LE MAGAZINE DE LA CMCAS DES YVELINES LE 19 OCTOBRE 2013 : FÊTE DE LA CMCAS ET DES SLV AU SPEED PARK DES CLAYES-SOUS-BOIS.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE MAGAZINE DE LA CMCAS DES YVELINES LE 19 OCTOBRE 2013 : FÊTE DE LA CMCAS ET DES SLV AU SPEED PARK DES CLAYES-SOUS-BOIS."

Transcription

1 LE MAGAZINE DE LA CMCAS DES YVELINES 37 ROUTE DE CHEVREUSE MAUREPAS N 13 AVRIL 2013 le 78 S O M M A I R E dossiers DU SANTÉ 2/5 6/8 LE 19 OCTOBRE 2013 : FÊTE DE LA CMCAS ET DES SLV AU SPEED PARK DES CLAYES-SOUS-BOIS. INSCRIPTION EN SLV AVANT LE 20/09/2013 INFOS 9/15 ACTIVITÉS VIE DE LA CMCAS 16/24 25/28 CULTURE ET HISTOIRE 29 ARTICLE 30/32 SPORT 33/34 Détail du sommaire page 35

2 2 E D I T O Chers bénéficiaires, Les parlementaires ont renoncé à la mission que les citoyens leur ont confiée, légiférer en toute conscience dans le cadre de l intérêt général, ils se sont contentés de parapher un texte établi par des organisations patronales et syndicales, pour certaines non représentatives de l ensemble du salariat! Ni rhétorique, ni conjoncturel, ce constat s avère dramatique pour l avenir de notre démocratie. Le 4 avril, les députés ont voté la loi dite de «sécurisation de l emploi», copie du texte de l accord signé par le Medef, la CGPME*, l'upa*, la CFDT, la CFTC et la CGC. Le patronat a fait battage pour le transposer sans modification. Laurence Parisot, l a inclu par anticipation à son bilan, et a essayé, inutilement, d en faire son atout pour un troisième mandat, au prix d'une révision des statuts du Medef. Or, si la financiarisation de l économie a généré la crise, si les politiques d austérité la nourrissent, si le patronat veut imposer une réduction des dépenses publiques au nom de la dette qu il alimente, il entend aussi profiter de cette crise pour imposer des régressions sans précédent au monde du travail. Les syndicalistes d une centaine d'organisations du monde entier en ont témoigné : partout, flexibilité accrue, insécurité de l emploi et des rémunérations, mise en cause du temps et des conditions de travail, recherche du gré à gré au détriment des garanties collectives, attaques contre les prérogatives des représentants du personnel et les possibilités de défense des salariés... anéantissent des pans entiers du droit du travail. Aussi le patronat a-t-il besoin de criminaliser ceux qui résistent, de délégitimer les alternatives proposées, et de prêcher le renoncement à ceux dont les lendemains ne sont plus assurés. Pourtant, le président de la République affirme: «Toute correction devra être approuvée par les signataires». Et eux seuls. Michel Sapin, ministre du Travail, précise (Les Échos, 2 avril): «Nous allons montrer avec ce texte qu il est possible d articuler de manière efficace démocratie politique et démocratie sociale. Chacun doit avoir en tête le rôle clef que doit jouer l accord d'entreprise. Et je n iine pas que des organisations syndicales laissent passer des dispositions qui seraient négatives pour les salariés.» Tout cela, nonobstant le lien de subordination entre salariés et patrons, lien qui fait toute la différence et qui nécessite de fait le recours à l appui de la loi, par le biais d un support commun à tous comme le code du travail. Voilà, je spécule que s ils peuvent concevoir et mettre en œuvre avec l appui consternant de certaines centrales syndicales un tel recul social concernant l ensemble du salariat Français, rien ne les contraindra à ralentir la remise en cause de notre particularisme statutaire qui est symbolisé par notre 1%. La gestion PAR et POUR le personnel, sans tutelle Patronale, par gestion Egalitaire, incluant dès sa création une plus juste répartition des richesses par une meilleure rémunération de la force de travail, tout cela ils veulent le supprimer! Garder pour eux l argent, Contrôler les Activités Sociales, Transformer la CCAS en entreprise, Limiter l évolution de la Restauration Méridienne, restreindre les Moyens de travail des CMCAS et des SLVies, voilà leur objectif et rien ne les détournera de sa concrétisation effective. Ne nous leurrons pas d espoir ou de certitude sur la permanence de nos acquis sociaux, seuls la vigilance et un réel contre-pouvoir construit sur une représentativité forte des organisations syndicales réellement au service de l intérêt collectif et individuel des salariés, peuvent contrecarrer cette volonté «libérale». L année 2013 est donc l année d une remise en cause possible des fondements de nos Activités Sociales. Une négociation sur la Gouvernance et sur le Financement aura donc lieu. Gageons que cela réformera favorablement pour les bénéficiaires l ensemble des offres, tout en garantissant la préservation d un concept unique dans l Histoire, issu de notre Statut, lui-même issu du programme du Conseil National de la Résistance qui fait passer l Être Humain avant la finance! Comme s en désolait Eric Hobsbawm, historien britannique «La destruction du passé ou plutôt des mécanismes sociaux qui rattachent les contemporains aux générations passées, est l un des phénomènes les plus caractéristique et les plus mystérieux de la fin du court du XX ème siècle». Il s en dégage une détermination à nous faire croire que désormais nous vivrions dans un présent permanent, asservi à la seule «doctrine comptable du monde libéral» sans aucune possibilité de maintien des acquis sociaux gagnés par les luttes sociales d hier et sans perspectives d avancées politiques progressistes pour les citoyens de demain. Parions que cette manipulation ne réussira pas et que nous parviendrons ensemble à inverser le cours de l histoire. Il en va de notre avenir, de celui de nos enfants et de nos familles. Bernard LABREUIL Président de la CMCAS des Yvelines *CGPME : confédération générale du patronat des petites et moyennes entreprises *UPA : union professionnelle artisanale

3 dossiers DU 3 Communiqué de presse LES CHEFS D ETAT DEMANDENT AUX PAUVRES DE SAUTER UN REPAS SUR DEUX! Paris, le 8 février 2013, Les chefs d Etat ont fini par s'accorder pour fixer la politique budgétaire de l'europe L aide européenne aux plus démunis est heureusement maintenue mais elle est considérablement réduite (2.5 milliards pour 28 Etats contre 3.5 milliards pour 20 Etats actuellement). La situation sociale en Europe et l accroissement du nombre de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté auraient au contraire justifié une augmentation de l aide destinée aux européens les plus fragiles. Les 4 associations (Banques Alimentaires, Croix Rouge, Restaurants du Coeur et Secours Populaire français), qui se sont battues sans relâche, sont déçues et préoccupées par les conséquences de cette décision. A partir de 2014, en France, près de la moitié des 130 millions de repas pourraient ne plus être distribués. Les associations se trouveront donc devant un choix inhumain : donner moins, à qui et sur quels critères? Nos associations restent déterminées et mobilisées. Même si le symbole de la solidarité semble préservé, nous demandons aux dirigeants français, à la Commission et au Parlement européen qui, toutes tendances politiques confondues ont toujours soutenu notre combat, de s organiser pour aboutir à un programme cohérent avec l objectif ambitieux de l Union Européenne : réduire de 25% le nombre de pauvres d ici 2020 mais surtout avec les besoins criants de millions d Européens! CONTACTS PRESSE Banques Alimentaires Laurence Champier- Solène Job Croix-Rouge française Christèle Lambert-Côme / Restos du Coeur Maya Paumelle Agathe Revol / 40 - Secours populaire français Karine Vauloup /

4 4 dossiers DU Depuis la création de la CAMIEG et la centralisation de notre régime spécial en 2007, des économies de gestion importantes ont été réalisées au prix de difficultés que chacun a bien mesuré. Cet objectif que nous avons atteint aujourd'hui doit maintenant s'accompagner de mesures justes et concrètes pour tous les assurés. Diminuer efficacement le reste à charge sur les prestations onéreuses. Garantir la pérennité de notre régime spécial pour conserver toutes les spécificités de la part complémentaire. Assurer et pérenniser la solidarité financière entre actifs et retraités. Infos sur les dernières propositions des employeurs En matière de cotisations et de prestations de notre régime spécial, les propositions des employeurs sont totalement insuffisantes, pourquoi? Sur les améliorations des remboursements des prestations Les employeurs proposent d y consacrer un montant de 13 millions d'euros par an alors que les excédents atteignent aujourd'hui 338 millions d euros cumulés et que la Direction de la CAMIEG reconnait que 20 millions d'euros pourraient servir à une amélioration significative des remboursements sans que cela mette en péril les sections comptables actifs ou inactifs. Délibération du Conseil d'administration de septembre 2011 à une très large majorité CGT CFDT et FO. Sur les cotisations Les employeurs demandent une baisse des cotisations de la seule section des actifs de 50 % pendant 4 ans puis de 25 % les années suivantes. Cela se traduirait : Pour un salarié touchant un salaire de ; d'environ 10 pendant 4 années puis de 5 par mois d'économie. Pour les employeurs 50 millions d euros par an, pendant 4 ans puis 25 millions d euros à minima et ceci définitivement. Ces sommes se rajouteront aux 300 millions d euros que les employeurs ont déjà économisés depuis 2005 lorsqu'ils se sont désengagés du versement de la demi-cotisation statutaire pour les inactifs. Ainsi, si les employeurs obtiennent gain de cause auprès des pouvoirs publics, il manquera 7 millions d'euros à l'amélioration des remboursements pour tous, alors que les besoins sont évidents et que les restes à charge demeurent très élevés même avec les CSM et CSM R. Les actifs verront leurs cotisations baisser de seulement quelques euros, mais pour les retraités le prélèvement restera inchangé, soit 2,36 % de la pension uniquement à la charge des affiliés, cette mesure mettra un terme à l'égalité de traitement entre les assurés actifs et inactifs. Une fois de plus ce sont les employeurs et les actionnaires qui s'enrichissent sur le dos de l'ensemble des salariés : 500 millions d euros économisés depuis 2005, puis 200 millions dans les 4 ans à venir auxquels se rajouteraient 25 millions par an à partir de Faites le calcul!!! Rappelons que depuis les décrets de 2005 les assurés actifs et inactifs contribuent à hauteur de 65 % à l alimentation globale du régime alors que les employeurs n'y participent que pour 35 %. Pour rappel : les entreprises, avant ces décrets, participaient à hauteur de 50 % pour les deux populations.

5 GÉNÉRALISATION DE LA COUVERTURE COMPLÉMENTAIRE DES FRAIS DE SANTÉ. dossiers DU 5 Avec la dégradation de la couverture de base par la sécurité sociale, impossible aujourd hui de se soigner sans couverture complémentaire. Une étude d impact du gouvernement indique que salariés qui aujourd hui renoncent à disposer d une complémentaire santé y auront accès Une complémentaire pour tous? Pas si sûr. Une discrimination envers une partie de la population telle que les étudiants, retraités, chômeurs et autres professions indépendantes ne sont pas compris par ce dispositif. Cette complémentaire pose la question de la solidarité avec les non salariés. Une complémentaire santé à minima. L article 1 de l accord national prévoit qu au plus tard le 1 er Janvier 2016 l ensemble des salariés déclarés devra bénéficier d une complémentaire santé. Mais sauf accord plus favorable, elle sera à minima inférieure à celle de la CMU complémentaire. Acceptation. De démanteler toujours plus la sécurité sociale en réservant au passage au CAC 40 ( Axa, Allianz, etc. ) le gâteau des cotisations ( 4 milliard d euros ) payé à moitié par les salariés et moitié par les employeurs. Une aubaine pour les assureurs privés dont le chiffre d affaire a augmenté de 120% en 10 ans. Préparations pour 2016 de la mise en cause de l URSAFF de collecter les cotisations. Les entreprises pourront à terme avoir la possibilité de recourir au privé pour ces complémentaires sans passer par l URSAFF en court-circuitant la protection sociale. Que l extension de la complémentaire soit un engagement conditionnel, en cas, ou, si le gouvernement touchait un tant soi peu aux exonérations de cotisations sociales des contrats en question. Actuellement beaucoup salariés ont aujourd hui une couverture complémentaire mais pas nécessaire par leur entreprise. Généraliser cet accès dans l accord n est pas la solution, c est la porte ouverte à de nouvelle dégradation de la de la couverture de base. De plus : en cas de défaillance de l entreprise dans le paiement des cotisations, les salaires se trouveront immédiatement privés de toutes couvertures complémentaires. sur le coût des régimes et les charges financières, les tarifs peuvent fortement varier d une entreprise à l autre ( y compris pour les régimes identiques ) le principe d égalité entre salariés de la branche ne sera pas respecté. la mise en place d une politique de prévention en matière de santé ne sera pas possible. Les branches professionnelles seront dans l incapacité de centraliser les données issues des entreprises. lors de la négociation d un contrat collectif de branche 2 options s offrent : soit les entreprises adhèrent auprès de l assureur de leur choix. soit un assureur est désigné c est la «clause de désignation» Dans le dernier cas les entreprises peuvent être obligées à résilier leur contrat auprès de leur assureur pour choisir l organisme désigné. Déficit vous avez dit déficit. 1 ) Les exonérations de cotisations des employeurs sur nos salaires représentent 30,6 milliards d euros ( dont 28 milliards d allègement sur tous les salaires inférieurs à 1,6 du SMIC soit 2293,15 euros ) 2 ) Le déficit 2010 de l assurance maladie est de 11,6 milliards d euros (sachant que le déficit d emploi dans le pays à fait passer ce déficit de 4,4 milliards en 2008 à 11,6 en 2011). Coût global pour la complémentaire santé pour 4 millions de salariés. Sachant que le choix de cette complémentaire sera faits par une prise en charge des remboursements de soin à minima, le coût le sera également. Ainsi sur une base de 500,00 par an (le patronat trouvera moins cher dans les compagnies d assurance qui lui appartiennent) pour 4 millions de salariés, cela représente 2 milliards d euros par an. L accord prévoyant une prise en charge salarié / employeur, Le patronat ne prendra en charge qu un milliard d euro, soit 30 fois moins que les exonérations dont il bénéficie. Une étude réalisée par le gouvernement montre que le coût pour les finances publiques de la généralisation de la couverture complémentaire santé à tous les salariés est compris entre 1,5 et 2,1 milliards dont 300 à 400 millions d euros pour la sécurité sociale (QUI VA PAYER?). GIRARD Michel Retraité Bénévole à la SLV4 de Maurepas

6 6 SANTÉ LE SUIVI MEDICAL POST PROFESSIONNEL DES AGENTS INACTIFS EXPOSES PENDANT LEUR ACTIVITE AUX CANCEROGENES DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION MISE EN OEUVRE PAR LA CCAS AU CNS La substance cancérogène peut être isolée, telle l amiante, par exemple. Elle peut être contenue dans une préparation chimique comme, par exemple, des amines aromatiques constituant certaines résines synthétiques ou les hydrocarbures polycycliques aromatiques dans le brai ou les fumées de combustion. Les rayonnements peuvent être générés par la radioactivité mais aussi par exemple par l'exposition au soleil. 1. Qu est ce que le suivi médical post professionnel, à quoi sert- il? Le suivi médical, au-delà du départ en inactivité, consiste à poursuivre en inactivité, la surveillance médicale mise en place par le médecin du travail lorsque l agent était en activité. Il a été institué, en 1995, par le code de la sécurité sociale en application de l'article D , pour prévenir, en les dépistant précocement les effets des cancérogènes professionnels. Il est ouvert à tout assuré social exposé et participe aux garanties constitutionnelles que la République Française confère à ses citoyennes et ses citoyens. En bénéficier, c'est se protéger en partie et, si nécessaire, permettre la reconnaissance d'une maladie professionnelle, mais aussi, permettre une visibilité des effets des conditions de travail, pour soi même et ses proches, ainsi que pour ses collègues de la même génération. Cette visibilité est aussi un élément qui favorise une prévention future plus efficace, au bénéfice des collègues les plus jeunes. 2. Qu'est ce qu'un cancérogène? Un cancérogène est une substance ou un rayonnement susceptible de déclencher des mutations cancéreuses sur des cellules-cibles de notre organisme. Ces cellules anormales ont la propriété d'échapper aux processus normaux de régulation de l'organisme et de s'y développer sans limite. Un cancérogène ne produit pas, à tous les coups, une mutation. Même si, en théorie, une seule exposition pourrait entraîner la mutation, elle est à la convergence de facteurs d'exposition (répétition, durée, niveau, présence de plusieurs cancérogènes ayant la même cible) et de facteurs de prédispositions personnels, notamment génétiques, pour l instant, indétectables. De plus, les défenses de notre organisme ne sont pas toujours impuissantes et les mécanismes de régulation sont le plus souvent efficaces. La notion de risque liée aux agents cancérogènes est une notion probabiliste, c'est à dire, une notion valable pour de grands nombres qui ne s'applique pas, forcément, aux individus. Pour parler clair, ce n'est pas parce que l'on a couru ce risque que se développera forcément une maladie de ce type. 3. Comment savoir si j'ai été exposé à ce risque? Dès lors que l agent inactif a exercé à un poste d'exécution technique ou de maîtrise de proximité, son exposition aux cancérogènes doit être recherchée. Ceux-ci ont été présents, et sont toujours présents, même si leur nombre et leur intensité sont aujourd hui moindres, dans tous les secteurs techniques d'edf et de Gaz de France et dans ceux de leurs filiales. Il faut y ajouter les expositions passives de proximité de certains postes de nature plus administrative. Les effets cancérogènes de ces expositions sont évidents dans les études de l Institut national de veille sanitaire sur la période Il existe ce qu'il est convenu d appeler des «inégalités sociales de santé au travail» entre les agents exerçant différents métiers dans différents secteurs d'edf-gdf. Ainsi existe-t-il une fréquence plus grande des cancers et statistiquement corrélées à certaines substances, pour les agents d exécution technique des réseaux de transport de gaz, ceux travaillant dans les centrales thermiques classiques, les monteurs, plombiers et agents d'intervention de la distribution. La seule manière de savoir si tel inactif a été soumis au risque consiste à identifier les expositions professionnelles correspondant à ces différents emplois. C'est le but de la délivrance de l'attestation d'exposition que l'employeur a obligation de remettre aux inactifs exposés quand ils partent en inactivité. 4. Qu est ce que l'attestation d'exposition aux cancérogènes En résumé, il s agit d'une attestation délivrée par l'employeur qui décrit, outre les éléments d'identification des personnes et des lieux (y compris celle du médecin du travail), une description, aussi développée que possible, des circonstances, des niveaux et de la fréquence des expositions (résultats des mesures), des moyens de prévention mis en oeuvre, de la surveillance médicale et de ses résultats, des autres éléments qui paraîtraient utiles de tracer par le médecin du travail. L'attestation est délivrée par le chef d établissement du dernier établissement (unité) d'affectation de l'agent.

7 LE SUIVI MEDICAL POST PROFESSIONNEL DEs AGENTS INACTIFS EXPOSES PENDANT LEUR ACTIVITE AUX CANCEROGENES DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION MISE EN OEUVRE PAR LA CCAS AU CNS SANTÉ 7 Celui-ci, porteur des responsabilités de l entreprise, reprend l intégralité du passé professionnel. Il peut se faire aider par le médecin du travail (Logiciel Horizon, Matric emploi exposition MATEX des médecins du travail EDF-GDF et annexes du document du groupe des médecins du travail EDF- GDF de suivi médical amiante) et les experts nationaux. Pour l amiante, il dispose à cet effet des documents d identification liés à l'accord national amiante et à son avenant. Alors que l attestation est «de droit», c'est-à-dire, remise sans demande de l agent, on constate, actuellement, un important déficit de remise des attestations. Certains agents sont mêmes obligés d alerter l inspection du travail voire d aller en justice pour les obtenir. Le médecin du travail joue un rôle important, notamment lors du départ du salarié. Dès lors qu il a repéré de tels risques, il doit délivrer à l agent sa partie de l'attestation (qui ne se substitue pas à l attestation d employeur), par exemple sous la forme d un certificat de suivi médical traçant les risques et relatant les éléments et résultats de la surveillance médicale qu il a effectuée. Une circulaire du ministère du travail l y incite fortement. 5. Comment obtenir un suivi médical post professionnel? Il suffit de le demander à la caisse primaire d assurance maladie (CPAM) de son domicile. Cette demande, en recommandé avec accusé de réception, doit être accompagnée de l'attestation d exposition délivrée par l employeur. Selon les caisses, une tolérance tacite prend en compte le certificat délivré par le médecin du travail. En cas d absence de délivrance, il convient de le signaler à la caisse qui doit diligenter une enquête de l'agent assermenté de la caisse. Les examens effectués dans ce cadre sont gratuits et pris en charge sur le fond social des caisses ce qui soulage d'autant notre régime mutualiste. 6. Qui est chargé d'effectuer ce suivi médical et en quoi consiste-t-il? Tout médecin, qui estime en avoir les compétences, peut se charger de ce suivi médical post-professionnel, votre médecin traitant par exemple. Il comporte un examen clinique du médecin et la prescription d examens complémentaires et leur interprétation. Les conclusions doivent déboucher sur des recommandations. Les examens complémentaires sont répertoriés dans une liste commune à toutes les caisses chaque exposition entraîne la prescription de certains examens. D autres examens sortants de la liste que le médecin peut juger utile de prescrire (par exemple scanner thoracique en cas d'exposition à l amiante) doivent avoir l aval du médecin conseil de la caisse après envoi de la prescription par l agent inactif. 7. Pourquoi une consultation spécialisée suivi post professionnelle Une consultation de suivi médical post-professionnel, réservée aux inactifs et aux ayants droits, a été mise en place dès 2000 par la CCAS. Elle se déroule, sur rendez vous, un après midi par mois, au Centre National de Santé CCAS 4 avenue Richerand, Paris (métro : République ou Goncourt), Tél : Le Dr Alain Carré, médecin du travail EDF-GDF retraité, qui en est chargé depuis avril 2008, a exercé 32 ans à EDF-GDF successivement à la production thermique, au réseau de transport gaz, à la DETN de GDF, puis à la Distribution. Il s appuie sur l'expertise collective développée par les médecins du travail EDF-GDF dans ce domaine. Cette consultation a un triple but : - Informer et orienter les agents en inactivité ou leurs ayants droit, en fonction des expositions professionnelles en matière de prévention secondaire et tertiaire. - Offrir aux agents inactifs qui le souhaiteraient les possibilités de la surveillance, en lien avec les médecins traitants, en particulier en proposant la réalisation des examens de surveillance notamment grâce à la qualité des consultations et laboratoires du CNS. - Établir des bilans réguliers de la consultation en matière de suivi médical post-professionnel.

8 8 LE SUIVI MEDICAL POST PROFESSIONNEL DEs AGENTS INACTIFS EXPOSES PENDANT LEUR ACTIVITE AUX CANCEROGENES DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION MISE EN OEUVRE PAR LA CCAS AU CNS SANTÉ 8. Quelle utilité pratique de la consultation de suivi post professionnel du CNS pour les agents inactifs? L intérêt premier de cette consultation est de mettre à disposition des agents en inactivité de service qui désireraient être renseignés ou médicalement suivis ainsi qu à leurs ayant droits un appui compétent. Pratiquement il s'agit : - d identifier les expositions professionnelles (curriculum laboris) de renseigner sur les procédures les agents et leurs ayants droit d'instruire les demandes d'attestation, d'aider à les obtenir et d'analyser celle-ci, d'obtenir la prise en charge du suivi médical par la CPAM, - de proposer des modalités de surveillance, quand elles ne sont pas prévues par les textes réglementaires, - de prescrire et de faire réaliser les examens complémentaires de surveillance, à la demande de l'agent et éventuellement de son médecin traitant de dépister une éventuelle maladie professionnelle et d'envisager, si nécessaire, les procédures de reconnaissance des éventuelles maladies professionnelles (asbestose professionnelle par exemple), d aider à la déclaration de celles-ci, y compris par les ayant droits. 9. Comment fonctionne la consultation pour les agents inactifs pouvant se déplacer au CNS? Dans ce cadre, il s agit d'une consultation médicale spécialisée qui met en place (ou aide à la mise en place) d un suivi médical, semblable à celui effectué pour l'agent actif par les médecins du travail. Cette consultation se déroule dans un cadre clinique comportant : identification des expositions, examen clinique, prescription d'examen complémentaire et analyse de ceux-ci, conseils de surveillance. Les consultations peuvent se conclure par la rédaction de certificats médicaux (par exemple : certificat d identification des expositions professionnelles, certificats à l'appui de déclaration de MP...) et de courrier aux médecins (par exemple médecin). 10. Comment fonctionne la consultation pour les Agents inactifs qui ne peuvent pas se déplacer au CNS ou les ayant droits des agents inactifs? Pour les agents inactifs qui, par exemple, résident loin de la consultation et ne peuvent se déplacer, mais aussi, pour les ayant droits, le cadre est celui d'un appui médico-professionnel en santé au travail. Il peut comporter : - une évaluation des expositions en fonction des emplois occupés, des conseils sur la nature des examens recommandés, la mise en lumière des liens entre l évaluation des expositions et la survenue de pathologies cancéreuses, notamment par des éléments bibliographiques. Le créneau horaire 16h30-17h30, le jour de la consultation est plus spécifiquement réservé au premier contact téléphonique suivi rapidement d'une formalisation écrite de la demande. A l attention des personnes atteinte de la maladie d Alzheimer et de leur aidant un séjour de détente vous est proposé. Du Lundi 16 Septembre au 20 Septembre 2013 à SERBONNES (Yonne) Ce séjour de détente est organisé par la Coordination Territoriale des CMCAS d Ile de France et l Association France Alzheimer Val d Oise pour permettre aux personnes atteintes de la maladie d Alzheimer et à leur aidant de changer d horizon en se déchargeant quelques jours de leurs contraintes quotidiennes et de leurs soucis. Ce séjour a pour but de rompre l isolement physique et psychologique causé par la maladie, d offrir un espace de répit à l aidant ( conjoint, enfant, ami(e) ), proposer des activités accessibles aux personnes malades, favoriser le lien social entre les familles. Si ce séjour vous intéresse rapprochés vous de votre SLVie. La commission santé.

9 PERMANENCES SLVies INFOS 9 SLV 1 ERDF-SLV Immeuble Le Stephenson - BP St QUENTIN EN YVELINES Permanence Du Lundi au Vendredi 7h30-12h00/13h00-16h00 Téléphoner avant de venir Tél : /Fax : SLV 2 22 rue Gustave Eiffel RAMBOUILLET Permanence Du Lundi au Mercredi 8h00-12h00/14h00-16h00 Permanence à la SICAE Jeudi 14h00-16h00 Tél : /Fax : SLV rue du Parc CARRIERES SOUS POISSY Permanence Du Lundi au Vendredi 8h15-12h00 Tél : /Fax : SLV 4 37 Route de Chevreuse MAUREPAS Permanence Du Lundi au Vendredi 8h00-12h00-13h00-17h00 Sur Rendez-Vous Tél : ou Fax : SLV 5 GDF DGI GN La Couperie BEYNES Permanence Du Lundi au Jeudi 8h00-12h00/13h00-17h00 Tél : /Fax : SLV 6 22 Rue de Moxouris LE CHESNAY Permanence Lundi et Mercredi 8h00-12h00 Mardi 14h00-17h00 Jeudi 8h00-12h00/14h-17h00 Fermé le Mardi matin et le Vendredi Tél : /Fax : SLV 7 EGF 76 Rue des Graviers - BP Magnanville Permanence Vendredi Matin 8h00-12h00 Tél : /Fax : SLV 8 Storengy Stockage souterrain Chemin de Fleubert BEYNES Permanence Mardi 7h30-12h00/13h00-17h00 Tél : /Fax : SLV 9 RTE TENP/GETSO 7 avenue Eugène Freyssinet GUYANCOURT Permanence Du Lundi au Jeudi 8h00-12h00/13h00-17h45 Fermé le Vendredi Tél : /Fax : SLV 10 EDF Etudes et Recherches 6 Quai Wattier CHATOU Permanence Du Lundi au Vendredi 8h00-12h00/13h30-17h00 Permanence Inactifs Mercredi 13h30-17h00 Tél : /Fax : SLV 11 Storengy Stockage Souterrain Chemin de la Vallée du Pré ST ILLIERS LA VILLE Permanence Du Lundi au Jeudi 8h00-12h00/13h30-17h00 Tél : /Fax : SLV 12 RTE SENP 2 Square Franklin-BP ST QUENTIN EN YVELINES Permanence Lundi-Jeudi-Vendredi 13H30-17H00 Mardi 13h30-15h30 Tél : /Fax : SLV Rue du Président Roosevelt SARTROUVILLE Permanence Du Lundi au Vendredi 8h00-11h30/13h00-17h00 Tél : /Fax : SLV 14 EDF Pole FMG 17 Rue Albert Thomas Eco Campus-BP LES MUREAUX Permanence Tous les Jeudis 13h45-16h30 Tél : Fax : SLV 15 CPT Porcheville-BP PORCHEVILLE Permanence Du Lundi au Vendredi 8h00-12h00/13h00-16h00 Tél : /Fax :

10 10 RÉcapitulatif DES aides attribuees aux BEnEFiciaires PAR LE FOND D ACTION SANITAIRE ET SOCIALE (FASS) infos Le tableau ci-dessous vous présente le nombre d'aides et d'actions développées par la CMCAS des Yvelines, qui viennent s'ajouter aux dispositifs du régime général. Soit des exemples concrets de notre conception de la solidarité, fondés sur la responsabilité et la dignité des personnes, sous forme d'aides matérielles et morales. Face à une société de plus en plus inégalitaire, ces aides constituent à la fois une réponse ponctuelle ou durable aux difficultés rencontrées, et un outil de lutte contre l'isolement et l'exclusion des plus faibles. La société évolue, générant chaque jour de nouvelles exclusions. La réalité socio-économique et démographique de nos bénéficiaires est en perpétuel mouvement : autant de raisons qui nous conduisent à remodeler nos réponses sociales. Nous essayons d'adapter en permanence, et du mieux possible, notre action politique. AIDES AUX SENIORS Libellé de l'aide Dossiers Dossiers Dossiers Dossiers Aides ménagères Amélioration de l habitat 1 1 Femmes de ménage Secours à l hébergement Secours Hébergement Temporaire 1 1 Télé-assistance/Téléinformation Garde à domicile Don aux centenaires 2 1 AIDES AUX AMILLES ET PERSONNES AIDES AUX PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP IME PFEL Congé de solidarité familiale Aides pour chaque traitement 3 1 Aides ponctuelles à domicile 7 5 Congé de soutien familial 1 DOMICOURS Aides ménagères 1 Aide ponctuelle Amélioration de l habitat Aides mobilité et autonomie Psychomotricité MUTIEG RÉcapitulatif DES aides attribuees aux BEnEFiciaires PAR LE FOND PROPRE DE LA CMCAS DONS HANDICAP Aide alimentaire Paiement Colos CCAS 1 Paiement cantine des enfants 2 Paiement centre de loisirs 1 Paiement Trésor Public Paiement Assurance, loyer, eau Frais médicaux non remboursés Divers Refus 2 Aides mensuelles enfant Prêt d Honneur Nombre d aides attribuées annuellement

11 INFOS 11 BILAN CESU 1 ER TRIMESTRE 2013 Garde d enfant, CESU préfinancé petite enfance Tableau récapitulatif des commandes passées par les bénéficiaires ressortissants de notre CMCAS pour la période du 1 er trimestre 2013 Raison Quote-part Quote-part Quote-part Volume Nbre de sociale entreprise CMCAS bénéficiaire émis bénéficiaire 35035, , , , , , , , , , , , , , ASSISTANCE JURIDIQUE AUX BÉNÉFICIAIRES 2013 I N F O R M A T I O N CALENDRIER DES PERMANENCES JURIDIQUES DANS LES LOCAUX DE LA CMCAS DES YVELINES : 37 route de Chevreuse Maurepas (Accès & stationnement par la SLV 4) Sur rendez-vous uniquement, le 1 er lundi de chaque mois de 9h à 12h, soit : ASSURANCES SATEC SONIA KOSKAS, correspondante Régionale, ASSURERA UNE PERMANENCE EN SLV Maurepas VENDREDI 14 JUIN & LUNDI 9 SEPTEMBRE 2013 A PARTIR DE 9h à la SLV Munissez-vous de vos contrats pour comparatifs et révision de ceux en cours Devis habitation, auto, moto, IDCP, Dépendance, Obsèques, CSM A et R PRENDRE RDV AUPRES DE LA SLV AU LUNDI 14JANVIER 2013 LUNDI 11 FÉVRIER 2013 LUNDI 04 MARS 2013 LUNDI 08 AVRIL 2013 LUNDI 06 MAI 2013 LUNDI 03 JUIN 2013 LUNDI 01 JUILLET 2013 LUNDI 02 SEPTEMBRE 2013 LUNDI 07 OCTOBRE 2013 LUNDI 04 NOVEMBRE 2013 LUNDI 02 DÉCEMBRE 2013 Pour tout rendez-vous, contacter la CMCAS des Yvelines : PERMANENCES TÉLÉPHONIQUES DU LUNDI AU VENDREDI DE 9H30 À 12H ET DE 14H À 18H EN CAS D INDISPONIBLITÉ, VOUS POURREZ LAISSER UN MESSAGE AU SECRÉTARIAT DU CABINET. VOUS SEREZ ALORS RECONTACTÉ DANS LES 24 HEURES. Bernard LABREUIL Président de la CMCAS des Yvelines

12 12 EXERCICE 2012 RÉSULTAT BUDGÉTAIRE infos JEUNESSE 9 % RÉSERVE DE SECURITÉ ET AUTRES RÉSERVES (dont prêt 300 Ke à la CCAS) 32 % SANTÉ SOLIDARITÉ ACTION SANITAIRE & SOCIALE 29 % CHARGES ADMINISTRATIVES INDIVISES 11 % PLEIN AIR, ACTIVITÉS CULTURELLES & LOISIRS 11 % FORMATION ELUS ENCADRANTS INFOCOM 4 % SPORTS 3 % FÊTES TRADITIONNELLES 1 % JEUNESSE SANTÉ SOLIDARITÉ ACTION SANITAIRE & SOCIALE PLEIN AIR, ACTIVITÉS CULTURELLES & DE LOISIRS FÊTES TRADITIONNELLES SPORTS FORMATION ÉLUS ENCADRANTS IFOCOM CHARGES ADMINISTRATIVES INDIVISES RÉSERVE DE SÉCURITE ET AUTRES RÉSERVES

13 INFOS 13 RÉSULTAT BUDGETAIRE EXERCICE 2012 CMCAS YVELINES 0616 (code CMCAS) BC+BR+TC Budget Total Réalisé Ecart au Code Rubriques budgetaires Budget (1) 31/12/2012 provisoire au 31/12/ /12/ ARBRE DE NOEL SORTIES PLEINE-AIR TOURISTIQUES CULTURELLES CONVOYAGES LUDOTHEQUES (Livre de l été) SEJOURS LINGUISTIQUES / JEUNESSE PROJET SANTE - RESEAU SOLIDAIRE AIDE SOLIDARITE COLIS LAFAYETTE (Livre naissance) PRESTATIONS NAISSANCE FONDS NATIONAL PREST. MALADIE (CSMR) FONDS ACTION SANITAIRE ET SOCIALE / SANTE SOLIDARITE PECHE CENTRES ACTIVITES PENSIONNES MUSIQUE DESSIN PEINTURE PHOTO CINÉMA ECHECS BIBLIOTHEQUES DISCOTHEQUES CONFERENCES VISITES EXPOSITION SPECTACLES (et billeterie) APRES-MIDI RECREATIFS SOIREES A THEMES WEEK-END TOURISTIQUES WEEK-END A LA NEIGE EXCURSIONS PENSIONNES SEJOURS AGENCE DE VOYAGES SEJOURS MULTI ACTIVITES ACTIVITES INORMATIQUES & ELECTRONIQUE / PLEIN AIR, ACTIVITES CULTURELLES ET DE LOISIRS FETES DES PENSIONNES / FETES TRADITIONNELLES BOULES «PETANQUE» DOTATION AUX ACTIVITES SPORTIVES PLURIDISCIPLINAIRES / SPORTS STAGES PUBLIC & RECHERCHES IFOREP (ELUS/ENCADRANTS) INFORMATION COMMUNICATION SR / FORMATION - INFORMATION COMMUNICATION / CHARGES ADMINISTRATIVES INDIVISES / OPERATIONS DE TRESORERIE DOTATIONS AUX PROVISIONS RESERVE DE SECURITE (2) AUTRES RESERVES DISPONIBLES AUTRES RESERVES BLOQUÉES (2) / AUTRES OPERATIONS BUDGETAIRES ,00 TOTAL (1) Budget Complémentaire Budget Rectificatif et Transfert de Crédit 2012 (2) Prêt à la CCAS

14 14 infos Avril : les mardis 9, 16 et 30 Mai : les mardis 21 et 28 Juin : les mardis 4, 11, 18 et 25 De 10h30 à 12h30 et de 13h30 à15h00

15 LE 19 OCTOBRE 2013 : FÊTE DE LA CMCAS ET DES SLV AU SPEED PARK DES CLAYES-SOUS-BOIS. INSCRIPTION EN SLV AVANT LE 20/09/2013 INFOS 15

16 16 ACTIVITÉS BILLETTERIE KARTING, BOWLING, LASER, MINI GOLF, BILLARD (tickets valables sur tous nos sites : Conflans /Jaux / Henin Beaumont / Arras / Blois Le Mans / Beauvais / Chalons / Les Clayes Sous- Bois) Carte Pass obligatoire à partir de 12 ans à 2,50 (Uniquement pour Conflans- Beauvais et les Clayes Sous- Bois valable 1an) Se munir d une pièce d identité Offert : Une partie de bowling + une boisson soft le mois de votre anniversaire! LES TICKETS SONT VALABLES TOUS LES JOURS (La semaine, le week-end et pendant les vacances scolaires) Les vendredis, samedis, et veilles de jours fériés, les activités doivent être validées avant 20h et peuvent être pratiquées jusqu à 21h 1 TICKET = 1 ACTIVITE AU CHOIX (Karting / Bowling / Laser Game / Mini-golf (uniquement à Conflans) / Billard) Karting pour adulte et enfant à partir de 7ans et 1,30m (sessions de 10 minutes) Bowlings (à partir de 4 ans - pistes équipées de bumper ) +1,80 la location des chaussures Mini-golf (uniquement sur le site de Conflans) Laser Game à partir de 7ans et 1,30m (sessions de 15 minutes) Billards américains HORS BILLETTERIE Une salle de jeux vidéo 1 Bar Lounge Adresses des SPEEDPARK : Speedpark - rue Robert Nau Blois SpeedPark Beauvais SpeedPark - Place Jacques ati Jaux Bowling World - ZAC du Val de Scarpe Arras SpeedPark - ZAC Bord des Eaux Henin-Beaumont SpeedPark - 1 rue de Villeneuve Le Mans SpeedPark - ZA Les Boutries - 18 rue de l'hautil Conflans-Ste-Honorine Speedpark Plaisir - ALPHA PARK II - Avenue Henri BARBUSSE LES CLAYES SOUS BOIS

17 PROCHAINEMENT EN JUIN OUVERTURE BILLETTERIE ACTIVITÉS 17

18 18 MACTIVITÉS COMMISSION PENSIONNÉS 2013 ACTIVITÉS 2013 Activités proposées par et pour les pensionnés des Yvelines. S il reste des disponibilités sur ces activités, les actifs peuvent s y inscrire. Découverte du Cantal à Pleaux Du 26 Mai au 02 juin 2013 ACTIVITÉS Andalousie Du 14 au 21 octobre 2013 Clôture le 30 mai 2013 Visite culturelle au Louvre «Les Arts de l Islam» 22 Octobre et 10 décembre 2013 Ouverture des inscriptions courant juillet Clôture courant septembre 2013 Visite du musée Carnavalet Le mardi 19 novembre 2013 Ouverture des inscriptions courant juin Clôture fin septembre 2013 Repas des pensionnés à Port Marly à la salle des Pyramides 3 décembre 2013

19 MACTIVITÉS COMMISSION PENSIONNÉS 2013 ACTIVITÉS PrÉvisions 2014 (sous réserve de modifications ou d annulations) 19 Découverte Bretagne Nord Du 11 au 18 mai 2014 Anniversaire du débarquement en Normandie sur 3 jours - juin 2014 Séjour à Amboise Septembre 2014 FACTIVITÉS COMMISSION ARTS ET LOISIRS 2013 Activités proposées par et pour les actifs des Yvelines. S il reste des disponibilités sur ces activités, les inactifs peuvent s y inscrire. ACTIVITÉS 2013 (sous réserve de modifications ou d annulations) Week-end à Arras Les 25 et 26 mai 2013 Le Grand Feu de Saint Cloud 7 septembre 2013 Journée à Versailles Le 22 ou 29 juin 2013 Séjour Vieux Gréements : Iles Anglo-normandes Du 14 au 16 septembre 2013

20 20 FACTIVITÉS COMMISSION ARTS ET LOISIRS 2013 ACTIVITÉS ACTIVITÉS 2013 (sous réserve de modifications ou d annulations) Weed-end à Rome Du 25 au 27 Octobre 2013 Clôture le 18 avril 2013 Week-end Médiéval à Serbonnes Les 5 et 6 octobre 2013 inscriptions ouvertes Clôture le 18 avril 2013 PrÉvisions 2013/2014 (sous réserve de modifications ou d annulations) Courses à Vincennes fin d année 2013 Comédie musicale Sister Act Novembre 2013 La ferme du bout des prés fin d année 2013 Séjour Familles : Les Canaries Vacances de printemps 2014 Séjours Actifs : Guadeloupe Martinique du 27 janvier au 6 février 2013 Visite musée de l air et de l espace ainsi que Roissy mars 2014

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi SYNTHESE D EXPERTS Juillet 2013 SOMMAIRE 1 Généralisation de la couverture complémentaire santé...

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à Le Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du à 1 Présentation générale Annoncé le 14 janvier 2014 par le Président de la République puis présenté par le Premier ministre lors de sa déclaration

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DES LOISIRS SENIORS

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DES LOISIRS SENIORS REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DES LOISIRS SENIORS SOMMAIRE ARTICLE 1 : LES SORTIES ET LES ATELIERS... 3 1. Les conditions d accès... 3 2. Les modalités d inscription... 3 3. La confirmation des sorties et

Plus en détail

Mutuelle Petite Enfance Lafayette

Mutuelle Petite Enfance Lafayette Mutuelle Petite Enfance Lafayette Page 1 sur 8 1 PRESENTATION Le relais d assistantes maternelles «Canne à Sucre» se situe au 197 cours Lafayette 69006 LYON. Le relais assistantes maternelles «Canne à

Plus en détail

Prévoyance AUDIENS du spectacle

Prévoyance AUDIENS du spectacle Pégase 3 Prévoyance AUDIENS du spectacle Dernière révision le 26/02/2009 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Principe... 4 Pour les cadres... 5 Pour les non-cadres intermittents...

Plus en détail

PÔLE SENIORS LE LIEU RESSOURCE. pour les seniors, leur famille et les professionnels

PÔLE SENIORS LE LIEU RESSOURCE. pour les seniors, leur famille et les professionnels PÔLE SENIORS LE LIEU RESSOURCE pour les seniors, leur famille et les professionnels UN LIEU D ACCUEIL,D ÉCOUTE, D INFORMATION ET D ORIENTATION L équipe du pôle seniors est à votre disposition pour vous

Plus en détail

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007.

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. La lettre du N 6 Décembre 2007 La Réforme des Heures Supplémentaires La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. Elle prévoit : Pour le salarié : une réduction des

Plus en détail

Assurance et prévoyance

Assurance et prévoyance Assurance et prévoyance Assistance famille en cas d accident. IDCP Des prestations d assistance sont prévues en cas d accident par le contrat IDCP. Elles peuvent être déclenchées après appel préalable

Plus en détail

ce que l UNSA a obtenu

ce que l UNSA a obtenu Agents contractuels de la Fonction publique : ce que l UNSA a obtenu UNSA Fonction publique 21 rue Jules Ferry 93177 BAGNOLET cedex Tél. 01 48 18 88 29 - Fax. 01 48 18 88 95 uff@unsa.org - www.unsa-fp.org

Plus en détail

L indépendance, c est l affaire de tous

L indépendance, c est l affaire de tous Entreprises OFFRE DÉPENDANCE COLLECTIVE L indépendance, c est l affaire de tous Humanis vous présente une garantie Dépendance collective s adaptant aux besoins de vos salariés et à la hauteur des ambitions

Plus en détail

Service Apprentissage

Service Apprentissage LES DEMARCHES A ACCOMPLIR POUR CONCLURE UN CONTRAT D APPRENTISSAGE Établir sous 48 h la déclaration unique à l embauche auprès de l Urssaf (www.due.urssaf.fr ou www.net-entreprises.fr) Prendre rendez-vous

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU 16 MARS 2007 RELATIF

Plus en détail

SD 49 CFDT CHOLET RENCONTRE DU 01/10/2015. la complémentaire santé en entreprise

SD 49 CFDT CHOLET RENCONTRE DU 01/10/2015. la complémentaire santé en entreprise SD 49 CFDT CHOLET RENCONTRE DU 01/10/2015 la complémentaire santé en entreprise Introduction D ICI LE 1ER JANVIER 2016, TOUTES LES ENTREPRISES, DÈS LE 1ER EMPLOYÉ, DEVRONT METTRE EN PLACE UNE COUVERTURE

Plus en détail

Vous êtes frontalier, comment être soigné(e) aux HUG?

Vous êtes frontalier, comment être soigné(e) aux HUG? Vous êtes frontalier, comment être soigné(e) aux HUG? Dès le 1 er juin 2014, la législation française modifie les conditions d accès aux soins en Suisse L assurance maladie du frontalier Les Hôpitaux universitaires

Plus en détail

Inscription CAP Petite Enfance

Inscription CAP Petite Enfance Inscription CAP Petite Enfance La préparation au CAP dans notre établissement ne concerne que les personnes titulaires d un CAP ou d un niveau supérieur, dispensées d examen d enseignement général. Le

Plus en détail

ACSAV-RH. Rencontre ACE-CEE du Vendredi 4 avril 2014 Maison de l environnement Aéroport De Paris «La création du compte personnel de la pénibilité»

ACSAV-RH. Rencontre ACE-CEE du Vendredi 4 avril 2014 Maison de l environnement Aéroport De Paris «La création du compte personnel de la pénibilité» Lionel COTILLARD Conseil-Recrutement-Formation Évaluation des risques professionnels, assistance à la rédaction du document unique Rencontre ACE-CEE du Vendredi 4 avril 2014 Maison de l environnement Aéroport

Plus en détail

1. Code de la sécurité sociale

1. Code de la sécurité sociale Points-clés de la loi du 17 décembre 2010 portant réforme du système de soins de santé et modifiant : 1. le Code de la sécurité sociale ; 2. la loi modifiée du 28 août 1998 sur les établissements hospitaliers.

Plus en détail

PASS INDÉPENDANCE. tous pour un!

PASS INDÉPENDANCE. tous pour un! PASS INDÉPENDANCE ne laissez pas vos salariés devenir dépendants de leur situation familiale tous pour un! LA DÉPENDANCE : DE PLUS EN PLUS DE PERSONNES TOUCHÉES Le nombre de personnes dépendantes devrait

Plus en détail

L ANCV, un outil de promotion pour les professionnels du Tourisme

L ANCV, un outil de promotion pour les professionnels du Tourisme L ANCV, un outil de promotion pour les professionnels du Tourisme Vous êtes un professionnel du tourisme et des loisirs et souhaitez accepter les Chèques-Vacances et/ou les Coupons Sport ancv? En vous

Plus en détail

CCBMAD - FICHE PRATIQUE N 1

CCBMAD - FICHE PRATIQUE N 1 CCBMAD - FICHE PRATIQUE N 1 COMPLEMENTAIRE SANTE (MUTUELLE) Le Texte : Avenant n 2/2011 du 12 juillet 2011 agréé le 18 novembre 2011 par arrêté paru au JO le 29 novembre 2011 - étendu le par arrêté paru

Plus en détail

Colloque régional DIRECCTE Alsace. Prévention des risques professionnels dans les activités de services à la personne

Colloque régional DIRECCTE Alsace. Prévention des risques professionnels dans les activités de services à la personne Agence nationale des services à la personne Colloque régional DIRECCTE Alsace Prévention des risques professionnels dans les activités de services à la personne Strasbourg, 22 novembre 2010 La politique

Plus en détail

ACCORD RELATIF A LA PREVOYANCE COMPLEMENTAIRE SANTE AU SEIN DE LA CAISSE REGIONALE DU LANGUEDOC

ACCORD RELATIF A LA PREVOYANCE COMPLEMENTAIRE SANTE AU SEIN DE LA CAISSE REGIONALE DU LANGUEDOC ACCORD RELATIF A LA PREVOYANCE COMPLEMENTAIRE SANTE AU SEIN DE LA CAISSE REGIONALE DU LANGUEDOC Entre les soussignés : La Caisse Régionale de CREDIT AGRICOLE DU LANGUEDOC, dont le Siège Social est à MAURIN,

Plus en détail

Choisir sa complémentaire santé

Choisir sa complémentaire santé Tous publics Choisir sa complémentaire santé Pourquoi une complémentaire santé Des critères pour faire son choix Où se renseigner? Le Service social aujourd hui Service Social Bretagne Pourquoi une complémentaire

Plus en détail

www.leguidedupatrimoine.com

www.leguidedupatrimoine.com Pour vivre pleinement votre retraite, prenez les devants ASSOCIATION D ÉPARGNE VIAGÈRE LA TONTINE Votre assurance sur l avenir La retraite, une nouvelle vie! La retraite, c est une nouvelle étape dans

Plus en détail

INSCRIPTION EN LIGNE COMMENT ÇA MARCHE?

INSCRIPTION EN LIGNE COMMENT ÇA MARCHE? INSCRIPTION EN LIGNE COMMENT ÇA MARCHE? Une version haute définition de ce document sera prochainement publiée pour une meilleure qualité d affichage. L APSAP-VP modernise son processus d inscription et

Plus en détail

FORFAIT ANNUEL EN JOURS

FORFAIT ANNUEL EN JOURS CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DU COMMERCE DE DÉTAIL ET DE GROS À PRÉDOMINANCE ALIMENTAIRE AVENANT N 52 DU 17 SEPTEMBRE 2015 FORFAIT ANNUEL EN JOURS Préambule Le présent accord a pour objet la fixation

Plus en détail

Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance

Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance 10 Santé Ce régime, aussi nommé «complémentaire santé», permet le remboursement total ou partiel des frais de santé restant à la charge de l assuré

Plus en détail

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES Un point sur la situation française I. L état des finances publiques La situation actuelle Le PIB 2160 milliards d euros en 2012 (source : FMI). Taux de croissance

Plus en détail

LANGUEDOC ROUSSILLON Association pour l épanouissement des Enfants à Haut Potentiel Intellectuel

LANGUEDOC ROUSSILLON Association pour l épanouissement des Enfants à Haut Potentiel Intellectuel LANGUEDOC ROUSSILLON Association pour l épanouissement des Enfants à Haut Potentiel Intellectuel POUR NOUS REJOINDRE c est simple. Toute personne intéressée à titre personnel, familial (pour soi ou pour

Plus en détail

Union Sociale du Bâtiment et des Travaux Publics 49 Boulevard Delfino 06300 NICE www.usbtp.fr Tel : 04.92.00.44.44 Fax : 04.93.26.85.

Union Sociale du Bâtiment et des Travaux Publics 49 Boulevard Delfino 06300 NICE www.usbtp.fr Tel : 04.92.00.44.44 Fax : 04.93.26.85. COMPRENDRE VOTRE RETRAITE Trois ans après la dernière réforme, un nouveau texte de loi est prévu concernant le régime des retraites par répartition : maintien de l'âge légal de départ à la retraite à 62

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DES ACCUEILS PERISCOLAIRES

REGLEMENT INTERIEUR DES ACCUEILS PERISCOLAIRES REGLEMENT INTERIEUR DES ACCUEILS PERISCOLAIRES La Ville met en place différents accueils périscolaires à destination des enfants de maternelle et d élémentaire dans toutes ses écoles. Ces accueils de loisirs

Plus en détail

CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE

CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE REGLEMENT DES AIDES FACULTATIVES DU CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE VILLETANEUSE juin 2008 SOMMAIRE CHAPITRE I OBJET ET TYPE D AIDES...3 ARTICLE 1. OBJET...3 ARTICLE

Plus en détail

Devenir Assistant maternel

Devenir Assistant maternel Pôle Interdirectionnel Solidarité et Famille Direction Enfance Famille et Insertion Service Protection Maternelle et Infantile Devenir Assistant maternel En choisissant d être assistant maternel, vous

Plus en détail

Descriptif des Garanties

Descriptif des Garanties EPHC Titre 8 de la Convention collective nationale DE L ENSEIGNEMENT PRIVE HORS CONTRAT Régime de prévoyance obligatoire Descriptif des Garanties Personnel concerné Ensemble des salariés, non cadres et

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins.

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins. La Sécurité sociale a) Généralités La Sécurité sociale a été créée en 1945, suite à la seconde guerre mondiale. L équilibre du système français de protection sociale est actuellement une des préoccupations

Plus en détail

50 projets. pour demain. GÉENÉERATIONS demain. c est déjààà

50 projets. pour demain. GÉENÉERATIONS demain. c est déjààà 50 projets pour demain GÉENÉERATIONS demain c est déjààà AUCHAN chez nous Les fondations Auchan et Simply lancent un appel à projets «50 projets pour demain» En 2011, le Groupe Auchan fête ses 50 ans.

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs

Plus en détail

SANTÉ AU TRAVAIL L ESSENTIEL DE CE QUI CHANGE

SANTÉ AU TRAVAIL L ESSENTIEL DE CE QUI CHANGE SANTÉ AU TRAVAIL L ESSENTIEL DE CE QUI CHANGE LOI DU 20 JUILLET 2011 ET SES DÉCRETS D APPLICATION Loi n 2011-867 du 20 juillet 2011 relative à l organisation de la médecine du travail, décrets 2012-134

Plus en détail

Précisions sur le projet de loi concernant la réforme des retraites initié par le gouvernement Ayrault Septembre 2013

Précisions sur le projet de loi concernant la réforme des retraites initié par le gouvernement Ayrault Septembre 2013 Précisions sur le projet de loi concernant la réforme des retraites initié par le gouvernement Ayrault Septembre 2013 Pour combler le déficit de 20,7 milliards d euros prévu en 2020, pour l ensemble des

Plus en détail

Nos 6 engagements de services. Entreprises

Nos 6 engagements de services. Entreprises RETRAITE COMPLÉMENTAIRE Nos 6 engagements de services Entreprises Déclaration des salaires 2011 Deux moyens existent : la déclaration en ligne (aucune inscription préalable). le dépôt d une DADS-U sur

Plus en détail

Généralisation des mutuelles santé

Généralisation des mutuelles santé Date de mise à jour : juin 2013 Généralisation des mutuelles santé La loi instaure une couverture complémentaire santé minimale obligatoire pour tous les salariés du secteur privé d ici au 1 janvier 2016.

Plus en détail

REGLEMENT DU RESTAURANT SCOLAIRE Année Scolaire 2011 / 2012

REGLEMENT DU RESTAURANT SCOLAIRE Année Scolaire 2011 / 2012 REGLEMENT DU RESTAURANT SCOLAIRE Année Scolaire 2011 / 2012 Préalablement à toute fréquentation occasionnelle ou régulière du restaurant au cours de l année scolaire, les familles doivent impérativement

Plus en détail

Complémentaire Santé Obligatoire des Salariés

Complémentaire Santé Obligatoire des Salariés Guide pratique À l attention des salariés Complémentaire Santé Obligatoire des Salariés Vous êtes salariés du secteur privé, toutes les réponses à vos questions sur la mise en place de la complémentaire

Plus en détail

CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE

CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE Le Centre communal d action sociale (CCAS) de Vernillet est un établissement public autonome chargé d assurer une action générale de prévention et de développement social,

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE MARS 2010 BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE Avril 2011 Préparer sa retraite est un exercice déjà compliqué lorsque l on vit en France. Mais lorsqu on se trouve à l étranger depuis un certain temps,

Plus en détail

Faciliter l adhésion à une complémentaire santé

Faciliter l adhésion à une complémentaire santé Faciliter l adhésion à une complémentaire santé la CPAM de l Oise aide financièrement les assurés qui en ont besoin 4 octobre 2011 Contacts presse : Françoise De Rocker 03 44 10 11 12 francoise.de-rocker@cpam-oise.cnamts.fr

Plus en détail

La participation au financement de la protection sociale complémentaire

La participation au financement de la protection sociale complémentaire F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 La participation au financement de la protection sociale complémentaire L E S S E N T I E L Le décret n 2011-1474 du 8 novembre 2011 (JO du 10 novembre 2011) pris pour

Plus en détail

PROJET EDUCATIF TERRITORIAL COMMUNE DE CHAULGNES Année scolaire 2014/2015

PROJET EDUCATIF TERRITORIAL COMMUNE DE CHAULGNES Année scolaire 2014/2015 PROJET EDUCATIF TERRITORIAL COMMUNE DE CHAULGNES Année scolaire 2014/2015 Introduction Depuis plusieurs années, CHAULGNES s est fortement engagée en faveur de la jeunesse considérée comme un champ d action

Plus en détail

Livret d accueil. aide à domicile portage de repas téléassistance

Livret d accueil. aide à domicile portage de repas téléassistance Livret d accueil aide à domicile portage de repas téléassistance Centre Communal d Action Sociale 66 rue de la Mare aux Carats 78180 MONTIGNY LE BRETONNEUX Délibération n 30 en date du 5 octobre 2010 Le

Plus en détail

Dossier spécial réforme de la formation professionnelle

Dossier spécial réforme de la formation professionnelle Dossier spécial réforme de la formation professionnelle ABILWAYS vous propose un dossier spécial sur la réforme de la formation professionnelle. Issu de l Accord National Interprofessionnel du 14/12/2013

Plus en détail

Vous êtes Domontois. Vous avez entre 11 et 15 ans. Venez au. Service Municipal

Vous êtes Domontois. Vous avez entre 11 et 15 ans. Venez au. Service Municipal Vous êtes Domontois Vous avez entre 11 et 15 ans Venez au Service Municipal Jeunesse Le Service Municipal Jeunesse propose aux jeunes domontois un vaste choix d activités et de services pour les 11-25

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel OFFICES PUBLICS DE L HABITAT ACCORD DU 12 JUILLET 2012 RELATIF À LA

Plus en détail

LE DROIT A LA GARDE D ENFANTS CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT ENTRE L APHP ET LA CAF

LE DROIT A LA GARDE D ENFANTS CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT ENTRE L APHP ET LA CAF LE DROIT A LA GARDE D ENFANTS CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT ENTRE L APHP ET LA CAF 1.000 places de crèches supplémentaires pour les franciliens SOMMAIRE Page 1 : programme de la matinée du 7 octobre

Plus en détail

-la durée de la période d essai, -le nombre de jours et d heures d accueil par mois,

-la durée de la période d essai, -le nombre de jours et d heures d accueil par mois, 1. Généralités. Parents employeurs d une assistante maternelle Vos obligations: Employer une assistante maternelle agréée par le Conseil Général, bénéficiant d un suivi par le service de PMI et recevant

Plus en détail

7Les droits sociaux. Les droits sociaux Les aides sociales (dont les aides ponctuelles et la protection des jeunes majeurs)

7Les droits sociaux. Les droits sociaux Les aides sociales (dont les aides ponctuelles et la protection des jeunes majeurs) 7Les droits sociaux Les droits sociaux Les aides sociales (dont les aides ponctuelles et la protection des jeunes majeurs) Les droits économiques Généralement à 18 ans, et parfois pour une durée plus ou

Plus en détail

TELE TRAVAIL. . L employeur propose aux organisations syndicales les dispositions suivantes : -Le champ d application

TELE TRAVAIL. . L employeur propose aux organisations syndicales les dispositions suivantes : -Le champ d application COMMISSIONS PARITAIRES DES 14 et 28 janvier 2014 TELE TRAVAIL Constatant un développement anarchique de l application du télé travail dans le réseau Sécurité Sociale, la CFTC a été à l initiative de la

Plus en détail

Prix AGIRC et ARRCO Faciliter l accès aux soins des personnes handicapées vieillissantes pour favoriser l autonomie

Prix AGIRC et ARRCO Faciliter l accès aux soins des personnes handicapées vieillissantes pour favoriser l autonomie APPEL À PROJETS Prix AGIRC et ARRCO Faciliter l accès aux soins des personnes handicapées vieillissantes pour favoriser l autonomie en partenariat avec le Comité national Coordination Action Handicap (CCAH)

Plus en détail

Retraite : ce qui change en 2009

Retraite : ce qui change en 2009 Retraite : ce qui change en 2009 Mars 2009 Exercice déjà difficile lorsque l on vit en France, préparer sa retraite lorsqu on se trouve à l étranger depuis un certain temps relève souvent du parcours du

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO

REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO Ce règlement vient préciser les statuts de l Association tels qu ils ont été votés par l Assemblée Générale Extraordinaire en date du 9 janvier 2014 1. Modalités

Plus en détail

Résidence Clairefontaine

Résidence Clairefontaine Résidence Clairefontaine Bienvenue Madame, Monsieur, Vous venez de retirer un dossier de demande de pré-admission pour intégrer la Résidence Clairefontaine. Le Conseil d administration, la direction, tout

Plus en détail

DOSSIER UNIQUE D INSCRIPTION

DOSSIER UNIQUE D INSCRIPTION Commune d Ornex République Française Département de l Ain DOSSIER UNIQUE D INSCRIPTION Service scolaire / périscolaire / extrascolaire Valable pour l année scolaire 2015/2016 1 Informations destinées à

Plus en détail

La société Mediapost services, représentée par Monsieur Pierre Emmanuel LECLERCO, Directeur Général Adjoint, dûment mandaté

La société Mediapost services, représentée par Monsieur Pierre Emmanuel LECLERCO, Directeur Général Adjoint, dûment mandaté ACCORD RELATIF A L HARMONISATION DES STATUTS DES SALARIES MEDIAPOST TRANSFERES AU SEIN DE MEDIAPOST SA DANS LE CADRE DU RAPPROCHEMENT DES 2 ENTREPRISES Entre les soussignés, Le syndicat C.F.T.C Le syndicat

Plus en détail

LOISIRS ADULTES CLUB SPORTIF

LOISIRS ADULTES CLUB SPORTIF LOISIRS ADULTES CLUB SPORTIF SÉJOURS ADAPTÉS Hiver 2015-2016 Présentation et Sommaire Chères vacancières, chers vacanciers, La saison d été se termine, nous voilà déjà dans la préparation de vos vacances

Plus en détail

RHÔNE-ALPES 2015-2016

RHÔNE-ALPES 2015-2016 1. Information sur le stagiaire! M.! Mme! Entendant(e)! Malentendant(e)! Sourd(e) Nom :... Prénom :... Date de naissance :... Situation professionnelle/etude :... Adresse :...... Photo d identité obligatoire

Plus en détail

«Mutuelle des Mornantais»

«Mutuelle des Mornantais» Dossier «Mutuelle des Mornantais» La première mutuelle communale vraiment solidaire - Extraits de la Vie à Mornant - - décembre 2014 - Dossier «Mutuelle des Mornantais» La première mutuelle communale vraiment

Plus en détail

Formation professionnelle

Formation professionnelle L Accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 Pour un nouveau modèle économique et social au service de la compétitivité des entreprises et de la sécurisation de l emploi et des parcours professionnels

Plus en détail

Livret d accueil du service Accueil temporaire. Maison Saint Cyr Rennes

Livret d accueil du service Accueil temporaire. Maison Saint Cyr Rennes Livret d accueil du service Accueil temporaire Maison Saint Cyr Rennes 1 L Accueil temporaire pour qui? L Accueil temporaire s adresse aux personnes âgées qui vivent à domicile et qui souhaitent un séjour

Plus en détail

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants DOSSIER DE PRESSE L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants PARIS Mercredi 29 février 2012 Communiqué de presse p.2 L Association Française des AIDANTS

Plus en détail

Dossier d inscription aux services :

Dossier d inscription aux services : Dossier d inscription aux services : Restauration scolaire Accueils périscolaires matin soir TAP 2015 2016 Pour une inscription au restaurant scolaire TAP accueils périscolaires : Dossier d inscription

Plus en détail

Rationnaliser les procédures de contentieux judiciaires

Rationnaliser les procédures de contentieux judiciaires Rationnaliser les procédures de contentieux judiciaires 3 Conciliation prud homale Conciliation devant le bureau de conciliation Pour les contestations relatives au licenciement (et non sur la rupture

Plus en détail

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE 1 ANNEXE 1 Charte des droits et libertés de la personne accueillie Texte original Article 1 er : Principe de non-discrimination Dans le respect des conditions

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE -

PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE - PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE - 9 ème WEEK-END DE FORMATION Des animateurs du réseau 11 13 mars 2011 Paris Le Parlement Européen des Jeunes France est une association apolitique et à but non lucratif,

Plus en détail

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Paris, le 12 juin 2014 Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Délibération n CONS. 13 12 juin 2014 Projet de loi de financement rectificative de la

Plus en détail

UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE. La réforme de l assurance maladie se met en place 1

UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE. La réforme de l assurance maladie se met en place 1 UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE La réforme de l assurance maladie se met en place 1 La loi du 13 août 2004 portant sur la réforme de l assurance maladie

Plus en détail

Le DMP et vos droits Dossier Médical Personnel

Le DMP et vos droits Dossier Médical Personnel BROChURE D information PATIENT Le DMP et vos droits Dossier Médical Personnel Créer votre DMP, un acte important pour votre santé au service de la santé www.dmp.gouv.fr 2 Le dmp et vos droits 4 Qu est-ce

Plus en détail

2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise

2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise 2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise La loi a expressément prévu l utilisation de la subvention pour couvrir certaines dépenses. Le budget de fonctionnement doit permettre

Plus en détail

Avenir + PrévoiRetraite. Investissez l esprit libre. Préparez votre retraite dès aujourd'hui. Mon capital avenir en toute sécurité

Avenir + PrévoiRetraite. Investissez l esprit libre. Préparez votre retraite dès aujourd'hui. Mon capital avenir en toute sécurité PrévoiRetraite Avenir + Mon capital avenir en toute sécurité Investissez l esprit libre Préparez votre retraite dès aujourd'hui ENTRE NOUS, C EST FACILE DE SE COMPRENDRE Toutes les garanties de Vous épargnez

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE D ENTREPRISE CARREFOUR Réactualisée août 2014

CONVENTION COLLECTIVE D ENTREPRISE CARREFOUR Réactualisée août 2014 180 181 182 Cet article est complété par les articles 6-1 et 6-3 de l accord NAO 2014 183 Cet ar est complété l article 6-2 l accord N 2014 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199

Plus en détail

Malakoff Médéric Siège social : 21 rue Laffitte 75009 Paris. 8065_CG_MPE_0709_29juill09 - www.lecerkle.com

Malakoff Médéric Siège social : 21 rue Laffitte 75009 Paris. 8065_CG_MPE_0709_29juill09 - www.lecerkle.com 8065_CG_MPE_0709_29juill09 - www.lecerkle.com Malakoff Médéric Siège social : 21 rue Laffitte 75009 Paris CMAV Société d assurance mutuelle du groupe Malakoff Médéric régie par le Code des assurances Siège

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1422780L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT. I- Situation de référence et objectifs de l Avenant

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1422780L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT. I- Situation de référence et objectifs de l Avenant RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et du développement international PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant n 6 entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement

Plus en détail

Gaziers au 141 Bd de Valmy 92700 COLOMBES. A proximité de l A86, le complexe dispose d un parking interne.

Gaziers au 141 Bd de Valmy 92700 COLOMBES. A proximité de l A86, le complexe dispose d un parking interne. La CMCAS des Hauts de Seine et les CMCAS de la Région Parisienne vous présentent le programme de la SECTION MUL TI-ACTIVITES RETRAITES SAISON 4 ACTIVITES CLASSIQUES ACTIVITES A THEMES Cette Section est

Plus en détail

Maternité, maladie et points de retraite complémentaire. n o 6

Maternité, maladie et points de retraite complémentaire. n o 6 GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO MATERNITÉ, MALADIE ET POINTS DE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE Guide salariés n o 6 JUIN 2015 Maternité, maladie et points de retraite complémentaire Sommaire La retraite,

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE SALARIÉ

CONVENTION DE STAGE SALARIÉ CONVENTION DE STAGE SALARIÉ AVERTISSEMENT Les personnes qui sollicitent le bénéfice d une convention de stage doivent être obligatoirement inscrites et participer réellement à un cycle de formation ou

Plus en détail

Le contrat de travail d un salarié déclaré avec le Cesu

Le contrat de travail d un salarié déclaré avec le Cesu Fiche pratique Pour bien comprendre Le contrat de travail d un salarié déclaré avec le Cesu... de l embauche à la rupture À jour au 1 er janvier 2011 Fiche pratique V o u s d e v e n e z e Le contrat de

Plus en détail

RETRAITES COMPLEMENTAIRES AGIRC ET ARRCO

RETRAITES COMPLEMENTAIRES AGIRC ET ARRCO RETRAITES COMPLEMENTAIRES AGIRC ET ARRCO ACCORD DU 23 MARS 2009 Le Mouvement des entreprises de France (MEDEF), La Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME), L'Union professionnelle

Plus en détail

Diagnostics Accompagnements Entreprises du tourisme, de l hôtellerie, la restauration et des activités de loisirs

Diagnostics Accompagnements Entreprises du tourisme, de l hôtellerie, la restauration et des activités de loisirs Diagnostics Accompagnements Entreprises du tourisme, de l hôtellerie, la restauration et des activités de loisirs Mai 2015 Date limite de réponse : 20 juin 2015 Cahier des charges Pour accompagner les

Plus en détail

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE Le projet de loi sur la sécurisation de l emploi, transposant l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 1, comporte

Plus en détail

RENTRÉE 2014 MODE D EMPLOI Repérer les évolutions et bien s organiser

RENTRÉE 2014 MODE D EMPLOI Repérer les évolutions et bien s organiser RENTRÉE 2014 MODE D EMPLOI Repérer les évolutions et bien s organiser Édito Madame, Monsieur, Nous avons le plaisir de vous présenter dans ce document le fruit de presque deux longues années de concertation

Plus en détail

Présentation du Compte prévention pénibilité

Présentation du Compte prévention pénibilité Présentation du Compte prévention pénibilité 1 Sommaire Le Compte prévention pénibilité Le contexte réglementaire Les facteurs de risque Le dispositif Les mesures particulières L offre de services associée

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3225 Convention collective nationale IDCC : 1266. PERSONNEL DES ENTREPRISES DE

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

PREAMBULE AU CONTRAT DE SOUTIEN ET D AIDE PAR LE TRAVAIL

PREAMBULE AU CONTRAT DE SOUTIEN ET D AIDE PAR LE TRAVAIL PREAMBULE AU CONTRAT DE SOUTIEN ET D AIDE PAR LE TRAVAIL Les établissements de soutien et d aide par le travail sont des établissements et services médico-sociaux (article L312-1 du Code de l action sociale

Plus en détail

POSITION DE LA CES. Livre Blanc sur les pensions : «Pour garantir les retraites : Ne se tromper ni sur les objectifs, ni sur les moyens» 1

POSITION DE LA CES. Livre Blanc sur les pensions : «Pour garantir les retraites : Ne se tromper ni sur les objectifs, ni sur les moyens» 1 POSITION DE LA CES Livre Blanc sur les pensions : «Pour garantir les retraites : Ne se tromper ni sur les objectifs, ni sur les moyens» 1 1. Le 16 février 2012 la Commission a publié son Livre Blanc sur

Plus en détail

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À COEUR La Commission scolaire de la Capitale tient à assurer, à l ensemble de son personnel, un environnement de travail qui respecte la santé,

Plus en détail

Guide pour la rédaction du compte-rendu des activités au titre du Service Civique

Guide pour la rédaction du compte-rendu des activités au titre du Service Civique Guide pour la rédaction du compte-rendu des activités au titre du Service Civique A l attention des organismes agréés au titre de l engagement de Service Civique ayant recruté des volontaires avant le

Plus en détail

Cadres réservés à l'administration DOSSIER A RETOURNER

Cadres réservés à l'administration DOSSIER A RETOURNER Cadres réservés à l'administration Date d'envoi du dossier : Date de remise du dossier : DEMANDE DE SUBVENTION ANNEE 2015 Développement culturel Projet éducatif Sport environnement Jeunesse Caritatif et

Plus en détail

LE CONTRAT DE TRAVAIL INTERMITTENT

LE CONTRAT DE TRAVAIL INTERMITTENT LE CONTRAT DE TRAVAIL INTERMITTENT Article 4.5 de la CCNS Le contrat de travail intermittent est un contrat à durée indéterminée (CDI) qui permet de pourvoir des postes permanents de la structure qui comportent

Plus en détail