Banque privée : mutations et défis

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Banque privée : mutations et défis"

Transcription

1 R E I A M HORIZONS BANCAIRES NUMÉRO 333 SEPTEMBRE 2007 M O S Banque privée : mutations et défis Éditorial... 5 JACQUES HAFFNER, DIRECTEUR DE LA BANQUE PRIVÉE FRANCE ET INTERNATIONAL, CRÉDIT AGRICOLE S.A. Comment apprécier la taille du marché de la banque privée? 7 ARMELLE SARDA, DIRECTION DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES, CRÉDIT AGRICOLE S.A. Stratégies et modèles des banques privées en France et dans le monde OLIVIER DE DEMANDOLX, DIRECTEUR ASSOCIÉ, MCKINSEY & COMPANY Le contexte réglementaire et fiscal européen pour la banque privée NATHALIE PICARROUGNE, RESPONSABLE DU SERVICE JURIDIQUE ET FISCAL DE LA BANQUE DE GESTION PRIVÉE INDOSUEZ PIERRE-HENRI DORON, JURISTE AU SERVICE JURIDIQUE ET FISCAL DE LA BANQUE DE GESTION PRIVÉE INDOSUEZ PHILIPPE DUROYON, FISCALISTE AU SERVICE JURIDIQUE ET FISCAL DE LA BANQUE DE GESTION PRIVÉE INDOSUEZ Les nouvelles attentes des clients privés ERIC BRAT, PARTNER & MANAGING DIRECTOR, BOSTON CONSULTING GROUP Quelle proposition de valeur pour la clientèle mass affluent? DANIEL PION, ASSOCIÉ CONSULTING, DELOITTE Les complémentarités d une gestion d actifs et d une banque privée au sein d un grand Groupe INTERVIEW : PASCAL BLANQUÉ DIRECTEUR DE LA GESTION DE CRÉDIT AGRICOLE ASSET MANAGEMENT BRUNO CALMETTES DIRECTEUR GÉNÉRAL ADJOINT DE LA BANQUE DE GESTION PRIVÉE INDOSUEZ La collaboration entre banques privées et banques de réseau, un levier majeur de croissance MARTINA WEIMERT DIRECTEUR, RESPONSABLE DU PÔLE BANQUE PRIVÉE, CAPGEMINI CONSULTING PHILIPPE POIROT, DIRECTEUR ASSOCIÉ, CAPGEMINI CONSULTING Service aux lecteurs... 76

2 DIRECTEUR DE LA PUBLICATION Jean-Paul Betbèze RÉDACTION EN CHEF Rémy Contamin, Armelle Sarda SECRÉTARIAT DE RÉDACTION Véronique Champion-Faure SUIVI DU FICHIER CONTACTS Crédit Agricole S.A Paris Cedex 15 - Fax : Internet : rubrique : kiosque Eco CONCEPTION - MISE EN PAGES Bleu comme une Orange RÉALISATION CAG IMPRESSION Crédit Agricole S.A. «Cette publication reflète l opinion du Crédit Agricole à la date de sa publication, sauf mention contraire (contributeurs extérieurs). Cette opinion est susceptible d être modifiée à tout moment sans notification. Elle est réalisée à titre purement informatif. Ni l information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne constituent en aucune façon une offre de vente ou une sollicitation commerciale et ne sauraient engager la responsabilité du Crédit Agricole ou de l une de ses filiales. Le Crédit Agricole ne garantit ni l exactitude, ni l exhaustivité de ces opinions comme des sources d informations à partir desquelles elles ont été obtenues, bien que ces sources d informations soient réputées fiables. Le Crédit Agricole ne saurait donc engager sa responsabilité au titre de la divulgation ou de l utilisation des informations contenues dans cette publication.» 4

3 É D I T O R I A L JACQUES HAFFNER DIRECTEUR DE LA BANQUE PRIVÉE FRANCE ET INTERNATIONAL, CRÉDIT AGRICOLE S.A. L industrie de la banque privée, qui, par le passé, véhiculait plus de clichés qu elle ne mobilisait les énergies de grands groupes bancaires en dehors de centres spécialisés tels que la Suisse, est aujourd hui l objet d une attention de plus en plus soutenue. À cela plusieurs raisons : Le potentiel brut du marché : les particuliers fortunés ou «haut de gamme» sont d ores et déjà les principaux pourvoyeurs de croissance de l épargne, et le seront demain plus encore ; à l horizon 2010, la croissance annuelle des actifs au niveau mondial est évaluée à près de 8 % et ce marché représente près de 85 % de la création d épargne des particuliers en France... La rentabilité du segment : cette clientèle exigeante est une grosse consommatrice de services et produits financiers ; elle représente donc un relais de croissance et de rentabilité pour les banques de détail n en ayant pas encore exploité tout le potentiel, nonobstant les investissements que suppose une telle démarche. En substance, le risque de marginalisation sur le marché de l épargne des particuliers est réel pour les institutions qui ne parviendront pas à être compétitives sur le segment du haut de gamme. À cet égard, le Groupe Crédit Agricole a mené depuis plusieurs années une politique de croissance active et protéiforme : En France d abord, où le Groupe tire parti de sa position de leader bancaire : Le projet haut de gamme rassemblant les Caisses régionales et la BGPI, banque privée du Groupe, permet de proposer à près de clients une offre adaptée à leurs besoins, associant l intensité de la relation commerciale de proximité et la technicité de services haut de gamme d avant-garde. /... 5

4 /... Parallèlement, le projet banque privée de LCL permettra, une fois achevé, à plus de clients de bénéficier d un service personnalisé dans des centres de banque privée. À l international enfin, où, après plusieurs années de croissance endogène et de multiples acquisitions externes, les principales banques privées du Groupe se situent parmi les leaders locaux : 1 re banque monégasque, 3 e banque privée étrangère en Suisse, 3 e ou 4 e banque privée au Luxembourg... Mais si nous n entendons pas en rester là, cette expansion s inscrira toujours dans le concept de relation durable cher au groupe : pas de satisfaction de la clientèle sans une stratégie patrimoniale fondée sur le long terme, qui seule permet d appréhender calmement la volatilité des marchés, pas de confiance pérenne sans une analyse fine et évolutive des objectifs du client et une gestion d actifs fondée sur la maîtrise du ratio risque/rendement. 6

5 Comment apprécier la taille du marché de la banque privée? ARMELLE SARDA DIRECTION DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES, CRÉDIT AGRICOLE S.A. L appréciation de la taille et de l évolution du marché de la banque privée repose en grande partie sur des déterminants macroéconomiques et financiers. On constate une variété d angles d analyse possibles et de sources disponibles. Globalement, les patrimoines dans le monde ont connu une vive progression ces dernières années, grâce à la conjonction de facteurs favorables. Les États-Unis et l Europe de l Ouest restent les marchés les plus importants, mais les grands pays émergents connaissent une croissance rapide. Définir la taille du marché de la banque privée est un exercice délicat. Des cabinets d études diffusent régulièrement des estimations, mais adoptant des angles d analyse propres à chacun, qui ne permettent pas d avoir une vision homogène. Il convient d abord de définir ce dont on parle. La banque privée fournit des produits et des services sophistiqués, adaptés à des clientèles «aisées», disposant d un certain niveau de patrimoine, par opposition à la banque de masse qui offre principalement des services de banque du quotidien, des produits d épargne simple ou du crédit. Le marché peut être défini par sa cible, les clients concernés, leur nombre et leur localisation, ainsi que par les montants en jeu, correspondant aux avoirs de ces clients. Sont distingués habituellement trois ou quatre catégories de personnes (ou de foyers) aisées, en fonction de leur niveau de patrimoine : les mass affluents, à la frontière entre la banque privée et la banque de masse ; /... 7

6 /... les high net worth individuals ou HNWI ; les very high net worth individuals ou VHNWI ; et parfois les ultra high net worth individuals ou UHNWI. Mais les seuils définissant ces segments (en euros ou en dollars suivant les cas) sont loin d être uniformes d une étude à l autre (figure 1). De la même façon, les établissements offrant des services de banque privée définissent des seuils d éligibilité très variables. Interviennent parfois également des critères de revenu, qui permettent d identifier de futures clientèles patrimoniales. Les services proposés à ces différents types de clientèles sont désignés par des termes variés selon le degré de sophistication offert : gestion de patrimoine ou gestion de portefeuille, gestion privée, gestion de fortune ou encore family office. figure 1 LES CLIENTÈLES DES BANQUES PRIVÉES en dollars ou en euros Ultra high net worth individuals UHNWI Very high net worth individuals VHNWI 30 à 100 millions 1 à 5 millions High net worth individuals HNWI à Mass affluent à Au-delà des choix de seuils, la définition même des patrimoines considérés varie en fonction des classes d actifs qui sont retenues (types d actifs financiers, titres non cotés, immobilier ou autres investissements, etc.). On peut par ailleurs mettre en cause le maintien dans le temps des seuils retenus dans les différentes études. Les évolutions du coût de la vie font qu un millionnaire de 1990 était «plus riche» qu un millionnaire de Sans compter que d après Forbes, le coût de la vie des plus riches croît plus rapidement que les prix à la consommation : l indice CLEWI (1) (cost of living extremely well index) aurait progressé deux fois plus vite que l inflation américaine entre 1986 et (1) 8

7 Comment apprécier la taille du marché de la banque privée? A R M E L L E S A R D A LE MARCHÉ FRANÇAIS : DES POSSIBILITÉS D ANALYSE NOMBREUSES Pour un acteur français, il s agit d abord de cerner au mieux le marché domestique en fonction des seuils d éligibilité aux services de banque privée qu il s est fixé. Il doit pouvoir également déterminer si un client (ou un prospect) appartient à la cible, ce qui n est pas immédiat dans la mesure où celui-ci souhaite rarement confier tous ses avoirs à un même établissement. Il faut donc pouvoir estimer la fortune globale de chacun des clients à partir d indicateurs bien souvent socio-démographiques que des analyses de marché permettent d identifier et de pondérer. Un certain nombre de sources permet de calibrer le marché français. Tout d abord, le tableau d opérations financières (diffusé par la Banque de France, contrepartie financière des comptes de la Nation) fournit chaque année la valeur du patrimoine financier de l ensemble des résidents français, qu il soit détenu en France ou à l étranger, et sa répartition par type d actifs. L Insee fournit également des éléments sur le patrimoine non financier, immobilier ou professionnel. Le patrimoine financier des ménages français représentait milliards d euros fin 2006, en progression de 8,4 % par an en moyenne depuis 2002, après un accès de faiblesse en 2000 et 2001 lié aux évolutions boursières. Ce patrimoine financier est composé à 31 % de dépôts bancaires, 36 % d assurance-vie, 20 % de valeurs mobilières et 13 % de titres non cotés. Le patrimoine non financier, aux trois-quarts immobilier, représentait Mds fin 2006, soit les deux tiers du patrimoine total ; il a crû en un an de 6,5 % après avoir gagné 15,6 % en Datamonitor fournit des estimations pour les principaux pays européens des patrimoines «liquides» et du nombre d individus répartis en dix tranches de patrimoine, ainsi qu un historique et des prévisions. Ainsi, 4,4 millions de Français détiendraient entre 50 et 300 k de patrimoine et plus de 300 k. Le total des actifs des premiers représenterait 501 Mds et 452 Mds pour les seconds. Néanmoins, si ces estimations permettent des comparaisons européennes, leur usage sur le marché français est limité. Les actifs financiers considérés sont les actifs «liquides». Ils excluent notamment l assurance-vie, qui représente pourtant un actif de poids dans le patrimoine des Français les plus aisés. Par ailleurs, la méthode utilisée est dérivée d un modèle fondé sur la répartition du patrimoine des ménages britanniques, ce qui limite la portée de l exercice. /... 9

8 /... L enquête patrimoine de l Insee est une vaste enquête qui fournit une image détaillée de l ensemble du patrimoine des ménages français. Son exploitation offre des possibilités d analyses très riches sur la répartition des patrimoines dans la population et leurs montants, en fonction de différents critères socio-démographiques. D autres enquêtes (ESP de TNS Sofres notamment) fournissent en outre des informations sur les établissements financiers où sont logés les produits financiers détenus. La dernière enquête Insee (2004) nous indique par exemple que le patrimoine moyen total (y compris immobilier) des ménages s élève à 165 k. Les ans ayant un patrimoine moyen de 305 k, les professions libérales de 719 k, les Parisiens de 352 k et les 25 % des Français les mieux rémunérés de 435,5 k. Elle nous indique également que 85 % des ménages ont un patrimoine financier inférieur à 50 k et que 1,8 million de ménages (7,3 %) possède un patrimoine financier supérieur à 100 k (tableau 1). tableau 1 RÉPARTITION DU PATRIMOINE FINANCIER DES MÉNAGES FRANÇAIS Patrimoine financier Nb de ménages (milliers) % < 10 k ,4 % 10 à 50 k ,9 % 50 à 100 k ,4 % 100 à 150 k 867 3,5 % 150 à 300 k 633 2,6 % 300 à k 265 1,1 % > 1 m 38 0,2 % Total ,0 % Source : enquête patrimoine Insee 2004, Crédit Agricole Ces enquêtes permettent de quantifier et d analyser le marché de la banque privée en fonction des seuils d éligibilité fixés. Toutefois, il convient d être prudent, car les montants déclarés par les ménages sont très largement inférieurs à la réalité. Ces enquêtes réclament une série de redressements pour donner une image plus conforme des patrimoines. Par ailleurs, plus les ménages sont aisés, moins bien ils sont représentés dans l enquête du fait de leur faible nombre. La précision des quantifications des marchés haut de gamme, et surtout très haut de gamme, en est du coup limitée. Autre source fréquemment utilisée, les déclarations à l ISF, qui fournissent le nombre d assujettis et leur répartition territoriale et ce, par tranche d imposition. La sous-déclaration des actifs existe vraisemblablement en ce domaine égale- 10

9 Comment apprécier la taille du marché de la banque privée? A R M E L L E S A R D A ment... La France comptait ainsi près de foyers déclarant plus de 760 k de patrimoine en 2006 (2), soit un tiers de plus qu en La moitié des assujettis se situe dans la première tranche (de 760 à k ). Mais l immobilier, qui a fortement augmenté ces dernières années, constitue vraisemblablement une large part de leur patrimoine. Par ailleurs, 56 % des redevables résident en Ile-de-France (31 % à Paris) et 10 % en région Provence-Alpes-Côte d Azur. LE MARCHÉ MONDIAL : DEUX POINTS DE VUE L étude du marché mondial permet de positionner la France et de déceler les marchés potentiels à l étranger, pour accompagner les clients dans le monde ou saisir des opportunités de développement. Pour dimensionner les marchés mondiaux de la banque privée et leurs évolutions, les rapports annuels de Capgemini et Merrill Lynch (3) (CGML) et du Boston Consulting Group (4) (BCG) sont deux sources publiques fréquemment utilisées. Les modèles de quantification des deux cabinets reposent l un et l autre sur une démarche de type top-down. La richesse globale de chaque pays est d abord estimée, puis répartie par tranche de patrimoine dans la population à partir de courbes de Lorentz (5). Toutefois, sans entrer dans le détail, les méthodes de calcul, notamment de la richesse globale, semblent assez différentes. Les résultats décrits par les deux cabinets se distinguent sur deux aspects : Le périmètre des actifs considérés n est pas le même : les actifs couverts par CGML incluent l immobilier non résidentiel et les titres non cotés alors que le BCG n inclut que les actifs financiers de type titres cotés en direct ou via la gestion collective, les dépôts, l assurance-vie et les fonds de pension. Dans les deux cas, il s agit à la fois des actifs détenus dans le pays et des actifs offshore. En terme de présentation, le BCG détaille les actifs financiers totaux, quel que soit le niveau de fortune, et leurs évolutions, par zones géographiques et pour certains pays. Il fournit ensuite quelques éléments sur le nombre de ménages HNWI. Tandis que CGML présente directement le nombre de HNWI (apparemment d individus et non de ménages) et leur «richesse» ainsi que le nombre d UHNWI. Pour les deux /... (2) Source : Direction Générale des Impôts. (3) World Wealth Report 2005 et 2006 (4) Global Wealth Report 2005 et 2006 (5) La courbe de Lorentz met en relation la proportion x % des ménages les moins riches et la part y % du revenu total du pays qu ils reçoivent. 11

10 /... cabinets, le seuil retenu pour définir les HNWI est de 1 million de dollars, mais avec des périmètres d actifs différents. Ainsi, les informations fournies dans ces deux rapports offrent des panoramas sensiblement différents, en particulier en termes d évolution du marché. tableau 2 Boston Consulting Group Merrill Lynch - Cap Gemini Actifs : trillions $ Actif % total Actif Nb % total Actif % total Nb Nb HNWI : milliers total HNWI HNWI HNWI HNWI % total Amérique du Nord 33,2 37, ,4 10,2 30, ,3 Europe 29,2 33,1 > > 36,3 9,4 28, ,2 Asie-Pacifique 20,3 23,0 7,6 22, ,6 Amérique latine 2,8 3,2 4,2 12, ,4 Moyen Orient-Afrique 2,8 3,2 2,0 6, ,6 Total 88, , , Source : Boston Consulting Group - Merrill Lynch - Cap Gemini Le message commun reste que les richesses sont très largement concentrées dans les pays développés, en Amérique du Nord et en Europe (tableau 2). Le BCG nous indique plus précisément (tableau 3) que le Japon est, en dollars, le second pays en termes d actifs financiers totaux, loin derrière les États-Unis. Puis viennent le Royaume-Uni, l Allemagne, l Italie et la France. La Chine est en 7 e position, mais les tableau 3 ACTIFS FINANCIERS ET NOMBRE DE HNWI DES PRINCIPAUX PAYS 2005 Actifs totaux % Actifs/ Nb de trillions Rang actifs des actifs habitant ménages de $ monde k$ HNWI milliers Rg nb HNWI États-Unis 31,3 1 35, Japon 11,9 2 13, Royaume-Uni 6,6 3 7, Allemagne 5,8 4 6, Italie 3,6 5 4, France 3,6 6 4, Chine 2,0 7 2, Canada 1,9 8 2, Pays-Bas 1,8 9 2, Taïwan 1,6 10 1, Espagne 1,5 1, Suisse 1,4 1, Brésil 1,1 14 1, Inde 0,6 19 0,6 1 na 18 Russie 0,6 20 0,6 4 na na Monde 88, Source : Boston Consulting Group, Banque Mondiale 12

11 Comment apprécier la taille du marché de la banque privée? A R M E L L E S A R D A actifs financiers restent peu développés au regard du nombre d habitants. Le classement est un peu différent s agissant du nombre de HNWI en raison de répartitions hétérogènes des richesses parmi les populations. Par exemple, un pays comme l Arabie saoudite, qui compte ménages HNWI, se retrouve en 13 e position. En effet, 2,5 % des ménages saoudiens sont millionnaires contre une moyenne de 0,5 % dans le monde. Aux États-Unis, les actifs des millionnaires représentent plus d un tiers des richesses, de l ordre d un quart en Europe, mais environ 40 % en Amérique latine et plus de 50 % au Moyen- Orient et en Afrique. Ainsi, l analyse des actifs totaux ne donne pas une image tout à fait conforme des marchés de la banque privée. Les deux rapports s accordent également sur le fait que le marché présente une croissance solide depuis quelques années. Les perspectives à l horizon 2010 seraient aussi très positives en raison d éléments macroéconomiques et financiers favorables. Les grands marchés émergents connaissent des croissances rapides. D après les chiffres du BCG (graphique 2), 2005 a été la quatrième année consécutive d accroissement des actifs financiers mondiaux, avec un taux de croissance annuel moyen depuis 2001 de 8,1 %. Le total des actifs dans le monde a atteint /... graphique 2 ÉVOLUTION DES ACTIFS FINANCIERS TOTAUX 96,4 115,8 12,3 Trillions de dollars 71,5 68,5 4,8 4,8 13,1 11,4 19,9 18,7 64,7 5,1 9,9 17,9 66,1 5,6 10,7 20,6 79 6,7 12,3 25,9 86,9 7,7 12,8 29,4 88,3 8,4 11,9 29,2 9,4 13,4 33,2 Moyen-Orient et Afrique Amérique latine Asie Pacifique (hors Japon) Japon 16,4 39,1 Europe 30 29,4 27,7 25,3 29,5 31,8 33,2 34,5 Amérique du Nord 40, (estimation) 2010 (prévision) Source : Boston Consulting Groupe 2005 et

12 / milliards de dollars fin L Europe et l Asie hors Japon, en particulier l Inde et la Chine, ont été les régions les plus dynamiques, à plus de 13 % l an, tandis que les actifs d Amérique du Nord et du Japon gagnaient moins de 5 % par an. En Amérique du Nord et en Europe, où les actions représentent respectivement plus de la moitié et un tiers des actifs, les évolutions boursières sont un déterminant majeur de la croissance des actifs. Au Japon, et plus encore en Chine ou en Inde, les actifs liquides dominent encore (autour de 60 % du total), le facteur «bourse» est moins important et ce sont surtout les plus aisés qui profitent des dynamiques boursières. Les prévisions à l horizon 2010 font état d un accroissement toujours solide des actifs gérés, tout particulièrement dans les fameux «BRIC» (Brésil, Russie, Inde et Chine) où la croissance attendue est en moyenne supérieure à 10 % l an d ici Toutefois, il convient d être prudent quant à ces résultats tant les effets de change sont importants. Si l expression en dollars des actifs a un sens pour un acteur américain, la conversion en une autre monnaie de référence fournirait un paysage quelque peu différent. À titre illustratif, l examen des évolutions des actifs entre 2004 et 2005 en dollars et en monnaies locales (tableau 4) révèle l impact défavorable de l appréciation du dollar en 2005, notamment face au yen et à l euro, sur les évolutions exprimées en devise américaine. De la même manière, la comparaison des évolutions du marché européen en dollars ou en euros (graphique 3) parle d ellemême quant à l importance de la monnaie de référence : la croissance du marché européen atteint 13,9 % exprimé en euros en 2005 (13,2 % en monnaies locales) contre une baisse de 0,8 % en dollars! Un Européen qui détenait 735 k en mai dernier était millionnaire en dollars mais il ne faisait pas partie du club s il détenait moins de 1,17 millions d euros en juillet Par le tableau 4 CROISSANCE DES ACTIFS FINANCIERS Taux de croissance annuel moyen des actifs financiers TCA (%) exprimés en dollars courants (prév.) en dollars en monnaie (%) locale Amérique du Nord 3,9 4,6 4,2 4,3 4,1 Europe 5,2 13,0 6,0-0,8 13,2 Japon 13,1 4,7 6,7 7,2 5,1 Asie-Pacifique (hors Japon) 3,1 13,3 7,9 8,5 9,7 Amérique latine 8,0 7,5 5,9 12,5 6,7 Moyen-Orient et Afrique 5,1 7,5 5,1 5,8 8,3 Total 4,9 8,1 5,6 1,5 8,0 Source : BCG - Wealth report 2005 et

13 Comment apprécier la taille du marché de la banque privée? A R M E L L E S A R D A graphique ACTIFS FINANCIERS EN EUROPE ET MONNAIE DE RÉFÉRENCE taux de variation des actifs financiers actifs financiers taux de variation en $ en % (gauche) 26,0 taux de variation en en % (gauche) trillions de $ (droite) trillions de (droite) 14,3 14,3 12, ,0 1,0-5,0-3,7-3, ,1 4, , Source : Boston Consulting Group, Crédit Agricole seul fait du taux de change, un patrimoine en euros gagnait près de 14 % sur un an fin 2006, évalué en dollars, après avoir perdu 12 % entre fin 2004 et fin Malgré un panorama général similaire, les éléments dépeints par BCG et CGML diffèrent en termes d évolutions et de perspectives régionales (tableau 5), pour des raisons de méthode et de périmètres. Autre exemple de divergence, le nombre de HNWI aurait progressé de 0,9 % entre 2005 et 2004 d après le BCG et de 6,5 % d après CGML. tableau 5 LES ÉVOLUTIONS DES RICHESSES SELON DEUX ÉTUDES Actif des HNWI Actif total Variation annuelle (source CGML) (source BCG) moyenne (%) Amérique du Nord 9,4 7,4 4,3 4,2 Europe 4,9 3,7 0,8 6,0 Asie-Pacifique 8,0 6,7 1,0 7,2 Amérique latine 11,8 5,9 12,5 5,9 Moyen Orient-Afrique 17,6 7,0 5,8 5,1 Total 8,5 6,0 1,5 5,6 LE MARCHÉ DES UHNWI Le BCG et CGML fournissent quelques chiffres sur les personnes très fortunées, mais ce type d estimation est, à notre sens, purement indicatif. Le premier indique que ménages dans le monde détiennent plus de 50 millions de dollars d actifs financiers et plus de 100 millions. L Europe comprendrait d avantage d UHNWI (6 000 ménages soit 36 % du total) que les États-Unis (5 000 soit 30 % du total) /... 15

14 /... et l Asie-Pacifique (y compris le Japon) environ ménages (21 % du total). Avec un seuil à 30 millions de dollars, MLCG compte UHNWI et positionne les États-Unis avant l Europe. Environ 41 % seraient en Amérique du Nord, 36 % en Europe et 20 % dans la zone Asie-Pacifique. L Amérique latine étant la zone où la proportion de UHNWI est la plus élevée (2,4 % des HNWI contre une moyenne de 1% et 0,8 % en Europe). Si l on s intéresse à présent aux plus grosses fortunes de la planète, on peut se pencher sur les listes de Forbes, publiées en mars de chaque année depuis 1987, qui recensent et classent les milliardaires en dollars du monde entier, sur la base d évaluations des patrimoines totaux, tous types d actifs confondus (y compris les parts d entreprises, les yachts, avions, œuvres d art ou autres). D après le palmarès de mars dernier, il n y a jamais eu autant de milliardaires, grâce à de nombreux facteurs économiques et financiers propices qui ont favorisés l émergence de fortunes dans le monde entier. On compte 946 milliardaires dans le palmarès de 2007, contre 793 en 2006, 587 en La conjoncture n a pas toujours été aussi favorable : ce «club» comptait 21 membres de moins en 2003 (497) qu en La fortune totale des milliardaires s est réduite entre 2001 et 2003, passant de à milliards de dollars, certaines fortunes ayant plongé avec les bourses. Mais, depuis, l accroissement de ces fortunes a été impressionnant. Le patrimoine cumulé des milliardaires représente un total de milliards de dollars soit 1,8 fois plus qu en Ces classements illustrent fort bien les mouvements des marchés financiers et de l économie mondiale. Les évolutions du nombre de milliardaires par pays, parmi les 300 premiers du classement Forbes (tableau 6), font ressortir : la prééminence des États-Unis et dans une moindre mesure des grands pays européens, alors que le Japon a perdu de sa grandeur ; les crises en Asie ou en Amérique du Sud ont réduit un certain nombre de fortunes dans ces pays ; l année 2000 a vu l apparition, notamment en Europe et au Japon, de quelques milliardaires qui n ont pas résisté à la chute boursière des valeurs technologiques ; les monarchies pétrolières sont présentes dans les classements malgré la faible taille de ces économies ; dans les années récentes, de grandes fortunes sont apparues dans des zones émergentes jusque-là peu présentes dans les classements : en Russie, dans les pays d Europe centrale et de l Est, en Inde ; à l exception notable toutefois de la Chine 16

15 Comment apprécier la taille du marché de la banque privée? A R M E L L E S A R D A tableau 6 NOMBRE DE MILLIARDAIRES PAR PAYS PARMI LES 300 PREMIERS DU CLASSEMENT FORBES Amérique du Nord Allemagne Royaume-Uni Espagne France Scandinavie Italie Suisse PECO Autres Europe Europe Russie Arabie saoudite Israel Autres AMO Afrique/Moyen-Orient Hong Kong Japon Taïwan Singapour Australie Asie développée et Australie Inde Autre Asie en développement Asie en développement Amérique latine Fortune totale des 300 (milliards de $) Source : Forbes dont le premier milliardaire n est qu à la 390 e place (un résident de Hong Kong) et le suivant en 407 e position (peut-être en raison d une difficulté d évaluation des fortunes) ; enfin, des places à forte activité offshore concentrent un nombre élevé de milliardaires relativement à leur taille (Hong Kong, Taïwan, Suisse). LE MARCHÉ SOUS L ANGLE DES ACTIFS GÉRÉS PAR LES WEALTH MANAGERS Les informations décrites par le BCG et CGML présentent les richesses détenues par les résidents des différents pays ou des grandes zones géographiques. Un autre point de vue /... 17

16 /... consiste à examiner non plus la source des richesses mais les places où les actifs sont gérés. À partir des actifs déclarés par les gérants de fortune, la Swiss Bankers Association (6) (SBA) fournit les parts de marché des pays (graphiques 4 a et b). graphique 4a PARTS DE MARCHÉ DANS LES ACTIFS SOUS GESTION EN États-Unis Royaume- Uni Suisse Japon Allemagne France Autres Source : Suisse Bankers Association graphique 4b PARTS DE MARCHÉ DANS LES ACTIFS OFFSHORE EN Suisse Caraïbes Luxembourg Îles anglonormandes Londres New York Miami Hong Kong Singapour Source : Suisse Bankers Association Sous cet angle, la Suisse fait partie du trio de tête en raison du poids de la gestion offshore dans les actifs sous gestion. La Suisse est le premier «centre international» de gestion privée avec, d après la SBA, une part de marché de 28 % sur les fonds offshore. Ces fonds sont estimés par le BCG à milliards de dollars, soit 6,7 % des actifs totaux (et 23 % des actifs des HNWI). Cette proportion a diminué par rapport à 2004 (7 % des actifs). D après le BCG, les actifs gérés offshore ont crû faiblement pour les raisons suivantes : (6) Wealth management in Switzerland, Industry trends and strategies, January

17 Comment apprécier la taille du marché de la banque privée? A R M E L L E S A R D A Près de la moitié des actifs détenus à l international est sous forme liquide, moins rentable que les titres, car les investisseurs recherchent la sécurité plutôt que des rendements élevés. La valorisation des stocks a ainsi été limitée. Certaines régions, dont une partie importante des richesses est gérée à l étranger comme le Moyen-Orient (26 % de la richesse est gérée offshore), offrent désormais des opportunités d investissement attractives onshore. Le déclin du marché offshore européen au profit de l Asie est souvent débattu. Des amnisties fiscales et la directive européenne sur la taxation de l épargne ont en effet réduit l attrait de ces places offshore pour les Européens. D après une enquête d IBM Business consulting (7), la question n est pas tout à fait tranchée auprès des banquiers interviewés. Mais c est Singapour, et non plus la Suisse, qui est considérée comme la place offshore présentant le potentiel de croissance le plus élevé, les autres grandes places européennes étant derrière Hong Kong (tableau 7). tableau 7 QUELS SERONT LES CENTRES OFFSHORE DONT LES ACTIFS DE BANQUE PRIVÉE CONNAÎTRONT LA CROISSANCE LA PLUS ÉLEVÉE D ICI DEUX ANS? Suisse 1 Singapour Singapour 2 Suisse Hong Kong 3 Hong Kong Royaume-Uni 4 Royaume-Uni Luxembourg 5 Luxembourg Iles Caïman 6 Iles Caïman Bahamas 7 Bahamas Source : IBM Business Consulting Toutefois, les éléments qui pèsent sur l activité offshore des places européennes ne concernent que les investisseurs européens. Rien n indique que les fortunes nouvelles, notamment d Asie, ne trouvent pas d attrait, en particulier en terme d expertise, aux places européennes (Laksmi Mittal, 5 e fortune mondiale en dollars d après Forbes, ainsi que quelques autres milliardaires indiens, résident à Londres). LES VARIABLES ÉCONOMIQUES ET FINANCIÈRES, DÉTERMINANTS MAJEURS DU MARCHÉ S il est difficile d avoir une vision précise du marché de la banque privée, il est indéniable que les variables macroéconomiques et financières en sont des déterminants fondamentaux. Elles façonnent largement le marché mondial et ses évolutions. /... (7) European Wealth and Private Banking Industry Survey

18 /... Les résultats décrits ci-dessus sont à l image de la répartition des richesses dans le monde et de la croissance des économies : 60 % des richesses, exprimées en dollars, sont produites aux États-Unis et en Europe de l Ouest, 70 % en incluant le Japon (graphique 5). Mais la dynamique de croissance la plus forte se situe dans les pays émergents, en particulier en Asie émergente où la taille de la population et les rythmes de croissance traduisent un formidable potentiel (graphiques 5 et 6). graphique 5 RÉPARTITION DE LA POPULATION ET DE L ACTIVITÉ DANS LE MONDE EN % 9 % 54 % 5 % 6 % 10 % 14 % 5 % 30 % 7 % 7 % 26 % 11 % 7 % Afrique-MO Amérique latine Asie en développement Asie développée 20 % Europe de l Est 4 % 6 % 7 % 6 % POPULATION 31 % PIB nominal (dollars) 22 % PIB PPA Europe de l Ouest Amérique du Nord Source : Economic Intelligence Unit Thomson financial Revenons ici sur les effets des conversions en dollars aux taux de change courants. L Asie en développement ne représente que 10 % des produits intérieurs bruts (PIB) nominaux convertis en dollars. Mais, en corrigeant la valeur des PIB des distorsions de taux de change en termes de pouvoir d achat (en PIB en Parité de Pouvoir d Achat : 1$ PPA permettant d acheter la même quantité de biens en Chine qu aux États- Unis), le poids de l Asie en développement dans l activité mondiale est équivalent au cumul de l Amérique du Nord et de l Europe. Dit autrement, un million de dollars permet d acheter plus de biens en Chine qu aux États-Unis ; un millionnaire (en dollars) chinois est «plus riche» qu un millionnaire américain. Cela conduit à s interroger sur le choix du seuil définissant les populations aisées suivant les pays considérés. 20

19 Comment apprécier la taille du marché de la banque privée? A R M E L L E S A R D A graphique 6 7,9 9,4 8,6 CROISSANCE ÉCONOMIQUE (PIB EN VOLUME) DANS LE MONDE (%/AN) 6,9 7,7 6,7 6,0 6,0 5,7 5,4 5,5 5,5 4,9 4,8 4,3 2, ,5 5,4 5,3 4,9 4,5 4,6 4,0 4,0 3,3 2,4 2,5 1,4 2,6 2,3 1,3 2,2 2,1 Asie en dévt CEI PECO Moyen Orient Afrique Amérique latine Monde Asie nouvt dév États Unis Une conjonction d éléments favorables a permis à l ensemble des régions du monde de connaître des évolutions très positives depuis 2003 en matière d accumulation et de valorisation des richesses. Les évolutions des prix des matières premières, en particulier du pétrole, ont donné une large aisance financière aux pays producteurs et ont contribué à l enrichissement d une partie de leur population. D après le FMI, l indice des prix de l ensemble des matières premières a gagné 22,5 % par an en moyenne entre 2002 et L immobilier, dont les prix ont connu des croissances très vives dans certains pays, a constitué une autre source d enrichissement : en Espagne et au Royaume-Uni, par exemple, les prix ont progressé en moyenne de 13 % par an depuis début Les progressions des bourses jusqu en 2006 ont contribué à accroître la valeur des portefeuilles d actions. Ceux-ci sont généralement plus développés en Amérique du Nord et en Europe de l Ouest que dans les pays émergents. Ils sont également plus importants dans les patrimoines des populations les plus riches qui ont donc été les premiers bénéficiaires de ces mouvements. L indice boursier mondial fourni par Thomson financial fait état d une progression moyenne des bourses de 21 % sur un an fin 2006, avec des performances très positives dans la plupart des pays, en particulier dans les zones émergentes : + 64 % en Chine, + 43 % en Inde, + 66 % en Russie, + 34 % en Pologne par exemple. Le marché de la banque privée apparaît ainsi comme un domaine particulièrement porteur, car en croissance soutenue partout dans le monde et en émergence rapide dans de grands pays comme les «BRIC», dont les potentiels paraissent immenses. /... Zone Euro Japon Source : FMI, World Economic Outlook Database, April

20 /... En tendance, les perspectives de croissance économique restent bonnes, en particulier dans les pays les plus «jeunes», et les facteurs favorables à la progression des marchés de la gestion de fortune subsistent. Cependant, la crise de cet été révèle les risques que recèle ce panorama. Le métier de la banque privée est par nature exposé aux chocs et aux cycles que subissent les marchés financiers et l économie mondiale. 22

Skandia renforce son positionnement en France. Quelle stratégie adopter pour répondre aux nouvelles attentes de la clientèle patrimoniale?

Skandia renforce son positionnement en France. Quelle stratégie adopter pour répondre aux nouvelles attentes de la clientèle patrimoniale? Skandia renforce son positionnement en France Quelle stratégie adopter pour répondre aux nouvelles attentes de la clientèle patrimoniale? 7 mai 2010 Sommaire 1. Présentation et actualité du Groupe Old

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

Cardif Lux Vie en bref

Cardif Lux Vie en bref Cardif Lux Vie en bref Compagnie d assurance née de la fusion de deux acteurs historiques au Luxembourg, Cardif Lux International et Fortis Luxembourg Vie. - Depuis le 31 décembre 2011, Cardif Lux Vie

Plus en détail

HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse

HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse Avertissement Cette présentation et les commentaires qui l accompagnent peuvent contenir des déclarations prospectives relatives à la situation financière,

Plus en détail

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique NOUS CONNAISSONS LA CULTURE LOCALE, LES GENS, LES ENTREPRISES UN MONDE D OCCASIONS VOUS ATTEND Pourquoi investir à l échelle mondiale? Plus

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation

COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation Luxembourg, le 30 août 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation Progression des revenus commerciaux La Banque

Plus en détail

CARDIF LUX VIE L assureur d un monde qui change

CARDIF LUX VIE L assureur d un monde qui change CARDIF LUX VIE L assureur d un monde qui change cardifluxvie.lu Cardif Lux Vie célèbre ses 20 ans En 2014, Cardif Lux Vie célèbre son 20 ème anniversaire : 20 ans d expertise internationale au service

Plus en détail

RENCONTRE AVEC LES ACTIONNAIRES. 10 décembre 2014

RENCONTRE AVEC LES ACTIONNAIRES. 10 décembre 2014 RENCONTRE AVEC LES ACTIONNAIRES 10 décembre 2014 ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE ET FINANCIER «LE MONDE D APRÈS» OLIVIER GARNIER Chef économiste DU MONDE D AVANT AU MONDE D APRÈS Quatre grandes ruptures : Modèle

Plus en détail

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique Investissements En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique NOUS CONNAISSONS LA CULTURE LOCALE, LES GENS, LES ENTREPRISES UN MONDE D OCCASIONS VOUS ATTEND Pourquoi investir à l échelle

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France

Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France COMMUNIQUE DE PRESSE (V1.10 au 24 août 2012) Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France (réalisé sur les comptes arrêtés fin 2010) Analyse stratégique du marché et Mise en

Plus en détail

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT La Banque de Luxembourg met à votre service son expertise en matière de gestion

Plus en détail

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage 2014/2015 : Rétrospective et perspectives Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage Rétrospective 2014 L annonce, l année dernière, par la Réserve fédérale américaine (Fed) de réduire

Plus en détail

Un atout majeur : l appartenance à un groupe financier solide CHIFFRE D AFFAIRES 2010. 25,3 milliards d euros 8000

Un atout majeur : l appartenance à un groupe financier solide CHIFFRE D AFFAIRES 2010. 25,3 milliards d euros 8000 Une expertise internationale de l assurance vie Cardif Lux International, anciennement Investlife, a été fondée en 1994 par Cardif et BNP Paribas Luxembourg. C est un des leaders de l assurance vie internationale

Plus en détail

La Caisse d Epargne affirme ses ambitions sur le marché de la gestion privée en lançant des espaces Gestion Privée en régions.

La Caisse d Epargne affirme ses ambitions sur le marché de la gestion privée en lançant des espaces Gestion Privée en régions. La Caisse d Epargne affirme ses ambitions sur le marché de la gestion privée en lançant des espaces Gestion Privée en régions. Paris, le 4 Février 2013 La Caisse d Epargne dispose depuis plus de vingt

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES La Banque de Luxembourg met à votre service son expertise en matière de gestion de patrimoine. En choisissant

Plus en détail

Présentation des Résultats 2006

Présentation des Résultats 2006 Présentation des Résultats 2006 Réunion SFAF du 28 mars 2007 Une année 2006 brillante en terme de résultats Aubay a encore sur performé son marché sur tous les indicateurs : Un CA de 120,8 M en croissance

Plus en détail

Un fonds d obligations mondiales «pour tous les temps», capable de tirer son épingle du jeu dans toutes les conditions de marché

Un fonds d obligations mondiales «pour tous les temps», capable de tirer son épingle du jeu dans toutes les conditions de marché un méthode différente pour contrer la volatilité des marchés Fonds à revenu stratégique Manuvie* *Aussi offert : Catégorie de revenu stratégique Manuvie Un fonds d obligations mondiales «pour tous les

Plus en détail

Résultats 2009 : Succès de l offre de banque en ligne - Ouvertures de comptes : +20% - Nombre d ordres : +10%

Résultats 2009 : Succès de l offre de banque en ligne - Ouvertures de comptes : +20% - Nombre d ordres : +10% Points clés Résultats 2009 : Succès de l offre de banque en ligne - Ouvertures de comptes : +20% - Nombre d ordres : +10% Des résultats solides Produit net bancaire : 200 MEur (+1% à périmètre et change

Plus en détail

ÉPARGNE PAtRimoNiAlE ChIffRES CLÉS

ÉPARGNE PAtRimoNiAlE ChIffRES CLÉS ÉPARGNE patrimoniale chiffres clés 2012 LE GROUPE AG2R LA MONDIALE* Un groupe d assurance de protection sociale, paritaire et mutualiste Un assureur complet de la personne : Prévoyance, Santé, Épargne,

Plus en détail

Ingenico T1 2011 : Très bon démarrage de l année Objectifs 2011 de croissance relevés

Ingenico T1 2011 : Très bon démarrage de l année Objectifs 2011 de croissance relevés COMMUNIQUE DE PRESSE Ingenico T1 2011 : Très bon démarrage de l année Objectifs 2011 de croissance relevés - Chiffre d affaires T1 11 : 204,9 millions d euros o +18,3% en données publiées o +9,2% 1 en

Plus en détail

i n f o r m a t i o n s

i n f o r m a t i o n s i n f o r m a t i o n s Paris, le 6 septembre 2005 Communiqué de Presse RESULTATS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2005 Solides performances au 1 er semestre 2005 Le Conseil de Surveillance d Air Liquide, qui s est

Plus en détail

Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017

Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017 Paris, le 13 novembre 2013 Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017 Pour toute information complémentaire, consultez la présentation complète disponible sur le site internet du Groupe BPCE : www.bpce.fr

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse Immobilier de haut de gamme : explosion du nombre de ventes et des prix dans le monde. En total décalage en 2013, Paris rebondit finalement en ce début 2014 Cette étude porte sur les

Plus en détail

ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS

ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS À la Banque Privée du Crédit Agricole, nous accompagnons nos clients pour valoriser leur patrimoine et donner du sens à

Plus en détail

Présentation des résultats 2006. 15 mars 2007

Présentation des résultats 2006. 15 mars 2007 Présentation des résultats 2006 15 mars 2007 Préambule Le intègre dans son périmètre la création de Natixis intervenue le 17 novembre. Les données financières présentées sont issues des comptes pro forma

Plus en détail

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN 7 OCTOBRE 2013 RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN CHAPITRE 1 UN MODÈLE DE BANQUE UNIVERSELLE ORIENTÉ CLIENT RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY UN ACTEUR BANCAIRE DE PREMIER PLAN 32 millions

Plus en détail

Communiqué de presse. www.axa-realestate.com. Paris, 10 mars 2014

Communiqué de presse. www.axa-realestate.com. Paris, 10 mars 2014 Paris, 10 mars 2014 En 2013, AXA Real Estate enregistre un volume de transactions de 9,2 milliards d euros, lève 6,5 milliards d euros de capitaux et étend son programme de dette à 7,9 milliards d euros

Plus en détail

L ÉMERGENCE Du «MILLENNIPRENEUR»

L ÉMERGENCE Du «MILLENNIPRENEUR» L ÉMERGENCE Du «MILLENNIPRENEUR» étude ENTREPRENEURS BNP PARIBAS 2016 EN BREF LES MILLENNIPRENEURS UNE GÉNÉRATION PRESSÉE I Âgés de moins de 35 ans, ces nouveaux entrepreneurs créent plus d entreprises,

Plus en détail

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014 LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie DONNÉES au 30 juin 2014 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance épargne Pension AEP - Assurance épargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

LE SEGM ENT «M ASS AFFLUENT» Levier d am élioration du «clientm ix» de la Société Générale

LE SEGM ENT «M ASS AFFLUENT» Levier d am élioration du «clientm ix» de la Société Générale LE SEGM ENT «M ASS AFFLUENT» Levier d am élioration du «clientm ix» de la Société Générale Journée Société Générale - 4 avril 2001 Bertrand de Lachape le Sommaire! Les Mass Affluent : une réserve de profits

Plus en détail

Résultats annuels 2010

Résultats annuels 2010 Résultats annuels 2010 Une année charnière marquée par le succès de l offre bancaire * Plus value de dilution et dépréciation de goodwill 2009 / 2010 Croissance du produit net bancaire (PNB) : +2,0 % à

Plus en détail

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE RETRAITE COLLECTIVE, UN DEFI LEGISLATIF ET ORGANISATIONNEL Le paysage démographique comme économique de la France rend de plus en plus inéluctable

Plus en détail

Des résultats excellents au 1 er trimestre 2006

Des résultats excellents au 1 er trimestre 2006 Paris, le 17 mai 2006 Des résultats excellents au 1 er trimestre 2006 Résultat brut d exploitation : 1 502 millions d euros (+ 46,7 %) Résultat net part du groupe : 1 385 millions d euros (+ 53,0 %) Coefficient

Plus en détail

Résultats du 2 ème trimestre 2011

Résultats du 2 ème trimestre 2011 Résultats du 2 ème trimestre 2011 Des résultats en croissance, soutenus par l activité bancaire RNPG T2 2011 : 11,7 M, +21 % RNPG S1 2011 : 22,8 M, +27 % Produit net bancaire 52,9 55,4 5 % 100,8 112,2

Plus en détail

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40%

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40% COMMUNIQUE de Presse PARIS, LE 18 FEVRIER 2013 Résultats 2012. L UFF enregistre un résultat net consolidé de 15,2 M et une collecte nette de 49 M Une activité stable, grâce à une bonne adaptation de l

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Invesco Asia Consumer Demand Fund Bénéficiez du potentiel de croissance de la consommation asiatique

Invesco Asia Consumer Demand Fund Bénéficiez du potentiel de croissance de la consommation asiatique Invesco Asia Consumer Demand Fund Bénéficiez du potentiel de croissance de la consommation asiatique Janvier 2011 Notation du fonds : Standard & Poor s Fund Management Rating Source : Standard & Poor s,

Plus en détail

GROUPE BANQUE POPULAIRE

GROUPE BANQUE POPULAIRE Paris, le 25 février 2005 GROUPE BANQUE POPULAIRE Résultats de l exercice 2004 FORT DÉVELOPPEMENT DE L ACTIVITÉ RÉSULTAT NET EN HAUSSE DE 24% AUGMENTATION DE 32% DU DIVIDENDE DE NATEXIS BANQUES POPULAIRES

Plus en détail

La fiscalité française source d attractivité pour les non-résidents propriétaires d une résidence secondaire?

La fiscalité française source d attractivité pour les non-résidents propriétaires d une résidence secondaire? Page 1 sur 5 Communiqué de presse Le 28 août 2014 6ème ÉDITION DE L OBSERVATOIRE BNP PARIBAS INTERNATIONAL BUYERS «Investing & Living abroad» 2014 La fiscalité française source d attractivité pour les

Plus en détail

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE Un seul investissement, tout le raffinement que vous recherchez Vous menez une vie active, riche de projets que vous souhaitez réaliser. Vous

Plus en détail

VOTRE MANDAT DE GESTION

VOTRE MANDAT DE GESTION VOTRE MANDAT DE GESTION PRÉSENTATION DU MANDAT DE GESTION La souscription au capital d une PME offre 2 avantages fiscaux : / Une réduction d ISF à hauteur de 50% dans la limite de 45 000 Le souscripteur

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

Banque de détail. Dynamiser votre réseau de distribution et accroître son efficacité commerciale

Banque de détail. Dynamiser votre réseau de distribution et accroître son efficacité commerciale Banque de détail Dynamiser votre réseau de distribution et accroître son efficacité commerciale L évolution de l environnement et les enjeux dans la Banque de détail CENTRES D'APPELS Intensification du

Plus en détail

Baromètre Manpower des perspectives d emploi *

Baromètre Manpower des perspectives d emploi * Sous embargo jusqu au 12 mars 00h01 Communiqué de presse Nanterre, le 12 mars 2013 Baromètre Manpower des perspectives d emploi * LES EMPLOYEURS FRANÇAIS S ATTENDENT À DES PERSPECTIVES D EMPLOI STABLES

Plus en détail

Les caractéristiques du secteur bancaire français

Les caractéristiques du secteur bancaire français Les caractéristiques du secteur bancaire français Fiche 1 Objectifs Découvrir le poids du secteur bancaire en France et ses intervenants Prérequis Aucun Mots-clefs Produit intérieur brut (PIB), organismes

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE. En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création

RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE. En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 18 mars 2009 RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création 2010 : mise en marché d activités

Plus en détail

Cardif Multi-Plus 3i CONTRAT D ASSURANCE VIE. Donnez de l assurance à votre épargne

Cardif Multi-Plus 3i CONTRAT D ASSURANCE VIE. Donnez de l assurance à votre épargne Cardif Multi-Plus 3i CONTRAT D ASSURANCE VIE Donnez de l assurance à votre épargne BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance Yves Durand 10 e assureur européen*, BNP Paribas Cardif assure

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 26 février 2014 RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une forte amélioration de son résultat

Plus en détail

LA CATÉGORIE DE SOCIÉTÉ DESJARDINS

LA CATÉGORIE DE SOCIÉTÉ DESJARDINS LA CATÉGORIE DE SOCIÉTÉ DESJARDINS LAISSEZ VOTRE VIE GUIDER VOS CHOIX, PAS L IMPÔT Parce que la vie vous réserve encore bien des surprises, votre situation personnelle sera appelée à changer au fil du

Plus en détail

LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES

LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES R E P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E mercredi 14 février 2007 LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES Communication de M. Philippe Marini, rapporteur général

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

Présentation des résultats 1999 30 mars 2000

Présentation des résultats 1999 30 mars 2000 Présentation des résultats 1999 30 mars 2000 L activité Le métier Les perspectives L activité Un marché animé par plusieurs facteurs positifs Un besoin accru de suivi des marchés les consommateurs-citoyens

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014

Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014 Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014 Pour la 8 ème année consécutive, Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du marché du crédit à la consommation

Plus en détail

Zone euro : panorama conjoncturel

Zone euro : panorama conjoncturel Prévisions Mensuel n 1/1 27 janvier 21 Zone euro : panorama conjoncturel Le cycle des économies avancées s est renforcé en fin d année 214 et la production industrielle dans la zone euro est annoncée en

Plus en détail

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements LES FONDS D INVESTISSEMENT La façon la plus accessible de diversifier vos placements Gestion professionnelle, diversification et liquidité De plus en plus de gens prennent conscience de la différence entre

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

Groupama Banque : qui, que, quoi?

Groupama Banque : qui, que, quoi? Groupama Banque : qui, que, quoi? - Une seule banque au service de tous les clients du Groupe - Un nouveau modèle bancaire, conçu dès sa création comme multicanal - L une des seules banques en France à

Plus en détail

Résultats du 1 er trimestre 2012

Résultats du 1 er trimestre 2012 Résultats du 1 er trimestre 2012 Bonne performance de l offre 100 % en ligne Poursuite de la conquête bancaire en France 17 000 nouveaux comptes courants 13 400 nouveaux comptes d épargne bancaire Forte

Plus en détail

Investir dans des projets d entreprises à travers un mandat de gestion

Investir dans des projets d entreprises à travers un mandat de gestion OFFRE ISF 2013 Investir dans des projets d entreprises à travers un mandat de gestion D 123Club PME 2013 UN INVESTISSEMENT PERMETTANT DE BéNEFICIER DE 50% DE RéDUCTION D ISF JUSQU à 45 000 (cf. risques

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015 n 47 juin 2015 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 Synthèse générale Le niveau des taux de revalorisation servis aux assurés appelle une vigilance

Plus en détail

FORTUNE ET PATRIMOINE GUIDE DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE

FORTUNE ET PATRIMOINE GUIDE DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE FORTUNE ET PATRIMOINE GUIDE DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE Dreyfus Louyebo Fortune et patrimoine guide de l investissement en France Essai Editions Persée Consultez notre site internet Editions Persée,

Plus en détail

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Copyright Copyright 2010 2010 Accenture All Rights All Rights Reserved. Accenture, its logo, and High Performance Delivered are trademarks

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Alstom publie des résultats 2011/12 conformes à ses prévisions et enregistre un niveau élevé de commandes

Alstom publie des résultats 2011/12 conformes à ses prévisions et enregistre un niveau élevé de commandes Communiqué de presse 4 mai 2012 Alstom publie des résultats 2011/12 conformes à ses prévisions et enregistre un niveau élevé de commandes Entre le 1 er avril 2011 et le 31 mars 2012, Alstom a enregistré

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or Argumentaire d investissement sur les minières Or I/ Situation du marché de l or Physique 1/ Evolution sur les trois dernières années. Après avoir profité d une situation de stress importante sur l économie

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

AUTOMNE 2011 ENQUÊTE SUR LE MÉTIER DE TRÉSORIER D ENTREPRISE. L échantillon 2011 :

AUTOMNE 2011 ENQUÊTE SUR LE MÉTIER DE TRÉSORIER D ENTREPRISE. L échantillon 2011 : LE TRÉSORIER D ENTREPRISE EN 2011 2 AUTOMNE 2011 ENQUÊTE SUR LE MÉTIER DE TRÉSORIER D ENTREPRISE Cette note de synthèse est le résultat de l enquête menée conjointement par Robert Half, spécialiste du

Plus en détail

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes CENTRE ETUDES & PROSPECTIVE DU GROUPE ALPHA Fiches pays Économies développées - Europe Zone euro... 2 Allemagne... 5 France... 8

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Performance comparée des classes d'actifs au niveau national

Performance comparée des classes d'actifs au niveau national 4 ème Journée du Capital Investissement Performance comparée des classes d'actifs au niveau national Décembre 2014 Rapport sur le Capital Investissement AMIC 2013 1 ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE NATIONAL ET

Plus en détail

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses Global Custody Solutions Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses Performance des caisses de pension suisses au 31 mars 2010 Résultats positifs pour le quatrième trimestre consécutif Rendement

Plus en détail

Réunion d actionnaires Strasbourg, 9 octobre 2014

Réunion d actionnaires Strasbourg, 9 octobre 2014 Réunion d actionnaires Strasbourg, 9 octobre 2014 Sommaire 1. Les métiers 2. La stratégie 3. Les résultats du premier semestre 2014 4. La politique de distribution, l action 5. Le dispositif de communication

Plus en détail

Eclairage sur les PME et ETI

Eclairage sur les PME et ETI Avril 14 Eclairage sur les PME et ETI Un certain nombre d éléments semblent aujourd hui favorables aux Petites et Moyennes Entreprises (PME) et Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI). L amélioration

Plus en détail

Crise des marchés : 5 choses que les investisseurs semblent ignorer

Crise des marchés : 5 choses que les investisseurs semblent ignorer janvier 8 - N Patrick ARTUS patrick.artus@natixis.com Crise des marchés : choses que les investisseurs semblent ignorer La chute des marchés (crédit, actions) au début de 8 est justifiée dans certains

Plus en détail

COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI

COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI Introduction Mémoire de la City of London Corporation Présenté par le bureau du développement

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Informations financières

Informations financières Informations financières Performance solide et objectifs 2014 atteints Chiffre d affaires T4 en hausse de +13% et croissance organique à +2,5% Chiffre d affaires annuel en hausse de +6,6%, croissance organique

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

Chiffre d affaires du premier trimestre 2015

Chiffre d affaires du premier trimestre 2015 Chiffre d affaires du premier trimestre 2015 Chiffre d affaires : 286,6 millions d euros, croissance organique de +4,0% Flux de trésorerie disponible : 31,9 millions d euros, en progression de +10,4% Croissance

Plus en détail

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses 3 e trimestre 2013

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses 3 e trimestre 2013 Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses 2013 (à ce jour): 4,14% : 1,63% Bonne performance en juillet et en septembre Nouvelle augmentation des liquidités Progression de la quote-part du franc

Plus en détail

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement 5 objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 13 Objectif Mettre en place un partenariat mondial pour le développement La crise financière mondiale et les turbulences de la zone euro continuent

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME

Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME Patrimoine Sélection PME Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME Dans un contexte économique et financier difficile, les investisseurs doivent plus que jamais s'entourer de professionnels aguerris,

Plus en détail

Contribution des industries créatives

Contribution des industries créatives RÉSUMÉ - Septembre 2014 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes de PIB et d emploi Évolution 2008-2011 2 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes

Plus en détail

Information financière trimestrielle au 30 septembre 2012

Information financière trimestrielle au 30 septembre 2012 Information financière trimestrielle au 30 septembre 2012 Chiffre d affaires : En dépit d un contexte économique incertain, le groupe Capgemini a réalisé au 3 ème trimestre 2012 un chiffre d affaires consolidé

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

Les Crises de Balance des

Les Crises de Balance des Les Crises de Balance des Paiements Cédric Tille Institut t des Hautes Etudes Internationales ti et du Développement, et Center for Economic Policy Research (CEPR) Journée Iconomix, 14 Novembre 2012 Structure

Plus en détail

L empreinte carbone des banques françaises. Résultats commentés

L empreinte carbone des banques françaises. Résultats commentés L empreinte carbone des banques françaises Résultats commentés Le cabinet de conseil Utopies et l association Les Amis de la Terre publient le 22 novembre 2010 l empreinte carbone des groupes bancaires

Plus en détail