Céline Masseline Coordinatrice du CLIC Repèr âge Journée de gérontologie 26 septembre 2013 VIEILLIR OU CONDUIRE : FAUT-IL CHOISIR?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Céline Masseline Coordinatrice du CLIC Repèr âge Journée de gérontologie 26 septembre 2013 VIEILLIR OU CONDUIRE : FAUT-IL CHOISIR?"

Transcription

1 Céline Masseline Coordinatrice du CLIC Repèr âge Journée de gérontologie 26 septembre 2013 VIEILLIR OU CONDUIRE : FAUT-IL CHOISIR?

2 EN PROLOGUE Les personnes âgées qui doivent arrêter de conduire vivent cet événement comme un véritable deuil * À chaque accident spectaculaire de senior, la question revient sur le devant de la scène: faut-il fixer un âge limite pour la conduite? En France, rien n est prévu pour contrôler la fin de la "vie automobile". Le permis de conduire est, en principe, délivré une fois pour toutes (sauf décision judiciaire et perte de tous les points). C est au bon vouloir de chacun d en fixer le terme et d en gérer les modalités ce qui sème souvent le désarroi dans les familles L arrêt de la conduite automobile demande Une analyse sur les enjeux psychologiques, Sociaux, Et symboliques qui les sous-tendent * Catherine Espinasse, psychosociologue, dans son étude "le deuil de l objet voiture chez les personnes âgées

3 EN PREAMBULE.LES SENIORS : VERS UNE DEFINITION Les différentes études tendent à situer autour de 65/67 ans l âge où l on constate une accélération du processus de vieillissement. Le Vieillissement? C est une phénomène long Progressif et fluctuant «la vraie vieillesse» interviendrait plutôt au-delà de 85 ans

4 LES SENIORS AU VOLANT Ils sont 8 millions de conducteurs de +65 ans a posséder leur permis B Ils représentent 16% de la population : ce chiffre devrait doubler d ici 2050*. 1/3 des conducteurs à partir de 55 ans Les 65 ans et + sont moins souvent impliqués dans des accidents de la route que la tranche des ans. L accidentologie serait quasi identique entre un conducteur de 18 ans et de 80 ans. En revanche le risque de décès en cas d accident corporel augmente après 75 ans * Données de la prévention routière

5 LA PLACE DE LA VOITURE DANS LA VIE QUOTIDIENNE La conduite automobile et la possession d une voiture apparaissent essentielles pour les seniors (mais également pour les enfants) Elle s identifie à l autonomie et à la mobilité de manière quasi exclusive pour de nombreux seniors Elle est fortement associée au choix d un mode de vie notamment pour tous ceux résidant dans une maison individuelle en zones suburbaines ou rurales Elle symbolise un style de vie, une certaine société de consommation à laquelle on est attaché, les vacances, le moyen de s évader.

6 LA PLACE DE LA VOITURE DANS LA VIE QUOTIDIENNE Elle symbolise un progrès et/ou une ascension sociale pour des personnes ayant passé le permis juste après la seconde guerre mondiale : Le «passage du permis» reste un moment fort (50 ans après) Le permis a donné accès au monde du travail pour certains Le permis de conduire est assimilé à un acquis dont on imagine mal une remise en cause (retrait, permis à points, interdiction de conduire) Importance pour certains de changer de voiture (un achat fortement investi)

7 LA PLACE DE LA VOITURE DANS LA VIE QUOTIDIENNE La voiture constitue un symbole fort pour les seniors : Un statut social, voire des valeurs (une carrière professionnelle, une retraite bien méritée, ) La revendication d un civisme, du respect des règles (par rapport aux générations plus jeunes) Une notion d autorité masculine, qu on retrouve dans de nombreux couples où seul l homme conduit, alors que la femme a le permis de conduire. «je n aime pas être conduit» La revendication également d une expérience de la conduite. «ça fait 50 ans que je conduis, jamais eu un accident»

8 L ARRÊT DE LA CONDUITE AUTOMOBILE UN ENJEU DE MOBILITE Les difficultés ressenties, la perception des risques : les démarches pour les limiter, les maîtriser et préserver la mobilité, Les besoins et attentes des seniors et de leur entourage Des stratégies de contournements : ne plus rouler de nuit, éviter les longs trajets, les parcours complexes, les périodes chargées UN IMPACT SUR L AUTONOMIE UN IMPACT SUR L AUTONOMIE L arrêt est souvent brutal et peu anticipé : Lié à des évènements externes (choc, accident) Eviter l humiliation ou le sentiment de ne plus être capable de Renoncer à conduire est un acte douloureux à forte portée symbolique (il est associé au sentiment d irréversibilité, de renoncement et de perte.qui rapproche de la mort) En milieu rural, l arrêt de la conduite implique une dépendance totale pour les besoins du quotidien alors qu en milieu urbain, l autonomie pourra être préservée du fait d infrastructures et services disponibles.

9 L ARRÊT DE LA CONDUITE AUTOMOBILE Le lien entre dépendance et arrêt de la conduite automobile s accroit avec l âge La voiture est le dernier recours vers l insertion Vers l autonomie Le refus d arrêter la conduite est souvent motivé par le refus d être dépendant des autres et la crainte de peser sur l entourage

10 Plus de 75 ans DES SENIORS AUX PROFILS DIFFERENCIES Le DENI L acceptation passive La Lucidité Réactive Moins de 75 ans

11 LES ACTEURS DE LA PREVENTION Les médecins traitants en première ligne dans leurs observations et la connaissance de leur patient, L entourage proche : le conjoint et les enfants L Etat et les collectivités territoriales La prévention routière Les Associations..

12 Des enjeux : Généraux LE RÔLE DES ACTEURS DE LA PREVENTION Maintien à domicile en préservant une mobilité Lutte contre l isolement et le maintien du lien social Maintien d activités socio-économiques en milieu rural Accompagner les seniors En favorisant leur adaptation aux contraintes de l âge En gérant les situations, au cas par cas, où la conduite automobile doit être abandonnée «pouvoir dire aux personnes ne maîtrisant plus leur conduite automobile, qu il faut arrêter» En favorisant l émergence de transport alternatif : micro-transport, services à la personne, Co voiturage (via le conseil général), les chèques «sortir plus» des caisses de retraite etc.

13 C est aussi : LE RÔLE DES ACTEURS DE LA PREVENTION Jouer un rôle de médiation, ce que les enfants peuvent difficilement endosser, Valoriser une expérience des seniors au travers de diverses actions d accompagnement (et pas uniquement dans l univers de la conduite automobile) Rester pédagogue sans jugement de valeur, Orienter les actions et valoriser la conduite en termes de bénéfices pour les seniors : conduire dans la sécurité, pouvoir conduire le plus tard possible, préserver sa mobilité,

14 LA SENSIBILISATION, LA PREVENTION ET LA FORMATION LES ATELIERS PREVENTION SECURITE ROUTIERE DU CLIC REPER ÂGE Ateliers à destination des personnes dès 60 ans et conduisant un véhicule. Mis en place depuis 2009 et permettant à 2 groupes de 12 personnes par an (1/semestre) de suivre 3 ½ journées de sensibilisation information formation. Intervenants : l association AGIR ABCD et le Dr Dusoleil pour le volet médical.

15 LA SENSIBILISATION, LA PREVENTION ET LA FORMATION Objectifs : ils seront présentés par l association AGIR ABCD au cours de cette matinée. Retours des participants : Ils reconnaissent avoir appris de nouvelles choses et de devoir ré adapter certains de leurs comportements, Que la révision du code de la route n était pas qu une formalité, Ils se sentent mieux informés sur la législation, les contrôles et le constat à l amiable entres autres. Financements : le CLIC est financé par le groupe AG2R la mondiale. L atelier est gratuit pour les participants.

16 POUR CONCLURE OU OUVRIR LE DEBAT, Chaque situation est spécifique et particulière, L arrêt de la conduite automobile au sein d un couple âgé, impacte directement sur l autonomie du couple, La famille ne peut à elle seule porter cette lourde décision mais elle doit également s impliquer dans cette démarche, L arrêt de la conduite doit être progressif afin d aménager des solutions de repli au fur et à mesure, Ces situations requiert un véritable travail de réseau entre professionnels afin d optimiser notre action et limiter les impacts violents et irréversibles.

17 Merci de votre attention.

Les Seniors et la place de l automobile dans leurs déplacements : mieux connaître et anticiper leurs besoins en termes de mobilité

Les Seniors et la place de l automobile dans leurs déplacements : mieux connaître et anticiper leurs besoins en termes de mobilité Les Seniors et la place de l automobile dans leurs déplacements : mieux connaître et anticiper leurs besoins en termes de mobilité Etude réalisée par Sociovision Cofremca Pour La Prévention Routière et

Plus en détail

PERSONNES AGEES ET ACCIDENTOLOGIE

PERSONNES AGEES ET ACCIDENTOLOGIE PERSONNES AGEES ET ACCIDENTOLOGIE ROUTIERE ACCIDENTOLOGIE Selon les statistiques de la prévention routière, 3645 personnes ont été tuées sur les routes en 2012 contre 3963 en 2011 L année 2012 marque le

Plus en détail

PRO BTP Réseau u d e d Parrainage

PRO BTP Réseau u d e d Parrainage PRO BTP Réseau de Parrainage PRO BTP Organisme de Protection Sociale Des Hommes et des Femmes Du Bâtiment et des Travaux Publics En activité ou en retraite PRO BTP Nous sommes : paritaire, géré par les

Plus en détail

«Séniors et adaptation du logement»

«Séniors et adaptation du logement» «Séniors et adaptation du logement» APPROCHE QUALITATIVE & BENCH MARK Etude réalisée en dpt 37 et 71 SYNTHESE DE L ETUDE POUR LA PRESSE MARS 2015 15 rue de Bellefond, 75009 Paris // www.adjuvance.fr //

Plus en détail

Conseil National de la Sécurité Routière. Commission «Jeunes et éducation routière»

Conseil National de la Sécurité Routière. Commission «Jeunes et éducation routière» Conseil National de la Sécurité Routière Objectif général : Réduire de 50% le nombre de tués sur les routes et passer à moins de 2000 d ici 2020. Commission «Jeunes et éducation routière» Objectif : Réduire

Plus en détail

L EHPAD du Mas Rome : Des réponses adaptées à la dépendance psychique

L EHPAD du Mas Rome : Des réponses adaptées à la dépendance psychique L EHPAD du Mas Rome : Des réponses adaptées à la dépendance psychique 1 Le Centre Communal d Action Sociale Un établissement public communal chargé de la mise en œuvre de la politique de développement

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

COMPLÉMENTAIRE SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE ACTION SOCIALE. klesia.fr

COMPLÉMENTAIRE SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE ACTION SOCIALE. klesia.fr COMPLÉMENTAIRE SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE ACTION SOCIALE klesia.fr KLESIA Une expertise plurielle au service de la protection sociale Partenaire et conseil des entreprises, des salariés et des particuliers,

Plus en détail

pde Plan de déplacements entreprise

pde Plan de déplacements entreprise pde pde Plan de déplacements entreprise Observatoire Principaux résultats des enquêtes Territoire d appartenance Diversité des entreprises enquêtées Parmi les 138 employeurs enquêtés, 82 % sont situés

Plus en détail

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale PREFET DU CANTAL Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale Réunion territoriale - Arrondissement d Aurillac autour du VIVRE ENSEMBLE à la Préfecture d Aurillac Vendredi 17 octobre

Plus en détail

RISQUE ROUTIER ET DÉPLACEMENTS PROFESSIONNELS. 13 Octobre 2015 ebilliard@carsat-ra.fr sylvain.quipourt@carsat-bfc.fr

RISQUE ROUTIER ET DÉPLACEMENTS PROFESSIONNELS. 13 Octobre 2015 ebilliard@carsat-ra.fr sylvain.quipourt@carsat-bfc.fr RISQUE ROUTIER ET DÉPLACEMENTS PROFESSIONNELS 13 Octobre 2015 ebilliard@carsat-ra.fr sylvain.quipourt@carsat-bfc.fr DÉROULÉ Présentation et missions de la Carsat Obligations réglementaires Définitions

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

Club FACE Sénior FACE Lille métropole

Club FACE Sénior FACE Lille métropole Club FACE Sénior FACE Lille métropole 17 mai 2013 Objectifs : Présenter FACE Lille métropole Présenter le Club FACE Sénior, ses objectifs, ses valeurs ajoutées, les engagements demandés et les résultats

Plus en détail

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale PREFET DU CANTAL Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale Réunion territoriale - Arrondissement de Saint- Flour autour du VIVRE ENSEMBLE au lycée agricole Louis MALLET Mardi 21 octobre

Plus en détail

CONDUITE DE CHANGEMENT ET PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Dans le secteur des maisons de retraite. Action collective inter-entreprises

CONDUITE DE CHANGEMENT ET PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Dans le secteur des maisons de retraite. Action collective inter-entreprises CONDUITE DE CHANGEMENT ET PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Dans le secteur des maisons de retraite Action collective inter-entreprises Fiche méthodologique du groupe de ARACT Bourgogne -2009 1 Étapes

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

Les personnes âgées et les personnes en fin de vie. L animation Conduire des ateliers spécifiques en lien avec les besoins des personnes âgées

Les personnes âgées et les personnes en fin de vie. L animation Conduire des ateliers spécifiques en lien avec les besoins des personnes âgées CFPC Formation Professionnelle Sommaire Les personnes âgées et les personnes en fin de vie 9 heures Repérer, pour mieux y répondre, les phases de la fin de vie. Comment prendre soin des personnes âgées

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe Santé, Caisse Nationale RSI. Centre d analyse stratégique 10 mai 2010 1

Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe Santé, Caisse Nationale RSI. Centre d analyse stratégique 10 mai 2010 1 Quel rôle peuvent jouer les régimes d assurance maladie pour amener l individu à avoir une gestion active de son capital santé : l exemple du Parcours Prévention au RSI Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe

Plus en détail

AG2R PREVOYANCE ACTION SOCIALE

AG2R PREVOYANCE ACTION SOCIALE AG2R PREVOYANCE ACTION SOCIALE pour accompagner les entreprises et aider les salariés Depuis sa création en 1977, AG2R Prévoyance a développé une action sociale qui apporte des réponses aux besoins spécifiques

Plus en détail

Appel à projets Bourse Charles Foix édition 2015

Appel à projets Bourse Charles Foix édition 2015 Appel à projets Bourse Charles Foix édition 2015 APPEL À PROJETS - LA BOURSE CHARLES FOIX Clôture le vendredi 24 juillet 2015 à minuit Silver Valley lance, en partenariat avec le Conseil régional d Ile

Plus en détail

Il devra adapter son discours et ses exemples au niveau et à l activité prépondérante des stagiaires de son groupe.

Il devra adapter son discours et ses exemples au niveau et à l activité prépondérante des stagiaires de son groupe. Face à face pédagogique : 14 heures 1. Tour de table Introduction 2. Contexte et enjeux de la sécurité 3. Rôle et missions du titulaire d un certificat de Niveau 2 4. Evaluation des risques et définition

Plus en détail

La prise en compte des seniors dans le POn

La prise en compte des seniors dans le POn La prise en compte des seniors dans le POn Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de la valorisation du programme opérationnel national

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour les personnes âgées FICHE ACTION N 22 Répondre aux

Plus en détail

P atients S anté T erritoires

P atients S anté T erritoires H ôpital P atients S anté T erritoires L exercice regroupé dans les services de santé Une action coordonnée des professionnels en faveur des patients De plus en plus de professionnels de santé ont depuis

Plus en détail

Gestion des âges en entreprise: quels enjeux pour la santé des travailleurs?

Gestion des âges en entreprise: quels enjeux pour la santé des travailleurs? Gestion des âges en entreprise: quels enjeux pour la santé des travailleurs? Anne-Marie Dieu, CESEP En collaboration avec Annie Cornet, Professeure, EgiD Hec-Ulg EGiD-Hec-Ulg / Génération +, projet financé

Plus en détail

L observatoire de. Étude d opinion auprès des 70 ans et plus et des personnes ayant entre 40 et 70 ans. Juillet 2013

L observatoire de. Étude d opinion auprès des 70 ans et plus et des personnes ayant entre 40 et 70 ans. Juillet 2013 L observatoire de la révolution de l âge Étude d opinion auprès des 70 ans et plus et des personnes ayant entre 40 et 70 ans Juillet 2013 La vieillesse : un nouveau monde? Ampleur des enjeux financiers

Plus en détail

LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN. Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr

LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN. Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr Pays de l Afrique de l Ouest limité par : l Océan Atlantique au sud le Nigeria à l Est le Togo à l Ouest le Niger au Nord Est

Plus en détail

Analyse détaillée des trajets effectués en Transports en commun en Ile-de-France

Analyse détaillée des trajets effectués en Transports en commun en Ile-de-France Etude sur les déplacements Analyse détaillée des trajets effectués en Transports en commun en Ile-de-France 18 Septembre 2014 ixxi-mobility.com 2 Transformer le temps de transport en temps utile Le temps

Plus en détail

Offre de formation. CIDFF de Nantes 5, rue Maurice Duval 01/01/2015

Offre de formation. CIDFF de Nantes 5, rue Maurice Duval 01/01/2015 2015 Offre de formation Egalité femmes/hommes U Unn lleevviieerr ddee ddéévveellooppppeem meenntt iinnddiivviidduueell eett ccoolllleeccttiiff CIDFF de Nantes 5, rue Maurice Duval 01/01/2015 Le CIDFF de

Plus en détail

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale et élaboration du Pacte Territorial d Insertion

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale et élaboration du Pacte Territorial d Insertion PREFET DU CANTAL Projet co-financé par l'union européenne Fonds social européen L'Europe s'engage en Auvergne Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale et élaboration du Pacte Territorial

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

L indépendance, c est l affaire de tous

L indépendance, c est l affaire de tous Entreprises OFFRE DÉPENDANCE COLLECTIVE L indépendance, c est l affaire de tous Humanis vous présente une garantie Dépendance collective s adaptant aux besoins de vos salariés et à la hauteur des ambitions

Plus en détail

Quelles Valeurs? L humanisme et la non discrimination. Le professionnalisme, qui vise accompagnement et pédagogie adaptés

Quelles Valeurs? L humanisme et la non discrimination. Le professionnalisme, qui vise accompagnement et pédagogie adaptés Pédagogie adaptée pour une automobilité citoyenne Passer le permis en Ecole de Conduite à Statut Associatif - 8/10/2015 Quelles Valeurs? L humanisme et la non discrimination Le professionnalisme, qui vise

Plus en détail

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996.

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Choix de vie Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son

Plus en détail

La prise en compte de la sécurité routière sur le chemin et aux abords des établissements scolaires

La prise en compte de la sécurité routière sur le chemin et aux abords des établissements scolaires La prise en compte de la sécurité routière sur le chemin et aux abords des établissements scolaires Présentation de la fiche «Savoirs de bases en sécurité routière» du CERTU Centre d'études Techniques

Plus en détail

prévoyance Assurance Autonomie CHOISIR AUJOURD HUI COMMENT VIVRE DEMAIN

prévoyance Assurance Autonomie CHOISIR AUJOURD HUI COMMENT VIVRE DEMAIN prévoyance Assurance Autonomie CHOISIR AUJOURD HUI COMMENT VIVRE DEMAIN LA PERTE D AUTONOMIE, EN PARLER, C EST DÉJÀ L ANTICIPER Avec l allongement de l espérance de vie, le nombre de personnes en perte

Plus en détail

Action SociAle orientations 2015 / 2017

Action SociAle orientations 2015 / 2017 Action Sociale Orientations 2015 / 2017 Action sociale personnes agées Les orientations de la Carsat Centre 2015 / 2017 L action sociale de la Carsat est développée au profit des retraités du régime général

Plus en détail

Conduire les entretiens annuels d évaluation

Conduire les entretiens annuels d évaluation Ce guide s adresse aux dirigeants et aux responsables en charge de la fonction ressources humaines qui envisagent de mettre en place des entretiens annuels. Il constitue un préalable à l instauration d

Plus en détail

Construction d une méthode pour accompagner les publics en situation de précarité vers le dépistage organisé des cancers

Construction d une méthode pour accompagner les publics en situation de précarité vers le dépistage organisé des cancers Construction d une méthode pour accompagner les publics en situation de précarité vers le dépistage organisé des cancers FORMADOC 2- Loire 2011-2012 Julie Kalecinski Vanessa Dutertre Franck Chauvin Centre

Plus en détail

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012»)

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Axes / Mesures / Sous-mesures Axe 1 : Contribuer à

Plus en détail

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS becret OGER INTERNATIONAL [Sélectionnez la date] Service Ressources Humaines OGER INTERNATIONAL Avril 2012 PREAMBULE Constatant que le taux d emploi des 55-64

Plus en détail

La dépendance. 1 grande victoire 1 grand défi! (âge moyen : + de 80 ans aujourd hui, contre 47 ans en 1900)

La dépendance. 1 grande victoire 1 grand défi! (âge moyen : + de 80 ans aujourd hui, contre 47 ans en 1900) La dépendance 1 grande victoire 1 grand défi! (âge moyen : + de 80 ans aujourd hui, contre 47 ans en 1900) 2 DÉFINITION ENJEUX ET IMPACTS EVOLUTIONS POINT DE VUE POLITIQUE POURQUOI 1 ASSUREUR? LA SILVER

Plus en détail

Comment réussir ce rendez-vous annuel?

Comment réussir ce rendez-vous annuel? Direction des Ressources Humaines Guide pratique de l évaluateur pour L Entretien Annuel Campagne 2011 Comment réussir ce rendez-vous annuel? 1 1. L entretien annuel, qu est- ce que c est? Un temps de

Plus en détail

Prix AGIRC et ARRCO Faciliter l accès aux soins des personnes handicapées vieillissantes pour favoriser l autonomie

Prix AGIRC et ARRCO Faciliter l accès aux soins des personnes handicapées vieillissantes pour favoriser l autonomie APPEL À PROJETS Prix AGIRC et ARRCO Faciliter l accès aux soins des personnes handicapées vieillissantes pour favoriser l autonomie en partenariat avec le Comité national Coordination Action Handicap (CCAH)

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants DOSSIER DE PRESSE L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants PARIS Mercredi 29 février 2012 Communiqué de presse p.2 L Association Française des AIDANTS

Plus en détail

Les Français et Alzheimer. Vivre au quotidien avec la maladie. Synthèse des résultats. Septembre 2012. Les Français et Alzheimer

Les Français et Alzheimer. Vivre au quotidien avec la maladie. Synthèse des résultats. Septembre 2012. Les Français et Alzheimer Vivre au quotidien avec la maladie Synthèse des résultats Septembre 2012 TNS Sofres Rozenn BOUVIER - 01 40 92 33 20 Zein SAWAYA - 01 40 92 27 61 Espace éthique Alzheimer Grégory EMERY - 01 44 84 17 54

Plus en détail

LES RISQUES ROUTIERS EN MISSION

LES RISQUES ROUTIERS EN MISSION LES RISQUES ROUTIERS EN MISSION DEPUIS 10 ANS LES ACCIDENTS DE LA CIRCULATION LIÉS AU TRAVAIL REPRÉSENTENT : 54 à 59% des accidents mortels du travail 23 à 25% des accidents avec incapacité permanente

Plus en détail

Enquête auprès des parents sur les risques routiers pour les enfants LA PREVENTION ROUTIERE ET LA FEDERATION FRANÇAISE DES SOCIETES D ASSURANCES

Enquête auprès des parents sur les risques routiers pour les enfants LA PREVENTION ROUTIERE ET LA FEDERATION FRANÇAISE DES SOCIETES D ASSURANCES Enquête auprès des parents sur les risques routiers pour les enfants LA PREVENTION ROUTIERE ET LA FEDERATION FRANÇAISE DES SOCIETES D ASSURANCES Septembre 2006 Sommaire I - Introduction 3 Le contexte et

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour l organisation des territoires FICHE ACTION N 17-3

Plus en détail

Mener des entretiens professionnels

Mener des entretiens professionnels Formations Mener des entretiens professionnels Durée :... 2,5 jours - 18 heures Personnel concerné :... tout responsable hiérarchique ayant à mener des entretiens d évaluation Méthode pédagogique :...

Plus en détail

RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL

RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL Direction de la population âgée et des personnes handicapées Service de la population âgée 3e commission RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL Séance du 9 juillet 2015 OBJET : PRÉVENTION DE LA MALTRAITANCE

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

TRIBUS SENIORS. Quelles sont les tribus de seniors aujourd hui? Et, comment communiquer auprès d elles?

TRIBUS SENIORS. Quelles sont les tribus de seniors aujourd hui? Et, comment communiquer auprès d elles? TRIBUS SENIORS Quelles sont les tribus de seniors aujourd hui? Et, comment communiquer auprès d elles? 1 Les séniors en 2014 «Vieillissement de la population, allongement de la durée de vie, arrivée à

Plus en détail

Accidents de la vie courante. d accidents domestiques au domicile des personnes âgées

Accidents de la vie courante. d accidents domestiques au domicile des personnes âgées Accidents de la vie courante L outil de repérage des risques L outil de repérage des risques d accidents domestiques au domicile des personnes âgées Sommaire 1 Les accidents de la vie courante en France

Plus en détail

L évaluation de la capacité de conduire à la 17/09/2010

L évaluation de la capacité de conduire à la 17/09/2010 L évaluation de la capacité de conduire à la SAAQ 17/09/2010 Société de l'assurance automobile du Québec, 2009 C est quoi la SAAQ? La Société de l assurance automobile du Québec est un organisme de: gestion

Plus en détail

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés RAPPORT du GROUPE DE TRAVAIL INTERMINISTÉRIEL DÉCEMBRE 2013 1 Introduction I -Le contexte II -Le Groupe de travail III -Compte rendu

Plus en détail

Intégration de la Sécurité Routière dans les champs de compétence des communes

Intégration de la Sécurité Routière dans les champs de compétence des communes Pôle d Appui Sécurité Pôle Routière d Appui Poitou-Charentes Sécurité Routière Poitou-Charentes Octobre 2014 1 Intégration de la Sécurité Routière dans les champs de compétence des communes Pôle d Appui

Plus en détail

Changer de logement :

Changer de logement : Les retraités et leur logement Maison de la Chimie, 18 novembre 2013 Changer de logement : la mobilité résidentielle des retraités Catherine Bonvalet Directrice de recherche INED 1 Mobilité plus faible

Plus en détail

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels ACCIDENTS DU TRAVAIL & MALADIES PROFESSIONNELLES A vos côtés pour gérer vos risques professionnels est le partenaire de votre entreprise en cas d accidents du travail et de maladies professionnelles Un

Plus en détail

Forum régional Séniors Mobilité et Sécurité Routière

Forum régional Séniors Mobilité et Sécurité Routière Forum régional Séniors Mobilité et Sécurité Routière Agir pour une mobilité sécurisée des séniors Sensibiliser à la SR pour contribuer à la diminution du nombre de victimes d accidents de la route en Aveyron

Plus en détail

LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE

LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE Les services à la personne désignent les activités destinées à répondre aux besoins des particuliers dans leur vie quotidienne. On distingue 3 domaines de services

Plus en détail

Prévention du risque routier

Prévention du risque routier Prévention du risque routier Edition du 4 janvier 2013. Approche pédagogique Les formations sont consolidées par des mises en situation et des études de cas pratiques. Lors des sessions «intra-entreprises»,

Plus en détail

Présentation de la GIPA. Garantie contre les Impayés de Pensions Alimentaires

Présentation de la GIPA. Garantie contre les Impayés de Pensions Alimentaires Présentation de la GIPA Garantie contre les Impayés de Pensions Alimentaires Novembre 2014 Dispositif expérimental o Le dispositif expérimental est porté par la loi n 2014-873 du 04 août 2014 pour l égalité

Plus en détail

SERVICES AUX PERSONNES

SERVICES AUX PERSONNES Pays du Grand Beauvaisis Fiche sectorielle Edition 2013 SERVICES AUX PERSONNES Définition du secteur Les services à la personne regroupent l ensemble des services contribuant au mieux-être des citoyens

Plus en détail

Risques professionnels pour l entrepreneur : Comment les assurer? Michel BOYER Boyer & Morvilliers Assureurs

Risques professionnels pour l entrepreneur : Comment les assurer? Michel BOYER Boyer & Morvilliers Assureurs Risques professionnels pour l entrepreneur : Comment les assurer? Michel BOYER Boyer & Morvilliers Assureurs Sommaire : L Assurance : indispensable à la vie de l entreprise Un monde de risques Etre bien

Plus en détail

Carbet des aidants. Technologies d aide à l autonomie des personnes âgées. Dossier de presse. sur les

Carbet des aidants. Technologies d aide à l autonomie des personnes âgées. Dossier de presse. sur les Carbet des aidants sur les Technologies d aide à l autonomie des personnes âgées Dossier de presse Le réseau Gérontologie-Alzheimer organise, le 16 novembre 2013 à l Auditorium de la Mairie de Rémire-Montjoly,

Plus en détail

LES MATINÉES DE L ARVISE

LES MATINÉES DE L ARVISE LES MATINÉES DE L ARVISE «Management de la Prévention des Risques Professionnels» Jeudi 2 Septembre 2010 Françoise FONTAINE & Gwénola KERLOCH 2 PROGRAMME DE LA MATINÉE 8h30 Accueil Café 8h45 Introduction

Plus en détail

Pourquoi un baromètre sur la qualité de vie au travail des indépendants?

Pourquoi un baromètre sur la qualité de vie au travail des indépendants? assurés à la RAM La RAM est spécialisée dans la gestion du régime obligatoire d assurance maladie des indépendants - artisans, commerçants et professions libérales, pour le compte du Régime Social des

Plus en détail

Assurer la retraite & protéger la santé

Assurer la retraite & protéger la santé Assurer la retraite & protéger la santé La Carsat aux côtés des salariés, des entreprises et des retraités La Caisse d assurance retraite et de la santé au travail 2 Structure de droit privé gérée par

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 605 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 Enregistré à la Présidence du Sénat le 21 juin 2012 PROPOSITION DE LOI visant à instituer une évaluation médicale à la conduite pour les conducteurs de 70 ans

Plus en détail

Réparation du préjudice corporel en Algérie

Réparation du préjudice corporel en Algérie Réparation du préjudice corporel en Algérie Communication en deux parties: 1. Le cadre institutionnel 2. L expertise médicale Première partie Le cadre institutionnel Introduction 1. La réparation du préjudice

Plus en détail

REGLEMENT D UTILISATION DES VEHICULES DE SERVICE AFFECTÉS

REGLEMENT D UTILISATION DES VEHICULES DE SERVICE AFFECTÉS REGLEMENT D UTILISATION DES VEHICULES DE SERVICE AFFECTÉS Janvier 2010 1/5 Règlement d utilisation des véhicules de service affectés 1) Conditions générales d utilisation La mise à disposition et l utilisation

Plus en détail

Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF)

Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF) Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF) Réalisé par le Service Etudes et Diagnostics de Sodie

Plus en détail

LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES. Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone

LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES. Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone SOMMAIRE 1. La mort aux urgences 2. Les Limitations et Arrêts des Thérapeutiques

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Prévenir - Soigner - Accompagner Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires Qui est la Mutualité Française?

Plus en détail

Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire»

Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire» Certificat National de Compétence Mandataires Judiciaires à la Protection des Majeurs Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire» Cette formation complémentaire est visée par la loi n 2007-308 du 5 mars

Plus en détail

Guide du centre de ressources

Guide du centre de ressources Guide du centre de ressources Guide du centre de ressources Nous avons établi ce guide à l intention des enseignants qui souhaitent aborder les thèmes de la sécurité routière et de la mobilité durable

Plus en détail

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Les facteurs de succès de l entreprise Francis DAVID Présentation Parcours Professionnel

Plus en détail

Les Français et le Grand Age

Les Français et le Grand Age Les Français et le Grand Age Fédération Hospitalière de France / TNS Sofres Mai 2013 En préambule Le vieillissement de la population et la prise en charge du grand âge : un enjeu crucial dans l agenda

Plus en détail

Mieux répondre aux besoins et aux attentes des personnes âgées. Association des Bibliothécaires de France Journée du 14 mai 2012

Mieux répondre aux besoins et aux attentes des personnes âgées. Association des Bibliothécaires de France Journée du 14 mai 2012 Association des Bibliothécaires de France Journée du 14 mai 2012 Plan de la présentation Etat des lieux de la population bas-rhinoise et alsacienne des plus de 60 ans Les interventions du Conseil Général

Plus en détail

MOBILITÉ, INSERTION ET ACCÈS L EMPLOI

MOBILITÉ, INSERTION ET ACCÈS L EMPLOI LA MOBILITÉ UN ATOUT POUR L EMPLOI MOBILITÉ, INSERTION ET ACCÈS L EMPLOI BILAN Première année d activité Juillet 2014 Tmobil : Un service d accompagnement à la mobilité Ce dispositif a pour but d intégrer

Plus en détail

Cahier des charges pour l animation de formations pour EVOLIA93

Cahier des charges pour l animation de formations pour EVOLIA93 Cahier des charges pour l animation de formations pour EVOLIA93 Contexte Evolia93, plateforme des services à la personne en Seine-Saint-Denis a pour mission la structuration et la professionnalisation

Plus en détail

Ouverture des deuxièmes Assises de la Prévention des Risques Professionnels dans les Collectivités Territoriales. Parc des Expositions de la Nordev

Ouverture des deuxièmes Assises de la Prévention des Risques Professionnels dans les Collectivités Territoriales. Parc des Expositions de la Nordev Ouverture des deuxièmes Assises de la Prévention des Risques Professionnels dans les Collectivités Territoriales Parc des Expositions de la Nordev Saint Denis Mercredi 13 novembre 2013 Monsieur le Président

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

Prévention. conduites addictives. Guide d information et de prévention. Anticiper pour mieux vous protéger

Prévention. conduites addictives. Guide d information et de prévention. Anticiper pour mieux vous protéger Prévention conduites addictives Guide d information et de prévention Anticiper pour mieux vous protéger La prévention, un enjeu pour votre santé Tabac, alcool, drogues La dernière décennie a marqué une

Plus en détail

Etude Assureurs Prévention - Les Français au volant

Etude Assureurs Prévention - Les Français au volant Etude Assureurs Prévention - Les Français au volant Juillet 2014 Date : juillet 2014 Etude Assureurs Prévention réalisée par OpinionWay Le contexte et les objectifs de l étude Contexte et objectifs Assureurs

Plus en détail

Notion de pénibilité : entre impact sur la santé physique et l espérance de vie et pénibilité subjective

Notion de pénibilité : entre impact sur la santé physique et l espérance de vie et pénibilité subjective Notion de pénibilité : entre impact sur la santé physique et l espérance de vie et pénibilité subjective Marc LORIOL, IDHES Paris 1 Maison des Sciences de l Homme en Bretagne Rennes, le vendredi 28 novembre

Plus en détail

Plan de Déplacements Entreprise : favoriser l écomobilité

Plan de Déplacements Entreprise : favoriser l écomobilité Plan de Déplacements Entreprise : favoriser l écomobilité l action des CCI Les CCI défendent un aménagement et un développement durables du territoire Depuis les trente glorieuses la croissance économique

Plus en détail

Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA DIGNITE

Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA DIGNITE Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA DIGNITE 0 Page2 Sommaire Les droits rattachés au respect de la personne... 3 Le droit au respect de sa dignité... 3 Quelle est la signification de la dignité en droit de

Plus en détail

SwissLife Prévoyance TNS Spécial Artisans et Commerçants. Une offre complète, adaptée à votre activité et votre statut

SwissLife Prévoyance TNS Spécial Artisans et Commerçants. Une offre complète, adaptée à votre activité et votre statut SwissLife Prévoyance TNS Spécial Artisans et Commerçants Une offre complète, adaptée à votre activité et votre statut La prévoyance : une préoccupation pour les indépendants Tout comme deux tiers des Français,

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

un métier parfois complexe

un métier parfois complexe un métier parfois complexe La loi du 27 juin 2005 a amélioré le statut des assistants familiaux. Aujourd hui, ils sont reconnus comme de vrais professionnels de la protection de l enfance et bénéficient

Plus en détail

Préparation aux épreuves du BEPECASER, enseignant de la conduite, moniteur auto-école

Préparation aux épreuves du BEPECASER, enseignant de la conduite, moniteur auto-école Impression à partir du site https://offredeformation.picardie.fr le 27/01/2016. Fiche formation Préparation aux épreuves du BEPECASER, enseignant de la conduite, moniteur auto-école - N : 10672 - Mise

Plus en détail

Mme Catherine Malki - enseignante STMS - Lycée J Jaurès- Châtenay-Malabry

Mme Catherine Malki - enseignante STMS - Lycée J Jaurès- Châtenay-Malabry PRE-REQUIS DES BACHELIERS ST2S Pôle méthodologie : Comment les organisations sanitaires et sociales mettent en place un plan d action pour améliorer la santé ou le bien être social des populations? Notion

Plus en détail

CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES. Le 07/03/2014

CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES. Le 07/03/2014 CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 07/03/2014 APPEL A

Plus en détail

centre de connaissance sécurite routière

centre de connaissance sécurite routière centre de connaissance sécurite routière MESURE D ATTITUDES SECURITE ROUTIERE 2009 RESUME DE PARTIE 3 : NORMES SOCIALES, PERCEPTION DES RISQUES ET NOUVEAUX THÈMES MESURE D ATTITUDES SECURITE ROUTIERE 2009

Plus en détail

Première problématique. Quel programme de prévention et de gestion des risques pour l équilibre de la branche automobile?

Première problématique. Quel programme de prévention et de gestion des risques pour l équilibre de la branche automobile? Première problématique Quel programme de prévention et de gestion des risques pour l équilibre de la branche automobile? Introduction Problématique Méthodologie : Plan de communication - Recueil des textes

Plus en détail