Déterminants de l adoption des services d aide au maintien à domicile : une évidence empirique. L exemple de SIGAAL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Déterminants de l adoption des services d aide au maintien à domicile : une évidence empirique. L exemple de SIGAAL"

Transcription

1 Déterminants de l adoption des services d aide au maintien à domicile : une évidence empirique. L exemple de SIGAAL Mehdi FARAJALLAH ENCG d Agadir Gérald- Réparate RETALI, Telecom Bretagne bretagne.eu Octobre Introduction Selon les prévisions de l INSEE, en 2035, un français sur trois aura plus de 60 ans, et en 2060 les personnes âgées (PA) de plus de 80 ans représenteront 10% de la population totale en France, contre 4,5% actuellement. La prise en compte des différentes répercussions sociales et économiques de cette mutation démographique est alors un enjeu qui est plus que jamais d actualité. Parmi les éléments concernés par cette évolution, le logement occupe une place centrale. En raison des diminutions physiques qui caractérisent le vieillissement, la question de l adéquation du logement aux capacités physiques d une PA n est pas sans importance pour les individus concernés, mais aussi pour la collectivité dans sa globalité. A partir d un certain âge et quel que soit son niveau de dépendance, une PA doit arbitrer entre deux grandes possibilités en termes de logement : se maintenir dans un logement individuel grâce à l adaptation de l habitat et par l utilisation de services d aide à la personne ou alors le placement dans une structure adaptée (maison de retraite, EHPAD,EHPA ;etc. ). Cette deuxième solution est beaucoup plus coûteuse que la première pour la PA et pour la collectivité, notamment, quand la personne est placée dans un EHPAD. Selon une enquête récente de l'observatoire de l'intérêt général (2012), le coût de l adaptation du logement est en moyenne de 4280 alors que le coût mensuel d un hébergement en maison de retraite est lui d environ Par ailleurs, selon un rapport de 2011 du commissariat général à la stratégie et à la prospective, 23 milliards d euros ont été consacrés en 2010 en France à la dépendance. Toujours selon le même rapport, «.. le poids de l effort public consacré à la dépendance est assez comparable dans les pays de l OCDE, où il représente en moyenne 1,2 % du PIB». En raison de ces coûts élevés et du souhait de la majorité des aînés de rester chez eux le plus longtemps possible (Déoux et al., 2011), les politiques publiques en France et dans l Union Européenne encouragent le maintien à domicile des personnes en perte d autonomie. L importance de cet encouragement est reflété par le niveau élevé des budgets que l UE consacre aux programmes d Ambient Assisted Living et par la mise en

2 avant de la filière «Silver Economy», en France, qui place les solutions d accompagnement des personnes âgées au cœur de l économie. Notre étude s inscrit dans ce contexte et propose une évaluation empirique des facteurs qui peuvent encourager une PA à adopter une boxe de services d aide au maintien à domicile (SAMD). Plus précisément, l objectif de cet article est de proposer une modélisation économétrique des variables qui influencent la disposition à adopter les services SIGAAL 1. SIGAAL (Services Inter Générationnels pour l'assistance aux Aînés dans leur Logement) est une plateforme de services qui a été développée en France, spécifiquement pour répondre au besoin d encourager l autonomie à domicile. Cette plateforme propose des prestations utilisables à partir d'une télévision, et elle a deux grands objectifs : entretenir, voire favoriser l intégration sociale des aînés en leur offrant des services qui permettent, de maintenir les liens avec la famille et les amis (lien social) ; utiliser des technologies domotiques pour améliorer le confort et la sécurité à domicile via l installation de capteurs domotiques. La plateforme SIGAAL est composée d un adaptateur TNT lié à une boxe Internet qui permet d accéder à une liste de services disponibles via la télévision. A l aide d une télécommande facile d usage, les personnes âgées peuvent communiquer avec leur famille, partager des photos avec eux, être informées d activités pouvant les intéresser dans leur quartier (ou plus généralement dans leur ville), accéder à un portail d informations adaptées, commander des plats préparés etc., (Pennec, Guitierrez, 2013). Les détenteurs de cette plateforme ont également la possibilité de bénéficier d une assistance en cas de problème, gérer la sécurité de leur logement (fuite de gaz, alerte incendie), faciliter l accomplissement de certaine tâches quotidiennes (lever des rideaux, régler la température). Pour identifier les facteurs qui encouragent l adoption, nous disposons des données d une enquête effectuée entre juin 2012 et janvier 2013, à Rennes. Notre échantillon est constitué de 387 individus qui sont représentatifs des rennais âgés de 60 ans à 74 ans. Notre article est structuré de la manière suivante. Dans la section 2, nous faisons une revue sélective de la littérature des facteurs explicatifs de l adoption des SAMD, des hypothèses précises sont formulées. La section 3 présente les données et la méthodologie utilisées pour tester nos conjectures. Dans la section 4, nous présentons les résultats et discutons de leurs implications en termes de politiques publiques. La section 5 conclut en résumant les apports de notre contribution aux débats sur ces questions. 2. Revue de la littérature et hypothèses 1 Le projet SIGAAL a été financé par la DGE (direction générale des entreprises) et par des collectivités territoriales. Il a associé 10 partenaires nationaux : AgeVillage, l'ars/ubo, le CHU de Nice, le CSTB, DeltaDore, GTS Mondial Assistance, Icade, SmarDTV, Nexcom et Télécom Bretagne.

3 Le logement est un bien avec de multiples dimensions (localisation, équipement, nombre de pièces, accessibilité). Grâce au développement des nouvelles technologies, notamment les gérontechnologies, certaines de ces caractéristiques peuvent être gérées de manière individuelle sans l intervention d un professionnel, et ceci grâce à des boxes de services connectables à Internet. En raison de cet aspect complexe du logement, l analyse de la disposition à adopter ces boxes, par les personnes âgées, peut avoir plusieurs explications. 2.1 Des besoins hétérogènes pour les PA Avec l âge, les préférences et les besoins d une personne pour les différentes caractéristiques de son logement changent (Gobillon & Laferrère, 2006). A un âge avancé une personne sera plus intéressée par un logement proche de structures fournissant les biens et services de première nécessité (magasins et centre de soins médicaux), qu une personne plus jeune pour laquelle cette proximité peut être moins importante. En économie de la santé, Franco (2010) synthétise ce changement de préférences par la représentation suivante (schéma1). Schéma 1 : Répondre aux besoins évolutifs des aînés (Franco, 2010) La classification suivante pour les différentes nouvelles technologies permettant d adapter l habitat de manière intelligente : télésurveillance médicale ; renforcement de la sécurité à domicile (les détecteurs de mouvement, les capteurs de contact, les capteurs physiologiques (tension, poids), les capteurs environnementaux (pression atmosphérique, humidité, luminosité, température ambiante) ; assistance pour les tâches de la vie ; maintien du lien social et téléassistance. A partir de cette analyse nous pouvons formuler les deux hypothèses suivantes. Hypothèse 1 : les déterminants d adoption des technologies d aide au maintien à domicile diffèrent selon la nature du service proposé. Hypothèse 2 : l âge devrait avoir un impact différent selon le service proposé. 2.2 Les caractéristiques socio- économiques et l expérience préalable

4 En plus de l âge, les préférences des PA peuvent également être influencées par d autres caractéristiques socio- économiques. Le genre D un point de vue démographique, il est admis que les femmes ont une espérance de vie qui est, en moyenne, plus longue que celle des hommes. Cela suppose, qu à partir d un certain âge, les femmes ne peuvent plus compter sur la présence et l assistance de leur conjoint. Les femmes n ont toutefois pas toujours la possibilité de se faire aider par leurs enfants ou par des amis. Elles peuvent alors utiliser des aides techniques pour remédier à d éventuelles faiblesses physiques ou cognitives. Au niveau empirique, Kejosse et Weber (2003) montrent à partir des données d une enquête Insee de 1999, «toutes choses égales par ailleurs», que les femmes ont effectivement une probabilité de recours aux aides techniques légèrement plus forte que les hommes. Les probabilités estimées à l époque étaient égales à 13 % pour les femmes et à 10% pour les hommes. Nous formulons donc l hypothèse suivante: Hypothèse 3 : Quel que soit le type de service proposé, les SAMD ont plus de chance d être adoptés par des femmes. Actif ou à la retraite L arrivée de la retraite professionnelle est une étape de la vie propice à l ajustement de la consommation de logement dans un ménage (Tastiramos, 2004 ; Gobillon et Wolff, 2005). Pour expliquer le changement de préférences qui intervient pendant cette transition, plusieurs effets se combinent. Le premier est celui de la baisse de revenu liée à la cessation d activité. Une PA avec moins de revenus est plus incitée à diminuer le coût de son logement que de l augmenter. Le second effet est celui de l augmentation du temps disponible. Etant donné qu un retraité passe plus de temps dans son logement pendant cette période qu en période d activité, il peut être disposé à y consacrer plus de ressources afin d en profiter d avantage. Hypothèse 4 : Etre à la retraite a un effet indéterminé sur l adoption des SAMD. La solitude En raison du départ des enfants, du décès d un conjoint ou tout simplement en raison des hasards de la vie, se retrouver seul à un âge avancé modifie le caractère optimal d un logement. L'ajustement de la quantité de logement nécessaire peut passer alors soit par le déménagement (Tastiramos, 2004), notamment pour les femmes (Laferrère, 2005) ou pour la réadaptation fonctionnelle du logement. La réadaptation peut concerner l accessibilité mais aussi le flux de services dérivés du logement (Gobillon et Laferrère, 2006). Quelle que soit l option choisie, la solitude a un effet coût sur les choix de consommation d un logement. A deux ou à plusieurs, le coût individuel d un logement est plus faible que quand on est seul «toutes choses égales par ailleurs» Hypothèse 5 : Même si les SAMD peuvent contribuer à maintenir un lien social, en raison d un effet coût, vivre seul ne contribue pas forcement à une plus grande adoption des SAMD

5 Le statut d occupation du logement Quel que soit l âge d un individu, anticiper l avenir dans un logement dépend du statut qu il occupe : locataire, propriétaire ou occupant gratuitement. Même pour des changements minimes (installation de capteurs ou d une nouvelle boxe de services) (Renaut et al, 2012), réaménager un logement, quand on est locataire, nécessite d abord l approbation du propriétaire. Il est alors difficile de repenser le cadre de vie de son logement, si les réponses techniques d aménagement ou d aide au maintien à domicile ne peuvent pas être mise en place. Hypothèse 6 : les personnes qui ont un statut de locataire dans leur logement ont moins de chance d être disposées à adopter les SAMD. Le niveau de revenu Corrélé négativement avec l âge et positivement avec le fait d exercer une activité professionnelle, le niveau de revenu est l indicateur ultime des ressources financières pouvant être consacrées à un projet de maintien à domicile. Toutes choses égales par ailleurs, moins la PA aura de revenus, moins elle sera disposée à adopter un service d aide au maintien à domicile. Les expériences préalables de la technologie et des services En psychologie sociale, plusieurs travaux font référence à l influence positive d une expérience préalable en matière de technologie sur le renouvellement des dispositifs utilisés chez les personnes âgées (Kelley, Morrell, Park, et Mayhorn, 1999 ; Czaja et Lee, 2003 ; Wilkowska and Ziefle, 2009). Dans notre étude, deux types d expérience peuvent être pris en compte. Le premier fait référence à l expérience préalable en matière de technologie et le second à l expérience préalable en termes d utilisation des services d aide au maintien à domicile. Concernant l usage technologique, nous pensons que le temps passé à regarder la télévision chaque jour et la possession d une «connexion Internet» sont deux facteurs qui influenceront positivement l adoption. Une PA qui passe peu de temps (par jours) devant sa télé et qui de surcroit ne possède pas de connexion internet a peu de chance d être intéressée par des services dont le fonctionnement est conditionné par la possession de ces deux technologies. Quant à l expérience préalable de SAMD, l effet de cette variable est ambigu. Une personne qui utilise déjà un service d aide ménagère, par exemple, peut avoir deux comportements distincts et opposés. Elle peut vouloir trouver un autre vendeur de services dont elle n est plus satisfaite, comme elle peut décider de rester chez le même vendeur si ce dernier répond à ses exigences. 2.3 L état de santé En économie de la santé, notamment dans les travaux de Grossman (2000) et Bolin (2011), on considère que chaque individu naît avec un capital santé qui décroit avec le temps. Afin de maintenir son capital santé au niveau le plus haut, un individu doit faire des investissements en matière de santé. Les services d aide au maintien à domicile peuvent appartenir à ce type d investissement. Dans la littérature empirique, plusieurs études

6 confirment cette hypothèse (Mathieson, Kronenfeld, and Keith, 2002 ; Oppenauer, 2009 ; Roelands, Van Oost, Depoorter, and Buysse, 2002). Hypothèse 7 : Avoir des problèmes de santé pousserait à l adoption de technologies de maintien à domicile. 2.4 Le voisinage social ou l'entourage La décision d adopter une technologie ne dépend pas uniquement de l'utilité intrinsèque du service reçu, mais dépend également des choix effectués dans l'entourage. Comme tout service caractérisé par des externalités de réseau, la satisfaction retirée est croissante avec le nombre d'utilisateurs du service (Pénard, 2006). Un service de lien social pour PA a d autant plus d utilité que le nombre d utilisateurs est élevé, surtout dans le voisinage proche : amis, enfants et personnels soignants. En effet, avec l âge, les aînés ont tendance à réduire de façon substantielle l étendue de leur réseau social (Bobillier- Chaumon, 2009). Selon les études de Carstensen et al. (1999) dans le cadre la théorie de la socio- sélectivité émotionnelle 2, «les personnes âgées opèrent une sélection dans leurs amis pour ne garder que les proches qui comptent pour eux sur le plan personnel (c est donc le choix de la qualité des relations au détriment de la quantité )» (Adam, 2009). Un service de lien social serait davantage utilisé par les PA pour renforcer des liens déjà existants et non pour en tisser des nouveaux. Pennec et Le Borgne- Uguen (2005) précisent que le voisinage social peut également avoir une influence en termes de médiation en amont du processus d adoption. Roelands & al (2002) ont testé ces effets sur la diffusion d aides techniques pour la mobilité et pour les soins. Ils montrent pour un échantillon de 491 personnes âgées que les croyances normatives influencent significativement l intention d utilisation. Les médecins généralistes suivis par les enfants et par les infirmières, ont été les personnes le plus fréquemment consultées dans le recours aux aides techniques. Hypothèse 8 : Un service de lien social aura plus de chance d être adopté par des PA ayant un voisinage social étoffé. 2.5 Les perceptions d utilité et d utilisabilité Exprimées en amont du processus d adoption, les perceptions d utilité et d utilisabilité donnent un premier aperçu sur l acceptation d une technologie par un individu. A la base du premier modèle d acceptation technologique (TAM : Technology Acceptance Model) (Davis, 1989), ces deux hypothèses indiquent qu un individu n adoptera pas une technologie s il pense qu elle n améliorera pas son niveau de bien être (utilité). De la 2 La théorie de «la sélectivité socio-émotionnelle» explique l influence de la perception du temps sur les buts et motivations du comportement humain. Son postulat principal est que durant la vie, différents buts rivalisent entre eux. Des buts liés au savoir (exp, développement personnel...) et des buts liés aux émotions (exp. régulation des émotions, recherche de plaisirs notamment à travers les amis..). Les individus privilégient les buts en fonction de la perception du temps restant à vivre. Quand le temps est perçu comme illimité, les buts liés au savoir sont prioritaires. Quand le temps est perçu comme fini (cas des personnes âgées) se sont les buts à sens émotionnels qui l emportent.

7 même façon, une technologie qui donne l impression de nécessiter un effort élevé à l usage risque de ne pas trouver énormément d adeptes. Testées dans un premier temps sur des échantillons d individus avec un large spectre d âges, ces deux hypothèses ont été vérifiées au cours de ces dernières années sur des échantillons de personnes âgées. Des études empiriques sur cette population montrent qu à l image des autres catégories d âge, l utilisabilité et l utilité perçues sont deux éléments qui comptent dans le processus d acceptation (Morrel, 2005 ; Bouwhuis and al., 2008 ; Michel and al., 2009). Steele et al. (2009) résument ces résultats empiriques en concluant que, les personnes âgées sont disposées à acquérir et à utiliser une nouvelle technologie si, tout en s adaptant à leur style de vie, cette dernière leur apporte un bénéfice immédiat dans leur quotidien. Dans la continuité de ces études nous faisons alors l hypothèse suivante : Hypothèse 9 : Avoir un avis intéressé pour les services d aide au maintien à domicile, qu ils soient liés au confort, à la sécurité ou au lien social, augmente la probabilité d adoption de ces services. 3. Données et méthodologie Echantillon Notre étude se base sur les données d une enquête réalisée à Rennes 3, par interview semi- directif, dans la rue, entre juin 2012 et janvier 2013, auprès d un échantillon de 387 personnes âgées de 60 à 74 ans. Les individus de cette tranche d âge ont été choisis de manière aléatoire et les durées des interviews ont variées entre 15 et 20 minutes. L échantillon constitué est représentatif de cette sous- population rennaise, par quotas d âge, de sexe, de pratique d une activité professionnelle et de statut dans le lieu de résidence (propriétaire ou locataire). Il se compose de 57% de femmes et l âge moyen des répondants est de 65ans et 7 mois. Même si notre échantillon n'est pas parfaitement représentatif de la totalité de la population française appartenant à cette tranche d âge, on peut tirer, néanmoins, des résultats de cette étude des enseignements utiles pour des villes qui ont une taille et une constitution démographique comparable. Les variable dépendantes Afin de répondre à notre problématique, une spécification économétrique de base a été retenue. Dans cette spécification, les packs de services sont considérés de manière indépendante, on utilise alors un logit multinomial pour analyser les choix effectués. La variable dépendante est égale à 1 quand le pack choisi contient des services destinés à maintenir le lien social, elle est égale à 2 lorsque le pack choisi est constitué par des services de confort et de sécurité, elle est égale à 3 quand le pack choisi contient la totalité des services et enfin, elle est égale à 0 lorsque la personne interrogée n est 3 En mai 2011, la ville de Rennes a rejoint le réseau mondial des Villes- amies des aînés, initié par l Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Ce réseau a pour but de créer des milieux favorables au vieillissement. En mars 2010, Rennes a également obtenu «Bien vieillir Vivre ensemble».

8 intéressée par aucun des packs proposés. Le tableau ci- dessous montre les dispositions à adopter qui ont été déclarées par les différentes catégories de répondants. Tableau 1 : Les différents consentements à payer pour les services SIGAAL Les choix effectués Effectif dans l'échantillon Fréquence en % dans l échantillon Pas disposer à adopter des SAMD ,34 Pack lien social 33 8,53 Pack domotique 54 13,95 Pack avec la totalité des services 51 13,18 On peut lire sur ce tableau que 35,66% des personnes interrogées sont prêtes à adopter un service d aide au maintien à domicile. Le pack qui a le plus de succès est le «pack domotique», 39,13% des personnes intéressés par un SAMD ont choisi ce pack. Le variables explicatives Dans cette étude, nous avons retenu six groupes de variables explicatives de l intention d adopter un SAMD : les caractéristiques socio- économiques, l utilité perçue des services proposés, le voisinage social, l état de santé, l expérience préalable des SAMD et de la technologie. Toutes les variables explicatives utilisées dans l analyse économétrique sont présentées de manière descriptive dans les tableaux 1 et 2. Les caractéristiques socio- économiques Afin de mesurer l influence du profil socio- économique sur la disposition à adopter un SAMD nous utilisons les six variables suivantes : le genre est égal à 1 quand le répondant est une femme et 0 sinon ; le statut de location est égal à 1 quand le répondant est propriétaire de son logement et 0 sinon; le mode de vie est égal 1 quand la personne vie seule et 0 sinon ; l âge a été regroupé en trois classes (de 60 ans à 64 ans, de 65 ans à 69 ans et de 70 ans à 74 ans) ; le niveau de revenu a été codé en 3 catégories, la première correspond aux revenus compris entre 1000 et 1500 (par mois pour une personne seule), la seconde aux revenus compris entre 1501 et 2000 et la troisième aux revenus qui dépassent les 2000 par mois pour une personne seule. Avoir une activité professionnelle, cette variable est égale à 1 quand la personne a une activité professionnelle et 0 sinon. L utilité perçue L utilité perçue est captée à l aide de deux variables approchantes de celles qui ont été évoquées dans les modèles TAM. La première est l avis des enquêtés sur les services de lien social présentés à l aide d images et de vidéos. Cette variable est égale à 1 quand

9 l avis est bon ou très bon et 0 si la personne ne sait pas ou si elle a un avis négatif. La deuxième est l avis des enquêtés sur les services de domotique. De la même façon, cette variable est égale à 1 quand l avis est bon ou très bon et 0 si la personne ne sait pas ou si elle a un avis négatif. On peut lire dans le tableau 2 que les services basés sur la domotique sont perçus comme étant plus utiles que ceux basés sur le lien social. Le voisinage social Pour mesurer les effets liés au voisinage social, deux variables sont utilisées. La première est le fait d avoir au moins un enfant dans la famille du répondant (cette variable est dichotomique). La deuxième est la taille du cercle d amis. Cette variable prend des valeurs subjectives : cercle restreint, cercle moyen ou cercle large. L état de santé L état de santé a été mesuré par la question suivante : «Actuellement, quelles sont les principales difficultés physiques auxquelles vous faites face?». Les enquêtés pouvaient avoir des choix multiples parmi les problèmes suivants : mobilité, vue, ouïe, difficulté d élocution, tremblements, troubles de la posture, troubles cognitifs. Pour les régressions économétriques nous avons recodé les réponses sous une forme dichotomique. La variable retenue est égale à 1 si l individu a au moins un problème de santé et 0 sinon. L expérience préalable des SAMD et de la technologie Pour l utilisation de services extérieurs les individus ont choisi une ou plusieurs des réponses suivantes : services d aide à domicile, le recours à du personnel infirmier /SSIAD (services de soins infirmiers à domicile), ou le portage de repas. Dans le modèle économétrique cette variable est égale 1 si la personne utilise au moins un de ces services et 0 sinon. Pour ce qui est de l expérience technologique, nous utilisons les deux indicateurs qui nous paraissent les plus pertinents : le nombre d heures passés devant la télévision (sous une forme continue) et la possession d une connexion internet sous une forme dichotomique. Tableau 2 : Statistiques descriptives pour les variables explicatives de la disposition à adopter un SAMD Les variables socio- économiques Variables Effectif dans l'échantillon Fréquence en % Genre Femme ,36 Homme ,64 Age 60ans - 64ans ,22 65ans- 69ans ,3 70ans - 74ans 87 22,48

10 Activité Oui 64 16,54 Non ,46 Tranche de revenu ( ) 66 17,05 ( ) , et plus ,88 Statut de location propriétaire ,09 locataire ,91 Mode de vie avec quelqu'un ,53 seul ,47 l'utilité perçue Lien social Bonne et très bonne Ne sais pas et mauvaise 80 20, ,33 Domotique Bonne et très bonne Ne sais pas et mauvaise , ,44 Voisinage social Cercle d'amis restreint moyen large Au moins un enfant Oui Non Etat de santé Avoir au moins un problème de santé Oui Non Expérience préalable Utiliser au moins un service extérieur Avoir une connexion Internet Nombre d'heures Télévision (moyen) Oui Non Oui Non h 40 min Méthode Pour refléter au mieux la nature des notre variable dépendante, nous proposons un logit multinomial non ordonné, où l intention d adopter un SAMD par un individu i prend quatre valeurs indicées r =0, 1,2 ou 3 :

11 !! = 0:!!!"#!$!#%!!!!"!#!!!!"#$"#!%"!!!!"#$%&'!!"!!"#$!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! 1:!!!!"#!$!#%!!!!!!"#$"#!%"!!!!"#$%&'!!"#!!"#$%&"!!!"!!"#$!!"#$%&!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! 2:!!!"#!$!!"!!!!!!"#$"#!%"!!!!!"#$%&'!!"#!!"#$%&"!!!"!!"#"$%&'(!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!3:!!!"#!$!#%!!!!!!"#$"#!%"!!!!"#$%&'!!"!!"#$!!"#$!!"!!"!#$%!!!"#!!"#$%&"! Dans ce modèle, nous comparons les probabilités d occurrence de l un des événements, r=1, 2 ou 3, (r = 1 représentant le choix d adopter les services de lien social, r = 2, le choix d adopter des services de domotique et r = 3, services de sécurité) (équation 2) à la probabilité d occurrence d un événement de référence, r=0, ne rien choisir (équation3). Les probabilités pour ces évènements peuvent s écrire de la manière suivante. (2) (3) Comme pour un modèle logit, le coefficient associé à la variable explicative est estimé pour chaque occurrence de r >0 par la méthode du maximum de vraisemblance. Les écarts- types de tous les coefficients sont estimés de manière robuste selon la méthode de Huber White. Si un coefficient est positif, cela veut dire qu un accroissement de la variable coefficient augmente la probabilité qu un individu ait l intention d adopter le pack : r, par rapport à la situation de référence (ne rien adopter r =0). Les annexes présentent les coefficients du modèle estimé. La valeur du t de Student (indiquée entre parenthèses) et les rapports de côte «odds ratios» 4 associés à chacune des variables explicatives. Les étoiles indiquent le degré de significativité des variables. Pour les variables multinomiales, la modalité de référence est indiquée par la mention «Réf». Pour un logit multinomial, le coefficient estimé d une variable explicative ne nous renseigne que sur le sens de la relation qui relie cette variable et la variable expliquée. Il est alors recommandé d interpréter les rapports de côtes pour juger de l influence de chaque variable explicative. 4. Résultats et analyses Les résultats de nos estimations sont présentés dans le tableau STATA. Dans la suite de cette section, nous examinons chacune des hypothèses formulées et les implications, en termes de politique publique des résultats obtenus. 4 Un rapport de cote égal à x implique que la probabilité d adopter un service de maintien à domicile est multipliée par x pour la modalité considérée par rapport à la modalité de référence.

12 Nos résultats valident l hypothèse selon laquelle les facteurs qui déterminent l intention d adopter des SAMD sont différents d un pack à l autre. Par ailleurs, le «suest-based» test de Hausman et le test de Wald pour la combinaison des modalités de la variable dépendante, montrent en effet que l hypothèse d Independence des alternatives non pertinentes est vérifiée et que tous les coefficients associés avec toutes les paires de combinaisons des modalités de la variable dépendante sont nuls. Cela veut dire que les personnes interrogées ont considéré séparément les packs de services proposés. Par conséquent ce marché sera probablement un marché segmenté où les offres qui seront proposées devront correspondre au plus juste aux services désirés par les personnes âgées. Les caractéristiques socio- économiques Conformément au travail de Kejosse et Weber (2003), le genre a un impact positif sur l intention d adopter un SAMD. En effet, on peut lire, dans le tableau des résultats, que les femmes ont été plus disposées à adopter les SAMD SIGAAL, que les hommes. Elles ont toutefois un comportement sélectif, puisque ces plus grandes probabilités concernent deux des trois packs, ceux contenant les services de lien social. Afin d intéresser ces femmes alors, il est souhaitable que les packs qui leurs seront proposés contiennent des services de lien social. Pour ce qui est de l âge notre hypothèse n est confirmée que partiellement, puisque cette variable n est significative ni pour le pack lien social, ni pour le pack domotique, mais l est pour le pack contenant la totalité des services. Ce résultat peut laisser penser qu avec l âge les personnes âgées ont des besoins de services qui sont plus grands. La propriété du logement est également une variable significative dans l adoption des SAMD. En effet, nos résultats montrent qu un répondant qui est propriétaire de son logement a au moins 7 fois plus de chance d adopter un des deux packs contenant les services de confort et de sécurité. Pour les services de lien social, la corrélation n existe pas car la mise en place de ces services ne nécessite pas l installation préalable de capteurs domotiques et peut être faite par des habitants qui sont locataires de leur logement La solitude n a paradoxalement aucun effet sur la disposition à adopter des services proposés dans le cadre du projet SIGAAL, ceci quelque soit le service proposé. Pour notre échantillon ce sont les autres caractéristiques socioéconomiques qui priment. Les SAMD ne sont pas perçus comme un moyen de sortie de l isolement, mais plutôt comme une façon de maintenir un lien social déjà existant. Ce résultat est conforme à la théorie de la socio-sélectivité émotionnelle. Quand la personne âgée a un voisinage social, cela n influence pas uniquement son intention d adopter les services de lien social mais influence aussi l intention d adopter les deux autres packs de services proposés. Cela est dû probablement à l effet rassurant de l aide que peuvent apporter les amis pour la gestion des services domotiques si besoin il y en a. Enfin en ce qui concerne les ressources financières, on remarque que cet aspect est important, puisque le fait d avoir des ressources élevées augmente la probabilité d adopter le pack contenant la totalité des services (pack qui sera probablement le plus cher à la commercialisation). On trouve également le même effet pour la variable «avoir une activité professionnelle». Notre enquête montre qu être en activité augmente la probabilité d adopter les SAMD et ceci quel que soit le pack proposé. Cela renforce l effet de la variable

13 «ressources financières», qui sont normalement plus élevés quand une personne est en activité L utilité perçue Qu il s agisse de domotique ou de lien social, l apriori positif sur le service proposé est un des facteurs déterminants de la disposition à adopter les SAMD. En d autres termes si les personnes interrogées on un avis négatif sur les services présentés, elles ne seront pas prêtes à l adopter. Ce résultat est conforme aux évidences empiriques précédentes. L expérience préalable Pour ce qui est de l expérience préalable des services à la personne, on remarque que l impact de cette variable diffère selon qu il s agisse de domotique ou de lien social. Quand l individu utilise au moins un service d aide à la personne, il a plus de chance d adopter des service de lien social. Ce résultat peut s expliquer par le fait que dans ce domaine les personnes sont en attente de nouveauté. Pour ce qui est des deux autres packs cette variable n a pas d impact significatif, car probablement les gens associent moins la domotique aux services à la personne. Au niveau technologique, on peut dire qu Internet peut être un facteur bloquant, pour les personnes intéressées uniquement par les services de domotique. Si ces dernières n ont pas de connexion, elles auront moins de chance d adopter les services de domotique. Quant au nombre d heures passées devant la télé, il est uniquement important que quand le pack choisi contient des services de domotique. Les enquêtés ont très bien compris que les services domotiques n ont de l utilité que quand les personnes passent du temps devant leur télévision. L état de santé Avoir des difficultés de santé engendre plus une demande de service domotique que de services de lien social. Cela conforte l idée que les PA cherchent d abord à rester autonomes le plus longtemps chez eux. Tableau3 : Résultats du modèle Logit multinomial Iteration 0: log likelihood = Iteration 1: log likelihood = Iteration 2: log likelihood = Iteration 3: log likelihood = Iteration 4: log likelihood = Iteration 5: log likelihood = Multinomial logistic regression Number of obs = 387 LR chi2(42) = Prob > chi2 = Log likelihood = Pseudo R2 = choixmulti RRR Std. Err. z P> z [95% Conf. Interval] (base outcome) ls femme proprietaire seul age actif

14 avislsbinaire avisdomobinaire tranche_revenucodmodif nb_enfants cercle_amis aumoinsunediff aumoinsunservice internetbis nb_heure_tv _cons e domo femme proprietaire seul age actif avislsbinaire avisdomobinaire tranche_revenucodmodif nb_enfants cercle_amis aumoinsunediff aumoinsunservice internetbis nb_heure_tv _cons e domo+ls femme proprietaire seul age actif avislsbinaire avisdomobinaire tranche_revenucodmodif nb_enfants cercle_amis aumoinsunediff aumoinsunservice internetbis nb_heure_tv _cons 1.52e e e Conclusion Les plateformes proposant des services d aide au maintient à domicile sont une innovation dont la diffusion n en est qu à ses balbutiement. L étude qui été menée pour les services SIGAAL prouve toutefois qu une demande existe, puisqu un peu plus du tiers des personnes interrogées (35,66%) dans le cadre de cette enquête est prêt à adopter des SAMD. Si les politiques publiques européennes et les évolutions technologiques récentes sont des facteurs qui encouragent la diffusion de ces services, plusieurs obstacles se dressent encore devant les porteurs de projets: la concurrence probable des opérateurs Télécom, le retard d initiative de l état pour financer ces services. Pour lever certaines de ces barrières et pour compléter les résultats sur les facteurs individuels d adoption qui ont été présentés dans les conclusions statistiques, nous faisons les recommandations suivantes :

15 Les politiques tarifaires pour les SAMD doivent être basées sur des discriminations et des subventions croisées entre les différentes catégories d utilisateurs. En d autres termes, il est préférable dans un premier temps de subventionner l accès des professionnels aux plateformes, afin d offrir des contenus diversifiés aux utilisateurs. Ce n est qu après l acquisition d une masse critique d abonnés intéressés par les contenus proposés que le maintien des subventions peut être remis en cause Réfléchir à une façon de prendre en charge financièrement une partie des abonnements pour ces services, car l état tarde à intervenir dans la boucle de financement. Actuellement certains des services proposés par les plateformes d aide au maintien à domicile sont déjà proposés en série sur des boxes d opérateurs de télécommunication ou de fabricants de téléviseurs connectés Segmenter finement la demande, pour intéresser un plus grand nombre de clients. Communiquer le plus justement sur l innovation apportée, selon qu elle soit liée au dispositif technologique lui même ou à l usage qu il en sera fait 6. Références Ajzen, I. (1991). The theory of planned behavior. Organizational Behavior and Human Decision Processes,50(2), Adam S., 2009, Réseau social, d émotions et vieillissement: A- t- on moins d amis sur Facebook en vieillissant»,? %20- %20R%C3%A9seau%20social%20et%20vieillissement%C2%A0.pdf Andersen, R., & Newman, J. F. (1981). Societal and individual determinants of medical care utilization in the United States. Dans J. B. McKinlay (Éd.), Health care consumers, professionals, and organizations (pp ). Cambridge: Mass MIT Press. Bobillier- Chaumon, M.- E., Oprea Ciobanu, R «Les nouvelles technologies au service des personnes âgées : entre promesses et interrogations Une revue des questions», Psychologie française, vol. 54, n 3, p Bouma, H., Fozard, J. L., Bouwhuis, D. G, & Taipale, V. (2007). Gerontechnology in perspective. Gerontechnology gerontechnological perspective. Gerontechnology, 2(3), , 6(4), Bouwhuis, D. G., Meesters, L. M. J., & Berentsen, J. (2008). Technology acceptance models in gerontechnology. Gerontechnology, 7(2), Caradec Vincent, «Générations anciennes et technologies nouvelles», Gérontologie et société, Avoir 20 ans, avoir 100 ans en l an 2000, n spécial, 2001, pp Carstensen, L. L., Isaacowitz, D. M., & Charles, S. T. (1999). Taking time seriously: A theory of socioemotional selectivity. American Psychologist, 54(3),

16 Charness, N., Schumann, C. E., & Boritz, G. M. (1992). Training older adults in word processing: Effects of age, training technique, and computer anxiety. International Journal of Technology & Aging, 5(1), Charue- Duboc F., Amar L., Raulet- Croset N., Kogan A- F La télé- assistance pour le maintien à domicile : comment dépasser une logique d offre technologique et construire des usages pertinents, Rapport de recherche pour la Caisse Nationale de Solidarité et d Autonomie, PREG- CRG Ecole Polytechnique, 148 p. Cornet, G., & Carré, M. (2008). Technologies pour le soin, l'autonomie et le lien social des personnes âgées : quoi de neuf?, Gérontechnologie et société, ; 126 : Czaja, S. J., & Lee, C. C. (2003). Designing computer systems for older adults. Dans J. A. Jacko & A. Sears (Éds.), The human- computer interaction handbook: Fundamentals, evolving technologies and emerging applications (pp ). Hillsdale, NJ: Lawrence Erlbaum Associates. Czaja, S. J., Charness, N., Fisk, A. D., Hertzog, C., Nair, S. N., Rogers, W. A., & Sharit, J. (2006). Factors predicting the use of technology: Findings from the center for research and education on aging and technology enhancement (CREATE). Psychology and Aging, 21(2), Davis, F. D. (1989). Perceived usefulness, perceived ease of use, and user acceptance of information technology. MIS Quarterly, 13(3), Déoux S., Massot O., Girard V., (2011), «L'habitat, facteur de santé des trente dernières années de vie des aînés?», Gérontologie et Société - n mars 201. Ellis, R. D., & Allaire, J. C. (1999). Modeling computer interest in older adults: The role of age, education, computer knowledge, and computer anxiety. Human Factors: The Journal of the Human Factors and Ergonomics Society, 41(3), Ennuyer, Bernard Repenser le maintien à domicile. Enjeux, acteurs, organisations, Paris, Dunod, Flichy, Patrice «Technique, usage et représentation», Réseaux, vol. 2, n , p Franco, Alain Vivre chez soi, Rapport de la mission «Vivre chez soi», juin. Gimbert, V. (2009, décembre). Les technologies pour l'autonomie: de nouvelles opportunités pour gérer la dépendance. Centre d'analyse stratégique, Gitlin, L. N., Schemm, R. L., Landsberg, L., & Burgh, D. (1996). Factors predicting assistive device use in the home by older people following rehabilitation. Journal of Aging and Health, 8(4), Jamet, E., & Février, F. (2008). Utilisabilité, utilité et acceptabilité des TIC: une approche de psychologie ergonomique. Dans M. Benedetto- Meyer & R. Chevallet (Éds.), Analyser les usages des systèmes d'information et des TIC: Quelles démarches,

17 quelles méthodes? (pp ). Lyon : Editions Anact. Kelley, C. L., Morrell, R. W., Park, D. C., & Mayhorn, C. B. (1999). Predictors of electronic bulletin board system use in older adults. Educational Gerontology, 25(1), Kerjosse, R., & Weber, A. (2003, septembre). Aides techniques et aménagements du logement: usages et besoins des personnes âgées vivant à domicile. Etudes et Résultats, 262. Le X., Reconnaissance des comportements d une personne âgée vivant seule dans un habitat intelligent pour la santé, Thèse de doctorat en Automatique Productique, Université Joseph Fourier Grenoble 1, Sciences- Technologies & médecine, Le Borgne- Uguen F., S. Pennec, 2000, L adaptation de l habitat chez des personnes (de plus de 60 ans) souffrant de maladies et de handicaps et vivant à domicile. Usages et interactions entre les personnes, les proches et les professionnels à travers les objets, les techniques et les aménagements. Contrat de recherche MiRe et CNAV, Brest, ARS, Université de Bretagne Occidentale, Tomes 1 et 2 : 212 et 105 p. Le Borgne- Uguen F., 2004, «L'adaptation de l'habitat des personnes de plus de 60 ans souffrant de divers handicaps», dans M. Legrand, P. Penin (dir.), Seniors et nouvelles technologies. Autonomie et place dans la cité, Nancy, p Mathieson, K. M., Kronenfeld, J. J., & Keith, V. M. (2002a). Maintaining functional independence in elderly adults: the roles of health status and financial resources in predicting home modifications and use of mobility equipment. The Gerontologist, 42(1), McMurtrey, M. E., Zeltmann, S. M., Downey, J. P., & McGaughey, R. E. (2011). Senior and Technology: results from a field study. Journal of Computer Information Systems, 51(1), Melenhorst, A. S., & Bouwhuis, D. G. (2004). When do older adults consider the internet? An exploratory study of benefit perception. Gerontechnology, 3(2), Melenhorst, A. S., Rogers, W. A., & Bouwhuis, D. G. (2006). Older adults' motivated choice for technological innovation: Evidence for benefit- driven selectivity. Psychology and Aging, 21(1), Michel, C., Bobillier- Chaumon, M. E., & Tarpin- Bernard, F. (2009). Fracture numérique chez les seniors du 4e âge. Les Cahiers du numérique, 5(1), Mokhtari, M. (2002). Interaction Homme- Machine: Application aux aides technologiques pour la réduction du handicap moteur (Thèse habilitation à diriger des recherches non publiée). Université Paris VI, Paris. Morrell, R. W. (2005). The process of construction and revision in the development of a model web site for use by older adults. Universal Access in the Information Society, 4(1), Oppenauer, C. (2009). Motivation and needs for technology use in old age.

18 Gerontechnology, 8(2), Pennec S., Le Borgne- Uguen F., (dir), 2005, Les technologies urbaines. Vieillissements et handicaps, Rennes, ENSP, Coll. Recherche, Santé, Social. Pennec S. (dir.), Simon G., 2011, Analyse des services et des équipements techniques pour un domicile adapté aux personnes âgées, SIGAAL (Special Interest Group on Ambient Assisted Living), Rapport 1, Brest, ARS- UBO, Janvier, 136 p. Pennec S. (dir.), Gutierrez C., 2013, Etude des partenariats de projet et des pratiques de deux expérimentateurs dans des logements sociaux équipés de capteurs et d une plateforme de télécommunication. SIGAAL (Special Interest Group on Ambient Assisted Living), Rapport sociologique n 2, Brest, ARS- UBO, 176 p. Poulain, A., Piovan, R., De Varax, A., & Letellier, M. (2007). Etude prospective sur les technologies pour la santé et l'autonomie. Paris : Alcimed. Reerink- Boulanger J., Services technologiques intégrés dans l'habitat des personnes âgées : examen des déterminants individuels, sociaux et organisationnels de leur acceptabilité, Université de Rennes 2, février Rialle, Vincent Technologies nouvelles susceptibles d améliorer les pratiques gérontologiques et la vie quotidienne des malades âgés et de leur famille, Rapport, Mai Rogers, Everett M., Diffusion of Innovations, New York, 1962 Rogers, E. M. (1995). Diffusion of innovations. Simon and Schuster International. Roelands, M., Van Oost, P., Depoorter, A., & Buysse, A. (2002). A social- cognitive model to predict the use of assistive devices for mobility and self- care in elderly people. The Gerontologist, 42(1), Selwyn, N., Gorard, S., Furlong, J., & Madden, L. (2003). Older adults' use of information and communications technology in everyday life. Ageing & Society, 23(5), Sponselee, A. G., Schouten, B. A. M., & Bouwhuis, D. G. (2008). Effective use of smart home technology to increase well- being. Gerontechnology, 7(2), Terrade, F., Pasquier, H., Reerinck- Boulanger, J., Guingouain, G., Somat, A «L acceptabilité sociale : la prise en compte des déterminants sociaux dans l analyse de l acceptabilité des systèmes technologiques», Le travail Humain, tome 72, n 4, p Thépaut A., Segarra M., Lohr C., Chapon P.M., Adaptation and customization of services for the elderly. 7th world conference ISG10: International Society for Gerontechnology, may 2010, Vancouver, Canada, 2010 Venkatesh, V., Morris, M. G., Davis, G. B., & Davis, F. D. (2003). User acceptance of information technology:toward a unified view. MIS Quarterly, 27(3),

19 Wilkowska, W., & Ziefle, M. (2009). Which factors form older adults' acceptance of mobile information and communication technologies? Dans A. Holzinger & K. Miesenberger (Éds.), Human computer interaction for e- Inclusion (pp ).Berlin, Heidelberg: Springer. Zeithmal, V. A., & Gilly, M. C. (1987). Characteristics affecting the acceptance of retailing technologies: A comparison of elderly and nonelderly consumers. Journal of Retailing, 63(1), Zimmer, Z., & Chappell, N. L. (1994). Mobility restriction and the use of devices among seniors. Journal of Aging and Health, 6(2),

Association à but non lucratif créée en 2004, MEDeTIC est agréée Entreprise Solidaire et a le statut «Jeune Entreprise Innovante» :

Association à but non lucratif créée en 2004, MEDeTIC est agréée Entreprise Solidaire et a le statut «Jeune Entreprise Innovante» : 1 Association à but non lucratif créée en 2004, MEDeTIC est agréée Entreprise Solidaire et a le statut «Jeune Entreprise Innovante» : Recherche et Développement dans le domaine de l utilisation des Nouvelles

Plus en détail

Pour en finir avec les idées fausses sur l acceptabilité

Pour en finir avec les idées fausses sur l acceptabilité Direction territoriale Ouest Pour en finir avec les idées fausses sur l acceptabilité Stéphanie Bordel (Cerema/ DTerOuest) & Alain Somat (Université de Rennes 2/ CRPCC) L évaluation des politiques publiques

Plus en détail

Etude sur la mobilité locative

Etude sur la mobilité locative pour Etude sur la mobilité locative Septembre 2011 1 La méthodologie 2 2 Note méthodologique Etude réalisée pour : PERL Echantillons : Echantillon de 502 actifs, locataires et éligibles au logement social,

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

Colloque du CIQSS et de l ISQ sur le vieillissement 80 e Congrès de l ACFAS, Montréal, 7 mai 2012

Colloque du CIQSS et de l ISQ sur le vieillissement 80 e Congrès de l ACFAS, Montréal, 7 mai 2012 Les différences entre les sexes dans la prise de décision en matière d épargne et d investissement : résultats tirés de l ECCF de 2 0 0 9 Carole Vincent Colloque du CIQSS et de l ISQ sur le vieillissement

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Personnes âgées et accidents domestiques Rapport

Personnes âgées et accidents domestiques Rapport Personnes âgées et accidents domestiques Rapport Version n 1 Date : 27 Juillet 2011 De: Nadia AUZANNEAU A: Florent CHAPEL et Guillaume ALBERT OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01

Plus en détail

prévoyance Assurance Autonomie CHOISIR AUJOURD HUI COMMENT VIVRE DEMAIN

prévoyance Assurance Autonomie CHOISIR AUJOURD HUI COMMENT VIVRE DEMAIN prévoyance Assurance Autonomie CHOISIR AUJOURD HUI COMMENT VIVRE DEMAIN LA PERTE D AUTONOMIE, EN PARLER, C EST DÉJÀ L ANTICIPER Avec l allongement de l espérance de vie, le nombre de personnes en perte

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique Appel à manifestation d intérêts Economie numérique CONTEXTE La Région considère comme prioritaire le secteur numérique, vecteur essentiel de performance, de modernité et d attractivité du territoire,

Plus en détail

www.share-project.be Quelques résultats de l enquête 50 + en Europe

www.share-project.be Quelques résultats de l enquête 50 + en Europe www.share-project.be Quelques résultats de l enquête 50 + en Europe Prochaine étape La prochaine étape de l enquête 50 + en Europe est de compléter l actuelle base de données par l histoire de vie des

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

L Accompagnement Durable

L Accompagnement Durable L Accompagnement Durable Notre objectif: contribuer à la performance de l entreprise créatrice de valeur 1 Sept 2012 L Accompagnement Durable Notre Offre Le coaching systémique global d une organisation

Plus en détail

Santé et travail des seniors: une vision européenne

Santé et travail des seniors: une vision européenne Santé et travail des seniors: une vision européenne Les colloques du COR Vendredi 29 novembre 2007 Thierry Debrand (Irdes) Contact: debrand@irdes.fr Introduction et contexte Les pays industrialisés font

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Communiqué de presse Paris le 18 juin 2014 L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Baromètre 2014 AGEFA- PME/Ifop

Plus en détail

IMPACT DES RÉSEAUX SOCIAUX SUR LA SOCIABILITÉ : LE CAS DE FACEBOOK. Godefroy DangNguyen Virginie Lethiais

IMPACT DES RÉSEAUX SOCIAUX SUR LA SOCIABILITÉ : LE CAS DE FACEBOOK. Godefroy DangNguyen Virginie Lethiais IMPACT DES RÉSEAUX SOCIAUX SUR LA SOCIABILITÉ : LE CAS DE FACEBOOK Godefroy DangNguyen Virginie Lethiais 2 CADRE D ANALYSE, HYPOTHÈSES ET MÉTHODOLOGIE 3 Le cadre d analyse Depuis 1950 (Riesman) on s interroge

Plus en détail

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics :

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Cahier des charges pour un programme de formation à l attention des agents des institutions publiques (Collectivités locales, services

Plus en détail

1. Un partenariat innovant

1. Un partenariat innovant 1. Un partenariat innovant Foncière des Régions et AOS Studley ont en commun le succès du projet immobilier d un utilisateur, Suez environnement. Grâce au conseil expert d AOS Studley et aux savoir-faire

Plus en détail

TIC pour la santé et l'autonomie : évaluation des services rendus et modèles économiques, une approche nécessairement pluridisciplinaire

TIC pour la santé et l'autonomie : évaluation des services rendus et modèles économiques, une approche nécessairement pluridisciplinaire TIC pour la santé et l'autonomie : évaluation des services rendus et modèles économiques, une approche nécessairement pluridisciplinaire Telecom Bretagne, Institut Telecom M@rsouin, CREM Myriam.legoff@telecom-bretagne.eu

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

Recensement de la population

Recensement de la population Recensement de la population Ménages et familles 1. Définition des concepts Un ménage Un ménage regroupe l ensemble des occupants d une résidence principale, qu ils aient ou non des liens de parenté. Un

Plus en détail

prévoyance Assurance Autonomie CHOISIR AUJOURD HUI COMMENT VIVRE DEMAIN

prévoyance Assurance Autonomie CHOISIR AUJOURD HUI COMMENT VIVRE DEMAIN prévoyance Assurance Autonomie CHOISIR AUJOURD HUI COMMENT VIVRE DEMAIN LA PERTE D AUTONOMIE, EN PARLER, C EST DÉJÀ L ANTICIPER Sources : (1) Revue Risques n 78 - juin 2009. Avec l allongement de l espérance

Plus en détail

Note d analyse. Les Français et la protection sociale. Sondage Harris Interactive pour la Mutualité Française

Note d analyse. Les Français et la protection sociale. Sondage Harris Interactive pour la Mutualité Française Note d analyse Les Français et la protection sociale Sondage Harris Interactive pour la Mutualité Française Enquête réalisée en ligne par l'institut Harris Interactive du 1 er au 6 février 2012. Echantillon

Plus en détail

Rappel des objectifs de la «Consultation 2015»

Rappel des objectifs de la «Consultation 2015» Rappel des objectifs de la «Consultation 2015» Les 3 objectifs majeurs : Permettre aux Ouvrants Droits d exprimer leurs visions, leurs besoins et leurs attentes concernant les Activités Sociales, Mesurer

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011

Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011 Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011 Les bénéficiaires de la CMU-C doivent normalement accéder aux soins sans participation financière, sauf exigence particulière.

Plus en détail

Préconisations de l association ALERTES pour le G.T. «Nouvelles technologies «présentées par J. GIARD:

Préconisations de l association ALERTES pour le G.T. «Nouvelles technologies «présentées par J. GIARD: Préconisations de l association ALERTES pour le G.T. «Nouvelles technologies «présentées par J. GIARD: ALERTES Association Departementale Loi 1901 regroupe les différents acteurs intervenant en gérontologie

Plus en détail

Chap 6. Le marché : la demande globale

Chap 6. Le marché : la demande globale Chap 6 Le marché : la demande globale L entreprise commerciale doit adopter son offre aux attentes des consommateurs. Pour cela, elle doit parfaitement les connaître et s adapter à leurs spécificités.

Plus en détail

Mieux répondre aux besoins et aux attentes des personnes âgées. Association des Bibliothécaires de France Journée du 14 mai 2012

Mieux répondre aux besoins et aux attentes des personnes âgées. Association des Bibliothécaires de France Journée du 14 mai 2012 Association des Bibliothécaires de France Journée du 14 mai 2012 Plan de la présentation Etat des lieux de la population bas-rhinoise et alsacienne des plus de 60 ans Les interventions du Conseil Général

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi Chapitre 4 Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi 4.1 Ensemble des participants Parmi les 3 347 personnes interrogées dans le cadre de cette étude, 616 (18 %) étaient des personnes

Plus en détail

Complexité tarifaire, pouvoir de marché et régulation

Complexité tarifaire, pouvoir de marché et régulation 1 Complexité tarifaire, pouvoir de marché et régulation Le cas des télécommunications Lilia Rebaï Sup'Com Tunis David Flacher Université Paris 13 CEPN CNRS UMR 7234 Workshop Innovation in Network Industries:

Plus en détail

LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE

LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE Les services à la personne désignent les activités destinées à répondre aux besoins des particuliers dans leur vie quotidienne. On distingue 3 domaines de services

Plus en détail

Politique d emploi. des personnes. handicapées : le diagnosticconseil

Politique d emploi. des personnes. handicapées : le diagnosticconseil Politique d emploi des personnes handicapées : le diagnosticconseil Ce document s adresse particulièrement aux établissements, entreprises et groupes de plus de 250 salariés qui souhaitent s engager dans

Plus en détail

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants DOSSIER DE PRESSE L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants PARIS Mercredi 29 février 2012 Communiqué de presse p.2 L Association Française des AIDANTS

Plus en détail

Méthodologie du mémoire

Méthodologie du mémoire Méthodologiedumémoire UFRCultureetcommunication LicenceInformationetcommunication Lesenjeuxdumémoire Un enjeu pédagogique: la préprofessionnalisation suppose de la part de l étudiant des facultésd adaptationenmilieuprofessionnel,etuncertainreculquidoitluipermettre,audelà

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques En 2013, le Conseil des arts du Canada a publié le Document d'information : Révision des programmes de subventions de fonctionnement

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

L individualisation des charges locatives en logement social Une expérimentation un développement.

L individualisation des charges locatives en logement social Une expérimentation un développement. L individualisation des charges locatives en logement social Une expérimentation un développement. 1 Présentation de la société. La SEM Habitat du Pays Châtelleraudais. Bailleur social -1747 logements

Plus en détail

L image de la presse professionnelle auprès des actifs de catégories moyennes et supérieures

L image de la presse professionnelle auprès des actifs de catégories moyennes et supérieures L image de la presse professionnelle auprès des actifs de catégories moyennes et supérieures Sondage Ifop pour la Fédération nationale de la presse spécialisée Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Guillaume

Plus en détail

PASS INDÉPENDANCE. tous pour un!

PASS INDÉPENDANCE. tous pour un! PASS INDÉPENDANCE ne laissez pas vos salariés devenir dépendants de leur situation familiale tous pour un! LA DÉPENDANCE : DE PLUS EN PLUS DE PERSONNES TOUCHÉES Le nombre de personnes dépendantes devrait

Plus en détail

Services d orientation pour adultes

Services d orientation pour adultes Services d orientation pour adultes Le c.o. pour adultes est le spécialiste de la relation entre l individu, le travail et la formation. Se réorienter Trouver un travail à sa mesure Faire le point sur

Plus en détail

Le Crédit Foncier a interrogé 2 180 de ses clients propriétaires sur leurs motivations d achat à l origine et leurs intentions de mobilité.

Le Crédit Foncier a interrogé 2 180 de ses clients propriétaires sur leurs motivations d achat à l origine et leurs intentions de mobilité. COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 29 avril 2013 Une enquête clients du Crédit Foncier souligne un fort attachement à la résidence principale et une faible aspiration des propriétaires à la mobilité Le Crédit

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE 1 ANNEXE 1 Charte des droits et libertés de la personne accueillie Texte original Article 1 er : Principe de non-discrimination Dans le respect des conditions

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

aide au quotidien aux personnes en situation de handicap.

aide au quotidien aux personnes en situation de handicap. s différents servi aide au quotidien aux personnes en situation de handicap. Une volonté ccompagnement à do souhaite développer et personnes avec les différentes associations, entreprises et structures

Plus en détail

VILLA SULLY L APPARTEMENT INTELLIGENT, CRÉATION GDP VENDÔME

VILLA SULLY L APPARTEMENT INTELLIGENT, CRÉATION GDP VENDÔME VILLA SULLY L APPARTEMENT INTELLIGENT, CRÉATION GDP VENDÔME En partant du constat que 95% des personnes souhaitent rester dans leur appartement, GDP Vendôme crée l appartement intelligent, nouveau concept

Plus en détail

Baromètre UNA / Senior Strategic. Avril 2014

Baromètre UNA / Senior Strategic. Avril 2014 Baromètre UNA / Senior Strategic Avril 2014 Baromètre UNA Senior Strategic / avril 2014 INTRODUCTION Objectifs Identifier les points de sensibilité des personnes de plus de 50 ans bénéficiaires de services

Plus en détail

RESIDENCE LA YOLE GRAN MOUN PRESENTATION

RESIDENCE LA YOLE GRAN MOUN PRESENTATION RESIDENCE LA YOLE GRAN MOUN PRESENTATION Historique Le Foyer Logement de Châteauboeuf a été créé par la Municipalité de Fort-de- France désireuse d apporter une solution au problème de logement des personnes

Plus en détail

PACK ON DEMAND. Solution SaaS pour PME

PACK ON DEMAND. Solution SaaS pour PME PACK ON DEMAND Solution SaaS pour PME 1 Yourcegid RH Pack On Demand : Solution de gestion de la Paie et des Ressources Humaines, dédiée aux PME, en mode SaaS. Un grand souffle sur les ressources humaines

Plus en détail

CONVENTION DE SECURISATION DE L ACCESSION SOCIALE A LA PROPRIETE DANS LE RHÔNE

CONVENTION DE SECURISATION DE L ACCESSION SOCIALE A LA PROPRIETE DANS LE RHÔNE ALLIADE CIL 2000 CILAV PROJET V5 13/12/07 CONVENTION DE SECURISATION DE L ACCESSION SOCIALE A LA PROPRIETE DANS LE RHÔNE 1 PREAMBULE : L évolution du contexte du marché immobilier de l agglomération lyonnaise

Plus en détail

Chapitre V : Résultats. 5.1 Présentation des résultats obtenus. 5.1.1 Interprétation des corrélations

Chapitre V : Résultats. 5.1 Présentation des résultats obtenus. 5.1.1 Interprétation des corrélations Chapitre V : Résultats Les corrélations présentées par la suite, sont celles qui correspondent aux chiffres choisis (corrélation de 0,13 ou 0,13), et celles que nous avons jugées les plus significatifs

Plus en détail

Les locataires HLM et le développement durable TNS

Les locataires HLM et le développement durable TNS Les locataires HLM et le développement durable 20 juin 2013 TNS Rappel méthodologique Enquête réalisée pour la fédération des ESH Echantillon Echantillon représentatif de 1000 locataires HLM. Méthode des

Plus en détail

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère délégué aux personnes âgées et à l autonomie Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Réunion

Plus en détail

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001)

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001) Analyse des données de santé mentale -, ESCC cycle 1.1 (2000-) Avant-propos Ce document traite des principaux résultats régionaux de l ESCC 1.1 portant sur la santé mentale. Les indicateurs présentés ici

Plus en détail

Expérimentation Watt & Moi. 16 ème assises de l énergie - Bordeaux 2015 28 janvier 2015

Expérimentation Watt & Moi. 16 ème assises de l énergie - Bordeaux 2015 28 janvier 2015 Expérimentation Watt & Moi 16 ème assises de l énergie - Bordeaux 2015 28 janvier 2015 Watt & Moi, une expérimentation de mise à disposition des données Linky aux consommateurs GRANDLYON HABITAT et ERDF

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme?

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? par Alain Jacquot CNAF-Bureau des Prévisions Les CAF versent une trentaine de prestations (prestations familiales stricto sensu, aides au logement, et

Plus en détail

Les Français et la Garantie Universelle pour les Loyers

Les Français et la Garantie Universelle pour les Loyers Les Français et la Garantie Universelle pour les Loyers Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Magalie Gérard, Directrice de clientèle au Département Politique

Plus en détail

Les recettes de la journée de solidarité 2014

Les recettes de la journée de solidarité 2014 Dossier 20 mai 2015 Les recettes de la journée de solidarité 2014 Depuis son instauration en 2004 et jusqu en 2014, la journée de solidarité, initialement fixée au lundi de Pentecôte, a rapporté au total

Plus en détail

Sondage International Elections US : Les raisons d un plébiscite pour Barack Obama

Sondage International Elections US : Les raisons d un plébiscite pour Barack Obama Paris, le 24 Octobre 2008 Sondage International Elections US : Les raisons d un plébiscite pour Barack Obama Un sondage exclusif de l institut Harris Interactive, en partenariat avec la chaîne d information

Plus en détail

EHPAD La Vasselière Enquêtes de satisfaction résidents 2015 / familles 2015

EHPAD La Vasselière Enquêtes de satisfaction résidents 2015 / familles 2015 1 Introduction Au début de l année 2015, l EHPAD La Vasselière a réalisé une enquête de satisfaction auprès des résidents et des familles. Celle-ci s est articulée autour de 6 thèmes : Situation personnelle

Plus en détail

LOGICIEL CANTINE DEDIE AUX COLLECTIVITES LOCALES. Plaquette site Internet au format PDF. http://www.cantineonline.fr

LOGICIEL CANTINE DEDIE AUX COLLECTIVITES LOCALES. Plaquette site Internet au format PDF. http://www.cantineonline.fr LOGICIEL CANTINE DEDIE AUX COLLECTIVITES LOCALES Plaquette site Internet au format PDF http://www.cantineonline.fr Accueil CantineOnline http://cantineonline.fr/index.php?view=article&catid=42:accu...

Plus en détail

Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson. P. Bordieu (2007)

Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson. P. Bordieu (2007) Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson P. Bordieu (2007) Postulats qui l étayent (= fondements) Valeurs qui le justifient Éléments qui le composent: - But poursuivi - Cible - Rôle de l infirmière -

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 Principes de fonctionnement du DLA -Mai 2014- PROCEDURE DE GESTION DES PRESTATAIRES 1 Contexte

Plus en détail

Alice ROUYER REHAL, 10 juillet 2014. Alice ROUYER LISST Université Toulouse II Le Mirail/ Jean Jaurès

Alice ROUYER REHAL, 10 juillet 2014. Alice ROUYER LISST Université Toulouse II Le Mirail/ Jean Jaurès Alice ROUYER REHAL, 10 juillet 2014 L habitat intelligent : pourquoi? Quel contexte? Deux processus congruents : le vieillissement démographique la prolifération des dispositifs intelligents dans notre

Plus en détail

Ministère de la Communication et des Nouvelles Technologies

Ministère de la Communication et des Nouvelles Technologies Ministère de la Communication et des Nouvelles Technologies République du MALI ----------------------- Un peuple-un but-une foi * Comité de Régulation des Télécommunications* ----------------------- GSM

Plus en détail

Why Software Projects Escalate: The Importance of Project Management Constructs

Why Software Projects Escalate: The Importance of Project Management Constructs Why Software Projects Escalate: The Importance of Project Management Constructs Why Software Projects Escalate: The Importance of Project Management Constructs 1. Introduction 2. Concepts de la gestion

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

«Les Français & l automobile»

«Les Français & l automobile» Conférence de Presse 6 juin 2012 3 ème édition du baromètre «Les Français & l automobile» Guillaume Paoli Directeur Associé Qui sommes-nous? Un positionnement unique : > Le premier distributeur automobile

Plus en détail

Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7

Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7 Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7 novembre 2012 Cadre de mieux-être en Le cadre de notre

Plus en détail

«Les Français et les professionnels de l immobilier : perception, usages et attentes»

«Les Français et les professionnels de l immobilier : perception, usages et attentes» «Les Français et les professionnels de l immobilier : perception, usages et attentes» Sondage Ifop pour OPTIMHOME CONFERENCE DE PRESSE 19 MAI 2015 Le réseau immobilier OptimHome Un acteur français incontournable

Plus en détail

Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec

Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Préparé par Filière biologique du Québec Lévis (Québec) Juin 2011 1. Profil des répondants Un échantillon de 718 personnes

Plus en détail

Le rôle des tarifs dans le recours aux soins dentaires : l exemple des inlay core

Le rôle des tarifs dans le recours aux soins dentaires : l exemple des inlay core Le rôle des tarifs dans le recours aux soins dentaires : l exemple des inlay core Noémie Jess, Rémi Lardellier, Renaud Legal avec la collaboration de Claire Marbot JESF 2013, discutant: Moussa DIENG 5

Plus en détail

Comparaison logement - ménage : les aspects financiers

Comparaison logement - ménage : les aspects financiers CR Comparaison logement - ménage : les aspects financiers La comparaison entre le logement et le ménage qui l occupe constitue une des dimensions supplémentaires proposées dans la note introductive à la

Plus en détail

Big data et protection des données personnelles

Big data et protection des données personnelles Big data et protection des données personnelles Séminaire Aristote Ecole Polytechnique 15 octobre 2015 Sophie Nerbonne Directrice de la conformité à la CNIL La CNIL : autorité en charge de la protection

Plus en détail

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen?

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Un comité sur les locaux à bureaux composé de plusieurs membres du Conseil exécutif national a été mis sur pied. Des représentants de la gestion

Plus en détail

L utilisation des statistiques lors de mon stage de. Tuteur pédagogique : M. Coquet

L utilisation des statistiques lors de mon stage de. Tuteur pédagogique : M. Coquet L utilisation des statistiques lors de mon stage de 2nde année à l ENSAI. Réalisée par Ingé Julien Maître de stage : Mme Piercourt-Jost Tuteur pédagogique : M. Coquet PLAN : I) Le stage II) Méthodes M

Plus en détail

Baromètre Allopass Le micro-paiement : quelle réalité aujourd hui?

Baromètre Allopass Le micro-paiement : quelle réalité aujourd hui? pour Baromètre Allopass Le micro-paiement : quelle réalité aujourd hui? Eric Giordano, Directeur Général Pôle Paiement Hi-media Yves-Marie Cann, Directeur d Etudes Ifop 22 octobre 2009 Section 1 : La méthodologie

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 59 10 Fax : (33) 01 44 94 40 01 www.csa.eu

2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 59 10 Fax : (33) 01 44 94 40 01 www.csa.eu Le baromètre de l opinion des Français sur la mobilité durable Prospective à 2030 - Vague 3 du baromètre de l'institut CSA dans le cadre des 5 ème Ateliers de la Terre, Forum International pour le Développement

Plus en détail

Les Besoins des Seniors

Les Besoins des Seniors Baromètre «Silver Economy Expo / Senior Strategic» Les Besoins des Seniors Perspectives pour la Silver Economie Méthodologie BESOINS DES SENIORS - Focus group avec 14 Seniors (Septembre 2013) - Interviews

Plus en détail

Baromètre Union des Maisons Françaises

Baromètre Union des Maisons Françaises Baromètre Union des Maisons Françaises Juillet 2010 vague 8 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 40 00 Fax : (33) 01 44 94 40 01 www.csa.eu SA au capital de 1 571 600 Siren

Plus en détail

Séminaire d intégration

Séminaire d intégration Séminaire d intégration Le processus de transition, d un milieu de vie à un autre, chez la personne âgée. Présenté par : Joanie Dufour Marc-André Fleurent Audrey Hébert-Semco Audrey Lanoie Marie-Pier Martel

Plus en détail

LA GESTION STRATEGIQUE DU PATRIMOINE : ENJEUX ET OUTILS. Anabelle Billy Lyon, le 14 février 2013

LA GESTION STRATEGIQUE DU PATRIMOINE : ENJEUX ET OUTILS. Anabelle Billy Lyon, le 14 février 2013 LA GESTION STRATEGIQUE DU PATRIMOINE : ENJEUX ET OUTILS Anabelle Billy Lyon, le 14 février 2013 Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux Agence nationale

Plus en détail

Centre Communal d Action Sociale. Rapport d activités 2013

Centre Communal d Action Sociale. Rapport d activités 2013 Centre Communal d Action Sociale Rapport d activités 2013 L action sociale du C.C.A.S. Les missions Intervention sociale auprès des personnes Accueillir, informer, orienter et accompagner le public présentant

Plus en détail

Les Français et le marché du gaz

Les Français et le marché du gaz Les Français et le marché du gaz Sondage Ifop pour ENI Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Alexandre Bourgine Département Opinion et Stratégies d Entreprise 01 45 84 14 44 prenom.nom@ifop.com Octobre 2015

Plus en détail

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II:

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: Thème: Le Coaching Sommaire: Introduction général Partie I: 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: 1.Caractéristiques du coaching 2.Rôle et mission du coach 3.La

Plus en détail

20 mars 2013. Colloque «L ingénieur contre la dépendance»

20 mars 2013. Colloque «L ingénieur contre la dépendance» 20 mars 2013 Grand amphithéâtre MGEN 3, square Max Hymans, Paris 15e Colloque «L ingénieur contre la dépendance» Comment créer une chaîne de valeur et de responsabilité dans une dynamique interprofessionnelle?

Plus en détail

Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité?

Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité? 1 Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité? Février 2013 2 INTRODUCTION: Perception et tendances du travail collaboratif

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

LES CONDITIONS DE VIE ET D ÉTUDES DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS INSCRITS À L UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES EN 2004-2005

LES CONDITIONS DE VIE ET D ÉTUDES DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS INSCRITS À L UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES EN 2004-2005 LES CONDITIONS DE VIE ET D ÉTUDES DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS INSCRITS À L UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES EN 2004-2005 L OSEIPE a pour objectif de mieux informer les jeunes avant qu ils ne s engagent dans une

Plus en détail