oise (voir notre encadré «Comment ça marche» page 12 ). «L'offre est assez bien répartie, malgré certains manques comme en matière d'ophtalmologie. De façon plus générale, l'accès aux spécialistes libéraux fonctionne plutôt bien pour vraies les urgences. Pour les urgences ne relevant pas du Samu, la couverture est assurée la nuit par le système des gardes, par SOS Médecins et par la maison médicale de la clinique Sainte-Marie». Le docteur Broudic, qui voit des patients défiler dans son cabinet depuis 1977, constate une évolution des pathologies : «Par rapport à mes débuts, je note davantage d'états de fatigue et de stress, liés notamment aux transports. J'observe aussi une hausse des pathologies du surmenage - comme les dépressions - sous l'effet d'une accélération des rythmes de travail et de vie» n PC Lionel Pagès Le Dr. Marc Broudic en consultation à Saint-Ouen l Aumône La parole aux patients Lionel Pagès Responsable du réseau de malades à la Ligue contre le cancer du Val d'oise, Agnès Rousseau porte un regard positif sur l'offre de santé sur le territoire cergypontain. Celui-ci concerne, bien sûr, en premier lieu la cancérologie : «Il n'est plus nécessaire aujourd'hui de se tourner vers Paris et la Petite Couronne. Cergy-Pontoise dispose en effet d'une offre complète avec le centre hospitalier, la clinique Sainte-Marie et le Centre de radiothérapie et d'oncologie médicale de Pontoise. La création de l'institut national du Cancer (InCA) et la labellisation qu'il a mise en place ont poussé les services à se mettre à niveau et l'offre est aujourd'hui de très bonne qualité. Le dispositif d'annonce et le projet de soins personnalisé se généralisent».habitant Cergy et participant aux réunions de la Conférence de territoire du Val d'oise, Agnès Rousseau a également une vision de l'ensemble de l'offre de soins sur le territoire de l'agglomération : «Aujourd'hui, l'offre est satisfaisante, mais nous ne somme pas à l'abri de difficultés, car il sera difficile de remplacer les nombreux médecins de ville qui vont partir en retraite dans les prochaines années. Par ailleurs, il manque un dispensaire ou un centre de santé, pour les personnes qui ont du mal à faire face au coût des soins restant à leur charge. Aujourd'hui, elles sont obligées de se tourner vers Conflans ou Argenteuil» n PC Octobre 2012 n 186 I 11

12 Dossier Une structure dédiée à la santé des jeunes Il existe à Cergy-Pontoise un lieu unique en son genre : le Pass'Age Santé-Jeunes. Créée en 2006 grâce au pilotage de la Communauté d agglomération et la collaboration du Conseil général, du Conseil régional, du Centre médicopédagogique Jacques Arnaud et de l Université, cette structure de prévention et d accès aux soins, accueille chaque année, sans rendez-vous, de façon gratuite et anonyme, près de 600 adolescents et jeunes adultes âgés de 14 à 25 ans. Sa mission? Prendre en compte le jeune dans sa globalité, quelle que soit la dimension dans laquelle sa souffrance s exprime : personnelle, familiale, psychique, somatique, scolaire, professionnelle... Portée par l hôpital René Dubos de Pontoise, cette «Maison des adolescents et des jeunes adultes», s adresse aussi à leurs parents (accueil informel, groupes de parole) ainsi qu aux professionnels intervenant dans le secteur de la santé, de l éducation et du social n CC Pratique Pass Age Santé - Jeunes Parvis de la Préfecture Allée de l arcade à Cergy Renseignements : Formation santé : une offre qui s'étoffe Créé en 1967 et rattaché au centre hospitalier, l Institut de formation en soins infirmiers (IFSI) forme chaque année 90 étudiants infirmiers et 25 élèves aides-soignants par promotion. Il a en outre développé un département de formation continue. Ces formations se font dans le cadre d'un parcours en alternance, d'une durée de trois ans pour les infirmiers et de neuf mois pour les aides-soignants. Les études d'infirmier ont fait l'objet d'une profonde refonte en 2009, dans le cadre du dispositif européen LMD (licence, master, doctorat). Depuis 2012, les élèves obtiennent à la fois L IFSI forme chaque année 90 élèves infirmiers leur diplôme d Etat d'infirmier, qui autorise l exercice, et le grade universitaire de licence, qui leur permet la poursuite des études vers un master et un doctorat. L'IFSI s'est donc associé à l université Diderot (Paris 7) pour le volet universitaire. Autre innovation de taille : dans le cadre du pôle de recherche et d'enseignement supérieur (PRES) Université Paris Grand Ouest qui regroupe l'université de Cergy-Pontoise et celle de Versailles-Saint-Quentin- en- Yvelines, l agglomération devrait accueillir une première année d'études de médecine, à la rentrée universitaire 2013 ou 2014 n PC Lionel Pagès dalaprod - Fotolia.com Comment ça marche? L'offre de soins sur l'agglomération s'inscrit aujourd'hui dans le cadre du projet régional de santé (PRS), élaboré et mis en œuvre par l'agence régionale de santé (ARS) d'île-de- France. Ce document s'appuie lui-même sur un état des lieux très détaillé de la situation et des besoins de la région, décliné par départements. Le PRS fixe ensuite les grandes orientations régionales en matière de santé et se décline en différents schémas (organisation des soins, médicosocial, prévention, etc.). Il est approuvé par la Conférence régionale de la santé et de l'autonomie (CRSA), qui regroupe des représentants de tous les acteurs concernés : pouvoirs publics, élus, organismes de protection sociale, établissements sanitaires et médicosociaux, professionnels de santé, associations de patients, etc. Ce Plan est décliné à l'échelle de chaque département, où siège une «Conférence de territoire», avec une composition similaire à celle de la CRSA. Dans son analyse de l'offre de soins sur le département - qui vaut aussi pour Cergy-Pontoise -, l'ars pointe «une offre sanitaire 12 I Octobre 2012 n 186

13 Santé n Dossier Un forum sur l hôpital public dans son territoire Le 5 octobre, s'est tenu, sur le site de Saint- Martin de l Université de Cergy-Pontoise, un forum consacré aux grands enjeux de la santé : Le centre hospitalier René-Dubos, un hôpital public dans son territoire et à votre écoute. Une centaine d'acteurs de l'offre de soins - publics et privés, hospitaliers et libéraux, sanitaires et médicosociaux, élus, etc. - étaient invités à participer à une réflexion en trois temps : l'identification des besoins de santé (avec le département), les forces et faiblesses de l'offre de soins sur le territoire (avec l'agence régionale de santé d Île-de-France et la directrice du centre hospitalier des Portes de l'oise) et la stratégie du centre hospitalier de Pontoise (avec son directeur, les équipes médicales et une association regroupant les maisons de retraite). Travaux conclus conjointement par Philippe Houillon, maire de Pontoise et président du conseil de surveillance de l'hôpital, et Dominique Lefebvre, président de la Communauté d'agglomération. «J'ai voulu que l'élaboration - en cours - du projet médical de l'hôpital de répondant aux besoins de la population, qui doit évoluer pour maintenir son niveau de qualité et d efficience», tandis que l'offre libérale médicale et paramédicale est jugée «acceptable pour le moment, mais menacée à court terme», en raison du prochain départ à la retraite de nombreux médecins libéraux. La prévention est également jugée satisfaisante, avec «des actions nombreuses et diverses, portées majoritairement par des associations œuvrant notamment dans les domaines de la santé mentale, la lutte contre les addictions, la prévention et la prise en charge du sida, la nutrition et la précarité» n PC Lionel Pagès Pontoise ne soit pas «autocentrée», explique Christophe Kassel, son directeur, à l'origine du projet. «Ce forum, que nous espérons pouvoir renouveler chaque année, se veut ainsi un espace de dialogue et de concertation, pour vérifier la pertinence de nos axes stratégiques et nouer des contacts complémentaires entre acteurs de l'offre de soins» n PC Lionel Pagès Des «contrats locaux» pour lutter contre les inégalités de santé Le 2 décembre dernier, deux communes de Cergy-Pontoise signaient les premiers «Contrats locaux de santé» (CLS) d Île-de- France à la Préfecture, en présence du directeur de l Agence régionale de santé, Claude Evin : Cergy et Eragny. Le contrat local de santé, dont l objectif global est de participer à la réduction des inégalités sociales et territoriales de santé, vise à mieux articuler le Projet régional de santé (voir notre encadré «Comment ça marche») et les démarches de santé déjà engagées par les communes, notamment dans le cadre des Ateliers Santé Ville. Elaboré à partir d un diagnostic sur l état de santé des habitants - réalisé en amont avec leur concours - le CLS définit, pour les cinq ans à venir, des axes stratégiques de santé publique déclinés en actions concrètes. Le contrat signé par la ville d Eragny, par exemple, en a déterminé six : lutter contre la mortalité infantile, améliorer la santé globale des jeunes, celle des seniors, préserver l offre de soins sur la commune, mobiliser tous les acteurs pour réduire les inégalités sociales et territoriales de santé et réduire celles liées à l environnement. À ces trois derniers axes, qu il partage, le contrat signé par la ville de Cergy en fixe deux autres : améliorer la santé mentale et renforcer les actions de prévention. n CC Octobre 2012 n 186 I 13

14 Economie S installer et grandir Attractivité, dynamisme et accompagnement Tels sont les ingrédients indispensables à l implantation réussie des entreprises sur le territoire. Forte de quatorze parcs d'activités regroupant sociétés, de créations d'entreprises et de m 2 de locaux commercialisés en 2011, l agglomération conforte sa position de leader pour l entrée Nord-Ouest du Grand Paris en matière d emploi et de développement économique. Tour d horizon des dernières implantations de PME et de grands comptes, qui ont choisi Cergy-Pontoise pour développer leurs activités ou créer de nouveaux emplois. Weiss Technik France Filiale française du groupe allemand Weiss Umwelttechnik - premier fabricant européen d'enceintes climatiques et thermiques, d'étuves, de fours industriels et, par ailleurs, leader mondial dans le domaine de la simulation environnementale - l entreprise Weiss Technik France rejoindra, en 2013, le parc d activités situé à Eragny. Pour la société, il s agit d une nouvelle étape de son développement : «nous allons regrouper, sur un seul site, une de nos deux unités de production, installée actuellement à Carrièressous-Poissy, et notre service après-vente implanté à Bobigny», explique Nicolas Simon, son directeur général. Au total, le nouveau bâtiment, dont la construction débute cet automne, accueillera une cinquantaine de salariés dans ses locaux de m 2 (2 000 m² d ateliers en rez-de-chaussée et m² de bureaux sur deux niveaux). Il deviendra par ailleurs le point d attache de cinquante commerciaux et techniciens intervenant sur toute la France pour répondre aux besoins spécifiques des clients de l entreprise dans les secteurs de l'automobile, de l'aéronautique, de l'électronique, de la défense, mais aussi de la pharmacie, de la cosmétique et de l'agroalimentaire. Le choix de cette nouvelle implantation ne doit rien au hasard : «le nouveau site de Cergy-Pontoise est un bon compromis pour permettre à nos salariés de nous suivre sans trop de difficulté, grâce notamment à la bonne desserte en transport». Enfin, la présence, sur Antoine Devouard le territoire de l agglomération, d une offre importante d établissements proposant des formations en alternance, constitue un point fort pour cette entreprise : «pour assurer notre développement, nous comptons aussi sur la professionnalisation des jeunes», conclut Nicolas Simon n PC Pour plus d information Nicolas Simon, directeur général de Weiss Technik France 14 I Octobre 2012 n 186

15 n Economie à Cergy-Pontoise Otelo L entreprise Otelo vient de s installer dans l une des adresses les plus renommées de Cergy-Pontoise. La société a en effet acheté un bâtiment, successivement occupé par Nike et Louis Vuitton, dans le parc d activités des Béthunes, à Saint-Ouen l Aumône. Ce magnifique site de m 2 n a pas impressionné Yvon Charles, le directeur général de la société Otelo : «Nos anciens locaux, situés à Conflans-Sainte-Honorine, étaient devenus trop étroits. Ce nouveau site correspond parfaitement à nos besoins. Il a été conçu pour être un centre de distribution. Sa taille permet de stocker une grande quantité de produits et d accueillir d importantes infrastructures logistiques». Otelo, peu connue du grand public, est incontournable dans le monde de l usinage. La société vend (à distance) des fournitures industrielles (outils, machines, etc.) à plus de clients dans le monde. Elle propose références environ dans son catalogue et s engage sur une livraison en 24 heures. «Chaque jour, nous honorons plus de commandes à destination de la France, de l Allemagne, de la Pologne et de la Suisse». Yvon Charles explique qu il a choisi de s implanter à Saint-Ouen l Aumône pour deux raisons : «Nous employons 120 personnes au siège de l entreprise. La plupart habitant le Val d Oise, nous pouvions difficilement quitter la région. De plus, le parc d activités de Saint-Ouen l Aumône compte un grand nombre de PME susceptibles d acheter nos produits. Cela représente un véritable potentiel». Cette belle acquisition donne des ailes à Yvon Charles, qui envisage de grands projets pour les prochains mois «Nous aurons besoin de recruter de nouveaux salariés pour atteindre nos objectifs», glisse-t-il n GG Antoine Devouard Pour plus d information Yvon Charles, directeur général d Otelo Antoine Devouard Michaël Rizieri, directeur général d Environnement TPL Environnement TPL Environnement TPL est une PME en pleine croissance. En cinq ans, elle est passée de trois salariés à vingt-six et a multiplié son chiffre d affaires par dix. Face à des géants comme Véolia, Eiffage ou Vinci, la petite société cergypontaine a su tirer son épingle du jeu dans le secteur bien spécifique de l entretien, du diagnostic et de la réhabilitation des réseaux d assainissement. «Les collectivités locales font appel à nous pour entretenir et rénover les égouts, explique Michaël Rizieri, son directeur général. Nous arrivons à décrocher des marchés car nous sommes sans doute plus réactifs que les grands groupes». Cette réussite a donné envie à Michaël Rizieri d être propriétaire des locaux de son entreprise, pour ne plus avoir à payer de loyer. «Nous étions locataires dans la zone d Epluches à Saint-Ouen-l Aumône et je voulais absolument rester à Cergy- Pontoise, d une part pour le confort de mon personnel qui vit aux alentours et, d autre part, pour rester au contact de nos clients situés dans l Ouest de l île-de-france». Michaël Rizieri effectue alors des démarches auprès de la Communauté d agglomération pour acquérir un terrain où construire son nouveau siège. Assez rapidement, on lui propose une surface de m 2 dans le parc d activités des Bellevues. «J étais prêt. J avais déjà choisi l architecte qui avait les plans en main». En concertation avec Cergy-Pontoise Aménagement, la société a fait construire un bâtiment basse consommation (BBC) au 1 bis rue du Gros Murger à Saint- Ouen-l Aumône. Les salariés d Environnement TPL ont ainsi pu inaugurer leurs nouveaux locaux en mai dernier. «Tout le monde se plait ici et toutes les conditions sont réunies pour que la société continue de se développer!» n GG Pour plus d information Environnement TPL, M. Michaël Rizieri Tel : Octobre 2012 n 186 I 15

16 Economie Louis Vuitton La présence, à Cergy-Pontoise, de cette entreprise mondialement connue, spécialisée dans le domaine de la maroquinerie de luxe et de la mode, remonte à Une implantation qui s explique notamment par la présence d importants atouts en matière de localisation et de transport. «Nous sommes proches de l A15, donc du port du Havre, point de départ de nos exportations maritimes, ainsi que de l aéroport de Roissy. Par ailleurs, le RER A nous relie directement au quartier du Châtelet où se trouve notre siège», précise Vincent Barale, directeur de la planification, des prix et de la logistique. Un premier site - baptisé «Europa» - est situé sur le parc d activités de l Horloge. Il s agit d un entrepôt de près de m² réservé à la zone Europe, qui a été récemment rénové et agrandi. Des travaux rendus nécessaires en raison de la diversification des produits de la marque : à la maroquinerie, se sont ajoutés la joaillerie et les souliers de luxe. Le parc d activités de l Horloge accueille également la plate-forme «Eole», qui regroupe la direction mondiale et la logistique européenne de la marque. Enfin, Louis Vuitton vient d acquérir un troisième bâtiment sur le parc pour y transférer ses activités de réparation, de stockage et de service après-vente, jusqu alors réalisées sur le parc des Béthunes à Saint-Ouen l Aumône. Pour accompagner ce développement, l entreprise prévoit des recrutements réguliers à Cergy-Pontoise. Antoine Devouard Antoine Devouard Enfin, les trois sites, qui regroupent déjà près de 300 salariés, intègrent un important volet dédié au développement durable. «C est une préoccupation majeure et déjà ancienne de notre entreprise. Ainsi, la plate-forme «Eole» intègre de nombreux aménagements en ce sens comme la géothermie ou encore le traitement des eaux usées par bassins de filtration, directement sur le site. C est le cas également sur le site «Europa», avec la présence de m 2 de panneaux photovoltaïques» n PC Pour plus d information Vincent Barale, directeur de la planification, des prix et de la logistique de Louis Vuitton Interview Vice-président de la Communauté d agglomération chargé du développement économique Jean-Paul Jeandon Comment convaincre les entreprises de s installer à Cergy-Pontoise? Avant de les inciter à venir, nous devons d abord penser à celles qui sont déjà installées et faire tout notre possible pour qu elles restent sur le territoire de l agglomération. Pour cela, nous sommes en permanence à l écoute des attentes et des besoins des entreprises, afin d améliorer la qualité de nos quatorze parcs d activités. Des rencontres et des échanges réguliers ont lieu entre les entrepreneurs, les élus et les services de l agglomération. Quels sont les atouts de l agglomération? Pour les entreprises, l attractivité de Cergy- Pontoise s explique par la conjugaison de plusieurs facteurs. Une situation géographique privilégiée, la présence d un pôle d enseignement supérieur et de recherche particulièrement riche, avec étudiants, une offre de logements riche et diversifiée pour accueillir les salariés dans les meilleures conditions et des moyens de transport suffisamment diversifiés, même si des améliorations sont encore nécessaires. Je pense notamment à une meilleure qualité de service du RER A. Quels sont les prochains projets? Nous devons renforcer notre offre d accueil. De nouveaux projets d extension ou de création de zones d activités sont en cours et d importants chantiers d amélioration sont en réflexion ou en cours de réalisation pour les sites existants. C est le cas de la sécurisation des parcs, du développement de la fibre optique ou encore de la gestion des déchets. 16 I Octobre 2012 n 186

17 Solidarité Un centre de thérapie familiale unique en son genre L association Mélia accompagne les familles en grande difficulté. Elle les reçoit dans un centre de thérapie familiale et sociale, pas tout à fait comme les autres. L association Mélia prend en compte, de manière globale, les familles en grande précarité psycho-sociale, envoyées par les services médico-sociaux du Val d Oise. Sur le terrain, les travailleurs sociaux sont confrontés à des situations familiales généralement très tendues : problèmes d autorité parentale, ménages lourdement endettés, troubles du comportement, répercussions des difficultés familiales sur les jeunes, échec scolaire, délinquance ou encore toxicomanie. Des difficultés qui sont autant de traces visibles de problématiques plus anciennes, souvent ancrées dans les histoires personnelles. Les professionnels de terrain qui font face à ces situations complexes, où les problèmes - multiples - se répètent et la souffrance psychique s intensifie, font donc appel à l association Mélia. «Notre objectif, indique Dominique Guin, directrice de la structure, est de donner la parole à chacun et de restaurer la communication. Nous nous attachons aussi à mobiliser les compétences des familles afin de résoudre des problèmes récurrents. Les regards croisés des familles et des professionnels permettent de modifier l image que la famille a d elle-même, mais aussi la vision du professionnel. Ce qui favorise une dynamique de changement. Notre action se situe véritablement comme un soutien aux acteurs de terrain, interface précieuse et nécessaire». Au collège comme à la maison d arrêt Dans les locaux de Mélia, l ambiance est accueillante et chaleureuse. L équipe pluridisciplinaire, formée à la thérapie familiale systémique, reçoit environ trois cents familles par an - et autant de professionnels. «Nous accueillons avec bienveillance ces familles, souvent stigmatisées et considérées comme de mauvais parents ou des citoyens assistés. Nous mobilisons, au contraire, leurs compétences en mettant l accent sur ce qui va bien». Les thérapeutes de l association interviennent également à l extérieur. Depuis plusieurs années, avec le soutien de la Communauté d agglomération de Cergy- Pontoise, des actions spécifiques sont ainsi menées, en lien avec l Education Nationale, auprès d une classe-relais du collège des Merisiers, à Jouy-le-Moutier, sur la question du lien famille-école. L association est également présente à la maison d arrêt du Val d Oise à Osny. Elle intervient auprès des détenus et de leurs proches, dans le cadre de l accès aux soins et de la prévention de la récidive. Depuis douze ans, Mélia poursuit ainsi, avec énergie et enthousiasme, une démarche originale et innovante, unique sur le territoire, au service des familles et des professionnels engagés à leurs côtés n GG Lionel Pagès L équipe de l association Mélia Pratique Association Mélia 3, place de la Pergola à Cergy Tél. : Lionel Pagès Octobre 2012 n 186 I 17

18 Développement durable Des Hommes et des idées pour demain Franck Dejardin Franck Dejardin Les membres du Conseil consultatif du développement durable d agglomération lors de leur assemblée générale le 17 septembre dernier Le 17 septembre dernier, le Conseil consultatif du développement durable d agglomération a présenté ses dernières propositions, lors de son assemblée générale. Focus sur ce laboratoire d idées et d expérimentations. Le Conseil consultatif du développement durable d agglomération (CCDDA) rassemble une soixantaine de participants actifs : acteurs économiques, responsables associatifs, universitaires, mais aussi élus ou encore agents des treize communes de Cergy-Pontoise. Ensemble, ils planchent tout au long de l année sur les questions du développement durable. Leur objectif? Soumettre des propositions concrètes aux élus de l agglomé- ration. «Cette possibilité d expérimenter et d influencer les décideurs politiques m a plu», reconnaît Thierry Fauroux, membre du Conseil et consultant d entreprise. Le CCDDA existe depuis 2009, la Communauté d agglomération ayant souhaité associer les habitants à la démarche de développement durable du territoire, notamment l élaboration de son Agenda 21 / Plan climat. Gérard Sandret, membre de l association Quelle terre demain? est l un des premiers Cergypontains à avoir participé à cette concertation citoyenne. «C est une forme de démocratie participative. La démarche de développement durable ne doit pas être trop technocratique». Une source de propositions Le 17 septembre dernier, le CCDDA a tenu sa séance plénière annuelle. L occasion pour ses membres d exposer leurs préconisations devant les élus communautaires dont Bernard Morin, premier vice-président chargé du développement durable. Cette année, le CCDDA a planché sur la mise en place de circuits courts alimentaires. Les conseillers ont ainsi invité des maraîchers à leur table pour imaginer un approvisionnement de fruits et légumes en circuits courts - et bio, si possible - dans les crèches du territoire et ont demandé aux élus communautaires de structurer une filière intégrée d offre et de demande en circuits courts autour de la restauration collective. Autre projet : la mise en place d une collecte des déchets industriels, dits «banals» (palettes, carton, mobilier, etc.) dans les parcs d activités. «Avec l aide de deux étudiants, nous avons mené une enquête auprès de 200 entreprises de Cergy- Pontoise, qui a révélé l absence d organisation collective dans ce domaine et un intérêt certain pour la mutualisation du ramassage des déchets», souligne Thierry Fauroux. «Pour cela, un contrat pilote entre l Association Dynamic 95 et la Compagnie Générale d Environnement de Cergy-Pontoise va être conclu à titre expérimental. Il est ouvert sous conditions, à toutes les entreprises intéressées». Le CCDDA souhaite aussi lancer deux projets pilotes de rénovation énergétique dans deux types de copropriétés privées : des pavillons et des logements collectifs. Cette volonté s inscrit dans le contexte actuel où les objectifs du Grenelle de l environnement sont en train d être précisés au niveau régional. L enjeu est aussi de lutter contre la hausse inquiétante de la précarité énergétique des ménages n GG 18 I Octobre 2012 n 186

19 Emploi La BEI aux côtés des demandeurs d emploi A compter de la mioctobre, la bibliothèque d étude et d information (BEI) proposera des ateliers informatiques gratuits pour les demandeurs d emploi. Explications. Chercher un emploi sans maîtriser l informatique ou avoir accès à un ordinateur? Une mission quasi impossible aujourd hui! D où l idée de la BEI - notamment spécialisée sur les questions de l emploi, de la formation et de la vie professionnelle - de créer ces ateliers à la carte. «Ce service d accompagnement personnalisé s adresse aux demandeurs d emploi en grande difficulté avec l outil informatique» explique Aline Delecoeullerie, du service formation-emploi de la BEI, à l origine du projet avec le directeur de la bibliothèque et la responsable du pôle. «L objectif est de les aider à utiliser un certain nombre de ressources utiles à leur recherche de travail, qu il s agisse d un ordinateur, d Internet ou même d un d annuaire professionnel pour l envoi de candidatures spontanées». Des ateliers à la carte Tout le monde peut bénéficier de ce dispositif, sous réserve d être inscrit à la bibliothèque - une inscription possible sur place. Dispensées par le personnel de la BEI, les séances, d une durée moyenne d une heure, sont individuelles et à la carte. Les bénéficiaires pourront apprendre à mettre en page un CV, ouvrir une messagerie internet, répondre à un mail, utiliser les logiciels de bureautique ou encore consulter des sites dédiés à la recherche d emploi. Des logiciels spécifiques, de création de CV par exemple, ainsi que des ressources documentaires seront mis à leur disposition. «Le but est d op- Lionel Pagès L équipe de la BEI propose un accompagnement personnalisé aux demandeurs d emploi timiser leur recherche d emploi, souligne Aline Delecoeullerie, tout en précisant immédiatement que ces ateliers ne se substituent en aucun cas aux services de Pôle Emploi. Ils n ont pas pour objet de diffuser des offres d emploi». Une équipe mobilisée Pour mener à bien le projet, la BEI avait besoin de volontaires, prêts à prendre en charge les ateliers. «Sept collègues ont répondu présent et m ont rejointe dans cette aventure poursuit Aline. Nous sommes tous suffisamment expérimentés pour aider les bénéficiaires à être autonomes face à un ordinateur». Léna Félut fait partie de cette équipe. Ce qui l a motivée? «Les questions liées à l emploi et la formation m ont toujours intéressée. Je travaille d ailleurs au service dédié de la BEI. Et puis, il me semblait important de toucher un public parfois oublié Savoir que je serai utile à quelqu un me réjouit» n SC Pratique Ateliers gratuits à la BEI, place des Arts, rue Haute à Cergy (quartier Grand Centre) Tel Octobre 2012 n 186 I 19

20 Sortir Ses flammes la Nuit Blanche Lors de la Nuit Blanche du 6 octobre, Renaud Auguste-Dormeuil figurera, avec des bougies, les étoiles qui seront visibles en 2067 dans le ciel du Grand Centre à Cergy. Rencontre avec un artiste poétique et politique. Installation de Renaud Auguste-Dormeuil musee du quai Branly - Cyril Zannettacci 20 I Octobre 2012 n 186

Loire et CHU : imaginons l hôpital de demain!

Loire et CHU : imaginons l hôpital de demain! Loire et CHU : imaginons l hôpital de demain! CHU de Nantes Envoyé le 13/03/2015 Le Centre Hospitalier Universitaire de Nantes est un établissement public de santé. Il a pour principales missions d assurer

Plus en détail

Offre d emploi. Un(e) orthophoniste en CDD de 12 mois à temps partiel (0.3 ETP soit 3 demi-journées)

Offre d emploi. Un(e) orthophoniste en CDD de 12 mois à temps partiel (0.3 ETP soit 3 demi-journées) recru+e Offre d emploi L Institut MGEN de La Verrière (dans les Yvelines) oriente son projet médical autour de 4 pôles (Médecine-SSR-USP/ EHPAD / Psychiatrie Adulte / Psychiatrie jeune adulte et adolescent)

Plus en détail

CENSI BOUVARD. Residhome Apparthotel Paris Nanterre. Nanterre (92)

CENSI BOUVARD. Residhome Apparthotel Paris Nanterre. Nanterre (92) CENSI BOUVARD 2014 (92) o Prootant du dynamisme de La Défense et de l'attractivité d'une vraie vie de quartier, la résidence Résidhome Paris se situe sur une place bordée de commerces et de restaurants.

Plus en détail

CONGRES HOPITECH AMIENS OCTOBRE 2012

CONGRES HOPITECH AMIENS OCTOBRE 2012 CONGRES HOPITECH AMIENS OCTOBRE 2012 NOUMBISSIE Emmanuel, ingénieur en organisation et méthodes à la direction générale de l hôpital marne la vallée ( Lagny) Transfert d activités sur un nouveau site :

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS LE DEVENIR DES DIPLOMÉS Master Aménagement urbanisme développement et prospective Finalité : Professionnelle Situation professionnelle deux ans après l obtention d un master 2 Les enquêtes sur le devenir

Plus en détail

Accompagner Soigner Accueillir - Accompagner Soigner Accueillir- Accompagner. Tous les jours de l année, votre santé nous mobilise

Accompagner Soigner Accueillir - Accompagner Soigner Accueillir- Accompagner. Tous les jours de l année, votre santé nous mobilise Accompagner Soigner Accueillir - Accompagner Soigner Accueillir- Accompagner Tous les jours de l année, votre santé nous mobilise Version Février 2011 HARMONIE SOINS & SERVICES Sommaire général Un groupe

Plus en détail

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris)

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) 1. Contexte local Géographie La psychiatrie adulte de l hôpital Sainte-Anne est orientée vers 7 secteurs psychiatriques adultes, que ce soit pour les hospitalisations,

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire La Mutualité Française Rhône dans le Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire Des valeurs qui font la différence Edito La Mutualité Française Responsabilité CHACUN

Plus en détail

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Projet de permanence des soins gériatriques en EHPAD dans le sud de l Essonne MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Le Sud de l Essonne accueille environ 3000 résidents en Etablissement d Hébergement

Plus en détail

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire 1 Intervention de Marisol TOURAINE Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Maison de Santé Pluridisciplinaire Magny-en-Vexin Vendredi 20 février 2015 Seul le prononcé fait

Plus en détail

Entreprendre ici est une chance

Entreprendre ici est une chance Entreprendre ici est une chance Je me sens bien dans cette ambiance cosmopolite Environnement exceptionnel Pierre est chargé de clientèle pour l Europe «Anglais, allemand, italien, chinois, russe Quand

Plus en détail

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS D 4 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Les spécificités urbanistiques du territoire vélizien soulignent l enjeu de l accessibilité de la ville aux personnes à mobilité

Plus en détail

Adjoint au Directeur des Ressources Humaines et de la Formation

Adjoint au Directeur des Ressources Humaines et de la Formation Fiche de poste de Directeur Adjoint Adjoint au Directeur des Ressources Humaines et de la Formation Centre hospitalier (ou direction commune) : Centre Hospitalier Régional Universitaire de Montpellier

Plus en détail

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays Module 2 : Services à la population 2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays réservée : 400 000 OBJECTIFS STRATÉGIQUES - Développer les solidarités locales et l'accessibilité de tous aux services (Axe

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

LE DIETETICIEN AU SEIN DES COLLECTIVITES TERRITORIALES

LE DIETETICIEN AU SEIN DES COLLECTIVITES TERRITORIALES LE DIETETICIEN AU SEIN DES COLLECTIVITES TERRITORIALES Sommaire : Les missions page 2 Les secteurs d interventions page 2 Les contacts privilégiés page 3 Les cibles : A La restauration collective 1. Objectifs

Plus en détail

Les réseaux de santé Alain Grand

Les réseaux de santé Alain Grand Les réseaux de santé Alain Grand Section 1 : les réseaux de santé Devant le constat d un cloisonnement excessif du système de santé, susceptible d induire des «pertes de chance» vis-à-vis de certaines

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

La place de l usager dans le projet de santé de territoire du sud ouest mayennais

La place de l usager dans le projet de santé de territoire du sud ouest mayennais santé de territoire du sud ouest BRIGITTE DALIBON, REPRÉSENTANTE DES USAGERS JULIE GIRARD, ANIMATRICE DU CONTRAT LOCAL DE SANTÉ Page 2 DES ACTEURS FÉDÉRÉS AUTOUR D UN PROJET DE SANTÉ DE TERRITOIRE DU PAYS

Plus en détail

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Rappel méthodologique Contexte & objectifs 1 2 Semaine pour l emploi des personnes handicapées : après avoir longtemps centré le regard

Plus en détail

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La réhabilitation psychosociale est à la mode. Ce n est jamais bon signe. Cela risque de conduire à perdre le sens initial de cette démarche. La

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Conférence de presse «Bientôt le nouvel hôpital» - Toulon - Lundi 4 avril 2011. Sommaire. 1 > Relever les défis de la santé du futur...

Conférence de presse «Bientôt le nouvel hôpital» - Toulon - Lundi 4 avril 2011. Sommaire. 1 > Relever les défis de la santé du futur... 1 Sommaire 1 > Relever les défis de la santé du futur... 3 Assurer les missions de santé publique du territoire... 3 Une tradition séculaire en santé publique... 3 Une réponse à la hauteur des besoins

Plus en détail

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche 2015 1 PRESENTATION DE LA STRUCTURE RAViV est un réseau solidaire de compagnies et structures franciliennes de spectacle vivant

Plus en détail

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010 Référentiel métier de Directeur(trice) des soins Ce référentiel intègre à la fois le métier Directeur(trice) des soins en établissement et celui de Directeur(trice) des soins en institut de formation paramédicale.

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

L Académie des Dalons

L Académie des Dalons L L est un projet expérimental d insertion sociale et professionnelle dans un dispositif global de soutien de jeunes en difficulté. Il s adresse aux volontaires âgés de 18 à 25 ans qui, sans formation

Plus en détail

Stratégie et développement du groupe Sogaris en logistique urbaine pour l agglomération parisienne

Stratégie et développement du groupe Sogaris en logistique urbaine pour l agglomération parisienne Stratégie et développement du groupe Sogaris en logistique urbaine pour l agglomération parisienne Logistique urbaine : Sogaris imagine des solutions adaptées à la ville de demain Le 16 avril 2014 Contacts

Plus en détail

PETITE ENFANCE SERVICES À LA PERSONNE SANTÉ UNE MÉTHODE UNIQUE 100% À DISTANCE POUR APPRENDRE UN NOUVEAU MÉTIER. www.ecolems.com

PETITE ENFANCE SERVICES À LA PERSONNE SANTÉ UNE MÉTHODE UNIQUE 100% À DISTANCE POUR APPRENDRE UN NOUVEAU MÉTIER. www.ecolems.com PETITE ENFANCE SERVICES À LA PERSONNE UNE FORMATION, UN MÉTIER SANTÉ UNE MÉTHODE UNIQUE 100% À DISTANCE POUR APPRENDRE UN NOUVEAU MÉTIER www.ecolems.com Apprenez un métier et boostez votre carrière! ECOLEMS,

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

W Rénovation un engagement fort en faveur de l apprentissage! DOSSIER DE PRESSE < octobre 2011>

W Rénovation un engagement fort en faveur de l apprentissage! DOSSIER DE PRESSE < octobre 2011> W Rénovation un engagement fort en faveur de l apprentissage! DOSSIER DE PRESSE < octobre 2011> COMMUNIQUE W Rénovation un engagement fort en faveur de l apprentissage! Les artisans peinent à trouver de

Plus en détail

Agence du patrimoine immatériel de l État

Agence du patrimoine immatériel de l État Agence du patrimoine immatériel de l État Les richesses de l immatériel sont les clés de la croissance future Rapport de la commission de l économie de l immatériel 2006 Le mot du directeur général L APIE

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CESER

CONTRIBUTION DU CESER CONTRIBUTION DU CESER à l élaboration du Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Cette contribution a été élaborée par la Commission «Éducation Formation» qui a tenu quatre

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des RH Page 1 Introduction

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3

DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3 2009 DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3 NEGOCIA et PROCOS se sont engagés avec succès, depuis 9 ans, dans la formation de «Développeur d enseigne». Les chiffres parlent d eux-mêmes :

Plus en détail

47 équipements. Un projet urbain singulier et pluriel! Est Ensemble, une ambition métropolitaine. 1,8 million de m² constructibles à horizon 15 ans

47 équipements. Un projet urbain singulier et pluriel! Est Ensemble, une ambition métropolitaine. 1,8 million de m² constructibles à horizon 15 ans 9 villes Est Ensemble, une ambition métropolitaine La Communauté d agglomération Est Ensemble a été créée le 1 er janvier 2010. Située aux portes de Paris, elle regroupe 9 villes de Seine-Saint-Denis Bagnolet,

Plus en détail

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 A l initiative des professionnels de terrain, la FHF a constitué en janvier 2014 une commission imagerie. Composée de médecins et de

Plus en détail

FRANCHISE. Rejoignez la high-tech expérience

FRANCHISE. Rejoignez la high-tech expérience FRANCHISE Rejoignez la high-tech expérience LA PASSION DE L INFORMATIQUE ET DU HIGH-TECH DEPUIS 1996 LDLC.COM, L ESPRIT CONNECTÉ Après avoir créé sa start-up en 1996, Laurent de La Clergerie a participé

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes 1 Intervention de Marisol Touraine Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Conseil d administration du régime social des indépendants Jeudi 25 juin 2015 Monsieur le Ministre,

Plus en détail

Sandra. «Un huissier de justice, c est un chef d entreprise» Huissière de justice (Actihuis) INFO PLUS A CONSULTER

Sandra. «Un huissier de justice, c est un chef d entreprise» Huissière de justice (Actihuis) INFO PLUS A CONSULTER Sandra Huissière de justice (Actihuis) «Je ne savais pas ce que je voulais faire. Enfin si, je savais que je ne voulais pas faire de Droit car j en avais une image trop rigide. Après mon Bac ES (ex B),

Plus en détail

L hôpital dans la société. L expérience du CHU de Paris, l AP HP. Pierre Lombrail, Jean-Yves Fagon

L hôpital dans la société. L expérience du CHU de Paris, l AP HP. Pierre Lombrail, Jean-Yves Fagon L hôpital dans la société. L expérience du CHU de Paris, l AP HP. Pierre Lombrail, Jean-Yves Fagon Colloque Santé et Société Quels déterminants de santé et quel système de soins pour la santé de toute

Plus en détail

BTS Management des Unités Commerciales (niveau III)

BTS Management des Unités Commerciales (niveau III) BTS Management des Unités Commerciales (niveau III) Objectifs de l action de formation Acquérir les compétences professionnelles suivantes: Management de l'unité commerciale : Management de l'équipe commerciale

Plus en détail

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Prévenir - Soigner - Accompagner Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires Qui est la Mutualité Française?

Plus en détail

Et l électricité vient à vous

Et l électricité vient à vous Conception : Crédits photos : Fotolia, Médiathèque ERDF, Médiathèque EDF avril 2010 ERDF - Électricité Réseau Distribution France Tour Winterthur 92085 Paris La Défense cedex www.erdfdistribution.fr ERDF

Plus en détail

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience «Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience UNIVERSITE PARIS 8 ENTREPRISE FNAIM Monter les salariés

Plus en détail

RENTREE 2011. Inscriptions. Dès maintenant sur rendez-vous. Contactez-nous. Lycée de l Abbaye 2 rue de l Abbaye 45190 BEAUGENCY

RENTREE 2011. Inscriptions. Dès maintenant sur rendez-vous. Contactez-nous. Lycée de l Abbaye 2 rue de l Abbaye 45190 BEAUGENCY Inscriptions Dès maintenant sur rendez-vous Contactez-nous Mme CHAREYRON - Chef d établissement Lycée de l Abbaye 2 rue de l Abbaye 45190 BEAUGENCY 02 38 44 51 25 02 38 44 14 62 RENTREE 2011 Ouverture

Plus en détail

AGENDA 21 de Morne-à-l eau

AGENDA 21 de Morne-à-l eau AGENDA 21 de Morne-à-l eau Compte-rendu du COPIL 2 Vendredi 12 juillet 2013 Introduction M. Edmond Marcel : Bonjour mesdames et messieurs, ce comité de pilotage est un comité de préparation du Forum 21

Plus en détail

LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE

LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE AD'PROSANTE : DES FORMATIONS POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE AD'PROSANTE - GROUPE SOFT FORMATION 84, Boulevard de la Corderie 13007 Marseille Tél : 04.91.15.71.03 Fax : 04.91.81.52.62 1 NOTRE OFFRE

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

Plan de communication

Plan de communication Plan de communication Politique d établissement émis le : Avril 2007 Par Direction de la communication Table des matières 1 Etat des lieux 3 1.1 Le cadre et les définitions 3 1.2 Le contexte extérieur

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

ASSOCIATION et Chantiers d Insertion par l Activité Economique. Michel Boudol Responsable Atelier DEEE

ASSOCIATION et Chantiers d Insertion par l Activité Economique. Michel Boudol Responsable Atelier DEEE ASSOCIATION et Chantiers d Insertion par l Activité Economique Michel Boudol Responsable Atelier DEEE 1 Créée en 1985 Implantée dans une ZUS de l agglomération Grenobloise Action Sociale, Environnementale

Plus en détail

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France DIRECTION GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES PARIS, LE 25 JANVIER 2010 DIRECTION DES RELATIONS SOCIALES Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France Dans le cadre de sa responsabilité

Plus en détail

Crédits photos : Fotolia, Médiathèque ERDF, Médiathèque EDF OCTOBRE 2008

Crédits photos : Fotolia, Médiathèque ERDF, Médiathèque EDF OCTOBRE 2008 14/10/08 16:44 Page 1 Conception : Crédits photos : Fotolia, Médiathèque ERDF, Médiathèque EDF OCTOBRE 2008 exe_plaquette_jeunes.qxp ERDF - Électricité Réseau Distribution France Tour Winterthur 92085

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

TELEMEDINOV. la Télémédecine Interopérable Nord Ouest Vendée. Décloisonnement Hôpital-ville-médico-social Projet de santé et modèle économique

TELEMEDINOV. la Télémédecine Interopérable Nord Ouest Vendée. Décloisonnement Hôpital-ville-médico-social Projet de santé et modèle économique TELEMEDINOV la Télémédecine Interopérable Nord Ouest Vendée Décloisonnement Hôpital-ville-médico-social Projet de santé et modèle économique Présentation Michel RIOLI directeur du projet LA REGLEMENTATION

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL De la maison d enfants Brun Pain. Géré par le Home des Flandres

LIVRET D ACCUEIL De la maison d enfants Brun Pain. Géré par le Home des Flandres HOME DES FLANDRES 355, Boulevard Gambetta 59200 TOURCOING 03.20.24.75.78 Fax : 03.20.11.02.49 LIVRET D ACCUEIL De la maison d enfants Brun Pain Géré par le Home des Flandres 337 bis rue du Brun Pain 59200

Plus en détail

5, avenue des Quarante Journaux CS 50037-33070 Bordeaux Cedex Tel : 05 56 112 112 Fax : 05 56 112 110 www.jardinsdecybele.

5, avenue des Quarante Journaux CS 50037-33070 Bordeaux Cedex Tel : 05 56 112 112 Fax : 05 56 112 110 www.jardinsdecybele. 5, avenue des Quarante Journaux CS 50037-33070 Bordeaux Cedex Tel : 05 56 112 112 Fax : 05 56 112 110 www.jardinsdecybele.com Le 15/06/2011 Dossier de Presse Sommaire 1. Présentation du groupe..page 3

Plus en détail

Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE)

Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE) Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE) Février 2008 SOMMAIRE Communiqué de presse de synthèse... 3 1. Le Bureau d accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE)........

Plus en détail

AVEC LAMBALLE CO. Pourquoi rénover? BIEN. Comment acheter? LOGER. Quelles aides? habitat - énergie

AVEC LAMBALLE CO. Pourquoi rénover? BIEN. Comment acheter? LOGER. Quelles aides? habitat - énergie AVEC LAMBALLE CO BIEN Pourquoi rénover? SE Comment acheter? LOGER Quelles aides? habitat - énergie Le Programme Local de l Habitat, un dispositif pour bien construire votre projet logement. Accueillir

Plus en détail

LES MAGASINS. cnpc.fr. 10h. St-Pierre-en-Faucigny. Moûtiers. Tarbes. Grenoble 05 OCTOBRE 09 OCTOBRE 06 OCTOBRE 07 OCTOBRE

LES MAGASINS. cnpc.fr. 10h. St-Pierre-en-Faucigny. Moûtiers. Tarbes. Grenoble 05 OCTOBRE 09 OCTOBRE 06 OCTOBRE 07 OCTOBRE LES MAGASINS DE SPORT en montagne RECRUTENT À partir de 10h St-Pierre-en-Faucigny 05 OCTOBRE Grenoble 07 OCTOBRE Alpes Nouveau Moûtiers 09 OCTOBRE Tarbes 06 OCTOBRE Pyrénées L ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE

Plus en détail

Pôle de compétence en promotion de la santé région Centre en Promotion de la Santé en Région Centre. Salon des formations en promotion de la santé

Pôle de compétence en promotion de la santé région Centre en Promotion de la Santé en Région Centre. Salon des formations en promotion de la santé Fédération Régionale des Acteurs FRAPS Pôle de compétence en promotion de la santé région Centre en Promotion de la Santé en Région Centre Salon des formations en promotion de la santé Mardi 20 janvier

Plus en détail

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale!

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Plan «Urgences» 1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Fiche 1.1 La permanence des médecins généralistes Mesure 1 Assurer la permanence de soins Mesure

Plus en détail

Une exposition : «Les métiers des services à la personne»

Une exposition : «Les métiers des services à la personne» Une exposition : «Les métiers des services à la personne» Pour tous vos forums, salons, espaces d'accueil de public, une exposition itinérante en 5 panneaux (200 x 80 cm) disponible gratuitement : Les

Plus en détail

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé L Exploratoire raconte la «belle histoire» d un territoire engagé à maintenir et accroître le niveau de santé de toute sa population,

Plus en détail

NOTRE HÔPITAL S ENGAGE. Au-delà du soin, vous comprendre. Au-delà du soin, vous comprendre

NOTRE HÔPITAL S ENGAGE. Au-delà du soin, vous comprendre. Au-delà du soin, vous comprendre NOTRE HÔPITAL Au-delà du soin, vous comprendre S ENGAGE 4, rue Kléber 3, rue Barbès 92300 Levallois-Perret Tél. : 01 47 59 59 59 www.ihfb.org Au-delà du soin, vous comprendre UNE NOUVELLE IMAGE DE NOUVELLES

Plus en détail

Travaux du Grand Paris Express PRÉSENTATION DE LA FUTURE GARE DE SAINT-DENIS PLEYEL EN PRÉSENCE DE KENGO KUMA

Travaux du Grand Paris Express PRÉSENTATION DE LA FUTURE GARE DE SAINT-DENIS PLEYEL EN PRÉSENCE DE KENGO KUMA COMMUNIQUE DE PRESSE Travaux du Grand Paris Express PRÉSENTATION DE LA FUTURE GARE DE SAINT-DENIS PLEYEL EN PRÉSENCE DE KENGO KUMA Saint-Denis, mardi 22 septembre 2015 Philippe Yvin, président du directoire

Plus en détail

Maison des Services Publics

Maison des Services Publics brignoles.fr la Maison des Services ublics Une porte d entrée unique pour tous... pour vous faciliter la vie au quotidien! Un peu d histoire Au XIII e siècle, l établissement servit d abord d hospice.

Plus en détail

18 e. Projet de territoire. Quartier Goutte d or. Délégation à la Politique de la Ville et à l Intégration

18 e. Projet de territoire. Quartier Goutte d or. Délégation à la Politique de la Ville et à l Intégration Projet de territoire Quartier Goutte d or 18 e Depuis plusieurs années, les quartiers populaires parisiens font l objet d une attention particulière. Dans le cadre d un projet global conduit par Gisèle

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion technique du patrimoine immobilier de l Université de Cergy- Pontoise - UCP Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

Offre de soins du CHGM UNAFAM 25/06/13 Dr HAOUI Psychiatre des Hôpitaux

Offre de soins du CHGM UNAFAM 25/06/13 Dr HAOUI Psychiatre des Hôpitaux Offre de soins du CHGM UNAFAM 25/06/13 Dr HAOUI Psychiatre des Hôpitaux La sectorisation psychiatrique L Hôpital n est pas un lieu d accueil unique : depuis 30 ans, l'hôpital s est rapproché de son public

Plus en détail

Projet de Plan directeur de gestion des matières résiduelles

Projet de Plan directeur de gestion des matières résiduelles CENTRE UNIVERSITAIRE DE SANTÉ McGILL MÉMOIRE Réduire pour mieux grandir Projet de Plan directeur de gestion des matières résiduelles De l agglomération de Montréal 2008-2012 4 juin 2008 Centre universitaire

Plus en détail

Avec vous, pour vous. Vienne. pour. Avec vous, construisons une ville encore plus dynamique et attractive. avec Thierry Kovacs

Avec vous, pour vous. Vienne. pour. Avec vous, construisons une ville encore plus dynamique et attractive. avec Thierry Kovacs élections municipales 23 et 30 mars 2014 Avec vous, pour vous pour Vienne Chapitre 01 Avec vous, construisons une ville encore plus dynamique et attractive avec Thierry Kovacs Édito Chère Madame, Cher

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

Regards croisés sur la prise en charge de la santé en Europe et dans le monde

Regards croisés sur la prise en charge de la santé en Europe et dans le monde Regards croisés sur la prise en charge de la santé en Europe et dans le monde Perception des systèmes de soins Retours d expérience sur les programmes de santé d Europ Assistance dans le monde 1 er décembre

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY FEVRIER 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS CANCER ET ACCOMPAGNEMENT DU PHARMACIEN : UN PREMIER PAS VERS LA RÉSILIENCE.

2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS CANCER ET ACCOMPAGNEMENT DU PHARMACIEN : UN PREMIER PAS VERS LA RÉSILIENCE. 2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS Avec le Haut Patronage de Madame Roselyne BACHELOT-NARQUIN, Ministre de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative CANCER ET ACCOMPAGNEMENT

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

ACCÈS AUX SOINS. La santé mentale. dans le 5 e a Lyon

ACCÈS AUX SOINS. La santé mentale. dans le 5 e a Lyon ACCÈS AUX SOINS La santé mentale dans le 5 e a Lyon décembre 2010 ACCÈS AUX SOINS Le Conseil Local de Santé Mentale du 5 e arrondissement : qu est-ce que c est? Le Conseil Local de Santé Mentale du 5 e

Plus en détail

Groupe Alain Guiboud

Groupe Alain Guiboud Groupe Alain Guiboud A chacun ses objectifs, A chacun son opportunité. Frédéric M, Leader depuis 25 ans en vente directe dans le secteur des Produits de Beauté Naturels, du bien-être, des Parfums et des

Plus en détail

l économie sociale et solidaire, c est

l économie sociale et solidaire, c est l économie sociale et solidaire, c est 10 % des emplois en Rhône-Alpes et en France une grande diversité de secteurs professionnels et de métiers un champ sous-estimé de débouchés une autre façon de travailler

Plus en détail

Handisup juin 2015: Extrait de la liste des profils de jeunes diplômés en situation de handicap en recherche d'expériences professionnelles

Handisup juin 2015: Extrait de la liste des profils de jeunes diplômés en situation de handicap en recherche d'expériences professionnelles Handisup juin 2015: Extrait de la liste des profils de jeunes diplômés en situation de handicap en recherche d'expériences professionnelles Accueillir un jeune en situation de handicap pour une alternance

Plus en détail

Le Conseil général élabore un agenda 21

Le Conseil général élabore un agenda 21 J e u d i 1 7 n o v e m b r e 2 0 1 1 dossier de presse Le Conseil général élabore un agenda 21 pour le département de la Loire Par Bernard BONNE, Président du Conseil général et Jean GILBERT, Conseiller

Plus en détail

Hommes et femmes au travail Ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait des autres. Etude Ipsos pour ELLE

Hommes et femmes au travail Ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait des autres. Etude Ipsos pour ELLE Hommes et femmes au travail Ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait des autres Etude Ipsos pour ELLE Pourquoi cette étude? Croiser le regard des hommes et des femmes sur le travail aujourd hui Le travail

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

JOLY Mélissandre, Mai 2012 Etudiante infirmière 3 ème année. STAGE à L ETRANGER MONTREAL, CANADA. Explo ra Sup. IFSI Rockefeller, Lyon

JOLY Mélissandre, Mai 2012 Etudiante infirmière 3 ème année. STAGE à L ETRANGER MONTREAL, CANADA. Explo ra Sup. IFSI Rockefeller, Lyon JOLY Mélissandre, Mai 2012 Etudiante infirmière 3 ème année STAGE à L ETRANGER MONTREAL, CANADA Explo ra Sup IFSI Rockefeller, Lyon 1 Introduction J ai effectué un stage infirmier dans une maison de santé

Plus en détail

Le CFA SACEF propose un parcours de formation individualisé en alternance.

Le CFA SACEF propose un parcours de formation individualisé en alternance. Le CFA SACEF propose un parcours de formation individualisé en alternance. Un dispositif organisé dans une logique d'adaptation et d'individualisation, accessible aux personnes en situation de handicap,

Plus en détail

mr1mmtn.j1jjf~1l Bernard MORIN, Dominique GILLOT, Gilbert MARSAC, im:-rlliî 'i~g ~ ]l1 Eric PROFFIT-BRULFERT, Philippe HOUILLON, Jean-Marie

mr1mmtn.j1jjf~1l Bernard MORIN, Dominique GILLOT, Gilbert MARSAC, im:-rlliî 'i~g ~ ]l1 Eric PROFFIT-BRULFERT, Philippe HOUILLON, Jean-Marie 270511-n" 05 Séance du : 27 mai 2011 Le Bureau de la Communauté d'agglomération de Cergy-Pontoise, régulièrement convoqué le 20 mai 2011, s'est réuni le vendredi 27 mai 2011 à 08 H 00, à l'hôtel d'agglomération

Plus en détail

étudié pour les étudiants!

étudié pour les étudiants! étudié pour les étudiants! Réussir, c est une question de volonté, c est aussi être accompagné. Un concept étudié pour les étudiants On ne réussit jamais par hasard. Qu il s agisse de ses études ou de

Plus en détail

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Mesdames, Messieurs, Chers collègues, Je suis particulièrement heureux de vous compter aussi nombreux

Plus en détail

SÉMINAIRE PRODUCTIF 18, 19 AVRIL 2013

SÉMINAIRE PRODUCTIF 18, 19 AVRIL 2013 SÉMINAIRE PRODUCTIF 18, 19 AVRIL 2013 Cergy-Pontoise REPLAY* D UN ENTRE DEUX À UN TERRITOIRE DU GRAND PARIS : LA PLAINE DE PIERRELAYE BESSANCOURT * Innover, comprendre, inventer, renouveler, régénérer,

Plus en détail

PLUS QU UNE GARE, UN NOUVEAU MODE DE VILLE GRAND PÔLE INTERMODAL JUVISY 2020. EXE_PLAQUETTE_INSTITUTIONNELLE_A4_2015.indd 1 28/01/15 16:59

PLUS QU UNE GARE, UN NOUVEAU MODE DE VILLE GRAND PÔLE INTERMODAL JUVISY 2020. EXE_PLAQUETTE_INSTITUTIONNELLE_A4_2015.indd 1 28/01/15 16:59 PLUS QU UNE GARE, UN NOUVEAU MODE DE VILLE GRAND PÔLE INTERMODAL JUVISY 2020 EXE_PLAQUETTE_INSTITUTIONNELLE_A4_2015.indd 1 28/01/15 16:59 EXE_PLAQUETTE_INSTITUTIONNELLE_A4_2015.indd 2 28/01/15 16:59 SOMMAIRE

Plus en détail

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge PROJET D AULNAY MSP PSP Réseau de santé de proximité Historique Objectifs Particularités Avenir Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge MAISON DE SANTE

Plus en détail

PROJET DE CHARTE DE LA VENTE HLM AUX LOCATAIRES 11/10/2010

PROJET DE CHARTE DE LA VENTE HLM AUX LOCATAIRES 11/10/2010 PROJET DE CHARTE DE LA VENTE HLM AUX LOCATAIRES 11/10/2010 Les enjeux de l accession sociale PREAMBULE DANS LE CADRE DES ORIENTATIONS DEFINIES PAR LE PROTOCOLE D ACCORD D NATIONAL INTERPROFESSIONNEL ET

Plus en détail

Sommaire : Le mot du directeur... p. 2 Présentation de la M.A.S... p. 3-4 - lieu de vie au cœur de la cité

Sommaire : Le mot du directeur... p. 2 Présentation de la M.A.S... p. 3-4 - lieu de vie au cœur de la cité Sommaire : Le mot du directeur... p. 2 Présentation de la M.A.S.... p. 3-4 - lieu de vie au cœur de la cité - organisation architecturale L admission... p. 5 Fonctionnement... p. 6 Le projet personnalisé...

Plus en détail