Actes 26 mars 2014 L'AGRICULTURE URBAINE À BRUXELLES L'ÉMERGENCE D'UNE FILIÈRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Actes 26 mars 2014 L'AGRICULTURE URBAINE À BRUXELLES L'ÉMERGENCE D'UNE FILIÈRE"

Transcription

1 Actes 26 mars 2014 L'AGRICULTURE URBAINE À BRUXELLES L'ÉMERGENCE D'UNE FILIÈRE MAI 2014

2 Table des matières Table des matières... 2 Introduction : Programme de la Journée Mise en perspective de l agriculture urbaine : Une réémergence de l AU dans les villes du nord Les bénéfices de l AU pour les parties prenantes en ville Les business modèles de l AU Résultats de la matinée Introduction de la journée par Céline Frémault Ministre de l économie et de l emploi : Les entrepreneurs en Agriculture Urbaine : Les politiques de villes La ville de Paris La ville de Gand La ville de Rotterdam Clôture de la matinée par Evelyne Huytebroeck, Ministre de l environnement Résultats de l après-midi : Les ateliers thématiques Atelier 1 : L accès à la terre : comment valoriser le potentiel de Bruxelles? Atelier 2 : Produire et vendre des légumes en ville : quels outils à disposition? Atelier 3. L agriculture urbaine, symbiose avec le bâtiment? Atelier 4 : Demain, je me lance en agriculture urbaine! Conclusions Annexes : Annexe 1 : Liste orateurs Annexe 2 : Outils d aide à l entreprenariat : Liste des Guichets d entreprises agréés bruxellois Source de financements : Annexe 3 : Listes exhaustives de toutes les idées émises durant les ateliers

3 Introduction : La tenue de ce symposium s inscrit dans le cadre de l Alliance Emploi-Environnement, thème alimentation durable, une initiative du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale. L accord du Gouvernement régional bruxellois pour la législature , baptisé «Un développement régional durable au service des Bruxellois», précise que «le Gouvernement visera à faire de Bruxelles un exemple en matière d alimentation durable. ( ) Pour y arriver, il développera un plan stratégique visant à développer l alimentation durable et l agriculture urbaine durable à Bruxelles». Après la construction durable, l eau, les ressources et déchets, l alimentation durable constitue le 4 ème axe lancé par le gouvernement. Cet axe a pour objectif de proposer une transition vers l alimentation durable. Une alimentation durable consiste, entre autres, à offrir aux Bruxellois une alimentation à des prix accessibles qui préserve la santé, l environnement et la diversité culturelle. Une des volontés affichées du gouvernement pour l Alliance Alimentation durable est de pousser la professionnalisation de l agriculture urbaine. Parmi les 50 fiches actions qui ont été adoptées par le gouvernement fin 2013, 18 ont un lien direct avec l'agriculture urbaine. L agriculture urbaine, par son caractère multifonctionnel 1, s impose progressivement et internationalement comme un axe stratégique de développement urbain. Elle permet en effet de répondre à de nombreux enjeux liés à l alimentation durable et à l évolution socioéconomique des villes : emploi, démographie, pollutions, inégalités sociales, circuits courts,. C est dans la perspective de susciter de nouvelles vocations dans l agriculture urbaine et voir naître de nombreux projets dans la capitale que Bruxelles Environnement et le Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale, cellule agriculture, ont organisé, avec le soutien de Groupe One et Greenloop, ce symposium. Faire connaître le concept, le rendre crédible et apporter des réponses aux questions des entrepreneurs et des administrations de la ville, tels en étaient les objectifs. Cette journée d échange et de réflexion avait donc pour but de poser un premier jalon pour la structuration d une filière régionale en agriculture urbaine et de promouvoir l entreprenariat. 1 Voir l intervention de Noémie Benoit p.6 pour une mise en perspective de l agriculture urbaine 3

4 1. Programme de la journée Thématiques Interventions 8h30 Accueil café 9h00 Mots de bienvenue 9h05 Introduction Intervention de Céline Frémault, Ministre de l Economie 9h15 10h10 Diversité des modèles économiques autour de l agriculture urbaine Mise en perspective de l Agriculture Urbaine Présentation de 7 initiatives entrepreneuriales existantes en Agriculture Urbaine (Bruxelles et Europe) 1. Permafungi (Bruxelles) 2. Littlefood (Bruxelles) 3. DDH-Champ des cailles (Bruxelles) 4. UrbanFarmer (Suisse Zurich) 5. UrbanFarmCompany(Bruxelles) 6. BioBrussel (Bruxelles) 7. Ferme Nos Pilifs L agriculture urbaine est multifonctionnelle et pluridisciplinaire : design, alimentation, environnement, économie et cohésion sociale. Comment ajuster les opportunités qu elle offre aux problématiques urbaines? 10h30 Questions - Réponses 10h45 Pause-café 11h05 Les politiques des villes Comment la ville administrative et politique réagit-elle? Trois villes expliquent leurs visions : - Paris (Fr) - Rotterdam (NL) - Gent (B) 12h10 Clôture de la matinée Intervention d Evelyne Huytebroeck, Ministre de l Environnement 12h20 12h30 Explication des ateliers de l après-midi LUNCH 13h30 Premier tour d ateliers Choix entre 4 ateliers : Atelier 1. L accès à la terre : comment valoriser le potentiel de Bruxelles? 4

5 Atelier 2. Produire et vendre des légumes en ville : quels outils à disposition? Atelier 3. L agriculture urbaine, symbiose avec le bâtiment? Ateliers 4 : Demain, je me lance en agriculture urbaine! 14h55 Changement et café 15h10 Deuxième tour d ateliers Choix entre 4 ateliers : 16h35 Synthèse de la journée Retour vers la grande salle - Synthèse de la matinée par l infographiste - Synthèse de l après-midi par les animateurs des ateliers 17h00 Clôture 5

6 2. Mise en perspective de l agriculture urbaine Abordée plus tard dans la journée pour une question de rythme, cette analyse nous parait intéressante d être lue en premier lieu afin d offrir un éclairage sur le sujet. Texte de Noémie Benoit. 2.1 Une réémergence de l AU dans les villes du nord On s'accordera à dire que l'agriculture urbaine dans le sud est orientée vers les besoins primaires donc la sécurité alimentaire comme but premier. Or, dans le nord, en dehors des déserts alimentaires bien connus aux Etats-Unis, les villes ne sont pas confrontées à cette problématique. Dès lors, d'où vient donc cet engouement pour l'agriculture urbaine? Cette dernière décennie a en effet été témoin d une renaissance des thèmes du maraîchage, d'agriculture urbaine, de potagers, de cultiver la ville, dans la ville, près de la ville, pour la ville. Les jardins ouvriers sont repris à prix forts dans toutes les capitales européennes. Les jardins communautaires redeviennent à la mode, les surfaces de toits plats deviennent de nouveaux espaces à coloniser aussi bien pour la production que pour la récréation. De nouvelles fermes urbaines voient le jour et redonnent naissance à des métiers oubliés de la ville, berger, fromager, apiculteur, éleveur d'insectes, Or cette "agriculture urbaine" arrive aujourd'hui à un moment où le système alimentaire dominant bute sur ses limites. Elle vient participer à la nécessaire transition écologique du système alimentaire. Elle appelle aussi bien les habitants que les associations, les universités et aussi les entrepreneurs et entreprises, les communes, les villes, les ministères à chercher de nouvelles solutions et de nouveaux horizons pour le système de demain. Tous semblent y trouver leur compte : les uns rêvent à une qualité de ville meilleure, d'autres à bâtir un nouveau "système" alors que certains y voient les opportunités d'inventer de nouveaux services. 2.2 Les bénéfices de l AU pour les parties prenantes en ville L'agriculture urbaine cible différents domaines. Elle apporte toute une combinaison d'avantages : sociaux, économiques, culturels, sanitaires et écologiques. Tour d'horizon des services de l'agriculture urbaine : Le social : la cohésion sociale d'un quartier ou d'un immeuble, l'éducation, l'autonomie des communautés, la sécurité alimentaire mais aussi le contrôle social et l'intégration sociale. L économique : la stimulation de l'économie locale, le maintien voire la création d'emplois et de revenus, la réduction des coûts alimentaires, la réduction des coûts énergétiques (agriculture liée au bâti) et l'amélioration de la gestion des déchets. Le culturel : la valeur de l'agriculture urbaine comme loisir, comme un lieu de transmission de savoirs et savoir-faire, un lieu d'échanges quels qu'ils soient et une valeur esthétique notoire. 6

7 La santé : l'accès à une alimentation fraîche et de qualité est sécurisé, la valeur éducative n'est plus à discuter. C'est également un loisir sain et une activité physique. L écologie : réduction des transports et promotion des circuits courts, elle permet de réduire les émissions de C02, de gérer de manière décentralisée l'eau de pluie et de la revaloriser directement, de maintenir la qualité des sols, d'améliorer et conserver les habitats de la faune et flore et la biodiversité. Elle est aussi efficace pour réduire la consommation d'énergie dans le bâti, réduire l'effet de serre urbain, réduire la pollution atmosphérique, réduire et améliorer la gestion des déchets et finalement de sensibiliser les citoyens urbains à tout le cycle qui fait d'une graine dans la terre, un aliment dans notre ventre. Chaque acteur en agriculture urbaine part d'une mission de base et choisit parmi ces services pour construire son projet et son profil. Il en résulte une grande différentiation et une diversité de modèles, liée au contexte et à l'acteur. On observe premièrement que ces modèles ne se focalisent jamais sur une seule dimension mais sur une combinaison d'enjeux. De là l'emploi de "multifonctionnalité" pour qualifier ces modèles. Deuxièmement, ces projets ne regardent pas seulement la ville mais les liaisons entre agriculture hors de la ville et la ville ainsi que l'agriculture dans la ville. 2.3 Les business models de l Agriculture Urbaine La multifonctionnalité dans l'agriculture urbaine se décline dès le choix d'offre à un client/consommateur : les produits : aussi bien les légumes ou fruits de qualité différenciée (variétés anciennes, mini-légumes, salades et autres cultures fragiles par exemple) que les produits transformés (pestos par exemple) ; les savoirs et savoir-faire : au niveau agronomique (par exemple sur toit), au niveau entrepreneurial ou bien des techniques (SPIN farming par exemple) mais aussi l'histoire du projet; les activités : les ateliers de cuisine ou jardinage, les visites, l'horeca, la location de salles de réunion. Ces propositions s'adressent à des publics différents. Autant une entreprise spécialisée ou un restaurant va être intéressé par des produits/variétés spéciales, autant le supermarché par des produits plus vulnérables. Des entrepreneurs eux s'intéresseront plus aux savoirs et à l'entrepreneuriat (véhiculés lors des visites, de conférences ou encore de consultance) quant aux universités à suivre le projet (à travers de recherches ou projets pilotes) et les maraîchers et professionnels aux techniques. Les citoyens seront friands de suivre l'histoire du projet au travers des divers médias, livrets, sites internet. Les entreprises loueront les salles de réunion pour des occasions quand la ville et le gouvernement seront intéressés par les services écosystémiques (la ville de New York est pionnière d'ailleurs en la matière). Les canaux de communication pour trouver ces potentiels clients/consommateurs et les fidéliser reprennent les nouvelles formes de production, de distribution et de vente comme l'abonnement par paniers, la cueillette libre-service, la commande en ligne, la boutique à la ferme, le groupement d'achat, le marché fermier, tout en jouant sur le bouche-à-oreille, les évènements sur site, la 7

8 diffusion d'informations et la transparence, les réductions-cadeaux, le bulletin mensuel, etc. Il s'avère alors que pour chacun de ces services, une valeur économique peut être donnée par produit, par partenariat, par abonnement, par heure de consultance, par projet de recherche, par livre ou cours, par atelier ou prestation, par heure de location, par repas ou visite ou encore par subvention. Les entrepreneurs choisissent en général une combinaison de revenus variés qui leur permet d'avoir des revenus réguliers sur l'année : maraîchage plus d'autres activités viennent entourer la production au-delà des modèles, la distribution et la vente évidemment mais aussi la consultance et l'utilisation des savoirs et savoir-faire créés, etc. L agriculture urbaine ne demande pas seulement des agronomes mais toute une panoplie de profils aux compétences diverses, capables de travailler en équipe multidisciplinaire. En fonction du produit choisi (champignons, spiruline, poissons, fruits, légumes, élevage, etc.), les techniques de production varient de l'agriculture conventionnelle, biologique, biodynamique, à la permaculture, au SPIN 2 mais aussi en utilisant des combinaisons d'hydroponie et d'aquaponie. Dans un contexte donné, que ce soit un toit, une pleine terre, une terre polluée ou une serre, tout nouveau projet doit étudier l'implication des choix au niveau de l'eau (installation et irrigation), du substrat et des serres. Ces trois éléments sont les éléments gagnants à long terme de la bonne santé de l'exploitation. Pour toutes ces raisons, il s'avère indispensable de s'entourer de partenaires dans le montage du projet : un propriétaire mettant son toit à disposition (et ayant les bénéfices indirects), un supermarché qui achètera toute la production, un restaurateur pour certains produits, la ville pour des services écosystémiques, un promoteur pour la location de bureaux, un chef pour les ateliers, des fermiers locaux pour compléter une offre, une institution publique, etc. Etablir une relation d'échange et donnant-donnant augmente la résilience du projet et sa viabilité. L'agriculture urbaine ne se proclame pas comme allant nourrir la planète, elle ne vient pas non plus concurrencer le rural. Elle entend le relier à la ville et aux citadins. Elle se positionne en trait d'union. Offrant tout ce panel de services sociaux, économiques, culturels, santé, écologiques, elle vient renforcer la résilience de la ville. Visible, utilisable et compréhensible par tous, elle est un levier majeur pour la transition vers un système d'alimentation durable et vers des villes plus résilientes. Elle influence ainsi différentes sphères aussi bien politiques qu'entrepreneuriales ou industrielles. Elle ne se positionne pas comme UNE solution mais plutôt comme un outil dans le trajet de la transition. Ceci explique peut-être l'engouement et l'enthousiasme aujourd'hui dans nos pays du Nord pour l'agriculture urbaine... 2 Small Plot INtensive 8

9 9

10 3. Résultats de la matinée Introduction de la journée par Céline Frémault Ministre de l économie et de l emploi : Transcrit du discours de Madame Céline Frémault, Ministre de l'économie en charge de la politique agricole, de l'emploi, de la recherche scientifique et du commerce extérieur: Mesdames Messieurs, Je suis très heureuse d'être présente parmi vous ce matin à l'occasion de ce symposium sur l'agriculture urbaine à Bruxelles. Ce symposium, premier du nom en Région de Bruxelles-Capitale, est une des nombreuses actions de l'alliance emploi-environnement alimentation durable. En adoptant l'alliance Emploi-Environnement, le Gouvernement bruxellois s'est inscrit dans une volonté de créer de l'emploi non délocalisable dans 4 secteurs porteurs pour l'économie bruxelloise dont un potentiel d'emplois important a été identifié. Je crois d'ailleurs que bon nombre d'entre vous ont signé notre charte en décembre dernier. Objectif 10

11 Concrètement, mon objectif est de développer une offre alimentaire saine et de proximité pour tous les Bruxellois dans un contexte de régionalisation de l économie, d achat et de consommation local, de grande volatilité des prix sur les marchés et d augmentation des coûts du transport des aliments. Je suis ravie de constater que les Bruxellois sont extrêmement créatifs et contribuent au développement d'un tissu agricole urbain très varié. En région bruxelloise, nous retrouvons tant la production industrielle que la production familiale ou communautaire. Cette production se fait dans des serres, en pleine terre ou encore dans des caves ou sur les toitures des bâtiments. Elle mise tant sur les possibilités urbaines que péri-urbaines. Les initiatives agricoles sont prises tant dans la sphère privée que publique, et tant dans un but lucratif que de loisir. Si toutes les formes d'agriculture urbaine sont intéressantes et utiles à la population, mon objectif est de démontrer qu'aujourd'hui, il est possible «d'entreprendre en agriculture» à Bruxelles, que l'agriculture est une filière d'avenir d'un point de vue économique et une manière de vivre la ville. En effet, il y a du potentiel de création de valeur ajoutée et d'emplois bruxellois en constituant une filière dans le domaine de l'alimentation durable. Cette filière couvre tant la production et l'innovation agricole, que la transformation, la distribution et la commercialisation. La stratégie de l'alliance emploi-environnement a d'ailleurs été d'agir spécifiquement sur chaque maillon de la chaîne de valeur alimentaire à Bruxelles. Production et innovation : Notre premier défi est d'assurer une production saine et diversifiée et de favoriser les cultures traditionnelles et biologiques. Pour cette raison, j'ai proposé au Gouvernement et au Parlement bruxellois une ordonnance interdisant la culture des OGM. Cette ordonnance évitera le plus possible la présence accidentelle des OGM dans les cultures conventionnelles et protégera les producteurs contre d'éventuelles pertes économiques en cas de contamination. Ensuite, la production doit être suffisante pour nourrir une population en plein boom démographique. Pour ce faire, il faut sauvegarder voir augmenter l'espace dédié à la fonction agricole dans notre villerégion. Je me suis déjà engagée à préserver les 268 hectares dédiés à l'agriculture dans le cadre des discussions gouvernementales relatives au Plan Régional de Développement Durable, du PRAS démographique et du plan régional nature, mais je reconnais que ceci ne suffit guère. Il y a lieu d'exploiter davantage le bâti bruxellois à travers la production sur toits ou dans les friches industrielles comme sur le site d'abattoir ou de «Choux de Bruxelles». Vous aurez d'ailleurs l'occasion de découvrir plusieurs projets commerciaux de ce type pendant la matinée. Au moins aussi important que l'espace disponible est l'accompagnement des producteurs. Toujours dans le cadre de l'alliance Emploi-Environnement, nous avons lancé plusieurs projets d'accompagnement, notamment avec le Début des Haricots dans son travail relatif à l'accès à la terre et à l'installation des petits producteurs à Neerpede, mais aussi avec Crédal pour le soutien financier. Il est vrai que le financement du secteur agro-alimentaire est un autre aspect crucial pour son développement. Malheureusement, ce secteur est exclu des aides à l'expansion économique, mais il existe des aides spécifiques au niveau européen dans le cadre du FEAGA. Seulement 6 agriculteurs bruxellois font appel à ces aides, tandis qu'il s'agit d'aides organiques disponibles à toutes les entités qui ont un numéro de producteur et qui remplissent certaines conditions liées à la production. Je vous 11

12 invite à contacter l'administration de l Économie et de l'emploi de la Région pour connaître les détails d'éligibilité. Enfin, afin de rendre la production plus performante, il faut également promouvoir l'innovation des techniques agricoles. En ce sens, j'ai demandé à Innoviris de retenir l'alimentation durable, agriculture comprise, comme thématique de recherche dans son programme Perspective Research For Brussels (PRFB) pour l'année Ce programme financera tant les projets sur le territoire de la Région que les projets portant sur le cadre péri-urbain. Ces différentes études auront également pour vocation d'alimenter un centre de connaissance et un living lab en agriculture urbaine à Bruxelles. Transformation, distribution et commercialisation : Pour assurer que la production arrive chez les consommateurs finaux, le processus de transformation et de distribution joue un rôle primordial. A Bruxelles, nous disposons d'un énorme potentiel pour développer ces deux maillons de la filière agro-alimentaire. L'enquête menée en 2012 par l'observatoire Bruxellois de l'emploi montre que l'alimentation durable occupe emplois à Bruxelles, dont près de rien que dans la distribution, les deux autres sous-filières importantes étant l'horeca et la transformation. L'alimentation se distingue par sa capacité à poursuivre sa croissance en période de crise et en étant un gisement d'emplois occupés par des travailleurs jeunes et moins qualifiés résidant à Bruxelles. La chaîne de valeur alimentaire, c'est aussi la problématique des invendus et leur revalorisation. Une bonne gestion des invendus permet à la fois de garantir aux plus démunis un accès à une alimentation saine et de créer des projets d'insertion professionnelle via leur récupération, transformation et redistribution. Afin de valoriser la production et la transformation des produits alimentaires en Région bruxelloise, j'estime pertinent de créer un label «Produit de Bruxelles». Ceci permettrait aux produits qui ont acquis plus de 50 % de leur valeur ajoutée sur le territoire bruxellois d'être reconnus comme produits de Bruxelles. Il s'agit tant de la bière, que du miel, de la confiserie, du fromage, des légumes et de la viande. Les produits labellisés pourraient dès lors être reconnus comme «de qualité» et «de proximité» et profiter du rayonnement international de la Région bruxelloise pour booster leur commercialisation. J'ai demandé à mon administration de se pencher sur un projet de cahier des charges pour mettre un tel label en pratique. Conclusion Bien plus qu'un potentiel d'emplois, l'agriculture urbaine peut être une solution pour faire face à de nombreux enjeux urbains auxquels Bruxelles est aujourd'hui confrontée. En effet, l'agriculture en ville a une fonction économique et alimentaire, mais elle améliore également la qualité de vie des habitants à travers ses fonctions sanitaire, éducative, environnementale et d'aménagement de l'espace urbain. J'espère que le symposium auquel vous participez aujourd'hui vous permettra de développer une lecture claire des enjeux de l'agriculture urbaine de demain et surtout qu'il vous poussera à entreprendre à Bruxelles dans le secteur alimentaire. Mon équipe et moi-même sommes à votre disposition pour écouter vos projets et solutionner aux mieux les obstacles que vous rencontrez. Je vous souhaite une journée inspirante et instructive. Merci. 12

13 3.1 Les entrepreneurs en Agriculture Urbaine : Dans un premier temps, sept initiatives entrepreneuriales ont été présentées. Celles-ci sont résumées ci-dessous et montrent la grande diversité de ce secteur. 1. Permafungi : Martin Germeau & Martin François Production bruxelloise de champignons sur marc de café Approche en économie circulaire et résilience urbaine 2. Little Food: Raphael Dupriez et Maité Mercier Production bruxelloise de Grillons Approche en économie circulaire et biomimétisme 13

14 3. Champ des Cailles: Antoine Sterling, Anga Vangeert, Martin Philippart Maraîchage, élevage de brebis et culture de plantes médicinales, gestion de jardins partagés Approche collaborative et participative 4. Urban Farm Company: Haissam Jijakli et Jean Patrick Scheepers Conseil en développement de projets d agriculture urbaine Approche basée sur la création de valeur ajoutée par la durabilité 14

15 5. BioBrussels: Jean Pierre De Leener Production maraîchère péri-urbaine Approche en production biologique 6. Urban Farmer: Tom Zollner Production suisse de poissons et de légumes Approche en aquaponie 15

16 7. Ferme Nos Pilifs : Guy van Malleghem Production maraîchère, élevage de poulets, cresson, ferme pédagogique Approche en insertion entreprise de travail adapté 16

17 3.2 Les politiques de villes Trois villes européennes sont intervenues pour parler de leurs démarches de soutien à l agriculture urbaine. A différents stades de prise en compte de ce secteur, leur éclairage et leur approche ont largement illustré l ampleur du mouvement dans les villes européennes. Ceci démontre que c est bien un mouvement de société et non une mode passagère cantonnée à un périmètre précis La ville de Paris Intervention de Fabienne Giboudeaux, Maire Adjointe de Paris, chargée des Espaces verts et de la Biodiversité et Nathalie Daclon, Conseillère technique agriculture urbaine à la Mairie de Paris. Résumé de l intervention (rédigé par Nathalie Daclon) : Le constat est fait depuis 2008 par la FAO: l agriculture industrielle ne pourra suffire à nourrir la planète sur le long terme, en raison de la raréfaction des terres arables, de la dépendance aux combustibles fossiles et des impacts des modes de production sur le climat. L agriculture urbaine s inscrivant dans une logique de circuits courts de production réduisant les émissions de GES et le renforcement de la résilience des villes, elle peut amener les villes vers des systèmes plus résilients. Alors même que les villes sont confrontées à des enjeux sociaux, économiques et environnementaux sans précédent, l agriculture urbaine peut être un outil innovant pour construire de façon plus durable la ville de demain. Les techniques éprouvées à travers le monde démontrent que des superficies modestes, y compris sur les toits, peuvent produire des quantités non négligeables de végétaux. Des projets, en Amérique du Nord notamment, semblent offrir des pistes reproductibles de modèles de gestion, de fonctionnement et d équilibre économique. Pour autant, les projets soulèvent un certain nombre de difficultés : pressions urbanistiques et foncières (peu de disponibilité des terrains de qualité et suffisamment grands en pleine terre, potentiel des toits encore peu investi), crainte des pollutions, interrogations techniques (portances des bâtiments, type de productions, impacts environnementaux, ). 17

18 Très ancrée dans l histoire de la ville et de sa région, l agriculture urbaine suscite aujourd hui un réel engouement, avec une diversité forte dans la forme des initiatives, des acteurs, des territoires, des usages et des pratiques. Pour tester en grandeur réelle des modèles économiques, la Ville de Paris a lancé en 2013 un appel à projets innovants, «Végétalisations Innovantes», dont l un des volets portait spécifiquement sur l agriculture urbaine. Cet appel à projets a pour but de mobiliser les énergies et d amplifier ce mouvement en permettant aux lauréats d occuper l espace public parisien afin de tester de nouvelles technologies et de nouveaux modèles de développement agricole urbain, pour une durée de 3 ans. 18

19 3.2.2 La ville de Gand Intervention de Katrien Verbeke, Adjunct van de directie, Milieudienst - Departement Milieu, Groen en Gezondheid - Stad Gent Résumé de l intervention (rédigé par Katrien Verbeek) : On lève le voile sur Gand en garde, la stratégie alimentaire gantoise. Il s'agit d'une initiative récente visant à adopter une approche politique et ambitieuse pour l'alimentation. S'engager pour l'alimentation durable n'est pas une nouveauté en soi pour la ville. Avec de nombreuses organisations, elle s'est engagée par le passé notamment pour sensibiliser aux produits bios, au commerce équitable et au Jeudi Veggie. Gand passe maintenant à la vitesse supérieure en s'engageant pour une durabilisation de l'ensemble du système alimentaire: du processus de production à la consommation proprement dite, voire au traitement des déchets, en passant par la transformation et la distribution des denrées alimentaires La stratégie alimentaire gantoise se résume en 5 objectifs: Un circuit alimentaire plus court et plus visible Une production et une consommation alimentaires plus durables Une plus grande plus-value sociale autour des initiatives liées à l'alimentation Une diminution des déchets alimentaires Une réutilisation maximale des déchets alimentaires comme matières premières Lors du lancement de la stratégie, des stakeholders de tout le système alimentaire ont été rassemblés: agriculteurs, fédérations, établissements horeca, personnes issues de l'enseignement, asbl, etc. Dans le cadre de sa stratégie alimentaire, la ville de Gand veut avant tout soutenir les acteurs locaux et avoir un rôle de facilitateur. Avec Gand en garde, la ville entend s'engager pour renforcer et étendre les initiatives existantes et nouvelles. Le but était de lancer la stratégie de la ville mais aussi de puiser implication et inspiration dans le réseau. 19

20 Entre-temps, Gand en garde est en phase de lancement. Certaines initiatives sont prises par la ville, d'autres sont prises par d'autres organisations et soutenues par la ville lorsque c'est possible. Cette année, la ville agit dans le domaine du gaspillage alimentaire. De nouvelles initiatives voient par ailleurs le jour dans le domaine de l'agriculture urbaine: un jardin agricole urbain qui livrera ses produits à un restaurant pop-up et créera des emplois sociaux, un terrain vague transformé par le quartier en jardin urbain, etc. Enfin, Gand fête cette année le 5e anniversaire des Jeudis Veggie et continue à promouvoir ce thème. Mais d'autres pistes demandent aussi plus de temps pour produire des résultats. Un groupe politique y travaille. Ainsi, on examine l'espace et une étude agricole entamée cette année vise par exemple à cartographier les besoins de l'agriculture professionnelle et de l'agriculture urbaine afin d'en tenir compte lors de l'établissement de nouveaux plans d'urbanisme, on examine comment activer des terrains vagues pour l'alimentation. Il y a aussi tout un travail sur la collaboration avec le secteur agricole au sujet des circuits courts, de la vente à la ferme, des marchés fermiers. Enfin, le thème de l'alimentation est également abordé dans l'environnement scolaire, au moyen notamment des jardiniers à l'école et des repas scolaires. 20

21 La ville de Rotterdam Intervention de Kees van Oorschoot, Municipalité de Rotterdam Résumé de l intervention (rédigé par Kees van Oorschot ) Food & the City, agriculture urbaine à Rotterdam et dans ses alentours La commune de Rotterdam mène des actions pour rendre la ville plus verte et plus durable. L'agriculture urbaine peut apporter une contribution importante à la qualité de la ville. L'agriculture urbaine est la culture de fruits et légumes en ville ou l'agriculture avec vente directe aux consommateurs. Cela va des potagers de quartier aménagés dans des terrains vagues à des entreprises agraires à part entière aux abords de la ville. La commune entend conserver le caractère actuel, spontané de l'agriculture urbaine, faciliter les nouvelles initiatives dans le domaine de l'agriculture urbaine et soutenir la commercialisation des produits locaux. En 2011, l'administration communale a élaboré un document politique décrivant la signification que pouvait avoir l'agriculture urbaine pour Rotterdam et les actions entreprises par la commune ellemême. L'accent est mis sur les domaines suivants: - Améliorer la santé des habitants de Rotterdam. En consommant des denrées alimentaires plus saines et en bougeant, on doit améliorer sa santé; - Renforcer l'économie durable En donnant aux producteurs de la région un meilleur accès au marché urbain, ils augmentent leurs revenus et les consommateurs sont assurés d'avoir des produits plus frais. Cela crée par ailleurs dans la ville de nouvelles opportunités d'entreprendre grâce à la production, au traitement et à la transformation de denrées alimentaires; - Augmenter la qualité spatiale. L'agriculture qui s'adresse plus directement au consommateur urbain peut contribuer à augmenter la beauté et l'accessibilité du paysage. Les potagers et les vergers urbains permettent aussi de varier la végétation. Hormis ces trois points principaux, l'agriculture urbaine contribue également à d'autres objectifs tels qu'une plus grande cohésion sociale et la réduction des kilomètres parcourus par les denrées alimentaires. La commune de Rotterdam essaie de libérer de l'espace sur les terrains de la commune pour des initiatives (temporaires) venant d'habitants et d'organisations qui veulent aménager un potager. A plusieurs endroits où la commune possède encore des terrains en dehors de la ville, la priorité est 21

22 donnée à des entreprises agricoles qui veulent davantage s'orienter sur la ville. Mais Rotterdam veut avant tout mettre les acteurs en contact en organisant des réunions ou d'autres activités. Les missions commerciales qui se sont rendues dans trois régions en dehors de la ville constituent la principale initiative prise dans ce cadre. A cette occasion, les entrepreneurs de la ville ont pu visiter des fermes afin de découvrir des produits régionaux spéciaux. Un Food Council a par ailleurs été mis en place pour conseiller l'administration communale sur la stratégie alimentaire. Toutes sortes d'acteurs se rencontrent au sein du Food Council, tels que des chefs de grandes entreprises, des banques, mais aussi des tenanciers de restaurant, des commerçants et des chercheurs. Ils ont en commun cette volonté de passer à la vitesse supérieure au niveau de l'agriculture urbaine à Rotterdam. et 22

23 Clôture de la matinée par Evelyne Huytebroeck, Ministre de l environnement Discours d Evelyne Huytebroeck, Ministre bruxelloise de l Environnement, de l Energie et de la Rénovation Urbaine Bonjour à toutes et à tous, Je suis particulièrement heureuse d être avec vous ce matin pour faire le point sur le développement de l agriculture urbaine à Bruxelles. Par agriculture urbaine, j entends une «agriculture localisée dans la ville ou à sa périphérie, dont les produits sont majoritairement destinés à la ville». C est vrai qu en à peine 5 ans, la situation a beaucoup évolué et que de nombreux projets ont vu le jour. Et je tiens d emblée à vous remercier tous d y contribuer. Le développement de l'agriculture urbaine en Région bruxelloise correspond à des engagements citoyens, sociaux, entrepreneuriaux et politiques. C est en effet la volonté du Gouvernement que d'encourager Bruxelloises et Bruxellois, citoyens et entrepreneurs, à renouer avec la production alimentaire. Que celle-ci se fasse à toute petite échelle, en installant un pot d herbes aromatiques sur le balcon, ou à plus large échelle, dans le cadre de fermes urbaines, qu il s agisse de potager individuel, collectif, professionnel ou mixte. 23

24 Le soutien aux activités agricoles urbaines s intègre dans les politiques menées pour faire de Bruxelles une Ville Durable, notamment les politiques de rénovation urbaine, de gestion des espaces verts, de biodiversité et d alimentation durable. Les objectifs poursuivis sont multiples et tiennent au caractère multifonctionnel de l agriculture urbaine. Ainsi, la politique de soutien à l agriculture urbaine menée à Bruxelles vise à a) répondre aux besoins de sécurité et de qualité alimentaires des citadins En 2030, 60% de la population mondiale vivra en ville, une population qui éprouve des difficultés croissantes à accéder à une nourriture de qualité. Or, en cultivant des produits alimentaires eux-mêmes ou à travers des groupements, les ménages peuvent réduire le coût d'achat de la nourriture et disposer d'aliments de bonne qualité. A Bruxelles, en mobilisant l'équivalent de 1650 ha, on pourrait couvrir 40% des besoins en fruits et légumes de l'ensemble de la population. En outre, la demande en produits de saison et de proximité est en forte croissance. Notamment parce que les cuisines de collectivité intègrent de plus en plus souvent des critères de durabilité dans leurs cahiers des charges. Une évolution à laquelle a contribué fortement le projet de Cantines durables mené par Bruxelles Environnement. Il importe aujourd'hui de soutenir l'offre durable pour pouvoir satisfaire cette nouvelle demande. b) améliorer la qualité de l environnement et du cadre de vie La relocalisation des productions alimentaires et le recours à des méthodes de production respectueuses de l environnement permettent de réduire les impacts environnementaux de la production et du transport. L'agriculture en ville peut également améliorer la qualité de l air, réduire les îlots de chaleur, diminuer les eaux de ruissellement, fixer le carbone, protéger la biodiversité... En outre, elle réinstaure les rythmes issus de la nature au sein de la ville. Elle maintient des espaces ouverts au cœur des quartiers et participe pleinement à la qualité du cadre de vie. c) encourager les comportements favorables à la santé et la citoyenneté La relocalisation de la production en ville favorise le développement de repères nécessaires à des comportements alimentaires plus durables, ce qui est bénéfique pour la santé. En outre, la pratique du jardinage constitue une activité physique et de détente, contribuant également à lutter contre le surpoids, le stress. Le jardinage, sous toutes ses formes, est pourvoyeur de liens sociaux. Depuis quelques années, une nouvelle tendance se marque en faveur de projets collectifs. Les jardins potagers deviennent alors des lieux de convivialité et de bien vivre ensemble. 24

25 d) Pour créer de la valeur ajoutée locale et des emplois L agriculture urbaine est également une activité économique, qui peut fournir à la ville des produits de qualité et de nombreux emplois. L étude réalisée par les Facultés Saint Louis en collaboration avec le bureau Greenloop indique qu'une politique volontariste pourrait à 10 ans soutenir la création de nombreux nouveaux emplois, des emplois diversifiés dont une grande partie pourront être occupés par les femmes, les jeunes, y compris les moins diplômés, les personnes souffrant de handicap ou en décrochage. Pour soutenir le développement de l agriculture urbaine à Bruxelles, nous avons travaillé en plusieurs phases, du potager à la ferme urbaine. Ainsi, l agriculture urbaine s est d abord concrétisée par les projets de citoyens qui souhaitaient cultiver une parcelle individuelle ou prendre part à un projet collectif, portés autant par l envie de disposer d aliments de qualité que de partager une activité avec d autres personnes. Cette implication citoyenne importante, en particulier du secteur associatif, est à la fois le moteur initial et le creuset de toute une série d expérimentations en cours actuellement. Ce foisonnement est renforcé par les croisements incessants d idées favorisés par le web et les réseaux sociaux. Pour soutenir cette dynamique, nous avons lancé en 2011 un programme d action intitulé Maillage potager, qui consiste à accroître la surface dédiée à la culture potagère en Région bruxelloise ; encourager la pratique du maraîchage parmi les différents groupes de population, encourager l émergence de nouvelles activités économiques de production maraîchère ; transversalement, favoriser des pratiques de maraîchage respectueuses de l environnement, qui soutiennent la biodiversité locale et le recours aux méthodes de production écologiques. C est ainsi notamment que 26 projets de jardins collectifs ont pu démarrer et bénéficier du soutien du Début des haricots et d une mise en réseau via le site web des potagers urbains 220 parcelles sur 2,3 hectares sont mises à disposition des citoyens bruxellois dans les espaces verts gérés par Bruxelles Environnement Que plus de 900 personnes ont pu suivre des cours de maraichage et que 50 autres personnes sont devenues maitres maraichers, capables d accompagner la mise en route de projets chez d autres citadins Que Kits de graines ont été distribués pour encourager le grand public à cultiver des herbes aromatiques et des légumes dans leur jardin, sur leur balcon ou leur appui de fenêtre. Durant tout l été 2013, les Bruxellois ont été invités le jeudi soir à prendre l apérovert au parc mangeable où les parterres plantés de légumes invitaient à la cueillette et à la pratique maraichère Le soutien à de très nombreux projets : fermes d animation et pédagogiques à Uccle, Jette et Nos Pilifs, Potage-toit et Jardin des couleurs du Début des haricots, Les jardins de Pomone, le développement de potagers dans les quartiers durables et les Agendas 21, Taste of Brussels 25

26 et Aquaponiris du Village partenaire, les cerisiers du Bral sans oublier Park Design qui cette année aura pour thème l agriculture urbaine. De plus en plus d écoles installent un potager et l utilisent comme support pédagogique pour familiariser les petits avec les rythmes des saisons, les espèces potagères et leur développement, la biodiversité. Ainsi plus de 50 écoles ont obtenu un soutien financier et un accompagnement par Le début des haricots ou le CRIE Tournesol. Les enfants bruxellois peuvent poursuivre cet apprentissage les mercredis et durant les vacances dans les fermes pédagogiques et d animation (ferme des enfants de Jette, ferme d Uccle et Nos Pilifs). A côté de ces potagers citoyens, associatifs, pédagogiques, apparaissent de nouvelles activités économiques de production alimentaire en ville à destination du marché : il y a aujourd hui un florilège de projets, les uns plus avancés que les autres mais participant tous d un même esprit entrepreneurial. On produit à Bruxelles des légumes, des fruits et petits fruits, du cresson, du miel mais aussi des champignons et des grillons! Produire en ville n est pas produire comme à la campagne. Les projets de production s intègrent et s appuient sur les structures de la ville au sein du tissu urbain. Pour exemple : ces projets de serres qui entretiennent un lien organique avec le bâti : double enveloppe permettant d accroître les performances énergétiques du bâtiment, elles sont également un lieu de production alimentaire permettant le traitement des eaux usées, le recyclage du CO2 en oxygène. Si l agriculture péri-urbaine conserve un lien à la terre, l agriculture intra-urbaine explore, quant à elle, toute une série d autres surfaces disponibles, tout en essayant d y adapter les techniques agronomiques existantes ou d en inventer de nouvelles. L aquaponie, par exemple, combine productions de poissons, de légumes et de vers. La professionnalisation n en est encore qu à ses débuts, particulièrement en ce qui concerne l agriculture intra-urbaine mais elle se développe, en s appuyant sur le travail de bureaux d étude comme Lateral Thinking Factory, Greenloop, Ecores, Groupe One et des universités. L étude réalisée par Greenloop pour identifier les business models les plus porteurs indique que les facteurs de réussite sont essentiellement la maitrise de techniques agronomiques adaptées et les qualités de management et de marketing. Les projets rentables ont également en commun les caractéristiques de recourir aux circuits courts pour la livraison de leurs produits et de cibler des produits à haute valeur ajoutée ou des produits de niche. Ils sont aussi tous multifonctionnels. Avec l Alliance Emploi-Environnement, le gouvernement bruxellois veut poursuivre la professionnalisation de l agriculture urbaine. Parmi les 50 fiches actions qui ont été adoptées par le gouvernement fin 2013 et lancées pour la plupart en 2014, 18 ont un lien direct avec l'agriculture urbaine et concernent le développement de compétences et d'outils, l inventaire des espaces disponibles, la formation de personnel qualifié, le test via des projets-pilotes, le soutien à la création d'entreprises de production (pleine terre, serre, toiture ), l aide à l installation, la recherche et développement etc. Un exemple concret : le projet Jard inspiration de la Ferme Nos Pilifs, projet d insertion mais également d accompagnement de la population au maraichage urbain. 26

27 Aujourd hui, la programmation FEDER ouvre de nouvelles opportunités pour la consolidation des projets et l émergence de nouveaux projets puisque l agriculture urbaine est une des thématiques retenues. Maintenant que la dynamique est lancée à Bruxelles, il nous reste à établir de fructueuses collaborations avec les deux autres Régions, qui constituent notre périphérie. Si Bruxelles est identifié comme un marché privilégié pour l écoulement des produits de Flandre et de Wallonie, il nous revient de fixer les critères de qualité différentiée que nous souhaitons pour les produits proposés aux Bruxellois. L occasion également de négocier de nouvelles alliances win-win pour qu en échange d un marché, nous puissions obtenir des emplois pour les jeunes Bruxellois dans les secteurs agricoles de la périphérie. Encore une fois, je vous remercie toutes et tous pour vos contributions ; c est tous ensemble que nous ferons de Bruxelles une ville durable. Je vous remercie et vous souhaite un excellent après-midi de travail. 27

28 4. Résultats de l après-midi : les ateliers thématiques Quatre ateliers thématiques ont été proposés afin d aborder et explorer des sujets clés sur le développement de l agriculture. Les ateliers se sont déroulés en deux temps. Tout d abord, des experts thématiques ont apporté leur éclairage ou témoignage par rapport à la question posée. Ensuite, les participants ont travaillé en sous-groupes sur l'identification et la description de solutions permettant le développement et la montée en puissance de l agriculture urbaine en rapport avec la thématique de l atelier. 4.1 Atelier 1 : L accès à la terre : comment valoriser le potentiel de Bruxelles? Descriptif : Le développement de l agriculture urbaine en RBC dépend notamment de l accès à la terre. Deux études récentes ont été présentées afin d ouvrir le débat. Il s agit de l étude du BRAT sur les jardins potagers (pour Bruxelles Environnement) et celle de SUMResearch sur la zone agricole bruxelloise de Neerpede (pour Bruxelles Environnement et la Vlaamse Landmaatschappij). L introduction a été complétée par Terre en Vue, association qui vise à faciliter l accès à la terre pour les maraîchers. L objectif de l atelier était d envisager comment (re)concilier les besoins en espace, notamment pour le logement, avec la préservation et revalorisation du patrimoine agricole. Par quels types de projets valoriser ces espaces? Quels bénéfices faire valoir? Quelles parties prenantes mobiliser? Présentations : Organisation Nom de l intervenant Présentation SUM Research Patrick Moyersoen Plan directeur interrégional pour NEERPEDE BRAT Karine Hermanus Afdeling Groene Ruimten Terre en Vue Maarten Roels N/A Points clés du workshop : Idées phares : Sécuriser le foncier, notamment via les documents de planification (PRDD, PRAS ) Mieux connaître les terres disponibles : localisation, surface, propriétaire, statut juridique, type de sol (ce chantier progresse via notamment l'étude BRAT mais n'est qu'un début) Intérêt de l'étude historique et paysagère des zones (exemple de l'étude de SUM) > renvoie vers la question de la valorisation économique pour les agriculteurs de l'entretien des paysages 1. Cartographie des espaces disponibles et cadre légal : Rendre accessible via une cartographie les données liées aux terres disponibles, et faciliter le contact entre les propriétaires de terrain et les porteur de projet. Une asbl ou un acteur public servirait de facilitateur/d intermédiaire. Cet organisme aurait une connaissance particulière des 28

29 questions immobilières, juridiques mais aussi des besoins des agriculteurs urbains. Clarifier le cadre légal de l agriculture urbaine et Bruxelles est indispensable. 2. Sécurisation des terres agricoles bruxelloises Sécuriser les terres agricoles en promouvant l agro-écologie, faire la promotion des circuits courts, remettre au gout du jour les techniques anciennes et efficaces, développement de l association Terres en Vue à Bruxelles, pour conserver les terrains agricoles, les terres en friches, et éventuellement développer une ceinture alimentaire. 3. S intégrer à la construction des bâtiments Faciliter l occupation précaire et temporaire de terrain entre le développement du projet et sa construction. Compensation Ecosystémique, si on construit sur un terrain qui servait de potager ou d espace vert, il faut une obligation de «replacer» ce lieu, soit sur le toit, soit ailleurs à Bruxelles. Pour ce faire, rassembler les différents acteurs publics, évaluer les impacts environnementaux du bâtiment pour les compenser. 4. Utilisation des espaces publics : Réserver une partie des espaces publics pour des activités agricoles. Favoriser dans les espaces publics des arbres productifs, former un cadre légal, politique, administratif afin de favoriser l accès à la terre. 29

30 4.2 Atelier 2 : Produire et vendre des légumes en ville : quels outils à disposition? Descriptif : Il existe encore trop peu de savoir-faire en agriculture urbaine, les infrastructures ne sont pas adaptées et la demande, bien que présente, n est pas facile à atteindre. Néanmoins, les choses bougent et s organisent. L objectif de l atelier 2 était d appréhender les outils disponibles et nécessaires au développement de la filière agriculture urbaine. Comment faire pour que ces différents secteurs (formation, accompagnement, distribution) se coordonnent au mieux pour l essor de la filière? Comment connecter l amont et l aval de la filière? Les Missions Locales d Ixelles et d Etterbeek, acteurs de l insertion socio-professionnelle, nous ont parlé de leur formation en Horticulture biologique. Le Credal, organisme de micro-crédit, a abordé les diverses initiatives mises en place pour faciliter la concrétisation de projets agricoles. L Heureux Nouveau, distributeur de produits bios à vélo, a partagé avec nous ses expériences d approvisionnement auprès des pionniers de la production urbaine. Enfin, Les Petits Mondes, entreprise de formations et de design en permaculture, nous ont parlé de leur offre. Présentations : Organisation Nom de l intervenant Présentation Missions Locales d'ixelles et Etterbeek Barbara Nyssen Formation en maraichage biologique Crédal Celine Descamps Investissez dans vos valeurs L'Heureux Nouveau Pierre N/A Agriculture urbaine et permaculture Les Petits Mondes Pauline Lemaire Points clés du workshop : Une filière de transformation et de conservation pour la production agricole bruxelloise Une augmentation de la surface agricole, en particulier dans les espaces verts Une mise en réseau (ou centralisation) des productions urbaines Idées phares : 1. Transformation et conservation Créer des ateliers in situ de transformation et de conservation des produits de l agriculture bruxelloise. Exemple : pour lisser le pic de production de tomates, installer des ateliers de fabrication 30

31 de coulis, de sauces, etc. ainsi que des frigos ou des caves. Cela permet d assurer l approvisionnement de Bruxelles toute l année, et de contrôler les stocks et les prix. 2. Filière de valorisation des déchets organiques Pour alimenter l agriculture urbaine en compost de qualité. Pourquoi? Car aujourd hui beaucoup de déchets vont à l incinérateur (alors que déchets composés à 80 % d eau!). Comment? Généralisation de la collecte sélective + revalorisation par biométhanisation et/ou compostage. Il existe un projet pilote à Evere & Etterbeek pour évaluer les modalités techniques. Profiter de la mise en conformité avec les futures normes européennes. 3. Augmenter la surface agricole Obliger qu une partie (%) de la surface des parcs urbains soit mise en production maraîchère (à faire par l IBGE). Créer une cellule de l IBGE responsable de ces surfaces et de la production, et impliquer des comités de quartier citoyens pour la gestion (éventuellement les rémunérer). 4. Mise en réseau des productions urbaines (intra et extra muros) Coordonner l offre (équilibrer la production au niveau global), mais aussi centraliser l information pour faciliter l aval de la filière (transformation, conservation, restauration, etc.) 31

32 4.3 Atelier 3. L agriculture urbaine, symbiose avec le bâtiment? Descriptif : En ville, la terre propice à la culture est rare. Les bâtiments offrent des alternatives comme support de production. Mais les questions restent nombreuses. Que ce soit en matière d urbanisme, d articulation avec le bâti, de techniques de production, de rendements. Comment aborder cette forme innovante de «re-verdurisation» de la ville? Cet atelier avait pour objectif d explorer toutes les nouvelles idées pour intégrer d avantage l AU aux bâtiments avec pour intervenants : LateralThinkingFactory, bureau de facilitation en architecture et de design urbain, qui a développé et illustré le concept. Abattoir, qui a présenté leur projet de ferme urbaine. Enfin, Haissam Jijakli de l université de Gembloux, qui nous a parlé de Faktory à Liège, un projet d incubateur résolument innovant où le bâtiment joue un rôle central. Présentations : Organisation Nom de l intervenant Présentation Lateral Thinking Factory Michael Moradiellos Urban Farming Université de Gembloux Haissam Jijakli Faktory project Abattoir Jo Huygh Projet pilote d agriculture urbaine à Cureghem Points clés du workshop : L intégration de l agriculture urbaine est absolument nécessaire Besoin d un facilitateur pour les questions réglementaires et techniques Besoin d un bâtiment exemplatif qui puisse convaincre les promoteurs de se lancer dans cette direction Les services urbanistiques doivent s impliquer dans cette thématique Idées phares : 1. Facilitations administratives pour l Agriculture Urbaine (AU). Les formalités administratives sont perçues comme lourdes et décourageantes pour les promoteurs voulant intégrer l AU dans leurs projets. Il est proposé de faire un calcul avec un plancher vert plutôt que gris, et de supprimer la notion qu une serre sur un toit est une construction supplémentaire. En outre, un centre expertise «facilitateur» pourrait être créé. Celui-ci pourrait orienter les promoteurs, former les administrations, conseiller sur les permis et travailler sur les freins. Il pourrait également centraliser l information sur des questions de rentabilité / productivité, de coût de l installation, de réglementation, de bonnes pratiques, etc. 32

33 2. Bâtiment exemplaire (cf. Ernest Tuin, écoles combinées avec potagers) Créer des bâtiments (dans le cadre de la construction de nouvelles écoles par exemple) où tous les flux de matières seraient visibles (eau, terre, compost, énergie, ), et qui peuvent servir d exemples éducatifs. Ces bâtiments devraient présenter toute la palette de l AU : apiculture, serres, bacs de légumes, restaurants, 3. AU sur le toit des supermarchés Importance de lever les réticences des promoteurs (surcoût des infrastructures, vide juridique, normes techniques, gestion du voisinage, accès au toit, ) 4. Favoriser la culture verticale Les raisons : grandes surfaces disponibles, esthétisme, cultures verticales comestibles, réduction de la chaleur en ville. Comment : favoriser les fenêtres coulissantes, obligation pour les nouvelles constructions, offrir un rabattement fiscal. 33

34 4.4 Atelier 4 : Demain, je me lance en agriculture urbaine! Descriptif : Les initiatives et les projets en agriculture urbaine démarrent un peu partout à Bruxelles. Elles ont toutes en commun le fait d être pionnières et de tenter d être viables économiquement et source d emplois. En plus des échanges d expériences avec les porteurs de projets présents le matin, Greenloop a présenté une étude réalisée en 2013 sur la viabilité des business models en agriculture urbaine dans les pays du Nord. Cette étude déborde d initiatives, de cas pratiques et d expériences concrétisables à Bruxelles. L objectif de cet atelier était d inspirer et d apprendre en dialoguant avec les entrepreneurs présents et en se basant sur les cas présentés dans l étude. Notamment en identifiant les freins et leviers au démarrage de nouvelles activités en agriculture urbaine. Présentations : Les orateurs de cet atelier étant les entrepreneurs de la matinée, il n y pas eu de présentation supplémentaire pour ceux-ci (voir section 3.1 pour le lien vers leur présentation). Il y a une présentation supplémentaire par Greenloop sur les Business Models d agriculture urbaine dans le Nord. Organisation Nom de l intervenant Présentation GreenLoop Gauthier Chapelle Le Champs de Cailles Antoine Sterling N/A Urban Farm Company Jean-Patrick Scheepers N/A Little Food Raphael Dupriez N/A PermaFungi Martin Germeau N/A Résultats du workshop : Les porteurs de projets ont encore peu d aide sur le sujet secteur innovant Il existe une différence de vision entre les porteurs de projets ayant une approche «pleine» terre et les partisans du hors sol en tout cas lorsqu il s agit de production maraichère Idées phares : Le manque de cadre légal notamment en termes d urbanisme et de financement est un frein important au développement d initiatives. 1. (Infra) Structure de soutien au lancement de projet en Agriculture urbaine Le secteur étant encore fort jeune, il y a besoin d un lieu combinant différentes fonctions : recherche sur des techniques de production, accompagnement des porteurs de projets et lieu de d échange de savoir (espace collaboratif, formation, collecte et diffusion de connaissances). Par ailleurs, ce lieu agirait comme une vitrine pour ce secteur naissant. Il doit donc être ancré dans la ville et agir comme un hub. 34

35 2. Promouvoir et faciliter la culture sur toit La culture sur toit apparait comme incontournable. Tout d abord parce que face au manque de place au sol, les regards et les projets se dirigent vers ces surfaces de substitution. Ensuite, le développement de la production sur toit participe à la verdurisation de la ville avec tous les bénéfices qu on lui connait (gestion des eaux de pluie, soutien à la biodiversité, refroidissement et dépollution de l air). Par ailleurs, ce type de culture permettrait potentiellement une très grande proximité avec les lieux de vente ou de consommation (circuit très court et réduction du transport). Le développement d une telle approche demande néanmoins de la recherche sur l optimisation des techniques de production dans ce type de conditions. Une réflexion sur les techniques, sur des questions de sécurité, de stabilité et d étanchéité, ainsi que sur les incitants financiers et primes est nécessaire. 3. Le développement de centres de transformation : Afin d assurer le développement de l agriculture urbaine comme filière économique, il faut prévoir la commercialisation des produits issus de celle-ci. Dans ce cadre, la création d ateliers de transformation mutualisés serait idéale afin de rendre l accès à ceux-ci possible au plus grand nombre. Il s agirait de cuisines expérimentales (test de recettes) avec la possibilité de passer à une échelle plus commerciale ensuite. Possibilité de sous-traitance à des ateliers de travail adapté ou partenariat avec des écoles telles que le CERIA ou le CIRIA. 4. Valorisation de Neerpede comme zone agricole test Neerpede est la dernière grande zone agricole de Bruxelles et dès lors, il s agit d utiliser cette ressource. Il pourrait ainsi y avoir un centre de formation et de test à l activité agricole. Il pourrait encore s agir de faciliter l accès à la terre à des projets d insertion socioprofessionnelle afin de former et de créer des emplois pour des personnes précarisées. 35

36 5. Conclusions La matinée du symposium aura eu pour résultat d illustrer le dynamisme et la diversité des entrepreneurs en agriculture urbaine. Beaucoup de ces initiatives sont jeunes et démontrent le besoin de soutenir ce secteur en émergence. Les approches plus innovantes en termes de symbiose avec l écosystème urbain (insectes, champignons, aquaponie) démontrent un besoin de recherche et d expérimentation en techniques de production urbaine. Les approches plus traditionnelles (pleine terre) explorent quant à elles le besoin de repenser les circuits alimentaires. Toutes ces approches participent à la redéfinition de l espace urbain, interrogent sur l urbanisme et interpellent autant les agronomes que les sociologues. Au-delà des différences techniques et conceptuelles de l agriculture urbaine, ce secteur en appelle à de vrais entrepreneurs. Tous les intervenants de la matinée ont su faire preuve d imagination, de prise de risques, de capacités à construire de vrais réseaux et des partenariats solides, de communication, etc., une main dans la terre, l autre sur le clavier, leur dynamisme à entreprendre et innover, et leur enthousiasme à améliorer la qualité de vie en ville donnent envie de voir d autres vocations émerger. La présentation de politiques urbaines de soutien à l agriculture urbaine aura établi que les villes sont encore au début de la démarche. Il semble que les premières étapes sont la reconnaissance de l existant et le soutien à l émergence de nouvelles initiatives (appels à projets, événements sur le sujet) pour sonder la pertinence de s engager plus loin. Lorsque les projets prennent de l ampleur, les villes doivent aller plus loin dans leur engagement et prendre des positions en termes d urbanisme, de politique de régénération urbaine. L après-midi fut consacrée à l approfondissement de 4 thématiques avec la participation du public : - Atelier 1 : L accès à la terre : comment valoriser le potentiel de Bruxelles? - Atelier 2 : Produire et vendre des légumes en ville : quels outils à disposition? - Atelier 3 : L agriculture urbaine, symbiose avec le bâtiment? - Ateliers 4 : Demain, je me lance en agriculture urbaine! L approche participative utilisée nous a permis de faire ressortir l enthousiasme et la connaissance du public présent. De nombreuses idées ont été développées et discutées afin d encourager le secteur à se développer dans la capitale. Si des premiers jalons sont déjà posés pour un essor de l agriculture urbaine à Bruxelles, et que celleci témoigne d un beau dynamisme entrepreneurial, il reste de gros efforts à fournir pour encourager d autres entrepreneurs à se lancer et pour pérenniser les activités. En effet, si les aides générales à la création d entreprises existent (voir annexe 2 outils d aide à l entrepreneuriat), elles sont encore peu adaptées aux besoins des entrepreneurs de l AU et ses parties prenantes (promoteurs, etc.). Ainsi, au-delà de conseils pratiques, l apparition de l agriculture en ville pose de nombreuses questions techniques : Quelles fonctions pour quels sols? Quelle pollution présente? Comment valoriser au mieux les fonctions non productives de l agriculture dans la cadre de la gestion de la ville, etc. De plus, la production alimentaire primaire étant absente des villes, son retour demande également des réponses d ordre législatif : Que peut-on produire en ville et sous quelle condition? A quel endroit 36

37 (quid d une cave de logement utilisée pour la production de champignons?) Bref, des questions qui demandent que la ville s intéresse à ces nouveaux entrepreneurs afin de les soutenir et de leur permettre d avancer dans un cadre clair. Au vu de la volonté et de l optimisme des citoyens et des pouvoirs publics, nous ne doutons pas que cela deviendra une réalité dans les prochaines années. 37

38 Annexes : Annexe 1 : Liste orateurs 1. Speed presentation: Organisations Permafungi Little Food Champs des Cailles Urban farm Company BioBrussels Urban Farmer Ferme Nos Pilifs Orateurs Martin Germeau Raphael Dupriez et Maité Mercier Antoine Sterling / Anga Vangeert / Martin Philipart Jean-Patrick Scheepers Jean-Pierre De Leener Tom Zöllner Guy van Malleghem Mise en Perspective Université de Gand Orateurs Noémie Benoit Villes Paris Rotterdam Ghent Fabienne Giboudeaux et Nathalie Daclon Kees van Oorschoot Katrien Verbeek Après-Midi Atelier 1 SUM Research BRAT Terre en Vue Patrick Moyersoen Karine Hermanus Maarten Roels Atelier 2 Missions Locales d'ixelles et Etterbeek Crédal L'Heureux Nouveau Les petits mondes Barbara Nyssen Celine Descamps Pierre Pauline Lemaire Atelier 3 Lateral Thinking Factory Université de Gembloux Abattoir Michael Moradiellos Haissam Jijakli Jo Huygh 38

39 Atelier 4 Greenloop Permafungi Little food Champ des Cailles Urbanfarm company Gauthier Chapelle Voir plus haut Voir plus haut Voir plus haut Voir plus haut 39

40 Annexe 2 : Outils d aide à l entreprenariat : Les entrepreneurs désireux de se lancer ont une série d outils à leur disposition à Bruxelles. A commencer par Impulse.Brussels (anciennement Agence Bruxelloise de l Entreprise) qui a notamment pour fonction d être l interface qui permet à tous ceux qui entreprennent en Région bruxelloise, de trouver immédiatement et facilement l'information concrète dont ils ont besoin, et d identifier immédiatement et facilement les personnes qui, au sein des organisations publiques et privées, vont les aider à consolider durablement leurs projets. Par ailleurs, ce service est également décentralisé au sein des guiches d économie locale. En effet, depuis le 1er juillet 2003, les indépendants et les (candidats) entrepreneurs peuvent désormais s adresser à une instance unique, «le guichet d entreprises», pour le traitement d une série de formalités administratives allant de pair avec la création de leur propre affaire ou entreprise. De plus, Impulse, tout comme les guichets, offre un service d accompagnement personnalisé ou un conseiller suit de manière individuelle le bon développement du projet. Les Guichets offrent une aide généraliste bien que certains se spécialisent dans certains domaines ou thématiques. 40

41 Liste des Guichets d entreprises agréés bruxellois Esplanade du Heysel Laeken 02/ BIZ GUICHET D'ENTREPRISES Rue Royale Bruxelles 02/ EUNOMIA Avenue du Cortenbergh 71/ Bruxelles 02/ Boulevard Anspach 111/ Bruxelles 02/ FORMALIS Rue d'arlon Etterbeek 02/ Avenue Fonsny, St Gilles 02/ PME DIRECT Boulevard Anspach Bruxelles 02/ Rue des Deux Eglises Bruxelles 02/ Rue de la Montagne Bruxelles 02/ Rue de l'hôpital Bruxelles 02/ Rue Royale 75/ Bruxelles 02/ Avenue des Croix de Guerre Neder-over-Hembeek 02/ Rue de Spa Bruxelles 02/ Boulevard de la Woluwe 46/ Woluwe-Saint-Lambert 02/ GO-START Rue de Genève Evere 02/ Square Sainctelette Bruxelles 02/ HDP GUICHET D'ENTREPRISES Rue Botanique 75/ Saint-Josse-ten-Noode 02/ PARTENA GUICHET D'ENTREPRISES Boulevard Anspach Bruxelles 02/ Chaussée d'alsemberg 772/A 1180 Uccle 02/ Rue des Chartreux Bruxelles 02/ Chaussée de Wavre Watermael-Boitsfort 02/ LE GUICHET DES CHAMBRES DE COMMERCE ET D'INDUSTRIE Avenue Louise Ixelles 02/ UCM GUICHET D'ENTREPRISES Avenue Adolphe Lacomblé Schaerbeek 02/ Avenue Konrad Adenauer Woluwe-Saint-Lambert 02/ «Sans entrepreneurs, le monde ne serait toujours qu une idée.» (F. Doriot) 41

42 Source de financements : 42

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion du séminaire transition énergétique et écologique Services de l Etat en Aquitaine Lundi 15 décembre 2014 Messieurs les Préfets, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L économie sociale et solidaire désigne une manière d entreprendre qui place l être Humain au cœur de la démarche économique - Elle regroupe des milliers d initiatives pour

Plus en détail

APPEL À PROJETS QUARTIERS DURABLES CITOYENS MODALITÉS

APPEL À PROJETS QUARTIERS DURABLES CITOYENS MODALITÉS APPEL À PROJETS QUARTIERS DURABLES CITOYENS 2015 MODALITÉS PRÉSENTATION DE L APPEL À PROJETS L appel à projets Quartiers Durables Citoyens encourage et soutient les habitants qui s engagent dans leur quartier

Plus en détail

Que serait une garderie respectueuse des principes du développement durable? Spécificités d une garderie durable au sein d un EMS

Que serait une garderie respectueuse des principes du développement durable? Spécificités d une garderie durable au sein d un EMS Que serait une garderie respectueuse des principes du développement durable? Spécificités d une garderie durable au sein d un EMS Mars 2011 La garderie durable Pourquoi? Qu est-ce que c est? Les principes

Plus en détail

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 CONTEXTE Les «pauses du renouvellement urbain», temps d'échange multipartenarial, se sont tenues tout au long de l année 2012.

Plus en détail

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux Le réseau des épiceries solidaires A.N.D.E.S. Uniterres Assurer la sécurité alimentaire des plus démunis et soutenir une agriculture durable et locale Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Plus en détail

PLAN BIO MIDI-PYRENEES 2014-2020, UN PLAN SANS AMBITION

PLAN BIO MIDI-PYRENEES 2014-2020, UN PLAN SANS AMBITION PLAN BIO MIDI-PYRENEES 2014-2020, UN PLAN SANS AMBITION Pourquoi les élu-es EELV au Conseil Régional ne voteront pas le Plan Bio Midi-Pyrénées 2014-2020 en l état? Plan Bio Midi-Pyrénées, un plan sans

Plus en détail

Agenda 21 Île-de-France. Le référentiel de l Eco-Région

Agenda 21 Île-de-France. Le référentiel de l Eco-Région Agenda 21 Île-de-France Le référentiel de l Eco-Région Un Agenda 21 pour renforcer l'eco-région 2008 Forum de lancement de l Agenda 21 Île-de-France Le choix d un agenda 21 interne : périmètre de l institution

Plus en détail

Enseigner le développement durable

Enseigner le développement durable Les enjeux Enseigner le développement durable Catalogue de nos outils pédagogiques Édition : octobre 2014 DES RESSOURCES PÉDAGOGIQUES pour les enseignants, animateurs de centres de loisirs et associations.

Plus en détail

SENSIBILISATION À L AUTOPRODUCTION ACCOMPAGNÉE : FAIRE ET EN FAISANT SE FAIRE

SENSIBILISATION À L AUTOPRODUCTION ACCOMPAGNÉE : FAIRE ET EN FAISANT SE FAIRE SENSIBILISATION À L AUTOPRODUCTION ACCOMPAGNÉE : FAIRE ET EN FAISANT SE FAIRE Dans le contexte actuel de croissance des difficultés économiques, financières et sociales des plus pauvres, les collectivités

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

Vers une gestion durable des ressources en eau

Vers une gestion durable des ressources en eau Vers une gestion durable des ressources en eau Carrefours de l innovation agronomique Productions végétales et sécheresse Toulouse - 6 juin 2008 Nelly LE CORRE-GABENS Responsable du Service Agronomie-Environnement

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2015-2020

Plan d action de développement durable 2015-2020 Plan d action de développement durable 2015-2020 «Durable Responsable Prospère Ensemble on fait avancer le développement durable au Québec!» La Société du Grand Théâtre de Québec a pour mission de promouvoir

Plus en détail

APPEL À MANIFESTATION D INTÉRÊT

APPEL À MANIFESTATION D INTÉRÊT APPEL À MANIFESTATION D INTÉRÊT Valorisez vos produits agroalimentaires avec la marque collective «So Goût» portée par le Réseau Gesat 1 Sommaire Pourquoi avoir créé la marque «So Goût»? Quels sont les

Plus en détail

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière Séminaire Démarche de clustering : Stratégie et animation 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière En partenariat avec la Grappe d entreprises INOVAGRO et animé par France Clusters L innovation agroalimentaire

Plus en détail

Présentation du programme. Brussels Greenfields. Bruxelles Environnement (IBGE) Brussels Greenfields 1

Présentation du programme. Brussels Greenfields. Bruxelles Environnement (IBGE) Brussels Greenfields 1 Présentation du programme Brussels Greenfields Bruxelles Environnement (IBGE) Brussels Greenfields 1 Agenda Partie générale : contexte du projet Partie détaillée : fonctionnement du projet Bruxelles Environnement

Plus en détail

"High Performance Workplace Event: People mean business"

High Performance Workplace Event: People mean business "High Performance Workplace Event: People mean business" (Cette conférence a été organisée par la Présidence britannique de l'union européenne, avec le soutien de la Commission européenne) Londres, le

Plus en détail

Devenir maraîcher en Picardie

Devenir maraîcher en Picardie Devenir maraîcher en Picardie Vous envisagez une reconversion professionnelle en agriculture, Vous voulez créer, reprendre une entreprise ou vous associer, Venez tester votre projet dans un cadre sécurisé.

Plus en détail

Espace-test maraichage bio Les Prés d'amont (41)

Espace-test maraichage bio Les Prés d'amont (41) Thème Territoire Fiche-bonne pratique Sol Blois Référence : 41_S_01 Date : janvier 2013 Espace-test maraichage bio Les Prés d'amont (41) http://www.centre.developpement-durable.gouv.fr/ 1 Historique/Contexte

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

Les grands axes du Programme National pour l Alimentation

Les grands axes du Programme National pour l Alimentation Les grands axes du Programme National pour l Alimentation Une politique publique de l'alimentation Art.L.230-1. du code rural : La politique publique de l'alimentation vise à assurer à la population l'accès,

Plus en détail

La place de l environnement urbain dans les programmes de l école primaire.

La place de l environnement urbain dans les programmes de l école primaire. Éduquer à l environnement urbain : le bruit, l air, l architecture, l énergie et la mobilité La place de l environnement urbain dans les programmes de l école primaire. Dominique Gillet, Inspectrice de

Plus en détail

VILLE ET MAÎTRISE DE L ÉNERGIE

VILLE ET MAÎTRISE DE L ÉNERGIE VILLE ET MAÎTRISE DE L ÉNERGIE Formations 2014 Soucieux de s inscrire dans une démarche de prise en compte des préoccupations de qualité environnementale et de développement durable dans le bâti et dans

Plus en détail

Habiter ma ville. Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau

Habiter ma ville. Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau Habiter ma ville Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau L habitation constitue une composante essentielle à la qualité de vie des citoyens et une préoccupation constante dans l ensemble

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

Marchés publics, restauration collective et circuits courts

Marchés publics, restauration collective et circuits courts Marchés publics, restauration collective et circuits courts Réponse à l appel à propositions d actions de transfert des projets financés dans le cadre du Réseau rural français Intitulé du projet Marchés

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

Des conditions de travail décentes

Des conditions de travail décentes LISTE D IDEÉS POUR LE PLAN DE DEVELOPPEMENT FAIRTRADE POUR LES ORGANISATIONS DE PETITS PRODUCTEURS Toutes les organisations sont différentes et auront des priorités ainsi que des stratégies de développement

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE -

PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE - PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE - 9 ème WEEK-END DE FORMATION Des animateurs du réseau 11 13 mars 2011 Paris Le Parlement Européen des Jeunes France est une association apolitique et à but non lucratif,

Plus en détail

Master of Science en Sustainable Food Manufacturing Management Un diplôme de Master français

Master of Science en Sustainable Food Manufacturing Management Un diplôme de Master français Master SF2M Sustainable Food Manufacturing Management Présentation aux ENTREPRISES Managers internationaux pour l agroalimentaire Master of Science en Sustainable Food Manufacturing Management Un diplôme

Plus en détail

La Consommation et la Production Durables en un clic

La Consommation et la Production Durables en un clic PORTAIL MONDIAL DE LA CPD Consommation et Production Durables www.start.scpclearinghouse.org La Consommation et la Production Durables en un clic Animé par Action Mondiale pour la Consommation et la Production

Plus en détail

Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS

Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS Le séminaire technique international sur «Le développement rural en Méditerranée», organisé

Plus en détail

Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national

Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national Ce document constitue la synthèse de la première phase des travaux d élaboration de la charte du Parc national des Cévennes.

Plus en détail

Consultation publique

Consultation publique Consultation publique PROJET DE REDÉVELOPPEMENT DU SITE DES ANCIENS ATELIERS DU CN Mémoire déposé par le Club populaire des consommateurs de Pointe-Saint-Charles dans le cadre des consultations publique

Plus en détail

N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique

N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique PDRH Mesure 121 : «Modernisation des exploitations agricoles» C. Dispositifs régionaux complémentaires d aides à la modernisation 121 C4.

Plus en détail

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France Refondation de l Ecole De la République Contribution des CCI de France Octobre 2012 Etablissements publics dirigés par des chefs d entreprises élus par leurs pairs, les CCI de France assurent globalement

Plus en détail

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI)

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) De la citoyenneté active à l environnement en passant par la santé, la recherche,

Plus en détail

Axes stratégiques ANNEXE 2

Axes stratégiques ANNEXE 2 Contrat de Ville de l agglomération Bergeracoise Axes stratégiques ANNEXE 2 Validés par le Comité de Pilotage du 29 janvier 2015 1 PILIER DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET EMPLOI ORIENTATIONS STRATÉGIQUES Orientation

Plus en détail

ENSEMBLE, MIEUX SERVIR VOS CLIENTS. SOCIAL CLUB la rencontre des expertises

ENSEMBLE, MIEUX SERVIR VOS CLIENTS. SOCIAL CLUB la rencontre des expertises ENSEMBLE, MIEUX SERVIR VOS CLIENTS SOCIAL CLUB la rencontre des expertises le social club, partenaire des expertscomptables Votre ambition : fournir le meilleur conseil social et patrimonial à vos clients.

Plus en détail

FICHE II. 4 Création d une maison multiservices à Hamme-Mille

FICHE II. 4 Création d une maison multiservices à Hamme-Mille DESCRIPTION DU PROJET Le projet prévoit l aménagement d une maison multiservices dont une partie constituerait en la mise en place d une structure d accueil des personnes âgées adaptée à l échelle communale

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

LA TRANSITION ENERGETIQUE EN MIDI-PYRENEES

LA TRANSITION ENERGETIQUE EN MIDI-PYRENEES Eléments de définition Les actions de sobriété et d efficacité énergétiques permettent de réduire les consommations d énergie. La sobriété énergétique «consiste à interroger nos besoins puis agir à travers

Plus en détail

catalogue de formations Construire une stratégie d accompagnement social qui s appuie sur la pédagogie du réel

catalogue de formations Construire une stratégie d accompagnement social qui s appuie sur la pédagogie du réel catalogue de formations Construire une stratégie d accompagnement social qui s appuie sur la pédagogie du réel Construire une stratégie d accompagnement social qui s appuie sur la pédagogie du réel L IFccac

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Charte régionale de la commande publique responsable. La Région des Pays de la Loire poursuit son engagement

Charte régionale de la commande publique responsable. La Région des Pays de la Loire poursuit son engagement Charte régionale de la commande publique responsable La Région des Pays de la Loire poursuit son engagement Préambule Dès 1987 la Commission Mondiale sur l Environnement et le Développement des Nations

Plus en détail

Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts

Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts Entre L Union Sociale pour l Habitat, représentée par son Président, Michel Delebarre et la Caisse des Dépôts, représentée par son

Plus en détail

GUIDE DES BONNES PRATIQUES EN MATIÈRE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE A L USAGE DES ORGANISATEURS D EVÈNEMENTS

GUIDE DES BONNES PRATIQUES EN MATIÈRE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE A L USAGE DES ORGANISATEURS D EVÈNEMENTS PALAIS DES CONGRES Port Santa Lucia - 83 700 SAINT-RAPHAEL 04.94.19.84.19-04.94.95.83.18 www.saint-raphael-congres.com Le Palais des Congrès de Saint-Raphaël, certifié «Qualicongrès» depuis 2005 pour la

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Rapport de planification stratégique

Rapport de planification stratégique Comité sectoriel de la main-d œuvre du commerce de l alimentation Rapport de planification stratégique Décembre 2009 Comité sectoriel de main-d'oeuvre de l'industrie du caoutchouc du Québec 2035, avenue

Plus en détail

DEPARTEMENT CONSOMMATION DURABLE & ECO-COMPORTEMENT jva@ibgebim.be

DEPARTEMENT CONSOMMATION DURABLE & ECO-COMPORTEMENT jva@ibgebim.be Présentation du programme d action régional en matière d alimentation durable (appels à projets, partenariats en cours, ) Joëlle VAN BAMBEKE DEPARTEMENT CONSOMMATION DURABLE & ECO-COMPORTEMENT jva@ibgebim.be

Plus en détail

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT ACCORD CADRE DE PARTENARIAT Entre L Association pour la formation professionnelle des adultes ( AFPA) 13 place du Général de Gaulle - 93108 Montreuil Cedex Représentée par : Son directeur général, Philippe

Plus en détail

I. Le Forum mondial de l eau

I. Le Forum mondial de l eau Evénements soutenus par le 6 ème Forum Mondial de l Eau I. Le Forum mondial de l eau Historique Co-organisé tous les trois ans par le Conseil Mondial de l Eau d une part, un pays et une ville hôte d autre

Plus en détail

FONDATION POWEO - JOURNÉE ENERGIE POUR LA CUISSON Foyers améliorés : Quelles pratiques d utilisation et quels modèles de diffusion?

FONDATION POWEO - JOURNÉE ENERGIE POUR LA CUISSON Foyers améliorés : Quelles pratiques d utilisation et quels modèles de diffusion? FONDATION POWEO - JOURNÉE ENERGIE POUR LA CUISSON Foyers améliorés : Quelles pratiques d utilisation et quels modèles de diffusion? Mercredi 27 mars 2013 Document produit par ENEA Consulting I 89 rue Réaumur,

Plus en détail

De la croissance destructrice de l environnement à l économie verte. Samir ALLAL Tunis-Mai 2012

De la croissance destructrice de l environnement à l économie verte. Samir ALLAL Tunis-Mai 2012 De la croissance destructrice de l environnement à l économie verte Samir ALLAL Tunis-Mai 2012 Plan de l'exposé 1. La question de l économie verte ne peut être traitée indépendamment des relations Nord/Sud,

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Toitures vertes: du concept à l entretien

Formation Bâtiment Durable : Toitures vertes: du concept à l entretien Formation Bâtiment Durable : Toitures vertes: du concept à l entretien Bruxelles Environnement RÔLES ET PLUS-VALUES D UN POTAGER URBAIN INTÉGRÉ À UN PROJET IMMOBILIER Haissam JIJAKLI Laboratoire de Phytopathologie

Plus en détail

FONDS DE COMMERCE DES FEMMES DE LA CEDEAO

FONDS DE COMMERCE DES FEMMES DE LA CEDEAO NOTE CONCEPTUELLE FONDS DE COMMERCE DES FEMMES DE LA CEDEAO 1 INTRODUCTION Le Centre pour les Energies Renouvelables et l'efficacité Energétique de la CEDEAO (CEREEC) a lancé en 2013 un programme phare

Plus en détail

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS Entre Valérie LÉTARD, Secrétaire d Etat auprès du Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer,

Plus en détail

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Date de la rencontre : le 25 novembre 2014 Heure : 9 h Lieu : Terrebonne Local : Salle du conseil Présentateur : Marcel Côté, directeur général

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Préparé par : Pour : 1 Table des matières 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE... 2 2. CLIENTÈLES ADMISSIBLES... 2 3. LES SERVICES OFFERTS... 3 3.1

Plus en détail

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT PERFORMANCES INDUSTRIELLES DES CLEANTECH Rabat, le 17 décembre 2014 Forum Technologie

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

STRATÉGIE ET ORGANISATION / NÉGOCIATIONS / FORMATIONS / RECRUTEMENT ET DÉLÉGATION. La performance achats. Vous & nous pour transformer vos achats

STRATÉGIE ET ORGANISATION / NÉGOCIATIONS / FORMATIONS / RECRUTEMENT ET DÉLÉGATION. La performance achats. Vous & nous pour transformer vos achats STRATÉGIE ET ORGANISATION / NÉGOCIATIONS / FORMATIONS / RECRUTEMENT ET DÉLÉGATION La performance achats Vous & nous pour transformer vos achats Crop and co Créateur de performance achats Depuis 2004, chez

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Qu'est-ce que l'innovation?

Qu'est-ce que l'innovation? Qu'est-ce que l'innovation? Résumé : L innovation est avant tout un état d esprit. C est un processus vivant qui amène la direction à chercher à tous les niveaux la manière d être la plus performante pour

Plus en détail

Profil professionnel Section : Bachelier en informatique & systèmes finalité informatique industrielle

Profil professionnel Section : Bachelier en informatique & systèmes finalité informatique industrielle Section : Bachelier en informatique & systèmes Page 1/6 1. Introduction L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant. Celui-ci trouvera durant ses études de

Plus en détail

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES Le Schéma Régional de Développement Economique prévoit dans son orientation intitulée Promouvoir une attractivité économique durable, axe 5 une stratégie foncière pour

Plus en détail

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire!

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire! Plan Climat énergie Territorial notre défi pour l avenir du territoire! La Communauté Urbaine en 2050... Celle de nos enfants, petits-enfants,... Quels objectifs pour ce Plan Climat? Vous rêvez pour eux

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

Guide du centre de ressources

Guide du centre de ressources Guide du centre de ressources Guide du centre de ressources Nous avons établi ce guide à l intention des enseignants qui souhaitent aborder les thèmes de la sécurité routière et de la mobilité durable

Plus en détail

Fonds Social Européen

Fonds Social Européen Un projet Equal financé par le Fonds social européen, la Ministre Membre du Collège de la Commission communautaire française en charge de la Formation professionnelle, la Ministre-Présidente et Ministre

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Construire ensemble l Agenda 21 de Chorges

Construire ensemble l Agenda 21 de Chorges Construire ensemble l Agenda 21 de Chorges La Mairie souhaite intégrer la perspective d un développement durable au cœur de ses missions de service public en engageant la commune de Chorges dans la démarche

Plus en détail

L INFORMATIQUE D OCCASION OUVRE DE NOUVELLES PERSPECTIVES

L INFORMATIQUE D OCCASION OUVRE DE NOUVELLES PERSPECTIVES Présentation ONU 15 juin 2015 Entreprise Solidaire à but non lucratif L INFORMATIQUE D OCCASION OUVRE DE NOUVELLES PERSPECTIVES Ecologiques Sociales - Economiques LE CONCEPT D AfB Spécialisé dans le reconditionnement

Plus en détail

Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans

Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans lequel s inscrit Alter Incub ainsi que les modalités et

Plus en détail

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Soutenir l émergence de stratégies collectives nationales et internationales de filières, et de projets collaboratifs, notamment par le dialogue

Plus en détail

Université Nice Sophia Antipolis Direction de la Communication et de l événementiel 28 avenue Valrose BP 2135 06103 NICE Cedex 2

Université Nice Sophia Antipolis Direction de la Communication et de l événementiel 28 avenue Valrose BP 2135 06103 NICE Cedex 2 Université Nice Sophia Antipolis Direction de la Communication et de l événementiel 28 avenue Valrose BP 2135 06103 NICE Cedex 2 Constituant un des axes privilégiés de l'université Nice Sophia Antipolis,

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I.

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. T.R.I. est une association dont l objectif est l insertion professionnelle et l éducation à l environnement. Le club nature & environnement développe

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 FÉVRIER 2016 Mot du directeur général Avec son Plan d action de développement durable 2015-2020, SOQUIJ est fière de contribuer aux efforts de l administration

Plus en détail

Intégration du grand cycle de l eau dans le Grand Paris. Forum territorial des rivières d Ile-de-France 05 février 2015

Intégration du grand cycle de l eau dans le Grand Paris. Forum territorial des rivières d Ile-de-France 05 février 2015 Intégration du grand cycle de l eau dans le Grand Paris Forum territorial des rivières d Ile-de-France 05 février 2015 A l origine de l étude, un triple constat établi par l AESN, la DRIEE et la DRIEA

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

PROJET D ANIMATIONS SCIENTIFIQUES «PREVENTION ET GESTION DES RISQUES LIÉS A L EAU ET AUX ALIMENTS POUR LA SANTE HUMAINE»

PROJET D ANIMATIONS SCIENTIFIQUES «PREVENTION ET GESTION DES RISQUES LIÉS A L EAU ET AUX ALIMENTS POUR LA SANTE HUMAINE» PROJET D ANIMATIONS SCIENTIFIQUES «PREVENTION ET GESTION DES RISQUES LIÉS A L EAU ET AUX ALIMENTS POUR LA SANTE HUMAINE» A l attention des professeurs de SVT, Physique- Chimie et Histoire Géographie. Ecocène

Plus en détail

PRESENTATION SYNTHETIQUE DE L ENQUETE «COOPERATION DECENTRALISEE & BIODIVERSITE»

PRESENTATION SYNTHETIQUE DE L ENQUETE «COOPERATION DECENTRALISEE & BIODIVERSITE» PRESENTATION SYNTHETIQUE DE L ENQUETE «COOPERATION DECENTRALISEE & BIODIVERSITE» L ENQUETE EN LIGNE Lien d accès : https://fr.surveymonkey.com/s/enqueteuicncoopdecbiodiv Mot de passe : enqueteuicn Réponse

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt

Appel à manifestation d intérêt Investissements d Avenir Développement de l Économie Numérique Appel à manifestation d intérêt Diffusion de la simulation numérique 2014 IMPORTANT ADRESSE DE PUBLICATION DE L APPEL A MANIFESTATION D INTERET

Plus en détail

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Chantier d Emmaus International sur le DEVELOPPEMENT DURABLE Lisbonne du 10 au 18 octobre 2008 1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Le thème du développement durable a été choisi étant un vecteur

Plus en détail

SOUTIEN AUX PROJETS D EDUCATION AU DEVELOPPEMENT DURABLE POUR LES COLLEGIENS DE LA MARTINIQUE REGLEMENT

SOUTIEN AUX PROJETS D EDUCATION AU DEVELOPPEMENT DURABLE POUR LES COLLEGIENS DE LA MARTINIQUE REGLEMENT SOUTIEN AUX PROJETS D EDUCATION AU DEVELOPPEMENT DURABLE POUR LES COLLEGIENS DE LA MARTINIQUE REGLEMENT REGLEMENT APPEL A PROJETS DEPARTEMENT MARTINIQUE 2015 1 CONTEXTE ET ENJEUX Depuis plus de dix ans,

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour les personnes âgées FICHE ACTION N 22 Répondre aux

Plus en détail

1- Mobiliser la société autour des thèmes de la sobriété et de l efficacité énergétique

1- Mobiliser la société autour des thèmes de la sobriété et de l efficacité énergétique Cahier d acteur de l Assemblée des départements de France Débat national transition énergétique 2013 L Assemblée des départements de France souscrit au débat national transition énergétique voulu par le

Plus en détail

Jardins carrés et Culture d Entreprise

Jardins carrés et Culture d Entreprise Jardins carrés et Culture d Entreprise Un concept innovant pour développer l efficacité collective Le concept Les jardins carrés sont une méthode de jardinage élaborée dans les années 1980 par l américain

Plus en détail

Fiche technique. Réservations Thème Public : Hors écoles Public : Écoles et collèges. Objectifs»Amener le public à prendre conscience des conséquences

Fiche technique. Réservations Thème Public : Hors écoles Public : Écoles et collèges. Objectifs»Amener le public à prendre conscience des conséquences Réservations Thème Public : Hors écoles Public : Écoles et collèges Présentation de l atelier éducatif Aménagement urbain, développement durable. Agriculture urbaine. Créez et entretenez votre propre jardin

Plus en détail

A PATRIMOINE CULTUREL ET DEVELOPPEMENT LOCAL

A PATRIMOINE CULTUREL ET DEVELOPPEMENT LOCAL Pays : Nom de la personne de contact au sein de la mairie Nom de la Ville Fonction : Superficie de la Téléphone commune : Nb d habitants Email 1. Personnel de votre commune 1.1) Nb de conseillers municipaux?

Plus en détail

Programme de formation «CAP RSEA»

Programme de formation «CAP RSEA» Programme de formation «CAP RSEA» Amélioration et mesure de la performance économique, sociale, sociétale et environnementale des Entreprises Adaptées Contexte La RSE se définit comme la responsabilité

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Obligations et rôles des collectivités en terme d économies d énergie et d éco-construction

Obligations et rôles des collectivités en terme d économies d énergie et d éco-construction l'image est endommagée. Redémarrez l'ordinateur, puis ouvrez à nouveau le fichier. Si le x rouge est toujours affiché, vous devrez peut -être supprimer l'image avant de la réinsérer. Obligations et rôles

Plus en détail

Habitat participatif: le rôle des aménageurs et bailleurs sociaux. Sophie BARTH Chef du service juridique S.E.R.S.

Habitat participatif: le rôle des aménageurs et bailleurs sociaux. Sophie BARTH Chef du service juridique S.E.R.S. Habitat participatif: le rôle des aménageurs et bailleurs sociaux Sophie BARTH Chef du service juridique S.E.R.S. Petit rappel: qu est-ce qu un aménageur? Un aménageur est une société, publique ou privée,

Plus en détail

10 ans d actions en économie verte en Région de Bruxelles-Capitale: En route vers l économie circulaire. Focus sur l Alliance Emploi-Environnement

10 ans d actions en économie verte en Région de Bruxelles-Capitale: En route vers l économie circulaire. Focus sur l Alliance Emploi-Environnement 10 ans d actions en économie verte en Région de Bruxelles-Capitale: En route vers l économie circulaire Focus sur l Alliance Emploi-Environnement Contexte bruxellois Population Revenu moyen < de 20% à

Plus en détail

05 novembre 2015 IREV - Lille

05 novembre 2015 IREV - Lille 05 novembre 2015 IREV - Lille 1. OBJECTIFS GENERAUX Objectifs généraux Objectifs généraux Présenter le club d entreprises FACE MEL, ses actions et spécificités Présenter notre méthodologie de développement

Plus en détail

SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Numéro du document : 0608-14 Adoptée par la résolution : 347 0608 En date du : 17 juin

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

Position d origin sur le futur de la PAC

Position d origin sur le futur de la PAC Position d origin sur le futur de la PAC Ce document constitue la position d origin, Organisation pour un Réseau International d'indications Géographiques, aux questions posées par Dacian Cioloș, Commissaire

Plus en détail