Des outils pour soutenir la première ligne

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Des outils pour soutenir la première ligne"

Transcription

1 Ministère de la Santé et des Services sociaux Direction générale de la santé publique Des outils pour soutenir la première ligne afin de réaliser Colloque MI et ITSS Québec, 9 avril 2014 Claude Laberge, médecin-conseil, SLITSS, DGSP, MSSS Stéphane Roy, médecin-conseil, PMT, DSP de la Montérégie

2 Objectifs Identifier les nouveautés de la mise à jour 2014 des outils «Intervention préventive relative aux ITSS» Se familiariser avec les outils pour soutenir la 1 ère ligne afin de réaliser le dépistage des ITSS et l IPPAP selon l approche passive Se rappeler les stratégies efficaces pour soutenir l intégration de ces interventions dans les services de 1 ère ligne 2

3 Plan Outils disponibles pour le clinicien Intervention préventive relative aux ITSS Visite initiale et counseling prétest Visite subséquente et counseling post-test Soutien à l intégration des PCP Rôle des directions de santé publique Rappel sur les stratégies efficaces 3

4 Visite initiale Outils disponibles pour le clinicien Visite initiale et counseling prétest Aide-mémoire Renseignements complémentaires ITSS à rechercher Analyses et prélèvements recommandés Dépistage Counseling Estimation du risque Dépliants et brochures Ressources Vaccination et ITSS Vaccination section Documentation, rubrique Professionnels de la santé/outils, page Intervention préventive relative aux ITSS 4

5 Aide-mémoire Visite initiale et counseling prétest Objectif Présenter au clinicien les éléments à considérer au moment de la visite initiale Possibilité d y inscrire les renseignements recueillis et les interventions réalisées Disponible : en version française et anglaise dans certains dossiers médicaux électroniques (DME) 5

6 Renseignements complémentaires Objectif Présenter au clinicien différents renseignements pour faciliter l intervention préventive relative aux ITSS Mise à jour : mise à jour des sites internet, guides de pratique et outils présentés dans la fiche harmonisation du texte de la section IPPAP avec l outil Les partenaires sexuels, il faut s en occuper! 6

7 ITSS à rechercher selon les facteurs de risque décelés Nouveautés Nouvelles catégories Nouvelles indications Précisions INSPQ, Rapport du Sous-comité Facteurs de risque et ITSS à rechercher, à paraître, 2014 Objectif Guider le clinicien dans le choix des infections à rechercher dans le contexte du dépistage des ITSS 7

8 ITSS à rechercher selon les facteurs de risque décelés Nouvelles catégories ou modifications de catégories Nouveau partenaire sexuel ou plus d un concurremment depuis le dernier dépistage Personne originaire d une région où les ITS bactériennes, le VIH, l hépatite B ou l hépatite C sont endémiques Personnes incarcérées ou l ayant été Jeunes de la rue : retiré Personne recevant des services dans un centre de ressources en dépendance à des drogues INSPQ, Rapport du Sous-comité Facteurs de risque et ITSS à rechercher, à paraître,

9 ITSS à rechercher selon les facteurs de risque décelés Nouvelles indications Infection gonococcique pour : femme de 25 ans ou moins femme avec nouveau partenaire sexuel ou plus d un concurremment depuis le dernier dépistage homme de 25 ans ou moins résidant dans les régions des Terres-Cries de-la-baie-james ou du Nunavik VHC si HARSAH PVVIH INSPQ, Rapport du Sous-comité Facteurs de risque et ITSS à rechercher, à paraître,

10 ITSS à rechercher selon les facteurs de risque décelés Précisions Partenaires multiples: plus de 3 partenaires sexuels dans la dernière année Diagnostic d ITSS: au moment du diagnostic ou de la visite si non fait à ce moment-là UDI «même si une seule fois» Encadré indiquant quelles sont les régions endémiques Personnes qui veut dépistage en l absence de facteurs de risque dévoilés, après un counseling prétest: procéder aux tests demandés INSPQ, Rapport du Sous-comité Facteurs de risque et ITSS à rechercher, à paraître,

11 Dépistage: Prélèvements et analyses recommandés en fonction de l infection recherchée Objectif Aider le clinicien à décider des prélèvements à faire et des analyses à demander dans le contexte du dépistage des ITSS Nouveautés TAAN (Prélèvements sites extragénitaux) Choix des sites et analyses : éléments à considérer Délai minimal et période fenêtre Hépatite C INSPQ, Recommandations du Comité sur les analyses de laboratoire en lien avec les ITSS, à paraître,

12 Dépistage: Prélèvements et analyses recommandés en fonction de l infection recherchée TAAN sites à privilégier homme ou femme selon les caractéristiques des personnes selon les pratiques sexuelles TAAN ou culture? selon les sites selon les situations selon les facteurs de risque INSPQ, Recommandations du Comité sur les analyses de laboratoire en lien avec les ITSS, à paraître,

13 Dépistage: Prélèvements et analyses recommandés en fonction de l infection recherchée TAAN sites extra génitaux Prélèvements ano-rectaux ou pharyngés: non recommandés dans la population générale : probabilité d obtenir un résultat Faux + utilisation peut être recommandée certaines situations (relation orale avec une personne atteinte d une infection gonococcique) chez des populations spécifiques (HARSAH et travailleuses du sexe) Vérifier avec le laboratoire serveur si ces sites de prélèvements sont acceptés INSPQ, Recommandations du Comité sur les analyses de laboratoire en lien avec les ITSS, à paraître,

14 Dépistage: Prélèvements et analyses recommandés en fonction de l infection recherchée Choix des sites et des analyses Particularités et éléments à considérer 1 er, 2 e et, parfois, 3 e choix examen pelvien ou non (C.t. ou N.g.) analyses effectuées chez les partenaires de personnes infectées (N.g.) analyses offertes par le laboratoire serveur: VIH test combinant détection des anti-vih 1 et 2 et l Ag p24 À retenir: Privilégier le 1 er choix, meilleure sensibilité INSPQ, Recommandations du Comité sur les analyses de laboratoire en lien avec les ITSS, à paraître,

15 Dépistage: Prélèvements et analyses recommandés en fonction de l infection recherchée Choix des analyses Particularités et éléments à considérer Hépatite C: selon le statut sérologique 1. aucun résultat positif antérieur: faire l anti VHC, si résultat de l anti-vhc+, compléter le dépistage avec ARN du VHC 2. si résultats antérieurs: Anti VHC + et ARN VHC - - ou inconnu: faire l ARN du VHC INSPQ, Recommandations du Comité sur les analyses de laboratoire en lien avec les ITSS, à paraître,

16 Dépistage: Prélèvements et analyses recommandés en fonction de l infection recherchée Délai minimal et fin de la période fenêtre Modifications syphilis, VHB et VHC: 12 semaines Analyses qui raccourcissent le délai minimal VIH: test combinant anti-vih et AgP24 VHC: ARN du VHC Moment opportun pour dépister INSPQ, Recommandations du Comité sur les analyses de laboratoire en lien avec les ITSS, à paraître,

17 Dépistage: Prélèvements et analyses recommandés en fonction de l infection recherchée Des nouveautés, oui, mais. Renseignements présentés à titre indicatif des pistes pour guider l intervention jugement clinique toujours approprié : consulter les sections correspondantes du GQDITSS Herpès et condylomes aucun test à des fins de dépistage INSPQ, Recommandations du Comité sur les analyses de laboratoire en lien avec les ITSS, à paraître,

18 Dépistage: Prélèvements et analyses recommandés en fonction de l infection recherchée Des nouveautés, oui, mais. Consulter son laboratoire serveur afin de connaître: les analyses disponibles dans son milieu les sites de prélèvement acceptés les conditions à respecter (prélèvement, conservation et transport des spécimens) INSPQ, Recommandations du Comité sur les analyses de laboratoire en lien avec les ITSS, à paraître,

19 Dépistage: Prélèvements et analyses recommandés en fonction de l infection recherchée Des nouveautés à suivre! Analyses recommandées pour le dépistage du l hépatite B en cours de révision Analyses recommandées pour le dépistage du l hépatite C chez les immunosupprimés ou PVVIH en cours de révision INSPQ, Recommandations du Comité sur les analyses de laboratoire en lien avec les ITSS, à paraître,

20 Estimation du risque associé aux activités sexuelles Objectif Soutenir le clinicien dans l évaluation du risque associé à diverses activités sexuelles et dans le counseling visant l adoption de comportements sécuritaires Nouveautés: Effet de la charge virale sur le risque de transmission du VIH (et conditions requises) Précision sur le risque de transmission du VHC À venir: Mise à jour globale dans le cadre de la diffusion # 2 (travaux en cours) INSPQ. Consensus d experts : charge virale et risque de transmission du VIH. À paraître,

21 Vaccination et ITSS Objectifs Permettre au clinicien de connaître les indications vaccinales en rapport avec la sexualité ou la consommation de drogues Donner des précisions sur les vaccins gratuits Mise à jour PIQ 2013 Protocole d immunisation du Québec d d/6335dde40226af cc d?opendocument 21

22 Liste de dépliants et brochures à l intention des patients Objectif Permettre au clinicien de connaître les brochures et les dépliants qu il pourra remettre à ses patients afin de soutenir son intervention Mise à jour Retrait des brochures qui ne sont plus disponibles Mise à jour des sites internet et hyperliens 22

23 Ressources Objectif Permettre au clinicien de connaître les différentes ressources destinées aux professionnels de la santé, au grand public et aux personnes atteintes d une ITSS ainsi que les sites Internet pertinents afin qu il puisse soutenir plus efficacement son patient Mise à jour Coordonnées et horaire Publications disponibles Sites internet 23

24 Visite subséquente Outils disponibles pour le clinicien Visite subséquente et counseling post-test Aide-mémoire Renseignements complémentaires Guides sur le traitement pharmacologique des ITSS (INESSS) IPPAP Les partenaires sexuels, il faut s en occuper! Estimation du risque Dépliants et brochures Ressources Vaccination Vaccination et ITSS Traitement Counseling 24

25 Aide-mémoire Visite subséquente et counseling post-test Objectif Présenter au clinicien les éléments à considérer au moment de la visite subséquente Possibilité d y inscrire les renseignements recueillis et les interventions réalisées Disponible : en version française et anglaise dans certains dossiers médicaux électroniques (DME) 25

26 Guides sur le traitement pharmacologique des ITSS Produits par l INESSS Objectif Soutenir les différents praticiens (omnipraticiens, médecins spécialistes, pharmaciens et personnel infirmier) quant à la prise en charge du traitement pharmacologique des patients ayant une ITSS Disponibles en versions française et anglaise 82&cHash=cbf971210b964ef6dfc8f2cfec

27 IPPAP: Rappel Intervention Préventive auprès des Personnes Atteintes d une ITS et auprès de leurs Partenaires Qu est-ce que l IPPAP? Intervention qui vise à soutenir les personnes atteintes d une ITS pour qu elles avisent tous leurs partenaires (réguliers ou occasionnels) de leur exposition à une ITS et de la nécessité qu ils soient évalués, dépistés et traités Soutien d un clinicien (approche passive) Pour toutes les personnes atteintes d une ITSS (inclus dans le counseling post-test) Pour qu elles avisent elles-mêmes leurs partenaires Suivi si nécessaire (suivi non systématique) Dans certains cas: information à la personne atteinte qu elle pourra être contactée par la DSP (approche négociée, lorsqu intervention plus soutenue requise) 27

28 IPPAP Un outil pour les cliniciens Une brochure pour les personnes atteintes Des cartes de notification pour les partenaires 28

29 Les partenaires sexuels, il faut s en occuper! Une version améliorée! Objectifs Précision période de contagiosité (syphilis) Ajout de l herpès génital et des condylomes Ajout d une section «Comment préparer la personne atteinte à aviser ses partenaires» Cas «prioritaires» n y sont plus précisés Préciser le rôle des différents professionnels de la santé Permettre d identifier les partenaires à joindre en fonction de la période de contagiosité Présenter des moyens pour que l intervention préventive auprès de la personne atteinte soit réalisée 29

30 Les partenaires sexuels, il faut s en occuper! Intervention auprès de la personne atteinte d une ITSS Discuter de l importance de l intervention auprès de ses partenaires Déterminer les partenaires devant être joints en fonction de la période de contagiosité Soutenir la personne dans sa démarche préparation de la personne atteinte à aviser ses partenaires documentation pertinente (brochure, carte, sites internet, etc.) information sur les services offerts pour l appuyer dans sa démarche (santé publique) 30

31 Les partenaires sexuels, il faut s en occuper! Afin que les partenaires Soient informés de la nécessité d un examen, d un dépistage et d un traitement Reçoivent l information sur les ITS et, en particulier, sur l ITS concernée les conseils sur les moyens de diminuer le risque de contracter ou de transmettre l infection les coordonnées où s adresser pour être évalués et traités 31

32 Les partenaires sexuels, il faut s en occuper! Comment préparer la personne atteinte à aviser ses partenaires? Donner de l information sur l infection afin que la personne atteinte puisse ensuite informer ses partenaires Remettre des outils Entre caresses et baisers, une ITS s est faufilée Il faut en parler! Cartes de notification Adresses de sites internet Liste de ressources et autres outils régionaux ou locaux 32

33 Les partenaires sexuels, il faut s en occuper! Comment préparer la personne atteinte à aviser ses partenaires? Sensibiliser aux avantages qu elle peut tirer de l intervention diminuer son risque de réinfection être vue comme une personne responsable Faire comprendre que ses partenaires doivent être avisés mais surtout évalués, dépistés et traités rapidement, même si pas de symptômes 33

34 Les partenaires sexuels, il faut s en occuper! Comment préparer la personne atteinte à aviser ses partenaires? Discuter de la stratégie à adopter pour aviser ses partenaires privilégier un environnement confortable et sécuritaire choisir le meilleur moyen selon la situation dans certaines situations, lui suggérer de se faire accompagner d un ami ou d un parent Lui présenter les différents services : pour l appuyer dans sa démarche où ses partenaires pourront être évalués, dépistés et traités rapidement 34

35 Entre caresses et baisers, une ITS s est faufilée Il faut en parler Objectif Soutenir la personne infectée en lui donnant de l information sur les ITS et sur les moyens de protection ainsi que des outils pour faciliter sa démarche de notification à ses partenaires 35

36 Entre caresses et baisers, une ITS s est faufilée Il faut en parler Pourquoi remettre cette brochure? Permet de renforcer l intervention préventive, qui consiste à : Informer la personne atteinte sur les ITS et les moyens de les prévenir Sensibiliser cette personne à la pertinence de l intervention préventive auprès de ses partenaires sexuels L aider à aviser ses partenaires Quand remettre cette brochure? Lorsque le clinicien informe une personne qu elle est atteinte d une ITS MSSS, Guide d intervention ITS-MADO, 2014, annexe 14 36

37 Entre caresses et baisers, une ITS s est faufilée Il faut en parler Comment utiliser cette brochure? Le clinicien doit : Expliquer le contenu et l utilité de la brochure à la personne atteinte Insérer un feuillet indiquant les ressources de la région utiles pour la personne atteinte d une ITS et ses partenaires (remettre à la personne atteinte autant de copies qu elle a de partenaires à joindre) Imprimer et remettre des copies supplémentaires de la carte de notification, selon le nombre de partenaires à retracer Guide d intervention ITS-MADO, 2014, annexe 14 37

38 Carte de notification Destinée aux partenaires Comprend: information (modes de transmission et symptômes) sur l ITS en cause tests de dépistage disponibles traitement recommandé mesures préventives références si nécessaire 38

39 Carte de notification Pourquoi encourager l utilisation de la carte de notification? Stratégie qui augmente l efficacité de l intervention préventive effectuée par le professionnel de la santé: permet d augmenter le nombre de partenaires joints et traités permet d éviter à la personne atteinte d être réinfectée donne une plus grande légitimité à la personne atteinte lorsqu elle informe ses partenaires permet au partenaire d être informé sur la nécessité de consulter et de se protéger 39

40 Carte de notification Comment l utilisation de cette carte peut-elle aider la personne atteinte? Formulation adéquate des messages à transmettre aux partenaires sexuels Carte qui peut servir à préserver l anonymat de la personne atteinte si certaines précautions sont prises Sites Internet Information sur les ITS et trucs pour la notification: Portail santé mieux être (site pour le grand public): Site pour les jeunes:

41 Plan Outils disponibles pour le clinicien Intervention préventive relative aux ITSS Visite initiale et counseling prétest Visite subséquente et counseling post-test Soutien à l intégration des PCP Rôle des directions de santé publique Rappel sur les stratégies efficaces 41

42 Soutien à l intégration des PCP Pratiques cliniques préventives rappel Que sont les PCP? Interventions individuelles démontrées efficaces (counseling, dépistage, immunisation et chimioprophylaxie) Réalisées par un professionnel de la santé dans un contexte clinique Utilisées pour promouvoir la santé et prévenir les maladies Source: PROVOST, M.-H., et autres. Description, impact et conditions d efficacité des stratégies visant l intégration de la prévention dans les pratiques cliniques : revue de la littérature, Québec, ministère de la Santé et des Services sociaux, 2007, 168 p. (Collection L intégration de pratiques cliniques préventives) À qui s adressent les PCP-ITSS? aux personnes à risque d ITSS aux personnes atteintes d une ITSS et à leurs partenaires Source: MSSS, Programme national de santé publique Mise à jour

43 Soutien à l intégration des PCP Rappel Quel est le rôle des directions de santé publique? Soutenir les milieux cliniques dans l intégration ou l optimisation des PCP Planifier une offre de services qui s adresse aux cliniciens et assurer sa mise en œuvre Source: MSSS, Programme national de santé publique Mise à jour

44 Soutien à l intégration des PCP Soutien des milieux cliniques Concrètement??? Un exemple: mener à bien l IPPAP réalisée par les cliniciens dans les services de première ligne 44

45 Soutien à l intégration des PCP Rappel Où se situe l IPPAP? Composante essentielle du counseling effectué auprès des personnes atteintes d une ITSS Intervention démontrée efficace, réalisée au niveau «individuel» qui a des effets au niveau «populationnel» Responsabilité partagée entre les DSP et les cliniciens Source: MSSS, Guide d intervention ITS-MADO,

46 Soutien à l intégration des PCP IPPAP réalisée par les cliniciens Des outils disponibles Pour les cliniciens: Les partenaires sexuels, il faut s en occuper! Pour les personnes atteintes: Entre caresses et baisers une s est faufilée Il faut en parler! Pour les partenaires: Carte de notification mais,! 46

47 Soutien à l intégration des PCP Trois publications PROVOST, M.-H., et autres. Description, impact et conditions d efficacité des stratégies visant l intégration de la prévention dans les pratiques cliniques : revue de la littérature (MSSS, 2007) GROULX, S., Guide pour la promotion et le soutien des pratiques cliniques préventives. (MSSS, 2007) PROVOST, M.-H., L. MOREAULT et L. CARDINAL. Accompagner un changement dans les pratiques cliniques préventives : apprentissages et conditions critiques. Rapport de recherche-action (MSSS, 2013)

48 Efficacité des stratégies Deux rencontres d appropriation L intégration des PCP relatives aux ITSS, juin 2009 S habileter à promouvoir et à soutenir les PCP ITSS dans les milieux cliniques, octobre 2010

49 Efficacité des stratégies Distribution de matériel éducatif aux cliniciens Utilisée seule, stratégie inclassable pour les PCP parce que aucune étude traitant de promotion de la santé, de prévention ou de protection n a évalué cette stratégie de façon unique Interventions multifacettes Stratégie reposant sur une combinaison d interventions démontrée efficace! PROVOST, M.-H., et autres. Description, impact et conditions d efficacité des stratégies visant l intégration de la prévention dans les pratiques cliniques : revue de la littérature, Québec, MSSS, 2007, 168 p. (Collection L intégration de pratiques cliniques préventives) 49

50 Appui d un cadre conceptuel INSPQ, direction de la recherche, formation et développement. Animer un processus de transfert des connaissances : bilan des connaissances et outil d animation, Montréal, Gouvernement du Québec, octobre 2009, 79 p. mer-un-processus-detransfert-des-connaissances 50

51 Les différentes étapes du processus de transfert des connaissances MSSS Agences Cliniciens: médecins et infirmières INSPQ. Animer un processus de transfert des connaissances : bilan des connaissances et outil d animation, 2009, figure 4, page 16 [ 51

52 Les différentes étapes du processus de transfert des connaissances ADAPTATION Agences Adaptation selon les besoins et les caractéristiques régionales et locales Les partenaires sexuels, il faut s en occuper! IPPAP : Les DSP doivent faire connaître les services offerts dans leur région (ITS prioritaires) Carte de notification : Les ASSS, en collaboration avec les CSSS, doivent s assurer que les partenaires pourront recevoir un traitement, être dépistés et bénéficier d un counseling approprié et rendre les informations requises disponibles F 52

53 Les différentes étapes du processus de transfert des connaissances DIFFUSION Distribution des outils: choisir le bon moment! Profiter de la mise à jour 2014 de l outil Les partenaires sexuels, il faut s en occuper!, la refonte du dépliant Entre caresses et baisers une (chlamydia/gonorrhée, syphilis, VIH) s est faufilée il faut en parler! la publication de tablettes de cartes de notification distinctes du dépliant (nombre distribué selon les besoins la réception d une déclaration MADO-ITS Utiliser les communautés de pratique, les bulletins régionaux et autres moyens de communication selon disponibilité 53

54 Les différentes étapes du processus de transfert des connaissances RÉCEPTION - ADOPTION - APPROPRIATION Interventions multifacettes Choix d un leader d opinion local Recherche d un consensus au niveau local Formation INSPQ ou autres A Rencontres professionnelles Feedback Délégué médical ou autre : visite brève et répétée M I 54

55 Les différentes étapes du processus de transfert des connaissances Programmes nationaux de formation (INSPQ) Formation de base sur les Pratiques cliniques préventives liées aux ITSS Objectifs Accroître les connaissances de base sur les ITSS et les clientèles vulnérables Intégrer des pratiques cliniques préventives liées aux ITSS Clientèle cible: infirmières Modalités: Formation mixte, en ligne puis en présentiel Automne

56 Les différentes étapes du processus de transfert des connaissances Programmes nationaux de formation (INSPQ) Formation sur l entretien motivationnel But: Soutenir l optimisation et la diffusion de la pratique clinique de counselling chez les cliniciens et professionnels du réseau santé et services sociaux afin d accompagner les patients dans un processus de changement de comportement Pour l ensemble des PCP Formation de formateurs Juin et septembre 2014 À retenir : critères de recrutement et mandat des formateurs 56

57 Les différentes étapes du processus de transfert des connaissances RÉCEPTION - ADOPTION - APPROPRIATION Consulter les milieux cliniques Barrières à l intégration des PCP-ITSS? Impliquer les milieux cliniques Recherche de solutions spécifiques, selon leurs besoins 57

58 Les différentes étapes du processus de transfert des connaissances UTILISATION Interventions multifacettes Assurer une utilisation à long terme C système de rappel dossier médical électronique incitatif d ordre financier (code pour les médecins) équipes d amélioration de la qualité des soins personne responsable (infirmière GMF, etc.) Intégrer des interventions visant le patient (feuillet, dépliants, cartes, etc.) Planifier des interventions de masse à l aide des médias (campagnes, etc.) O

59 Conclusion À surveiller: des mises à jour des activités d appropriation 59

60 Conclusion À surveiller: des mises à jour des activités d appropriation 60

61 Favoriser l accès aux services de dépistage pour les jeunes Adapter l intervention Accompagner un changement dans les pratiques préventives en milieux cliniques de type GMF- CRQ Neuf apprentissages pour un changement dans les pratiques cliniques préventives 61

62 Remerciements Évelyne Fleury, Stéphane Roy, Marie-Carole Toussaint et Sylvie Venne Les membres du Comité ITSS de l INSPQ Les membres du Comité sur les analyses de laboratoire en lien avec les ITSS de l INSPQ Les membres des groupes de travail et du comité consultatif 62

63 Ministère de la Santé et des Services sociaux Direction générale de la santé publique Questions? Merci!

64 Sources de référence INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC, Rapport du Sous-comité Facteurs de risque et infections transmissibles sexuellement et par le sang à rechercher, Québec, INSPQ, à paraître (2014). INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC, Comité sur les analyses de laboratoire en lien avec les ITSS, Recommandations pour le dépistage des ITSS, à paraître (2014). INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC, Comité sur les ITSS, Consensus d experts : charge virale et risque de transmission du VIH, à paraître (2014). MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX, Guide d intervention Les infections transmissibles sexuellement à déclaration obligatoire, Québec, MSSS, MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX, Programme national de santé publique Mise à jour 2008, Québec, MSSS, 103 p., INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC, direction de la recherche, formation et développement. Animer un processus 64 de transfert des connaissances : bilan des connaissances et outil d animation, Montréal, Gouvernement du Québec, octobre 2009, 79 p. PROVOST, M.-H., et autres. Description, impact et conditions d efficacité des stratégies visant l intégration de la prévention dans les pratiques cliniques : revue de la littérature, Québec, ministère de la Santé et des Services sociaux, 2007, 168 p. (Collection L intégration de pratiques cliniques préventives)

AIDE- Message du directeur MÉMOIRE. Intervention préventive. auprès des personnes atteintes d une infection transmissible sexuellement

AIDE- Message du directeur MÉMOIRE. Intervention préventive. auprès des personnes atteintes d une infection transmissible sexuellement Message du directeur de la protection de la santé publique Les infections transmissibles sexuellement (ITS) touchent chaque année des milliers de Québécoises et de Québécois. Le phénomène est d ailleurs

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE Code : OC - 16 Date d émission : 7 juillet 2010 ORDONNANCE COLLECTIVE Date de révision : juillet 2013 Référence à un protocole de soins infirmiers OUI NON Objet : Activités de dépistage et détection des

Plus en détail

MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE

MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE DSC-DIR-04-01 MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE TYPE DE DOCUMENT : DIRECTIVE Expéditeur : Directrice des services à la clientèle Destinataires : Tout le personnel

Plus en détail

Guide québécois de dépistage des ITSS

Guide québécois de dépistage des ITSS Ministère de la Santé et des Services sociaux Direction générale de la santé publique Guide québécois de dépistage des ITSS Nouveautés de la mise à jour 2014 COLLOQUE MI ET ITSS THÈME IV : DES OUTILS POUR

Plus en détail

CHARTEOK.COM. CHARTE OK : Une charte d engagement

CHARTEOK.COM. CHARTE OK : Une charte d engagement k CHARTEOK.COM CHARTE OK : Une charte d engagement ACRONYMES HARSAH : Hommes ayant des relations sexuelles avec d autres hommes ITSS : Infection transmissible sexuellement et par le sang Édition 2015 TABLE

Plus en détail

La règle de soins infirmiers pour les activités de dépistage des infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS)

La règle de soins infirmiers pour les activités de dépistage des infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) La règle de soins infirmiers pour les activités de dépistage des infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) La règle de soins infirmiers pour les activités de dépistage des infections

Plus en détail

CHARTEOK.COM CHARTE OK : Une charte d engagement 2011

CHARTEOK.COM CHARTE OK : Une charte d engagement 2011 CHARTEOK.COM CHARTE OK : Une charte d engagement 2011 TABLE DES MATIÈRES Lexique La Charte OK en bref Introduction La Charte OK Engagement mutuel Engagement de l établissement Matériel de protection Matériel

Plus en détail

Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe Santé, Caisse Nationale RSI. Centre d analyse stratégique 10 mai 2010 1

Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe Santé, Caisse Nationale RSI. Centre d analyse stratégique 10 mai 2010 1 Quel rôle peuvent jouer les régimes d assurance maladie pour amener l individu à avoir une gestion active de son capital santé : l exemple du Parcours Prévention au RSI Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe

Plus en détail

La présente règle coloscopie (avec. l endoscope. coloscopie en. nécessaire et DIRECTIVES. b. Assurer le. e doit :

La présente règle coloscopie (avec. l endoscope. coloscopie en. nécessaire et DIRECTIVES. b. Assurer le. e doit : Règle de soins médicaux Technique de la coloscopie en duo INDICATION (situation visée) La présente règle de soins médicaux vise à préciser les conditions d encadrement de la coloscopie (avec endoscope)

Plus en détail

Sous la coordination de :

Sous la coordination de : Sous la coordination de : Nicole Marois Coordonnatrice professionnelle Unité des infections transmissibles sexuellement et par le sang Direction des risques biologiques et de la santé au travail Institut

Plus en détail

Soutenir les communautés des Premières Nations du Québec qui traversent des périodes de crises sociales.

Soutenir les communautés des Premières Nations du Québec qui traversent des périodes de crises sociales. TABLE DE CONCERTATION SUR LES PROBLÉMATIQUES DE CRISES SOCIALES DANS LES COMMUNAUTÉS DES PREMIÈRES NATIONS DU QUÉBEC TERMES DE RÉFÉRENCE INTRODUCTION La Table de concertation est le résultat d un partenariat

Plus en détail

DESCRIPTION DE POSTE

DESCRIPTION DE POSTE DESCRIPTION DE POSTE 1. IDENTIFICATION DE L'EMPLOI 1.1 Titre d'emploi : Agente ou agent de planification, de programmation et de recherche 1.2 Direction : Direction de la santé publique 1.3 Supérieur immédiat

Plus en détail

Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique.

Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique. Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique. Mandats Conseiller l Agence sur les orientations et les actions à privilégier en sécurité alimentaire; Planifier,

Plus en détail

Avis d'emploi vacant. Poste(s) supervisé(s) : Date d'affichage : 18 mars 2015. À propos de CATIE

Avis d'emploi vacant. Poste(s) supervisé(s) : Date d'affichage : 18 mars 2015. À propos de CATIE Titre du poste : Service : Relève de : Poste(s) supervisé(s) : Statut : Endroit : Courtier en connaissances, Programmes de santé sexuelle des hommes gais Échange des connaissances Directrice associée,

Plus en détail

IMPACT DE L ÉPIDÉMIE DES ITSS SUR L ORGANISATION DES SERVICES

IMPACT DE L ÉPIDÉMIE DES ITSS SUR L ORGANISATION DES SERVICES IMPACT DE L ÉPIDÉMIE DES ITSS SUR L ORGANISATION DES SERVICES LEVER LES BARRIÈRES POUR MIEUX TRAVAILLER EN RÉSEAU La lutte aux infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) est une priorité

Plus en détail

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE Dans ce document, les mots de genre féminin appliqués aux personnes désignent les femmes et les hommes, et vice-versa, si le contexte s y prête. LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE POSITION DE L AIIC

Plus en détail

Lettre d entente n o 245 Refus de paiement patient référé par le guichet d un CSSS

Lettre d entente n o 245 Refus de paiement patient référé par le guichet d un CSSS 119 À l intention des médecins omnipraticiens 21 août 2014 Lettre d entente n o 245 Refus de paiement patient référé par le guichet d un CSSS La Régie a constaté que plusieurs médecins se sont vu refuser

Plus en détail

Stratégies favorisant la rétention des familles dans les Services Intégrés en Périnatalité et pour la Petite Enfance : un

Stratégies favorisant la rétention des familles dans les Services Intégrés en Périnatalité et pour la Petite Enfance : un Stratégies favorisant la rétention des familles dans les Services Intégrés en Périnatalité et pour la Petite Enfance : un changement culturel à l ordre du jour dans les pratiques d intervention Frances

Plus en détail

Le dépistage du VIH. technologies et approches. Présenté par : Marc André LeBlanc Date : jeudi 21 novembre 2013, 13 h à 14 h HNE

Le dépistage du VIH. technologies et approches. Présenté par : Marc André LeBlanc Date : jeudi 21 novembre 2013, 13 h à 14 h HNE Le dépistage du VIH au Canada : technologies et approches Présenté par : Marc André LeBlanc Date : jeudi 21 novembre 2013, 13 h à 14 h HNE Objectifs 1. Discuter des différentes technologies servant au

Plus en détail

GESTION DU PLAN D INTERVENTION

GESTION DU PLAN D INTERVENTION GESTION DU PLAN D INTERVENTION 1. ENCADREMENTS LÉGAUX ET CADRES DE RÉFÉRENCE - Loi sur l instruction publique (LIP) - Une école adaptée à tous ses élèves : Politique de l adaptation scolaire (MELS) - Organisation

Plus en détail

Procédure pour la prescription d une analyse de laboratoire pour les pharmaciens sur le territoire du CIUSSS de l Estrie CHUS

Procédure pour la prescription d une analyse de laboratoire pour les pharmaciens sur le territoire du CIUSSS de l Estrie CHUS Référence : 4504-20-04 Procédure pour la prescription d une analyse de laboratoire pour les pharmaciens sur le territoire du CIUSSS de l Estrie CHUS 1. OBJECTIF Uniformiser le processus de prescription

Plus en détail

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR :

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR : MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : Direction des ressources humaines OBJET : Formation et développement des ressources humaines (excluant le personnel cadre) NUMÉRO : DRH-006 EN VIGUEUR :

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES Politique adoptée par la Résolution CA-2013-2014-7 du conseil d administration du Conservatoire à sa 26 e séance ordinaire tenue

Plus en détail

Dossiers personnels de l élève

Dossiers personnels de l élève Dossiers personnels de l élève Pauline Ladouceur Octobre 2008 - 2 - Principes de base à respecter: La protection des renseignements personnels repose sur trois principes de base : le nombre de renseignements

Plus en détail

Avis de l OIIAQ. concernant les lignes de conduite à l intention des infirmières auxiliaires qui sont atteintes d une infection hématogène

Avis de l OIIAQ. concernant les lignes de conduite à l intention des infirmières auxiliaires qui sont atteintes d une infection hématogène Avis de l OIIAQ concernant les lignes de conduite à l intention des infirmières auxiliaires qui sont atteintes d une infection hématogène Depuis quelques années, les infirmières auxiliaires, les enseignantes

Plus en détail

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Adopté par : Code : CD-176-2008 Page 1 de 6 Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Comité de direction Adopté le : 2008-10-07 Entré en vigueur le : 2008-10-07 Révisé le : Document(s) remplacé(s)

Plus en détail

On a souvent entendu que l information c est le pouvoir. En fait, c est le pouvoir d agir.

On a souvent entendu que l information c est le pouvoir. En fait, c est le pouvoir d agir. Le droit d être informé prend sa source dans les droits fondamentaux de la Charte des droits et libertés québécoise. L article 44 confirme que tout Québécois a droit à l information, sous réserve de la

Plus en détail

Activités d information, de promotion de la santé et de prévention de la maladie et des accidents dans le contexte de la physiothérapie

Activités d information, de promotion de la santé et de prévention de la maladie et des accidents dans le contexte de la physiothérapie Activités d information, de promotion de la santé et de prévention de la maladie et des accidents dans le contexte de la physiothérapie TABLE S MATIÈRES L ARTICLE 39.4 DU CO S PROFESSIONS PRINCIPALES DÉFINITIONS

Plus en détail

Résumé Soutenir l amélioration continue de la qualité des soins donnés aux personnes souffrant de maladies chroniques au Québec

Résumé Soutenir l amélioration continue de la qualité des soins donnés aux personnes souffrant de maladies chroniques au Québec Résumé Soutenir l amélioration continue de la qualité des soins donnés aux personnes souffrant de maladies chroniques au Québec Des indicateurs de qualité à l intention des professionnels et des gestionnaires

Plus en détail

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES Sommaire de la démarche de réorganisation SOMMAIRE Le programme régional Traité santé offre des services de réadaptation

Plus en détail

www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be

www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be Table des matières 1 Introduction...3 2 Pourquoi choisir Health@Work?...3 2.1 Concentrez-vous désormais sur vos activités clés...4 2.2 Nombreuses fonctionnalités

Plus en détail

NORME 12 TABLEAU DE NOTATION DES ÉLÉMENTS et FORMULAIRES D ÉVALUATION DES ÉLÉMENTS

NORME 12 TABLEAU DE NOTATION DES ÉLÉMENTS et FORMULAIRES D ÉVALUATION DES ÉLÉMENTS NORME 12 TABLEAU DE DES ÉLÉMENTS et FORMULAIRES D ÉVALUATION DES ÉLÉMENTS NORME 12 : SERVICES DE SANTÉ, DE CONSEILS PERSONNALISÉS ET D AIDE FINANCIÈRE À L INTENTION DES ÉTUDIANTS EN MÉDECINE Une faculté

Plus en détail

Formations et orientations Employé

Formations et orientations Employé Formations et orientations Employé Août 2011 Urgence Médicale Code Bleu 2 Formations et orientations Présentation du guide Soucieuse de la qualité des soins prodigués par ses employés, Urgence Médicale

Plus en détail

Mobiliser pour être prêt!! Christiane Rouleau UQAM 13 mars 2008

Mobiliser pour être prêt!! Christiane Rouleau UQAM 13 mars 2008 Mobiliser pour être prêt!! Christiane Rouleau UQAM 13 mars 2008 Un temps de réflexion Vous avez constaté la progression de l épidémie Vous savez que la prévention atteindra rapidement ses limites Beaucoup

Plus en détail

Rapport de la présidente

Rapport de la présidente Rapport de la présidente Rapport de la présidente 1. Bilan des réalisations 2013-2014 2. Priorités d actions 2014-2015 3. Deux leviers d envergure Exercice avril 2013 à mars 2014 Conseil d administration

Plus en détail

Modèle de profil de compétences en organisation communautaire en CSSS

Modèle de profil de compétences en organisation communautaire en CSSS Modèle de profil de compétences en organisation communautaire en CSSS Novembre 2010 La création d un profil de compétences en organisation communautaire en CSSS 1 s est imposée comme un des moyens pour

Plus en détail

Le dépistage néonatal et votre bébé : Un départ en santé pour une vie en meilleure santé

Le dépistage néonatal et votre bébé : Un départ en santé pour une vie en meilleure santé N ONATAL Le dépistage néonatal et votre bébé : Un départ en santé pour une vie en meilleure santé Un dépistage PréCoCe favorise Un TraiTemenT rapide En tant que nouveau ou futur parent, vous avez à cœur

Plus en détail

Document pour l auto-évaluation. Section D

Document pour l auto-évaluation. Section D Document pour l auto-évaluation Section D Section D Document pour l auto-évaluation Instructions pour utiliser le Document pour l auto-évaluation... Document pour l auto-évaluation... -D-1- -D-2- Document

Plus en détail

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Janvier 2010, Révisée en octobre 2012 1 BUT POURSUIVI PAR LA POLITIQUE

Plus en détail

L essentiel. Complément québécois

L essentiel. Complément québécois L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel

Plus en détail

2014-2015. Programme régional de formation

2014-2015. Programme régional de formation 2014-2015 Programme régional de formation L E C A D R E, U N G E S T I O N N A I R E D E P E R S O N N E S D A N S U N C O N T E X T E D E R É S E A U X D E S E R V I C E S À L A P O P U L A T I O N À

Plus en détail

GUIDE DE PRATIQUE. «L intervention précoce. auprès des enfants de 2. à 5 ans présentant un. retard global de. développement»

GUIDE DE PRATIQUE. «L intervention précoce. auprès des enfants de 2. à 5 ans présentant un. retard global de. développement» GUIDE DE PRATIQUE «L intervention précoce auprès des enfants de 2 à 5 ans présentant un retard global de développement» Ce GUIDE DE PRATIQUE (GP) «L intervention précoce auprès des enfants de 2 à 5 ans

Plus en détail

Projet de Service spécifique Antenne PSE de Coronmeuse 2014-2020

Projet de Service spécifique Antenne PSE de Coronmeuse 2014-2020 2014-2020 ANTENNE PSE DE CORONMEUSE Place Coronmeuse, 21 4040 HERSTAL 04/248 80 58 pse.herstal-coron@provincedeliege.be Code Fase : 5605 Projet de Service spécifique Antenne PSE de Coronmeuse 2 Sommaire

Plus en détail

L A GESTION INTÉGRÉE DES ABSENCES POUR RA ISONS DE SA NTÉ

L A GESTION INTÉGRÉE DES ABSENCES POUR RA ISONS DE SA NTÉ L A GESTION INTÉGRÉE DES ABSENCES POUR RA ISONS DE SA NTÉ Les grandes lignes du programme À l intention des gestionnaires du Mouvement Desjardins UNE APPROCHE NOVATRICE Le Mouvement Desjardins est soucieux

Plus en détail

Une approche novatrice en évaluation des bénéfices. Séminaire du CETO HEC Montréal Par Caroline Ménard et Michel Drouin 31 mars 2009

Une approche novatrice en évaluation des bénéfices. Séminaire du CETO HEC Montréal Par Caroline Ménard et Michel Drouin 31 mars 2009 Une approche novatrice en évaluation des bénéfices Séminaire du CETO HEC Montréal Par Caroline Ménard et Michel Drouin 31 mars 2009 1 1 Objectifs de la présentation Présenter brièvement le DSQ Présenter

Plus en détail

Présenté par: Responsable à la vie communautaire Ville de Granby

Présenté par: Responsable à la vie communautaire Ville de Granby SANTÉ PUBLIQUE POUR DÉBUTANT (CSSS 101) 1 Présenté par: Lorraine Deschênes: Chef des programmes de santé publique et d action communautaire, CSSS de la Haute-Yamaska Noel-André Delisle: Yvon Boisvert:

Plus en détail

La grippe, comment l éviter?

La grippe, comment l éviter? La grippe, comment l éviter? Marine LARRIERE, étudiante en soins infirmiers IFSI Laxou Promotion 2014/2017 Février 2015 Sommaire Qu est-ce que la grippe? Epidémie saisonnière de 2015 Les virus de la grippe

Plus en détail

Colloque des CII-CIR 2013. Manon Dugas, inf. M.Sc. Lise Soulière, inf. B. Sc.

Colloque des CII-CIR 2013. Manon Dugas, inf. M.Sc. Lise Soulière, inf. B. Sc. Défis associés aux changements de pratique en milieu de soins: l exemple des ITSS C Colloque des CII-CIR 2013 Manon Dugas, inf. M.Sc. Lise Soulière, inf. B. Sc. Examiner le rôle de l infirmière en prévention,

Plus en détail

Méthodes et outils de l analyse des pratiques professionnelles

Méthodes et outils de l analyse des pratiques professionnelles Méthodes et outils de l analyse des pratiques professionnelles Dr Nelly LE REUN, DIU soignant en gérontologie, Brest, 9 mai 2012 11/05/2012 1 Formation initiale Formation continue: acquisition de nouvelles

Plus en détail

P O L I T I Q U E. N o 320. du Conseil scolaire acadien provincial. Adoptée : le 1 er novembre 2014 Page 1 de 7

P O L I T I Q U E. N o 320. du Conseil scolaire acadien provincial. Adoptée : le 1 er novembre 2014 Page 1 de 7 TYPE DE POLITIQUE : TITRE DE LA POLITIQUE : Mode de gestion Communication Adoptée : le 1 er novembre 2014 Page 1 de 7 1. ÉNONCÉ Le Conseil scolaire acadien provincial (CSAP) considère que la communication

Plus en détail

RÈGLEMENTS, POLITIQUES ET PROCÉDURES

RÈGLEMENTS, POLITIQUES ET PROCÉDURES CÉGEP DE SEPT-ÎLES POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE VALORISATION DE LA LANGUE FRANÇAISE Service émetteur : Direction des études Instance décisionnelle : Conseil d administration Date d approbation : Le 20

Plus en détail

SOUTENIR LA DYADE AIDÉ-AIDANT : QUI SONT NOS PARTENAIRES?

SOUTENIR LA DYADE AIDÉ-AIDANT : QUI SONT NOS PARTENAIRES? SOUTENIR LA DYADE AIDÉ-AIDANT : QUI SONT NOS PARTENAIRES? Des services et du soutien dans les communautés pour les personnes touchées par la maladie d Alzheimer/maladies apparentées RÉDIGÉ PAR Mme Magalie

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié Chapitre 1 Définition et enjeux De tout temps, l homme a tenté de se protéger collectivement contre les maladies et les décès prématurés, notamment en luttant contre les épidémies et les agressions de

Plus en détail

Formation des formateurs

Formation des formateurs Organisation des Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.24 Procédures opérationnelles permanentes Formation des formateurs Approbation

Plus en détail

POLITIQUE 2500-031. ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11. MODIFICATION : Conseil d administration Résolution :

POLITIQUE 2500-031. ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11. MODIFICATION : Conseil d administration Résolution : POLITIQUE 2500-031 TITRE : Politique de gestion intégrée des risques ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11 MODIFICATION : Conseil d administration Résolution : ENTRÉE EN

Plus en détail

RECUEIL DE GESTION TITRE : IDENTIFICATION MP-SCP-01

RECUEIL DE GESTION TITRE : IDENTIFICATION MP-SCP-01 IDENTIFICATION MP-SCP-01 TITRE : PROCÉDURE RELATIVE AUX MALADIES TRANSMISSIBLES PAR LE SANG PRINCIPALEMENT LE VIH, LE SIDA ET L HÉPATITE B SECTEUR DE GESTION Services complémentaires et particuliers RÉSOLUTION

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

Dépistage VIH : des Test Rapides d Orientation d. Diagnostique. CDAG de Bichat. Cadre législatifl. Parcours habituel dans la CDAG :

Dépistage VIH : des Test Rapides d Orientation d. Diagnostique. CDAG de Bichat. Cadre législatifl. Parcours habituel dans la CDAG : Dépistage VIH : CDAG de Bichat Test Rapide d Orientation d Diagnostique CDAG Bichat Claude-Bernard Paris 75018 Sandrine Rumi (infirmière) Situé dans l'enceinte de l'hôpital. Environ 6000 tests VIH / an.

Plus en détail

RÔLE DU GESTIONNAIRE ET CHEF D ÉQUIPE SI

RÔLE DU GESTIONNAIRE ET CHEF D ÉQUIPE SI RÔLE DU GESTIONNAIRE ET CHEF D ÉQUIPE SI GESTIONNAIRE SI CHEF D ÉQUIPE SI Vision et connaissance du modèle Vision et connaissance du modèle Établit la structure et la vision du programme en fonction des

Plus en détail

DIRECTION QUÉBÉCOISE. Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie. Devis pédagogique 2014-2015

DIRECTION QUÉBÉCOISE. Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie. Devis pédagogique 2014-2015 DIRECTION QUÉBÉCOISE de cancérologie Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie Devis pédagogique 2014-2015 Édition : La Direction des communications du ministère de la Santé

Plus en détail

Programme québécois d aide financière aux personnes infectées par le virus de l hépatite C

Programme québécois d aide financière aux personnes infectées par le virus de l hépatite C Programme québécois d aide financière aux personnes infectées par le virus de l hépatite C Mars 2004 Le gouvernement du Québec offre une aide financière aux personnes qui ont été infectées par le virus

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE COMPLÉMENT 2013-2015 DU CENTRE JEUNESSE DE LAVAL ET DU CENTRE DE RÉADAPTATION EN DÉPENDANCE LAVAL

PLANIFICATION STRATÉGIQUE COMPLÉMENT 2013-2015 DU CENTRE JEUNESSE DE LAVAL ET DU CENTRE DE RÉADAPTATION EN DÉPENDANCE LAVAL PLANIFICATION STRATÉGIQUE COMPLÉMENT 2013-2015 DU CENTRE JEUNESSE DE LAVAL ET DU CENTRE DE RÉADAPTATION EN DÉPENDANCE LAVAL PLANIFICATION STRATÉGIQUE Complément 2013 2015 du Centre jeunesse de Laval et

Plus en détail

Fonds pour le recrutement de personnel infirmier et le maintien des effectifs

Fonds pour le recrutement de personnel infirmier et le maintien des effectifs Fonds pour le recrutement de personnel infirmier et le maintien des effectifs Catégorie/N o de politique Politique du Fonds n o 1 TITRE DE LA POLITIQUE REMBOURSEMENT DES COÛTS DE RÉINSTALLATION Approuvée

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU 1. PREAMBULE 2. MODALITES D ACCES AU RESEAU

CHARTE DU RESEAU 1. PREAMBULE 2. MODALITES D ACCES AU RESEAU CHARTE DU RESEAU Adoptée dans le cadre des dispositions de l article D. 766-1-4 du code de la santé publique 1. PREAMBULE La présente charte fixe les règles applicables aux membres du réseau constitué,

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA DIARRHÉE DU VOYAGEUR

TRAITEMENT DE LA DIARRHÉE DU VOYAGEUR ORDONNANCE COLLECTIVE Nº 02 TRAITEMENT DE LA DIARRHÉE DU VOYAGEUR en vigueur à la clinique Priva Santé La révision du contenu de la présente ordonnance est sous la responsabilité de : Dominique Landry

Plus en détail

La planification stratégique

La planification stratégique 1 Ordre du jour Mot de bienvenue A. La planification stratégique B. La population du territoire C. Les programmes 0-18 ans et jeunes en difficultés: validation de l état de situation D. Les enjeux et les

Plus en détail

Services aux enfants présentant des retards de développement

Services aux enfants présentant des retards de développement Services aux enfants présentant des retards de développement 29 octobre 2015 Geneviève D Amours Chantal Monette CISSS de l Outaouais Objectif du projet Adopter une trajectoire de service accessible, continue

Plus en détail

CAHIER DE GESTION. La communauté collégiale et les personnes fréquentant les établissements et/ou les installations du Collège.

CAHIER DE GESTION. La communauté collégiale et les personnes fréquentant les établissements et/ou les installations du Collège. CAHIER DE GESTION POLITIQUE EN MATIÈRE DE SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL COTE 36-00-01.01 OBJET La présente politique vise à préciser et à faire connaître les objectifs et les champs d application privilégiés

Plus en détail

MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE

MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE ANNEXE A MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE MISE À JOUR EN AOÛT 2015 MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE 1. Les outils

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE. I- Contexte et justification

TERMES DE REFERENCE. I- Contexte et justification TERMES DE REFERENCE Recrutement d un/e Consultant/e National/e pour la réalisation d une analyse des barrières à l accès au dispositif national de conseil et de dépistage anonyme et gratuit du VIH existant

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION DU COMITÉ DE GESTION DE LA TAXE SCOLAIRE DE L ÎLE DE MONTRÉAL (Adoptée le 16 décembre 2004 par la résolution 19 par le Comité de gestion de la taxe scolaire de l île de Montréal)

Plus en détail

COLLOQUE EN APPROVISIONNEMENT 2014

COLLOQUE EN APPROVISIONNEMENT 2014 COLLOQUE EN APPROVISIONNEMENT 2014 Secrétariat du Conseil du trésor Sous-secrétariat aux marchés publics Direction de la formation sur les marchés publics Direction de la formation sur les marchés publics

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À COEUR La Commission scolaire de la Capitale tient à assurer, à l ensemble de son personnel, un environnement de travail qui respecte la santé,

Plus en détail

Avis sur l accès équitable aux services de psychothérapie

Avis sur l accès équitable aux services de psychothérapie Avis sur l accès équitable aux services de psychothérapie Volet I et II Fiche synthèse de l avis produit par l Institut national d excellence en santé et en services sociaux (INESSS) Juin 2015 Le contenu

Plus en détail

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Nadège Caillere, Cire Océan Indien Dr Joao Simoes, Cellule de veille, d alerte et de gestion

Plus en détail

La matériovigilance. Chapitre IV. Paul MERIA, Jean-Louis PARIENTE, Pierre CONORT II. MODALITES DU SIGNALEMENT

La matériovigilance. Chapitre IV. Paul MERIA, Jean-Louis PARIENTE, Pierre CONORT II. MODALITES DU SIGNALEMENT Progrès en Urologie (2005), 15 1000-1004 Chapitre IV La matériovigilance Paul MERIA, Jean-Louis PARIENTE, Pierre CONORT paul.meria@sls.ap-hop-paris.fr - jean-louis.pariente@chu-bordeaux.fr - pierre.conort@psl.ap-hop-paris.fr

Plus en détail

Déléguer efficacement

Déléguer efficacement Déléguer efficacement La délégation n est pas une aptitude innée La délégation est un des éléments essentiels du leadership Copyright 2002 - Tous droits réservés Paule Bolduc inf. M. Éd. Le leadership

Plus en détail

Supplément destiné aux bureaux de santé publique. en partenariat avec Santé publique Ontario

Supplément destiné aux bureaux de santé publique. en partenariat avec Santé publique Ontario Supplément destiné aux bureaux de santé publique en partenariat avec Santé publique Ontario Table des matières Remerciements...3 Introduction.......................................................... 4

Plus en détail

Prise en charge du VIH et des ITS

Prise en charge du VIH et des ITS Prise en charge du VIH et des ITS Clinique médicale m l Actuell Centre d excellence d de soins intégr grés s en santé sexuelle Réjean Thomas, md Président fondateur Fondateur MDM Canada Nice, 29 octobre

Plus en détail

Projet : Équipe de consultation infirmière de proximité

Projet : Équipe de consultation infirmière de proximité Projet : Équipe de consultation infirmière de proximité Récipiendaire de la subvention de la Fondation de l OIIQ Présenté au 16 e Colloque de l Ordre régional des infirmières et infirmiers de Laurentides/Lanaudière

Plus en détail

Formation continue Le cas du Québec

Formation continue Le cas du Québec Assemblée générale de la CIOPF Paris, France 20 novembre 2013 Formation continue Le cas du Québec Diane Lamarre, pharmacienne, M.Sc. Présidente de l Ordre des pharrmaciens du Québec Professeure titulaire

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Soutien à la planification d un projet avec les pairs. Eigerplatz 5, CP 460 CH-3000 Berne 14 +41(0)31 3760401 office@infodrog.ch www.infodrog.

Soutien à la planification d un projet avec les pairs. Eigerplatz 5, CP 460 CH-3000 Berne 14 +41(0)31 3760401 office@infodrog.ch www.infodrog. Soutien à la planification d un projet avec les pairs Eigerplatz 5, CP 460 CH-3000 Berne 14 +41(0)31 3760401 office@infodrog.ch www.infodrog.ch Nom du projet 1. La mise en place du projet gestion du projet

Plus en détail

Politique relative à l emploi et à la qualité de la langue française

Politique relative à l emploi et à la qualité de la langue française Politique relative à l emploi et à la qualité de la langue française Direction des études Août 2009 Préambule Fondé en 1917, le Collège Bart est un établissement d enseignement collégial privé autorisé

Plus en détail

COMITÉ DE GESTION DES RISQUES [CONSEIL D ADMINISTRATION]

COMITÉ DE GESTION DES RISQUES [CONSEIL D ADMINISTRATION] COMITÉ DE GESTION DES RISQUES [CONSEIL D ADMINISTRATION] EXTRAIT DU RÈGLEMENT N O 1 RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX DE L INSTITUT UNIVERSITAIRE DE CARDIOLOGIE ET DE PNEUMOLOGIE DE QUÉBEC 1. Préambule Par cette section

Plus en détail

4.13 Politique linguistique (Résolution : C.C. 2011-034)

4.13 Politique linguistique (Résolution : C.C. 2011-034) 4.13 Politique linguistique (Résolution : C.C. 2011-034) Processus de consultation dépôts: CCG - 15 février 2011 CPC - 17 février 2011 Conseil des commissaires - 22 février 2011 La présente politique s

Plus en détail

POLITIQUE LINGUISTIQUE

POLITIQUE LINGUISTIQUE POLITIQUE LINGUISTIQUE ADOPTÉE : Le 24 novembre 2010 RÉSOLUTION NO : CC2567-10 596, 4 e Rue Chibougamau (Québec) G8P 1S3 Tél. : 418 748-7621 - Télécopieur : 418 748-2440 Politique linguistique document

Plus en détail

Le case management «formation professionnelle»

Le case management «formation professionnelle» Département fédéral de l'économie DFE Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie OFFT Formation professionnelle Le case management «formation professionnelle» Principes et mise

Plus en détail

Soutien aux projets structurants de valorisation de transfert Direction du Soutien à l innovation technologique et sociale

Soutien aux projets structurants de valorisation de transfert Direction du Soutien à l innovation technologique et sociale Soutien aux projets structurants de valorisation de transfert Direction du Soutien à l innovation technologique et sociale Plan de la présentation Le secteur Recherche, innovation et science citoyenne

Plus en détail

Règlement sur les normes d accessibilité intégrées

Règlement sur les normes d accessibilité intégrées sur les normes d accessibilité intégrées s de chaque conseil scolaire Date d entrée 2013 Établissement de politiques en matière d accessibilité Le conseil élabore, met en œuvre et tient à jour des politiques

Plus en détail

Offre active et prestation des services en français

Offre active et prestation des services en français Offre active et prestation des services en français 1 Ce projet a été financé par le gouvernement de l'ontario. Les opinions exprimées dans ce document représentent celles des auteures et ne représentent

Plus en détail

Guide pour remplir le formulaire de candidature Recherche

Guide pour remplir le formulaire de candidature Recherche Guide pour remplir le formulaire de candidature Recherche Rappel Le «Prix Recherche» a pour objectif de créer et de diffuser des «supports d application 1» à destination des acteurs de terrain 2 pour que

Plus en détail

Plan d action 2014-2017 LUTTE À L INSALUBRITÉ DES LOGEMENTS

Plan d action 2014-2017 LUTTE À L INSALUBRITÉ DES LOGEMENTS Plan d action 2014-2017 LUTTE À L INSALUBRITÉ DES LOGEMENTS Responsabiliser les propriétaires Impliquer les locataires Objectifs Le Plan d action de lutte à l insalubrité des logements de la Ville de

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE INITIER UN TRAITEMENT ANTIBIOTIQUE SUITE À UN RÉSULTAT DE DÉPISTAGE POSITIF À CHLAMYDIA TRACHOMATIS (C. TRACHOMATIS) OU À NEISSERIA GONORRHOEAE (N. GONORRHOEAE) Page 1 de 5 O.C. 1.20

Plus en détail