Rapport de Stage du Master. Conception d une chaîne de communication pour réseaux BAN sur couche PHY UWB-IR

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport de Stage du Master. Conception d une chaîne de communication pour réseaux BAN sur couche PHY UWB-IR"

Transcription

1 Université Pierre et Marie Curie (Paris VI) Telecom ParisTech Diplôme National de Master en Sciences et Technologies Mention : Sciences De l Ingénieur Spécialité : Electronique et Systèmes de Communications Parcours : Systèmes de Télécommunications Numériques Rapport de Stage du Master Thème : Conception d une chaîne de communication pour réseaux BAN sur couche PHY UWB-IR Réalisé par : Ahmed BENFARAH Encadrants : Stéphane MEBALEY EKOME Jean SCHWOERER Du 01/04/2009 au 30/09/2009 Année universitaire :

2 Remerciements Ce rapport s inscrit dans le cadre de mon stage Master 2 parcours STN à l université Paris 6/Telecom ParisTech. Ce stage de six mois est effectué chez Orange Labs site Grenoble. Il concerne la conception d une chaîne de communication pour réseaux BAN (Body Area Network) sur couche PHY UWB-IR. Au terme de ce travail, j exprime ma gratitude pour tous ceux qui m ont aidé de près ou de loin à faire de ce stage une bonne opportunité tant sur le plan professionnel qu humain. Je remercie tout particulièrement Monsieur Stéphane MEBALEY EKOME mon responsable de stage, pour son aide et sa contribution dans ma formation. La qualité de son encadrement et sa disponibilité au quotidien m ont beaucoup aidé à réaliser ce travail dans les meilleures conditions. Ce travail est facilité par un cadre professionnel compétent et agréable. Messieurs Jean SCHWOE- RER et Benoit MISCOPEIN m ont fait profiter de leurs expériences et les discussions que nous avons menées ensemble ont été fructueuses dans l avancement de mon travail. J ai le plaisir de leurs exprimer tous mes remerciements et reconnaissances. Merci à toute l équipe de TECH/MATIS/CITY pour l accueil et la bonne ambiance et particulièrement à Messieurs Dominique BARTHEL, Ismail EL KA- LYOUBI, Trang HOANG, Quentin LAMPIN et Bilel ROMDHANI. Je tiens à remercier l équipe pédagogique de l université Paris 6/Telecom ParisTech. La richesse et le contenu de la formation que j ai eu au sein de leurs établissements m ont donné des outils puissants pour mener à bien le travail de mon stage. Je tiens à remercier également les membres de jury d avoir accepté de juger mon travail. Finalement, je n oublie pas à exprimer mes sincères remerciements à ma famille, malgré la distance, elle est toujours près de moi pour me soutenir et m encourager : mon père Slaïm, ma mère Naama, ma sœur Amène et mon frère Oussama. i

3 Résumé Les réseaux de type Body Area Network (BAN) constituent un sujet en plein essor au sein de la communauté scientifique des réseaux sans fil. Ces réseaux visent des applications diverses allant du secteur médical au sport et multimédia. Ils sont contraints à certaines exigences en termes de flexibilité du débit, faible consommation, faible puissance... La radio impulsionnelle ultra large bande (UWB-IR), de part ses caractéristiques, est une très bonne candidate pour servir de base à la couche physique des réseaux BAN. Nous avons développé une chaîne de communication basée sur l UWB-IR. Cette chaîne permet un débit de la couche physique variant de 1,42 Mbits/s jusqu à 31,24 Mbits/s et prévoit deux architectures de réception : réception cohérente et réception non-cohérente. Pour tester et valider cette chaîne de communication, nous avons étudié ses performances pour un canal parfait gaussien et nous avons comparé les résultats avec les performances théoriques. Puis, pour éprouver les limites de cette chaîne dans le cas des réseaux BAN et faire le bilan de liaison, nous avons étudié les performances en présence des canaux réels BAN CM3 et CM4. La contrepartie de la simplification apportée par l architecture non-cohérente est une dégradation assez importante des performances. Les simulations sont réalisées avec un logiciel "UWB Impulse Radio" développé à Orange Labs et que nous avons contribué à son extension. Mots clès : BAN, UWB-IR, récepteur cohérent, récepteur non-cohérent, canal CM3, canal CM4. ii

4 Table des matières Remerciements Résumé Table des figures Liste des tables Acronymes i ii vii viii ix Intoduction générale 1 1 Présentation de l entreprise Groupe France Telecom Orange Labs Les missions Les divisions Présentation du laboratoire TECH/MATIS Les réseaux BAN Définition Applications envisagées Applications médicales Applications non-médiacles Types de liaisons Spécifications techniques Conclusion Etat de l art de la radio impulsionnelle ultra large bande UWB-IR Définition Réglementation de l UWB Publication de la réglementation américaine Publication de la réglementation européenne Vers une convergence mondiale iii

5 3.3 Avantages de l UWB-IR Système d émission L impulsion élémentaire Modulations associées à l UWB-IR Modèles du canal BAN-UWB Modèle du canal CM Modèle du canal CM Architectures de réception Architecture cohérente Architecture différentielle Architecture non-cohérente Conclusion Conception de la couche PHY UWB-IR pour les réseaux BAN Description de l impulsion élémentaire Choix de la modulation Débits supportés Description du récepteur cohérent Démodulation et prise de décision Synchronisation Performances pour un canal parfait AWGN Description du récepteur non-cohérent Filtrage passe-bande Synchronisation Démodulation et prise de décision Performances pour le canal parfait AWGN Conclusion Performances de la couche PHY pour les canaux BAN-UWB Description générale du simulateur UWB Environnement Entités du simulateur Nos contributions dans le simulateur Bilan de liaison préliminaire Performances du récepteur cohérent Cas du canal CM Cas du canal CM Gain du traitement nécessaire Performances du récepteur non-cohérent Optimisation de la durée d intégration Performances pour le canal CM iv

6 5.4.3 Gains du traitement nécessaires Conclusion Conclusion générale 50 Bibliographie 53 v

7 Table des figures 1.1 Organigramme de la fonction Innovation Marketing Groupe (IMG) Organigramme des divisions d Orange Labs Un réseau BAN avec son coordinateur (élément S) Liaisons possibles dans un réseau BAN Masques d émission UWB de la FCC (a) Système Indoor (b) Système Outdoor Masque d émission UWB de l ECC Séquence d impulsions modulée en PPM à 2, 4 et 8 états Séquence d impulsions modulée en OOK Séquence d impulsions modulée en BPSK L affaiblissement du parcours en [db] pour 100 réalisations du canal CM PDP normalisé pour une réalisation du canal CM PDP normalisé pour une réalisation du canal CM4 en fonction de l angle de direction du corps Structure d un récepteur UWB-IR cohérent Structure d un récepteur UWB-IR différentiel Structure d un récepteur UWB-IR non-cohérent Variation de l ondelette dans le domaine temporel Densité spectrale de puissance de l ondelette Modulation 2PPM-BPSK Corrélation glissante en absence du bruit Probabilité et taux d erreur symbole pour le récepteur cohérent de la modulation PPM- BPSK Gabarit du filtre passe-bas de fréquence de coupure 4,5 GHz Gabarit du filtre passe-haut de fréquence de coupure 3,1 GHz Résultat de simulation de l algorithme de synchronisation Résultats de simulation de la PPM avec récepteur cohérent et récepteur non-cohérent Schéma simplifié du simulateur Fichier canal Taux d erreur binaire du récepteur cohérent pour 10 réalisations du canal CM vi

8 5.4 Taux d erreur binaire du récepteur cohérent pour canal AWGN et canal CM Taux d erreur binaire du récepteur cohérent pour canal AWGN et canal CM CDF à 10% de l énergie accumulée en fonction de la durée d intégration Energie accumulée en fonction de la durée d intégration et son modèle associé Probabilité d erreur binaire en fonction de la durée d intégration pour le récepteur 2-PPM non-cohérent Taux d erreur binaire pour le récepteur cohérent et le récepteur non-cohérent en présence du canal CM vii

9 Liste des tableaux 2.1 Modèles du canal BAN et liaisons associées Modèle PDP du canal CM Modèle PDP du canal CM Les débits supportés Règles d identification des symboles pour établir la synchronisation Paramètres de simulation de l algorithme de synchronisation Bilan de liaison Gain du traitement nécessaire pour le récepteur cohérent Valeurs des paramètres optimisés du modèle de la CDF pour le canal CM Paramètres de simulation du récepteur non-cohérent Gains de traitement nécessaires viii

10 Acronymes AWGN BAN BPSK CDF CM DAA DS-SS ECC FCC FM HDR IEEE LAN LDC LDR MAC MRC M2M NLOS OFDM OOK PAN PDA PDP PPM RFID RRC SNR UWB-IR XML Additive White Gaussian Noise Body Area Network Binary Phase Shift Keying Cumulative Distribution Function Channel Model Detect And Avoid Direct Sequence-Spread Spectrum European Communications Committee Federal Communications Commission Frequency Modulation High Data Rate Institute of Electrical and Electronis Engineers Local Area Network Low Duty Cycle Low Data Rate Medium Access Control Maximum Ratio Combining Machine-To-Machine Non-Line Of Sight Orthogonal Frequency Division Multiplexing On-Off Keying Personal Area Network Personal Digital Assistant Power Delay Profile Pulse Position Modulation Radio Frequency IDentification Root Raised Cosine Signal to Noise Ratio Ultra Wide Band-Impulse Radio Extensible Markup Language ix

11 Introduction générale Les réseaux de type BAN (Body Area Network) constituent un domaine en plein essor au sein de la communauté scientifique des réseaux sans fil. En effet, après les réseaux personnels, l intérêt est aujourd hui porté sur cette catégorie de réseaux portés sur le corps humain et permettant la communication sans fil entre divers équipements électroniques à des fins de divertissement (multimédia), pour les applications du secteur médical et sportif. Vu l environnement des réseaux BAN et les applications envisagées, ces réseaux sont contraints à certaine exigences : Puissance rayonnée très réduite du fait du contact avec le corps humain Très faible consommation pour une longue autonomie des batteries Forte variabilité en terme de débits pour répondre aux différentes applications des réseaux BAN Résistance aux phénomènes de propagation de l onde électromagnétique dans un milieu très proche ou en contact direct avec le corps humain. L objet de notre stage est la conception d une couche physique pour ce nouveau type de réseau. La technologie radio impulsionnelle ultra large bande (UWB-IR) est une très bonne candidate pour la couche PHY des réseaux BAN car elle répond à certaine exigences de ces réseaux. Elle repose sur l émission des impulsions très courtes dans le temps, donc très large en spectre, ce qui apporte de la diversité fréquentielle. L idée de l UWB-IR abandonne la transmission classique en bande étroite ce qui permet une architecture de réception sans les composants RF (mélangeur, oscillateur) très gourmands en consommation. De plus, cette technologie est flexible en terme de débits. Le travail de notre stage du Master consiste à l étude de la possibilité de proposer cette technologie comme couche PHY des réseaux BAN. Nous définissons les paramètres de cette couche PHY et les choix du système d émission et des architectures de réception. Une fois cette couche PHY est définie et spécifiée, nous nous intéressons à analyser ses performances en présence des modèles du canal BAN multi-trajets. Les résultats de cette analyse sont utiles pour faire le bilan de liaison. Pour tester cette couche PHY, nous avons utilisé un simulateur UWB-IR développé en interne avec C++. Nous avons ajouté quelques modules à ce simulateur pour qu il soit adapté à notre couche PHY. Contexte du sujet Le sujet de stage s inscrit dans le cadre du groupe de travail IEEE pour la standardisation des réseaux BAN et aussi dans le cadre du projet Français BANET : 1

12 Orange Labs en partenariat avec Cea-Leti et Thales participent au groupe du travail IEEE Ce groupe a été crée en novembre Il a pour but de développer un standard de communication optimisé pour des équipements à faible consommation opérant à l intérieur, sur et autour le corps humain. Orange Labs travaille avec ses partenaires pour une proposition commune à cette standardisation. Le projet BANET (Body Area NEtworks and Technologies) est un projet français qui regroupe des industriels et des laboratoires académiques (Cea-Leti, Inria, UPMC, Orange Labs, ELA Medical... ). Le premier objectif de BANET est de fournir un cadre de travail, des modèles et des technologies pour concevoir un système de communication sans fils optimisé pour un large champ d applications utilisant un réseau BAN. Le deuxième objectif de BANET est de disséminer les résultats obtenus au sein du comité de standardisation IEEE 802 et la communauté scientifique. Le but à long terme est de travailler vers une réduction maximale de la consommation pour améliorer l acceptabilité, la durée de vie des batteries et économiser l énergie. Plan du rapport Ce rapport est organisé en cinq chapitres. Dans le premier chapitre, nous présentons d une manière générale les divisions et les missions de l entreprise d accueil. Nous détaillons les missions du laboratoire que nous sommes attachés. Le deuxième chapitre est une introduction des principes généraux des réseaux BAN. Après une présentation de ces réseaux et les applications envisagées, nous étudions les contraintes techniques que nous devons prendre en considération lors de la conception de ces réseaux. Le troisième chapitre est un état de l art de l UWB-IR. Nous présentons les caractéristiques et les atouts de cette technologie. Nous étudions le système d émission, les modulations associées à l UWB-IR et nous terminons par présenter quelques structures de réception. Nous définissons dans le quatrième chapitre la couche PHY basée sur l UWB-IR. Cette définition englobe les choix que nous avons adoptés pour le système d émission (impulsion élémentaire, type de la modulation) et les architectures de réception (récepteur cohérent, récepteur non-cohérent). Dans le dernier chapitre, nous analysons les performances de la couche PHY définie dans le chapitre précédent pour des canaux réels BAN multi-trajets. Cette analyse est faite pour le récepteur cohérent et le récepteur non-cohérent en utilisant le logiciel "UWB Impulse Radio" développé à Orange Labs avec l environnement C++. 2

13 Chapitre 1 Présentation de l entreprise 1.1 Groupe France Telecom Le Groupe France Télécom est une grande entreprise de télécommunication, opérateur fixe et mobile, et fournisseur d accès Internet ADSL. Il est l un des leaders mondiaux des services de télécommunication. Le groupe sert plus de 182 millions de clients dans 30 pays au 31 décembre Le groupe a réalisé un chiffre d affaires de 53,5 milliards d euros en Le comité de direction générale du groupe France Télécom est composé de neuf membres et s assure de la mise en œuvre de la stratégie et des programmes de transformation du Groupe et effectue le suivi de ses performances opérationnelles et financières. En 2006, le Groupe a concrétisé sa transformation par la mise en place d une nouvelle organisation. Elle repose à la fois sur la proximité des marchés et sur une vision globale des activités. Trois types d entités structurent cette organisation : Les directions des opérations : Elles coordonnent dans un pays ou dans une zone géographique l ensemble des activités au plus proche des clients. Les lignes de business : Elles pilotent la stratégie mondiale du Groupe en matière d offres. Les six lignes de business du groupe sont : home, personal, contenus, audience et publicité, santé et entreprises. Les lignes de business santé, contenus et audience/publicité sont regroupées au sein de la direction des nouvelles activités de croissance. Les fonctions groupes : Elles définissent une politique globale à l échelle du groupe et assurent le pilotage pour chaque domaine. Les huit fonctions groupe : communication et marque, finances, innovation marketing groupe (IMG), NCPI (réseaux, opérateurs, plateformes et infrastructure), group IT, secrétariat général, ressources humaines, transformation et achats et finalement ventes et expérience client. Orange Labs se place dans l entité fonctions groupes dans la structure du Groupe France Télécom et plus précisément dans la fonction groupe IMG. La figure 1.1 montre l organigramme de cette fonction groupe. L organigramme fait apparaître les entités qui participent au réseau Orange Labs qui sont le Marketing Groupe, le Technocentre et la Recherche & Développement. 3

14 FIG. 1.1 Organigramme de la fonction Innovation Marketing Groupe (IMG). 1.2 Orange Labs Les missions Le groupe France Télécom a renforcé considérablement sa division Recherche & Développement nommée Orange Labs. Cette division regroupe actuellement 15 laboratoires dans huit pays (France, Chine, Japon, Corée du Sud, Etats-Unis, Royaume-Uni, Pologne, Jordanie et Egypte), le technocentre et l explocentre de Paris. Les idées qui ont un fort potentiel de développement vont à l explocentre. Le Strategic Maketing Committee, l instance d arbitrage, détermine ensuite quels projets seront traités par le technocentre pour être ensuite industrialisés. Les laboratoires regroupent 3800 chercheurs, ingénieurs et scientifiques. Le technocentre accueille 1000 personnels de 16 nationalités. La Recherche & Développement concentre ses recherches dans deux domaines : l anticipation des avancées technologiques majeures et des nouveaux usages en matière de télécommunications et l amélioration des réseaux et infrastructures. La Recherche & Développement travaille en étroite collaboration avec le marketing stratégique en lui fournissant les ressources en développement nécessaires pour l accélération de la mise sur le marché (time to market) de nouvelles offres des produits/services ou nouveaux déploiements de réseaux à court et moyen terme. Les principales missions d Orange Labs : Développer des produits et services pour le groupe en respectant la qualité de service. Dégager des nouvelles sources de croissance. Anticiper les révolutions technologiques et d usage. 4

15 Imaginer dès maintenant les solutions du futur Les divisions Les activités d Orange Labs sont réparties entre différents centres de R&D : services intégrés résidentiels et personnels services aux entreprises middleware et plates-formes avancées technologies cœur de réseau réseaux d accès labos internationaux La figure 1.2 montre l organigramme des différents CRD d Orange Labs. FIG. 1.2 Organigramme des divisions d Orange Labs. Mon stage s est déroulé au sein du laboratoire MATIS de CRD technologies (TECH). 1.3 Présentation du laboratoire TECH/MATIS Le laboratoire "Machine to machine technologies, tangible interactions, expertise on devices" est dirigé par Monsieur Noël Chateau et a pour missions principales [12] : d être le centre de compétences pour le Groupe sur les technologies pour les M2M (réseaux capillaires, passerelles et intégrateur de solutions technologiques) par : la réalisation de benchmarks et l analyse de roadmaps de technologies afin de préconiser les meilleures solutions pour le Groupe la réalisation d études sur l architecture des réseaux capillaires, couche physique, couche MAC, interconnexion, optimisation de réseaux de capteurs/actionneurs spontanés et auto-organisés, 5

16 optimisation cross-layer la conduite d actions en normalisation sur les technologies clés soutenues par le Groupe (ex : ) le développement d une gamme de passerelles M2M en anticipation permettant de réaliser un prototypage de démonstrateurs et d éprouver la validation de fonctions distribuées évoluées la réalisation en laboratoire de maquettes preuves de concept intégrant diverses technologies (ex : connectivité Zigbee et Wavenis, RFID, localisation indoor) permettant leur évaluation et leur amélioration, en vue d un déploiement le déploiement de solutions technologiques pour le M2M dans les domaines et thématiques prioritaires du Groupe, en avance de phase, pour expérimentation de concepts de services l étude des règles de déploiement et d opération à grande échelle de solutions technologiques pour le M2M (incluant les règles d ingénierie radio, le device management, la supervision, la gestion de la QoS, etc.) d être le centre de compétences pour le Groupe des analyses technico-économiques des devices et objets connectés et d être centralisateur de la veille sur l innovation technologique de ceux-ci, par : la réalisation d analyses technico-économiques des devices (terminaux du fixe, mobiles, terminaux convergents, passerelles et solutions pour le M2M et de leurs sous-systèmes) sur les aspects hardware et software embarqué le développement et l exploitation d un outil de projection des coûts des devices l analyse et la fourniture des éléments de roadmaps technologiques des devices d être le centre de compétences pour le Groupe dans la connaissance fine de la relation de l individu aux devices et objets, au travers de l interaction tangible qu il entretient avec eux par : le développement et l expérimentation d interfaces tangibles reposant sur les technologies d écrans tactiles, picots tactiles, vibreurs, accéléromètres, capteurs de pression l étude de la relation à la technologie (technophile/technophobe, terminal dédié/éclaté/unique) l étude de la relation à l objet physique (matériau, poids, prise en main, couleurs, ressenti, projections, comportement avec l objet) l étude de la relation aux interfaces de services (l utilisation et la maniabilité des interfaces, l ergonomie-facilité d utilisation) 6

17 Chapitre 2 Les réseaux BAN Dans ce chapitre, nous donnons une présentation et une description des réseaux BAN. Ces nouveaux réseaux sont encore en phase d étude par le groupe du travail IEEE qui a été crée en novembre 2007 pour une prochaine normalisation. Nous commençons par définir ces réseaux BAN. Ensuite, nous présentons les applications et les services envisagés. Enfin, nous décrivons les connexions possibles dans un réseau BAN et nous terminons par une synthèse des requis techniques. 2.1 Définition Les réseaux BAN visent à remplacer les câbles autour du corps humain rencontrés dans diverses applications. Le plus souvent, les BAN sont associés à des applications et des scénarios dans lesquels plusieurs capteurs et équipements électroniques peuvent recueillir et regrouper des informations d ordre physiologique et prendre des mesures en conséquence, échanger des données, les stocker, les enregistrer ou les transmettre à une unité distante. Les différents éléments du réseau peuvent être localisés à l intérieur du corps, portés sur le corps, dans les vêtements ou encore dans le voisinage proche du corps [18]. La plupart des réseaux qui existent aujourd hui sont liés aux applications médicales, mais le BAN ambitionne d explorer un champ d applications plus large tels que la localisation, le sport ou encore le multimédia. Les éléments du réseau doivent être en mesure de communiquer les uns avec les autres en utilisant la même interface air, quelques soient les applications visées. Le défi avec les BAN est de mettre en œuvre les mesures nécessaires pour que chaque élément puisse trouver sa place dans le réseau, et que chaque application ait assez de ressources pour fonctionner correctement suivant deux contraintes majeures : une transmission à très faible puissance et à débit variable. Le réseau est muni d un coordinateur qui est le dispositif le plus apte à prendre des décisions et contrôler le réseau. Il doit pouvoir collecter des informations, les expédier à l intérieur ou en dehors du réseau et gérer l utilisation des ressources spectrales dans le temps. La figure 2.1 montre le schéma d un réseau BAN avec son coordinateur. 7

18 FIG. 2.1 Un réseau BAN avec son coordinateur (élément S). 2.2 Applications envisagées Le groupe du travail IEEE pour la normalisation des réseaux BAN a cité 55 applications de ces réseaux et subdivise ces applications en deux catégories [1] : les applications médicales et les applications non-médicales. Les contraintes liées aux différentes applications ne sont pas les mêmes et les besoins divergent. Nous allons voir dans ce paragraphe des exemples d utilisation des réseaux BAN suivant les deux catégories d applications envisagées Applications médicales Des informations physiologiques relatives à la santé des patients peuvent être collectées à l aide des capteurs situés à l intérieur ou sur le corps humain. Ces informations peuvent être stockées et exploitées par un spécialiste permettant une intervention immédiate en cas d urgence. Les applications sont diverses, nous pouvons citer : Localisation du patient : Selon la position du patient, un message peut être envoyé au spécialiste pour intervention sur lieu si besoin avec acheminement des équipements médicaux et de secours. Moniteur cardiaque et capteur de rythme cardiaque : Ces informations servent à contrôler le rythme cardiaque du patient afin de pouvoir réagir très rapidement en cas de crise cardiaque ou comportement anormal du cœur. Avec les données envoyées par le moniteur, le spécialiste peut décider d effectuer une intervention immédiate et envoyer une ambulance au patient avec le traitement nécessaire et approprié à l intérieur. 8

19 Moniteur de glucose et pompe à insuline : Pour les patients diabétiques, les moniteurs de glucose dans un BAN peuvent aider le patient à réguler le taux de glucose sanguin. En résumé, les applications des réseaux BAN dans le secteur médical permettent le suivi des patients à distance et améliorent l efficacité de soin à domicile Applications non-médiacles Ces applications concernent essentiellement le divertissement, le sport et la localisation. Il s agit d échange de flux audio et vidéo, transfert des fichiers, commande à distance et la localisation des objets ou d individus. Le réseau est composé de différents éléments d usage quotidien tels que la montre, le téléphone mobile, les lunettes, le kit oreillette sans fil... Parmi les exemples d utilisation nous pouvons citer : Echange audio et vidéo entre le téléphone mobile ou le PDA et les écouteurs sans fil Affichage de l appelant sur la montre Affichage sur la montre ou la lunette sans fil de la liste de lecture du baladeur Contrôle du PDA ou téléphone mobile par la montre, la voiture ou un contrôleur externe Monitoring sportif et contrôle des entraînements physiques Appel visio avec les lunettes sans fil ou la montre pour afficheur Jeux en ligne sans fil Interaction avec les autres réseaux (PAN, LAN... ) pour le transfert des fichiers et des données 2.3 Types de liaisons Le groupe de travail des réseaux BAN dans ses publications différencie plusieurs types de liaisons dans un réseau BAN suivant la position [20]. Ainsi, l élément est dit implant s il est situé à l intérieur du corps, Body surface s il est situé sur le corps (peau ou vêtements) et enfin external s il est éloigné du corps avec une distance maximale de 5m. Le groupe a défini les liaisons suivant les différents scénarios qui peuvent exister entre ces éléments. Il a extrait 4 types de modèles du canal BAN suivant ces liaisons. La figure 2.2 montre ces différents types de liaison. Nous distinguons le canal CM1 qui concerne les communications entre implants, le canal CM2 pour communication implant élément de surface (Body surface) ou external, canal CM3 pour deux éléments à la surface du corps et enfin le canal CM4 pour un élément de surface et un external. Le tableau 2.1 présente les 4 modèles des canaux avec les fréquences et les types de liaisons associés. 2.4 Spécifications techniques Le prochain standard IEEE définira les couches MAC et PHY pour une communication sans fil à courte portée sur et autour le corps humain. Le standard a pour finalité de supporter une communication sans fil à faible complexité, coût et consommation et fiable pour satisfaire les différentes applications et services cités dans la section

20 FIG. 2.2 Liaisons possibles dans un réseau BAN. Liaison Bande de fréquence Modèle du canal Implant vers Implant MHz CM1 Implant vers Body Surface ou External MHz CM2 Body Surface vers Body Surface 13.5, 50, 400, 600, 900 MHz CM3 2.4, GHz Body Surface vers External 13.5, 50, 400, 600, 900 MHz CM4 2.4, GHz TAB. 2.1 Modèles du canal BAN et liaisons associées. Dans cette section, nous étudions les spécifications techniques que doivent répondre le prochain standard et que nous devons prendre en considération lors de la conception technique du réseau BAN [19]. Topologie : Les composants du réseau doivent être en proximité, sur ou à l intérieur du corps humain. Le lien entre ces composants doit être bi-directionnel. La procédure de connexion et déconnexion doit être simple et dynamique. Le durée de cette procédure est inférieure à 3 secondes. Un réseau médical type consiste en 6 nœuds. La configuration du réseau doit supporter plus que 256 nœuds. Débits : Le débit individuel entre deux nœuds BAN est compris entre 10 kb/s et 10 Mb/s. Portée : Une portée minimale de 3 mètres doit être supportée entre deux nœuds du réseau BAN. Pour cette portée, le taux d erreur par paquet doit être inférieur à 10% pour un paquet de données 10

Sécurisation d un lien radio impulsionnel ultra large bande UWB-IR

Sécurisation d un lien radio impulsionnel ultra large bande UWB-IR Sécurisation d un lien radio impulsionnel ultra large bande UWB-IR Encadré par: Jean-Marie GORCE, Cédric LAURADOUX et Benoit MISCOPEIN Ahmed BENFARAH 09/06/2011, présentation au séminaire CITI Plan de

Plus en détail

BeSpoon et l homme Connecté

BeSpoon et l homme Connecté BeSpoon et l homme Connecté Paris 25 et 26 Mars BeSpoon est une société «Fabless» qui a développé en collaboration avec le CEA-Leti un composant IR-UWB (Impulse Radio Ultra Wide Band) dédié à la localisation

Plus en détail

Communications Numériques et Théorie de l Information Contrôle de Connaissances avec documents Mardi 24 juin - 13h30 à 15h00

Communications Numériques et Théorie de l Information Contrôle de Connaissances avec documents Mardi 24 juin - 13h30 à 15h00 Communications Numériques et Théorie de l Information Contrôle de Connaissances avec documents Mardi 4 juin - 13h30 à 15h00 Système de télérelevage par satellite On se propose d étudier le fonctionnement

Plus en détail

Systèmes de transmission

Systèmes de transmission Systèmes de transmission Conception d une transmission série FABRE Maxime 2012 Introduction La transmission de données désigne le transport de quelque sorte d'information que ce soit, d'un endroit à un

Plus en détail

Solution PLM pour la vente au détail de PTC

Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM de PTC pour la vente au détail Dans les délais. À la mode. Dans le budget. La solution PLM de PTC pour la vente au détail transforme la manière

Plus en détail

Les capteurs biomédicaux

Les capteurs biomédicaux Les capteurs La gestion des échanges entre les capteurs et les applications médicales Référence : Frédérique Laforest 1 Au programme : distante 3. Un exemple : 802.15.4/ZigBee 2 1.1 Contexte 1.2 Objectifs

Plus en détail

Synthèse théorique des méthodes de transmission binaires sur les canaux vocodés

Synthèse théorique des méthodes de transmission binaires sur les canaux vocodés Synthèse théorique des méthodes de transmission binaires sur les canaux vocodés I Introduction On cherche à moduler des données binaires dans le but de les transmettre sur des canaux vocodés. Afin de transmettre

Plus en détail

RadioSens. Systèmes de communication par radio sans bandes de sécurité. argumentaire de ventes

RadioSens. Systèmes de communication par radio sans bandes de sécurité. argumentaire de ventes Systèmes de communication par radio sans bandes de sécurité argumentaire de ventes introduction Le système RadioSens est né de l effort de notre équipe d ingénieurs experts en télécommunications pour développer

Plus en détail

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION ) Caractéristiques techniques des supports. L infrastructure d un réseau, la qualité de service offerte,

Plus en détail

Chapitre 2 : communications numériques.

Chapitre 2 : communications numériques. Chapitre 2 : communications numériques. 1) généralités sur les communications numériques. A) production d'un signal numérique : transformation d'un signal analogique en une suite d'éléments binaires notés

Plus en détail

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1 Annexe 1 Résumé Gestion Capacity Planning Alternance réalisée du 08 Septembre 2014 au 19 juin 2015 aux MMA Résumé : Ma collaboration au sein de la production informatique MMA s est traduite par une intégration

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

CQPI Technicien qualité

CQPI Technicien qualité CQPI Technicien qualité Public concerné Salariés ou futurs salariés qui auront pour mission d assurer le contrôle de la qualité et de participer à l amélioration des modes de production et/ou à la mise

Plus en détail

Systèmes d information

Systèmes d information 11 Systèmes Cette famille rassemble des métiers dont la finalité est de concevoir, développer, exploiter et entretenir des solutions (logicielles et matérielles) répondant aux besoins collectifs et individuels

Plus en détail

Cours CCNA 1. Exercices

Cours CCNA 1. Exercices Cours CCNA 1 TD1 Exercices Exercice 1 : Décrivez les facteurs internes qui ont un impact sur les communications réseau. Les facteurs internes ayant un impact sur les communications sont liés à la nature

Plus en détail

INGENIERIE ET DEPLOIEMENT DE RESEAUX COMPLEXES WiMAX - INTERNET - VoIP

INGENIERIE ET DEPLOIEMENT DE RESEAUX COMPLEXES WiMAX - INTERNET - VoIP PRESENTATION DE LA PROBLEMATIQUE Dans le cadre de la dérégulation des télécommunications d un pays Africain, un industriel Européen s appuyant sur sa filiale basée dans ce pays, souhaite devenir «ISP»

Plus en détail

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières)

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières) Gestion des Risques Nos métiers par activité La Gestion des Risques consiste principalement à maîtriser et à contrôler l ensemble des risques de Crédit Agricole CIB afin de minimiser le coût du risque

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion de placements collectifs et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des Textes

Plus en détail

L Internet des objets

L Internet des objets L Internet des objets L économie numérique entame une nouvelle phase de son évolution notamment avec le développement de l Internet des objets et la future 5G. Ces avancées ouvrent la voie à l avènement

Plus en détail

Radiocommande de Machines et Sécurité

Radiocommande de Machines et Sécurité Radiocommande de Machines et Sécurité 11/04/2013 Sommaire I. Présentation de Jay Electronique II. Principe de fonctionnement radio III. Sécurité IV. Radio/CEM V. Conclusion 2 I. Présentation de Jay Electronique

Plus en détail

Actualités de Rohde & Schwarz. No 192 (2007/I)

Actualités de Rohde & Schwarz. No 192 (2007/I) INSTRUMENTATION GENERALE 44 448 Les analyseurs de réseau haut de gamme de Rohde & Schwarz, en plus d avoir été dotés d une option pour des mesures de profils d impulsion, couvrent maintenant avec le nouveau

Plus en détail

Ch. 2 : Emetteur en Bande de Base

Ch. 2 : Emetteur en Bande de Base Ch. 2 : Emetteur en Bande de Base 1 1) Les codes en ligne 1-1) Principe des codes en ligne Codes en ligne binaire On suppose que le message numérique est constitué d une suite d éléments binaires α k,

Plus en détail

SYSTEME DE PALPAGE A TRANSMISSION RADIO ETUDE DU RECEPTEUR (MI16) DOSSIER DE PRESENTATION. Contenu du dossier :

SYSTEME DE PALPAGE A TRANSMISSION RADIO ETUDE DU RECEPTEUR (MI16) DOSSIER DE PRESENTATION. Contenu du dossier : SYSTEME DE PALPAGE A TRANSMISSION RADIO ETUDE DU RECEPTEUR (MI16) DOSSIER DE PRESENTATION Contenu du dossier : 1. PRESENTATION DU SYSTEME DE PALPAGE A TRANSMISSION RADIO....1 1.1. DESCRIPTION DU FABRICANT....1

Plus en détail

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002)

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) L'approche processus D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Diaporama : Marie-Hélène Gentil (Maître de Conférences,

Plus en détail

Simple Utilisateur Mai 2008 Mai 2009 02

Simple Utilisateur Mai 2008 Mai 2009 02 Les réseaux sans fil (WiFi) Date de Date de Version Public Cible Publication Révision Simple Utilisateur Mai 2008 Mai 2009 02 Introduction Un réseau sans fil est un réseau dans lequel au moins deux terminaux

Plus en détail

Intérêt du découpage en sous-bandes pour l analyse spectrale

Intérêt du découpage en sous-bandes pour l analyse spectrale Intérêt du découpage en sous-bandes pour l analyse spectrale David BONACCI Institut National Polytechnique de Toulouse (INP) École Nationale Supérieure d Électrotechnique, d Électronique, d Informatique,

Plus en détail

TELEVISION NUMERIQUE

TELEVISION NUMERIQUE REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie --------------------- UNIVERSITE DE YAOUNDE I ---------------------- ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE ---------------------- REPUBLIC OF CAMEROUN Peace

Plus en détail

Patrice Pajusco Division R&D

Patrice Pajusco Division R&D Patrice Pajusco Division R&D 24 octobre 2006 1 2 3 4 Techniques de caractérisation Résultats expérimentaux Paramètres d'analyse statistique Modélisation statistique 1 1 Données indispensables aux modèles

Plus en détail

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 OutsourcINg Pas à pas vers de bonnes exigences Outsourcing 10 11 Pas à pas vers de bonnes

Plus en détail

ASSITANCE TECHNIQUE CONTRAT de PRESTATION. Outil de collecte des données de roulage

ASSITANCE TECHNIQUE CONTRAT de PRESTATION. Outil de collecte des données de roulage ASSITANCE TECHNIQUE CONTRAT de PRESTATION Outil de collecte des données de roulage DATE : 28/10/2015 REFERENCE N VEH09-MOOVE-CDC3 1. INTERLOCUTEURS DU PROJET CHEF DE PROJET : Nom : Annie BRACQUEMOND Tél

Plus en détail

Colloque international francophone Nancy 9 février 2015 Formation à distance : Défis et opportunités de l assurance qualité interne et externe

Colloque international francophone Nancy 9 février 2015 Formation à distance : Défis et opportunités de l assurance qualité interne et externe Colloque international francophone Nancy 9 février 2015 Formation à distance : Défis et opportunités de l assurance qualité interne et externe Février 2015 L expérience de 2iE : 2007 à 2015 10.02.15 2

Plus en détail

L approche processus c est quoi?

L approche processus c est quoi? L approche processus c est quoi? D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Introduction Termes et définitions

Plus en détail

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting Mathis BAKARY 11/01/2013 Sommaire I. Présentation... 3 1. Activités... 3 2. Objectifs... 4 3. Localisation en Europe... 4 4. Localisation en France... 5 II. Stratégie...

Plus en détail

Développement itératif, évolutif et agile

Développement itératif, évolutif et agile Document Développement itératif, évolutif et agile Auteur Nicoleta SERGI Version 1.0 Date de sortie 23/11/2007 1. Processus Unifié Développement itératif, évolutif et agile Contrairement au cycle de vie

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion d OPCVM ou d OPCI et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des risques Textes

Plus en détail

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales La démarche d analyse et d accompagnement, constituée de 3 étapes telles qu elles sont

Plus en détail

INFORMATISER LES RÉSEAUX D'EAU

INFORMATISER LES RÉSEAUX D'EAU INFORMATISER LES RÉSEAUX D'EAU Informatiser les réseaux d'eau permet de : Cibler et rentabiliser les investissements patrimoniaux Optimiser le rendement du réseau Maîtriser le prix de l eau Améliorer le

Plus en détail

Présentation de m2ocity

Présentation de m2ocity Présentation de m2ocity Télérelevé ouvert et interopérable : solutions et usages innovants pour la ville durable Septembre 2012 Le télérelevé des compteurs et capteurs intelligents peut aider à apporter

Plus en détail

EMETTEUR ULB. Architectures & circuits. Ecole ULB GDRO ESISAR - Valence 23-27/10/2006. David MARCHALAND STMicroelectronics 26/10/2006

EMETTEUR ULB. Architectures & circuits. Ecole ULB GDRO ESISAR - Valence 23-27/10/2006. David MARCHALAND STMicroelectronics 26/10/2006 EMETTEUR ULB Architectures & circuits David MARCHALAND STMicroelectronics 26/10/2006 Ecole ULB GDRO ESISAR - Valence 23-27/10/2006 Introduction Emergence des applications de type LR-WPAN : Dispositif communicant

Plus en détail

Efficacité énergétique des réseaux de cœur et d accès

Efficacité énergétique des réseaux de cœur et d accès Efficacité énergétique des réseaux de cœur et d accès David Coudert Joanna Mouliérac, Frédéric Giroire MASCOTTE I3S (CNRS/Université Nice Sophia-Antipolis) INRIA Sophia-Antipolis Méditerranée 1 Contexte

Plus en détail

Colloque «Télécommunicationsréseaux du futur et services»

Colloque «Télécommunicationsréseaux du futur et services» Colloque «Télécommunicationsréseaux du futur et services» DITEMOI Robustesse et efficacité pour la diffusion de contenu sur liens Internet sans fil Le problème et les objectifs du projet La consultation

Plus en détail

Les techniques de multiplexage

Les techniques de multiplexage Les techniques de multiplexage 1 Le multiplexage et démultiplexage En effet, à partir du moment où plusieurs utilisateurs se partagent un seul support de transmission, il est nécessaire de définir le principe

Plus en détail

INGENIEUR DE CONCEPTION (INGC)

INGENIEUR DE CONCEPTION (INGC) Domaine : Sciences et Techniques Mention : Télécommunications et Informatique INGENIEUR DE CONCEPTION (INGC) La formation se déroule sur trois ans (6 semestres). Les étudiants doivent effectuer un stage

Plus en détail

Exemples d utilisation

Exemples d utilisation Exemples d utilisation Afin de vous donner une indication de la puissance de Librex, voici quelques exemples de la façon dont le logiciel peut être utilisé. Ces exemples sont des cas réels provenant de

Plus en détail

Solvabilité II Solution elearning

Solvabilité II Solution elearning Solvabilité II Solution Solvabilité II Solution Jusqu à présent les programmes Solvabilité II se sont surtout concentrés sur les éléments quantitatifs. La mise en place réussie de Solvabilité II exige

Plus en détail

Département de physique

Département de physique Département de physique Etude de la densité spectrale de puissance du bruit thermique dans une résistance Travail expérimental et rédaction du document : Jean-Baptiste Desmoulins (P.R.A.G.) mail : desmouli@physique.ens-cachan.fr

Plus en détail

DYNAMIC RATE CONTROL IN WIRELESS VIDEO COMMUNICATIONS. Rim HAMMI & Ken CHEN L2TI, Université Paris 13

DYNAMIC RATE CONTROL IN WIRELESS VIDEO COMMUNICATIONS. Rim HAMMI & Ken CHEN L2TI, Université Paris 13 DYNAMIC RATE CONTROL IN WIRELESS VIDEO COMMUNICATIONS Rim HAMMI & Ken CHEN L2TI, Université Paris 13 Plan 1 Introduction 2 Mécanisme et architecture 3 Algorithmes de régulation du débit vidéo Algorithme

Plus en détail

Mise à jour Apsynet DataCenter

Mise à jour Apsynet DataCenter Mise à jour Apsynet DataCenter Dans le cadre de sa stratégie d évolution produit, Apsynet propose à ses clients sous contrat de maintenance une mise à jour majeure annuelle. Celle-ci peut être complétée

Plus en détail

QoS et QoE : quelles méthodes et quelle corrélation pour évaluer la satisfaction des clients?

QoS et QoE : quelles méthodes et quelle corrélation pour évaluer la satisfaction des clients? QoS et QoE : quelles méthodes et quelle corrélation pour évaluer la satisfaction des clients? Forum FRATEL Conakry 19 et 20 mars 2013 Page 1 Plan de la présentation Définitions de la QoS et de la QoE Les

Plus en détail

Offre de formation département de télécommunications. Licence en Télécommunications

Offre de formation département de télécommunications. Licence en Télécommunications Offre de formation département de télécommunications Licence en Télécommunications 1. But de la formation La formation dispensée dans cette licence est de nature académique. Elle est organisée sous forme

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

LA TRANSMISSION SANS FIL HAUTE PERFORMANCE POUR LA DIFFUSION AUDIO & VIDEO

LA TRANSMISSION SANS FIL HAUTE PERFORMANCE POUR LA DIFFUSION AUDIO & VIDEO LA TRANSMISSION SANS FIL HAUTE PERFORMANCE POUR LA DIFFUSION AUDIO & VIDEO No wire, no compromise. BESOIN DE SOLUTIONS FLEXIBLES, FIABLES ET PERFORMANTES? VOTRE TEMPS EST PRÉCIEUX Placer les micros, installer

Plus en détail

S T E DELTA-C FORMATION UNIVERSITAIRE. Centre de Formation et d Appui Conseil pour le Développement Local

S T E DELTA-C FORMATION UNIVERSITAIRE. Centre de Formation et d Appui Conseil pour le Développement Local DELTA-C Centre de Formation et d Appui Conseil pour le Développement Local FORMATION UNIVERSITAIRE ETABLI EN 2009 PROGRAMMES DE LMD (LICENCES-MASTERS-DOCTORATS) Fiche Scientifique et Pédagogique DOMAINE

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

Contrôlez et Maîtrisez votre environnement de messagerie Lotus Notes Domino

Contrôlez et Maîtrisez votre environnement de messagerie Lotus Notes Domino Contrôlez et Maîtrisez votre environnement de messagerie Lotus Notes Domino avec MailFlow Analyzer TM un produit de l Infrastructure Management Suite TM Copyright COOPERTEAM SOFTWARE 2013 La gestion de

Plus en détail

Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale

Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale Présenté par : Demb Cheickysoul 1 INTRODUCTION Parfaitement adapté à l organisation de l entreprise par sa puissance de paramétrage, Sage 100 Gestion Commerciale

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

GLOSSAIRE DE LA TECHNOLOGIE MOBILE

GLOSSAIRE DE LA TECHNOLOGIE MOBILE GLOSSAIRE DE LA TECHNOLOGIE MOBILE PROFITEZ DU RÉSEAU. maintenant. Glossaire Glossaire de la technologie mobile 3G Accès distant Adaptateur Client sans fil ADSL AVVID Carte réseau Convergence GPRS Haut

Plus en détail

FICHE METIER. «Chef opérateur du son» Ingénieur du son (en prise de son) APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER

FICHE METIER. «Chef opérateur du son» Ingénieur du son (en prise de son) APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Chef opérateur du son Version 1 «Chef opérateur du son» APPELLATION(S) DU METIER Ingénieur du son (en prise de son) DEFINITION DU METIER Le chef opérateur du son assure les prises de son sur les lieux

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

La norme Wi-Fi N, kézako?

La norme Wi-Fi N, kézako? La norme Wi-Fi N, kézako? par Pierre SALAVERA Service Technique ACTN «Nous allons aujourd hui parler d une norme très récente en matière de Wi-Fi : la norme N. Je vais aujourd hui vous détailler le fonctionnement

Plus en détail

ECHOGRAPHE ET CAPTEUR. D.I.U. d Echocardiographie module 1

ECHOGRAPHE ET CAPTEUR. D.I.U. d Echocardiographie module 1 ECHOGRAPHE ET CAPTEUR D.I.U. d Echocardiographie module 1 Plan Généralités Capteur Echographe Traitement du signal Stockage Transport Généralités Historique the blue goose 1970 180 cm Généralités Historique

Plus en détail

MATHEMATIQUES ET SCIENCES POUR L INGENIEUR

MATHEMATIQUES ET SCIENCES POUR L INGENIEUR MASTER SCIENCES, TECHNOLOGIES, SANTE / STAPS MATHEMATIQUES ET SCIENCES POUR L INGENIEUR Spécialité Ingénierie Numérique, Signal-Image et Informatique Industrielle (INS3I) www.univ-littoral.fr OBJECTIFS

Plus en détail

Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie. - Bachelor -

Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie. - Bachelor - Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie - Bachelor - Lausanne, Février 2011 Au cours de l année 2010, l Institut de Psychologie de la Faculté des sciences sociales et politiques

Plus en détail

Ares Système d interception de Bandes C/L Thuraya

Ares Système d interception de Bandes C/L Thuraya Ares Système d interception de Bandes C/L Thuraya Supériorité des informations grâce à une analyse stratégique Introduction Dans un monde de crises et de conflits internationaux et dans le cadre de la

Plus en détail

Points forts : Amélioration de vos opérations d'atelier grâce à l'enregistrement rapide des informations de production précises et en temps réel

Points forts : Amélioration de vos opérations d'atelier grâce à l'enregistrement rapide des informations de production précises et en temps réel GESTION D ATELIER Le module de gestion d atelier dans Microsoft Business Solutions Axapta automatise la récupération des informations sur les horaires et la présence des employés, ainsi que celle des données

Plus en détail

SchemaFiber. Gestion topologique des réseaux de fibres optiques

SchemaFiber. Gestion topologique des réseaux de fibres optiques SchemaFiber Gestion topologique des réseaux de fibres optiques INTRODUCTION Ce que c est UN LOGICIEL SPÉCIALISÉ SchemaFiber est un logiciel qui permet la gestion des réseaux de fibres optiques sous forme

Plus en détail

Transmission de données. A) Principaux éléments intervenant dans la transmission

Transmission de données. A) Principaux éléments intervenant dans la transmission Page 1 / 7 A) Principaux éléments intervenant dans la transmission A.1 Equipement voisins Ordinateur ou terminal Ordinateur ou terminal Canal de transmission ETTD ETTD ETTD : Equipement Terminal de Traitement

Plus en détail

1 Partie mail (Jean-Luc Richier) environ 4 points

1 Partie mail (Jean-Luc Richier) environ 4 points Durée : 2 heures. Tous documents autorisés. Une partie des points tient compte de la clarté et de la présentation des réponses. Le barème est purement indicatif. Chaque partie devra être rédigée sur une

Plus en détail

PACK ON DEMAND. Solution SaaS pour PME

PACK ON DEMAND. Solution SaaS pour PME PACK ON DEMAND Solution SaaS pour PME 1 Yourcegid RH Pack On Demand : Solution de gestion de la Paie et des Ressources Humaines, dédiée aux PME, en mode SaaS. Un grand souffle sur les ressources humaines

Plus en détail

TECHNOLOGIE DE L OPTIQUE GUIDEE

TECHNOLOGIE DE L OPTIQUE GUIDEE REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie --------------------- UNIVERSITE DE YAOUNDE I ---------------------- ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE ---------------------- REPUBLIC OF CAMEROUN Peace

Plus en détail

Cartographie de compétences d un entrepreneur

Cartographie de compétences d un entrepreneur Cartographie de compétences d un entrepreneur Mission générale L entrepreneur définit la stratégie générale de l entreprise et supervise sa mise en œuvre Principales activités L entrepreneur fixe les objectifs

Plus en détail

Concours interne d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2010» Meilleure copie "étude de cas architecture et systèmes"

Concours interne d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2010» Meilleure copie étude de cas architecture et systèmes Concours interne d ingénieur des systèmes d information et de communication «Session 2010» Meilleure copie "étude de cas architecture et systèmes" Note obtenue : 14,75/20 HEBERGE-TOUT Le 25 mars 2010 A

Plus en détail

La carte d achat, c est quoi ça?

La carte d achat, c est quoi ça? La, c est quoi ça? C est un outil mis à disposition des structures publiques et privées qui modifie et simplifie l acte d approvisionnement : C est une carte bancaire nominative et sécurisée qui permet

Plus en détail

Securex : L humain avant tout

Securex : L humain avant tout Securex : L humain avant tout Qui sommes-nous? Spécialistes des ressources humaines, nous sommes à vos côtés pour vous conseiller et ce, quelles que soient les questions que vous vous posez en la matière.

Plus en détail

Projet audio. Analyse des Signaux ELE2700

Projet audio. Analyse des Signaux ELE2700 ÉCOLE POLYTECHNIQUE DE MONTRÉAL Département de Génie Électrique Projet audio Analyse des Signaux ELE2700 Saad Chidami - 2014 Table des matières Objectif du laboratoire... 4 Caractérisation du bruit...

Plus en détail

Module Projet Personnel Professionnel

Module Projet Personnel Professionnel Module Projet Personnel Professionnel Elaborer un projet personnel professionnel. Connaissance d un métier, d une entreprise ou d un secteur d activités. Travail individuel de recherche SUIO-IP Internet

Plus en détail

Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie

Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie Jan Bujnak Université de Zilina Slovaquie La parole dite et le texte écrit sur papier étaient la base ainsi que le seul moyen de transférer les informations

Plus en détail

Organisation du parcours M2 IR Les unités d enseignements (UE) affichées dans la partie tronc commun sont toutes obligatoires, ainsi que le stage et

Organisation du parcours M2 IR Les unités d enseignements (UE) affichées dans la partie tronc commun sont toutes obligatoires, ainsi que le stage et Organisation du parcours M2 IR Les unités d enseignements (UE) affichées dans la partie tronc commun sont toutes obligatoires, ainsi que le stage et l'anglais. L'étudiant a le choix entre deux filières

Plus en détail

C1 S informer. C1.1 Rechercher, Exploiter des documents

C1 S informer. C1.1 Rechercher, Exploiter des documents C1 S informer C1.1 Rechercher, Exploiter des documents Une commande Un besoin exprimé Expliciter le besoin*. Le service rendu, les utilisateurs, les conditions d'utilisation sont listés. Les performances

Plus en détail

s o l u t i o n s * * *

s o l u t i o n s * * * Sommaire Qui sommes nous? Notre métier Notre positionnement Une solution complète Notre champ d intervention Notre process Cas clients Nos références Contacts Qui sommes nous? Un éditeur de logiciels spécialisé

Plus en détail

TRANSPORT DE VOYAGEURS

TRANSPORT DE VOYAGEURS ATTENTION VISUEL BASSE DEF!!! FORMATION Transport LICENCE PROFESSIONNELLE TRANSPORT DE VOYAGEURS Le transport de voyageurs revêt différentes formes : transport urbain, inter-urbain, ou voyages touristiques

Plus en détail

Modulation et démodulation d amplitude.

Modulation et démodulation d amplitude. Modulation et démodulation d amplitude. P. Ribiere Collège Stannislas Année Scolaire 2014/2015 P. Ribiere (Collège Stannislas) Modulation et démodulation d amplitude. Année Scolaire 2014/2015 1 / 42 1

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Analyse des coûts projetés de la plate-forme SAP HANA

Analyse des coûts projetés de la plate-forme SAP HANA Étude Total Economic Impact réalisée par Forrester Pour SAP Directrice du projet : Shaheen Parks Avril 2014 Analyse des coûts projetés de SAP HANA Économies réalisables en migrant vers SAP HANA Synthèse

Plus en détail

Modélisation et Optimisation de la Planification de Réseaux Sans Fil

Modélisation et Optimisation de la Planification de Réseaux Sans Fil Modélisation et Optimisation de la Planification de Réseaux Sans Fil Thèse soutenue le 8 décembre 2008 par Alexandre GONDRAN Devant le Jury : M. Jean-Marie GORCE rapporteur Pr, INSA Lyon M. Olivier HUDRY

Plus en détail

Electronique pour les Machines mobiles.

Electronique pour les Machines mobiles. Electronique pour les Machines mobiles. Siège HYDAC Allemagne HYDAC Italie HYDAC Pays-Bas HYDAC France HYDAC Corée HYDAC Chine HYDAC USA Votre partenaire compétent pour les machines mobiles. Avec plus

Plus en détail

ANNEE 2013-2014. Le tableau ci-dessous présente ces unités d'enseignement ainsi que leurs coefficients et leurs volumes horaires respectifs.

ANNEE 2013-2014. Le tableau ci-dessous présente ces unités d'enseignement ainsi que leurs coefficients et leurs volumes horaires respectifs. ANNEE 2013-2014 PLAN DE FORMATION Licence Professionnelle en Alternance AII-SIAM «AUTOMATIQUE ET INFORMATIQUE INDUSTRIELLE» «SYSTEMES INDUSTRIELS AUTOMATISES ET MAINTENANCE» «PARCOURS AUTOMATISMES» 1 OBJECTIFS

Plus en détail

MODALITES DE CERTIFICATION DE LA PSE pour la session 2016

MODALITES DE CERTIFICATION DE LA PSE pour la session 2016 MODALITES DE CERTIFICATION DE LA PSE pour la session 2016 1. L épreuve de PSE au baccalauréat professionnel : 1.1. Les modifications : BO n 30 du 23 juillet 2015 À partir de la session 2016, l épreuve

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Intégration des systèmes voix et données de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation

Plus en détail

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires)

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires) PROBLEMATIQUE - L APPROCHE JADE Telecom L exploitation de réseaux de télécommunications implique pour les entreprises la prise en compte de différents points importants : La mise en place de personnel

Plus en détail

Simulation déterministe du canal de propagation UWB et Radio Cognitive

Simulation déterministe du canal de propagation UWB et Radio Cognitive Journées scientifiques CNFRS URSI Vers des radiocommunications reconfigurables et cognitives 28 et 29 mars 2006 Simulation déterministe du canal de propagation UWB et Radio Cognitive B. Uguen, F. Tchoffo

Plus en détail

Informations destinées aux clients Connexion aux systèmes SIX Financial Information. Juillet 2013

Informations destinées aux clients Connexion aux systèmes SIX Financial Information. Juillet 2013 Informations destinées aux clients Connexion aux systèmes SIX Financial Information Juillet 2013 Sommaire 1 Introduction 3 2 Solutions de connexion 4 2.1 Vue d ensemble 4 2.2 IP VPN via MPLS 5 2.2.1 Connexion

Plus en détail

S. CALVEZ. Travail réalisé au laboratoire GTL-CNRS Telecom / LOPMD Doctorat commun avec le Georgia Institute of Technology (Atlanta)

S. CALVEZ. Travail réalisé au laboratoire GTL-CNRS Telecom / LOPMD Doctorat commun avec le Georgia Institute of Technology (Atlanta) Laser à fibre pour les télécommunications multiplexées en longueur d onde : Etude de l accordabilité en longueur d onde et de la génération de trains d impulsions multi-longueurs d onde par voie électro-optique

Plus en détail

Université de La Rochelle. Réseaux TD n 6

Université de La Rochelle. Réseaux TD n 6 Réseaux TD n 6 Rappels : Théorème de Nyquist (ligne non bruitée) : Dmax = 2H log 2 V Théorème de Shannon (ligne bruitée) : C = H log 2 (1+ S/B) Relation entre débit binaire et rapidité de modulation :

Plus en détail

La gestion des flux d information : EDI

La gestion des flux d information : EDI La gestion des flux d information : EDI Introduction EDI (définition, composants, types et domaines d application) Les enjeux de l EDI La mise en œuvre de l EDI Conclusion Introduction Tâches Création

Plus en détail