Questions de Ψ de l enfant : Ψ = psychologie ϕ = philosophie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Questions de Ψ de l enfant : Ψ = psychologie ϕ = philosophie"

Transcription

1 Questions de Ψ de l enfant : Ψ = psychologie ϕ = philosophie - La psychologie de l enfant qui naît à l aube du 20ème siècle est-elle le fruit d un intérêt pour l enfant? D abord psychologie = philosophie, puis 19 ème, 20 ème psychologie scientifique (processus de fragmentation). Recherche de lois qui lient l univers psychique à l univers physique avec Wundt, Fechner, Ebbinghaus par la méthode expérimentale Dans la 1 ère partie du 20 ème, avec le behaviorisme, la conscience disparaît et l objet d étude est uniquement le comportement. Puis dans la seconde moitié, la psyco redevient science de l esprit avec le cognitivisme Au tournant du 19 ème - 20 ème, avènement de la psy de l enfant (processus de fragmentation). Se définit d emblée comme une Ψ développementale sur le terrain biologique. L'objectif est au départ philosophique : comprendre l'histoire des sciences et des sociétés à travers l'évolution des structures logiques de la pensée. Pour cela, Piaget entreprend d'étudier la genèse des fonctions cognitives de l'enfant. Il se sert donc de l enfant pour comprendre comment la connaissance s est construite au fil de l histoire des sciences. L hypothèse est que l enfant passerait par les mêmes étapes que les scientifiques. C est moins l enfant qui est l objet d intérêt que des intérêts qui naissent dans la suite des conceptions évolutionnistes. L enfant n est plus un adulte miniature mais un enfant en développement (regardé dans sa spécificité). «Selon Ariès jusqu à la fin du MA, l enfant tient une place réduite dans les représentations collectives, les nourrices en perdent facilement 2 ou 3, l attachement est donc différent. A partir du 18 ème, période de valorisation des liens familiaux, l image de l enfance est plus valorisée.» Ce n est donc pas un intérêt pour l enfant mais une fragmentation des sciences et un intérêt pour «l évolution» qui tourne les chercheurs vers la Ψ de l e. - En quoi Rousseau peut-il être considéré comme un précurseur de la psychologie de l enfant? De quel enfant nous parle Rousseau? Rousseau ( ) s intéresse à l aspect théorique et pédagogique. Il insistera sur la différence qualitative entre l enfant et l adulte (manière de voir propre et adaptée). Dans la lignée des évolutionnistes il pousse l idée d une évolution par étape, de l immaturité de l enfant qui nécessite une prise en charge pédagogique mais pas trop forte car il y a aussi une idée de nature qu il faut laisser faire. - En quoi la psychologie de l enfant est-elle une psychologie du développement? Le début de la Ψ de l enfant s inscrit directement dans le biologique, dans les thèses évolutionniste. Lamarck s intéresse à l évolution des espèces. Il parle d une complexification de la nature qui se réalise avec le temps, ce processus de phylogenèse est analogue au processus d ontogenèse que Rousseau met en avant, donc d une évolution par étape de l enfant à l adulte. D ailleurs cette ontogenèse à terme oriente la phylogenèse. On va concevoir l enfant comme un prédominé par un processus d adaptation fonctionnelle. (Psychique détaché du contexte, social) 2. - Quelles différences existe-t-il entre période embryonnaire et période fœtale? Période embryonnaire : 1. Pré embryonnaire (0-20 jours). Division cellulaire, nidation de l œuf et segmentation en 3 parties (ectoblaste=peau ; endoblaste=organe interne, mésoblaste = squelette) 2. Embryonnaire : apparition des formes définitives. S intéresse au rôle de l environnement et des gènes dans le développement. a partir de là on parle de compétence. Période fœtale (80jours-naissance) Constitution du stock de neurones puis de synapses organes sensoriels entre en fonction système nerveux, processus de myélinisation. S intéresse aux compétences psychiques

2 - Concernant la période prénatale, à partir de quand peut-on dire qu il y a développement psychologique? Comment qualifie-t-on ce développement? Comment se manifeste-t-il? A partir du moment ou le processus de myélinisation se met en place (système nerveux) les organes sensoriels se mettent à fonctionner, l influx nerveux peut circuler perception des stimulation sensorielles possible permettent l apprentissage interaction entre le milieu extérieur et intérieur et il y a donc développement psychologique. Le traitement de l info par le cerveau peut être inféré à partir du comportement du F mais! à ne pas surestimer Se développement est qualifié par des compétences d adaptation. Il se manifeste par l ouïe : Le F entend (sons graves, inf à 1000Hz) à 6 mois de vie intra utérine Ex : Les prématurés ont des réactions (physiologiques et comportementales) et les F sont conditionnés, nés, ils ont des souvenirs de stimulation (Grossesse aéroport, bb dort avec bruit avion) ; orientation préférentielle voix maternelle (interne et externe). L appareil visuel fonctionne de manière précoce (prématuré voit) (malgré les conditions les F. voit, lampe forte dirigé contre lui augmente l activité motrice.) L enfant sent les goût : à 3mois, mouvement de déglutition lorsque injection substance sucrée (amer, F diminue) et orientation préférentielle à la naissance (ex : curry) L olfaction n est pas encouragée (milieu liquide peu favorable) mais muqueuses imprégnées, préférences ultérieurs. Sensibilité tactile, thermique et à la douleur. (Prématurés, réaction motrice suite à stimuli) F : 14 semaines corps entiers réagis à des stimuli. NN et prématurés réagissent + aux effleurements et caresses (détentes musculaires affection) et perçoivent la douleur (examen me dicale : réaction d évitement et pleurs). Système vestibulaire déjà mis en place (oreille interne) au 5 ème mois, stimuler en permanence. Motricité : mères ressentent mouvement déjà à semaine (variabilité individuelle), échographie montre mouvement dès 7 ème semaine impact sur le développement neuromusculaire (maturation et exercice) (a. incidence de l expérience prénatale sur le comportement post natal b. préférence post natal en lien avec prénatal c. apprentissage spécifique rapport à stimulation observable) émergence de comportement (interaction avec l environnement) 3. - En quoi consistent les réflexes archaïques du nouveau-né? (Définition, description, explication, utilités, débats) Intro : Le nouveau né, avec sa tête proéminente et son poids d environ 3 4 kilo se tient en posture de flexion (bras et jambes repliées et hypotonie dorsale, impossibilité de maintenir la verticalité du corps, tête ballante), de forte tonicité et de faible extensibilité des membres. Ses mouvements sont peu amples et sa gestualité est de type réflexe. Ces mouvements sont spontanés ou réactionnels, massifs et anarchique. (Motilité faciale mimique). Insatisfait, il a un aspect de crispation et pousse des cris, en confort interne, son visage est détendu avec un aspect de pseudo sourire. Définition : Les réflexes, comportements innés automatiques, donnés en réponse à certaines stimulations, sont soit «primaires», soit «archaïque». Les primaires sont les 1 ères formes organisées de mouvement et les archaïques sont l héritage de l espèce conservé au fil de l évolution. (Réflexes de la naissance qui peu à peu vont disparaître pour laisser plus de pouvoir de décision au cortex (qui va les inhiber)). Chez les fœtus les mouvements sont involontaires (pas soumis au contrôle du bb) puis peu à peu le cortex prendre du pouvoir de décision. Selon Illingworth (1990), il y aurait 70 réflexes archaïques. Ils suivent tous un schéma de SR, stimulation, réponse. Description : - Réflexe de succion : S = toucher le bord de la bouche R = BB tourne la tête en direction de l objet pour le téter présent dès la naissance, disparaît vers 10 mois, suite du réflexe de fouissement (déjà chez F) / Chez Vurpillot 1991 décomposable (1. Réflexe labio, lèvre et langue dirigent vers l objet et lèvre se referment sur objet 2. Réflexe de succion 3.

3 Réflexe de déglutition - Réflexe de fouissement : S=toucher le bord de la bouche R=rotation de la tête du BB du côté où la joue est stimulé ; présent dès naissance puis disparaît ; permet de localiser la source de nourriture - Réflexe de Moro : S=appliquer mouvement brusque sur la tête R=BB ouvre les bras, étend ses doigts, rejette sa tête en arrière (extension), puis ses bras se rejoignent en arc de cercle (flexion extension) ; Présent dès la naissance ; disparaît vers 3 4 mois (dernier) - Réflexe de marche automatique : S=soutenir bb sous aisselles et porter son corps vers l avant, plante de pieds au sol. R=BB produit mouvements de pédalage avec jambes ; dès la naissance ; disparaît vers 4 5 mois) - Réflexe d agrippement : S= toucher la paume de la main ou la surface palmaire des doigts R= resserre la main sur l objet (1. face interne des doigts serrent 2. force) (souvent associé au réflexe de succion) ; présent durant la 1 ère année la plupart sont transitoires, pas présent chez l adulte qui devient conscient. Permet de s adapter à son milieu. BB dans un état d indifférenciation : et c est son activité qui va lui permettre de constitué son identité (et le monde) amorçage du développement Ψ - Comment considérer le nouveau-né? Comme organisme archaïque équipé de réflexes nécessaires à la satisfaction de ses besoins élémentaires ou comme un être hypercompétent dès la naissance? Débats sur la compétence : - Peuvent-ils faire la différence entre rond et carré? Selon Fantz (1963), oui car ils ont une préférence pour le rond - Il y a-t-il continuité avec la période néo-natale? Elle semble avérée, cohérence de sensibilité cutanée, chimique, vestibulaire et auditive. (Capacité mnésique difficile à expérimenter, problème déontologique). Les milieux étant dissemblables peut-on parler de continuité (naissance = rupture)? Attention à la confusion entre fondements biologiques de l activité et l activitéψ. - Le bébé fait un processus d intégration et d apprentissage : processus d habituation, on habitue le bb à un configuration perceptive en lui présentant un tableau plusieurs fois dans des conditions identiques baisse de la durée fixation désintérêt intégration - Le bébé est une éponge sensorielle hypercompétent. - 1 ères formes de connaissances vont permettre au BB de réguler son action. Compétences du NN : - L audition : PN : déjà développe ; N : assailli de stimulation sonores, s y soustrait par sommeil ; PSN : Tourne yeux et têtes vers sources sonores en fonction de son intensité, fréquence et complexité Ex : I+ de 90 Db, F + de 4000Hz : sursaut pleurs accélération cardiaque. Modéré : calme le bb (voir dort) sont complexe (vois humaines) suscite un éveil actif. il discrimine les sons après processus d habituation (pas nouveau, courbe d intérêt décroit) (Différents selon BB, certains discriminent patterns mélodique, d autre des sons de hauteurs tonales différentes) Perception catégorielle de la parole permet le repérage des phonèmes spécifiques (invariants vs ce qui varie) Apprentissage précoce des caractéristiques de la parole (tourne la tête préférentiellement vers la voix de la mère ; modifie le rythme de sa succion non nutritive de manière préférentielle) Apprentissage prénatal : (Moins de 72h) Préfère entendre texte que leur mère leur a lu de manière répétée à haute voix pendant la grossesse. - La vision : Contrôle : Peut tourner regard vers source lumineuse et la suivre (brillante et lente) ; Peut détourner son regard de la source et fermer yeux. ; Tend à choisir cible attrayante ;

4 toujours actifs stimulation nécessaire Dès naissance : Voit nette jusqu à cm (=le sépare de la mère quand elle le porte) ; (à 4 mois accommoder, vision aussi nette que l adulte) ; Préfère patterns colorés et formes complexes (damiers vs triangles ; lignes courbes) ; discrimine les couleurs (peut suivre une cible d une couleur sur un fond coloré, particulièrement le rouge orangé puis bleu vert ( noir et jaune) - L olfaction : Nouveau (milieu aérien) ; Reconnaît précocement celle de sa mère ; Variable d un BB à l autre ; se développe de façon spectaculaire - La gustation : Orientations préférentielles (flaveurs = caractéristique forte avec alimentation de la mère ; saveurs sucrées) ; Réflexe gusto faciale permet de mesurer réactions face au 4 saveurs (Ex : placer sur la langue un liquide à taux de dilution variable, déterminer seuil de réaction par cette mimique) absence ou présence de ce réflexe, intensité différentes suivant bb - Le système tactile : Déjà bien développé ; Sensibilité au caresse, chaleur des stimuli et réagit fortement à la douleur - Système vestibulaire : Sensible au bercement et portage - Coordinations sensorielles (Ex : BB tourne yeux + tête vers une source sonore) et sensorimotrices précoces (Ex : BB peut adopter une posture défensive (corps en arrière, main en avant sur le visage) ( Piaget : domaine fonctionne séparément) Nous pouvons donc voir que le nouveau-né n a pas que les réflexes archaïques à sa disposition, mais il a déjà des capacités très développées, nous pouvons dire qu il est hypercompétent. (! il lui faut quand même de l exercice et du temps pour se développer) C est grâce à des progrès technique que nous avons pu le mettre avant, mais conditions particulières et échantillon petit (pas représentant) Ces compétences vont permettre au BB de rentre en contact avec le monde extérieur et avec son entourage sociale construction de la personnalité. Progrès additifs mais en incessantes réorganisation et transformations (ex : compétence initiatives apparaissent à 2 moi, disparaissent et réapparaissent sous forme intentionnelle) 4. - En quoi peut-on dire que la conception selon laquelle il n existerait dans la prime enfance que des décharges motrices inorganisées et des mouvements réflexes non intentionnels est erronée? Selon Piaget les réflexes sont susceptibles de s adapter c'est-à-dire de se modifier et se complexifier en fonction des situations, et ainsi devenir des conduitesψ. Ces conduites sont donc organisées. Le sujet agis intentionnellement, ce qui lui permettra de construire son intelligence. Selon Wallon il s agit de distinguer trois formes de mouvements. Les 1 ers «passifs et exogènes sous la dépendance de forces extérieurs» donc non intentionnels mais organisés puisqu ils donneront lieux aux différentes positions (couché, assis, genoux) qui permettrons l apprentissage de l équilibre. Les seconds, mouvements «de déplacement autogènes et actifs du corps ou de l objet», la locomotion et la préhension. (Autogènes et actifs). Puis les 3 èmes, des «déplacements des segments corporels les uns par rapport aux autres» qui prennent un caractère Ψ en s extériorisant (font partie au départ des réactions posturales exogènes) comme attitudes ou mimiques (donc en action sociale). Ces conduites s influencent les unes les autres et amèneront à l appréhension (habileté orientée sur le monde des objets) et au monde social (expression émotionnelle) Ces mouvements ne sont pas des conduites fermées et rigides qui limites les actions du BB mais sont ouvertes vers le traitement de l information. Il y a en effet des mouvements impulsifs dit «agitation de masse», sans organisation (anarchique) mais ils ne sont pas les seules formes de motilité. Il y a aussi la motilité spontanée (sans qu on les provoques) ( re Ylexes), qui peut mobiliser qu une partie du corps ou former des figures motrices enchaînées. Le bb manifeste une singularité posturo motrice, il tend de semaine

5 en semaine à garder certaines postures préférentielles (mais posture Yixe). Les actes moteurs dirigés, donc intentionnelle et planifié par rapport à un but. Par exemple l atteinte manuelle et l imitation néo-natale. De plus certains réflexes, disparaissent, se transforment et réapparaissent plus tard sous formes intentionnelles. - En vous appuyant sur le développement moteur du bébé, vous expliciterez les deux lois du développement selon Gesell Le développement postural et moteur de 0 à 2 ans correspond à trois grandes conquêtes, la posture, la marche et la préhension, qui assurent l autonomie du sujet et permettent l exploration. Le développement psychomoteur, programmé génétiquement pour chaque espèce mais modulable par l environnement, et les influence de la maturation nerveuse sur son contrôle peuvent être expliquée, selon Gesell, par deux lois. 1. La loi du développement céphalo-caudal : S opère du cerveau vers le bas de la colonne vertébrale (contrôle des muscles oculaires, puis du cou (redressement de la tête), puis du dos (tenir assis) puis des membres inférieur (marche) 2. La loi proximo-distal : S opère des segments centraux puis périphériques (ex. préhension : régulation de l épaule à la main) Ainsi l on va pouvoir repérer les succession des différentes étapes du développement qui sont toujours les mêmes (sauf pour l apparition des déplacements autonomes). La posture : Le tonus axial se manifeste en 1 er par la tonicité des muscles du tronc qui va augmenter (redresse dos) puis le tonus des fléchisseurs (bras et jambes) va diminuer afin de permettre le degré d extensibilité nécessaire à la station debout et marche. L acquisition de la station assise : (Loi 1) Le nn a le dos rond et la tête tombante. A 2-3 mois il peut maintenir la tête dans le prolongement du corps (contrôle muscle du cou). Peu à peu il y aura augmentation de la tonicité musculaire du dos et diminution de la tonicité musculaire des membres supérieurs et inférieurs. A 4 mois il doit être maintenu mais il y a redressement du dos. A 6 mois, il se tient assis, dos droit, à condition de trouve un appui. A 7 mois, les jambes écartées, il tient sans appui et peut pivoter mais c est seulement à 9 mois qu il est capable de passer de la position allongée à la position assise. La station debout et la marche : A 6-8 semaines la marche automatique disparaît. A 7-8 mois, en appui vertical il peut fléchir et étendre ses jambes. A 9 mois, il tient son poids en se tenant de ses deux mains (le buste penché en avant). A mois : il se tient debout en s accrochant à un meuble (se déplacer par appui successif) et peut se hisser à la position debout (sans redescendre), peut faire quelques pas soutenus sous les aisselles ou les deux mains. A 12 mois, il marche tenu d une seule main. A mois (très différent d un BB à l autre) il peut s élancer seul pour quelques pas. Il chute mais avec plaisir. Les mouvements des jambes sont hésitants, saccadés, jambes écartées, buste en avant (contribuer à l équilibre) A 18 mois, peut monter les escalier en donnant la main A 2 ans équilibre mieux assuré par le passage de l étape digitigrade à plantigrade (toute la plante du pied). A 3 ans la motricité se perfectionne, il a l essentiel des acquisitions psychomotrices, des début des conduites intelligentes qui vont permettre de prévoir un événement lié à son 5. - En quoi consiste le développement psychologique entre 0 et 2 ans selon Piaget (caractéristiques globales de ce développement)? Le stade sensori moteur de 0 à 2 ans. L intelligence pratique qui se construit par l action. Se précise des chaînes d action (causes à l action) et l objet va se construire comme entité permanente et «séparé» de l enfant. 1er sous stade (0 -> 1 mois) : c'est l'exercice des réflexes Constitue le passage du réflexe au schème réflexe (biologique au Ψ). C'est en s'exerçant que les reflex vont s'enrichir et permettre la constitution des premiers schèmes (exemple, le bébé peut téter de façon plus assurée et le reflex de succion va se transformer en schème de succion). Ces

6 schèmes reflex se consolident par assimilation. Piaget va décrire 3 types d'assimilations: L'assimilation fonctionnelle, généralisatrice et recognitive. L'assimilation fonctionnelle : après quelques jours le bébé tète de façon de plus en plus assurée. Cette simple observation résulte du fait que le reflex s'est consolidé par la répétition de l'action. L'assimilation généralisatrice est lorsque l'enfant va étendre ce reflex à d'autres objets, par exemple: Progressivement, l'enfant va téter le sein de sa mère, puis une sucette, un lange... L'assimilation recognitive: Lorsque l'enfant va devenir capable de plus en plus rapidement de distinguer le sein de sa mère de la sucette qu'on lui met en bouche. Cela va lui permettre de catégoriser «tel ou tel objet me plaît et tel non». Ainsi le schème du sous-stade 1 lui permet de fixer le mécanisme comme tel. 2ème sous stade (1 mois -> 4 mois 1/2) : premières habitudes acquises et réactions circulaires primaires. Ces réactions circulaires primaires signifient que ce qui est découvert par hasard (nouveaux) et qui concerne le corps propre est conservé et répété (exemple, un bébé qui, par hasard, attrape sa main de sorte que son pouce se met sur sa bouche, il peut téter son pouce, donc il va essayer de le reproduire. Début de la coordination entre la succion et le mouvement du bras pour cet exemple.) 3ème sous stade (4-5 mois -> 8-9 mois) : Habitudes secondaires sous stade des réactions circulaires secondaires, faire durer les spectacles intéressant. L'enfant va essayer de reproduire les résultats de son action qui porte sur le milieu extérieur. Exemple d'un enfant tire une 1 ère fois (hasard) sur le cordon de son oreiller (bruit intéressant) et va répéter l action (habitude). Avec cette conduite, il s'agit toujours pour l'enfant d'obtenir des résultats identiques sans intention préalable, la découverte se fait toujours au départ au hasard, la découverte définit le besoin. Durant cette période, l'accommodation va consister en une différenciation, l'enfant va commencer à essayer à comprendre ce qui a donné naissance au résultat observé. Il commence à différencier le mouvement. Cette période marque un début de dissociation entre les moyens et les buts mais sans que les buts soient posés d'avance. Il y a une plus grande différenciation entre l'assimilation et l'accommodation mais c'est toujours l'accommodation qui dirige l'assimilation, toutes les choses restent déterminées par l'objet. C'est à partir des effets produits par les objets extérieurs que l'enfant adapte sa conduite. «Pour parler de comportement intelligent il faut que les conduites soient intentionnelles, qu'elles proviennent du sujet. Ce troisième sous stade va représenter une période de transition entre les actes pré-intelligents et les véritables conduites intentionnelles du sous stade 4. L'enfant va faire une première classification des objets (objets pour frapper, secouer...) en fonction des actions motrices de ces objets.» 4ème sous stade (8-9 mois -> mois) : Apparition des premières conduites intelligentes coordination des schèmes secondaires et application de ces schèmes à des situations nouvelles. C'est la première fois où on peut véritablement parler de comportement intelligent. Cette fois, le but est fixé d'avance et il n'est pas forcément accessible, l'enfant va devoir coordonner certains schèmes qui marchaient au départ de façon indépendante. L'enfant cherche à atteindre des résultats (intention préalable) par des coordinations nouvelles et non plus par de simples reproductions (moyen est activement recherché et essayé par sélection d une conduite qui a produit effet). (Exemple de conduite : on cache un objet sous un coussin devant et à portée de l enfant : l enfant retire le coussin et saisit l objet). Maintenant, les conduites se font bien par l'enfant, c'est l'assimilation qui va diriger l'accommodation, on parle de début des conduites intelligentes qui vont permettre de prévoir un événement lié à son action. L'intelligence reste limitée car l'enfant se limite toujours à appliquer des moyens connus à des circonstances nouvelles, il puise dans son répertoire de schèmes, mais jamais il va chercher à inventer des moyens nouveaux pour parvenir à un but. 5ème sous stade (11-12 mois -> 18 mois) : réactions circulaires tertiaires. Découverte de moyens nouveaux par expérimentation active. Ce sous-stade constitue le dernier sous stade sensori-moteur car les premières représentations vont émerger au stade suivant. L'enfant, à ce

7 niveau, va réaliser des expériences 'pour voir', quand il découvre quelque chose d'intéressant il reproduit le résultat en modifiant ses mouvements. Piaget dit que l'enfant commence à devenir un véritable expérimentateur. Piaget donnait trois types de conduites : Conduite de la ficelle, amener à soi un objet éloigné en tirant sur la ficelle laquelle il est relié, il s'agit bien de moyens nouveaux car l'enfant n'a pas connaissance de la liaison entre l'objet et la ficelle. La conduite du support qui consiste à tirer vers soi des objets en se servant du support sur lequel ils sont et la conduite du bâton, prendre un bâton ou n'importe quel autre instrument pour rapprocher un objet éloigné. Le but est posé d'avance. Comme au stade précédent, la démarche de l'enfant est toujours une démarche par tâtonnement dans la mesure où l'effet observé est toujours une découverte par hasard. Cette fois ci, il n'y a plus une simple répétition du mouvement mais une variation graduelle du mouvement pour essayer de comprendre la situation, saisir la nouveauté en soi. «Vrai dissociation entre l'assimilation et l'accommodation, et c'est l'assimilation qui dirige l'accommodation.» 6ème sous stade (18 mois -> 2 ans) : invention de moyens nouveaux par combinaison mentale. Début de la représentation, l'enfant va inventer des moyens nouveaux, non plus par simple tâtonnement pratique, mais par combinaison mentale. Exemple de la boîte d'allumette où avant de trouver l'ouverture, l'enfant ouvre et ferme la bouche, intériorisation. A ce niveau, lorsque des obstacles surgissent entre les intentions et les buts de l'enfant, il va essayer de contourner ces obstacles par anticipation totale de l action sur un substitut symbolique. Ains de moins en moins l'enfant va tâtonner, il y aura compréhension soudaine. L'accommodation n'est plus perceptive mais représentative. C'est comme si l'enfant faisait mentalement le brouillon de ses démarches. Récapitulatif des 6 sous stades : le sous stade 1 est l'exercice des reflex, aucune dissociation entre assimilation et accommodation n'est présente. Au sous stade 2, premières habitudes, réactions circulaires primaires et début de dissociation entre assimilation et accommodation. Sous stade 3, réactions circulaires secondaires, différenciation plus nette entre assimilation et accommodation, début de la coordination entre la vision et la préhension. Sous stade 4, début de l'intentionnalité, coordination des schèmes secondaires et application de ceux-ci à de nouvelles activités, début de la permanence de l'objet. Sous stade 5, réactions circulaires tertiaires, subordination de l'accommodation à l'assimilation. Sous stade 6, recherche de moyens nouveaux par combinaisons intériorisées, transition entre l'intelligence pratique et l'intelligence symbolique. - En quoi la psychologie de Piaget est-elle une méthode pour son épistémologie? (de quelle psychologie Piaget parle-t-il? de quel sujet nous parle-t-il? qu est-ce que Piaget cherche à comprendre au travers de la psychologie génétique?) = A la question sur le passage du biologique au Ψ Le développement de l'enfant se fait par une décentration progressive. Au début de sa vie, le bébé dispose que de reflex (biologique), il ne fait pas la différence de ses propres actions des objets sur lesquelles elles s'appliquent, il vivait dans un monde chaotique où toutes les informations qu'il reçoit ne sont pas coordonnées. Peu à peu, les activités reflex se transforment, s'élargissent en schèmes sensori-moteurs. «Les schèmes : Piaget appelait schèmes les ensembles organisés de mouvements ou d'opérations (pas présent à la naissance). Les schèmes sont comme des petites briques qui construisent le développement. Le jeune enfant dispose, par exemple, de schèmes moteurs (prendre, tirer, pousser, sucer, etc...), tandis que l'enfant ayant atteint le stade des opérations concrètes dispose, en plus, de schèmes opératoires (tels que classer, sérier, dénombrer, mesurer...), qu'il acquiert et développe peu à peu. Les schèmes primaires ont la faculté de s'assembler et de s'organiser en vue d'un but, qui sera atteint par la mise en œuvre d'un schème global, dit secondaire et principal, résultant de l'assemblage des précédents.

8 Il existe également des schèmes réflexes innés et opérationnels dès la naissance. Les cris du nourrisson, son réflexe d'agripper le pouce qu'on lui donne, sont des exemples de schèmes réflexes. Ce sont ces schèmes réflexes qui, en se perfectionnant grâce à leur plasticité, donnent naissance aux schèmes sensori-moteurs.» A partir de là, l'enfant va progressivement apprendre à dissocier ce qui relève de l'objet et de sa propre action. Peu à peu, les liens entre l'assimilation et l'accommodation se modifient. «L assimilation : L action du sujet sur le monde, le sujet transforme le monde (ex : déplacer des jetons) L accommodation : La transformation du sujet par le monde (ex : l enfant veut prendre un objet, en le serrant il le détruit, alors il le relâche) Une action réussie est l équilibre entre l assimilation et l accommodation (le sujet ne détruit pas le monde et vice-versa) qui se fait tout au long des stades et qui montre que l intérieur du sujet s organise vers son extérieur, qu il s adapte au monde.» Au début, les conduites de l'enfant sont non intentionnelles et déterminées par l'objet, c'est l'accommodation qui dirige l'assimilation. A partir du 4ème sous stade les conduites deviennent intentionnelles avec dissociation entre le moyen et le but, le moteur du développement est dans l'assimilation. Ensuite, l'enfant se décentre en commençant à considérer que les objets existent en eux-mêmes en dehors de la perception qu'il en a. Il commence à situer les objets les uns par rapport aux autres en prenant en compte leurs relations. Toute cette évolution concerne le registre sensoriel et la motricité, durant toute cette période il apprend à mieux percevoir et à avoir des actions motrices plus efficaces. Toutes ces connaissances vont devoir être élaborées plus tard au niveau de la représentation. «Il y a donc 3 types de structure. D abord le stade sensori moteur, où l intelligence pratique se construit par l action, où les chaines d action se précisent. L objet va se construire comme entité permanente et séparé de l enfant. Puis le stade des opérations concrètes (2 à 10ans), durant lequel l enfant agit sur le monde concret (en réunissant, assemblant) et s intéresse à ce qui constitue l objet (mesure qualité) (comme vu avant). Pour finir, il y a le stade des opérations formelles (10 ans à ), où l enfant développe une pensée hypothéticodéductive, sa pensée va se détacher du réel et il va pouvoir raisonner sur des possibles, dont le réel devient une parte.» L on peut avoir à travers toutes ses théories que ce qui intéresse Piaget c est la construction de l intelligence, donc un sujet épistémique. - Comment Piaget envisage-t-il le passage du biologique au psychologique? Pour répondre aux questions, appuyez-vous sur des éléments théoriques et des exemples. (Voir question précédente) Ce qui intéresse Piaget, c est l épistémologie génétique : l évolution des connaissances scientifiques dans la connaissance humaine. Pour Piaget, le passage du biologique au psychologique s effectue par la construction de schèmes et cela passe par l interaction sujet et objet. Pour se construire, un sujet doit se stabiliser en tant que sujet. Cette interaction se fait par l assimilation, l accommodation, l adaptation, la construction. L assimilation : L accommodation Les schèmes : Il y a donc 3 types de structure. - Comment Piaget conçoit-il le développement de l objet au S-M? L objet est l élément principal de la construction du réel, construction du monde physique (et non sociale), conséquences de la construction des schèmes du sujet. Les différentes étapes sont décrites autour d une expérience de base : Piaget attire l intention de l enfant sur un objet et le dissimule sous une boîte de manière visible puis invisible. (Au fil des réussites augmentent la difficulté de la tâche).

Les 6 sous-stades. La période sensori-motrice. Le stade réflexe. Coordination main/bouche. Du réflexe au schème: exemple du réflexe de succion

Les 6 sous-stades. La période sensori-motrice. Le stade réflexe. Coordination main/bouche. Du réflexe au schème: exemple du réflexe de succion Les 6 sous-stades La période sensori-motrice La construction de l intelligence à partir des sens, de l action et des déplacements I. Stade réflexe du premier mois II. Stade des réactions circulaires primaires

Plus en détail

Introduction à la psychologie du développement

Introduction à la psychologie du développement Introduction à la psychologie du développement Cours 5 Épistémologie génétique et développement de connaissance F. Francis Strayer (Automne 2012) La psychologie du développement Moderne! Epistémologie

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Le traitement de l information sensorielle, parfois nommé intégration sensorielle, réfère au processus par lequel le cerveau

Plus en détail

eveil et jeux de l enfant de 0 à 12 mois

eveil et jeux de l enfant de 0 à 12 mois eveil et jeux de l enfant de 0 à 12 mois SOMMAIRE 3 4 5 6 7 8 9 10 votre rôle dès la naissance vers 2-3 mois vers 3-4 mois vers 5-6 mois vers 6-9 mois vers 9-12 mois recommandations 2 Dès la naissance,

Plus en détail

Le développement cognitif selon Jean Piaget. Les stades du développement cognitif selon Piaget

Le développement cognitif selon Jean Piaget. Les stades du développement cognitif selon Piaget Le développement cognitif selon Jean Piaget Piaget (BIO) et ses collaborateurs sont sans conteste les auteurs qui ont le plus contribué à notre compréhension du développement des capacités mentales durant

Plus en détail

1. L enfant de 0 à 3 ans 1.1 Le développement moteur et intellectuel

1. L enfant de 0 à 3 ans 1.1 Le développement moteur et intellectuel Index des Dossiers Envoyer cette page à un(e) ami(e) Le Développement Psychologique de l'enfant page 1-2 - 3-4 TEXTES Réflexions Dossiers Etudes Bibliques Témoignages Intro à la Bible Symbole des Apôtres

Plus en détail

Examen neurologique de l enfant

Examen neurologique de l enfant Examen neurologique de l enfant 2 SYSTÈMES ANATOMIQUEMENT DISTINCTS différents dans la chronologie de leur maturation Système SOUS CORTICOSPINAL Issu du Tronc cérébral Archaïque Maintient de la posture

Plus en détail

Le stretching. 3 Le stretching. 1. Définition. 2. Répertoire gestuel. Etirements de la chaîne postérieure au sol

Le stretching. 3 Le stretching. 1. Définition. 2. Répertoire gestuel. Etirements de la chaîne postérieure au sol 3 Le stretching 1. Définition Le stretching, traduction anglaise pour étirement est une technique de préparation du corps, de maintien ou de remise en forme basée sur l amélioration des amplitudes articulaires

Plus en détail

LES BASES DE LA MÉTAPSYCHOLOGIE

LES BASES DE LA MÉTAPSYCHOLOGIE Chapitre 1 LES BASES DE LA MÉTAPSYCHOLOGIE I. RAPPEL THÉORIQUE Le terme Métapsychologie désigne le cadre théorique que Freud a élaboré et enrichi tout au long de sa vie. La métapsychologie constitue la

Plus en détail

C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de

C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de connaissances, la pratique d habilités ou le développement d

Plus en détail

REPONDRE AU BESOIN DE BOUGER CHEZ LE JEUNE ENFANT

REPONDRE AU BESOIN DE BOUGER CHEZ LE JEUNE ENFANT REPONDRE AU BESOIN DE BOUGER CHEZ LE JEUNE ENFANT L enfant de deux, trois ans, a besoin de bouger pour développer ses capacités motrices. Aménagement des lieux dans l école et dans la classe La cour de

Plus en détail

EN HARMONIE. L Ordre professionnel de la physiothérapie du Québec regroupe les physiothérapeutes et les thérapeutes en réadaptation physique

EN HARMONIE. L Ordre professionnel de la physiothérapie du Québec regroupe les physiothérapeutes et les thérapeutes en réadaptation physique EN HARMONIE L Ordre professionnel de la physiothérapie du Québec regroupe les physiothérapeutes et les thérapeutes en réadaptation physique Le développement moteur de l enfant Dans les deux premières années

Plus en détail

Syndrome de Déficience Posturale. Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes

Syndrome de Déficience Posturale. Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes Syndrome de Déficience Posturale Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes Définitions : Posture : position particulière du corps et son maintien (se tenir debout par exemple). Proprioception

Plus en détail

L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE

L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE N 220 - ROUFIDOU Irini L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE Pendant notre recherche du D.E.A., nous avons étudié l acquisition du langage chez le tout petit en

Plus en détail

Mieux connaître les publics en situation de handicap

Mieux connaître les publics en situation de handicap Mieux connaître les publics en situation de handicap Plus de 40 % des Français déclarent souffrir d une déficience 80 Comment définit-on le handicap? au moins une fois au cours de leur vie et 10 % indiquent

Plus en détail

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement, MELS, novembre 2011 Page 1 Document

Plus en détail

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934)

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) 3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) Psychologue russe contemporain de Piaget, a également élaboré une théorie interactionniste de l'apprentissage, sage, mais qui insiste sur tout sur la

Plus en détail

SAVOIR SE RECENTRER : UN ATOUT AU QUOTIDIEN

SAVOIR SE RECENTRER : UN ATOUT AU QUOTIDIEN SAVOIR SE RECENTRER : UN ATOUT AU QUOTIDIEN QUE SIGNIFIE "ÊTRE CENTRÉ"? Etre centré signifie être aligné entre Ciel et Terre. C'est-à-dire connecté à l'énergie du Ciel et ancré dans l énergie de la Terre;

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

Quelques règles de description des mouvements

Quelques règles de description des mouvements Introduction 1 9 Quelques règles de description des mouvements Dans ce livre, tout autant que de voix, il sera souvent question de mouvement. Nommer et décrire les mouvements est une tâche complexe, car

Plus en détail

Saison 1999-2000. U.S.E.P. 88 rue du Préfet Bonnefoy BP 74107 44041 NANTES Cedex 1 02 51 86 33 10 Fax 02 40 29 14 97. Dossier préparation Cycle 2

Saison 1999-2000. U.S.E.P. 88 rue du Préfet Bonnefoy BP 74107 44041 NANTES Cedex 1 02 51 86 33 10 Fax 02 40 29 14 97. Dossier préparation Cycle 2 ACTIVITÉ CYCLE 2 Gymnastique Saison 1999-2000 Dossier préparation Cycle 2 U.S.E.P. 88 rue du Préfet Bonnefoy BP 74107 44041 NANTES Cedex 1 02 51 86 33 10 Fax 02 40 29 14 97 FR/VP - 20/07/07- R CYCLE 2

Plus en détail

GUIDE D EXERCICES D ÉTIREMENT

GUIDE D EXERCICES D ÉTIREMENT GUIDE D EXERCICES D ÉTIREMENT Page 17 ÉTIREMENTS SÉCURITAIRES Les étirements augmentent graduellement l élasticité des muscles et l amplitude des mouvements articulaires. Après la période de retour au

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

CONTRAT D ACCUEIL. Parents Assistant(e)s Maternel(le)s. Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin

CONTRAT D ACCUEIL. Parents Assistant(e)s Maternel(le)s. Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin CONTRAT D ACCUEIL Parents Assistant(e)s Maternel(le)s Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin Parents, assistant(e) maternel(le), L enfant est au cœur de vos préoccupations, la qualité

Plus en détail

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER?

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? Il faut s'échauffer pour: être en sécurité dès le début : une activité physique progressivement plus intense est indispensable pour ne pas mettre son coeur, ses artères, ses

Plus en détail

E. Gentaz, K. Mazens. Edition Médecine et enfance

E. Gentaz, K. Mazens. Edition Médecine et enfance E. Gentaz, K. Mazens Edition Médecine et enfance que savent les nouveau-nés en 20 questions PUB Sommaire 4 Introduction 7 Que voient les nouveau-nés? 10 Reconnaissent-ils le visage de leur mère? 12 Comment

Plus en détail

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique)

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) 1 Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) La programmation neurolinguistique (PNL) fournit des outils de développement personnel et d amélioration de l efficacité relationnelle dans

Plus en détail

LE STRETCHING 1. Maryse BECKERS LEDENT

LE STRETCHING 1. Maryse BECKERS LEDENT LE STRETCHING 1 Maryse BECKERS LEDENT Maryse LEDENT est licenciée en éducation physique (ULg, prom. 1991). Elle occupe actuellement les fonctions d assistante dans le service de pédagogie des activités

Plus en détail

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Juin 2010 TABLE DES MATIÈRES 1. CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES 4 2. OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT ENFANTS DE 4 ANS À 5 ANS

Plus en détail

Vélo ergomètre. acti vdis pens.ch EN GÉNÉRAL. Variables de charge Rythme lent à modéré. Activité d endurance. 10 à 20 minutes

Vélo ergomètre. acti vdis pens.ch EN GÉNÉRAL. Variables de charge Rythme lent à modéré. Activité d endurance. 10 à 20 minutes 3 Vélo ergomètre Variables de charge Intensité Rythme lent à modéré Activité d endurance Durée 10 à 20 minutes Pas de pause Possible 3 à 4 fois par semaine EN GÉNÉRAL 3 10 à 20 minutes de vélo à vitesse

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT Que vous soyez parent, enseignant, formateur, pédagogue, coach, manager Que votre activité professionnelle ou simplement la quête de vous-même vous

Plus en détail

Psychologie Sociale. La psychosociologie étudie les situations sur le terrain.

Psychologie Sociale. La psychosociologie étudie les situations sur le terrain. Psychologie Sociale Nous confondons souvent la psychologie sociale et la psychosociologie. La psychologie sociale et la psychosociologie sont différenciées par la méthode. La psychologie sociale exerce,

Plus en détail

La dyspraxie visuo-spatiale

La dyspraxie visuo-spatiale 1 La dyspraxie visuo-spatiale 2 Définition Dyspraxie visuo-spatiale Introduction La plus fréquente des dyspraxies Association d un trouble du geste de nature dyspraxique et d un trouble visuo-spatial Pathologie

Plus en détail

Favoriser l'attachement sécurisant chez les bébés et les jeunes enfants : Le Cercle de sécurité

Favoriser l'attachement sécurisant chez les bébés et les jeunes enfants : Le Cercle de sécurité Favoriser l'attachement sécurisant chez les bébés et les jeunes enfants : Le Cercle de sécurité Congrès Enfanter le monde 26 novembre 2010 Claud Bisaillon, Ph.D. Psychologue, professeure Plan de la présentation

Plus en détail

Entretenir la condition physique des seniors

Entretenir la condition physique des seniors Entretenir la condition physique des seniors Réalisation : A. TERLICOQ, Assistante Technique Département Oise, sous la direction de l équipe technique nationale, Fédération française EPMM Sports pour Tous

Plus en détail

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence «Vivre c est vendre. Parce que vendre c est vivre intensément. Nous sommes tous des vendeurs, car nous passons notre temps à vendre quelque chose : à nous-mêmes d abord, à nos proches, à nos clients. Vendre

Plus en détail

le livret de Bébé nageur avec la complicité de bébé.

le livret de Bébé nageur avec la complicité de bébé. L association plaisirs de l eau vous présente le livret de Bébé nageur avec la complicité de bébé. http://plaisir-de-leau.wifeo.com 27/09/14 Plaisirs de l eau livret bébé nageur 1 BIENVENUE à l association

Plus en détail

Le ski à l'école. Réalisé par les CPC E.P.S. de Moselle. Février 2008

Le ski à l'école. Réalisé par les CPC E.P.S. de Moselle. Février 2008 Le ski à l'école Réalisé par les CPC E.P.S. de Moselle 1 «Les Activités Physiques de Pleine Nature, par leur possibilité de réinvestissement, constituent un terrain privilégié pour la mise en œuvre de

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

LE DÉVELOPPEMENT PSYCHOMOTEUR DU NOURRISSON ET JEUNE ENFANT 0-6 ANS

LE DÉVELOPPEMENT PSYCHOMOTEUR DU NOURRISSON ET JEUNE ENFANT 0-6 ANS LE DÉVELOPPEMENT PSYCHOMOTEUR DU NOURRISSON ET JEUNE ENFANT 0-6 ANS DE QUELS MOYENS DISPOSE-T-ON? EXAMEN CLINIQUE + QUESTIONS des grandes étapes du développement de l'enfant dans les domaines de : Acquisition

Plus en détail

Théorie et pratique de l'échauffement

Théorie et pratique de l'échauffement Théorie et pratique de l'échauffement D'une manière générale, les élèves (non pratiquants dans les clubs sportifs et même certains d'entre eux pendant les cours d'eps) n aiment pas s'échauffer. En effet,

Plus en détail

DÉFINITIONS. Motricité. Robert Rigal ÉDUCATION MOTRICE DE L ENFANT DE 4 À 11 ANS

DÉFINITIONS. Motricité. Robert Rigal ÉDUCATION MOTRICE DE L ENFANT DE 4 À 11 ANS ÉDUCATION MOTRICE DE L ENFANT DE 4 À 11 ANS Robert Rigal DÉFINITIONS Motricité Ensemble des fonctions qui assurent les mouvements autogénérés d un organisme; Étude des mouvements humains et de leurs caractéristiques

Plus en détail

Analyse Appliquée du Comportement. Christine PHILIP, Maître de conférences, INS HEA

Analyse Appliquée du Comportement. Christine PHILIP, Maître de conférences, INS HEA Analyse Appliquée du Comportement Christine PHILIP, Maître de conférences, INS HEA Qu est-ce que l ABA? «Applied Behavior Analysis» (Analyse appliquée du comportement) C est une méthode inspirée de Skinner

Plus en détail

Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN

Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN La fatigue visuelle figure souvent au premier plan parmi les manifestations physiques ressenties par les utilisatrices

Plus en détail

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS Dans des organisations en constante évolution, un manager doit pouvoir devenir une base de sécurité pour l équipe qu il dirige. Il doit pouvoir être une source de

Plus en détail

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES LES CARTES A POINTS POUR VOIR LES NOMBRES INTRODUCTION On ne concevrait pas en maternelle une manipulation des nombres sans représentation spatiale. L enfant manipule des collections qu il va comparer,

Plus en détail

2. CONSTRUIRE LE CONCEPT DE. la dialectique enseigner / apprendre

2. CONSTRUIRE LE CONCEPT DE. la dialectique enseigner / apprendre 2. CONSTRUIRE LE CONCEPT DE NOMBRE, OUI MAIS COMMENT? la dialectique enseigner / apprendre 1 un modèle d'apprentissage : Piaget psychologie du développement sujet milieu (d'apprentissage) équilibre élément

Plus en détail

Le graphisme et l écriture, en lien avec les apprentissages en maternelle

Le graphisme et l écriture, en lien avec les apprentissages en maternelle Le graphisme et l écriture, en lien avec les apprentissages en maternelle Conférence de Marie-Thérèse Zerbato-Poudou : Les apprentissages à l école maternelle 12 novembre 2008, St Etienne de St Geoirs

Plus en détail

LA MAIN A LA PATE Les cinq sens Cycle 2 Les cinq sens.

LA MAIN A LA PATE Les cinq sens Cycle 2 Les cinq sens. LA MAIN A LA PATE Les cinq sens Cycle 2 Les cinq sens. Les cinq sens cycle 2 - doc Ecole des Mines de Nantes 1 LA MAIN A LA PATE Les cinq sens Cycle 2 Les cinq sens. PROGRESSION GENERALE Séance n 1 : Recueil

Plus en détail

Le contexte de mise en place

Le contexte de mise en place Le contexte de mise en place Depuis 2006, l Ecole des mines de Saint-Etienne collabore avec la main à la pâte, la direction des services départementaux de l éducation nationale de la Loire, et les autorités

Plus en détail

Planifier avec les expériences clés pour les enfants de 3 à 5 ans

Planifier avec les expériences clés pour les enfants de 3 à 5 ans Planifier avec les expériences clés pour les enfants de 3 à 5 ans Ginette Hébert formatrice en petite enfance AFÉSÉO FORUM 2012 Cette formation s appuie sur mon expérience d accompagnement d éducatrices

Plus en détail

Découvrir le monde à l école maternelle

Découvrir le monde à l école maternelle Découvrir le monde à l école maternelle Faire des sciences à l école en se questionnant et se confrontant au réel en mettant en œuvre une démarche d investigation en ayant un regard critique en travaillant

Plus en détail

Professeur Thierry BOUGEROL

Professeur Thierry BOUGEROL UE7 - Santé Humanité Société Chapitre 2 : Développement psychologique : personnalité et tempérament Professeur Thierry BOUGEROL Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous

Plus en détail

Fiche AP5 - Les étirements :

Fiche AP5 - Les étirements : Fiche AP5 - Les étirements : pourquoi faut-il s étirer quand on fait du sport? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien

Plus en détail

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Type d outil : Outil pour favoriser la mise en mémoire et développer des démarches propres à la gestion mentale. Auteur(s) : Sarah Vercruysse,

Plus en détail

Aider les élèves qui en ont le plus besoin. Animation pédagogique 17 septembre 2008

Aider les élèves qui en ont le plus besoin. Animation pédagogique 17 septembre 2008 Aider les élèves qui en ont le plus besoin Animation pédagogique 17 septembre 2008 Un facteur de réussite scolaire : les capacités métacognitives de l élève Wang M.-C. (1990) Qu est-ce que la métacognition?

Plus en détail

PLAN RÉÉDUCATION POUR LES UTILISATEURS DE L'ARTICULATION. Contrôle de la phase pendulaire. Par Jos DECKERS

PLAN RÉÉDUCATION POUR LES UTILISATEURS DE L'ARTICULATION. Contrôle de la phase pendulaire. Par Jos DECKERS PLAN de RÉÉDUCATION POUR LES UTILISATEURS DE L'ARTICULATION Contrôle de la phase pendulaire Par Jos DECKERS 02 Sommaire LA RÉÉDUCATION Objectifs : Pour que le patient puisse utiliser correctement l articulation,

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

Synthèse Mon projet d emploi

Synthèse Mon projet d emploi Synthèse Mon projet d emploi Nom : Date : Complété par : TÉVA Estrie 2012 La synthèse permet de recueillir les informations notées dans les questionnaires et de constater les ressemblances et les différences

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes Les 3 objectifs sont poursuivis aussi bien à l'école maternelle, qu'à l école primaire MATERNELLE * Favoriser la construction des actions motrices

Plus en détail

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Atelier Cognisud Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Ces notes sont une contribution à la réflexion dans le cadre de PIRSTEC, faite par le réseau Cognisud suite à un atelier organisé le Jeudi

Plus en détail

Se réécouter, améliorer sa prononciation, Refaire (statut de l erreur ) S entendre parler. S entendre parler

Se réécouter, améliorer sa prononciation, Refaire (statut de l erreur ) S entendre parler. S entendre parler Enregistrer un élève, un groupe d élèves Faire s exprimer l enfant Améliorer la prononciation Favoriser l acquisition des sons Dire avec une bonne prononciation Evaluer les difficultés de langage S exprimer,

Plus en détail

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif?

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif? Le trouble de traitement auditif _TTA Entendre n est pas comprendre. Détecter les sons représente la première étape d une série de mécanismes auditifs qui sont essentiels pour la compréhension de la parole

Plus en détail

COMMENT AIDER UN ÉLÈVE QUI BÉGAIE?

COMMENT AIDER UN ÉLÈVE QUI BÉGAIE? 10 504, boulevard Saint-Laurent, local 1 Montréal, (Qc), H3L 2P4; 514.332.9593 www.cliniquebeausoleil.com COMMENT AIDER UN ÉLÈVE QUI BÉGAIE? QU'EST-CE QUE LE BÉGAIEMENT? à Trouble caractérisé par une fréquence

Plus en détail

Loin de mes yeux. Chaque personne apprivoise la mort à sa façon, ce qui apporte à cette dernière

Loin de mes yeux. Chaque personne apprivoise la mort à sa façon, ce qui apporte à cette dernière Loin de mes yeux Chaque personne apprivoise la mort à sa façon, ce qui apporte à cette dernière expérience une dimension unique. Voici un guide tout simple, une carte routière pour vous montrer les chemins

Plus en détail

Mieux connaître son bébé

Mieux connaître son bébé Mieux connaître son bébé Traduction française: Carine Schoutteten Isabelle Place Christine Rémont Yves Hennequin Table des matières : Introduction 3 Soins soutenant le développement 4 Comportements physiologiques

Plus en détail

> Exercices d'étirement au travail

> Exercices d'étirement au travail Page 1 sur 7 Accueil > Réponses SST > Ergonomie > Ergonomie au bureau - Le bureau moderne > Exercices d'étirement au travail Pourquoi est-il important de s'étirer? Que peut-on faire pour minimiser les

Plus en détail

Articulaction Exercices pour le dos et le cou

Articulaction Exercices pour le dos et le cou Articulaction Exercices pour le dos et le cou Programme de prévention des blessures au travail Service de santé et sécurité au travail Centre Acti-Santé Programme d exercices pour le dos et le cou Les

Plus en détail

Préparation à la pratique

Préparation à la pratique Debout, Préparation à la pratique Frotter le visage Pour faire circuler l énergie Taper sur tout le corps (2 fs) pour réchauffer le corps pour réveiller le Yang, même l après midi après la sieste pour

Plus en détail

Le comportement verbal

Le comportement verbal Le comportement verbal Charlotte GAMARD Orthophoniste - Formatrice Colloque Autisme Dijon 1-2 - 3 avril 2015 Plan Historique et définition de l ABA Le courant ABA-VB Les opérants verbaux : définitions

Plus en détail

La paralysie cérébrale. 4 - La motricité et les déplacements. livret informatif destiné aux familles du programme Enfants et adolescents

La paralysie cérébrale. 4 - La motricité et les déplacements. livret informatif destiné aux familles du programme Enfants et adolescents La paralysie cérébrale 4 - La motricité et les déplacements livret informatif destiné aux familles du programme Enfants et adolescents Centre de réadaptation Estrie, 2008 En général Les enfants bougent

Plus en détail

2 ème PARTIE : FONCTIONNEMENT DU SYSTEME NERVEUX

2 ème PARTIE : FONCTIONNEMENT DU SYSTEME NERVEUX 2 ème PARTIE : FONCTIONNEMENT DU SYSTEME NERVEUX INTRODUCTION cliquez : UNE ANIMATION POUR COMPRENDRE LE ROLE DES MUSCLES DANS LA MOUVEMENT Je ne donne pas de réponse à la 4/ car c'est votre hypothèse

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron?

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? ÉTIREMENTS Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives, quels que soient l âge et le niveau

Plus en détail

LES MECANISMES DE DEFENSE

LES MECANISMES DE DEFENSE LES MECANISMES DE DEFENSE Table des matières Table des matières 3 I - GENERALITES, DEFINITION 7 A. GENERALITES, DEFINITION...7 II - LES PRINCIPAUX MECANISMES DE DEFENSE 9 A. le refoulement :...9 B. la

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

FORCE DE VENTE : une approche commerciale efficace

FORCE DE VENTE : une approche commerciale efficace Les formations standardisées voulant mettre le commercial dans un «moule» et formater une personne en appliquant des techniques à la lettre sont bien différentes de ce que nous vous proposons chez Semaphorus.

Plus en détail

Compétences du bébé, compétences des parents, le point de vue du pédopsychiatre Dr Julie MARCOU Hôpital St Joseph Plan: Introduction 1- Compétences du bébé -compétences des parents 2- Canaux de communication

Plus en détail

FONCTIONNEMENT DE GROUPE ET D'EQUIPE AU TRAVAIL

FONCTIONNEMENT DE GROUPE ET D'EQUIPE AU TRAVAIL FONCTIONNEMENT DE GROUPE ET D'EQUIPE AU TRAVAIL Intro... 1 I. Caractéristiques des différents types de groupe... 1 A. Définitions... 1 B. Définition selon Anzieu et Martin... 2 C. Définition de Fisher...

Plus en détail

I : Introduction II : Échauffement III : Exercices avec élastiques IV : Étirements / relaxation

I : Introduction II : Échauffement III : Exercices avec élastiques IV : Étirements / relaxation PLAN : I : Introduction II : Échauffement III : Exercices avec élastiques IV : Étirements / relaxation I/ INTRODUCTION : Les 2 applications principales du travail avec élastique sont la re-musculation

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

L E. P. S. 4 A 4 Michel FAURE, CPD EPS DA 13

L E. P. S. 4 A 4 Michel FAURE, CPD EPS DA 13 L E. P. S. 4 A 4 Michel FAURE, CPD EPS DA 13 Les 4 tableaux format A4 suivants (l EPS 4 à 4!) sont le résultat d une tentative personnelle de présentation synthétique d utiles connaissances et considérations

Plus en détail

19.TABLE DES MATIERES

19.TABLE DES MATIERES 19.TABLE DES MATIERES INTRODUCTION Un chien peut-il naître dans l obéissance? 5 1. LA REFLEXION AVANT LE CHOIX Quelle est la place du chien de compagnie? 9 Est-ce que je serai un bon propriétaire? 9 Les

Plus en détail

Quelques exemples de jeux pour sensibiliser les enfants au monde du handicap

Quelques exemples de jeux pour sensibiliser les enfants au monde du handicap S'amuser en groupe, sans voir Quelques exemples de jeux pour sensibiliser les enfants au monde du handicap Les écureuils dans les arbres S'orienter dans l'espace grâce aux sons Utiliser la technique de

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

2. l enfant de 3-6 ans 2.1 le développement moteur et intellectuel

2. l enfant de 3-6 ans 2.1 le développement moteur et intellectuel Index des Dossiers Envoyer cette page à un(e) ami(e) Le Développement Psychologique de l'enfant page 1-2 - 3-4 TEXTES Réflexions Dossiers Etudes Bibliques Témoignages Intro à la Bible Symbole des Apôtres

Plus en détail

SEQUENCE LES 5 SENS. LA VUE L œil, La lumière La vision. L ODORAT, Le nez Les substances à l état gazeux L olfaction

SEQUENCE LES 5 SENS. LA VUE L œil, La lumière La vision. L ODORAT, Le nez Les substances à l état gazeux L olfaction SEQUENCE LES 5 SENS COMPETENCES Découverte du monde du vivant - Découvrir les parties du corps et les cinq sens : leurs caractéristiques et leurs fonction (organes associés) - Observer, décrire, manipuler

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie de Huntington?

Qu est-ce que la maladie de Huntington? Qu est-ce que la maladie de Huntington? Description sommaire Qu est-ce que la maladie de Huntington? La maladie de Huntington (MH) est une maladie neurodégénérative longtemps connue sous le nom de Chorée

Plus en détail

SAVOIR S'ÉCHAUFFER POURQUOI FAUT-IL S ÉCHAUFFER?

SAVOIR S'ÉCHAUFFER POURQUOI FAUT-IL S ÉCHAUFFER? SAVOIR S'ÉCHAUFFER POURQUOI FAUT-IL S ÉCHAUFFER? Pour préparer son corps à subir une activité physique importante sans se blesser (contracture, déchirure, claquage, entorse...). Les muscles et les tendons

Plus en détail

«La capacité à être seul», WINNICOTT

«La capacité à être seul», WINNICOTT «La capacité à être seul», WINNICOTT La capacité d être seul est un signe des plus importants de la maturité du développement affectif. On repère chez le sujet ce qu il éprouve dans des situations de solitude,

Plus en détail

02/12/2014. Institut Jean-Pierre Lallemand. Historique. Historique. Théorie de la communication

02/12/2014. Institut Jean-Pierre Lallemand. Historique. Historique. Théorie de la communication Institut Jean-Pierre Lallemand Théorie de la communication Chapitre 6 PNL (30 périodes) Bachelier Educateur spécialisé Niveau I Approche conceptuelle I Année académique 2010-2011 Cours de Daniel Cornelis

Plus en détail

DOMAINES MOTEUR ET SENSORIEL

DOMAINES MOTEUR ET SENSORIEL DOMAINES MOTEUR ET SENSORIEL Page 1 sur 12 OBJECTIF GÉNÉRAL : 1. AMÉLIORER LES HABILETÉS MOTRICES GLOBALES 1.1 L élève développera des stratégies pour coordonner ses mouvements. 1. Appliquer les recommandations

Plus en détail

La technique en 7 étapes. Déroulement du mouvement. ASTA Association Suisse de Tir à l Arc. Conseil des entraîneurs

La technique en 7 étapes. Déroulement du mouvement. ASTA Association Suisse de Tir à l Arc. Conseil des entraîneurs Déroulement du mouvement 1. Position Position des pieds Jambes Hanches Buste Tête 2. Bras d arc Main d arc Point de pression Coude Bras de l arc Epaule 3. Bras de corde Prise de corde Position des doigts

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

SOMMAIRE. METHODE VITTOZ... P3 La Méthode... P3 Le champ d action... P3. Centre de formation AKOUO : CCCM 77 rue Ste Cécile 13005 Marseille

SOMMAIRE. METHODE VITTOZ... P3 La Méthode... P3 Le champ d action... P3. Centre de formation AKOUO : CCCM 77 rue Ste Cécile 13005 Marseille FORMATION A LA METHODE VITTOZ Centre Culturel CCCM 77 rue Ste Cécile 13005 Marseille Tel 04 91 25 88 89 Mail : centre.culturel.cccm@free.fr Site : http://centre.culturel.cccm.free.fr http://vittoz-akouo-formation-marseille.com

Plus en détail