MARKETING SOCIAL ET EXAMEN FINANCIER

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MARKETING SOCIAL ET EXAMEN FINANCIER"

Transcription

1 MARKETING SOCIAL ET EXAMEN FINANCIER Un project du Groupe consultatif d assistance aux pauvres (CGAP) Documenter et analyser l utilisation du marketing social pour renforcer le bien-être financier

2 QUELQUES MOTS SUR LE MARKETING SOCIAL Depuis plus de 30 ans, les principes du marketing commercial sont appliqués dans le but d influencer les comportements afin : d améliorer la santé d éviter les blessures de protéger l environnement

3 AMELIORER LA SANTE Diminution du tabagisme aux USA De 42 % en 1964 A 21 % en 2007

4 EVITER LES BLESSURES Encourager le port de la ceinture aux USA D environ 60% en 1963 A 83 % en 2008

5 PROTEGER L ENVIRONNEMENT Augmenter le recyclage dans la rue D environ 8 % en 1990 A 33 % en 2007

6 MARKETING SOCIAL ET ANALYSE FINANCIERE 1. Identifier exemples d application du marketing social aux comportements afin d améliorer le bien-être financier des populations pauvres 2. En sélectionner 8-10 pour une étude de cas approfondie 3. Recommendations pour étendre et renforcer l utilisation de cette discipline

7 PRINCIPALES ACTIVITES Enquête radiotélévisée : juin & juillet Brève présentation de cas : août Points forts au Ghana : septembre Sélection des cas détaillés : septembre Rapport : octobre décembre

8 THEMATIQUES FINANCIERES Ouvrir un compte bancaire Accroître l épargne Utiliser le crédit avec discernement Eviter le surendettement Demander un prêt de microfinance Adopter les nouvelles technologies Se protéger contre la fraude Choisir la bonne assurance Rapporter les abus Faire le tour des offres et comparer

9 PRINCIPALES PREUVES DU MARKETING SOCIAL 1. Segmentation des marchés 2. Clarté des comportements 3. La boîte à outils marketing contient les 4 P Produit Prix Place Promotion

10 SEGMENTATION Travailleurs du sexe en Inde Titulaires d un compte en banque sans épargne Agriculteurs des groupes de «développement personnel» au Kenya Baby-boomeuses aux USA avec enfants souffrant d achats compulsifs Filles de ans en Mongolie exclus du système bancaire à San Francisco ménages vivant sur les plantations de thé en Inde Sans-logis célibataires à Seattle Parents ayant des enfants de moins de 18 ans au Kenya Jeunes à risque à Hawaï

11 CLARTE DES COMPORTEMENTS S engager à épargner Participer à des formations commerciales Tenir au quotidien un journal d activité Augmenter le % de cultures exportées Rembourser ses emprunts à temps Ouvrir un compte «Gardez la monnaie» Accepter les services liés aux nouvelles technologies Réclamer son «Crédit d impôt sur le revenu» Rapporter fraudes et abus Ouvrir un compte d épargne pour son enfant Demander un micro-crédit Lire avec attention les conditions d assurance

12 1 er P : PRODUITS Calculs pour déterminer s il vaut mieux travailler Engagement à ouvrir un compte d épargne Formation à l esprit d entreprise Acquisition de connaissances financières Services d aide à la fiscalité Prêts de microfinance aux familles vivant avec le VIH/SIDA Journaux pour suivre l évolution des dépenses et de l épargne

13 2 e P : PRIX Les comptes Jumbo Junior offrent des réductions dans plusieurs magasins de livres et d habillement entre autres Taux d intérêt préférentiels & avantages si l engagement d épargne est tenu Pour les exclus du système bancaire à San Francisco, pas de solde minimum et suppression du découvert Récompenses en liquide pour les plans d entreprise à succès Toute épargne est majorée

14 3 e P : PLACE Collecteurs de dépôts en porte à porte Transfert automatique du compte courant au compte d épargne Transactions à distance Ouverture des comptes aux YMCA Entrer dans les quartiers de prostitution pour collecter quotidiennement les dépôts

15 4 e P : PROMOTION Puzzle avec illustration de l objectif d épargne Lettres de rappel pour le remboursement des prêts Shows itinérants Annonces dans les services publics Publicité payante : TV, panneaux, presse, posters Brochures Feuilletons Educateurs de proximité

16 RESUME Le marketing social est une discipline qui a fait ses preuves à l heure d influencer les comportements volontaires en matière de : Santé Sécurité Environnement Encourager à un comportement financier sain : telle est la nouvelle frontière

Statistiques monétaires et financières à moyen terme

Statistiques monétaires et financières à moyen terme Le microcrédit en France et en Europe Par Maria Nowak, Présidente de l Adie et du Réseau Européen de microfinance Statistiques monétaires et financières à moyen terme CNIS : 21 mars 2008 Définition Dans

Plus en détail

Préparé pour : M. Hubert REER Par : Jean Le Conseiller

Préparé pour : M. Hubert REER Par : Jean Le Conseiller Préparé pour : M. Hubert REER Par : Jean Le Conseiller Planiste Ltée. 485 McGill, Bureau 400 - Montréal (Québec) H2Y 2H4 Téléphone :(514) 904-0934 - Sans frais :1 (866) 904-0934 - Télécopieur :(514) 904-0936

Plus en détail

Produits financiers flexibles, inclusion financière et réduction de la pauvreté

Produits financiers flexibles, inclusion financière et réduction de la pauvreté Encadré 4 1 L intérêt des produits financiers flexibles L accès aux services financiers dans les pays en voie de développement est limité par plusieurs contraintes particulières (faible densité de population,

Plus en détail

Qu est-ce que l effet de levier?

Qu est-ce que l effet de levier? EMPRUNTER POUR INVESTIR : CE N EST PAS POUR TOUT LE MONDE Qu est-ce que l effet de levier? L effet de levier consiste à investir en empruntant une partie ou la totalité des sommes. De cette façon, vous

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

SMART LENDING: PROTECTION DU CLIENT DANS LE PROCESSUS DE CRÉDIT

SMART LENDING: PROTECTION DU CLIENT DANS LE PROCESSUS DE CRÉDIT SMART LENDING: PROTECTION DU CLIENT DANS LE PROCESSUS DE CRÉDIT Une vue d ensemble de l intégration des pratiques de protection du client au prêt individuel par les institutions de micro finance. www.smartcampaign.org

Plus en détail

Antécédents de crédit Banque Bon d études canadien Calendrier des dépenses Carte de crédit Carte de débit CELI Chèque du Gouvernement du Canada

Antécédents de crédit Banque Bon d études canadien Calendrier des dépenses Carte de crédit Carte de débit CELI Chèque du Gouvernement du Canada Antécédents de crédit Les renseignements rassemblés qui montrent le temps que cela vous prend à payer l argent que vous avez emprunté. Banque Une institution financière qui dépose de l argent, prête de

Plus en détail

Rapport de Performance Sociale 2010 Activité Microfinance BNP Paribas

Rapport de Performance Sociale 2010 Activité Microfinance BNP Paribas Rapport de Performance Sociale 2010 Activité Microfinance BNP Paribas 1 sommaire Editorial François Debiesse et Emmanuel de Lutzel Mission et objectifs de l activité Microfinance BNP Paribas Rapport de

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

Sommaire. Formules Jeunes 4. Formule Jeunes 6. Formule Campus 9. Formule Directe 11. Formule Junior 12. Comptes épargne 15. Cartes bancaires 16

Sommaire. Formules Jeunes 4. Formule Jeunes 6. Formule Campus 9. Formule Directe 11. Formule Junior 12. Comptes épargne 15. Cartes bancaires 16 FORMULES JEUNES BCV 2 Sommaire Formules Jeunes 4 Formule Jeunes 6 Formule Campus 9 Formule Directe 11 Formule Junior 12 Comptes épargne 15 Cartes bancaires 16 Club Jeunes 19 3 Formules Jeunes L avenir

Plus en détail

L état des flux de trésorerie

L état des flux de trésorerie CHAPITRE 2 L état des flux de trésorerie 9 RECUEIL DE SOLUTIONS POUR ÉTUDIANTS CHAPITRE 2 LIBRAIRIE LACOSTE INC. chap. 2, n o 1 CHIFFRIER DE L ÉTAT DES FLUX DE TRÉSORERIE pour l exercice terminé le 31

Plus en détail

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Les origines et les manifestations de la crise économique et financière par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Plan Introduction 1. Origines de la crise financière: les «subprimes» 2. Les

Plus en détail

La microfinance Mythes et réalité Où comment faire de l argent sur le dos des pauvres

La microfinance Mythes et réalité Où comment faire de l argent sur le dos des pauvres La microfinance Mythes et réalité Où comment faire de l argent sur le dos des pauvres Crise de légitimité La microfinance a bénéficié au niveau international d une très grande popularité depuis sa création

Plus en détail

Connaissance du dispositif. Projet. État civil. Les renseignements communiqués sont confidentiels. Ils serviront à répondre au mieux à la demande

Connaissance du dispositif. Projet. État civil. Les renseignements communiqués sont confidentiels. Ils serviront à répondre au mieux à la demande Connaissance du dispositif Les renseignements communiqués sont confidentiels. Ils serviront à répondre au mieux à la demande Affiche dans un centre d aide sociale Affiche dans une agence bancaire Panneau

Plus en détail

Par Claude d Almeida, mai 2012.

Par Claude d Almeida, mai 2012. 1 er FORUM ÉCONOMIQUE DU PATRONAT IVOIRIEN Thème : «MÉCANISMES INNOVANTS ET ALTERNATIFS DE FINANCEMENT DU SECTEUR PRIVÉ» Par Claude d Almeida, mai 2012. CLAUDE D ALMEIDA, CONSULTANT ANCIEN STATISTICIEN

Plus en détail

Table Ronde autour des différents métiers financés par le secteur de la Micro finance Marocaine et son potentiel de développement.

Table Ronde autour des différents métiers financés par le secteur de la Micro finance Marocaine et son potentiel de développement. Table Ronde autour des différents métiers financés par le secteur de la Micro finance Marocaine et son potentiel de développement Xavier Reille Responsable département "Accès aux Services Financiers" de

Plus en détail

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Mai 2009 Les compétences qu il faudrait avoir acquises A la fin du primaire A la fin de la scolarité obligatoire Les élèves doivent

Plus en détail

Smart Lending : la protection du client dans le processus de crédit

Smart Lending : la protection du client dans le processus de crédit Smart Lending : la protection dans le processus de crédit Comment intégrer les pratiques dans le prêt individuel des institutions de microfinance : vue d ensemble www.smartcampaign.org INTRODUCTION Ce

Plus en détail

22 Solut!ons pour planifier vos finances. Des stratégies éprouvées

22 Solut!ons pour planifier vos finances. Des stratégies éprouvées 22 Solut!ons pour planifier vos finances Des stratégies éprouvées pour améliorer vos finances L avenir que vous bâtissez aujourd hui est celui dont vous profiterez demain Seriez-vous rassuré de savoir

Plus en détail

MARATHON PRO BONO HEC FORMATION PRO BONO S INITIER AU MICROCREDIT

MARATHON PRO BONO HEC FORMATION PRO BONO S INITIER AU MICROCREDIT MARATHON PRO BONO HEC FORMATION PRO BONO S INITIER AU MICROCREDIT Pour plus d informations, visitez www.marathonprobono.fr/campus-hec-2012 Préambule Ce contenu pédagogique est destiné aux petites associations

Plus en détail

La microfinance en Inde

La microfinance en Inde COVALENCE INTERN ANALYST PAPERS La microfinance en Inde Yola Argot-Nayekoo Master 1 de Commerce International et langue orientale Hindi à Paris (Frace) Ethical Information Analyst Intern, Covalence SA,

Plus en détail

Microfinance et technologie : Quel impact du digital sur le secteur?

Microfinance et technologie : Quel impact du digital sur le secteur? Microfinance et technologie : Quel impact du digital sur le secteur? INTERVENANTS Mardi 9 septembre de 14h à 15h30 Salle Notre Dame des Victoires, Palais Brongniart, Directeur général, SAIF MANKO, Groupe

Plus en détail

CRM Banque. Fonctionnalités clés. Vision complète de la performance de la banque. Optimisation fondamentale de la relation client

CRM Banque. Fonctionnalités clés. Vision complète de la performance de la banque. Optimisation fondamentale de la relation client CRM Banque Fonctionnalités clés Vision complète de la performance de la banque Suivi des indicateurs clés de performance de la banque avec des tableaux de bord en temps réel, des rapports prédéfinis, une

Plus en détail

SMART SAVINGS : PROTECTION DES CLIENTS DANS LA PROCEDURE D EPARGNE

SMART SAVINGS : PROTECTION DES CLIENTS DANS LA PROCEDURE D EPARGNE SMART SAVINGS : PROTECTION DES DANS LA PROCEDURE D EPARGNE Une vue d ensemble de l intégration des pratiques de protection du client par les institutions de microfinance dans la procédure d épargne. 1

Plus en détail

Compte Optimum CBC. Placez et rentabilisez vos excédents temporaires de liquidité

Compte Optimum CBC. Placez et rentabilisez vos excédents temporaires de liquidité Compte Optimum CBC Placez et rentabilisez vos excédents temporaires de liquidité Vous avez des excédents temporaires de liquidités? Le compte Optimum CBC est un compte à vue réservé aux personnes morales

Plus en détail

Tout sur le Régime de partage des profits

Tout sur le Régime de partage des profits Tout sur le Régime de partage des profits 1 2 Ordre du jour 1 re partie : Fonctionnement et objectifs du Régime de partage des profits 2 e partie : Primes 3 e partie : Ce que vous devriez savoir sur les

Plus en détail

Le compte d épargne libre d impôt proposé dans le budget

Le compte d épargne libre d impôt proposé dans le budget Le compte d épargne libre d impôt proposé dans le budget Parmi les promesses électorales faites en 2006 par les Conservateurs figurait l élimination de l impôt sur les gains en capital à condition que

Plus en détail

Orientation financière Analyse de votre patrimoine

Orientation financière Analyse de votre patrimoine 22 janvier 2008 Orientation financière Analyse de votre patrimoine Dossier personnel à l'intention de Anne EXEMPLE Rue de l'exercice 32 1200 GENEVE Etat du patrimoine pris en compte Analyse par rapport

Plus en détail

Comparer l intérêt simple et l intérêt composé

Comparer l intérêt simple et l intérêt composé Comparer l intérêt simple et l intérêt composé Niveau 11 Dans la présente leçon, les élèves compareront divers instruments d épargne et de placement en calculant l intérêt simple et l intérêt composé.

Plus en détail

RÉSEAU AFRICAIN DE MICROFINANCE (AFMIN)

RÉSEAU AFRICAIN DE MICROFINANCE (AFMIN) RÉSEAU AFRICAIN DE MICROFINANCE (AFMIN) PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT DE NORMES ET D INDICATEURS DE PERFORMANCE COMMUNS INDICATEURS DE PERFORMANCE ET DÉFINITIONS CONVENUS OCTOBRE 2002 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

La finance durable a-elle un avenir durable?

La finance durable a-elle un avenir durable? La finance durable a-elle un avenir durable? La perspective du microcrédit Emmanuelle Javoy 1 L exclusion bancaire Les bénéficiaires Le client type des services de microfinance est une «personne à faibles

Plus en détail

LA MOBILISATION DE L EPARGNE PAR LES IMF : QUAND? COMMENT? COUTS ET AVANTAGES. Makarimi A. ADECHOUBOU 28 mai 2002

LA MOBILISATION DE L EPARGNE PAR LES IMF : QUAND? COMMENT? COUTS ET AVANTAGES. Makarimi A. ADECHOUBOU 28 mai 2002 LA MOBILISATION DE L EPARGNE PAR LES IMF : QUAND? COMMENT? COUTS ET AVANTAGES Makarimi A. ADECHOUBOU 28 mai 2002 IMPORTANCE DE LA MOBILISATION DE L EPARGNE DES ETUDES ET RECHERCHES ONT ETABLI QUE : LES

Plus en détail

Start2Save CBC. Quelques arguments de poids. Une solution pour vous? Score produit : Profil de risque du client : Compte d épargne réglementé

Start2Save CBC. Quelques arguments de poids. Une solution pour vous? Score produit : Profil de risque du client : Compte d épargne réglementé Compte d épargne réglementé Donnez un stimulant supplémentaire à votre argent avec Start2Save CBC Mettez chaque mois un montant de côté et votre fidélité sera récompensée! Un investissement sûr en ces

Plus en détail

CONVENTION DE COMPTE D ÉPARGNE

CONVENTION DE COMPTE D ÉPARGNE CONVENTION DE COMPTE CONVENTION Convention DE COMPTE D ÉPARGNE Compte DE DEPOT de ET dépôt DE SERVICES BANCAIRES DE LA CAISSE D EPARGNE Conditions Générales (en vigueur à compter du 1 er octobre 2011)

Plus en détail

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Arnaud Marchand et Olivier Jérusalmy Réseau Financité L attirance des Belges pour le compte d épargne est loin d être fortuite. Deux facteurs principaux

Plus en détail

FORMULAIRE DE DÉCLARATION DE PATRIMOINE

FORMULAIRE DE DÉCLARATION DE PATRIMOINE FORMULAIRE DE DÉCLARATION DE PATRIMOINE TYPE DE DÉCLARATION: Entrée en Fonction Référence : Loi du 20 Février 2008 et Moniteur No. 17 Sortie de Fonction Titre de la Fonction Date de la déclaration../ /.

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL FINANCEMENT

RÉFÉRENTIEL FINANCEMENT GÉNÉRALE Lexique et abréviations utilisées par l auteur MODULE 1 Introduction MODULE 2 Compréhension de l environnement MODULE 3 Établissement d une stratégie de financement MODULE 4 Planification de la

Plus en détail

Comment Randomiser (II)

Comment Randomiser (II) Comment Randomiser (II) William Parienté J-PAL povertyactionlab.org Plan du cours Méthodes de randomisation (récapitulatif) Unités de randomisation et d observation Stratification Comment randomiser en

Plus en détail

Services bancaires pour les petites et moyennes entreprises Ce que vous devez savoir

Services bancaires pour les petites et moyennes entreprises Ce que vous devez savoir 06 Services bancaires pour les petites et moyennes entreprises Ce que vous devez savoir La majorité des clients d affaires des banques sont de petites et moyennes entreprises (PME). En effet, les banques

Plus en détail

PLAN DE LEÇON TITRE : Qu est-ce que le crédit? Résultats d apprentissage de la littératie financière. Attentes et contenus d apprentissage

PLAN DE LEÇON TITRE : Qu est-ce que le crédit? Résultats d apprentissage de la littératie financière. Attentes et contenus d apprentissage 70 minutes Résultats d apprentissage de la littératie financière À la fin de la leçon, les élèves pourront : expliquer l objectif du crédit; analyser le rôle et l importance du crédit en ce qui concerne

Plus en détail

Les prêts hypothécaires. Habiter chez soi. www.bcn.ch

Les prêts hypothécaires. Habiter chez soi. www.bcn.ch Les prêts hypothécaires Habiter chez soi www.bcn.ch Les financements hypothécaires Vu la valeur généralement élevée des biens immobiliers, il est usuel de faire appel à une banque, afin de participer au

Plus en détail

Votre compte Sélect Banque Manuvie peut continuer à travailler... même lorsque vous ne le pouvez pas. L assurance crédit Sélect Banque Manuvie

Votre compte Sélect Banque Manuvie peut continuer à travailler... même lorsque vous ne le pouvez pas. L assurance crédit Sélect Banque Manuvie Votre compte Sélect Banque Manuvie peut continuer à travailler... même lorsque vous ne le pouvez pas L assurance crédit Sélect Banque Manuvie 1 Sans revenu, auriez-vous encore une maison? Si vous avez

Plus en détail

Observatoire de l opinion des Français sur la microfinance 3ème vague Une enquête Ipsos/Logica Business Consulting Mars 2012

Observatoire de l opinion des Français sur la microfinance 3ème vague Une enquête Ipsos/Logica Business Consulting Mars 2012 Observatoire de l opinion des Français sur la microfinance 3ème vague Une enquête Ipsos/Logica Business Consulting 2012 Ipsos. Fiche technique Sondage effectué pour : Convergences 2015 Échantillon : 1006

Plus en détail

Enquête du FMI sur l accès au marché financier et indice d inclusion financière

Enquête du FMI sur l accès au marché financier et indice d inclusion financière Enquête du FMI sur l accès au marché financier et indice d inclusion financière Département des Statistiques du FMI Les idées exprimées ici sont celles de l auteur et ne doivent en aucun cas être attribuées

Plus en détail

Termes de références. Étude de faisabilité sur le Mobile Banking

Termes de références. Étude de faisabilité sur le Mobile Banking Termes de références Étude de faisabilité sur le Mobile Banking Date limite 22/04/2013 Pays : Tunisie Institution : Secteur : Microfinance Partenaire : Union Européenne Date d émission : 10/04/2013 Date

Plus en détail

Proposition d assurance

Proposition d assurance Proposition d assurance Assurance solde restant dû Assurance temporaire décès à capital constant En cas de question, prière de contacter le service Mortgage Linked Life Insurance: Bd. E. Jacqmain 53, B-1000

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014-2015

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014-2015 CATALOGUE DE FORMATIONS 2014-2015 L organisme de formation professionnelle 72 33 09109 33 SIRET 793 870 684 000 16 1 CATALOGUE DE FORMATIONS Sommaire Qui sommes-nous 2 Modules de formation proposés Module

Plus en détail

PRÊTS AUX COOPÉRATIVES DE PRODUCTEURS. Par Robert Pascal Responsable agrinégoce Août 2013

PRÊTS AUX COOPÉRATIVES DE PRODUCTEURS. Par Robert Pascal Responsable agrinégoce Août 2013 PRÊTS AUX COOPÉRATIVES DE PRODUCTEURS Par Robert Pascal Responsable agrinégoce Août 2013 Table des matières NMB en bref Structure du service agrinégoce Contexte agricole en Tanzanie Approche de NMB du

Plus en détail

À qui confier ses impôts? Mais examinons pour commencer 1)Les grandes lignes de notre système fiscal

À qui confier ses impôts? Mais examinons pour commencer 1)Les grandes lignes de notre système fiscal JEAN PELLETIER, COMPTABLE PROFESSIONNEL AGRÉÉ (CA) À qui confier ses impôts? Mais examinons pour commencer 1)Les grandes lignes de notre système fiscal Au Canada, l impôt sur le revenu est prélevé sur

Plus en détail

ABC DES CARTES DE DÉBIT

ABC DES CARTES DE DÉBIT GUIDES FINANCIERS PRATIQUES ABC DES CARTES DE DÉBIT Ce que vous devez savoir sur l utilisation de votre carte de débit UN ACCÈS À VOS FONDS Si une carte de crédit vous permet de «payer plus tard», une

Plus en détail

Qu est-ce que le crédit?

Qu est-ce que le crédit? Qu est-ce que le crédit? NIVEAU 9 11 Dans cette leçon, les élèves examineront les différents types de cartes de crédit offertes ainsi que les avantages et les inconvénients d acheter à crédit. Cours Initiation

Plus en détail

Assurance gratuite contre la perte de revenus

Assurance gratuite contre la perte de revenus Assurance gratuite contre la perte de revenus INFORMATIONS GÉNÉRALES Statistiques voisines Périodicité Ponctualité Propriété L assurance gratuite contre la perte de revenus est une assurance souscrite,

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

GUIDES FINANCIERS PRATIQUES ABC DES CARTES DE CRÉDIT. Ce que vous devez savoir sur l utilisation de votre carte de crédit

GUIDES FINANCIERS PRATIQUES ABC DES CARTES DE CRÉDIT. Ce que vous devez savoir sur l utilisation de votre carte de crédit GUIDES FINANCIERS PRATIQUES ABC DES CARTES DE CRÉDIT Ce que vous devez savoir sur l utilisation de votre carte de crédit SOYEZ RESPONSABLE Les cartes de crédit sont de puissants outils financiers pour

Plus en détail

LES BANQUES. I. Les différents services proposés par les banques :

LES BANQUES. I. Les différents services proposés par les banques : LES BANQUES I. Les différents services proposés par les banques : Les services bancaires représentent l ensemble des produits proposés par une banque. Les services bancaires les plus connus sont : Epargne

Plus en détail

SOLUTIONS DE LA BANQUE MANUVIE POUR DES CONTRATS D ASSURANCE PERMANENTE DONNÉS EN GARANTIE D UN PRÊT. Aide-mémoire

SOLUTIONS DE LA BANQUE MANUVIE POUR DES CONTRATS D ASSURANCE PERMANENTE DONNÉS EN GARANTIE D UN PRÊT. Aide-mémoire SOLUTIONS DE LA BANQUE MANUVIE POUR DES CONTRATS D ASSURANCE PERMANENTE DONNÉS EN GARANTIE D UN PRÊT Aide-mémoire 1 Solutions de la Banque Manuvie pour des contrats d assurance permanente donnés en garantie

Plus en détail

INDICE AUTORITÉ RAPPORT D ANALYSE OCTOBRE 2012 Sylvain Gauthier, vice-président CROP. de la vie aux idées

INDICE AUTORITÉ RAPPORT D ANALYSE OCTOBRE 2012 Sylvain Gauthier, vice-président CROP. de la vie aux idées INDICE AUTORITÉ RAPPORT D ANALYSE OCTOBRE 2012 Sylvain Gauthier, vice-président CROP de la vie aux idées TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE ET OBJECTIFS 3 MÉTHODOLOGIE 5 FAITS SAILLANTS 9 RÉSULTATS DÉTAILLÉS

Plus en détail

«L'IMPORTANCE D'UN CODE DE PROTECTION DES CONSOMMATEURS ET DE REGLES DE CONDUITE STANDARDS

«L'IMPORTANCE D'UN CODE DE PROTECTION DES CONSOMMATEURS ET DE REGLES DE CONDUITE STANDARDS PROMOTION DE LA CAPACITE FINANCIERE ET DE LA PROTECTION DES CONSOMMATEURS EN AFRIQUE : UNE AVANCEE EN FAVEUR DE L'INCLUSION FINANCIERE EN AFRIQUE (ACCRA, les 8 et 9 septembre 2009 ) «L'IMPORTANCE D'UN

Plus en détail

Septembre 2012 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés

Septembre 2012 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés Septembre 2012 www.sif.admin.ch Place financière suisse Chiffres-clés 1 Importance économique de la place financière suisse Ces dix dernières années, les assurances ont accru leur contribution à la création

Plus en détail

Le secteur financier dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) Aperçu pour les réunions annuelles 2008

Le secteur financier dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) Aperçu pour les réunions annuelles 2008 Le secteur financier dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) Aperçu pour les réunions annuelles 2008 Dans l ensemble, le secteur financier dans les pays de la région MENA continue de jouer

Plus en détail

Annuités éligibles au crédit d'impôt sur les intérêts d'emprunt afférant à l'habitation principale-exemples chiffrés

Annuités éligibles au crédit d'impôt sur les intérêts d'emprunt afférant à l'habitation principale-exemples chiffrés Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-ANNX-000440-20120912 DGFIP autres annexes Annuités au sur afférant à l'habitation

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 1

Table des matières. Chapitre 1 Table des matières Chapitre 1 Les objectifs de la planification financière et les objectifs de placement 1 Les objectifs de la planification financière personnelle 1 Premier objectif: atteindre un certain

Plus en détail

lautorite.qc.ca Comment faire le point sur vos finances personnelles?

lautorite.qc.ca Comment faire le point sur vos finances personnelles? lautorite.qc.ca Comment faire le point sur vos finances personnelles? Qui sommes-nous? L Autorité des marchés financiers est l organisme de réglementation et d encadrement du secteur financier au Québec.

Plus en détail

Le Régime de retraite assurée d entreprise. Parce que les entreprises prospères ont besoin d une sécurité et d un revenu

Le Régime de retraite assurée d entreprise. Parce que les entreprises prospères ont besoin d une sécurité et d un revenu Le Régime de retraite assurée d entreprise Parce que les entreprises prospères ont besoin d une sécurité et d un revenu L opportunité Des propriétaires d entreprise qui ont besoin d assurance pour les

Plus en détail

Conférence du 14 juin 2012

Conférence du 14 juin 2012 Soutenu par : Conférence du 14 juin 2012 «Mobile banking : les premiers succès et les défis du futur» Présentation Le mobile banking est un formidable vecteur d inclusion financière. Des offres de mobile

Plus en détail

Finlande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Finlande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

Ma banque. Les prêts hypothécaires BCJ

Ma banque. Les prêts hypothécaires BCJ Les prêts hypothécaires BCJ Ma banque Simple et avantageux, les prêts hypothécaires BCJ. Vous pensez qu il est plus avantageux d acheter son logement que de continuer à payer un loyer à fonds perdus?

Plus en détail

Notre gamme. Un aperçu pour les particuliers

Notre gamme. Un aperçu pour les particuliers Notre gamme Un aperçu pour les particuliers Au plus près de vos besoins. Des solutions simples, des conditions attrayantes et un conseil compétent: vous trouverez tout cela à la Banque Migros. La banque

Plus en détail

Suggestions de pistes pédagogiques pour une éducation financière à l école

Suggestions de pistes pédagogiques pour une éducation financière à l école Suggestions de pistes pédagogiques pour une éducation financière à l école La FSMA (l Autorité des services et marchés financiers) est un organisme public autonome. Parmi les missions qui lui ont été confiées

Plus en détail

L AFD ET LA MICROFINANCE

L AFD ET LA MICROFINANCE L AFD ET LA MICROFINANCE 1988 2008 Vingt ans déjà! Paul Kabre LA MICROFINANCE, POURQUOI? Dans de nombreux pays, l immense majorité de la population n a pas accès au secteur bancaire classique : sa capacité

Plus en détail

ANNEXE : TABLEAUX STATISTIQUES

ANNEXE : TABLEAUX STATISTIQUES ANNEXE : TABLEAUX STATISTIQUES SOMMAIRE TABLEAU 1 : Origine et emploi des ressources aux prix courants..p.188 TABLEAU 2 TABLEAU 3 TABLEAU 4 TABLEAU 5 : Répartition sectorielle du PIB aux prix courants...p.189

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

Dossier de Création d Entreprises

Dossier de Création d Entreprises Université de Sfax Centre Universitaire d Insertion et d Essaimage de Sfax Projet Culture Entrepreneuriale et Création d Entreprise à l Université de Sfax CE & CE Dossier de Création d Entreprises A l

Plus en détail

Le Canada rural, ça compte

Le Canada rural, ça compte Le Canada rural, ça compte 1 Le Canada rural, ça compte Le Canada rural, ça compte Les régions rurales du Canada sont importantes pour la santé et la prospérité du pays. Malheureusement, les habitants

Plus en détail

Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base

Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base Novembre 2010 Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base La France partage pleinement le souci de la Commission européenne

Plus en détail

Description des services KBC-Touch

Description des services KBC-Touch Description des services KBC-Touch KBC-Touch est divisé en 5 grands domaines : Paiements, Épargne et Placements, Logement, Famille, Mobilité. Vous lirez ci-après une description des services par domaine.

Plus en détail

Complémentarité du commerce équitable et de la microfinance

Complémentarité du commerce équitable et de la microfinance Complémentarité du commerce équitable et de la microfinance (Compte rendu de la table ronde du 21 septembre 2006) BIM n - 10 octobre 2006 Association des Centraliens & CERISE Le BIM d'aujourd'hui nous

Plus en détail

L Adhérent s engage à fournir des informations exactes et sera seul responsable de la fourniture d informations erronées.

L Adhérent s engage à fournir des informations exactes et sera seul responsable de la fourniture d informations erronées. L Adhérent s engage à fournir des informations exactes et sera seul responsable de la fourniture d informations erronées. Aucune demande d adhésion ne sera prise en compte par téléphone, fax, courrier

Plus en détail

Le financement de l apprentissage informel

Le financement de l apprentissage informel Études de cas Financial arrangements in informal apprenticeships: Determinants and effects. Findings from urban Ghana, Working Paper n o 49, ILO, 2007. Financement de l apprentissage informel : zoom sur

Plus en détail

Comptes et conditions. Simplifier l argent au quotidien. www.bcn.ch

Comptes et conditions. Simplifier l argent au quotidien. www.bcn.ch Comptes et conditions Simplifier l argent au quotidien www.bcn.ch Vos comptes pour le quotidien Les comptes de transactions, d épargne et de gestion BCN offrent une palette diversifiée de prestations répondant

Plus en détail

Réduire le fardeau fiscal familial par le fractionnement du revenu au moyen d un prêt

Réduire le fardeau fiscal familial par le fractionnement du revenu au moyen d un prêt SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE STRATÉGIE PLACEMENTS ET FISCALITÉ N o 6 Réduire le fardeau fiscal familial par le fractionnement du revenu au moyen d un prêt Les stratégies de

Plus en détail

Introduction. Centre pour le développement Rural et de l Agriculture (CARD) la capacité de la banque à offrir des services d épargne à ses clients en:

Introduction. Centre pour le développement Rural et de l Agriculture (CARD) la capacité de la banque à offrir des services d épargne à ses clients en: Centre pour le développement Rural et de l Agriculture (CARD) Utilisation du PPI pour la promotion de la microépargne et l amélioration de la promotion auprès des pauvres Introduction Le centre pour le

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme de l Espagne pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme de l Espagne pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 259 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme de l Espagne pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

PROGRAMME DE LA FORMATION DE FORMATEURS SPECIALISTES EN MICROCREDIT PERSONNEL

PROGRAMME DE LA FORMATION DE FORMATEURS SPECIALISTES EN MICROCREDIT PERSONNEL PROGRAMME DE LA FORMATION DE FORMATEURS SPECIALISTES EN MICROCREDIT PERSONNEL Introduction (ANDML) : rappel de la convention CDCANDML encadrant la recherche-action de trois ans sur le développement du

Plus en détail

Moi et mon entreprise 6 h

Moi et mon entreprise 6 h Gérer efficacement son entreprise et coaching Formation : 51 h Coaching : 6 h / pers. Clientèle visée : 2 à 5 ans d existence Coûts : 250$ / pers. + taxes ATELIER 1 Suzanne Lacombe 2015/09/15 Mon bottin

Plus en détail

Une introduction à la Microfinance

Une introduction à la Microfinance Une introduction à la Microfinance Présentation ENSAE Mathias ANDRÉ ENSAE Solidaire, pôle Microfinance 10 mars 2010 Mathias ANDRÉ (ENSAE Solidaire) Une introduction à la Microfinance 10 mars 2010 1 / 20

Plus en détail

Sommaire. Formules Jeunes 4. Formule Jeunes 6. Formule Campus 9. Formule Directe 11. Formule Junior 12. Comptes épargne 15. Cartes bancaires 16

Sommaire. Formules Jeunes 4. Formule Jeunes 6. Formule Campus 9. Formule Directe 11. Formule Junior 12. Comptes épargne 15. Cartes bancaires 16 FORMULES JEUNES BCV Sommaire Formules Jeunes 4 Formule Jeunes 6 Formule Campus 9 Formule Directe 11 Formule Junior 12 Comptes épargne 15 Cartes bancaires 16 Club Jeunes 19 3 Formules Jeunes L avenir est

Plus en détail

INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général --------

INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général -------- INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général -------- Colloque UEMOA-CRDI, du 08-10 Décembre 2009, Ouagadougou Samuel T. KABORE; Dieudonné OUEDRAOGO,

Plus en détail

La dette des ménages canadiens : bonne, mauvaise ou menaçante

La dette des ménages canadiens : bonne, mauvaise ou menaçante Rapport La dette des ménages canadiens : bonne, mauvaise ou menaçante L Institut Info-Patrimoine BMO offre de l information et propose des stratégies relatives à la planification du patrimoine et aux décisions

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT DES MENAGES

LE SURENDETTEMENT DES MENAGES BANQUE DE FRANCE LA ROCHE SUR YON SERVICE DES PARTICULIERS LE SURENDETTEMENT DES MENAGES PRESENTATION DU DISPOSITIF ASPECTS PRATIQUES EXTERNE 02/10/2012 BANQUE DE FRANCE LA ROCHE-SUR-YON 1 Le rôle de la

Plus en détail

Comptabilité générale. Prof. Jean-Pierre Chardonnens

Comptabilité générale. Prof. Jean-Pierre Chardonnens Comptabilité générale Prof. Jean-Pierre Chardonnens Monnaies étrangères Transactions internationales Importation en USD Banque USD Importateur suisse Biens USD Fournisseur américain Exportation en USD

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 27 mars 2015 Marie-Pierre Fleury Patrick Humair

Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 27 mars 2015 Marie-Pierre Fleury Patrick Humair Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 27 mars 2015 Marie-Pierre Fleury Patrick Humair Introduction Devises Taux d intérêt Immobilier Obligations Actions Fonds de

Plus en détail

Garanties ARIZ. La sécurisation du crédit au cœur du développement des PME. Février 2010

Garanties ARIZ. La sécurisation du crédit au cœur du développement des PME. Février 2010 Garanties ARIZ La sécurisation du crédit au cœur du développement des PME Février 2010 Obstacles au crédit aux PME dans les pays en développement Le prêt aux PME est une activité émergente que les banques

Plus en détail

Le surendettement des ménages 2013 183

Le surendettement des ménages 2013 183 LIMOUSIN 183 Région Limousin en chiffres Surendettement Données 2013 2 874 dossiers déposés 3 147 personnes surendettées a) 456 dossiers pour 100 000 habitants b) : 36 202 euros c) Contexte socioéconomique

Plus en détail

SEPTEMBRE2013 Prise 04

SEPTEMBRE2013 Prise 04 SEPTEMBRE2013 Prise 04 Dans ce numéro Nouvelles heures d ouverture PORTRAIT DE DIRIGEANT CONSEIL FISCALITÉ OT DU IRECTEUR ÉNÉRAL Dans le but de vous offrir une prestation de service correspondant à vos

Plus en détail

Microcrédit Les risques de la gestion des risques

Microcrédit Les risques de la gestion des risques Microcrédit Les risques de la gestion des risques Ou comment une certaine gestion des risques pourrait détruire le microcrédit 2009 «Comment capitaliser et bénéficier de l apport des sciences cindyniques?»

Plus en détail

Enseignement secondaire technique

Enseignement secondaire technique Enseignement secondaire technique Régime technique Division de la formation administrative et commerciale Cycle supérieur Section gestion Économie de gestion Classe de 12CG Nombre de leçons: 4.0 Nombre

Plus en détail

Comment Surmonter les défis des services bancaires mobiles?

Comment Surmonter les défis des services bancaires mobiles? Comment Surmonter les défis des services bancaires mobiles? Par Kodjo Ndukuma Juriste spécialiste en télécoms Finaliste Master Pro (M2)de Droit du Cyberespace Africain Université Gaston Berger Saint-Louis/Sénégal

Plus en détail

Modalités d échange de points MasterCard MD HSBC Advance

Modalités d échange de points MasterCard MD HSBC Advance Modalités d échange de points MasterCard MD HSBC Advance Remise en argent de HSBC Versement sur votre prêt hypothécaire de la HSBC Dépôt dans votre compte d épargne personnel de la HSBC Réservez vous-même

Plus en détail